Version classiqueVersion mobile

Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (xviie-xviiie siècles)

 | 
Julie Piront
, 
Adriana Sénard-Kiernan

L’Oratoire et la pierre : Louis Trestournel et les autres

Fratres humiles et hommes de l’art (1650-1720)

François-Xavier Carlotti

Texte intégral

  • 1 Adolphe Perraud, L’Oratoire de France au xviie et au xixe siècle, Paris, Charles Douniol, 1865 ; H (...)
  • 2 François-Xavier Carlotti, Le Troisième département de l’Oratoire de Jésus (xviie-xviiie siècles). (...)
  • 3 Le Premier département est celui de "Loire" (France de l’Ouest, de la Saintonge à la Flandre), le (...)
  • 4 Willem Frijhoff, Dominique Julia, « Les Oratoriens de France sous l’Ancien Régime. Premiers résult (...)
  • 5 Roberto Caterino, L’Oratorio di Francia e l’architettura, Genova, Sagep, 2017. Le terrain avait ét (...)

1L’Oratoire de France, congrégation séculière sans vœux, est fondé par Pierre de Bérulle (1575-1629) le 11 novembre 16111. Pendant près de deux siècles, ses quelque 7000 prêtres se sont engagés dans le champ de l’apostolat, au point culminant de la Réforme tridentine, ou celui de l’éducation, ministère auquel on les assimile le plus volontiers. Les recherches ont justement privilégié l’étude de ses collèges, les prises de position jansénistes de certains de ses membres, quelques grands noms (théologiens, prédicateurs, hommes de lettres ou de science), mais n’ont jamais interrogé la congrégation pour elle-même, analysé ses structures internes, et ce jusque dans ces dernières années2. Les hommes – Pères et confrères –, leurs carrières, les relations entre ses « maisons » distribuées en trois divisions administratives ou « départements »3, hormis quelques études monographiques exploitées ici, n’ont pas arrêté l’attention. Un article fondateur de Willem Frijhoff et Dominique Julia soulignait en 1979 « l’étrange silence » qui entourait une « congrégation bien étudiée, et pourtant mal connue »4, mais écho est demeuré muet. Et la pierre oratorienne n’a que récemment trouvé son historien5.

  • 6 Nicole Bouter (éd.), Les mouvances laïques des ordres religieux [Actes du 3e colloque internationa (...)

2Oubli paradoxal donc, et plus complet encore si l’on considère une fonction particulière, pourtant assumée dans tous les ordres et congrégations, dont les auteurs oratoriens eux-mêmes ne disent mot, celle de frère-servant. Ces domestiques, qui ne seront jamais prêtres, occupent pourtant au sein de l’institut une place essentielle, et singulière. Le colloque de Tournus (1992) ne les a pas envisagés6. II faut dire que, peu documentés, les frères se trouvent souvent réduits, dans les sources mêmes, à leur seul prénom de baptême. Les individus sont divers, plus ou moins inspirés, des modèles de mystique et d’abnégation côtoient leurs frères peu instruits, plus rebelles à la discipline. Mais tous forment un corps à part entière, où chacun révèle son potentiel propre : travailleur obscur, indispensable génie à tout faire, sujet de talent. Et quand bien même laisserait-il sa marque dans la pierre ou la pensée, l’Histoire n’en garde trace, ou rarement. Ainsi la mention d’un « frère Louis » architecte apparaît-elle fortuitement au détour de l’archive. Des années 1670 à 1722, ce frère inscrit largement son action dans un temps privilégié où, sous l’impulsion du général Abel-Louis de Sainte-Marthe, féru d’architecture, nombre de frères artistes et artisans accompagnent dans son acmé l’Oratoire de pierre. Il s’agit ici de le restituer dans sa condition et sa trajectoire artistique.

L’être servant

Des domestiques en oraison

  • 7 AN, MM 574, Règlements et exercices spirituels pour les frères servants de la congrégation de l’Or (...)

3Le statut, la gestion des frères-servants au sein de l’Oratoire sont en tous points liés à l’esprit même de la congrégation, à sa spiritualité propre, inspirée par Bérulle. Les règlements particuliers, imprimés en 1682 par ordre de la xviie assemblée, qui définissent les droits et les devoirs des frères, n’ont de cesse de revenir au Dieu en trois personnes, et plus particulièrement au Fils fait homme, le Verbe Incarné7. Cette dévotion à Jésus, en sa grandeur et son abaissement, justifie et explique qu’on sépare la fonction ecclésiastique des offices liés au temporel. Du reste, cette distinction, dont l’origine remonte au Moyen Âge, se retrouve dans presque tous les ordres religieux.

  • 8 Ibid., p. 8-23.
  • 9 Un ordre du Conseil, daté du 29 novembre 1678, invite les visiteurs à se montrer particulièrement (...)

4Frères et Pères sont également servants : à ces derniers, le ministère sacré de Jésus-Christ, aux autres, son état de servitude, sa vie voyagère et mortelle. Le statut du frère est envisagé comme une fonction basse et par là même un moyen de salut par amour de l’humiliation, une chance. Le règlement est davantage soucieux de fixer les contours d’un chemin spirituel que d’évoquer les tâches et emplois dans la maison de celui qui doit y consacrer sa vie. Pourtant, entrant à l’Oratoire, celui qui se destine à ce service abandonne tout espoir d’améliorer ou de transformer sa condition de laïc à laquelle aucun cursus ne vient proposer de récompense. Les frères mènent une vie rigoureusement rythmée par des temps consacrés à la spiritualité8, accompagnés par un Père, leur directeur9. Leur office même est placé sous le signe de la soumission et de la pénitence.

  • 10 BM Aix, ms 282 (1049), « Livre contenant les noms et surnoms de tous les congrégéz en l’associatio (...)

5Certains font preuve d’un engagement personnel plus poussé. Ainsi, dix frères de la maison d’Aix participent-ils en qualité de membres aux activités confraternelles de l’« Association de la famille de Jésus et Marie, soubs le gouvernement et protection de sainct Joseph »10, société fermée et élitiste, adossée à l’Oratoire, qui s’emploie au perfectionnement spirituel de ses membres.

  • 11 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 11, Oratoriens d’Avignon, « Inventaire judiciel des biens et héritage (...)

6Par ailleurs, les fondations pieuses de certains frères ou les inventaires après décès jettent un éclairage resserré sur leur dévotion. L’estimation des biens que le frère Pierre Marentier lègue à sa communauté d’Avignon en 1698 livre le témoignage d’une foi discrète, sinon secrète11. Une caisse fermant à clé contient quarante-quatre livres appartenant à n’en point douter à un esprit curieux, cultivé et éclectique, sans doute un sujet d’exception parmi les servants. Il s’agit en grande majorité de livres religieux, en français et en latin, faisant une large place aux réformateurs et autres mystiques du grand siècle tridentin. D’édition récente, tous proposent à la lecture l’introspection douloureuse et la méditation sur les Écritures. Nous sommes loin du stéréotype du domestique inculte, dont l’horizon est circonscrit par les murs des communs.

Recrutement, profils sociaux

  • 12 AN, MM 608, « Catalogue de tous ceulx qui sont présentement de la congrégation, tant pères que con (...)
  • 13 AN, MM 228B n° 2-3, « Catalogues des prêtres, confrères et frères de la congrégation de l’Oratoire (...)
  • 14 AN, MM 576-592, « Registres des ordres et délibérations du Conseil de l’Oratoire », 1648-1790.
  • 15 AN, M 229, « Visites des maisons et collèges de l’Oratoire (1654-1793) », actes des visites des Pè (...)

7L’absence de registre général des entrées complique la tâche du chercheur qui voudrait appréhender cette condition sous l’angle de la statistique. Un unique catalogue des frères, dressé par les soins du Conseil, ne renseigne que le premier xviie siècle et les seuls individus reçus dans les maisons de la France septentrionale12 ; le xviiie siècle n’est éclairé que par périodes13. Pour aller plus loin, on en est réduit à relever systématiquement les mentions relatives aux entrées, aux mutations, à la disparition par l’exclusion ou la mort, de ces servants, au fil des pages des registres du secrétariat général14. Fastidieuse mais instructive est la lecture cursive des livres de comptes des maisons, qui fournissent également bien des informations, du vestiaire au viatique que reçoit le frère à l’annonce de sa mutation. Plus simple, l’étude des trop rares livres de visite s’impose comme un moyen irremplaçable d’analyser l’implication des frères dans la vie quotidienne d’un établissement. Précieux aussi est l’éclairage donné par les procès-verbaux que les visiteurs transmettent aux supérieurs majeurs, et dont on a conservé l’intégralité pour certaines tournées15.

  • 16 AC Condom, 25626B, « Livres des visites de la maison de l’Oratoire de Condom (1631-1702) », p. 343 (...)
  • 17 Ibid., p. 194, ordre du Conseil, 27 mars 1679.
  • 18 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, « Histoire de la maison d’Avignon (1682-1722) », p. 165, « Modèle (...)

8On peut ainsi estimer la population des frères, pour les seules maisons du Midi, à près de 400 reçus entre 1620 et 1789. À leur entrée dans la congrégation, ils ont 27 ans en moyenne, âge qui tend à augmenter sensiblement d’un siècle à l’autre. Ils ont souvent alors une longue expérience de l’Oratoire, ayant été parfois admis fort jeunes au service d’une maison, ou placés dès l’enfance auprès des Pères, élevés dans la piété et appliqués à tous les offices. Cette première probation prend fin à leurs vingt ans. Ils peuvent alors postuler pour être admis en tant que frères, avec l’accord du Conseil, délivré après avis du visiteur chargé de l’examen de tout sujet16. Trois années de probation sont ensuite nécessaires. Le Conseil autorise alors réception et vêture17. Il y a en définitive beaucoup d’appelés et peu d’élus, preuve de la rigueur de la sélection. Par une déclaration écrite, rédigée le jour de sa réception selon un modèle imposé par le Conseil, ils renoncent à toute rétribution, se contentant de la nourriture et des habits, sans pouvoir attendre autre chose, même en cas de sortie volontaire, chose rare, ou d’exclusion18.

  • 19 AN, M 220, « Mémoires pour servir à l’histoire de l’Oratoire », dossier no1, pièce no10, p. 14.
  • 20 Arch. départ. Bouches-du-Rhône (désormais BdR), 40 H 5, Oratoriens d’Aix, « actes et contrats », f (...)
  • 21 AN, M 220, dossier n° 1, pièce no8, « La vie de quelques frères servans de la congrégation de l’Or (...)
  • 22 AN, MM 623, « Annales de la congrégation de l’Oratoire », 1611-1711, p. 468.

9L’origine géographique des frères est parfois mentionnée dans les actes de visite et les nécrologes, le début et le terme de leur séjour à l’Oratoire peuvent être précisés ou déduits, mais on n’est que rarement renseigné sur leur extraction. Les archives fournissent cependant plusieurs exemples tendant à illustrer le caractère parfois étonnamment élitiste du recrutement de ces serviteurs. Dans les premiers temps de la congrégation, Jean de Balfourt, fils de la grande noblesse écossaise, n’avait voulu par humilité être reçu qu’à titre de frère, quoique clerc19. André Étienne est le fils d’un écuyer d’Aix20, Pierre Lesnaz appartient à la bourgeoisie enrichie par le négoce21. Guillaume Le Comte, employé aux commissions de la maison de Paris, était le fils d’un riche laboureur de Sully (diocèse de Soissons)22. La démarche est ici toute spirituelle, pénitentielle. Et si des frères appartiennent à des milieux aisés et cultivés, ces notations trahissent cependant le conformisme social qui conduisait immanquablement les fils des meilleures familles à privilégier le sacerdoce. Les plus humbles, eux, les moins fortunés et préparés intellectuellement (certains ne savent ni lire ni écrire), voient dans les offices temporels une condition à la fois honorable et sécurisante. Ils représentent l’essentiel du recrutement.

Enracinement

  • 23 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 141.

10On recrute d’ordinaire sur place, dans chacune des maisons, par effet d’aubaine ou de proximité, des candidats recommandés ou qui se présentent spontanément. Là où Pères et confrères, surtout lorsqu’ils sont professeurs et régents, effectuent un cursus honorum et font l’objet de fréquentes mutations les conduisant de maison en maison, les frères se distinguent par leur sédentarité. Plus rares, leurs changements d’affectation s’opèrent habituellement par permutation, négociés par les supérieurs et toujours soumis à la validation du Conseil. Les états de service, même lacunaires, laissent ainsi entrevoir la relative stabilité des serviteurs. Les sujets voyageurs, très mobiles pour certains, ne sont pas les plus nombreux. À l’inverse, si l’on en croit l’exemple du Midi, un bon tiers des frères effectuent un ou plusieurs séjours de dix années consécutives dans une maison, le plus souvent à l’intérieur du seul département. Nombre d’entre eux ont même passé l’essentiel de leur vie dans la même maison. Jean Marentier, compagnon des premières heures de l’Oratoire provençal et des débuts de son établissement à Arles ne quitta jamais cette ville en plus d’un demi-siècle voué au service de la congrégation. François Saurin vécut 44 ans à Cotignac, Guillaume Mille et Claude du Bosc 50 ans à Aix, Arnoul Faucon exerça durant 60 ans les fonctions de sacristain et de portier de la maison de La Ciotat, Jean-Baptiste du Noyer administra pendant plus de 62 ans le temporel de celle de Montpellier. Ces frères sont les véritables gardiens des mémoires domestiques. En 1755, lors d’une crue centennale du Rhône, l’eau envahit en quatre heures les rues d’Avignon. Le rédacteur du journal de la maison relate l’événement et, sous sa plume, le témoignage du vieux serviteur Joseph donne la mesure de la catastrophe : en 54 ans passés au lieu même, il n’a rien vu de tel23.

11Se dessinent ainsi les traits moyens du frère-servant de l’Oratoire, de son être-là, homme de foi, généralement modeste par ses origines et enraciné. Il convient à présent de le saisir sur le vif, dans ses œuvres et ses singularités artistiques.

Le service des maisons, de la communauté à la pierre

Du service ordinaire

12C’est par nature au travail manuel et aux offices temporels que sont destinés les frères. Les actes de visite les évoquent, soulignent fréquemment leur contribution essentielle à la vie des communautés. Noms et fonctions sont par eux connus. S’y ajoutent parfois des appréciations plus personnelles sur la manière de servir. Par là, il devient possible de jeter un regard furtif sur des individus brièvement sortis de l’anonymat.

  • 24 Fr.-X. Carlotti, op. cit., vol. 1, p. 572-575.

13Gardien du seuil, le portier remplit une fonction essentielle de surveillance des entrées et sorties. Sacristain, cuisinier, dépensier, réfectorier veillent à la propreté, la gestion des lieux, à la nourriture et sa répartition dans un souci d’économie24. Fabrication et réparation des habits, linge, ameublement des chambres occupent encore les serviteurs, ainsi que le soin des malades. Dans les maisons dont les biens fonciers le justifient, certains sont occupés aux travaux des champs ou bien les supervisent. Mais, agissant en qualité de délégataires seulement, ils ne disposent en théorie d’aucune marge d’initiative personnelle. Leurs sorties de la maison ne se font que sur autorisation. Tout trafic, tout négoce leur est interdit. On devine cependant que malgré la rigidité du cadre, et à travers le réseau informel qu’ils constituent, des liens puissants, forgés par l’habitude et la confiance, doivent se nouer entre des serviteurs sur lesquels repose, en pratique, l’économie des maisons.

14Mis par le Conseil à disposition d’un supérieur qui leur attribue une fonction particulière, surveillés annuellement par le visiteur, ces frères sont interchangeables et fréquemment interchangés. Aucune « carrière » ne leur est promise, aucune hiérarchie ne les distingue, sinon celle imposée par l’âge. Et c’est par leur prénom qu’on les désigne le plus souvent dans les journaux domestiques ou les registres du régime.

Des compétences et de leur usage

15Au-delà des fonctions communes à l’ensemble des établissements, certaines révèlent les talents particuliers de véritables hommes de l’art.

  • 25 AN, MM 623, p. 437.

16Dans les premières années du xviiie siècle, plusieurs frères sont ainsi affectés aux petites classes du collège de Joyeuse ou de l’académie des pensionnaires de Grasse. Les fonctions d’intendance des maisons occupent certains frères particulièrement entendus aux affaires, maîtrisant les arcanes de la comptabilité et du droit. Ces qualités se doublent souvent d’un talent d’écriture, que le visiteur ne manque pas de remarquer. On comprend que ces frères soient devenus les précieux auxiliaires des Pères en charge de l’administration des maisons. Ainsi les figures de Jean-Baptiste du Noyer, déjà évoqué, et de Nicolas-Auguste de La Boissière, indissociables des maisons de Montpellier et de Toulouse. Le chirurgien François Herbet (1613-1691) assiste le Père général Bourgoing infirme et paralytique, accompagne en 1668 le Père de Chevigny en mission auprès des troupes françaises à Candie, et l’année suivante le cardinal de Gondy à Rome en qualité de secrétaire conclaviste25. Il remplit ensuite un modeste office de sacristain.

17Cette fonction basse, qui oblige à l’humilité, témoigne de la capacité d’adaptation de ces professionnels, spécialistes mais non spécialisés, aux techniques acquises dès avant leur entrée à l’Oratoire. Il en va ainsi d’autres frères que distinguent leurs dons artistiques. Ils sont musiciens, doreurs, sculpteurs, menuisiers, peintres ou architectes. Leur réputation est connue, d’où une mobilité remarquable. Au gré des ordres du régime, ils exercent leurs compétences d’une maison à l’autre en fonction des besoins, principalement dans le bâtiment : tracé, construction, surveillance de la bâtisse généralement confiée à des mains étrangères. Le deuxième tiers du xviie siècle en donne de beaux exemples, à l’instar du Parisien Jean Doulx.

  • 26 BM Aix, ms 282 (1049), f. 7 v.
  • 27 Arch. départ. BdR, 40 H 6, Oratoriens d’Aix, « Actes et contrats », 1649-1682.
  • 28 Ibid., 41 H 2, Oratoriens de Mimet, « Recettes et dépenses », 1646-1653.
  • 29 Ibid., 40 H 4, Oratoriens d’Aix, « Répertoire général des titres et papiers », 1592-1729, p. 268, (...)
  • 30 Ibid., 40 H 3, Oratoriens d’Aix, « Répertoire général des titres et papiers établi en 1728 », p. 8 (...)
  • 31 Ibid., 41 H 1, Oratoriens de Mimet, « Actes et contrats », f. 4 : « Pour ce qui est des autels, le (...)
  • 32 AN, MM 577, f. 1, ordre du Conseil, 25 janvier 1652.
  • 33 Jean Boyer, L’hôtel de ville d’Aix, notice historique, Aix-en-Provence, Roubaud, 1944, p. 7.
  • 34 AN, MM 580, f. 46 et 76, délibérations du Conseil, 27 janvier et 23 décembre 1667.
  • 35 Arch. départ. Rhône, 19 H 18, Oratoriens de Lyon, « Livre de visites », 1642-1778, p. 84, acte de (...)
  • 36 AN, M 229, acte de la visite de la maison d’Aix par le P. de Moissey, 11-19 avril 1666 ; MM 580, f (...)
  • 37 Arch. départ. Rhône, 19 H 18, p. 97.

18La présence de ce frère est documentée pour la première fois à Aix-en-Provence le 19 mars 1630, date de son admission en qualité de confrère dans une association dévote adossée à l’Oratoire26. Son nom reste attaché à la capitale de la Provence, où sa première réalisation est mentionnée en 1636 : il s’emploie à sculpter, dans l’église de l’Oratoire, le grand tabernacle de l’autel dont il avait lui-même proposé le dessin27, avant peut-être d’en concevoir, des années plus tard, un autre pour les Pères de Marseille28. Mais l’heure est à la construction de la nouvelle église aixoise, dont il conduit les travaux de 1638 à 1658. On lui doit les ornements de la porte, le cadre du tableau du grand autel et la chaire29. Et tandis que de 1648 à 1650 un autre frère, Jean-Baptiste Villaume, en décore et peint voûte et chapelles30, Doulx prête au sanctuaire de la solitude de Notre-Dame des Anges, succursale d’Aix, ses mains de sculpteur, doreur et menuisier31. Lorsque la congrégation envisage, en 1652, la fondation d’un collège à Sisteron, il est chargé d’en dresser les plans in situ32. La même année, il fait partie de la commission d’experts mandatée par les consuls d’Aix pour proposer le dessin du nouvel hôtel de ville, aux côtés du peintre Jean Daret, des sculpteurs Jacques Fossé, Jean-Claude Rambot, Pierre Pavillon et de l’architecte Jean Jaubert33. En 1667, le Conseil de l’Oratoire le détache pour l’année auprès d’Henri de Forbin-Maynier, Premier Président du Parlement de Provence, qui ne consent à s’en séparer qu’avec peine et sous condition de retour34. Puis il gagne Lyon35, où il avait déjà assisté en 1666 les débuts d’un nouveau chantier36, celui de la nouvelle église de la maison d’Institution de l’Oratoire et séminaire diocésain. Placée sous le titre de Saint-Polycarpe, elle est bâtie en remplacement de l’ancienne, jugée trop éloignée, « un peu ruineuse et incommode »37. Il y réside pour le moins jusqu’en juillet 1671, assurant le suivi des travaux.

  • 38 Ibid., p. 19.
  • 39 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 5, « Petites chroniques des affaires et exercices de ceste maison [d’ (...)
  • 40 Ibid., f. 29.
  • 41 AN, MM 577, f. 45, 12 janvier 1657. La sous-série 49 H (oratoriens de Clermont) des archives dépar (...)

19Son contemporain Jean Clapisson, entré dans l’Oratoire à Lyon en juin 164238, est chargé de la construction d’une chapelle domestique durant son séjour à l’Oratoire d’Avignon en 1648-1651. « Il y travailla fort, en charpente, en peinture et en toutes autres manières, comme il est ingénieux »39. Un certain frère Marc vient tout exprès d’Aix en dorer le tabernacle40. On suit Clapisson d’Arles à Clermont et jusqu’à l’Institution de Paris, qu’il rejoint en janvier 1657, une fois « parachevé l’ouvrage qu’il a commencé »41. De là Saumur, Lyon et Orléans, où l’architecture a dû avoir sa part.

20De cette époque où les frères de l’Oratoire se sont voués à la pierre, le généralat d’Abel-Louis de Sainte-Marthe (1672-1696) marque indéniablement l’acmé.

Le Moment Sainte-Marthe

  • 42 Paul Lallemand, Histoire de l’éducation dans l’Ancien Oratoire, Paris, Ernest Thorin, 1888, p. 118 (...)
  • 43 Provins (1672), Agde (1674), Poligny (1685), Hyères (1695).
  • 44 Auguste-Marie-Pierre Ingold, Émile Bonnardet (éd.), Mémoires domestiques pour servir à l’histoire (...)

21Le dernier quart du xviie siècle oratorien est généralement envisagé comme un temps de turbulences, de controverse en matière doctrinale, celui des premières escarmouches42. Mais il consacre aussi, près d’un demi-siècle après la fondation, le fruit d’une énergie mise en œuvre depuis lors. Tandis que la courbe des effectifs approche de son faîte, des fondations nouvelles43 viennent parachever le réseau des premières maisons d’éducation, elles-mêmes en essor, le compléter d’une quinzaine de séminaires. Les temporels consolidés permettent d’envisager la rénovation de locaux vétustes ou devenus trop étroits, la création de nouveaux bâtiments. Partant, la nécessité rencontre le goût particulier du général, dont la passion pour l’architecture est bien connue44, et les maisons de l’Oratoire vibrent alors sous les coups des marteaux, limes et rabots.

  • 45 AN, MM 609, « Catalogue des prêtres et des confrères de l’Oratoire », 1614-1782, p. 423-424.
  • 46 AN, MM 580, f. 4.
  • 47 R. Caterino, op. cit., p. 81.
  • 48 Pour Roberto Caterino (Ibid., p. 116, 129, 179-180), frère Antoine pourrait être l’auteur des plan (...)

22Acteur et témoin de cette dynamique, le frère Antoine de Troyes (1611-1686), reçu en 1628 dans la maison des Vertus (Aubervilliers), est présenté comme un « habile architecte » auquel ses supérieurs auraient confié « la bâtisse de plusieurs [...] maisons »45. Attaché à la résidence généralice de Saint-Honoré, appliqué depuis 1665 aux affaires de la congrégation46, il est commis aux bâtiments dès avant 1673 en qualité de « préfet des constructions »47. Selon Roberto Caterino, lorsque le Père Abel-Louis de Sainte-Marthe décide de rassembler en un atlas dessins, cartes et plans de maisons, le frère Antoine y aurait pris une part décisive, avant que sa mort vienne en compromettre la réalisation48.

  • 49 AN, MM 582, p. 174, ordre du Conseil, 19 octobre 1678.
  • 50 Ibid., 23 septembre 1675.
  • 51 AN, MM 584, p. 48, ordre du Conseil de l’Oratoire, 15 juillet 1681 ; S 6782B, « maisons de l’Orato (...)

23Et chaque département compte ses figures de frères de l’art, plus ou moins évanescentes. Dans celui de Lyon, cette tâche incombe au Limougeaud Marcellin Lenoir, envoyé de Paris à Chalon en 1678, lorsque l’Oratoire prend en charge le séminaire, « pour y prendre la conduite du bâtiment que l’on va y faire construire »49. Dans le Midi, Claude Audibert se rend de Hyères à Marseille en 1675 pour superviser les travaux de nouveaux bâtiments50 dans l’enclos de Sainte-Marthe, tout juste enrichi d’une église nouvelle, et frère Gaspard de Toulouse à Lectoure, en 1681, suite au marché conclu pour l’érection du séminaire récemment confié à la congrégation51.

  • 52 AN, M 228B, dossier n° 29, « ordres et délibérations du Conseil », 1641-1648, ordre du 29 janvier (...)
  • 53 Ibid., 1661-1664, ordre du 18 juillet 1661.
  • 54 AN, MM 580, f. 9.
  • 55 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 5, « Maison de Rouen : Église, construction (1656-1669) » ; 40 (...)
  • 56 Charles de Beaurepaire, Notice sur l’Oratoire de Rouen, Rouen, Cagniard, 1903, p. 12.
  • 57 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 11, p. 64.

24On discerne mieux le profil d’un autre frère Gaspard, dont on connaît le nom de famille, Gaydamour, nombre de déplacements et leur objet. Sa trajectoire ne s’inscrit que partiellement dans le temps du généralat de Sainte-Marthe, elle a par contre pu subir son influence alors qu’il était assistant (1663-1669). On l’entrevoit pour la première fois en janvier 1643, alors qu’il est transféré de Pézenas à Marseille52. L’Oratoire de Clermont, où il a pu entrer par proximité, si l’on en juge d’après son patronyme altiligérien, devient ensuite sa résidence d’attache. La quittant en 1656, il y revient en 1661 pour restaurer les bâtiments du prieuré de Saint-Germain-l’Herm53, dont le titulaire est de l’Oratoire, s’en éloigne encore en 1664, pour y demeurer à nouveau en 1667-1668 ; il se rend en outre à Montbrison (Forez) en 166554. En Provence, il édifie à la même époque la chapelle oratorienne de Saint-Joseph de Cotignac (1661), en remplacement de celle promptement élevée l’année précédente à la suite d’un miracle, et devenue trop petite. Mais c’est le département de Loire qui révèle son empreinte la plus durable et son chantier le mieux documenté, la maison de Rouen dans laquelle il effectue plusieurs séjours prolongés entre août 1664 et mai 167155. L’édification d’une nouvelle église avait été décidée en 1658 pour pallier l’exiguïté de la chapelle attenante à la maison56. Quelques années sont demeurées dans l’ombre, les travaux à l’arrêt. L’arrivée du frère correspond à la reprise du chantier, où, assisté de son confrère Pierre Le Roy, il œuvre d’abord à la charpente. Il faut aller en repérer le bois, à Incarville, Saint-Pierre de Longueville et en bien d’autres lieux du val de Seine, à Chèvreville deux ans plus tard, où les deux hommes accompagnent un charpentier. En février 1666, un voyage de douze jours en pays de Bray leur permet de choisir du bois, là encore, de veiller à ce que son abattage ait lieu « en bonne lune », de le marquer. Au cours d’un séjour en Auvergne (août 1667 - septembre 1668), Gaspard achète encore des ais de sapin pour le lambris de l’église57.

  • 58 Ch. de Beaurepaire, op. cit., p. 14.

25À son retour, et l’année suivante encore, sans pour cela abandonner ciseaux et repoussoirs, il endosse pour quelques mois l’habit de régisseur de Saint-Pierre de Longueville, dépendance de la maison. Il supervise les vendanges, le pressurage du vin, organise le temps et l’intendance des ouvriers, avant d’assurer la réfection de la maison du vigneron et des haies de clôture des vignes. En mai 1670, enfin, un déplacement des frères de Rouen à Caen a peut-être pour objet le choix de pierres à la carrière d’Allemagne (Fleury-sur-Orne), dont on pave le chœur de l’église58.

  • 59 AN, MM 581, f. 52v, ordre du 4 janvier 1672.
  • 60 AN, MM 577, f. 34v et 37, ordres des 11 février et 4 août 1656.
  • 61 R. Caterino, op. cit., p. 151-158.
  • 62 AN, MM 582, f. 25v, ordre du 20 avril 1674.
  • 63 Ibid., f. 97 et p. 118, ordres des 7 août 1676 et 9 juillet 1677 ; AN, Cartes et Plans, N IV Seine (...)
  • 64 Ibid., MM 606, « Mémoire des Pères, des confrères et des frères de la Congrégation de l’Oratoire d (...)

26Sa mission rouennaise achevée, Gaspard rejoint Paris, et de là Saumur en janvier 167259. Il y avait déjà en 165660 supervisé pour un temps un chantier d’envergure61, avant que son arrêt (1659) ne le porte vers d’autres horizons. Supérieur de la maison depuis 1654, Sainte-Marthe était maître d’ouvrage d’une ambitieuse coupole élevée sur la chapelle Notre-Dame des Ardilliers, édifiée au mitan du xvie siècle. Promu assistant en un temps marqué par des velléités de relance du projet, il a pu renvoyer sur site le technicien-expert des débuts. En 1674, il est général lorsqu’il le réclame à Angers où l’on construit une nouvelle église62, avant de le rappeler à Paris en 1676, avec ordre d’en ramener les plans ainsi que ceux du Mans63. Replié à Lyon en 1677, Gaspard y meurt l’année suivante64.

27Mais à l’heure où s’efface Gaydamour, à l’autre bout de la France, un autre frère fait vivre la pierre, de façon plus définitive.

Louis Trestournel

Un frère architecte en clair-obscur

  • 65 Jean Boyer, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix-en-Provence, Publications Univer (...)
  • 66 Edme Béguillet, Claude Courtépée, Description générale et particulière du Duché de Bourgogne, préc (...)
  • 67 Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, An (...)
  • 68 V. de Becdelièvre-Lambert, « Les atlas... », op. cit., p. 97.
  • 69 Dominique Dinet signale la clarification apportée par Yves Beauvalot qui, dans une plaquette consa (...)
  • 70 Fr.-X. Carlotti, op. cit., t. I, p. 584-590 ; R. Caterino, op. cit., p. 82-83.

28Ses nom et qualité sont longtemps demeurés méconnus. Les historiens de l’art aixois Jean Boyer et Jean-Jacques Gloton, s’ils ont identifié son patronyme, n’ont vu en lui qu’un passant, ne soupçonnant pas son appartenance à l’Oratoire et, pour le premier, ses origines provençales65. Leurs homologues bourguignons, quant à eux, ont reconnu, à la suite de l’abbé érudit des Lumières Claude Courtepée, « frère Louis » comme le talentueux concepteur de l’un des plus beaux monuments dijonnais66. Et encore, lorsque Charles Bauchal reprend l’information un siècle plus tard, c’est avec une erreur de date, plaçant en 1668 l’élévation de Notre-Dame de Tart67. En 1943, Louis Hautecœur en fait un « Père » de l’Oratoire par confusion sémantique, ignorant le statut des servants. Véronique de Becdelièvre-Lambert, elle-même, dans sa thèse sur l’architecture de l’Oratoire, ne pousse pas plus loin la recherche, cite un « frère Louis », dans la lignée de ses prédécesseurs68. En 1980, Yves Beauvalot sort enfin de son anonymat le frère bâtisseur69, auquel une double enquête a récemment tâché de rendre ses trajets, ses travaux et ses plans70, même si une large part reste encore dans l’ombre d’une humilité revendiquée.

  • 71 Arch. départ. BdR, 301 E 303, « Étude Jean-Louis Alpheran », f. 787v, « Prix-fait pour le prieur d (...)

29On ignore tout de sa formation et des circonstances qui le conduisirent à entrer dans l’Oratoire en qualité de serviteur. Selon toute évidence, il est né au mitan du siècle, assurément dans la paroisse de Bargemon, diocèse de Fréjus, comme l’atteste la mention portée sur un acte notarié où il appose sa signature en 1689, en qualité de témoin (ill. 8)71. Son patronyme est par ailleurs documenté en pays dracénois.

Ill. 8 Signature de Louis Trestournel, « Prix-fait pour le prieur de Saint-Jean de cette ville d’Aix contre Veyrier », 17 décembre 1689. Arch. départ. BdR, 301 E 303, f. 787v

Ill. 8 Signature de Louis Trestournel, « Prix-fait pour le prieur de Saint-Jean de cette ville d’Aix contre Veyrier », 17 décembre 1689. Arch. départ. BdR, 301 E 303, f. 787v
  • 72 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 169-179 et 277-285 ; J.-J. Gloton, Renaissanc (...)
  • 73 Arch. départ. BdR, 306 E 932, « Étude Michel Daniel », f. 504v. Les entrepreneurs promettaient de (...)
  • 74 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 283.

30Pour ce qui est de l’Oratoire, il a pu y entrer par proximité, selon la pratique, démarche rendue facile par la forte densité des maisons de son pays natal (Aups, Cotignac, Grasse, Hyères, Toulon), ou bien avoir été reçu directement à Aix-en-Provence, où l’on suit d’abord ses pas. Le voisinage immédiat de l’Oratoire avec le lieu d’un premier chantier rend la chose plausible. Le 1er janvier 1676, en effet, la confrérie des Pénitents blancs de l’Observance, établie dans la ville sous le titre de Notre-Dame de Pitié, décide de faire rebâtir la coupole de son église, et lui demande d’en dresser les plans. Un premier dôme érigé en 1665 par Jean-Claude Rambot72, architecte et sculpteur aixois de renom, alors en devenir, est jugé « imparfait mal basty trop bas et trop petit sans aucun jour »73, et le nouveau prix-fait donné le 10 juillet 1682 aux maçons Antoine Béraud et Dominique Arnaud par François de Bonfils, chanoine de Saint-Sauveur et recteur de la confrérie, suit à la lettre le projet du frère Louis, s’il est déjà de l’Oratoire. Le document ne comporte qu’une légère correction : on préfère les chapiteaux corinthiens aux composites initialement prévus. Trestournel, visiblement, est un homme sorti de la prime jeunesse, riche de savoir et d’expérience, comme il faut l’être pour rivaliser avec Jean-Claude Rambot. La description qui est faite de son ouvrage révèle un plan ambitieux, une grande maîtrise technique et un soin vigilant du décor. Le dôme est désormais plus haut, plus lumineux, troué par sept fenêtres, tout en pierre de taille. Moulures en plâtre, gypseries, colonnes et chapiteaux, tribunes et balustres, frises, corniches, arcades, tout contribue à faire de cet ensemble le monument témoin d’une nouvelle étape de la création architecturale aixoise. Déplorant sa destruction, Jean Boyer signale la valeur d’une œuvre novatrice : « le nouveau chœur et le dôme construits une première fois en 1665 sur les plans de Jean-Claude Rambot puis rebâtis en 1683 sur les plans de Trestournel constituaient deux importants maillons, deux irremplaçables éléments de référence dans l’évolution stylistique de l’architecture religieuse aixoise de la seconde moitié du xviie siècle »74.

  • 75 J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence..., op. cit., t. 2, p. 282-283.

31Le point de vue de Jean-Jacques Gloton est plus nuancé. Évoquant le travail de Louis Trestournel sur cette même église de l’Observance, il le déprécie plutôt, parle « d’interventions assez limitées, du genre de celles qui ne nécessitent pas l’appel à un véritable architecte »75. Contrairement à Jean Boyer, il refuse ainsi ce statut à Trestournel, le qualifiant de « maçon ». Pour Gloton en effet,

  • 76 Ibid., p. 282-283.

tout ce qui distingue l’architecte des autres artisans qui travaillent sur le chantier, c’est sa culture et sa faculté créatrice. Lorsqu’on se déclare architecte [...], c’est au nom des livres et des gravures que l’on possède, des villes que l’on a visitées, des maîtres que l’on a approchés, c’est au nom de l’aptitude au dessin, de la science des plans, de l’intelligence du Beau, au nom des monuments que l’on a créés et qui font désormais la gloire de la cité76.

32Paradoxalement, on verra que cette définition semble convenir en tous points à Louis Trestournel, si l’on ne perd pas des yeux la suite de sa trajectoire, apparue en instantanés seulement aux chercheurs qui ont jusqu’à présent croisé son nom.

Un architecte oratorien et gyrovague

  • 77 AN, MM 584, p. 196, ordre du Conseil, 16 juillet 1686.

33C’est à Beaune, où il est envoyé de Paris par le Conseil de la congrégation le 16 juillet 1686, que nous identifions pour la première fois frère Louis en sa qualité d’oratorien. Sa mission consiste à « prendre la conduite du bâtiment qui doit s’y faire au collège »77.

Ill. 9 [Louis Trestournel], « Plan et élévation du collège de l’Oratoire de Beaune », 1687. Archives nationales, Cartes et Plans, N III Côte-d’Or 8/1.

Ill. 9 [Louis Trestournel], « Plan et élévation du collège de l’Oratoire de Beaune », 1687. Archives nationales, Cartes et Plans, N III Côte-d’Or 8/1.
  • 78 Eugène Leflaive, Les oratoriens à Beaune. Le collège de l’Oratoire, Beaune, Impr. beaunoise, 1930  (...)
  • 79 AN, Cartes et plans, N III Côte-d’Or 8/1-2, élévation et plan du collège de l’Oratoire, 1687.

34Confié à l’Oratoire en 1624, l’établissement vieillissait et faisait l’objet depuis 1682 d’un projet de rénovation78, finalement exécuté sur les plans dressés par Trestournel en 1687 (Ill. 9)79.

  • 80 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 83-109.
  • 81 Arch. départ. BdR, 301 E 303, « Étude J.-L. Alpheran », f. 787v, « Prix-fait pour le prieur de Sai (...)

35Revenu à Aix, il semble ne pas être resté inactif dans une ville en pleine métamorphose. Jean-Claude Viany, ancien Père de l’Oratoire, avait été nommé en 1667 à la tête du prieuré de Saint-Jean par le Grand Maître de l’Ordre de Malte Nicolas Cotoner. Le nouveau prieur engage dès sa prise de fonction un important programme de rénovation et d’agrandissement d’un patrimoine laissé à l’abandon par ses prédécesseurs, achevé seulement en 1695, et dont le nom des architectes reste inconnu80. Si l’on sait que la présence de Trestournel est attestée à Aix au cours de ces années, et qu’il appose sa signature au bas d’un acte relatif à la construction du maître-autel de l’église, il n’est pas interdit d’imaginer qu’il ait pu apporter sa contribution à l’œuvre tout entière81.

  • 82 AN, MM 584, p. 307.
  • 83 AN, MM 583, p. 367, délibération du Conseil, 28 mai 1689.
  • 84 AN, Cartes et plans, N IV Seine 69, f. 15. D’après une analyse graphique, Roberto Caterino (op. ci (...)
  • 85 AN, M 229, actes des visites de la maison de Hyères par le P. Gourreau, 3-6 septembre 1694, 16-19 (...)
  • 86 AN, MM 586, p. 76, ordre du Conseil, 30 mars 1696 : « Le frère Louis se rendra d’Aix à Hyères pour (...)

36Le 25 juin 1689, il quitte Aix pour Hyères sur ordre du Conseil82. Il s’agit d’y donner une église à l’Oratoire, que les consuls souhaitent voir ériger près de la grand place, dans un contexte où la fondation de trois classes pour l’instruction de la jeunesse accroît sensiblement l’influence de la congrégation dans la ville83. De cette mission est resté un « dessein de l’église et bâtiments à faire à Yères » de la main du « frère Louis », daté de 168984. Mais un différend avec le conseil de ville retarde le projet, repris seulement en 1695. Des matériaux sont alors achetés en prévision de la bâtisse ; on reçoit au rang de frère de l’Oratoire, au terme de quelques mois d’épreuve, le maçon recruté. Reste à choisir le plan définitif parmi quatre proposés – il est question de consulter à ce sujet « le plus habile et fameux architecte qu’on trouvera [à Toulon] » – et à obtenir de la ville une immunité de taille. Un accord définitif trouvé sur ce point le 27 janvier 169685, on peut envisager le début des travaux, finalement confiés à Trestournel, tout juste délivré d’un chantier à Avignon86.

  • 87 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 98.
  • 88 Ibid., p. 106-107 ; AN, M 229, mémoire du P. Gombert joint à l’acte de visite du P. Gourreau, 25-3 (...)
  • 89 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 115.
  • 90 AN, M 229.

37L’homme, en effet, n’avait pas attendu la fin des atermoiements hyérois. En avril 1690, il s’était établi à Avignon87, où le visiteur de Provence engage en 1692 la construction d’un nouveau bâtiment destiné à accueillir les étudiants du séminaire provincial sur lequel reposent tous les espoirs d’expansion de la congrégation dans l’État d’Avignon et le Comtat Venaissin88. Le 12 septembre 1693, frère Louis est mandé pour négocier avec les chartreux de Durbon (Dauphiné) le prix du bois de charpente et régler les conditions de son acheminement jusqu’à Avignon. Il se rend ensuite à Grenoble mener la même enquête (à la Grande Chartreuse ?)89. Mais son rôle ne se borne certainement pas à ces tractations lorsque le projet aboutit. Élevé sur trois étages, l’édifice a treize toises et demie de longueur, mesure d’Avignon, et vingt-neuf pieds de largeur. Le rez-de-chaussée accueille une salle, un vestibule, une boulangerie, et une sacristie en prévision de l’église future. Vingt-deux chambres sont réparties sur les trois niveaux supérieurs, desservies par des couloirs que la lumière du jour vient éclairer à chaque extrémité. Un belvédère coiffe l’ensemble, dont les six fenêtres percées vers les quatre points cardinaux permettent d’apprécier la vue sur le Rhône et la campagne alentours90.

  • 91 Arch. départ. Loire, 12 H 9, visitandines de Montbrison, quittance autographe du frère Louis et au (...)
  • 92 AN, MM 586, p. 377, ordre du Conseil, 31 janvier 1701.
  • 93 Ibid., p. 450, ordre du 4 décembre 1702.
  • 94 AN, MM 596, visite de Dieppe, août 1705, f. 79-82.
  • 95 La sous-série 40 H (Oratoire de Rouen) des Archives de Seine-Maritime n’en dit rien.
  • 96 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 13, « Livre de la dépense », p. 140, mention de la visite du gé (...)
  • 97 Ibid., p. 138.
  • 98 AN, MM 596, f. 69v.
  • 99 AN, MM 586, p. 483, ordre du Conseil, 12 novembre 1703.

38D’Avignon, on le suit à Montbrison de septembre à décembre 1698, d’où il rejoint la résidence puis le séminaire de Dijon le 21 mars 169991. Jusqu’à la fin 1703, pour le moins, Louis bâtit ainsi de nouveau en Bourgogne, pour d’autres commanditaires. Mais il n’en reste pas moins « de l’Oratoire », hébergé parmi ses frères et régulièrement appelé à remplir diverses missions. Durant cette période, sans doute est-il ce « frère Louis » que le Conseil envoie en janvier 1701 de la maison de Paris à celle de Juilly alors en chantier92. De façon sûre, il s’absente de Dijon à la réquisition de ses supérieurs de novembre 1702 à juin 170393 pour séjourner en Normandie, où son confrère Jean Auvray s’emploie alors à rebâtir à Dieppe une maison présentée comme la plus belle de l’Oratoire94. Les motivations de son étape rouennaise ne sont pas assurées, mais l’architecture a dû y avoir sa part95. Faut-il relier les faits, il y précède de peu la visite du général96, qui l’envoie à Caen le 20 mars 170397. L’église de l’Oratoire reste à construire98. Là encore, une inspection suit de peu. En novembre, il aurait encore gagné Nantes depuis Saint-Paul-aux-Bois, avant de retourner en Bourgogne99.

  • 100 AN, MM 587, p. 136, ordre du Conseil, 15 octobre 1708.
  • 101 Joseph Delissey, L’hôpital de la Sainte-Trinité ou Hospice de la Charité (tous les deux hospices d (...)
  • 102 AN, Cartes et plans, N III Côte-d’Or 8/2. R. Caterino, op. cit., p. 82-83.

39On perd ensuite sa trace. Après un bref séjour à Cotignac, il rejoint la Bourgogne en 1708100. Il demeure deux ans à Beaune où il dessine les plans du collatéral nord de l’église de l’hôpital de la Sainte-Trinité (hospice de la Charité), que le maçon Charles Rigollot exécute entre 1711 et 1714101, ainsi que ceux de la chapelle de l’Oratoire (pl. 6). La reconstruction du collège réalisée à partir de 1687 prévoyait la réfection et l’embellissement de la vieille chapelle de l’hôpital du Bourgneuf cédée à la congrégation en 1634, dont le projet de Trestournel fait apparaître l’élévation redessinée, le décor enrichi102. Mais on la démolit finalement, le Conseil ayant autorisé en 1702 l’achat d’une maison qui la jouxtait. Voilà qui donne plus d’ambition au projet, de liberté à l’architecte et maître d’œuvre. Il trace un plan central à base octogonale, jamais donné par l’Oratoire à ses églises, si l’on excepte Notre-Dame des Ardilliers à Saumur, et laisse sa signature : une coupole, déjà éprouvée à Aix, et envisagée à Hyères où il prévoyait de supprimer les piliers encombrant le chœur. Ne doit-on lire dans ce travail sur l’espace une véritable quête spirituelle ?

  • 103 AN, MM 588, p. 120 et 128, ordre du Conseil du 4 octobre 1717, réitéré le 22 novembre suivant. Le (...)
  • 104 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 134.
  • 105 Ibid., p. 150.
  • 106 AN, M 221, « État des revenus et administration de différentes maisons », dossier no 8 (« Avignon  (...)

40De Beaune, le frère architecte est de nouveau envoyé à Avignon à la fin de 1717103. Il s’agit d’y entreprendre la construction de l’église de l’Oratoire, prévue sur les plans du bâtiment neuf, dont le projet avait été relancé par le Père de Mayne en 1714. Mais les difficultés s’accumulent. La peste accable la ville, retarde le chantier, et si Louis en réchappe, son décès survenu le 17 septembre 1722104 met un coup d’arrêt à sa précieuse contribution et un terme provisoire aux travaux, repris quelques années plus tard par les soins du Père Léonard105. L’édifice n’est consacré que le 3 juillet 1750106.

  • 107 Hyacinthe Chobaut, « L’église de l’Oratoire d’Avignon », Annales de la Société des Amis du Palais (...)
  • 108 Ibid., p. 53 : « Nous ignorons le nom de l’architecte qui avait fourni les plans très particuliers (...)

41Cette église est l’un des rares témoignages lisibles dans le paysage de la splendeur passée de l’Oratoire méridional. Elle porte la signature de plusieurs architectes de talent, parmi lesquels Ferdinand Delamonce, qui reprit l’ouvrage en 1730, Jean-Ange Brun et Jean-Baptiste II Péru qui le paracheva, le dotant d’une riche décoration107. Ces artistes ont sans nul doute marqué, chacun à leur tour, la construction de leur empreinte. Toutefois, si la tradition érudite avignonnaise n’a pu nommer l’auteur des dessins originaux de l’église, elle admet qu’ils ont sans doute servi à son élévation sur des fondations antérieures, adoptant un parti pris audacieux : un plan ovale, dont il n’existe aucun modèle dans la ville, et un seul précédent en Provence, la chapelle de la Charité à Marseille construite en 1672108.

  • 109 Ibid., p. 49.
  • 110 Jean Vallery-Radot, « L’église de l’Oratoire », dans Avignon et Comtat Venaissin, coll. Congrès ar (...)

42Hyacinthe Chobaut en livre une description à la fois technique et admirative, soulignant « l’originalité du plan de cette église, le dessin hardi de la coupole »109. Même admiration de Jean Vallery-Radot, qui attribue cette construction à « un architecte au goût raffiné et d’une habileté consommée »110, dans lequel il est très tentant de reconnaître Louis Trestournel.

Hors l’Oratoire

43Au tournant du siècle, et alors qu’est disparu le Père de Sainte-Marthe, ordonnateur général des chantiers oratoriens, Louis Trestournel se consacre à des missions extérieures à la congrégation, comme sans doute à ses débuts.

  • 111 Arch. départ. Loire, 12 H 9, visitandines de Montbrison, quittance autographe du frère Louis et au (...)
  • 112 Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville : l’architecture des Visitandines, xviie-xviiie siècles(...)
  • 113 Arch. départ. Loire, 12 H 9.

44En 1698, les visitandines de Montbrison en font le premier architecte de leur église111, finalement conçue deux ans plus tard par le Dijonnais Martin de Noinville, de l’agence de Jules Hardouin-Mansart112. Est-ce une coïncidence ? En 1699, frère Louis avait justement prolongé par un séjour à Dijon sa mission forézienne, aux frais des religieuses113. Sans doute s’agissait-il pour lui de solliciter une expertise.

  • 114 Jean Marilier, « Le monastère et l’église des bernadines de Tart à Dijon », Mémoires de la Commiss (...)
  • 115 Louis Trestounel pourrait s’être inspiré du premier projet de Jean Dubois pour la Visitation de Di (...)
  • 116 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, « Factum pour les Dames Abbesse et Religieuse de Notre-Dame de Tart (...)

45Plus important et durable est son engagement auprès des Dames de Tart. Ces bernardines avaient dû quitter en 1623 leur berceau au diocèse de Langres sous la conduite de Sébastien Zamet, leur évêque, pour s’établir à Dijon dans un quartier éloigné du centre, à l’étroit et dans l’inconfort. Responsable de cette austérité, la ruine de leur domaine rural en 1636, durant la guerre de Trente Ans, retarde longtemps la construction d’un véritable monastère envisagée seulement, et sur le long terme, à partir de 1672 et la visite sur commission épiscopale de l’abbé Claude Fyot114. Le cloître est achevé peu avant 1680 et l’enclos parfait grâce à l’achat de parcelles limitrophes entre 1688 et 1692. La bâtisse de la chapelle définitive n’est projetée qu’en 1699115. Le Père Claude Gonin, supérieur du séminaire diocésain régi par l’Oratoire et confesseur des moniales, les convainc d’en confier la conduite à Louis Trestournel, dont il vante le savoir-faire et la réputation acquise à Beaune116. Jusque-là pris en charge par la Visitation de Montbrison, le frère architecte reçoit dès le 15 avril 1699 pension des cisterciennes de Tart.

  • 117 Arch. départ. Côte-d’Or, B 12367, « Parlement de Dijon, Sentences définitives », p. 355-372 ; 4 E (...)

46L’épais dossier judiciaire (factums, vérifiés par expertises et jugements)117, formé à l’occasion du différend intervenu de 1704 à 1706 entre les bernardines et l’entrepreneur Pierre Lambert, par ailleurs à l’origine de la place Royale de Dijon (actuelle place de la Liberté), permet d’aller plus loin.

  • 118 Originaire de Romans, reçu en l’Oratoire à 24 ans (Lyon, 1677), il meurt au séminaire de Dijon en (...)
  • 119 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, p. 2.

47On apprend incidemment que d’une « habileté muete », Louis « ne sçavoit pas s’énoncer ». Son accent méridional est-il trop prononcé ? Souffre-t-il d’un problème d’élocution ? Quoi qu’il en soit, les oratoriens lui adjoignent pour le temps de son séjour à Dijon le frère Pierre Rivoire118 qui parlera pour lui : « Il a l’esprit vif et les manières insinuantes, il sait avec adresse conduire une affaire à ses fins [...] en un mot, il est beaucoup au-dessus des emplois qu’il remplit au séminaire »119, où l’on retrouve un profil de serviteur doué, mais avec, en l’espèce, une certaine part d’ombre.

  • 120 J. Marilier (op. cit., p. 270-276) attribue à Trestournel la réalisation de quatre projets prépara (...)
  • 121 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, p. 9-11, « Réplique à la réponse des Frères au premier fait concern (...)
  • 122 Ibid., p. 3.

48Frère Louis reconnaît le terrain, propose de construire une rotonde, faisant valoir que ce type d’ouvrage est peu usité. De l’idée au dessin, il en dresse le plan, payé de 100 livres en juillet 1699120. La communauté accepte son projet, à la condition expresse, étant donné l’ampleur de l’entreprise à laquelle 40 000 livres sont destinées, que Trestournel soumette son plan à l’expertise d’éminents architectes parisiens. Frère Louis accepte cette clause. Il tient à effectuer lui-même la démarche et, après avoir consulté à Chalon, prend dès le mois d’août la route de Paris. Il y rencontre le sculpteur François Girardon, chancelier et recteur de l’Académie royale de peinture, à charge pour lui de solliciter l’avis de spécialistes121. Le projet semble recueillir leur assentiment. Et même si Louis ne peut produire aucune des attestations exigées, il reçoit 95 livres pour prix de son voyage. À son retour, il dresse un devis (aujourd’hui disparu) en 41 articles suivant son plan, dont Pierre assure la transcription122. Le menuisier Part travaille au « modèle », vraisemblablement une maquette. Deux entrepreneurs, Moreau et Lambert, se présentent. Ce dernier remporte le marché le 9 septembre, pour 70 500 livres. La livraison du chantier est prévue le 11 novembre 1704.

49Quand les travaux débutent, le 15 septembre, Louis, toujours secondé par Pierre, s’en voit confier la surveillance et l’inspection, à la recommandation du Père Gonin. La tâche est d’autant plus sensible que les moniales, cloîtrées, sont sans regard sur le chantier, et leurs parents tenus à l’écart. Afin de s’assurer ses services, elles prennent en charge sa pension (ses « gages ») pour 300 livres annuelles, payées de 1699 à 1702.

  • 123 BM Dijon, ms 3674, pièce no2.

50Des marchés complémentaires, réglés par Louis et conclus sous seing privé, sont passés, pour le clocher (octobre 1699), la sacristie et les chambres des prédicateurs (juin 1700), une pierre de Vitteaux (semblable à du marbre) à graver et placer au-dessus de la porte de l’église (avril 1701), la grille du chœur, enfin, dessinée par Louis123. Des correctifs sont apportés au devis, des amendements effectués, toujours avec l’assentiment des frères. Les moniales sont avisées de l’élargissement des fenêtres du tambour (voulu par Trestournel) et contraintes d’accepter un nouveau modèle de calotte pour le dôme, où l’on abandonne l’idée de placer un lanternon, une plateforme et sa balustrade. Mais Lambert ne recherche pas leur accord lorsqu’il substitue de la pierre de pays ou d’Asnières, à celle d’Is-sur-Tille réputée plus résistante au gel, pour les cimaises du fronton du portail, la corniche qui le surmonte et son amortissement, les balustrades, appuis et vases, comme pour les côtés du dôme et sa corniche, dont il se permet encore d’augmenter sensiblement le diamètre. Les frères l’auraient laissé faire. Voilà la confiance des moniales entamée, le prix exigé pour l’ouvrage atteint désormais 100 000 livres, les délais de livraison ne sont pas tenus. L’affaire est donc portée en justice, la communauté et l’entrepreneur se citant mutuellement. Les oratoriens, de leur côté, s’offusquent que les noms et l’honneur de leurs deux serviteurs, qui ont imprudemment lié leur cause à celle du maçon, soient livrés à la rumeur publique et l’objet d’un jugement peu flatteur. Le Père Gonin et le visiteur départemental s’emploient à les justifier, ce en quoi la justice les exauce finalement, par arrêt du 3 août 1706, en même temps qu’elle condamne les parties aux torts réciproques. Un accord amiable met fin au contentieux le 31 août suivant. Pour l’historien, ce différend est une occasion inespérée de saisir Louis Trestournel sur le vif, à l’œuvre, du tracé des plans et des élévations à l’élaboration d’un devis, jusqu’au suivi de chantier en passant par tous les arbitrages.

  • 124 J. Marilier, op. cit., p. 275.

51À l’évidence, frère Louis se nourrit de modèles inspirants, le Val-de-Grâce et l’Oratoire du Louvre assurément, et ceux d’églises à plan central, Saint-Louis des Invalides, peut-être, la Visitation de Paris, de François Mansart, surtout124, ou encore la nef de Notre-Dame des Ardilliers à Saumur. Mais sa réalisation – un hexagone inscrit dans une croix – est tout à fait innovante, qui se distingue encore par l’adoption d’une coupole originale, à la fois voûte de la rotonde et support du toit de tuiles, quand les autres possèdent une charpente pour soutenir le dôme. En outre, deux couloirs, au lieu d’un seul, ménagés entre stalles et murs latéraux, permettent une circulation discrète du chœur vers la tribune des pensionnaires et la sacristie des moniales.

  • 125 D. Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale, op. cit., p. 613 ; E. Béguillet(...)

52Trestournel signe ici son chef d’œuvre (pl. 7), considéré comme « le projet le plus original conçu alors à Dijon »125. Dominique Dinet l’évoque en des termes élogieux :

  • 126 D. Dinet, op. cit., p. 639.

Par son style, comme par ses dimensions, elle a des allures de majesté avec un dôme s’élevant à plus de trente mètres du sol, et une façade de près de vingt mètres de large, à la fois sobre et imposante dans son encadrement composé de deux piliers obliques en contreforts d’angle, cantonnés de pilastres d’ordre composite et d’une corniche avec architrave surmontée d’une balustrade ornée de vases décoratifs. Pour agrémenter cette façade s’ouvre une porte monumentale, flanquée de quatre colonnes doriques reliées par un entablement sous fronton triangulaire. Mais la plus grande réussite de son architecte, le frère Louis Trestournel (ou Testournel), de l’Oratoire, tient au plan adopté. Sa disposition intérieure est unique en ces provinces, audacieuse et complexe (en jouant du carré, du cercle et de l’octogone). Le choix majeur est celui d’un vaisseau circulaire dont les pilastres d’ordre composite (mais d’un décor différent de ceux placés à l’extérieur) supportent un tambour que coiffe une coupole126.

53Cette description technique souligne la maîtrise à laquelle est parvenu l’architecte oratorien au terme d’un véritable cheminement artistique et spirituel.

54Celui qui préférait les coupoles, Louis Trestournel, offre un exemple singulier parmi ces frères artistes qui apportent à l’Oratoire la très discrète contribution de leurs talents. Et l’archive qui le documente, même si sa production n’est pas fortuite, n’est pas seul témoin de son éclat, d’autres de son envergure eussent laissé aussi quelques traces lisibles. Architecte itinérant, homme de confiance, expert, il a comme nul autre marqué de sa main audacieuse les trois départements qui composent le paysage de sa congrégation. À l’âge d’or de l’architecture oratorienne, frère Louis, produit de son époque, donne sa pleine mesure. Mais, primus inter pares, il est partie d’un tout. D’autres frères, le plus souvent anonymes, ont accompagné les chantiers, de la forêt à la charpente, de la carrière à l’œuvre achevée. Le Père de Sainte-Marthe, à défaut d’en être le pygmalion, est l’adjuvant qui les fait valoir. Il serait utile de préciser la nature, la part de leurs fonctions réelles, de la supervision au maniement de l’outil. Trestournel n’était-il pas aussi sculpteur ? Sa mort marque une autre fin, quand, au tournant du siècle, l’Oratoire préfère confier à des prestataires extérieurs, plutôt qu’à ses servants, la conception de ses vaisseaux de pierre.

Pl. 6 Ancienne chapelle de l’Oratoire de Beaune édifiée sur les plans de Louis Trestournel, début du xviiie siècle, état actuel.

Pl. 6 Ancienne chapelle de l’Oratoire de Beaune édifiée sur les plans de Louis Trestournel, début du xviiie siècle, état actuel.

Pl. 7a Façade de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.

Pl. 7a Façade de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.

Pl. 7b Coupole de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.

Pl. 7b Coupole de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.

Notes

1 Adolphe Perraud, L’Oratoire de France au xviie et au xixe siècle, Paris, Charles Douniol, 1865 ; Henri Bremond, Histoire littéraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu’à nos jours, t. III, La Conquête mystique. L’École française, Paris, Bloud et Gay, 1921, chap. I-III ; Michel Leherpeur, L’Oratoire de France, Paris, Éditions Spes, 1926 ; André George, L’Oratoire, Paris, Bernard Grasset, 1928.

2 François-Xavier Carlotti, Le Troisième département de l’Oratoire de Jésus (xviie-xviiie siècles). Un réseau congréganiste dans la France du Midi, thèse de doctorat en Histoire, Université Jean-Moulin-Lyon 3, 2013, 3 vol. dactyl.

3 Le Premier département est celui de "Loire" (France de l’Ouest, de la Saintonge à la Flandre), le Second celui de « Lyon » (de l’Auvergne et du Dauphiné à la Bourgogne et la Lorraine) ; le Troisième, dit de « Provence », s’étend sur les provinces méridionales du royaume (Guyenne, Gascogne, Languedoc et Provence). Le ressort de la maison généralice couvre quelques maisons proches de la capitale.

4 Willem Frijhoff, Dominique Julia, « Les Oratoriens de France sous l’Ancien Régime. Premiers résultats d’une enquête », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXV, n° 175, juillet-décembre 1979, p. 225-265.

5 Roberto Caterino, L’Oratorio di Francia e l’architettura, Genova, Sagep, 2017. Le terrain avait été préparé par Véronique de Becdelièvre-Lambert, Recherches sur l’œuvre architecturale de la Congrégation de l’Oratoire de France aux xviie et xviiie siècles d’après le recueil des Archives nationales, thèse de l’École des chartes, Paris, 1977, 2 vol. ; Ead, « Les atlas N IV Seine 68 et N IV Seine 69 des Archives nationales. Contribution à la politique architecturale de la Congrégation de l’Oratoire de France aux xviie et xviiie siècles », Histoire et archives, no 20, juillet-décembre 2006, p. 73-117.

6 Nicole Bouter (éd.), Les mouvances laïques des ordres religieux [Actes du 3e colloque international du CERCOR, Tournus, 1992], Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992.

7 AN, MM 574, Règlements et exercices spirituels pour les frères servants de la congrégation de l’Oratoire de Jésus-Christ Notre Seigneur, 1682, 35 p.

8 Ibid., p. 8-23.

9 Un ordre du Conseil, daté du 29 novembre 1678, invite les visiteurs à se montrer particulièrement vigilants à la formation spirituelle des frères confiée au soin de leur Directeur [AN, MM 582, « Registre des ordres et délibérations du Conseil de l’Oratoire, 1673-1680 », p. 180, art. 9].

10 BM Aix, ms 282 (1049), « Livre contenant les noms et surnoms de tous les congrégéz en l’association de la Famille de Jésus, Marie et Joseph, soubs le gouvernement du glorieux sainct Joseph, érigée dans la maison de la congrégation de l’Oratoire de Jésus en ceste ville d’Aix le 21 novembre 1625, jour de la présentation Nostre Dame », s.d. [1625-1706].

11 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 11, Oratoriens d’Avignon, « Inventaire judiciel des biens et héritages délaissés par le frère Pierre Marentier de la maison de l’Oratoire de Jésus de la présente ville d’Avignon », 14 mars 1698.

12 AN, MM 608, « Catalogue de tous ceulx qui sont présentement de la congrégation, tant pères que confrères et frères en cette présente année 1628 [continué jusqu’en 1662] ». Le registre contient notamment les notices, rangées alphabétiquement, des frères reçus (f. 55-75). Et l’on relève encore leurs noms parmi les morts répertoriés sans distinction de statut (f. 76-89).

13 AN, MM 228B n° 2-3, « Catalogues des prêtres, confrères et frères de la congrégation de l’Oratoire », 1729, 1732-1739, 1742-1747 ; MM 613, « Catalogue des frères qui résident dans les maisons de l’Oratoire de France », 3 juin 1782 ; AO, carton IX2, « Copie ancienne de la liste oratorienne envoyée au Comité ecclésiastique », 1er avril 1790.

14 AN, MM 576-592, « Registres des ordres et délibérations du Conseil de l’Oratoire », 1648-1790.

15 AN, M 229, « Visites des maisons et collèges de l’Oratoire (1654-1793) », actes des visites des Pères Alard (1660-1661), de Moissey (1665-1666) et Gourreau (1693-1696) ; MM 595, « Visites des maisons de France. Troisième département, 1673-1674 ».

16 AC Condom, 25626B, « Livres des visites de la maison de l’Oratoire de Condom (1631-1702) », p. 343, avis du P. de La Mirande, 9 septembre 1679.

17 Ibid., p. 194, ordre du Conseil, 27 mars 1679.

18 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, « Histoire de la maison d’Avignon (1682-1722) », p. 165, « Modèle de la déclaration qui doit être écrite et signée de la maison de celui qui aura été reçu Frère, ou passée par devant les notaires des lieux, s’ils ne savait pas signer, et envoyée au Conseil. Extrait de la deuxième session de l’Assemblée XXIV [1702] ».

19 AN, M 220, « Mémoires pour servir à l’histoire de l’Oratoire », dossier no1, pièce no10, p. 14.

20 Arch. départ. Bouches-du-Rhône (désormais BdR), 40 H 5, Oratoriens d’Aix, « actes et contrats », f. 85v-87, 17 novembre 1633.

21 AN, M 220, dossier n° 1, pièce no8, « La vie de quelques frères servans de la congrégation de l’Oratoire qui se sont rendus recommandables par leur piété, composées par le R.P. Edme Cloyseault, prêtre de la même congrégation », 1724, p. 3-4.

22 AN, MM 623, « Annales de la congrégation de l’Oratoire », 1611-1711, p. 468.

23 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 141.

24 Fr.-X. Carlotti, op. cit., vol. 1, p. 572-575.

25 AN, MM 623, p. 437.

26 BM Aix, ms 282 (1049), f. 7 v.

27 Arch. départ. BdR, 40 H 6, Oratoriens d’Aix, « Actes et contrats », 1649-1682.

28 Ibid., 41 H 2, Oratoriens de Mimet, « Recettes et dépenses », 1646-1653.

29 Ibid., 40 H 4, Oratoriens d’Aix, « Répertoire général des titres et papiers », 1592-1729, p. 268, 270-271.

30 Ibid., 40 H 3, Oratoriens d’Aix, « Répertoire général des titres et papiers établi en 1728 », p. 89 ; 40 H 4, p. 272.

31 Ibid., 41 H 1, Oratoriens de Mimet, « Actes et contrats », f. 4 : « Pour ce qui est des autels, leurs plafonds sont, ou tableaux de bonne main, enrichis de beaux cadres, avec colonnes, frises et architraves, ou niches placées dans de forts jolis dessins de menuiserie dorée, ouvrages la plupart du frère Jean Doux ».

Un bas-relief en bois doré, partie de retable de N.-D. des Anges, attribué à Jean Doulx, est toujours conservé dans l’église paroissiale de Mimet. Il représente les pèlerins d’Emmaüs.

32 AN, MM 577, f. 1, ordre du Conseil, 25 janvier 1652.

33 Jean Boyer, L’hôtel de ville d’Aix, notice historique, Aix-en-Provence, Roubaud, 1944, p. 7.

34 AN, MM 580, f. 46 et 76, délibérations du Conseil, 27 janvier et 23 décembre 1667.

35 Arch. départ. Rhône, 19 H 18, Oratoriens de Lyon, « Livre de visites », 1642-1778, p. 84, acte de la visite du P. du Brueil, 30 septembre 1668.

36 AN, M 229, acte de la visite de la maison d’Aix par le P. de Moissey, 11-19 avril 1666 ; MM 580, f. 40, ordre du Conseil, 30 août 1666 : « Frère Jean Doulx [se rendra] de Lyon à Aix, et retournera sans faillir à Lyon après Pâques [1667] ».

37 Arch. départ. Rhône, 19 H 18, p. 97.

38 Ibid., p. 19.

39 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 5, « Petites chroniques des affaires et exercices de ceste maison [d’Avignon] », f. 22.

40 Ibid., f. 29.

41 AN, MM 577, f. 45, 12 janvier 1657. La sous-série 49 H (oratoriens de Clermont) des archives départementales du Puy-de-Dôme reste muette.

42 Paul Lallemand, Histoire de l’éducation dans l’Ancien Oratoire, Paris, Ernest Thorin, 1888, p. 118-160 ; Fr.-X. Carlotti, op. cit., t. II, p. 1009-1059.

43 Provins (1672), Agde (1674), Poligny (1685), Hyères (1695).

44 Auguste-Marie-Pierre Ingold, Émile Bonnardet (éd.), Mémoires domestiques pour servir à l’histoire de l’Oratoire... [du P. Louis Batterel, de l’Oratoire] », Paris, A. Picard et fils, 1905, vol. 4, p. 37 ; Augustin-Marie-Pierre Ingold (éd.), Recueil des vies de quelques prêtres de l’Oratoire du P. Cloyseault, Paris, Poussielgue, 1883, t. 3, p. 6. Le lecteur se reportera avec fruit à l’ouvrage de R. Caterino, op. cit., p. 149-171.

45 AN, MM 609, « Catalogue des prêtres et des confrères de l’Oratoire », 1614-1782, p. 423-424.

46 AN, MM 580, f. 4.

47 R. Caterino, op. cit., p. 81.

48 Pour Roberto Caterino (Ibid., p. 116, 129, 179-180), frère Antoine pourrait être l’auteur des plans des maisons de Tours (AN, Cartes et plans, N III Indre-et-Loire 1/1-2), du Mans, son collège et son église, où il a signé au recto (Ibid., N III Sarthe 13), des séminaires d’Arles (Ibid., N IV Seine 69, f. 5), d’Avignon (Ibid., f. 7), de l’élévation de celui de Soissons (Ibid., N III Aisne 66).

49 AN, MM 582, p. 174, ordre du Conseil, 19 octobre 1678.

50 Ibid., 23 septembre 1675.

51 AN, MM 584, p. 48, ordre du Conseil de l’Oratoire, 15 juillet 1681 ; S 6782B, « maisons de l’Oratoire sises hors de Paris », dossier « Lectoure », contrat d’entreprise, marché pour la construction du bâtiment du séminaire de Lectoure, 14 juin 1681.

52 AN, M 228B, dossier n° 29, « ordres et délibérations du Conseil », 1641-1648, ordre du 29 janvier 1643.

53 Ibid., 1661-1664, ordre du 18 juillet 1661.

54 AN, MM 580, f. 9.

55 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 5, « Maison de Rouen : Église, construction (1656-1669) » ; 40 H 11, « Livres des recettes et dépenses », 1667-1751.

56 Charles de Beaurepaire, Notice sur l’Oratoire de Rouen, Rouen, Cagniard, 1903, p. 12.

57 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 11, p. 64.

58 Ch. de Beaurepaire, op. cit., p. 14.

59 AN, MM 581, f. 52v, ordre du 4 janvier 1672.

60 AN, MM 577, f. 34v et 37, ordres des 11 février et 4 août 1656.

61 R. Caterino, op. cit., p. 151-158.

62 AN, MM 582, f. 25v, ordre du 20 avril 1674.

63 Ibid., f. 97 et p. 118, ordres des 7 août 1676 et 9 juillet 1677 ; AN, Cartes et Plans, N IV Seine 69, pl. 3, maison d’Angers, 1676.

64 Ibid., MM 606, « Mémoire des Pères, des confrères et des frères de la Congrégation de l’Oratoire de Jésus qui sont morts dans lad. Congrégation depuis la dernière Assemblée générale... », 1675-1678.

65 Jean Boyer, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix-en-Provence, Publications Universitaires de Lettres et Sciences humaines d’Aix-en-Provence, Paris, Ophrys, 1972, p. 280-285 ; Jean-Jacques Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence. Recherches sur la culture architecturale dans le Midi de la France de la fin du xve au début du xviiie siècle, Rome, 1979, t. 2, p. 282-283.

66 Edme Béguillet, Claude Courtépée, Description générale et particulière du Duché de Bourgogne, précédée de l’abrégé historique de cette province, t. II, Description historique et topographique du Duché de Bourgogne, Dijon, Frantin et Causse, 1777, p. 276.

67 Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, André, Daly fils et Cie, 1887, p. 317.

68 V. de Becdelièvre-Lambert, « Les atlas... », op. cit., p. 97.

69 Dominique Dinet signale la clarification apportée par Yves Beauvalot qui, dans une plaquette consacrée au Musée d’Art sacré de Dijon, propose le nom de Trestournel pour le « frère Louis » identifié comme l’auteur des plans de l’église des bernardines de Dijon. Dominique Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie - fin xviiie siècles), Paris, Publ. de la Sorbonne, 1999, vol. 2, p. 613, n. 20.

70 Fr.-X. Carlotti, op. cit., t. I, p. 584-590 ; R. Caterino, op. cit., p. 82-83.

71 Arch. départ. BdR, 301 E 303, « Étude Jean-Louis Alpheran », f. 787v, « Prix-fait pour le prieur de Saint-Jean de cette ville d’Aix contre Veyrier », 17 décembre 1689.

Les registres de baptême de la paroisse de Bargemon n’ont pas été conservés pour les années 1624-1649 susceptibles de concerner Louis Trestournel.

72 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 169-179 et 277-285 ; J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence..., op. cit., t. 2, p. 299-306.

73 Arch. départ. BdR, 306 E 932, « Étude Michel Daniel », f. 504v. Les entrepreneurs promettaient de refaire « bien et deubment led. Dosme [...] de la forme manière et ouvrage du dessain quest fait par Louis Trestornel maistre esculpteur habittant dud. Aix ».

74 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 283.

75 J.-J. Gloton, Renaissance et baroque à Aix-en-Provence..., op. cit., t. 2, p. 282-283.

76 Ibid., p. 282-283.

77 AN, MM 584, p. 196, ordre du Conseil, 16 juillet 1686.

78 Eugène Leflaive, Les oratoriens à Beaune. Le collège de l’Oratoire, Beaune, Impr. beaunoise, 1930 ; Joseph Delissey, Le vieux Beaune, Beaune, impr. beaunoise, 1941 ; Véronique de Becdelièvre-Lambert, « La reconstruction du Collège de Beaune par les Pères de l’Oratoire », Recueil des travaux du Centre Beaunois d’Études Historiques, t. 2, 1979, p. 40-67.

79 AN, Cartes et plans, N III Côte-d’Or 8/1-2, élévation et plan du collège de l’Oratoire, 1687.

80 J. Boyer, L’architecture religieuse..., op. cit., p. 83-109.

81 Arch. départ. BdR, 301 E 303, « Étude J.-L. Alpheran », f. 787v, « Prix-fait pour le prieur de Saint-Jean de cette ville d’Aix, contre Veyrier », 17 décembre 1689.

82 AN, MM 584, p. 307.

83 AN, MM 583, p. 367, délibération du Conseil, 28 mai 1689.

84 AN, Cartes et plans, N IV Seine 69, f. 15. D’après une analyse graphique, Roberto Caterino (op. cit., p. 127) propose de lui comparer des plans dressés vers 1686 pour le collège de Toulon à reconstruire (AN, Cartes et plans, N III Var 1/1-2). Mais sa présence in situ n’est pas certifiée (AM Toulon, DD 15 et 109, « collège de Toulon »). Sur le même fondement, ne pourrait-on voir son trait sur les plans de Marseille et Pertuis (AN, Cartes et plans, N IV Seine 69, p. 19 et N IV Seine 68) ?

85 AN, M 229, actes des visites de la maison de Hyères par le P. Gourreau, 3-6 septembre 1694, 16-19 juin 1695, 27-31 janvier 1696.

86 AN, MM 586, p. 76, ordre du Conseil, 30 mars 1696 : « Le frère Louis se rendra d’Aix à Hyères pour y prendre le soin du nouveau bâtiment ».

87 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 98.

88 Ibid., p. 106-107 ; AN, M 229, mémoire du P. Gombert joint à l’acte de visite du P. Gourreau, 25-30 juillet 1694.

89 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 115.

90 AN, M 229.

91 Arch. départ. Loire, 12 H 9, visitandines de Montbrison, quittance autographe du frère Louis et autres reçus, 1698-1699.

92 AN, MM 586, p. 377, ordre du Conseil, 31 janvier 1701.

93 Ibid., p. 450, ordre du 4 décembre 1702.

94 AN, MM 596, visite de Dieppe, août 1705, f. 79-82.

95 La sous-série 40 H (Oratoire de Rouen) des Archives de Seine-Maritime n’en dit rien.

96 Arch. départ. Seine-Maritime, 40 H 13, « Livre de la dépense », p. 140, mention de la visite du général, 20 avril 1703.

97 Ibid., p. 138.

98 AN, MM 596, f. 69v.

99 AN, MM 586, p. 483, ordre du Conseil, 12 novembre 1703.

100 AN, MM 587, p. 136, ordre du Conseil, 15 octobre 1708.

101 Joseph Delissey, L’hôpital de la Sainte-Trinité ou Hospice de la Charité (tous les deux hospices de Beaune), Beaune, Girard, 1944, p. 53-54.

102 AN, Cartes et plans, N III Côte-d’Or 8/2. R. Caterino, op. cit., p. 82-83.

103 AN, MM 588, p. 120 et 128, ordre du Conseil du 4 octobre 1717, réitéré le 22 novembre suivant. Le même registre mentionne aussi, à la date du 9 octobre 1719, un ordre adressé au frère Louis, de se rendre d’Aix à Joyeuse.

104 Arch. départ. Vaucluse, 55 H 2, p. 134.

105 Ibid., p. 150.

106 AN, M 221, « État des revenus et administration de différentes maisons », dossier no 8 (« Avignon »), pièce no 5, « Mémoire pour les Pères de l’Oratoire d’Avignon », 1775.

107 Hyacinthe Chobaut, « L’église de l’Oratoire d’Avignon », Annales de la Société des Amis du Palais des Papes, 1933, p. 47-62.

108 Ibid., p. 53 : « Nous ignorons le nom de l’architecte qui avait fourni les plans très particuliers de l’édifice. Il est fort probable que ce premier architecte avait déjà adopté le parti d’une construction sur plan ovale ».

109 Ibid., p. 49.

110 Jean Vallery-Radot, « L’église de l’Oratoire », dans Avignon et Comtat Venaissin, coll. Congrès archéologique de France, 121, Paris, Société française d’archéologie, 1963, p. 124.

111 Arch. départ. Loire, 12 H 9, visitandines de Montbrison, quittance autographe du frère Louis et autres reçus, 1698-1699.

112 Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville : l’architecture des Visitandines, xviie-xviiie siècles, Paris, Éd. du patrimoine, 2013, p. 108 et 275.

113 Arch. départ. Loire, 12 H 9.

114 Jean Marilier, « Le monastère et l’église des bernadines de Tart à Dijon », Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d’Or, t. 33, 1982-1983, p. 255-290.

115 Louis Trestounel pourrait s’être inspiré du premier projet de Jean Dubois pour la Visitation de Dijon (1674) pour élaborer ce plan, le troisième qu’il ait présenté. Dominique Fernandes, À propos de l’ancien monastère de la Visitation sainte-Marie. Quelques questions d’architecture et de décor à Dijon aux xviie et xviiie siècles, mémoire de DEA, Université Paris IV, 1991, vol. 1, p. 72-76. Je remercie Julie Piront de m’avoir aimablement communiqué cette référence.

116 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, « Factum pour les Dames Abbesse et Religieuse de Notre-Dame de Tart, établies en la Ville de Dijon, Intimées, Apellantes et Défenderesses contre Pierre Lambert Maître Architecte à Dijon ... et les Frères Louis Troistournelle et Pierre Rivoir de l’Oratoire... », 4 avril 1705, p. 2.

117 Arch. départ. Côte-d’Or, B 12367, « Parlement de Dijon, Sentences définitives », p. 355-372 ; 4 E 1, « notaire Bryois », liasse 1652, marché et devis pour la construction, 9 septembre 1699, 24 p. ; H 1043, « Marché et mémoire des ouvrages qui restent à achever aux bâtiments des Dames bernardines », 31 août 1706, 32 p. ; H 1048, « Réponse au factum des Frères Louis Troistournelle et Pierre Rivoir de l’Oratoire », [1705], 36 p. ; BM Dijon, fonds Marilier, ms 3674, copies de cinq factums produits par les parties, 1705-1706.

118 Originaire de Romans, reçu en l’Oratoire à 24 ans (Lyon, 1677), il meurt au séminaire de Dijon en 1742.

119 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, p. 2.

120 J. Marilier (op. cit., p. 270-276) attribue à Trestournel la réalisation de quatre projets préparatoires (BM Dijon, Estampes, portefeuille Dijon, « couvents de femmes, bernardines », s.d.) dont les factums ne font pas mention.

121 BM Dijon, ms 3674, pièce no 2, p. 9-11, « Réplique à la réponse des Frères au premier fait concernant le prétendu voyage de Paris ».

122 Ibid., p. 3.

123 BM Dijon, ms 3674, pièce no2.

124 J. Marilier, op. cit., p. 275.

125 D. Dinet, Religion et Société : les Réguliers et la vie régionale, op. cit., p. 613 ; E. Béguillet et Cl. Courtépée, op. cit., t. 2, p. 275.

126 D. Dinet, op. cit., p. 639.

Table des illustrations

Titre Ill. 8 Signature de Louis Trestournel, « Prix-fait pour le prieur de Saint-Jean de cette ville d’Aix contre Veyrier », 17 décembre 1689. Arch. départ. BdR, 301 E 303, f. 787v
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Ill. 9 [Louis Trestournel], « Plan et élévation du collège de l’Oratoire de Beaune », 1687. Archives nationales, Cartes et Plans, N III Côte-d’Or 8/1.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. 6 Ancienne chapelle de l’Oratoire de Beaune édifiée sur les plans de Louis Trestournel, début du xviiie siècle, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. 7a Façade de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. 7b Coupole de l’ancienne église Sainte-Anne, abbatiale du monastère des bernardines de Dijon édifiée de 1699 à 1708 sur les plans de Louis Trestournel, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search