Version classiqueVersion mobile

Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (xviie-xviiie siècles)

 | 
Julie Piront
, 
Adriana Sénard-Kiernan

Un religieux architecte de la Congrégation de Saint-Maur : Denys Plouvier (vers 1601-1669)

Erwann Le Franc

Texte intégral

  • 1 Philippe Bonnet, Les constructions de l’ordre de Prémontré en France aux xviie et xviiie siècles, (...)

1L’intérêt des chercheurs pour les religieux bâtisseurs n’est pas nouveau et leur rôle a été depuis longtemps souligné. Ces dernières années, le nombre de religieux et religieuses architectes s’est enrichi grâce aux travaux menés sur les bâtiments des congrégations à l’époque moderne, comme celles des prémontrés, des cisterciens, des chartreux, des visitandines, des annonciades célestes, des capucins et des jésuites, pour n’en citer que quelques-unes1.

  • 2 André Rostang, « L’œuvre architecturale des bénédictins de Saint-Maur en Normandie (1616-1789) », (...)
  • 3 Monique Bugner, Cadre architectural et vie monastique des bénédictins de la congrégation de Saint- (...)
  • 4 Pierre-Marie Sallé, Les abbatiales de la congrégation monastique bénédictine de Saint-Maur : resta (...)

2En ce qui concerne les bénédictins, en dépit des études fondamentales d’André Rostang2 et de Monique Bugner3, l’action des mauristes architectes reste, à bien des égards, largement méconnue. Soit par manque de documentation, soit par manque d’intérêt pour l’architecture conventuelle, à l’exception des églises qui font actuellement l’objet de recherches doctorales4.

3Si aucun ordre masculin ne réserve à ses membres l’exclusivité de ses projets architecturaux, il semble que durant la période d’intense activité de constructions religieuses qui caractérise l’architecture française au xviie siècle, les religieux architectes tiennent un rôle fondamental. Leurs carrières accompagnent le développement des monastères des « nouveaux ordres » tels les jésuites mais aussi les mouvements de réforme des ordres plus anciens, notamment au sein de la famille bénédictine.

  • 5 Seul Guillaume de la Tremblaye a bénéficié d’une notoriété plus grande grâce notamment aux travaux (...)
  • 6 Pierre Moisy, « L’architecte François Derand, jésuite lorrain », Revue d’histoire de l’Église de F (...)

4Ainsi, quelques personnalités, à l’instar de Dom Plouvier, présentent des parcours comparables à ceux des plus fameux religieux architectes que sont le bénédictin Guillaume de la Tremblaye5, les jésuites Étienne Martellange et François Derand reconnus de leur temps, comme aujourd’hui, comme de vrais d’artistes6. Pareillement, les interventions de Dom Plouvier ne se limitent pas à un monastère, ni même à une province, mais jalonnent la moitié nord de la France actuelle.

  • 7 Nous renvoyons le lecteur à René-Prosper Tassin, Histoire littéraire de la Congrégation de Saint M (...)
  • 8 Daniel-Odon Hurel, « La reconstruction de Marmoutier par les Mauristes (1638-1715) », Revue d’Hist (...)
  • 9 Le devis de chiffrage des travaux de remise en état est peut-être un élément de négociation pour l (...)

5Fondés en 1618, les bénédictins réformés de Saint-Maur comptent, à la fin du xviie siècle, près de 180 monastères7. Ils apparaissent donc comme des acteurs incontournables de la Réforme catholique et leur œuvre monumentale est considérable. La particularité des constructions mauristes de cette période, réside dans le fait qu’ils n’ont pas fondé de nouveaux monastères, mais qu’ils ont pris possession d’anciennes abbayes, plus ou moins bien conservées dont ils ont dû tirer parti8. Bien souvent, les entreprises de rénovations des bâtiments coïncident avec l’établissement de concordats pour la réforme de l’abbaye9. Ces concordats comportent généralement une clause financière qui détermine la participation des anciens occupants à la remise en état de l’abbaye et à son réaménagement.

  • 10 Monique Bugner, op. cit., p. 39.
  • 11 Xavier Barral I Altet, « Landévennec d’après les sources du xviie siècle », dans Xavier Barral I A (...)

6On dénombre actuellement une petite dizaine de mauristes architectes au xviie siècle, recensés par Monique Bugner : Dom Marc Rivard, Dom Xiste Mousnier, Dom Firmin de la Croix, Dom Hilaire Pinet, Dom Joseph de la Béraudière, Dom Pierre Lédo, Dom François Vrayet, Dom Antoine Poumet, frère Luc Laborie et Guillaume de la Tremblaye10. Parmi eux, Denys Plouvier est surtout connu des spécialistes pour ses plans issus de l’ancien fonds de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Ces documents ont été surtout exploités par des médiévistes comme Pierre Héliot et Xavier Barral I Altet pour comprendre les édifices disparus ou profondément remaniés, car ils constituent, dans bien des cas, la seule source iconographique d’ensembles monumentaux remontant au Moyen Âge11.

  • 12 La série N est constituée de plans et de documents figurés extraits de fonds d’archives provenant (...)
  • 13 AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1117 : Prieuré Sainte-Croix de Vitré, plan de projet avec (...)

7Cette documentation d’une importance exceptionnelle pour l’histoire de l’architecture en France est conservée au département des cartes et plans des Archives nationales12. Elle se compose de 185 dossiers d’abbayes issus du fonds de Saint-Germain-des-Prés saisi à la Révolution. Ces dessins de relevés ou de projets devaient être dressés au moins en deux exemplaires. Ils étaient envoyés au Supérieur Général pour examen et approbation. L’un était conservé à Paris et l’autre était renvoyé sur place. La majorité des feuilles sont des plans de relevés et de distribution. Il y a aussi des coupes et des élévations de bâtiments, ainsi que des vues en perspectives d’abbayes, mais elles sont beaucoup plus rares. Ces documents sont généralement dessinés à l’encre. Des lavis de couleurs, jaune, orange, gris, noir, sont employés pour préciser les parties à conserver ou celles à abattre, sans qu’un code de couleurs ne semble déterminé. Quelques plans, comme celui pour le prieuré de Vitré, présentent des « retombes », petits morceaux de feuille mobiles superposés au plan principal qui permettent au dessinateur de présenter plusieurs versions d’un détail, par exemple une distribution ou un escalier13. Des rapports écrits étaient joints aux plans : il s’agit parfois de devis ou de commentaires relatifs à l’état des lieux. Quelques-uns de ces rapports subsistent encore dans les dossiers conservés aux Archives nationales et permettent de se représenter à peu près comment on procédait comme nous le verrons plus loin.

  • 14 Achille Peigne-Delacourt, Monasticon gallicanum : collection de 168 planches de vues topographique (...)

8Presque tous les établissements religieux représentés dans le recueil du Monasticon Gallicanum possèdent leur dossier dans la série NIII. La réunion à Saint-Germain-des-Prés de ces dossiers d’architecture relatifs aux différents monastères de la Congrégation de Saint-Maur a néanmoins été réalisée indépendamment de la collection de dessins destinée à illustrer le recueil du Monasticon Gallicanum durant la deuxième moitié du xviie siècle. Ce dernier, projeté par le bénédictin dom Michel Germain (1645-1694), qui ne fut jamais achevé ni mis dans le commerce, devait servir d’album à une histoire générale des abbayes françaises de la Congrégation de Saint-Maur. L’idée de réunir en une seule publication l’histoire des abbayes bénédictines affiliées à la Congrégation de Saint-Maur et d’y inclure des représentations des édifices est inspirée du Monasticon Anglicanum de Dugdale et Dodsworth. La version préparatoire du texte est conservée à la BnF sous les cotes « ms lat. 11818 et 11819 », tandis que les planches sont conservées sous la cote « Rothschild 3096 (2011 a) ». Ces dernières furent publiées en 1871 dans un recueil de gravures par Achille Peigne-Delacourt14.

  • 15 BM Meaux, Médiathèque Luxembourg, ms 44, Recueil de projets de reconstructions pour les abbayes de (...)

9Indépendamment des fonds conservés autrefois à Saint-Germain, certains mauristes architectes constituaient aussi leur propre documentation, à l’instar de Marc Rivard dont l’album est conservé à la médiathèque de Meaux15.

10Jusqu’à présent, les plans dessinés ou attribués aux mauristes n’ont jamais été ordonnés dans l’ordre chronologique. Si la compilation de ces documents figurés ne dit pas tout du travail de ces architectes, elle permet à tout le moins de prendre quelques repères (voir la liste des œuvres de Plouvier proposée à la fin du présent article). Cette approche permet de préciser en pointillé les étapes d’une carrière et aide à surmonter la difficulté à appréhender les religieux architectes qui circulent sur un territoire très étendu. Des compléments peuvent ensuite être recherchés dans les monographies de monastères et dans les fonds d’archives les concernant.

La carrière de Denys Plouvier

  • 16 Élie Lambert, « Notes sur la série des plans de l’ancien fonds de Saint-Germain-des-Prés aujourd’h (...)
  • 17 AN, LL 1020, Registre des professions de l’abbaye de Jumièges, 1623-1636.
  • 18 Les novices bénédictins ne faisaient profession qu’après un an et un jour de probation. Selon A. D (...)
  • 19 L’homonymie avec la célèbre famille de sculpteurs et architectes angevins est troublante mais fort (...)

11Il est possible de reconstituer l’itinéraire de Denys Plouvier à travers une quarantaine de plans qui lui sont attribués, notamment par André Rostang et Élie Lambert16. Cette documentation témoigne de l’intensité de son travail entre 1640 et 1667, concomitant du développement de la congrégation de Saint-Maur. Selon le registre de profession de l’abbaye de Jumièges, Jean Plouvier naît à Bapaume dans le diocèse d’Arras en 160117. Il y est admis comme profès le 29 octobre 1625, à l’âge de 24 ans et prend le nom de frère Denys (Ill. 4). Cette période avait été précédée d’un an de noviciat que nous n’avons pas localisé18. Nous ignorons tout de son milieu d’origine19, mais il intègre un ordre qui se caractérise par son érudition et ses productions intellectuelles.

Ill. 4. Acte de profession de Denys Plouvier daté du 29 octobre 1625, extrait du registre des professions de l’abbaye de Jumièges. Archives nationales, LL//1020.

Ill. 4. Acte de profession de Denys Plouvier daté du 29 octobre 1625, extrait du registre des professions de l’abbaye de Jumièges. Archives nationales, LL//1020.
  • 20 Augustin Calmet, Commentaire littéral, historique et moral sur la règle de Saint Benoît, Paris, Em (...)
  • 21 Sur la question de l’origine sociale des architectes, voir Claude Mignot, « Architectes du Grand S (...)

12Pour ce qui concerne sa formation d’architecte, l’absence de documents nous ne permet d’émettre que des hypothèses. Certains religieux sont formés avant leur entrée dans les ordres, notamment lorsqu’ils sont issus d’une famille d’artisan : charpentiers, maçons ou même quelquefois peintres. D’ailleurs, la règle de saint Benoît précise que « s’il y a dans le monastère des frères qui sachent quelque métier, ils le pourront exercer si l’abbé le leur ordonne »20. Par ailleurs, un apprentissage auprès d’autres frères de la communauté peut également être envisagé, cette hypothèse n’excluant pas la première21.

  • 22 André Mussat, Saint-Melaine la mémoire d’un palais, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1986
  • 23 « L’année 1634, 7 ans après l’union à la Congrégation de Saint-Maur, le révérend père Grégoire Tar (...)
  • 24 Cette inscription a été découverte en 1946 lors de la démolition de l’abbaye Saint-Melaine de Renn (...)
  • 25 Roger Barrié, « Le monastère des Calvairiennes de Redon », Mémoires de la Société d’histoire et d’(...)

13En 1634, nous découvrons la première trace de son activité d’architecte à l’abbaye de Saint-Melaine à Rennes22. Cette information nous est donnée par la pierre fondamentale, trouvée dans le cloître en 1946 où figurent les inscriptions suivantes « + ANNO 1634 7 POST VNIONEM CONGREGATIONI S. MAVRE. R. P. GREGORIO TARISSE S. GENERALI R. P. DE SARCY PRIORE RESTAVRATA SVNT REFECTORIVM CVLINA DORMITORIVM ET HORTVS »23, sur la face et « R. PA. DIONISIVS PLOVVIER ARCHITECTE MICHEL TAFA OBLAT MAISTRE MACON », sur la tranche24. Ce renseignement permet d’établir formellement la fonction de Denys Plouvier et éclaire d’une façon nouvelle la suite de sa carrière qui n’était jusque-là connue que par certains plans des Archives nationales. Sur le chantier de Rennes, Denys Plouvier est assisté par le maître maçon Michel Tafart. Ce binôme est à nouveau documenté, l’année suivante, sur le chantier des bénédictines de Redon25.

  • 26 Erwann Le Franc, « L’œuvre architecturale des bénédictins mauristes à l’abbaye de Redon », dans Da (...)
  • 27 Chantal Aravaca, « Les églises de la Congrégation de Notre-Dame du Calvaire au xviie siècle : idéa (...)
  • 28 Robert Wyard, Histoire de l’abbaye Saint-Vincent de Laon, Saint-Quentin, éd. Dacheux Williot, 1858 (...)

14L’année suivante, le frère Denys est localisé à l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, mais peut-être y était-il déjà été installé depuis l’introduction de la réforme par le cardinal de Richelieu en 162826. Dom Plouvier est chargé en 1635 de la construction du couvent des bénédictines de Redon, qui adhèreront six ans plus tard à la congrégation réformée des bénédictines du Calvaire27. En 1640, il part dans l’Aisne pour superviser le réaménagement de l’abbaye Saint-Vincent de Laon. Là, il dessine un premier projet, puis dirige la restauration de l’église, jusqu’à la Pentecôte 1641. Un désaccord avec l’évêque Philibert de Brichanteau (1588-1652) l’oblige à quitter brusquement le chantier et les travaux sont confiés à un autre bénédictin nommé Émilien de la Vigne28.

Ill. 5 : Denys Plouvier, Plan du premier étage de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, 1652, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Morbihan 1.

Ill. 5 : Denys Plouvier, Plan du premier étage de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, 1652, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Morbihan 1.
  • 29 AN, Cartes et plans, NIII Côtes d’Armor 698 : Six plans de l’abbaye Saint-Malgoire de Léhon par De (...)
  • 30 Élie Lambert, « L’ancienne abbaye de Saint-Vincent de Laon », Comptes rendus de l’Académie des Ins (...)
  • 31 AN, Cartes et plans, NIII Côtes-d’Armor 699 : Plans de l’abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer, 1647.
  • 32 AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1110 : Plans et vue cavalière de l’abbaye Saint-Sauveur (...)
  • 33 AN, Cartes et plans, NIII Morbihan 1997 : Deux plans de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, 1652.

15De retour en Bretagne, il donne trois dessins, un plan de relevé et deux plans de projets pour la restauration de l’abbaye de Léhon en 164329. L’année suivante, il repart dans l’Aisne et dessine un projet pour l’abbaye Saint-Jean de Laon30. Trois ans plus tard, il réalise le plan de l’abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer près de Dinan31. En 1650, il rejoint l’abbaye de Préaux en Normandie, mais dès l’année suivante, il revient en Bretagne. Là, il dresse un projet pour l’abbaye de Redon (pl. 5a)32 puis celui de Saint-Gildas de Rhuys en 1652 (ill. 5)33.

  • 34 AN, Cartes et plans, NIII Indre-et-Loire 1228 : Un plan et une lettre de Denys Plouvier relatifs à (...)
  • 35 « Par devant nous nottaires royaux de la cour de Vannes establis à Redon [...] ont comparus le rév (...)

16Il intervient encore à Léhon (1657), au Tronchet et à Vitré (1659). Il fait des allers-retours constants entre la province de Bretagne et les provinces de Normandie, Picardie et Champagne. Durant les années 1658-1659, il se rend en Anjou, en passant par Saint-Calais, Saint-Florent-le-Vieil et l’abbaye de Noyers près de Montreuil Bellay34. En 1660, il est de nouveau signalé à Saint-Gildas-de-Rhuys et à Redon puis à Angers en 166135. Ces quelques exemples montrent la fréquence de ses déplacements et l’importance de sa zone d’activité qui s’étend à toute la moitié nord de la France.

  • 36 Nouveau supplément à l’histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, notes de Henry Wilhem(...)

17Ses déplacements se réduisent après cette période, lorsqu’il se voit confier le priorat de l’abbaye de Saint-Wulmer, à Samer, près d’Arras, dans sa région d’origine. Chez les bénédictins mauristes les nouveaux prieurs sont choisis lors des chapitres généraux. Plouvier est le premier prieur de l’abbaye réformée de Samer, une promotion qui n’est pas étonnante quand on sait que plusieurs prieurs ont été aussi des architectes. Il consacre les dernières années de sa vie à restaurer et à reconstruire, du moins partiellement, cette abbaye ruinée. Devenu paralytique quelques mois avant sa mort, il disparaît le 2 avril 1669, avant que la nouvelle église ne soit achevée36.

L’œuvre de Denys Plouvier dans la production architecturale de la Congrégation de Saint-Maur

18Dessinateur, concepteur et traceur de plan, économe du chantier, conducteur des travaux, restaurateur et architecte tant des bâtiments claustraux que des églises, l’activité de Plouvier touche à toutes les fonctions de l’architecte moderne. C’est un religieux reconnu dans son ordre pour sa compétence d’expert en bâtiments et aussi l’un des plus actifs. Paradoxalement, les sources ne le qualifient qu’une seule fois d’architecte, en 1634. Le supérieur général de l’ordre de Saint-Maur, Dom Martène le qualifie généralement de « socius », dans le sens de compagnon. Il reçoit aussi le qualificatif de « visiteur » qui désigne un moine, détenteur d’une autorité, chargé de « visiter » les monastères pour s’informer de l’état dans lequel ils se trouvent.

  • 37 Arch. départ. Ille-et-Vilaine, 3H 100.
  • 38 Le dossier de l’abbaye Saint-Wandrille contient un compte rendu de la visite faite à l’abbaye de S (...)
  • 39 AN, Cartes et plans, NIII Hérault 1084 : Plans de l’abbaye Saint-Sauveur d’Aniane attribués à Deny (...)
  • 40 Arch. départ. Morbihan, 4 H 27, acte notarié du 17 février 1660.

19Entre ses missions, Plouvier occupe d’autres fonctions que celle d’architecte. Il est notamment chapelain du prieuré de Saint-Michel de la Lande dépendant de Redon en 164737 et comme nous l’avons dit, il est nommé en 1661 prieur de l’abbaye de Samer. Son expérience lui permet de tenir un rôle prépondérant dans l’entreprise monumentale conduite par la congrégation durant les premières décennies de son expansion. Il se déplace sur le terrain, rassemble les données factuelles, établit les états des lieux (mesurage et arpentage) puis dessine les projets38. Il peut également proposer des dessins à distance, comme ceux des abbayes de Thibéry en 1643, de Saint-Sauveur d’Aniane en 1658, ou corriger les plans relatifs au prieuré de Vitré en 1661 (Ill. 6)39. Durant la phase de mise en œuvre, il lui arrive de conduire les travaux et de superviser les chantiers, à Laon en 1640 ou à Saint-Gildas-de-Rhuys où il passe un marché avec des couvreurs d’ardoise en 166040.

Ill. 6 : Denys Plouvier, Rapport sur les dessins pour le prieuré Sainte-Croix de Vitré, 27 juin 1661, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1/10.

Ill. 6 : Denys Plouvier, Rapport sur les dessins pour le prieuré Sainte-Croix de Vitré, 27 juin 1661, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1/10.
  • 41 AN, LL 991, « Registre des chapitres généraux de la Congrégation de Saint-Maur », 1604-1699, f. 92

20Comme l’a montré André Rostang, les entreprises de constructions des mauristes sont très centralisées et une procédure stricte encadre les réparations et les reconstructions. Les plans conservés aux Archives nationales représentent l’aboutissement de cette procédure complexe. Après avis favorable du prieur de l’abbaye et du visiteur de la province, les projets de reconstruction sont soumis à Paris au Supérieur Général de la Congrégation. Pour cette raison ils sont exécutés en double exemplaires, l’un pour le siège parisien, l’autre pour l’abbaye. Comme les autres frères, Plouvier ne dispose pas d’une autonomie réelle : il est missionné par l’ordre pour accompagner différents projets, car en principe, les prieurs des monastères ne peuvent rien entreprendre sans l’autorisation écrite du Supérieur Général41. En 1661, un nouveau règlement vient préciser les choses :

  • 42 Ibid., f. 95. Cette injonction peut paraître paradoxale, mais elle vise sans doute à garantir un c (...)

Les supérieurs des monastères, où il est nécessaire de bâtir, pourront faire faire les desseins des bâtiments, par quelques-uns de nos confrères intelligents en architecture ; mais la conduite ne leur en sera point donnée, sans permission par écrit du supérieur général, mais à des architectes séculiers qui répondront à la besogne42.

  • 43 AN, Cartes et plans, NIII Seine-Maritime, 2927 : Deux plans de l’abbaye Saint-Wandrille de 1655 et (...)

21La première étape du projet consiste à faire un relevé de l’abbaye, puis dans un second temps à proposer une solution de restauration et de mise en conformité avec la règle réformée, tout en conservant au maximum les éléments qui peuvent l’être. Chez les mauristes, l’intervention des religieux architectes répond autant à une volonté de contrôle de la congrégation sur l’architecture qu’à des préoccupations d’ordre économique, car la dimension économique et la question architecturale sont fortement corrélées. Dans les premières décennies de son développement, disons jusque dans les années 1670, la congrégation ne peut compter que sur les ressources souvent faibles des monastères qu’elle agrège. Il faut donc trouver la solution la moins coûteuse tout en appliquant des principes conformes à la réforme. Dans une lettre relative à l’abbaye de Samer, Denys Plouvier conseille à l’abbé commendataire de conserver le plus possible ce que le temps et les hommes ont épargné43. En effet, détruire, déblayer, reconstruire coûte bien plus cher que restaurer. Cette pratique, qui vise à préserver ce qui peut l’être, n’est d’ailleurs pas propre aux bénédictins. Elle correspond, entre autre, à l’idée du bon architecte décrite par le cardinal de Richelieu, abbé commendataire de Redon :

  • 44 Testament politique du Cardinal de Richelieu, 5e éd., La Haye, Jean Van Duren, 1738, p. 163.

un architecte qui, par l’excellence de son art, corrige les défauts d’un ancien bâtiment, & qui sans l’abattre le réduit à quelques simétrie supportable, mérite bien plus de louanges, que celui qui le ruine tout à fait pour refaire un édifice parfait et accompli44.

22Tout en préservant le bâti médiéval, ce mouvement de réforme ne fait donc pas table rase du passé architectural de l’ordre, il conserve et adapte cet héritage bénédictin, s’inscrivant ainsi dans sa continuité tout en limitant la dépense du chantier.

  • 45 Joan Evans, Monastic architecture in France from the Renaissance to the Revolution, Cambridge, Cam (...)
  • 46 Pierre Héliot, « L’abbaye de Corbie, ses églises et ses bâtiments », Bibliothèque de la revue d’hi (...)
  • 47 Sur ce sujet, on se reportera à l’ouvrage d’Hélène Rousteau-Chambon, Le gothique des temps moderne (...)

23Ainsi, Dom Plouvier, comme l’a noté Joan Evans, est un architecte économe45, mais aussi fidèle à l’esprit de sa congrégation. Son projet pour l’abbatiale gothique de Corbie en Picardie46 (1658) et le réemploi d’un grand fenestrage gothique dans la façade classique de l’abbatiale du Tronchet (pl. 5b) témoignent de cette volonté de conserver les éléments anciens. Cela nous conduit vers une autre question plus difficile à saisir, qui est celle de la perception, au xviie siècle, du gothique, notamment pour ce qui touche aux églises47.

  • 48 AN, Cartes et plans, NIII Somme 3804 : « Plan du logis occidental du cloistre de S. Riquier » par (...)
  • 49 Charles-François Toustain et René-Prosper Tassin, Histoire de l’abbaye de Saint-Wandrille depuis l (...)

24C’est probablement son expérience « archéologique » des monuments médiévaux, acquise sur le terrain lors des restaurations, qui fait rechercher Plouvier par ses pairs. Il a le souci de préserver les bâtiments existants et propose parfois, comme à Corbie ou à Saint-Riquier, de reconstruire à l’identique les parties médiévales endommagées ou manquantes (ill. 7)48. S’il modifie parfois l’organisation interne des bâtiments, il ne change pas nécessairement l’affectation de ceux-ci. Il peut toutefois dessiner des projets somptueux, comme le dortoir de Saint-Wandrille, doté de 60 chambres, projet approuvé par le prieur général en 1656 mais révoqué par la diète de 1658, car jugé trop ambitieux49.

Ill. 7 Denys Plouvier, État des bâtiments ruinés de l’abbaye Saint-Riquier et projet de reconstruction, 1663. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Somme 17.

Ill. 7 Denys Plouvier, État des bâtiments ruinés de l’abbaye Saint-Riquier et projet de reconstruction, 1663. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Somme 17.
  • 50 Pierre Héliot, op. cit., p. 9 : « En janvier 1658, il [Plouvier] dessine plusieurs projets pour l’ (...)

25Nous ne savons pas toujours si ces plans de projets ont été réalisés et lorsqu’ils l’ont été, nous ignorons souvent le délai de leur mise en œuvre. Il est donc difficile d’évaluer l’action de Plouvier in situ. Il arrive que les projets soient refusés par les prieurs, comme à Corbie en 1658 ou ajournés, faute de moyens pour les réaliser50.

  • 51 Françoise Boudon, Claude Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, Les dessins des Plus excellents bâti (...)
  • 52 Philibert Delorme, Les Nouvelles inventions pour bien bastir et a petits frais, Paris, Morel, 1561 (...)

26Confrontés aux monuments médiévaux préexistants, les mauristes ont donc tâché de respecter les modes de construction des monuments anciens, mais ils n’ont pas hésité à recourir à l’architecture de leur temps pour les constructions nouvelles, ainsi qu’en témoigne le Monasticon Gallicanum. Lorsque Dom Plouvier propose des constructions neuves, sa conception de l’architecture se veut régulière et symétrique, conformément aux tendances artistiques qui se développent tout au long du xviie siècle. Au couvent des bénédictines du Calvaire de Redon, il a pu déployer tout son talent, en dehors des contraintes monumentales qui pesaient habituellement sur les chantiers des abbayes anciennes qu’il restaurait. La forme des lucarnes est directement inspirée des livres d’architecture d’Androuet du Cerceau et de Philibert Delorme51. De toute évidence, les traités d’architecture et les recueils de gravures pouvaient fournir des modèles aux moines architectes, car ils étaient le principal support de diffusion des idées architecturales. Pour cette période, nous ne connaissons le contenu des bibliothèques mauristes que par quelques exemples isolés. Les cisterciens de l’abbaye de Billiers possèdent une édition de la Règle de Vignole (1642) et une édition du traité d’architecture de Philibert Delorme (1567). Les bénédictins de Saint-Gildas de Rhuys détiennent également une réédition du traité de Philibert Delorme (1648)52. Celui-ci, malgré son ancienneté, reste une référence majeure des architectes au milieu du xviie siècle.

27L’intérêt de l’œuvre de Dom Plouvier réside dans sa temporalité, son intensité et son étendue. Entré dans la congrégation de Saint-Maur au cours de la première décennie de son existence, il contribue rapidement à la restauration et à la transformation des abbayes agréées à cette réforme. Il prépare des projets et conduit des chantiers importants depuis les années 1630 jusque dans les années 1660 et son activité touche, directement ou indirectement, toutes les provinces mauristes. Il est en cela, l’un des instigateurs de premier plan des pratiques architecturales des mauristes en France.

  • 53 À son sujet voir, notamment, Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres de frère Charles T (...)

28D’autres pans de la vie et de l’œuvre de Denys Plouvier restent encore à découvrir, notamment les liens qu’il a pu tisser avec d’autres religieux architectes de sa génération, comme le jésuite Charles Turmel qui travaille à Rennes dans les mêmes années que lui53. Le temps nous a manqué pour dépouiller la riche documentation à ce sujet.

29À ce jour, cet architecte majeur de la congrégation de Saint-Maur n’est connu que pour son œuvre mauriste, à l’exception de son intervention auprès des bénédictines de Redon. Si on ne peut exclure des collaborations de Plouvier avec d’autres ordres notamment féminins à l’instar d’autres religieux architectes, les sources n’ont toutefois pas encore permis de le démontrer.

Annexe : chronologie de la carrière de Denys Plouvier (1601-1669)

301601

Naissance à Bapaume (Nord), diocèse d’Arras (AN, LL 1020)

1625 

Profession à l’abbaye de Jumièges (Seine-Maritime) (AN, LL 1020)

1632-1634

Travaux de restauration à l’abbaye Saint-Melaine à Rennes (Ille-et-Vilaine)

1635- 1637

Plans du couvent des bénédictines du Calvaire à Redon (Ille-et-Vilaine) et supervision des travaux

1640-1641

Plan pour l’abbaye Saint-Jean à Laon (AN, cartes et plans, NIII Aisne 256)

1642 

Présence lors de la pose de la première pierre des bâtiments claustraux de l’abbaye du Tronchet (Ille-et-Vilaine)

1643 

Trois plans de relevés et de projets pour l’abbaye Saint-Malgoire de Léhon (AN, Cartes et plans, NIII Côtes d’Armor 698)

Plan de l’abbaye de Saint-Thibéry, accompagné de « remarques sur le deseing de l’abbaie de Sainct-Tibéry faictes par D. Denis Plouvier et revues par Placide Roussel » (AN, Cartes et plans, NIII Hérault 1088)

1644

Plan de relevé de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste à Laon (AN, Cartes et plans, NIII Aisne 256)

1647

« Plan de l’abbaïe de Sainct Jacut comme il est présentement » (AN, Cartes et plans, NIII Côtes d’Armor 699)

Signalé en 1647 comme chapelain de la chapelle Saint-Michel de la Lande à Redon (Arch. départ. Ille-et-Vilaine, 3H 100)

1650

Plan général de l’église et des bâtiments de l’abbaye Saint-Sauveur (AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1110)

1652

Plans des premier et deuxième étages de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys (AN, Cartes et plans, NIII Morbihan 1997)

1654 

Plans de l’abbaye Saint-Martin d’Autun (AN, Cartes et plans, NIII Saône-et-Loire 2754)

1655

Plans de l’abbaye Sainte-Trinité de Lessay, attribués à Denys Plouvier par Élie Lambert (AN, Cartes et plans, NIII Manche 1768)

Plans des premier et deuxième étages de l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, sans date, attribués à Denys Plouvier par André Rostang (AN, Cartes et plans, NIII Eure 1).

Deux plans des premier et second étages de l’abbaye Saint-Germer-de-Fly (AN, Cartes et plans, NIII Oise 2466)

Plan du rez-de-chaussée du prieuré Saint-Nicaise de Meulan avec une note de Denys Plouvier, sans date (AN, Cartes et plans, NIII Yvelines 3605)

Quatre plans de l’abbaye Sainte-Colombe de Sens, dont un est daté de 1655 (AN, Cartes et plans, NIII Yonne 4040)

Plans « du second estage » du prieuré de Saint-Vigor-les-Bayeux (AN, Cartes et plans, NIII Calvados 525).

Plan de l’abbaye de la Trinitié de Fécamp, attribué à Denys Plouvier par Élie Lambert (AN, Cartes et plans, NIII Seine-Maritime 2912)

1655-1656

Quatre plans de l’abbaye Saint-Wandrille, deux datés de 1655 et deux de 1656. Un plan de 1656 est intitulé « Plan du second estage du monastère de Sainct Wandrille » et accompagné d’une lettre de Denys Plouvier à Dom Jean Harel, supérieur général de la congrégation de Saint-Maur, envoyée de Saint-Wandrille le 17 novembre 1655. Est joint à ce dossier un compte-rendu de la visite faite à l’abbaye de Samer (AN, Cartes et plans, NIII Seine-Maritime 2927).

Plan de l’abbaye Notre-Dame de Lonlay, sans date (AN, Cartes et plans, NIII Orne 2508)

Plan de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes, sans date (AN, Cartes et plans, NIII Sarthe 2803)

1656

« Plan de l’abbaie de Sainct-Fuscien » (AN, Cartes et plans, NIII Somme 3803)

Plan de l’abbaye Saint-Martin de Marmoutier (AN, Cartes et plans, NIII Indre-et-Loire 1234)

1657

Plan du premier étage du monastère Notre-Dame de Rochefort, signé « Fr Denis » (AN, Cartes et plans, NIII Gard 1005)

Trois plans de l’abbaye Abbaye Saint-Malgoire de Léhon (AN, Cartes et plans, NIII Côtes-d’Armor 698)

Plan de projet pour le prieuré Saint-Marcoul de Corbeny (AN, Cartes et plans, NIII Aisne 257)

Plan de l’abbaye Notre-Dame de Nogent-sous-Coucy (AN, Cartes et plans, NIII Aisne 250)

Plan de l’abbaye Saint-Crépin-le-Grand de Soissons (AN, Cartes et plans, NIII Aisne 254)

1657-1658

Plans du rez-de-chaussée et du premier étage de l’abbaye de Saint-Thierry (AN, Cartes et plans, NIII Marne 1838)

Plans du rez-de-chaussée et du premier étage de l’abbaye Saint-Balse à Reims (AN, Cartes et plans, NIII Marne 1837)

Plans de l’abbaye Saint-Nicaise à Reims, soit un « plan du second estage comme il est à présent en 1657 » et deux plans du rez-de-chaussée et du premier étage datés de 1658 (AN, Cartes et plans, NIII Marne 1834)

1658

Plan de l’abbaye Saint-Vincent de Laon (AN, Cartes et plans, NIII Aisne 256)

Plan de l’abbaye Saint-Pierre de Corbie, daté du 7 janvier 1658 (AN, Cartes et plans, NIII Somme 3793)

Plan de l’abbaye de Saint-Riquier (AN, Cartes et plans, NIII Somme 3804)

Deux plans de l’abbaye Saint-Sauveur d’Aniane attribué à Denys Plouvier par Élie Lambert (AN, Cartes et plans, NIII Hérault 1084)

Plan intitulé « Advis sur les bastimens de St Martin d’Authun », daté de juin 1658. (AN, Cartes et plans, NIII Saône-et-Loire 2754)

Plan de l’abbaye Notre-Dame de Noyers, accompagné d’une lettre relative au plan (AN, Cartes et plans, NIII Indre-et-Loire 1228)

Plan de l’abbaye Saint-Florent-le-Vieil et un rapport, sans date, présenté contre le projet de Denys Plouvier (AN, Cartes et plans, NIII Maine-et-Loire 1698)

1658-1659

Trois plans de l’abbaye Notre-Dame du Tronchet : un plan de projet du rez-de-chaussée et du premier étage de l’abbaye (1658), un plan d’état des lieux de l’église et des bâtiments autour du cloître, un profil de la charpente des bâtiments claustraux (1659) (AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1116)

1659-1661

Deux plans de l’abbaye Notre-Dame de Lanténac, attribués à Denys Plouvier par Élie Lambert (AN, Cartes et plans, NIII Côtes-d’Armor 697)

Quatre plans dont deux projets pour le prieuré Sainte-Croix de Vitré, approuvés le 31 août 1659 et accompagnés d’un mémoire signé et daté du 27 juin 1661 à propos du second dessin composé par le père Bernardin Le Bret (AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1117)

Marché du 17 février 1660 pour la couverture d’un bâtiment de Saint-Gildas de Rhuys où Plouvier est signalé comme étant à Redon (Arch. départ. Morbihan, 4H 27)

1661

Nommé prieur de l’abbaye Saint-Wulmer de Samer et il le reste jusqu’à son décès (BnF, Ms. lat. 12703, Mémoire historique pour l’abbaye Samer-aux-Bois, f. 250-253)

Cinq plans de l’abbaye Saint-Aubin d’Angers, 1661 (AN, Cartes et plans, NIII Maine-et-Loire 1694). La visite de Plouvier (sans doute v. 1661) est mentionnée dans les actes capitulaires de Saint-Aubin d’Angers le 12 décembre 1672 (Arch. dépt. Maine-et-Loire H14, p. 94-95)

Plan de l’abbaye Saint-Calais, 1661 (AN, Cartes et plans, NIII Sarthe 2802)

Quatre plans de l’abbaye Saint-Vulmer de Samer-aux-Bois, 1661 (AN, Cartes et plans, NIII Pas-de-Calais 2572)

1663-1666

Plan « du logis occidental du cloistre de S. Riquier », 1663 et « plan du premier estage du monastère de Sainct-Riquier », 1666 (AN, Cartes et plans, NIII Somme 3804)

1669 (2 avril)

Décès à l’abbaye de Samer

Pl. 5a Denys Plouvier, Vue cavalière de l’abbaye de Redon, vers 1650. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 3/5.

Pl. 5a Denys Plouvier, Vue cavalière de l’abbaye de Redon, vers 1650. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 3/5.

Pl. 5b Façade de l’église abbatiale du Tronchet, état actuel.

Pl. 5b Façade de l’église abbatiale du Tronchet, état actuel.

Notes

1 Philippe Bonnet, Les constructions de l’ordre de Prémontré en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Société française d’archéologie, 1983 ; Augustin Devaux, L’architecture dans l’ordre des Chartreux, coll. Analecta cartusiana, Sélignac, La Grande Chartreuse, 1998 ; Martine Plouvier, « Réaménagements et reconstructions », Les dossiers d’archéologie, n° 229, « Cîteaux 1098-1998. L’épopée cistercienne », déc. 1997-jan. 1998, p. 56-61 ; Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville, l’architecture des Visitandines aux xviie et xviiie siècles, Paris, Éd. du Patrimoine, 2013 ; Julie Piront, Empreintes architecturales de femmes sur les routes de l’Europe : étude des couvents des annonciades célestes fondés avant 1800, thèse de doctorat inédite en Histoire de l’art, Université Catholique de Louvain, 2013 ; Chantal Aravaca, Règles de vie religieuses et pratiques architecturales des ordres et congrégations au xviie siècle : les fondations post-tridentines à Nantes (1591-1714), thèse de doctorat inédite en Histoire de l’art, Université de Nantes, 2014 ; Adriana Sénard, Étienne Martellange (1569-1641) : un architecte visiteur de la Compagnie de Jésus à travers la France au temps de Henri IV et de Louis XIII, thèse de doctorat inédite en Histoire de l’art, Université de Toulouse Le Mirail et Université de Paris-Sorbonne, 2015.

2 André Rostang, « L’œuvre architecturale des bénédictins de Saint-Maur en Normandie (1616-1789) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 47, 1939, p. 82-223.

3 Monique Bugner, Cadre architectural et vie monastique des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Nogent-le-Roi, Jacques Laget, Libr. des Arts et métiers, 1984.

4 Pierre-Marie Sallé, Les abbatiales de la congrégation monastique bénédictine de Saint-Maur : restaurations, reconstructions, aménagements liturgiques (1618-1791), thèse de doctorat en cours, ÉPHÉ.

5 Seul Guillaume de la Tremblaye a bénéficié d’une notoriété plus grande grâce notamment aux travaux de l’abbé Porée. Celui-ci dressait en introduction de sa biographie le constat suivant : « Si l’on a beaucoup écrit sur les bénédictins savants, on a moins parlé des bénédictins artistes » : Adolphe-André Porée, « Guillaume de la Tremblaye sculpteur et architecte 1644-1715 », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 50e année, 1884, p. 206-217. Voir également Nicolas Homshaw, Un moine mauriste sculpteur, décorateur et architecte, frère Guillaume de la Tremblaye (1644-1715), mémoire de maîtrise en histoire de l’art, Université Paris IV Sorbonne, 2002.

6 Pierre Moisy, « L’architecte François Derand, jésuite lorrain », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 36, n° 128, 1950, p. 149-167 ; En passant par la Bourgogne ..., Dessins d’Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et Louis XIII, catalogue de l’exposition du Musée Magnin (Dijon, 16 octobre 2013 au 19 janvier 2014), Montreuil, Gourcuff/Gradenigo, 2013 ; Adriana Sénard, op. cit.

7 Nous renvoyons le lecteur à René-Prosper Tassin, Histoire littéraire de la Congrégation de Saint Maur, ordre de Saint Benoît, Paris, Humblot, 1770 ainsi qu’aux nombreux travaux de Daniel-Odon Hurel.

8 Daniel-Odon Hurel, « La reconstruction de Marmoutier par les Mauristes (1638-1715) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 73, 1987, p. 133-137.

9 Le devis de chiffrage des travaux de remise en état est peut-être un élément de négociation pour l’établissement des concordats.

10 Monique Bugner, op. cit., p. 39.

11 Xavier Barral I Altet, « Landévennec d’après les sources du xviie siècle », dans Xavier Barral I Altet (dir.), Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au Moyen Âge, Rennes, Université de Haute Bretagne, Centre de recherches sur les arts de l’Ouest, 1983, p. 383-384.

12 La série N est constituée de plans et de documents figurés extraits de fonds d’archives provenant de différentes institutions ou administrations (Maison du Roi, Conseil du Roi, papiers de familles princières ou de communautés religieuses, etc.). Ils ont été classés en quatre sous-séries en fonction de leur format. Dans la sous-série NIII, les plans mauristes ont été classés par ordre topographique. Lorsque que l’on s’intéresse à un dessinateur et pas à un lieu, cela complique la recherche.

13 AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1117 : Prieuré Sainte-Croix de Vitré, plan de projet avec un commentaire du second dessin composé par le père Bernardin Le Bret (1661).

14 Achille Peigne-Delacourt, Monasticon gallicanum : collection de 168 planches de vues topographiques représentant les monastères de l’ordre de Saint-Benoît, congrégation de Saint-Maur, avec deux cartes des établissements bénédictins en France, 2 vol. , Paris, Palmé, 1871.

15 BM Meaux, Médiathèque Luxembourg, ms 44, Recueil de projets de reconstructions pour les abbayes de l’Ouest et de la vallée de la Loire, [xviie siècle].

16 Élie Lambert, « Notes sur la série des plans de l’ancien fonds de Saint-Germain-des-Prés aujourd’hui conservés aux Archives Nationales », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, t. 43, 1957, p. 312-332.

17 AN, LL 1020, Registre des professions de l’abbaye de Jumièges, 1623-1636.

18 Les novices bénédictins ne faisaient profession qu’après un an et un jour de probation. Selon A. Dubuc, la vocation personnelle était subordonnée à l’aisance des parents, car les exigences financières préalables au recrutement pouvaient s’élever à plus de 1500 livres. André Dubuc, « Les conditions d’admissions des novices à l’abbaye de Fécamp », dans Jehan Le Povremoyne (dir.), L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire, 658-1958, vol. I, Fécamp, Durand et fils, 1959, p. 212-228.

19 L’homonymie avec la célèbre famille de sculpteurs et architectes angevins est troublante mais fortuite. L’ascendance des Plouvier angevins est connue et ne permet pas de les relier aux Plouvier de Bapaume.

20 Augustin Calmet, Commentaire littéral, historique et moral sur la règle de Saint Benoît, Paris, Emery, Saugrain et Martin, 1734, t. 1, p. 290.

21 Sur la question de l’origine sociale des architectes, voir Claude Mignot, « Architectes du Grand Siècle : un nouveau professionnalisme », dans Louis Callebat (dir.), Histoire de l’architecte, Paris, Flammarion, 1998, p. 108-126.

22 André Mussat, Saint-Melaine la mémoire d’un palais, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1986.

23 « L’année 1634, 7 ans après l’union à la Congrégation de Saint-Maur, le révérend père Grégoire Tarisse supérieur général, le révérend père de Sarcy, prieur. Le réfectoire, la cuisine, le dortoir et le jardin ont été restaurés ».

24 Cette inscription a été découverte en 1946 lors de la démolition de l’abbaye Saint-Melaine de Rennes. Il était jusqu’alors impossible de voir le nom de l’architecte inscrit sur la tranche cachée par la maçonnerie. Elle se trouve aujourd’hui au musée de Rennes. Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé, « L’abbaye Saint-Melaine de Rennes », dans Haute-Bretagne, coll. Congrès archéologique de France, Paris, Société Française d’Archéologie, 1968, p. 9.

25 Roger Barrié, « Le monastère des Calvairiennes de Redon », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1986, t. 63, p. 440-446.

26 Erwann Le Franc, « L’œuvre architecturale des bénédictins mauristes à l’abbaye de Redon », dans Daniel Pichot et Georges Provost (dir.), Histoire de Redon, de l’abbaye à la ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 226-239.

27 Chantal Aravaca, « Les églises de la Congrégation de Notre-Dame du Calvaire au xviie siècle : idéal et mise en œuvre », à paraître dans Daniel-Odon Hurel (dir.), Bénédictines du Calvaire, histoire et spiritualité [Actes du colloque à l’occasion des 400 ans de la fondation des Bénédictines de Notre-Dame du Calvaire, Poitiers, 2017], Paris, Riveneuve.

28 Robert Wyard, Histoire de l’abbaye Saint-Vincent de Laon, Saint-Quentin, éd. Dacheux Williot, 1858, p. 543 et 549.

29 AN, Cartes et plans, NIII Côtes d’Armor 698 : Six plans de l’abbaye Saint-Malgoire de Léhon par Denys Plouvier, trois réalisés en 1643 et trois en 1657.

30 Élie Lambert, « L’ancienne abbaye de Saint-Vincent de Laon », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1939, p. 124-138.

31 AN, Cartes et plans, NIII Côtes-d’Armor 699 : Plans de l’abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer, 1647.

32 AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1110 : Plans et vue cavalière de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon (5 feuilles), 1650.

33 AN, Cartes et plans, NIII Morbihan 1997 : Deux plans de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, 1652.

34 AN, Cartes et plans, NIII Indre-et-Loire 1228 : Un plan et une lettre de Denys Plouvier relatifs à l’abbaye Notre-Dame de Noyers, 1658.

35 « Par devant nous nottaires royaux de la cour de Vannes establis à Redon [...] ont comparus le révérend père dom Denis Plouvier religieux de l’abbaye de Sainct Gildas de Rhuis ordre de Sainct Benoist estan à presant logé dans l’abbaye Sct sauveur de Redon […] et Michel Jouin Me couvreur en ardoise faisan aussi pour luy que pour Jullien Jollivet couvreur […] entre lesquels est fait le presant marché par lequel le dit Jouin a promis de couvrir aneuff un corps de logis de la dite abbaye de Sainct Gildas [...] ». Arch. départ. Morbihan, 4 H 27, acte notarié du 17 février 1660.

36 Nouveau supplément à l’histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, notes de Henry Wilhem, t. 2, Maredsous, abbaye de Saint-Benoît et Duculot imprimeur, 1931, p. 152-153.

37 Arch. départ. Ille-et-Vilaine, 3H 100.

38 Le dossier de l’abbaye Saint-Wandrille contient un compte rendu de la visite faite à l’abbaye de Samer (AN, Cartes et plans, NIII Seine-Maritime 2927).

39 AN, Cartes et plans, NIII Hérault 1084 : Plans de l’abbaye Saint-Sauveur d’Aniane attribués à Denys Plouvier par Élie Lambert ; AN, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1117 : Prieuré Sainte-Croix de Vitré, 4 plans dont 2 projets et un mémoire de 7 pages signé et daté de 1661 à propos du second dessin composé par le père Bernardin Le Bret.

40 Arch. départ. Morbihan, 4 H 27, acte notarié du 17 février 1660.

41 AN, LL 991, « Registre des chapitres généraux de la Congrégation de Saint-Maur », 1604-1699, f. 92.

42 Ibid., f. 95. Cette injonction peut paraître paradoxale, mais elle vise sans doute à garantir un certain niveau de compétence dans l’exécution des projets.

43 AN, Cartes et plans, NIII Seine-Maritime, 2927 : Deux plans de l’abbaye Saint-Wandrille de 1655 et deux de 1656. Un compte-rendu de trois pages de la visite faite à l’abbaye de Samer prend place dans le dossier.

44 Testament politique du Cardinal de Richelieu, 5e éd., La Haye, Jean Van Duren, 1738, p. 163.

45 Joan Evans, Monastic architecture in France from the Renaissance to the Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1964, p. 18: « Everywhere he showed himself a competent, economical and conservative architect ».

46 Pierre Héliot, « L’abbaye de Corbie, ses églises et ses bâtiments », Bibliothèque de la revue d’histoire ecclésiastique, fasc. 129, 1957, p. 9.

47 Sur ce sujet, on se reportera à l’ouvrage d’Hélène Rousteau-Chambon, Le gothique des temps modernes : architecture religieuse en milieu urbain, Paris, Picard, 2003.

48 AN, Cartes et plans, NIII Somme 3804 : « Plan du logis occidental du cloistre de S. Riquier » par Denys Plouvier, 1663.

49 Charles-François Toustain et René-Prosper Tassin, Histoire de l’abbaye de Saint-Wandrille depuis l’an 1604 jusqu’en 1734, [Saint-Wandrille-Rançon], éd. Abbaye de Saint-Wandrille, 1936, p. 133.

50 Pierre Héliot, op. cit., p. 9 : « En janvier 1658, il [Plouvier] dessine plusieurs projets pour l’abbaye de Corbie, puis les présente au prieur Silvestre Perecyot. Mais ces propositions ne furent pas suivies ».

51 Françoise Boudon, Claude Mignot, Jacques Androuet du Cerceau, Les dessins des Plus excellents bâtiments de France, Paris, Picard/Cité de l’architecture et du Patrimoine/Le Passage, 2010 ; Philibert Delorme, Traités d’architecture, présentés par Jean-Marie Pérouse de Montclos, Paris, Laget, 1988.

52 Philibert Delorme, Les Nouvelles inventions pour bien bastir et a petits frais, Paris, Morel, 1561 ; Philibert Delorme, Le Premier tome de l’architecture, rééd., Paris, 1626 et Rouen, 1648.

53 À son sujet voir, notamment, Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres de frère Charles Turmel, breton, jésuite et architecte, 1597-1675 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 22, 1942, p. 29-65.

Table des illustrations

Titre Ill. 4. Acte de profession de Denys Plouvier daté du 29 octobre 1625, extrait du registre des professions de l’abbaye de Jumièges. Archives nationales, LL//1020.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Ill. 5 : Denys Plouvier, Plan du premier étage de l’abbaye Saint-Gildas de Rhuys, 1652, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Morbihan 1.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Ill. 6 : Denys Plouvier, Rapport sur les dessins pour le prieuré Sainte-Croix de Vitré, 27 juin 1661, Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 1/10.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Ill. 7 Denys Plouvier, État des bâtiments ruinés de l’abbaye Saint-Riquier et projet de reconstruction, 1663. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Somme 17.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Pl. 5a Denys Plouvier, Vue cavalière de l’abbaye de Redon, vers 1650. Archives nationales, Cartes et plans, NIII Ille-et-Vilaine 3/5.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Pl. 5b Façade de l’église abbatiale du Tronchet, état actuel.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search