Version classiqueVersion mobile

Bâtir pour Dieu : l'œuvre des religieuses et religieux architectes (xviie-xviiie siècles)

 | 
Julie Piront
, 
Adriana Sénard-Kiernan

Étienne Martellange (1569-1641) :
un architecte visiteur de la Compagnie de Jésus

Adriana Sénard-Kiernan

Texte intégral

  • 1   Jacques Pernetti, « Étienne Martellange », dans Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, t. i (...)
  • 2   Roland Fréart de Chambray, « Épitre », Parallèle de l’architecture antique et moderne, Paris, 165 (...)
  • 3   Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, t. (...)
  • 4   Germain Brice, Nouvelle description de ce qu’il y a de plus remarquable dans la ville de Paris, t (...)
  • 5   Jacek Debicki, Jean-François Favre, Dietrich Grünewald, Antonio Filipe Pimentel, Histoire de l’ar (...)
  • 6   Claude Mignot, « Un architecte artiste », dans Jean-Pierre Babelon et Claude Mignot (dir.), Franç (...)
  • 7   Ces sources sont conservées au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque (...)

1De tous les religieux architectes, Étienne Martellange est probablement l’un des plus célèbres de l’histoire de l’architecture moderne. L’évocation de son nom et de son œuvre dès le milieu du xviie siècle dans la littérature – biographies d’artistes1, traités d’architecture2, d’antiquités de la Gaule3, descriptions de ville4 et jusque dans certains manuels scolaires d’histoire de l’art5 – témoigne de l’aura et de la fortune critique de cet architecte jésuite. À cette renommée, rien d’illégitime : Étienne Martellange fut, pour le royaume de France, le principal architecte visiteur de la Compagnie de Jésus. Concepteur, organisateur et conducteur de travaux, il participa à l’édification de plus de 37 édifices, maisons de l’ordre et autres ensembles religieux et civils, élevés durant la première moitié du xviie siècle. Mais cette prospérité n’aurait été aussi pérenne sans l’exceptionnel « dossier graphique »6 et manuscrit laissé par frère Étienne et aujourd’hui conservé dans divers dépôts d’archives français et étrangers7. Martellange fut en effet un prolixe dessinateur et un professionnel soucieux d’expliciter ses intentions et ses projets auprès de ses commanditaires, et plus encore de ceux en charge des travaux de construction. À l’occasion des chantiers et à chacun de ses voyages, il exerça ses talents artistiques et recourut tant au dessin d’architecture, qu’il accompagnait de mémoires détaillant les ouvrages, qu’à la chorographie, en croquant sur le vif les monuments et les silhouettes des villes dans lesquelles il séjournait ou qu’il traversait. C’est ainsi un ensemble de 369 documents produits par l’architecte qui peut être rassemblé, dont un portrait peint, 195 vues de villes et de monuments, 127 dessins d’architecture et de décors (plans, coupes, élévations, objets mobiliers et liturgiques), 52 lettres et mémoires ; soit un corpus personnel remarquable dans sa diversité et son étendue qui fait de l’œuvre de Martellange l’une des mieux documentées de la période moderne.

  • 8   Barbara Brejon de Lavergnée, « La provenance des dessins de Martellange conservés à la Réserve du (...)
  • 9   Cf. supra note 1. À ces notices, s’ajoutent également les études portant sur le « style jésuite » (...)
  • 10   Léon Charvet, Étienne Martellange, 1569-1641, Lyon, Glairont-Mondet, 1874.
  • 11   Léon Charvet, « La famille Martellange », Revue du Lyonnais, 3e série, vol. xx, 1875, p. 183-276 (...)
  • 12   En passant par la Bourgogne, op.cit.
  • 13   Nicolaï Feuillard, Étienne Martellange, un état de la question, mémoire de maîtrise sous la dir. (...)

2La genèse de cette renommée reste difficile à cerner, mais il est fort probable que la vente des vues de villes et de monuments, et leur probable présentation publique en 1750 au sixième duc de Chaulnes, Michel-Ferdinand d’Albert d’Ailly8, ait contribué à sortir définitivement Martellange de l’oubli. Cette fortune aurait ne jamais pu éclore, en raison de la suppression de la Compagnie de Jésus, la fermeture de ses établissements et la dispersion, voire la destruction, de ses biens immobiliers et mobiliers. Quoi qu’il en soit, cette figure et son activité ont, dès les premières années suivant le décès de frère Étienne – survenu le 3 octobre 1641 –, suscité la curiosité des érudits et des spécialistes, en particulier des historiens de l’art et de l’architecture. La longue et riche historiographie propre à ce sujet témoigne de cet engouement. On ne saurait faire ici un décompte exhaustif, et qui plus est laborieux, des écrits faisant mentions de cet architecte9, mais plusieurs études lui ont entièrement été consacrées. Parmi elles, on peut citer la première monographie de Léon Charvet10 ; les articles de ce dernier, d’Henri Bouchot, Louis Monery, Roger Bourde de la Rogerie, Pierre Moisy, Jean Vallery-Radot, Yvan Christ, Jon Whiteley, Emmanuelle Brugerolles, Annie Regond11 ; le catalogue d’exposition En passant par la Bourgogne… Dessins d’Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et de Louis XIII12 ; les travaux universitaires de Nicolaï Feuillard et Léonore Losserand13. Ces auteurs et autrices, qui n’ont cessé de louer l’activité de l’architecte, ont chacun pressenti le caractère exceptionnel de cette œuvre et ont cherché à en explorer une facette, au point de faire de ce religieux architecte un mythe, mais un mythe aux nombreuses zones d’ombres.

  • 14   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 10 ; Henri Bouchot, op. cit., p. 18 ; Pierre Moisy, op. cit., 19 (...)
  • 15   Alexandre Gady, Jacques Lemercier (avant 1586-1654). Architecte et ingénieur du roi, Paris, Maiso (...)

3En dépit de ce que l’historiographie pourrait laisser croire, ces publications, qui se répètent pour nombre d’entre-elles, sont loin de restituer de manière définitive l’activité de Martellange et la richesse de son catalogue. La question, par exemple, de ses années de jeunesse, de sa formation à l’architecture, des spécificités de son activité et de son rôle au sein de la Compagnie reste entière. En témoigne la présentation de la fonction et de l’activité de Martellange faite par Léon Charvet et certains de ses successeurs : frère Étienne aurait été chargé de tracer les plans des futurs établissements et églises de son ordre. Il serait ainsi devenu « l’architecte général » et « en titre des Jésuites »14. Ces titres, qui font écho aux balbutiements de la protection patrimoniale en France, ne sont appuyés par aucun document. Autant de lacunes et d’approximations qui ont fini par rapprocher sa fortune d’une « célébrité de convention », voire d’une « légende vide »15.

  • 16   Adriana Sénard-Kiernan, Étienne Martellange (1569-1641) : un architecte visiteur de la Compagnie (...)
  • 17   Ces deux aspects de l’œuvre de Martellange ne seront pas traités ici. En ce qui concerne la persp (...)

4L’étude que nous avons engagée sur ce religieux architecte met en évidence la complexité de sa carrière16. La relecture des sources, comme la découverte de nouveaux documents manuscrits et graphiques montrent, en effet, que frère Étienne était un architecte artiste complet, capable et susceptible d’intervenir à chaque phase de la construction, dès les prémices de la commande jusqu’à la réception des ouvrages. Mais sa vision de la construction et sa pratique artistique ne s’arrêtaient pas aux chantiers : il fut également un théoricien de l’architecture s’intéressant à la perspective et à la stéréotomie, ainsi qu’un chorographe avant-gardiste dont l’œuvre, presque oubliée, occupe désormais une place singulière dans les arts graphiques du xviie siècle17.

5À la lumière de la relecture des sources et d’une archéologie de papier indispensable, cet article se propose de revenir sur la carrière de Martellange et de dresser avec justesse, mais aussi avec un succès inégal, un portrait circonstancié de l’architecte et de son travail.

Un peintre devenu religieux architecte

  • 18   A.R.S.I., Prov. Franc. 11, f. 225v. Cette date n’a pu être vérifiée dans les registres paroissiau (...)
  • 19   Léon Charvet, op. cit., 1876, p. 185 ; Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, p. 32-33. Nous ne (...)
  • 20   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 7 ; Id., op. cit., 1876, p. 185-190 ; Marcel Audin et Eugène Vid (...)
  • 21   Martellange père était en effet proche des milieux artistiques lyonnais, florentin et flamand. De (...)

6À l’inverse de la plupart des architectes de son temps, issus de dynasties d’hommes du bâtiment, rien ne prédestinait Étienne Martellange à l’architecture. Le 22 décembre 1569, ce dernier naquit au sein d’une famille d’artistes peintres18. Son grand-père et son père, tous deux prénommés Étienne, exerçaient respectivement comme peintre-verrier à Valence19 et peintre-marchand d’art à Lyon20. Ce fut donc dans l’atelier paternel, l’Oiseau du Paradis, et au contact des artistes qui le fréquentaient21, que Martellange se forma premièrement à la peinture et au dessin. Deux arts qu’il exerça sa vie durant, au-delà même de son entrée en religion et de la carrière de religieux architecte qu’il épousa à l’aube du xviie siècle.

Un coadjuteur « né pour peindre »

  • 22   A.R.S.I., Prov. Franc., 45, f. 194. À cette date la ville de Lyon ne possédait pas de noviciat. C (...)
  • 23   Ce fut dans cet établissement qu’Étienne Martellange père signa, devant le notaire Jean Cozon, so (...)
  • 24   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 7-8. Nous ne connaissons pas les dates de leur entrée en religio (...)

7Ce fut à l’âge de 21 ans et probablement à la suite du décès de son père qu’Étienne Martellange intégra le noviciat jésuite Saint-Louis d’Avignon en février 159022. Le choix de la Compagnie de Jésus ne surprend guère au regard des liens étroits qu’entretenait la famille Martellange avec l’ordre. Nous savons en effet que son père fréquentait le collège de la Trinité de Lyon23 et que ses frères intégrèrent eux aussi la congrégation24. Il est probable, qu’à l’image de ces derniers, Étienne Martellange se soit instruit au contact des religieux et qu’il ait fait ses premières classes au collège lyonnais où il apprit à lire, écrire et compter, et où il entreprit, peut-être, ses études de rhétorique.

  • 25   Traditionnellement la période de probation durait environ deux ans à l’issue desquels les novices (...)
  • 26   Ignace de Loyola, « Examen Général », op. cit., [1-133]. Les prétendants au noviciat étaient exam (...)
  • 27   Ignace de Loyola, « Examen Général », op. cit., [64-71].
  • 28   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 9 ; 18 I, f. 45.
  • 29   A.R.S.I., Prov. Lugd. 18 I, f. 65 et 84.
  • 30   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 12 et 18 v ; 18 I, f. 104.
  • 31   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 12, 18, 28 et 31.
  • 32   Cf. infra.

8La période de probation, qui pouvait durer entre sept et dix années25, présentait un double intérêt : former les novices à la spiritualité ignacienne et « mieux connaître les personnes » pour discerner l’étendue de leur vocation, leurs qualités concrètes susceptibles de servir l’ordre ainsi que le futur rang d’admission26. Entre 1590 et 1597, Martellange accomplit ainsi les « six expériences principales » exigées par les Constitutions, dont la pratique des Exercices spirituels et « l’humilité des tâches domestiques »27 en occupant notamment les poste de gardien aux collèges de Billom et de Tournon28, d’infirmier et de sacristain au collège d’Avignon29. C’est également durant cette période qu’il reprit ses études d’Humanités dans le même établissement et qu’il choisit de devenir un religieux peintre, et donc d’épouser le grade de frère coadjuteur temporel. Ses talents artistiques, connus dès ses premiers pas en religion, étaient appréciés par ses supérieurs qui, tel le père Christopher Baltazar, le disaient « né pour peindre » et le qualifiaient de « pictor satis insignis », « peintre remarquable »30. À partir de 1596, il porta le titre de « pictor » et exerça comme tel31. On ne connaît toutefois rien de cette production, aucun document ne renseigne les commandes qu’il put recevoir et, à l’exception du portrait peint de François de Sales32, aucune des œuvres qu’il réalisa alors n’a été conservée. Néanmoins, eu égard à l’estime qui lui était portée et à la reconnaissance de son génie, il est probable qu’il ait été consulté pour l’aménagement et l’ornementation des maisons avignonnaises de la Compagnie, ainsi qu’à l’occasion d’autres commandes, telle l’entrée royale de Henri IV et de Marie de Médicis à Avignon en août 1600 pour laquelle les décors furent conçus par le père André Valladier (1565-1638) et confectionnés par le peintre avignonnais Pierre Duplan.

L’architecture : une élection

  • 33   A.R.S.I., Prov. Lugd. 4, f. 271.

9Rien ne destinait Étienne Martellange au monde de la construction et c’est pourtant à l’art de bâtir qu’il consacra son sacerdoce. Cette « conversion » à l’architecture soulève de nombreuses questions, notamment celle du choix et du libre arbitre. L’histoire de l’art accorde une place singulière au génie et à la vocation des artistes, mais l’exemple de Martellange illustre combien l’idée d’une inclinaison personnelle et éclairée pour une profession doit être nuancée dans le cadre d’une congrégation comme la Compagnie de Jésus. Les sources montrent que cette nouvelle orientation de carrière résultait d’une injonction et d’une double élection auxquelles le novice ne pouvait déroger. Aux sens théologique et propre du terme, Martellange fut choisi pour répondre aux besoins de la Compagnie en matière de construction. La correspondance avec le père Claudio Aquaviva, supérieur général de la congrégation résidant à Rome, en témoigne. Dans sa lettre adressée le 7 août 1617 à Martellange, il loue « il desiderio vostro di essercitare fedelmente il cariera che per la professione vostra vieneri imposta da Superiori »33.

  • 34   Philibert De L’Orme, Premier tome de l’architecture, Paris, F. Morel, 1576, p. 283.

10Les talents artistiques de Martellange furent au cœur de cette décision. Depuis l’Antiquité, la compétence première et indispensable à tout « bon architecte » était celle du dessin : « il suffit donc à l’architecte de savoir bien faire ses lignes pour dresser proprement un plan, & une montée faite nettement avec toutes ses proportions & mesures »34. Ce fut assez naturellement que l’on sollicita Martellange dont les qualités de dessinateur et les vertus avaient déjà donné entière satisfaction.

  • 35   Il avait alors vingt-huit ans.
  • 36   A.S.T., Fonds « Réguliers de là des Monts », liasse 6, f. 20 et 30.
  • 37   Robert Soldo, « L’église Notre-Dame de Chambéry. De l’église des jésuites à l’église paroissiale  (...)
  • 38   A.S.T., Fonds « Réguliers de là des Monts », liasse 6, f. 20 et 30 ; A.R.S.I., Ass. Gall. 58, f.  (...)

11Contrairement à ce que certains auteurs ont affirmé, Martellange versa dans l’art de bâtir dès la fin de son noviciat, en 1597. À cette date, alors qu’il était en âge d’accéder à la profession35, il fut envoyé au collège de Chambéry pour « dresser l’architecture du bâtiment »36 et dessiner le retable de l’église, aujourd’hui perdu37. Cette réorientation explique probablement le report de ses vœux. Avant de faire profession, il devait se préparer à la nouvelle tâche qui lui avait été confiée. La formation à l’architecture reste une question primordiale à laquelle il est difficile de répondre. Aucune règle commune à la Compagnie n’en déterminait les modalités et Martellange ne s’est pas exprimé sur le sujet. Néanmoins, la confrontation des textes fondateurs de l’ordre aux sources apporte quelques éclairages sur les biais par lesquels il s’initia à l’art de bâtir. Il est vraisemblable que cet apprentissage ait avant tout relevé de la pratique et que Martellange se soit formé à même les chantiers, au contact des divers corps de métiers qui s’y succédaient. C’est probablement en ce sens qu’il fut envoyé à Chambéry : entre 1597 et 1599, puis entre 1602 et 1603, il seconda le père François Bonald dans la direction des travaux de construction du collège, avant de prendre lui-même la tête du chantier en 160338. On ne peut toutefois exclure l’idée selon laquelle il se familiarisa également avec le monde de la construction dès ses premières années de noviciat à Avignon où il put, de par ses attributions de peintre, fréquenter les chantiers du noviciat Saint-Louis et du collège Saint-Joseph.

  • 39   François de Dainvillle, « L’enseignement des mathématiques dans les collèges jésuites de France a (...)
  • 40   Le collège d’Avignon possédait une des premières chaires de mathématiques fondée en France en 159 (...)
  • 41   Cela fut le cas pour des frères coadjuteurs aux collèges de Bordeaux et de Caen. François de Dain (...)

12Martellange possédait également une solide culture savante qu’il put acquérir auprès de confrères professeurs de mathématiques et de dessin, mais aussi par lui-même, en autodidacte. Les collèges jésuites dispensaient un enseignement scientifique de pointe qui fit de ces établissements des pôles de premier ordre de la diffusion des savoirs et de la science moderne39. Le cycle de Philosophie, succédant à celui des Humanités, était consacré à l’étude de la théologie, des mathématiques pures et appliquées, ainsi qu’à l’art militaire. Si l’architecture n’y était pas enseignée comme une discipline à part entière, les leçons de physique, de mathématiques, de géométrie et de dessin offraient un cadre exceptionnel de formation à l’art de bâtir. Ce cycle n’était toutefois pas ouvert à tous les religieux, seuls ceux se destinant à la prêtrise pouvaient y accéder. En sa qualité de futur frère coadjuteur, Martellange ne pouvait donc y prétendre. Mais au regard de la mission qui lui fut confiée, des liens qu’il entretenait avec ses supérieurs et de l’estime que ces derniers lui portaient, peut-être fut-il autorisé à suivre ces enseignements au collège Saint-Joseph d’Avignon40 ou à bénéficier de leçons particulières41.

  • 42   Louis Jacob, Traité des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont este, & qui (...)
  • 43   N.L.M., Ms 156, f. 34. Martellange fait directement référence à cet ouvrage dans la lettre qu’il (...)
  • 44   Pierre Moisy, op. cit., vol. i, 1958, p. 73-76 ; Liliane Brion-Guérry, op. cit., p. 159-162.
  • 45   Cf. infra, « Représenter l’architecture ».

13La fréquentation des riches bibliothèques de la Compagnie, comme celle d’Avignon figurant parmi « les plus belles du monde »42, permit à Martellange de compléter sa formation. À l’égal de ses confrères, il est certain qu’il maîtrisait les textes fondateurs de la théorie architecturale classique italienne et française des xvie et xviie siècles. Les seuls ouvrages dont nous soyons assurés qu’il les ait lus sont les Instructiones fabricae et supellectilis ecclesiasticae de Charles Borromée43, parues à Milan en 1577, et le De artificiali perspectiva de Jean Pèlerin, dit Viator (1505), dont il publia la première traduction française en 1626 avec la collaboration de Mathurin Jousse44. Mais le primat qu’il accorde au dessin, les représentations de l’architecture employées45, l’usage de certains termes latins – ichnographia, orthographia, scenographia –, l’emploi de certains ordres d’architecture, comme le dorique et le ionique, laissent entendre qu’il consulta les grands traités d’architecture, tels le De re aedificatoria d’Alberti, Tutte l’opere d’architettura et prospectiva de Serlio, les Regole de Vignole, les Quattro libri d’Andrea Palladio, Le premier tome de l’architecture de Philibert De L’Orme, l’Idea dell’architettura de Scamozzi, ainsi que les commentaires et les traductions de Vitruve, comme l’Architecture de Jean Martin ou I dieci Libri de Daniel Barbaro. Il connaissait également certains traités techniques, comme La pratica della perspectiva de Barbaro, les Leçons de perspective positive de Jacques Ier Androuet du Cerceau, les Nouvelles inventions et les livres III et IV du Premier tome de l’architecture, le Brouillon project d’exemple d’une manière universelle de Girard Desargues ou le recueil de modèles de tabernacles de Jacques Androuet du Cerceau.

  • 46   A.R.S.I., Ass. Gall. 29, f. 25. Depuis le xixe siècle, les historiens affirment, à tort, que Mart (...)
  • 47   Contrairement à certains ordres, les religieux entrant dans la Compagnie de Jésus ne changeaient (...)
  • 48   Arch. départ. Rhône, 18H 24 (liasse).

14Il serait toutefois erroné de croire que Martellange apprit son nouveau métier durant les six années passées à Chambéry et Avignon, de 1597 à 1603. Sa formation fut continue et se poursuivit tout au long de sa carrière. Ses chantiers et ses collaborations avec divers architectes et entrepreneurs, ses voyages et la découverte des monuments élevés depuis l’Antiquité, furent autant d’occasions de parfaire sa maîtrise de l’architecture et de l’art du trait. Néanmoins, au printemps 1603, Martellange semble prêt à assurer ses fonctions de religieux architecte et à prendre l’habit de frère coadjuteur temporel. Le 29 mai 160346, il prononça ses vœux solennels dans l’église du collège de Chambéry et devint frère Étienne Martellange47. Il fit alors du noviciat d’Avignon son légataire universel et céda à la Compagnie le seul bien qu’il possédait encore, le tiers de la maison familiale lyonnaise héritée de son père48.

Un religieux architecte au service de son ordre

  • 49   Pierre Chevalier, Les régicides, Paris, Fayard, 1989 ; Jean-Claude Dhôtel, Histoire des Jésuites (...)

15La carrière de frère Étienne prit son essor en 1603. Comme pour sa « conversion » à l’architecture, ce tournant n’a rien d’une coïncidence ni d’une volonté personnelle. Ce fut en effet à cette date que la Compagnie de Jésus, interdite dans le royaume de France depuis 1594, fut rétablie par Henri IV49. L’édit de Rouen, promulgué le 3 septembre, accordait aux religieux l’entière liberté de résider dans les villes où ils s’étaient installés avant leur expulsion, et les autorisait à construire leurs propres maisons et églises. Établis dans d’anciens collèges médiévaux ou dans des propriétés cédées ou confiées par les municipalités ou des dévots, les jésuites n’avaient jusque là jamais entrepris d’importants travaux d’aménagement ou de construction. L’édit de Rouen marquait ainsi le début d’une effervescence architecturale qui dura 40 ans, période au cours de laquelle les religieux édifièrent la grande majorité de leurs ensembles. Martellange fut un acteur premier de ce projet d’expansion. Ses talents et sa connaissance des chantiers firent de lui l’homme de la situation. Humble religieux soumis à la volonté de ses supérieurs, il se consacra corps et âme à l’édification et à l’ornementation de ces édifices.

  • 50   A.R.S.I., Prov. Franc. 45, f. 194. Sa notice nécrologique indique en effet qu’il fut atteint, « p (...)
  • 51   A.R.S.I., Prov. Lugd. 18, f. 208, 266 et 329. Ce fut, par exemple, le cas en 1606, 1611 et 1619 a (...)
  • 52   Cf. carte de son activité dans Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, vol. IV, p. 16.
  • 53   Pour une carte des provinces jésuites de l’ancienne Assistance de France, cf. François de Dainvil (...)
  • 54   Ce fut, par exemple, le cas en 1614 lorsqu’en début d’année il quitta le collège de la Flèche pou (...)
  • 55   Ce calcul a été obtenu à partir des itinéraires Mappy (option piéton).

16Au gré des besoins de sa congrégation, il sillonna les routes du royaume, devenant le principal architecte itinérant de la Compagnie du premier quart du xviie siècle. La carrière de frère Étienne est exceptionnelle à plus d’un titre. Elle fut, tout d’abord, particulièrement longue. De 1597 à 1640, il travailla sans discontinuer, à l’exception de quelques périodes de convalescence liées à une santé fragile50 et au cours desquelles il interrompit ses activités51. La géographie de son activité était tout aussi étendue : celle-ci embrassait un large territoire allant de Béziers au Mont-Saint-Michel en passant par Embrun et Rouen52. Il intervint ainsi dans quatre des cinq provinces de l’Assistance de France, celles de Lyon, Champagne, Toulouse et France53. L’activité de Martellange fut sans conteste harassante. Ses responsabilités l’obligeaient à démultiplier les allers-retours et à traverser le royaume, parfois en quelques semaines54. En se basant sur ses déplacements connus et sur les outils dont nous disposons actuellement pour le calcul d’itinéraire, on peut estimer qu’il effectua plus de 20 000 kilomètres en 43 ans de métier55.

  • 56   Frère Étienne travailla aux collèges d’Avignon, Besançon, Béziers, Blois, Bourges, Carpentras, Ch (...)
  • 57   Les maisons professes de Grenoble et de Paris.
  • 58   Les noviciats de Lyon et de Paris.
  • 59   Cf. infra.

17Plus remarquable encore fut l’ampleur de son œuvre. Architecte visiteur des provinces citées à l’instant, il fut appelé sur la quasi-totalité des chantiers qui s’y ouvrirent, parmi lesquels 25 collèges56, deux maisons professes57 et deux noviciats58. Son champ d’action ne se limitait toutefois pas à la Compagnie. Il collabora également à des projets indépendants de celle-ci en apportant notamment son concours à d’autres congrégations religieuses dès 160159.

Un concepteur de projets

18L’élaboration des programmes architecturaux constitua la principale activité de Martellange. Mais contrairement à ce que l’historiographie laisse entendre, le travail de frère Étienne ne se résumait pas au dessin d’architecture et moins encore à l’utopie. Les projets et les mémoires de l’architecte montrent que sa conception des édifices résultait d’une parfaite maîtrise des contextes d’implantation et d’un long processus d’inventio.

Choisir et relever les lieux pour mieux les repenser

  • 60   Helen Hills, Invisible City : the Architecture of Devotion in Seventeenth Century Neapolitan Conv (...)
  • 61   Ignace de Loyola accordait une attention particulière au lieu d’implantation. La première version (...)
  • 62   Cf. infra.
  • 63   « Règles du Provincial », Institutum Societatis Iesu, Florence, Archivum Romanum Societatis Iesu, (...)

19Comme pour l’ensemble des congrégations religieuses installées en milieu urbain, la sélection des villes et des parcelles constituait un enjeu majeur pour les jésuites60. Le site, à la fois support et cadre de toute réalisation, déterminait la disposition et la distribution des édifices, ainsi que leur prestige. Le terrain devait non seulement répondre aux besoins de chaque établissement, mais également être à la mesure des ambitions spirituelles, architecturales et plus largement sociales de la Compagnie de Jésus. Son choix était un préalable essentiel à toute implantation et n’était en rien fortuit. Il relevait, bien au contraire, d’une stratégie sacrée esquissée dès les premières années de l’ordre61 et officiellement établie à l’issue de la seconde Congrégation générale de 1565. La « procédure » encadrant les projets de construction62, alors mise en place, prévoyait en effet que les terrains proposés ou visés par les jésuites soient expertisés par les provinciaux. Mais si ces derniers avaient la responsabilité des maisons fondées dans leur province, notamment leur « conservation »63, tous ne possédaient pas les compétences requises en architecture et en urbanisme pour répondre à cette injonction ni apprécier la qualité d’un lieu. Il n’était donc pas rare que les provinciaux fassent appel aux architectes de la Compagnie qui, placés directement sous leur autorité, les secondaient dans leurs voyages.

  • 64   N.L.M., Ms 156, f. 33, 34, 114 et 345 ; AM Sisteron, CC 39, f. 35v-37, 67 et 97.

20Étienne Martellange fut l’un de ces assistants. La correspondance conservée à la National Library de Malte ainsi que certaines délibérations municipales révèlent, en effet, cet aspect primordial et jusqu’ici méconnu de son activité. Frère Étienne semble avoir occupé cette charge au moins à trois reprises : en 1604, 1606 et 1610, il suivit et aida les pères Christopher Baltazar, Michaël Coyssard et Louis Michaélis à Sisteron, Vienne et Roanne64.

21Les dessins et les mémoires de l’architecte, à l’image d’autres documents conservés à la Bibliothèque nationale de France, livrent de nombreuses informations concernant le travail accompli lors de ses déplacements et les critères retenus pour le choix du lieu. Martellange portait une attention particulière à la topographie de la ville et des terrains qu’il observait sous toutes leurs coutures. À l’appui de relevés – profils urbains, perspectives cavalières et plans géométraux – il étudiait la localisation du site, sa visibilité et son accessibilité. Il s’assurait que les parcelles étaient bien placées, en intra-muros ou à proximités des portes des villes, qu’elles étaient bien desservies par la voirie et les principaux axes de circulation, tout en étant proches des institutions politiques et à juste distance des autres églises, paroissiales et conventuelles.

  • 65   Ignace de Loyola, op. cit., [1899].

22La superficie des terrains et leurs abords immédiats faisaient également l’objet de ces expertises. Les sites offerts à la Compagnie, en particulier ceux situés en intra-muros, étaient rarement à la mesure des programmes envisagés, poussant ainsi les jésuites à une prospection foncière qui s’est souvent avérée pugnace. Sur les recommandations d’Ignace de Loyola (1491-1556) qui préconisait d’éviter les transferts65, frère Étienne, comme ses confrères, s’assurait que les surfaces soient suffisamment grandes ou, à défaut, qu’elles puissent être agrandies. Il repérait et indiquait dans ses relevés, à la sanguine ou au lavis jaune, les propriétés adjacentes devant ou pouvant être acquises.

  • 66   Vitruve, De architectura, Livre i ; Leon Battista Alberti, De re ædificatoria, Livre i, chap. iv, (...)

23Les qualités naturelles et la salubrité des sites étaient également appréciées par l’architecte. La fondation des collèges de Sisteron et de Vienne montre que ce dernier désapprouvait les terrains en terrasses ou à forts dénivelés, comme ceux enclavés dans le parcellaire urbain resserré. À l’image d’Ignace de Loyola et des théoriciens de l’architecture, tels Vitruve et Alberti66, il préférait les parcelles placées en hauteur, sans vis-à-vis, offrant une belle vue sur la ville et ses environs, naturellement ventilées, éloignées des zones humides pouvant nuire à la santé et situées à proximité de points d’eau garantissant l’approvisionnement quotidien des établissements ainsi que l’évacuation des eaux usées et des déchets. Mais dans la pratique, rares furent les maisons à répondre à l’ensemble de ces exigences. La majorité d’entre elles ouvrirent leurs portes au cœur des villes, les privant ainsi de tout dégagement salutaire et les soumettant aux problèmes d’hygiène propres à l’urbanisme de l’époque.

24Une fois l’emplacement déterminé, Martellange établissait un état des lieux précis des terrains : 35 documents, dont onze plans géométraux, deux perspectives cavalières et deux lettres, témoignent de ce travail (Ill. 1).

Ill. 1. Étienne Martellange, Noviciat des Jésuites Saint-Joseph de Lyon : relevé de l’état des lieux, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FT 4-HD-4 (16), f. 26.

Ill. 1. Étienne Martellange, Noviciat des Jésuites Saint-Joseph de Lyon : relevé de l’état des lieux, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FT 4-HD-4 (16), f. 26.
  • 67   Martellange était alors occupé sur le chantier du collège de Roanne.

25L’architecte y reprend tous les éléments observés : il y indique le toisé du clos et des bâtiments existants, dont il précise la fonction et l’état de conservation, les cours d’eau et les puits, les égouts et les fossés, sans oublier le voisinage des parcelles retenues. Ces relevés constituaient donc une étape essentielle de l’inventio. Non seulement elles permettaient à l’architecte de se familiariser avec les terrains, mais aussi de rassembler les données factuelles et quantitatives nécessaires à la conception des programmes architecturaux. Ce travail était d’autant plus indispensable que frère Étienne dut dans certains cas, par exemple au collège de Bourges en 162167, dessiner ses projets à distance. Les états des lieux devenaient par conséquent de véritables supports de travail, des aide-mémoires, lui permettant de répondre pleinement et précisément à la commande en proposant des solutions adaptées à chaque contexte d’implantation.

  • 68 Sur cette question cf. infra « Penser les espaces ».
  • 69 N.L.M., Ms 156, f. 354.

26Toutefois, si Martellange se prononçait en faveur d’un site, il ne pouvait décider seul du lieu d’implantation. Sa lettre adressée au Supérieur général en juillet 1606 au sujet de la fondation du collège de Sisteron montre en effet que ses choix restaient des propositions devant être soumises, comme les projets de construction, à l’approbation du Supérieur général à Rome68 : « si mandera dala (sic) approbation del sito come del disegno »69.

Penser les espaces

  • 70   Henri Bouchot, op. cit., p. 44.
  • 71   Ce fut le cas aux collèges du Puy-en-Velay et de Béziers, ainsi qu’à la maison professe de Paris.

27L’historiographie a longtemps résumé l’œuvre de Martellange à la conception d’espaces ecclésiaux au point d’en faire « le plus grand constructeur d’églises du xviie siècle »70. Elle a également laissé croire que tous les projets de l’architecte furent approuvés et exécutés. Or l’analyse des dessins et l’étude des chantiers montrent que son travail d’invention était plus complexe et complet, et l’issue de ses propositions bien plus incertaine. En dehors de cas particuliers où frère Étienne se chargea exclusivement des lieux de culte71, il concevait l’intégralité des programmes et des espaces qui les composaient, même secondaires. Il dressait l’aspect entier du projet, c’est-à-dire les plans de tous les étages – des caves aux charpentes –, les coupes et élévations des bâtiments, aussi bien des églises que des espaces réservés à l’enseignement, à l’habitation des élèves et des pères, ainsi que les cours de services et leurs dépendances.

Ill. 2. Étienne Martellange, Projet d’ensemble et de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 148.

Ill. 2. Étienne Martellange, Projet d’ensemble et de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 148.
  • 72   Ceux d’Avignon, Bourges, Blois, Carpentras, Chambéry, Dijon, Dole, Embrun, La Flèche, le Puy-en-V (...)
  • 73   Ceux de Lyon et de Paris.
  • 74   Celle de Paris.
  • 75   Celle de Grenoble.
  • 76   Cf. infra.

28Ainsi, entre 1597 et 1636, l’architecte fournit au moins 50 projets de construction et de réaménagement, dont 27 pour des établissements jésuites – parmi lesquels 23 collèges72, deux noviciats (ill. 2 et pl. 1)73, une maison professe74 et une résidence75 – et neuf pour des édifices étrangers à la Compagnie de Jésus76.

  • 77   Cette procédure centralisatrice fut à l’origine de la « légende du style jésuite » et de l’idée s (...)
  • 78   Martellange ne s’adressait toutefois pas directement au Supérieur romain. Ses dessins étaient env (...)
  • 79   C’est le cas pour les projets de l’église du collège de Béziers et du premier étage du noviciat d (...)
  • 80   En ce qui concerne les chantiers de Martellange, à ce jour, aucun de ces dessins estampillés par (...)

29Les projets de construction et de réaménagement de Martellange n’échappaient pas au contrôle de Rome ni à la procédure d’approbation mise en place en 1565, au lendemain de la seconde Congrégation générale de la Compagnie77. Comme pour tout architecte jésuite, ses projets, et leur devenir, étaient envoyés à Rome pour y être soumis à l’aval du Supérieur général et des conciliarii aedificiorum, des « révisseurs » en architecture du Collège Romain78. La présence des dessins, conservés parfois en double exemplaire79, et des mémoires de frère Étienne parmi les 1222 Piante de diverse fabbriche du recueil de la Bibliothèque nationale de France et les 311 lettres de la National Library de Malte montrent que l’architecte adressait ses projets à Rome en double exemplaire. Ces derniers étaient alors examinés par le Supérieur général et ses experts en architecture, approuvés ou refusés. Une copie était archivée, l’autre renvoyée sur place80.

  • 81   Ces légendes reprennent des informations propres au lieu, à la typologie du dessin, à l’édifice e (...)
  • 82   M.U.Q., Ms 2027, f. 236.
  • 83   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (16)-FT 4, f. 151.
  • 84   Il s’agit du premier projet proposé en janvier 1625. BnF, département des Estampes et de la Photo (...)
  • 85   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 148, 150 et 151.
  • 86   A.R.S.I., Prov. Lugd. 35, f. 205.
  • 87   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 129.
  • 88   Il s’agit du troisième projet présenté en avril 1623. BnF, département des Estampes et de la Phot (...)
  • 89   L’étude des chantiers et des projets permet néanmoins de compléter ces conclusions. Quatorze autr (...)

30Les annotations portées au dos de certains dessins apportent des renseignements sur les modalités de cette procédure, mais aussi sur la part qu’eut Martellange dans les chantiers auxquels son nom est associé. Elles indiquent notamment que la réponse des instances romaines ne fut pas toujours favorable à l’architecte. Ses projets furent autant critiqués que ceux de ses confrères et certains furent rejetés, obligeant frère Étienne à en proposer de nouveaux ou aux religieux de faire appel à un autre confrère. Il reste toutefois difficile d’estimer l’appréciation romaine de ses dessins. Les commentaires, brefs, relèvent davantage de l’identification des projets81, peu d’entre eux énoncent les décisions du Supérieur général ou détaillent les motifs de son choix. Parmi les cinquante projets conservés de frère Étienne, seuls sept portent la mention évidente de l’avis romain : ceux pour les collèges de Blois82, des églises des collèges de Rouen83, de la maison professe de Paris84, du noviciat de Lyon85 et de la résidence de Grenoble86 furent approuvés, alors que ceux pour le collège de Carpentras87 et de l’église du collège de Vienne88 furent rejetés89.

  • 90   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 220.
  • 91   M.U.Q., Ms 2027, f. 236.
  • 92   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 129 et HD-4 (16)-FT 4, f. 1 (...)

31En outre, les mentions indiquent que la réponse du Collège Romain était rarement immédiate. Plusieurs mois, voire années, pouvaient s’écouler entre l’envoi des projets à Rome et leur retour. L’exemple de Martellange illustre ce fonctionnement : si son projet pour l’église de la maison professe de Paris, daté de janvier 1625, fut approuvé la même année90, celui pour le collège de Blois, daté des 29 et 30 juin 1624, le fut un an plus tard, le 7 février 162591. À Carpentras, comme à Rouen, les religieux durent faire œuvre de patience : ils ne reçurent l’avis de Rome que trois et cinq ans après l’envoi des projets92.

  • 93   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 134 ter. Étienne Martellang (...)
  • 94   Pierre Moisy, « Martellange, Derand… », op. cit.

32L’étude des chantiers et la comparaison entre les édifices réalisés avec les projets approuvés ou rejetés montrent néanmoins que la décision romaine ne faisait pas toujours autorité, poussant ainsi à nuancer la suprématie du Collège Romain et la soi-disant inflexibilité de la procédure encadrant les projets d’architecture et d’ornementation des maisons et des églises jésuites. Le devenir de certains dessins de frère Étienne en témoigne : si le projet approuvé pour le collège de Blois ne fut pas exécuté93, celui donné en juin 1605 pour l’église du collège de Vienne, et refusé, fut suivi. Diverses raisons pouvaient être à l’origine de ces changements de partis, comme les difficultés matérielles ayant entrainé l’arrêt des travaux et leur reprise tardive. Mais l’exemple de Martellange, en particulier le célèbre « conflit Derand-Martellange » survenu sur le chantier de l’église de la maison professe de Paris, montre que des facteurs politiques pouvaient également entrer en jeu dans les décisions prises à l’échelle locale, loin de Rome94. Les Supérieurs généraux et leurs « révisseurs » en architecture semblent avoir laissé bien plus de liberté qu’on ne pourrait le penser aux Provinciaux, aux Recteurs et aux architectes dans la gestion des chantiers de construction et d’ornementation.

Représenter les architectures

33Les projets proposés par Martellange présentent une homogénéité stylistique qui relève d’un mode opératoire propre à l’architecte. Frère Étienne réalisait ses dessins, tant ses programmes d’architecture que ses vues de villes et de monuments, sur du papier blanc-cassé sans aucune préparation préalable. Les formats et les techniques étaient toutefois variables. Parmi ces dernières six étaient privilégiées par l’architecte : la mine de plomb, l’encre et la plume, le lavis, la sanguine, la pierre d’Italie et la gouache.

34L’observation minutieuse des dessins indique que Martellange concevait ses projets de construction ou de rénovation selon les deux phases opérationnelles traditionnelles. Dans un premier temps, il esquissait à main levée et à la mine de plomb, sur place ou en chambre, un premier dessin. Puis en chambre, accoudé à sa table de travail et entouré de ses instruments, il mettait au net ses dessins ou les copiait sur une nouvelle feuille. Les plans et les élévations étaient tracés minutieusement, à l’aide de la règle et du compas, à la plume et à l’encre de Chine ou brune qu’il rehaussait de lavis et de sanguine. À l’inverse, les abords immédiats, les propriétés adjacentes aux établissements jésuites et les éléments secondaires – comme les rues, les cours d’eau, les murailles des villes – étaient esquissés sommairement et à main levée.

  • 95   François de Danville, Le langage des géographes, Paris, Picard, 1964, p. 329-337 ; Lucia Nuti, «  (...)
  • 96   Nicolas Buchotte, Les règles du dessin et du lavis pour les plans particuliers des Ouvrages et de (...)

35L’usage des lavis colorés répondait également à une sémantique personnelle. En effet, si leur emploi est attesté dans la représentation cartographique et dans le dessin d’architecture depuis le Moyen Âge95, leur signification ne fut théorisée qu’à la fin du xviiie siècle laissant ainsi aux architectes du Grand Siècle une grande liberté dans l’usage des couleurs et de leurs capacités expressives96. Chez Martellange, le lavis dominant, et si représentatif de son œuvre, reste le bleu avec lequel il figurait les maçonneries des édifices existants ou projetés et suggérait la profondeur des bâtiments (pl. 1). Le jaune indiquait ceux à construire alors que le rouge et la sanguine indiquaient les corrections à apporter aux dessins ou désignaient l’environnement immédiat des ensembles, le parcellaire ou les maisons voisines. On retrouve également quelques touches de gouache blanche avec laquelle l’architecte corrigeait certaines maladresses ou erreurs.

  • 97   Sur cette question cf. supra « L’architecture : une élection ».
  • 98   Parmi les 127 dessins de l’architecte on dénombre 87 plans et 30 élévations, dont douze coupes tr (...)
  • 99   Jean Guillaume, « L’apparence et la réalité des choses », dans L’architecture en représentation, (...)

36En ce qui concerne le tracé des édifices à construire ou à rénover, frère Étienne privilégiait les modes de représentation recommandées depuis la Renaissance et dont il acquit la parfaite maîtrise à travers la lecture des principaux traités d’architecture publiés au xvie siècle97. Les séries les plus complètes de dessins que nous ayons conservés montrent que l’architecte déclinait ses projets selon la trilogie vitruvienne : en dessins géométraux composés des plans (ichnographia) et des élévations (orthographia), ainsi qu’en perspectives (scenographia). Martellange préférait toutefois les deux premières typologies, les plans et les élévations, qu’il combinait systématiquement98. Fiables et mises à l’échelle, ces représentations orthogonales constituaient des supports premiers de travail qui donnaient une vision juste, « objective et mesurable »99 des futurs édifices, indispensable aux commanditaires et plus encore aux entrepreneurs chargés de transcrire dans la pierre les idées de l’architecte. Les échelles ou les cotations, les roses des vents ou la mention des points cardinaux, ainsi que les légendes donnaient toutes les précisions nécessaires à la compréhension des dessins et à l’exécution des travaux : les dimensions, l’orientation, la fonction des bâtiments et de leurs pièces.

  • 100   Jacques Androuet Du Cerceau, Leçons de perspective positive, Paris, M. Patisson, 1576, p. 3.
  • 101   C’est le cas de la vue à vol d’oiseau du collège de La Flèche dessinée en juillet 1612. BnF, dépa (...)
  • 102   Ces représentations étaient des reconstructions imaginaires résultant de la combinaison des relev (...)

37Martellange recourait également, mais en moindre mesure, à la perspective. Sur les 127 projets, seuls sept suivent ce procédé technique figurant les architectures telles qu’elles pouvaient se présenter à l’œil, dans leurs trois dimensions. Ces représentations, notamment celles suivant les principes géométriques de la perspective linéaire théorisés par Alberti, ne présentaient pas l’exactitude nécessaire à la construction. Le raccourcissement des lignes, leur convergence vers un seul point de fuite déformaient les volumes, les angles ainsi que les mesures, rendant ces tracés inutilisables par les maçons et les ouvriers100. Frère Étienne préférait la perspective cavalière et les vues « à vol d’oiseau ». Ces vues aériennes, pour certaines proches de l’axonométrie101, préservaient le parallélisme des lignes, donnant ainsi une vision naturelle des bâtiments102.

  • 103   Daniel Barbaro, Dieci Libri dell’architettura, Venise, Francesco Marcolini, 1556, Livre i, p. 30- (...)

38En dépit de cet usage ponctuel de la perspective, l’architecte ne renonça pas à la vraisemblance de ces représentations ni à rendre le volume et la profondeur des édifices dessinés. Ses élévations montrent qu’il s’appliquait à rendre ces effets par des jeux subtils d’ombres et de lumières qui témoignent de sa connaissance des traités de Daniel Barbaro et de son concept de la « skiagraphia », c’est-à-dire du dessin des ombres103. À l’aide des ombres portées et des dégradés de lavis bleu, Martellange parvint ainsi à restituer l’espace et la profondeur de chaque élément d’architecture et du mobilier, des chapelles latérales aux portes, en passant par les pilastres et les retables (pl. 1).

En dehors de la Compagnie de Jésus

  • 104   Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres de frère Charles Turmel, Breton, jésuite et ar (...)
  • 105   Cf. dans ce même volume les contributions respectives d’Erwan Lefranc et de François-Xavier Carlo (...)

39L’activité et la renommée d’Étienne Martellange dépassaient les frontières de son ordre. À l’image de ses confrères, membres de la Compagnie ou d’autres congrégations – tels Charles Turmel104, Dom Plouvier ou Louis Trestournel105 –, il apporta son concours à plus d’une dizaine d’institutions, religieuses ou laïques, qui le sollicitèrent à l’occasion de la construction de leurs ensembles et/ou de l’aménagement de leurs églises.

  • 106   Adriana Sénard, « Étienne Martellange et l’architecture religieuse à Orléans au xviie siècle », B (...)
  • 107   Arch. départ. Vaucluse, 3E 33706, f. 2v. ; 3E 492, f. 451 ; 4G, art. 38, f. 100 et 101 ; Alain Br (...)
  • 108   Arch. départ. Vaucluse, 3E 1299, f. 123-124 ; Joseph Girard, « L’ancienne église du collège des J (...)
  • 109   Arch. départ. Côte-d’Or, 4E2/984.
  • 110   Arch. départ. Vaucluse, 3E 12959, f. 727.

40Les chapitres, soucieux de reconstruire les cathédrales endommagées durant les guerres de Religion et de moderniser leurs intérieurs conformément aux exigences liturgiques post-tridentines, figurent parmi les principaux commanditaires. D’après les sources connues à ce jour, en particulier les marchés conservés aux Archives départementales du Vaucluse et de la Côte-d’Or, frère Étienne participa à cinq de ces chantiers : à Saint-Pierre d’Avignon, Saint-Véran de Cavaillon, Notre-Dame des Anges de l’Isles-sur-la-Sorgue, Saint-Bénigne de Dijon et Sainte-Croix d’Orléans. Hormis ce dernier cas pour lequel Martellange supervisa la reconstruction du transept de la cathédrale orléanaise106, ses interventions portaient sur le réaménagement intérieur et l’embellissement des édifices. À Cavaillon, entre 1608 et 1610, il dessina le nouveau retable, le maître-autel et la chaire épiscopale de la cathédrale, ainsi que le retable de la chapelle Saint-Véran et la châsse abritant les reliques du même saint107. Entretemps, en 1609, il proposa un projet pour la grande porte de la collégiale Notre-Dame des Anges de l’Isles-sur-la-Sorgues108. En 1612, il conçut le dessin du maître-autel de Saint-Bénigne de Dijon109, puis en 1617 celui du tabernacle du maître-autel de la cathédrale avignonnaise110.

  • 111   Camille Bloch et Jacques Soyer, Inventaire des Archives départementales du Loiret antérieures à 1 (...)
  • 112   Anne Bertout, Les Ursulines de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Beauchesne, 1936 ; Philippe Bon (...)
  • 113   Pierre Delattre, op. cit., 1942.
  • 114   Frère Étienne se trouvait alors à Paris où il dirigeait le chantier du noviciat jésuite.
  • 115   Arch. départ. Côte-d’Or, 88 H 1101-1103.

41Martellange œuvra également pour d’autres congrégations religieuses. En 1623 et alors qu’il dirigeait le chantier du collège jésuite d’Orléans, il donna un projet pour le jubé de l’abbatiale Saint-Euverte111. Mais ce fut auprès des ordres féminins qu’il fut le plus actif, en particulier certains avec lesquels il entretenait des liens, institutionnels et personnels, singuliers. Il travailla notamment pour les ursulines qui, dès leur fondation, furent placées sous la direction spirituelle de la Compagnie de Jésus112. Il n’est donc pas surprenant que frère Étienne ait été appelé sur certains de leurs chantiers, comme aux couvents de Dinan et Dijon. Ce fut lors de son troisième séjour au collège de Rennes en 1628, et à la demande de ses supérieurs, qu’il se déplaça à Dinan en compagnie du frère Charles Turmel, également architecte jésuite113. Ensemble, ils réfléchirent au réaménagement de l’aile est du couvent et de la nouvelle église qui devait y prendre place. Leur projet, qui prévoyait pour la chapelle un plan en potence avec son chœur des religieuses, fut retenu et exécuté. Martellange collabora de nouveau avec les ursulines en 1636 lors de la construction du couvent de Dijon. Si l’on ne peut écarter l’hypothèse d’une injonction expresse de ses supérieurs, il est fort probable que cette participation soit le résultat de l’amitié qui le liait à Guillaume Tabourot, architecte dijonnais alors en charge du chantier et avec lequel frère Étienne avait travaillé au collège des Godrans. Un doute subsiste sur la présence effective de Martellange à Dijon à cette date114, mais il est certain que celui-ci, comme d’autres confrères, fut consulté par Tabourot. Les plans et les gravures conservés aux Archives départementales de la Côte-d’Or en témoignent et indiquent que ce dernier chercha à s’inspirer de l’œuvre des meilleurs architectes de son temps et d’églises au programme remarquable, à l’image de celle proposée par frère Étienne pour le noviciat de Paris115. En effet, aux côtés d’un plan annoté par l’architecte jésuite et présentant en son centre une église-salle, figurent les gravures de l’église du noviciat de Paris d’Antoine Le Paultre. Mais en dépit de la fortune du projet parisien, ultime œuvre de frère Étienne, son projet pour les ursulines de Dijon ne fut pas suivi.

  • 116   Laurent Lecomte, op. cit., p. 30-39. L’original de ce plan est aujourd’hui perdu.
  • 117   Pierre Delattre, op. cit., 1940-1986, p. 1128-1258.
  • 118   Nicolaï Feuillard, op. cit., 2003, t. i, p. 16-24 ; Laurent Lecomte, op. cit., p. 14. Nicolaï Feu (...)
  • 119   François de Sales consulta également le père Nicolas Baytaz, chanoine de la cathédrale Notre-Dame (...)
  • 120   Laurent Lecomte, op. cit., p. 38-39.
  • 121   Il faut ajouter à ces chantiers des congrégations religieuses féminines celui de la chapelle du c (...)

42L’amitié fut aussi à l’origine de la contribution de Martellange à l’élaboration du plan type du Coutumier de la Visitation116. À cette occasion, le fondateur de l’ordre, François de Sales (1567-1622), s’entoura d’experts en architecture susceptibles de l’aider à définir le modèle de couvent qui servirait de référence à tout son ordre. Le fondateur entretenait des relations étroites avec la Compagnie de Jésus qu’il aida à s’installer en Savoie117, et il connaissait personnellement frère Étienne qui fut son secrétaire lorsque tous deux résidaient à Chambéry entre 1602 et 1603118. Ce fut donc naturellement que François de Sales se tourna vers l’architecte jésuite119. S’il reste difficile de mesurer la part de chacun dans la conception du plan type de la Visitation, l’influence de Martellange est, comme l’a remarqué Laurent Lecomte, nettement perceptible, notamment dans le dessin de l’église120. Le plan de celle-ci, en potence, présente une nef dont le programme rappelle fortement celui de l’église-salle du noviciat Saint-Joseph de Lyon121.

  • 122   L’original a été perdu. Il existe toutefois une copie manuscrite réalisée par François de La Poin (...)
  • 123   Liliane Châtelet-Lange, « Jacques Gentillâtre. Montbéliard-Genève-Châlons-sur-Saône », Monuments (...)

43Parallèlement à ces projets religieux, frère Étienne intervint également sur des chantiers civils, tel celui de l’hôpital de la Charité de Lyon. Ce fut lors de son septième séjour au collège de la Trinité en octobre 1616 que l’architecte remit aux Recteurs de l’Aumône générale un projet pour le futur établissement de bienfaisance lyonnais destiné à accueillir les déshérités, les enfants orphelins et les indigents122. Martellange ne semble pas avoir dirigé outre mesure les travaux, mais on sait qu’il revint sur le chantier en 1619 pour amender les modifications faites à son plan par le Recteur de l’hôpital, Pierre Picquet123.

Un ordonnateur des travaux

44Martellange ne fut pas qu’un traceur de plans. Sa participation aux chantiers ne se limitait pas, en effet, à la seule élaboration intellectuelle ni graphique des projets. Il contribua également à l’organisation logistique et matérielle des travaux, devenant un véritable professionnel doté d’un savoir-faire capable d’intervenir sur le terrain, dans toutes les étapes de la construction.

Rédiger les devis et marchés

  • 124   Pierre Bullet, Architecture pratique, Paris, É. Michallet, 1691, p. 351.
  • 125   Ce fut notamment le cas pour le collège de Vienne en juin 1607, les églises du collège du Puy-en- (...)
  • 126   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse). Les deux versions des « articles et conventions » cons (...)
  • 127   Arch. départ. Loiret, C 388, janvier 1627. L’original a disparu lors des bombardements de la Seco (...)
  • 128   Adriana Sénard-Kiernan, « La récurrence des "débats" techniques dans les chantiers d’Étienne Mart (...)

45« Ce n’est que l’architecte qui a fait le dessin qui puisse faire le devis », déclarait Pierre Bullet124. À l’image de ses confrères et contemporains, Étienne Martellange rédigeait lui-même les devis de maçonnerie et de couverture des édifices dont il dessinait les projets et supervisait les travaux125. La correspondance parfaite entre ces documents, leur brouillon126 et les baux à besogne indique que le jésuite privilégiait les contrats de type devis et marchés. Ces devis, qui se présentent sous la forme d’une succession d’articles, décrivent précisément l’ouvrage et spécifient les responsabilités des acteurs œuvrant à la construction. Ces derniers, en particuliers les entrepreneurs, étaient tenus de suivre « exactement ce qui est couché au devis et qui est faict au desseings […] sans rien innover »127, sous peine de poursuites judiciaires128.

46Les devis étaient l’occasion d’expliciter davantage les plans et les dessins, notamment le toisé des ouvrages. Afin d’éviter les erreurs d’interprétation des échelles et de conversion des mesures, frère Étienne y détaillait les dimensions des maçonneries et de certaines pièces à tailler. Il précisait non seulement les mesures aisément déductibles des représentations géométrales, comme la longueur et la profondeur des corps de bâtiment, mais également les plus difficiles à définir et qui n’apparaissaient pas dans les dessins cotés sous peine de nuire à leur lecture, telles l’épaisseur des murs, la hauteur des étages, les dimensions des portes, des fenêtres ou encore des pilastres. Ces descriptions étaient également chiffrées et le prix des maçonneries et autres éléments d’architecture calculé à la toise carrée.

  • 129   Dans la plupart des cas, les frais étaient partagés entre les jésuites et les entrepreneurs. Au c (...)
  • 130   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 8 mai 1607.

47Comme pour toute commande, l’architecte programmait le déroulé du chantier et son entière logistique. Il indiquait dans le devis le calendrier et les dates de livraison, les matériaux à employer, notamment pour le grand appareil dont il prévoyait leur approvisionnement en précisant à qui revenait cette tâche, aux religieux ou aux entrepreneurs129. Il énumérait également les outils nécessaires à l’édification : les cordages, échafaudages, poulies et autres machines qui, dans la plupart des cas, étaient à la charge des entrepreneurs pour lesquels il fixait lui-même la rémunération. Martellange se montrait très attentif à ce sujet. Conscient des risques de désertion et des retards qui pouvaient en découler, il astreignait les entrepreneurs et les maîtres d’œuvre à travailler exclusivement sur les chantiers de la Compagnie le temps de la construction et demandait à ce qu’ils soient payés par acomptes échelonnés, « a proportion de leur besogne »130.

  • 131   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 9 mars 1607.
  • 132   Ibid.
  • 133   Ce fut notamment le cas au collège de la Trinité de Lyon. En 1622, la fraude au toisé constatée a (...)

48Frère Étienne n’oubliait pas, ainsi que pour tout acte juridique, de définir les modalités à suivre en cas de litige. Si une malfaçon ou une fraude au toisé était constatée au cours de travaux ou à la livraison de l’édifice, il prévoyait que l’ouvrage soit « visiter et controler […] par des experts »131, parmi lesquels l’architecte auteur du projet et du devis. Les entrepreneurs étaient, quant à eux, sommés de « répondre de la besogne »132 devant la Compagnie et parfois même devant la justice133.

Recruter les hommes et choisir les matériaux

49L’adjudication des travaux, le choix des entrepreneurs, de la main d’œuvre spécialisée et des matériaux constituaient un enjeu majeur de l’organisation des chantiers et du travail de Martellange. D’eux dépendaient la construction, sa réalisation, sa beauté et sa pérennité.

  • 134   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605.
  • 135   Par exemple, au Puy-en-Velay il chargea deux maîtres maçons aniciens, Antoine Floury, puis Pierre (...)
  • 136   Ce fut notamment le cas sur le chantier de l’église du Puy-en-Velay où les premiers maçons recrut (...)
  • 137   Ibidem. Au Puy-en-Velay, le choix d’Antoine Floury pour la construction de l’église s’explique ta (...)

50Le recrutement des hommes faisait l’objet d’une attention particulière. L’itinérance à laquelle était soumis frère Étienne, et son incapacité à suivre assidûment chaque chantier, l’obligeait à s’entourer de « bons maistres inteligents » qualifiés et de confiance « qui soit experimante aux bastimentz et que les ouvriers creignent »134. Pour cela, il sollicitait les réseaux professionnels locaux et traitait exclusivement avec des entrepreneurs et des ouvriers résidant sur place ou à proximité des chantiers135. Les devis et les mémoires laissés par l’architecte montrent qu’il menait de véritables enquêtes au cours desquelles il s’informait sur ces hommes et s’enquérait de leur réputation, de leurs ouvrages et de leur solvabilité. Il préconisait ainsi de ne pas s’adresser à des entrepreneurs ni à des ouvriers en situation de précarité, voire de pauvreté, au risque que l’intention de ces derniers ne soit motivée par le seul appât du gain136. Le coût de ces collaborations entrait aussi en considération. Les choix tenaient, en effet, compte de la dépense globale du chantier, poussant ainsi les architectes à privilégier les devis les plus économiques137.

  • 138   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605.
  • 139   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 15 février 1605. La pierre de Corneille doit son nom a (...)
  • 140   Arch. départ. Rhône, 1D 9 (liasse), mai 1617 ; Arch. départ. Haute-Saône, D 31 (liasse), 2 janvie (...)
  • 141   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605. Martellange déterminait également la nature des « pierr (...)

51La sélection des matériaux, en particulier ceux destinés au grand appareil et aux ouvrages de charpente, était de surcroît réfléchie selon des critères proches de ceux retenus pour le recrutement des hommes : afin de garantir la continuité des travaux, Martellange préférait les ressources locales. Ses mémoires indiquent qu’il ne laissait pas leur choix au hasard. Il s’informait des usages et traditions, interrogeait les « experts du lieu qui savent la force des materiaux »138, visitait les carrières et appréciait les qualités géologiques des ressources disponibles à proximité des chantiers. Il adaptait ainsi les matériaux à chaque projet. Si dans la plupart des cas il proposait d’ériger les bâtiments de la Compagnie en pierre de taille, comme aux collèges du Puy-en-Velay, de Vesoul et de Lyon où il recommanda d’employer le tuf, la pierre dite de « Corneille »139 ou à la « pierre jaune »140, il pouvait tout aussi bien adopter la brique et jouer sur la polychromie en réservant la pierre aux éléments de parement, par exemple au collège de Moulins141.

  • 142   Ibid.

52Le bois des ouvrages en charpente – menuiseries, cloisons, planchers, plafonds et couvrements – était également choisi avec minutie. Les essences sélectionnées devaient être solides, disponibles à l’échelle locale et coupées « en bonne lune »142, c’est-à-dire en lune décroissante, pendant le repos végétatif du bois afin qu’il sèche rapidement et qu’il soit moins sensible aux attaques fongiques.

53Outre la pierre et le bois, Martellange prévoyait les éléments en fer indispensables à la confection d’instruments et à la consolidation des maçonneries et des charpentes. Les mémoires font ainsi mention de ferrures, clous, sabots et équerres, ainsi que de barreaux métalliques destinés à sécuriser les fenêtres des bâtiments s’ouvrant sur la rue, surtout celles en rez-de-chaussée.

  • 143   Ibid. ; Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse).

54Le coût de ces matériaux, parmi les plus chers avec l’ardoise et le plomb, ne permettait toutefois pas à frère Étienne de faire exclusivement appel à des fournitures neuves. Pour de nombreux chantiers, tel au Puy-en-Velay et à Moulins, il proposa de réutiliser certains éléments, pierres et menuiseries, issus de la démolition de bâtiments anciens143.

Transmettre les ordres

55Les dessins de Martellange, tout comme les devis et les marchés qui les accompagnaient, ne suffisaient pas toujours à l’entendement des projets ni au bon déroulement des travaux. Les mémoires de frère Étienne témoignent des difficultés rencontrées par les entrepreneurs, en particulier les maçons et les tailleurs de pierre, ainsi que des solutions apportées par l’architecte pour y pallier et ainsi éviter les malfaçons.

  • 144   Arch. départ. Vaucluse, 4G, n° 38, f. 99, 28 mars 1609.
  • 145   D’après les mémoires de l’architecte, Martellange recourait à deux procédés pour la copie de ses (...)
  • 146   Les plans et dessins envoyés à Rome sont pour la plupart légendés en latin.
  • 147   Ce fut notamment le cas de Pierre Baudouin qui prit la direction du chantier de l’église du collè (...)
  • 148   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30, 24 mai 1607.

56À l’issue de l’adjudication des travaux et avant de quitter les chantiers, Martellange s’entretenait de vive voix avec les maîtres d’œuvre et les entrepreneurs144. Il leur donnait l’instruction de l’ouvrage à partir d’une copie du projet qu’il leur remettait145 et qu’il avait pris le soin de légender en langue vulgaire146. Mais ces échanges ne garantissaient guère la bonne exécution des dessins ni des directives. Frère Étienne n’hésitait donc pas à compléter ses dessins et devis par des mémoires techniques dans lesquels il revenait en détails sur les points sujets d’incompréhension, voire de discordes. L’interprétation des toisés et la diversité des mesures usitées au xviie siècle étaient au cœur de ces différends. En dépit de la précision des échelles et des précautions prises pour respecter les usages locaux, les entrepreneurs ne comprenaient pas toujours les choix opérés en la matière, au point que certains les jugeaient contraires à leur pratique147. Ainsi au collège du Puy-en-Velay, le maître maçon Antoine Floury demanda expressément à l’architecte des éclaircissements sur le métré de l’église et de ses pilastres. Martellange mit par écrit ses directives en prenant le soin d’être le plus explicite possible : au détail des mesures il adjoignit un schéma illustrant le toisé des pilastres148.

  • 149   Arch. départ. Rhône, 1D 9, mai 1617.
  • 150   Ce fut notamment le cas sur les chantiers de la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon (Arch. départ (...)
  • 151   Monique Mosser, « L’architecture et sa représentation », Revue de l’Art, 1983, n° 57-58, p. 5-7.

57Parallèlement à ces mémoires, frère Étienne recourait à d’autres types de figurations volumétriques destinées à faciliter « l’intelligence » des projets149. Les mémoires de l’architecte indiquent en effet qu’il prévoyait la confection de modèles à l’échelle 1/1, de maquettes d’exécution et de tracés gravés de certains ornements et éléments d’architecture à tailler150. Ces représentations « homothétiques du réel »151, empreintes d’une évidente valeur didactique, aidaient au travail des tailleurs de pierre qui n’avaient plus qu’à les suivre et à le reproduire dans la pierre sans craindre d’éventuelles erreurs d’interprétation d’échelle ou de conversion de mesures.

Habiller les églises

  • 152   Claude Mignot, Pierre Le Muet (1591-1669), thèse de doctorat sous la dir. de J. Guillaume, Univer (...)
  • 153   Emmanuelle Brugerolles, op. cit., 2001 ; Id., op. cit., 2002.
  • 154   Emmanuel Coquery, « Du dessein au dessin d’ornement », dans Un temps d’exubérance, op. cit., p. 7 (...)

58Construire ne fut pas la seule activité de Martellange. À l’égal de la plupart des architectes du xviie siècle152, il intervint dans le second œuvre, dans l’ordonnance et l’ornementation des intérieurs, en particulier des églises. Cette facette peu connue de son métier est pourtant remarquablement documentée et illustrée par 17 dessins153. Au-delà des indications propres à ces programmes décoratifs et d’aménagement, rares pour l’époque154, ces sources montrent que « l’art des dedans » ne relevait pas uniquement des peintres, sculpteurs et autres ornemanistes, mais également du travail de l’architecte et d’une conception unifiée de l’espace ecclésial où architecture et décors sont intimement liés. Support de l’un, ornement de l’autre, ils ne pouvaient être pensés l’un sans l’autre.

Les décors peints

  • 155   BnF, département des Estampes et de la Photographie, Réserve Ub 9-Boîte FT 4 ; A.M.O., Lg.II.110, (...)
  • 156   Certaines vues sont en effet des repérages propres à son travail d’architecte. Adriana Sénard, op (...)
  • 157   N.L.M., Ms 156, f. 33.

59Comme en témoignent le portrait peint de François de Sales et les 192 dessins parmi lesquels les Vues de villes, de bourgs, d’abbayes, de châteaux et autres endroits de France, conservés à la Bibliothèque nationale de France155 et à l’Ashmolean Museum d’Oxford, frère Étienne ne renonça jamais à sa formation première de peintre et de dessinateur. Si ces œuvres, les seules qui nous soient parvenues, étaient destinées à un usage privé mais aussi professionnel156, la lettre qu’il adressa au Supérieur général le 22 janvier 1621 indique qu’il reçut plusieurs commandes de tableaux, dont certains avaient pour sujet des vues de villes ou des établissements de la Compagnie : « j’aurais besoin de quelques vues de mes dessings pour le tableau qu’on me veut faire faire »157.

Ill. 3 : Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).

Ill. 3 : Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).
  • 158   Ce projet intervint en plein « conflit » entre Martellange et François Derand au sujet du chantie (...)

60Martellange contribua également à la définition des grands décors peints à même la pierre des édifices dont il était l’auteur et dont il avait supervisé les travaux. Ce fut le cas à l’église de la maison professe de Paris pour laquelle il proposa, dans son second projet de 1628, d’orner les quatre niches plates du tambour de la coupole de figures en grisaille représentant des pères de l’Église, comme saint Jean Chrysostome et saint Basile de Césarée (ill. 3)158.

Le mobilier liturgique

61Les talents de Martellange lui valurent de s’essayer à d’autres domaines artistiques et de se distinguer dans l’aménagement intérieur des églises, plus précisément dans la confection du mobilier liturgique. Plusieurs marchés ainsi que 25 dessins illustrent ce pan de sa pratique. À certaines occasions – comme ce fut le cas sur les chantiers des cathédrales d’Avignon et de Cavaillon, de l’église Saint-Euverte d’Orléans, de l’abbatiale Sainte-Bénigne, des églises des collèges des Godrans de Dijon et du noviciat Saint-Joseph de Lyon –, il meubla les intérieurs et pensa les ouvrages de menuiserie et leur disposition.

  • 159   Un retable pour une église non identifiée d’Avignon (Alain Breton indique que le 20 juillet 1602 (...)
  • 160   Projets pour la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon (Arch. Départ.Vaucluse, 46, ad. 38, f. 100-10 (...)
  • 161   Pour l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon (BnF, départ. des Estampes et de la Photographie, (...)
  • 162   Pour l’abside de l’église du collège de Dijon (Arch. départ. Côte-d’Or, Jean et Claude Blanche pè (...)
  • 163   Pour la chapelle Saint-Véran de la cathédrale du même nom de Cavaillon (Arch. départ. Vaucluse, 3 (...)
  • 164   Probablement pour l’abbatiale Saint-Bénigne de Dijon (E.N.S.B.A., O. 164). Dessin conservé. Les é (...)
  • 165   Camille Bloch et Jacques Soyer, op. cit., p. 138. Dessin perdu. Les églises jésuites n’étaient pa (...)
  • 166   Pour la cathédrale Saint-Pierre d’Avignon (Arch. départ. Vaucluse, 3E 12 959, f. 727). Alain Bret (...)
  • 167   Pour l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon (BnF, départ. des Estampes et de la Photographie, (...)
  • 168   Pour l’église du collège des Godrans de Dijon (E.N.S.B.A., O. 171).
  • 169   De même, pour la chapelle du duc de Bellegarde (E.N.S.B.A., O. 166).
  • 170   De même, pour l’entrée de l’église. Dessin à mi-part (E.N.S.B.A., O. 167).
  • 171   De même, pour fermer les ouvertures des oratoires (E.N.S.B.A., O. 170).
  • 172   De même, pour la chapelle du duc de Bellegarde (E.N.S.B.A., O. 163).
  • 173   De même (M.E.T., Inv. 2002.363).
  • 174   De même (Riba, Album Gentillâtre, f. 183). Ce dessin attribué à Jacques Gentillâtre serait une co (...)

62Martellange dessinait tout type d’objets mobiliers, même les pièces qui n’étaient pas en usage dans les églises jésuites. D’après les sources connues à ce jour, on dénombre : sept projets de retables159 ; trois de maîtres-autels160, de chaire à prêcher161 et d’épitaphes162 ; un de châsse163, de stalle164, de jubé165, de tabernacle166, de confessionnal167, de balustre de communion168, de grille de chapelle169, de porte170, de jalousie171, de prie-Dieu (pl. 2a)172, d’encadrement de plaque funéraire173 et de monument funéraire174.

  • 175   Les annotations à droite du dessin de la porte de l’église du collège sont de la main du notaire (...)

63Ainsi que l’indiquent les dessins du prie-Dieu et celui de la porte de l’église du collège des Godrans de Dijon, ces dessins n’étaient pas de simples propositions d’habillement. L’architecte y notait les indications nécessaires à la réalisation des pièces et à la rédaction des devis et marchés de menuiserie et de sculpture auxquels ces projets furent annexés175.

Superviser les constructions

64À l’inverse de la construction, confiée pour la plupart des chantiers à des entrepreneurs et ouvriers laïcs, la surveillance des travaux revenait aux architectes de la Compagnie et ce, même en la présence de maîtres d’œuvre. L’exemple de Martellange montre que cette supervision relevait d’une organisation complexe et d’au moins deux acteurs : les praefectus fabricae qui suivaient quotidiennement les travaux et les visiteurs des provinces qui venaient ponctuellement superviser les ouvrages.

Conduire les travaux

65Martellange dirigeait rarement les travaux de construction. La fonction de praefectus fabricae, équivalente à celle des praefectus operum, supposait en effet de mettre temporairement un terme à son itinérance et donc à ses autres responsabilités. Frère Étienne fut toutefois occasionnellement autorisé à résider sur place et à conduire les chantiers plusieurs semaines consécutives, voire plusieurs mois et années. Au regard des sources, il joua ce rôle au moins à six reprises : aux collèges de la Flèche (1612-1614), de Lyon (1617-1622) et d’Orléans (1620-1623), ainsi qu’à la maison professe (1625-1628) et au noviciat de Paris (1630-1640).

  • 176   Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 57-58.
  • 177   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4(7)-FOL, f. 170 et 171.
  • 178   BnF, département des Estampes et de la Photographie, Réserve Ub-9-Boîte Ft 4, f. 24 v.
  • 179   A.R.S.I., Prov. Franc., t. 39, f. 320.
  • 180   Ibid.
  • 181   Parmi les exemples célèbres on peut citer le chantier de l’église du Gesù de Rome et la difficile (...)
  • 182   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 186 et HD-4 (16)-FT 4, f. 1 (...)

66Les études sur l’architecture jésuite évoquent succinctement cette charge souvent réduite à la seule vérification des travaux et de leur conformité aux projets approuvés176. Si ces conclusions s’avèrent justes pour les édifices pour lesquels Martellange élabora les dessins et les devis, pour les ouvrages dont il n’était pas l’auteur son œuvre montre que la direction quotidienne des chantiers était plus complexe et qu’elle n’avait rien de passive. Dans de telles circonstances, l’architecte n’hésitait pas à critiquer les projets et à intervenir dans les travaux en proposant des modifications destinées à améliorer les ensembles. Ainsi, lors de son arrivée au collège de La Flèche en février 1612, frère Étienne expertisa les travaux commencés en 1610177, copia178 et étudia le plan de Louis Métézeau, architecte de Henri IV chargé du réaménagement du Châteauneuf. « La disposition totale »179 du collège et de l’église lui parut fort mal à propos au point de parler d’« incapacité ou inconsidération » de l’architecte et d’énumérer dans son mémoire toutes les « faultes [les] plus remarquables faites aux bâtiments du collège roial […] »180. Si ces appréciations peuvent paraître sévères, elles soulèvent une question essentielle et régulièrement posée par l’histoire de l’architecture, à savoir la collaboration des architectes laïcs aux projets de la Compagnie, comme pour d’autres ordres religieux, et leur capacité à concevoir des ensembles adaptés aux ressources et aux besoins d’une congrégation aux missions aussi diverses181. Martellange insiste en effet sur le manque de fonctionnalité et d’économie de l’édifice, deux points pourtant essentiels à tout programme de construction et de réaménagement. Il dénonce ainsi des choix « fort incommodes pour nos usages », tels l’exiguïté de la cour des classes devant pourtant être la plus vaste ; l’orientation de certaines pièces comme les cuisines placées en dépit du bon sens au sud, à l’opposé du Loir pouvant servir à l’évacuation des eaux usées ; le couvrement trop haut des salles de classes voûtées en pierre ou en lambris créant un écho inconfortable à l’écoute ; l’absence dans l’église de confessionnaux et de clocher. Comme en témoignent le mémoire fléchois et les plans datés de janvier 1614, frère Étienne disposait d’une autorité certaine pour pallier ces dysfonctionnements et repenser la disposition des bâtiments. Mais conscient qu’il ne pouvait envisager la reconstruction de tout ce qui était déjà élevé, c’est-à-dire la cour des pensionnaires, celle des classes et la nef de l’église, il proposa de modifier ce qui pouvait encore l’être : l’abside de l’église et la cour des pères182.

  • 183   A.R.S.I., Prov. Franc. 22, f. 246 ; Arch. départ. Loiret, D 504 (liasse).

67Sur certains chantiers, Martellange ne portait pas le titre de praefectus fabricae, mais celui de socius praefectus fabricae. Dans ces cas, il partageait la direction des travaux avec des confrères chargés de la fabrique. Ces derniers, qui étaient davantage des gestionnaires des comptes, étaient pour la plupart étrangers au monde de la construction et demandaient à être secondés par des hommes du métier. Ce fut notamment le cas au collège d’Orléans où, en 1629, le père Godefroy Lullier, procureur et responsable de la fabrique de l’église du collège, fut assisté de frère Étienne pour l’élaboration du dessin de la façade et la rédaction des devis183.

« Visiter » les chantiers

  • 184   Au sein de la Compagnie de Jésus, à l’égal de ce que l’on peut observer dans d’autres congrégatio (...)
  • 185   Giovanni Pirri, op. cit., p. 219.

68Les praefectus fabricae n’étaient pas les seuls à superviser les chantiers. Leur travail était placé sous l’autorité et le contrôle des visiteurs des travaux, dont la fonction consistait, comme le substantif l’indique, à visiter et à expertiser régulièrement les ouvrages en cours184. À l’inverse des praefectus fabricae pour lesquels les textes de la Compagnie restent silencieux, la fonction de ces visiteurs fut officiellement établie lors de la seconde Congrégation générale de 1565. Celle-ci prévoyait que la supervision des chantiers soit assurée par l’un des consiliari aedificiorum du Collège Romain, désigné expressément par le Supérieur général. Mais l’expansion internationale de l’ordre et la multiplication des fondations rendirent rapidement obsolète ce fonctionnement. Face à l’impossibilité pour un seul homme d’assumer une telle charge, le Supérieur général Claudio Aquaviva demanda en 1594 à ce que chaque province dispose de son propre « superiore delle fabriche »185.

  • 186   Alfonso Rodriguez Guitiérrez de Ceballos, « El padre Bartolomé de Bustamante iniciador de la arqu (...)
  • 187   John Gilisen, « Le père Guillaume Hesius, architecte du xviie siècle », Annales de la Société roy (...)
  • 188   Léon Charvet avait notamment affirmé, à tort, que Martellange était devenu « l’architecte général (...)

69Dès la fin du xvie siècle, certains architectes jésuites furent ainsi appelés à cette fonction, comme les pères Bartolome Bustamente pour la province d’Andalousie186, Guillaume Hesius pour la province Franco-Belge187 et Étienne Martellange pour les provinces de Lyon, Toulouse, Champagne et France. Si certains historiens, tel Léon Charvet, avaient pressenti que frère Étienne n’était pas qu’un simple concepteur de plans ni conducteur des travaux, aucun n’était parvenu à identifier avec justesse son statut188. Or les sources confirment et précisent ses intuitions : Martellange fut l’un de ces visiteurs et c’est probablement cette responsabilité qui fut à l’origine de l’envergure de sa carrière, de son incessante itinérance, comme de certains dessins et mémoires aujourd’hui conservés.

  • 189   Ce fut le cas aux collèges de Sisteron, La Flèche, du Puy-en-Velay, Vesoul, Roanne, Vienne et Bou (...)
  • 190   Au regard des sources connues à ce jour, Martellange participa rarement à la réception des ouvrag (...)
  • 191   Adriana Sénard, « Le frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roan (...)
  • 192   Adriana Sénard-Kiernan, « La récurrence des "débats" techniques dans les chantiers d’Étienne Mart (...)

70L’architecte suivit l’édification d’une dizaine d’édifices pour la plupart desquels il conçut les projets et supervisa les travaux189. Mais il fut également sommé d’intervenir sur des chantiers qui lui étaient complètement étrangers, comme aux collèges de Dijon, Dole et Nevers dont les bâtiments étaient en cours de construction lors de ses passages. Le rythme de ses visites variait d’un chantier à l’autre : il pouvait revenir une seule fois de toute sa carrière ou bien une à deux fois par an jusqu’à la livraison des ouvrages190. Le cas des collèges de Roanne et de Nevers sont les plus représentatifs de l’activité des visiteurs des travaux, dont les tâches étaient proches de celles des praefectus fabricae. À Roanne, après être venu présenter son projet en février 1617 et assister à la pose de la première pierre de l’église en avril de la même année, il revint à cinq reprises entre décembre 1617 et novembre 1620191. À chacune de ses venues, Martellange procédait à l’expertise des bâtiments et parait à toutes les difficultés pouvant survenir au cours des travaux192. Les cinq vues qu’il dressa de l’église du collège permettent de suivre, presque cinématographiquement, l’évolution du chantier : en décembre 1617, les murs s’élevaient à hauteur du linteau de la porte, soit quelques deux mètres cinquante du sol (pl. 2b) ; l’année suivante, en août 1618, ces derniers montaient jusqu’à la naissance des arcades, dont les chapiteaux toscans et les sommiers du côté de l’épître étaient posés (pl. 3a) ; le 5 août 1619, la maçonnerie atteignait l’entablement et les ouvriers s’affairaient à la façade, dont l’arcade du portail était achevée (pl. 3b) ; à l’été 1620, l’élévation était terminée et la charpente lambrissée couvrant la nef commençait à être posée (pl. 4a) ; quelques mois plus tard, en novembre de la même année, le couvrement et la couverture de la nef étaient terminés et les maçons travaillaient à ceux de l’abside ainsi qu’à la façade (pl. 4b).

  • 193   M.U.Q., Ms 2027, f. 126. De toute l’œuvre de Martellange, son activité au collège de Nevers est l (...)
  • 194   Ibid.

71Les visiteurs jouaient également un rôle de conseiller auprès des chantiers qu’ils supervisaient, notamment lorsqu’ils étaient étrangers au projet approuvé et suivi. Lors de son unique passage à Nevers en mars 1615, et alors même que l’église sortait de terre, Martellange remarqua plusieurs dysfonctionnements dans l’édifice élevé « selon l’idee » du père Christopher Baltazar193 : l’église, en croix grecque, était difficilement accessible depuis la cour des classes, et ne disposait pas de tribunes suffisantes pour accueillir les religieux et leurs élèves. Frère Étienne proposa de corriger cette disposition en élargissant d’une travée la nef du côté de l’Évangile et en aménageant, à l’étage, dans l’angle sud-est et au revers de la façade un oratoire et une tribune pour les musiciens194. Ses plans datés du 19 mars 1615 ne relevaient donc pas de la conception de projet, mais bien de ce travail du visiteur destiné à améliorer l’agencement des ensembles, à les adapter aux besoins et aux usages de la Compagnie.

72La carrière de Martellange fascine par bien des aspects. Elle illustre, avec une précision sans pareil, l’activité des religieux architectes, et plus largement le métier d’architecte au xviie siècle. Les tâches qui incombaient à frère Étienne montrent combien son rôle était pluriel et son travail complexe. Selon les besoins de sa congrégation, il intervenait, successivement ou ponctuellement, à chacune des étapes de la construction. Parallèlement aux responsabilités propres à l’architecte – conception, gestion et suivi des chantiers –, il fut aussi sollicité pour expertiser les ouvrages en cours, donner ses conseils pour parfaire les ensembles et surveiller régulièrement l’avancement des travaux. Ce statut d’architecte visiteur l’astreignit à une intense itinérance et à travailler sans relâche aux projets de son ordre. L’ampleur de son activité et la fréquence de ses déplacements ne peuvent que forcer l’admiration, d’autant plus au regard de son état de santé fragile et des modes de déplacements de l’époque.

73Mais ce qui est d’autant plus remarquable c’est l’obéissance et le génie avec lesquels Martellange répondit aux attentes de sa congrégation et aux missions qui lui furent confiées. Sa notice nécrologique loue le religieux exemplaire et l’homme talentueux qu’il devint :

  • 195   A.R.S.I., Prov. Franc. 45, Necrologia 1591-1652, f. 194.

Richement doué de Dieu, il joignait à une pitié insigne, entièrement conforme à l’esprit de l’Ordre, une simplicité d’âme et un mépris de lui-même d’autant plus admirable que plus vive et pénétrante était son intelligence […]. Toute sa vie, Étienne Martellange se montra très attaché à sa vocation, qu’il apercevait comme le plus précieux de tous les dons, et il s’appliqua à servir Dieu de toutes ses forces dans les arts de la peinture et de l’architecture où il excellait […]. Ses talents pour le dessin faisaient l’admiration même des artistes. Comme il se prodiguait volontiers aux nôtres et aux étrangers, il vint souvent en aide aux monastères d’hommes et de femmes, dont il concilia ainsi la bienveillance à la Compagnie […]. En vérité on peut lui appliquer ce que saint Bernard disait du moine Humbert : Decennio quo nobiscum est, non sibi sed nobis vixit. Chaque jour, on le voyait debout avant l’aube. Ses journées entières se passaient dans le silence et le travail, la peinture ou le dessin. Jamais de repos, sinon aux jours où l’Église l’impose […]. Modèle de sobriété, il avait en horreur toute apparence de dispute. Sa fin répondit à sa vie entière […]. Quant vint l’heure de recevoir l’extrême-onction, il dit à la communauté rassemblée autour de son lit : "Voici l’heure bénie après laquelle j’ai tant de fois soupiré. Je n’étais pas digne d’une vocation si sainte. Je ne sais pas si j’ai fait grand-chose de ma vie, mais remerciez Dieu de ce qu’Il m’a conduit au but". Il persévéra dans ses sentiments d’humilité et s’endormit, les yeux fixés sur son Crucifix, nous laissant à tous, mais surtout aux frères coadjuteurs, l’exemple d’une vie parfaitement remplie195.

74Martellange possédait et cultivait toutes les facultés nécessaires à sa fonction, en particulier celle de concepteur de programmes architecturaux qui dépassa les frontières de la Compagnie de Jésus. Ses collaborations avec d’autres congrégations religieuses, féminines et masculines, montrent qu’il pouvait, avec la même intelligence, travailler aussi bien pour les siens que pour d’autres, et penser des espaces adaptés aux exigences spirituelles et liturgiques spécifiques à chacun. Si nous ne sommes pas entrés ici dans une analyse poussée des projets, ce seul constat prouve que frère Étienne ne fut pas un vecteur de diffusion d’un hypothétique « style jésuite » ni un simple exécutant, mais un acteur premier de la réflexion conduite collectivement par les ordres du xviie siècle sur la réforme de l’espace religieux, notamment ecclésial. L’humilité de frère Étienne, ses multiples talents, sa connaissance précise et sa maîtrise des débats autour de l’architecture religieuse firent de lui un expert et une référence en ce domaine en France. C’est probablement l’ensemble de ces qualités qui permirent à Martellange d’accéder à la célébrité qu’on lui connaît et de gagner ainsi sa place au panthéon de l’architecture française.

Pl. 1 Étienne Martellange, Élévations et coupes de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 151.

Pl. 1 Étienne Martellange, Élévations et coupes de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 151.

Pl. 2a Étienne Martellange, Projet pour le prie-Dieu de la chapelle du duc de Bellegarde de l’église du collège de Dijon, 1615. Paris, Ensba, 0. 163.

Pl. 2a Étienne Martellange, Projet pour le prie-Dieu de la chapelle du duc de Bellegarde de l’église du collège de Dijon, 1615. Paris, Ensba, 0. 163.

Pl. 2b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (seconde vue), 29 août 1618, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 103.

Pl. 2b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (seconde vue), 29 août 1618, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 103.

Pl. 3a Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (troisième vue), 5 août 1619, BnF, département des Estampes et de la photographie, Reserve UB-9-BOITE FT 4, f. 104.

Pl. 3a Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (troisième vue), 5 août 1619, BnF, département des Estampes et de la photographie, Reserve UB-9-BOITE FT 4, f. 104.

Pl. 3b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (quatrième vue), 8 juillet 1637 [été 1620], BnF, département des Estampes et de la Photographie,
Reserve UB-9-Boite FT 4, f. 105.

Pl. 3b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (quatrième vue), 8 juillet 1637 [été 1620], BnF, département des Estampes et de la Photographie, Reserve UB-9-Boite FT 4, f. 105.

Pl. 4a Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).

Pl. 4a Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).

Pl. 4b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (cinquième vue), 31 décembre 1620. BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 101.

Pl. 4b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (cinquième vue), 31 décembre 1620. BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 101.

Notes

1   Jacques Pernetti, « Étienne Martellange », dans Recherches pour servir à l’histoire de Lyon, t. ii, Lyon, frères Duplain, 1757, p. 104-105 ; Louis-Abel de Fontenay, « Étienne Martellange », dans Dictionnaire des artistes ou notice historique et raisonné des architectes, peintres, graveurs, sculpteurs, acteurs et danseurs, imprimeurs, horlogers et mécaniciens, vol. ii, Paris, Vincent, 1776, p. 93 ; André Bérard, Dictionnaire des artistes français du xiie au xviie siècle, Paris, Dumoulin, 1872, p. 559 ; Adolphe Lance, Dictionnaire des architectes français, Paris, chez Veuve A. Morel et Cie, 1872, p. 119-120 ; Charles Bauchal, « Ange-Étienne Martel », dans Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, Librairie générale de l’architecture et des travaux publics, 1887, p. 408 ; Léon Charvet, « Étienne iii Martellange », dans Lyon artistique. Architectes. Notices biographiques et bibliographiques, Lyon, Bernoux et Cumin, 1899, p. 239-252 ; Marcel Audin et Eugène Vidal, « Étienne Martellange », dans Dictionnaire des artistes et ouvriers d’art de la France lyonnaise, Paris, Bibliothèque d’art et d’archéologie, 1918, p. 15-16 ; Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs et graveurs de tous les temps et tous les pays par un groupe d’écrivains spécialistes français et étrangers, t. ix, Paris, Gründ, 1999, p. 265 ; Georges Bottereau, « Étienne Martellange », dans Diccionario histórico de la Compañia de Jesùs, vol. iii, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 2001, p. 2519.

2   Roland Fréart de Chambray, « Épitre », Parallèle de l’architecture antique et moderne, Paris, 1650, f. 5v. ; Jacques-François Blondel, Architecture française, ou recueil de plans, élévations, coupes et profils des Esglises, Maisons royales, Palais, Hôtels et édifices […] de Paris […] enrichi de 152 planches en taille douce, t. ii, Paris, Jombert, 1752-1756, p. 46.

3   Comte de Caylus, Recueil d’Antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, t. iii, Paris, N. M. Tillard, 1752, p. 322-323, 349-359 et 368-369.

4   Germain Brice, Nouvelle description de ce qu’il y a de plus remarquable dans la ville de Paris, t. ii, La Haye, Abraham Arondeux, 1685, p. 128 ; Jean-Aimar Pigagnol de la Force, Description de la ville de Paris et de ses environs, t. iv, Paris, T. Le Gras, 1742, p. 371.

5   Jacek Debicki, Jean-François Favre, Dietrich Grünewald, Antonio Filipe Pimentel, Histoire de l’art. Peinture, sculpture, architecture, Paris, Hachette Éducation, 1995, p. 158.

6   Claude Mignot, « Un architecte artiste », dans Jean-Pierre Babelon et Claude Mignot (dir.), François Mansart, le génie de l’architecture, Paris, Centre historique des Archives Nationales, 1998, p. 23.

7   Ces sources sont conservées au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France ; au cabinet des dessins de l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris (désormais cité E.N.S.B.A.) ; dans le fonds ancien de la Médiathèque des Ursulines de Quimper (désormais cité M.U.Q.) ; aux Archives Romaines de la Compagnie de Jésus, Archivum Romanum Societatis Iesu (désormais citées A.R.S.I.) ; à l’Archivio di Stato de Turin (désormais cité A.S.T.) ; au cabinet des dessins de l’Ashmolean Museum d’Oxford (désormais cité A.M.O.) ; à la National Library of Malta (désormais citée N.L.M.) ; au Metropolitan Museum of New-York (désormais cité M.E.T.) ; ainsi que dans les archives françaises, départementales et municipales.

8   Barbara Brejon de Lavergnée, « La provenance des dessins de Martellange conservés à la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France », En passant par la Bourgogne… Dessins d’Étienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et Louis XIII, catalogue d’exposition, Dijon, musée Magnin, 16 octobre 2013 - 9 janvier 2014, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2013, p. 26-29 ; Adriana Sénard-Kiernan, « Des portes d’Arroux et Saint-André d’Autun au Recueil du comte de Caylus : Étienne Martellange (1569-1641) et l’Antiquité », à paraître.

9   Cf. supra note 1. À ces notices, s’ajoutent également les études portant sur le « style jésuite » dans lesquelles Martellange est régulièrement cité et considéré, à tort, comme un acteur majeur de sa diffusion. Par exemple, Louis Courajod, « Le style jésuite », dans Leçons professées à l’École du Louvre (1887-1896). Origines de l’art moderne, Paris, Picard et Fils, 1903, vol. iii, p. 99-113 ; Émile Bayard, L’art de reconnaître les styles : le style Louis XIII, Paris, Librairie Garnier Frères, 1920, p. 62.

10   Léon Charvet, Étienne Martellange, 1569-1641, Lyon, Glairont-Mondet, 1874.

11   Léon Charvet, « La famille Martellange », Revue du Lyonnais, 3e série, vol. xx, 1875, p. 183-276 ; Henri Bouchot, « Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange. Architecte des Jésuites », Bibliothèque de l’École des Chartes, vol. xlvii, 1889, p. 2-52 ; Id., « Martellange et le quartier du Luxembourg », Bulletin historique du viie arrondissement de Paris, t. i, 1898, p. 31-35 ; Louis Monery, « Les vues roannaises d’Étienne Martellange », Roannais illustré, 1886, p. 145-154 ; Roger Bourde de la Rogerie, « Notice sur un recueil de plan d’édifices construits par les architectes de la Compagnie de Jésus », Réunion des Sociétés des beaux-arts des départements, 1904, p. 531-549 ; Pierre Moisy, « Portrait de Martellange », Archivum Historicum Societatis Iesu, vol. xxi, 1952, p. 282-299 ; Id., « Martellange, Derand, le conflit du baroque », Bulletin Monumental, 1952, p. 258-261. Il faut également citer son étude sur Les églises de l’ancienne Assistance de France (2 vol. , Rome, Institutum Historicum Iesu, 1958) dans laquelle il évoque Martellange, cf. vol. i, p. 107-127 ; Jean Vallery-Radot, « Le frère Martellange », L’œil, avril 1962, p. 34-41 ; Id., « Le séjour de Martellange à Rome en 1586 et 1587 et ses dessins de jeunesse », Revue du Louvre et des musées de France, n° 5, 1962, p. 205-216 ; Id., « Un dessin de François Stella identifié par Martellange », Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, 1962, p. 23-24. À ces articles, il faut ajouter son étude Recueil des plans des édifices de la Compagnie conservés à la BnF (Rome, Institutum Historicum Iesu, 1970), dans lequel il inventorie les dessins de Martellange. Yvan Christ, « La France monumentale vue par un Jésuite français du xviie siècle : Martellange », Médecine de France, n° 159, 1965, p. 17-32 ; Jon Whiteley, « Architectural Views by Etienne Martellange and François Stella », Master Drawings, n° 33, 1995, p. 367-387 ; Emmanuelle Brugerolles, « Étienne Martellange (notices 6-10) », dans Le dessin en France au xviie siècle dans les collections de l’École des Beaux-Arts, catalogue exposition, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 12 janvier-31 mars 2001, Genève, Suisse, Musée d’art et d’histoire, 20 septembre-18 novembre 2001, New York, USA, The Frick collection, 17 septembre-1er décembre 2002, Paris, E.N.S.B.A., 2001, p. 38-41 ; Id., « Étienne Martellange (notices 1-4) », dans Un temps d’exubérance. Les arts décoratifs sous Louis XIII et Anne d’Autriche, catalogue d’exposition, Paris, Grand Palais, 9 avril-8 juillet 2002, Paris, RMN, 2002, p. 72-74 ; Annie Regond, « Le frère Martellange, architecte du collège de la Trinité », dans Étienne Fouiloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon xvie-xxe siècles, Lyon, ENS, 2005, p. 37-57 ; Id., « Le frère Martellange au Puy », Bulletin historique de la société académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, t. lxxxi, 2005, p. 237-247.

12   En passant par la Bourgogne, op.cit.

13   Nicolaï Feuillard, Étienne Martellange, un état de la question, mémoire de maîtrise sous la dir. de Cl. Mignot, Université Paris IV-Sorbonne, 2002 ; Id., Étienne Martellange. La carrière d’un architecte jésuite, mémoire de DEA sous la dir. de Cl. Mignot, Université Paris IV-Sorbonne, 2003 ; Léonore Losserand, Le noviciat des Jésuites de Paris (1610-vers 1806), mémoire de master sous la dir. de Cl. Mignot et A. Gady, Université Paris IV-Sorbonne, 2010, 2 vol. ; Id., « Le noviciat des jésuites de Paris (1610-vers 1806) : à la recherche de la mémoire des pierres », Bulletin de la Société historique du vie arrondissement de Paris, 2010, p. 91-108 ; Id., « Le noviciat des jésuites (1610-vers 1806), un fragment d’histoire de Paris disparu », Bulletin de la Société de Paris et de l’Île-de-France, 2014, p. 1-24.

14   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 10 ; Henri Bouchot, op. cit., p. 18 ; Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 110-111.

15   Alexandre Gady, Jacques Lemercier (avant 1586-1654). Architecte et ingénieur du roi, Paris, Maison des Sciences et de l’Homme, 2005, p. 9 ; Claude Mignot, « La monographie d’architecte à l’époque moderne en France et en Italie : esquisse d’historiographie comparée », Perspective. La revue de l’INHA, n° 4, 2006, p. 629-636.

16   Adriana Sénard-Kiernan, Étienne Martellange (1569-1641) : un architecte visiteur de la Compagnie de Jésus à travers la France au temps de Henri iv et de Louis xiii, thèse de doctorat sous la dir. de P. Julien et Cl. Mignot, Université Toulouse II-Jean Jaurès, 2015, 5 vol. 

17   Ces deux aspects de l’œuvre de Martellange ne seront pas traités ici. En ce qui concerne la perspective et la stéréotomie cf. Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 75-76 ; Liliane Brion-Guérry, Jean Pèlerin Viator : sa place dans l’histoire de la perspective, Paris, Les Belles-Lettres, 1962, p. 159-162 ; Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, vol. i, p. 127-130. Pour ce qui est de l’œuvre chorographique de frère Étienne cf. Adriana Sénard-Kiernan, « Les dessins d’Étienne Martellange : carnet d’un architecte itinérant », dans En passant par la Bourgogne…, op. cit., p. 23-25 ; Id., op. cit., 2015, vol. i, p. 149-170.

18   A.R.S.I., Prov. Franc. 11, f. 225v. Cette date n’a pu être vérifiée dans les registres paroissiaux de Lyon. Les registres d’État civil correspondant à l’année de naissance d’Étienne Martellange sont incomplets.

19   Léon Charvet, op. cit., 1876, p. 185 ; Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, p. 32-33. Nous ne savons rien de la vie ni de l’œuvre du grand-père de notre artiste, si ce n’est qu’il épousa Sicille Chaphe et que de leur union naquirent deux fils : Jacques et Étienne II Martellange.

20   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 7 ; Id., op. cit., 1876, p. 185-190 ; Marcel Audin et Eugène Vidal, op. cit., t. ii, p. 16 ; Emmanuel Bénézit, op. cit., p. 265 ; Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, p. 33-36. Étienne II Martellange était connu pour ses talents de portraitiste et de marchand d’art. Après s’être formé aux côtés de son père et du peintre florentin Giovanni Capacini et son mariage avec Claudine Roy, il quitta Valence pour Lyon en 1565. Les époux s’installèrent au numéro 2 de l’actuelle place Saint-Pierre où Étienne II Martellange ouvrit son atelier et une boutique d’art sous l’enseigne de l’Oiseau du Paradis. De leur union naquirent trois fils : Étienne III Martellange (1569-1641), objet de notre étude, Benoît (1572-1619) et Olivier (1578-1629).

21   Martellange père était en effet proche des milieux artistiques lyonnais, florentin et flamand. De nombreux artistes, tels Giovanni Capacini et François Stella, fréquentaient son atelier et sa boutique. Martellange fils y rencontra notamment F. Stella avec lequel il noua des liens étroits et dont il fut l’élève. Ce fut à ses côtés qu’il se forma à la chorographie.

22   A.R.S.I., Prov. Franc., 45, f. 194. À cette date la ville de Lyon ne possédait pas de noviciat. Ce dernier ouvrit ses portes en 1605. Cf. Pierre Delattre, Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, 1540-1940, t. ii, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1940-1986, p. 1575-1576 ; Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 223.

23   Ce fut dans cet établissement qu’Étienne Martellange père signa, devant le notaire Jean Cozon, son testament daté du 15 janvier 1579. Cet acte n’a pas été retrouvé dans les fonds notariés des Archives départementales du Rhône, mais Léon Charvet en propose une transcription dans son article sur la famille Martellange. Léon Charvet, op. cit., 1876, p. 256-262.

24   Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 7-8. Nous ne connaissons pas les dates de leur entrée en religion. Nous savons toutefois que Benoît acquit « la réputation d’un saint religieux » et qu’il fut le recteur du collège de la Trinité de Lyon. Quant à Olivier il fut « ministre du collège » de Vienne dans les années 1618.

25   Traditionnellement la période de probation durait environ deux ans à l’issue desquels les novices prononçaient leurs vœux irrévocables. Au sein de la Compagnie de Jésus, les novices étaient soumis à une longue période de mise à l’épreuve pouvant atteindre dix années et ils devaient avoir vingt-cinq ans accomplis avant de prononcer leurs vœux. Ignace de Loyola, « Constitutions », dans Écrits. Exercices spirituels, Constitutions et règles, Lettres et instructions (traduit par Maurice Giulani), Paris, Desclée de Brouwer, 1991, [520-522].

26   Ignace de Loyola, « Examen Général », op. cit., [1-133]. Les prétendants au noviciat étaient examinés préalablement à leur entrée, entre douze et vingt jours, dans la maison dite de première probation, située à l’écart des novices admis.

27   Ignace de Loyola, « Examen Général », op. cit., [64-71].

28   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 9 ; 18 I, f. 45.

29   A.R.S.I., Prov. Lugd. 18 I, f. 65 et 84.

30   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 12 et 18 v ; 18 I, f. 104.

31   A.R.S.I., Prov. Lugd. 13, f. 12, 18, 28 et 31.

32   Cf. infra.

33   A.R.S.I., Prov. Lugd. 4, f. 271.

34   Philibert De L’Orme, Premier tome de l’architecture, Paris, F. Morel, 1576, p. 283.

35   Il avait alors vingt-huit ans.

36   A.S.T., Fonds « Réguliers de là des Monts », liasse 6, f. 20 et 30.

37   Robert Soldo, « L’église Notre-Dame de Chambéry. De l’église des jésuites à l’église paroissiale : histoire, architecture et ornementation », L’histoire en Savoie, n° 125, 1997, p. 31.

38   A.S.T., Fonds « Réguliers de là des Monts », liasse 6, f. 20 et 30 ; A.R.S.I., Ass. Gall. 58, f. 662.

39   François de Dainvillle, « L’enseignement des mathématiques dans les collèges jésuites de France aux xviie et xviiie siècles », Revue d’histoire des Sciences, 1954, t. vii, p. 6-21 et p. 109-123 ; Id., L’éducation jésuite du xviie au xviiie siècle, Paris, Éd. de Minuit, 1978, p. 311-423 ; Antonella Romano, « Les Jésuites et les mathématiques. Le cas des collèges français de la Compagnie de Jésus », dans Ugo Baldini (dir.), Christoph Clavius e l’attività scientifica dei Gesuiti nell’età di Galileo, Rome, Bulzoni, 1995, p. 243-283 ; Id., « Du collège romain à La Flèche : problèmes et enjeux de la diffusion des mathématiques dans les collèges jésuites (1580-1620) », Mélanges de l’École Française de Rome, n° 107, 1995, p. 575-627 ; Id., La Contre-réforme mathématique : constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, École Française de Rome, 1999 ; Id., « Les jésuites dans le monde moderne. Nouvelles approches », Revue de synthèse, n° 2-3, 1999, p. 247-491 ; Id., Naples, Rome, Florence : une histoire comparée des milieux intellectuels italiens xviie-xviiie siècles, Rome, École Française de Rome, 2005 ; Id., Escrituras de la modernidad : los jesuitas entre cultura retorica y cultura científica, 2008 ; Id. (dir.), Rome et la science moderne : entre Renaissance et Lumières, Rome, École Française de Rome, 2008 ; Id., « La science moderne, ses enjeux, ses pratiques et ses résultats en contexte catholique. Réflexions romaines », dans Antonella Romano (dir.), Rome et la science moderne, op. cit., p. 3-44.

40   Le collège d’Avignon possédait une des premières chaires de mathématiques fondée en France en 1599.

41   Cela fut le cas pour des frères coadjuteurs aux collèges de Bordeaux et de Caen. François de Dainvillle, op. cit., 1978, p. 330.

42   Louis Jacob, Traité des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont este, & qui sont dans le monde, t. ii, Paris, Rolet Le Duc, 1644, p. 611-612.

43   N.L.M., Ms 156, f. 34. Martellange fait directement référence à cet ouvrage dans la lettre qu’il adressa à Rome en janvier 1621 au sujet de l’église du collège de Roanne.

44   Pierre Moisy, op. cit., vol. i, 1958, p. 73-76 ; Liliane Brion-Guérry, op. cit., p. 159-162.

45   Cf. infra, « Représenter l’architecture ».

46   A.R.S.I., Ass. Gall. 29, f. 25. Depuis le xixe siècle, les historiens affirment, à tort, que Martellange prononça ses vœux le 29 mars 1603.

47   Contrairement à certains ordres, les religieux entrant dans la Compagnie de Jésus ne changeaient pas de nom. Martellange a ainsi gardé son prénom et son patronyme de naissance qu’il écrivit toujours « Étienne Martellange ». On trouve toutefois dans les dictionnaires, ainsi que dans certaines sources, des orthographes différentes, telles « Étienne Ange Martel », « Ange-Étienne Martel », « Étienne Martel-Ange ». Mais les sources romaines confirment qu’il conserva son nom de famille, même si celui-ci présente quelques variantes, comme « Martelange ».

48   Arch. départ. Rhône, 18H 24 (liasse).

49   Pierre Chevalier, Les régicides, Paris, Fayard, 1989 ; Jean-Claude Dhôtel, Histoire des Jésuites en France, Paris, Desclée de Brouwer, 1991 ; Janine Garnisson, Nouvelle histoire de la France moderne. Guerre civile et compromis 1559-1598, vol. 2, Paris, Seuil, 1991, p. 219-227 ; Alain Guillermou, Les jésuites, Paris, PUF, 1999, p. 44-57. L’expulsion de la Compagnie de Jésus du royaume de France fut proclamée à la suite de la tentative d’assassinat de Henri IV par Jean Châtel. Ce dernier était un ancien élève du collège jésuite de Paris, dit de Clermont. Ce rapprochement donna l’occasion au Parlement de Paris, qui essayait d’exclure les jésuites de l’Université, d’accuser la Compagnie de régicide. L’arrêt d’expulsion des religieux et de fermeture des collèges contraignit les religieux à quitter leurs habits ou à se réfugier en terres clémentes, notamment dans le Comtat Venaissin ou le duché de Savoie.

50   A.R.S.I., Prov. Franc. 45, f. 194. Sa notice nécrologique indique en effet qu’il fut atteint, « presque toute sa vie », de la « maladie de la pierre dont il dut être opéré ; maladie des yeux ; catarrhes et crachements presque continuels ».

51   A.R.S.I., Prov. Lugd. 18, f. 208, 266 et 329. Ce fut, par exemple, le cas en 1606, 1611 et 1619 aux collèges de Chambéry, Dijon et Lyon où les catalogues annuels de la Compagnie le mentionnent comme « infirma » et « debilis ».

52   Cf. carte de son activité dans Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, vol. IV, p. 16.

53   Pour une carte des provinces jésuites de l’ancienne Assistance de France, cf. François de Dainville, Les jésuites et l’éducation de la société française. La naissance de l’humanisme, Paris, Beauchesne, 1940.

54   Ce fut, par exemple, le cas en 1614 lorsqu’en début d’année il quitta le collège de la Flèche pour rejoindre celui de Dijon.

55   Ce calcul a été obtenu à partir des itinéraires Mappy (option piéton).

56   Frère Étienne travailla aux collèges d’Avignon, Besançon, Béziers, Blois, Bourges, Carpentras, Chambéry, Dijon, Dole, Embrun, La Flèche, du Puy-en-Velay, Lyon, Mauriac, Moulins, Nevers, Orléans, Paris, Rennes, Roanne, Rouen, Sens, Sisteron, Vesoul et Vienne.

57   Les maisons professes de Grenoble et de Paris.

58   Les noviciats de Lyon et de Paris.

59   Cf. infra.

60   Helen Hills, Invisible City : the Architecture of Devotion in Seventeenth Century Neapolitan Convents, Oxford, Oxford University Press, 2004 ; Laurent Lecomte, Religieuses dans la ville. L’architecture des Visitandines xviie et xviiie siècles, Paris, Éd. du Patrimoine, 2013, p. 68 ; Julie Piront, Empreintes architecturales de femmes sur les routes de l’Europe. Étude des couvents des annonciades célestes fondés avant 1800, thèse de doctorat sous la dir. de Ph. Bragard, Université catholique de Louvain, 2013, vol. 1, p. 128-147.

61   Ignace de Loyola accordait une attention particulière au lieu d’implantation. La première version des Constitutions de la Compagnie, publiée en 1558, en témoigne : « Modus imponatur aedificiis domorum et collegiorum, quod in nobis est, ut sint ad habitandum, et officia nostra exercendum utilita, sana et fortia ; in quibus tamen paupertatis memores esse videamur. Unde nec sumptuosa, nec curiosa. De ecclesiis tamen, nihil dictum est (La règle à observer dans la construction de nos maisons et de nos collèges est que, dans la mesure où cela dépend de nous, ils soient propres à l’habitation et utiles à l’exercice de nos offices, sains et solides ; mais il faut nous y montrer fidèle à la pauvreté. Qu’ils ne soient donc ni luxueux, ni extraordinaires. Des églises, rien n’est prononcé) », « Canones primat Congrégations, canon 11 », Institutum Societatis Iesu, Florence, Archivum Romanum Societatis Iesu, 1893, t. ii, p. 465-466.

62   Cf. infra.

63   « Règles du Provincial », Institutum Societatis Iesu, Florence, Archivum Romanum Societatis Iesu, 1893, t. iii, p. 81.

64   N.L.M., Ms 156, f. 33, 34, 114 et 345 ; AM Sisteron, CC 39, f. 35v-37, 67 et 97.

65   Ignace de Loyola, op. cit., [1899].

66   Vitruve, De architectura, Livre i ; Leon Battista Alberti, De re ædificatoria, Livre i, chap. iv, 1485 ; Ignace De Loyola, op. cit., [827].

67   Martellange était alors occupé sur le chantier du collège de Roanne.

68 Sur cette question cf. infra « Penser les espaces ».

69 N.L.M., Ms 156, f. 354.

70   Henri Bouchot, op. cit., p. 44.

71   Ce fut le cas aux collèges du Puy-en-Velay et de Béziers, ainsi qu’à la maison professe de Paris.

72   Ceux d’Avignon, Bourges, Blois, Carpentras, Chambéry, Dijon, Dole, Embrun, La Flèche, le Puy-en-Velay, Lyon, Mauriac, Moulins, Nevers, Orléans, Paris, Rennes, Roanne, Rouen, Sens, Sisteron, Vesoul et Vienne.

73   Ceux de Lyon et de Paris.

74   Celle de Paris.

75   Celle de Grenoble.

76   Cf. infra.

77   Cette procédure centralisatrice fut à l’origine de la « légende du style jésuite » et de l’idée selon laquelle il existait une architecture et un plan type propre aux jésuites. Friedrich Arnold Brockhaus, Allgemeine deutsche Real-Enzyklopädie fur die gebildeten Stände, Liepzig, F.A. Brockhaus, 1843, vol. vii, p. 657-658 ; Richard Barret, « A "Jesuit style" ? », dans Meyer Handlexicon des allgemeinen Wissens, Leipzig, Verlag des Bibliographischen Instituts, 1878, p. 952 ; José Maria March, « Sobre el Origen de la arquitectura jesuítica », Razón y Fe, n° 301, 1926, p. 220-228 ; Carlo Galassi Paluzzi, Storia segreta dello stile dei Gesuiti, Rome, Francesco Mondini, 1951 ; Pietro Pirri, Giuseppe Valeriano, architetto e pittore, 1542-1596, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1995 ; François de Dainville, « La légende du style jésuite n’existe pas », Études, n° 287, oct. 1955, p. 3-16 ; Eusebio Rey, « Leyenda y realidad en la expresión estilo jesuítico », Razón y Fe, n° 152, 1955, p. 79-98 ; Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 45-53 ; Rudolph Wittkower, Irma Jaffe, James ackerman, Massimo parizzi (dir.), Architettura e arte dei Gesuiti, Milan, Electa, 1992 ; Giovanni-Alexander Bailey, « Le style jésuite n’existe pas : Jesuit Corporate culture and the visual arts », dans John O’Malley (dir.), The Jesuits : Culture, Sciences and Arts, t. i, Toronto, University of Toronto Press, 1991, p. 38-89 ; Richard Bösel, « L’architecture de la Compagnie de Jésus en Europe », dans Giovanni Sale, L’art des Jésuites, Paris, Mengès, 2003, p. 65-122 ; Giovanni Sale, L’art des Jésuites, Paris, Mengès, 2003 ; Evonne Levy, Propaganda and Jesuit Baroque, California, Ed. University of California Press, 2004 ; Adriana Sénard-Kiernan, op. cit., 2015, vol. i, p. 178-186.

78   Martellange ne s’adressait toutefois pas directement au Supérieur romain. Ses dessins étaient envoyés à Rome via le Provincial qui visait dans un premier temps les projets.

79   C’est le cas pour les projets de l’église du collège de Béziers et du premier étage du noviciat de Paris. BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 177 ; HD-4 (9)-FOL, f 43 ; HD-4 (16)-FT 4, f. 40.

80   En ce qui concerne les chantiers de Martellange, à ce jour, aucun de ces dessins estampillés par Rome et renvoyés sur place n’a été retrouvé dans les archives françaises. Seuls y sont conservés les dessins laissés sur place aux recteurs et aux entrepreneurs.

81   Ces légendes reprennent des informations propres au lieu, à la typologie du dessin, à l’édifice et à la date du projet, parfois celle de son examen et renvoi sur place.

82   M.U.Q., Ms 2027, f. 236.

83   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (16)-FT 4, f. 151.

84   Il s’agit du premier projet proposé en janvier 1625. BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 220.

85   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 148, 150 et 151.

86   A.R.S.I., Prov. Lugd. 35, f. 205.

87   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 129.

88   Il s’agit du troisième projet présenté en avril 1623. BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 247, 247 bis et 248.

89   L’étude des chantiers et des projets permet néanmoins de compléter ces conclusions. Quatorze autres furent approuvés : ceux pour les collèges de Sisteron, Vienne (juillet 1605), Lyon (juin 1607), Moulins (avril 1607), La Flèche (janvier 1614), Vesoul (janvier 1616), Roanne (février 1617), Chambéry (janvier 1618), Orléans (janvier 1620), Bourges (février 1621), Rennes (juin 1624) ; pour les églises des collèges du Puy-en-Velay (février 1605), Béziers (novembre 1616), et du noviciat de Paris (1630). Dix autres furent rejetés : ceux pour les collèges de Moulins (1605), Vesoul (août 1610 et décembre 1615), Vienne (juin 1605 et décembre 1610), Besançon (mai 1611), Bourges (mars 1615), Avignon (février 1617), Paris (février 1628), Sens (mars 1628).

90   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 220.

91   M.U.Q., Ms 2027, f. 236.

92   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 129 et HD-4 (16)-FT 4, f. 151.

93   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 134 ter. Étienne Martellange y indique en bas à droite : « Dessin du College de Bourges fait en l’an 1611. Approuve a Rome l’an 1612. Il n’a este suivy en rien ».

94   Pierre Moisy, « Martellange, Derand… », op. cit.

95   François de Danville, Le langage des géographes, Paris, Picard, 1964, p. 329-337 ; Lucia Nuti, « Le langage de la peinture dans la cartographie topographique », dans Catherine Bousquet-Bressollier (dir.), L’œil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours [actes du colloque européen, Paris, 1999], Paris, CTHS, 1999, p. 53-70 ; Émilie d’Orgeix, « Éclosion et mise en place d’une littérature spécialisée enseignant la pratique du dessin à l’usage des ingénieurs militaires royaux (xviie-xviiie siècles) », Bulletin du Centre d’Étude d’histoire de la défense, n° 6, 1997, p. 59-75 ; Id., « Aperçu d’un genre iconographique peu connu : les atlas militaires de la première moitié du xviie siècle », dans Catherine Bousquet-Bressollier (dir.), Le paysage des cartes : genèse d’une codification, Paris, Ministère de la Culture, Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Musée des Plans-Reliefs, 1999, p. 36-56 ; Id., « Fortification et perspective militaire au xviie siècle en France », Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 14, mai 2005, p. 91-104.

96   Nicolas Buchotte, Les règles du dessin et du lavis pour les plans particuliers des Ouvrages et des Bâtimens, & pour leurs Coupes, Profils, Élévations et Façades, tant de l’architecture militaire que civile […], Paris, C. Jombert, 1722 ; Louis Charles Dupain De Montesson, La pratique du dessin de l’architecture bourgeoise, Paris, Didot fils ainé, 1763.

97   Sur cette question cf. supra « L’architecture : une élection ».

98   Parmi les 127 dessins de l’architecte on dénombre 87 plans et 30 élévations, dont douze coupes transversales, treize coupes longitudinales et sept façades.

99   Jean Guillaume, « L’apparence et la réalité des choses », dans L’architecture en représentation, catalogue exposition, Paris, Hôtel de Vigny, Paris, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, 1985, p. 31.

100   Jacques Androuet Du Cerceau, Leçons de perspective positive, Paris, M. Patisson, 1576, p. 3.

101   C’est le cas de la vue à vol d’oiseau du collège de La Flèche dessinée en juillet 1612. BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 195.

102   Ces représentations étaient des reconstructions imaginaires résultant de la combinaison des relevés géométraux. Dans la plupart des cas, le point de vue adopté, très haut et parfois à la verticale du sol, ne correspondait à aucune réalité architecturale ou topographique.

103   Daniel Barbaro, Dieci Libri dell’architettura, Venise, Francesco Marcolini, 1556, Livre i, p. 30-31 ; Id., La pratiqua della perspectiva, Venise, Camillo et Rutilio Borgominieri, 1568, 4e partie, p. 129-131.

104   Pierre Delattre, « Notice sur la vie et les œuvres de frère Charles Turmel, Breton, jésuite et architecte », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. xxii, 1942, p. 29-65.

105   Cf. dans ce même volume les contributions respectives d’Erwan Lefranc et de François-Xavier Carlotti.

106   Adriana Sénard, « Étienne Martellange et l’architecture religieuse à Orléans au xviie siècle », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, n° 168, 2012, p. 65-84.

107   Arch. départ. Vaucluse, 3E 33706, f. 2v. ; 3E 492, f. 451 ; 4G, art. 38, f. 100 et 101 ; Alain Breton, « Les jésuites bâtisseurs à Avignon », Mémoires de l’Académie du Vaucluse, t. x, 1990-1991, p. 71. Contrairement aux dessins pour le maître-autel, le retable de la chapelle Saint-Véran et la châsse reliquaire, aujourd’hui perdus, ceux pour le retable majeur et la chaire épiscopale sont conservés.

108   Arch. départ. Vaucluse, 3E 1299, f. 123-124 ; Joseph Girard, « L’ancienne église du collège des Jésuites et le musée lapidaire d’Avignon », Mémoires de l’Académie du Vaucluse, t. xxxiii, 1933, p. 86 ; Alain Breton, op. cit., p. 71.

109   Arch. départ. Côte-d’Or, 4E2/984.

110   Arch. départ. Vaucluse, 3E 12959, f. 727.

111   Camille Bloch et Jacques Soyer, Inventaire des Archives départementales du Loiret antérieures à 1790, Orléans, Archives départementales du Loiret, 1927, t. iv, p. 138. Ce document n’existe plus aujourd’hui. Le fonds ancien des Archives départementales du Loiret a été en grande partie détruit lors des bombardements de la Seconde Guerre Mondiale.

112   Anne Bertout, Les Ursulines de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Beauchesne, 1936 ; Philippe Bonnet, « Quelques religieux architectes au service des Ursulines dans la France du xviie siècle », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. lxxiii, 1987, p. 137-159. Les ursulines ont parfois été appelées les « petites jésuitesses », mais ne doivent pas être confondues avec les jésuitesses d’origine anglaise, fondées par Mary Ward (1585-1645).

113   Pierre Delattre, op. cit., 1942.

114   Frère Étienne se trouvait alors à Paris où il dirigeait le chantier du noviciat jésuite.

115   Arch. départ. Côte-d’Or, 88 H 1101-1103.

116   Laurent Lecomte, op. cit., p. 30-39. L’original de ce plan est aujourd’hui perdu.

117   Pierre Delattre, op. cit., 1940-1986, p. 1128-1258.

118   Nicolaï Feuillard, op. cit., 2003, t. i, p. 16-24 ; Laurent Lecomte, op. cit., p. 14. Nicolaï Feuillard propose la date de 1600, mais celle-ci paraît peu plausible au regard de l’activité de Martellange à cette date. On sait désormais que celui-ci arriva à Chambéry en 1598 et qu’il quitta la ville l’année suivante en raison de la guerre de Savoie. Il n’y revint qu’en 1602 et y séjourna jusqu’en 1603 avant d’entreprendre sa carrière d’architecte itinérant. Ce fut au cours de ce secrétariat que Martellange réalisa la seule œuvre peinte qui nous soit parvenue de sa main, le portrait de François de Sales aujourd’hui conservée à Annecy (coll. part.).

119   François de Sales consulta également le père Nicolas Baytaz, chanoine de la cathédrale Notre-Dame de Doucy, Vespasien Ajazza, abbé d’Abondance, et Dom Jean de Saint-Malachie.

120   Laurent Lecomte, op. cit., p. 38-39.

121   Il faut ajouter à ces chantiers des congrégations religieuses féminines celui de la chapelle du cardinal Aldobrandini du couvent Sainte-Claire d’Avignon et pour laquelle Martellange a donné le dessin du retable, aujourd’hui perdu.

122   L’original a été perdu. Il existe toutefois une copie manuscrite réalisée par François de La Pointe, graveur, ingénieur et topographe de Louis XIV. Celle-ci est conservée dans les volumes de la Topographie Française de la Bibliothèque nationale de France (BnF, département des Estampes et de la Photographie, Va Rhône, f. 63).

123   Liliane Châtelet-Lange, « Jacques Gentillâtre. Montbéliard-Genève-Châlons-sur-Saône », Monuments et mémoires, 1989, p. 71-131.

124   Pierre Bullet, Architecture pratique, Paris, É. Michallet, 1691, p. 351.

125   Ce fut notamment le cas pour le collège de Vienne en juin 1607, les églises du collège du Puy-en-Velay en septembre 1607, du collège et du noviciat de Lyon en mai 1617. AM Vienne, GG 54 (liasse) ; Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse) ; Arch. départ. Rhône, 1D 9 (liasse). Les dessins d’architecture étaient donc complétés par ces devis. Les uns éclairant les autres, ces documents doivent être croisés pour être compris.

126   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse). Les deux versions des « articles et conventions » conservées aux Archives départementales de la Haute-Loire montrent que Martellange réfléchissait attentivement au contenu de ses devis dont il esquissait préalablement un brouillon.

127   Arch. départ. Loiret, C 388, janvier 1627. L’original a disparu lors des bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Cf. la transcription de Georges Chenesseau, Sainte-Croix d’Orléans. Histoire d’une cathédrale gothique réédifiée par les Bourbons (1599-1829), t. i, Paris, Champion, 1921, p. 87.

128   Adriana Sénard-Kiernan, « La récurrence des "débats" techniques dans les chantiers d’Étienne Martellange (1569-1641) », à paraître.

129   Dans la plupart des cas, les frais étaient partagés entre les jésuites et les entrepreneurs. Au collège de Lyon, les religieux furent chargés de fournir la pierre de taille alors que les maîtres maçons devaient livrer le reste de la pierre nécessaire à la maçonnerie ainsi que la chaux (Arch. départ. Rhône, 1D 9 (liasse), mai 1617).

130   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 8 mai 1607.

131   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 9 mars 1607.

132   Ibid.

133   Ce fut notamment le cas au collège de la Trinité de Lyon. En 1622, la fraude au toisé constatée au niveau de la voûte de l’église fut portée devant la sénéchaussée. Sur ce sujet cf. Adriana Sénard-Kiernan, « La récurrence des "débats" techniques dans les chantiers d’Étienne Martellange (1569-1641) », à paraître.

134   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605.

135   Par exemple, au Puy-en-Velay il chargea deux maîtres maçons aniciens, Antoine Floury, puis Pierre Baudouin dit Charpignac, d’édifier l’église. De même à Lyon où les frères Daurelles, maçons lyonnais, construisirent l’église du collège de la Trinité.

136   Ce fut notamment le cas sur le chantier de l’église du Puy-en-Velay où les premiers maçons recrutés quittèrent le chantier après « avoir receu l’argent […] pour estre débaucher et adonner à boire et autres imperfections », Arch. départ. Haute-Loire, 1 D 30, 8 mai 1607.

137   Ibidem. Au Puy-en-Velay, le choix d’Antoine Floury pour la construction de l’église s’explique tant par les qualités du maître maçon que par le coût de sa prestation inférieure à celles des quatre autres maçons aniciens retenus.

138   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605.

139   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse), 15 février 1605. La pierre de Corneille doit son nom au rocher Corneille qui domine au nord la ville du Puy-en-Velay.

140   Arch. départ. Rhône, 1D 9 (liasse), mai 1617 ; Arch. départ. Haute-Saône, D 31 (liasse), 2 janvier 1616. La « pierre jaune » est une pierre calcaire de couleur beige appréciée pour sa tendresse.

141   AM Moulins, 41 (liasse), 17 janvier 1605. Martellange déterminait également la nature des « pierres menues » destinées au bourrage de la maçonnerie.

142   Ibid.

143   Ibid. ; Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30 (liasse).

144   Arch. départ. Vaucluse, 4G, n° 38, f. 99, 28 mars 1609.

145   D’après les mémoires de l’architecte, Martellange recourait à deux procédés pour la copie de ses dessins : la copie à la piqûre et à la vitre. Sur ces derniers, cf. Nicolas Buchotte, op. cit., p. 51-54.

146   Les plans et dessins envoyés à Rome sont pour la plupart légendés en latin.

147   Ce fut notamment le cas de Pierre Baudouin qui prit la direction du chantier de l’église du collège du Puy-en-Velay à la suite du décès d’Antoine Floury. Malgré les instructions données par Martellange lors de sa rencontre avec le maître maçon, ce dernier s’obstina à toiser l’ouvrage selon « sa mode ». Arch. départ. Haute-Loire, 1D 29, 12 novembre 1607.

148   Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30, 24 mai 1607.

149   Arch. départ. Rhône, 1D 9, mai 1617.

150   Ce fut notamment le cas sur les chantiers de la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon (Arch. départ. Vaucluse, 4G, n° 38, f. 99, 28 mars 1609), des églises des collèges du Puy-en-Velay (Arch. départ. Haute-Loire, 1D 30, 15 février 1605) et de Lyon (Arch. départ. Rhône, 1D 9, mai 1617).

151   Monique Mosser, « L’architecture et sa représentation », Revue de l’Art, 1983, n° 57-58, p. 5-7.

152   Claude Mignot, Pierre Le Muet (1591-1669), thèse de doctorat sous la dir. de J. Guillaume, Université Paris IV-Sorbonne, vol. i, 1991, p. 86-97 ; Nicolas courtin, « L’hôtel Amelot de Bisseuil au Marais », Revue de l’art, n° 122, 1998, p. 55-61 ; Mona Weill-Curiel, « Mansart décorateur. Le cas de la Bazinière », Les Cahiers de Maisons, n° 27-28, 1999, p. 266-387 ; Jean-Pierre Babelon, « François Mansart et la peinture », dans Anna Ottani Cavina et Michel Laclotte (dir.), Mélanges en hommage à Pierre Rosenberg : peinture et dessin en France et en Italie, xviie-xviiie siècles, Paris, RMN, 2001, p. 53-61 ; Joëlle Barreau, Être architecte au xviie siècle : Libéral Bruand, architecte et ingénieur du Roi, thèse de doctorat sous la dir. de Claude Mignot, Université Paris IV-Sorbonne, vol. i, 2005, p. 110-112 ; Alexandre Cojannot, Louis le Vau et les nouvelles ambitions de l’architecture française, Paris, Picard, 2012, p. 285-315.

153   Emmanuelle Brugerolles, op. cit., 2001 ; Id., op. cit., 2002.

154   Emmanuel Coquery, « Du dessein au dessin d’ornement », dans Un temps d’exubérance, op. cit., p. 70-71. Ces dessins étaient voués à disparaître après exécution.

155   BnF, département des Estampes et de la Photographie, Réserve Ub 9-Boîte FT 4 ; A.M.O., Lg.II.110, Lg.II.117, Lg.II.106, Lg.II.116, Lg.II,118, Lg.II.111, Lg.II.104, Lg.II.103, B.II.100, Lg.II.112, Lg.II.113, Lg.11.114, Lg.II.107, Lg.II.108, Lg.II. 109.

156   Certaines vues sont en effet des repérages propres à son travail d’architecte. Adriana Sénard, op. cit., 2013, p. 23-24 et p. 68-86.

157   N.L.M., Ms 156, f. 33.

158   Ce projet intervint en plein « conflit » entre Martellange et François Derand au sujet du chantier de l’église de la maison professe parisienne, notamment de sa façade. Le second projet de frère Étienne ne fut pas retenu, mais le décor des niches reprend son idée de grandes figures en grisaille représentant non pas les pères de l’Église mais quatre rois de France. Sur le conflit entre les deux architectes jésuites, cf. Pierre Moisy, op. cit., 1952.

159   Un retable pour une église non identifiée d’Avignon (Alain Breton indique que le 20 juillet 1602 frère Étienne « donna les plans du maître-autel de l’église provisoire du collège d’Avignon », cf. Alain Breton, op. cit., p. 71). Toutefois l’acte notarié évoque un projet pour le retable d’une église non identifiée et n’appartenant pas à la Compagnie comme le laisse entendre l’absence de témoins jésuites ; pour la chapelle Aldobrandini de l’église du couvent Sainte-Claire d’Avignon (Arch. départ. Vaucluse, Notaire F. Chaissy 479 bis, f. 452 v.) ; pour le chœur de la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon et pour sa chapelle Saint-Véran (Arch. départ. Vaucluse, 4G, art. 38, f. 100 et 101) ; pour l’église du collège des Godrans de Dijon et sa chapelle du duc de Bellegarde (E.N.S.B.A., O. 168 et 169) ; pour l’église du noviciat de Lyon (BnF, départ. des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 151). Seuls les dessins pour les retables du chœur de la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon, pour les églises du collège dijonnais et du noviciat lyonnais sont conservés.

160   Projets pour la cathédrale Saint-Véran de Cavaillon (Arch. Départ.Vaucluse, 46, ad. 38, f. 100-101) ; le chœur de l’église du collège des Godrans (ND) et pour l’abbatiale Saint-Bénigne de Dijon (Arch. Départ. Côte-d’Or, 4E2/984). Dessins perdus.

161   Pour l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon (BnF, départ. des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 151 ; E.N.S.B.A., O. 1778 et 1785).

162   Pour l’abside de l’église du collège de Dijon (Arch. départ. Côte-d’Or, Jean et Claude Blanche père et fils, n° 262). Dessins perdus.

163   Pour la chapelle Saint-Véran de la cathédrale du même nom de Cavaillon (Arch. départ. Vaucluse, 3E 492, f. 451). Dessin perdu.

164   Probablement pour l’abbatiale Saint-Bénigne de Dijon (E.N.S.B.A., O. 164). Dessin conservé. Les églises jésuites ne disposaient pas de stalles. Les religieux s’installaient dans les tribunes de la nef.

165   Camille Bloch et Jacques Soyer, op. cit., p. 138. Dessin perdu. Les églises jésuites n’étaient pas dotées de jubés.

166   Pour la cathédrale Saint-Pierre d’Avignon (Arch. départ. Vaucluse, 3E 12 959, f. 727). Alain Breton indique que le 20 juillet 1602, frère Étienne « donna les plans du maître-autel de l’église provisoire du collège d’Avignon ». Toutefois l’acte notarié évoque un projet pour le retable d’une église non identifiée et n’appartenant pas à la Compagnie comme le laisse entendre l’absence de témoins jésuites. Cf. Alain Breton, op. cit., p. 71. Dessins perdus.

167   Pour l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon (BnF, départ. des Estampes et de la Photographie, HD-4 (8)-FOL, f. 151).

168   Pour l’église du collège des Godrans de Dijon (E.N.S.B.A., O. 171).

169   De même, pour la chapelle du duc de Bellegarde (E.N.S.B.A., O. 166).

170   De même, pour l’entrée de l’église. Dessin à mi-part (E.N.S.B.A., O. 167).

171   De même, pour fermer les ouvertures des oratoires (E.N.S.B.A., O. 170).

172   De même, pour la chapelle du duc de Bellegarde (E.N.S.B.A., O. 163).

173   De même (M.E.T., Inv. 2002.363).

174   De même (Riba, Album Gentillâtre, f. 183). Ce dessin attribué à Jacques Gentillâtre serait une copie du projet de Martellange.

175   Les annotations à droite du dessin de la porte de l’église du collège sont de la main du notaire « De la Mare de boys de Barge », devant lequel le marché fut passé.

176   Pierre Moisy, op. cit., 1958, vol. i, p. 57-58.

177   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4(7)-FOL, f. 170 et 171.

178   BnF, département des Estampes et de la Photographie, Réserve Ub-9-Boîte Ft 4, f. 24 v.

179   A.R.S.I., Prov. Franc., t. 39, f. 320.

180   Ibid.

181   Parmi les exemples célèbres on peut citer le chantier de l’église du Gesù de Rome et la difficile collaboration entre le père F. Borgia et le cardinal Farnèse, ainsi qu’entre leurs architectes, Giovanni Tristano et Jacopo Vignole. Sur ce sujet, cf. Giovanni Sale, « Le projet du Gesù de Rome. Brève histoire d’une collaboration difficile entre un maître d’ouvrage et le destinataire d’une œuvre », dans Giovanni Sale (dir.), L’art des Jésuites, Paris, Mengès, 2003, p. 47-64.

182   BnF, département des Estampes et de la Photographie, HD-4 (7)-FOL, f. 186 et HD-4 (16)-FT 4, f. 194. Les maçonneries lavées en bleu correspondent aux parties édifiées d’après le plan de L. Métézeau, celles en jaune à celles à reconstruire et celles en rouge aux parties en cours de reconstruction selon le dessin de Martellange.

183   A.R.S.I., Prov. Franc. 22, f. 246 ; Arch. départ. Loiret, D 504 (liasse).

184   Au sein de la Compagnie de Jésus, à l’égal de ce que l’on peut observer dans d’autres congrégations religieuses, il existait deux catégories de visiteurs : les pères en charge de la supervision canonique et spirituelle des maisons de la Compagnie, et les pères ou frères nommés visiteurs des travaux.

185   Giovanni Pirri, op. cit., p. 219.

186   Alfonso Rodriguez Guitiérrez de Ceballos, « El padre Bartolomé de Bustamante iniciador de la arquitectura jesuítica en España », Archivum Historicum Societatis Iesu, n° 63, 1963, p. 5-101 ; Id., Bartolomé de Bustamante y el origen de la arquitectura jesuítica en España, Rome, Institutum Historicum Societatis Iesu, 1967.

187   John Gilisen, « Le père Guillaume Hesius, architecte du xviie siècle », Annales de la Société royale d’archéologie de Bruxelles, n° 42, 1938, p. 216-255.

188   Léon Charvet avait notamment affirmé, à tort, que Martellange était devenu « l’architecte général de l’ordre ». Léon Charvet, op. cit., 1874, p. 10.

189   Ce fut le cas aux collèges de Sisteron, La Flèche, du Puy-en-Velay, Vesoul, Roanne, Vienne et Bourges.

190   Au regard des sources connues à ce jour, Martellange participa rarement à la réception des ouvrages. Il semble qu’il ne s’en soit chargé qu’à une seule reprise, sur le chantier de la cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, où, le 28 août 1636, il expertisa les portails du transept reconstruit d’après ses plans par Théodore Lefevbre. Cf. Camille Bloch et Jacques Soyer, op. cit., p. 151.

191   Adriana Sénard, « Le frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne », Les carnets de l’Inventaire-Rhône-Alpes et Auvergne, 2014, [en ligne], mis en ligne le 6 janvier 2014. URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2225.

192   Adriana Sénard-Kiernan, « La récurrence des "débats" techniques dans les chantiers d’Étienne Martellange (1569-1641) », à paraître.

193   M.U.Q., Ms 2027, f. 126. De toute l’œuvre de Martellange, son activité au collège de Nevers est l’une des plus méconnues et des moins bien interprétées. Depuis le xixe siècle, frère Étienne est considéré comme l’auteur du projet d’église approuvé et exécuté. Or la révision des dessins montrent que le plan fut donné par son confrère, le père Christopher Baltazar, alors Assistant de France.

194   Ibid.

195   A.R.S.I., Prov. Franc. 45, Necrologia 1591-1652, f. 194.

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Étienne Martellange, Noviciat des Jésuites Saint-Joseph de Lyon : relevé de l’état des lieux, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FT 4-HD-4 (16), f. 26.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Titre Ill. 2. Étienne Martellange, Projet d’ensemble et de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 148.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Titre Ill. 3 : Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Titre Pl. 1 Étienne Martellange, Élévations et coupes de l’église du noviciat Saint-Joseph de Lyon, juin 1617, BnF, département des Estampes et de la Photographie, FOL-HD-4 (8), f. 151.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Pl. 2a Étienne Martellange, Projet pour le prie-Dieu de la chapelle du duc de Bellegarde de l’église du collège de Dijon, 1615. Paris, Ensba, 0. 163.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Pl. 2b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (seconde vue), 29 août 1618, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 103.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Pl. 3a Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (troisième vue), 5 août 1619, BnF, département des Estampes et de la photographie, Reserve UB-9-BOITE FT 4, f. 104.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Pl. 3b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (quatrième vue), 8 juillet 1637 [été 1620], BnF, département des Estampes et de la Photographie, Reserve UB-9-Boite FT 4, f. 105.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Pl. 4a Étienne Martellange, Projet pour le décor de la coupole de l’église Saint-Louis de Paris, 1628, BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE FOL-VE-53 (E).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Titre Pl. 4b Étienne Martellange, État de l’église du collège de Roanne (cinquième vue), 31 décembre 1620. BnF, département des Estampes et de la photographie, RESERVE UB-9-BOITE FT 4, f. 101.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6557/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 766k

© LARHRA, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search