Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Un changement d’image ?

La publication des œuvres de Pierre Teilhard de Chardin aux Éditions du Seuil1

Hervé Serry

Texte intégral

  • 1 Le travail sur archives nécessaire à cette recherche a fait l’objet d’un soutien financier du Servi (...)
  • 2 Selon le terme de Claude Tresmontant, Introduction à la pensée de Teilhard de Chardin, Paris, Seuil (...)

1La place de l’œuvre non scientifique de Pierre Teilhard de Chardin, de ses ouvrages « phénoménologiques » comme les nommait un commentateur2, dans le catalogue des Éditions du Seuil est particulièrement importante. Pour les animateurs de cette maison d’édition laïque dont l’identité et le catalogue sont fortement imprégnés par les mutations de la place sociale de la religion catholique dans la société française depuis les années 1930, devenir le diffuseur de la pensée du jésuite a d’abord été un défi à relever, puis un pari à tenir face aux polémiques qui accompagnent la sortie du premier volume en 1955 et, enfin, un succès éditorial et intellectuel marquant dans l’histoire du Seuil. La trajectoire de cette entreprise culturelle, fondée en 1935, peut se lire comme la « laïcisation » d’un projet originel ancré dans le catholicisme militant de la décennie qui précède la Seconde Guerre mondiale. Dès les origines du Seuil, la question de la place sociale de l’Église et sa confrontation avec le monde est centrale. En conséquence, il s’agit d’un bon analyseur des mutations d’une « Église en quête de liberté » (Étienne Fouilloux) dont une facette, et non des moindres, est l’évolution de la réception publique de l’inspiration teilhardienne. Au delà des affinités intellectuelles et spirituelles qui conduisent, dès les premiers pas du Seuil, ses patrons à tenter de se rapprocher de Pierre Teilhard de Chardin, ils perçoivent probablement l’événement dont ils pourraient être les instigateurs. En effet, l’aura et la notoriété diffuse de la pensée du religieux jésuite, renforcées par le silence que son ordre et diverses instances ecclésiales tentent d’imposer à ses réflexions, lui confèrent un potentiel éditorial indéniable.

Un auteur pour une maison militante des années 1930.

  • 3 Lettre de Jean Plaquevent à l’un de ses disciples, Jean Demachy, 22 juillet 1931 (Archives Plaqueve (...)
  • 4 Notamment évoquée dans un recueil d’articles parus dans Esprit depuis 1932 : Révolution personnalis (...)
  • 5 De très nombreuses informations à son sujet dans Jean de Saint-Léger, Jean Plaquevent, 1901-1965, b (...)
  • 6 Denis Pelletier, « Utopie communautaire et sociabilité d’intellectuels en milieu catholique dans le (...)
  • 7 Paul Flamand, Note interne, 1969 (Archives des Éditions du Seuil, conservées par l’Imec, désormais (...)

2La relation des Éditions du Seuil avec Teilhard de Chardin est ancienne. En effet, selon des archives privées de l’un des animateurs principaux de cette maison, Paul Flamand, les premiers contacts remontent à la deuxième moitié des années 1930. Pour situer cette volonté d’entrer en relation avec le savant jésuite, il faut préciser ici – sans entrer dans les détails – que le motif de fondation du Seuil se résume en une phrase : « refaire une nation chrétienne et française3 ». À l’origine de cette conviction religieuse et militante, un abbé, Jean Plaquevent, qui juge urgent de s’engager face à la « crise de civilisation » que diagnostique le philosophe Emmanuel Mounier4, dont il est proche. Pour diffuser un catholicisme renouvelé, capable de prendre en compte les évolutions de son temps – une préoccupation largement partagée alors, dans les milieux non-conformistes notamment –, Plaquevent s’investit, avec quelques disciples (dont le premier fut Henri Sjöberg), dans la fondation d’une maison d’édition. Même si son action demeure peu connue, cet abbé né en 1901 dans une famille marquée par le Sillon de Sangnier et ayant suivi une formation cléricale atypique et ouverte a été un brasseur d’idées et d’hommes. Son influence dans les milieux intellectuels catholiques des années 1930 a été importante. Il a su construire autour de lui un vaste réseau de laïcs et de clercs et l’enrôler dans un combat de reconquête religieuse qu’il estimait vital et dont il se pensait une pointe avancée. Plaquevent agissait au côté d’une hiérarchie ecclésiale qu’il jugeait timorée et, pour une part, inapte à la compréhension des mouvements de son temps5. Inscrit au sein d’une nébuleuse d’initiatives et fondée autour d’un idéal communautaire fort en vogue à cette période6, le Seuil, petite maison d’édition qui tente d’installer une forme alternative d’édition inspirée du catholicisme, attire de jeunes militants avides de jouer un rôle social et intellectuel. Ses animateurs, particulièrement Paul Flamand (1909-1998), dont la formation intellectuelle doit beaucoup à Jean Plaquevent, mais aussi Jean Bardet (1910-1981), autre disciple engagé au service du développement du Seuil qui trouve lui aussi en l’abbé un véritable Maître, intellectuel et spirituel, sont comme croyants zélés, puis comme éditeurs néophytes, très attentifs aux possibilités ouvertes par la pensée de Pierre Teilhard de Chardin. Pour eux, le jésuite était sans nul doute une source d’inspiration majeure afin d’atteindre, avec le Seuil, l’objectif qui était, selon une formule rétrospective de Paul Flamand, de « tirer l’Église dans la rue plutôt que faire entrer la rue dans l’Église7. »

  • 8 Olivier Dard, Jean Coutrot. De l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses Universitaires Franc-comt (...)
  • 9 Lettre de Paul Flamand à Madeleine Barthélemy-Madaule, 10 juillet 1966 (EDS).

3Dans ce contexte effervescent, fait d’immenses espoirs même si l’on compte plus de projets imaginés que de réalisations effectives et que le Seuil est une structure sans visibilité qui ne publie que quelques titres, Paul Flamand aurait rencontré Teilhard pour la première fois en 1937. Éclectique dans ses influences, il fréquente alors le salon de Jean Coutrot où se tiennent des réunions du groupe X crise, autrement connu sous le nom du Centre polytechnicien d’études économiques. C’est cette année-là que Coutrot, chantre de la rationalisation du travail, fait la connaissance du paléontologue jésuite. Malgré les fondements rationalistes de sa pensée, Jean Coutrot est un admirateur de ses idées qu’il propage dans les cercles techniciens8. Selon une évocation de l’éditeur, Teilhard de Chardin aurait alors accepté de lui confier les droits de ses écrits à la condition que le Seuil parvienne à « arracher » l’imprimatur auprès des autorités ecclésiales9.

  • 10 Jean Bardet, officier de réserve, sera prisonnier en Allemagne. Paul Flamand participe activement à (...)
  • 11 Lettre de Paul Flamand à Jean Daniélou, 2 juillet 1943 (EDS).
  • 12 Lettre de Jean Daniélou à Paul Flamand, 18 juillet 1943 (EDS).

4Durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il s’agit de préparer les années qui suivront le conflit – le Seuil stoppe ses activités à l’automne 1939 pour les reprendre au printemps 194310 –, Flamand évoque à nouveau le projet de signer un contrat avec Teilhard de Chardin. Sa maison d’édition, dont il assure la cogestion depuis qu’elle a été cédée par l’abbé Plaquevent à Jean Bardet en 1937, ne compte que quelques auteurs, mais ils espèrent pouvoir démultiplier ses activités lorsque la paix sera revenue. Plusieurs projets éditoriaux sont échafaudés en 1943 et 1944. La nécessité d’attirer des auteurs conduit à songer à nouveau à Teilhard de Chardin, ainsi que Paul Flamand le confie à une autre figure intellectuelle jésuite qui gagne en visibilité à cette période, Jean Daniélou. Mentionnant l’accord de principe qui lui a été donné avant la guerre pour les manuscrits titrés Le Milieu humain et L’Énergie humaine, il s’enquiert d’une possible autorisation de publication et se demande qui représente les intérêts du paléontologue en France. Le jeune éditeur s’excuse auprès de Daniélou « d’interrompre vos études pour de telles questions : mais je brûle du désir d’éditer ces œuvres »11. Le « désir » de Flamand ne peut suffire. Comme le pressentait Jean Daniélou qui avait conseillé de prendre contact, au nom du Seuil, avec le Provincial de Lyon tout en indiquant combien la démarche pour un tel imprimatur lui paraissait « difficile12 ».

L’essor du Seuil après 1945 : une nouvelle maison pour une autre dynamique d’engagement

5Un catholicisme sans concession a orienté la conduite de la petite maison d’édition durant les années 1930. Le catalogue, certes mince, en témoigne cependant avec les ouvrages de Jean Plaquevent ou ceux destinés à la jeunesse scoute. À la Libération, Jean Bardet et Paul Flamand demeurent fidèles à leur engagement spirituel mais souhaitent, résolument, diversifier la ligne originale au nom des urgences du temps mais aussi de leur volonté de bâtir une maison d’édition capable d’exister aussi bien auprès de ses concurrentes généralistes que confessionnelles. Ils entendent être présents sur tous les terrains de la pensée et atteindre tous les publics dans un contexte de renouvellement du champ éditorial, à la fois lié au retrait des éditeurs qui ont défendus, ou se sont accommodés, du régime des « années noires », à l’affaiblissement des entreprises qui ont subi l’aryanisation et encore avec l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs issus de la Résistance et/ou d’une nouvelle génération de patrons de l’édition. L’esprit de renouveau, issu de la Résistance, l’émergence des mouvements favorables à l’éducation populaire, les enjeux de la reconstruction, le discrédit qui pèse sur l’Église de France et l’effervescence qui règne simultanément pour réaffirmer, autrement, sa présence sociale, autant d’éléments qui conditionnement ce nouvel essor du Seuil. La possibilité existe d’occuper une position originale d’éditeur laïque et engagé qui se revendique du catholicisme. Elle ouvre un espace de publication en phase avec des tentatives de réflexions catholiques que les maisons confessionnelles ont dorénavant plus de mal à accueillir.

6Pour Bardet et Flamand, le positionnement de leur entreprise renaissante relève d’un équilibre complexe à définir. Les orientations à privilégier dépendent de facteurs de natures diverses : leurs convictions, leurs rapports à l’autorité catholique, leur volonté de rester proche du plus large public catholique possible et simultanément de la part « non catholique » des auteurs, des collaborateurs et des publics potentiels. La figure de l’abbé Plaquevent, fondateur du Seuil et mentor originel des deux apprentis éditeurs n’apparaît plus dans les documents promotionnels qui relatent l’histoire de la maison. Bardet et Flamand, par-delà un « premier Seuil » deviennent les « fondateurs » de l’entreprise. L’identité catholique qui gouverne l’orientation générale de la maison peut être, directement, un obstacle pour le recrutement d’auteurs venus d’autres horizons. En guise d’exemple, voici, en 1946, ce que répond Paul Flamand à un auteur qui hésite à lui confier un manuscrit :

  • 13 Lettre de Paul Flamand à Bénigno Cacérès, 8 novembre 1946 (EDS).

Vous savez que je suis personnellement catholique, vous savez également que dans notre maison nous avons des collections catholiques – ou plus exactement chrétiennes, puisque les différentes confessions s’y retrouvent et conversent –, mais vous savez aussi que nous avons d’autres collections qui sont absolument laïques et d’une ouverture d’esprit qui nous place en bien des endroits comme une maison d’avant-garde. C’est précisément ce double plan que je m’attache à garder, ne voulant rien renier à la légère de ce que le passé nous lègue de valable et ne voulant pas non plus nous couper de ce que le présent et l’avenir nous apportent de promesses et de recherches13.

  • 14 Hervé Serry, « Figures d’éditeurs français après 1945 : Habitus, habitus professionnel et transform (...)
  • 15 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église, 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Pari (...)
  • 16 Denis Pelletier, L’Église catholique depuis 1815, Paris, La Découverte, 1992, p. 92.
  • 17 Anne Simonin, Le Devoir d’insoumission. Les Éditions de Minuit (1942-1955), Paris, Imec, 1994, p. 4 (...)
  • 18 À l’instar de la revue Dieu Vivant ou de la proximité, déjà évoquée, avec Jean Daniélou. Voir Étien (...)
  • 19 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme (...)

7Le Seuil durant la décennie qui suit la guerre traverse plusieurs crises internes liées à son rapport à la fois proche et distant de l’autorité ecclésiale. Un positionnement modéré lié aux ressources dont Bardet et Flamand sont les détenteurs et à l’ascension certaine mais fragile d’une entreprise qui est pour eux un investissement de type vocationnel et une véritable « raison d’être »14. Le Seuil publie, non sans tourments avant de rompre, les livres du groupe Jeunesse de l’Église de Maurice Montuclard qui, notamment, assujettit le renouvellement du catholicisme au sort de la classe ouvrière et aux liens possibles avec le PCF15. Cette modération politique transparait clairement face aux revendications des « prêtres-ouvriers » qui veulent « réinventer l’Église en milieu ouvrier16 ». En effet, Flamand, épaulé par un jeune et talentueux collaborateur, Chris Marker, s’investit résolument et consacre beaucoup de moyens à la réalisation d’un livre d’information autour de cette phalange avancée du catholicisme. Toutefois, alors qu’au printemps 1954 leur hiérarchie enjoint les « prêtres-ouvriers » à quitter le monde du travail, le projet s’enlise. Devant la défection des clercs qui acceptent de rentrer dans le rang, Flamand craint que ne soit privilégié le point de vue des « insoumis ». Émile Poulat, cheville ouvrière de l’entreprise à ce moment, se tourne alors vers les Éditions de Minuit17. D’autres initiatives illustreraient ces difficiles négociations avec l’autorité et les avant-gardes18. La marge de manœuvre du Seuil est étroite dans un espace catholique traversé par les tensions nées, d’une part, du raidissement idéologique des plus hautes autorités de l’Église (en France comme au Vatican), et d’autre part, d’une grande effervescence à la croisée d’une régénération théologique et politique de certaines fractions du catholicisme militant19.

Publier un auteur proscrit

8C’est dans cette dynamique que s’inscrit la mise au catalogue des Éditions du Seuil des écrits non-scientifiques de Pierre Teilhard de Chardin, dont la connaissance n’a été possible jusque là que par le biais d’une circulation clandestine. En 1955, lorsque le premier volume des Œuvres complètes du jésuite paraît – à titre posthume car il est décédé en avril de cette année-là –, la production du Seuil franchit, non sans à-coup, plusieurs paliers significatifs (largement financés par la manne récoltée grâce au succès des aventures de Don Camillo dont la publication débute en 1951). Durant l’exercice 1955 qui est bénéficiaire, 70 titres sont lancés contre moins de 50 aux lendemains de la guerre (47 en 1947). Durant les trois années suivantes on atteint, voire dépasse, les 90 titres annuels. Cette croissance, parfois difficile à contenir, révèle tout à la fois une surface certaine, un fonds insuffisant pour stabiliser l’entreprise et encore une diversification de la production corrélative à l’élargissement des publics de la marque.

  • 20 Denis Buican, La Révolution de l’évolution, Paris, PUF, 1989, p. 196-197 (p. 178- 214).
  • 21 Pierre Teilhard de Chardin, « L’incroyance moderne. Cause profonde et remède », La Vie intellectuel (...)
  • 22 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté…, op. cit., p. 237.
  • 23 Dominique Avon, Philippe Rocher, Les Jésuites dans la société française, XIXe – XXe siècles, Toulou (...)
  • 24 Ibid, p. 313 sq.
  • 25 La lettre encyclique Humani generis (août 1950) prévient notamment les déviations liées à l’usage d (...)

9Publier Pierre Teilhard de Chardin n’est pas, dans ce contexte, une décision anodine même si le décès du jésuite atténue probablement les aspects subversifs de sa vision du monde. Les propositions du jésuite paléontologue autour de la naissance du vivant sur terre s’opposent à celles que défendent les théologiens en accord avec les positions officielles. La singularité de son évolutionnisme consiste à « mettre d’accord les spiritualistes et les matérialistes20 » pour reprendre une expression de l’historien Denis Buican. Sa pensée entend lutter contre le détachement chrétien de la modernité21 à un moment où la compatibilité de la recherche scientifique avec la foi est un enjeu important22. À une époque où la confrontation de la foi avec la science est plus ouverte qu’à la fin du XIXe siècle, l’interdiction faite à Teilhard de Chardin de diffuser les résultats de ses travaux, ou plus précisément, de le faire sans « y impliquer la religion », ce qui est impossible, est une ombre portée sur les réflexions de ceux qui travaillent à tenter de réconcilier leurs pratiques de chercheurs et leurs croyances. On a déjà évoqué qu’une forte méfiance à son égard s’est manifesté de diverses manières : le rejet de son manuscrit Le Milieu divin (1925) par les censeurs de l’Église, les difficultés faites à son enseignement, la restriction de sa liberté de parole (1936) et encore la volonté de limiter son écriture à des textes strictement scientifiques23. Au début des années 1950, Paul Flamand reprend langue avec le savant à l’occasion de ses passages à Paris. Mais rien ne pourra se faire car le jésuite, malgré son séjour à Rome en octobre 1948 pour tenter de dénouer sa situation, est toujours astreint au silence24. Le contexte n’est pas favorable à un assouplissement de la position de ses tutelles, avec par exemple l’encyclique Humani Generis qui impose un rappel à l’ordre doctrinal (août 1950)25. Cependant Teilhard demeure convaincu que ses idées finiront par circuler largement.

  • 26 Jacques Arnould, Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Perrin, 2002, p. 334-336.

10De fait, l’étau ne se desserre pas et, de son vivant, Teilhard ne pourra diffuser ses travaux autrement que de manière clandestine. Cette situation l’atteint physiquement et moralement. La postérité de son œuvre le préoccupe autant que certains de ses familiers qui veulent empêcher toute mainmise posthume de la Compagnie de Jésus sur ses manuscrits et les droits de publication de ceux-ci26. En juillet 1951, Pierre Teilhard de Chardin fait de Jeanne Mortier, qui travaille régulièrement pour lui, sa première légataire, et avec des proches met en place un dispositif pour gérer librement ses écrits philosophiques s’il venait à disparaître. Un premier fil éditorial a été noué avec le Seuil en 1950 à l’occasion de la publication de L’Énergie spirituelle de la souffrance, recueil de textes de Marguerite-Marie Teilhard de Chardin, une parente décédée après une longue maladie avec laquelle le jésuite entretenait une relation étroite. Il peut préfacer ce petit volume.

  • 27 Lettre de Claude Tresmontant à Paul Flamand, 27 juin 1953 (EDS).
  • 28 Notes manuscrites et lettre de Paul Flamand à Claude Tresmontant, 17 septembre 1953 (EDS).
  • 29 Lettre de Paul Flamand à Claude Tresmontant, 28 décembre 1954 (EDS).

11En 1953, un apprenti philosophe Claude Tresmontant propose au Seuil une Introduction à Teilhard de Chardin. Pour tenter d’éviter toutes difficultés à Teilhard lui-même, le jeune philosophe annonce à son éditeur qu’il fera un usage parcimonieux des textes clandestins27. Les critiques de l’éditeur sur le manuscrit révèlent une part des enjeux liés à la diffusion des idées du religieux réprouvé. Prudent, Flamand refuse toute « polémique » et juge inutile de faire mention des « accusations » formulées contre Teilhard. Il faut présenter « sa position spirituelle et (…) la tenir comme parfaitement orthodoxe (en montrant comment elle est fidèle à la tradition »28. Le projet, jugé un peu faible pour la présentation de la spiritualité teilhardienne, est provisoirement abandonné29 ; jusqu’à la mort du religieux.

12Sans être parvenu jamais à sortir de la nasse de ce silence imposé, mais sans jamais, pour autant, avoir abandonné ses recherches philosophiques, le jésuite décède brutalement en 1955, à l’âge de 74 ans. Dès lors, si le rejet dont sa pensée fait l’objet de la part de l’Église et de son ordre ne s’amenuise pas, la publication de son œuvre devient envisageable. À ses censeurs ne répond plus la volonté de Teilhard de Chardin de ne pas désobéir.

  • 30 Lettre de Pierre Teilhard de Chardin, 21 novembre 1953, Lettres à Jeanne Mortier, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 31 Sur certains aspects de cette image « moderne » que le Seuil parvient à construire : Hervé Serry, « (...)

13Peu après la mort de Teilhard, Claude Tresmontant alerte Paul Flamand : Jeanne Mortier est en contact avec Albin Michel intéressé par l’œuvre du jésuite. S’il n’intervient pas immédiatement auprès d’elle, il pourrait voir s’évanouir ce que nous savons être un vieux rêve. Outre Albin Michel, il s’avère qu’en 1953 et par l’intermédiaire de Romain Gary, la maison Gallimard avait également montré son intérêt30. Finalement, Flamand convainc aisément Jeanne Mortier de faire du Seuil le centre de la diffusion de cette pensée. Fortes des contacts anciens dont se prévaut l’éditeur et d’un accord tacite de Teilhard, la position singulière du Seuil, maison laïque et catholique et son image de marque moderne ont pu être des arguments positif dans la discussion31.

  • 32 Paul Flamand l’évoque dans Sur Le Seuil, op. cit., p. 23. Est-ce que le nonce apostolique à Paris, (...)
  • 33 Dans les années 1960, le Seuil s’investira sur d’autres dossiers potentiellement conflictuels avec (...)
  • 34 Le Monde, 21 novembre 1958.
  • 35 L’Observateur, n° 400, 9 janvier 1958, p. 24.

14La concurrence éditoriale n’était pas le seul obstacle pour le Seuil. En effet, quelques éléments indiquent que la Compagnie de Jésus, par le biais d’un de ses éminents représentants, ait pu intercéder auprès de l’éditeur pour que celui-ci renonce à rendre publique l’œuvre jugée suspecte32. Diverses négociations, voire des pressions, pourraient avoir accompagné la réalisation de ce projet puis les sorties successives des différents volumes. L’enjeu est pour Bardet et Flamand d’affirmer l’indépendance intellectuelle de leur ligne éditoriale tout en ne suscitant pas un affrontement direct avec une frange des autorités ecclésiales, et en conséquence, avec une part d’un lectorat croyant qui constitue encore une fraction importante de sa clientèle33. Durant plusieurs années, les tentatives d’étouffement, peut-être aussi des pressions pour un report des parutions, sont régulières même si aucune condamnation ecclésiale d’envergure n’est prononcée avant 1962, moment où la hiérarchie s’exprime négativement ce qui relancera partiellement les débats et donc les ventes. Ainsi, en 1958, à l’occasion de la parution du quatrième tome, Le Milieu divin, des dispositions auraient été prises pour que les écrits du célèbre savant ne figurent plus dans les bibliothèques de séminaires et d’instituts religieux. Un libraire catholique qui répercute cette rumeur au quotidien Le Monde croit aussi savoir que ses confrères seront enjoints de s’abstenir de mettre en vente ces livres34. Michel François, à la demande de L’Observateur, explique aux lecteurs de l’hebdomadaire les motifs, pour un catholique, de la « Présence de Teilhard de Chardin ». Il évoque le contexte chargé de cet évènement éditorial et signale que si, du point de vue de la réception, une instance aussi importante que la Civilità cattolica met en cause Teilhard, un ouvrage récent de Mgr Cristiani, Nos raisons de croire (Fayard, 1957), paru avec un imprimatur, présente l’ensemble de la méthode de la convergence évolutionniste et n’émet que quelques critiques35. Une tension féconde qui nourrit l’actualité des perspectives teilhardiennes.

Conditions et enjeux d’une réception

  • 36 Notons la présence de l’abbé Henri Breuil, de Maurice et Louis de Broglie et de l’historien anglais (...)
  • 37 Une note interne, rédigée par un cadre de la maison, Jean-Pie Lapierre, à l’occasion du décès de Ma (...)

15Bardet, Flamand et leurs collaborateurs engagés dans le secteur religieux de la maison, à l’instar de l’écrivain catholique Paul-André Lesort, ne négligeront aucun élément pour préparer la réception des livres de Teilhard. Pour se protéger et protéger cette sortie, une triple caution est mise en place. Tout d’abord, ils obtiennent le haut patronage de la Reine Marie-José de Savoie, veuve du dernier roi d’Italie et longtemps proche du jésuite qui avait trouvé en elle une alliée de poids. Un comité scientifique est érigé qui comprend plus de trente savants36. Enfin, en guise de troisième rideau de ce système de défense, un « Comité général » rassemble, outre la famille du savant et Mademoiselle Mortier, Robert Aron, Georges Duhamel, Marcel Griaule, Jean Hyppolite, André Malraux, Jacques Rueff, Jean Wahl et quelques autres dont des proches du Seuil comme Henri-Irénée Marrou et Léopold Sédar Senghor, ce dernier étant un ami personnel de Paul Flamand. En tête de chaque volume, la liste de ces personnalités, dont plusieurs sont dotées d’un prestige conséquent, prévient, autant que possible, toute réaction, notamment en provenance du Saint-Siège37.

  • 38 Annales ESC, n° 1, 1956, p. 196.
  • 39 La suite de cet essai, Le Groupe zoologique humain, paraît chez Albin Michel peu après. Le jésuite, (...)

16Cependant cette menace cléricale n’est pas la seule qui inquiète : l’historien Lucien Febvre à l’occasion d’une recension du premier titre lancé, Le Phénomène humain (1955) qu’il définit comme un « beau livre, simple et discret » écrit : « souhaitons qu’à force d’exégèses subtiles et de comités de patronages cocasses on ne le travestisse pas. On ne le dévirilise pas. On lui laisse toute l’âpreté de son inquiétude humaine38. » Entre l’orthodoxie catholique et les effets possibles de cette pensée originale, c’est une part de la légende du Seuil qui va s’écrire au long de la publication des treize volumes d’Œuvres complètes39.

  • 40 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 238-239.
  • 41 Marie-Dominique Chenu, « La pensée contemporaine pour ou contre Dieu », Informations catholiques in (...)
  • 42 « Pierre Teilhard de Chardin et la politique africaine », suivi d’inédits, Cahiers Pierre Teilhard (...)

17D’autant plus que le succès est au rendez-vous, en France d’abord puis à l’étranger. L’activisme de Jeanne Mortier qui met en place dans plusieurs pays des comités éditoriaux pour veiller aux traductions, contribue à cette réussite. Malgré sa difficulté d’accès, cette pensée rencontre un large public. Il est probable qu’elle « séduit les couches nouvelles à forte culture scientifique qui ne sont pas loin d’y voir la solution de leur problème : concilier appartenance ecclésiale et pratique professionnelle ». La vision positive du progrès humain que le religieux développe séduit de nombreux acteurs « de l’expansion et du développement dès la fin des années 1950 »40. Selon un bon lecteur de Teilhard, « Les découvertes sensationnelles de la science, les entrelacs de la technique, le bouleversement des structures déterminent une mutation psychologique, mentale, voire religieuse, de la condition humaine »41. Une perspective englobante qui entre en résonance avec certains questionnements de l’époque. Ainsi, l’introduction du troisième Cahier de l’Association des amis de Teilhard de Chardin – qui, périodiquement, entend encourager la connaissance et la diffusion de l’héritage intellectuel du jésuite –, rappelle que l’année 1961, durant laquelle « se sont exaspérés les conflits et multipliés les attentats (…) s’achève dans la hantise d’une destruction planétaire ». Les participants d’un colloque autour de Teilhard s’estiment fondé à lancer un appel aux « notabilités intellectuelles, largement humanistes, des USA et d’URSS » pour considérer les « directives données par Teilhard de Chardin pour construire une Terre digne de l’Homme ». L’article de ce dernier, au titre explicite, « Sauvons l’humanité », précède un texte de Léopold Sédar Senghor sur l’apport du teilhardisme, mais aussi du marxisme, à la politique africaine, destiné à « définir les valeurs de la Négritude » afin de parvenir « à la construction de la Terre »42. Le Seuil est une vitrine de choix pour la diffusion de ces idéaux « modernes » et un engagement de ce type. Une maison dont les racines sont plongées dans les élans d’un catholicisme renouvelé à la lumière d’affinités avec les « non-conformistes », dans le personnalisme d’Emmanuel Mounier, puis dans les réformes élaborées autour de l’École des Cadres d’Uriage. Les visions technocratiques, baignées d’humanisme, que développe une part des animateurs du Club Jean Moulin à compter de 1958 ou celles de la « Deuxième gauche » trouvèrent aussi de solides appuis du côté du Seuil. Le succès de Teilhard de Chardin participe d’un élan réformateur large. La ligne impulsée par Bardet et Flamand et leur équipe est un ensemble complexe et divers dont l’unité se construit parfois autour d’une vision prophétique telle que la pensée teilhardienne peut l’incarner pour un vaste public.

  • 43 Dépêche du Midi, 5 janvier 1956. L’Express, 8 février 1957.
  • 44 Émile Poulat, Une Église ébranlée, op. cit., n. 5, p. 182.
  • 45 Particulièrement pour les deux titres phares. Si l’on s’en tient à la période 1955-1970, 11 contrat (...)

18Indice d’une pensée et d’une offre intellectuelle définit pour être en phase avec son temps, l’année même du décès du jésuite, le tirage initial du premier livre de Teilhard mis dans le commerce, Le Phénomène humain, est rapidement épuisé43. Les sorties se montent à 50 000 exemplaires en février 1957. Ce sont 80 000 ventes qui sont réalisées durant les quatre premières années44. Hors de l’espace francophone, le succès est également notable et de nombreuses traductions voient le jour45.

  • 46 Jean Roussel, « Teilhard de Chardin au grand jour », L’Âge nouveau, mars 1956, p. 103.
  • 47 Le Figaro littéraire, 24 décembre 1956.

19Avec l’importance des ventes, le dossier de presse tout à fait conséquent qui a été conservé par les Éditions du Seuil atteste que la sortie du Phénomène humain est un événement, celui de l’année affirment certains journalistes46. André Rousseaux, dans Le Figaro littéraire, évoque une « publication comparable » à celle d’œuvres d’Henri Bergson ou d’Albert Einstein47. Ce succès se renforce d’un possible scandale lié à l’attente d’une réaction des autorités ecclésiales romaines.

  • 48 L’Univers personnel de Teilhard de Chardin par François-Albert Viallet (Amiot-Dumont, 1955).
  • 49 « Que pensait le père Teilhard de Chardin », France Observateur, 1er mars 1956 et Michèle Perrein, (...)
  • 50 Communiqué adressé à Combat par les ayants droit de Teilhard de Chardin, 16 février 1956.

20D’autres éditeurs et auteurs profitent du filon48. Ainsi la publication de lettres inédites du jésuite suggère qu’il défendait une absence de séparation entre le spirituel et le temporel qui ne peut que déplaire à la hiérarchie vaticane. Les héritiers de Teilhard et le Seuil font valoir leurs droits49. Détenteur de tous les écrits inédits, ils insistent sur le fait « que tout, en ceux-ci, témoigne du catholicisme le plus authentique ». Certaines interprétations tendancieuses, certains monistes ou panthéistes détournent sa pensée alors qu’il a toujours manifesté une parfaite obéissance à son Église avancent Jeanne Mortier et ses proches pour prévenir toute « affaire Teilhard de Chardin »50.

  • 51 Du 17 décembre 1955, ensuite reproduit par l’Osservatore Romano, 6 janvier 1956.
  • 52 Carrefour, 22 février 1956. Outre des critiques de fonds, notamment sur l’évolutionnisme qui struct (...)

21Les prises de positions autour du Phénomène humain, comme celles que susciteront certains volumes qui suivront, sont très nombreuses et appelleraient un travail d’analyse systématique. Pour poser certaines lignes de force, évoquons les critiques qui viennent de l’influent écrivain catholique Daniels-Rops, tout juste élu à l’Académie Française, pour qui « la véritable affaire Teilhard de Chardin » repose sur le fait que cette vision du monde tend à imposer à l’Église « une nouvelle apologétique ». Sa réfutation s’appuie sur les avis de la Civiltà cattolica51. L’hebdomadaire des jésuites romains réagissant à l’actualité autour de Teilhard, a en effet estimé qu’il « aurait été désirable que de telles controverses fussent définitivement ensevelies après sa mort52 ». Dans un esprit semblable, la revue jésuite Études juge que Le Phénomène humain risque « d’égarer des croyants » séduits par l’ampleur de vue qui masque des « présupposés philosophiques et théologiques, bien souvent contestables ». Il n’est cependant pas dénué d’intérêt car

  • 53 Jean Villain, Études, décembre 1955.

ce livre contribuera très largement, et de la manière la plus heureuse, à libérer les milieux français de l’emprise marxiste, en leur présentant, sous la caution d’un savant incontestable, une conception de l’évolution et de l’avenir de l’Univers profondément spiritualiste53.

  • 54 Carrefour, 7 mars 1956.
  • 55 « Un savant chrétien », Témoignage chrétien, 22 avril 1956.

22Comme cela a été évoqué précédemment, Jeanne Mortier se mobilise systématiquement pour contrer toutes les critiques. Selon elle, il s’agit de faire « acte de catholiques en prouvant que l’Église n’est pas une dictature », comme la dénonciation de la Civiltà cattolica pourrait le laisser croire54. Une vision ouverte en accord avec la ligne générale du Seuil. Et, bien entendu, l’éditeur reçoit de nombreux soutiens. Avec sa légitimité d’historien Henri-Irénée Marrou, un proche du Seuil comme on le sait, complimente l’éditeur « d’assumer courageusement [la] mission » de publier Teilhard de Chardin. L’argument d’une « œuvre dangereuse » est intenable devant l’incapacité de laisser une telle pensée dans l’ombre. La « semi-clandestinité » a suscité soit une forte adhésion, soit la méfiance, tout aussi problématique. Ayant analysé les propositions principales du Phénomène humain, Marrou encourage le développement d’une discussion. Un débat suspendu à la connaissance des volumes encore à paraître55. Les commentaires, critiques ou louanges ne proviennent pas seulement des milieux catholiques. Roger Garaudy, alors au PCF, Les Temps modernes et d’autres participent à une actualité intellectuelle symptomatique d’une époque dont les ressorts demeurent méconnus pour l’essentiel.

Construire l’avenir de la parole d’un prophète ?

  • 56 Le Monde annonce cette fondation, créée par une association Teilhard de Chardin dès 1959 (24 avril  (...)
  • 57 Lettre de Paul Flamand à Claude Cuénot, 18 octobre 1950.
  • 58 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, « vendredi » [1962 ?] (EDS).
  • 59 Lettre de Paul Flamand à Claude Cuénot, 3 décembre 1962 (EDS).

23Pour comprendre cette actualité dans son épaisseur, il serait nécessaire de reconstruire la carte de l’exégèse teilhardienne qui se développe alors sous la forme d’articles réservés à des cercles spécialisés, mais aussi de livres qui peuvent, comme l’œuvre elle-même, trouver un public plus large. Le Seuil est un centre très actif de cette part de la production avec une douzaine de titres durant les années 1960. Ce travail participe des efforts menés, autour de Jeanne Mortier – qui crée une Fondation dans ce but en 196256 –, pour assurer une postérité vivante et informée de cette œuvre. Les souvenirs (Mes voyages avec Teilhard, Helmut de Terra, 1963) et récits de la vie et du travail du jésuite (Teilhard de Chardin sur le terrain, George B. Barbour, 1965 ou En Chine avec Teilhard, Claude Rivière, 1968), cohabitent avec plusieurs études érudites (Pensée politique et économique de Teilhard de Chardin, Pierre-Louis Matthieu, 1969). Typiques de cette démarche, les ouvrages de Claude Cuénot. Fils du biologiste Lucien Cuénot, rénovateur de la pensée évolutionniste en France, ce normalien « lettres » et agrégé de grammaire se fait d’abord connaître par sa thèse sur Le Style de Paul Verlaine (1938). En 1950, à l’époque où il entre en contact avec le célèbre paléontologue dont il devient un disciple fervent, il propose au Seuil un roman sur l’Église. La vivacité pamphlétaire du manuscrit déplait à Paul Flamand. « Ce qui est grave, lui écrit l’éditeur, c’est que vous considérez l’Église comme je ne sais quel système intellectuel ou parti organisé. Sur ce plan là, votre critique peut être juste, mais c’est un plan sur lequel l’Église ne s’est jamais placée et ne doit jamais être placée – même si par égarement on l’y place »57. Au lendemain de la mort du jésuite, il devient secrétaire du Comité Teilhard de Chardin, fondé sous la houlette de Jeanne Mortier et, à ce titre, participe à l’édition des œuvres complètes du Maître. Cette fonction le met en contact régulier avec les Éditions du Seuil où il est une sorte de porte-parole du Comité et de la vigilance qu’il manifeste à l’encontre de certains usages du teilhardisme. Ainsi, Cuénot transmet au Seuil les inquiétudes de Mademoiselle Mortier au sujet du périodique Planète de Louis Pauwels qu’il définit comme « spécialisé dans le farfelu, le pseudo-fantastique pseudo-moderne à l’usage des fofolles ». Un prochain numéro met sur un pied d’égalité Teilhard et Giordano Bruno, théologien victime de l’Inquisition. Ce parallèle avec un « hérétique », qui par ailleurs est philosophiquement injustifiable, n’est pas opportun58 : les autorités de Rome viennent de réaffirmer leur opposition à Teilhard et cette assimilation est particulièrement mal venue. Paul Flamand se dit très embarrassé par les « fantaisies » de Planète. À Pauwels, rencontré récemment, il a affirmé qu’il « trouverait de [sa] part l’opposition juridique la plus déterminée ». Toutefois, la latitude d’action demeure étroite car la liberté d’interprétation est entière et « seule, la diffamation, nous permettrait d’intervenir »59.

  • 60 Étienne Gilson, Les Tribulations de Sophie, Paris, Vrin, 1967, p. 80.
  • 61 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, 3 juin 1963 (EDS).
  • 62 Note interne, 31 juillet 1962 (EDS).

24Claude Cuénot – « teilhardien convaincu, un peu sourcilleux même » selon Étienne Gilson60 –, entend faciliter certaines recherches dont le produit prendra place dans le catalogue du Seuil. Il défend une vision sur le long terme de la meilleure façon de servir les écrits de son Maître. Que Madeleine Barthélemy-Madaule ait brillamment soutenu une thèse où elle confronte le teilhardisme et le bergsonisme, le réjouit. D’autant plus que durant la soutenance publique, les réserves de Jean Guitton ont été balancées par les compliments d’Henri Gouhier quant à l’abondance des textes inédits. Par ce biais, le religieux jésuite fait une entrée remarquée au sein de la philosophie de la Sorbonne61. Cuénot participe activement à la diffusion du teilhardisme. Pour le compte de plusieurs éditeurs, il rédige diverses études, dont la première biographie consacrée au jésuite (Plon, 1958) et un volume de la série « Écrivains de toujours » (1962) qui s’adresse à un public large. Le manuscrit de ce dernier est attentivement relu par Paul Flamand qui demande à Paul-André Lesort, éditeur du domaine religieux, de ne pas omettre de faire supprimer par l’auteur le dernier paragraphe « où il est dit que [Teilhard] est la “grande chance de l’Église” »62.

  • 63 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, 21 décembre 1964 (EDS). C. F. Mooney, s.j., Teilhard de Cha (...)

25À intervalles réguliers, il semble que les conceptions de Claude Cuénot rendent difficile tout commerce avec lui. S’il reconnaît que le travail mené par Le Seuil, en lien avec Jeanne Mortier, est de bonne facture, il milite pour s’aligner, de plus en plus, sur les normes universitaires. Selon lui, d’ici quelques années, l’enjeu est d’adosser les textes sur une édition critique des œuvres « philosophico-religieuses de Teilhard, « de tout ce qu’on aura pu arracher des griffes des gangs clérico-loyolo-réactionnaires dont il est difficile de desserrer les mâchoires d’acier ». Il est convaincu d’être la personne indiquée pour mener à terme cette nouvelle étape à laquelle Le Seuil doit dès maintenant songer : « pour T[eilhard], la période dite héroïque tend à passer, et le temps du travail sérieux approche ». La thèse de Barthélémy-Madaule précédemment évoquée est un signe avant-coureur de cette évolution. Celle que le jésuite Christopher F. Mooney vient de défendre à l’Institut catholique de Paris le confirme63. Ce vaste programme, dont l’issue ne dépend pas seulement de la volonté de Claude Cuénot, n’est pas exécuté et les conditions de publications, en relation avec le Comité piloté par Jeanne Mortier ne changent pas radicalement par la suite. L’université n’est pas le pôle privilégié de recrutement pour les collections de sciences sociales du Seuil.

  • 64 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002.

26Du point de vue des ventes, le pic d’intensité du teilhardisme semble être atteint au milieu des années soixante – neuf volumes des Œuvres complètes sont sortis en 1965. L’énergie dispensée par Le Seuil se concentre sur cette période qui se clôt par le dixième anniversaire de la disparition du savant. Certaines intransigeances des disciples et continuateurs de Teilhard de Chardin ont probablement compliqué les échanges et la diversité des interlocuteurs. À la fin de cette période, les archives révèlent des tensions entre des « teilhardiens » et les cadres des Éditions du Seuil. La pérennité d’une œuvre et d’une pensée relève pour une part de la capacité des différents acteurs qui y ont intérêt de poursuivre les investissements nécessaires pour sa visibilité. La dynamique autour des œuvres du père Teilhard est demeuré intense durant une décennie et semble connaître une nouvelle phase à compter de la fin des années 1960. Des titres comme Sur le bonheur (1966), Sur l’amour (1967) et dans une moindre mesure, Être plus (1968), trouvent encore un public conséquent. Si la considération des enjeux strictement liés à l’œuvre, aux intermédiaires qui s’en saisissent (disciples, exégètes, éditeurs, critiques…), doit être le centre de l’analyse de l’existence publique d’une pensée, il apparaît aussi nécessaire, malgré les difficultés que cela occasionne, de relier cette diffusion et sa réception à une dynamique sociale et intellectuelle plus large. Comme nous l’avons évoqué, on peut estimer que la vitalité du teilhardisme correspond pour une part à l’avènement d’une fraction sociale émergente dotée d’une culture scientifique organisée et structurante. De ce point de vue, l’investissement du Seuil dans le domaine scientifique, par le biais de la revue Atomes en 1965 qui deviendra La Recherche – et bientôt, sous la brillante direction de Michel Chodkiewicz, le périodique le plus coté de ce domaine en Europe –, est significatif d’une évolution qui s’amorce, moins reliée au catholicisme. Si le Seuil est en pointe dans le traitement du Concile Vatican II, la maison, et Paul Flamand le déplore, est dépassée par d’autres initiatives liées à la « crise catholique64 » dont, par exemple, les Éditions de l’Épi sont une manifestation.

  • 65 Note interne, adressée à Paul Flamand, sans date (EDS).

27Devenir de l’homme et du monde, place de la science dans cette perspective, sont toujours des préoccupations des équipes du Seuil. Un ouvrage publié par le Seuil en 1970, Le Hasard et la nécessité de Jacques Monod, spécialiste de biologie moléculaire qui s’interroge sur les mécanismes de la vie, peut être associé à ce type de réflexion sur l’avenir de l’humanité. Pour son éditeur, Michel Chodkiewicz, cet essai « irritera les scientifiques – qui n’aiment pas qu’un des leurs relève la tête au dessus de sa paillasse et se pose des questions sur le sens de la vie » et il « agacera les philosophes » car Monod propose des vues singulières sur l’histoire de la pensée et qu’enfin, « Teilhardiens et Marxistes seront outrés par des critiques qu’ils jugeront simplistes »65. Dès sa sortie, Le Hasard et la nécessité est un évènement comme le catalogue d’un éditeur en connaît peu. C’est aussi dans ces filiations que les attendus du succès d’une œuvre doivent se comprendre. Ses éclipses ou ses reconfigurations également. Saisir la dynamique qui a accompagné l’intensité des réactions suscitées par la sortie des textes « phénoménologiques » de Pierre Teilhard de Chardin nécessite de reconstruire la configuration des affinités qui relient un auteur, une pensée, et son révélateur public, l’éditeur.

Notes

1 Le travail sur archives nécessaire à cette recherche a fait l’objet d’un soutien financier du Service de la recherche de l’Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis et a bénéficié de l’appui de mon laboratoire l’UMR Cresppa (7112), équipe CSU (http://www.csu.cnrs.fr/).

2 Selon le terme de Claude Tresmontant, Introduction à la pensée de Teilhard de Chardin, Paris, Seuil, 1956, p. 9.

3 Lettre de Jean Plaquevent à l’un de ses disciples, Jean Demachy, 22 juillet 1931 (Archives Plaquevent, Centre national des archives de l’Église de France). Pour une vision générale de l’histoire des Éditions du Seuil : Hervé Serry, Les Éditions du Seuil : 70 ans d’édition, Paris, Seuil, 2008, 202 p.

4 Notamment évoquée dans un recueil d’articles parus dans Esprit depuis 1932 : Révolution personnaliste et communautaire, Paris, Éditions Montaigne, 1935.

5 De très nombreuses informations à son sujet dans Jean de Saint-Léger, Jean Plaquevent, 1901-1965, brochure de l’Association Essor – Jean Plaquevent, s.l., s.d., 192 p.

6 Denis Pelletier, « Utopie communautaire et sociabilité d’intellectuels en milieu catholique dans les années quarante », Cahiers de l’IHTP, n° 20, 1992, p. 172-187.

7 Paul Flamand, Note interne, 1969 (Archives des Éditions du Seuil, conservées par l’Imec, désormais noté EDS).

8 Olivier Dard, Jean Coutrot. De l’ingénieur au prophète, Besançon, Presses Universitaires Franc-comtoises, 1999, p. 348 et 371 sq. L’éditeur parle de 1936 et d’une « réunion d’agnostiques » dans un entretien avec un journaliste (« Le directeur littéraire cet inconnu », Lecture pour tous, juillet 1965).

9 Lettre de Paul Flamand à Madeleine Barthélemy-Madaule, 10 juillet 1966 (EDS).

10 Jean Bardet, officier de réserve, sera prisonnier en Allemagne. Paul Flamand participe activement à « Jeune France », avec un auteur du Seuil, Pierre Schaeffer. Cf. Philip Nord, « Pierre Schaeffer and Jeune France : Cultural Politics in the Vichy Years », French Historical Studies, Vol. 30, N° 4 (Fall 2007), p. 865-709.

11 Lettre de Paul Flamand à Jean Daniélou, 2 juillet 1943 (EDS).

12 Lettre de Jean Daniélou à Paul Flamand, 18 juillet 1943 (EDS).

13 Lettre de Paul Flamand à Bénigno Cacérès, 8 novembre 1946 (EDS).

14 Hervé Serry, « Figures d’éditeurs français après 1945 : Habitus, habitus professionnel et transformation du champ éditorial », Bertrand Legendre et Christian Robin (dir.), Figures de l’éditeur. Représentations, Savoirs, Compétences, Territoires, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005, p. 73-89 (http://www.csu.cnrs.fr/Serry_Figures_2005.pdf - novembre 2010).

15 Thierry Keck, Jeunesse de l’Église, 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, 2004.

16 Denis Pelletier, L’Église catholique depuis 1815, Paris, La Découverte, 1992, p. 92.

17 Anne Simonin, Le Devoir d’insoumission. Les Éditions de Minuit (1942-1955), Paris, Imec, 1994, p. 440.

18 À l’instar de la revue Dieu Vivant ou de la proximité, déjà évoquée, avec Jean Daniélou. Voir Étienne Fouilloux, « Une vision eschatologique du christianisme : Dieu Vivant (1945-1955) », Au cœur du XXe siècle religieux, Paris, Editions Ouvrières, 1993, p. 277-305.

19 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

20 Denis Buican, La Révolution de l’évolution, Paris, PUF, 1989, p. 196-197 (p. 178- 214).

21 Pierre Teilhard de Chardin, « L’incroyance moderne. Cause profonde et remède », La Vie intellectuelle, 25 octobre 1933, p. 218-222. Cf. François Laplanche, La crise de l’origine. La science catholique des Évangiles et l’histoire au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 2006, p. 294.

22 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté…, op. cit., p. 237.

23 Dominique Avon, Philippe Rocher, Les Jésuites dans la société française, XIXe – XXe siècles, Toulouse, Privat, 2001, p. 148-149.

24 Ibid, p. 313 sq.

25 La lettre encyclique Humani generis (août 1950) prévient notamment les déviations liées à l’usage des sciences positives et pose certaines limites à l’appréhension par les penseurs catholiques de l’origine de l’homme.

26 Jacques Arnould, Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Perrin, 2002, p. 334-336.

27 Lettre de Claude Tresmontant à Paul Flamand, 27 juin 1953 (EDS).

28 Notes manuscrites et lettre de Paul Flamand à Claude Tresmontant, 17 septembre 1953 (EDS).

29 Lettre de Paul Flamand à Claude Tresmontant, 28 décembre 1954 (EDS).

30 Lettre de Pierre Teilhard de Chardin, 21 novembre 1953, Lettres à Jeanne Mortier, Paris, Seuil, 1984, p. 148-149.

31 Sur certains aspects de cette image « moderne » que le Seuil parvient à construire : Hervé Serry, « Organisation de la production éditoriale et croissance de l’entreprise : collections de vulgarisation et collections littéraires aux Éditions du Seuil (1935- 1975) », Philippe Bouquillion, Yolande Combes (dir.), Les Industries de la culture et de la communication en mutation, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 77-87. (http://www.csu.cnrs.fr/Serry_seuil_2007.pdf - novembre 2010).

32 Paul Flamand l’évoque dans Sur Le Seuil, op. cit., p. 23. Est-ce que le nonce apostolique à Paris, Mgr Roncalli, apprenant cet engagement du Seuil pour diffuser Teilhard aurait affirmé : « Ils vont encore recevoir des coups de crosse ! » ? En tout cas un journaliste l’écrit : Guy Dumur, « Un ordinateur dans une cave gothique », Le Nouvel Observateur, 20 novembre 1968, p. 12-13.

33 Dans les années 1960, le Seuil s’investira sur d’autres dossiers potentiellement conflictuels avec les autorités ecclésiales, dans le domaine strictement religieux et plus largement. Mentionnons : Rolf Hochhuth, Le Vicaire, Paris, Seuil, 1963. Jacques Nobecourt, « Le Vicaire » et l’histoire, Paris, Seuil, 1963 ou encore Saul Friedländer, Pie XII et le Troisième Reich, Paris, Seuil, 1964.

34 Le Monde, 21 novembre 1958.

35 L’Observateur, n° 400, 9 janvier 1958, p. 24.

36 Notons la présence de l’abbé Henri Breuil, de Maurice et Louis de Broglie et de l’historien anglais Arnold J. Toynbee.

37 Une note interne, rédigée par un cadre de la maison, Jean-Pie Lapierre, à l’occasion du décès de Marie-José de Savoie en janvier 2001 rappelle l’utilité des comités (EDS).

38 Annales ESC, n° 1, 1956, p. 196.

39 La suite de cet essai, Le Groupe zoologique humain, paraît chez Albin Michel peu après. Le jésuite, par amitié pour André Georges, lui avait réservé ce texte.

40 Étienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté, op. cit., p. 238-239.

41 Marie-Dominique Chenu, « La pensée contemporaine pour ou contre Dieu », Informations catholiques internationales, 1er janvier 1980, cité par Émile Poulat, Une Église ébranlée : changement et continuité, de Pie XII à Jean-Paul II, Paris, Casterman, 1980, p. 182.

42 « Pierre Teilhard de Chardin et la politique africaine », suivi d’inédits, Cahiers Pierre Teilhard de Chardin, Seuil, 1962, p. 11-16. Cette publication, reprenant le format des œuvres, connaît une dizaine de livraisons.

43 Dépêche du Midi, 5 janvier 1956. L’Express, 8 février 1957.

44 Émile Poulat, Une Église ébranlée, op. cit., n. 5, p. 182.

45 Particulièrement pour les deux titres phares. Si l’on s’en tient à la période 1955-1970, 11 contrats de cessions à l’étranger sont enregistrés par Le Seuil pour Le Phénomène humain et Le Milieu divin, 6 pour L’Apparition de l’homme (1956), 8 pour La Vision du passé (1956), 7 pour L’avenir de l’homme (1959) ou encore 6 pour Hymne de l’univers (1961). Les autres titres connaissent un attrait équivalent et en tout cas, supérieur à la moyenne des essais.

46 Jean Roussel, « Teilhard de Chardin au grand jour », L’Âge nouveau, mars 1956, p. 103.

47 Le Figaro littéraire, 24 décembre 1956.

48 L’Univers personnel de Teilhard de Chardin par François-Albert Viallet (Amiot-Dumont, 1955).

49 « Que pensait le père Teilhard de Chardin », France Observateur, 1er mars 1956 et Michèle Perrein, « Il n’y a pas de scandale », Les Nouvelles littéraires, 2 février 1956, Arts, 8 février 1956, André Billy, « Pour ou contre le P. Teilhard de Chardin », Le Figaro littéraire, 16 février 1956.

50 Communiqué adressé à Combat par les ayants droit de Teilhard de Chardin, 16 février 1956.

51 Du 17 décembre 1955, ensuite reproduit par l’Osservatore Romano, 6 janvier 1956.

52 Carrefour, 22 février 1956. Outre des critiques de fonds, notamment sur l’évolutionnisme qui structure les conceptions du religieux, selon lui hypothétique et source de maintes erreurs, Daniel-Rops estime que Le Phénomène humain était destiné à des lecteurs scientifiques et non à un large public qui ne peut en retenir « que des formules fracassantes et des théories grossièrement schématisées ».

53 Jean Villain, Études, décembre 1955.

54 Carrefour, 7 mars 1956.

55 « Un savant chrétien », Témoignage chrétien, 22 avril 1956.

56 Le Monde annonce cette fondation, créée par une association Teilhard de Chardin dès 1959 (24 avril 1959).

57 Lettre de Paul Flamand à Claude Cuénot, 18 octobre 1950.

58 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, « vendredi » [1962 ?] (EDS).

59 Lettre de Paul Flamand à Claude Cuénot, 3 décembre 1962 (EDS).

60 Étienne Gilson, Les Tribulations de Sophie, Paris, Vrin, 1967, p. 80.

61 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, 3 juin 1963 (EDS).

62 Note interne, 31 juillet 1962 (EDS).

63 Lettre de Claude Cuénot à Paul Flamand, 21 décembre 1964 (EDS). C. F. Mooney, s.j., Teilhard de Chardin and the mystery of Christ, Christian revelation in an evolutionary system of thought (1964).

64 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique, Paris, Payot, 2002.

65 Note interne, adressée à Paul Flamand, sans date (EDS).

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search