Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Un changement d’image ?

Sur la terre comme au ciel

De la legende noire au heros tiers-mondiste

Frédéric Gugelot

Texte intégral

  • 1 Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, PUF, 1992.
  • 2 « Les jésuites sont chargés de tous les crimes : on leur attribue tous les vices. De leur part, rie (...)
  • 3 Étienne Fouilloux, « Épilogue », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyo (...)

1Au XIXe siècle, le jésuite appartient à une légende noire qui mêle machiavélisme, despotisme, affairisme et laxisme moral…1. Un vaste catalogue de griefs et de fantasmes s’offre au dénigrement de l’Ordre, véritable armée de l’ombre dans laquelle la littérature ne se prive pas de puiser2. Au cours du XXe siècle, cette figure du jésuite change. Le jésuite devient une figure héroïque de l’horizon culturel européen. Cette mue se place au croisement de différentes changements qui se produisent au sortir de la Seconde Guerre mondiale : un renouvellement profond des figures héroïques, un rôle positif de certains jésuites lors du conflit et la promotion de l’engagement à un moment clé du catholicisme français, celui de la Libération. Une pièce de théâtre en marque une étape3.

Un succès

  • 4 Robert d’Harcourt, « Sur la terre comme au ciel », Journal de la société des Américanistes, n° 2, 1 (...)
  • 5 Le jésuite héros de théâtre n’est pas une nouveauté. Dans les années 1930, une pièce d’Emmet Lavery (...)

2« Un drame historique (…) connaît, depuis six mois, un grand et légitime succès sur une scène parisienne. Il s’agit du départ qui fut imposé aux Jésuites du Paraguay, à la fin du XVIIIe siècle »4. En effet, la pièce en cinq tableaux d’un jeune auteur autrichien, Fritz Hochwälder intitulée Sur la terre comme au ciel, est créée le 15 mars 1952 au théâtre de l’Athénée Louis Jouvet et connaît un vif succès public5. Son introduction en France est due à son traducteur :

  • 6 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », Austriaca, mai 1976, p. 65.

Aussitôt après la fin des hostilités, Hochwälder me communiqua le manuscrit de Das Heilige Experiment créé (…) avec beaucoup de succès en Suisse durant la guerre. J’ai immédiatement traduit ce drame, parce que j’avais été séduit tout de suite par la rigueur de sa construction, la densité du mouvement dramatique, la hauteur des idées. Au bout de quelques efforts, je réussissais à faire diffuser l’œuvre par Radio-National à Paris, le 10 avril 1950, le titre français était alors Terre de Dieu6.

  • 7 Fritz Hochwälder, Sur la terre comme au ciel, Paris, La Table ronde, 1952, Le Livre de vie, 1964, p (...)
  • 8 Ibid., p. 156-157.

3La pièce évoque la disparition des réductions guaranies, sortes de républiques autonomes créées par les jésuites aux confins du Paraguay, de l’Argentine et du Brésil. Différentes conceptions s’affrontent. D’abord celle de l’évêque de Buenos Aires qui condamne l’intervention des jésuites dans les affaires du siècle : « On a profané l’état du prêtre en le chargeant de toute la responsabilité d’un gouvernement temporel. Sous prétexte de religion, on a créé une utopie qui devait apporter aux Indiens la nourriture, les vêtements, l’insouciance, la sécurité. Et au lieu de convertir les païens en véritables chrétiens, on leur a enseigné un sale matérialisme »7. Ensuite celle du père Oros qui refuse l’abandon : « Dieu ne voit guère la couleur de notre froc. Dieu veut que ce monde change. Et nous, les jésuites du Paraguay, nous l’avons changé. (…) Aussi longtemps que j’aurai la force de respirer, de crier et de combattre – vous me trouverez du côté des pauvres, des faibles, des opprimés ! (Un temps.) C’est ainsi que j’entends la parole de Dieu »8.

  • 9 Ibid., p. 126-127.
  • 10 Ibid., p. 128.
  • 11 Ibid., p. 177.

4Mais le cœur du débat voit s’affronter le légat du Père Général qui ordonne au Père Provincial de remettre aux Espagnols les réductions : « Dans un monde irrémédiablement dominé par la cupidité et l’infamie, nous avons prétendu réaliser la parole du Christ. Ébloui par notre mission, le peuple indien attend maintenant de nous sa liberté nationale. Il attend de nous une protection infaillible contre les puissants ; il n’attend pas moins que l’instauration du Royaume de Dieu ici-bas !... Et nous qui savons fort bien que nous sommes au fond impuissants, nous nous sommes égarés dans les filets de la puissance pour l’attrait d’un succès facile, NOUS, Père Provincial, qui avons comme tâche dans tous les pays du monde de mettre les malheureux, les désespérés, les opprimés, sur le chemin d’un royaume dont la mort seule permet l’accès ! (…) Mais ce monde-ci n’est pas fait pour la réalisation du Royaume de Dieu »9. Le Père Provincial rejette d’abord l’ordre : « Nous anéantirions l’espoir des peuples malheureux et opprimés, leur espoir de voir naître un jour le règne de la foi pure, le règne de la justice ! »10, puis s’y résout : « Je vous ai demandé d’obéir, mais au fond de mon cœur je suis resté un hérétique ! J’ai sacrifié le Royaume de Dieu, parce telle fut l’ordonnance, mais je l’ai sacrifié à regret. (…) Mon cœur hérétique est resté fidèle à l’idée que le Royaume de Dieu pourrait être réalisé – en ce monde »11.

  • 12 Ibid., p. 180.

5La réponse de la pièce est ambiguë. Si Oros reconnaît qu’il a fauté, les regrets du Père Provincial et la phrase finale de Don Piedro de Miura, le visiteur du roi d’Espagne conscient de l’innocence des jésuites mais tenu d’obéir aux ordres de son roi, prouve que le vainqueur est le vaincu : « Mais que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ? »12.

  • 13 Dossier Fritz Hochwälder et Richard Thieberger LTR 28.9, Fonds La Table Ronde, IMEC.

6Le succès théâtral s’accompagne d’un succès littéraire. Sur un tirage de 11005 exemplaires, 9347 sont vendus entre le 1er novembre 1952 et le 31 décembre195413. Les ventes se font donc presque exclusivement sur les deux premières années. Un indéniable effet d’actualité influence les chiffres.

  • 14 Lettre de R.P. René Latourelle, S.J. directeur de théâtre Montréal du 23 septembre 1952. Fonds IMEC
  • 15 Le 15 mars 1952 L’Aurore, Paris-Presse, Franc-Tireur. Le 17 mars Le Parisien Libéré. Le 19 mars Le (...)
  • 16 Dossier Fritz Höchwalder et Richard Thieberger LTR 28.9, Fonds La Table Ronde, IMEC.
  • 17 Louis Barjon, Études, mai 1952.
  • 18 Hubert Engelhard, Réforme, 29 mars 1952.
  • 19 Émile Leonard, le Foyer protestant, 1949, n° 2, p. 54-58.
  • 20 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », La Croix, samedi 22 mars 1952, p. 4.

7C’est que bien avant la parution effective de la pièce, première publication de l’œuvre, l’ouvrage est attendu : « J’entends dire par le P. Louis Barjon que la pièce de Fritz Hochwälder – Sur la terre comme aux cieux (…) doit paraître aux éditions de la Table Ronde, au début d’octobre. Si oui, veuillez me faire parvenir un exemplaire par la poste aérienne, dès la parution du texte. Car c’est notre intention de monter la pièce au Canada dans les premiers mois de 1953 »14. Ce succès s’appuie sur une réception critique exceptionnellement unanime15. L’éditeur le met en avant : « elle est parmi les très rares spectacles qui réunissent tous les suffrages, de Mauriac à Beigbeder »16. Louis Barjon le note dans Études : « Il faut dire et souligner fortement que rarement problèmes spirituels aussi graves ont été abordés au théâtre avec un tel sens des nuances, tant de grandeur et d’équité (…) Respect de la vérité totale qui suffit à expliquer sans doute la louange étrangement unanime qui dans la presse, de l’Humanité au Figaro et de Réforme à La Croix, a retenti à son endroit »17. Les réactions du camp protestant sont révélatrices. Hubert Engelhard conseille vivement la pièce dans Réforme le 29 mars 1952 : « Je prie tous ceux qui me font confiance d’aller voir en priorité et contre tout obstacle le spectacle le plus important, le plus utile, le plus profond que le théâtre nous ait offert depuis bien longtemps »18. Voyant dans la résistance à l’oppression une attitude essentiellement calviniste, Émile Léonard avoue : « Je me sens ici pro-jésuite »19. Chacun y retrouve les siens. Le critique de La Croix est d’ailleurs enthousiaste : « allez applaudir Sur la terre comme au ciel ; pour notre part, nous n’avons jamais rien vu au théâtre d’aussi grand, d’aussi beau »20.

  • 21 « Les théâtres des capitales, les plus confrontés à tous ces changements, constituent (…) des sismo (...)

8Le parallèle avec l’actualité est immédiatement perçu par tous. Le drame a pris alors une valeur symbolique. Une fois de plus, les salles de théâtre apparaissent comme des caisses de résonance des débats du temps21.

Un moment clerc (1947-1955)

  • 22 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », op. cit., p. 65.

9Ce succès s’explique d’abord par une conjoncture. Le directeur de théâtre et metteur en scène de l’Athénée, sensible à la fois aux arguments économiques et aux enjeux politiques de la pièce, demande à en modifier le titre : « Jean Mercure estimait (…) que le titre Terre de Dieu ne saurait être retenu, puisque la saison 1951-1952 avait déjà vu apparaître plusieurs pièces dont le sujet était plus ou moins théologique et qui comportait le mot Dieu dans leur titre. Pendant les répétitions, l’idée surgit de l’appeler Sur la terre comme au ciel »22. Le théâtre avait déjà évoqué des débats proches de celui d’Hochwälder. Le critique de La Croix s’interroge :

  • 23 Qui évoque d’ailleurs les jésuites.
  • 24 Le Diable et le Bon Dieu est un drame en trois actes paru et représenté la première fois à Paris au (...)
  • 25 Le Profanateur de Thierry Maulnier en 1950, mise en scène de Jean Vilar en Avignon.
  • 26 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », op. cit., p. 4

Nous assistons depuis quelques temps à une extraordinaire floraison d’œuvres théâtrales ayant trait à des problèmes religieux. Qu’il suffise de rappeler À chacun selon sa faim, La première légion23, Malatesta, Le diable et le bon Dieu24, Bacchus, Le profanateur25, Lazare. Ces œuvres sont de qualité si diverses et d’esprits si différents qu’il serait vain d’y voir, par exemple, un renouveau du sentiment religieux. Mais rien n’interdit de penser que semblable uniformité tourne à la confusion de l’athéisme et constitue un argument apologétique de valeur »26.

  • 27 Dieu le savait en 1950 de Salacrou.

On peut y ajouter : Maître après Dieu de Jan de Hartog, pièce de 1945 mais surtout le film de Louis Daquin de 1951, Dieu le savait d’Armand Salacrou27 et le Dialogue des Carmélites de Bernanos.

  • 28 Henry de Montherlant, Port-Royal (1954), Théâtre, Paris, Gallimard, 1954, p. 1050.
  • 29 Ibid., p. 1051.

10Le cycle s’achève sur Port-Royal de Montherlant, écrite en 1953 et représentée pour la première fois le 8 décembre 1954 à la Comédie-Française. Sœur Angélique de Saint Jean, ancienne maîtresse des novices de Port-Royal, est confrontée à un identique débat, il faut choisir entre être sous « l’aile du pouvoir » ou « sous l’aile de Jésus-Christ ». À la jeune Sœur Françoise, qui promet de demeurer fidèle, Sœur Angélique rappelle que l’« On n’est jamais seule quand on a la foi »28 et conclut : « La nuit qui s’ouvre passera comme toutes les choses de ce monde. Et la vérité de Dieu demeurera éternellement »29.

11Entre 1945 et 1955, de nombreuses œuvres témoignent en effet d’une actualité du personnage du clerc. Des romans promeuvent la figure prophétique du prêtre de banlieue à l’avant-garde de l’Église. Au roman de Gilbert Cesbron paru en 1952, Les Saints vont en enfer, s’ajoute la même année, celui de Beatrix Beck, Léon Morin prêtre, qui obtient le prix Goncourt. L’héroïne en quête d’absolu et de certitude rejette une Église d’ordre mais découvre à travers un prêtre nouveau, celui qui concilie l’amour de Dieu et le message évangélique ici-bas. Ces deux romans sont suivis de ceux de Jean Anglade (Le chien du Seigneur, 1952) et de Roger Bésus (Cet homme qui vous aimait, 1953).

  • 30 Amédée Ayfre, Le cinéma et la foi chrétienne, Paris, Fayard, 1960, p. 7.
  • 31 Réalisation de Marcel Blistène, scénario de René Jolivet. Sortie en 1949.
  • 32 Éric Auphan, « Histoire d’un film », Cahiers Henri Queffélec, n° 2 Le cinéma, p. 49.
  • 33 Il obtient le prix Louis Delluc en 1951 et un prix international au Festival de Venise. Albert Begu (...)
  • 34 Dans le classement des plus fortes ventes en France depuis la guerre, publié par l’Express le 16 av (...)
  • 35 G.R., « Pourquoi romanciers et cinéastes s’intéressent-ils tant aux prêtres ? », La Croix, 22-23 ma (...)
  • 36 Roger Pons, « Dieu dans la littérature contemporaine », La Croix, 13 novembre 1953, p. 3.
  • 37 G.R., « Pourquoi romanciers et cinéastes s’intéressent-ils tant aux prêtres ? », op. cit., p. 3.

12Le cinéma n’y échappe pas : « Parallèlement à ce déploiement spectaculaire des fastes extérieurs du christianisme, certains hommes se sont efforcés, avec plus ou moins de bonheur, d’évoquer son âme, à partir des drames intérieurs de la sainteté ou du péché, comme l’avaient fait antérieurement et comme le font toujours le roman, le théâtre ou l’histoire »30. Monsieur Vincent est sur les écrans en 1947. Deux ans plus tard, une vie romancée du Curé d’Ars sort sous le titre Le sorcier du ciel31. En 1950, les spectateurs peuvent voir Dieu a besoin des hommes, librement inspiré du roman d’Henri Quéffelec, paru en 1944, Un recteur de l’île de Sein. Lors d’un débat du CCIF sur ce film le 15 février, trois mille personnes assistent à la séance. L’abbé Rétif, prêtre d’une paroisse ouvrière de banlieue, souligne la portée universelle et intemporelle de l’œuvre : « L’île de Sein, à l’époque où se situe le film, est un pays de mission, comme la France d’aujourd’hui dans ses centres industriels et ses campagnes déchristianisées… »32. Deux types de légitimité s’affrontent, celle venue du haut vers le bas qui donne la première place au clerc traditionnel, la seconde toute évangélique dont l’autorité vient du bas vers le haut. Le 7 février 1951, sort Le Journal d’un curé de campagne de Robert Bresson33. Le 4 juin 1952, un prêtre envahit l’écran avec un premier film : Le petit monde de Don Camillo. Julien Duvivier adapte un succès de librairie : le roman de Giovanni Guareschi, paru au Seuil en 1951, est la meilleure vente de l’après-guerre (798 000 exemplaires entre 1951 et 1955)34. La Croix le note dans un article paru les 22-23 mars 1953 : « Il n’échappe à personne que le thème religieux bénéficie en ce moment, dans tous les genres, d’un regain d’actualité. Roman, théâtre et cinéma l’exploitent avec une frénésie qui va de pair avec l’engouement du public. Si paradoxal que cela puisse paraître, en regard d’autres époques, parler religion est devenu une affaire commerciale, entendez une affaire qui attire les foules et qui rapporte gros »35. Cet air du temps, Roger Pons le résume : « Dieu est le personnage principal de plusieurs pièces à succès. Le prêtre est devenu le gibier de choix du romancier »36. Le journaliste propose trois raisons pour expliquer ce succès : « le prêtre étant un personnage de la société, il est normal qu’il y paraisse dans les représentations » ; « le prêtre, dans l’histoire de l’humanité, est un personnage indispensable » et « le prêtre en tant qu’individu est un personnage de choix pour l’écrivain (…) le prêtre, plus que tout autre de ses frères, est engagé à la fois dans l’éternel et dans l’humain »37.

13Il y a donc une actualité des questions autour de la mission du clerc et du sens de son engagement.

Engagement, héroïsme et prêtres-ouvriers

  • 38 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », op. cit., p. 65.

14La pièce rédigée pendant la guerre rejoint les enjeux tant ecclésiologiques que théologiques qui hantent cette première moitié des années 1950. Comment réaliser la Jérusalem terrestre, comment accomplir l’utopie d’un monde chrétien juste au sortir de la guerre ? Les indiens à christianiser peuvent alors se confondre avec la classe ouvrière à reconquérir. C’est surtout le parallèle avec les débats autour des prêtres-ouvriers qui favorisent cette cristallisation sur la question de l’obéissance et du Royaume de Dieu ici-bas. « Le jeune metteur en scène Jean Mercure s’intéressa à la pièce. Indépendamment de ses qualités, elle présentait en effet un intérêt d’actualité du fait d’une certaine analogie entre l’initiative prise par les jésuites du Paraguay, vers la fin du XVIIIe siècle, et la situation des prêtres-ouvriers au moment où la pièce commençait sa carrière en France », explique le traducteur38.

  • 39 « En 1945, la trahison serait, au contraire, pour la majorité de ceux qui écrivent et s’expriment d (...)
  • 40 R.P. Feret, Sur la terre comme au ciel. Le vrai drame de Hochwälder, Paris, Cerf, 1953, p. 72 et 73
  • 41 Ibid., p. 23, p. 90 et suiv.
  • 42 Ibid., p. 30.

15L’engagement du clerc dans le siècle fait en effet l’objet de vifs débats39. Aux Éditions du Cerf, le R.P. Féret publie, en 1953, un livre intitulé Sur la terre comme au ciel. Le vrai drame de Hochwälder. Sans ménager son « admiration pour l’œuvre de Hochwälder », le R.P. Féret exprime un « désaccord profond »40 avec la teneur de l’œuvre. Selon lui, Hochwälder a surtout traité le problème politico-ecclésiastique de la légitimité de l’État chrétien du Paraguay au détriment du problème moral de l’obéissance qui aurait dû prévaloir41 : « En cet épisode de l’histoire des missions, l’auteur avait très habilement et très heureusement choisi un moyen de poser, avec toutes les ressources de l’art dramatique, le problème actuel, et considérable, non pas seulement des relations de l’Église et de l’État, ou du temporel et du spirituel, mais, beaucoup plus profondément, de la nécessaire ou condamnable présence des chrétiens dans le temps, de leur obligatoire efficacité humaine ou de leur obligatoire évasion, problème auquel le thème marxiste de l’aliénation religieuse a donné de nos jours une telle acuité »42. Féret dégage les interrogations du moment :

  • 43 Ibid., p. 90-91.

En ce temps, en effet, où les questions d’objection de conscience, de résistance, d’inextricable emmêlement des antagonismes sociaux et politiques, se posent à la conscience des laïcs ou de clercs de plus en plus nombreux, parfois avec une si douloureuse acuité cet autre drame serait sans doute non pas tant celui de l’obéissance que celui de la désobéissance devenant, en certains cas tragique, pour le laïc, voire pour le clerc, l’exigence suprême, jusqu’à l’héroïsme, de l’édification, “sur la terre comme au ciel”, du Royaume de Dieu43.

  • 44 Ibid., p. 89.

Féret interprète la soumission du père provincial comme l’affirmation que le Royaume de Dieu ne saurait être de ce monde. Lui défend la possibilité de « réussites valables spirituellement et temporellement comme l’était l’œuvre missionnaire des jésuites »44.

  • 45 Combat, 12 février 1954.

16Quelques mois plus tard, le Vatican frappe l’Ordre de saint Dominique, Combat fait le lien entre la prise de position de Féret et sa condamnation : « Significatif à cet égard, l’éloignement du R.P. Féret, titulaire d’une chaire catéchitique à l’Institut de Paris, à qui la pièce de l’auteur autrichien, Fritz Hochwälder, Sur la terre comme au ciel, avait inspiré un certain nombre de réflexions sur ce que l’on pourrait appeler le conflit de la conscience et de l’autorité. A-t-on trouvé insupportable le parallèle qui ne pouvait manquer de s’établir entre le prêtre de Hochwälder et ces prêtres-ouvriers qui ne veulent pas renoncer à leur usine ? »45.

17Le succès de la pièce croise donc l’actualité sur les liens entre communistes et catholiques et les débats sur les nouvelles formes d’apostolat.

  • 46 Le XIXe siècle avait déjà mis au crédit des jésuites l’expérience du Paraguay. En réponse à Voltair (...)
  • 47 Esprit, avril 1934.

18La comparaison avec les réductions jésuites s’inscrit dans l’horizon des penseurs chrétiens dès les années 1930 mais prospère après la guerre46. Dès 1934, Pie XI béatifie trois jésuites martyrisés en 1628 par des Guaranis apostats. La même année, la référence apparaît dans un numéro spécial de la revue Esprit consacré au problème de la propriété47. Le Paraguay s’inscrit dans l’horizon d’attente des catholiques de gauche. Le livre de Claude Lugon, La République communiste chrétienne des Guaranis, paru en 1949 dans la collection « Économie et Humanisme », le montre bien. Henri Desroches précise dans sa préface :

  • 48 Claude Lugon, La République communiste chrétienne des Guaranis, Paris, Éditions Ouvrières/Économie (...)

elle (l’expérience de la République guaranie) demeure une anticipation et à un double titre : anticipation d’une foi qui se prend assez au sérieux pour “ne pas rester inerte au milieu des ruines” (Pie XII) et pour animer historiquement la réalisation d’un monde où l’homme soit le frère de l’homme ; anticipation d’une structure économico-politique (…) à ranger dans la pré-histoire du communisme48.

  • 49 Ibid., p. 9.
  • 50 Ibid., p. 226.
  • 51 Ibid., p. 227. Lugon pointe les difficultés rencontrées par les Pères jésuites : admission sévère, (...)
  • 52 Ibid., p. 277.
  • 53 Ibid., p. 283. Il conclut : « Pour notre petite part personnelle, (…) nous avons été plus d’une foi (...)

19C’est l’idée principale du livre de Lugon : « elle (la République guaranie) apparaît dans l’histoire comme le plus fervente des sociétés chrétiennes et comme la plus importante et la plus originale des sociétés communistes réalisées jusqu’à l’URSS »49. Les qualités jésuites rendirent possible le projet : « Les Guaranis discernaient la qualité supérieure de la personnalité des jésuites, la richesse de leur esprit, leurs capacités dans tous les domaines »50. D’autant que « les meilleurs des hommes qui répondirent à ces conditions devaient donner et donnèrent en effet des héros et des saints »51. À l’idée avancée par les adversaires de l’expérience jésuite selon laquelle : « La conclusion à tirer de l’aventure serait donc que le christianisme n’a pas à rechercher de réalisation temporelle. Sauvez-vous personnellement par la foi en vivant au milieu d’un monde de péché, mais ne tentez pas de transformer ce monde, ni de réaliser une société fraternelle : malgré les paroles du Pater, le règne de Dieu n’arrivera pas et sa volonté ne sera pas faite sur la terre comme au ciel »52, Lugon oppose l’idée que « les missionnaires du Paraguay, à travers l’idéal de communauté transmis de siècle en siècle, avaient voulu se référer aux premières communautés chrétiennes quant à l’esprit de fraternité, tout en créant (…) une société complète, outillée pour produire et répartir les biens, capable par son organisation de s’assurer la durée qui avait manqué aux premières communautés. Ce fut ainsi en puisant leurs lumières dans le message de l’Évangile que les Pères de la Compagnie de Jésus réussirent à bâtir, par des moyens exclusivement pacifiques, sans recours à la violence, une société de structure fraternelle, la première que l’histoire connaisse. Du même coup, les Pères avaient incarné dans une première forme les virtualités sociales de l’Évangile »53. La référence évangélique montre que son livre participe de cette recherche au sein du christianisme au sortir de la guerre d’un renouvellement des approches ecclésiologique, apostoliques et théologiques par un retour aux origines, forme classique prise par toutes les tentatives de réforme ou de changement dans le catholicisme.

  • 54 Claude Langlois se souvient avoir interprété, sous les auspices de son professeur de français, en 1 (...)

20Le succès est amplifié par le parcours de la pièce dans les séminaires et écoles catholiques54. Cette « mode » du clerc n’est qu’une des formes d’expression d’un débat issu largement de la guerre, celui sur la légitimité du pouvoir et le devoir d’obéissance. Le critique de La Croix est d’ailleurs enthousiaste :

  • 55 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », op. cit., p. 4.

le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde. (…) Le provincial s’est gravement trompé. Maintenant les constitutions de la Compagnie lui font un devoir de se soumettre entièrement et d’être “comme un cadavre” entre les mains de ses supérieurs. (…) Le vœu d’obéissance, quoi qu’il en coûte et parce qu’il en coûte, voilà le centre du drame, l’intérêt primordial de la pièce55.

Le refus de la quasi-totalité des évêques de s’engager, même par le texte ou la parole, le rejet de toute interprétation du message chrétien hors d’eux, la condamnation des « théologiens sans mandat », conduisent des catholiques à s’interroger tant sur l’ecclésiologie que sur le discours théologique sous-latent. L’intervention des catholiques en résistance a accéléré l’autonomisation des laïcs. L’idée d’Église est renouvelée, elle met l’accent sur la communion entre les croyants plus que sur l’institution. L’idée de Dieu et du salut est directement issue de la foi et liée à l’Évangile sur le plan des valeurs et des exigences. Cette littérature exprime le besoin d’autres clercs pour un nouveau temps.

  • 56 Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’a (...)
  • 57 « À l’heure de la reconstruction d’un continent ravagé par lui-même, il met en avant l’urgence d’un (...)
  • 58 Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, Éditions de l’Atelie (...)

21Au même moment, des parutions renouvellent l’actualité et la perception des jésuites. Dès l’époque moderne, l’attention suscitée par la Compagnie de Jésus est en corrélation étroite avec des événements étrangers à l’Europe, la condamnation des réductions indiennes et les débats des rites chinois56. Les répercussions sont lourdes puisque ces événements et leur exploitation conduit la Papauté à interdire l’Ordre. Ces mêmes événements historiques vont marquer l’érection héroïque du jésuite. En 1946, Marcel Bataillon prend comme sujet de sa rentrée au Collège de France Les Jésuites dans l’Espagne du XVIe siècle. Il révèle l’aspect peu orthodoxe de la communauté d’origine et l’ouverture aux juifs convertis. Il remet donc en cause tant l’historiographie anticléricale de l’hispanisme français d’alors que la forteresse de l’historiographie catholique du Siècle d’Or57. Il réhabilite donc l’ancienne Compagnie, permettant à la nouvelle de renouer avec ses origines, de démontrer son ouverture au monde. D’autant que le comportement des jésuites leur vaut le respect et l’attention de tous : indéniablement l’ordre noir s’estompe derrière les engagements de la guerre. Si les jésuites qui succombent à l’attrait de Vichy et du meaculpisme de 1940 sont nombreux, les têtes pensantes les plus en vue de la Compagnie s’opposent précocement au nazisme et fournissent les armes intellectuelles de la résistance chrétienne à l’exemple d’Henri de Lubac, Pierre Chaillet, Yves de Montcheuil ou Gaston Fessard. « Le premier des Cahiers du Témoignage chrétien est imprimé à Lyon anonymement, illégalement et sans approbation ecclésiastique, à l’automne 1941. L’auteur, l’éditeur et leurs proches conseillers sont des jésuites », rappelle Bernard Comte58. Les jésuites par leurs mots et leurs actes ont, aux yeux de l’opinion, déjà pris position pendant la guerre sur ce débat de l’obéissance.

  • 59 Henry de Montherlant, « Notes » (1954), Théâtre, Paris, Gallimard, 1954, p. 1055.

22Ceci est rendu possible par une mutation de la figure héroïque. Montherlant explique l’intérêt du public pour sa pièce non par une connaissance des enjeux religieux de celle-ci mais par l’intérêt du public en faveur de nouvelles formes d’héroïsme : « ces Français, même catholiques, ignorent les problèmes de Port-Royal à un point incroyable, et s’ils en ont une teinte, ne sont pas touchés par eux. Du moins l’opinion, si peu qu’elle sache, s’est-elle mise du côté de la souffrance »59. Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale entraînent une recomposition de l’univers héroïque au profit de nouvelles figures :

  • 60 Odile Faliu et Marc Tourret (dir.), Héros d’Achille à Zidane, BNF, 2007, p. 167.

L’horreur du conflit international a fait naître la volonté de reconstruire, sur ce champ de ruines, un monde fondé sur des valeurs de justice, de solidarité, d’humanisme. La détestation profonde des idéologies meurtrières, de la propagande nourrie d’images et de clichés ayant permis de tels désastres, fait suspecter et craindre l’exploitation et la manipulation du concept de héros. Ainsi, sous sa forme guerrière du moins, celui-ci est-il presque systématiquement écarté de la grammaire démocratique. Par ailleurs, la nouvelle lecture du monde par les sciences sociales a eu tendance à minorer le rôle du héros, de l’action d’éclat, au profit du système, de l’évolution historique longue60.

  • 61 Ibid., p. 178.
  • 62 Robert d’Harcourt, « Sur la terre comme au ciel », op. cit., p. 512.
  • 63 R.P. Michel Riquet, S.J., « Sur la terre comme au ciel. Les jésuites fondateurs de républiques », L (...)

Le refus de combattre du Provincial se situe dans ce contexte où le guerrier laisse la place à un complexe mélange de héros messianique, non-violent et humanitaire. « Comment concilier aujourd’hui l’engagement physique, la violence de l’action héroïque et les valeurs humanistes et pacifistes prédominantes, notamment en Europe ? (...) Prôner l’action non violente, en particulier celle de l’activiste humanitaire, des forces de maintien de la paix, du militant des droits de l’homme, correspond davantage aux choix de nos contemporains »61. Le héros mélange personnage révolutionnaire et martyr à celui qui pacifiquement civilise, protège et développe les indiens. La constitution d’une société pacifiée, développée, apparaît aussi comme une réponse à la poussée de la décolonisation. Certains critiques perçoivent aussi cette dimension dans la pièce de Hochwälder. Robert d’Harcourt résume le cœur de la pièce dans son compte rendu : « Ceux-ci (les colons) ne voyaient pas se développer sans crainte un État qui les privait de main d’œuvre et qui appliquait certaines méthodes communistes, rendues nécessaires par le caractère exceptionnel de ceux auxquels elles étaient destinées »62. Une vision particulière des réductions jésuites justifie le parallèle. « Les jésuites du Paraguay, Provincial en tête, ne cessèrent point, pour autant, de proclamer et de défendre jusqu’au bout le droit des indiens à la justice et à la liberté »63.

23Ce que révèle le succès de la pièce de Fritz Höchwalder est la cristallisation d’un certain nombre de changements au sortir de la guerre dont bénéficie l’image des jésuites. La conjonction entre une expérience historique, interprétée comme une véritable utopie, dont l’actualité semble féconde, un Ordre glorifié par son rôle pendant la guerre, la promotion de l’engagement dans l’histoire et la mutation de la figure héroïque en faveur des victimes expliquent que l’évocation des réductions du Paraguay apparaisse comme une étape du changement d’image des jésuites.

24Si l’œuvre du dramaturge autrichien ne réalise pas cette mutation, elle se révèle une étape de ce changement. D’ordre stigmatisé, les jésuites voient leur image muer, favorisée en particulier par leurs orientations tant intellectuelles que tiers-mondiste.

Notes

1 Michel Leroy, Le mythe jésuite, Paris, PUF, 1992.

2 « Les jésuites sont chargés de tous les crimes : on leur attribue tous les vices. De leur part, rien n’est incroyable et tout peut-être vraisemblable ». René Remond, L’anticléricalisme en France, Bruxelles, Complexe, 1985, p. 82.

3 Étienne Fouilloux, « Épilogue », dans Étienne Fouilloux et Bernard Hours (dir.), Les jésuites à Lyon XVIe-XXe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2005, p. 254-259.

4 Robert d’Harcourt, « Sur la terre comme au ciel », Journal de la société des Américanistes, n° 2, 1952, p. 511.

5 Le jésuite héros de théâtre n’est pas une nouveauté. Dans les années 1930, une pièce d’Emmet Lavery, La première légion, traduite de l’américain en 1938-1939, est interprétée dans les collèges et séminaires catholiques. Elle donne lieu à une adaptation cinématographique en 1951 par Douglas Sirk.

6 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », Austriaca, mai 1976, p. 65.

7 Fritz Hochwälder, Sur la terre comme au ciel, Paris, La Table ronde, 1952, Le Livre de vie, 1964, p. 79. Adaptation française de Richard Thieberger et Jean Mercure.

8 Ibid., p. 156-157.

9 Ibid., p. 126-127.

10 Ibid., p. 128.

11 Ibid., p. 177.

12 Ibid., p. 180.

13 Dossier Fritz Hochwälder et Richard Thieberger LTR 28.9, Fonds La Table Ronde, IMEC.

14 Lettre de R.P. René Latourelle, S.J. directeur de théâtre Montréal du 23 septembre 1952. Fonds IMEC.

15 Le 15 mars 1952 L’Aurore, Paris-Presse, Franc-Tireur. Le 17 mars Le Parisien Libéré. Le 19 mars Le Monde. Le 20 mars L’Observateur, Les Nouvelles Littéraires, le 21 mars L’Humanité, le 22 mars Combat, La Croix, L’Information. 28 mars Témoignage chrétien, 29 mars Réforme, 2 avril Carrefour, 4 avril France Réelle, Aspects de la France.

16 Dossier Fritz Höchwalder et Richard Thieberger LTR 28.9, Fonds La Table Ronde, IMEC.

17 Louis Barjon, Études, mai 1952.

18 Hubert Engelhard, Réforme, 29 mars 1952.

19 Émile Leonard, le Foyer protestant, 1949, n° 2, p. 54-58.

20 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », La Croix, samedi 22 mars 1952, p. 4.

21 « Les théâtres des capitales, les plus confrontés à tous ces changements, constituent (…) des sismographes particulièrement sensibles de ces transformations sociales et culturelles des populations des grandes villes de l’époque ». Il ajoute : « Malgré un public de masse qui plébiscite les genres proposant l’évasion, la détente, le clinquant et la fête, certains auteurs, directeurs et acteurs sont parvenus à casser les genres établis et à mettre en scène des situations, des personnages et des milieux révélant les tensions et les craquements (voire les antagonismes) d’une société urbaine en pleine transformation » (Christophe Charle, Théâtre en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne 1860-1914, Albin Michel, 2008, p. 10 et p. 494). Au sortir de la guerre, le passage du messianisme utopique au politique est un thème fréquent dans le théâtre. Voir Les Mains sales de Sartre, jouée pour la première fois le 2 avril 1948, Les Justes de Camus le 15 décembre 1949 et Nous avons les mains rouges de Jean Meckert en février 1950. Patricia Devaux, « Le théâtre, scène politique, de la libération à la guerre froide », Revue d’histoire des idées politiques, 8/2, 1998, p. 355-361.

22 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », op. cit., p. 65.

23 Qui évoque d’ailleurs les jésuites.

24 Le Diable et le Bon Dieu est un drame en trois actes paru et représenté la première fois à Paris au Théâtre Antoine le 7 juin 1951, dans une mise en scène de Louis Jouvet.

25 Le Profanateur de Thierry Maulnier en 1950, mise en scène de Jean Vilar en Avignon.

26 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », op. cit., p. 4

27 Dieu le savait en 1950 de Salacrou.

28 Henry de Montherlant, Port-Royal (1954), Théâtre, Paris, Gallimard, 1954, p. 1050.

29 Ibid., p. 1051.

30 Amédée Ayfre, Le cinéma et la foi chrétienne, Paris, Fayard, 1960, p. 7.

31 Réalisation de Marcel Blistène, scénario de René Jolivet. Sortie en 1949.

32 Éric Auphan, « Histoire d’un film », Cahiers Henri Queffélec, n° 2 Le cinéma, p. 49.

33 Il obtient le prix Louis Delluc en 1951 et un prix international au Festival de Venise. Albert Beguin, « L’adaptation du Journal d’un curé de campagne », Glanes, n° 18, 1951. Peu avant était sorti en France le film de John Ford, The Fugitive, Dieu est mort en français, adapté du roman de Graham Greene.

34 Dans le classement des plus fortes ventes en France depuis la guerre, publié par l’Express le 16 avril 1955, Le petit monde de Don Camillo occupe la première place.

35 G.R., « Pourquoi romanciers et cinéastes s’intéressent-ils tant aux prêtres ? », La Croix, 22-23 mars 1953, p. 3.

36 Roger Pons, « Dieu dans la littérature contemporaine », La Croix, 13 novembre 1953, p. 3.

37 G.R., « Pourquoi romanciers et cinéastes s’intéressent-ils tant aux prêtres ? », op. cit., p. 3.

38 Richard Thieberger, « Fritz Hochwälder et ses succès en France », op. cit., p. 65.

39 « En 1945, la trahison serait, au contraire, pour la majorité de ceux qui écrivent et s’expriment de ne pas participer sinon à ce combat partisan, au moins aux grands débats de l’époque ». Jean-François Sirinelli et Pascal Ory, Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, A. Colin, 1986, p. 147.

40 R.P. Feret, Sur la terre comme au ciel. Le vrai drame de Hochwälder, Paris, Cerf, 1953, p. 72 et 73

41 Ibid., p. 23, p. 90 et suiv.

42 Ibid., p. 30.

43 Ibid., p. 90-91.

44 Ibid., p. 89.

45 Combat, 12 février 1954.

46 Le XIXe siècle avait déjà mis au crédit des jésuites l’expérience du Paraguay. En réponse à Voltaire, Chateaubriand tente une réhabilitation de l’ordre, il use de cet exemple : « Les hordes errantes des Sauvages du Paraguay se fixaient, et une république évangélique sortait, à la parole de Dieu, du plus profond des déserts (…) Ce fut dans ces forêts que les missionnaires entreprirent de former une république chrétienne et de donner, du moins à un petit nombre d’indiens, le bonheur qu’ils n’avaient pu procurer à tous ». Chateaubriand, Génie du Christianisme, IVe partie, livre quatrième, chap 4-5, 1802, p. 984-985. Il est plus étonnant de trouver sous la plume d’adversaires acharnés les mêmes louanges. Dans le Des Jésuites, écrit avec Michelet, Quinet consacre un chapitre aux missions jésuites : « Il a été donné à la Société de Jésus, de réaliser, une fois, sur un peuple, l’idéal de ses doctrines ; pendant une durée de cent cinquante ans, elle est parvenue à faire passer tout entier son principe dans l’organisation de la république du Paraguay (…) un vaste territoire lui est accordé avec la faculté d’appliquer (…) son génie civilisateur. Il se trouve que sa méthode d’éducation, qui éteignait les peuples dans leur maturité, semble quelque temps convenir à merveille à ces peuples enfants ; elle sait avec une intelligence vraiment admirable les attirer, les parquer, les retenir dans un éternel noviciat. Ce fut une république d’enfants où se montra un art souverain à tout leur accorder, excepté ce qui pouvait développer l’homme chez le nouveau-né ». Edgar Quinet, Des Jésuites, Jean-Jacques Pauvert, 1966, p. 201.

47 Esprit, avril 1934.

48 Claude Lugon, La République communiste chrétienne des Guaranis, Paris, Éditions Ouvrières/Économie et Humanisme, 1949, p. 5. Voir Denis Pelletier, Economie et Humanisme, Paris, Cerf, 1996, p. 229-253.

49 Ibid., p. 9.

50 Ibid., p. 226.

51 Ibid., p. 227. Lugon pointe les difficultés rencontrées par les Pères jésuites : admission sévère, santé solide, soleil de feu, forêts vierges, insécurité…

52 Ibid., p. 277.

53 Ibid., p. 283. Il conclut : « Pour notre petite part personnelle, (…) nous avons été plus d’une fois soutenu par la pensée que cet exemple humble mais très pur d’une république communiste pré-marxiste pourrait aider des esprits très sincères à échapper à la hantise créée par l’athéisme de Marx, pour remonter à la lointaine et première origine de l’idéal de notre temps et redécouvrir le vrai et noble sens naturel du mot communisme » (p. 287). Il ajoute : « Dans la direction d’une société fraternelle sans classes et sans privilèges, hiérarchisée selon les capacités et les services personnels, la République guaranie aura été la première réalisation ». (p. 288).

54 Claude Langlois se souvient avoir interprété, sous les auspices de son professeur de français, en 1952-1953 à l’internat du collège d’Avranches la pièce d’Hochwälder et celle de Jan Hartog. Merci pour son témoignage. Au sortir de la guerre, l’enfant Pierre Guyotat, il est né en 1940, assiste à une pièce de théâtre à Saint-Jean de Bournay (Isère) : « Dans le même temps que ma communion privée, je vois mon premier film : c’est au Foyer, la salle paroissiale – où je vois aussi du théâtre, Notre Dame de la Mouise, une pièce sur la misère de la Zone en banlieue Nord, jouée par l’Amicale Jazz, notre troupe locale. C’est Don Bosco, un film italien des années 30, en noir et blanc ». On peut néanmoins déceler cette même orientation, d’attention aux pauvres, tant dans le film que dans la pièce. Pierre Guyotat, Formation, Gallimard, 2007, p. 106.

55 Jean Vigneron, « Le Royaume de Dieu n’est pas de ce monde », op. cit., p. 4.

56 Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 7.

57 « À l’heure de la reconstruction d’un continent ravagé par lui-même, il met en avant l’urgence d’une attention toute particulière à ces jésuites du XVIe siècle confrontés comme leurs contemporains à un double traumatisme : le grand schisme de la Réforme et la révélation d’un nouveau monde ». Marcel Bataillon, Les Jésuites dans l’Espagne du XVIe siècle, Les Belles Lettres, 2009, 4e de couverture, présentation de Pierre-Antoine Fabre.

58 Bernard Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en résistance, Éditions de l’Atelier, 1998, p. 224.

59 Henry de Montherlant, « Notes » (1954), Théâtre, Paris, Gallimard, 1954, p. 1055.

60 Odile Faliu et Marc Tourret (dir.), Héros d’Achille à Zidane, BNF, 2007, p. 167.

61 Ibid., p. 178.

62 Robert d’Harcourt, « Sur la terre comme au ciel », op. cit., p. 512.

63 R.P. Michel Riquet, S.J., « Sur la terre comme au ciel. Les jésuites fondateurs de républiques », Les Annales-Conferencia, LX/33, juillet 1953, p. 3-15.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search