Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Un changement d’image ?

Un roman antijesuite ? L’Empreinte d’Édouard Estaunié

Corinne Bonafoux

Texte intégral

  • 1 Édouard Estaunié est né à Dijon en 1862.
  • 2 Édouard Estaunie, Souvenirs, Librairie Droz, 1973, p. 175.
  • 3 Ibid., p. 172.

1Édouard Estaunié1 a 34 ans lorsque son roman L’Empreinte paraît en 1895. Il a alors terminé ses études, Polytechnique en 1884 et l’École des télégraphes en 1886 et a déjà publié Un Simple et Bonne Dame en 1892. Il raconta bien plus tard dans ses Souvenirs la difficulté de trouver une maison pour publier son roman. : « L’Empreinte terminée, je portai le manuscrit aux Débats, qui théoriquement devaient le publier ; mais le sujet épouvanta, on me renvoya mes feuillets qui, dès lors, commencèrent une valse de quinze mois, écartés partout »2. L’Empreinte fut finalement publiée dans la Revue de Paris en 1895 et en volume l’année suivante chez Perrin et rencontra un certain succès. Mais à la fin de ses jours Estaunié s’interrogeait avec lucidité sur sa postérité. « Que restera-t-il aussi de l’auteur de L’Empreinte ? Mais probablement rien, puisque ce mot lui-même que je fus le premier à employer a perdu son certificat d’origine à force d’être usagé »3. Cette remarque est assez curieuse car le terme empreinte a été maintes fois utilisé avant Estaunié, mais l’usage du sens figuré reste rare jusqu’à la fin du XIXe siècle alors qu’il se répand ensuite.

  • 4 Édouard Estaunie, L’Empreinte, Le livre moderne illustré, Ferenczi & fils éditeurs, 1925, p. 8. Tou (...)

2Le roman commence par une évocation de Nevers, du collège Saint-Louis de Gonzague et du personnage principal, Léonard Clan, qui vient d’être nommé préfet de congrégation. Clan en est donc à sa dernière année chez les jésuites et il est déjà modelé, « sa voix lente et sacerdotale »4.

  • 5 Cette question s’est vue en partie renouvelée dans un numéro récent des Annales. Histoire, Sciences (...)

3L’historien qui aborde la littérature est pris entre des exigences méthodologiques souvent contradictoires5. S’il ne s’agit pas pour lui d’avoir une lecture naïve de l’œuvre et de la considérer comme un reflet plus ou moins approximatif de la société, il ne peut se dispenser de vérifier cet écart. Les productions littéraires qui l’intéressent sont moins celles qui passent à la postérité littéraire que celles qui ont rencontré un écho important du temps de leur auteur. L’Empreinte répond à cette exigence d’autant qu’elle s’insère dans un certain type de roman antijésuite. La question centrale est donc de mesurer et de comprendre le sens de l’antijésuitisme développé par Estaunié, autobiographique, sociologique ? Avant de trancher cette question ou celle de l’originalité de l’antijésuitisme d’Estaunié, il faut d’abord analyser à travers quelle trame romanesque, l’auteur choisit de placer son portrait collectif de pères jésuites, de décrire leur formation religieuse et intellectuelle.

Les thèmes de l’antijésuitisme dans L’Empreinte

4Le roman est construit en deux parties de neuf chapitres chacune. La première se déroule à Nevers, principalement dans le collège Saint-Louis de Gonzague durant la dernière année d’études de Léonard Clan. La deuxième se situe sept ans plus tard Paris et décrit les tourments de Léonard, inapte à toute vie amoureuse, sociale, professionnelle. C’est dans la première partie que l’on peut trouver les descriptions des pères jésuites, de leur enseignement et de leur formation spirituelle mais l’antijésuitisme n’en est pas moins présent dans la seconde partie, sous un jour plus dramatique encore, puisque l’empreinte indélébile laissée dans l’âme de Léonard l’empêche de vivre.

Portrait de groupe

  • 6 Édouard Estaunie, L’Empreinte, op. cit., p. 7

5Le premier frère évoqué est le frère Frappus qui surveille l’entrée des élèves au collège et c’est aussi par ce petit personnage, au nom évocateur, que le romancier nous fait entrer dans le collège Saint-Louis de Gonzague. Estaunié utilise l’ironie dans sa description : « tandis que machinalement, il examinait la place pour y découvrir les retardataires, il s’abandonna à une extase […] Un égoïsme moelleux l’enveloppa. Le cœur mort, il jouissait d’infinie béatitude »6. De ce premier portrait, rien de très méchant si ce n’est une étroitesse et un égoïsme soulignés par l’oxymore, « cœur mort/infinie béatitude ».

  • 7 Ibid., p. 8-9.
  • 8 Ibid., p. 9.

6Le Père Gourmanel apparaît ensuite « [il] officiait […] accentuait mal et jetait sans onction le souhait ‘Dieu soit avec vous’ […] Les indubitables fleurissaient fréquemment son éloquence »7. Estaunié entre ensuite dans le contenu de l’homélie qui consiste à vilipender le monde : « Tout Satan se synthétise en lui. Il est l’océan de perdition, le marais empoisonné, la bête dévorante [...] Les enfants écoutaient étonnés »8. Le contraste entre l’étonnement des enfants et la description hyperbolique souligne l’effet pervers de ce type de discours. Le Père Goumanel apparaît tout à la fois ridicule à cause de ses « indubitables » et dangereux par ses descriptions terrifiantes du monde.

  • 9 Ibid., p. 11.
  • 10 Ibid., p. 11.

7À l’heure d’aller au réfectoire, les jésuites sont saisis en groupe : « une à une, les portes des cellules s’ouvraient : les Pères sortaient, allant au réfectoire. Le recteur, le Père Bartolène, passa le premier. Très gros et court, il avait la figure glabre. Il marchait avec une bonhomie de gestes que démentait brusquement son coup d’œil interrogateur »9. Le père Boijol « petit, mince, nez fureteur, lèvres rieuses, sans distinction mais d’une activité d’écureuil. Il paraissait très jeune, d’une malice plus dangereuse que gaie »10. Les pères Boijol et Bartolène partagent la caractéristique d’avoir une apparence trompeuse, une bonhomie qui n’en est pas une ou une malice qui n’est pas gaie.

  • 11 Ibid., p. 11.

8Le père Anet « tête pointue, bouche démesurée et souriante, respirait une bêtise toujours égale [...] Avec ses yeux chassieux, ses cheveux follets [...] il semblait un doux naïf. Assez large pour ne paraître jamais écouter les confidences scabreuses, trop en Dieu pour soupçonner le mal, il confessait à Saint-Louis de Gonzague les élèves de moyenne ferveur : un saint encore, comme le P. Gourmanel, mais inoffensif et inintelligent »11. Les pères inoffensifs sont inintelligents et tous les pères intelligents du roman sont dangereux.

  • 12 Ibid., p. 12.
  • 13 Ibid., p. 13.

9Estaunié élargit alors sa description en ouvrant l’angle de vision. « Maintenant, la foule des professeurs et des surveillants arrivait. La plupart était dépourvue d’ascétisme, plutôt d’aspect satisfait. Et ce qui frappait surtout, c’était l’harmonie esthétique des ces êtres d’origines pourtant si diverses. Tous les corps se ressemblaient [...] On sentait qu’esclaves de la règle, ils allaient au réfectoire, comme ils seraient partis pour le Japon »12. De la description ou des impressions de Clan, le lecteur comprend que ce qui fait la force des jésuites c’est leur uniformité, la cohésion du groupe. « Alors Léonard revit en songe ce défilé d’ombres noires [...] Comme tous avaient bien gardé leur rôle ! Le Père recteur, d’une bienveillance intimidante ; le Préfet, le Ministre et le Procureur, absorbés par les intérêts matériels de la maison ; le Père Boijol, chargé de faire du collège un four à bachots et lui attirant ainsi la clientèle riche des intelligences médiocres ; le Père Frégier, se livrant à la pêche des coeurs mondains ; les professeurs, les surveillants, unité sans consistance mais d’une cohésion si intime et soumis à une méthode si uniforme qu’ils en devenaient une force ; enfin, les confesseurs, ces redoutables ! »13. Estaunié distille l’idée que les jésuites ne sont pas des individus définis par des caractéristiques propres mais forment un tout et qu’ils sont définis par leur appartenance à une identité collective. Cela lui permet d’ailleurs de partir de quelques personnalités bien identifiées pour passer aux jésuites puis d’opérer une essentialisation en parlant du jésuite qui ne désigne plus tel père ni même les pères de Saint-Louis de Gonzague mais le jésuite atemporel.

  • 14 Ibid., p. 188.

Dans l’ordre intellectuel, le jésuite ne pense que pour habituer sa cervelle aux subtilités. […] Le nombre de ses idées est volontairement restreint […] Saint Ignace recommande ainsi d’éviter certains sujets, le problème du mal, la théorie de la substance […] Un bon jésuite doit être indifférent ; il a par suite l’impassibilité nécessaire au jugement des situations. Il doit être croyant, c’est-à-dire convaincu aveuglément de son droit ; mystique […], obéissant, ce qui supprime la responsabilité ; dépourvu de désirs, […] Il n’est pas un isolé, enfin il fait partie d’une collectivité, ce qui lui donne le sentiment de sa force »14.

10La description des frères ou pères jésuites est faite très tôt dans le roman dessinant un groupe cohérent dispensateur d’enseignement et de formation spirituelle.

Le collège jésuite : une « usine à mémoire » ?

  • 15 Ibid., p. 13.

11C’est essentiellement au cours du chapitre VI que Estaunié aborde la description de ce qui est enseigné. Il ne nous montre pas Léonard en classe face à ses professeurs mais Léonard se promenant dans le couloir et entendant des échos de différents cours. On peut synthétiser les critiques faites par Estaunié autour de deux grands thèmes. Le collège est essentiellement un lieu de bachotage, un « four à bachots »15. Les connaissances qui y sont transmises sont superficielles sans recours aux textes.

  • 16 Ibid., p. 49.
  • 17 Ibid., p. 51.
  • 18 Ibid., p. 49.

12La description est ouverte par « L’usine à mémoire était en marche »16 et se termine sur les mots « l’usine fermait »17. « L’usine à mémoire était en marche. De la huitième à la philosophie, tout y obéissait à la même force motrice : une pédagogie très forte et toujours identique. C’était l’heure de choix durant laquelle les maîtres mondanisant la science, livraient le secret de réussir avec un mince acquit »18 .

  • 19 Ibid., p. 17
  • 20 Voir Guillemette Tison, Le Roman de l’école au XIXe siècle, Belin, 2004, « La question du latin », (...)

13La seconde critique tient à l’aspect superficiel des connaissances. Le bachotage est une des causes de cet apprentissage mécanique et répétitif. L’histoire se résume à une série de batailles et de noms. Tous les textes grecs et latins mis à l’examen sont traduits en classe « de la sorte, nulle surprise », écrit avec ironie Estaunié. Cela devient alors un exercice essentiellement grammatical sans s’arrêter aux possibles interprétations du texte. Un des collégiens s’extasie de l’efficacité de cet enseignement : « Les auteurs, même les plus difficiles sont analysés. On en connaît toutes les beautés, les passages marquants : et, au moment de passer l’examen, il suffit de relire les mots en italiques du résumé, on sait l’essentiel ! »19. Et c’est bien cela que critique Estaunié, les auteurs ne sont pas lus, les élèves se contentent des commentaires qu’en font leurs professeurs. Cela débouche sur une inappétence intellectuelle. La critique d’un enseignement purement grammatical du latin et du grec avait été développée tout au long du XIXe siècle par plusieurs auteurs dont Jules Girardin dans Les Braves gens publié en 1873 qui eut un grand succès20, puis Erckmann-Chatrian dans son roman Les années de collège de maître Nablot en 1874. Les charges d’Octave Mirbeau contre le collège jésuite sont beaucoup plus violentes : « À l’étude il [Sébastien Roch] ne travailla pas, pris de paresse devant ses livres, envahi de dégoût, à la pensée d’avoir à conjuguer des verbes barbares […] C’était, dans son cerveau, une suite de heurts paralysants, une cacophonie de mots barbares, un stupide démontage de verbes latins, rebutants, dont l’inutilité l’accablait ». Quant à l’histoire, elle se réduit à une morne et abrutissante propagande : « On le gorgeait de dates enfuies, de noms morts, de légendes grossières, dont la monotone horreur l’écrasait ».

14Enfin la troisième critique tient au moralisme étroit, à la lecture idéologique qui est faite des œuvres. Les philosophes

  • 21 Édouard Estaunie, op. cit., p. 26.

sceptiques, athées, matérialistes, tous ne sont que malhonnêtes et se détournent du vrai pour excuser leur défaillance sensuelle [...] Les opinions du P. Labre sont l’inébranlable soutien de sa foi. Même la tentation d’en examiner les détails ne lui est jamais venue, tant il est accoutumé aux solutions toutes faites […] Chaque cervelle est un casier, où par ordre à force de mémoire, les idées sont étiquetées et empaquetées à jamais. L’initiative est détruite jusque dans son désir21.

  • 22 Ibid., p. 27.

15Les résultats de cette éducation se soldent donc par l’absence d’initiative et l’inappétence intellectuelle. « Les Pensées de Pascal sont à côté de Léonard, mais à quoi bon les ouvrir ? On lui a dit le mot célèbre de Ravignan ‘Pascal a fixé le dictionnaire de la calomnie’ »22.

  • 23 Ibid., p. 51.

16De ce tableau très critique, échappe sans doute l’évocation des fameuses concertationes, joutes organisées entre deux équipes pour une bataille intellectuelle. « Chaque classe à partir de la quatrième était ainsi divisée en deux camps : Romains, Gaulois, Grecs ou Carthaginois se disputaient des victoires, servant d’appoint aux comptes de « diligence » [...] Les rudiments de la grammaire semblaient partout noyés dans l’amusette [...] À coup sûr, ils étaient bien des charmeurs, ces maîtres, charmeurs, au point de faire presque regretter le temps des conjugaisons et des dictées »23.

17Estaunié a été scolarisé dans les années 1870 et le ratio studiorum irrigue encore en partie l’enseignement des jésuites même s’ils ont dû composer pour adopter les programmes officiels qui permettent de préparer le baccalauréat. La pédagogie des jésuites décrite dans le roman, faite de bachotage, sans aucun recours aux textes originaux ou aucune appropriation personnelle, entre en dissonance avec ce qui a souvent été présenté comme la principale caractéristique de cette pédagogie jésuite, l’apprentissage actif.

  • 24 Jean-Yves Calvez, « Le Ratio, charte de la pédagogie des jésuites », Études, Revue mensuelle, septe (...)

Il y a des leçons […] un certain apport pour lancer les choses. C’est généralement le commentaire d’un ouvrage […] On s’efforce de vérifier que l’étudiant a compris. Tout le reste est répétition mais le mot répétition veut dire le contraire de répétitif : il s’agit d’action ; tout vise à ce que les étudiants reprennent le traitement du sujet de manière créative24.

18Si les critiques que fait Estaunié à l’enseignement prodigué par les jésuites visent au moins autant l’état d’une transmission des savoirs à cette époque et se retrouvent sous la plume de nombreux romanciers, dénonçant dans les mêmes termes le lycée, ses charges contre la formation religieuse atteignent plus spécifiquement leur cible. Ce deuxième grief est développé par le romancier grâce à de courtes incises mais surtout au travers du personnage principal qui prend peu à peu conscience d’une sorte de manipulation spirituelle.

Formation et pratique religieuses

  • 25 Plus usuellement appelé Paroissien.
  • 26 Édouard Estaunie, op. cit., p. 23.
  • 27 Ibid., p. 24.

19Dans la formation religieuse que reçoit Léonard, le rôle de l’Eucologe qui est obligatoire à Saint-Louis de Gonzague paraît central25. « Depuis des années, Léonard l’a médité, une partie de sa vie s’est accrochée au coin jauni des feuillets, et quelle partie ! La partie la plus intime de sa vie, si secrète qu’il n’oserait presque pas de lui-même l’évoquer en sa conscience. C’est dans son eucologe qu’il a versé ses doutes, ses ambitions, ses regrets pour une place perdue ou une leçon mal apprise »26. L’Eucologe recommande aussi une vertu pour chaque mois qu’accompagne une maxime. « Et toutes ces sentences provoquent la même suggestion, dérobant sous des doubles sens mystiques, l’image trop vive de la prêtrise. Comment cet eucologe ne serait-il pas délicieux puisque chacun de ses mots répond aux désirs qu’il éveille ? »27

  • 28 Ibid., p. 136.

20L’enseignement religieux dispensé à Saint-Louis de Gonzague recourt peu aux textes bibliques. C’est au cours de sa retraite pour discerner sa vocation que Léonard prend conscience qu’il n’a jamais lu les Évangiles. « Et soudain, il eut le sentiment de l’ignorance de ces textes dans laquelle sa religion avait été endormie. Cette ignorance lui parut incompréhensible presque monstrueuse. Si elle n’avait été qu’un moyen sûr d’étouffer l’examen ? De Propiac, des autres Pères, voués comme celui-là aux détournements d’enfants »28.

  • 29 Ibid., p. 31.

21Les sacrements eux-mêmes sont routiniers. Estaunié décrit la confession mécanique et froide de Léonard : « Le soir, à la chapelle, il ne pria pas. Nul examen de conscience. C’étaient toujours les mêmes péchés qu’il racontait, le moment venu, sans les chercher, comme une leçon. Quand on l’appela, il prit machinalement de l’eau bénite, fit un signe de croix et sortit »29.

  • 30 Ibid., p. 30.
  • 31 Ibid., p. 23.
  • 32 Ibid., p. 28.
  • 33 Ibid., p. 30.

22Le cœur de la critique d’Estaunié vise ce qu’il considère comme une manipulation dans la détermination de la vocation religieuse du jeune Léonard. La vocation forcée de Léonard constitue la trame du récit de la première partie tandis que la nostalgie de cet état, ou du moins l’empreinte laissée est le ressort qui explique le cheminement de Léonard dans la seconde partie. Cette vocation comprend des prémices décrites par le romancier sous les auspices de la crainte. « Il (Léonard) frissonnait. Il ne se souciait plus d’entendre la voix, mais il avait compris que lui, aussi, par peur, se déciderait peut-être à rester là »30. L’essentiel de ces prémices n’est pas constitué par les interrogations propres de Léonard mais par les insinuations, les influences subtiles des jésuites qui l’entourent. L’un d’entre eux, le père Decurvil, raconte comment il a quitté sa famille pour se donner à Dieu. « Je suis parti à la fin de la retraite sans même avertir mes parents [...] Dieu est si bon ! Mon père qui avait une maladie de cœur aurait pu en mourir : cette émotion a passé sur lui sans qu’il en souffrît »31. Ces paroles déclenchent une rêverie chez Léonard : il rêve de Saint-Acheul où est le noviciat. La lecture au réfectoire des Souvenirs de Saint-Acheul, « livre de saveur spéciale où étaient contées d’angéliques vies de novices », renforce les rêveries de Léonard d’autant que tous les séminaristes avaient été collégiens eux-aussi. Le cheminement de Léonard savamment orienté par les pères jésuites se termine sur une révélation truquée du père Boijol. « le vendredi enfin, il reçut le coup de grâce »32. Alors que Léonard discute avec le P. Boijol, en train de travailler à son bureau, celui-ci retrouve par hasard un vieux papier au milieu de toutes les copies d’élèves, un brouillon de lettre qu’il écrivit le jour de son départ au noviciat. Il en lit des extraits à Léonard : « ce fut bien simple, je devais aller en vacances, je n’y allai pas et voilà... Léonard ne remarqua pas qu’il n’avait rien demandé ». Le P. Boijol continue par une confidence : « Cela m’est venu tout à coup. Je n’y songeais pas, Un jour, j’ai entendu une voix qui m’appelait. Je me suis trouvé tout autre. Dieu m’avait choisi. On entend donc une voix ? Demanda Léonard frémissant »33.

  • 34 Ibid., p. 36.

23Léonard fait alors part à son confesseur de ses interrogations et de sa possible intention de se consacrer à Dieu. La réaction du P. Propiac déconcerte Léonard. Il souligne les difficultés de l’état religieux tout en concluant par l’idée « qu’il n’y a pas deux façons d’accepter la croix, ni deux façons de la charger sur l’épaule. Il est demandé à chacun selon ses moyens, vous ai-je dit, c’est-à-dire, selon les grâces qui lui ont été dispensées. Les vôtres sont ineffables ». Le romancier commente ainsi les paroles du père, « après avoir exalté la grandeur du sacrifice, il le ramenait à une nécessité de salut, si bien que tout d’un coup, [...] la vocation se trouva [...] devenue obligatoire »34. Le père après avoir conseillé la réflexion entérine les questions de Léonard sur la possibilité de devenir religieux comme une décision ferme.

  • 35 Ibid., p. 40.
  • 36 Ibid., p. 40.

24Durant les semaines qui suivent sa décision et l’échange avec le P. Propiac, Léonard se sent dans un état d’allégresse « Il était renfermé dans sa chimère. Il connut les ivresses de l’amour divin, la jouissance de s’être sacrifié sans que rien ne fasse sentir le sacrifice [...] les sévérités graduées du P. Propiac entretenaient le miracle. [...] Et l’isolement du monde, le premier, le plus facile commença »35. Toutes les étapes de la décision de Léonard de se consacrer à Dieu sont marquées par des interventions de pères qui poussent bien Léonard en un sens. Une fois qu’il eut révélé à son confesseur son intention, l’attitude des autres pères change légèrement. « Comme c’était écrit dans les histoires de Saint-Acheul, des succès inattendus couronnèrent ses espérances. Il fut premier régulièrement [...] Le P. Bartolène accueillit Léonard avec des étonnements pleins de bonhomie : Encore vous ? Toujours premier ! Qu’avez-vous fait au Bon-Dieu pour mériter pareille chance ? »36. Cette place de premier paraît suspecte même si le romancier n’insiste pas. Léonard reçoit ainsi plusieurs récompenses, il devient enfant de choeur passant directement au grade de maître des cérémonies.

  • 37 Ibid., p. 41.
  • 38 Ibid., p. 41.
  • 39 Ibid., p. 42.
  • 40 Ibid., p. 42.
  • 41 Ibid., p. 48.

25Le cheminement spirituel de Léonard s’accompagne d’un isolement progressif. « Un à un les liens qui l’attachaient à la vie commune étaient brisés »37, « il devient intolérant »38. « L’isolement suprême s’opérait enfin, Léonard eut la haine de l’amour. Il devint neutre »39. Estaunié cherche à démontrer que toute l’éducation reçue dans le collège jésuite l’avait préparé pour aboutir à ce suprême isolement « le plus caractéristique et le plus nécessaire ». Les cours de rhétorique, d’histoire ou de philosophie avaient permis de stigmatiser l’amour charnel en impureté : « Banni de la littérature et de la morale, l’amour l’était aussi de l’histoire »40. Estaunié conclut le chapitre IV en récapitulant ce qu’avait été l’œuvre d’isolement : « Cela s’était fait logiquement, sans volontés apparentes. Tout avait été emporté par l’engrenage, avec méthode. Après sa demeure, il avait pris en haine les siens, ensuite ses camarades ; puis, ses idées avaient été spécialisées [...] Il était seul [...] Plus d’élans, rien que la sécheresse absorbante du moi »41.

  • 42 Ibid., p. 58.

26La visite du père provincial au collège constitue une nouvelle étape pour enfermer Léonard dans sa décision. Le P. Propiac lui a parlé de l’intention de Léonard et demande à celui-ci d’aller dire deux mots au provincial. Pour la première fois, Léonard se révolte et il répond à Propiac : « il est joli le secret de la confession ». « Pour la première fois, l’idée d’une pression morale avait effleuré sa pensée ». Le père provincial, très sec d’une « maigreur d’ascète », engage un peu plus Léonard en lui demandant quand il entrera au noviciat : « Plus vous entrerez tôt, mieux cela vaudra. Nous exigeons de nos novices un grand changement de vie »42.

  • 43 Ibid., p. 71.

27Toutefois les efforts des jésuites qui ont dessiné le destin religieux de Léonard doivent surmonter des adversités et des événements imprévus qui deviennent parfois des obstacles sur le chemin de la vocation de Léonard. Cette démarche du romancier permet d’échapper à une présentation trop simpliste dans laquelle tous les faits auraient convergé. Le premier événement imprévu auxquels les jésuites ont à faire face est la demande inopinée du tuteur de Léonard qui souhaite voir son pupille immédiatement. Le confesseur de Léonard lui conseille de ne pas parler de ses intentions à son tuteur. Une lettre plus tard suffira « La lettre est un fait. On ne discute pas avec elle. La discussion seule amène des paroles imprudentes [...] Allez que votre bouche et votre cœur demeurent fermés »43. Ces conseils paraissent bien peu chrétiens.

28Le voyage ébranle Léonard : la vue de Paris, le luxe des boutiques, la rencontre avec Bruet, un élève qui s’était fait renvoyer du collège, et qui a acquis une belle position. Les paroles de son tuteur sèment un doute qui s’amplifiera : « Les grands sentiments sont le miroir auquel se prennent les cœurs de ton âge. On parle de sacrifice, de dévouement, de devoir et jonglant avec les mots, on devient leur victime. Prends garde, après tout la proie est de nature à valoir une tentative ».

29Après sa visite à Paris et les examens, succèdent trois jours de retraite à l’issue de laquelle Léonard est censé prendre une décision. La retraite a lieu dans un cadre idyllique, un magnifique jardin. Mais ce sont des jours d’inquiétude et de doute pour Léonard. Il prend conscience du rôle insidieux de son confesseur qui se propose une nouvelle fois comme son interlocuteur unique et lui demande de se confesser à lui plutôt qu’au prédicateur de la retraite. Au terme de ces trois jours, Léonard prend la décision de ne pas devenir jésuite.

30Quatre rejets principaux ont motivé la décision de Léonard, d’une part, le rejet d’une morale d’indifférence, de l’égoïsme, d’une religion mécaniste et enfin celui d’une pédagogie de la peur.

  • 44 Ibid., p. 85.
  • 45 Ibid., p. 91.
  • 46 Jules Michelet, Des Jésuites, sixième leçon, cité par Philippe Boutry, « Edgar Quinet et le mythe j (...)
  • 47 Édouard Estaunie, op. cit., p. 89.

31Léonard refuse la morale d’indifférence à tout « Et quelle indifférence, rien qui fût épargné [...] C’était l’abstraction de toutes choses, l’anéantissement du désir, la négation de l’instinct... Être indifférent, disait le commentaire, au point de pouvoir apprendre la mort de son père ou de sa mère sans ressentir plus d’émotion que s’il s’agissait d’un étranger »44. Léonard décide de confronter les commentaires au texte d’Ignace de Loyola, il a apporté les Exercices spirituels. Il constate alors que les Exercices sont bien « l’admirable roman de l’indifférence […] algèbre des extases factices, réalisant la sainteté comme on provoque une crise de nerfs. Ce code est moins un livre de piété qu’un manuel permettant d’asservir les volontés humaines »45. Ce qui est écrit des Exercices par Estaunié rappelle les critiques de Jules Michelet et Edgar Quinet parlant à leur endroit d’un machinisme moral « propre à créer un automate chrétien »46 et opposant même le jésuitisme au christianisme. Il découvre aussi que les pères jésuites ne songent qu’à faire leur propre salut : « jamais il ne sera un des facteurs de cet égoïsme organisé ! Jamais il ne passera sa vie à s’aimer divinement dans les autres ». Estaunié dénonce enfin une pédagogie de la peur, le second jour de la retraite, le père Anet centre son homélie sur la mort et l’enfer, « tout ce que l’éducation religieuse de Saint-Louis de Gonzague avait accumulé de peurs dans ces âmes d’enfants fut remué à en défaillir d’horreur ». Enfin, lisant les commentaires du père Roothaan qui a annoté les Exercices et divisé les retraitants en quatre catégories, constatant qu’il appartient à la catégorie dont on espère des fruits, il prend la décision de ne pas devenir jésuite : « La tromperie certaine a tué le désir. Façonné pour la prêtrise à force d’orgueil, il y renonce par orgueil »47.

32La première partie du roman se termine sur le mot qu’écrit Léonard à son confesseur où il annonce sa décision irrévocable de ne pas devenir religieux et de changer de directeur de conscience. L’entreprise des jésuites semble avoir échoué. La deuxième partie va montrer que l’empreinte laissée par cette éducation est indélébile et empêche Léonard de réussir dans une autre voie, d’être heureux. C’est là la thèse centrale du roman qu’Estaunié va placer dans la bouche de Jouques, le meilleur ami de Léonard :

  • 48 Ibid., p. 99.

Il est étrange qu’analysant ton mal avec cette précision tu demeures incapable d’y porter remède. Il y a dans ton être je ne sais quelle impatience inexplicable, une faim d’inconnu que rien ne satisfait. Je me demande parfois si elle ne résulte pas [...] d’une empreinte originelle, d’un choc en retour d’éducation, par exemple, agissant à distance et dont les années n’ont pu atténuer l’effet48.

33Léonard ressasse longuement les conséquences de sa formation / déformation initiale :

L’arbre garde la forme de l’arbuste […] Si loin que je remonte, je découvre en moi une déformation initiale. Elle fut le résultat d’efforts patients […] Une personnalité amoindrie, le goût des opinions reçues […] Pour faire de moi le soumis qu’ils voulaient, ils ont amusé ma volonté comme ils avaient amusé mon esprit […] Voilà ce qui est effrayant, ils ont pétri ma conscience ».

  • 49 Cité par Philippe Boutry, op. cit. p. 103.

Ce terme amusé répété deux fois semble faire écho à un texte de Michelet lors de sa quatrième leçon : « Ce fut là, le miracle de l’enseignement de la société de Jésus […] l’amuser par la fumée pour l’éloigner de la gloire »49.

  • 50 Édouard Estaunie, op. cit., p. 104.
  • 51 Ibid., p. 161.
  • 52 Ibid., p. 161.
  • 53 Ibid., p. 131.
  • 54 Ibid., p. 185.
  • 55 Ibid., p. 138.
  • 56 Ibid., p. 190.

34Sept ans après avoir quitté le collège Saint-Louis de Gonzague, Léonard traîne un mal de vivre irrépressible. Toute vie amoureuse ou sexuelle est impossible pour lui. Inapte à aimer il ne peut répondre aux sentiments de Madeleine, la sœur de son ami Jouques. Il n’en éprouve pas moins des désirs, d’autant plus exacerbés qu’ils restent inassouvis. « Vierge, il connaissait en esprit les dépravations et jouissait d’imaginations expertes »50. Sa chair est donc bien souvent révoltée et il finit par lui concéder de quoi se satisfaire, lors de sa relation avec Marcelle, mais il a tôt fait de se dégoûter et de se mépriser d’être « esclave de son plaisir »51. Et pour cause : « Si le corps avait échappé au cylindrage de l’éducation initiale, l’âme, elle, n’avait point résisté. Trop souvent on avait dit devant elle que l’amour est une abomination. Façonnée pour la prêtrise, elle était veuve à jamais »52. Le bon élève Léonard a l’impression de n’être plus qu’un raté53, de se complaire aux idées reçues, et d’être resté prisonnier des grilles d’analyse et de la méthode du plan auxquelles le père Labre a façonné son esprit54. Il n’est même pas capable de regarder en face l’effondrement de toutes ses croyances religieuses de jadis : « Même devant l’évidence, il ne pourrait jamais accorder cela »55. Alors que ses raisonnements le conduisent tout naturellement à l’athéisme ou au panthéisme, « [ses] sensations appellent un dieu » : « Je sens que je ne puis vivre s’il n’est pas »56.

  • 57 Ibid., p. 200.

35Le roman se termine sur une entrevue entre Propiac et Léonard. Celui-là sait tout des souffrances et des errements de son ancien élève auquel il propose une nouvelle fois d’entrer dans les ordres n’ignorant pourtant pas son absence de foi mais il affirme à Léonard : « Vous ne mentirez pas. Il reviendra. Dieu ne se démontre pas ; il est une habitude du cœur »57. Léonard se soumet et tente un pari désespérant et glacé.

Polysémie de L’Empreinte et lectures de l’antijésuitisme

Un roman autobiographique ?

36L’Empreinte s’apparente aux romans d’apprentissage qui narrent l’évolution d’un héros jeune qui à la fin du roman a tiré un certain nombre de leçons, et plus précisément encore aux romans d’éducation, bildungsroman, qui ont fait florès au XIXe siècle : la trilogie de Vallès, les romans d’éducation anarchistes Biribi, Bas-les-coeurs ! de Georges Darien, L’Abbé Jules et Sébastien Roch d’Octave Mirbeau en sont quelques exemples.

  • 58 Guillemette Tison, op. cit.

37Un certain nombre de romans d’apprentissage sont d’ailleurs centrés sur l’école. Guillemette Tison émet l’hypothèse d’une certaine corrélation entre le développement du genre romanesque d’une part, celui de l’école d’autre part et le nombre de romans mettant en scène l’école58. La plupart de ces romans d’apprentissage sont des romans autobiographiques, c’est le cas de L’Empreinte. Avant d’exposer en quoi L’Empreinte constitue une œuvre autobiographique, on peut, au passage, se demander quelle est la valeur heuristique pour l’historien, de la clef autobiographique. En poussant le phénomène à la caricature, cela ne revient-il pas à traiter l’œuvre romanesque, comme une source parmi d’autres, d’autant plus valable que proche de l’expérience vécue alors que l’institution de la littérature suppose distance et transposition entre expérience vécue et écriture.

  • 59 Georges Cesbron, Édouard Estaunié : romancier de l’être, Genève, Droz, 1977.
  • 60 De nos jours École Sainte-Geneviève, dite Ginette, à Versailles.

38Pour apprécier la part d’autobiographie, nous disposons de la correspondance d’Estaunié, de l’ensemble de son œuvre romanesque analysé par Georges Cesbron qui fait de L’Empreinte le « roman des origines »59, et surtout de ses Souvenirs rédigés entre 1937 et 1941. Cela évidemment ne va pas sans soulever des difficultés car il s’agit d’un texte écrit au soir de la vie d’Édouard Estaunié, plus de quarante après L’Empreinte. Les Souvenirs sont aussi un texte de composition. Si Léonard Clan ne traduit certes pas l’intégralité de la personnalité d’Édouard Estaunié qui se distribue aussi dans d’autres personnages, il est indubitable que son personnage est nourri pour l’essentiel des expériences de jeunesse de l’auteur et en tout premier lieu de ses années vécues dans les collèges jésuites, le collège Saint-Ignace à Dijon, puis à Paris où Estaunié prépare pendant deux ans le concours de Polytechnique à l’École dite des Postes, rue Lhomond60.

39Estaunié a souffert de cette formation et dans ses Souvenirs, il évoque les années de préparation aux grandes écoles à Sainte-Geneviève :

Je ne puis me rappeler sans une sorte de révolte intérieure ce soir d’entrée […] ; subitement l’entrée en prison. Des deux années que je passais aux Postes, je ne dirai rien pour le moment sinon qu’elles me paraissent encore à distance les pires de ma vie ».

  • 61 « Si j’avais été pensionnaire dans un lycée, le souvenir de mes études me serait cruel et je le cha (...)
  • 62 Pierre Loti, Le Roman d’un enfant, Paris, Calmann-Lévy, 1890, chapitre XLIX.
  • 63 Édouard Estaunie, Souvenirs, op. cit., p. 59.
  • 64 Ibid., p. 108.
  • 65 Ibid., p. 153.

Le mot de prison ne doit pas nous étonner, Anatole France et Jules Vallès parlent de bagne pour évoquer les internats61. Pierre Loti, bien qu’externe, souffre terriblement de son entrée au collège dans lequel il sent son « intelligence se rétrécir »62. Estaunié a toujours dit qu’il avait des difficultés en mathématiques alors qu’il est dans une des classes préparatoires pour Polytechnique : « j’étais martyrisé dans celle [classe] du Père Saussié, au point de faire demander officiellement de ne jamais être interrogé, ce qui me fut accordé avec joie, tant j’étais médiocre mathématicien »63. Léonard Clan est orphelin, Édouard Estaunié est orphelin de père et entretient une relation fusionnelle avec sa mère. Pour autant, les deux parcours ne se confondent pas. Édouard Estaunié est au contact de prêtres divers bien avant son entrée chez les jésuites. Il a d’abord été instruit par l’abbé Saraméa, son répétiteur, passionné de grec au « point de réciter son office dans cette langue » et son précepteur, l’abbé Dupuy64. Estaunié, enfant, accompagne son grand-père chaque dimanche aux vêpres chez les dominicains dijonnais avec lesquels il entretient des relations charmantes jusqu’à ce que les jésuites dont Estaunié fréquentait le collège exigeassent qu’il fît ses vêpres chez eux. Toutefois, une amitié entre Estaunié et le père dominicain Maumus dure toute sa vie. « J’ai connu au cours de mon existence nombre de prêtres de caractère fort différent, et dont la plupart passèrent devant moi comme des ombres sans laisser de traces »65. Cette affirmation semble contredire l’identification au personnage de Léonard qui lui, garde une empreinte indélébile. Estaunié tire toutefois de l’ombre un professeur qui « présida durant trois ans » à ses études au collège Saint-Ignace. « Il se nommait Carruel, j’en ai donné une vague esquisse dans L’Empreinte sous le nom de Père Boijol […] C’était un professeur remarquable, il avait l’art d’animer son enseignement et de rendre la classe toujours plaisante ». En outre le père Carruel s’occupait du théâtre, ce qui donnait à Estaunié de nombreuses occasions de le rencontrer. L’auteur des Souvenirs ajoute : « Une seule note un peu douteuse dans nos relations : des railleries fréquentes et assez lourdes sur mon intention d’entrer à Polytechnique. Il affectait aussi de ne pas croire à une vocation littéraire possible, si bien que sans jamais en rien dire, il suggérait cependant l’idée du noviciat comme seul refuge pour un bonhomme de ma sorte ». Ce qui constitue le thème central du roman apparaît de façon très estompée ici. Estaunié ne reproche rien de très violent à ses professeurs sans être vraiment attaché à aucun. Lorsqu’il quitta Saint-Ignace pour les Postes, il ne regretta que Carruel.

40La convergence entre les deux parcours reste donc limitée. Estaunié sait ce qu’il veut faire, Polytechnique. Faut-il rappeler que le père qu’il n’a pas connu fut lui-même un brillant polytechnicien ? Pas de trace dans ses Souvenirs d’un père jésuite ressemblant à Propiac. Pas d’explications non plus sur les raisons qui lui firent quitter les Postes au bout de deux ans pour aller au lycée Bossuet. Léonard est un personnage de composition. La description de la figure de Serrus, dans les Souvenirs, un des deux amis d’Estaunié au collège des Postes, « orphelin de père et de mère […] possesseur d’une grande fortune, dans les griffes d’un tuteur détesté », a pu fournir quelques traits au personnage de Léonard. Ce qui est certain, c’est qu’au moment où Estaunié rédige L’Empreinte, après une vive crise religieuse, il a adhéré au comtisme. Lui-même a décrit cette évolution dans ses Souvenirs :

  • 66 Ibid., p. 146.

J’ai pour mon compte ainsi parcouru trois étapes. La première fut un essai d’adaptation mathématique aux exigences d’une foi que j’avais eue très vive, que je sentais s’en aller et que je n’ai jamais cessé de regretter […] La lecture de Spencer acheva de me montrer combien toutes les qualités attribuées à la divinité sont en fait contradictoires et c’est pourquoi j’entrai dans la seconde étape […] j’entrai dans le comtisme comme on se réfugie dans un port à l’abri des vents […] Durant cette époque, j’écrivis L’Empreinte »66.

La troisième étape fut métaphysique.

41La clef autobiographique ne suffit pas à rendre compte de la virulence des attaques d’Edouard Estaunié contre les jésuites.

« Une œuvre documentaire »

42Dans ses Souvenirs, Estaunié qualifie L’Empreinte et Le Ferment d’œuvres documentaires. Il faut sans doute entendre par là la description d’une réalité qui concernait tout un groupe, d’un dilemme qui avait marqué en partie une génération. D’ailleurs la construction même du roman incite à aller dans ce sens. Il s’ouvre sur une description des jésuites de Saint-Louis de Gonzague, il n’y a que très peu d’éléments sur le personnage central dont on apprend seulement au troisième chapitre qu’il est orphelin et dont il n’est donné aucune description physique. Par rapport aux personnages de Sébastien Roch ou de Jules dans Le Scorpion, le personnage de Léonard est moins individualisé. L’Empreinte se fait l’écho des engagements et des contradictions éventuelles d’une génération d’un triple point de vue, religieux, politique et social.

  • 67 Félix Le Dantec, 1869-1917, biologiste ayant travaillé avec Pasteur
  • 68 Édouard Estaunie, Souvenirs, op. cit., p. 122.

43L’écartèlement entre la nostalgie d’une foi, devenue impossible mais nécessaire au sentiment, et les exigences de la raison est aussi le fait d’un moment historique et d’une génération. Estaunié rencontra quelques années après la publication de L’Empreinte, Félix Le Dantec67 qui venait de publier L’Athéisme. Il y dresse un portrait dans lequel le divorce entre les aspirations et la raison ne s’est pas construit de la même façon mais qui aboutit à un état proche de celui de Léonard Clan. « Enfant chéri de Renan, disciple convaincu de Claude Bernard et de Taine, mais pétri d’hérédité bretonne, il se sentait écartelé entre le besoin de religion et l’impératif matérialiste dicté par sa raison »68.

  • 69 Sur les écrivains catholiques anticléricaux, Corinne Bonafoux, « L’anticléricalisme des écrivains c (...)

44L’Empreinte se situe aussi dans une phase d’anticléricalisme, de sécularisation de la société et d’antijésuitisme qui s’inscrivent dans un temps plus long. Pour en rester au seul XIXe siècle, la congrégation interdite en 1828 ferme tous ses établissements en France métropolitaine. La loi Falloux donne le départ d’une nouvelle période de reconquête stoppée par l’exil de 1880 consécutif aux décrets de mars. Ces décrets n’étant pas appliqués de façon drastique, un enseignement jésuite se poursuit sous divers arrangements. Il y a eu un pic d’antijésuitisme au début des années 1840 dans le contexte politique du débat sur la liberté de l’enseignement pour le secondaire. Ce moment a été marqué par les conférences d’Edgar Quinet et de Michelet au Collège de France. C’est dans le contexte d’un affrontement radical entre la République et les catholiques ponctué par les lois de 1886 creusé encore par l’opposition entre dreyfusards et antidreyfusards, qu’Estaunié écrivit L’Empreinte. Pourtant la situation des jésuites depuis les décrets de 1880 reste précaire. Dans la polémique contre les jésuites, les cours au Collège de France de Quinet et Michelet ont constitué un moment fort. Les romans anticléricaux sont fort nombreux, la figure du prêtre indélicat un topos, ceux d’Estaunié appartiennent d’une certaine façon à un groupe plus restreint, un anticléricalisme de l’intérieur dans la mesure où l’auteur comme le personnage ont profondément adhéré à une foi et un système de valeurs catholiques69.

  • 70 Waldeck-Rousseau est alors chef du gouvernement, discours du 25 mars 1901.
  • 71 Édouard Estaunie, L’Empreinte, op. cit., p. 114

45La dénonciation de l’influence des religieux sur l’esprit des enfants fut un des grands thèmes de la lutte contre les congrégations. Et l’on ne peut que souligner que le terme empreinte connut après le roman d’Estaunié une vraie fortune pour désigner ce phénomène. Waldeck-Rousseau en mars 1901 l’utilise à son tour : « On redoute que les Congrégations ne forment dans l’État un État […] et vous allez leur confier les intelligences qui s’éveillent à peine à la vie de l’esprit, cette argile précieuse, malléable, impressionnable, qui gardera toujours le sceau de la première empreinte »70. Le deuxième grief est politique et dénonce la collusion de l’Église catholique et du parti royaliste qu’Estaunié reporte sur la conférence Olivaint : « sans doute, on s’y interdisait de parler politique, cependant l’histoire – qui, elle, n’est d’aucun parti – permettait d’y justifier l’émigré et de déclarer que ce courageux serviteur du roi fut chassé moins par la crainte de son propre péril que par le désespoir de ne pouvoir secourir la Royauté. La même neutralité permettait de condamner 1830 »71.

  • 72 Sur ce point, cf. l’article de Pierre Michel, spécialiste d’Octave Mirbeau « Octave Mirbeau et Stan (...)

46Un autre contentieux a largement influencé les positions d’Édouard Estaunié et appartient au contexte de la rédaction du roman même s’il n’apparaît pas dans le roman qui correspond aux années de collège de l’auteur vers la fin des années 1870. Estaunié est dreyfusard et partage avec Mirbeau l’idée que l’affaire Dreyfus est en partie un crime jésuite. Le père Stanislas Du Lac qui était recteur au collège Sainte-Geneviève, dans les années durant lesquelles Estaunié y était scolarisé, est devenu le confesseur du général de Boisdeffre. Il passe pour être le maître à penser du haut État-Major, et est, à tort ou à raison, considéré par les dreyfusards, et notamment par leur premier historien, Joseph Reinach, comme l’un des leaders spirituels des antidreyfusards, ce qui amène Mirbeau à conclure que « l’affaire Dreyfus est un crime exclusivement jésuite »72.

47Enfin, L’Empreinte comporte aussi des bribes de critique sociale qui formeront l’essentiel de l’argument d’un des romans postérieurs d’Estaunié, Le Ferment. Si les collèges jésuites scolarisent essentiellement les enfants des milieux très aisés, les jésuites jettent leur dévolu sur des enfants pauvres ou isolés : Léonard est orphelin. Dans Le Ferment, le personnage principal se voit proposer d’entrer au séminaire qui sera gratuit. Estaunié lui-même reprend ce thème dans La Vie secrète « Pourquoi même était-il devenu prêtre ? Voilà, on naît dans une ferme, les parents sont très pauvres, le gosse plaît au curé ». Le deuxième élément de critique sociale tient à la question des débouchés des polytechniciens. Cela peut paraître un peu étrange et dans une de ses recensions, le P. Bremond notera qu’ils ne forment pas la catégorie la plus touchée.

48Un des grands motifs de déception de Léonard est que malgré son passage par Polytechnique, il ne trouve pas de situation dans le monde et son ambition est déçue. Ce thème constitue le ressort du drame dans Le Ferment et l’on sait qu’Estaunié lui-même, à la sortie de l’École, ne trouva pas de poste tout de suite et dut finalement compléter sa formation.

  • 73 L’étude de Guillemette Tison fait une part écrasante aux romans se référant à l’école laïque. Claud (...)

49L’Empreinte témoigne aussi d’une période où une éducation traditionnelle entre en tension avec les droits de l’enfant et il faut replacer les critiques d’Estaunié contre le collège jésuite dans un ensemble plus vaste. De nombreux romanciers ont décrit le travail de formatage des intelligences opéré par l’école et l’ont généralement conspué. Plusieurs ouvrages ont étudié la représentation de l’école dans le roman, mais l’école catholique y est quasiment absente si ce n’est par la citation d’un ou deux romans les plus connus comme ceux de Mirbeau ou de Zola73.

La réception de L’Empreinte

  • 74 Gaston Deschamps, Le Temps, 13-10-1895, Georges Pelissier, Revue encyclopédique 1895, p. 443 ; Geor (...)

50L’Empreinte a connu un succès certain qu’Estaunié rappelle dans ses Souvenirs mais dont témoignant aussi des critiques parues dans des quotidiens ou des revues74. Au moment de la parution, les journaux qui émettent une recension n’appartiennent pas à la sphère catholique et saluent la vérité ou l’aspect très documenté du roman tout en émettant un certain nombre de critiques. Rachilde dans Le Mercure de France résume rapidement l’ouvrage et conclut : « Écrit malheureusement dans la langue démodée des naturalistes, ce roman est une œuvre très consciencieuse, faite avec le soin méticuleux de quelqu’un qui frappe d’autant plus fort qu’il frappe sans passion ». Le Temps consacre trois colonnes à L’Empreinte, Gaston Deschamps y résume le roman de façon précise en insistant sur la multitude incroyable de titres qui « amusent l’innocente vanité » des élèves et conclut ainsi : « depuis Le Maudit, je crois que l’on n’avait pas exposé sur la place publique des prêtres aussi ténébreux. Propiac surtout est effrayant. Ce n’est pas le lieu d’étudier la pédagogie jésuite et celle de l’Université ni de comparer ces deux systèmes qui d’ailleurs se touchent sur plus d’un point ». Gaston Deschamps doute que les enfants et les jeunes soient cette cire molle dans laquelle il serait si facile de marquer une empreinte. « Le remarquable ouvrage de M. Estaunié est un article de foi trop étroite à la théorie des milieux. Ses jésuites de proie sont trop continuellement fascinateurs [… J’aurais voulu que cet observateur pénétrant nous fît voir, au lieu de cette synthèse un peu chargée, les traits communs que l’éducation jésuitique peut laisser dans les tempéraments les plus divers. Les exemples ne manquent pas depuis Voltaire jusqu’à Marcel Prévost ».

  • 75 Henri Bremond, « M. Estaunié et le roman de l’école centrale », Études, novembre 1899, p. 511-526
  • 76 Ibid, p. 523.

51Les Études n’ont pas donné de recension de L’Empreinte mais, après la parution du Ferment, Henri Bremond consacre un article de quinze pages à « Estaunié et le roman de l’École centrale ». Dans cet article, L’Empreinte est plusieurs fois citée : « Ancien élève des jésuites, M. Estaunié a écrit jadis contre eux un livre fort méchant. Je n’ai pas à répondre ici à L’Empreinte. Des raisons purement littéraires m’amèneront à rapprocher deux œuvres presque jumelles »75. Bremond fait une critique assez fine en soulignant que dans L’Empreinte comme dans Le Ferment, Estaunié veut montrer une évolution, comment un jeune homme est transformé par l’empreinte jésuite ou comment un jeune ingénieur devient un voyou sans scrupules mais dans l’un comme dans l’autre cas, il n’y a pas d’évolution des personnages. Selon Henri Bremond, une énorme ambition et une certaine sécheresse de cœur sont là dès les débuts du roman. « On s’explique mieux comment la vie de ce pauvre Léonard a été manquée. Car il était vraiment par trop invraisemblable d’admettre que dans une âme vivante – d’ailleurs peu docile et très fière – les Pères de Nevers aient pu si facilement et si vite tarir toutes les sources de tendresse »76. De même, Henry Bordeaux revient sur L’Empreinte à l’occasion de la sortie du Ferment.

  • 77 La Revue hebdomadaire, 29 avril 1899, p. 695.

Son dernier roman, L’Empreinte, fit quelque tapage. À la suite de M. Octave Mirbeau (Sébastien Roch) et de M. Marcel Prévost (Le Scorpion), il analysait dans une âme de jeune homme le résultat d’une éducation religieuse […] C’est aux jésuites qu’il en voulait. M. Marcel Prévost, lui, n’avait montré que la lutte dans un cœur sentimental de l’éducation austère et des plaisirs de la chair : il va sans dire que la chair triomphait […] L’Empreinte, c’était la marque ineffaçable apposée par l’enseignement religieux […] Il a désormais un âme de prêtre […] il demeure seul, l’esprit souffrant, l’âme blessée »77.

Henry Bordeaux remarque que Léonard est livré à lui-même six ou sept ans après la sortie du collège et doute que le formatage des jésuites soit seul responsable. « Il y a dans L’Empreinte un père Propiac qui eût réjoui Eugène Sue ».

52Les critiques se rejoignent sur un point : la thèse de l’empreinte indélébile laissée dans l’âme de Léonard apparaît au critique du Temps comme à celui des Études, une explication trop mécaniste. Le fait de ne pas connaître Léonard avant ses 16-17 ans renforce ce déterminisme. Encore faut-il rappeler que Léonard est orphelin de père et de mère, cet élément peu développé dans le roman et peu rappelé par les critiques explique pour une large part l’influence que les jésuites purent exercer sur lui.

  • 78 Publié en 1896 chez Lemerre.
  • 79 Sur ce point de Pierre Michel, Octave Mirbeau, Actes du colloque international d’Angers, Presses de (...)
  • 80 Marcel Prevost, Le Scorpion, p. 8.

53L’Empreinte renvoie donc à une expérience autobiographique qui a conduit Estaunié des collèges jésuites à l’athéisme et au comtisme mais témoigne aussi de la crise spirituelle d’une génération et d’un climat anticlérical. L’Empreinte constitue avec Sébastien Roch d’Octave Mirbeau qui paraît en feuilleton dans L’Écho de Paris en 1890 et Le Scorpion de Marcel Prévost78 une trilogie de romans qui, en à peine six ans, choisissent comme personnage principal le collège jésuite. Peut-on parler d’un moment du collège jésuite dans le roman comme un épiphénomène des romans d’apprentissage ? Le roman d’Octave Mirbeau comporte des critiques similaires contre l’éducation jésuite : l’abrutissement des esprits, le conditionnement religieux mais le point central du roman est constitué par le viol de Sébastien Roch par le père de Kern. Estaunié n’évoque pas Mirbeau dans ses Souvenirs bien que les deux hommes aient échangé une correspondance amicale79. Dans Le Scorpion, Jules est voué à la prêtrise, dès son plus jeune âge par son frère, mais va se sentir une vocation particulière pour entrer chez les jésuites. Après le séminaire de Bordeaux, il est finalement envoyé à l’école Sainte-Geneviève, rue des Postes à Paris. Le terme scorpion est donné par les élèves à leurs condisciples en soutane80. Le ressort du roman de Marcel Prévost est le conflit entre le désir sexuel de Jules et le dégoût et le remords qui résultent du passage à l’acte et qui conduisent Jules à la mort. Marcel Prévost a été un condisciple d’Estaunié, rue des Postes. Le roman d’Estaunié très documenté sur les divers aspects de la vie dans un collège jésuite trace un portrait de jésuites manipulateurs et froids. Ce moment littéraire n’est qu’une étape dans un discours sur l’école et dans un antijésuitisme de longue durée.

  • 81 Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’a (...)

54L’ouvrage récent sur Les Antijésuites81 à l’époque moderne aide à comprendre ce processus de « cristallisation » selon l’expression de Philippe Boutry. Certains ont parlé de mystère pour désigner la récurrence, le ressassement de l’antijésuitisme ou souligné la structure d’un mythe jésuite. Philippe Boutry a essayé de démêler ce qui ressortissait des vieux motifs de l’antijésuitisme et ce qui était nouveauté ou adaptation au temps. Les usages littéraires du « mythe jésuite », la définition et l’analyse d’un corpus romanesque constitueraient une avancée non négligeable pour comprendre la prégnance et l’évolution des traits de l’antijésuitisme.

Notes

1 Édouard Estaunié est né à Dijon en 1862.

2 Édouard Estaunie, Souvenirs, Librairie Droz, 1973, p. 175.

3 Ibid., p. 172.

4 Édouard Estaunie, L’Empreinte, Le livre moderne illustré, Ferenczi & fils éditeurs, 1925, p. 8. Toutes les références à L’Empreinte renvoient à cette édition.

5 Cette question s’est vue en partie renouvelée dans un numéro récent des Annales. Histoire, Sciences sociales (2010/2) sur « Les savoirs de la littérature ».

6 Édouard Estaunie, L’Empreinte, op. cit., p. 7

7 Ibid., p. 8-9.

8 Ibid., p. 9.

9 Ibid., p. 11.

10 Ibid., p. 11.

11 Ibid., p. 11.

12 Ibid., p. 12.

13 Ibid., p. 13.

14 Ibid., p. 188.

15 Ibid., p. 13.

16 Ibid., p. 49.

17 Ibid., p. 51.

18 Ibid., p. 49.

19 Ibid., p. 17

20 Voir Guillemette Tison, Le Roman de l’école au XIXe siècle, Belin, 2004, « La question du latin », p. 155-157.

21 Édouard Estaunie, op. cit., p. 26.

22 Ibid., p. 27.

23 Ibid., p. 51.

24 Jean-Yves Calvez, « Le Ratio, charte de la pédagogie des jésuites », Études, Revue mensuelle, septembre 2001. Il faudrait affiner ces remarques en contextualisant plus précisément ce qui est dit de la pédagogie jésuite. Pour l’époque moderne, cf. Adrien Demoustier, « Les jésuites et l’enseignement dans une société chrétienne » in L’Église et l’éducation, mille ans de tradition éducative, Laurent Cornaz (dir.), L’Harmattan, 1995, p. 101-120.

25 Plus usuellement appelé Paroissien.

26 Édouard Estaunie, op. cit., p. 23.

27 Ibid., p. 24.

28 Ibid., p. 136.

29 Ibid., p. 31.

30 Ibid., p. 30.

31 Ibid., p. 23.

32 Ibid., p. 28.

33 Ibid., p. 30.

34 Ibid., p. 36.

35 Ibid., p. 40.

36 Ibid., p. 40.

37 Ibid., p. 41.

38 Ibid., p. 41.

39 Ibid., p. 42.

40 Ibid., p. 42.

41 Ibid., p. 48.

42 Ibid., p. 58.

43 Ibid., p. 71.

44 Ibid., p. 85.

45 Ibid., p. 91.

46 Jules Michelet, Des Jésuites, sixième leçon, cité par Philippe Boutry, « Edgar Quinet et le mythe jésuite en 1843 : nova et vetera » in Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 98.

47 Édouard Estaunie, op. cit., p. 89.

48 Ibid., p. 99.

49 Cité par Philippe Boutry, op. cit. p. 103.

50 Édouard Estaunie, op. cit., p. 104.

51 Ibid., p. 161.

52 Ibid., p. 161.

53 Ibid., p. 131.

54 Ibid., p. 185.

55 Ibid., p. 138.

56 Ibid., p. 190.

57 Ibid., p. 200.

58 Guillemette Tison, op. cit.

59 Georges Cesbron, Édouard Estaunié : romancier de l’être, Genève, Droz, 1977.

60 De nos jours École Sainte-Geneviève, dite Ginette, à Versailles.

61 « Si j’avais été pensionnaire dans un lycée, le souvenir de mes études me serait cruel et je le chasserais. Mais mes parents ne me mirent point à ce bagne » écrivait Anatole France en 1885 dans Le Livre de mon ami (cité par Guillemette Tison, op. cit., p. 107).

62 Pierre Loti, Le Roman d’un enfant, Paris, Calmann-Lévy, 1890, chapitre XLIX.

63 Édouard Estaunie, Souvenirs, op. cit., p. 59.

64 Ibid., p. 108.

65 Ibid., p. 153.

66 Ibid., p. 146.

67 Félix Le Dantec, 1869-1917, biologiste ayant travaillé avec Pasteur

68 Édouard Estaunie, Souvenirs, op. cit., p. 122.

69 Sur les écrivains catholiques anticléricaux, Corinne Bonafoux, « L’anticléricalisme des écrivains catholiques Barbey d’Aurevilly et Léon Bloy », in L’anticléricalisme croyant, 1860-1914. Jalons pour une histoire, Christian Sorrel (dir.), Université de Savoie, 2004, p. 77-105.

70 Waldeck-Rousseau est alors chef du gouvernement, discours du 25 mars 1901.

71 Édouard Estaunie, L’Empreinte, op. cit., p. 114

72 Sur ce point, cf. l’article de Pierre Michel, spécialiste d’Octave Mirbeau « Octave Mirbeau et Stanislas Du Lac », http://membres.multimania.fr/fabiensolda/darticles%20francais/ PM-OM % 20et % 20Du % 20Lac.pdf

73 L’étude de Guillemette Tison fait une part écrasante aux romans se référant à l’école laïque. Claude Pujade-Renaud dans L’École dans la littérature, Éditions ESF, 1986 ne distingue pas non plus écoles catholiques et écoles publiques mais de fait les écoles et collèges catholiques sont absents de son analyse.

74 Gaston Deschamps, Le Temps, 13-10-1895, Georges Pelissier, Revue encyclopédique 1895, p. 443 ; Georges Pelissier, « Le prêtre dans le roman français moderne », Revue des revues, XXX (1-7-1899) p. 39-51 et 257-265 ; Rachilde, Mercure de France, janvier 1896, p. 134.

75 Henri Bremond, « M. Estaunié et le roman de l’école centrale », Études, novembre 1899, p. 511-526

76 Ibid, p. 523.

77 La Revue hebdomadaire, 29 avril 1899, p. 695.

78 Publié en 1896 chez Lemerre.

79 Sur ce point de Pierre Michel, Octave Mirbeau, Actes du colloque international d’Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1992 et cf. « Octave Mirbeau, Edouard Estaunié et l’Empreinte », http://www.scribd.com/doc/2447811/Pierre-Michel-Octave-Mirbeau-Edouard-Estaunie-et-lempreinte-

80 Marcel Prevost, Le Scorpion, p. 8.

81 Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 98.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search