Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Les jésuites et le monde des Lettres

Le « mois littéraire » du père Varillon

Étienne Fouilloux

Texte intégral

  • 1 « Jean Giono », Études, 5 et 20 février 1937, p. 337-351 et 469-483 ; « La vocation de P. Claudel » (...)

1Né à Bron en 1905, François Varillon entre dans la Compagnie de Jésus en 1927, après avoir obtenu une licence de lettres, préparée aux Facultés catholiques de Lyon. Paul Claudel, rencontré en 1934, lui permet de concilier sa vocation religieuse et sa vocation littéraire. Il aurait pu, ensuite, mener une carrière de critique, amorcée par des articles prometteurs sur les romans de Jean Giono ou sur l’art poétique de Claudel1. Il aurait pu, aussi, mener une carrière de professeur de lettres et de philosophie, amorcée avec succès dans l’externat lyonnais de la Compagnie à la charnière des années 1930 et 1940.

  • 2 Pour un aperçu d’ensemble de l’itinéraire du jésuite, voir Étienne Fouilloux, François Varillon, Es (...)

2Les circonstances, et ses supérieurs, en décidèrent autrement. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est conduit à consacrer l’essentiel de son ministère à l’accompagnement intellectuel et spirituel de jeunes gens, de jeunes foyers… ou de leurs aînés, cadres moyens et supérieurs de la société lyonnaise, puis française. Il est notamment aumônier national adjoint de l’Association catholique de la jeunesse française entre 1945 et la disparition du mouvement en 1956. De façon précoce, il constate dans ces milieux un décalage croissant entre la qualité de la formation technique ou professionnelle et l’indigence, selon lui, de la culture générale comme de la culture religieuse. Aussi leur propose-t-il après 1945 deux séries de conférences publiques de remise à niveau : une série religieuse, sorte de catéchisme supérieur pour jeunes adultes, qui diffuse le catholicisme éclairé de la « nouvelle théologie française », celle des pères Congar ou de Lubac ; la série culturelle qui nous retient ici. Et ce pendant un quart de siècle, de l’année scolaire 1946-1947 à l’année scolaire 1970-19712.

Manière

  • 3 On ignore les raisons de la perte du groupe intermédiaire, dont d’autres documents attestent l’exis (...)

3Les papiers Varillon des archives de la Compagnie de Jésus en France conservent les tapuscrits, avec ajouts manuels, de deux groupes de causeries : pour les années 1946-1947 à 1951-1952, sous le titre de « Mois intellectuel » ; et pour les années 1964-1965 à 1970-1971, sous le titre de « Mois littéraire »3. Á raison de quinze pages dactylographiées par séance, en moyenne, et de six causeries d’octobre ou novembre à mars ou avril, cela représente environ 1200 pages de texte.

4On pourrait facilement intervertir les titres des deux ensembles conservés. Car le « Mois intellectuel » des débuts est en fait une sélection de l’actualité littéraire, mais aussi cinématographique, théâtrale ou musicale lyonnaise. Ainsi le 6 novembre 1950, Varillon présente le Docteur Faustus de Thomas Mann et Moïra de Julien Green, avant un premier intermède sur Mikrokosmos, pièces pour piano de Béla Bartók ; il continue par La souffrance de l’abbé Maurice Nédoncelle et les Lettres françaises à Merline de Rainer Maria Rilke ; après un second intermède sur les films Orphée de Jean Cocteau et Justice est faite d’André Cayatte, il termine par Psychologie de la colonisation d’Octave Mannoni et Lazare parmi nous de Jean Cayrol. Au contraire, le « Mois littéraire » des années 1960, qui ne suit plus qu’épisodiquement l’actualité culturelle, inclut nombre d’ouvrages de réflexion, à caractère philosophique ou religieux, sur demande des auditeurs semble-t-il. Le 9 janvier 1971, Varillon signale ainsi La Réforme de Luther, de Joseph Lortz, Le Roi des aulnes de Michel Tournier, prix Goncourt 1970, Les Poneys sauvages de Michel Déon, Voronej de Nella Bielski, Élisabeth ou Dieu seul le sait de Didier Decoin, Théologie de l’histoire de Hans Urs von Balthasar et enfin Le hasard et la nécessité de Jacques Monod.

  • 4 Sur : Hervé Bazin, La Tête contre les murs ; Louis Guilloux, Le Jeu de patience ; Robert Merle, Wee (...)

5L’abondance des deux listes met sur la voie de la manière du conférencier Varillon. Chaque premier lundi du mois en soirée, salle Sainte-Hélène à Lyon, puis à Genève la deuxième semaine et à Paris, la seconde quinzaine, il présente à son public le bouquet des livres et autres productions culturelles qu’il a retenus, sans en fournir une analyse critique approfondie. Son but est autre : inciter à la lecture et donc piquer la curiosité des auditeurs, les guider dans leurs choix, voire les mettre en garde contre certains ouvrages sans pour autant déconseiller de les lire : « la plupart des livres dont je vous entretiendrai aujourd’hui sont des livres dont […] il faut conseiller la lecture avec discernement », précise-t-il le 9 janvier 19514.

6De ce parti pris extensif, plutôt qu’intensif, découlent plusieurs des procédés du conférencier Varillon. Ses choix dépendent certes de la production éditoriale du ou des mois précédents, dont il lui arrive de regretter la faiblesse. « La saison s’ouvre cette année sous le signe de la pauvreté », note-t-il ainsi en novembre 1950. Chaque année a aussi ses passages obligés : quelques conseils pour les cadeaux de fin d’année début décembre ; un examen souvent sévère de la saison des prix littéraires en janvier ; des orientations pour les lectures de vacances, parfois austères, au printemps. Quels que soient pourtant les impératifs de l’actualité, l’orateur consommé qu’est le jésuite, dont la voix grave et profonde acquiert vite une certaine célébrité entre Saône et Rhône, puis au-delà, compose son menu de façon variée, avec des incursions dans d’autres domaines culturels et en jouant sur les contrastes. En novembre 1969, après avoir salué le prix Nobel de Samuel Beckett, il conseille Papillon d’Henri Charrière : « on dira que c’est naïf, et l’on aura bien tort. Ce n’est pas à un truand qu’il faut proposer un discours cohérent sur la recherche de l’absolu ».

7De manière générale, les choix du jésuite sont exigeants, du point de vue de la forme comme du fond, mais ils ne le détournent pas, à l’occasion, de plaisirs simples, surtout quand ils viennent de Lyon. « Je ne sais si les romans de Bernard Clavel sont du grand art ou de la grande littérature. Mais j’avoue simplement que je m’en moque, et je ne vois pas pourquoi je m’imposerais de n’être plus, comme on dit, “bon public” », dit-il à propos du Tambour du bief, en novembre 1970. Dans le registre littéraire, deux types de présentation alternent, au gré de l’inspiration, pour mieux appâter l’auditeur. Ou bien le père Varillon se fait conteur et procure, non pas un résumé du livre, mais un aperçu vivant de l’intrigue ; ou bien il se fait lecteur de longs passages jugés caractéristiques de la manière et de la pensée de l’auteur évoqué. Dans les deux cas, le jésuite se livre à l’exercice avec une passion communicative qu’on ressent encore à le lire plusieurs décennies après. Infatigable dévoreur d’ouvrages, il est si persuasif que les libraires de Lyon enregistrent dans leurs ventes l’écho de ses conférences dans un public qui lui reste fidèle d’année en année.

Regrets

8« J’aime me laisser aller à admirer. Je me passionne, je suis bon public » : tout ou presque est dit dans cette confidence de novembre 1964. Le jésuite n’éreinte en effet aucun des livres qu’il évoque et qui marquent d’une façon ou d’une autre l’actualité éditoriale. Certes, il les aime plus ou moins, mais tous lui paraissent mériter d’être lus. Se contenterait-il du silence sur ceux qui lui sont tombés des mains ? La preuve par l’absence est de maniement difficile en histoire culturelle… « Il y a des livres qu’il faudrait mieux passer sous silence même si on les juge avec sévérité. Le seul fait d’en parler leur donne une importance qu’ils ne méritaient pas », dit-il en février 1949. Il ne fait pas pour autant l’impasse sur Vipère au poing d’Hervé Bazin, objet de la remarque citée. On ne saurait donc épiloguer sur l’absence d’un Louis Aragon ou d’un Jean Genet dans les causeries retrouvées : seulement en faire état.

9Assez souvent, les incitations à la lecture du père Varillon sont néanmoins assorties de réserves plus ou moins accentuées. Elles visent rarement la forme : il ne donne pas à lire des ouvrages qu’il estime mal écrits. Un sérieux problème se pose néanmoins à lui avec l’apparition du « nouveau roman » dans les années 1960. L’une des appréciations les plus sévères relevées concerne Le Procès-verbal de J. M. G. Le Clézio, en février 1964 : « livre aux trois quarts illisibles, bourré de paille d’emballage, avec de temps à autres de brefs mais fulgurants éclairs » ; « interminable bafouillage » qui n’aurait pas dû être couronné par un prix littéraire. « Ce sympathique étudiant ne doit pas laisser en friche un talent qui crève les yeux. Les Renaudot ont consacré une promesse. Ils auraient dû se contenter d’encourager le candidat ». Mais ce mouvement d’humeur est suivi, comme souvent chez Varillon, d’un remords. En novembre 1965, il reconnaît ainsi, dans le recueil de nouvelles intitulé La Fièvre, « un authentique écrivain ». « Allergique à ce qu’on appelle le “nouveau roman”, j’avais jugé [Le Procès-verbal] illisible. Si je dis aujourd’hui quelques mots du second livre de ce jeune homme, c’est à titre de réparation », avoue-t-il.

10« Allergique au “nouveau roman” » ? Nourri des auteurs classiques de la langue française, tant dans l’Université que dans la Compagnie de Jésus, le père Varillon ne peut que renâcler devant la dislocation du récit par l’équipe des Éditions de Minuit. Et son humanisme chrétien éprouve encore plus de difficultés à accepter l’effacement par l’écriture du sujet ou du point de vue du sujet. Il ne détourne pourtant pas ses auditeurs du « nouveau roman », tout en reconnaissant honnêtement qu’il n’est pas sûr d’avoir bien compris un titre comme Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras (novembre 1964). « Si un tel livre n’allongeait pas la liste des romans qui prennent à tâche de ne rien dire, il apparaîtrait sans doute comme original. Tel n’est certainement pas le cas », dit-il de Quelqu’un de Robert Pinget, prix Fémina 1965. Car celui-ci a « le génie de tourner autour des riens de l’existence pour manifester que l’existence n’est rien » (février 1966). Quant à Histoire de Claude Simon, prix Médicis 1967, « qui est peut-être le chef d’œuvre de ce qu’il est convenu d’appeler le “nouveau roman” », il contient des pages « où l’art est offusqué par la virtuosité » (février 1968). Et le jésuite lui oppose immédiatement le Fémina de Claire Etcherelli, Élise ou la vraie vie, qui « ouvre le chemin d’une bonne littérature proche de la vie et accessible à tous » ; son idéal en quelque sorte.

  • 5 Non sans provocation, il dit avoir lu avec plaisir Jabadao, « bretonnerie bretonnante » de la « ber (...)

11De façon générale, on l’aura compris, le père Varillon est peu sensible à ce qu’il estime n’être que du raffinement pour le raffinement, sans contenu substantiel, c’est-à-dire pour lui sans arrière-plan métaphysique. Rien n’est plus significatif d’une telle attitude que son commentaire sur Le Rivage des Syrtes, de Julien Gracq, prix Goncourt 1951 refusé par l’auteur : « synthèse de perfection littéraire et d’ennui massif », « incontestable chef d’œuvre », mais qui l’a agacé. Pourquoi ? Parce que « nous sommes de moins en moins capables de nous passionner pour de hautes œuvres poétiques dont l’arrière-plan est sans substance », estime-t-il en incluant pour une fois ses auditeurs, voire tous leurs contemporains, dans son appréciation. Le tort de Gracq serait en effet de « nous entraîner dans un au-delà de l’art qui précisément n’est ni métaphysique ni religieux » (février 1952)5.

12Les réserves sur le fond sont, à tout prendre, moins nombreuses. Or le jésuite ne manque pas de présenter des ouvrages qui comptent, littérairement, mais avec lesquels il est en désaccord profond. Deux exemples. Les Mots de Jean-Paul Sartre, livre auquel il ne consacre pas moins de dix pages en février 1964. Elles conjuguent le récit de l’enfance du jeune Sartre et la lecture des longs passages hostiles consacrés à la religion… que Varillon préfère ne pas réfuter. « Je m’interdis strictement tout commentaire […] et j’ose espérer que l’ensemble de mes conférences religieuses est, en fait, un commentaire de ces pages affligeantes », dit-il. Preuve parmi d’autres de la complémentarité entre les deux séries de ses causeries. Le cas Sartre est représentatif de l’attitude constante de Varillon qui consiste à présenter le plus fidèlement possible les ouvrages et leurs auteurs, en s’interdisant aussi bien la polémique que l’apologétique. Sur Les Mots, il se contente d’un simple constat : « toute l’œuvre de Sartre est la critique athée d’une éducation religieuse, non pas seulement manquée, mais à la lettre inexistante » ; d’où l’oscillation du philosophe entre l’orgueil et le désespoir qui ne peut cesser, d’un point de vue chrétien, que par acceptation de la grâce divine.

13Très rarement pourtant, l’indignation déborde. Second exemple : Hervé Bazin, dont le jésuite reconnaît par ailleurs l’« exceptionnel talent » : « un grand artiste nous est né, un homme dont on parlera », dit-il en janvier 1950 à propos de La Tête contre les murs. Cela ne l’empêche pas d’exhaler par deux fois, en des termes presque identiques, son dégoût du thème qui domine Vipère au poing : « c’est le livre de la rage et de la haine dans ce qu’elles ont de plus odieux : la rage et la haine vis-à-vis de la mère » (février 1949 et janvier 1950). Une telle manifestation de répugnance reste toutefois exceptionnelle.

Coups de cœur

  • 6 La littérature du péché et de la grâce, 1880-1950, Paris, Fayard, 1957.

14Ils sont bien plus nombreux que les réserves et sans beaucoup de surprises. Ce que le père Varillon aime par dessus tout, c’est ce que Pierre-Henri Simon, dont il salue d’ailleurs l’œuvre d’essayiste, a baptisé « la littérature du péché et de la grâce »6 : celle qui place la vie et la mort de l’homme sous le regard de Dieu.

  • 7 Janvier 1951, à propos du numéro spécial d’Esprit sur son directeur défunt.

15Sur ce chemin, les maîtres à penser sont Maurice Blondel et Charles Péguy, mais aussi Emmanuel Mounier. Ce dernier n’avait certes pas le génie de Péguy. Sa mort précoce n’en paraît pas moins au jésuite « une catastrophe aussi grave que la mort de Péguy en 1914 », pour la France et l’Église de France7. La généalogie de la littérature proche parente de ces maîtres démarre avec Léon Bloy, dont Varillon salue en janvier 1965, à propos de la réédition du Révélateur du globe, « les commencements d’un génie ». Avec la génération suivante arrivent les deux grands modèles auxquels s’identifie le jésuite : Georges Bernanos et Paul Claudel. De Bernanos, qui meurt en 1948, il peut tout juste saluer les derniers écrits ; et attendre impatiemment le successeur. Il croit le trouver en Roger Bésus, dont le roman Paris-le-Monde lui apparaît « la plus extraordinaire bataille spirituelle que la littérature d’imagination nous ait offerte depuis la mort de Bernanos » (décembre 1964). Il n’en accepte cependant pas l’inspiration réactionnaire. De Claudel, qui ne produit plus guère que des commentaires bibliques et qui meurt en 1955, il relève année après année les reprises théâtrales, avant de consacrer beaucoup de temps et d’énergie à l’édition critique du Journal.

16Dans la même veine, parmi les émules de cette génération élue, il retient Julien Green, mais écarte François Mauriac. De Moïra, drame de la tentation de la chair chez un jeune puritain, le jésuite dit joliment, en novembre 1950, que « ce n’est pas une grande œuvre, mais […] un petit chef d’œuvre » : « le premier roman français depuis La Peste de Camus qui mérite d’être pris en considération ». Il salue ensuite les étapes successives de la publication du Journal de Green, avant de conclure, à propos de L’Autre, en mars 1971 : « l’œuvre de Julien Green est un des plus importants massifs romanesques de la littérature contemporaine ». Pas de sympathie en revanche pour Mauriac, qui ne produit quasiment plus de fiction après guerre. Sur Le Sagouin et La Pierre d’achoppement, en décembre 1951, l’appréciation est plutôt positive : « il sera beaucoup pardonné à François Mauriac, parce qu’au soir de sa vie, il lui aura été donné de scruter avec une impitoyable lucidité tout ce qui se cache d’inauthentique ou de factice dans la foi qui s’étale ». Mais quand il ose s’en prendre aux chers disparus de Varillon, Bloy, Bernanos, Claudel ou Du Bos, dans les Nouveaux Mémoires intérieurs, le jugement devient cinglant. Après les avoir écartés, « ledit Mauriac trône sans rivaux sur la place. Et […] il en jouit, le fauve. Ça non plus, ça ne me plaît pas ». L’auteur de cette « œuvre sépulcrale » est mûr pour « tenir boutique sur rue à Saint-Sulpice », ironise le jésuite (décembre 1965).

  • 8 Sans aucune publicité : le père Varillon signale des auteurs, pas des maisons d’édition.
  • 9 Jean Sulivan est le nom de plume de l’abbé Joseph Lemarchand, prêtre du diocèse de Rennes.

17Mais existe-t-il encore, après 1945, une « littérature du péché et de la grâce » digne de ces grands anciens ? Oui, répond Varillon, à condition de trier parmi les multiples œuvres qui posent en termes spirituels les problèmes majeurs de l’existence humaine : l’amour, le mal, la mort. Ainsi celle de Gilbert Cesbron, en dépit d’un engagement méritoire, ne lui paraît pas à la hauteur de ses ambitions. Ni dans Les Saints vont en enfer, sur les débuts de la Mission de Paris, ni dans ses autres romans. « Chez Gilbert Cesbron, l’homme l’emporte sur le romancier, mais c’est que l’homme rayonne sur tout le roman », dit le jésuite à propos d’Une Abeille sur la vitre, roman d’une femme laide (janvier 1965). En revanche, il suit de près la production d’une série d’auteurs, presque tous publiés aux Éditions du Seuil8, dont le point commun, quels que soient leur proximité ou leur éloignement de l’orthodoxie catholique, est une vision tout à la fois souffrante et spirituelle de la condition humaine, sorte de traduction littéraire de l’optimisme tragique d’Emmanuel Mounier. Tous repérés dès les années 1940 finissantes, ils sont encore présents dans les causeries des années 1960. Ils ont nom Jean Cayrol, Pierre Emmanuel, Luc Estang ou Paul-André Lesort, qui bénéficient de trois mentions chacun. Jean Sulivan vient s’ajouter tardivement à la liste, malgré une double prévention initiale : méfiance envers le prêtre écrivain, surtout si ce prêtre est un franc-tireur dans son Église (décembre 1966)9 ; regret qu’on retrouve chez lui, sur le plan formel, certains des tics du « nouveau roman ». Mais Varillon finit par lui rendre les armes : « il se pourrait bien que Jean Sulivan soit demain un des meilleurs romanciers français vivants » (janvier 1969).

  • 10 « Tout l’hiver j’ai peiné pour trouver un roman digne d’être présenté sans réticence », remarque-t- (...)

18Aucun auteur de cette veine n’est plus encensé par le jésuite que le converti anglais Graham Greene, au fur et à mesure de la publication des traductions de ses oeuvres en français. Cette faveur vaut même pour son incursion dans un genre jugé mineur : « surveillez les devantures de votre libraire, et quand vous y verrez le Rocher de Brighton, n’hésitez pas – pour une fois – à dépenser […] pour un roman policier », concède Varillon en avril 1947. Son enthousiasme atteint des sommets avec La Puissance et la Gloire (décembre 1948) ou Le Fond du problème (décembre 1949), « livre terrible » sur lequel il réserve son jugement, bien qu’il soit prêt à le défendre. « Si Greene a voulu nous montrer qu’un catholicisme sans vie intérieure conduit à l’impasse et au désespoir, je crois qu’il a parfaitement réussi » ; et en cela il est bien un romancier catholique « malgré les apparences, car un romancier n’est pas catholique par la nature des sujets qu’il traite, mais par la manière dont il les traite ». En octobre 1966 encore, Les Comédiens lui semble un roman « atroce et magistral », tout comme Voyages avec ma tante, « divertissement rose et noir d’un grand romancier » (mars 1970)10. Rarement un auteur a été suivi par le jésuite avec autant de constance et de faveur. Varillon conseille de tout lire de Greene (décembre 1948), car il lui semble décrire de façon juste, bien que très sombre, le combat dans le cœur de l’homme entre le vertige de la chute et l’aspiration au salut. Peu importe à ses yeux que le premier paraisse parfois l’emporter, puisque la saisie de l’affrontement est criante de vérité.

19Au lendemain des horreurs de la Seconde Guerre mondiale, bien des œuvres, contre lesquelles l’auditoire du jésuite risque d’être prévenu, concluent d’ailleurs à la victoire du diable sur le bon dieu. Loin de passer sous silence les « témoins d’un certain nihilisme » et de « l’absurdité d’un monde sans Dieu », le père Varillon ne manque pas de les signaler, car ils jettent de façon talentueuse à la face de leurs lecteurs les tares du monde après l’hécatombe. Ainsi des « pièces noires » de Jean Anouilh, de L’Archipel Lenoir d’Armand Salacrou et, plus tard, du théâtre d’Eugène Ionesco, dont « la vision hallucinante […] dépasse dans sa dérision clownesque […] les plus célèbres méditations du passé sur la mort » (à propos de Jeux de massacre, décembre 1970). Rien n’est plus significatif, dans cette prise au sérieux des auteurs qui posent les grands problèmes de l’existence humaine d’une manière dérisoire ou désenchantée, que l’accueil du jésuite, en novembre 1969, au prix Nobel de littérature attribué à Samuel Beckett. « Le jury […] a-t-il bien su ce qu’il faisait en couronnant une telle œuvre », se demande-t-il. Refusant « une apologétique facile », il concède qu’il faut « avoir tout perdu de ce qui n’est pas essentiel pour voir la vérité de la vie qui est en effet ignorance, angoisse et finitude ». Aucun chrétien conséquent ne peut ignorer le désespoir ainsi poussé à ses ultimes limites.

20Le père Varillon préfère toutefois les auteurs et les œuvres qui n’en restent pas à ce constat et cherchent à le dépasser au nom de l’humain, voire d’une sorte de spirituel. D’où sa faveur pour le Camus de La Peste, « seul roman de très grande classe qui ait vu le jour en France depuis la Libération » (mars 1950) ; un roman où « la méfiance à l’égard de la sainteté » s’accompagne d’une « confiance en la simple honnêteté humaine » (octobre 1947). Trois ans plus tard, le jésuite présente ainsi Actuelles : « grand livre », méditation « d’un pessimiste, mais qui ne récuse pas l’espérance » (décembre 1950). Près de vingt ans plus tard, l’accueil est le même pour les Antimémoires d’André Malraux, dont Varillon loue l’appel aux forces de l’esprit, bien que sans illusion désormais sur son résultat. Sensible à l’air du temps, il s’inquiète : « la grande voix de Malraux n’est pas la voix que la France et le monde sont avides d’entendre dans ce désert de 1967 où, par le plus étonnant coup double, la mort de Dieu et la mort de l’homme sont à la fois proclamées » (novembre 1967). Sous les coups de boutoir de la contestation, l’optimisme tragique du jésuite tend au pessimisme sur la culture de son temps.

  • 11 Il faudrait évoquer, en outre, son rôle dans la naissance et l’essor des Foyers de culture à Lyon.
  • 12 C’est encore plus vrai pour la production cinématographique, qui mériterait une étude spécifique.
  • 13 Il serait intéressant de comparer les choix du jésuite à ceux de critiques lyonnais plus classiques (...)

21Trois brèves réflexions à tout le moins, après cette plongé lacunaire dans un matériau d’une richesse foisonnante. Selon le vocabulaire d’aujourd’hui, le père Varillon a été durant un quart de siècle, à Lyon, à Genève ou à Paris, un intermédiaire culturel de valeur11. Année après année, il a présenté et fait lire à ses auditeurs une foule de livres qu’ils n’auraient pas ouverts sans lui. À ceux qui chaque mois allaient « varillonner », il a proposé une vision ample et ouverte de la littérature de leur temps12. Sans surprise, le jésuite est moins sensible aux innovations formelles de celle-ci qu’à son contenu. S’il sacrifie parfois au divertissement, il s’attache surtout aux œuvres en quête de sens, et si possible de sens spirituel. Au risque de heurter un public sans doute assez conformiste initialement13, il lui signale l’intérêt de livres qui honorent une telle quête, mais dans des directions parfois très éloignées de l’humanisme chrétien à tonalité personnaliste qui est le sien.

Notes

1 « Jean Giono », Études, 5 et 20 février 1937, p. 337-351 et 469-483 ; « La vocation de P. Claudel », Cité nouvelle, 25 janvier 1943, p. 97-130.

2 Pour un aperçu d’ensemble de l’itinéraire du jésuite, voir Étienne Fouilloux, François Varillon, Essai biographique, Paris, Desclée de Brouwer, 2007.

3 On ignore les raisons de la perte du groupe intermédiaire, dont d’autres documents attestent l’existence.

4 Sur : Hervé Bazin, La Tête contre les murs ; Louis Guilloux, Le Jeu de patience ; Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, prix Goncourt 1950.

5 Non sans provocation, il dit avoir lu avec plaisir Jabadao, « bretonnerie bretonnante » de la « bergère » Anne de Touville, couronné par le prix Fémina.

6 La littérature du péché et de la grâce, 1880-1950, Paris, Fayard, 1957.

7 Janvier 1951, à propos du numéro spécial d’Esprit sur son directeur défunt.

8 Sans aucune publicité : le père Varillon signale des auteurs, pas des maisons d’édition.

9 Jean Sulivan est le nom de plume de l’abbé Joseph Lemarchand, prêtre du diocèse de Rennes.

10 « Tout l’hiver j’ai peiné pour trouver un roman digne d’être présenté sans réticence », remarque-t-il alors.

11 Il faudrait évoquer, en outre, son rôle dans la naissance et l’essor des Foyers de culture à Lyon.

12 C’est encore plus vrai pour la production cinématographique, qui mériterait une étude spécifique.

13 Il serait intéressant de comparer les choix du jésuite à ceux de critiques lyonnais plus classiques, avec lesquels il prend assez souvent ses distances en les citant : Victor-Henri Debidour dans le Bulletin des Lettres ou Henri Rambaud dans L’Écho-Liberté.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search