Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Les jésuites et le monde des Lettres

« les muses au baptistere »

Regard des Études sur la litterature (1919-1939)

Claire Toupin-Guyot

Texte intégral

1En 1924, l’un des principaux jésuites chargés de la critique littéraire dans les Études, Louis de Mondadon, définissait ainsi son travail :

  • 1 Louis de Mondadon, « Des critiques et de la critique », Études, 20 septembre 1924, p. 738.

Il s’agit avant tout de frapper juste mais auquel cas pas de quartier : la réprobation sans ménagement. (…) Cette verve dure réchauffe le cœur, il est bon que la férule cingle et que l’épine fasse entrer sa pointe sous les fleurs. Veuille le ciel inspirer aux critiques la franchise lourde sans quoi ils ne feront jamais que la moitié de leur besogne (…). Ne pas craindre d’arracher le masque au péché et lui jeter hardiment son nom comme une flétrissure en plein visage, c’est ce que doivent faire aujourd’hui les hommes soucieux de conserver à nos lettres le renom de lettres qu’elles eurent dans le passé mais qu’elles font perdant chaque jour1.

  • 2 La captation, par les dominicains, de la première revue de littérature catholique avait souligné l’ (...)
  • 3 Paul Benichou, Le Sacre de l’écrivain, essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la (...)

Depuis un an déjà, la revue des pères jésuites se fait nommer revue d’intérêt général et cherche à se réinscrire dans le champ culturel, un repositionnement dans lequel la littérature trouve une place de choix.2. D’ailleurs si les jésuites ont lancé Recherches de science religieuse, en 1910, c’est surtout pour recentrer les vénérables Études sur un domaine plus général. La mobilisation s’accomplit d’ailleurs presque naturellement autour du fait littéraire car l’hostilité de la majeure partie des catholiques à l’égard de la figure de l’intellectuel, assimilé au camp d’en face, contribue à placer les écrivains de la renaissance catholique sur le devant de la scène et à susciter toutes les attentions. La littérature ne peut-elle s’imposer comme un révélateur de l’aptitude à la modernité du catholicisme ? L’Église catholique confrontée au « sacre de l’écrivain3 » qui, depuis le XIXe siècle, concurrence son pouvoir à travers la figure du poète, rêve à un art littéraire catholique renouvelé qui lui redonne toute sa puissance symbolique.

2Après avoir espéré en une restauration morale et catholique par la Grande Guerre, les pères des Études s’efforcent de prendre la mesure de la fermentation intellectuelle pour refonder une intervention de l’intelligence catholique dans la société française. C’est le temps des « Muses au baptistère » pour reprendre le titre d’un article du père Poucel, dans cet entre-deux-guerres traversé par des avant-gardismes radicaux comme par le prolongement de la culture légitimée du XIXe siècle. D’une guerre à l’autre, se déploie une pratique de la critique qui rend compte d’une idéologie littéraire ajustée à un catholicisme français en mutation.

Une revue ouverte résolument sur le monde ?

  • 4 Cette approche lansonnienne se voit néanmoins remise en question progressivement pour son dogmatism (...)
  • 5 Le 15 août 1534, Ignace de Loyola et six autres étudiants en théologie font, en l’église Saint-Pier (...)

3Tandis que se déploie dans cet entre-deux-guerres la figure médiatrice du critique de type lansonien à l’université4, Études entend participer à une critique plus modeste, de type journalistique, qui s’astreint à rendre compte des nouveautés littéraires, à porter un jugement sur la qualité de l’œuvre pour aider le catholique à se construire une bibliothèque idéale, en distinguant le bon grain de l’ivraie. Cette mobilisation culturelle s’accomplit autour du nouveau directeur, Henri du Passage, nommé en 1919. Dès son arrivée, ce dernier confirme la nouvelle orientation affichée, en 1910, par son prédécesseur Léonce de Grandmaison. Henri du Passage innove toutefois en ouvrant de nouvelles chroniques (cinématographique et théâtrale) et surtout en accueillant de nouvelles plumes parmi lesquelles se trouvent quelques femmes. Malgré l’ambition affichée, les moyens restent modestes en raison de la situation toujours délicate dans laquelle se trouvent les jésuites sur le sol français. Certes, la circulaire du ministre de l’Intérieur Malvy, édictée en août 1914, a suspendu l’application des lois de 1904 mais la situation reste précaire. La victoire du Cartel des gauches, en 1924, favorise tout particulièrement le retour en force d’une série de stéréotypes dont celui du jésuite agent d’une internationale au service de l’Allemagne. Il faut véritablement attendre l’année 1934 et les cérémonies du quatrième centenaire des vœux de Montmartre pour que la Compagnie puisse affirmer pleinement son existence5. Jusqu’en 1929, les rédacteurs des Études ne peuvent résider dans leur maison, rue Monsieur, et seule l’autorité et la bonne volonté du directeur permettent la cohésion du groupe éclaté en divers lieux.

  • 6 Louis des Brandes, « Le père Longhaye, son œuvre, sa vie », Études, 20 avril 1920, p. 140.
  • 7 Ibid., p. 146.

4À la sortie de la Grande Guerre, la revue se donne pour objectif d’éveiller les esprits tout en nourrissant les âmes. La disparition, au même moment, du père Longhaye – le pilier de la critique littéraire et de la formation des jésuites depuis la fin du XIXe siècle – semble sonner le glas d’une critique qui confondait l’éthique et l’esthétique. La nécrologie rédigée par l’ancien directeur des Études, Léonce de Grandmaison, sur le père Longhaye fournit l’occasion de tracer un portrait du critique littéraire à venir. Comme le souligne le jésuite « l’appréciation littéraire des œuvres retenait moins le père que leur portée humaine sociale et chrétienne6 » tout en précisant que « le côté religieux et moral tendait à empiéter sur le terrain littéraire au point de le restreindre et de l’exterminer7 ». Ne pas confondre éthique et esthétique, c’est aussi l’argument que développe au même moment le philosophe Jacques Maritain dans un petit ouvrage savant : Art et scolastique. L’auteur entreprend de dénouer le conflit entre l’art et la morale en faisant coexister l’autonomie de la création artistique et le dogme :

  • 8 Cité par Charles Blanchet, « Jacques Maritain et les artistes », Études, juin 2000, p. 819-820.

L’art n’est ni au service de la révolution ni de la réforme religieuse ou morale, il est seulement au service de la chose produite, de l’œuvre prise en soi, Dieu ne demande pas d’art religieux ou d’art catholique, l’art qu’il veut pour lui c’est l’art avec toutes ses dents8.

  • 9 « Les Études à ses lecteurs », 5 décembre 1926, p. 513-514.

Il s’agit désormais d’ouvrir les voiles, comme le précise d’ailleurs l’équipe elle-même à ses lecteurs : « toute notre ambition est de fournir la note catholique compétente sur les mouvements des idées, notre revue voudrait renseigner les chrétiens instruits qui n’ont pas le temps d’approfondir par eux-mêmes les grandes questions de l’heure présente »9.

  • 10 Sur 460 numéros, parus entre janvier 1919 et mai 1940, 110 ne comportent aucune chronique littérair (...)
  • 11 Dont 140 d’ailleurs consacrés à la littérature enfantine. Les œuvres rééditées depuis 1918 n’ont pa (...)
  • 12 Louis de Mondadon, « Visite aux auteurs », Études, 25 février 1925, p. 495.
  • 13 L’histoire littéraire de la France de Pierre Abraham et Roland Desné signale que 18,75 % des œuvres (...)
  • 14 43 auteurs parmi lesquels on note le père Lhande, Marguerite Bourget ou encore le père Théolier.
  • 15 Études, 5 mars 1936, p. 577-588.
  • 16 Études, 20 avril 1935, p. 145-150.

5Tout au long de l’entre-deux-guerres, la revue consacre 20,5 % de ses articles aux faits culturels en accordant une place de choix à la littérature (8,5 % des pages). Ce chiffre reste stable pendant près de vingt ans, sauf en 1939, lorsque les articles consacrés à la littérature diminuent sous les effets de la guerre. Les nouvelles critiques musicale et cinématographique restent marginales (0,5 % des pages consacrées au cinéma et 0,68 % à la musique), ce qui ne surprend guère dans cette période marquée avant tout par un marché du livre en pleine explosion10. L’activité littéraire de la revue comprend trois volets : une revue des livres (où quelques 2 535 livres sont étudiés11), une présentation de nouvelles sélectionnées et surtout des articles de fond. Deux fois par mois, plusieurs pages sont consacrées à des chroniques diverses (théâtre, poésie, littérature étrangère), à des événements précis (Semaine des écrivains catholiques, prix littéraires) et surtout à des articles de fond sur les auteurs et leur œuvre. En vingt ans, quelques 150 auteurs passent sous la plume acérée d’une armée de 109 critiques qui formulent le vœu de « ne pas maudire le siècle12 ». Néanmoins, la lecture systématique des articles consacrés à la littérature semble plutôt infirmer le propos. Entre 1919 et 1929, 65 % des auteurs qui sont étudiés dans les pages des Études (hors revue des livres) sont des auteurs mineurs. Quant aux auteurs majeurs, lorsqu’ils sont étudiés, ce sont dans la majeure partie des cas « des continuateurs du XIXe siècle » : Barrès, Bourget, France et surtout leurs disciples. Ces derniers acquièrent une importance quasi démesurée dans les années 1919-1925, puisque 88,2 % des auteurs évoqués appartiennent à cette école qu’il s’agisse de Loti, des Tharaud ou de Benoit. La littérature avant-gardiste est en revanche à peine identifiée puisque moins d’1 % des pages est consacré au dadaïsme et au surréalisme13. Sur le plan formel, le constat se fait identique. La revue Études se fait la caisse de résonance du genre romanesque sans surprise puisque le déclin de l’empire rhétorique a abouti à la victoire du roman sur les autres genres, mais en admettant du roman ses formes les plus classiques et ses sujets les plus traditionnels. Le roman d’aventure est ainsi condamné car il accentue « la propension du bovarysme de chaque lecteur » ; le roman policier ne trouve son sauveur qu’en la personne de Conan Doyle ; quant au roman historique, il est considéré comme ambivalent. La sélection choisie des nouvelles confirme les goûts esthétiques de la revue : 72 récits (soit environ 1 900 pages) qui se concentrent sur la foi, la famille ou la patrie dans un style extrêmement classique14. Deux nouvellistes émergent néanmoins : François Mauriac et Gabriel Marcel, le premier pour La vie cachée de Jésus15, le second pour un extrait de son Journal métaphysique16. L’un et l’autre innovent tant par le traitement du sujet que par le style. La revue des livres parachève le tableau d’une revue intransigeante : les ouvrages appréciés et valorisés expriment l’attachement à la terre, à la patrie, à la famille, à la foi et aux régions. Une place considérable est d’ailleurs accordée aux œuvres de série B.

  • 17 18,5 % des articles à partir de 1933.
  • 18 Les seuls auteurs catholiques importants étudiés dans les années 1920 ont été Bernanos, Claudel et (...)
  • 19 « Rien ne m’empêchera de reconnaître dans le roman de Monsieur Bernanos un sens chrétien remarquabl (...)
  • 20 Études, 5 mars 1928, p. 596.
  • 21 Études, 5 octobre 1929, p. 121.
  • 22 Études, 20 août 1935, p. 567-568 et 5-20 septembre 1937, p. 568-569.
  • 23 Études, 20 avril 1936, p. 253.

6Les années 1930 semblent manifester un changement : les genres et les écoles littéraires sont étudiés de façon plus systématique ; la diversité des styles fait son entrée avec un intérêt nouveau accordé aux romans d’aventure, aux romans historiques ou encore au cinéroman tandis qu’une attention grandissante est donnée à la littérature étrangère17. Mais plus encore, le tournant se révèle dans le renversement des rapports entre auteurs légitimés et non légitimés. Si avant 1930, ils représentent 64,8 % des analyses, ils tombent à 48,24 % entre 1930 et 1940. D’ailleurs les pages qui leur sont consacrées le sont, le plus souvent, dans le cadre du « In memoriam » pour un dernier (et nostalgique ?) hommage. Tout ce qui compte de radicalité littéraire commence à être observé. Un Philippe Soupault, un Max Jacob ou encore un André Breton sont étudiés autour de ce qui est nommé la « littérature déconcertante ». Les années 1930 marquent également l’entrée des auteurs catholiques les plus remarquables (désormais étudiés en dehors de la revue des livres) : Mauriac, Bernanos, Green, Jammes, Du Bos, Marcel. Ces quelques noms représentent alors 45 % des études littéraires des années 1930-193918. Mais s’il y a élargissement et prise en compte de la modernité littéraire, il faut apporter deux nuances à un tableau qui risquerait d’apparaître idyllique. Certes ces années 1929-1935 marquent la prise en compte des avant-gardes catholiques mais c’est pour mieux les critiquer. Si un Victor Poucel, en 1926, avait su reconnaître la puissance du verbe de Sous le soleil de Satan son jugement était isolé au sein de la revue. Tout en se trouvant « rebuté par le drame sanglant et vulgaire » et par un livre « étrange, mal construit et insuffisant19 », Poucel reconnaissait la génialité de l’œuvre et la force du verbe bernanosien. Quelques années plus tard, lorsque Bernanos publie L’Imposture, Poucel est dérouté : l’écrivain n’est qu’« un cannibale emplumé affamé de carnage » et l’œuvre une « misérable comédie20 ». La Joie, dans la revue des livres, reçoit une critique sévère d’Alphonse de Parvillez : « lugubre histoire dont presque tous les personnages sont au bord de la démence, (cela) n’a vraiment rien d’attrayant. La Joie ne nous donne pas l’impression d’un livre réussi car il est trop long et peu clair »21. Un Crime et Nouvelle histoire de Mouchette sont tout autant mal reçus par Henri du Passage et Alphonse de Parvillez22. Il faut attendre Journal d’un curé de campagne pour que le père du Passage s’exclame : « Bernanos écrit un beau livre dont il convient de le remercier23 ».

  • 24 Études, 20 mai 1934 : 13 pages consacrées aux romans de Julien Green par Alphonse de Parvillez, p.  (...)
  • 25 Études, 20 juin 1929, p. 672-695.
  • 26 Études, 20 avril 1930, p. 220-230.
  • 27 Études, 20 mai 1932, p. 504. Le critique convient néanmoins que l’auteur possède « un talent d’une (...)
  • 28 Études, 20 mai 1927, p. 473.
  • 29 Louis de Mondadon, Études, 20 février 1920, p. 302.
  • 30 Alphonse de Parvillez, « Le monde vu d’en bas », Études, 20 janvier 1933, p. 226.
  • 31 Alphonse de Parvillez, « Romans », Études, 20 février 1937, p. 533-534.
  • 32 Victor Poucel, « André Gide, ses idées et son esprit », Études, 5 octobre 1927, p. 7.
  • 33 Abbé Calvet, D’une critique catholique, Paris, Spes, 1927, p. 66.
  • 34 Alphonse de Parvillez, « La carte des courants invisibles », Études, 20 mars 1933, p. 734.

7Que dire de Julien Green et sa « littérature de la souffrance »24 ou des « Scrupules de Mauriac25 » ? Invraisemblance des récits, noirceur des personnages, tout est stigmatisé. Certes çà et là, la critique se fait moins vive et admet « un talent qui se révèle avec tant d’éclats » mais les réticences persistent : « en avançant dans la lecture, on sent une sorte de gène devant cette bande de déséquilibrés » précise ainsi Alphonse de Parvillez dans son article intitulé « La révolte des monstres26 ». Henri du Passage ne voit dans Épaves qu’une « force créatrice qui n’est pas mise au service du bien » : « tout y est abject morose, pas un sourire, pas une vertu27 ». La critique qui se déploie au sein de la revue Études est bel et bien une critique ajustée au tabernacle qui valorise l’éthique plus que l’esthétique. Léonce de Grandmaison a beau admettre en 1927 que Paul Bourget possède une écriture quelque peu dogmatique qui manque d’originalité, c’est pourtant cet auteur qui est mis en valeur pour sa « crédibilité, sa conclusion morale et sa belle écriture28». Les seuls ouvrages « qui doivent durer sont ceux dont la lecture donne à l’esprit un aliment substantiel qui le porte à un niveau supérieur de générosité et de noblesse » précise de son côté Louis de Mondadon qui en profite pour critiquer le romantisme29 ». L’art pour l’art est rejeté comme l’art tentateur tandis que le bon art est celui qui « pose la question du but et du sens de notre passage sur terre. Nous soutenons simplement ceci : de deux peintures dont l’une pose et l’autre oublie la question du sens de notre vie sur terre, la première est plus large et plus intelligente que l’autre30 », précise Alphonse de Parvillez. Pour que la littérature soit à son meilleur niveau, il faut que la forme soit équilibrée et claire (une conception d’ailleurs qui rejoint celle des Anciens dans la querelle qui les oppose aux Modernes, fondée sur le goût pour l’analyse psychologique et l’observation réaliste) mais il faut aussi qu’il soit un divertissement sain qui aide à mieux connaître le monde et à mieux s’orienter31. Les jésuites des Études sont des hommes de parti et le revendiquent32. Cette position, précise d’ailleurs Victor Poucel, « lui fournit le point de vue culminant, le point de vue d’où l’on voit l’ensemble de l’œuvre33 ». « Ce n’est pas seulement la valeurs esthétique d’une œuvre qui doit nous intéresser, c’est aussi et surtout son contenu intellectuel et son action sur les volontés34 ». Il faut donc avant tout concilier l’art aux exigences de la morale car dans cette grille de lecture, la littérature est une servante au service de la foi. Dans ce cadre, les critères de la construction critiques sont précis et bornent rigoureusement toute lecture.

Des critères d’une idéologie littéraire bien établis

  • 35 Études, 5 mars 1922, p. 22.
  • 36 Un exemple parmi d’autres de la lecture morale des Études : « Vous pouvez admirer la vigueur d’un j (...)
  • 37 Rapport à la reprise de la revue, 29 décembre 1943, rédigé par le père d’Ouince. En 1919, la revue (...)
  • 38 En 1956, Louis Barjon, à l’occasion du centenaire de la revue, rappelait encore l’obligation de ne (...)
  • 39 « Trois journaux littéraires », Études, 20 mai 1932, p. 482.
  • 40 La Congrégation de l’Index a connu une période faste dans les années 1840 marquée par une condamnat (...)
  • 41 Voir l’affaire du double suicide commis en 1838, reprise en 1847 par un prêtre pour en faire le pro (...)
  • 42 « De la lecture des romans », Études, 20 décembre 1927, p. 718.

8De toute évidence, c’est d’abord le dogme catholique qui l’emporte dans cette grille de lecture : « l’art d’Anatole France a été rejeté en bloc par l’Église parce qu’il exprime une fausse métaphysique, là est le vice de l’œuvre entière qui ne saurait être loin de là sensuelle ou cynique dans toutes ses parties » précise ainsi Victor Poucel, en 192235. Tout récit qui nie l’existence de Dieu se trouve ainsi écarté. Tout aussi essentielle est la moralité de l’œuvre. Aucun sujet n’est interdit mais l’écrivain doit être capable de le faire sans le nuire, c’est-à-dire en s’adressant à l’intelligence plutôt qu’aux sens et en évitant les descriptions évocatrices. Ces deux fondamentaux installés, les critiques jésuites privilégient quelques thèmes parmi lesquels se trouvent la France appelée à redevenir nation chrétienne, la société traditionnelle et la défense de la famille36. Ce positionnement intransigeant des Études trouve son origine en divers facteurs. La grille de lecture des jésuites n’est-elle pas d’abord contrainte par le public sur lequel s’adosse la revue ? Une enquête, produite en 1943, fournit de bonnes indications sur le profil des abonnés : un quart de prêtres, religieux et religieuses, un quart de laïcs appartenant à la moyenne bourgeoisie (ingénieurs, médecins, professeurs de lycées), un quart de familles qui ne lisent guère la revue mais qui conserve l’abonnement par attachement à la Compagnie, enfin un quart de missionnaires et de lecteurs des zones francophones37. L’enquête confirme le milieu conservateur des abonnés et si l’objectif de la revue est de former des élites catholiques cela ne peut se faire au détriment d’un lectorat fidèle et frileux dans sa majorité.38. Si les jésuites entendent façonner de vrais et solides chrétiens sur lesquels l’erreur n’aura pas de prise, ils ne peuvent qu’encourager des positions intellectuelles point trop téméraires. La revue des livres, qui met en valeur des œuvres de qualité médiocre mais au ton moral affirmé, n’est-elle pas largement utilisée par les directeurs de bibliothèque paroissiale ou de séminaire ? Les jésuites, comme les autres responsables catholiques, accordent une importance considérable à la littérature et à ses influences potentiellement nocives. Cette crainte conditionne toute la méthode critique : « montrez nous la passion – s’écrie Alphonse de Parvillez – le péché pourvu que ce soit sans risque de contamination et sans nous tromper sur ce qu’ils sont, sans nous donner des êtres normaux comme mutilés, le mal est une privation, qu’on n’en fasse pas un ornement ou une délivrance39 ». C’est une bataille que livre la revue Études face à une littérature contemporaine qui semble privilégier la violence ou le sexe. Déjà au XIXe siècle, l’Église catholique avait largement participé à la criminalisation de la littérature en réactualisant l’ancienne condamnation des méfaits de la fiction40. Alors qu’elle avait su tirer très tôt parti de l’essor du marché du livre pour produire une littérature populaire édifiante et développer un réseau de diffusion de « bons livres », elle avait parallèlement largement participé à la mise en procès de la littérature lors de grandes affaires criminelles41. Le pape lui-même, dans son encyclique Casti connubii, publiée en décembre 1930 avait rappelé l’influence nocive de certaines lectures sur les âmes et les esprits. Alphonse de Parvillez s’appuie d’ailleurs sur ce texte pontifical pour stigmatiser les errances d’une littérature avant-gardiste et publie une large recension de l’encyclique, le 20 mars 1931. « N’y aurait-il pas dans la réalité moins d’adultères, moins de meurtres, s’il n’y en avait pas tant dans les fictions ? » précise de son côté Louis de Mondadon42. La bataille de la fiction est donc ancienne mais se prolonge ici d’une autre manière devant l’impossibilité de faire face à la profusion d’écrits. Les Études par une sélection critique et morale des œuvres construisent tout un dispositif pour limiter le « péril de papier ». Si certaines maisons d’édition se refusent à envoyer leurs ouvrages rue Monsieur, sachant qu’ils ne seront pas lus, d’autres au contraire nouent des liens étroits avec la revue à l’image des Éditions de la Vraie France qui envoie systématiquement ses ouvrages et qui reçoit dans la majeure partie des cas un bon accueil.

  • 43 Dominique Avon à propos de Paul Doncoeur. Ces traits peuvent être repris pour caractériser la majeu (...)
  • 44 Voir sur ce point les travaux de Pierre Vallin, « Études ». Histoire d’une revue. Une aventure jésu (...)
  • 45 Article « Longhaye », dans Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, sous la direction de Gabriel Ja (...)
  • 46 Paul Renard, L’Action française et la vie littéraire (1931-1944), Lille, Presses universitaires du (...)
  • 47 Cette importance démesurée peut être reliée à la mort prématurée de 600 écrivains pendant la Grande (...)
  • 48 Victor Poucel à propos de François Mauriac, Études, 20 août 1930, p. 444.
  • 49 Voir l’article « Écrivain catholique », dans Catholicisme…, op. cit.
  • 50 L’expression « Homme du passage » est de Christoph Theobald, « Henri Bouillard (1908-1981) », Reche (...)

9Un lectorat conservateur et une hiérarchie catholique craintive ne sauraient tout expliquer car le regard intransigeant des Études s’explique surtout par le profil de ses plumes critiques. Si l’on peut compter 109 rédacteurs durant l’entre-deux-guerres, en réalité l’analyse littéraire repose sur 6 ou 7 critiques qui incarnent l’esprit de la revue. Ces chroniqueurs principaux sont tous jésuites et sont nés entre 1875 et 1885. Ils ont connu les mêmes difficultés : l’exil, « la honte de l’expatriation » et le même souci de devoir mener « un combat culturel43 ». Leur esprit est imprégné de ressentiment envers une République associée à l’anticléricalisme et leur cœur penche dans la majeure partie des cas pour le mouvement de l’Action française44. La critique littéraire repose sur Louis de Mondadon (jusqu’en 1934), Alphonse de Parvillez (qui entame son activité en 1928, puis remplace Mondadon à partir de 1934), Joseph de Tonquédec, Victor Poucel ; s’y adjoignent plus irrégulièrement Yves de la Brière et Lucien Roure. La plupart ont connu l’enseignement du père Longhaye et cette formation a marqué définitivement ces hommes pour « la belle et honnête œuvre45 ». Mais surtout ces hommes restent proches de l’Action française qui défend en littérature le classicisme tout en pourfendant toute forme de modernité46. Certes à la fin des années 1920, Les Études évoluent quelque peu en accueillant la renaissance littéraire catholique mais ce tournant reste bien modeste. Certes la place démesurée accordée aux auteurs du XIXe siècle et aux fameux continuateurs s’estompe47 mais cette évolution doit être reliée à la disparition progressive de cette génération de l’avant-guerre et permet l’avènement d’une nouvelle génération qui se déploie à la fin des années 1920. Du strict point de vue catholique, la concurrence de la toute nouvelle revue dominicaine La Vie intellectuelle qui, depuis 1928 bataille sur les mêmes terres, oblige les jésuites à renforcer leur production intellectuelle tout particulièrement dans un champ littéraire en pleine expansion. En outre, la nouvelle littérature catholique trouve une grande résonance dans la société française et le succès de certaines œuvres comme celle de Julien Green ou de François Mauriac, qui suscitent l’admiration par l’originalité de leurs propos, obligent les jésuites à porter leur regard sur ces œuvres. Néanmoins s’il y a reconnaissance du renouvellement de la littérature catholique, les jésuites n’entrent guère dans le fond du débat. Si les premières œuvres de Mauriac datent du début des années 1920, si dès 1923 André Gide s’est exclamé : « c’est avec les beaux sentiments qu’on fait de la mauvaise littérature » relançant ainsi dans son essai sur Dostoïevski, le débat sur la littérature et l’influence chrétienne, les Études ne réagissent aucunement. André Gide connaît l’assaut d’Henri Massis, puis celle d’Henri Béraud qui reprochent à « la clique gallimardeuse » une œuvre immorale et dangereuse mais il faut attendre 1927 pour que l’équipe des Études se préoccupe du sujet. Est-ce la condamnation de l’Action française, en 1926, qui oblige les jésuites à reprendre le combat ? Pas vraiment, puisque le seul article rédigé sur André Gide est consacré à son livre Les Faux-Monnayeurs. La polémique entre Gide et Mauriac de 1928 ne suscite aucune réaction sur l’essence de l’œuvre chrétienne. Il faut attendre l’année 1930, autour de l’œuvre de Julien Green, pour que Parvillez se demande « Qu’est ce qu’un romancier catholique ? ». Ses propos restent ajustés à une stricte grille morale puisque l’auteur reconnaît en ces pages « une perfection qui fait honneur à l’art français » mais fait surtout remarquer que cela reste toujours des « histoires faisandées48 ». L’écrivain catholique rêvé reste le défenseur de l’ordre social et de l’Église, attaché à sa terre et aux morts49. Le véritable tournant a lieu au milieu des années 1930 lorsque René d’Ouince prend la succession d’Henri du Passage. Le nouveau directeur est un « homme du passage » qui fait avec d’autres le projet de jeter les bases d’un christianisme situé au cœur de la modernité50. Deux ans plus tard, en 1937, la revue affiche sa nouvelle ambition :

  • 51 « À nos lecteurs », p. 289-293 ; « Dialogue épistolaire : 8 000 lettres reçues », p. 291.

Il faut découvrir et adopter des points de vue qui nous sont communs avec nos partenaires, qui permettent d’instaurer entre leur pensée et la notre un échange véritable, converser dans leur langue, quitter le genre de l’exposition historique ou doctrinal pour prendre contact avec des pensées mouvantes, initiative inconfortable mais nécessaire51.

  • 52 Jean Danielou, Études, 5 mars 1940.
  • 53 L’arrivée en 1935 de Louis Barjon et d’Émile Rideau a constitué les prémices du tournant. Le dernie (...)
  • 54 « Un indépendant », Études, 5 décembre 1935, p. 613-630.
  • 55 « Là encore, on est bien loin d’un théâtre édifiant ou apologétique voire même du genre « mystères  (...)
  • 56 Études, p. 27.
  • 57 Jean-Pierre Jossua, Pour une histoire religieuse de l’expérience littéraire, tome 3, Dieu aux XIXe (...)

Autour d’une équipe rajeunie (Louis Beirnaert, Gaston Fessard, Jean Daniélou et François Varillon ont rejoint la rue Monsieur), René d’Ouince tourne le dos à une certaine critique littéraire. Si Maurras était le maître à pensée d’une partie de la précédente génération, c’est davantage autour de la figure de Péguy que la nouvelle incline comme le signalait lui-même Jean Daniélou en 1940 : « Péguy apparaît comme le maître de notre génération »52. Varillon est plus claudélien, Fessard plus marcelien mais le regard n’est plus tourné vers une quelconque restauration conservatrice53. Les critiques se font plus positives, les scrupules s’évanouissent devant la capacité à parler du monde du péché ou de l’absence de Dieu. Un Louis Barjon rend compte de l’œuvre d’André Suarès en termes très nuancés, évoquant la figure de « ce grand écrivain à la hauteur de pensée et à la perfection du style54 » ; un Gabriel Marcel fait l’objet de trois articles de Gaston Fessard sur « Théâtre et mystère » dans lesquels sont soulignées en 1938 la subtilité de son Chemin de crêtes55 : « ce que Proust a fait dans ses chroniques, Marcel le fait au théâtre » précise ainsi Fessard, le 5 avril 193856. Les œuvres scandaleuses ne sont pas maudites, elles sont étudiées comme révélatrices d’une mentalité ou d’un imaginaire collectif et retenues comme tel. Progressivement, modestement aussi, une attitude de dialogue s’affirme avec l’idée que formulera un Jean-Pierre Jossua bien des années plus tard que les non-croyants permettent de saisir la chance d’un langage neuf pour la foi elle-même57.

  • 58 Victor Poucel, Études, 20 juin 1929, p. 693.
  • 59 Publié bien des années après sous le titre Theology of culture, Oxford University Press, 1959.

10Pour les jésuites, le travail pendant ces vingt ans a été ardu car il s’est agi de se plier à l’actualité littéraire des écrivains ou des écrivaillons avec l’obligation toujours maintenue de percer à jour la qualité de l’œuvre derrière le succès commercial. Certains éléments qui ont été au cœur de la littérature de l’entre-deux-guerres se trouvent étudié par les jésuites. Ils ont su cerner l’importance de la littérature étrangère, su donner toute sa place à cette littérature régionaliste qui s’épanouit en ces années, dans cette connaissance intime des terroirs et provinces qui s’élargit et se complexifie. Pourtant, si l’on voulait résumer vingt années de regard on pourrait le faire en deux (points : la peur de la connivence entre le peintre du mal et le mal et l’attrait pour un art satisfaisant au goût de la foi58. En se tenant à ces deux principes, les critiques jésuites n’ont guère pris en compte les transformations du champ littéraire : rien sur les polémiques et manifestes qui bruissent sur l’écriture littéraire en ces années 1920 ; rien sur la spécificité de l’écriture littéraire distincte radicalement de la langue commune. Tout est absorbé par la question de l’impossibilité de l’autonomie littéraire. Il y a dans ces critiques une visée apologétique car les jésuites estiment qu’il y a une part d’errance dans la littérature moderne. Ces hommes restent persuadés que les valeurs chrétiennes sont les plus à même de fournir à la littérature ses plus beaux fruits. Tout au long de ces pages se dévoile ainsi la bibliothèque idéale des Études qui n’a guère à voir avec la littérature désormais légitimée. Dans la majeure partie des cas, la revue (comme l’Église catholique dans son ensemble) se tient dans un combat défensif et apologétique et la littérature se vit comme un lieu d’affrontement entre culture laïque et culture cléricale, largement enfermée dans le ghetto de la piété. Un renouveau se fait jour à la fin des années 1930 avec le souci de ne plus regarder la littérature à travers le filtre moral. Ne s’agit-il pas ici des balbutiements d’une théologie de la culture qu’au même moment le protestant Paul Tillich tente de mettre à jour, recherchant le sens religieux qui s’exprime dans toutes les formes de culture59 ? C’est ici la prise de conscience modeste que la littérature ouvre à la pensée catholique un terrain d’investigation pour comprendre les voies de l’esprit dans sa diversité.

Notes

1 Louis de Mondadon, « Des critiques et de la critique », Études, 20 septembre 1924, p. 738.

2 La captation, par les dominicains, de la première revue de littérature catholique avait souligné l’importance qu’accordait l’autre grand ordre intellectuel à une présence littéraire catholique dans le monde. Les Cahiers de l’Amitié de France ont été intégrés à La Revue des Jeunes, voir sur ce point : Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004, p. 142-144.

3 Paul Benichou, Le Sacre de l’écrivain, essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, 1750-1830, Paris, J. Corti, 1973.

4 Cette approche lansonnienne se voit néanmoins remise en question progressivement pour son dogmatisme et son historicisme.

5 Le 15 août 1534, Ignace de Loyola et six autres étudiants en théologie font, en l’église Saint-Pierre de Montmartre, le vœu de pauvreté, chasteté et obéissance fondant ainsi les bases de ce qui allait devenir la Compagnie de Jésus.

6 Louis des Brandes, « Le père Longhaye, son œuvre, sa vie », Études, 20 avril 1920, p. 140.

7 Ibid., p. 146.

8 Cité par Charles Blanchet, « Jacques Maritain et les artistes », Études, juin 2000, p. 819-820.

9 « Les Études à ses lecteurs », 5 décembre 1926, p. 513-514.

10 Sur 460 numéros, parus entre janvier 1919 et mai 1940, 110 ne comportent aucune chronique littéraire.

11 Dont 140 d’ailleurs consacrés à la littérature enfantine. Les œuvres rééditées depuis 1918 n’ont pas été enregistrées.

12 Louis de Mondadon, « Visite aux auteurs », Études, 25 février 1925, p. 495.

13 L’histoire littéraire de la France de Pierre Abraham et Roland Desné signale que 18,75 % des œuvres qui comptent entre 1919 et 1939 sont des écrits surréalistes. Daniel Milo définit trois critères pour distinguer l’œuvre légitimée de la non légitimée : la place dans l’enseignement secondaire, la place dans les encyclopédies et celle dans les recherches universitaires, « La bourse mondiale de la traduction : un baromètre culturel ? », Annales ESC, janvier-février 1984, p. 93-116.

14 43 auteurs parmi lesquels on note le père Lhande, Marguerite Bourget ou encore le père Théolier.

15 Études, 5 mars 1936, p. 577-588.

16 Études, 20 avril 1935, p. 145-150.

17 18,5 % des articles à partir de 1933.

18 Les seuls auteurs catholiques importants étudiés dans les années 1920 ont été Bernanos, Claudel et Péguy.

19 « Rien ne m’empêchera de reconnaître dans le roman de Monsieur Bernanos un sens chrétien remarquablement soutenu sous ses dehors incohérents (…) des pages littéraires superbes où est décrit le don de voir les âmes », Études, 5 mai 1926, p. 339-346.

20 Études, 5 mars 1928, p. 596.

21 Études, 5 octobre 1929, p. 121.

22 Études, 20 août 1935, p. 567-568 et 5-20 septembre 1937, p. 568-569.

23 Études, 20 avril 1936, p. 253.

24 Études, 20 mai 1934 : 13 pages consacrées aux romans de Julien Green par Alphonse de Parvillez, p. 521 sq.

25 Études, 20 juin 1929, p. 672-695.

26 Études, 20 avril 1930, p. 220-230.

27 Études, 20 mai 1932, p. 504. Le critique convient néanmoins que l’auteur possède « un talent d’une pénétration singulière » ; huit ans plus tard, Jean du Rostu exprime les mêmes réserves, Études, 5 avril 1940, p. 123.

28 Études, 20 mai 1927, p. 473.

29 Louis de Mondadon, Études, 20 février 1920, p. 302.

30 Alphonse de Parvillez, « Le monde vu d’en bas », Études, 20 janvier 1933, p. 226.

31 Alphonse de Parvillez, « Romans », Études, 20 février 1937, p. 533-534.

32 Victor Poucel, « André Gide, ses idées et son esprit », Études, 5 octobre 1927, p. 7.

33 Abbé Calvet, D’une critique catholique, Paris, Spes, 1927, p. 66.

34 Alphonse de Parvillez, « La carte des courants invisibles », Études, 20 mars 1933, p. 734.

35 Études, 5 mars 1922, p. 22.

36 Un exemple parmi d’autres de la lecture morale des Études : « Vous pouvez admirer la vigueur d’un jeune talent déjà mûr. L’auteur Raymond Radiguet possède le coup d’œil subtil qui dénoue les motifs compliqués des actes et perçoit les nuances les plus tenues de l’émotion (…) mais pourquoi avoir choisi cette vilaine matière ? Égoïsme et sensualité, libertinage et fourberie s’étalent avec un consentement cynique (…). Le diable au corps est tout simplement le journal d’un polisson infatué », Louis de Mondadon, Études, 20 mai 1923, p. 475.

37 Rapport à la reprise de la revue, 29 décembre 1943, rédigé par le père d’Ouince. En 1919, la revue compte 4 000 abonnés, près de 13 000 en 1939.

38 En 1956, Louis Barjon, à l’occasion du centenaire de la revue, rappelait encore l’obligation de ne pas choquer le lecteur Études, novembre 1956, p. 169.

39 « Trois journaux littéraires », Études, 20 mai 1932, p. 482.

40 La Congrégation de l’Index a connu une période faste dans les années 1840 marquée par une condamnation continue d’écrivains.

41 Voir l’affaire du double suicide commis en 1838, reprise en 1847 par un prêtre pour en faire le procès de la littérature (La Salamandre d’Eugène Sue est tout particulièrement visée). Voir sur ce point les travaux d’Odile Krakovitch, « Les romantiques et la censure au théâtre », dans Romantisme, 1982, n° 38, p. 33 sq.

42 « De la lecture des romans », Études, 20 décembre 1927, p. 718.

43 Dominique Avon à propos de Paul Doncoeur. Ces traits peuvent être repris pour caractériser la majeure partie des jésuites de cette génération, voir Paul Doncoeur s.j . (1880-1961). Un croisé dans le siècle, Paris, Éditions du Cerf, 2001, 393 p.

44 Voir sur ce point les travaux de Pierre Vallin, « Études ». Histoire d’une revue. Une aventure jésuite. Des origines au concile Vatican II (1856-1965). Numéro spécial, Paris, Assas éditions, 2000. Voir également les travaux de Jacques Prévotat sur l’Action française, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation (1899- 1939), Paris, Fayard, 2001, 744 p.

45 Article « Longhaye », dans Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, sous la direction de Gabriel Jacquemet, Paris, Letouzey et Ané, p. 1063.

46 Paul Renard, L’Action française et la vie littéraire (1931-1944), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

47 Cette importance démesurée peut être reliée à la mort prématurée de 600 écrivains pendant la Grande Guerre, leur absence ayant renforcé considérablement l’influence des aînés.

48 Victor Poucel à propos de François Mauriac, Études, 20 août 1930, p. 444.

49 Voir l’article « Écrivain catholique », dans Catholicisme…, op. cit.

50 L’expression « Homme du passage » est de Christoph Theobald, « Henri Bouillard (1908-1981) », Recherches de science religieuse, 2009/2, tome 97.

51 « À nos lecteurs », p. 289-293 ; « Dialogue épistolaire : 8 000 lettres reçues », p. 291.

52 Jean Danielou, Études, 5 mars 1940.

53 L’arrivée en 1935 de Louis Barjon et d’Émile Rideau a constitué les prémices du tournant. Le dernier appartient à la génération des Mondadon et Parvillez mais son entrée tardive à la Compagnie de Jésus, en 1919, lui a épargné l’enseignement de Longhaye ; quant à Louis Barjon, il est résolument antimaurassien.

54 « Un indépendant », Études, 5 décembre 1935, p. 613-630.

55 « Là encore, on est bien loin d’un théâtre édifiant ou apologétique voire même du genre « mystères » qui retrouvaient une dynamique ; une fois encore il y a l’effort de fournir au lecteur de nouvelles voies d’appréciation pour se dégager d’un art sulpicien au profit d’un art moderne », Études, 5 avril 1938, p. 45.

56 Études, p. 27.

57 Jean-Pierre Jossua, Pour une histoire religieuse de l’expérience littéraire, tome 3, Dieu aux XIXe et XXe siècles, Paris, Beauchesne, 1994, p. 14.

58 Victor Poucel, Études, 20 juin 1929, p. 693.

59 Publié bien des années après sous le titre Theology of culture, Oxford University Press, 1959.

© LARHRA, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter