Version classiqueVersion mobile

Jésuites et littérature (xixe-xxe siècles)

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Frédéric Gugelot

Les jésuites et le monde des Lettres

L’empreinte d’Ignace

La Compagnie de Jésus et la litterature en Belgique francophone au XIXe siècle

Cécile Vanderpelen-Diagre

Texte intégral

  • 1 Je remercie le Centre interuniversitaire de formation permanente qui a financé les recherches qui o (...)
  • 2 Gustave vanwelkenhuyzen, « Maurice Maeterlinck au Collège Sainte-Barbe », in Annales de la Fondatio (...)
  • 3 Cécile Vanderpelen-Diagre, « Les écrivains belges francophones et le Collège Saint-Michel. Formatio (...)

1Force est de constater que les collèges jésuites pèsent lourd sur l’histoire de la littérature belge tant est grand le nombre d’écrivains qu’ils forment1. Faisons un rapide tour d’horizon. Le premier écrivain qui ait vraiment compté dans l’histoire des lettres belges, Charles de Coster, auteur du célèbre roman Tyl Uylenspiegel, sort du Collège jésuite Saint-Michel de Bruxelles, tout comme son contemporain, Octave Pirmez, gloire plus éphémère mais qui marqua son temps. À la Belle Époque, toute une génération d’auteurs promis à un brillant avenir, Émile Verhaeren, Georges Rodenbach, Maurice Maeterlinck (prix Nobel en 1911), Charles Van Lerberghe et Grégoire Le Roy est issue du collège jésuite Sainte-Barbe de Gand2. Pour le XXe siècle, pour lequel nous disposons de données sérielles plus fiables, j’ai pu calculer que, entre 1920 et 1960, sur 284 écrivains en exercice sur lesquels existent des informations concernant leur cursus scolaire, 87 sont passés par un collège jésuite, soit 30,6%3. Les collèges jésuites semblent véritablement être des pépinières d’hommes de plume.

  • 4 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d’en (...)

2Ce brillant palmarès confirme l’efficience du mécanisme de reproduction à l’œuvre dans des collèges qui recrutent prioritairement dans les classes sociales au capital social et économique supérieur, lesquelles sont attirées par une filière de la distinction. Dans ce système, les compétences spécifiques sont développées chez les élèves. La ratio studiorum, qui règle le programme et la philosophie des cours, est principalement axée sur les disciplines littéraires et vise avant tout à former au bien dire et au bien écrire. Cet enseignement, qui valorise l’originalité individuelle est en congruence avec les attendus d’une carrière littéraire4. En outre, et de ce fait, tout concorde pour que, dès les années de collège, les élèves soient mis en relation avec de futurs écrivains, ce qui leur permet, en quelque sorte, de construire un premier réseau de collaborations et d’amitiés, qui se poursuivront tout au long de la carrière littéraire. La question que nous voudrions poser ici est l’implication des jésuites dans ce processus. Comment investissent-ils les matières littéraires afin d’essayer de perpétuer leur prééminence dans la formation des élites ?

3En Belgique, l’histoire de l’enseignement de la littérature est un domaine particulièrement peu exploré. Certes, le contenu de cet enseignement représente un matériau utile pour mettre au jour l’évolution du jugement social sur l’objet littéraire. Mais l’enjeu est plus vaste. La littérature est l’un des médias privilégiés de la constitution et de la circulation des valeurs morales dont une société cherche à se doter. Son enseignement est dès lors l’objet de débats, parfois âpres, qui agitent tant la presse, que le champ scientifico-universitaire et politique. Selon leurs convictions politiques, philosophiques et religieuses, mais aussi selon les compétences nécessaires à la perpétuation de le leur habitus social, les différentes instances cherchent à peser sur les matières littéraires enseignées. Parce que héritière et garante de la tradition scolaire la plus légitimée, il est normal que la Compagnie se trouve au cœur de ces polémiques.

Panorama des activités de la Compagnie de Jésus en Belgique

  • 5 Xavier Dusausoit, « Le collège Saint-Michel, création indépendante du monde catholique bruxellois ( (...)
  • 6 Xavier Dusausoit, « Entre tradition et modernité. Les collèges (1831-1910) », in Les jésuites belge (...)
  • 7 Pourcentage réalisé à partir du tableau du « Nombre des élèves des divers établissements d’enseigne (...)

4À l’heure de la construction de la Belgique indépendante (1830), l’urgence pour les jésuites n’est pas à la littérature mais à la mise sur pied d’un tissu scolaire compétitif. Dans le nouveau pays, la liberté religieuse promulguée par la constitution est totale et effective. Dans certaines villes, à majorité catholique, les collèges jésuites reçoivent le soutien des autorités municipales. À Bruxelles, en revanche, où les libéraux sont au pouvoir d’une manière discontinue, la Compagnie peut compter sur l’aide financière de la noblesse et de la grande bourgeoisie5. La Province, reconstituée en 1832, regroupe quatre maisons. Très vite, des collèges sont créés dans toutes les grandes villes (Alost 1831, Gand 1833, Bruxelles 1835, Liège et Tournai 1839, Anvers 1840, Mons et Turnhout 1845). A la veille de la Première Guerre mondiale, la Compagnie dirige 16 établissements (parmi lesquels les Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix) avec plus de 8000 élèves)6. Peu à peu, la congrégation conquiert une position dominante dans la formation des futurs universitaires. À titre indicatif, en 1858, 27,8 % des élèves qui ont fait des études complètes en vue d’entrer à l’université sortent d’un collège jésuite. Cette proportion est d’autant plus impressionnante quand on sait que ces collèges ne représentent que 14,7 % de tous les établissements secondaires habilités à fournir ce diplôme (10 sur 68)7.

  • 8 Xavier Dusausoit, « Des maîtres de l’ombre ? L’influence politique des jésuites belges au XIXe sièc (...)

5Outre l’enseignement, la Compagnie se lance avec succès dans les missions et les confréries charitables. Elle exerce une influence non négligeable sur la presse, les sociétés scientifiques (la Société scientifique de Belgique par exemple), de réflexion et d’éloquence catholiques, ainsi que sur le monde politique. L’exemple le plus flagrant est le gouvernement de Smet de Nayer (1902) qui compte huit ministres, dont six sont issus des collèges de la Compagnie8. Cependant, une étude reste à réaliser pour déterminer le nombre d’anciens élèves des collèges jésuites dans les sociétés savantes et culturelles du pays au XIXe siècle (l’Académie royale de Belgique, le Cercle littéraire et artistique, etc.).

  • 9 Xavier Dusausoit, « Le théâtre : élever l’âme, mais en maintenant ‘l’audience’ », in Les collèges j (...)
  • 10 Cercle littéraire de l’Association des anciens élèves du collège Saint-Michel, Rapport sur les trav (...)
  • 11 Voir la liste des membres dans Idem, 1902.

6En 1852, le collège Saint-Michel de Bruxelles lance les Précis historiques, revue généraliste qui traite des grandes questions intellectuelles qui agitent la Compagnie. La littérature n’en fait visiblement pas partie, si on excepte quelques rares poèmes de circonstance, pour la plupart anonymes et composés dans la plus pure tradition classique. En revanche, toute une production se déploie destinée au théâtre scolaire, grande tradition de l’enseignement jésuite à laquelle les collèges belges ne dérogent pas. Une part importante des drames historiques et religieux joués ont été écrits par des pères, français et belges. Dans les années 1830, nombre de pièces sont rédigées en association avec les élèves de rhétorique, dans le cadre des académies littéraires, séances qui rassemblent les meilleurs élèves des classes de rhétorique autour d’exercices oratoires qui concernent essentiellement des questions historiques mais parfois également littéraire9. Au collège Saint-Michel, le père Gravez fonde un Cercle littéraire en 1888 destiné aux anciens de l’établissement dans le but d’« initier une jeunesse enthousiaste à la carrière littéraire, si peu appréciée, si mal récompensée en Belgique ». « Il comptait bien aussi, préciseront ses successeurs, que la science, la littérature et l’art ne seraient pas seulement une fin en eux-mêmes, mais surtout des moyens d’augmenter la gloire de la patrie et de la religion10. » En réalité, à une exception près (Pierre Daye), le Cercle ne semble jamais avoir couvé d’écrivains en herbe11.

7À n’en pas douter, l’influence la plus notable et la plus durable des jésuites en matière littéraire concerne l’édition de manuels et d’anthologies scolaires. D’une manière symptomatique, le premier manuel quelque peu original à paraître en Belgique dans le domaine est dû à un membre de la Compagnie, le père Broeckaert.

Le marché du manuel scolaire

  • 12 Après une première édition en 1834 (Gand, De Buscher), l’ouvrage est réédité en 1836 (Bruxelles, Me (...)
  • 13 Alain Viala, « L’enseignement des Lettres : éléments de problématique et de genèse historique », in (...)
  • 14 Paul Duclos (dir.), Les Jésuites, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. (...)

8En 1849, lorsque paraît la première édition du Guide du jeune littérateur de Broeckaert, l’enseignement de la littérature semble, si on se fie à la fréquence des éditions (en contrefaçon), s’appuyer sur les fameuses Leçons françaises de littérature et de morale de François-Joseph Noël (1756- 1841) et François de la Place (1757-1823)12. Les Leçons ont paru pour la première fois en 1801. Noël est alors inspecteur général de l’Instruction publique française, tandis que La Place enseigne l’éloquence latine à la Faculté des Lettres de l’Académie de Paris. Dans les grandes lignes, et de manière explicite, leur manuel reprend les principes du fameux Cours de Belles Lettres distribué par exercice de l’abbé Batteux, publié pour la première fois en 1747. Comme l’a montré Alain Viala, le Cours est profondément marqué par les postulats de son auteur. Membre de l’Académie française et de l’Académie des Belles-Lettres et par ailleurs oratorien, Batteux a pris parti dans la Querelle des anciens et des modernes pour ces derniers. Pour lui, ils surpassent, surtout s’ils sont Français, leurs prédécesseurs. La première place dans les cours de littérature doit donc leur revenir. Si d’une certaine manière, il bat en brèche la primauté des auteurs antiques imposée par les jésuites, il n’en propose pas moins une lecture moralisatrice des œuvres et une visée utilisatrice de leur étude ; à savoir l’apprentissage par l’élève du savoir bien « dire », soit l’apprentissage de l’éloquence. En France, dans les décennies qui suivent et durant tout le XIXe siècle, la prééminence de la littérature française dans les programmes est source de tensions sociales et idéologiques ; d’une part le latin demeure la langue des élites et d’autre part, au gré des ressacs réactionnaires, le français est perçu comme la langue des Lumières et de la Révolution. Au fil du XIXe siècle, on lui confère cependant une vertu patriotique accrue qui légitime sa place. Tout au long de ce processus, le modèle élaboré par Batteux est sans cesse réactualisé, mais pas bouleversé dans ses fondements13. La – relative – remise en question de la ratio studiorum dans laquelle il s’aventure n’a rien pour indisposer les régimes qui se succèdent. Jusqu’au XXe siècle, les jésuites subissent en France des brimades pouvant aller jusqu’à des persécutions, tantôt légales, tantôt larvées, résultat d’une « liberté religieuse entravée »14.

  • 15 J. Steche, « Reiffenberg, Frédéric-Auguste de », in Biographie nationale, t. 18, Bruxelles, Académi (...)

9A priori, la vision de la littérature proposée par Batteux, Noël et de La Place n’a rien non plus pour déplaire aux élites libérales belges. En 1836, les Leçons sont éditées avec une longue préface très consensuelle du polygraphe Frédéric-Auguste de Reiffengerg (1797-1856), alors professeur à l’Université de Liège, membre de l’Académie royale de Belgique ainsi que de nombreuses sociétés savantes un peu partout en Europe15. Le texte fleure bon la prose cocardière de l’époque et prêche l’unité, en l’occurrence des langues française et anciennes, des anciens et des modernes, des romantiques et des classiques. La doxa séculaire glorifiant les valeurs prophétiques des auteurs du Grand Siècle est reprise dans le style fleuri cher à l’auteur.

  • 16 Frédéric-Auguste De Reiffenberg, « Introduction. Tableau des vicissitudes de la littérature françai (...)

Pour remplir la mission qui lui était réservée, pour s’élever au rang de langue universelle, de truchement des rois et des peuples, en un mot d’intelligent moyen d’unité, il manquait à la langue française de la noblesse et de la dignité. Le siècle de Louis XIV se chargera de l’en assouvir16.

  • 17 Gustave Charlier, « Baron Auguste », Biographie nationale, t. 29, Bruxelles, Brulant-Académie royal (...)

10En 1841, les Leçons gagnent une légitimité plus grande encore puisqu’elles sont rééditées par Auguste Baron à la Société belge de librairie, dans une version augmentée d’auteurs modernes et étoffée d’un « Résumé de l’histoire de la littérature française » de sa plume. Auguste Baron est une figure incontournable de l’histoire de l’instruction publique en Belgique. Né à Paris en 1794, fils d’un fonctionnaire de l’administration des finances, il a fait ses études au lycée Henri IV, puis à l’École normale supérieure. Après un long séjour à Londres, il émigre à Bruxelles en 1822 où il devient un publiciste prolixe, surtout célèbre pour ses dithyrambes en faveur du romantisme. Il se lance ensuite avec succès dans l’enseignement. L’année même de l’Indépendance, il est nommé à la fois membre de la Commission de l’instruction publique en charge d’organiser l’enseignement officiel et professeur de rhétorique et préfet des études à l’Athénée de Bruxelles17. Il est aussi parmi les fondateurs de l’Université libre de Bruxelles (1834) où, en plus de donner des cours de littérature, il met sur pied la faculté de philosophie et lettres. Vraisemblablement initié à la littérature par la voix de Batteux, il partage ses dispositions pour une habile combinaison entre les modernes et les classiques.

Le Guide du jeune littérateur

  • 18 Vincent Baesten s.j., « Le RP Joseph Broeckaert », in Précis historiques, 1880, p. II.
  • 19 Annales parlementaires, Séance du 18 février 1869, p. 459.

11On conçoit mal que les collèges jésuites utilisent sans sourciller un ouvrage avalisé par l’enseignement officiel et cautionné par un adepte passionné du romantisme. C’est une personnalité en vue dans la Compagnie qui se charge de rédiger un manuel digne de recevoir l’imprimatur. Né à Lockeren en 1807, « d’une famille honorable et profondément chrétienne », Joseph Broeckaert appartient « à cette génération d’hommes remarquables, élevée à l’école de la persécution religieuse dont la Belgique fut victime aux temps du premier empire et de la domination hollandaise»18. C’est en effet en Suisse qu’il accomplit une partie de sa formation. Revenu en Belgique en 1830, il est envoyé comme professeur de rhétorique dans les collèges de Namur, d’Alost et de Bruxelles. En 1839, il est élevé au sacerdoce et nommé recteur du collège d’Alost en 1843. Il forme de nombreuses futures élites politiques, parmi lesquelles François Schollaert (1851-1917), appelé à de nombreux portefeuilles ministériels et qui lui rendra un hommage vibrant devant la Chambre des représentants alors qu’il défend les humanités anciennes en 186919.

  • 20 Voir notamment : Paul Aron et Alain Viala, L’enseignement littéraire, Paris, PUF, 2005 (Que sais-je (...)
  • 21 Mouchel Christian, « Les rhétoriques post-tridentine (1570-1600) : la fabrique d’une société chréti (...)
  • 22 Dispositions concernant l’enseignement, 1850, Archives de la Province belge méridionale de la Compa (...)

12Certes, l’agencement par genres choisi par Noël et de La Place ne pose pas réellement problème ; d’autant que la prééminence de l’art oratoire est explicitée. Mais Broeckaert entend bien, d’une part, réaffirmer les règles de la culture classique antique, et de l’autre, assumer sa perception résolument utilitariste de la littérature. Ainsi, sur les 127 auteurs qu’il cite, 29 appartiennent à l’antiquité grecque ou romaine, soit 23 % du corpus. Les autres noms appartiennent, sans surprise, au Grand Siècle (Boileau, Bossuet et Fénelon). Il s’autorise de larges ouvertures sur le XIXe siècle, avec une prédilection pour les historiens et les orateurs (Chateaubriand, Nisard, Hugo, Villemain). Si on compte les occurrences, on note une présence écrasante de Cicéron et d’Horace. De tels choix n’ont toutefois rien d’original et correspondent au dénominateur commun de l’enseignement littéraire de l’époque en France et en Belgique20. Tout au plus trouve-t-on dans la présentation de Broeckaert une filiation affirmée avec la ratio studiorum. On le sait, depuis sa création, la Compagnie entretient l’idée que la littérature est le meilleur moyen de manier le « logos », contenu et code de pensée ; elle est par conséquent un instrument massivement investi pour transmettre le Verbe et la Vulgate. Dans le contexte du Concile de Trente qui voit naître la pédagogie jésuite, une place privilégiée est attribuée à l’expression, arme devant servir à conquérir les âmes. Les auteurs antiques, en tant qu’inventeurs de l’éloquence, sont tout particulièrement investis : « L’éloquence adéquate fait lire saint Thomas à travers Cicéron ».21 Ce principe est reconduit jusqu’au XXe siècle et explique que, dans le programme des cours dispensé dans les collèges en 1850, seules 2 heures soient consacrées au français, tandis que 11h 15 le soient aux auteurs grecs et latins (4 heures pour les mathématiques, 2h15 pour l’histoire et la géographie et 45 minutes pour l’instruction religieuse)22.

  • 23 Le Guide des humanistes, ou Premiers principes de goût, développés par des remarques sur les plus b (...)

13Dès lors, ce qui intéresse Broeckaert n’est pas tant l’apprentissage de la littérature en elle-même, mais bien l’utilisation qu’on peut en faire ; ce dont témoigne clairement le titre qu’il choisit pour son ouvrage : Le guide du jeune littérateur. Il s’agit de développer les compétences de composition, pas de lecture, des élèves. Les textes proposés sont des applications de règles grammaticales et stylistiques que l’élève apprend à identifier et à imiter. Il est donc normal que, plutôt que de voir le patrimoine littéraire d’un point de vue générique et historique, le jésuite le conçoive comme un prolongement des préceptes de l’éloquence antique. Alors que Batteux, puis Noël et de La Place, proposent un foisonnement générique arborescent pas toujours clair si ce n’est dans la chronologie, Broeckaert préfère revenir à un classement beaucoup plus classique : le trinôme éloquence, histoire et poésie. Ses devanciers ne sont pas tant Batteux, La Place et Noël, mais plutôt les propagateurs les plus zélés de l’humanisme antique. Comme nous le verrons, ses contemporains ne s’y trompent pas et perçoivent la filiation avec le Guide des humanistes (1780) de l’abbé Jean-Charles Tuet (chanoine de la cathédrale de Sens, 1742-1767) autre classique du genre régulièrement réédité.23

  • 24 Marin de Boylesve, Principes de Littérature. Style, poésie, éloquence, Paris-Lyon, Poussielgue-Rusa (...)

14Mais le plus spécifique dans l’œuvre du jésuite belge est son caractère didactique, sa volonté d’avancer de manière progressive. Les Principes de littérature édités peu de temps après par le jésuite français Marin de Boylesve sont davantage rédigés comme un précis qui décompose la matière24. Moins dense, ces Principes reprennent les préceptes ancestraux de l’éloquence classique et présentent les beaux-arts d’après la division habituelle entre poésie et éloquence. Les auteurs cités sont presque exclusivement tirés de la Grèce et de la Rome antique ainsi que du Grand Siècle. Les citations de Victor Hugo ou Chateaubriand sont très rares. En comparaison, l’ouvrage de Broeckaert apparaît comme plus novateur. Il n’est pas interdit de songer au fait que tandis que son collègue défend une citadelle assiégée, lui est dans une position de « reconquête ». Il ne s’agit pas seulement de se distinguer de la concurrence, mais d’être compétitif. Dans cette démarche, le repli sur- soi peut être contre-productif. D’autant que Broeckaert se fait fort de citer des auteurs non seulement contemporains mais aussi belges. Dans un contexte d’exaltation patriotique, cela relève de la sage stratégie.

  • 25 Noël et De la Place, Leçons françaises de littérature et de morale, 21e édition augmentée d’un gran (...)

15Broeckaert se particularise enfin par son utilisation pragmatique du matériau littéraire. Cela se décèle très clairement dans l’anthologie, parue en 1853, qui accompagne le Guide, les Modèles français recueillis d’après le plan du Guide du jeune littérateur. Le choix des textes tranche résolument avec celui de Noël et de La Place. Ceux-ci étaient fiers de proposer des auteurs « fameux », « de génie » et « de talent », « consacrés par la gloire » ou par la célébrité. Selon eux, « cette lecture, pleine de charme et d’intérêt, perfectionnera aussi, achèvera l’éducation des jeunes personnes, leur donnera l’indication des ouvrages d’un grand nombre de nos meilleurs auteurs, et, pour la plupart d’entre elles, une teinture suffisante de notre littérature. »25 Tandis que les deux Français veulent transmettre le goût, Broeckaert cherche à transmettre « les préceptes » du style. Le premier tome donne des extraits d’amplifications diverses et de compostions secondaires, de conversation, de dialogues, d’allocutions, d’épitres, de dialogues en vers, de descriptions (actions successives, tableaux simultanés, poésie pastorale), de raisonnements (genre didactique, genre philosophique, critique, poèmes didactiques, apologues, satire), de sentiment (odes, élégies). Le second offre des extraits d’éloquence (de l’académie, du barreau, de la tribune et de la chaire) et enfin, de poésie dramatique. La question de la gloire et de la valeur esthétique, littéraire, est secondaire. Il ne cherche pas à faire un florilège des plus beaux textes des belles-lettres.

  • 26 Joseph Boeckaert, Modèles français recueillis d’après le plan du Guide du jeune littérature avec de (...)

Mais pourquoi citer dans un recueil de modèles, des auteurs de second ordre ? À ce reproche je répondrai que, mon but étant d’aider à la formation littéraire des jeunes gens, il m’a paru utile de mettre sous leurs yeux certains morceaux d’un mérite contestable, je l’avoue, soit pour les comparer avec d’autres pièces analogues, soit pour y puiser l’idée de quelque exercice de composition26.

  • 27 « Compte rendu au R. P. Provincial par le P. Bossaert, recteur du collège Saint-Servais, 29 avril 1 (...)
  • 28 Je remercie Madame Françoise Châtelain pour m’avoir signalé cette référence : Iwan Gilkin, Mémoires (...)

16Constamment réédité jusqu’en 1889, le manuel de Broeckaert est utilisé dans tout le réseau de l’enseignement catholique. Le marché est juteux. Les archives nous apprennent qu’en 1856, 11 200 volumes sont en circulation, chiffre énorme à l’échelle de la Belgique et qui nous laisse penser que l’ouvrage est également acheté par les établissements officiels et par des particuliers27. L’écrivain Iwan Gilkin, qui fit ses études à l’Institut Saint-Louis (un établissement épiscopal) de Bruxelles dans les années 1870, gardera un souvenir amer des « puérilités » du Guide de Broeckaert, qui faisait apprendre aux élèves des définitions de préceptes, de figures et de style et dégoûtait à jamais les jeunes gens des auteurs classiques28.

Jésuite et écrivain ?

  • 29 Baron de Stassart à Joseph Broeckaert, 26 mai 1853, ABSE, BE/942855/1595/129.

17Il n’est pas certain que le succès de librairie et la reconnaissance des milieux scolaires ait suffit au Père Broeckaert. Ce dernier semble bien avoir ambitionné la consécration littéraire. En 1853, il présente en effet son Guide à la Classe des Lettres à l’Académie royale de Belgique afin d’obtenir le prix quinquennal de littérature, prestigieuse et unique récompense de ce type dans la Belgique d’alors. La déception est grande. Non seulement il ne reçoit pas le prix, mais le président de l’Académie, le très reconnu baron de Stassart (1780-1854), commet l’injure d’affirmer dans son rapport que l’ouvrage en question offre des similitudes avec le Guide des humanistes du père Tuet. Outré, Broeckaert rédige une lettre outragée qu’il soumet au Journal de Liège. Le Baron de Stassart a beau lui écrire pour s’excuser et admettre qu’effectivement le plan du Guide du littérateur est beaucoup plus étendu que celui du Guide des humanistes29, le père Broeckaert reste mécontent.

  • 30 Brouillon ou original de Joseph Broeckaert au Baron de Stassart, 28 mai 1853, ABSE, op. cit.

Lorsque de cette haute position où vous ont élevé l’estime et la considération qui s’attachent à une longue et brillante carrière littéraire vous faites descendre sur un homme obscur comme moi une parole d’encouragement ou de blâme, cette parole est un arrêt dans l’opinion publique ; en cette circonstance votre erreur m’eut enlevé à jamais le suffrage de tous ceux qui se règlent sur votre opinion. Et vous savez assez, M. le Baron, combien il est pénible de se voir enlever ainsi le fruit d’un long travail. […]
Tout ce que traite l’abbé Tuet se rapporte aux éléments du style et même spécialement aux éléments de style poétique et de style poétique latin. Il s’en suit que la 1ère partie de mon ouvrage seule embrasse un cadre plus large que celui de tout l’ouvrage de l’abbé Tuet ; les quatre autres parties de mon ouvrage, c.-à-d. plus que les 4/5 sont complètement en dehors des matières traitées par mon devancier, où par conséquent, il ne peut être question d’aucune analogie d’aucune espèce. En un mot il y a peu d’ouvrages classique dont le cadre soit aussi restreint que celui du Guide des humanises ; il n’y en a point dont le plan soit plus étendu que celui du Guide du Jeune littérateur. […] Le seul point de ressemblance est dans le premier mot du titre30.

  • 31 Baron de Stassart à Joseph Broeckaert, 8 juin 1853, ABSE, op. cit.
  • 32 Idem, 24 juin 1853.

18Le Baron de Stassart, qui s’est fait connaître surtout pour ses Fables, n’est pas insensible à l’opinion du Révérend Père. Aussi est-il tout contrit en constatant que malgré les corrections qu’il a apportées à l’édition du rapport de l’Académie31, il n’ait pas été retenu dans les Modèles : « En lisant le prospectus de vos modèles français, j’avais, vous le dirais-je ?, la vanité, la prétention, l’espoir d’y obtenir, non pas une hospitalité aussi large que dans plusieurs recueils publiés récemment à Paris ; c’eût été faire mentir le proverbe, mais une petite place pour deux ou trois fables32. »

  • 33 Paul De Decker à Joseph Broeckaert, 11 août 1853, ABSE, op. cit..

19Stassart n’est pas le seul membre de la Classe des Lettres de l’Académie royale de Belgique à être embarrassé. Pierre de Decker (1812- 1891), par ailleurs homme politique catholique, publiciste et poète, prend la peine d’écrire au père Broeckaert pour lui expliquer que bien que « tous les membres du jury » aient reconnus « et exalté le mérite [du] livre comme ouvrage didactique et au point de vue de son utilité positive pour les jeunes gens », ils n’ont pu lui discerner un prix qui devait récompenser une « œuvre littéraire »33.

  • 34 Étienne de Gerlache à Joseph Broeckaert, [illisible] 1852, Idem.
  • 35 François-Charles-Joseph Grandgagnage à Joseph Broeckaert, 1er juin 1853, Idem.

20Les ambitions littéraires de Broeckaert laissent peu de doute. Il envoie scrupuleusement ses ouvrages aux hommes de plume qui comptent et ceux-ci s’empressent de le remercier chaleureusement, qui pour l’avoir inclus dans les auteurs cités (le magistrat, publiciste et historien le Baron Étienne de Gerlache, 1785-1871)34, qui pour espérer être intégré dans une édition ultérieure (le magistrat, écrivain et académicien François-Charles-Joseph Grandgagnage 1797-1877)35.

Des principes dans l’air du temps

  • 36 Brouillon ou original de Joseph Broeckaert au Baron de Stassart, 28 mai 1853, Idem.
  • 37 A. M., « Revue de bibliographie analytique », in Moniteur de l’enseignement, 1850- 1851, t. 3, p. 2 (...)
  • 38 Voir notamment le débat de février 1869 entre notamment Eudore Pirmez (libéral), Charles Rogier (li (...)
  • 39 Dominique Grootaers (dir.), Histoire de l’enseignement en Belgique, Bruxelles, CRISP, 1998, p. 278- (...)
  • 40 Auguste Baron, De l’invention dans l’art d’écrire, Bruxelles, Académie royale de Bruxelles, Extrait (...)

21Le père Broeckaert s’enorgueillit d’avoir reçu des critiques exclusivement positives concernant son travail36. Le Moniteur de l’enseignement, dirigé par un professeur d’athénée, consacre de nombreux comptes rendus au Guide et aux Modèles. Tous vantent la méthode progressive proposée et la clarté du propos. L’un d’eux se réjouit qu’il « ne se contente pas de puiser aux sources fécondes de l’antiquité, il n’emprunte pas exclusivement à Aristote et à Isocrate, à Cicéron et à Quintilien, il met à contribution les orateurs et les critiques modernes les plus célèbres ; il cite d’Aguesseau, Blair et surtout Nisard, Laurentie et Cormentin dont les paroles pleines d’autorité, jointes aux justes et sages observations de l’auteur, donnent en définitive à son ouvrage un cachet de nouveauté qui a bien son mérite. »37 Effectivement, l’originalité, et partant la réussite, de Broeckaert tient vraisemblablement à l’introduction d’auteurs modernes – en l’occurrence essentiellement d’œuvres historiques et de discours – à la suite d’un corpus antique. De la sorte, il fait des concessions à son siècle sans remettre en question la ratio studiorum. On ne saurait être plus conciliant. Si, à l’époque, quelques voix s’élèvent dans l’hémicycle politique à la faveur d’une meilleure étude des sciences et des langues vivantes (à commencer par le français), personne n’imagine de diminuer le temps consacré à l’étude du grec et du latin, au contraire38. Le temps imparti à ces matières dans les écoles officielles coïncide exactement avec celui de leurs homologues jésuites : 13 heures de langues anciennes par semaine, en moyenne, pour les 3 années supérieures des humanités, et 3 heures de langue maternelle (français ou néerlandais) et à peu près autant de seconde langue39. Auguste Baron, s’il ne juge pas utile de consacrer trop de temps à l’apprentissage du latin écrit, est loin de mésestimer l’utilité de son apprentissage. Comme son contemporain Abel-François Villemain, professeur de littérature à la Sorbonne et dont il est un admirateur, il apprécie les romantiques mais ne décrie pas les classiques, qu’ils soient antiques ou français. Pour lui, l’élève doit s’appliquer également « à l’étude de la langue maternelle et des langues anciennes40 ».

Les Modèles du père Procès

  • 41 « Le P. Edmond Procès », in Précis historiques, 1927, p. 32-33
  • 42 Edmond Proces, « Avertissement », Modèles français extraits des meilleurs écrivains, avec notices, (...)
  • 43 Idem, p. 7.

22Au fil des décennies, le Guide du jeune littérateur est progressivement jugé désuet. C’est un jésuite chargé de lourdes responsabilités au sein de la Compagnie qui s’attèle à la tâche de leur réactualisation. Quand il se lance dans l’entreprise, le père Edmond Procès (1847-1927) est socius (collaborateur le plus proche) de trois pères provinciaux, en 188841. Laborieusement, il sélectionne des morceaux qui composeront un énorme ensemble : quatre volumes gradués, comptant plus de deux milles pages répondant aux six années des études secondaires. Son dessein n’est pas de remettre en cause les préceptes de Broeckaert. Au contraire, il conserve la trame générale du Guide. Le projet consiste surtout à « offrir à l’élève un choix plus riche, plus varié, plus intéressant de morceaux à étudier ou à lire ; [et à] l’initier pratiquement à l’histoire de la littérature en lui mettant sous les yeux les plus belles pages des principaux auteurs classiques42. » Un tel changement de perspective peut s’avérer plus périlleux qu’il n’y paraît. Le jésuite se rend compte qu’il est impossible, si on veut donner un cours d’histoire de la littérature complet, de « passer entièrement sous silence des renommées retentissantes ». Procès est donc contraint de donner quelques pages « des Voltaire, des Jean-Jacques et d’autres génies malfaisants » : « en dépit de l’horreur que de tels noms doivent inspirer à tout cœur catholique, ils appartiennent à l’histoire. Le jeune homme instruit ne peut les ignorer. Au maître chrétien de lui apprendre ce qu’il doit savoir, et de le mettre en garde contre la séduction de ces œuvres trop vantées, qui ont fait tant de ravages dans les âmes43. » Pour aider l’enseignant, chaque morceau est précédé d’une notice très touffue qui comprend les réserves morales d’usage mais surtout qui remet dans son contexte l’œuvre et l’auteur. On est loin des seuls préceptes de Broeckaert.

23Il semble que la collation ait été particulièrement ardue. Les censura – rapport(s) anonyme d’un à deux jésuite(s) au(x) quel(s) est soumise toute publication émanant de la congrégation – nous apprennent que l’œuvre est suivie de près par le provincial et que les choix de l’auteur sont très critiqués. Il faut dire qu’il commet l’imprudence d’intégrer des auteurs du XIXe siècle. Parmi les nombreuses critiques sur la moralité ou l’intérêt des morceaux choisis, on retiendra le rapport d’un anonyme qui se montre bien averti de la chose littéraire.

  • 44 Anonyme, s.d., Censura, Procès, ABSE.

On dirait que pour l’auteur la poésie en général et la poésie moderne en particulier sont constituées par un seul élément : la forme du vers.
Au fond il ne parle nulle part, sauf quand il fait des réserves au point de vue moral ou religieux.
Or il est impossible de comprendre un Lamartine, un Lecomte de l’Isle, un Sully Prud’homme et en général tous ceux qui ont fait quelque figure ; il est impossible, dis-je, de les comprendre comme poète, si on n’étudie pas la conception qu’ils ont de la poésie, l’angle sous lequel ils voient les choses, et, par-dessus tt. (sic), leur tendance philosophique.
Je pense que si l’auteur s’était mis à ce point de vue, il aurait rejeté bien des morceaux qu’il a retenus, et qu’il en aurait choisi d’autres à leur place44.

24Par ailleurs, d’accord pour penser que certains passages ne peuvent être donnés à lire, le rapporteur s’interroge sur le sens que peuvent avoir certaines pièces si elles sont mutilées. Il donne pour exemple L’idole (extrait du recueil Iambes, 1831) d’Auguste Barbier dont les derniers vers, assez hardis il est vrai, ont été supprimés par Procès.

Le peuple, – c’est enfin la fille de taverne,
La fille buvant du vin bleu,
Qui veut dans son amant un bras qui la gouverne, Un corps de fer, un œil de feu,
Et qui, dans son taudis, sur sa couche de paille,
N’a d’amour chaud et libertin,
Que pour l’homme hardi qui la bat et la fouaille, Depuis le soir jusqu’au matin.

  • 45 ABSE, Censura, Procès, ABSE.

25Le rapporteur en conclut que « ces quatre vers forment la conclusion du morceau » ; donc ou on les garde, « ou bien, il faut sacrifier tout le morceau. »45 Procès préfère choisir une autre partie (la III au lieu de la V) de L’Idole, dans laquelle toute la métaphore tourne autour d’une jument, pas d’une femme. Dans la notice introductive, il en appelle à l’autorité de Léon Gautier (1832-1897), éminent professeur à l’École des Chartes, pour se justifier d’avoir intégré Barbier dans l’anthologie.

  • 46 Edmond Procès, Modèles français. Extraits des meilleurs écrivains avec notices, Cours supérieurs, B (...)

Élevé, comme la plupart des hommes de son temps, en dehors des idées religieuses, Barbier méconnaissait l’Église et manquait du sens catholique. Il a écrit sur la Rome des papes dans les mêmes termes que le protestant Gibbon, avec autant de mépris. Mais à côté de ces petitesses d’intelligence, on est étonné, dit M. Léon Gautier, de trouver chez lui les plus pures, les plus chrétiennes inspirations. Ce révolutionnaire sans ampleur est doublé d’un moraliste austère46.

26Le moins que l’on puisse dire c’est que l’initiative du père Procès est accueillie très positivement par le public catholique. Dans La Revue générale, principale tribune de l’intelligentsia catholique, Georges Legrand, professeur d’économie sociale à l’Institut agricole de Gembloux, ne cache pas son enthousiasme. Certes les nouveaux Modèles ont élargi le champ de vision étriqué de jadis, faisant la part belle à la littérature contemporaine, mais surtout, ils n’accordent pas le monopole aux « œuvres d’impression » (le roman et la poésie) qui conduisent à « un raffinement exquis mais morbide de la forme ». Bien au contraire, ils accordent aux orateurs, aux publicistes et aux les historiens la place qui leur revient. Le dernier volume est consacré à l’éloquence contemporaine et présente de nombreuses pages d’orateurs belges.

  • 47 Georges Legrand, « Modèles français », in Revue générale, décembre 1893, p. 933.

Hélas, les Modèles français du R.P. Broeckaert n’étaient plus à la hauteur du beau rôle dont nous parlions tout à l’heure. C’était là un fait reconnu de tous, plus vivement mis en relief par quelques-uns. Le R.P. Procès a répondu à l’attente générale en livrant successivement au public les quatre volumes qui forment aujourd’hui une œuvre complète.
Une double pensée devait présider à la confection de l’ouvrage : pour employer deux termes parlants, nous dirons qu’il devait être à la fois dogmatique et historique. Ainsi l’élève saisirait de lui-même et sur le vif la succession des idées et des formes à travers la littérature française ; son attention serai fixée sur les chefs-d’œuvre. L’érudition et le goût se formeraient en même temps et l’intelligence se développerait plus complètement sous l’influence de ce travail simultané.47

27La Compagnie, de son côté, se félicite du résultat obtenu :

  • 48 M. G., « Bibliographie », in Précis historiques, 1893, p. 331-332.

Restait la grande question, la question du choix des auteurs et des extraits de leurs livres.
On se trouve ici en présence de deux écoles extrêmes. La première ne voit de bon que le grand siècle : hors de lui pas de belles-lettres. La seconde, très échevelée, ne voit de bon que le nôtre, et se pâme devant un charabia où l’esprit le plus vaillant ne parvient à découvrir que des sonorités creuses.
Le P. Procès était trop de son temps pour se confiner dans la première, et il avait trop d’esprit et de bon sens pour se commettre avec la seconde. Le part a été faite, comme il seyait, aux grands maîtres d’autrefois, et elle a été faite, très large, aux maîtres d’aujourd’hui48.

  • 49 Voir notamment : Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1995.
  • 50 Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885- 1935), Paris, CN (...)

28Quoiqu’il en soit, cette nouvelle anthologie marque très clairement une évolution, tant dans sa conception que dans l’appareil critique qui l’entoure. En somme, le livre témoigne du passage de l’Église de la censure (l’omission dans les manuels) à l’encadrement, deux positions qui déterminent toute l’histoire de son rapport à l’écrit49. De la sorte, la littérature devient un objet en soi, dangereux certes, mais relativement autonome, puisque méritant d’être conçu comme un tout. Les Modèles de Procès seront sans cesse réédités jusqu’en 1936, date à laquelle une nouvelle équipe dirigée par le R.P. Alphonse Lambrette (professeur de rhétorique au collège Saint-Michel de Bruxelles, 1884-1970) en fait une édition à nouveau actualisée et augmentée, qui, elle, sera éditée jusqu’au moins 1967. Les modalités de présentation sont inchangées et se basent sur l’annotation des textes plutôt que sur leur censure ou leur mutilation. En cela, les années 1880 marquent véritablement un changement de paradigme. Cet accueil sous surveillance de la littérature par l’Église est bien connu. Grâce à cette brèche, le courant de la Renaissance littéraire catholique parvient à germer. Il s’inscrit dans le contexte, en France du « ralliement », en Belgique de la victoire du parti catholique et, de manière générale, de l’éclosion de la social-démocratie qui aboutit à l’encyclique Rerum novarum (1891)50. Il se fait qu’en Belgique, un jésuite est de la partie.

Un jésuite taquine les muses : le père Van Tricht

  • 51 Alfred Delepierre s.j., « Tricht Victor van », in Biographie nationale, t. 25, Bruxelles, Académie (...)

29En 1884, la première revue littéraire catholique belge sort de presse, Le Magasin littéraire. C’est l’événement fondateur de la naissance du renouveau littéraire catholique dans le royaume. Dans le sommaire, on trouve une critique littéraire d’un certain père Victor Van Tricht (1842-1897). À l’époque, le jésuite n’en est qu’au tout début de sa brillante ascension professionnelle. Fils d’un officier, il a commencé sa carrière dans les matières scientifiques. La légende veut qu’il ait rencontré un tel succès en prononçant une conférence de vulgarisation scientifique devant un cercle ouvrier, que ses supérieurs, en 1889, l’auraient envoyé à Louvain, avec pour mission de se consacrer à cet art. Effectivement, jusqu’à sa mort, il sillonnera la Belgique pour donner des conférences mi-religieuses, mi-scientifique, qu’il retranscrit ensuite pour donner à la presse (Le Magasin littéraire, le Patriote illustré) puis les publier à part51. L’éditeur Paul Godenne en fera enfin de coquets recueils. Les sujets des causeries sont des plus variés : L’Ouvrier, L’Ouvrière, Pauvres et Riches, La Condition des Ouvriers, Le Devoir des riches au temps présent, Miracle et hypnotisme, Le Bonheur, Mères, L’Espérance, La Charité personnelle, Missions belges, L’Esclave des esclaves, André-Marie Ampère, etc.

  • 52 Christian Mouchel, « Les rhétoriques post-tridentines… », op. cit., p. 452.

30Le secret du succès du père Van Tricht tient à l’utilisation du genre de l’exemplum. Pour faire passer ses messages, il raconte en effet des petites histoires puisées, dit-il, pour la plupart dans sa pastorale. Après moult amplification, il les transfigure en leçons religieuses et morales à portée universelle. Son style se ressent très fort de la doctrine du « discours-tableau » ou du « discours-peinture », chère à la Compagnie et qui consiste à donner aux idées abstraites une « enveloppe sensible, colorée et comme palpable des choses ».52 Pour illustrer la beauté intérieure, l’âme, d’une aveugle qui assiste à la messe, il décrit par le menu tout ce qu’elle rate avec une emphase grandiloquente :

  • 53 Une distraction à l’église, Feuilles détachées, Namur, Godenne, 1888, p. 32.

Aveugle ! Aveugle !
Ces lumières dont le cordon vacillant enguirlande l’autel, elle ne les voit pas. Cet ostensoir d’or où repose notre Seigneur et notre Sauveur, elle ne le voit pas… Cette Vierge de Murillo, à genoux devant son petit enfant, le regard de ce divin enfant, si touchant, si résiné, si mélancolique, ces statues avec leur diadème d’argent aux pierreries fines, ces bouquets de fleurs d’or, les vêtements solennels du prêtre, la soutane rouge et les surplis blancs des enfants de chœur, l’encensoir qui balance ses nuages, elle ne les voit pas… elle ne voit rien la pauvre fille53.

  • 54 Charles Godenne, « Le Père Van Tricht », in La Revue générale, août 1897, p. 215
  • 55 Le général Oyer et lieutenant Dupuis, le comte de Renesse, Charles Lagasse, ingénieur en chef des p (...)
  • 56 Extrait de La Foi, cité dans idem.
  • 57 F. V. (Firmin Van den Bosh), « Le R.P. Van Tricht », in Durendal, juin 1897, p. 117.
  • 58 Charles Godenne, « Le Père Van Tricht », art. cit, p. 219.

31Si ces descriptions hyperboliques prêtent à sourire aujourd’hui, elles plurent à leur époque et leur auteur a le statut de véritable personnalité publique. Si on en croit la presse, la foule accourt. Il rapporte jusqu’à 85 000 francs par an aux sociétés charitables qui l’invitent54. Témoignent de cette popularité les nombreuses nécrologies et hommages qui saluent sa mort. À son enterrement, la presse signale une foule rassemblée pour lui rendre un dernier hommage. De nombreuses notabilités religieuses et des dignitaires de l’administration, de l’enseignement universitaire et du monde politique se déplacent55. « Oh ! oui, Messieurs, disait-il, je voudrais bien parler ! oui, je voudrais toucher vos âmes ; je voudrais faire jaillir en elles ces généreux enthousiasmes qui inspirent même le sacrifice, pour les grandes causes et les grandes œuvres ! »56. Peu à peu, cependant, on lui reproche de préférer les publics mondains aux parterres plus populaires de ses débuts57. D’autres spectateurs louent son talent, perçu comme de nature artistique. « Par un don rare de poète et de voyant, le P. Van Tricht savait évoquer au besoin de grandes et solennelles visions58 », se souvient l’un de ses admirateurs. Le prédicateur prend goût à la fiction et compose quelques nouvelles (Le nid d’hirondelles, Entre ciel et terre). Dans Durendal, la revue emblématique de la renaissance littéraire belge, l’écrivain Firmin Van den Bosh est particulièrement lyrique :

  • 59 F. V. [Firmin Van den Bosh], « Le R.P. Van Tricht », in Durendal, juin 1897, p. 117.

Au cercueil de ce religieux vertueux, de cet éducateur dévoué, de cet écrivain dont l’existence fut riche sinon en grandes, du moins en bonnes œuvres, nous adressons respectueusement le salut des armes59 !

32Que de chemin parcouru en ce XIXe siècle par la Compagnie de Jésus ! Avec le père Van Tricht, on est loin des poèmes de circonstances parus anonymement dans les Précis historiques (à usage interne) et des pièces de théâtre pour collèges. Les manuels de littérature nous enseignent que la route était semée d’embuches : l’impératif didactique, le tout à la rhétorique et l’exclusivisme classique gênent l’accès au bois sacré. En même temps qu’ils ont accepté d’appréhender la littérature comme un objet recélant sa propre logique, les jésuites gagnent en visibilité et en pouvoir d’influence.

33Cependant, si on compare leurs préceptes avec ceux énoncés par leurs homologues de l’enseignement officiel et/ou catholique (épiscopal), leurs spécificités ne sautent pas aux yeux. La prééminence accordée aux langues anciennes dans la formation qui ouvre la porte des universités constitue un consensus qui ne sera brisé définitivement qu’en 1947. Toutes tendances politiques confondues, hommes politiques et hommes de lettres sont d’accord pour conserver les bases d’un enseignement secondaire ancré dans la plus pure tradition classique. Cependant, l’énergie déployée par les jésuites démontre une volonté d’apparaître comme les plus légitimes à définir les goûts littéraire. Vu le contexte, affirmer leur singularité n’est pas facile. D’une certaine manière, la rédaction de manuels scolaires ne s’articule pas autour d’un enjeu de contenu mais d’auteur. Ce qui importe, ce n’est pas tant ce qui est dit mais qui le dit. Outre la réaffirmation de l’aspect utilitaire de la littérature, ce qui distingue surtout le Guide du jeune littérateur de ses équivalents, c’est qu’il est écrit par un jésuite. Par la suite, l’enjeu pour la Compagnie, et pour l’Église, est de ne pas rater le train de la modernité médiatique. Dans le dernier quart du XIXe siècle, il est devenu impossible d’ignorer le pouvoir d’influence de la littérature… et des écrivains. Se priver de ce moyen de diffusion peut être fatal. Les Modèles de Procès donne en quelque sorte le feu vert qui permet d’envisager toute la littérature, de connaître l’ennemi en quelque sorte. Reste ensuite à se servir de cette arme. Le père Van Tricht tente de l’utiliser en utilisant le moyen qu’il connaît le mieux : l’éloquence. Posséder toutes les finesses de l’art oratoire suffit-il pour conquérir le champ littéraire ? Au vu du nombre de jésuites qui parviennent réellement à s’y faire un nom, ce n’est pas certain.

  • 60 Paul Aron, « Questions académiques (1920-1940) », in L’institution littéraire. Textyles, avril 1999 (...)

34En revanche, nous l’avons dit, la réussite des jésuites dans la formation des écrivains est flagrante. De 1920 à 1960, l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique (créée en 1922) compte parmi ses membres près de 20 % d’anciens élèves du collège Saint-Michel. Ces résultats ne sont pas étonnants : l’Académie fonctionne par cooptation et les élections des nouveaux membres sont le reflet des piliers politiques et confessionnels du pays.60 Mais ce bilan est aussi la preuve que les jésuites se sont montrés performants quant à l’organisation d’un enseignement en congruence avec les attendus du champ littéraire, du moins dans son pôle le plus académique.

Notes

1 Je remercie le Centre interuniversitaire de formation permanente qui a financé les recherches qui ont permis l’écriture de cet article. J’adresse toute ma reconnaissance à M. Jean-François Husson, secrétaire général du CIFOP.

2 Gustave vanwelkenhuyzen, « Maurice Maeterlinck au Collège Sainte-Barbe », in Annales de la Fondation Maurice Maeterlinck, t. III, 1957, p. 22-44.

3 Cécile Vanderpelen-Diagre, « Les écrivains belges francophones et le Collège Saint-Michel. Formation et réseaux d’amitiés », 400 ans de présence jésuite à Bruxelles, à paraître.

4 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, La Reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970.

5 Xavier Dusausoit, « Le collège Saint-Michel, création indépendante du monde catholique bruxellois (1833-1843) », Les collèges jésuites de Bruxelles. Histoire et pédagogie (1604, 1835, 1905, 2005), Bernard Stenuit (éd.), Bruxelles, Lessius, 2005, p. 155-190.

6 Xavier Dusausoit, « Entre tradition et modernité. Les collèges (1831-1910) », in Les jésuites belges 1542-1992 : 450 ans de Compagnie de Jésus dans les Provinces belgiques, Alain Deneef, Xavier Dusausoit et al. (dir.), Bruxelles, AESM, 1992, p. 133-139.

7 Pourcentage réalisé à partir du tableau du « Nombre des élèves des divers établissements d’enseignement moyen du degré supérieur, qui ont fait des études complètes d’humanité en vue de l’université (d’après le nombre des certificats soumis à l’homologation du jury central) », in J. Sauveur, Statistiques générales de l’Instruction publique, dressée d’après des documents officiels, Bruxelles, Hayez, 1880, p. 310.

8 Xavier Dusausoit, « Des maîtres de l’ombre ? L’influence politique des jésuites belges au XIXe siècle (1830-1914) », in Les jésuites belges (1542-1992)…, op. cit., p. 153-156.

9 Xavier Dusausoit, « Le théâtre : élever l’âme, mais en maintenant ‘l’audience’ », in Les collèges jésuites de Bruxelles..., op. cit., p. 232-236 et « Les académies : l’école du verbe », in idem, p. 262-263.

10 Cercle littéraire de l’Association des anciens élèves du collège Saint-Michel, Rapport sur les travaux de l’année 1902-1903, Bruxelles, Vromant, 2904, p. 7. Je remercie Monsieur Alain Deneef pour m’avoir transmis ce document.

11 Voir la liste des membres dans Idem, 1902.

12 Après une première édition en 1834 (Gand, De Buscher), l’ouvrage est réédité en 1836 (Bruxelles, Meline), 1840 (Bruxelles, Hauman), 1841 (Panthéon classique et littéraire et Société belge de librairie), 1845 (Bruxelles, Walhen) et 1847 (Bruxelles, Société belge de librairie). Voir : Maquart, Bibliographie de Belgique, 1840 et Bibliographie nationale, Dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 1830- 1880, Bruxelles, Weisenburg, 1886 (Reprint : Nedeln, Kraus, 1974).

13 Alain Viala, « L’enseignement des Lettres : éléments de problématique et de genèse historique », in Les valeurs dans la littérature, Karl Canvat et Georges Legros (dir.), Namur, Presses universitaires de Namur, 2004 (Diptyque. Centre d’études et de documentation pour l’enseignement du français), p. 15 sq. et Michel Leroy, « La littérature française dans les instructions officielles au XIXe siècle », in Revue d’Histoire littéraire de la France, 2002/3, vol. 102, p. 365-387.

14 Paul Duclos (dir.), Les Jésuites, Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. 1, Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire (dir.), Paris, Beauchesne, 1985, p. 13. Voir aussi Dominique Avon et Philippe Rocher, Les jésuites et la société française (XIXe-XXe siècles), Toulouse, 2001.

15 J. Steche, « Reiffenberg, Frédéric-Auguste de », in Biographie nationale, t. 18, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1905, col. 887-918.

16 Frédéric-Auguste De Reiffenberg, « Introduction. Tableau des vicissitudes de la littérature française », in Noël et de La Place, Leçons françaises de littérature et de morale, 21e édition augmentée d’une liste biographique, Bruxelles, Meline, 1836, p. XV-XVI.

17 Gustave Charlier, « Baron Auguste », Biographie nationale, t. 29, Bruxelles, Brulant-Académie royale de Belgique, 1957, col. 204-214.

18 Vincent Baesten s.j., « Le RP Joseph Broeckaert », in Précis historiques, 1880, p. II.

19 Annales parlementaires, Séance du 18 février 1869, p. 459.

20 Voir notamment : Paul Aron et Alain Viala, L’enseignement littéraire, Paris, PUF, 2005 (Que sais-je ?).

21 Mouchel Christian, « Les rhétoriques post-tridentine (1570-1600) : la fabrique d’une société chrétienne », in Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), Marc Fumarolli (dir.), Paris, PUF, 1999, p. 451.

22 Dispositions concernant l’enseignement, 1850, Archives de la Province belge méridionale de la Compagnie de Jésus, Bruxelles.

23 Le Guide des humanistes, ou Premiers principes de goût, développés par des remarques sur les plus beaux vers de Virgile et autres bons poètes latins et françois, Paris, Gogué, 1780.

24 Marin de Boylesve, Principes de Littérature. Style, poésie, éloquence, Paris-Lyon, Poussielgue-Rusand, 1851.

25 Noël et De la Place, Leçons françaises de littérature et de morale, 21e édition augmentée d’un grand nombre de morceaux choisis, de notes, d’une liste biographique des auteurs cités, et d’un résumé de l’histoire de la littérature française par A. Baron, Bruxelles, Société belge de librairie, 1841, p. V.

26 Joseph Boeckaert, Modèles français recueillis d’après le plan du Guide du jeune littérature avec des remarques propres à en faciliter l’étude, Amplifications diverses et compositions secondaires, Bruxelles-Paris, Société belge de librairie, Société générale de librairie catholique, 6e édition, 1885, cette préface est datée de 1853, n.p.

27 « Compte rendu au R. P. Provincial par le P. Bossaert, recteur du collège Saint-Servais, 29 avril 1856, ABSE, Censura, 2709.

28 Je remercie Madame Françoise Châtelain pour m’avoir signalé cette référence : Iwan Gilkin, Mémoires inachevés. Une enfance et une jeunesse bruxelloise (1858-1878), Bruxelles, Labor/Archives et Musée de la littérature, 2000, p. 312.

29 Baron de Stassart à Joseph Broeckaert, 26 mai 1853, ABSE, BE/942855/1595/129.

30 Brouillon ou original de Joseph Broeckaert au Baron de Stassart, 28 mai 1853, ABSE, op. cit.

31 Baron de Stassart à Joseph Broeckaert, 8 juin 1853, ABSE, op. cit.

32 Idem, 24 juin 1853.

33 Paul De Decker à Joseph Broeckaert, 11 août 1853, ABSE, op. cit..

34 Étienne de Gerlache à Joseph Broeckaert, [illisible] 1852, Idem.

35 François-Charles-Joseph Grandgagnage à Joseph Broeckaert, 1er juin 1853, Idem.

36 Brouillon ou original de Joseph Broeckaert au Baron de Stassart, 28 mai 1853, Idem.

37 A. M., « Revue de bibliographie analytique », in Moniteur de l’enseignement, 1850- 1851, t. 3, p. 210.

38 Voir notamment le débat de février 1869 entre notamment Eudore Pirmez (libéral), Charles Rogier (libéral) et François Schollaert (catholique) (Annales parlementaires, 2 février sq.).

39 Dominique Grootaers (dir.), Histoire de l’enseignement en Belgique, Bruxelles, CRISP, 1998, p. 278-279.

40 Auguste Baron, De l’invention dans l’art d’écrire, Bruxelles, Académie royale de Bruxelles, Extrait du t. XI, n° 12, des Bulletins, s.d., p. 2.

41 « Le P. Edmond Procès », in Précis historiques, 1927, p. 32-33

42 Edmond Proces, « Avertissement », Modèles français extraits des meilleurs écrivains, avec notices, I, sixième et cinquième, Bruxelles, Société belge de librairie, 1889, p. 6.

43 Idem, p. 7.

44 Anonyme, s.d., Censura, Procès, ABSE.

45 ABSE, Censura, Procès, ABSE.

46 Edmond Procès, Modèles français. Extraits des meilleurs écrivains avec notices, Cours supérieurs, Bruxelles, Société belge de librairie, 1891, p. 534.

47 Georges Legrand, « Modèles français », in Revue générale, décembre 1893, p. 933.

48 M. G., « Bibliographie », in Précis historiques, 1893, p. 331-332.

49 Voir notamment : Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1995.

50 Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels au catholicisme en France (1885- 1935), Paris, CNRS, 1998 ; Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004 et Cécile Vanderpelen-Diagre, Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Complexe, 2004 (Histoire contemporaine).

51 Alfred Delepierre s.j., « Tricht Victor van », in Biographie nationale, t. 25, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1930-1831, col. 609-612 et M. Lefebvre, « Le Père Van Tricht », in Revue des questions scientifiques, 1898, p. 67-105.

52 Christian Mouchel, « Les rhétoriques post-tridentines… », op. cit., p. 452.

53 Une distraction à l’église, Feuilles détachées, Namur, Godenne, 1888, p. 32.

54 Charles Godenne, « Le Père Van Tricht », in La Revue générale, août 1897, p. 215

55 Le général Oyer et lieutenant Dupuis, le comte de Renesse, Charles Lagasse, ingénieur en chef des ponts et chaussées, Orban de Xivry, le comte de Corswarem, Valère Mabille, De Bruyn, procureur du Roi à Louvain, Doucet de Tillier, père et fils, Hayoit de Termicourt, professeur à l’Université catholique et ses confrères Dandois, Matoin, de La Vallée-Poussin, Alphonse Thienpont, Léon Boels, Georges Margery, etc. (« Nécrologie. Le P. Van Tricht », Le Patriote, 1er avril 1897).

56 Extrait de La Foi, cité dans idem.

57 F. V. (Firmin Van den Bosh), « Le R.P. Van Tricht », in Durendal, juin 1897, p. 117.

58 Charles Godenne, « Le Père Van Tricht », art. cit, p. 219.

59 F. V. [Firmin Van den Bosh], « Le R.P. Van Tricht », in Durendal, juin 1897, p. 117.

60 Paul Aron, « Questions académiques (1920-1940) », in L’institution littéraire. Textyles, avril 1999, p. 132-141 et Cécile Vanderpelen-Diagre, « Les écrivains belges francophones et le Collège Saint-Michel. Formation et réseaux d’amitiés », op. cit.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search