Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC (1929-1975)

Autres personnalités liées à la JEC ou à la JECF (1929-1975)

Bernard Giroux

Texte intégral

Chambre (Henri). Secrétaire fédéral de la Loire associé à l’équipe nationale dans les premières années d’existence de la JEC, aumônier adjoint des camps de Pralognan-Vallorcine.

Né le 13 janvier 1908 à Chambéry, il est fils d’un banquier. Il effectue ses études secondaires au lycée de Chambéry et au lycée Champollion (Grenoble) jusqu’aux classes préparatoires. En 1928, il intègre l’École des mines de Saint-Étienne, dont il sort ingénieur des mines. Il entre à la Compagnie de Jésus le 4 novembre 1933. Il fait sa philosophie à Jersey de 1935 à 1938, sa régence au collège Saint-Michel (Saint-Étienne) en 1938-1939, sa théologie à Fourvière en 1940-1944, avec une interruption lors de sa mobilisation en 1939-1940. Il est ordonné prêtre le 16 avril 1943. À Lyon, il participe à la direction des Cahiers de notre jeunesse entre 1941 et 1943, il collabore aux Cahiers du Témoignage chrétien. Il est ensuite officier au maquis du Vercors (1944) avant de servir comme capitaine (septembre 1944-octobre 1945). Il est aumônier du camp jéciste de Pralognan-Vallorcine adjoint du Père Eugène Roche. Il enseigne à l’Action populaire, tout en étant rédacteur au Centre de recherche et d’action sociales (1946-1984). Il devient spécialiste du marxisme et de l’URSS. Il enseigne à l’Institut d’études sociales (Institut catholique de Paris) entre 1957 et 1969, est chargé de cours (1955-1957) et directeur d’études (1957-1969) à l’École pratique des hautes études, professeur à l’IEDES entre 1960 et 1966. Il est directeur de recherche à l’Institut de sciences mathématiques et d’économie appliquée en 1960, sous-directeur de laboratoire au Collège de France (1968-1973). A partir de 1984, il vit dans la communauté jésuite de la rue de Grenelle. Il décède le 8 octobre 1994.

Sources : Compagnie, mai 1995, p. 91-94. DMRFC, t. I : Les jésuites, p. 70-71, et t. VIII : La Savoie, p. 116-117. Le Père Henri Chambre, jésuite (1908-1994). Résistant, savant, spirituel. Actes du centenaire (janvier 2008), Cahier Médiasèvres, 2009, 159 p. Who’s who. Site internet de la Compagnie de Jésus.

Decosse (Nicole), Mme Maux. Membre du cercle d’études catholiques de lycéennes à Toulouse, à l’origine de la JECF-Lycées-et-collèges en 1930, elle participe au lancement du mouvement jusqu’en 1933.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Bruno Mary, La Jeunesse étudiante chrétienne féminine…

Dieuzaide (Antoine), jésuite. Aumônier de l’ACJF, associé au lancement de la JEC.

Né le 13 juin 1877 à Toulouse, il est le fils d’un fonctionnaire de l’enregistrement. Il suit ses études secondaires au collège jésuite du Caousou (1887-1895) avant d’étudier deux ans à la faculté de droit de Toulouse. Il entre dans la Compagnie de Jésus, au noviciat de Rodez, en octobre 1898. Il est juvéniste à Saint-Acheul (Somme) de 1900 à 1902, puis philosophe à Gemert (Pays-Bas) de 1902 à 1906. Sa formation est interrompue en 1906 et 1907 pour raison de santé. Il est ordonné prêtre le 29 août 1909, au scolasticat français d’Enghien, où il fait sa théologie (1907- 1909). Après son « troisième an » à S’Heeren Elderen (Pays-Bas), il est aumônier du collège de Sarlat où il anime un cercle de l’ACJF (1910-1914). Il est aumônier régional adjoint puis aumônier régional pour l’ACJF à Bordeaux de 1914 à 1938, avec une interruption de 1915 à 1919 lorsqu’il est mobilisé. Il y fonde le Secrétariat social du sud-ouest en 1920, les sections girondines de l’USIC, des troupes Scouts et Guides de France à partir de 1923, le foyer étudiant Henri Bazire en 1927, un comité catholique d’accueil aux réfugiés d’Espagne (1938-1944). Il crée et anime le camp Bernard Rollot, à Barèges, à partir de l’été 1922 et en dirige le bulletin trimestriel (Barèges). Il intègre, dès octobre 1940, le réseau résistant Jade (devenu Jade-Amicol en 1942), dont il est un des principaux animateurs ; il vit dans la clandestinité en 1943-1944. A la Libération, il anime le comité des œuvres sociales des organisations de la Résistance. Il décède en 1958.

Sources : Toulouse-nouvelles, novembre 1958, p. 4-7. Catholicisme, fasc. 3, 1952, col. 792- 793. Éric Pétetin, Foi et engagement… DMRFC, t. I. : Les jésuites, p. 94. Jacques Prévotat, « Un aumônier régional de l’Association catholique de la Jeunesse française : le jésuite Antoine Dieuzaide (1877-1958) », dans Philippe Guignet, Jean-François Chanet (dir.), Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle : en mémoire à Alain-René Michel, Revue du Nord, 2009, p. 21-34.

Dru (Gilbert). Militant à la JEC à partir de la seconde.

Né en 1920, fils d’un employé des pompes funèbres générales, il fait ses études à l’école paroissiale Saint-Michel jusqu’en 4e (1926-1933) puis à l’externat jésuite Saint-Joseph (1933-1938) avant ses classes préparatoires littéraires au lycée du Parc, à Lyon (1938-1939) et des études à la faculté des lettres de Lyon (1939-1943), avec une interruption en 1940 lorsqu’il est mobilisé, prisonnier, puis passe six mois aux Chantiers de jeunesse. Il est membre de l’équipe de rédaction des Cahiers de notre jeunesse, revue portée par l’ACJF (juin 1941-juin 1943). Passé à la clandestinité, il ébauche, au printemps 1943, un manifeste en faveur d’un parti démocrate chrétien. Il organise les Équipes chrétiennes, mouvement de soutien aux jeunes chrétiens résistants. Revenu à Lyon en avril 1944, il participe à la fondation du Comité de coordination et d’action chrétienne, qui vise à assurer une présence des chrétiens dans les institutions de la France libérée. Arrêté le 17 juillet par la Gestapo, il est fusillé publiquement le 27 juillet 1944, place Bellecour, à Lyon.

Sources : Paul Vergnet, Les Catholiques dans la Résistance, p. 199-200. Xavier de Montclos et alii (dir.), Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale. La France, p. 238, 307-310 et 347. Jacques Duquesne, Les Catholiques français sous l’Occupation, Paris, Seuil, 1996 (2e édition), p. 149-156 et 349-353. Bernard Comte et alii, Gilbert Dru, un chrétien résistant, Paris, Beauchesne, 1998, 238 p. DMRFC, t. VI : Lyon, p. 159.

Flory (Jean). Aumônier des lycées de Besançon (1921-1937), il a été associé au lancement de la JEC, en 1929. Il est l’auteur des billets de Monsieur de La Palisse, d’abord dans le journal bisontin Vers l’avenir puis dans L’Appel de la JEC.

Il naît à Lure (Haute-Saône), le 5 décembre 1886, où ses parents – alsaciens – se sont réfugiés et où son père est industriel. Il y grandit avec son frère, Charles Flory, qui sera président de l’ACJF et gendre de Maurice Blondel. Il est scolarisé chez les sœurs, à Ribeauvillé, puis au collège de cette ville, avant de rejoindre le séminaire et de préparer une licence de lettres. Il est ordonné prêtre le 30 juillet 1911 et devient vicaire de la paroisse Saint-Joseph de Belfort. En juillet 1914, il est nommé chapelain de Saint-Louis-des-Français, mais ne peut rejoindre Rome à cause de la mobilisation. Durant la guerre, il est aumônier militaire auprès d’une division territoriale appartenant au camp retranché de Belfort, puis d’une division d’élite de chasseurs alpins. À la fin du conflit, il est aumônier militaire de la garnison de Belfort. Après seize ans d’aumônerie scolaire, il est archiprêtre à Montbéliard (1937-1949). Il décède le 9 mai 1949, à Montbéliard.

Sources : Joseph Ball, L’abbé Flory... Archives historiques du diocèse de Besançon.

Marrou (Henri-Irénée). Associé à la fondation de la JEC, il est l’un des rédacteurs de la brochure JEC, esquisse d’un programme (1929), a rédigé les Fondements d’une culture chrétienne (1933), ouvrage qui inspirera durablement le mouvement.

Né le 12 novembre 1904 à Marseille, il y fait ses études primaires et secondaires jusqu’à la khâgne (1910-1925) avant de rejoindre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il soutient un DES d’histoire (1928), obtient l’agrégation d’histoire (1929) avant de faire son service militaire (1929-1930). Il est ensuite membre de l’École française de Rome (1930-1932), professeur à l’Institut français de Naples (1932-1937), professeur au Caire (1937-1938). Il soutient, en 1937, sa thèse principale et sa thèse secondaire. Il est professeur à l’université de Nancy (1938- 1939) puis, après sa démobilisation, à celles de Montpellier (1940-1941) et de Lyon (1941-1945) et, enfin, à la Sorbonne (1945-1975). Il est détaché au CNRS entre 1973 et 1975. Il préside l’Institut franco-canadien à partir de 1950, est membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à partir de 1967. Il a collaboré à Esprit entre 1933 et 1957, aux Cahiers du Témoignage chrétien durant la guerre, a adhéré au SGEN dès sa fondation (1937), a participé au Centre catholique des intellectuels français. Il décède le 11 avril 1977.

Sources : Henri Davenson (Henri-Irénée Marrou), Les Fondements d’une culture chrétienne, Paris, Bloud et Gay, 1934, 171 p. Henri-Irénée Marrou, Crise de notre temps et réflexion chrétienne (de 1930 à 1975), Paris, Beauchesne, 1978, 471 p. Pierre Riché, Henri-Irénée Marrou. Un historien engagé, Paris, Cerf, 2003, 420 p. Henri-Irénée Marrou, Carnets posthumes, Paris, Cerf, 2006, 532 p.

Maux (Nicole). Voir DECOSSE.

Montcheuil (Yves de), jésuite. Aumônier accompagnateur de la JEC et surtout de la JECF-Classique-et-supérieur (1937-1944).

Né le 30 janvier 1900 à Paimpol (Côtes-du-Nord), il est issu d’une famille catholique très hostile à la République. C’est notamment le cas de son père, commissaire de première classe de la Marine. Élève au collège jésuite Notre-Dame-de-Bon-Secours (Jersey), il obtient son baccalauréat en 1916 et enseigne déjà quelques mois la philosophie au séminaire de Valence. Il entre dans la Compagnie de Jésus en décembre 1917 et il est novice à Beaumont-sur-Oise jusqu’en 1919. Son juvénat (1919-1922) est entrecoupé par le service militaire (1920-1922). Sa philosophie se fait à Jersey de 1922 à 1924, avant un nouvel intermède pour la préparation d’une licence de philosophie à la Sorbonne (1924-1926). Suivent trois années de régence, au collège de Tours puis à Saint-Louis de Gonzague (Paris) et dans les classes préparatoires de l’école Sainte-Geneviève à Versailles (1926-1929). Il fait ensuite sa théologie à Fourvière (1929-1933) et son « troisième an » à Paray-le-Monial. Enfin, il prépare un doctorat de théologie à l’Université grégorienne (Rome), qu’il soutient en 1936. A partir de 1936, il enseigne la théologie dogmatique à l’Institut catholique de Paris. Il fait office d’aumônier pour divers groupes à partir de 1937 et surtout après sa démobilisation, en 1940. En 1941, il cofonde le futur Centre catholique des intellectuels français. Il fait également partie du groupe de théologiens qui lance la Mission de Paris. Il est fusillé dans la nuit du 10 au 11 août 1944 dans le maquis du Vercors, dont il était l’aumônier.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF. Pierre Bolle, Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et Résistance : Yves de Montcheuil, théologien au maquis du Vercors, Grenoble, PUG, 1987, 381 p. Yves de Montcheuil philosophe et théologien jésuite, Médiasèvres, n° 104, 1994, 103 p. Renée Bédarida, Les Armes de l’Esprit : Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Éditions ouvrières, 1997, p. 174.

Payet (Juliette). Responsable des camps de la JECF-Lycées-et-collèges (1936- 1963).

Elle est professeur agrégée d’histoire au lycée de Tournon puis au centre de téléenseignement. Elle décède en 1963.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 92-93.

Valensin (Albert), jésuite. Il est associé au lancement de la JEC.

Né le 21 octobre 1873 à Marseille, il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1890, à Hastings, puis fait son juvénat en 1892-1893 à Ghazir (Liban) et sa régence comme professeur à Beyrouth (1895-1896) et à Mongré jusqu’en 1899. Il fait sa philosophie à Falkenburg (Pays-Bas) (1900-1903) et sa théologie à Cantorbéry (1903-1906). Il est ordonné prêtre en 1911 et fait son « troisième an » à Cantorbéry. En 1908-1910, il enseigne la théologie, à Ore Place (Hastings), puis, de 1910 à 1930, aux facultés catholiques de Lyon. Il est aumônier des prisonniers de l’armée allemande durant la Première Guerre mondiale. En 1930, il renonce à l’enseignement et s’installe au Châtelard. Il anime jusqu’en 1937 des retraites très appréciées. Il collabore à l’Action populaire et aux Semaines sociales. Il quitte la France en 1937 pour les missions en Extrême-Orient puis à Beyrouth où il est directeur de la maison d’exercices spirituels et professeur à l’université Saint-Joseph. Il meurt à Beyrouth le 6 avril 1944.

Sources : Albert Valensin, La Vie intérieure d’un jésuite : journal spirituel du P. Albert Valensin 1873-1944, Paris, Aubier, 1953, 220 p. DMRFC, t. I : Les jésuites, p. 254 et t. VI Lyon, p. 404-405. Catholicisme, fasc. 71, 1998, col. 643-644.

Varillon (François-Joseph), jésuite. Aumônier national adjoint de l’ACJF (1945- 1956), rédacteur des fiches de doctrine spirituelle entre 1947 et 1955.

Son père, retiré des affaires de papeterie, a contracté un second mariage, dont François est le seul enfant, né à Bron (Rhône) le 28 juillet 1905. Après des classes maternelles chez les religieuses, il fait ses études primaires et secondaires au collège mariste Sainte-Marie, à Lyon (1914-1922). Viennent ensuite ses études de droit et de lettres aux facultés catholiques de Lyon, qui permettent l’obtention d’une licence ès lettres. Il fréquente alors le foyer mariste Henri-IV, la Maison des étudiants catholiques et l’ACJF. Après son service militaire (1926-1927), il entre pour deux ans (1927-1929) au noviciat d’Yzeure (Allier), où il se lie d’amitié avec Pierre Ganne, qui l’inspirera considérablement. Il fait ensuite sa philosophie au scolasticat de Jersey (1929-1931). Durant sa régence, de 1931 à 1934, il enseigne la rhétorique et l’instruction religieuse au collège Notre-Dame de Mongré (Villefranche-sur-Saône, Rhône). Puis il étudie la théologie au scolasticat de Fourvière, de 1934 à 1938. Dès 1936, à la demande d’Albert Valensin, et jusqu’en 1948, il accompagne les khâgneux du lycée du Parc, à Lyon. Il est ordonné prêtre en 1937. Il enseigne la philosophie à l’externat Saint-Joseph (Lyon) de 1938 à sa mobilisation militaire (1939-1940). Il fait ensuite son « troisième an » à Notre-Dame de Mongré (1940- 1941). L’année suivante (1941-1942), il est professeur de philosophie et d’enseignement religieux au collège Saint-Joseph (Lyon). C’est durant cette période que se précise sa vocation d’aumônier-conférencier. Le premier des « foyers Varillon » est ainsi fondé à Lyon ; ces communautés de couples se retrouvant régulièrement pour un temps de célébration, de réflexion, de partage et de prière se développeront jusqu’aux années 1980 et se fédéreront de manière lâche. L’influence de l’enseignement du Père Varillon y sera fondamentale. À la fin de l’année 1942, il est également assigné à la Maison des étudiants catholiques. Il est enfin aumônier diocésain adjoint de l’Action catholique des milieux indépendants (1942-1947) et aumônier général adjoint de la JIC jusqu’à ce qu’il soit contraint à la démission (1951). De même, il est aumônier national adjoint de l’ACJF de 1945 à sa mise à l’écart en 1956. Il est ensuite supérieur à la résidence de Lyon (1955-1958) puis au Centre spirituel du Chatelard. Il est aumônier diocésain et régional de l’USIC, du MICIAC (devenu MCC), tout en assurant de multiples conférences à travers la France. Son décès intervient à Francheville (Rhône) le 17 juillet 1978.

Sources : Compagnie, n° 122, novembre 1978. François Varillon, Beauté du monde et souffrance des hommes. Entretiens avec Charles Ehlinger, Paris, Le Centurion, 1980, 339 p. Paul Meunier, François Varillon, une spiritualité de la vie chrétienne. Paris, Le Centurion, 1990, 154 p. DMRFC, t. I : Les jésuites, p. 254. Catholicisme, fasc. 71, 1998. col. 728-731. Étienne Fouilloux, François Varillon. Essai biographique, Paris, Desclée de Brouwer, 2007, 221 p. François Varillon. Une invitation à l’intelligence de la foi, Actes du colloque des 23- 25 septembre 2005, téléchargeables sur le site internet Exultet. Michel Rondet, « Il y a cent ans naissait François Varillon », Études, mars 2005, p. 193-202.

Vignaux (Paul). Membre du comité directeur de l’ACJF, il favorise la création de la JOC puis de la JEC.

Fils d’un commis principal aux Contributions indirectes, il déménage au fil des mutations de son père. Né le 18 décembre 1904 à Péronne (Somme), il vit ensuite à Mont-de-Marsan, à Tulle puis à Bordeaux. Élève au lycée de cette ville, il y prépare l’École normale supérieure qu’il intègre en 1923. Il y reste après l’obtention de l’agrégation de philosophie (1927) comme répétiteur. C’est là qu’avec l’aide du Père Émonet s.j., aumônier régional de l’ACJF à Marseille, il obtient la création de commissions universitaires locales puis fédère les initiatives prises à Besançon, Bordeaux et Lyon avant d’accompagner pendant quelques années l’équipe nationale. Après quelques années d’enseignement en province, il fait sa carrière à l’École pratique des hautes études (1934-1976). Associé à la CFTC, il y anime l’École normale ouvrière (devenue en 1936 l’Institut confédéral de formation). Il est l’un des fondateurs du syndicat CFTC pour l’Éducation, le SGEN (1937) ; il en sera secrétaire général de 1948 à 1970. En 1940, il est nommé à Toulouse, mais quitte bientôt la France pour New York où il enseigne à l’École libre des hautes études. À partir de 1945, revenu en France, il anime le groupe Reconstruction ; celui-ci alimente intellectuellement la tendance qui, au sein de la CFTC, est favorable à la déconfessionnalisation du syndicat. Devenue majoritaire, cette tendance fera naître la CFDT, en 1964. Vignaux, qui a été membre du bureau confédéral de la CFTC (1948- 1952) et membre du conseil confédéral (1953-1956 puis depuis 1961), reste membre du conseil pour la CFDT jusqu’à ce qu’il décide, en 1972, de le quitter afin de dénoncer l’orientation prise par le syndicat. Il y revient peu après sans approuver réellement la politique suivie. Il meurt le 16 août 1987, à Saragosse (Espagne).

Sources : Christophe Roucou, Les Origines de la JEC en France. Hervé Hamon, Patrick Rotman, La Deuxième Gauche en France. Histoire intellectuelle et politique de la CFDT, Paris, Ramsay, 1982, 455 p. Paul Vignaux : un intellectuel syndicaliste, Paris, Syros, 1988, 226 p. Michel Branciard, Histoire de la CFDT : soixante-dix ans d’action syndicale, Paris, La Découverte, 1990, 365 p. Madeleine Singer, Le SGEN de 1937 à mai 1986, Paris, Cerf, 1993, 352 p. Maitron. Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, 726 p.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search