Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC (1929-1975)

Les aumôniers nationaux de la JEC et de la JECF

Bernard Giroux

Texte intégral

Aubry (Jean), jésuite. Aumônier national adjoint de la JECF-Lycées-et-collèges (1935-1937).

Né en 1891 à Brest, il est fils d’un lieutenant de vaisseau qui deviendra amiral et gouverneur de Brest. Il fait ses études au gré des déplacements familiaux : à Paris, à Ottawa, au collège jésuite de Brest, à La Seyne et à Fribourg. Il entre au séminaire d’Issy-les-Moulineaux puis part au service en 1912. Mobilisé en 1914, il passe deux ans de captivité en Bavière puis deux ans en Suisse pour recevoir des soins à la suite d’une blessure grave. Il entre au noviciat de Beaumont-sur-Oise en 1919, fait son juvénat à Cantorbéry, sa philosophie à Jersey, sa théologie à Ore Place (Hasting), où il est ordonné prêtre. Il est alors prêtre à Poitiers et Quimper durant trois ans avant de rejoindre Paray-le-Monial pour son « troisième an ». Nommé en 1930 aumônier des Scouts de France et d’une œuvre sociale au Mans, il y fonde la JAC. Il est ensuite successivement prêtre à Brest, aumônier à Poitiers, professeur à Évreux, formateur théologique des Frères des écoles chrétiennes à Jersey, professeur et aumônier à La Joliverie (Nantes), et operarius à la résidence de Nantes. Il est à nouveau prêtre à Brest de 1964 à 1985, avant d’être nommé, à la résidence de Pau, confesseur à la chapelle et aumônier de Vie montante et du Rosaire. Il décède en 1996.

Source : Compagnie, n° 306, mars 1997, p. 54-55.

Aulagner (Antoine), oratorien. Aumônier national adjoint de la JECF-Classique-et-Supérieur, puis de la JECF (1954-1959).

Né le 20 juillet 1912 à Yssingeaux (Haute-Loire), il fait ses études secondaires dans le petit séminaire de cette ville jusqu’en 1929. Il rejoint ensuite le grand séminaire du Puy (1930-1934), puis il entre au noviciat de l’Oratoire et est ordonné prêtre le 27 juin 1937 pour le diocèse du Puy-en-Velay. Il est professeur et chef de maison à l’école Saint-Martin de Pontoise de 1937 à 1952, en charge des élèves de quatrième et troisième. Il assure également diverses aumôneries et prédications jusqu’à sa retraite. Il décède le 5 avril 1996.

Sources : Archives de la JEC, CNAEF. Archives historiques diocésaines du Puy. Archives de l’Oratoire de France.

Baret (Roger). Aumônier de la JEC et de la JECF à Bergerac (1952-1957), puis aumônier fédéral du diocèse de Périgueux et Sarlat (1957-1966) et aumônier national Prépa (1966-1968).

Né le 3 septembre 1926 d’un père sabotier et d’une mère couturière à Saint-Cyprien (Dordogne), il est, après son aumônerie jéciste, curé de la cathédrale de Périgueux, délégué diocésain au diaconat permanent, délégué diocésain et régional à l’œcuménisme, puis délégué diocésain à la vie consacrée et, enfin, aumônier diocésain du MCR.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Besson (Raymond). Aumônier national Technique à mi-temps (1970-1972).

Né en 1928, il est ordonné prêtre en 1957. Il est vicaire à Sainte-Foy-lès-Lyon de 1957 à 1962. Il est aumônier du lycée technique La Martinière (Lyon) et partage cette charge avec l’aumônerie de l’équipe nationale Technique en 1970-72. Il est aumônier de l’aumônerie de l’École centrale de Lyon de 1978 à 2000 et coresponsable du groupe Sectes et nouvelles croyances pour le diocèse de Lyon.

Source : Archives diocésaines de Lyon.

Bith (Marcel), jésuite. Aumônier fédéral de Paris, il assure la fonction d’aumônier national de la Zone occupée (1940-1941).

Né en 1883 à Paris, il fait ses études au lycée Saint-Ignace (Paris) avant de passer une licence de lettres à la Sorbonne en 1902. Après son service militaire (1902- 1903), il est, à Jersey, novice, juvéniste, philosophe et régent. Il part ensuite suivre sa théologie à Ore Place et il est ordonné prêtre le 2 août 1914. Durant la guerre, il est blessé puis prisonnier. A sa libération il fait son « troisième an » à Paray-le-Monial. En 1920, il est supérieur et operarius à la résidence de Poitiers puis à Rouen. De 1942 à 1948, il est provincial de la Compagnie. Il est ensuite supérieur de résidence à Paris jusqu’en 1959. Il est enfin père de résidence de 1959 jusqu’à son décès, le 4 juin 1963.

Source : Archives de la province de France de la Compagnie de Jésus.

Brondex (Marc, dit Maxime). Aumônier fédéral de la JEC du diocèse d’Annecy (décembre 1956-juillet 1962), aumônier national de la JECF en charge des CEG, des 6e et de l’enseignement technique (1962-1965), aumônier national Aînés et 6e-5e(1965-1968).

Né le 8 février 1927 à Domancy (Haute-Savoie), il est élève au petit séminaire de Thonon-les-Bains puis au grand séminaire d’Annecy. Ordonné prêtre le 7 juin 1952, il est d’abord vicaire à Annecy puis, à partir de 1956, à Thonon-les-Bains. Après l’aumônerie jéciste, il fait, de 1968 à 1970, des études en catéchèse des adultes à l’Institut supérieur de catéchèse et de pastorale (Paris). D’octobre 1970 à 1972, il est responsable de la pastorale du tourisme à Flaine (Haute-Savoie). Il quitte alors la prêtrise, part vivre à Montréal (Canada) et passe une maîtrise en andragogie à l’université de Montréal et une autre en counselling à l’université Saint-Paul, à Ottawa. Il devient alors conseiller conjugal. Il décède le 29 décembre 2006.

Sources : Archives de la JEC, CNAEF. Archives de l’évêché d’Annecy. Correspondance avec Edmonde Brondex, veuve de Maxime.

Canal (André), clerc de Saint-Viateur. Responsable fédéral EPS de Haute-Garonne puis responsable national des EPS (1936-1937), aumônier national adjoint Technique-Cours complémentaire (1949-1950), aumônier fédéral de Haute-Garonne. Né à Grépiac (Haute-Garonne) le 15 septembre 1916, il est élève au cours Berthelot. Il entre au séminaire de Toulouse pour être ordonné prêtre en 1943. Il est vicaire-instituteur à Saint-Joseph et aux Minimes (Toulouse) en 1947-1948, Après un congé pour raisons médicales, il est curé d’Aucamville (1961-1968), de Blagnac (1968- 1974) et de Notre-Dame de l’Assomption, à Toulouse (1974-1983), puis il se retire à la communauté Saint-Augustin jusqu’à son décès, le 21 août 1986.

Sources : Messages, mai 1942. Chancellerie du diocèse de Toulouse.

Cavillon (Ferdinand), jésuite. Aumônier national de la JECF-École libre (1949- 1950), puis aumônier général adjoint de la JECF, en charge de l’enseignement libre (1950-1952).

Né le 6 mars 1914, il entre au noviciat en octobre 1932 ; il est ordonné en juin 1944. Il dirige l’école Saint-Stanislas (Toulouse) de 1961 à 1965. Il quitte la Compagnie de Jésus en mars 1965.

Source : Archives de la province de France de la Compagnie de Jésus.

Clément (Louis). Aumônier fédéral de la JEC et de la JECF à Lyon (1953-1958), aumônier national Universitaire à partir du 13 mars 1958 et aumônier général de la JECF (1959-1964).

Né en 1921, il est ordonné en 1944. Il est préfet de discipline au lycée des Chartreux (Lyon) de 1944 à 1954. Il est directeur du service diocésain des vocations (1968- 1976), prêtre à Saint-Irénée (Lyon) de 1976 à 1994 puis aumônier des vierges consacrées de 1994 à son décès, le 4 août 1998.

Sources : Archives diocésaines de Lyon. Véronique Cocard, L’Évolution de la Jeunesse étudiante chrétienne universitaire..., annexe 2.

Clévenot (Michel). Aumônier JEC au lycée du Raincy (1962-1967), aumônier national Ado (1967-1970 et 1971-1972), aumônier national Aînés (1970-1971).

Né le 8 décembre 1932 à Paris, il est fils d’un ingénieur. Il fait ses études chez les Frères des écoles chrétiennes (collège des Francs-Bourgeois, à Paris) puis au lycée du Raincy. Il est brièvement adhérent jéciste au lycée en 1948-1949. En 1951, il entame des études de lettres en Sorbonne et à l’Institut catholique de Paris. Il milite alors à la FFEC. Il entre au séminaire de Saint-Sulpice en 1955. En 1959, il est ordonné prêtre et nommé vicaire à Bobigny où il dirige les groupes JOC et ACO. Après ses fonctions d’aumônier jéciste, il renonce au sacerdoce (1972) et devient directeur de publication au Cerf, journaliste à Politique Hebdo, puis, après quelques années de chômage, il est rédacteur à La Lettre. Il se fait connaître par plusieurs œuvres de théologie et d’histoire de l’Église. Il décède en 1993.

Source : Michel Clévenot, Haut le pied. Itinéraire d’un homme de foi, Paris, La Découverte, 1989, 220 p.

Combe-Laboissière (Charles). Aumônier fédéral JECF et aumônier du lycée de jeunes filles à Valence (1954-1960), aumônier national Prépa (1960-1963).

Né le 2 décembre 1922 à Montoison (Drôme), il est fils d’un notaire. Il fait ses études à l’institution Notre-Dame de Valence. Après un séjour aux Chantiers de Jeunesse et un autre au STO (1943-1945), il entre au grand séminaire de Valence. Il est ordonné le 8 avril 1950 et devient vicaire à la cathédrale de Valence. Il adhère à l’association sacerdotale des prêtres de Saint-François-de-Sales. De 1963 à 1966, il est directeur diocésain de l’œuvre des vocations et aumônier adjoint des œuvres de presse. Puis il est supérieur du séminaire de jeunes entre 1966 et 1974, date à laquelle il devient responsable diocésain du temporel. En 1983, il devient membre du collège des consulteurs et, en 1992, vicaire épiscopal, aumônier diocésain d’ACI, délégué diocésain du diaconat et membre du conseil de tutelle de l’enseignement catholique. En 1995, il reçoit le titre de chanoine. Il prend sa retraite en 1998 et entre deux ans après à la maison du Bon-Pasteur (Valence). Il décède le 14 janvier 2008.

Sources : Monde scolaire, novembre 1960. Archives diocésaines de Valence.

Cruchon (Georges), jésuite. Aumônier national adjoint de la JECF-Classique-et-supérieur et aumônier national Universitaire et Grandes Écoles (1944-1945).

Né à Avranches le 14 mars 1901, il devient professeur de psychologie rationnelle et expérimentale dans les philosophats de Jersey, Mongré, Chantilly, à l’Institut catholique de Paris et, à partir de 1956, à l’Université grégorienne à Rome. Il décède le 31 juillet 1980.

Source : Compagnie, n° 144, janvier 1981, p. 16.

Delacroix (Pierre-Alphonse). Aumônier fédéral de la JEC de Rouen à partir de 1933, aumônier national à mi-temps (1944-1957).

Né le 27 février 1898 à Rouen, il y est ordonné prêtre le 8 juillet 1922. Il est professeur à l’institution Join-Lambert de 1922 à 1951. Il est curé, doyen de Saint-Jean-d’Elbeuf à partir de 1951, vicaire général, responsable de la zone havraise à partir de 1953 et de la zone rouennaise à partir de 1960. Après 1968, il est vicaire général honoraire et chanoine titulaire de la cathédrale de Rouen. Il décède le 29 janvier 1991.

Source : Archevêché de Rouen.

Drujon (Pierre), jésuite. Aumônier national adjoint (1933-1937) [l’aumônier général est alors celui de l’ACJF], aumônier général de la JEC (1937-1949), aumônier national JECF-Classique-et-supérieur en 1945.

Né le 25 février 1898 à Aix-en-Provence, il est fils d’un avocat. Il fait ses études au collège jésuite de Monaco puis au collège de Bollengo. Il entre en 1915 au noviciat de la Compagnie de Jésus à Sainte-Foy-lès-Lyon. Il est mobilisé en 1917. Il fait une licence de lettres à Cantorbéry, de philosophie à Jersey, puis fait sa régence à Dole et Lyon. Il est ordonné prêtre en 1929 à Lyon et enseigne deux ans le latin à Yzeure (Allier). Après sa charge d’aumônier national de la JEC, il est père spirituel des jeunes religieux de la Compagnie de Jésus au scolasticat d’Yzeure, de 1949 à 1952. De 1952 à 1958, il est recteur de l’école de Provence (Marseille) puis au noviciat de La-Baume-Sainte-Marie (1958-1965). Il assure ensuite l’aumônerie de la prison des Petites Baumettes (Marseille) entre 1965 et 1972. Enfin, il vit au sein de la communauté jésuite de La Chauderaie (Francheville), tout en assumant, de 1975 à 1981, l’aumônerie à l’hôpital du Petit Arbois à Marseille. Il décède le 23 juillet 1983.

Sources : Compagnie, n° 172, novembre 1983, p. 193-195. DMRFC, t. I : Les jésuites, p. 99.

Duclercq (Michel). Aumônier de la JEC à Amiens, il remplace l’abbé Dutil, lors de sa mobilisation en 1939, à l’aumônerie nationale de la JECF-EPS jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale.

Né le 23 octobre 1906 à Abbeville (Somme), il est fils d’un imprimeur, militant actif du Sillon. Il a fait ses études primaires chez les frères des écoles chrétiennes à Abbeville jusqu’en 1917, puis à Amiens, d’abord au petit séminaire et à partir de 1919, après une interruption d’études pour raison de santé, au collège jésuite La Providence. Il entre au grand séminaire d’Amiens (Somme) en 1923 pour être ordonné prêtre le 29 juin 1932. Il est vicaire à Saint-Remi (Amiens) de 1929 à 1937, aumônier du collège Saint-Martin à Amiens où il implante la JECF. En 1942, il fonde les « Jeunes enseignantes » pour les enseignantes catholiques du primaire dans le cadre de la Paroisse universitaire. Le mouvement devient en octobre 1945 les Équipes enseignantes. Il en est l’aumônier national jusqu’en 1963. Il suit le concile Vatican II à Rome puis poursuit son ministère en Amérique latine. Il meurt à Paris le 8 août 1988.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF. Maîtron.

Duillon (Jean-Charles). Aumônier national de l’ACU (1971-1975) et de la JEC (1973-1975).

Vicaire en paroisse de 1965 à 1969, aumônier des facultés de sciences, de médecine et de l’IUT de Saint-Étienne à temps partiel (1967-1969) puis à plein temps (1969- 1971). Après ses charges d’aumônier national, il suit, à Saint-Étienne, des études d’infirmier jusqu’en 1978. Il travaille ensuite dans un service de psychiatrie de 1978 à sa retraite, prise en 1999.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Duret (Albert), oblat de Marie-Immaculée. Aumônier national adjoint de la JECF-Moderne-et-technique (1949-1950).

Durpoix (Georges). Aumônier du lycée de Belfort (1950-1957), aumônier national de la JEC (1957-1958), aumônier général et aumônier national Universitaire (1958- 1960), aumônier général et Secondaire (1960-1961), puis aumônier du lycée Pasteur à Besançon (1961-1964).

Né le 6 septembre 1920 à Besançon, il est licencié en théologie et titulaire d’un DES de lettres. Il est ordonné prêtre le 8 avril 1947, vicaire à Saint-Maimbœuf (Montbéliard), auprès de l’abbé Jean Flory, de 1947 à 1951. Il est curé de Saint-Michel (Valentigney) de 1964 à 1977 et du Sacré-Cœur (Besançon) de 1977 à 1984. Il est prêtre auxiliaire à Sancey (1984) et Luxeuil (1985), puis aumônier de la maison de retraite de Rougemont (1986-1988), avant de se retirer au Centre diocésain puis à la maison de retraite de Bellevaux (Besançon). Il décède le 15 septembre 1991.

Sources : Joseph Ball, L’abbé Flory… p. 178. Église de Besançon, 29 septembre 1991. Archives historiques des diocèses de Belfort et de Besançon.

Dutil (Gaston). Il est l’un des fondateurs de la JEC et de la JECF dans les écoles primaires supérieures. Lorsque les EPS des garçons sont confiées à la JEC, il reste l’aumônier général de la JECF-EPS – devenue la JECF-Moderne-et-technique – jusqu’en 1956.

Né le 5 juillet 1902 à Paris, il est élève à l’école primaire supérieure Turgot. Il devient typographe puis entre au grand séminaire de Paris en octobre 1921. Il est bachelier en théologie et en droit canon. Il est ordonné en 1927, aussitôt nommé vicaire à Saint-Nicolas-des-Champs et chargé des EPS de garçons. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier. Il est nommé chanoine honoraire en février 1953. De 1956 à sa mort, survenue le 11 octobre 1975, il est directeur de la centrale Saint-Jacques au service de l’apostolat (maison d’édition et de vente par correspondance).

Sources : La Croix, 21 février 1953. Archives historiques de l’archevêché de Paris.

Ferrand (Henri), jésuite. Aumônier national de la JECF-École libre (1936-1948), aumônier national adjoint de la JECF Lycées-et-facultés en novembre 1940, chargé de la Zone occupée.

Né le 9 avril 1899 à Toulouse, il entre au noviciat en 1919. Il est surveillant, père spirituel, professeur, recteur à Sarlat, au Caousou (Toulouse) et à Bordeaux. Il succède au Père Dieuzaide pour la direction des camps de Barèges, en 1958.

Sources : Compagnie, n° 208, mai 1987, p. 96.

Galtier (Jean), frère Christian, franciscain. Aumônier fédéral de Bordeaux à partir d’octobre 1942, aumônier national des branches Prépa et Grandes Écoles (1945-1948).

Né à Rodez le 7 septembre 1913, il est bientôt orphelin d’un père mort à la guerre. Il fait ses études secondaires au lycée de Rodez puis est étudiant à la faculté des lettres de Toulouse (1930-1931). Il est ensuite séminariste au grand séminaire d’Issy-les-Moulineaux (1931-1933). Il entre au noviciat des franciscains de la province d’Aquitaine, à Pau, le 15 octobre 1933. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1938, à Toulouse. De janvier à juillet 1945, il est aumônier militaire au 20e régiment des chasseurs d’Afrique. En juillet 1948, il devient aumônier du Service des soldats ; en 1953, il est directeur des œuvres du vicariat aux armées en 1963, puis aumônier militaire régional à Marseille. Il est, à sa demande, sécularisé le 28 mars 1966 et incardiné le 21 avril suivant au diocèse d’Avignon, où il devient vicaire économe de Lourmarin. En 1978, il se retire à Salon-de-Provence. Il décède en 2008, à Hyères (Var).

Sources : Archives de la province franciscaine de Toulouse. Archives historiques du diocèse d’Avignon.

Grolier (Pierre). Aumônier national Cadets (1958-1960), aumônier national Aînés en 1960-1961, aumônier général de la JEC [et de la JECF à partir de 1964] (1961- 1969, avec une interruption de six mois en 1965 lorsqu’il est nommé aumônier de la Paroisse lozérienne de Paris, avant d’être rappelé à l’aumônerie générale), aumônier international pour l’Europe à la JECI (1969-1978).

Né le 7 octobre 1921 à Aumont-Aubrac (Lozère), il est fils d’un garagiste. Il est élève à l’école des frères du Sacré-Cœur puis à l’institution Notre-Dame-de-la-Carce (Marvejols). Séminariste au grand séminaire de Mende en 1938-1940, il doit ensuite interrompre sa formation deux années à cause de crises pulmonaires et il est soigné au sanatorium du clergé à Thorenc (Alpes-Maritimes). Il est finalement ordonné prêtre en décembre 1946. On le trouve alors vicaire à Marvejols de 1946 à 1955 et, directeur des œuvres à Mende, il assure l’aumônerie diocésaine de plusieurs mouvements, dont la JEC et JECF. A son retour de l’aumônerie de la JECI, il devient prêtre au travail, en tant que directeur de l’Union départementale des associations familiales de la Lozère, de 1978 à 1987. Il participe depuis à la Mission de France.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Hamel (Robert), jésuite. Aumônier national adjoint (1938-1939), aumônier des étudiants de Poitiers.

Né le 4 janvier 1897 à Fougerolles-du-Plessis, il est orphelin de jeune âge. Il est élève à partir de 1910 au collège Notre-Dame-de-Bon-Secours, ouvert à Jersey par les jésuites expulsés. Sitôt sorti du collège, il est mobilisé dans l’aviation. Ce n’est donc que le 8 novembre 1919 qu’il entre au noviciat de Beaumont-sur-Oise. Il est dispensé du juvénat et étudie directement sa philosophie à Jersey (1921-1924). Il fait deux ans de régence à Vannes puis rejoint Fourvière pour y étudier la théologie jusqu’en 1936. A partir de cette date, il est aumônier des étudiants à Angers puis à Poitiers. Menacé en raison de ses liens avec la Résistance, il est déplacé à Bourges, où il résidera jusqu’en 1964. Il réside ensuite à Nantes jusqu’à son décès, le 31 janvier 1974.

Sources : Compagnie, n° 78, mai 1974, p. 93-94. Pierre Bolle, Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et Résistance..., p. 204.

Hennion (Robert), frère Jean-Robert, franciscain. Aumônier national Prépa (1950-1951).

Né le 24 octobre 1920 à Calais (Pas-de-Calais), il est élève à l’école Saint-Joseph (Lille) jusqu’au baccalauréat, obtenu le 22 octobre 1937. Il entre au noviciat des franciscains à Amiens le 25 août 1937, fait sa profession le 26 août 1938 et sa profession solennelle le 1er novembre 1941. Il mène des études de philosophie scolastique à Amiens, puis au collège de Bernay (en raison de l’exode). Il étudie ensuite la théologie au scolasticat franciscain de Champfleury, à Carrières-sous-Poissy (Seine-et-Oise), entre 1941 et 1943. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1943. En août suivant, il est requis au STO comme « caleur de wagons » à la gare de triage d’Achères. De là, il part pour Cologne, avec les jeunes du STO, affecté à la gare de triage avec 11 frères franciscains. Arrêté pour son militantisme catholique par la Gestapo, le 13 juillet 1944, il est emprisonné à la prison de Bauweiler puis condamné au camp de travail de Buchenwald, dont il est libéré en 1945. Après quelques mois de repos, il reprend des études et présente successivement une licence et une maîtrise en théologie à l’université de Strasbourg (1946-1948). Il est professeur de théologie fondamentale à Champfleury (Carrières-sous-Poissy) à partir de 1948. Après l’aumônerie nationale de la JEC, il est aumônier national adjoint à la Paroisse universitaire, auprès du père Dabosville (1951-1954), et, en outre, conseiller théologique des prêtres ouvriers franciscains de 1950 à 1955. Affecté par la crise des prêtres-ouvriers, il prend ses distances avec la province religieuse et part pour Hambourg, où il travaille comme traducteur à l’UNESCO. En 1956, il quitte définitivement la vie religieuse, sans solliciter d’indult. Il poursuit des activités littéraires, surtout de traduction de livres allemands.

Source : Service de documentation franciscaine.

Lacroix-Laval (Armand de), jésuite. Aumônier national Universitaire (1935- 1942), aumônier général de la JECF-Classique-et-supérieur (1940-1943).

Né le 10 août 1890 à Troyes, il est fils d’un militaire. Il étudie au collège Sainte-Marie de Belfort, au collège de Tarascon, au lycée de Nîmes, puis au lycée Stanislas à Paris. Il est mobilisé en 1914 et démobilisé en 1919. Il entre au noviciat à Beaumont, fait sa philosophie à Jersey et sa théologie à Ore Place. Il est père spirituel et professeur de français à Sainte-Geneviève (Versailles) de 1929 à 1935. Il est rédacteur aux Études de 1943 à 1946 puis professeur de français à Laval de 1946 à 1967. En 1967-1968, il vit à La Baume. En 1968, il s’installe à Nantes au Centre d’information religieuse. Il meurt le 16 décembre 1970.

Source : Compagnie, n° 45, février 1971, p. 29.

Lambert (André). Aumônier de la JECF de la fédération de l’Orne (1958-1961), aumônier national Aînés et Technique de la JECF (1962-1964 , à mi-temps en 1961- 1962), aumônier national Jeunes (1963-1965), aumônier national Technique (1963- 1967).

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Le Corre (René). Aumônier national de la branche Jeunes (1960-1965), de la branche CEG (1963-1965), de la branche Sup-Technique (1960-1962), de la branche Universitaire (1960-1965). Il démissionne de ce poste en 1965 par solidarité avec les membres écartés de l’équipe nationale.

Né en 1923 à Pouldreuzic (Finistère), il fait ses études à l’école laïque, puis catholique, au petit séminaire puis au grand séminaire de Quimper (1940-1947). Il fait des études de théologie à Rome (1947-1949) et de philosophie à la Sorbonne (1950-1953). Il est professeur de philosophie au lycée Charles-de-Foucauld (1953- 1960) de Brest et aumônier du collège universitaire de Brest en 1959-1960. Après sa démission de l’équipe nationale, il est vicaire à Brest, assurant diverses aumôneries de 1965 à 1977, puis en résidence à l’aumônerie des lycées de Brest de 1977 à 1985. Il quitte alors l’Église et le sacerdoce et exerce diverses activités.

Sources : René Le Corre, La Conversion, Rennes, La Part commune, 2007, 157 p. Correspondance avec l’auteur.

Lepoutre (François), jésuite. Aumônier général adjoint de l’ACJF (1930-1939), il est le promoteur de la JECF-Lycées-et-collèges dès son origine. Il obtient le titre d’aumônier général de ce mouvement en 1938 et conserve ce poste jusqu’en 1953, avec une interruption durant la Seconde guerre mondiale.

Né à Roubaix le 16 décembre 1890, il est élève au collège jésuite d’Antoing, en France puis en Belgique. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1909, suit sa formation à Florennes, Jersey, Ore Place et Enghien et enseigne durant trois ans à Amiens. Il est ordonné prêtre en 1920 et nommé recteur au collège de Reims (1928), puis aumônier du cercle missionnaire de l’École coloniale à Paris. De 1953 à 1963, il est aumônier général adjoint de la Ligue féminine d’Action catholique française (qui devient Action catholique générale des femmes à partir de 1955). Il est le conseiller juridique de plusieurs films et membre de l’Office catholique du cinéma. Il décède le 26 septembre 1977.

Sources : Le Monde, 28 septembre 1977. Compagnie, n° 114, janvier 1978. Témoignages pour une histoire de la JECF. DMRFC, t. IV : Lille-Flandres, p. 320.

Lerivray (Bernard). Aumônier national Universitaire (1965-1966), aumônier national de l’Action catholique universitaire (1966-1972).

Né en 1925 à Lolif (Manche), il est élève à l’institut Notre-Dame d’Avranches de 1936 à 1943. Il est ordonné prêtre en 1948 et passe une licence de théologie à l’Institut catholique de Paris. En 1950, il est vicaire à Coutances. De 1952 à 1962, il est secrétaire particulier de Mgr Guyot, évêque de Coutances, et aumônier des lycéens du lycée Lebrun (Coutances), puis des étudiants de Caen (de 1962 à 1965). Après 1972, il est curé de la cathédrale de Coutances (jusqu’en 1992) puis de la paroisse de Lessay.

Sources : Bernard Lerivray, La mer aussi se meurt : bloc-note d’un aumônier d’étudiants. Mai-juin 68, Coutances, Ocep, 1968, 119 p. Ouest France, 5 septembre 2008. Correspondance avec l’auteur.

Locqueville (Guislain). Aumônier des scolaires de Liévin et Bully-les-Mines en 1960, aumônier diocésain de la JEC pour le Pas-de-Calais à partir de 1962, aumônier national de la JECF à mi-temps (1964-1965), aumônier national Jeunes-CEG (1965- 1967).

Né le 30 novembre 1926 à Beaumerie (Pas-de-Calais), il est ordonné prêtre le 2 juillet 1950 et entre au noviciat du Prado la même année. Il est vicaire à la paroisse Saint-Martin de Liévin à partir de 1951. Il est prêtre à Beaurins (1967), puis curé à Arras (1968) et à Vimy (1991) jusqu’à sa retraite (2001).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Maraval (Jean). Aumônier d’une équipe Technique à Toulouse, aumônier fédéral d’Albi (1952-1958), aumônier national de la JECF (1958-1962).

Né le 7 mars 1922, il est ordonné en 1947, prépare une licence à Toulouse avant d’enseigner. Il est prêtre dans le diocèse d’Albi, curé à Castres jusqu’à sa retraite en 1997.

Sources diverses.

Mendigal (Louis). Aumônier national EPS et aumônier national Technique (1932- 1952).

Né le 23 juin 1892 à Caen, d’origine aveyronnaise, il appartient à une famille d’officiers. Une fois sa vocation trouvée, ses études se font aux grands séminaires du Mans puis de Rodez. Il est prisonnier en Allemagne durant la Première Guerre mondiale. Il est ordonné prêtre à Rodez le 20 janvier 1921 et après quelques mois de vicariat à Saint-Julien-d’Empare, il est vicaire cinq ans à Viviez, puis à la paroisse Saint-François de Millau. Il y assure la pastorale auprès des EPS et de l’enseignement technique. En 1926, il est aumônier diocésain des œuvres masculines jusqu’à sa montée à l’équipe nationale, en 1932. Après 1952, il est aumônier au conservatoire de musique de Paris ; il anime le comité national de pastorale familiale et dirige sa revue Foyers. Il décède le 4 mars 1967 au Mans.

Sources : Message Aumônier d’équipes, n° 4, juin 1967. Catholicisme, fasc. 37, 1979, col. 1173-1174.

Mener (Clet). Aumônier diocésain de la JEC pour la fédération de Quimper (1968- 1971), aumônier national Aînés (1971-1975), aumônier des étudiants de Brest (1975- 1987).

Né en 1934, il est ordonné prêtre en 1958 pour le diocèse de Quimper. Il fait des études de théologie à l’Université grégorienne (Rome) de 1958 à 1960, puis des études de philosophie à la Sorbonne. Il est professeur de philosophie au lycée Charles-de-Foucauld (Brest). De 1992 à 2004, il est aumônier diocésain de CMR. Depuis 2004, il est curé de l’ensemble paroissial de La Forest-Landerneau-Saint-Divy-Saint-Thonan (Finistère).

Sources : Archives de la JEC, CNAEF. Correspondance avec l’auteur.

Noël (Eugène). Aumônier fédéral de la JEC pour le Morbihan (1963-1968), aumônier national Aînés (1968-1972).

Né le 8 novembre 1925 à Glennac (Morbihan) d’un père bûcheron et d’une mère agricultrice, il fait sa scolarité dans plusieurs établissements publics et privés. Il entre ensuite au séminaire de Vannes (1944-1950). Il suit, dans les années cinquante, des sessions de formation de l’Action populaire à Clamart. Après 1972, il est curé de Ploemeur (1972-1987), recteur de Notre-Dame (Larmor-Plage) de 1987 à 1992 et aumônier diocésain de l’ACI de 1992 à 1999.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Oncieu de La Bâtie (Eugène D’), jésuite. Aumônier de la JEC à Paris puis à la Maison des étudiants de Lyon, aumônier national Universitaire (1954-1957), aumônier général (1956-1957).

Né à La Bâtie (Savoie), le 2 mars 1914, il entre, après une licence de philosophie préparée à Grenoble, au noviciat d’Yzeure (1934). Ensuite, il fait ses études de philosophie à Jersey, sa régence à Sainte-Hélène, sa théologie à Fourvière et Mongré. Il est aumônier de la prison de Fresnes en 1945, père spirituel au collège Sainte-Hélène de 1947 à 1950. Il part ensuite faire son « troisième an » aux États-Unis. Il est supérieur au Châtelard (Lyon) en 1957-1964, provincial de Lyon en 1964-1970, instructeur du « troisième an » à Biviers en 1970-1971 et directeur de la maison du Châtelard de 1971 à 1993. Il meurt à Chambéry le 12 octobre 1993.

Sources : Compagnie, n° 282, novembre 1994, p. 174. Vie nouvelle, n° 556, 22 octobre 1993. DMRFC, t. viii : La Savoie, p. 313. Site familial de la famille Gignoux.

Panis (Christophe). Aumônier de lycée à Gien (1965-1967) puis à Orléans (1967- 1974), aumônier national (1974-1977).

Né le 5 octobre 1936 à Orléans, il fait sa scolarité à Sainte-Croix d’Orléans puis il entre au grand séminaire d’Orléans (1954-1956) et poursuit ensuite ses études de philosophie et de théologie au séminaire des Carmes (Paris), entrecoupées par un service de détaché culturel au Liban. Il est ordonné prêtre pour le diocèse d’Orléans en 1963 et achève ses études de philosophie à la Sorbonne. Après l’aumônerie nationale de la JEC, il est secrétaire confédéral de la CFDT (1977-1997) et, depuis 1997, délégué diocésain au dialogue interreligieux et au service Incroyance-Foi.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Pinon (Jean-Marie). Aumônier des lycées à Nancy, aumônier national Technique (1968-1970).

Né le 21 août 1928 à Lille, il est ordonné le 30 mai 1953, à Nancy. Après une année de stage au Prado, il est vicaire dans le diocèse de Nancy et Toul, à Piennes (1954- 1956) puis à Saint-Max (1956-1960). Il est aumônier de l’école professionnelle de Nancy (1960-1968), aumônier du lycée Callot à Vandœuvre (1970-1971), du lycée technique Bonsecours à Nancy (1971-1972), du lycée mixte de la rue Cyfflé à Nancy (1972-1975), puis curé de Heillecourt (1975-1977) et auxiliaire dans la paroisse de la Vierge aux pauvres à Nancy (1977-1979). Il se retire ensuite pour raison de santé. Il décède le 12 juin 1982.

Source : Archives de l’évêché de Nancy et Toul.

Prélot (Robert). Aumônier général de la JECF (1952-1957).

Militant actif de l’ACJF, il entre au grand séminaire de Soissons pour être ordonné en 1928. Il est directeur du Secrétariat social de Soissons et s’occupe particulièrement des milieux populaires agricoles avant d’être nommé prêtre de la paroisse ouvrière Saint-Éloi, à Saint-Quentin. De 1958 à 1962, il est à Dakar comme prêtre Fidei donum, avant de devenir secrétaire général de l’Institut de presse missionnaire jusqu’à sa mort, survenue à Besançon le 7 septembre 1966.

Source : Robert Prélot, La presse catholique dans le Tiers-Monde, Paris, Saint-Paul, 1968, p. 11-13.

Rayez (André), jésuite. Aumônier fédéral de la JEC pour le diocèse d’Amiens, aumônier national Secondaire pour la Zone occupée puis pour la France (1943-46).

Né le 31 mai 1905 à Huppy (Somme), il est élève à Amiens (au petit séminaire puis au collège jésuite de La Providence) avant d’entrer au noviciat en 1924. Il enseigne l’histoire et la géographie à Amiens. Il fait sa théologie à Enghien de 1934 à 1938 et s’initie alors, avec le Père Viller, s.j., à l’histoire de la spiritualité. Mobilisé en 1939 et démobilisé en 1940, il devient préfet et professeur au collège de Saint-Acheul (Amiens). Arrêté par la Gestapo à l’issue d’un rassemblement jéciste, il passe deux mois en captivité (avril-juin 1943), à Amiens. En 1947, il est aumônier de prison à Fresnes. En 1948, il est adjoint du Père Viller au séminaire d’Enghien. Il lui succède comme secrétaire du Dictionnaire de spiritualité de 1951 à 1978. Il décède le 24 septembre 1979.

Sources : Compagnie, février 1980, n° 18-19. DMRFC, t. I : Les jésuites, p. 226.

Reboul (Louis de), frère Maurice, franciscain. Aumônier national Prépa et Technique (1952-1958).

Né à Tours, le 28 décembre 1919, il entame ses études secondaires au lycée Gouraud (Alger), pour les achever, à partir de la 3e, au lycée de Lunéville. Il rejoint ensuite le prytanée militaire de La Flèche et l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1939. Il entre au noviciat franciscain, au lendemain de la guerre, en juin 1946, et fait sa profession religieuse le 2 juillet 1947. Il commence des études de théologie au scolasticat de Champfleury (Carrières-sous-Poissy, Seine-et-Oise). Il est ordonné prêtre le 25 juillet 1950 et rejoint le couvent de Paris. Il mène des études de théologie à l’Institut catholique de Paris. Au lendemain de son éviction de l’aumônerie nationale de la JEC, il participe à des négociations de « bons offices » avec des forces de la résistance de l’Afrique du Nord, ce qui indispose des Français d’Afrique du Nord qui se plaignent auprès des autorités religieuses. Il est très actif aussi dans des œuvres de soutien aux populations pauvres en Afrique puis en Amérique latine. En 1960, il dépend du couvent franciscain de Paris (rue des Solitaires), où il est prié de choisir entre la régularité religieuse et ses implications sociales ou politiques. Il préfère alors renoncer à la vie religieuse et demande un indult de réduction à l’état laïc. Par la suite, il rejoint sa famille et se présente aux élections du conseil général, pour y succéder à son père.

Source : Service de documentation franciscaine.

Roche (André), jésuite. Aumônier de la JEC au Puy (1934-1936), aumônier de la fédération de Paris (1948-1950), aumônier national Secondaire (1946-1957).

Né en 1905 à Saint-Quentin (Aisne), il est rapatrié à Paris en 1916 et fait ses études aux lycées Carnot et Condorcet, puis une mathématique spéciale au lycée Corneille de Rouen. En 1925, il intègre l’École centrale. A sa sortie, il travaille, de 1928 à 1931, dans une entreprise d’électromécanique. Il commence son noviciat en novembre 1931 ; sa formation dure quatorze ans. En 1939, il est mobilisé et prisonnier cinq ans à l’Oflag xvii A (Autriche) où il suit une formation en théologie, sous la conduite du Père Delchard et de l’abbé Gabriel-Marie Garrone. Il est ordonné prêtre le 16 juin 1945. De 1957 à 1963, il est aumônier de l’Institut régional catholique des Arts et métiers de Lille. Puis il est aumônier de la faculté de médecine, pharmacie et sciences de Rouen et aumônier du MCC.

Source : Compagnie, n° 321, octobre 1998, p. 152-153.

Roche (Eugène), jésuite. Aumônier national de la JEC (1931-1933).

Né le 5 décembre 1897 à Marseille, il fait ses études au lycée Thiers. Il est membre de l’œuvre de l’abbé Allemand. Il entre en 1915 au noviciat de Sainte-Foy-lès-Lyon, mais il est mobilisé de 1915 à 1919 dans les chasseurs alpins. Il poursuit sa formation de 1920 à 1929 : le juvénat à Cantorbéry, la philosophie à Jersey, la régence au collège d’Avignon, la théologie à Ore Place et Fourvière. Le Père Albert Valensin l’appelle pour assurer l’aumônerie des préparationnaires lyonnais puis il devient l’adjoint du Père Roullet à la Maison des étudiants catholiques de Lyon avant son « troisième an » à Paray-le-Monial (1929-1931). Après sa mise à l’écart de l’aumônerie nationale de la JEC, il est aumônier des étudiants à Grenoble (1935- 1938) puis à Marseille où il assiste le Père Émonet avant de lui succéder (1938- 1946). En 1933, il fonde, avec Melle Payet, le camp de lycéennes de Pralognan-Vallorcine et, après la Seconde Guerre mondiale, les camps internationaux d’étudiantes. Il est l’animateur spirituel et l’aumônier général de ces camps jusqu’en 1964. Il décède le 31 octobre 1973.

Source : Compagnie, n° 74, janvier 1974, p. 31-33.

Roux (Octave de), jésuite. Initiateur de l’ACGE en 1947, aumônier national de l’ACGE (1947-1956).

Né en 1894 à Marseille, il fait ses études au collège Saint-Ignace, puis est élève en classes préparatoires scientifiques à Sainte-Geneviève (Versailles). Il est reçu à l’École polytechnique en 1914, mais n’y entre réellement qu’en 1919, à l’issue de la guerre durant laquelle il sert comme officier et au cours de laquelle il est gravement gazé. Il entre au noviciat de Beaumont-sur-Oise en 1921 puis fait sa philosophie à Jersey et sa théologie à Fourvière. Il est ordonné en 1927 et fait son « troisième an » comme socius du Père maître à Laval. En 1930, il est nommé aumônier-adjoint de l’USIC, en charge de l’École centrale et des Arts et métiers. Il y crée le MICIAC en 1937. Durant la Seconde Guerre mondiale, il sert comme officier. Après l’aumônerie de l’USIC, il est, de 1956 à 1965, supérieur de la résidence de Rouen et aumônier du MICIAC pour la Normandie. De 1965 à 1968, il est aumônier de l’institution Notre-Dame de Toulon et rattaché à la résidence de Nice. De 1968 à 1971, il réside à la communauté de la Chauderaie. Il y meurt le 13 février 1971.

Source : Compagnie, n° 49, juin 1971, p. 115.

Seillon (Robert), jésuite. Aumônier national Universitaire (1946-1954), aumônier général de la JEC (1947-1955), avec une interruption en 1948-1949 pour son « troisième an ».

Né à Saint-Étienne en 1911, il fait ses études au collège Saint-Michel puis au lycée de Saint-Étienne jusqu’aux classes préparatoires scientifiques. Il entre en 1930 au noviciat d’Yzeure où il obtient une licence de lettres puis fait sa philosophie à Jersey. Il part un an à Beyrouth comme détaché militaire et y enseigne le français. Puis il assure l’aumônerie du lycée de Moulins. Mobilisé en 1939, il est retenu prisonnier un an puis libéré pour raison de santé. Il fait alors sa théologie à Fourvière, avant de devenir aumônier de la JEC. De 1956 à 1958, il est adjoint du directeur de la Revue d’action populaire. Il est ensuite mis en disponibilité à Annecy jusqu’à sa mort, le 3 mars 1987.

Sources : Message, novembre 1955. Compagnie, n° 209, juin 1987, p. 118-119.

Sindt (Gérard). Aumônier de lycée à Sarreguemines (1970-1975), aumônier national (1975-1979).

Né en Moselle en 1939, il est ordonné prêtre en 1965 pour le diocèse de Metz ; il poursuit sa formation à l’Institut biblique de Rome et à Jérusalem. Après l’aumônerie nationale, il est aumônier des étudiants et professeur d’exégèse au grand séminaire de Nancy, puis curé à Metz, de 1995 à 2005.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Soffray (Jean-François). Aumônier national Prépa (1969-1972).

Né le 11 septembre 1932 à Meximieux, il est prêtre du diocèse de Belley. En 1972, il quitte la cléricature pour devenir maçon et vivre dans la communauté de l’Alouette, près de L’Isle-d’Abeau. Il fonde l’association Habiter, spécialisée dans la restauration des bâtiments. Puis il devient artisan. Il est également administrateur de l’association Les Goliards et membre de la rédaction de la revue Golias.

Sources : Michel Clévenot, Haut le pied…, p. 192. Emmanuel Ratier, Les chrétiens de gauche, p. 267.

Thomas (Joseph), jésuite. Aumônier national Grandes Écoles (1956-1964).

Né en 1915 à Saint-Nazaire, il est bientôt orphelin : son père est mort à la Première Guerre mondiale et sa mère décédée alors qu’il a six ans. Il est élève au petit puis au grand séminaire de Nantes. En 1935, il entre au noviciat jésuite de Laval ; il passe en 1937 une licence de lettres en Sorbonne. Après sa mobilisation en 1939-1940, il entreprend une thèse de philosophie sur Kierkegaard à Vals et l’achève à Évreux, où il fait sa régence à partir de 1942. De 1944 à 1947, il est à Fourvière pour sa théologie. Il est ordonné prêtre en 1946. Il enseigne la philosophie au scolasticat de Mongré en 1948-1949 mais est contraint à la démission en 1949 par le visiteur envoyé de Rome pour enquêter sur les nouveaux théologiens. Il enseigne la philosophie au collège Franklin de 1951 à 1953 puis est recteur du collège d’Évreux de 1953 à 1956. Après l’aumônerie nationale jéciste, il est aumônier national du MICIAC. Puis il est prédicateur à Notre-Dame de 1968 à 1972 et dirige les revues Christus et Croire aujourd’hui de 1970 à 1987. Il fonde le Centre pour l’intelligence de la foi – à destination des laïcs – et est chargé de la formation permanente du clergé de Paris. Dans les années 1980, il enseigne au Centre Sèvres à Paris, il est rédacteur aux Études et aux Cahiers pour croire aujourd’hui. Il est supérieur de la communauté de Franklin de 1980 à 1987. Enfin, il est chargé de la formation des laïcs dans le diocèse d’Évry jusqu’à son décès en 1992.

Sources : Compagnie, n° 271, octobre 1993, p. 157-159. Dominique Avon, Philippe Rocher, Les jésuites..., p. 190.

Widemann (Georges). Aumônier national adjoint de la JECF-EPS (juin 1937- 1938).

Né le 7 novembre 1901 à Paris, il est élève au petit séminaire. Il est ordonné à Paris le 29 mai 1926. Il est professeur à l’école Montalembert de 1926 à 1937. Le 22 décembre 1938, il est nommé vicaire à Saint-Michel des Batignolles puis second vicaire à partir d’avril 1942, avant de devenir curé de Saint-Pierre et Saint-Paul à Ivry (1946-1958), curé de Notre-Dame-du-Travail à Plaisance (1958-1967) et aumônier de la maison de récollection de Bagneux jusqu’en 1992. Il est chanoine honoraire le 12 juin 1959. Il décède le 4 janvier 1999, à Paris.

Sources : Bruno Mary, La Jeunesse étudiante chrétienne féminine..., p. 67. Archives de l’archevêché de Paris.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search