Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC (1929-1975)

Les dirigeants nationaux de la JEC et de la JECF (1929-1975)

Bernard Giroux

Texte intégral

Abadie (Alain D’). Secrétaire fédéral de Poitiers, responsable national en charge des provinces et des fédérations pour la Zone non occupée (1940-1941).

Agnès (Michel). Militant à la JEC à partir de 1945, membre de l’équipe nationale Prépa (1949-1950).

Né en 1927 à Brive-la-Gaillarde, il est fils d’un médecin. Il fait ses études à l’école Bossuet (Brive-la-Gaillarde) de 1935 à 1944, puis au lycée Saint-Louis, à Paris. Il est ensuite élève à l’École nationale d’agronomie dont il sort ingénieur. Il est chef de service du Génie rural de la province de Tamatave (1952-1959), directeur de la Compagnie internationale des travaux et ouvrages d’art (Citroa) pour l’Océan indien (1960-1966), directeur de Citroa à Paris (1967), directeur du Consortium des constructeurs d’autoroutes à Barcelone (1968-1969), directeur de la branche Travaux publics-France à la Société des grands travaux de l’Est 1969-1982, directeur commercial de la branche travaux publics-Amérique latine de Spie Batignolles en 1982.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who. Équipe nationale de la JEC.

Alési (Jacques). Militant à la JEC à partir de 1941, responsable du lycée (1942- 1943) de Rennes. Après un an d’interruption, il est responsable Cadets de la fédération de Rennes (1944-1945), responsable national Cadets (1948-1950).

Né en novembre 1925 à Alençon, où son père est professeur de lycée, il est élève au lycée de la ville jusqu’en 1938 puis au lycée de Rennes. Il est en classe préparatoire littéraire au lycée de Rennes puis au lycée Henri-IV, à Paris, de 1945 à 1947. Il perd successivement sa mère (1946) et son père (1948). Il poursuit ses études à la Sorbonne de 1947 à 1950, tout en étant surveillant à l’école nationale professionnelle de Creil. Il est professeur de lettres classiques à l’école nationale professionnelle à partir de 1951 puis au CES de Creil à partir de 1965. Il est conseiller municipal (communiste et républicain) de 1977 à 2001, avec la fonction de maire adjoint entre 1986 et 1995.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Alibert (Marcelle). Membre du cercle toulousain de lycéennes qui lance la JECF-Lycées-et-collèges en 1930.

Alter (André). Membre du secrétariat général de la JEC (1930-1931).

Amalric (Jean-Pierre). Responsable fédéral Cadets du Tarn, responsable national Secondaire (1955-1956), secrétaire général (1956-1957).

Né en 1934, il est élève au petit séminaire de Castres, puis il fait son hypokhâgne au lycée de Toulouse, et sa khâgne à Louis-le-Grand, à Paris. Il est professeur d’histoire à l’université de Toulouse et milite au Parti socialiste.

Sources : Message, janvier 1957. Sources diverses.

Amalvy (Marie-Françoise). Membre de l’équipe nationale puis responsable nationale Aînés (1967-1968).

Amaury (Paul). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951), responsable national Prépa (1951-1952), membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1952- 1953), secrétaire général adjoint (1951-1954), responsable national Technique (1954- 1955).

Il travaille ensuite au Commissariat à l’énergie atomique.

Source : Message, novembre 1955.

Angeville (Hélène). Militante à la JECF-EPS à partir de 1939, responsable de section en 1942, responsable d’Indre-et-Loire en 1947, membre de l’équipe nationale Universitaire (1951-1953).

Née en 1927, elle poursuit ses études jusqu’en 1953. Elle est notamment titulaire d’une licence et d’un DES de philosophie. Elle devient conseillère d’orientation et exerce, à partir de 1960, à l’Institut national d’études du travail et d’orientation professionnelle (rattaché au CNAM). Elle milite à la Paroisse universitaire, au SGEN-CFDT, à l’UGS puis au PSU.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Correspondance avec l’auteur.

Aninat (Mathilde). Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à partir de 1942, responsable fédérale du Maroc (1943-1945), membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1945-1947).

Après des études de philosophie à Rabat et Paris, elle est enseignante dans une « école nouvelle » à Lyon (1948-1955), responsable d’un centre pour enfants présentant des troubles du comportement et de la personnalité (1955-1974), tout en poursuivant des études d’orthophonie. Elle est orthophoniste de 1974 à 1985. Elle a été, de 1976 à 1981, juré de cour d’assises à Lyon, a participé à une organisation d’information et d’analyse d’expérience des jurés. Elle a appartenu, à partir de 1962, aux « communautés Varillon », a milité au CCFD, à Amnesty international et à l’Antenne sociale, à Lyon.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Antini (Marie-Louise). Membre de l’équipe nationale Ado (1968-1970). Venue de Frasnes (Doubs), elle suit des études de russe à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Antoine (Jacques). Militant à partir de 1939, membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1952), responsable national Grandes Écoles (1952-1953).

Né le 19 août 1928 à Paris, il est fils d’un cadre dans le secteur bancaire. Il fait ses études jusqu’aux classes préparatoires scientifiques aux lycées Montaigne et Saint-Louis, à Paris. Il intègre l’École polytechnique, puis l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE-ISUP). Il est successivement administrateur à la direction générale de l’INSEE (1953-1958), directeur à la Société d’économie et de mathématiques appliquées (1958-1973), directeur général de la SOFRES (1962-1973), directeur général du Centre d’études des supports de publicité (1982-1987), fondateur et directeur associé du Centre d’études socio-économiques et de management (1975), professeur puis professeur honoraire au Conservatoire national des Arts et métiers. Il est président de l’Académie des sciences commerciales (1977).

Source : Who’s who.

Arens (Cécile). Voir Guillard.

Arens (René). Secrétaire fédéral de Moselle et responsable provincial de l’Est (1946-1948), responsable national Secondaire (1949-1951).

Il poursuit des études de psychologie. Il a épousé Cécile Guillard, responsable nationale de la JECF-Classique-et-supérieur.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Message, octobre 1951.

Armand (Georges). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1949-1951).

Né en 1929 à Montpellier, il est fils d’un ingénieur. Il fait ses études au collège Michelet et à l’école Saint-François-Régis, à Montpellier, puis aux facultés de droit de Toulouse et de Montpellier jusqu’à la licence. Il est élève à l’École nationale du cadastre (1956). A l’issue, il devient inspecteur du cadastre au service central du cadastre à Paris (1959). Il est ensuite élève à l’École nationale d’administration (1963-1965), chef de bureau du budget (1965), chef de division des affaires financières (1968), chef de service des enseignements de l’architecture et des arts plastiques au ministère des Affaires culturelles (1970), chef de division puis directeur adjoint pour les affaires économiques et financières du CNES (1971), chef de service du budget à l’Agence spatiale européenne (1976).

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who.

Armand (Michel). Militant à la JEC à partir de 1949, membre de l’équipe nationale Jeunes (1953-1956), responsable national Aînés (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né le 28 février 1933 à Paris, il est fils d’un commissaire aux jeux, mort pour la France en 1940, et d’une sténodactylographe. Il est élève au collège Colbert puis au lycée Chaptal à Paris jusqu’en khâgne, avant ses études de géographie à l’Institut de géographie de Paris pour obtenir la licence et le CAPES. Il devient enseignant d’histoire-géographie à Lyon (1959-1960) puis au lycée Benjamin-Franklin (Orléans) jusqu’à sa retraite. Il est secrétaire de section du SGEN-CFDT (1960- 1964), secrétaire académique pour le Loiret de 1964 à 1972 et membre du bureau national en qualité de secrétaire national du second degré (1972-1977). Il est membre du conseil de l’Enseignement général et technique de 1977 à 1986. Il adhère au Parti socialiste de 1990 à 1992. Il participe à l’université du temps libre d’Orléans.

Sources : Message, janvier 1957. Maitron.

Arnaud (Suzanne), Mme Bernard Montergnole. Militante à la JECF-École libre en 1947, membre de l’équipe diocésaine de Paris, secrétaire générale de la JECF (1952-1954).

Née en 1929, elle est la fille d’un expert-comptable. Elle est élève à l’institution Sainte-Geneviève (Asnières) puis au lycée Jules-Ferry (Paris). Après son hypokhâgne, elle prépare une licence d’histoire et de littérature en Sorbonne. Elle est professeur de lettres puis bibliothécaire à l’université du troisième âge du Dauphiné. Elle a milité à Vie nouvelle, à Poursuivre, et anime deux groupes de lecture. Elle a épousé Bernard Montergnole, ancien responsable national Universitaire.

Sources : Message JECF, novembre 1954. Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 177. Correspondance avec l’auteur.

Arquié (Georges). Responsable national des services (1941-1942).

Astruc (Jean). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1943-1944), membre de l’équipe nationale Moderne-Technique (1944-1945).

Auberger (Bernard). Militant à partir de 1953, membre de l’équipe nationale Prépa (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né le 5 décembre 1937 à Gennevilliers, il est le fils d’un ingénieur travaillant pour Gaz de France. Ses études se font aux lycées Carnot (Paris) et Fustel-de-Coulanges (Strasbourg). Il entre ensuite à l’École supérieure des mines et à la faculté de droit, puis à l’IEP de Paris et à l’École nationale d’administration (1964-1966). Il est successivement inspecteur des finances (1966), chargé d’études à la mission de rationalisation des choix budgétaires du ministère de l’Économie et des finances (1968-1970), mis à la disposition de l’ambassade des États-Unis (1970), chargé de mission auprès de la direction nationale du Crédit national (1971-1972), attaché financier de l’ambassade de France aux États-Unis (1972-1974), rapporteur du Comité d’étude pour la réforme de l’entreprise (1974-1975), directeur de la production des échanges au ministère de l’Agriculture (1975-1980), directeur adjoint à la direction des affaires internationales et de la trésorerie (1981-1983), directeur du réseau français de la Société générale (1983-1986), directeur général de la caisse nationale du Crédit agricole (1986-1988), président de l’Association française des établissements de Crédit (1987-1988), inspecteur général des finances (1988), conseiller du président du groupe Paluel-Marmont (1990), membre du directoire de la Compagnie bancaire (1991-1998), président de la banque Cortal (1991-1998), vice-PDG (1993-94) puis PDG du Crédit du Nord (1994-1995), président de la Banque directe (1994-2001).

Source : Who’s who.

Aubertein (Annie). Responsable nationale Prépa (1960-1962), secrétaire générale (1962-1963).

Née le 13 mars 1941, elle vient d’Avignon ; elle est élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Aubry (Jean). Membre du secrétariat général, en charge des étudiants prisonniers, mobilisés, requis dans les chantiers (mars 1939-1942).

Né le 13 septembre 1920 à Paris, il est fils d’un fondé de pouvoir. Il fait ses études au collège de l’Ermitage (Sartrouville) puis aux facultés de lettres et de droit de Paris puis à la faculté de droit de Lyon. Il obtient ainsi une licence ès lettres et un DES de droit public et d’économie politique. Il est rédacteur (1943) puis rédacteur principal à l’administration centrale du ministère des Finances, administrateur civil adjoint, attaché au cabinet du ministère des PTT (1946), administrateur civil au cabinet du ministre de la Reconstruction (1947) puis au cabinet du Garde des Sceaux (1948), chef adjoint du cabinet du ministre de la Marine marchande (1948) et du ministre de la France d’Outre-mer (1949) puis du ministre d’État chargé des relations avec les États associés (1950), censeur de l’institut d’émission du Laos, Cambodge et Vietnam (1952-1954), chef de cabinet du Commissaire général de France en Indochine (1953- 1955), chef de cabinet du secrétaire d’État aux affaires économiques (1955-1956), affecté au service des études économiques et financières à la direction du Trésor (1956-1965), conseiller technique au cabinet du ministre des Finances (1957-1958), chargé de mission au cabinet du Président du conseil (1958-1959), conseiller pour les affaires économiques au secrétariat général du gouvernement (1965-1976), trésorier-payeur général des Ardennes (1976) et de la Meurthe-et-Moselle (1980-1986). Il collabore, à partir de 1988, à la revue France Forum.

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941. Who’s who.

Aucouturier (Odette), Mme Fouret. Militante à la JEC-Classique-et-supérieur en 1945, membre de l’équipe nationale (1949-1950).

Née en 1924, elle est élève à l’École normale supérieure de Sèvres en 1944-1947. Elle est ensuite professeur agrégée de lettres classiques au lycée Faidherbe (Lille).

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 173.

Audema (M.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Audigier (François). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1965-1966).

Né en 1945, il est élève en classe préparatoire au lycée Janson-de-Sailly, puis fait sa propédeutique en lettres et sa licence en géographie, avant d’intégrer l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud. Professeur agrégé d’histoire, il est allocataire moniteur normalien à l’université de Nancy-II, ATER à l’université de Bordeaux-III, PRAG à l’Institut universitaire de formation des maîtres de Polynésie française, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Nancy-II. Il enseigne également en tant que maître de conférences à l’IEP de Paris.

Sources diverses.

Aussénac (Yvan). Rédacteur à Quatre jeudis (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Il est élève à l’École normale supérieure de l’enseignement technique, dans la section Mathématiques (1957-1960). Il devient professeur.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Augry (Marie-Laure). Militante à la JEC en classe de troisième, responsable fédérale de Tours, responsable de la région Centre (1968-1969), membre de l’équipe nationale Aînés (1970-1972).

Née à Tours le 27 février 1947, elle est étudiante à l’IUT en relations publiques puis suit une licence en sciences de l’éducation. Elle est engagée comme journaliste à TF1 en octobre 1972, au service de politique intérieure, puis devient reporter en 1974, chargée des problèmes d’éducation et de jeunesse, et, de 1975 à 1988, présente le journal télévisé. De 1988 à 1991, elle anime un magazine hebdomadaire au service des téléspectateurs sur TF1. En 1991, elle rejoint La Cinq pour y présenter le journal télévisé et animer une émission. Elle assure une émission quotidienne sur RMC de 1992 à 1994. De 1993 à 2003, elle anime une émission quotidienne sur France 3. Depuis septembre 2003, elle est médiatrice des rédactions de France 3. Depuis 2009, elle est membre du groupe animé par Bruno Frappat pour mettre au point une nouvelle charte déontologique pour les journalistes.

Sources : Aristide, mars 1988. Sources diverses.

Aurillac (Michel). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1948-1949).

Né le 11 juillet 1928 à Marseille, il est fils de Jean Aurillac, gouverneur de France d’Outre-mer, ambassadeur. Il fait ses études supérieures à l’IEP de Paris puis à l’École nationale d’administration (1951-1953). Il est ensuite auditeur au Conseil d’État (1953-1956), rapporteur à la Commission supérieure de cassation des dommages de guerre (1956-1957), conseiller technique au cabinet du Secrétaire d’État à l’Algérie (1957-1958), directeur de cabinet de Léopold Sédar Senghor, ministre d’État (1959), maître des requêtes au Conseil d’État (1960), président de la section du contentieux à la Cour suprême du Sénégal (1960-1965), conseiller technique au cabinet du Premier ministre (1965), préfet de l’Indre (1965-1969), secrétaire général de la préfecture de la région parisienne (1969), préfet de l’Essonne (1969-1973), préfet de la région Picardie et du département de la Somme (1973- 1974), chargé de mission auprès du Premier ministre, directeur de cabinet de Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur, préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d’azur et des Bouches-du-Rhône (1976-1977), conseiller d’État (1978), député RPR de l’Indre (1978-1981), vice-président du Conseil général de l’Indre (1985-1992), député de l’Indre (1986-1988), ministre de la Coopération (1986-1988), président d’honneur de Club 89.

Sources : Roland Lagro et alii, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2002, p. 640-641. Who’s who.

Aybram (Yvon). Responsable d’équipe JEC au lycée Joliot-Curie de Nanterre (1966-1967), responsable de la fédération de la boucle (1967-1968), membre de l’équipe nationale Ado (1969-1971), membre de l’équipe européenne de la JEC (1971-1972).

Né en 1949, fils d’un fonctionnaire, il fait ses études secondaires au lycée Joliot-Curie (Nanterre), ses études supérieures en philosophie et sociologie à l’université de Paris-X-Nanterre et obtient une maîtrise de philosophie. Il entre au séminaire universitaire de l’Institut catholique de Paris et obtient une maîtrise de théologie et le diplôme de l’Institut supérieur de pastorale catéchétique. Ordonné prêtre pour le diocèse de Nanterre en 1975, il est vicaire à Boulogne (1975), aumônier des lycées et collèges de Rueil-Malmaison (1976-1982), directeur diocésain de l’enseignement religieux (1983-1991), curé de Bourg-la-Reine (1992-2002) puis de Saint-Cloud depuis 2003 et vicaire épiscopal. Il exerce également les fonctions de directeur diocésain des pèlerinages entre 1992 et 2005. Il est l’un des fondateurs de la revue Magnificat.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Azambre (Jacques). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1956). Il devient ingénieur.

Babé (Francis). Militant à la JEC à partir de 1964, secrétaire fédéral du Nord-Lille (1965-1969), membre de l’équipe nationale Aînés (1970-1971).

Né en 1948, il est fils d’un comptable. Il est élève au lycée Faidherbe à Lille, puis intègre l’IEP de Paris dont il sort diplômé en 1972 après avoir obtenu un DES de sciences économiques en 1971. Il est adjoint au délégué général de la Fédération nationale des transports de Roubaix.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Baboulène (Jean). Membre du secrétariat général, en tant que responsable de la propagande (1936-1937), secrétaire général JEC et responsable Étudiants (1937- 1938).

Né le 25 octobre 1917 à Cahors, il est fils de commerçants. Il est élève à l’institution Saint-Joseph à Rodez puis au lycée Louis-le-Grand à Paris avant d’intégrer l’École polytechnique en 1937. Il devient directeur des éditions du Témoignage chrétien (1946 à 1949) puis est chargé de mission au Commissariat général au Plan (1950- 1952), ingénieur-conseil à la Compagnie française Thomson-Houston (1952-1955) et associé (1955) puis PDG (à partir de 1971) de la Compagnie française d’organisation, délégué général du Groupement travail manuel et entreprises. Il décède le 29 mai 1985.

Sources : Archives de la JEC, CNAEF. Who’s who.

Bach (Madeleine). Voir Gény.

Badelle (Jean). Militant à la JEC à partir de 1932, secrétaire fédéral du Cher, membre de la commission Secondaire (1935-1936), responsable national Secondaire (1937-1939), secrétaire général pour la zone Nord (1940-1941).

Né en 1918 à Saint-Éloy-de-Gy (Cher), il est fils d’agriculteurs. Il est interne au lycée de Bourges puis en classe préparatoire scientifique au lycée Henri-iv (Paris) en 1935-1936, tout en préparant une licence de lettres. Il est élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à partir de 1936 et prépare, parallèlement, une licence de philosophie. Après sa mobilisation en 1939, il revient en 1940 à l’ENS où il est « prince tala ». Il est mort accidentellement en septembre 1941.

Sources : Messages aux militants de la JEC, édition de Lyon, octobre 1941. Messages aux militants de la JEC, édition de Paris, novembre 1941. Messages aux aumôniers, juin 1944. Pierre Drujon, JEC 15 ans d’histoire, p. 99. Pierre Golliet, Jean Badelle (1917-1941) : sa vie et sa pensée, Issoudun, Laboureur, 1944, 225 p. Pierre Drujon, Témoins, p. 28-35. Paul Germain, Mémoires d’un scientifique chrétien, p. 86.

Baffaut (Jean-Bernard). Militant à la JEC à partir de 1951, membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1954), responsable national Universitaire (1954- 1955), membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1956), responsable des éditions de l’Épi (1956-1957).

Il est le fils d’un métayer devenu employé aux PTT et d’une employée à la SNCF. Né à Paris en 1933, il y fait ses études, d’abord au lycée Charlemagne puis, en classes préparatoires, au lycée-Henri IV. Il obtient, en 1958, des licences de lettres classiques et de lettres modernes. Après son service militaire, effectué en Algérie de 1958 à 1961, il est maître auxiliaire au lycée Honoré-de-Balzac (Paris) et au lycée de Sarcelles. Titulaire du CAPES de lettres classiques en 1963, il est professeur au lycée d’Elbeuf (Seine-Maritime) de 1963 à 1970. Il effectue parallèlement un stage de réalisation cinéma 16 mm au Centre d’Éducation populaire et de sports en 1967, un autre au centre audio-visuel de Saint-Cloud en 1969-1970 et obtient le diplôme d’éducateur spécialisé en techniques audio-visuelles. Il est nommé à l’Institut national d’administration scolaire, au service de la formation administrative, dans le département des moyens audio-visuels, où il travaille de 1971 à 1977. Il est détaché auprès de l’Institut national de Recherche pédagogique, au sein du département de la recherche psychosociologique, en tant que chef du département des moyens audiovisuels de formation de 1977 à 1979. En 1980, il est nommé, à sa demande et pour raison médicale, professeur rédacteur des cours de français de préparation aux BTS au Centre national d’Enseignement par correspondance (CNEC devenu CNED en 1986). Il y travaille jusqu’à son décès, en 1990. Durant toute sa carrière, il milite au SNES.

Source : Correspondance avec Mme Baffaut, veuve de Jean-Bernard.

Bailly (M.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951), membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1956).

Bailly (Yves). Militant en classe préparatoire au lycée de Rennes (1967-1969), membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970).

Né en 1947, il est fils d’un ingénieur pour la SNCF. Il fait ses études au collège jésuite Notre-Dame-de-la-Croix (Le Mans). Après ses classes préparatoires au lycée de Rennes, il intègre, en 1969, l’Institut national agronomique de Paris. Il devient fonctionnaire du ministère de l’Agriculture et enseigne en lycée agricole (1975-1987) puis en école d’ingénieurs à Dijon (1988-2009). Il participe à l’animation de l’aumônerie du lycée Carnot de Dijon de 1990 à 2002.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Balard (Pierre-Paul). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Toulouse (1941-1942).

Bancal (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1946-1947).

Bara (Nicole). Membre de l’équipe nationale 6e-5e (1958-1959).

Barbier (Charles). Membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1946).

Barbier (Jacques). Membre du secrétariat général (1930-1931), secrétaire général de janvier à juin 1932.

Barbier (Pierre). Membre du secrétariat général (1930-1931).

Né le 27 mai 1911 à Besançon, il est fils de commerçants. Il est élève au lycée de Besançon. Il suit ensuite les cours de sciences politiques de l’École pratique des hautes études. Il écrit dans les journaux Sept et Temps présent. En 1940, il est mobilisé puis intègre, grâce au père Dieuzaide, l’équipe de Radio Jeunesse, mise en place par Pierre Schaeffer à Vichy. Après la guerre, il produit et anime des émissions culturelles sur la radio publique (future France-Culture) jusqu’à sa retraite en 1976. Il décède en 1991.

Sources : Éric Pétetin, Foi et engagement…, p. 35. Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, n° 51, décembre 1996-février 1997, p. 202-211.

Bargues (Marie-Lise). Responsable Universitaire de la fédération de Bordeaux (1954-55), responsable Presse et membre de l’équipe nationale Aînées (1955-57).

Née en 1936 à Agen où son père est psychiatre à l’hôpital psychiatrique, elle suit ses études de sciences naturelles à la faculté des sciences de Bordeaux puis en Sorbonne. Elle s’investit parallèlement dans l’art dramatique au sein d’un centre d’éducation populaire. Elle poursuit ses activités théâtrales et reprend des études de médecine pour devenir journaliste médical. Elle est engagée dans le dialogue judéo-chrétien.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Baron (Andrée). Membre de l’équipe nationale Prépa (1946-1947).

Barral (Marc). Responsable fédéral Cadets de Paris et membre de l’équipe nationale Cadets (1947-1948).

Né le 31 mai 1927 à Paris, il est élève au lycée Louis-le-Grand puis entre au séminaire des Carmes en 1948. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Paris le 10 avril 1955. Il est licencié ès lettres et licencié en théologie. Il est vicaire à Notre-Dame d’Auteuil (1955-1972) et aumônier adjoint (1955) puis aumônier (1958) du lycée Jean-Baptiste-Say, avant de devenir aumônier du lycée Montaigne en 1964. Il est vicaire à Saint-Éloi (1972-1979), aumônier général du collège Saint-Jean de Passy (1974). Il est responsable adjoint (1979-1981) puis curé (1981-1987) de la paroisse Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, curé de la paroisse Sainte-Élisabeth (1987- 1993). Il décède à Paris le 11 janvier 1993.

Source : Archives historiques de l’archevêché de Paris.

Barran (Michel). Membre de l’équipe nationale Aînés (1958-1959).

Barraud (Jean). Secrétaire fédéral de Saône-et-Loire, secrétaire national EPS (1937-1939).

Né en 1917, il est élève à l’EPS de Montceau-les-Mines puis secrétaire du directeur d’une EPS durant un an et enseignant deux ans en cours élémentaire. Il est actif, durant la guerre, aux Compagnons de France.

Sources : Pierre Drujon, JEC 15 ans d’histoire, p. 111. Archives de la JEC, CNAEF.

Barré (Jean). Membre de l’équipe nationale Cadets en charge des cours complémentaires (1955-1956).

Étudiant en lettres, il devient enseignant.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Barre (Joëlle). Voir Le Treust.

Barrère (Alain). Secrétaire fédéral de Toulouse (1933-1934), membre du secrétariat général (1936-1937).

Il naît le 21 septembre 1910 à Bordeaux. Il est diplômé de droit de la faculté de Toulouse en 1938 et agrégé de sciences économiques. Après sa captivité, de juin 1940 à 1945, il devient professeur à la faculté de droit de Toulouse (1947-1957) et à l’université fédérale de Rio de Janeiro (1952-1954). A partir de 1957, il est professeur d’économie politique et doyen (1967-1971) puis doyen honoraire à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris. Il est professeur à la faculté de Paris-I de 1971 à 1980 puis professeur émérite. Il est également directeur d’études à l’EHESS à partir de 1964. Il préside les Semaines sociales de 1959 à 1988, avant d’en être président d’honneur. Il a également présidé la Semaine de la bonté (1989) et la Fondation pour la Recherche sociale. Il décède le 6 mars 1995.

Sources : Archives de la JEC, CNAEF. Who’s who.

Barrouin (Pierre). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953).

Bas (Pierre). Membre de l’équipe nationale Cadets (1947-1948).

Né le 28 juillet 1925 à Besançon, il poursuit ses études aux lycées Montaigne et Louis-le-Grand, à Paris, puis aux facultés des lettres et de droit de Paris (double licence), et à l’École nationale de la France d’Outre-mer. Il est élève-administrateur aux colonies (1948), administrateur adjoint de la France d’Outre-mer affecté à la direction générale des services économiques de l’Afrique équatoriale française (1949-1952), chef de district au Tchad (1952-1954), attaché au cabinet du secrétaire d’État à la France d’Outre-mer (1955), chef de district et de région au Tchad (1956), chef de subdivision au Cameroun (57), administrateur de la France d’Outre-mer (1957), chargé de mission au ministère de la France d’Outre-mer (1958) puis à la Présidence de la République (1959-1962), conseiller référendaire (1962) puis conseiller référendaire honoraire à la Cour des comptes. Il a rempli plusieurs mandats électoraux : député UDR de Paris (1962-1986), conseiller de Paris (1965-1989), adjoint au maire de Paris en charge des finances (1977-1983), vice-président (1976- 1982) puis membre (1982-1986) du Conseil régional d’Ile-de-France, maire du 6e arrondissement de Paris (1983-1989). Il est membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer depuis 1983.

Source : Who’s who.

Basalo (Claude). Responsable national Prépa (1945-1946).

Batier (Claude). Membre de l’équipe nationale (1973-1974).

Batsch (Huguette), Mme Rault. Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à partir de 1942, responsable JECF-sciences à Paris puis membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1946-1948).

Née en 1920, d’un père ingénieur, après des études au lycée Fénelon (Paris), passe une licence de mathématiques à la faculté de sciences de Paris. Elle est stagiaire de recherche au CNRS jusqu’en 1948, ingénieur adjoint au chef du département formation des cadres à l’Institut du pétrole en 1948-1954, chargée de service au Commissariat à l’énergie atomique de 1954 à 1962.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13.

Bauchet (Jacqueline). Voir Griffon.

Bauchet (Pierre). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1944-1947), responsable provincial de Paris (1946-1947).

Né en 1924 à Saint-Denis, il est fils d’un ingénieur, directeur d’usine. Ses études supérieures se déroulent aux facultés de droit de Grenoble et de Paris. Il est agrégé d’économie politique en 1948. Il est chargé de mission au Commissariat général au Plan de 1954 à 1956, professeur de droit aux facultés de Rabat puis de Lille de 1956 à 1962, directeur des études à l’ENA de 1962 à 1966, professeur d’économie politique à la faculté de droit de Paris à partir de 1966, directeur scientifique au CNRS, président de Paris-I de 1979 à 1981. Il est membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1994. Il a épousé Jacqueline Griffon, ancienne secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur.

Sources : Messages aux militants de la JEC, novembre 1947. Who’s who.

Baudelocque (Robert). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1966- 1967).

Baudoin (Jean-Marc). Militant à la JEC à partir de 1952, membre de l’équipe nationale Aînés (1957-1958), responsable national Aînés (1958-1959).

Né le 15 juillet 1936 à Marmande où son père est ingénieur des Travaux publics, il fait ses études secondaires et ses classes préparatoires au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux). Il est élève à l’École des mines (Paris) en 1956-1959. Après son service militaire en 1960-1962, il suit une formation complémentaire d’économiste statisticien. De 1962 à 1967, il travaille à la direction de la prévision du ministère des Finances. À partir de 1967, il travaille à la direction de la recherche de la SNCF comme économiste. Il appartient ensuite à la direction de la stratégie et du plan puis revient à la direction de la recherche avant de prendre sa retraite en 1999.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Baudouin (Pierre). Membre de l’équipe nationale Cadets (1956-1957), responsable national Cadets (1957-1958), secrétaire général adjoint (1958-1959).

Frère du précédent. Né le 7 août 1937 à Marmande où son père est ingénieur des Travaux publics. Il fait ses études secondaires et les classes préparatoires au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux). Il est élève à l’École des mines de Paris en 1956- 1959. Après son service militaire en 1959-1961, il est géologue au BRGM de 1961 à 1965 puis il travaille à la direction de Total, jusqu’à son décès en 1991.

Source : Correspondance de Jean-Marc Baudoin avec l’auteur.

Baudry (Antoinette). Membre du secrétariat général de la JECF-EPS (1935-1936). Baudry (Dominique). Responsable national Ado (janvier-juin 1968).

Baumard (Paul). Militant à la JEC à partir de la 3e, responsable fédéral du Maine-et-Loire (1966-1969), membre de l’équipe nationale Technique (1969-1970), président de la JEC (1970-1971).

Né en 1949, il est fils d’agriculteurs. Il est élève au collège Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle à Beaupréau (Maine-et-Loire) avant de passer son baccalauréat au lycée de Combrée. Il entame des études de mathématiques à l’Institut catholique d’Angers et les poursuit à l’université de Nantes puis à l’université Paris-VII. Il est professeur de mathématiques (1971-2004) puis directeur adjoint de lycée (2004-2009). Il milite au PSU puis au PS et s’investit surtout à la CFDT, de 1974 à 1983. Il milite depuis à la Ligue des droits de l’Homme.

Sources : Marie Vanderperre, La Jeunesse étudiante chrétienne et la tentation marxiste : le conseil national d’Amiens (22-25 mars 1970), mémoire de maîtrise, Université Paris-IV-Sorbonne, 2005, p. 111. Correspondance avec l’auteur.

Bavoux (Jean). Responsable national de L’Appel de la JEC (1936-1938), membre de la commission nationale EPS (1938-1939).

Bavoux (Josette). Voir Guérin.

Beauvillé (Claire). Voir Ival.

Beccaria (Yves). Militant à partir de 1941, membre de l’équipe fédérale du Loiret à la Libération, membre de l’équipe nationale Cadets (1949-1950), responsable national Cadets (1950-1952).

Né en 1929, il fait ses études secondaires au lycée d’Orléans. Il passe ensuite une licence de droit à Paris (1948). En 1953, il est responsable des éditions de l’Épi. En 1955, il est engagé à la Bonne Presse comme responsable du développement et en particulier de la création de nouveaux titres. De 1985 à 1993, il est directeur général de Bayard Presse, membre du directoire. De 1994 à 2000, il est président du conseil de surveillance de Bayard. Il a également été président de la commission des cartes des journalistes, vice-président du syndicat des publications destinées à la Jeunesse, vice-président du conseil d’administration de l’Institut catholique de Paris.

Sources : Entretien avec l’auteur. Correspondance avec l’auteur.

Beccaria (Marie-Josèphe). Voir Denoix de Saint Marc.

Bécret (Agnès). Membre de l’équipe nationale CEG (1963-1964).

Bellanger (Jacques). Militant à la JEC à partir de 1946, responsable national adjoint Grandes Écoles (1947-1949).

Né le 10 janvier 1926 à Paris d’un père ingénieur civil des mines. Il fait ses études à l’école Gerson, puis au lycée Janson-de-Sailly et à l’École des mines à Paris (1946- 1949), il est ingénieur civil des mines dans le Nord-Pas-de-Calais, puis à Pont-à-Mousson de 1961 à 1986, puis président du Réseau des centres techniques industriels de 1986 à 1992. Il milite au MICIAC et au MCC. Il préside l’USIC (1957-1963) et est membre du conseil des Semaines sociales de France (1985-2000).

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who.

Béliard (Paul). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970).

Bellart (Odile), Mme Robert Chapuis. Militante à la JEC Universitaire à partir de 1952, responsable Universitaire de Lille (1954-1955), membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1956), secrétaire générale de la JECF (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Née en 1936 à Billy-Montigny (Pas-de-Calais), elle est fille d’un ingénieur des mines. Ses études sont effectuées au collège Sainte-Ide (Lens), puis elle entame une licence de psychologie à la faculté de Lille qu’elle achève à la Sorbonne. Elle termine ses études à l’Institut de psychologie de Paris, en 1957-1958. Elle travaille au Centre d’études économiques à Annecy en 1958-1960. Elle devient ensuite psychologue, puis formatrice de psychologues et enfin membre de la direction des services psychologiques, à l’AFPA à partir de 1961. Elle milite à la CFTC en 1962, puis à la CFDT.

Source : Entretien avec l’auteur.

Bellière (Marie-Hélène). Membre de l’équipe nationale 6e-5e (1962-1964), secrétaire générale adjointe, responsable des adolescentes (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Elle vient du Havre et prépare, à Paris, une licence de sciences naturelles.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Bellot (L.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951).

Bénard (Anne-Marie), Mme Alain Brethon. Militante à la JEC à partir de 1959 environ, secrétaire fédérale d’Indre-et-Loire (1964-1965), membre de l’équipe nationale Universitaire (1965-1967).

Née en 1946, elle est fille d’un employé de bureau à la SNCF. Elle a fait des études de géographie à Tours puis à la Sorbonne. En 1976, elle reprend ses études et obtient un DESS d’expert en condition de travail à Montpellier. Elle est ensuite représentante pour une maison d’édition en 1977-1979, conseillère d’orientation puis personnel de direction dans un établissement scolaire à Vauvert (Gard), puis au lycée professionnel Léonard-de-Vinci (Montpellier) jusqu’en 2003. Elle s’engage de diverses manières : au SGEN-CFDT, à Vie nouvelle, au CCFD, à Vivre et Aimer (mouvement de pastorale familiale), à ATTAC et dans le réseau « Éducation sans frontière ». Elle a épousé Alain Brethon, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Source : Entretien avec l’auteur.

Benoist (Étienne). Membre de l’équipe nationale Cadets-Cours complémentaires (1955-1957).

Né en 1934, il est fils d’un ingénieur. Il est élève à l’École centrale (promotion 1957). Il est ingénieur dans le secteur du nucléaire civil, d’abord à EDF puis au CEA. Il termine sa carrière comme adjoint au directeur de l’Institut de protection et sûreté nucléaire. Il a milité au Parti socialiste durant les années 1970. Il préside une association intermédiaire pour la réinsertion par l’emploi.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Bérard (Geneviève), Mme Maurice Sadoulet. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1936, membre de l’équipe fédérale de Nice (1938-1941), secrétaire générale de la JECF-Lycées-et-facultés pour la zone Sud (1942-1943).

Née en 1920, elle est lycéenne en philosophie à Nice et à Sainte-Marie de Neuilly, titulaire d’un DES de philosophie. Elle s’engage à l’ACI et dans les associations de parents d’élèves. Elle décède en avril 2005. Elle a épousé Maurice Sadoulet, ancien secrétaire général de la JEC. Leur fils, Bernard Sadoulet, a été responsable national Prépa en 1962-1963.

Source : Correspondance de Maurice Sadoulet avec l’auteur.

Bernaert (Albert). Secrétaire général adjoint (1937-1940), secrétaire général de décembre 1939 à mars 1940, aumônier national Grandes Écoles (1947-1948).

Il entre au noviciat des Pères maristes. Il décède en 1949.

Sources : Messages aux militants de la JEC, édition de Paris, novembre 1941. En équipe, octobre 1949. Alain-René Michel, La JEC face au nazisme et à Vichy..., p. 169.

Bertagna (Louis). Responsable de Messages aux militants de la JEC (1939-1940), membre de l’équipe nationale de la Zone occupée (1940-41).

Né le 24 mars 1920, fils d’un ingénieur civil des mines, il fait ses études au collège Saint-Clément de Metz puis à la faculté de médecine de Paris. Il est médecin, interne à Paris (1946-1950), chef de clinique à la faculté de médecine à Paris (1950-1954), attaché de psychiatrie à l’hôpital Cochin (1955-1985), psychiatre praticien à partir de 1958. Il décède en 2006.

Source : Who’s who.

Bertherat (Jacques). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né en 1935 à Annecy, il est fils d’un huissier de justice. Il fréquente le collège Godefroy de Bouillon, l’université de lettres et l’école de droit de Clermont-Ferrand, et l’IEP de Paris. Il est président de la MNEF en 1956-1958, chargé de mission, directeur d’études, secrétaire général du Bureau d’information et de prévisions de 1960 à 1966. Il est ensuite chargé de mission à l’INSEE au sein de l’équipe qui prépare le VIe Plan de 1966 à 1971, créateur et directeur de l’Observatoire économique de Rhône-Alpes (1971-1982), délégué régional pour le Sud-Est (1982- 1987), puis directeur général de Saint-Gobain développement (1987-1990). Il est directeur des ressources humaines et de l’environnement de la branche « Céramiques industrielles et plastiques de performance » de Saint-Gobain (1990-2001). Après avoir été président de Développement et Emploi, il est vice-président d’Astrées, association se consacrant à l’emploi et aux ressources humaines.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Berthet (M.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951).

Berthier (Joanes). Responsable national EPS pour la Zone non occupée (1940- 1941).

Berthou (Jean-Marie). Militant à la JEC à partir de 1955, responsable fédéral Universitaire de la Marne (1960-1962), membre de l’équipe nationale Universitaire (1963-1964).

Né en 1940 de parents pharmaciens, il est élève au collège du Sacré-Cœur à Reims. Il obtient un doctorat de sciences physiques. Il a milité au Parti socialiste, au SGEN et à l’association « Nous sommes aussi l’Église ». Il est doyen d’université aux États-Unis.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Bertrand (Hervé). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1952-1953).

Bessat (Colette). Responsable nationale administrative (1958-1960), membre de l’équipe nationale Technique (1958-1960), secrétaire générale adjointe et responsable nationale Technique-sup (1960-1961).

Née le 10 août 1940 à Brive-la-Gaillarde, de parents cultivateurs. Son conjoint est José Trouvé, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Besse (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale (1957-1958).

Bigner (France). Membre de l’équipe nationale Secondaire de la JECF-Classique-et-supérieur (1946-1947).

Bilbault (Xavier). Responsable Cadets du lycée Montaigne (Paris) et membre de l’équipe fédérale Cadets de Paris (1950-1952), membre de l’équipe nationale Cadets (1952-1954), responsable national Cadets-Jeunes (1954-1956), délégué à la JECI (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né en 1932, il est élève au collège Stanislas puis au lycée Carnot, à Paris. Il est ensuite étudiant en droit et en sciences politiques.

Sources : Supplément à Message, décembre 1955. Charles-Édouard Harang, Les mouvements catholiques de jeunesse…, p. 318.

Billier (Yvie). Membre de l’équipe nationale Aînées (1954-1956).

Binder (Gilbert). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Bisiaux (Jean). Membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Bize (Jean). Membre de l’équipe fédérale de Bordeaux, secrétaire général en 1958- 1959.

Né le 8 avril 1935 à Laval, où son père est chemisier avant de s’installer comme exploitant agricole dans le Médoc. Il fait ses études au cours complémentaire de Pauillac puis au lycée Montesquieu à Bordeaux (1951-1954). Il étudie ensuite la géologie et le calcul matriciel à l’université de Bordeaux (1954-1958) puis à la Sorbonne, et la mécanique des sols (1960-1961). Il est assistant à l’université de Grenoble (1961-1962) avant son service militaire (1962-1963). Puis il est ingénieur dans une entreprise parisienne (1963-1964) et au bureau d’expertise BURGÉAP (1964-1997).

Sources : Entretien avec l’auteur. Correspondance avec l’auteur.

Blais (Jean-Paul). Membre de l’équipe fédérale Aînés de Paris (1962-1965), membre de l’équipe nationale Universitaire (1965-1966).

Né en 1944 à Paris, il fait ses études secondaires au lycée Henri-IV, passe un doctorat en sociologie et le diplôme de l’Institut d’urbanisme de Paris (1968). Il occupe divers emplois en urbanisme, notamment pour la fédération nationale des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement et pour le ministère de l’Équipement.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Blanc (Claude). Membre de l’équipe nationale Jeunes en 1956-1957. Il démissionne en mai 1957.

Bleuzen (Lisette). Membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Bloch (Josette). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1954-1955).

Bochler (Marie-Louise). Membre du secrétariat général de la JECF-EPS à partir de 1935, secrétaire nationale de la JECF-EPS (1941-1942).

Boissonnat (Jean). Militant à la JEC à partir de 1946, responsable national Universitaire (1950-1951).

Né le 16 janvier 1929 à Paris d’un père ajusteur, il est élève au collège Colbert à Paris, il intègre l’IEP dont il sort diplômé en 1951. Il est rédacteur puis chef du service économique et social de La Croix (1954-1967), puis rédacteur en chef (1967- 1986) puis directeur de la rédaction (1986-1994) de L’Expansion, membre du comité de direction du groupe L’Expansion (1991-1994), chroniqueur et éditorialiste à Europe 1 (1974-1987 et 1992-1994) et pour plusieurs journaux, maître de conférences (1960) puis professeur à l’IEP de Paris en 1966-1971, membre du conseil de la politique monétaire de la Banque de France (1994-1997), président des Semaines sociales (1994-2001), président du jury des concours d’entrée à l’École nationale d’administration (2000), cogérant de la Société d’investissements et de participations (groupe SIPA-Ouest France).

Sources : Jean Boissonnat, Rendez-vous avec l’histoire, Paris, Calmann-Lévy, 1995, 211 p. et 2029 ou comment j’ai traversé trois siècles en cent ans, Paris, Salvator, 2009, 193 p. Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Bon (Pierre). Responsable national Grandes Écoles (1949-1951).

Né en 1925 à Beaucaire, il est fils d’un employé à la SNCF. Après des études au lycée de Valence, au lycée du Parc à Lyon et au lycée Saint-Louis à Paris, il est élève à l’École des Ponts et chaussées en 1949-1950. Il débute sa carrière comme ingénieur des Ponts et chaussées. Il est PDG de la société Frangeco en 1972.

Sources diverses.

Bonamy (François-Xavier). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1950- 1951).

Venu de Metz, il est diplômé de l’IEP de Strasbourg.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Bondeelle (Anne). Voir Souchier.

Bonhoure (Bernard). Militant à la JEC dès le début des années trente, membre de la commission Secondaire du secrétariat général en 1935-1939.

Né le 27 août 1916 à Aurillac, il entre au grand séminaire à Saint-Flour en 1938 pour être ordonné prêtre le 10 mars 1940. Il est étudiant à l’Institut catholique de Lyon en 1939-1941, directeur au grand séminaire de Saint-Flour le 24 juillet 1941, professeur à l’institution Saint-Eugène (Saint-Flour) de 1943 à 1948, aumônier du lycée d’Aurillac de 1948 à 1956, supérieur de l’institution Saint-Eugène (Aurillac) de 1956 à 1976. Il est chanoine honoraire le 4 juillet 1957. Il reprend ses études à l’Institut catholique de Toulouse à partir du 10 juin 1976, puis est chargé de l’animation spirituelle et pastorale des enseignants de l’école catholique le 6 juillet 1978. En retraite à la maison Saint-Raphaël (Aurillac) à partir du 25 octobre 1994, il y décède le 27 janvier 1997.

Sources : Messages aux militants de la JEC, n° 85, mars 1938. Chancellerie du diocèse de Saint-Flour.

Bonnet (Monique). Secrétaire fédérale de Marseille, membre de l’équipe nationale Aînés (1967-1968).

Bonneville (Janine). Responsable nationale Universitaire (1950-1951).

Bony (Jean-Claude). Militant à la JEC à partir de 1953, responsable national Prépa (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né le 7 novembre 1934 à Arques-la-Bataille (Seine-Maritime), il fait ses études secondaires à Beauvais puis ses classes préparatoires scientifiques au lycée Saint-Louis. Il intègre l’École supérieure d’électricité. Après son service militaire (1957- 1959), il est ingénieur dans l’entreprise Philips jusqu’en 1973, puis, entre 1973 et 1978, dans une PME et à la SNECMA. Il a milité en paroisse (catéchisme, aumônerie, action catholique), à la FCPE et à ATD Quart Monde.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Bony (Raymond). Militant à la JEC à partir de 1951, membre de l’équipe nationale Technique (1952-1954).

Né en 1930 à Dieppe, il est fils d’un ingénieur. Il termine ses études à l’ENSAM à Paris, en 1953. Il travaille chez Citroën en 1953-1954, fait son service militaire en Allemagne en 1954-1957. Il est ensuite ingénieur chez Citroën de 1957 à 1992. Il s’est engagé au MCC, aux Équipes Notre-Dame et en paroisse. Il a assuré des tâches de contrôle de gestion de copropriétés à Parly 2 et a été conseiller municipal (non inscrit).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Boré (Jean-Claude). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1967-1968). Il est élève à l’École nationale des Ponts et chaussées à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Borella (Marie-Claire). Voir Montbel (Marie-Claire de).

Borie (Paul). Responsable fédéral de la Loire (1962-1963), membre de l’équipe nationale Aînés en 1963-1964, membre de l’équipe nationale (1964-1965). Il démissionne en avril 1965.

Bortoli (L.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Boucher (Bernard). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1952), membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1956).

Source : Message, octobre 1951.

Boudart (Jean-Michel). Membre de l’équipe nationale (1974-1976).

Boudet (François). Membre de l’équipe nationale Universitaire en 1948-1949.

Né en 1926 à Cahors, il est le fils de Pierre Boudet, avocat devenu sénateur (MRP) du Lot, de 1946 à 1955. Ses études se font au lycée Gambetta de Cahors, à la faculté de droit jusqu’au doctorat, à l’IEP de Paris, puis à l’École nationale d’administration. Il est ensuite administrateur civil au ministère des finances (1953), chargé de cours à la faculté de droit de Caen (1958-1960), chef du bureau des investissements publics à la direction du budget (1964), sous-directeur au ministère de l’Économie et des finances (1969-1970), chef de mission financière auprès du préfet de la région parisienne et délégué général auprès du district de la région parisienne (1970-1981), chef de service à l’administration centrale du ministère de l’Économie et des finances (1974-1979), chef de mission de contrôle aux ministères de l’Économie et du budget (1979-1981), trésorier-payeur général d’Indre-et-Loire à partir de 1981.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Boudet (Robert). Membre du secrétariat général, responsable de Chantiers (1934- 1937).

Boudigues (Michèle). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970). Elle prépare, à Paris, une maîtrise de sciences physiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Boudon (Guy). Militant à la JEC à partir de 1954, responsable Cadets des Pyrénées-Atlantiques (1955-1956), militant à Bordeaux (1956-1858), membre de l’équipe nationale Cadets (1958-1959), secrétaire général (1959-1961).

Né le 25 juillet 1936 à Chatou où son père dirige une coopérative d’achat pour l’épicerie, il arrive à Pau en 1939 et est élève au lycée Barthou, puis en classe préparatoire au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux). Il prépare ensuite une maîtrise d’économie à la faculté de Paris. Après son service militaire (1962-1963), il est agent de publicité (1963-1968), directeur marketing puis directeur d’une filiale de la société Cicli (1968-1984). Il travaille ensuite à Notre Temps (1984-1988) puis est directeur de l’agence de voyages de Bayard Presse, Notre-Dame-du-Salut (1988- 1998). Il a milité à Vie nouvelle et dans une association d’alphabétisation à Marly-le-Roi. Il a été secrétaire fédéral de la Convention des institutions républicaines des Yvelines en 1965-1970, du Parti socialiste du Val-d’Oise (1972-1977). Il a épousé Marcelle Saint-Genez, secrétaire générale de la JECF.

Sources : Cadets militants, octobre 1959. Recherches JEC, n° 31. Entretien avec l’auteur 12 juin 2008.

Boudon (Marcelle). Voir Saint-Genez.

Boué (Jacques). Membre de l’équipe nationale Cadets (1958-1959), responsable national Cadets (1959-1960), membre de l’équipe Jeunes-CEG (1962-1963).

Bouffieres (Annick). Responsable nationale Grandes Écoles (1955-1956).

Boulaire (François). Militant à la JEC à partir de 1960, membre de l’équipe nationale Aînés en 1965-1966.

Né en 1944, d’un père chaudronnier à l’arsenal de Brest, il fait ses études secondaires dans cette ville, au lycée de Saint-Pierre (futur lycée Amiral Ronarc’h) puis au lycée de Kérichen. Il est ensuite élève à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1965- 1970) pour des études d’anglais. Il est lecteur à Trinity College à Dublin (1966- 1967), chargé de cours à Paris-III-Sorbonne (1970-1971), maître de conférences, professeur à l’université de Bretagne occidentale de 1971 à 2006. Il est actif au sein de sa paroisse.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Bouler (Annie), Mme Peter Le Guével. Militante à la JEC à partir de 1967, membre de l’équipe fédérale du Morbihan (1969-1970), membre de l’équipe nationale Ado (1971-1974).

Née à Vannes en 1953, elle est la fille de militants à la JAC. Elle est élève à l’internat du Sacré-Cœur puis au lycée Saint-Paul de Vannes. Elle poursuit ensuite des études de droit à Paris. Elle épouse en 1973 Peter Le Guével, ancien président de la JEC. Elle achève sa maîtrise de droit dans le Finistère et intègre l’École nationale de la Santé publique en 1976. À l’issue de sa formation, elle est nommée inspecteur des affaires sanitaires et sociales en Loire-Atlantique. En 1990, elle est affectée à la sous-direction des naturalisations, puis exerce la fonction de secrétaire générale de la DRASS de Bretagne à partir de 2007. Elle s’est également engagée en aumônerie et en paroisse à Nantes.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Boulley (Philippe). Membre de l’équipe nationale Prépa (1960-1961).

Bourçois (Claude). Responsable provincial de la JEC pour Rennes (1945-1946), membre de l’équipe nationale Universitaire (1946-1947).

Bourdarias (Jean). Militant à la JEC depuis son EPS, responsable national EPS (1939-1940), responsable national EPS-Enseignement technique pour la Zone occupée (1940-1941).

Né le 2 mars 1922 à Paris, il est fils d’un préparateur en physique-chimie à l’EPS Jean-Baptiste-Say (Paris). Il fait études aux écoles communales de Passy puis d’Auteuil, à l’EPS Jean-Baptiste-Say et au Centre national des Arts et métiers, à la faculté de droit de Paris et à l’IEP de Paris. De 1941 à 1943, il est agent technique à la Société générale de mécanique et d’aviation. Il participe à la rédaction des Cahiers du Témoignage chrétien. Il est secrétaire de rédaction à revue Syndicalisme (CFTC) en 1944-1945, rédacteur en chef de Brive-Information de 1945 à 1958, de La Vie corrézienne de 1947 à 1959, et rédacteur en chef à Centre-presse en 1958-1959. Il est ensuite secrétaire général de l’émission catholique diffusée sur la 1ère chaîne, de 1959 à 1961. Il est secrétaire général de la rédaction de nuit à la Société générale de la presse en 1959-1960 et attaché à la rédaction du Pèlerin entre 1960 et 1962. Puis il est chargé de l’information sociale et religieuse à Radio Luxembourg, entre 1963 et 1969, chef de l’information religieuse au Figaro à partir de 1970. Il est aussi collaborateur à France Inter (1970-1980), producteur à France Culture à partir de 1960. Il est président de l’association des journalistes français chargés de l’information religieuse, de 1972 à 1978, vice-président de la Société des rédacteurs du Figaro entre 1981 et 1984. Il est fondateur et directeur de la revue Liaisons latino-américaines à partir de 1984. Il décède le 15 février 2006.

Source : Jean Bourdarias, Mémoires : Des maquis de la Corrèze à la rédaction du Figaro, Paris, Le Sarment, 2001, 272 p. Who’s who. La Croix, 21 février 2006. Le Monde, 23 février 2006.

Bourdeau (Michel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1965-1966).

Né le 28 décembre 1944 à Paris, il est élève à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1963-1968), agrégé de philosophie (1967), boursier de l’Office allemand d’échanges universitaires (Munich, 1968-1970), professeur de langue et de littérature françaises à l’université autonome de Saint-Domingue (1970-1972), professeur de linguistique générale à l’Institut national d’anthropologie et d’histoire à Mexico, (1972-1974), professeur de philosophie au lycée franco-mexicain (1973), au lycée franco-libanais (1974), au collège Marie de France à Montréal, au Canada (1976- 1982) et dans divers lycées de la région parisienne (de 1982 à 1990). Il travaille au Centre d’analyse et de mathématiques sociales (EHESS-CNRS) depuis 1990.

Sources : Site internet de Michel Bourdeau. Correspondance avec l’auteur.

Bourraux (Jacques). Membre de l’équipe nationale Universitaire en 1955-1957. Il démissionne en mai 1957.

Né en 1936 à Paris, élève à Saint-Michel des Batignolles puis au lycée Chaptal, étudiant en histoire à la Sorbonne (1954-1961), agrégé d’histoire (1961), professeur au lycée Jehan-Ango à Dieppe (1961-1976), inspecteur d’académie en histoire-géographie à Versailles (1977-1987) puis à Paris (1987-1995), chargé de mission à l’Inspection générale (1995-1996). Après avoir milité à Vie nouvelle, il a créé le groupe de recherches pédagogique Enseignement 70 à l’automne 1961 qu’il a animé jusqu’en 1972. Il décède en 2003.

Source : Marie-Dominique Bourraux, Jacques Bourraux (1936-2003). Une simplicité qui libère, Paris, Karthala, 2005, 427 p.

Boutry (Huguette). Chargée de la branche Prépa (1957-1958).

Braun (Jean-Paul). Militant à la JEC à partir de 1960, secrétaire fédéral de la fédération de Meurthe-et-Moselle en 1965-1967, secrétaire régional d’Alsace-Lorraine en 1967, membre de l’équipe nationale Aînés en 1967-1968.

Né le 29 juillet 1946 à Herserange (Meurthe-et-Moselle), il est le fils d’un employé au service factures de la Société des Hauts-Fourneaux de la Chiers. Après ses études secondaires au lycée Alfred-Mézières (Longwy), il est étudiant à la faculté de lettres de Nancy où il passe une licence de lettres classiques. Il est également titulaire d’un certificat d’histoire ancienne, d’un DEA Formation-Emploi-Développement local, d’un doctorat en sciences de l’éducation (2000). Il fait son service militaire au titre de la coopération (lycée Gallieni de Tananarive). Il est ensuite professeur de lettres classiques puis documentaliste en collège à Longlaville (Meurthe-et-Moselle). Formateur IUFM, il est chargé de mission par l’Inspection (vie scolaire) dans l’académie de Metz-Nancy. Il a milité au SNES-FSU et à la FADBEN, a eu des engagements associatifs (CRAP-Cahiers pédagogiques). Depuis 2009, il est gérant de la société « Le Château de Puxe » (Meurthe-et-Moselle).

Brégeas (Geneviève de), Mme Laurénie. Responsable fédérale de la JECF en Dordogne (1955-1956), responsable nationale Jeunes (1957-1959), membre de l’équipe nationale Aînées (1959-1961), responsable de l’équipe JEC-Sciences de la Sorbonne (1961-1963).

Née le 24 janvier 1937, elle vient de Dordogne, où son père est industriel. Elle suit ses études secondaires à l’Institut Sévigné et à Saint-Joseph à Périgueux. Elle présente une licence ès sciences, une licence puis un doctorat de sociologie à la Sorbonne. Elle est sociologue à la Bonne Presse en 1965 et travaille au sein de l’équipe de sociologie religieuse du CNRS et avec l’équipe de sociologie rurale de l’EPHE (VIe section). En 1967, elle entre au laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France. En 1971, elle crée la collection Archives et documents à l’Institut d’ethnologie.

Sources : Supplément à Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 15. Correspondance avec l’auteur.

Brés (Micheline). Voir Drevet.

Brés (Yvon). Entré à la JEC au lycée, secrétaire fédéral du Gard en 1944-1946, membre de l’équipe nationale Universitaire en 1946-1948, responsable national Universitaire en 1948-1950.

Né en 1927, il est fils d’un employé des chemins de fer. Il étudie au lycée de Nîmes puis au lycée de Montpellier, à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il est agrégé de philosophie. Il est professeur à l’université de Tokyo en 1951-1953, aux lycées d’Orléans en 1953-1959, Louis-le-Grand et Henri-IV à Paris (1959-1965), puis il est maître-assistant à la Sorbonne (1965-67), professeur à la faculté des lettres de Nancy en 1967-1970, puis à l’université Paris-VII (1970-1996), dont il est aujourd’hui professeur émérite. Il dirige la Revue philosophique. Il a milité au PS. Il a épousé Micheline Drevet, ancienne membre de l’équipe nationale Universitaire.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Brethon (Alain). Militant à la JEC à partir de 1955 environ, membre de l’équipe nationale Aînés en 1961-1964, secrétaire général adjoint en 1964-1965.

Né le 31 décembre 1940 à Paris. Son père est ingénieur à Bergerac. C’est dans cette ville qu’il fait ses études secondaires, au lycée Henri-IV, avant de faire ses classes préparatoires scientifiques au lycée Michel-Montaigne, à Bordeaux. Il est ensuite élève à l’École supérieure d’optique (Paris) et suit, en 1964-1965, les cours du soir de l’IAE. Après son service militaire (1966-1967), il travaille au ministère de la Défense. A partir de 1975, il est chargé des relations entre l’École de chimie et l’Institut des sciences de l’ingénieur de Montpellier. De 1985 à 2006, il est responsable régional du Centre national des Arts et métiers en Languedoc-Roussillon, puis directeur du Centre régional du Conservatoire national des Arts et métiers. Il a eu de nombreux engagements militants, au Parti socialiste, à la CFDT, à Vie nouvelle jusqu’à aujourd’hui, au CCFD, à Vivre et Aimer (mouvement de pastorale familiale), dans le réseau Éducation sans frontière. Il a épousé Anne-Marie Bénard, ancienne membre de l’équipe nationale Universitaire.

Source : Entretien avec l’auteur.

Brethon (Anne-Marie). Voir Bénard.

Breuillaud (Hélène). Secrétaire générale JECF-EPS (1930-1936).

Elle est élève au lycée Edgar-Quinet à Paris, secrétaire au ministère des Affaires étrangères. Elle décède en 1974.

Source : Bruno Mary. La Jeunesse étudiante chrétienne féminine..., p. 54.

Briançon (Daniel). Responsable de l’équipe nationale Technique-sup de la fédération de Paris (1959-1960), responsable national Technique-sup (1960-1962).

Il vient de Pontoise ; il est élève à l’École supérieure de biologie et biochimie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Brière (Michel). Membre du secrétariat général, responsable de Messages aux militants de la JEC (1939-1940).

Briol (Thérèse). Voir Savés.

Briolat (Jean-François). Responsable Technique de la fédération de Lille, membre de l’équipe nationale Technique (1956-1957), responsable national Aînés (1957-1958).

Il est élève au Centre national des Arts et métiers.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Broussole (François). Membre de l’équipe nationale Technique (1963-1964). Il est étudiant à la faculté des sciences d’Orsay.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Brugnes (Marie-Paule). Voir Romieu.

Brugvin (Michel). Militant à la JEC à partir du lycée, secrétaire fédéral du Jura (1960-1961), membre de l’équipe nationale Jeunes (1962-1963), responsable national Jeunes (1963-1964).

Né en 1944, il est étudiant en droit. Il est responsable de la fédération départementale des syndicats agricoles de Loire-Atlantique (1970-1978).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Brun (André). Responsable des groupes Cadets du lycée (1947-1951), membre de l’équipe nationale Technique (1955-1956).

Né en 1934, il est élève au lycée de Saint-Cloud, puis à l’Institut national d’agronomie en 1955-1958. Il travaille à l’INRA comme économiste rural à Paris jusqu’en 1968 puis à Dijon jusqu’en 1975, et enfin à Orléans où il est administrateur du centre de l’INRA. Il a été la cheville ouvrière du Grand atlas de la France rurale, paru en 1989. Il est maire de Vitry-aux-Loges de 1995 à 2001, président du Secours catholique du Loiret de 2002 à 2006. Il décède le 10 novembre 2008.

Sources : Correspondance de Mme Brun avec l’auteur.

Brun (Michel). Membre de l’équipe nationale Secondaires (1944-1945).

Brunetti (François). Membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1946).

Buc (Henri). Militant à la JEC à partir de 1949, responsable fédéral de l’Allier en 1951-1952, membre de l’équipe nationale Secondaire en 1952-1957, secrétaire général adjoint en 1956-1957. Il démissionne en mai 1957.

Né en 1934, d’un père médecin et d’une mère infirmière, il est élève au lycée de Montluçon dans les « classes nouvelles » alors créées, puis à l’École supérieure de physique et de chimie industrielle. Titulaire d’une thèse de doctorat en sciences physiques en 1965, il se consacre à la recherche fondamentale, au CNRS et à l’Institut Pasteur, dans la mouvance des travaux du professeur Monod. Il terminera sa carrière comme directeur de recherche de classe exceptionnelle dans ces deux institutions. Outre ses travaux scientifiques en enzymologie, il s’est consacré à la recherche interdisciplinaire dans les sciences dures (physique, chimie, biologie moléculaire), à la promotion de la coordination de la recherche européenne dans ses domaines de compétence, et à la prospective de la recherche à l’Institut Pasteur, où il est professeur émérite.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Bucher (Claude). Membre de l’équipe nationale Universitaire en 1956-1957. Il démissionne en mai 1957.

Burnel (Roger). Secrétaire général adjoint (1948-1949), responsable national Secondaire (1949-1950).

Né en 1926 dans la Manche, il est fils de commerçants. Il est élève au collège de Saint-Lô, étudiant aux facultés des lettres de Rennes et de Paris et titulaire d’un DES de philosophie. Il est professeur de philosophie en 1948-1961, directeur du personnel (1962), puis secrétaire général (1965-1975) de Jaegger SA, président-directeur général de Développement et Synthèse SA (1978-1980), président de l’UNAF (1976- 1996), membre du Conseil économique et social.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who.

Burnod (Alfred). Membre de l’équipe nationale Universitaire en Zone non occupée (1942-1943).

Bussery (André). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1954-1955), secrétaire général adjoint (1955-1956).

Né en 1931, il est élève à l’École des mines de Paris (1952-1955). De 1958 à 1977, il travaille dans un bureau d’études économiques (la SEMA) et se spécialise dans les questions d’investissement dans les pays en développement. Il est conseiller municipal (1971-1978), maire socialiste (1977-1998), conseiller municipal (1998- 2008) de Juvisy-sur-Orge (Essonne), conseiller régional d’Ile-de-France (1986- 1992), administrateur de la RATP (1991-2004). Il soutient, puis préside à partir de 1998, l’association Juvisy-Tillabéry (aide au développement du Niger) ; il préside également le groupe Pays Niger des Cités Unies France de 1998 à 2009.

Sources : Correspondance avec l’auteur. Charles-Édouard Harang, Les mouvements catholiques de jeunesse…, p. 815.

Bussini (François). Militant à la JEC à partir de 1951 environ, secrétaire général adjoint et membre de l’équipe nationale Jeunes (1956-1957), secrétaire général (1957-1958).

Né le 21 mai 1936 à Sallanches, il fait ses études secondaires, il est titulaire d’une licence de philosophie préparée à la Sorbonne et d’un doctorat d’État en théologie catholique. Formé au séminaire interdiocésain de Strasbourg, il est ordonné prêtre le 5 juillet 1965 pour le diocèse de Besançon puis enseigne à la faculté de théologie catholique de Strasbourg. Il est évêque auxiliaire de Grenoble (1978-1985) puis évêque d’Amiens (1985-1987), avant de renoncer à sa charge pour raison de santé. Il est évêque émérite d’Amiens.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cabannes (Madeleine). Voir Lebon.

Cabrol (Thérèse). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1950-1951).

Cade (Michel). Membre de l’équipe nationale Cadets (1959-1960).

Cahn (A.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1946-1947).

Calmel-Rousseau (Lyset). Secrétaire générale de la JECF-Lycées-et-collèges (1930-1932).

Cambon (Marie-Madeleine). Membre de l’équipe nationale Technique (1966- 1967), vice-présidente, chargée de l’intérieur (1967-1968). Elle démissionne en décembre 1967.

Camboulas (Anne-Marie). Membre de l’équipe nationale Technique (1961-1962). Née le 5 mai 1941, elle vient de Rodez et est élève dans une école d’électroménager.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Campagne (Colette). Responsable nationale Prépa (1962-1963). Née le 22 août 1942, elle vient des Landes.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Camus (Pierre). Responsable national Cadets pour la Zone non occupée (1940- 1942).

Cappanera (Francis). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1947-1949). Il vient de Nice ; il est élève de l’IEP de Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Cappanera (Raoul). Membre de l’équipe nationale (1944-1945). Il entre, en octobre 1945, au séminaire universitaire de Lyon.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Capelle (Cécile). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1962-1963).

Capdeville (Jean). Secrétaire fédéral de Bayonne (1951-1953), membre de l’équipe nationale Secondaire (1953-1957).

Né en 1931, il est élève à l’École de technique aéronautique et de construction automobile.

Source : Message, décembre 1953.

Card (Christiane), Mme Reinhard. Militante à la JECF à partir de 1963, responsable régionale de la Franche-Comté (1965-1966), membre de l’équipe nationale Ado en septembre 1967, élue responsable nationale Technique en décembre 1967, membre de l’équipe nationale Aînés (1968-1969).

Née en 1948, elle est fille d’un chef d’atelier à la SNCF, elle vient de Haute-Saône. Après des études de psychologie entamées à Besançon et achevées à Paris, elle est psychologue vacataire à l’hôpital intercommunal de Créteil. Après plusieurs déménagements liés aux activités professionnelles de son époux, elle reprend ses études et devient orthophoniste.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cartier (Paule). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1948-1950).

Carton (Annick). Voir Guérin.

Carton (Xavier). Membre de l’équipe Prépa de la fédération de Paris, secrétaire général adjoint et membre de l’équipe nationale Prépa (1965-1966).

Il est élève à l’École des Hautes études commerciales (HEC). Il a épousé Annick Guérin, ancienne membre de l’équipe nationale de la JECF en 1965-1966.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Casabianca (Pierre de). Responsable national Cadets (1936-1937), aumônier de la JEC (1951-1953).

Né en 1916 à Auffray (Seine-Maritime), il fait ses études secondaires au collège Join-Lambert (Rouen) puis étudie trois ans la philosophie au séminaire des Carmes à Paris. Ayant choisi de rejoindre la Compagnie de Jésus, il entre au noviciat de Laval en novembre 1938 puis, après sa mobilisation militaire, fait sa philosophie à Vals, sa régence à l’école d’agriculture d’Angers et quatre ans de théologie à Fourvière. Il est ordonné prêtre le 31 juillet 1948, à Lyon. Il est père spirituel et aumônier JEC au collège Sainte-Croix du Mans (1951-1953), puis à La Joliverie, à Nantes (1954- 1968). Il est curé de Notre-Dame-des-Coteaux (Toulouse) de 1969 à 1982. Il est aumônier diocésain du MEJ à partir de 1971, puis aumônier provincial, aumônier régional de la Vie chrétienne. Il est aumônier de collège à Bastia à partir de 1982. Il décède en 1986.

Source : Compagnie, n° 202, novembre 1986, p. 174-175.

Casanova (Jean-Dominique). Membre de l’équipe nationale Aînés (1956-1957 et 1958-1959).

Il vient de Bastia et étudie à la Sorbonne.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Castagner (Bernard). Militant à la JEC à partir de 1953, responsable de lycée (1959-1960), responsable fédéral Cadets de la fédération de Paris (1960-1961), responsable fédéral CEG-Technique de la fédération de Paris-Est (1961-1963), membre puis responsable de l’équipe nationale Jeunes (1963-1965), représentant de la JEC et du MRJC auprès du journal Record (1965-1969).

Il obtient une licence de mathématiques et une autre de physique. Il est interrogateur puis chargé des travaux dirigés (1967-1969). Animateur bénévole de quartier à Asnières, il est président du conseil d’animation de la MJC et délégué bénévole à la liberté surveillée entre 1965 et 1970. Il est ingénieur puis directeur des études systèmes dans une filiale de l’Aérospatiale et de Matra-Manurhin de 1969 à 1989. Il est chef d’entreprise d’une société de conception et de développement des matériels innovants entre 1989 et 1999 et consultant technique de 1999 à 2003. Il a été conseiller municipal puis maire de Coupvray (Seine-et-Marne) entre 1971 et 1980. Militant au PSU, il a été coprésident national des élus socialistes et autogestionnaires.

Sources : Entretien et correspondance avec l’auteur.

Cauchetier (Philippe). Responsable fédéral de Paris, membre de l’équipe nationale Aînés (1958-1960), responsable national Aînés (1960-1961).

Né en 1936, il vient de Montdidier (Somme). Il est étudiant à l’École supérieure de physique et de chimie industrielle de 1957 à 1961.

Source : Message, novembre 1959 et novembre 1960.

Causse (Henri). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1945-1947).

Né en 1941, il vient de Castres. Il est étudiant en histoire. En 1949, il est professeur à l’école Saint-Érembert (Saint-Germain-en-Laye).

Sources : Collégiens et lycéens, mars 1946. Archives de la JEC, CNAEF.

Cayla (Michel). Secrétaire fédéral de l’Aude (1959-1960), membre de l’équipe nationale Aînés (1961-1963), responsable national Aînés (1963-1964), secrétaire général adjoint (1963-1964).

Né en 1941, il vient de Villeneuve-les-Corbières où ses parents sont viticulteurs. Il fait ses études secondaires à l’école Saint-Stanislas (Carcassonne). Puis il étudie pendant deux ans les sciences économiques à Paris. Il est employé dans le service « politique des structures agricoles, enseignement et protection sociale » du CNJA (1965-1969). De 1969 à 1977, il est cadre dans diverses sociétés d’un groupe de négoce et courtage international. Puis il dirige, de 1977 à 2000, la filiale italienne de ce groupe depuis Milan. Revenu dans les Corbières à sa retraite, il est responsable d’un centre des Restos du Cœur et membre du conseil d’administration de l’AD 11 (structure départementale des Restos du Cœur).

Sources : Message, décembre 1959. Correspondance avec l’auteur.

Cayron (Maurice). Membre de l’équipe nationale Cadets (1944-1946), responsable national Cadets (1946-1947), secrétaire général adjoint (1947-1949).

Né le 23 juillet 1924 à Paris, il est fils d’un couple de restaurateurs à Paris. Ses études se déroulent dans l’enseignement privé catholique. En 1944, il est diplômé de l’Institut supérieur de sciences économiques et commerciales. Après avoir été membre du secrétariat général de l’ACJF en 1949-1950, il est secrétaire général de l’OCCAJ de 1952 à 1971 et il crée le Foyer international d’accueil de Paris (FIAP). En 1972, il participe à la fondation du bureau d’études culturelles, qui récolte des fonds pour financer des associations d’échanges internationaux. En 1975, il dirige l’Agora de la ville d’Évry et en 1981, les services de formation professionnelle du CREAR-INFAC. De 1986 à 1994, il anime Tourisme-action-concertation (lieu de concertation d’associations nationales de tourisme social). Il épouse Monique Eymard-Duvnay, ancienne secrétaire dans l’administration de la JEC. Il décède en 2005.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949 et mai 1950. Maitron. Correspondance de Mme Cayron avec l’auteur.

Cazin (Marcelle). Militante à la JECF-EPS à partir de 1937, responsable fédérale du diocèse de Cambrai, responsable nationale de la JECF-EPS (1945-1946).

Née en 1922, elle est fille d’un employé aux chemins de fer. Elle est élève dans une école primaire supérieure de Valenciennes et obtient le brevet supérieur en 1942. Elle est devenue secrétaire à l’office du travail de Valenciennes (1942-1945), puis enseignante à Maisons-Alfort de 1947 à 1951, puis adjointe à la direction entre 1951 et 1965 et enfin directrice d’école de 1965 à 1977.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13.

Ceccaldi (Pierre). Secrétaire général adjoint (1944-1946).

Né le 6 février 1921 à Meaux, il est fils d’un fonctionnaire de l’enregistrement. Il est élève au collège de Meaux puis au lycée Henri-IV, à Paris. Il est attaché de presse puis chef du secrétariat de Pierre Pflimlin, ministre de l’Agriculture (1947-1949), chef du secrétariat de Gabriel Valay (1950) puis à nouveau de Pierre Pflimlin en 1950-1951, puis attaché au cabinet de Pierre Pflimlin en 1951-1952, chef adjoint de cabinet de Paul Coste-Floret, en 1953-1954, de Louis Aujoulat en 1953-1954, chef du cabinet de Pierre Pflimlin en 1956-1959. Il est ensuite inspecteur de l’Économie nationale en 1961-1974, chargé de mission auprès de Joseph Fontanet en 1961-1962, membre puis vice-président du conseil général de l’Essonne de 1955 à 1973, maire de Dourdan de 1959 à 1983, conseiller régional d’Ile-de-France en 1976-1977 et sénateur de l’Essonne de 1977 à 1986. Il décède en 2004.

Source : Who’s who.

Cellier (Marie). Secrétaire fédérale de la Moselle (1968-1969), membre de l’équipe nationale Aînés (1969-1970).

Elle vient de Saint-Avold et poursuit des études de géographie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Chabal (Roger). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Montpellier (1941-1942).

Chabeau (Jacqueline). Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à partir de 1944, responsable de son équipe, responsable diocésaine, membre de l’équipe nationale Lycée, responsable de l’équipe nationale Lycée (1950-1955), corédactrice en chef de Quatre Jeudis (1955-1956).

Elle fait ses études au lycée de Saint-Germain-en-Laye avant d’obtenir un diplôme de psychopédagogie. Elle entre à l’équipe de rédaction de Promesses – magazine mensuel de la JACF – en 1958 et y travaille jusqu’à sa dissolution vers 1964. Elle est responsable des pages féminines d’Ouest-France (1966-1968), membre de la rédaction de Femme pratique (1968-1976), responsable du mensuel Feuille de Route Quart Monde (1978-1998), journal d’ATD Quart Monde, où, retraitée, elle continue son engagement au sein de la rédaction de la Revue Quart Monde. Elle a milité au sein d’un syndicat et d’associations professionnelles.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Chabé (Brigitte). Membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1968).

Née en 1947, elle vient d’Armentières. Elle est élève en classe préparatoire au lycée Faidherbe (Lille) puis à l’École nationale des Ponts et chaussées en 1966-1969. Elle est ensuite ingénieur civil.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Chabres (Jacques). Responsable de la province d’Alger (1944-1945), responsable national adjoint (1945-1946).

Il entre en 1947 dans l’ordre des Frères mineurs (franciscains) au couvent de Gillevoisin (Seine-et-Oise).

Source : En équipe, 15 octobre 1946.

Chabrol (Jean-Benoît). Membre de l’équipe fédérale de la région parisienne, membre de l’équipe nationale Aînés (1968-1969).

Chaigneau (Yves). Responsable national Secondaire (1947-1948), responsable national Universitaire (1948-1949).

Né le 19 août 1927 à Nantes, il est fils d’un directeur d’usine. Élève au collège du Loquidy (Nantes), puis à la faculté de droit de Paris et à l’IEP de Paris (promotion 1951). Il est président du conseil de section de l’association des maisons communautaires d’étudiants à Paris, chargé de recherche puis inspecteur au service du contentieux à la Caisse de sécurité de la région parisienne en 1951-1952, il est ensuite chargé de mission au Commissariat général au Plan (1953-1960), conseiller technique du Président du conseil du Sénégal (1960-1962), conseiller économique du directeur général du Travail et de l’emploi au ministère du Travail (1964-1966), rapporteur adjoint au Centre d’étude des revenus et des coûts (1966-1969), chargé de mission au cabinet du Premier ministre (1969-1972), membre du Conseil économique et social (1969-1974), secrétaire général du Groupe interministériel permanent pour la résorption de l’habitat insalubre (1974-1976), chargé de mission auprès de Lionel Stoléru, secrétaire d’État à la condition des travailleurs manuels en 1976, directeur de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (1976-1982), chargé de mission auprès de Jacques Delors, ministre de l’Économie, des finances, du budget en 1983-1984, membre du Conseil national pour l’évaluation des universités en 1993. Il est membre de Vie Nouvelle à partir de 1952. Il décède en 2004.

Source : Who’s who.

Chalain (François de). Militant à la JEC à partir de 1955, membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Né en 1940, son père est employé d’assurance. Il étudie au lycée de Chartres et à l’École spéciale de mécanique et d’électricité, dont il sort diplômé en 1964. Il est ingénieur en développement électronique, puis chef du service technique et du contrôle de gestion.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Chalard (Jeanine). Membre de l’équipe nationale Universitaire, responsable Pharmacie (1946-1947).

Chamouton (Daniel). Responsable national Grandes Écoles (1946-1947).

Chanceaulme (Josselyne). Membre de l’équipe nationale Technique (1960-1961), responsable nationale Technique (1961-1962).

Chapuis (Odile). Voir Bellart.

Chapuis (Robert). Militant à la JEC à partir de 1946, responsable Cadets de son collège puis militant au lycée, membre de l’équipe fédérale Cadets de Paris (1950- 1951), responsable Cadets pour les écoles libres de la région parisienne (1951-1952), responsable fédéral Cadets de la fédération parisienne (1952-1953), membre de l’équipe nationale Cadets (1952-1954), membre de l’équipe nationale Prépa (1954- 1955), responsable national Universitaire (1955-1956), responsable national Universitaire et secrétaire général adjoint en 1956-1957. Il démissionne en mai 1957. Né 7 mai 1933 à Paris, il est fils d’un décorateur et d’une secrétaire-documentaliste. Il est élève à Paris, à l’école Rocroy-Saint-Léon puis au lycée Louis-le-Grand où il fait ses classes préparatoires littéraires en 1951-1954. Il prépare ensuite un DES à la faculté des lettres de Paris, où il est l’un des dirigeants de l’UNEF. Il est professeur de lettres aux lycées de Montargis (1961-1962), Gisors (1962-1964), Nanterre (1964- 1969), et aux lycées Buffon (1969-1974), Octave-Gréard (1975-1976) et Rodin (1976-1981) à Paris. Il devient, en 1993-1998, inspecteur général de l’Éducation nationale. Ses engagements militants sont nombreux : il est président du centre d’études pour la démocratie (1962-1966), membre du bureau national du PSU en 1967 et secrétaire général en 1973-1974, membre du comité directeur du Parti socialiste en 1975, membre du bureau exécutif (1979-1988). Il est également maire du Teil (Ardèche) entre 1983 et 2001, conseiller régional (1981-1986 puis 1992- 1998), député de l’Ardèche (1981-1988), secrétaire d’État chargé de l’Enseignement technique (1988-1991).

Sources : Recherches JEC, n° 28. Robert Chapuis, Les Chrétiens et le socialisme. Témoignage et bilan et Si Rocard avait su… Témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, 2007, 248 p. Maitron. Entretien avec l’auteur.

Charpe (Brigitte). Membre de l’équipe nationale 6e-5e (1958-1959).

Charruel (Marie-Hélène). Membre de l’équipe nationale Technique (1966-1967), responsable nationale Technique (1967-1968). Elle démissionne en décembre 1967. Chartier (Paul). Responsable national Secondaire (1939-1940), membre de l’équipe nationale (1945-1946).

Chassaing (Jean-Louis). Responsable national Cadets (1958-1959).

Chasse (Claude). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1959-1960).

Chasset (Pierre). Responsable national Cadets pour la Zone occupée (1942-1943). Chatelet (Marie-Thérèse). Membre de l’équipe nationale Aînées (1964-1965).

Chaudoreille (Charly). Secrétaire fédéral d’Alger (1958-1959), membre de l’équipe nationale Cadets (1959-1960).

Chaudron (Louis). Secrétaire général (1929-1931). Il est l’un des rédacteurs de la brochure JEC, esquisse d’un programme (1929).

Né le 12 mai 1908, il est fils d’un représentant de commerce de Chambéry. Il est élève au lycée de garçons de la ville. En 1925, il entre en khâgne au lycée du Parc (Lyon) où il appartient au groupe qui suit le père Valensin, aumônier. Il est licencié ès lettres et, en 1928, intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il y rencontre Paul Vignaux qui a le projet de fonder un mouvement pour les scolaires, sur modèle de la JOC. Il passe une licence puis un DES de philosophie. Il est professeur de lettres au collège de Marmande. Il décède en 1976.

Sources : Christophe Roucou, Les origines de la JEC en France. Joseph Ball, L’Abbé Flory…, p. 117-132. Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 306-308 et 501 ; DMRFC, t. VIII : La Savoie, p. 125.

Chaumette (Yves). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1971). Né en 1949, il vient de Nantes et entre à l’École polytechnique en 1969.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Chêne (Janine). Membre de l’équipe nationale Prépa (1957-1959).

Elle vient de Grenoble pour ses études à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1957-1960). Agrégée de philosophie, elle devient maître de conférences puis professseur à l’université Grenoble-II.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

X (cette personne n’a pas souhaité voir son nom apparaître). Secrétaire fédéral de la JEC (clandestine) de Seine-et-Marne (1943-1945), responsable Secondaire de la fédération de Paris et de l’équipe nationale Secondaire (1945-1946).

Il entre à la Mission de France en décembre 1946. Il la quittera au lendemain de la condamnation des prêtres ouvriers (1954) pour revenir à l’état laïc.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Chesneau (Jacques). Membre de l’équipe fédérale Aînés de Paris (1962-1965), membre de l’équipe nationale Aînés (1965-1966).

Né le 6 août 1944, il est titulaire d’une licence d’histoire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Chevalier (Jacques). Responsable de secteur à partir de 1960, responsable Technique de la fédération de l’Yonne (1961-1964), responsable régional de la Bourgogne (1965-1967), secrétaire national Technique (1967-1969).

Né le 4 mai 1946 à Toucy (Yonne), il fait ses études en collège rural puis au lycée technique de Sens (1961-1964) avant de rejoindre les facultés des sciences de Dijon (1964-1967) et d’Orsay (1967-1970). Il est enseignant en sciences physiques dans l’Yonne, puis à Bagneux jusqu’en 1983. Il devient ensuite chef d’établissement en Haute-Savoie, à Rumilly (1983-1998) et à Chambéry (1998-2003), avant de l’être à Sens (2003 à 2006). Il milite à la CFDT puis au Syndicat national des chefs d’établissement de l’Enseignement libre comme délégué départemental puis académique, puis comme membre du conseil d’administration national.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Ciamin (Marie-Louise), Mme Emmanuel Terray. Membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Née en 1935 à Nice, elle intègre l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1956, est agrégée et docteur ès lettres. Elle décède en 2000.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ciret (Jean-Paul). Président de la région de Paris en septembre 1967, remplacé en janvier suivant lorsqu’il devient président de la JEC, poste qu’il occupe jusqu’en septembre 1969.

Né le 12 mai 1946 à Paris, il est fils d’un directeur de société. Il étudie dans cette ville, au lycée Condorcet puis à la Sorbonne où il obtient une maîtrise d’histoire. Après un an de service militaire (1970-1971), il est secrétaire général de rédaction à Bayard Presse (1971-1975), directeur adjoint de l’UFC en 1975-1979, attaché de presse de Michel Rocard en 1979-1981, chargé des relations publiques au ministère de la Consommation en 1981-1983, conseiller technique au cabinet de Catherine Lalumière, secrétaire d’État chargée de la Consommation, coproducteur et animateur de l’émission Rue des entrepreneurs sur France Inter en 1983-1984, directeur de département à la Régie française de publicité (1984-1986), avant de travailler à l’Agence d’ingénierie culturelle ABCD de 1986 à 1989, puis d’être directeur des programmes et de l’information à Radio France Outre-mer en 1989-1994, responsable éditorial de LMK-Images en 1995-1997, chef de département au ministère de la Culture et de la communication en 1998-2002, et chargé de mission au Centre des monuments nationaux depuis 2002.

Sources : Who’s who. Entretien avec l’auteur.

Clamens (Henri). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953).

Né à Dieupentale (Tarn-et-Garonne), il est élève à l’École polytechnique (promotion 1951) puis à l’École supérieure du pétrole et des moteurs (1955). Il est foreur à Lacq puis à Paris, avec un séjour d’expatrié en Tunisie et en Espagne. Il préside le SICTAME-CGC-Elf Aquitaine de 1984 à 1986. À sa retraite, il est élu conseiller municipal de Dieupentale. Il décède en 1999.

Source : Les Cahiers du SICTAME, juillet-août 1999.

Claudet (Jacques). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1963-1964). Il vient de Besançon ; il est élève à l’École de notariat.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Clauteaux (François). Responsable national Cadets (1939-1941).

Clavier (Jean-Luc). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1962-1963).

Clergeau (Jean-Noël). Membre de l’équipe nationale Cadets (1953-1954).

Cloarec (Pierre). Membre de l’équipe fédérale du Finistère (1971-1972), membre de l’équipe nationale (1972-1975).

Né le 16 juillet 1952 à Douarnenez (Finistère), d’un père marin pêcheur et d’une mère ouvrière, il est élève au petit séminaire puis au lycée de Douarnenez. Il fait des études de lettres à la faculté de Quimper puis à Paris-III-Censier. Il devient permanent interprofessionnel de la CFDT dans l’Hérault en mai 1976, intègre en février 1978 la fonction territoriale en qualité de rédacteur chargé du service environnement de la ville de Sète. A partir d’octobre 1979, il occupe le poste de directeur général des services dans plusieurs collectivités publiques de l’Hérault et à Landerneau. Depuis 2005, il est secrétaire général des services de Gruissan (Aude). Il milite à la CFDT et au PSU et rallie le Parti socialiste de 1974 à 1982. Depuis 1997, il milite chez les Verts ; il est candidat pour ce parti aux cantonales de 1998 dans l’Hérault. Il anime un groupe de chants de marins à Gruissan.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cloarec (Yvette), Mme Yves-Marie Hilaire. Militante à la JECF-Lycées-et-facultés dans un groupe – informel en raison de l’interdiction de la JEC en zone interdite – du collège Bérenger à Péronne (1941-1944), au lycée Fénelon à Lille (1944-1945), à la Sorbonne (1945-1946), responsable des équipes d’anglicistes 1ère et 2e années (1946-1947), responsable de la Sorbonne (1947-1948), responsable nationale Universitaire (1948-1949).

Née le 16 avril 1927 à Paris, elle est la fille du percepteur des impôts à Yvetot (Seine-Maritime), puis aux Andelys (Eure) et à Péronne où elle fait ses études secondaires, au collège Bérenger (1937-1944). Elle est élève en hypokhâgne au lycée Fénelon (Lille) puis prépare, à la Sorbonne, la licence et l’agrégation d’anglais qu’elle obtient en 1952. Elle est professeur au lycée de jeunes filles d’Amiens de 1952 à 1955, au lycée Fénelon (Lille) de 1955 à 1961, puis professeur de Première supérieure au lycée Faidherbe (Lille) de 1961 à 1989. Tout au long de sa carrière, elle participe aux activités du SGEN. Elle est membre de la Paroisse universitaire jusqu’aux années 1970. Elle cofonde alors une équipe universitaire de réflexion religieuse.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cluzel (Jean). Militant à la JEC à partir de Pâques 1941 à la section du collège de Cusset (Allier) dont il devient responsable avant d’assumer celle du lycée de Vichy (1941-1942), responsable national Secondaire pour les établissements d’État en Zone non occupée (1942-1943), responsable national Secondaire (1943-janvier 1945).

Né le 18 novembre 1923 à Moulins, il passe une licence de droit à Paris puis est diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1947. Il intègre une petite entreprise familiale de carrières – Cluzel-Dumont – qu’il dirige de 1947 à 1987. Il est conseiller municipal de Saint-Pourçain-sur-Sioule (1959-1965) puis d’Avermes (1971-1977), membre (1967-1992) et président (1970-1976 et 1985-1992) du conseil général de l’Allier, conseiller régional d’Auvergne (1974-982), sénateur de l’Allier (1971-1998), membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1991, dont il a été secrétaire perpétuel entre 1999 et 2004. En 1955, il a créé le club Positions qui participe à l’organisation des Assises de la démocratie en 1964, s’appuie sur la revue Positions et médias et crée, en 2004, Canal Académie puis, en 2010, la Fondation de l’Espérance/Institut de France pour l’accès aux responsabilités.

Sources : Jean Cluzel et les médias, Paris, ALEAS Éditeur, 2009. 188 p. Correspondance avec l’auteur.

Coccola (Odette de). Responsable nationale des lycéennes à la JECF-Lycées-et-collèges (1936-1937).

Cochetier (Bernard). Membre de l’équipe nationale Prépa (1971-1972).

Colas (Geneviève). Membre de l’équipe nationale Prépa (1954-1955).

Colin (Jean). Responsable fédéral du Maine-et-Loire (1958-1959), membre de l’équipe nationale Aînés (1959-1961).

Né en 1936, il vient de Cheffes (Maine-et-Loire). Il est ingénieur des Arts et métiers et élève au centre des hautes études de la construction.

Source : Message, novembre 1959 et novembre 1960. Archives de la JEC, CNAEF.

Collet (J.). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951).

Collomp (André). Militant à la JEC à partir de 1954, secrétaire fédéral des Bouches-du-Rhône en 1958-1959, secrétaire régional à Toulouse en 1960-1961, membre de l’équipe nationale Aînés en 1961-1962, responsable national Technique en 1962-1963.

Né en 1940 à Digne, il est élève au lycée Mignet d’Aix-en-Provence, il poursuit ensuite des études de lettres. Après son service militaire, il entame des études de philosophie et de théologie à Lyon en 1965 et devient prêtre en 1970. Il quitte cet état en 1979 pour devenir libraire à Valence jusqu’en 2005.

Sources : Message, décembre 1951. Correspondance avec l’auteur.

Coloni (Michel). Membre de l’équipe nationale Universitaire, responsable des lettres (1946-1947).

Né à Paris le 25 août 1927, il est le fils d’un cadre de la SNCF. Il fait ses études à l’école Massillon (Paris), aux lycées Buffon (Paris), Hoche (Versailles), Louis-le-Grand (Paris). Après une hypokhâgne, il prépare une licence d’histoire en Sorbonne puis entre au séminaire des Carmes et suit deux ans d’études à l’Institut catholique de Paris. Après son service militaire, il prépare également une licence de théologie et consacre une année à son doctorat. Il est ordonné prêtre le 17 avril 1954. Il est aumônier au lycée Montaigne (1954-1956) et au centre Richelieu (1956-1963), puis participe à la direction de l’enseignement. Il est aumônier diocésain de la Paroisse universitaire (1963-1974) et directeur de la Maison diocésaine des étudiants (1967- 1974), aumônier régional des étudiants (1969-1982) et vicaire épiscopal délégué général pour le monde scolaire et universitaire des diocèses de Paris, Créteil et Saint-Denis (1974). Il est par ailleurs assistant ecclésiastique du Centre catholique des intellectuels français de 1966 à 1982. En 1981, il est nommé vicaire général du diocèse de Paris, puis évêque auxiliaire de Paris le 11 mai 1982. Il est évêque de Dijon de 1989 à 2004, date de sa retraite (élevé au rang d’archevêque le 16 décembre 2002).

Sources : Jean Tavares, « Le Centre catholique des intellectuels français : le dialogue comme négociation symbolique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 38, mai 1981, p. 54. Site internet de l’Église catholique de France : www.cef.fr.

Colson (François). Militant de la JEC à partir de 1956, responsable fédéral Cadets (1959-1963), membre de l’équipe nationale Jeunes (1965-1966), vice-président de la JEC (1966-1967).

Né en 1945, il est originaire de Guichainville (Eure). Il est le fils de René Colson, agriculteur et ancien président de la JAC, et de Madeleine Allaire, ancienne présidente de la JACF. Élève au lycée d’Évreux, il fait ensuite ses classes préparatoires au lycée Saint-Louis, à Paris, avant d’intégrer l’Institut national agronomique en 1965. A l’issue de ses études, il est ingénieur agronome, salarié du syndicalisme agricole puis chercheur à l’INRA. Conseiller auprès d’Édith Cresson, ministre de l’Agriculture (1981-1983), et de Jean Glavany, ministre de l’Agriculture et de la pêche (1998-2001). De 2001 à 2007, il occupe le poste de directeur de l’Institut national de l’horticulture d’Angers. Il a milité dans des milieux d’extrême gauche, à la CFDT et au PS. Il a épousé Jocelyne Saillot, ancienne membre de l’équipe nationale Ado.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Colson (Jocelyne). Voir Saillot.

Comet (René). Membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1951).

Compagnon (Janine). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Coneil (Yvette). Membre de l’équipe nationale Enseignement supérieur, responsable des élèves de khâgne (1946-1947).

Corbineau (Élisabeth). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1963-1964). Corboliou (Suzanne) [nom marital]. Militante à la JECF-Moderne-et-technique à partir de 1944, responsable fédérale, puis membre de l’équipe nationale de la JECF-Moderne-et-technique (1947-1951).

Née en 1929, elle est issue de l’union d’un ouvrier électricien et d’une mère institutrice. Elle est élève à Suresnes. Elle suit des études d’assistante sociale puis pratique cette profession.

Source : Archives de la JECI, BCDI.

Cormier (Anne), Mme Coste. Membre de l’équipe fédérale de Saint-Étienne (1957-1959), responsable nationale Technique (1959-1961).

Née le 23 septembre 1938, elle est fille d’un ingénieur et d’une interprète. Elle est élève au collège moderne des jeunes filles de Saint-Étienne, avant d’entamer des études de droit à Paris. Elle est institutrice quelques années puis reprend des études de langue. Elle s’investit dans des tâches diverses (aide scolaire, catéchisme).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cormier (Thérèse). Militante à la JECF-EPS à partir de 1932, membre de l’équipe nationale de la JECF-EPS à partir de 1935.

Corneille (Geneviève). Membre de l’équipe nationale Jeunes-Lycée (1954-1955). Cornuau (Colette), Mme Claude Lefort. Membre de l’équipe nationale Aînées (1954-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Coste (Anne). Voir Cormier.

Cotta (Alain). Secrétaire fédéral de la Drôme (1961-1962), membre de l’équipe nationale Aînés (1963-1964), responsable de Rallye-Jeunesse (1964-1965).

Cotten (Anne-Marie). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953), responsable nationale Universitaire (1954-1955), elle s’engage ensuite à la JECI.

Après des études de géographie à Paris, elle devient enseignante.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Cottereau (Jacques). Militant à la JEC à Rennes, responsable national Aînés (1971-1973).

Né en 1950, il vient de Mayenne. Il fait des études de sciences économiques puis travaille dans un grand cabinet d’audit. Il fonde ensuite le cabinet-conseil Pennec en 1985, transformé en SCOP en 1997. Il exerce les fonctions de vice-président au sein de l’Union régionale Ouest des scop et de vice-président au sein de la confédération générale des SCOP. Il milite au Parti socialiste et assure la présidence du club rocardien Convaincre 35 jusqu’en 2002.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cottin (Geneviève). Membre de l’équipe nationale CEG (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Couprie (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1942 au lycée Gouraud de Rabat, membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1949-1951).

Né en 1927, il est fils d’un ingénieur des Ponts et Chaussées, détaché auprès du gouvernement chérifien du Maroc. Il fait ses études au lycée Gouraud (Rabat) jusqu’en 1944, avant une classe de Mathématiques supérieures au lycée Lyautey (Casablanca) et une préparation à l’École polytechnique au lycée Louis-le-Grand en 1945-1946. Il est élève à l’École polytechnique en 1946-1949 et à l’École nationale des Ponts et Chaussées en 1949-1951. Il travaille ensuite pour l’État français, en Afrique du nord et en France jusqu’en 1967, puis dans différentes grandes entreprises de travaux publics. Il participe à une ONG en faveur des enfants vivant sans famille dans la rue et préside une association tournée vers la connaissance de la Cappadoce et le sauvetage de monuments en péril.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Couraud (Monique). Secrétaire générale de la JECF-Moderne-et-technique (1955- 1956).

Courcier (François). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1949-1950).

Courrège (Jacques). Membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1946), responsable national Prépa (1946-1947).

Coutenceau (Geneviève). Membre de l’équipe nationale Aînées (1964-1965).

Cozan (Jean-Yves). Secrétaire fédéral du Finistère (1958-1959), responsable national Aînés (1959-1960), responsable national Universitaire (1960-1961).

Né le 16 mai 1939 à Brest, étudiant en sociologie, directeur de l’hebdomadaire Le Progrès de Cournouaille (1962-1969), membre du cabinet du président du conseil général du Finistère (1969-1978). D’abord inscrit au MRP puis au Centre des démocrates sociaux (CDS), il continue sa carrière politique comme adhérent direct de l’UDF et membre du Club Idées-Action d’Alain Madelin. Il est adjoint au maire de Quimper (1977-1989), conseiller général du Finistère (depuis 1978, un temps vice-président), conseiller régional de Bretagne (1986-1988, et à nouveau depuis 1994 comme vice-président en charge de l’identité bretonne), enfin député du Finistère (1986-1997). Il a été également président du Parc naturel régional d’Armorique et de plusieurs sociétés d’économie mixte à partir de 1983 (Société d’Aménagement du Finistère, Finist’Air, Pen Ar Bed, Centre culturel de l’abbaye de Daoulas).

Source : Entretien téléphonique avec l’auteur.

Crespin (Maurice). Responsable du cercle catholique des élèves de l’ENP de Voiron (Isère) de 1956 à 1958, militant (1958-1961) puis secrétaire fédéral (1961- 1962) de Saône-et-Loire, membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963), responsable national Technique (1963-1964).

Son père est officier de carrière puis ingénieur. Il est élève à l’École nationale supérieure des Arts et métiers à Cluny puis Paris (1959-1963), à l’Institut de recherche et de formation en vue du développement, à Paris (1963-1964). Il effectue son service militaire comme coopérant, en tant qu’ingénieur au Niger (1964-1965), ingénieur à Aéroports de Paris de 1967 jusqu’à sa retraite en 2000. Il milite à la CGC.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Cressent (Chantal). Militante à la JECF-École libre à partir de 1941, membre du secrétariat général de la JECF-École libre (1946-1950).

Née en 1926, elle est élève au cours Sainte-Ursule (Paris) puis passe une licence de droit. Elle devient bibliothécaire.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Crézé (Françoise). Voir Wullems.

Crézé (Michel). Responsable Cadets de la fédération du Maine-et-Loire (1962- 1964), membre de l’équipe nationale Jeunes (1964-1965). Il démissionne en avril 1965.

Il fait des études de médecine. Il a épousé Françoise Wullems, ancienne membre de l’équipe nationale Jeunes de la JECF.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Crinon (Monique). Militante à Cambrai (1964-1965), secrétaire fédérale de Cambrai et régionale du Nord (1967-1968), responsable nationale Ado (1968-1969), présidente de la JEC (1969-1970).

Après des études secondaires à Cambrai, elle suit une licence de philosophie. Elle milite au Mouvement de Libération des Femmes.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Croisille (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1951, secrétaire fédéral de Limoges (1952-1953), membre de l’équipe nationale Secondaire (1953-1954).

Né le 23 février 1935 à Budellières (Creuse), il est fils d’un ingénieur, décédé prématurément. Il est élève au lycée de Montluçon, puis en mathématiques supérieures à Limoges et en mathématiques spéciales à Saint-Louis (Paris). Il est ensuite élève à l’École des mines de Paris en 1955-1959. Il est ingénieur aux Houillères du Nord-Pas-de-Calais de 1960 à 1968, ingénieur chez Michelin à Clermont-Ferrand de 1968 à 1998. Il milite au MICIAC puis au MCC comme responsable local, fédéral et membre du bureau national. A Clermont-Ferrand, il milite au sein des Relais Malakoff (bénévolat de retraités) et préside l’OGEC de l’ensemble scolaire international Massillon.

Sources : Message, décembre 1953. Correspondance avec l’auteur.

Croquette (Daniel). Militant à la JEC à partir de 1955, membre de l’équipe fédérale Jeunes de Lille (1960-1965), membre de l’équipe nationale Jeunes (1965- 1966).

Né en 1944 d’un père employé de bureau et d’une mère au foyer, il est élève au collège Saint-Pierre (Lille). Il est élève à l’ICAM à Lille puis à l’École centrale. Il est ingénieur pour l’entreprise BSN (Boussois-Souchon-Neuvesel) de 1969 à 1971 puis pour Total (1971-1975) avant de devenir secrétaire national de la fédération chimie à la CFDT (1976-1984) et secrétaire général des cadres CFDT (1984-1991), puis de diriger le CESI (organisme de formation continue des ingénieurs et cadres) de 1991 à 2002. Il est ensuite délégué fédéral de l’association nationale des directeurs des ressources humaines de 2002 à 2006. Outre à la CFDT, il milite à l’ACI, au CCFD et au Parti socialiste. Il a épousé Marie-Dominique Duvivier, ancienne présidente de la JECF de 1965 à 1967.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Croquette (Marie-Dominique). Voir Duvivier.

Crozat (Paul). Membre de l’équipe nationale Ado (1968-1969), membre de l’équipe nationale Technique (1969-1970).

Il est étudiant en physique à l’École normale supérieure de Saint-Cloud.

Source : Archives de la JEC.

Dalbiès (René). Responsable fédéral Technique du Nord, membre de l’équipe nationale Aînés (1960-1961).

Né en 1939, il est élève à l’École nationale supérieure des Arts et métiers.

Source : Archives de la JEC.

Dagens (Claude). Membre de l’équipe nationale Prépa (1959-1961).

Né le 20 mai 1940 à Caudéran (Gironde, devenu un quartier de Bordeaux), fils d’un fonctionnaire municipal et d’une secrétaire. Il est élève au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux) de la 6e aux classes préparatoires littéraires, puis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, puis membre de l’École française de Rome (1965-1967), et étudie à l’Institut catholique de Paris. Il est agrégé des lettres, docteur ès lettres (en 1975 sous la direction d’Henri-Irénée Marrou) et docteur en théologie. Il est ordonné prêtre à Bordeaux en 1970 et rejoint la paroisse Saint-Jacques-du-Haut-Pas (Paris) jusqu’en 1972, puis celle de Saint-Ferdinand (Bordeaux) de 1972 à 1987. Il est professeur au séminaire interdiocésain de Bordeaux (1972-1987) et doyen de la faculté de théologie de Toulouse (1981-1987). Puis il devient évêque auxiliaire de Poitiers (1987-1993), coadjuteur de Mgr Rol, à Angoulême, le 15 juin 1993, et promu « ipso jure » évêque d’Angoulême le 22 décembre 1993. Il a dirigé la rédaction des rapports (adoptés par l’assemblée plénière des évêques) publiés sous le titre Proposer la foi dans la société actuelle - Lettre aux catholiques de France, en 1996. Il est élu à l’Académie française le 17 avril 2008 au siège n° 1.

Sources : Discours de réception à l’Académie française par Florence Delay. Who’s who.

Danchin (Michel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1944-1945).

Né en 1925 à Lille où son père est professeur au lycée Faidherbe, il est élève au lycée Faidherbe (Lille) puis en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand (Paris) avant de devenir étudiant en droit, à Paris. Il entre en 1945 au noviciat de La Croix-sur-Ourcq. Il fait ensuite son juvénat à Yzeure, sa philosophie à Vals, sa régence à Metz et à Amiens, sa théologie à Enghien puis à Chantilly. Il est professeur de philosophie à Saint-Clément de Metz. De 1961 à 1984, il est installé à la communauté de Mulhouse, notamment comme supérieur de 1977 à 1983. Il est aumônier de la JEC et, à partir de 1970, du MCC. Il est supérieur de la communauté d’Avignon de 1984 à 1990 et aumônier régional du MCC pour la Provence. À partir de 1999, il rejoint la communauté de la rue de Grenelle (Paris) pour des raisons de santé, puis celle de Lille-station en 2006. Il décède le 23 août 2008.

Sources : Olivier Wiéviorka. Une certaine idée de la Résistance : Défense de la France 1940-1949, Paris, Seuil, 1995, p. 463. Compagnie, n° 427, avril 2009.

Danchin (Pierre). Responsable Universitaire de Lille (1939-1940), responsable Universitaire pour la Zone occupée (1940-1941).

Frère du précédent. Après des soins à Lyon jusqu’en mai 1942, il revient à Paris préparer l’agrégation d’anglais puis est nommé professeur à Besançon à la rentrée 1943. Il devient professeur de langue et littérature anglaises à l’université de Nancy-II.

Source : Pierre Bolle, Jean Godel (dir.), Spiritualité, théologie et Résistance..., p. 232-245.

Danger (Thérèse). Fondatrice et responsable du Cercle de lycéennes du lycée Voltaire (1926-1932), qui s’affilie à la JECF-Lycées-et-collèges naissante, secrétaire générale de la JECF-Lycées-et-collèges (1931-1932), conseillère de la JECF-Lycées-et-collèges à Bordeaux et Toulouse.

Née en 1901 d’un père géomètre, elle est élève à l’École centrale jusqu’en 1924 puis travaille comme géomètre au bureau de son père jusqu’en 1932. Elle reprend également ses études à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris. En 1932, elle devient religieuse de Notre-Dame-du-Cénacle. Elle est professeur.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Darchis (Jean-Patrick). Militant à la JEC à partir de 1966, membre de l’équipe nationale Aînés en 1971-1972.

Né en 1949, il est fils d’un facteur. Il fait ses études au lycée Joliot-Curie de Nanterre, puis prépare une licence, puis un DESS de psychologie à l’université de Nanterre. Il est psychologue clinicien.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Darracq (Pierre, Jean). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-1950), membre de l’équipe nationale Universitaire (1950-1951).

Né le 7 septembre 1927 à Mauléon (Soule, Pyrénées-Atlantiques), il est élève dans cette ville, au collège Saint-François. Entré au grand séminaire de Bayonne en octobre 1945, il interrompt sa formation en octobre 1947 pour effectuer son service militaire et renonce finalement au sacerdoce en décembre 1948. Il fait alors des études d’histoire-géographie à Paris.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Archives historiques du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron.

Darrot (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1963-1964).

Né à Casablanca (Maroc) en 1944, il fait des études de médecine à Paris (1961- 1969), puis son internat au Havre (1967-1970). Il est titulaire d’une thèse de doctorat en pédiatrie, obtenue à Paris (1969). Il est psychiatre coopérant à Oran (Algérie) en 1970-1971, puis chef de service (1972), psychiatre fondateur de l’établissement public de secteur de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) de 1973 à 1993, puis président de la commission médicale d’établissement et conseiller régional du syndicat des psychiatres des hôpitaux, et travaille au service de psychiatrie infanto-juvénile au centre hospitalier d’Annecy (1993-2008). Il milite à l’UNEF puis à la CGT (1973). Il s’engage également au PSU puis au Parti socialiste (1974) dont il devient un responsable départemental en Haute-Savoie. Il a participé à la fondation, en Haute-Savoie, du club rocardien Convaincre (1983).

Source : Blog de campagne de Jean Darrot à l’occasion des élections cantonales de 2008.

Darwy (Jacqueline). Responsable nationale Secondaire (1946-1947).

Dautresme (Michèle). Voir Hugodot.

David (Michel). Responsable national Étudiants (1939-1941).

Deboos (Chantal). Membre de l’équipe nationale Aînées (1961-1964).

Née le 29 janvier 1942, elle vient du Havre et fait des études de psychologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Dedieu (Simone), Mme Guyon. Membre de l’équipe nationale Prépa (1964-1965). Elle est à élève l’École normale supérieure de l’enseignement technique dans la section Histoire-géographie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Defaucheux (Dominique). Responsable nationale Ado (1967-1968).

Degos (Philippe). Membre de l’équipe nationale Technique (1964-1965).

Degueurce (L.). Membre de la commission Secondaire de l’équipe nationale (1935-1936).

Delage (Jacques). Militant à la JEC en 1952 à Poitiers, secrétaire fédéral de Paris et membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1958).

Né le 15 octobre 1935 à Levroux (Indre). Son père est fonctionnaire dans le service des impôts. Il fait ses études secondaires au collège jésuite Saint-Joseph (Poitiers), puis ses classes préparatoires scientifiques au lycée Henri-IV (Poitiers) en 1952- 1955. Il est élève à l’École centrale de Paris à partir de 1955. Après vingt-sept mois de service militaire, essentiellement comme officier en Algérie, il travaille dans l’industrie chimique de 1961 à sa retraite, en 1996 (notamment à Saint-Gobain et Rhône-Poulenc). Il milite, avec son épouse, pendant trente-quatre ans au MCC dans des équipes de base, puis régionales, puis en tant que membre du bureau national (de 1983 à 1988). Tous deux sont également, de 1970 à 1989, parents d’élèves à la fédération Cornec (FCPE). Il assume des responsabilités en aumônerie de collège et lycée de 1976 à 1988. Depuis 1996, il s’est investi aux Restos du cœur, dans le dialogue interreligieux, la communauté Vie chrétienne.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Delanglade (Jean). Membre de la commission nationale Universitaire, responsable de la revue (1937-1939).

Né le 11 novembre 1915 à Septèmes-les-Vallons (Bouches-du-Rhône), il entre en 1925 à l’école de Provence (jésuite), puis fait ses classes préparatoires littéraires au lycée Thiers (1932-1935). Il intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1935-1938) où il est prince tala pendant deux ans. Il obtient un DES de philosophie en 1938, l’agrégation de philosophie en 1939. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en 1940 et passe quatre ans en stalag à Stablack (Russie). Il entre au noviciat jésuite en 1945 à Sainte-Foy-lès-Lyon puis fait son juvénat à Yzeure, et, en 1947, sa régence à Alger où il enseigne la philosophie. Il fait ensuite sa philosophie à Chantilly (1950- 1951) et sa théologie à Fourvière (1951-1955). Il est ordonné prêtre le 30 juillet 1954 puis fait son « troisième an » à Paray-le-Monial (1955-1956) et une thèse de théologie à Rome (1956-1957) et à Fourvière (1957-1958). En 1958, il est aumônier d’étudiants à Lyon avant d’être envoyé, en septembre, à Alger comme économe de l’externat Notre-Dame d’Alger. En 1962, il obtient la nationalité algérienne et devient l’année suivante professeur de philosophie au lycée Redha-Houdou de Constantine. En 1965, il devient proviseur du lycée de garçons puis de celui de jeunes filles de Skida (ex-Philippeville). De 1968 à 1970, il est inspecteur général de philosophie pour l’Algérie. Il décède le 25 décembre 1970, à Constantine.

Sources : Pierre Drujon, JEC 15 ans d’histoire, p. 18-20. Le Monde, janvier 1971. Association amicale des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1972, p. 92-97. Compagnie, n° 47, avril 1974 p. 72-73. DMRFC, t. 1, p. 85-86.

Delaveau (Daniel). Membre de l’équipe nationale (1973-1975), président à partir du 3 février 1974.

Né le 22 décembre 1952 à Chalette (Loiret) de parents ouvriers, militants à la JOC et au MLO. Il est élève au lycée de Montargis. En 1970, il étudie en Mathématiques supérieures avant d’entamer des études en sciences économiques à l’université d’Orléans (1971). Militant du PSU depuis 1970, il rejoint le PS en 1974. Il est journaliste à Témoignage chrétien, conseiller municipal à la mairie de Rennes en 1978, il devient le premier responsable du service Information-Communication de 1987 à 1998, et directeur de la société d’économie mixte Rennes Cité Média. Il est adjoint au maire (1983) puis maire socialiste de Saint-Jacques-de-la-Lande (1989- 2007), conseiller général (depuis 1994) d’Ille-et-Vilaine, et depuis 1995 vice-président de Rennes Métropole, maire de Rennes depuis 2008 et président de l’assemblée des communautés de France.

Sources : Recherches JEC, n° 28, 1979. Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Delavet (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale Universitaire en charge des étudiants en sciences (1946-1947).

Delétoile (Marc). Membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1946).

Delhaye (Anne-Marie). Voir Pariés.

Delhaye (Jean-Loïc). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1964-1965), responsable national Jeunes (1965-1967). Il démissionne en décembre 1967.

Né en 1945, il fait des études en mathématiques supérieures à Besançon et obtient une licence en mathématiques appliquées. Il a épousé Anne-Marie Pariés, ancienne vice-présidente de la JEC.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Delmas (François). Militant à la JEC à partir de 1947, responsable fédéral Secondaire de l’Hérault (1951-1952), membre de l’équipe nationale Secondaire (1954-1956).

Né en 1933 à Montpellier, où son père est professeur, il est élève au lycée de garçons de la ville, avant d’intégrer l’École des mines de Paris en 1954. Il est ingénieur à EDF de 1960 à 1995.

Sources : Message, novembre 1954. Correspondance avec l’auteur.

Delon (Jacqueline). Militante à la JEC à partir du collège, responsable de section à Nevers, militante à Montpellier (1942-1943), membre de l’équipe nationale Universitaire (1942-1944).

Née en 1920, elle est fille d’un ingénieur des travaux publics. Elle est élève au collège municipal de Nevers. Après avoir obtenu l’agrégation, elle devient professeur de lettres classiques. Elle enseigne en Syrie (1951-1956), à l’Alliance française, à Paris (1957-1967), puis dans le Midi de la France (1967-1969), en Savoie (1969- 1971) et à nouveau dans le Midi (1971-1979).

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Deltombe (Michel). Membre de la commission Étudiants (1937-1939).

Demangeon (Albert). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970).

Il est élève à l’École nationale supérieure d’agronomie de Grignon à partir de 1968. Il devient responsable de bureau à la DCDGEA, société de conseil et de gestion.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Demazure (Michel). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1956-1957).

Il naît en 1937 à Neuilly-sur-Seine ; son père et sa mère sont ingénieurs. Il est élève aux lycées Pasteur (Neuilly-sur-Seine), Condorcet (Paris), à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1955-1959), puis à l’université de Princeton, aux États-Unis (1959-1960), avant de faire son service militaire (1960-1962). Il est agrégé de mathématiques (1958) et docteur ès sciences (1964). Il est attaché de recherche au CNRS (1962-1964), maître de conférences à la faculté des sciences de Strasbourg (1964-1966), professeur à la faculté des sciences d’Orsay (1966-1976), à l’École polytechnique (1976-1999), et directeur du Centre de mathématiques à l’École polytechnique (1983-1989). Il est également directeur du Palais de la découverte (1991-1998), président de la Cité des sciences et de l’industrie (1998-2002) et de la Géode (1998-2003). Il a présidé la Société de mathématiques de France et a mené diverses activités d’audit, d’évaluation et de conseil.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Denis (Henri). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Lyon (1941-1942).

Denise (Lucien). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1944-1946).

Denoix de Saint Marc (Marie-Josèphe), Mme Yves Beccaria. Militante à la JECF-Enseignement Libre à partir de 1946, secrétaire fédérale à partir de 1950, membre de l’équipe nationale (1953-1956), secrétaire générale au cours de l’année 1954-1955 et en 1955-1956.

Née le 4 novembre 1933 à Lyon, elle est fille d’un inspecteur d’assurance. Elle suit ses études à l’institution des Dames du Sacré-Cœur, puis à la faculté des lettres de Bordeaux et obtient une licence ès lettres. Elle est consultante à l’Institut de formation des cadres paysans (1956-1967), rédactrice (1967-1969) puis rédactrice en chef (1969-1979) de Pomme d’Api, responsable du département Enfants (1979- 1987), puis directrice générale adjointe (1987) et directrice générale de Bayard Presse, membre du directoire. Elle est présidente du Bureau international catholique de l’enfance de 1995 à 2001 et vice-présidente de la Fondation des hôpitaux de Paris depuis 1995, vice-présidente et trésorière de la Fondation d’Auteuil. Elle est mariée à Yves Beccaria, ancien responsable national Cadets.

Sources : Who’s who. Témoignages pour une histoire de la JECF, op. cit., p. 179, Recherches JEC, 1979, n° 28. Entretien avec l’auteur. Correspondance avec l’auteur.

Derivière (Maurice). Responsable national adjoint Prépa (1945-1946).

Deroche (Marie-Esther). Voir Laborie.

Deroche (Michel). Secrétaire général adjoint (1958-1959), membre de la JECI (1959-1960).

Né en 1936 à Paris, il a grandi à Nogent-sur-Marne. Après le lycée, il entre en classe préparatoire au lycée Sainte-Geneviève (Versailles). Il est élève à l’École des Hautes études commerciales (HEC) et passe une licence de sciences économiques. En 1961- 1962, il est appelé en Algérie. Il est employé au Bureau d’informations et de prévisions économiques, au Commissariat au Plan puis à la cellule économique pour le bâtiment et les travaux publics en Ile-de-France, jusqu’à sa retraite en 1999. Il milite à la CFDT et au Parti socialiste. Il s’engage également au CCFD et promeut le commerce équitable. Il a animé l’aumônerie du collège et du lycée de Saint-Cyr. Il décède en 2006. Il a épousé Marie-Esther Laborie, ancienne responsable nationale Technique de la JECF.

Source : Correspondance avec Marie-Esther Deroche, veuve de Michel.

Derouet (Marcel). Membre de l’équipe nationale (1929-1930).

Descloitres (Robert). Secrétaire fédéral de Bayonne (1945-1946), secrétaire général adjoint (1946-1947), responsable du service Plein Air (1947-1948).

Descottes (Maurice). Responsable national Cadets pour la Zone non occupée (1942-1943).

Desmottes (Pierre). Responsable fédéral Cadets de Caen (1948-1949), membre de l’équipe nationale Cadets (1951-1952).

Despoisse (Jean-Louis). Responsable administratif de la fédération de Paris et, après son service militaire effectué en 1948-1949, secrétaire général adjoint (1949- 1951).

Dessales (Marie-Christine). Voir Pfaff.

Destombes (Daniel). Membre de l’équipe Jeunes-CEG (1965-1966). Né en 1943, il vient de Lille. Il prépare une licence de psychologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Devoldère (Patrick). Membre de l’équipe nationale Ado (1973-1974).

Dhonte (Nicole). Voir Lebreton.

Dhonte (Pierre). Membre de l’équipe nationale Aînés (1965-1966), responsable national administratif (1966-1967).

Il vient de Lille où son père est huissier de justice. Il fait des études de sciences économiques puis rejoint le Fonds monétaire international où il deviendra directeur adjoint pour l’Afrique puis pour le Moyen-Orient, avant de représenter le FMI à Bruxelles auprès de l’Union européenne. Il a épousé Nicole Lebreton, ancienne membre de l’équipe nationale Aînées.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Di Blasi (Suzanne). Membre de l’équipe nationale CEG (1962-1964).

Dintcheff (Pierre). Membre de l’Équipe nationale Prépa (1958-1959).

Il est élève à l’École normale supérieure de l’enseignement technique, dans la section Lettres modernes (promotion 1957).

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Dion (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Divet-Henriet (Jeannette). Entrée en 1941 à la JECF, responsable régionale en Bretagne jusqu’en 1943, membre de l’équipe nationale de la JECF (1943-1948).

Dompnier (Yvette). Secrétaire fédérale de Savoie (1958-1959), responsable nationale Universitaire (1961-1962), secrétaire générale adjointe (1962-1963).

Née le 5 mai 1939, elle poursuit des études d’histoire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Donel (Jacqueline). Militante à la JECF-Lycées-et-facultés à partir de 1940, responsable nationale Universitaire (1943-1944).

Elle est titulaire d’un DES d’histoire-géographie. Elle dirige une entreprise familiale.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Donnat (Henri). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Clermont-Ferrand (1941-1942).

Douël (Yvonne), Mme Pellé-Douël. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1934, membre de l’équipe nationale de la JECF-Lycées-et-collèges (1936- 1941).

Née en 1918, elle est agrégée et maître-assistant en philosophie. Elle favorise, avec le père Chenu, l’implantation en France du groupe Femmes et Hommes en Église.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Bruno Mary, La Jeunesse étudiante chrétienne féminine... p. 80. Site internet de Femmes et hommes en Église.

Dosière (René). Membre de l’équipe nationale Aînés (1960-1961), responsable national Aînés (1961-1962).

Né le 31 août 1941 à Origny-Sainte-Benoîte (Aisne), il est fils d’un instituteur. Après ses études au lycée Henri-Martin de Saint-Quentin, il prépare une licence d’histoire-géographie à la Sorbonne puis un diplôme d’études supérieures de géographie. Il devient chargé d’études au service départemental d’aménagement rural de l’Aisne jusqu’en 1982. En 1968-1970, il est coopérant, professeur d’histoire et de géographie à l’école normale de Saint-Damien-de-Bellechasse, au Québec. Depuis 1978, il enseigne les finances locales à la faculté de droit et des sciences politiques de l’Université de Reims. De 1993 à 1997, il est consultant international, assurant des missions d’études auprès des gouvernements de Madagascar, d’Arménie, de Russie. Il milite en 1979-1980 comme secrétaire départemental de la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) et depuis 1975 à l’ADELS. En 1980, il est élu président de la Fédération départementale des Maisons des jeunes et de la culture. Il mène une carrière politique : de 1977 à 1981, il est membre du conseil municipal de Laon. Il préside le conseil régional de Picardie de 1981 à 1983. De 1983 à 1989, il est maire de Laon puis conseiller municipal jusqu’en 2001. De 1986 à 1988, il est conseiller régional de Picardie. De 1993 à 2001, il est conseiller général de l’Aisne. Il est député socialiste de l’Aisne (1988-1993 et depuis 1997) ; entre 2000 et 2002, il est vice-président de l’Assemblée nationale.

Sources : Entretien avec l’auteur. Correspondance avec l’auteur.

Drevet (Micheline), Mme Yvon Brés. Membre de l’équipe nationale Universitaire et responsable de Paris (1949-1951).

Née en 1927, elle fait ses études secondaires au lycée Victor-Hugo et à l’institution Notre-Dame-des-Oiseaux (Verneuil). Elle est ensuite étudiante à la faculté de droit de Paris. Elle préside l’Institut français de psychosynthèse. Elle a épousé Yvon Brés, responsable national Universitaire.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Dreyfus-Lambert (Jacqueline), Mme Mauro. Militante à partir de 1938 à la JECF-Lycées-et-collèges, responsable du groupe JECF de la Sorbonne, membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1945-1947).

Née en 1922, elle est élève au lycée de Strasbourg. Elle est enseignante en lycée.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Archives de la JECI, BDIC.

Drillet (Philippe). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1956).

Dubarry (Alain). Membre de l’équipe nationale Aînés (1961-1962).

Dubin (Philippe). Membre de l’équipe nationale Cadets (1957-1958).

Né en 1934 à Paris, il est fils d’un ingénieur. Ses études se déroulent au lycée Condorcet, au collège des Carmes à Avon, au lycée Sainte-Geneviève à Versailles, et à l’École polytechnique. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1958. Il fait sa philosophie en 1959-1961. Il est professeur au collège Libermann de Douala en 1961-1963. Puis il fait ses études de théologie en 1963-1967. Il est ordonné prêtre en 1966. Il est directeur des cours de l’Institut africain pour le développement économique et social (INADES) en 1968, puis directeur général (1972-1984) et président (1975-1983) d’INADES-Formation, auditeur au Centre des Hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes (1984-1985), directeur général du Centre d’étude et de formation pour le développement à N’Djamena de 1985 à 1990 et professeur à l’université catholique d’Afrique centrale depuis 1990 (il en est vice-doyen de 1991 à 2005).

Source : Archives de la province de France de la Compagnie de Jésus.

Dubois (Alain). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1972).

Il vient de Nods (Doubs) et intègre l’Institut national d’agronomie de Paris en 1969.

Source : Spécial Prépa, n° 8, novembre 1970.

Dubois (Jacques). Responsable national Universitaire pour la Zone occupée (1941- 1942), membre de l’équipe nationale Universitaire (1944-1945), en charge des étudiants en médecine.

Dubois (Michel). Membre de l’équipe fédérale de Paris (1946-1947), membre de l’équipe nationale Cadets (1947-1948).

Dubois (Paul). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1956).

Dubuisson (Paul). Responsable national Secondaire-privé (1939-1940).

Ducarre (Roger). Membre de l’équipe nationale (1945-1946).

Ducat (Thérèse). Responsable régionale et responsable fédérale Universitaire de la Loire (1964-1965), intégrée à l’équipe nationale en avril 1965, secrétaire générale adjointe (1965-1966).

Duchéne (Marie). Secrétaire générale adjointe (1960-1961).

Dufour (Jean-Guy). Membre de l’équipe nationale Prépa en 1961-1962, responsable national Prépa (1962-1963), secrétaire général adjoint (1963-1964).

Il vient de Saint-Maur. En 1963, il entre à l’École nationale des Ponts et chaussées. Il est ingénieur civil. Il est militant associatif et syndical, notamment au CCFD.

Sources : Charles-Édouard Harang, Les mouvements catholiques de jeunesse…, p. 874. Correspondance avec l’auteur.

Dufour (Maurice). Membre de l’équipe nationale Cadets (1946-1947), responsable national Cadets (1947-1948).

Duigou (Daniel). Militant à la JEC à partir de 1962, responsable du lycée puis d’un secteur de Paris (16e arrondissement), membre de l’équipe nationale Aînés (1969- 1970), responsable national Aînés (1970-1971).

Né en 1948, il est fils d’un cheminot. Il est élève au lycée Jean-Baptiste-Say à Paris avant de passer une maîtrise en sciences économiques et un DESS en psychologie clinique. Il est journaliste en 1971, d’abord à TF1, puis à Antenne 2 et enfin à France 5 où il termine sa carrière comme médiateur. Il est délégué syndical Force ouvrière. Parallèlement, il est aussi psychologue-psychanalyste dans un hôpital. Il suit une formation sacerdotale hors séminaire et il est ordonné prêtre en 1999 par Jacques Noyer, évêque d’Amiens. Il participe à la fondation de Partenia 2000, en faveur de Mgr Gaillot. Il arrête ses activités salariales en 2008 pour vivre en ermitage dans une palmeraie du grand Sud marocain.

Sources : Daniel Duigou, Psy, journaliste et prêtre, Paris, Presses de la Renaissance, 2005, 287 p. Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Duittoz. Responsable nationale administrative de la JECF-Lycées-et-collèges (1936-1937).

Dujarier (Paul-Noël). Militant à la JEC à partir de 1953, membre de l’équipe nationale Secondaire (1954-1956).

Né en Touraine vers 1935, il est fils de médecin. Il est élève à Tours, d’abord au collège Saint-Grégoire puis pendant une année au lycée Descartes. Il fait une année de propédeutique puis une licence de psychologie en Sorbonne. Il militait alors à l’UNEF. Il entre, en octobre 1958, au noviciat de la Compagnie de Jésus et sera ordonné prêtre en juillet 1968, à Lyon.

Sources : Message, novembre 1954. Correspondance avec l’auteur.

Dumont (Nicole). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1962-1963).

Duob (Denise). Membre de l’équipe nationale Prépa (1954-1956).

Duplaa (Michel). Militant à la JEC à partir de 1953, membre de l’équipe nationale Jeunes (1961-1963), délégué au service Soldats (1963-1965), permanent au journal Record (1964-1965).

Né le 14 mai 1941, il est élève au lycée Montesquieu, à Bordeaux. Il s’engage au Parti socialiste, au Mouvement des citoyens puis au Mouvement républicain et citoyen. Il est éducateur spécialisé puis directeur d’établissement scolaire. Il est conseiller municipal à Épinay-sous-Sénart (Essonne).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Dupont (Isabelle). Membre de l’équipe nationale Jeunes en charge de la revue Sophie (1946-1947).

Dupont (Philippe). Membre de l’équipe nationale Aînés (1963-1964), responsable national Aînés (1964-1965).

Il vient de Meurthe-et-Moselle pour suivre des études de mathématiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Dupoux (Michel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1956), responsable national Grandes Écoles (1956-1957).

Dupuy (Renée), Mme Paul Fraisse. Elle lance la JECF-Lycées-et-collèges à Bordeaux avec l’aide du Père Dieuzaide (1932-1936). Associée au secrétariat général à partir de janvier 1935, responsable nationale Universitaire (1936-1937).

Née en 1912, elle est élève au lycée de Dax. De 1930 à 1935, elle est en khâgne puis elle prépare une licence et entame un DES de lettres à Bordeaux. Elle interrompt ses études pour s’investir à la JECF et gagner sa vie comme enseignante en lettres à Pau et à Paris. Elle décède en 1938. Elle a épousé Paul Fraisse, responsable national Étudiants.

Sources : Agir, n° 66, novembre 1938. Renée Dupuy, Les bras étendus, Paris, Seuil, 1947, 207 p.

Duquesne (Jacques). Militant à la JEC (interdite) à partir de 1941, responsable de son établissement (1945-1947), membre de l’équipe nationale Cadets (1948-1950), secrétaire général de l’ACJF (1953-1955).

Né en 1930 à Dunkerque, il est fils d’un policier. Il étudie au collège Jean-Bart à Dunkerque, passe une licence de droit et est élève à l’IEP de Paris. Il est grand reporter à La Croix (1957-1964), directeur délégué de Panorama chrétien, chef d’enquête (1967-1970) puis rédacteur en chef adjoint (1970-1971) de L’Express. Cofondateur et rédacteur en chef adjoint (1972-1974) puis rédacteur en chef du Point (1974-1977), il est ensuite directeur général des publications de La Vie catholique (1977-1979), directeur adjoint de la rédaction (1978-1985), puis PDG du Point (1985-1990), président du Conseil de surveillance de L’Express (1997-2005). Il a également été chroniqueur à Europe 1 (1969-1997), à La Croix (depuis 1983), à Midi libre (1997-2001).

Sources : Jacques Duquesne, Et pourtant, nous étions heureux, Paris, Albin Michel, 2003, 252 p. Who’s who. Entretien avec l’auteur.

Duquesnoy (Marie-Hélène), Mme Guy Peyrache. Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à Alger à partir de 1947, responsable de l’équipe du lycée de filles, puis des préparationnaires au lycée Bugeaud d’Alger, membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1957).

Née en 1935 dans la banlieue d’Alger, elle est fille d’un juriste, spécialiste du droit musulman, et d’une enseignante. Elle fait ses études aux lycées de filles d’Alger, d’abord Fromentin, puis Delacroix (mathématiques élémentaires), avant les classes de mathématiques supérieures et spéciales au lycée Bugeaud. Élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1955), elle en sort agrégée de mathématiques. Elle occupe ensuite divers postes dans l’enseignement, puis dans l’inspection pédagogique régionale de mathématiques. Avec son époux, elle participe à un centre de préparation au mariage ou des groupes de foyers chrétiens. Elle assure également la catéchèse en paroisse, principalement à L’Haÿ-les-Roses puis dans une aumônerie de lycée. Elle est coordinatrice de la chapelle Saint-Bernard-de-Montparnasse (Paris) de 2003 à 2005 et continue à participer plutôt activement à la vie de celle-ci.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Durand (Michèle). Voir Veillard.

Durand (Raymonde). Voir Illiaquer.

Durivault (Andrée). Responsable nationale Cours complémentaires (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Duruel (Jean). Membre de l’équipe nationale en charge de l’enseignement libre (1937-1939).

Dussert (Jean). Secrétaire fédéral de Mâcon, responsable national de la propagande pour la Zone non occupée (1940-1941).

Dussieux (Mauricette). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Dutailly (Didier). Secrétaire général adjoint (1963-1964).

Dutel (Alban). Membre de l’équipe nationale Technique-Cours complémentaire (1949-1951).

Dutertre (Marie-Françoise). Militante à la JECF-École libre à partir de 1946 à Dijon, secrétaire fédérale, secrétaire générale (1957-1958).

Née en 1932, elle est élève dans l’enseignement privé à Dijon. Elle est enseignante à Dijon.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF. Correspondance avec l’auteur.

Duveau (Odile). Membre de l’équipe nationale Universitaire, en charge des étudiants en droit (1946-1947).

Duvivier (Marie-Dominique), Mme Daniel Croquette. Militante à la JECF à partir de la 6e, secrétaire fédérale du Nord (1964-1965), elle rejoint l’équipe nationale en avril 1965, présidente de la JECF (1965-1967).

Née en 1944, elle vient d’Ambleteuse (Nord). Son père est VRP. Elle est élève à l’école libre des Bernardines à Lille, puis passe une licence de psychologie. Elle a épousé Daniel Croquette, membre de l’équipe nationale Jeunes en 1965-1966.

Source : Entretien avec l’auteur.

Edmond (Michel). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Il vient de Montargis et suit des études de philosophie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Eimer (Michel). Entré à la JEC à Nancy en 1957, membre de l’équipe nationale Universitaire (1960-1962).

Né en 1939, il grandit à Plainfaing (Vosges) où son père est garde forestier et petit agriculteur. Il est lycéen à Saint-Dié, étudiant à la faculté des sciences de Nancy, puis à la Sorbonne et à Jussieu. Titulaire d’un DES de sciences physiques. Il est professeur de sciences physiques à Amboise puis il part en coopération militaire puis civile en Algérie (1964-1967). Il est principal de collège de 1967 à 1972 puis enseigne en lycée, à Blois, jusqu’à sa retraite. Il milite au PSU puis au PS, à la CFDT, à Vie nouvelle. Il est maire de Saint-Gervais-la-Forêt et conseiller général de Loir-et-Cher.

Source : Entretien avec l’auteur.

Elluin (André). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1948-1950). Il est élève à l’IEP de Paris et prépare un doctorat en droit.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Emmanuel (Anne). Membre de l’équipe nationale Prépa (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Engerand (Claude). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Né en 1926 à Remiremont, il est fils de Roland Engerand, officier et homme de lettres. Il fait ses études au lycée Descartes de Tours, à l’École nationale supérieure de l’armement, au Centre des hautes études pour l’armement et à l’École polytechnique. Il est ingénieur en 1954-1965, puis sous-directeur dans l’atelier de construction de Tarbes (1964-1965), puis conseiller technique au cabinet du délégué ministériel pour l’armement (1965-1970), adjoint au chef des services techniques de la direction technique des armements terrestres (1970-1974), directeur des industries métallurgiques, mécaniques et électriques (1974-1977). Il est directeur général de l’industrie (1977-1978) puis directeur technique des armements terrestres au ministère de la Défense (1978-1984), vice-président de la Régie nationale des usines Renault (1977-1978), commissaire adjoint du gouvernement auprès d’EDF (1975- 1977) et membre du Comité de l’énergie atomique (1977-1978). Il est contrôleur général des armées en mission extraordinaire à partir de 1984.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Éon (Marie-José). Secrétaire fédérale de Loire-Atlantique (1958-1960), membre de l’équipe nationale Cours complémentaires (1960-1961), responsable nationale Relations (1961-1962).

Estrangin (Louis). Militant à Marseille puis à Aix-en-Provence, président de la commission Étudiants en 1936-1937 ; il assure la fonction de secrétaire général de janvier à septembre 1937.

Il naît le 24 juillet 1914 à Marseille. Son père a été, durant ses études, proche de Maurice Blondel. Il est ensuite devenu secrétaire général de l’Union des Alpes et Provence (syndicat agricole). En 1904, il a participé à la première Semaine sociale de France et est resté membre de la commission générale des Semaines sociales de 1904 à 1968. De 1921 à 1931, il est élève au collège libre Mélizan à Marseille. Puis il passe une licence et un DES d’histoire à la faculté d’Aix-en-Provence (1931-1934) et prépare l’agrégation à Lyon (1935-1936) et à la Sorbonne (1936-1937), sans succès. Il est alors professeur d’histoire-géographie et maître de maison à l’établissement Saint-Martin-de-France, à Pontoise. De 1940 à 1942, il est prisonnier en Allemagne. A son retour, il s’installe comme exploitant agricole dans les Alpes-Maritimes et le reste jusqu’en 1962. En 1957, il devient membre de l’Académie d’agriculture. Il est également membre du comité Rueff-Armand de 1957 à 1962. Il est ensuite président du conseil d’administration des centres d’études techniques agricoles. Il est membre de la commission générale des Semaines sociales de 1958 à 1968. Il dirige une école de cadres agricoles (l’école de Draveil) lancée par la JAC en 1962-1963. De 1963 à 1965, il enseigne l’économie rurale à l’ESSEC et à l’école d’agriculture d’Angers, et il préside la Fédération nationale des organismes de gestion agricole. Fin 1964, durant quelques mois, il est directeur de la propagande à La Croix. Il est président du journal Ouest-France entre 1965 et 1984, puis président d’honneur et administrateur du groupe Ouest-France.

Source : Entretien avec l’auteur.

Étienne (Jean). Membre de l’équipe nationale Prépa (1949-1950). Il est élève à l’École nationale de la France d’Outre-mer.

Source : En équipe, 25 octobre 1949.

Éven (Anne-Thérèse). Voir Guyon. Éven (Marie-Annick). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Eyraud (M.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Fabian (Monique). Membre de l’équipe nationale Technique (1968-1969).

Fabre (Jean). Membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1951).

Fabrègue (Pierre). Membre de l’équipe nationale Prépa (1962-1963).

Fabrès (Monique), Mme Michel Naude. Militante à la JECF à partir de 1952, responsable fédérale Universitaire (1954-1956), membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957).

Née en 1934, son père est représentant de commerce et sa mère institutrice. Elle fait des études d’espagnol à la faculté des lettres de Toulouse. Elle est professeur d’espagnol. Elle milite au PS, au SGEN, et dans des associations de parents d’élèves. Elle a épousé Michel Naude, ancien membre de l’équipe nationale Universitaire.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Faizant (B.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Falcou (Louis). Il n’a jamais été jéciste et intègre directement l’équipe nationale Secondaire-Technique (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né en 1934 d’un père sous-officier, il intègre l’École nationale supérieure des Arts et métiers (trois ans à Aix-en-Provence puis quatrième année à Paris en 1955) puis l’École supérieure des pétroles et des moteurs à l’Institut français du pétrole (Rueil-Malmaison). Après son service militaire partiellement effectué en Algérie (1958- 1960), il est ingénieur, puis directeur industriel, directeur général et PDG de diverses PME. Il a milité dans plusieurs cercles catholiques d’étudiants et dans diverses associations.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Falga (Jean). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1944-1946), secrétaire général adjoint (1946-1947).

Il vient de Cognac. Il devient professeur dans l’enseignement technique à Épernay. Il milite à la CFTC, puis au SGEN. Il a épousé Noëlle Rouch, ancienne membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur.

Source : Recherches JEC, n° 35.

Falga (Noëlle). Voir Rouch.

Fallon (Bruno). Militant à la JEC à partir de 1957, secrétaire fédéral des Ardennes jusqu’en 1963, responsable Universitaire à Reims (1963-1966), membre de l’équipe nationale Aînés (1966-1967).

Né en 1945, il est fils d’un ouvrier agricole. Il est élève en CEG puis au lycée Chanzy à Charleville et à la faculté de médecine de Reims. Il est élève à l’École de kinésithérapie des enfants malades de Paris. Il est kinésithérapeute de 1968 à 1979, cadre kinésithérapeute de 1979 à sa retraite, en 2005. Il milite à la CFDT, à la Ligue des Droit de l’Homme, à l’ACO, au PSU puis au PS. Il est conseiller municipal de Charleville-Mézières, adjoint à la politique de la ville et à la vie associative entre 1995 et 2001.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Farin (Michel). Responsable Aînés de la fédération de Paris (1956-1958), membre de l’équipe nationale Aînés (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Il est élève à l’École centrale avant de devenir jésuite.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Faucheux (Christian). Membre de l’équipe nationale Technique (1965-1966). Né en 1945, il vient d’Orléans. Il travaille chez Citroën, à Nanterre.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Faucheux (Élisabeth). Responsable nationale Aînées (1950-1951).

Elle vient d’Orléans et est agrégée des lettres.

Source : MRS, décembre 1950.

Faure (Bernard). Membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1956).

Faure (Henri). Membre de l’équipe nationale Secondaire, en charge des petits séminaires (1945-1946).

Faure (Marcel). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1947-1948).

Faure (Maurice). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1945-1946).

Favrot (Geneviève). Voir Laurens.

Favrot (Jean). Responsable national Universitaire (1958-1959), secrétaire général adjoint (1959-1962), membre de l’équipe nationale Universitaire (1959-1960).

Il vient de Misérieux (Ain) et fait des études de physique-chimie. Il a épousé Geneviève Laurens, ancienne responsable nationale Universitaire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Fédou (Gaston). Membre de l’équipe nationale Universitaire pour la Zone non occupée (1942-1943).

Né en 1918, à Carcassonne, il est fils d’un avocat. Il fait ses études secondaires aux lycées de Toulouse, Perpignan, Montpellier, puis au lycée Ampère à Lyon. Il est ensuite étudiant à la faculté de droit de Lyon, dont il sort docteur en droit. Il est juge suppléant à la cour d’appel de Lyon (1944-1946), juge et juge des enfants à Lons-le-Saunier (1946-1952), juge des enfants à Lille (1952-1958), à Paris (1958-1964), président du tribunal pour enfants de Paris (1964-1975), président de chambre à la cour d’appel de Paris (1975-1978), conseiller à la Cour de cassation (1978-1986).

Source : Who’s who.

Féret (Sylviane), Mme Gougat. Militante à la JECF à partir de 1953, responsable fédérale de l’Allier à partir de 1955, responsable nationale Cours complémentaires (1957-1958), secrétaire générale de la JECF (1958-1960).

Née le 15 janvier 1938 à Venizel (Aisne), dans une famille d’origine ouvrière qui emménage en 1952 à Montluçon (Allier). Elle est élève au lycée de Montluçon, puis à l’Institut d’études sociales. De 1960 à 1963, elle vit une retraite à l’abbaye cistercienne Notre-Dame d’Igny (Marne). De 1964 à 1967, elle fait des études d’assistante sociale à Montrouge. En cours d’activité, elle suivra ensuite une formation de conseillère conjugale puis de médiatrice familiale et travaillera, à partir de 1976, auprès du juge des affaires familiales à Limoges. Elle milite à la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) puis au MRAP. Depuis 1977, elle anime aussi le journal de quartier d’une Zone à urbaniser en priorité et elle est responsable d’une animation entretenant des liens avec l’Algérie. Elle assure également des tâches paroissiales (catéchèse, accompagnement des familles en deuil, ACI, atelier d’éthique, délégation diocésaine de dialogue avec les Musulmans).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Fernand-Laurent (Françoise). Militante à la JECF à partir de 1938, membre de l’équipe nationale (1940-1941).

Née en 1919, elle est fille de Jean Fernand-Laurent, avocat, journaliste, homme politique. Elle prépare un diplôme d’histoire du droit romain. Entrée au noviciat en 1941, elle devient franciscaine missionnaire de Marie, sert cinq ans au secrétariat de l’épiscopat, enseigne dix-sept ans et devient rédactrice à la revue Fraternité d’Abraham.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 33. Archives de la JECI, BDIC.

Féron (Bernard). Membre de l’équipe nationale en charge de l’édition et de la librairie (1944-1945), rédacteur en chef de Cordées (1945-1946).

Ferrier (Marie). Militante à la JECF à partir de la première, responsable nationale Technique (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Née en 1943, elle est fille d’un enseignant.

Source : Esprit, avril 1977.

Ferry (Marcel). Un des fondateurs de la JEC en 1929, responsable national des EPS (1932-1935), secrétaire général (1933-1936).

Né le 29 juillet 1912 à Épinal, il est élève au lycée de Besançon, à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il part ensuite à Besançon. Il est ordonné prêtre en 1944, à Lyon. Il est aumônier diocésain de la Paroisse universitaire. Après sa mise en congé (1958-1967), il devient un acteur majeur de la restauration des églises de Franche-Comté, comme secrétaire de la commission d’art sacré (1967-1975) puis comme responsable de la commission d’art sacré (1975-1982). Il prend ensuite sa retraite à Besançon. Il décède le 13 août 1992.

Sources : Messages aux militants de la JEC, n° 85, mars 1938. Joseph Ball, L’abbé Flory…, p. 121. Archives diocésaines de Besançon.

Flamant (Anne-Marie). Responsable fédérale Technique du Nord, responsable nationale administrative et membre de l’équipe nationale Technique (1955-1957).

Flatet (Jacques). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1949-1950).

Flavigny (Pierre-Olivier). Responsable fédéral Cours complémentaires de Rouen (1960-1961), responsable fédéral administratif de Rouen (1961-1962), membre de l’équipe nationale Jeunes-Cadets (1963-1964), responsable national Jeunes (1964- 1965). Il démissionne en avril 1965.

Il passe un DES d’analyse numérique, avant d’intégrer le CNRS.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Florence (Jacques). Militant à la JEC à partir de 1951, responsable Aînés du lycée de Montpellier (1955-1956), responsable fédéral Ainés (1956-1957), secrétaire fédéral de l’Hérault (1957-1958), membre de l’équipe nationale Aînés (1959-1961) et secrétaire général adjoint (1961-1963).

Né le 28 avril 1939 à Clermont-Ferrand. Son père, officier, prisonnier en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, est mort lors d’un bombardement en 1945. Il est élève au lycée de Montpellier puis élève à l’École centrale de Paris. Ingénieur, il fait toute sa carrière à la SNCF. Il a animé une aumônerie de lycée et a milité au sein d’une association de solidarité internationale. Il a épousé Mireille Marco, ancienne secrétaire générale de la JECF.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Florence (Mireille). Voir Marco.

Flory (Maurice). Responsable national Universitaire (1947-1948), secrétaire général adjoint (1949-1950).

Né en 1925 à Paris, il est le fils de Charles Flory, président de l’ACJF de 1921 à 1926, fondateur de Politique, l’un des fondateurs du MRP, sénateur MRP en 1948, président des Semaines sociales de 1945 à 1960. Il est par conséquent le petit-fils de Maurice Blondel (beau-père de Charles Flory) et le neveu de l’abbé Jean Flory, un des inspirateurs de la JEC lors de sa fondation. Il fait ses études aux lycées Montaigne puis Louis-le-Grand, à Paris, puis à la faculté de droit de Paris et à l’École libre des sciences politiques, avant de partir un an au Queens’College de Cambridge en 1948-1949 et d’obtenir un doctorat et l’agrégation de droit en 1952. Il est professeur à l’Institut des hautes études marocaines (1952-1956), à la faculté de droit et des sciences économiques d’Aix-en-Provence (1957-1967), conseiller culturel auprès de l’ambassade de France à Rabat (1967-1970), professeur à la faculté de droit et des sciences économiques d’Aix-en-Provence (1971-1994). Il est président de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres d’Aix-en-Provence (1998-2000) et de la fondation de Lourmarin (1998-2005).

Sources : En équipe, juin et 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Fontfreyde (Eugénie). Membre de l’équipe nationale Brevet Technique Ménager (1954-1955), responsable nationale Cours complémentaires (1955-1956).

Forattini (Andrée). Voir Mongellaz.

Fougère (Louis). Membre du secrétariat général (1931-1932).

Fouquet (Jacques). Militant à la JEC à partir de 1951, secrétaire fédéral de l’Aisne (1955-1957), membre de l’équipe nationale Aînés (1957-1959), membre de la JECI (1959-1960).

Né le 25 décembre 1936 Saint-Quentin (Aisne), il fait dans cette ville ses études primaires (à l’institution Saint-Jean) et secondaires (au lycée Henri-Martin). Puis il est élève de l’École supérieure de commerce de Paris (1956-1959) et effectue son service militaire en Algérie et en métropole (janvier 1961-novembre 1962). Il est cadre administratif et commercial dans le secteur des arts graphiques, puis cadre dirigeant d’imprimerie (1977-1990), avant de fonder une entreprise de communication (1991-1999). Depuis 2001, il est administrateur bénévole d’une association d’hébergement et d’insertion professionnelle. Il a épousé Janine Grand, ancienne responsable nationale Universitaire.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Fouquet (Janine). Voir Grand.

Fouret (Odette). Voir Aucouturier

Fourmentin (J.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951).

Fournol (Franck). Militant à la JEC à partir de 1968, membre de l’équipe fédérale de Toulouse (1968-1969), membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1971).

Né en 1950 à Toulouse, il passe son enfance à Nîmes puis à Cahors, où il fait ses études secondaires, avant une classe préparatoire au lycée Pierre-de-Fermat (Toulouse) qui lui permet d’intégrer HEC dont il sort diplômé en 1972. Adhérent à l’Union des grandes écoles, il est, durant ses études parisiennes, membre de son bureau national. Il travaille à la division Ingénierie nucléaire d’EDF (1972-1982), à la division Production nucléaire (1982-1986), est consultant en recrutement à EDF et Gaz de France (1986-1992). Au sein de Gaz de France ensuite, il est le responsable des ressources humaines de la direction financière et juridique (1992-2002), et anime le service mobilité du groupe France et International avant de devenir cadre supérieur. Membre de l’UFICT Mines Énergie depuis 1973, il exerce des responsabilités syndicales de 1983 à 1986.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Fournols (Bernard). Membre de l’équipe nationale Prépa, en charge des classes préparatoires au concours de Saint-Cyr (1946-1947).

Foussard (Jean-Paul). Membre de l’équipe nationale Technique (1971-1972). Né en 1952, il travaille comme tireur de plan.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Fraisse (Paul). Militant à la JEC (1932-1936), membre de l’équipe nationale (1936-1937).

Né en 1911 à Saint-Étienne, il est fils d’un ingénieur chimiste. Il fait ses études au lycée du Parc, à Lyon, puis aux facultés de lettres de Lyon et Grenoble. Il est maître de conférences en psychologie aux facultés catholiques de Lyon (1937-1939), directeur adjoint (1943-1952) puis directeur à l’École des Hautes études (1952- 1979), professeur à la faculté des lettres de Paris en 1957. Il est directeur de l’Institut de psychologie de l’université de Paris (1961-1969). Il est membre (1950-1975) et un temps président (1960-1967) de la commission de psychologie au CNRS. Il est président de la 3e section de l’École pratique des Hautes études (1976-1979). Il décède en 1996. Il a épousé Renée Dupuy, responsable nationale de la JECF-Lycées-et-collèges.

Sources : Messages aux militants de la JEC, octobre 1938. Who’s who.

Fraisse (Renée). Voir Dupuy.

Fraisse (Robert). Militant à la JEC à partir de 1952 à Saint-Étienne, membre de la fédération de Paris, membre de l’équipe nationale Cadets (1956-1958).

Né en 1935, il est fils d’un épicier grossiste. Il est élève au pensionnat Saint-Louis (Saint-Étienne), puis à l’École polytechnique (dont il sort diplômé en 1958) et à l’IEP de Paris (diplômé en 1961). Il est chargé de la prospective et des sciences sociales appliquées au développement au sein du Commissariat au Plan, de 1962 à 2000.

Source : Correspondance avec l’auteur.

François (Marcel). Membre de l’équipe nationale Universitaire, en charge des étudiants en lettres (1944-1945).

Frappard (Charles). Membre de l’équipe nationale Cadets (1959-1961).

Il vient de Condé-sur-Moireau (Calvados). Il est élève en classe préparatoire au lycée Saint-Louis (Paris).

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Gabarrou (Françoise). Secrétaire nationale adjointe de la JECF-École libre (1949- 1950).

Gagey (Marie-José). Membre de l’équipe nationale Aînées (1960-1961).

Gagneux (Huguette). Voir Sadorge.

Gaillardon (Philippe). Membre de l’équipe nationale Prépa (1968-1970).

Il vient de Saint-Mandé et prépare une maîtrise de mathématiques et d’informatique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Gallot (Bernadette). Responsable nationale Prépa (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Ganneron (Suzanne). Voir Weyer.

Garnier (Patrick). Militant à la JEC à partir de 1958, responsable des classes préparatoires au lycée Faidherbe à Lille (1962-1963), membre de l’équipe nationale Prépa (1963-1964).

Né en 1944, il est fils d’un officier de police et d’une employée de commerce. Il étudie au lycée de garçons d’Hirson (Aisne), puis en classe préparatoire scientifique au lycée Faidherbe (Lille) en 1961-1963, avant de rejoindre l’École des mines de Paris de 1963 à 1966. Il est ingénieur des mines à Bruay-en-Artois aux Houillères du bassin du Nord-Pas-de-Calais en 1966-1967, fait son service militaire comme officier en 1967-1968, puis est responsable de formation au Centre universitaire de coopération économique et sociale de Nancy de 1968 à 1971, professeur à l’École des mines de Paris de 1972 à 1992, directeur des études à l’École des mines d’Albi-Carmaux de 1992 à 1999, directeur de l’École nationale supérieure des arts chimiques et technologiques, de l’Institut national polytechnique de Toulouse en 2001-2006, secrétaire général de l’Institut Carnot MINES et adjoint au directeur des recherches de l’École des mines de Paris de 1966 à 2009, délégué scientifique à l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur depuis janvier 2010. Il milite au PSU, à la CFDT, à l’ACI. Il est adjoint au maire d’Albi depuis 2008.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Garnier (Roland). Secrétaire fédéral de Paris et membre du secrétariat général (1936-1937).

Garrigou-Lagrange (Françoise), Mme Imbert. Membre de l’équipe fédérale Universitaire de Bordeaux (1953-1954), membre de l’équipe nationale Universitaire (1954-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Garrigues (Albert). Membre du secrétariat général, responsable adjoint de la province de Toulouse (1941-1942).

Garrigues (Pierre). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1947-1948).

Gasc (Marysette). Membre de l’équipe nationale Cours complémentaires (1959- 1960), responsable nationale Cours complémentaires (1960-1961).

Née le 19 février 1938, elle vient d’Albi ; son père est employé de banque. Elle prépare une licence de sciences physiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Gaussot (Philippe). Associé au lancement de la JEC en 1929, il est rédacteur en chef de l’Appel de la JEC et secrétaire fédéral de Paris (1930-1933), secrétaire général adjoint (1933-1936) chargé du lancement de la branche Cadets. Après son service militaire (1936-1937), il est responsable national Cadets (1937-1939).

Il est élève au lycée de Besançon. Durant la Seconde guerre mondiale, il travaille au service des Compagnons de France et aide au lancement de l’hebdomadaire Marche. Il décède en mars 1977.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Gautier (Robert-Pierre). Militant à la JEC (1935-1943), responsable national Étudiants pour la Zone non occupée (1941-1942), secrétaire général adjoint pour la Zone non occupée (1942-1943).

Genés (Paul). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1944-1945).

Genin (Yves). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1962-1964).

Gény (Madeleine), Mme Bach. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1932, responsable diocésaine du Bas-Rhin (1937-1939), conseillère à Rennes (1939- 1942), secrétaire nationale adjointe pour la Zone occupée (juillet 1942-septembre 1943).

Née en 1920, elle est fille d’un directeur régional des PTT. Elle fait ses études secondaires au lycée de jeunes filles d’Auxerre. Elle passe ensuite une licence ès sciences (1943). Elle est secrétaire de l’Inspection des mouvements de Jeunesse et d’Éducation populaire du Bas-Rhin (1946-1949), professeur de mathématiques dans l’enseignement privé technique et industriel de Strasbourg (1949-1952). Après une interruption entre 1952 et 1957, elle reprend l’enseignement de 1957 à 1980. Elle milite à l’ACGF, à l’UFCS, au Parti socialiste, à Vie nouvelle.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13 et 27. Archives de la JECI, BDIC.

Géraud (Jacques). Secrétaire fédéral du Lot-et-Garonne, membre de l’équipe nationale Prépa (1968-1969), membre de l’équipe nationale Aînés (1969-1970).

Il vient de Marmande (Lot-et-Garonne). Il est élève de khâgne au lycée Louis-le-Grand (Paris), puis à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, en lettres modernes. Agrégé de lettres modernes, il a enseigné jusqu’en 2007 à l’université de Sfax (Tunisie) et à Saint-Germain-en-Laye.

Sources diverses.

Germain (Paul). Militant à la JEC dans les années trente, responsable de l’équipe nationale Prépa pour la Zone occupée (1940-1943), secrétaire général pour la Zone occupée (1942-1943).

Né le 28 août 1920 à Saint-Malo, il est fils d’un professeur de chimie au lycée de Rennes et de la secrétaire du proviseur. Il est élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1939. Il est ensuite un des fondateurs de l’Union catholique des scientifiques français et y milite de 1946 à 1976. Il entre au CNRS en 1944, détaché à l’Office national d’études et de recherches aéronautiques de 1946 à 1959. Il est maître de conférences à Poitiers (1949-1953) et – après un séjour à l’université de Brown aux États-Unis (1953-1954) – professeur à Lille (1954-1958), professeur à la faculté des sciences de Paris-VI (1958) et à l’École polytechnique (1975). Il est fondateur du Journal de mécanique et président de l’Association universitaire de mécanique lors de sa fondation en 1973, et préside l’Union internationale de mécanique théorique et appliquée de 1984 à 1988. Il est correspondant (1965), membre (1970), secrétaire perpétuel (1975-1995) de l’Académie des sciences. Il décède le 26 février 2009.

Sources : Pierre Drujon, Témoins, p. 21-22. Paul Germain, Mémoires d’un scientifique chrétien. Équipe nationale de la JEC. La Croix, 3 mars 2009. Comptes rendus Mécanique, vol. 338, 2 (2010), p. 63-66.

Ghigo (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale JECF-Moderne-et-technique (1944-1945).

Gibouin (Hubert). Militant à la JEC à partir de ses classes préparatoires, il accompagne l’équipe nationale Technique (1969-1970).

Né en 1945, il est élève en classe préparatoire au lycée Janson-de-Sailly (Paris) puis à l’École nationale des Arts et métiers à Châlons-sur-Marne, Lille et Paris. Il part en 1970 en coopération à Berlin, puis il rejoint, en 1977, une PME familiale en Seine-et-Marne où il travaille jusqu’à sa retraite en 2008. Il reste conseiller de l’enseignement technique pour les jurys d’examen de CAP et BEP.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Giraud (Jean). Membre du secrétariat général de la JEC (1930-1933).

Girod (Danièle). Membre de l’équipe nationale Aînées (1962-1964).

Née en 1941, elle vient d’Oyonnax (Ain) pour faire des études de géographie à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Girode (Nicole). Secrétaire générale de la JECF-École libre (1944-1945).

Giscard (Monique). Secrétaire fédérale de Corrèze (1958-59), membre de l’équipe nationale Jeunes (1960-1961), responsable nationale Jeunes (1961-1962), responsable nationale des branches mineures et membre de la branche Jeunes (1962- 1963).

Née le 18 mai 1941 à Brive-la-Gaillarde, elle fait des études de lettres modernes.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Gisclard (Jean-Marie). Militant à la JEC en région parisienne, membre de l’équipe nationale Aînés (1968-1969).

Givenchy (Pierre de). Militant à la JEC à partir de 1942 environ, responsable Cadets de l’école Sainte-Croix (Orléans), membre de l’équipe nationale Universitaire (1950-1951), secrétaire général (1952-1954).

Né en 1929, à Lille, il est fils d’un cadre aux Charbonnages de France. Il fait ses études à l’école Sainte-Croix d’Orléans puis entre au grand séminaire d’Orléans (1948-1950) avant d’entamer une licence de philosophie à Paris (1950-1954), puis de rejoindre le séminaire universitaire de Lyon (1954-1958) pour des études de théologie. Il est préfet des études en 1958-1959 à Orléans, vicaire à Fleury-les-Aubrais en 1959-1962, aumônier du lycée d’Orléans en 1962-1964, responsable des aumôneries de lycée du Loiret en 1964-1975, responsable du Centre Recouvrance, à Orléans, depuis 1975. Il est membre du bureau du réseau Parvis.

Source : Entretien avec l’auteur.

Gobin (Serge). Responsable Prépa du lycée Janson-de-Sailly (Paris), membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1944-1945).

Gonon (Georges). Responsable national Prépa (1939-1940), remplacé en novembre 1939 par Paul Germain.

Gosse (Luc). Membre de l’équipe nationale Cadets (1944-1946).

Got (Élisabeth). Responsable nationale Aînées (1967-1968). Elle démissionne en décembre 1967.

Elle vient de Millau pour faire des études d’histoire à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Got (Marie-Odile), Mme Jarrousse. Responsable nationale Technique-sup (1961-62). Née le 8 octobre 1941 à Millau, elle poursuit des études d’électroménager.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Goudy (Norbert). Responsable fédéral de Paris, membre de l’équipe nationale Technique-Cours complémentaires (1949-1950).

Gougat (Sylviane). Voir Féret.

Gourlat (Michèle), Mme Touze. Militante à la JECF-École libre au cours privé d’Orléans (1940-1943), membre du secrétariat national de la JECF-École libre (1945- 1947), responsable du journal national (1947-1948).

Née en 1925 de parents commerçants, elle présente une licence de philosophie en Sorbonne. Elle est devenue attachée commerciale.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Gouville (Jean de). Secrétaire fédéral de Caen, responsable national Aînés (1967- 1968). Il démissionne en décembre 1967.

Gouyer (Monique). Responsable nationale Cours complémentaires (1955-1956).

Grancher (Philippe). Militant à la JEC (1944-1946), membre de l’équipe nationale Prépa (1946-1948).

Il est élève au lycée Pierre-Loti à Rochefort-sur-Mer, au lycée Carnot à Paris (1946- 1948), à HEC entre 1948 et 1951. Après son service militaire, il travaille quelques mois dans l’industrie papetière puis fait sa carrière dans l’industrie pétrolière.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Grand (Janine), Mme Jacques Fouquet. Responsable nationale Universitaire (1957-1959).

Grandbastien (Jean-François). Entré à la JEC en Terminale, responsable fédéral Jeunes-CEG de Meurthe-et-Moselle en 1963-64, membre de l’équipe nationale Jeunes en 1964-1966, secrétaire général adjoint en 1965-66, responsable national Aînés en 1966-1967, secrétaire de la JEC Européenne en 1967-68.

Né en 1943, il vient de Nancy préparer une licence d’allemand puis une licence d’histoire en Sorbonne. Il est professeur à Nancy et premier secrétaire de la fédération du Parti socialiste de Meurthe-et-Moselle de 1990 à 1995, conseiller régional socialiste de 2004 à 2010, membre de la commission permanente du Conseil régional de Lorraine, maire de Frouard depuis 2001, président de l’Union des élus socialistes et républicains de 1998 à 2009. Il est inspecteur général de l’Éducation nationale.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Grandjean (Bernadette), Mme Liénard. Militante à la JECF à partir de 1958, responsable nationale Jeunes (1962-1964), responsable nationale Intérieur (1964- 1965). Elle démissionne en avril 1965.

Née en 1941, elle est élève au lycée de jeunes filles Jeanne-d’Arc à Nancy, avant d’entamer des études d’histoire-géographie. Elle est professeur en lycée (1971-1975). Elle s’engage ensuite en faveur des travailleurs immigrés et dirige pendant deux ans la Maison des travailleurs immigrés de Puteaux. Elle milite à la FCPE. Elle s’est engagée au Parti socialiste et elle est conseillère municipale de Suresnes (1995- 2001), membre du Comité local d’action sociale jusqu’en 2003. Elle milite à l’Union nationale des amis et familles des malades psychiques. À ce titre, elle cofonde la plate-forme interassociative des personnes handicapées des Hauts-de-Seine.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Granet (Bernard). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1948-1949).

Granger (Jean-Pierre). Responsable fédéral Aînés de Dordogne (1959-1960), membre de l’équipe nationale Jeunes-Cadets (1963-1965).

Né en 1943, il fait des études de sciences économiques.

Source : Message, décembre 1964.

Granier (Louis). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1964-1965).

Il vient de Clermont-l’Hérault (Hérault), est diplômé de l’IEP en 1967. Il devient directeur des Services de la Ville de Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Granier (Marie). Responsable nationale adjointe (1962-1963), membre de l’équipe nationale de la JECF (1963-1964).

Elle vient de Clermont-l’Hérault (Hérault) et elle est étudiante en sciences économiques.

Source : Jeunes, décembre 1962.

Grau (Marie-Josèphe). Membre de l’équipe nationale Technique (1965-1966), membre de l’équipe nationale Ado (1966-1967) ; elle quitte cette équipe en décembre 1966 pour devenir responsable nationale adjointe.

Gravost (Paul). Membre de l’équipe nationale Technique (1953-1955).

Grelet (Norbert). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1937-1939).

Né en 1915, il participe à la fondation du Syndicat national des chercheurs scientifiques, en 1956. Il en est le premier secrétaire général en 1956-1957. Il devient président de l’université d’Orléans. Il décède en 1995.

Sources diverses.

Grémion (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1949, secrétaire fédéral de Belfort, membre de l’équipe nationale Secondaire en 1955-1957. Il démissionne en mai 1957. Né le 19 février 1937, il est fils d’un fonctionnaire au ministère des finances. Il est scolarisé dans un établissement privé en primaire et au lycée de Belfort. Après sa propédeutique en Sorbonne (1955-1956) et une licence de psychologie en 1956- 1957, il part au service militaire (1959-1962), il participe au groupe d’étude des problèmes du contingent puis à la revue Les Cahiers d’études pour la démocratie (1964-1966). Entré en 1966 au CNRS, il participe au programme L’Administration face au changement lancé par Michel Crozier. Après avoir soutenu sa thèse en 1975, il se spécialise en histoire politique et intellectuelle contemporaine.

Sources : Entretien avec l’auteur. Correspondance avec l’auteur.

Griffon (Jacqueline), Mme Pierre Bauchet. Secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Née le 21 février 1927 à Paris, elle est certifiée d’histoire, élève à l’IEP de Paris et à l’École nationale d’administration (1950-1952). Elle est auditeur au conseil d’État (1953-1959), puis est la première femme à être maître des requêtes au conseil d’État (1959-1977) et conseiller d’État (1977-1996). Elle a épousé Pierre Bauchet, ancien membre de l’équipe nationale Universitaire.

Source : Roland Drago et alii, Dictionnaire biographique des membres du Conseil d’État 1799-2002, Paris, Fayard, 2002, p. 650. Archives de la JEC, CNAEF.

Grignon (Renée). Voir Lefebvre.

Gros (Michel). Membre de l’équipe nationale Technique (1953-1954).

Guérin (Annick), Mme Xavier Carton. Membre de l’équipe fédérale de Seine-et-Oise (1962-1964), responsable régionale de la Seine et responsable fédérale de la Seine-et-Oise (1964-1965), secrétaire générale adjointe (1965-1966). Elle démissionne en septembre 1966.

Elle a épousé Xavier Carton, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Guérin (Josette), Mme Bavoux. Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à partir de 1938, secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur (1940-1946).

Guérin (Sophie). Secrétaire générale adjointe de la JECF (1932-1933).

Guerrand (Roger-Henri). Militant à la JEC à partir de 1938, membre de l’équipe nationale (1944-1945).

Né le 6 juillet 1923 à Sarrebruck où son père, militaire, est greffier du conseil de guerre de l’armée française occupant la Sarre, il fait ses études au lycée de La-Roche-sur-Yon puis au collège de Saint-Nazaire, avant d’être étudiant à Rennes et de réaliser son service militaire à Saumur. De 1949 à 1954, il fonde et dirige la première maison de vacances du Comité parisien des œuvres universitaires. Il est adjoint d’enseignement à Paris, au lycée Chaptal, puis au lycée Janson. Il passe une thèse d’histoire sous la direction de Paul Chombart de Lauwe, dont il devient un collaborateur à Montrouge. Il enseigne à l’École des assistantes sociales de Montrouge, à l’Institut national des animateurs de collectivités et à l’Institut supérieur des carrières artistiques. Il est professeur émérite à l’École d’architecture de Paris-Belleville. Il décède en 2006.

Sources : Roger-Henri Guerrand, témoignage pour l’Institut d’Urbanisme de Paris, juillet 1997, disponible en ligne sur le site internet de l’université Paris-XII.

Guiberteau. Membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1946).

Guilbaud (Georges). Membre du secrétariat général (1932-1933), en charge de l’enseignement secondaire.

Guilbert (Jacques). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1951-1953).

Guillard (Cécile), Mme René Arens. Responsable nationale Universitaire (1949- 1950), devenue (en mars 1950) secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur, puis secrétaire générale adjointe de la JECF et membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951).

Elle est étudiante en histoire en Sorbonne, puis professeur d’histoire. Elle a épousé René Arens, responsable national Secondaire.

Source : MRS, décembre 1950.

Guillemin (Monique). Secrétaire générale JECF-Moderne-et-technique à la Libération jusqu’en juillet 1947.

Guinamard (Jean-Claude). Responsable national de la presse et membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Il est élu à la JECI dans l’été 1956.

Il vient de Lille, suit des études de psychologie. Il décède en 2000.

Sources : Charles-Édouard Harang, Les mouvements catholiques de jeunesse…, p. 318. Archives de la JEC, CNAEF.

Guiot (Marie-Odile). Membre de l’équipe nationale Prépa (1971-1972).

Guisnel (Paule). Membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Guisset (Gisèle). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953).

Guyon (Anne-Marie). Secrétaire fédérale de l’Allier (1958-1959), membre de l’équipe nationale Jeunes (1961-1964).

Elle est élève à l’École vétérinaire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Guyon (Anne-Thérèse), Mme Éven. Responsable Jeunes de la fédération de Nantes, responsable Universitaire de la fédération de Nantes (1954-1955), responsable nationale Jeunes (1956-1957).

Née en 1934, elle fréquente une institution privée tenue par les Ursulines à Nantes. Elle devient psychologue en consultation d’hygiène mentale à Rennes et Brest, en institut médico-éducatif à Vitré et Fougères, dans un centre d’aide par le travail et au service de sauvegarde de l’enfance dans le Morbihan. Elle a milité à Vie nouvelle et dans un centre de préparation au mariage, dans des associations de parents d’élèves puis au service d’adoption de Médecins du monde, tout en étant responsable des Virades de l’espoir à Vannes.

Sources : Archives de la JECI, BDIC. Correspondance avec l’auteur.

Guyon (Marie-Bernadette), Mme Merlant. Secrétaire fédérale de Nantes (1954- 1956), responsable nationale 6e-5e et membre de l’équipe nationale Cours complémentaires (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Sœur de la précédente.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Guyon (Simone). Voir Dedieu.

Happe (Geneviève), Mme Saint-Sauveur. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1934, vice-présidente de la JECF de Saint-Germain-en-Laye (1937-1940), responsable des JECF-Lycées-et-facultés, -EPS et -École libre pour Cannes et sa région (1939-1943), membre du secrétariat général de la JECF-Classique-et-supérieur (1943-1944).

Née en 1920, elle perd son père, aviateur, dans un accident d’avion en 1930 ; sa mère est sans profession. Elle est élève au lycée de Saint-Germain-en-Laye puis prépare une licence de droit à Nice (1940-1943). De 1944 à 1947, elle travaille dans l’Armée de l’air. Elle milite à l’ACI, dans des associations de parents d’élèves, à Vivre comme avant (association d’aide aux femmes victimes d’une ablation du sein) et à la Croix-Rouge.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Hartz (Geneviève). Membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1967).

Hatton (Georges). Responsable Secondaire pour le Maroc (1947-1949), membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-1950).

Né en 1931 à Beaurieux (Aisne), il est fils d’un fonctionnaire. Il fait ses études au lycée Gouraud à Rabat et au lycée Lyautey à Casablanca, puis au lycée Henri-IV à Paris, et au lycée Fustel-de-Coulanges à Strasbourg. Il prépare ensuite un DES d’histoire aux facultés des lettres de Paris et de Strasbourg. Il est élève à l’École nationale d’administration en 1958-1960. Il est administrateur civil au ministère de l’Économie et des finances à partir de 1961, puis attaché commercial (1969-1970), conseiller commercial à Bruxelles (1970-1973), chef des services d’expansion économique du Zaïre (1973-1977), conseiller commercial à Montréal (1977-1981), chef des services d’expansion économique en Hongrie (1981-1988), directeur régional du commerce extérieur de la région Centre (1988-1990), puis de la région Alsace à partir de 1990. Il est docteur en histoire (2005).

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Havard (Nicole). Voir Murciani.

Hazard (Jean-Pierre). Militant à la JEC à partir de 1954, responsable CEG et 2x2 de la fédération de Rouen (1961-1964), membre de l’équipe nationale CEG (1964- 1965).

Né en 1942, il est le fils d’un courtier en bestiaux et d’une institutrice. Il est élève au lycée de Dieppe puis poursuit ses études d’histoire et de géographie à l’université de Rouen. Il est licencié, titulaire d’un DES et maître ès lettres en géographie. Il est professeur certifié d’histoire-géographie (1963-1972). Il effectue un stage en entreprise de janvier à juin 1973. Il est animateur permanent au Centre universitaire de formation de formateurs d’adultes, puis est directeur des études au Centre académique de formation continue à l’académie de Rouen, conseiller en formation continue au GRETA et à la délégation académique à la formation continue et adjoint du délégué académique à la formation continue jusqu’en 2003. Il milite au SNES. Il est adjoint au maire de 1971 à 1983 et membre de commissions extra-municipales depuis 1983. De 1980 à 2007, il est également assesseur du tribunal pour enfants de Rouen.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Hébrard (Monique). Entrée à la JECF vers 1955, membre de l’équipe diocésaine Cours complémentaires (1958-1963), membre de l’équipe nationale CEG (1962- 1963).

Née en 1938, elle est fille d’un trésorier-payeur général. Elle est élève au lycée de jeunes filles de Saint-Germain-en-Laye puis dans une école d’interprétariat et passe une licence d’espagnol. Elle est journaliste à Panorama et chroniqueuse à La Croix.

Sources : Emmanuel Ratier, Les chrétiens de gauche, Paris, Faits et documents, 1998, p. 42. Monique Hébrard, De mai 68 aux JMJ 97. Trente années vues par une journaliste catholique, Paris, Desclée de Brouwer, 1998, 236 p. Correspondance avec l’auteur.

Hemmer (Bernadette), Mme Santiano. Secrétaire générale adjointe, responsable nationale administrative (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Hergott (Françoise). Membre de l’équipe nationale Aînées (1963-1964), responsable nationale Aînées (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Herland (Alice). Voir Marty.

Héroguel (Bernard). Membre de l’équipe nationale Cadets (1945-1946).

Hétroy (Henri). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1944-1945).

Hilaire (Yvette). Voir Cloarec.

Hoël (Marc). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1945-1946).

Ayant choisi de rejoindre la Compagnie de Jésus, il entre, en 1946, au séminaire des missions à La Croix (Aisne). En mai 1949, il est au séminaire des missions d’Yzeure. Il est aumônier de la JEC en Picardie. Il est père spirituel puis préfet au lycée de La Providence (Amiens) puis provincial de la France septentrionale, supérieur de la communauté du Centre Sèvres et instructeur du « troisième an ». Il est ensuite responsable du Centre culturel des Fontaines (Chantilly) puis assistant du Père provincial de France.

Source : En équipe, 15 octobre 1946. Collégiens et lycéens, mars 1946. Compagnie, n° 291, octobre 1995, p. 157-159.

Holtz (Jean-Michel). Membre de l’équipe nationale Aînés (1961-1962).

Hugodot (Michèle), Mme Dautresme. Membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957).

Hulin (Raymond). Membre de l’équipe nationale Prépa 1946-1947).

Huot (Denis). Responsable fédéral Secondaire à Paris et membre de l’équipe nationale Secondaire (1955-1956).

Il est diplômé de l’IEP de Paris en 1957.

Source : Archives de la JEC, BDIC.

Hyon (Bernard). Membre de l’équipe nationale Prépa (1960-1961), responsable national Prépa (1961-1962).

Il est élève en classe préparatoire scientifique puis intègre, en 1962, l’École supérieure des Travaux publics. Après son service militaire (effectué en Algérie, au titre de la coopération) en 1963-1964, il intègre le ministère de l’Industrie.

Source : Charles-Édouard Harang, Les Mouvements catholiques de jeunesse…, p. 548 et 815.

Idatte (Jean-Marie). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1950-1951).

Idiart (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale CEG et responsable nationale de la presse (1961-1962), membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Illiaquer (Raymonde), Mme Durand. Membre du Secrétariat parisien de la JECF-EPS (1941-1947).

Imbert (Françoise). Voir Garrigou-Lagrange.

Imbert (Geniès). Membre de l’équipe nationale Technique (1964-1965).

Isambert-Jamati (Viviane). Voir Jamati.

Isnard (Hélène). Militante à la JECF-Lycées-et-facultés à partir de 1941, responsable fédérale Universitaire, membre de l’équipe nationale Universitaire (1949-1951).

Née en 1925, elle est fille d’un vétérinaire et d’une enseignante. Elle est élève au lycée de jeunes filles d’Amiens avant de rejoindre la Faculté de droit de Paris, d’obtenir un certificat d’allemand et de finir ses études à Bonn. Elle devient secrétaire à la CECA puis administrateur-juriste au contentieux administratif à la CEE, à Bruxelles.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Ival (Claire), Mme Beauvillé. Militante à la JEC à partir de la 6e, responsable de son lycée, membre de l’équipe fédérale de Paris (1964-1966), membre de l’équipe fédérale Prépa de Paris (1966-décembre 1967), présidente de la JECF (1967-1969). Née en 1947, elle intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1966. Elle est certifiée de lettres et titulaire d’un DEA de sciences économiques. En 1972-1973, au Chili, elle est formatrice d’ouvriers d’entreprises nationalisées. De 1977 à 1989, elle est permanente au bureau d’études confédéral de la CFDT et, à ce titre, membre du Conseil économique et social et de la Commission des comptes de la nation. De 1989 à 1995, elle travaille à la représentation parisienne de la Commission européenne puis à la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale. De 2001 à sa retraite (2008), elle travaille au rectorat de Nice. Depuis 2003, elle est bénévole dans des associations en charge de l’hébergement et du logement, de la prévention et de l’insertion des jeunes.

Sources : Aristide, mai 1988. Correspondance avec l’auteur.

Jacolin (Édith), Mme Jean Metzger. Militante à la JECF à partir de la 3e, secrétaire fédérale de la JECF du Rhône (1961-1963), membre de l’équipe nationale Universitaire (1963-1965). Elle démissionne en 1965.

Née en 1941 à Lyon, elle y prépare une licence de géographie avant d’intégrer l’IEP de Paris. À Lyon, elle est chargée d’études au Centre d’études techniques de l’équipement de Lyon. Au sein de son ministère, elle anime, au niveau national, des groupes de travail relatifs à la sécurité routière et à la promotion de l’usage du vélo urbain. A partir de 1998, elle est chargée d’élaborer, au sein d’un autre groupe interministériel, un schéma national des Véloroutes/Voies vertes pour promouvoir l’usage du vélo/loisir/tourisme interurbain. Elle est membre du PSU (1967-1970), est élue au conseil, puis au bureau de l’Union départementale de la CFDT du Rhône (1974 à 1978). Dans le cadre d’une ONG, elle travaille avec des femmes de la banlieue de Dakar qui ont organisé des Caisses d’épargne de femmes et elle capitalise leur expérience (1991 à 1994). Retraitée, elle organise avec son mari, et en lien avec des comités d’entreprise, des voyages solidaires et équitables au Sénégal. Adhérente chez les Verts, elle se ressource, entre autres, au MCC. Elle a épousé Jean Metzger, secrétaire national de l’ACGE.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Jacquey (Bernadette), Mme Roy. Militante à la JECF à partir de 1953, membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Née en 1932 à Versailles, elle fait des études secondaires dans divers établissements et ses études supérieures d’abord à la Sorbonne puis à la faculté de médecine de Paris pour devenir externe des Hôpitaux de Paris en 1957 et présenter une thèse de doctorat en 1963. Devenue psychiatre, elle rejoint le corps des hôpitaux psychiatriques en 1974 et exerce en pédopsychiatrie, en tant que praticien hospitalier, jusqu’à sa retraite en 1997. Elle est membre des bureaux des associations Chrétiens en santé mentale et Évangile et modernité-49 (association fédérée aux réseaux des Parvis). Elle milite à l’association Solidarités nouvelles face au chômage et au sein des Cercles de silence.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Jacquinot (Pierre). Responsable national Technique-et-moderne (1944-1947).

Jamati (Viviane), Mme Isambert-Jamati. Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à Paris (1942-1946), membre du secrétariat général de la JECF-Classique-et-supérieur (1944-1946).

Née en 1924 à Paris, elle est la fille de Georges Jamati, Libanais issu d’une famille d’universitaires, chef de bureau à la direction de l’Enseignement supérieur du ministère de l’Instruction publique puis de l’Éducation nationale, dans les années 1930-1935. Bénévolement, il est trésorier de la Caisse nationale des sciences (l’un des éléments à l’origine du CNRS). Elle est élève aux lycées Fénelon puis Victor-Duruy, à Paris, obtient un DES en philosophie en Sorbonne. Elle devient sociologue au CNRS de 1947 à 1968, spécialiste du travail, notamment féminin, et de l’éducation. Elle présente une thèse d’État. Elle est enseignante à l’université Paris-V.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13 et 166-168. Éric Plaisance (dir.), Permanence et renouvellement en sociologie de l’éducation. Perspectives de recherche 1950- 1990. Actes du colloque international en hommage à Viviane Isambert-Jamati (1990), Paris, INRP-L’Harmattan-Université de Paris-V, 1992, 244 p. ; Rebecca Rogers, Marlaine Cacouault-Bitard, « Viviane Isambert-Jamati : Le féminisme est, pour moi, une sorte d’évidence », Travail, genre et sociétés, 2007, n° 18, p. 5-22.

Janin (Joël). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1962-1964).

Né en 1943, il vient de Lyon ; son père est professeur. Il intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1962. Il est recruté au CNRS, devient professeur d’université à partir de 1981 et termine sa carrière comme professeur de biophysique à Paris-XI. Il milite à la CFDT. Il préside l’association Rencontre et culture franco-asiatique (activités culturelles et sportives).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Janinet (Jean). Secrétaire fédéral de l’Ain, responsable national EPS pour la Zone non occupée (1940-1942).

Il est instituteur dans le département du Rhône.

Source : Messages aux militants de la JEC, février 1941 et mai 1942.

Janot (Jean-Louis). Responsable international de l’équipe nationale JEC à partir de 1952, membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1953), secrétaire général adjoint (1953-1956).

Jarrousse (Marie-Odile). Voir Got.

Jay (Jean). Militant à la JEC à partir de 1944, membre de l’équipe fédérale de Paris (1950-1953), secrétaire fédéral de Paris (1953-1954), membre de l’équipe nationale Secondaire (1952-1954).

Né en 1932, il fait ses classes préparatoires à Paris et intègre, en 1954, l’École supérieure d’aéronautique, dont il sort ingénieur civil.

Sources : Les Mal pensants, mars 1950. Message, octobre 1953.

Jeannelle (Bernadette). Membre de l’équipe nationale 6e-5e (1959-1960).

Née le 4 octobre 1938, elle est fille d’agriculteurs installés en Haute-Marne. Elle prépare une licence de lettres classiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Jekhowsky (Benjamin de). Responsable Prépa à Toulouse, responsable national Prépa.

Joly (Mireille). Membre de l’équipe nationale Aînées (1962-1963).

Jonas (Claude). Membre de l’équipe nationale Technique (1954-1955).

Jouanin (Jean-Louis). Militant à la JEC à partir de la 6e à Livry-Gargan, responsable de secteur (1960-61), responsable fédéral CEG en Seine-et-Oise (1961- 1964), membre de l’équipe nationale Jeunes (1964-65). Il démissionne en avril 1965. Né le 12 janvier 1945 à Mehun-sur-Yèvre (Cher), il est fils d’une aide-soignante. Il est élève au cours complémentaire de Livry-Gargan et obtient un BEP. Il est ensuite élève au lycée technique Diderot (Paris) où il obtient un diplôme de l’École nationale professionnelle puis un BTS Fabrications mécaniques. Il termine ses études à l’INSA de Lyon par l’obtention d’un diplôme d’ingénieur. Il est ingénieur au bureau Veritas puis responsable des services techniques à Black-et-Decker. Il est ensuite responsable de la coordination de l’ingénierie de formation à l’AFPA. A ce titre, il participe aux commissions professionnelles du ministère du Travail. Il a adhéré, en fin de carrière, à la CFDT.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Joubert (François). Responsable fédéral universitaire de Loire-Atlantique (1958- 1960), membre de l’équipe nationale Aînés (1960-1961).

Né en 1938, il est ingénieur, diplômé de l’École nationale supérieure de mécanique de Nantes.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Joubert (Jean-Louis). Membre de l’équipe nationale Sup-Technique (1960-1962). Frère du précédent.

Joutard (Philippe). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né en 1935 à Paris, il est fils du médecin-chef de la Caisse centrale de sécurité nationale. Il est élève à l’institution Saint-Louis-de-Gonzague puis au lycée Louis-le-Grand, à Paris, avant de rejoindre la Sorbonne. Il est agrégé d’histoire, docteur ès lettres. Il est professeur au lycée de Rabat (1957-1960), au lycée Thiers de Marseille (1962-1964), au lycée Mignet d’Aix-en-Provence (1964-1969), avant de rejoindre l’université de cette ville où il est successivement assistant en histoire (1969-1975), maître de conférences (1975-1977), professeur (1975-1989), directeur d’UFR (1976- 1979). Il est recteur de l’académie de Besançon (1989-1992), Toulouse (1992-1997), puis chargé de mission auprès du ministre de l’Éducation nationale (2000-2001).

Source : Who’s who.

Joyé (Michèle). Responsable nationale de la JECF-Moderne-et-technique (1949- 1951).

Judenne (Jean). Membre de l’équipe nationale Aînés (1958-1959), secrétaire général adjoint (1959-1960).

Julien (Claude). Militant à la JEC à partir de 1937, membre du secrétariat général de Lyon à partir de l’automne 1942 en tant que responsable EPS-Enseignement technique puis responsable Technique-Cours complémentaires (1943-1947), membre de l’équipe nationale en charge de l’édition et de la libraire (1944-1945), membre de la JECI à partir de 1946 (parti en 1946-1948 aux États-Unis pour y favoriser le lancement de la JEC).

Né en 1925 à Saint-Rome-de-Cernon (Aveyron), il est le fils du chef de gare (décédé en 1940). Il est élève à l’EPS de Castres. Il travaille à Castres après son brevet élémentaire et la mort de son père. Dès 1944, il lance à Castres le journal Debout. Il étudie à l’université Notre-Dame à South Bend (Indiana) en 1946-1948. Il est journaliste à La Vie catholique illustrée, rédacteur en chef de La Dépêche marocaine, à Tanger (1949-1951). Il rejoint Le Monde où il s’impose comme spécialiste de l’Amérique du Nord (1951-1959), puis chef adjoint du service étranger (1959-1969) puis chef du service étranger (1969-1971). Après une année sabbatique, il devient rédacteur en chef (1973-1981) puis directeur (1982-1990) du Monde diplomatique. Il fonde et préside le Cercle Condorcet en 1986. Il est président de la Ligue des droits de l’homme (1990-1998). Il décède en 2005. Il a épousé Jacqueline Tannery, ancienne secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur.

Sources : Messages aux militants de la JEC, édition de Lyon, décembre 1942. Sommets, novembre 1945. Collégiens et lycéens, octobre 1946. Recherches JEC, n° 28. Aristide, mai 1985. Le Monde, 9 mai 2005. La Croix, 9 mai 2005. Équipe nationale de la JEC.

Julien (Jacqueline). Voir Tannery.

Julien (Vincent). Militant à Brest (1969-1970), membre de l’équipe fédérale de Brest (1970-1971), membre de l’équipe nationale Aînés (1971-1972).

Né en 1953, neveu de Claude Julien, il prépare une licence de mathématiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Kalbfleisch (Jacques). Membre de l’équipe nationale Prépa (1949-1950). Il est élève à l’École polytechnique. Il décède en 1965.

Source : En équipe, 25 octobre 1949.

Kaya (Paul). Secrétaire fédéral de Clermont-Ferrand, membre de l’équipe nationale Secondaire (1955-1956).

Né en 1933 à Madigou (Congo), il est fils d’un mécanicien, conducteur de chemins de fer. Il fait ses études au collège Chaminade de Brazzaville, au collège moderne et technique de Dax, au lycée du Puy-en-Velay, au lycée Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand, au lycée Saint-Louis et à la faculté des sciences à Paris, puis au Centre d’études des programmes économiques à Paris. Il est ingénieur, attaché économique à l’ambassade du Congo à Paris en 1960, directeur du développement économique et social à l’OAMCE (1962), commissaire au Plan de la République du Congo-Brazzaville en 1963, directeur des études économiques et financières de la Présidence de la République du Congo-Brazzaville en 1963, ministre de l’Économie nationale, du Plan, des Travaux publics et des transports de la République du Congo-Brazzaville, consultant économique du Conseil de l’Entente en 1965, secrétaire administratif du Fond d’entraide et des emprunts du Conseil de l’Entente (1965- 1996), puis secrétaire général honoraire de ce conseil depuis 1996, ministre d’État, chargé de la programmation, de la privatisation et de la promotion de l’entreprise privée nationale en 1997-1999. Il a aussi été consultant à l’ONU (1968-1970) et membre de la commission pontificale pour la paix en 1970-1980.

Source : Who’s who.

Kemkémian (Geneviève). Voir Kobis.

Klein (Jean-Claude). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1964-1965). Il démissionne en avril 1965.

Kobis (Geneviève), Mme Kemkémian. Membre de l’équipe nationale Prépa de la JECF-Classique-et-supérieur, en charge des scientifiques (1946-1949).

Elle est élève à l’École normale supérieure (1946-1950) et titulaire de l’agrégation de sciences naturelles (1950).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Labarrère (André). Militant à la JEC au collège, responsable national adjoint Technique-et-moderne (1944-1948), responsable national (1948-1949).

Né le 12 janvier 1927 à Pau, il est fils d’un chauffeur de taxi et d’une crémière. Il fait ses études à l’école Henri-IV et au collège catholique Beau-Frêne de Pau, puis prépare le baccalauréat en auditeur libre au collège Saint-Louis-de-Gonzague à Paris en 1944-1945. Il étudie ensuite à la faculté des lettres de Paris et obtient un DES de lettres et l’agrégation d’histoire. Il est professeur au lycée de Digne (1956-1958), à la faculté des lettres et à la faculté des sciences de l’administration de l’université de Québec (1959-1966), professeur d’histoire de l’art à l’École des beaux-arts de Québec (1964-1966) et intervient à la télévision canadienne comme graphologue. Il est professeur au lycée Carnot à Paris (1968-1970) puis au lycée d’Auch (1970). Il est député socialiste des Pyrénées-Atlantiques en 1967-1968, puis en 1973-1981 et 1986-2003, conseiller général des Pyrénées-Atlantiques en 1967-1988, maire de Pau de 1971 à 2006. Il est membre (à partir de 1974) et président (1979-1981) du Conseil régional d’Aquitaine, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement de 1981 à 1986. Il décède en 2006.

Sources : Sommets, novembre 1945. Claude Perrotin, La passion d’un élu. Conversations avec André Labarrère, sénateur-maire de Pau, Urrugne, Pimientos, 2003, 223 p. Gracianne Hastoy, André Labarrère. Le parfum des capucines, Paris, Atlantica, 2006, 199 p. Who’s who. La Croix, 17 mai 2006.

Laborde (Albert). Secrétaire fédéral de Toulouse, membre de l’équipe nationale Jeunes (1955-1956), responsable national Jeunes (1956-1957). Il démissionne en mai 1957 et s’investit dans la JECI.

Laborie (Marie-Esther), Mme Michel Deroche. Militante à partir de 1952, membre de l’équipe fédérale Prépa (1954-1955) puis Technique (1956-1957) à Bordeaux, responsable nationale Technique (1957-1959), membre de la JECI (1959- 1961).

Née en 1936 à Estillac (Corrèze), elle est fille d’agriculteurs. Elle fait ses études en école privée à Beaulieu, à Brive-la-Gaillarde, puis au lycée de garçons de cette ville pour ses mathématiques élémentaires, et enfin au lycée Mondenard (Bordeaux). Elle passe une licence en sciences naturelles aux universités de Bordeaux puis de Paris. Elle entre à l’INRA en 1961, comme agent contractuel scientifique, puis passe les concours d’assistant (1962), de chargé de recherche (1965) et de maître de recherche (1975), poste finalement transformé en directeur de recherche de deuxième classe. Elle soutient une thèse de troisième cycle en 1964 et une thèse d’État en 1969. Elle prend sa retraite en 1996. Elle milite à la CFDT, est secrétaire de l’Association pour le développement des activités sociales à l’INRA. Elle a également assuré la catéchèse, milité au CCFD et dans des associations d’aide aux chômeurs ou de promotion du commerce équitable. Elle a épousé Michel Deroche, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Sources : Supplément aux Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 14-19. Correspondance avec l’auteur.

Lacaille (René). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Lachambre (Michel). Militant à la JEC à partir de 1955, membre de l’équipe fédérale de Cambrai (1956-1958), membre de l’équipe fédérale Technique à Paris (1960-1961), membre de l’équipe nationale Technique (1961-1963), membre du secrétariat de la JECI (1963-1964).

Né en 1940, il est issu de l’union d’un exploitant-forestier et d’une agricultrice. Il est élève au lycée Jessé-de-Forest à Avesnes-sur-Helpe (Nord), à l’École supérieure des Travaux publics, puis est étudiant successivement à l’IRFED, à l’Institut d’urbanisme de Paris et à l’Institut de construction et d’habitation. Il travaille dans le logement social de 1965 à 2001, est secrétaire général du réseau Habitat et francophonie (1993-2007). Il est, depuis 2001, administrateur d’un office public de l’habitat de l’Ouest parisien. Il contracte de nombreux engagements militants : à la CFDT, à Objectif 72, au Parti socialiste, à ATD-Quart Monde, Vie nouvelle, Économie et Humanisme et ADELS. Il est membre de la fraternité laïque Charles de Foucauld. Il milite au MCC depuis 2007.

Sources : Charles-Édouard Harang, Les mouvements catholiques de jeunesse…, p. 814 et p. 874. Correspondance avec l’auteur.

Lacoume (Jean-Louis). Membre de l’équipe nationale Prépa (1960-1962).

Lafargue (Françoise). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1954-1955).

La Fournière (Michel de). Membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1952), responsable national Cadets (1952-1954), membre de l’équipe nationale Universitaire (1954-1955).

Né le 6 janvier 1933 à Paris, il perd son père à la guerre en 1940. Il fait ses études aux lycées Buffon et Louis-le-Grand (Paris), puis à la Sorbonne et obtient l’agrégation d’histoire en 1959. Il est membre du bureau et président (1956-1958) de l’UNEF. Il enseigne au Mans, puis durant quatre ans à Rabat. En 1965, sur sa demande, il est nommé professeur à l’école normale d’instituteurs d’Orléans. Il adhère au PSU, dès sa fondation en 1960, et le représente aux élections législatives de 1968, puis aux cantonales de 1970 (Orléans-Sud) et aux municipales de 1971, à Orléans. Il rejoint le Parti socialiste en 1974. Il devient membre de son comité directeur en 1975. En 1981, il devient conseiller technique au cabinet de Jean-Pierre Cot, ministre de la Coopération. Puis il est chargé de mission auprès du ministre de l’Agriculture (1982-1983). Au sein du PS, il assure les fonctions de secrétaire national chargé des droits de l’homme (1981-1984). Il est élu conseiller général du Loiret en 1982 et conseiller municipal d’Orléans à partir de 1983. En 1984, il est nommé conseiller culturel, directeur de la coopération à Alger. En 1986, il est nommé ambassadeur de France en Haïti. Il est mort à Orléans le 4 septembre 1988.

Source : Michel de La Fournière, Écrits, Orléans, 1991, 223 p. Who’s who.

Laharie (Raymond). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1961-1962).

Lajoie (Pierre). Membre de l’équipe nationale Cadets (1945-1946).

Lajus (Michel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Né en 1928 à Libourne, il est fils d’un comptable. Il fait ses études au collège de Libourne puis au lycée Michel-Montaigne et à la faculté de droit de Bordeaux. Il est diplômé de l’École nationale de la France d’Outre-mer. Il est administrateur de la France d’Outre-mer en Haute-Volta en 1952-1958, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur de Haute-Volta et conseiller technique du président du Conseil du gouvernement en 1958-1959, ministre d’État de la République de Haute-Volta en 1959-1960, inspecteur des affaires administratives de Haute-Volta au titre de la Coopération en 1961, administrateur des Affaires d’Outre-mer dans le condominium des Nouvelles-Hébrides (1962-1967), sous-préfet, directeur de cabinet du préfet du Var en 1968-1970, sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne en 1970-1973, secrétaire général de La Martinique en 1973-1976, secrétaire général de l’Isère en 1976-1980, sous-préfet du Havre (1980-1984), préfet de la Haute-Loire (1984-1985), préfet hors cadre (1985), secrétaire général du Comité interministériel de la sécurité nucléaire (1985-1986), préfet des Vosges (1986-1987) et du Cher (de 1987 à sa retraite en 1990).

Sources : Jean Clauzel, La France d’outre-mer (1930-1960) : témoignages d’administrateurs et de magistrats, Paris, Karthala, 2003, 878 p. Who’s who.

Lamy (Jean-Paul). Secrétaire fédéral de Saône-et-Loire, membre de l’équipe nationale Technique (1968-1969), responsable de la région Auvergne (1969-1970).

Il vient de l’Yonne, est fils d’un principal de collège. Il est élève au collège d’Autun, avant d’entrer au grand séminaire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Landés (Jean). Responsable national Technique-Cours complémentaires (1949- 1950), secrétaire général (1950-1951).

Il est élève au Conservatoire national des Arts et métiers puis entre à l’École supérieure d’électricité en 1952.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Landy (Paule). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Lang (Marcel). Responsable national EPS-Enseignement technique pour la Zone occupée (1942-1943), membre de l’équipe nationale EPS (1943-1944).

Languinier (Noëlle). Elle entre en 1945 à la JECF-École libre, responsable diocésaine (1948-1950), responsable régionale (1951-1952), membre de l’équipe nationale (1953-1954).

Elle naît en 1928. Elle fait ses études secondaires à Notre-Dame-des-Victoires à Voiron (Isère) puis fait des études d’assistante sociale à Lyon, de 1954 à 1957. Elle exerce cette profession en Haute-Savoie jusqu’en 1961. Elle est enseignante (1961- 1969) puis directrice (1969-1992) de l’école Rockefeller à Lyon (école d’infirmières et assistantes sociales). Durant cette dernière période et pendant sa retraite, elle est administrateur de plusieurs associations d’action sanitaire et sociale. Elle milite à l’Action catholique des milieux sanitaires et sociaux qu’elle a contribué à fonder durant ses études d’assistante sociale. Elle milite à la CFDT jusqu’en 1969.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Lantenois (Lucile). Secrétaire générale de la JECF-Moderne-et-technique (1944- 1953).

Laporte (Marie-José). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1960-1961), responsable nationale Technique-sup (1961-1962), secrétaire générale adjointe (1962-1963).

Née le 1er avril 1940 à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde), elle est conseillère agricole en Afrique noire durant six ans, puis trois ans à la chambre d’agriculture du Finistère et monitrice d’enseignement supérieur.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Laroche (Antoine). Responsable national Prépa (1943-1944).

Lassartesses (Juliette). Membre de l’équipe nationale de la JECF-EPS pour la Zone non occupée, membre de l’équipe nationale de la JECF-Moderne-et-technique (1944-1945).

Lassier (Suzanne). Secrétaire générale et responsable Universitaire de la JECF-Lycées-et-collèges (1936-1940).

Latreille (François). Militant de la JEC à partir de 1950, responsable fédéral Secondaire (1954-1957), membre de l’équipe nationale Prépa (1957-1958), responsable national Prépa (1958-1959).

Né en 1939, il est fils d’un professeur d’université. Il est élève au lycée Ampère, à Lyon, jusqu’aux classes préparatoires, puis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1957-1960). Il est agrégé de mathématiques. Il est professeur à Saint-Étienne puis maître-assistant, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille de 1960 à 2002. Il milite au SGEN-CFDT.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Latreille (Geneviève). Militante à la JECF-Lycées-et-facultés à partir de 1940, responsable fédérale Jeunes à Lyon (1948-1950), membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951), secrétaire générale de la JECF (1951-1953).

Née le 26 mai 1929 à Lyon, elle est sœur du précédent. Elle est élève au lycée de Poitiers. Elle obtient une double licence (lettres-droit) à l’université de Lyon en 1948, puis un DESS d’économie politique. Elle est élève à l’Institut national d’orientation professionnelle à Paris (1950-1952). Elle devient conseillère d’orientation professionnelle à Valence (Drôme) de 1952 à 1960. Un séjour d’un an aux États-Unis lui permet de rencontrer Carl Rogers. Elle est formatrice à l’Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle (1962-1964) et soutient sa thèse de troisième cycle en 1965 à la Sorbonne. Elle est assistante en psychologie sociale à l’université de Lyon à partir de 1964 et y fait sa carrière jusqu’à la vice-présidence de l’université. En 1973, elle convainc le ministère de créer des services d’orientation dans les universités et crée dans son université une cellule d’accueil, d’information et d’orientation (CELAIO, futurs services universitaires d’orientation et d’insertion professionnelle). Elle soutient une thèse d’État en Sorbonne en 1979. Elle est militante à la FEN un an, puis rejoint le SGEN, où elle milite (avec Jean Heudier et Hélène Angeville) en faveur de l’orientation scolaire et professionnelle. Elle est membre du PSA puis du PSU puis du PS. Elle est membre de la Paroisse universitaire. Elle décède à Neuville-sur-Saône (Rhône), le 11 août 1982.

Sources : MRS, décembre 1950. Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Archives de la JECI, BDIC.

Laurénie (Geneviève). Voir Brégeas (de).

Laurens (Geneviève), Mme Jean Favrot. Membre de l’équipe nationale Universitaire (1959-1960), responsable nationale Universitaire (1960-1961).

Née en 1938, elle vient de Gironde, pour une licence de psychologie à Paris. Elle a épousé Jean Favrot, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Laurent (J.). Membre de la commission Secondaire (1935-1936).

Lausenaz (Marie-Louise). Membre de l’équipe nationale Aînées (1958-1960), déléguée Rallye-Jeunesse (1961-1963).

Née le 8 mai 1941, elle vient de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), où son père est jardinier.

Sources : Jeunes, décembre 1962. Clairjoie, août-septembre 1962.

Lauzur (Janine). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Lavaud (Simone). Militante à la JECF-École libre à partir de 1943, membre de l’équipe nationale de la JECF (1950-1954).

Laville (Philippe). Entré à la JEC en 1940, membre de l’équipe fédérale Secondaire de Paris (1948-1949), membre de l’Équipe nationale Prépa (1951-1952), membre (1951-1952) puis responsable national (1952-1953) de l’équipe nationale Grandes Écoles.

Né en 1930, il est fils d’un patron de PME, qui avait été auparavant agriculteur puis comptable. Il est élève au lycée Voltaire (Paris) avant de suivre ses classes préparatoires au lycée Louis-le-Grand (Paris) en 1948-1951 et à l’École centrale (1951-1954). Il effectue ensuite son service militaire en Algérie, de 1954 à 1957. Il est ingénieur de fabrication puis méthodes dans le groupe de la Compagnie générale de TSF de 1957 à 1961, puis économiste à la Société d’économie et de mathématiques appliquées de 1962 à 1973 et, à ce titre, détaché en coopération à Madagascar de 1964 à 1966, ingénieur à la RATP, détaché à la Société française d’études et de réalisations de transports urbains puis au Commissariat général au Plan. Il prend se retraite en 1993. Il milite au MCC et à l’ACI, au Parti socialiste et à la Ligue contre la violence routière, qu’il préside de 1998 à 2002. Il a été conseiller municipal de 1977 à 1981.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Le Balle (Yves). Membre de l’équipe nationale Cadets (1949-1950).

Le Bideau (Claude). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1958-1960).

Née le 12 mars 1938, elle vient des Alpes-Maritimes. Son père est officier. Elle fait ses études à l’Institut psychopédagogique de Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Leblanc (Philippe). Membre de l’équipe fédérale du Pas-de-Calais (1964-65), secrétaire fédéral adjoint (1965-66), membre de l’équipe nationale Aînés (1967-68). Il vient de Saint-Martin-au-Laert (Pas-de-Calais) et est élève à l’Institut catholique des Arts et métiers de Lille.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Lebon (Madeleine), Mme Cabannes. Militante à la JECF en 1935, membre de l’équipe nationale (1943-1948).

Lebourgeois (Philippe). Secrétaire fédéral de l’Allier, membre de l’équipe nationale Technique-supérieur-IUT (1967-1968).

Lebreton (Nicole), Mme Pierre Dhonte. Membre de l’équipe fédérale du Havre, membre de l’équipe nationale Aînées (1965-1967).

Elle grandit au Havre où son père est libraire. Après des études d’histoire et de sociologie, elle devient journaliste aux publications de La Vie catholique, puis traductrice à la Banque mondiale. Elle a épousé Pierre Dhonte, ancien membre de l’équipe nationale Aînés.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Le Clerc (Antoine). Militant à la JEC à partir de 1939-1940, responsable national Secondaire Libre en Zone occupée (1942-1943), responsable Secondaire Libre (1943-1944), membre de l’équipe nationale Secondaire Libre (1944-1945), responsable national Secondaire Libre (1945-1946).

Né en 1924, il est fils d’un directeur d’entreprise textile à Amiens. Il est élève au collège jésuite La Providence à Amiens, avant de passer une licence de droit et une licence de lettres et d’être diplômé de l’IEP en 1945. Il est membre du secrétariat général du MRP de février 1947 jusqu’en 1951, puis travaille à la Caisse centrale de coopération économique (future Agence française pour le développement). En 1959, il est détaché à la direction financière du Bureau de recherches géologiques et minières. Il est détaché à la Banque mondiale en 1962-1966, avant de revenir à la Caisse centrale de coopération économique.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Leclère (Jean-Pierre). Responsable administratif de la Seine (1959-1960), secrétaire général adjoint (1963-1965).

Né en 1942, il fait ses études secondaires au lycée Henri-IV (Paris), puis sa propédeutique en lettres en 1959-1960 à la Sorbonne. Il est entré chez les Pères blancs en Bretagne, mais en ressort rapidement pour suivre des études de psychologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Leclercq (Christine), Mme Mario Seeboth. Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1971).

Elle vient de Rosendael (Nord) et entre en 1969 à l’École normale supérieure de Sèvres en section histoire. Elle est professeur certifiée d’histoire-géographie.

Source : Spécial Prépa, n° 8, novembre 1970.

Lecoeffier (Denise). Membre de l’équipe nationale Cadets (1946-1947).

Lecomte (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1942, responsable d’équipe (1943- 1946), responsable de secteur (1946-1948), responsable national Grandes Écoles (1948-1949).

Né en 1925, il est fils d’un employé. Il est élève au lycée de Lille puis à l’École polytechnique puis à l’École d’aéronautique. Il est ingénieur de l’Air, ingénieur puis directeur technique à l’Aérospatiale. Il milite au MCC.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Messages aux militants de la JEC, novembre 1948. Correspondance avec l’auteur.

Leconte (Thérèse), Mme Henri Nallet. Militante à la JECF à partir de 1954, membre de l’équipe nationale Aînées et secrétaire générale adjointe (1959-1960), responsable nationale Aînées (1960-1961), secrétaire générale adjointe (1961-1962), déléguée au Cri (1962-1963), rédactrice en chef du Cri (1964-1965) jusqu’à sa démission en juillet 1965.

Née le 29 janvier 1939 de parents cultivateurs, elle vient de la Manche. Elle fait des études de droit avant de devenir rédactrice en chef puis directrice de Croissance des Jeunes nations. Elle occupe ensuite plusieurs fonctions de responsabilité dans le secteur international du Crédit agricole. Elle a épousé Henri Nallet, ancien secrétaire général de la JEC.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Correspondance avec l’auteur.

Le Coz (Henri). Responsable administratif de la fédération de Paris (1949-1950), membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-1950), membre de l’équipe fédérale Universitaire de Paris (1950-51) et de l’équipe nationale Universitaire (1952-53).

Leduc (Janine). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1949-1950).

Lefebvre (Alain). Membre de l’équipe fédérale Cadets de Paris (1959-1961), membre de l’équipe nationale Universitaire (1961-1963).

Né en 1941, il est diplômé en sciences politiques en 1962.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Lefebvre (Renée), Mme Grignon. Militante à la JECF-EPS à partir de 1933, responsable de groupe, responsable fédérale, membre de l’équipe nationale de la JECF-Moderne-et-technique (1942-1945).

Née en 1921, elle est fille d’un entrepreneur en bâtiment. Elle est élève en cours complémentaire. Elle milite à l’UFCS.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF. Archives de la JECI, BDIC.

Lefèvre (Jean-Louis). Membre de l’équipe nationale Cadets (1958-1959).

Lefort (Colette). Voir Cornuau.

Lefort (Philippe). Secrétaire fédéral de Rouen, responsable fédéral Cadets à Lille, membre de l’équipe nationale Jeunes (1953-1956).

Né en 1932, il est élève à l’Institut industriel du Nord et passe une licence de sciences. Il est ingénieur. Il a épousé Colette Cornuau, ancienne membre de l’équipe nationale Aînées.

Sources : MRK, octobre 1954. Message, octobre 1956.

Legrand (Patrice). Responsable administratif de la fédération de Haute-Vienne (1964-1965), trésorier de l’équipe nationale (1967-1968).

Né le 2 juin 1948 à Levallois-Perret, il est fils d’un chirurgien. Il est élève au lycée Gay-Lussac à Limoges, passe un DES en droit public et sciences économiques à Paris-I, est élève à l’IEP de Paris et à l’École nationale d’administration en 1974- 1976. Il est responsable de division à la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés en 1976-1980, administrateur civil à la direction du budget au ministère de l’Économie et au ministère du Budget en 1980-1983, chargé de la sous-direction (1983-1984) puis sous-directeur (1984-1989) au ministère des Affaires sociales, directeur de la caisse autonome nationale de la Sécurité sociale dans les mines (1989-2000), directeur de l’agence régionale de l’hospitalisation du Centre depuis 2000.

Source : Who’s who.

Le Guével (Annie). Voir Bouler.

Le Guével (Peter). Membre de l’équipe fédérale du Finistère (1969-1971), président de la JEC (1971-1973), membre de l’équipe nationale (1973-1974).

Né en 1953, à Brest, dans une famille ouvrière, il fait ses études secondaires au lycée de l’Harteloire et s’y investit dans la création d’un comité lycéen. Il fait ensuite des études de mathématiques. Il épouse Annie Bouler, membre de l’équipe nationale Ado. Il est professeur de mathématiques d’abord dans l’enseignement privé (au lycée Saint-Gabriel de Pont-l’Abbé, au lycée Saint-Joseph de Landivisiau puis à Machecoul, à l’école technique de La Salle à Nantes), puis dans l’enseignement public (à Ingrandes, La Montagne et Nantes). Il milite à la CFDT et dans des communautés de base entre 1979 et 1992.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Le Guirriec (Annick). Membre de l’Équipe nationale (1974-1976).

Lehalle (Pierre). Membre de l’équipe nationale Prépa (1964-1965), représentant de la JEC et de la JECF à l’OPRAE (1965-1966).

Lelong (Bernadette). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1961-1962).

Lelong (Christian). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1956).

Lemaignan (Michel). Militant à la JEC à partir de 1935 environ, membre de l’équipe fédérale Bordeaux (qu’il contribue à créer avec Jean Dabezies et Roger Tandonnet), responsable national Prépa pour la Zone non occupée (mai 1940-1942). Né en 1921, il est fils d’un ingénieur des Ponts et chaussées. Il est élève au collège libre Grand-Lebrun (Bordeaux), puis en classes préparatoires au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux). Il est ensuite élève à l’École polytechnique (1940-1942) et passe une licence de droit. Il est officier d’active (1942-1948). Il assure la direction de plusieurs entreprises (1948-1958) puis est ingénieur pétrolier pour le groupe Total (1958-1982). Il milite aux Équipes Notre-Dame (1955-1985).

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941. Entretien avec l’auteur.

Lemaire (Jean-Claude). Membre de l’équipe nationale Cadets (1949-1950).

Le Moigne (Jean-Louis). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953), secrétaire général adjoint (1954-1956).

Né le 22 mars 1931 à Casablanca (Maroc), il est fils d’un ingénieur. La famille s’installe en 1933 à Paris où il est scolarisé à l’école communale puis au lycée Chaptal, avant de rejoindre l’École centrale (Paris) de 1952 à 1956, pour en sortir ingénieur. Après son service militaire en Algérie (octobre 1958-février 1959), il est ingénieur dans le groupe Shell France (1959-1971), est diplômé de l’ITP Harvard Business School et Sloan School of Management MIT (1970-1971). Il est professeur (1971-1997), puis professeur émérite de l’université d’Aix-Marseille-III. Il est cofondateur, en 1975, puis directeur (1988-1997) du Groupe de recherche sur l’adaptation, la systémique et la complexité économique, associé au CNRS. Il participe à l’association européenne du programme Modélisation de la complexité, réseau Intelligence de la complexité.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Lemoine (L.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1955-1956).

Lemoine (Paul). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1952-1954).

Leninger (Cécile). Membre de l’équipe nationale Technique (1960-1961).

Lentaigne (Marie-Geneviève). Membre de l’équipe nationale Aînés (1970-1971). Le Ny (Renée). Membre de l’équipe nationale CEG (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Le Poulichet (Gérard). Membre de l’équipe nationale Technique (1962-1963).

Leprince-Ringuet (Bernadette). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1954- 1955).

Lereboullet (Christiane), Mme Gérard Naud. Membre de l’équipe nationale Universitaire (1959-1960).

Née le 3 octobre 1937 à Boulogne-Billancourt, elle est fille de médecin. Après deux ans de préparation au lycée Henri-IV à Paris, elle intègre l’École des chartes en 1956 et en sort en 1960. Nommée conservateur, elle exerce successivement aux archives du département de la Seine et de la ville de Paris (1960), aux archives départementales de la Sarthe (1965) et aux Archives nationales (1983). Elle prend sa retraite en 1995. Elle s’engage à partir de 1960 dans une équipe d’ACI puis, avec son mari (également conservateur d’archives), milite au MCC, de 1984 à 2000. Tous deux sont membres des fraternités séculières Charles de Foucauld.

Sources : Livret de l’École des chartes, Paris, 2010, p. 294. Entretien avec l’auteur.

Le Roy (Gisèle). Membre de l’équipe nationale Brevet Technique Ménager (1954- 1955).

Leroy (Roger). Membre de l’équipe nationale Prépa (1954-1956), membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Lesaffre (Clémence), Mme Sevin. Militante à la JECF-École libre à partir de 1942, secrétaire diocésaine de Lille, secrétaire générale de la JECF-École libre (1949- 1950), secrétaire générale de la JECF (1950-1951), secrétaire générale adjointe (1952-1954).

Née le 19 novembre 1925, elle fait ses études secondaires en établissement privé à Lille avant d’entamer une licence d’anglais à l’Institut catholique de Lille puis d’étudier à l’Institut d’études hispaniques à Paris. Elle a été secrétaire des pères Gobel puis Wenger, rédacteurs en chef de La Croix. Elle milite à ATD-Quart-Monde.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Correspondance avec l’auteur.

Lespinard (Georges). Membre de l’équipe nationale (1958-1959).

Lestavel (Jean). Responsable national Petits Séminaires (1946-1947).

Né en 1930, il est diplômé en lettres et en philosophie. Il est permanent puis responsable national de Vie nouvelle (1954-1971).

Le Strat (Pierre). Responsable fédéral Aînés du Morbihan (1959-1960), secrétaire fédéral du Morbihan (1960-1961), responsable régional de l’Ouest en 1962, membre de l’équipe nationale Jeunes CEG (1963-1964), secrétaire général (1964-1965). Il démissionne en avril 1965.

Né en 1942, il est orphelin de père et mère et grandit dans une famille de cultivateurs du Morbihan. Il fait ses études secondaires à l’institution Saint-Louis de Lorient puis au lycée de Rennes, avant d’intégrer, en 1963, l’École nationale supérieure d’agronomie de Grignon.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Lesueur (Jean). Responsable national Secondaire en charge de l’Enseignement libre (1940-1041).

Le Treust (Joëlle), Mme Barre. Membre de l’équipe nationale Secondaire (1955- 1956), responsable nationale Aînées (1956-1957).

Levasseur (Gérard). Membre de l’équipe nationale Technique-supérieur-IUT (1966-1967).

Il est élève en électrotechnique à l’École nationale de radiotechnique et d’électricité appliquée à Clichy.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Lhotellier (Auguste). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1953). Liénard (Bernadette). Voir Grandjean.

Lieutaud (Odette). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1946-1947).

Liot (François). Militant à la JEC à partir de la 4e, secrétaire fédéral de Rouen (1944-1948), responsable de la province de Rouen (1945-1948), membre de l’équipe nationale Cadets (1947-1948), secrétaire général (1948-1950). De 1950 à 1952, il a le titre de Président.

Né en 1926 à Rouen, il y fait ses études secondaires avant une hypokhâgne à Henri-IV (Paris). Il poursuit à la faculté de médecine de Rouen et, à partir de 1952, est interne et externe aux Hôpitaux de Paris pour devenir docteur en 1957, maître de conférences agrégé de physiologie et exploration fonctionnelle à l’hôpital Cochin en 1966, chef du service d’exploration fonctionnelle (physiologie) à l’hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-sur-Seine en 1977, professeur sans chaire en 1979 puis professeur des universités en 1985. Il est secrétaire général adjoint du SNES-Sup., membre du PSU et vice-président puis secrétaire général de l’Association franco-chinoise pour la recherche scientifique et technique. Il décède en 2001.

Sources diverses.

Lippens (Philippe). Militant à la JEC à partir de 1955, responsable fédéral Prépa et Universitaire des Alpes-Maritimes (1960-1962), membre de l’équipe nationale Jeunes (1962-1963), membre du secrétariat de la JECE (1963-65).

Né en 1942, il est fils d’un agent d’assurances. Il est scolarisé au lycée Masséna à Nice puis étudiant en droit jusqu’au DES obtenu en 1965. Il milite au GITSI et à ATTAC.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Lochet (Guy). Membre de l’équipe nationale Technique (1953-1954).

Lombard (Jacques). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1961-1962), responsable national Aînés (1962-1963).

Né vers 1939 à Marseille, il est élève à l’École nationale des Ponts et chaussées et à l’École polytechnique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Loscul (Gabriel). Militant à la JEC à partir de 1945, membre de l’équipe nationale Aînés-Technique (1957-1958).

Né en 1933, il est fils d’un ingénieur. Il est élève à l’établissement Saint-Adjutor, à Vernon, puis ingénieur à l’Aérospatiale et à PSA. Il est investi au CPM et au MCC. Il est également chef de chœur liturgiste.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Louchet (Sylvain). Membre de l’équipe nationale Technique (1964-1965).

Louis (Pierre). Membre de l’équipe nationale Technique (1954-1956).

Lurol (Gérard). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1964-1965). Il part en cours d’année.

Il vient de Saint-Étienne, suit une licence de psychologie en 1964-1965, obtient un doctorat de philosophie à Paris-X-Nanterre et un autre en théologie à l’Institut catholique de Paris. Il enseigne à l’Institut catholique de Paris.

Sources diverses.

Magne (Robert). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1945-1946).

Magnien (Régine). Membre de l’équipe nationale Technique (1963-1964).

Mahieux (François). Membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1970).

Né le 8 janvier 1948, il est élève à l’École polytechnique (1967-1970) puis à l’École nationale supérieure des télécommunications (1970-1972). Il est producteur au service de la Recherche à l’ORTF (1972-1974), chargé de mission au Secrétariat général du groupe central des villes nouvelles (1974-1975), chef du département de la Formation professionnelle de l’Institut national de l’audiovisuel (1975-1980) et conseiller technique au cabinet de Norbert Ségard, ministre chargé des nouvelles technologies (1979-1980). Il est conseiller du président puis secrétaire général de l’Agence de l’informatique (1983-1987) et président de la commission d’aide aux industries techniques du cinéma (1983-1990). Il est directeur de l’association de préfiguration et conseiller du président de la société Tête Défense [chargée de la construction de l’Arche de la Défense] (1983-1987), directeur des réseaux à Communication et développement (filiale de la Caisse des dépôts et consignations) (1987-1989), directeur du CSA, chargé des radios et des affaires techniques (1989- 1991) et conseiller particulier du président du CSA (1991-1993), directeur financier, administratif et des moyens du groupe Institut de gestion sociale (IGS, formations et apprentissages) (1991-1993), directeur du secrétariat permanent de l’Union nationale des associations familiales (1994-1999), directeur de cabinet du président de la RATP (1999-2001), directeur de la délégation générale RATP.net (2001-2004), chargé de mission auprès du directeur général d’IGS et auprès du délégué général du groupe Médéric (2004-2005). Après avoir été conseiller particulier du directeur général du CNED (1993-1997), il est directeur de la formation à la direction générale (2005) et directeur de cabinet du recteur-directeur général (2005-2008). Depuis 2009, il est chargé de mission auprès du directeur général délégué pour le développement du e-learning du groupe IGS. Il a également été administrateur de la Société des lecteurs du Monde (2004-2008).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Maigret (Chantal). Responsable nationale Jeunes (1957-1958).

Maillard (Jean-Pierre). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1962-1963). Il vient d’Angers et est étudiant à l’École supérieure d’optique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Mainguy (Maurice). Membre du secrétariat général (1935-1936).

Malassigné (Louis). Fondateur d’une section JEC au lycée de Tours (1930), d’une autre en EPS (1931) et du secrétariat fédéral de Tours (1931) dont il est le secrétaire fédéral, membre de l’équipe nationale (1932-1933).

Il est élève en mathématiques spéciales au lycée Descartes (Tours). De 1932 à 1935, il étudie la biologie à Paris et est admis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm à la veille de son décès, en 1935.

Source : L’appel de la JEC, octobre 1935.

Mandouze (André). Militant à la JEC à partir de 1934, responsable national Universitaire (1937-39).

Né le 10 juin 1916 à Bordeaux, il est fils d’un employé d’une maison de commerce de vins. Il est élève à l’école communale Montgolfier (Bordeaux), puis au lycée Longchamps (annexe du lycée Victor-Hugo, à Bordeaux). Après son baccalauréat (1934), il est élève en classe préparatoire littéraire et prépare une licence de lettres classiques à Bordeaux (1934-1936). Puis il est élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (1937-1939) et obtient l’agrégation de lettres classiques en 1939. En 1939-1940 il est mobilisé. Il est ensuite professeur aux lycées de Bourg-en-Bresse (1940-1941) puis de Toulon (1941-1942). Puis il est assistant de latin à la faculté des lettres de Lyon (1942-1944), assistant de latin à la faculté des lettres de Paris (1944- 1945). Durant la guerre, il collabore aux Cahiers de notre jeunesse, revue portée par l’ACJF de juin 1941 à son interdiction en juin 1943. Il en prend la direction après le départ d’Albert Gortais. Il participe également aux Cahiers du Témoignage chrétien et devient rédacteur en chef des Courriers du Témoignage chrétien puis de Témoignage chrétien jusqu’à l’automne 1945. Il est ensuite chargé d’enseignement de latin à la faculté des lettres d’Alger (1946-1956). Il participe à l’Union des chrétiens progressistes (1948-1950). Tôt engagé en faveur de l’indépendance algérienne, il préside le comité d’action des intellectuels algériens pour la liberté et la démocratie. Il préside le comité directeur de Consciences algériennes (1950) puis celui de Consciences maghrébines (1954). Il est chargé d’enseignement à la faculté des lettres de Strasbourg (1956-1963), directeur de l’enseignement supérieur en Algérie (1963), maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines d’Alger (1964-1968). Lors de la soutenance de sa thèse de doctorat, consacrée à saint Augustin, à la Sorbonne, Henri-Irénée Marrou préside le jury. Il est maître de conférences (1968-1970) puis professeur (1970-1985) à la Sorbonne, membre du comité national d’évaluation des universités (1985-1989). Il codirige l’Histoire des saints et de la sainteté chrétienne. Il meurt le 5 juin 2006.

Sources : André Mandouze, Mémoires d’Outre-siècle, Paris, Viviane Hamy, 1998-2003 ; et Un chrétien dans son siècle : de Résistance en résistances, Paris, Karthala, 2007, 376 p.

Mangenot (Michel). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1948-1949).

Né en 1929 à Lille, il est fils d’un agent de maîtrise. Il fait ses études au collège Saint-Pierre à Lille, aux facultés de droit et de lettres de Paris et à l’IEP de Paris, puis à l’École nationale d’administration en 1953-1955. Il est administrateur civil (1955- 1958), chef du bureau Organisation et méthode (1958-1960), chef du bureau des affaires générales à la direction du personnel de l’administration générale (1960- 1966), sous-directeur du personnel en 1966-1970, au secrétariat général de l’aviation civile, inspecteur général de l’aviation civile à partir de 1973, directeur du personnel de l’administration générale au ministère des Transports (1974-1978), trésorier-payeur général des Landes (1978-1981), de la Guadeloupe (1982-1986). Il décède le 20 juillet 1994.

Source : Who’s who.

Manuel (Maurice). Militant à la JEC à partir de 1939 environ, responsable Cadets du lycée Edmond-Perrier à Tulle (1942-1945), responsable Prépa HEC à l’école Frilley (Paris) puis à HEC (1945-1947), membre de l’équipe nationale Prépa (1946- 1947).

Né en 1926 à Toulouse, il est fils d’un employé au Crédit lyonnais qui assurera finalement la gestion et la comptabilité d’un groupe immobilier. Il est élève aux lycées de Tarbes puis de Tulle avant d’intégrer l’école Frilley (1945-1946) puis HEC (1946-1949). Il travaille ensuite chez Klein (fabriquant de pianos), à Montreuil (1951-1956) puis à la CFAO (1956-1975), en France et en Afrique de l’Ouest). Depuis 1956, il participe à la paroisse du Rosaire, à la communauté catholique des anciens d’HEC.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Maquet (Denise). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-1951). Elle est élève à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses.

Source : MRS, décembre 1950.

Marchal (Hubert). Militant à partir de la 4e à la JEC, responsable Cadets du lycée Montaigne (Paris) (1947-1949) puis du lycée Carnot (Paris) (1948-1949), responsable fédéral Cadets d’Ile-de-France et membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1953).

Né en 1929, il est fils d’un inspecteur dans une compagnie d’assurances et d’une fonctionnaire. Il fait ses études au collège Saint-Joseph à Roanne jusqu’en 1946, puis à Baden-Baden (Allemagne) en 1946-1947, avant une classe de mathématiques supérieures au lycée Saint-Louis (Paris) en 1947-1948, et une préparation à HEC au lycée Carnot (Paris) en 1948-1949, puis des études à HEC en 1949-1952. Il travaille ensuite dans une compagnie d’assurances de 1953 à 1994. Il anime la paroisse, une MJC, milite à Vie nouvelle et au Parti socialiste. Il décède en 2008.

Source : Hubert Marchal, Mon bateau est parti. Le temps de ma jeunesse 1929-1956, Édition par l’auteur, 2003, 330 p.

Marcieux (Chantal). Secrétaire générale de la JECF-Moderne-et-technique (1953- 1955).

Marco (Mireille), Mme Jacques Florence. Militante à la JECF (1956-1960), membre de l’équipe nationale Universitaire (1960-1961), secrétaire générale (1961- 1962).

Née le 14 mars 1936 à Marseille, elle fait des études d’histoire-géographie à Aix-en-Provence qui s’achèvent par l’obtention du CAPES. Elle a milité au SGEN, en aumônerie universitaire, en association de solidarité internationale. Elle décède en janvier 1999. Elle a épousé Jacques Florence, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Sources : Supplément au Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 12. Correspondance de Jacques Florence avec l’auteur.

Marco (Geneviève), Mme Masséna. Responsable fédérale Universitaire des Bouches-du-Rhône (1961-1962), membre de l’équipe nationale Universitaire (1962- 1963).

Sœur de la précédente.

Marillier (Jean-Claude). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953), responsable national Prépa (1953-1955).

Marion (Jacques). Membre de l’équipe nationale Ado (1966-1967), devenu responsable national Ado en décembre 1967.

Né en 1946, il vient de Besançon et entre en 1969 à l’École nationale des travaux publics.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Marquet (Andrée). Responsable nationale Grandes Écoles (1956-1957). Elle démissionne en mai 1957.

Née le 3 mars 1934 à Til-Châtel (Côte-d’Or), elle est fille d’agriculteurs. Elle fait ses études au lycée de Dijon puis aux lycées Marie-Curie de Sceaux et Chaptal de Paris, avant de rejoindre l’École nationale de chimie (Paris) et la faculté des sciences de Paris jusqu’à sa thèse de doctorat en sciences physiques. Elle est stagiaire de recherche au CNRS (1956), puis chargée de recherche (1961), maître de recherche (1968), directeur de recherche (1976), professeur (1978) à l’université Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie. Elle anime un cercle de réflexion sur les relations entre sciences et société.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Marre (André). Secrétaire fédéral du Tarn (1958-1959), membre de l’équipe nationale Technique (1962-1964).

Marty (Alice), Mme Herland. Membre du cercle du lycée des jeunes filles de Toulouse (1924) et fondatrice de la JECF-Lycées-et-collèges à Toulouse (1930-1933) Née en 1907, elle est élève au lycée de Toulouse avant de préparer une licence d’anglais à la faculté des lettres de cette ville. Elle y travaille comme vacataire de 1962 à 1979. Elle milite à l’ACAT et à l’ACI.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 149. Archives de la JECI, BDIC. Bruno Mary, La Jeunesse étudiante chrétienne féminine..., p. 55.

Marty (Suzy). Membre de l’équipe nationale Technique (1969-1970), responsable nationale Technique (1970-1971).

Née à Decazeville en 1948, elle fait des études d’anglais.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Masséna (Geneviève). Voir Marco.

Massiani (Marie-Geneviève). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1949- 1950).

Mastias (Jean). Militant à la JEC à partir de 11 ans – il interrompt un temps son militantisme, – responsable adjoint Universitaire de la fédération de Blois, membre de l’équipe nationale Universitaire puis responsable Cadets (1959-1960), secrétaire général adjoint (1960-1961), secrétaire général (1961-1962).

Il est élève au lycée de Blois. Son père est directeur d’une société à Blois. Il fait une classe préparatoire littéraire à Poitiers et mène en parallèle son année de propédeutique et son premier certificat de licence de philosophie. Il est élève à l’IEP de Paris et passe une licence de droit en 1959-1962 puis obtient un DES de droit public et un autre en sciences politiques. Il mène une thèse de doctorat à partir de 1968 à la faculté de droit de Paris, il est assistant puis enseignant à Paris-I-Panthéon-Sorbonne. Il est élu en 1963 président du conseil national des jeunes du MRP. Il est conseiller municipal à Blois de 1965 à 1971. Il participe, avec Robert Buron, au lancement d’Objectif 72 puis d’Objectif socialiste. De 2002 à 2004, il est conseiller municipal à Urdos (Pyrénées-Atlantiques).

Sources : Entretien et correspondance avec l’auteur.

Mathieu (Daniel). Membre de l’équipe nationale Technique (1971-1972).

Matisse (Raymonde). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1946-1947).

Matthys (Jacques). Responsable JEC à Lille (1960-1961), membre de l’équipe nationale Aînés (1962-1963).

Né en 1943 à Constantine (Algérie), il est élève à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales [ESSEC] (promotion 1965). Il travaille chez Rhône-Poulenc de 1967 à 2001. Il anime l’équipe diocésaine du CCFD à Lyon (2001-2007), avant d’en devenir secrétaire national.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mathurie (Marie-Éliette). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1951).

Matray (Étienne). Militant à la JEC à Lyon au lycée, membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1953), secrétaire général adjoint (1953-1954).

Né en 1931 à Lyon, il fait ses études secondaires dans un établissement de la ville tenu par les jésuites. Il est ensuite élève à HEC dont il sort diplômé en 1953. Après trois années de service militaire, dont deux en Algérie, il s’installe à Lyon où il exerce la fonction de contrôleur de gestion à l’Institut Mérieux. Très investi dans les mouvements associatifs locaux et les clubs politiques, il est notamment fondateur de l’association Jeunes Cadres, correspondant du club Jean-Moulin, et participe en 1958 à la création du Cercle Tocqueville de Lyon (dont il est trésorier). Il est candidat aux élections législatives de 1968 pour la FGDS dans le Rhône puis aux élections législatives de 1973 pour le PS. Il est secrétaire fédéral du PS dans le Rhône (1969- 1971). Il est président du Centre social de Tassin-la-Demi-Lune, puis de la fédération du Rhône, puis de la Fédération nationale des Centres sociaux. Il est conseiller municipal de Tassin-la-Demi-Lune. En 1980, il participe à la création d’AIGA (création d’outils de gestion informatiques pour la gestion des centres sociaux) dont il est administrateur jusqu’en 2005. Il a épousé Marguerite Sannie, secrétaire générale adjointe de la JECF. Il décède en avril 2006.

Sources : Message, octobre 1951. Correspondance de Mme Vital-Durand, fille de Mme Matray, avec l’auteur.

Matray (Marguerite). Voir Sannie.

Maubert (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale CEG (1962-1965). Elle vient de Tours pour passer une licence de psychologie à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Mauduit (Jean). Rédacteur en chef de Cordées (1944-1946).

Né en 1921 à Beauval (Somme), il est fils d’un fonctionnaire. Il est élève au lycée d’Amiens, au lycée Henri-IV (Paris), à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (promotion 1942) et à la faculté des lettres de Paris dont il sortira docteur d’État ès lettres et sciences humaines. Il est secrétaire général de Témoignage chrétien (1946), chef adjoint de l’information aux Charbonnages de France (1951), secrétaire général adjoint de France-Soir (1956), secrétaire général de Elle (1962), producteur à l’ORTF (1965), secrétaire général (1969) puis directeur du marketing et de la promotion (1973) des journaux du groupe France-Édition-et-Publications, directeur des études du groupe Edi 7 (1976-1986), directeur de la communication puis conseil de la direction générale (1979-1986) du groupe Hachette, directeur des études au CELSA-Sorbonne (1976-1996), directeur de l’European Business School (1985- 1989), directeur général d’EBS International (1989-1992), vice-président du groupe EBS depuis 1995, président du comité pédagogique des écoles Denis Huisman (1970-2004), président de l’Institut de recherches et d’études publicitaires (1985- 1992), secrétaire général du Centre d’études des supports de publicité (1978-1986), conseiller de la présidence de Publicis (1981-2000), administrateur de Médiamétrie, conseiller de la direction de la communication de Médiamétrie (depuis 2001), administrateur de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la vocation, chroniqueur littéraire à Canal Académie, secrétaire général de la section de Neuilly de la Société d’entraide des membres de la Légion d’honneur depuis 2003.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Maurer (Christiane). Responsable nationale 6e-5e (1959-1960), responsable nationale Jeunes (1960-1961).

Née le 16 septembre 1939, elle vient de Colmar. Son père est chef-comptable. Elle fait des études de psychosociologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Mauro (Jacqueline). Voir Dreyfus-Lambert.

Médici (Claude). Militant à la JEC à partir de 1953, membre de l’équipe nationale Prépa (1959-1960), responsable national Prépa (1960-1961).

Né en 1938, il est fils d’un contremaître-tourneur et d’une institutrice. Il est élève au collège public de Lisieux (Calvados) puis en classe préparatoire au lycée Saint-Louis (Paris) et à l’École nationale des Ponts et chaussées (1959-1962). Il est ingénieur civil. Il milite à la CFTC, au Secours catholique.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Menteur (Henri). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1945-1946), secrétaire général adjoint (1946-1947), secrétaire général (1947-1948).

Il est, par la suite, directeur d’une institution psychiatrique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Méraud (Jacques). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1949-1951).

Né en 1926 à Lyon d’un père officier supérieur, il est élève à l’externat de la Trinité à Lyon, au prytanée militaire de La Flèche, à l’École polytechnique (diplômé en 1946), à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (INSEE). Il est administrateur et chef de section à l’INSEE en 1951 ; il y fait ensuite sa carrière. Il est également maître de conférences à l’École nationale d’administration en 1956, professeur à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique de 1957 à 1996, maître de conférences à l’École polytechnique (1961-1963) et à l’École centrale (1966-1970), directeur d’études à l’EHESS à partir de 1962. Il est vice-président des Semaines sociales de 1988 à 2000.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who.

Merckx (Monique). Militante à la JEC à Évreux à partir de 1949, responsable diocésaine de l’Eure (1951-1953), responsable nationale Jeunes (1953-1955).

Née en 1935, elle est fille d’un ingénieur agronome. Elle fait ses études secondaires à l’institution Notre-Dame d’Évreux, puis à l’École d’éducateurs spécialisés de Paris avant une licence puis une maîtrise de psychologie clinique. Elle est éducatrice spécialisée auprès de jeunes mères mineures et célibataires, fondatrice et directrice adjointe de l’École de formation d’éducateurs (au sein de l’école de Buc-Versailles), responsable dans différents établissements et services auprès des jeunes confiés par le juge des enfants ou la DASS, jusqu’à sa retraite en 1995. Elle assume également divers engagements associatifs.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mériaud (Daniel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1944-1945).

Méric (Paul-Henri). Responsable régional de la région 9 (Toulouse) (1961-1962), membre de l’équipe nationale Aînés (1962-1963), secrétaire général adjoint (1963- 1965). Il démissionne en avril 1965.

Il vient du Gers, est élève à l’IEP de Paris et prépare un DES de droit. Il est professeur de droit à l’université de Brest.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Mérieux (Pierre). Membre de la fédération de Paris et de l’équipe nationale Universitaire (1937-1939).

Merlant (Marie-Bernadette). Voir Guyon.

Mesnard (Jean). Membre de l’équipe nationale (1944-1945).

Né le 23 février 1921 à Champagnac (Charente-Maritime), il est le fils d’un fonctionnaire des PTT. Il fait ses études secondaires au lycée de Bordeaux avant d’intégrer l’École normale supérieure en 1941. Il est agrégé des lettres et docteur ès lettres. Il est professeur au lycée Henri-Wallon à Valenciennes (1946-1947), assistant de littérature française à la faculté des lettres de Paris (1947-1951) puis professeur au lycée Michel-Montaigne à Bordeaux (1951-1952), professeur de littérature française à l’université de la Sarre (1952-1956), maître de conférences (1956-1965) puis professeur (1965-1969) à la faculté des lettres de Bordeaux, professeur à l’université de Paris-Sorbonne (1969-1990). Il est professeur émérite puis honoraire depuis 1990. Il a été élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1997.

Source : Site internet de l’Académie des sciences morales et politiques.

Metzger (Édith). Voir Jacolin.

Meunier (Jacques). Militant à la JEC à partir de 1953 environ, responsable fédéral Aînés à Paris (1955-1960), membre de l’équipe nationale Aînés (1960-1961).

Né le 10 décembre 1939, il est fils d’un militaire devenu psychologue dans un cabinet de recrutement. Il est élève à l’école Massillon (tenue par les Oratoriens) de 1950 à 1956, puis au lycée Charlemagne (1956-1958), à Paris ; puis il passe une licence de sociologie à la Sorbonne. Il est séminariste au séminaire d’Issy-les-Moulineaux de 1961 à 1968 (avec une interruption de septembre 1963 à décembre 1964 pour le service militaire). Il est vicaire à Stains (1968-1978), aumônier fédéral de la JOC dans le diocèse de Pontoise (1978-1985), prêtre à Saint-Denis (1985- 1997), aumônier régional de l’ACO en 1994-1997, prêtre en mission ouvrière à Neuilly-sur-Marne (1997-1999), curé à Neuilly-sur-Marne (1999-2005), modérateur de l’équipe pastorale du Haut-Montreuil, à Montreuil depuis 2005.

Sources : Message, novembre 1960. Correspondance avec l’auteur.

Michel (Robert). Responsable national de l’enseignement technique pour la Zone non occupée (1940-1942).

Né en 1922, il est élève à l’École nationale des Arts et métiers (1939-1942). Il entre en octobre 1942 à l’École des ingénieurs de la Marine, à Toulon. Sa carrière dans la Marine nationale est ponctuée de divers engagements (poche de Royan en 1944- 1945) et campagnes (Indochine, Madagascar, Afrique du Nord) et marquée par une spécialisation dans l’aéronautique navale depuis 1949. Lorsqu’elle s’achève, en 1978, il est major général du port de Brest, adjoint logistique du préfet maritime. Il prépare alors et obtient un diplôme d’hébreu moderne à l’INALCO et devient, quelques années, professeur dans le cadre de l’association « Les Amis des sessions d’hébreu biblique ». Il anime un groupe autour de l’hébreu rabbinique et biblique. Il est membre, depuis sa création, de l’association DAVAR (dialogue et alliance-vie, l’arbre et la racine), qui se consacre au dialogue judéo-chrétien.

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941. Correspondance avec l’auteur.

Miège (Bernard). Militant à la JEC à partir de 1953, responsable fédéral de Haute-Savoie (1957-1959), membre de l’équipe nationale Cadets (1960-1961), responsable national Jeunes (1961-1962), secrétaire général adjoint (1962-1963).

Né en 1941 à Annecy, il est fils de commerçants. Il est élève au lycée Bertholet d’Annecy, avant de suivre des études de sciences économiques et sciences politiques. Il est chargé d’études et de recherches dans une administration, enseignant-chercheur, professeur aux universités Grenoble-III (1973-1980 et 1983-2005) et Rennes-II (1980-1983), spécialiste des sciences de l’information et de la communication. Il est président de l’université de Grenoble-II entre 1989 et 1994. Il fonde et préside le Groupe de recherche sur les enjeux de la communication. Entre 1988 et 1992, il préside également la Société française des sciences de l’information et de la communication. Il est directeur de publication de la revue électronique Les enjeux de l’information et de la communication. Il a milité une quinzaine d’années dans des mouvements d’extrême gauche.

Sources : Journal de l’Université du Québec, vol. 33, n° 4, octobre 2006, p. 2. Correspondance avec l’auteur.

Migairou (Gabriel). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951). Né en 1929 à Millau, il est fils du secrétaire général de la chambre de commerce. Il est élève au collège du Sacré-Cœur puis au lycée de Millau, puis au lycée de Montpellier, puis à l’École centrale des Arts et manufactures et au Centre d’études industrielles de Genève. Il est ingénieur, adjoint au chef du personnel à l’Aluminium limited of Canada, à Toronto et Shawinigan Falls en 1953-1956, adjoint de direction (1955), sous-directeur (1959) et adjoint du président (1965-1969) de la Société des caves de Roquefort, PDG des Fromagers savoyards et de Sopaplaga depuis 1975, directeur de Besnier SA, secrétaire général du groupe Valmont de 1985 à 1990. En retraite à cette date, il construit et préside l’Institut informatique Sud-Aveyron (aide à l’emploi des handicapés). Il a participé à la vie municipale millavoise et a été président-fondateur de la communauté de communes Millau-Grands-Causses.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Milhau (Jean-Michel). Militant à la JEC à partir de la 4e, responsable fédéral Cadets des Ardennes, responsable fédéral des Ardennes, responsable régional de Champagne-Ardenne (1964-1965), membre de l’équipe nationale Jeunes (1965- 1966), membre de l’équipe nationale Ado (1966-1967), vice-président (1967-1968). Il démissionne en décembre 1967.

Né en 1944 de parents agriculteurs, il est élève dans un cours complémentaire, aux lycées de Chanzy puis de Charleville. Il est étudiant à la faculté des sciences de Reims puis à l’Institut technique de pratique agricole, à Paris. Il est en coopération culturelle en Tunisie de 1969 à 1975, puis il est conseiller en gestion et travaille au ministère de l’Agriculture jusqu’en 2002, au sein du Centre de formation professionnelle et de promotion agricole. Il milite au MCR, est responsable d’une association diocésaine de gestion des biens immobiliers, milite au CCFD. Il milite également au Parti socialiste et est élu local, à Charleville-Mézières.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mital (Jean-René). Responsable fédéral Cadets de Haute-Marne, secrétaire fédéral de l’Allier (1953-1954), membre de l’équipe nationale Cadets (1954-1955).

Moineau (Chantal). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1958-1959), responsable nationale Jeunes (1959-1960).

Née le 29 juin 1937, elle est venue de Loire-Atlantique pour préparer à Paris une licence de droit.

Source : Message JECF, décembre 1959.

Moisy (Pierre). Secrétaire fédéral du Loiret, secrétaire général de la JEC et responsable des étudiants (1932-1933).

Né le 20 mai 1912, il intègre, après ses classes préparatoires au lycée de Poitiers, l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1931. Il devient historien de l’art, directeur de l’Institut français de Copenhague, directeur de l’Institut français de Vienne. Il est recteur de Poitiers. Il décède en 1975.

Source : Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 308.

Molière (Paul). Militant à la JEC à partir de 1938, membre de l’équipe fédérale de Roanne (1940-1941), responsable national en charge des fédérations pour la Zone non occupée (1942-1943), membre, à partir d’avril 1944, de l’équipe nationale Secondaire sous le nom de Paul Marquet.

Il né en 1922. Réfractaire au STO, il parvient, en juin 1943, à trouver un poste d’ouvrier dans une entreprise de peinture, à Paris. Il est exécuté par les nazis près de Roanne, le 22 août 1944.

Sources : Messages aux équipes modernes et techniques, septembre et décembre 1944. Henri Stoosz, Paul Molière 1922-1944, brochure non éditée. Paul Vergnet, Les catholiques dans la Résistance, p. 304. Alain-René Michel, La JEC face au nazisme et à Vichy..., p. 236 et 295.

Mondoux (Simone). Membre du secrétariat général de la JECF-Classique-et-supérieur (1947-1948).

Mongellaz (Andrée), Mme Forattini. Militante à la JECF à partir de 1955, secrétaire fédérale de la Haute-Savoie (1957-1958), membre de l’équipe nationale Cours complémentaires (1958-1961), secrétaire générale adjointe (1960-1961).

Née le 4 décembre 1939, elle est fille d’un cheminot. Elle est élève au lycée de jeunes filles d’Annecy avant d’entamer des études d’italien à la Sorbonne. Agrégative d’italien, elle enseigne à Turin puis à Metz. Elle suit ensuite son mari

– diplomate italien – à Bonn, Rome, Hambourg, Oslo, Koweït-city, Stockholm. De retour à Paris, elle devient cadre au bureau national de la Ligue contre le cancer. Puis elle reprend son activité d’enseignante, traductrice, interprète, à titre libéral. Elle est conseillère municipale dans l’Eure.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mongellaz (Monique). Militante à la JECF depuis le lycée, membre de l’équipe fédérale de Haute-Savoie, membre de l’équipe nationale 6e-5e (1960-1961), responsable nationale 6e-5e (1961-1962), responsable nationale Presse (1962-1963), chargée de Rallye Jeunesse (1964-1965). Elle est démissionnaire en avril 1965.

Sœur de la précédente, née le 6 mars 1942, elle est élève au lycée de jeunes filles d’Annecy puis étudiante en histoire-géographie à la Sorbonne. Elle enseigne ensuite cette discipline à Sallanches (Haute-Savoie) et le français à Rome. Elle travaille ensuite au consulat d’Italie à Marseille (1981-2008). Elle milite au sein de la fédération du PS des Bouches-du-Rhône.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mongin (Maurice). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Marseille (1941-1942).

Monjol (Pierre). Membre de l’équipe nationale Cadets (1954-1955).

Montergnole (Bernard). Militant à la JEC à partir du lycée, membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1953).

Né le 7 janvier 1931 à Chalon-sur-Saône, il est le fils d’une couturière et d’un métreur. Il fait ses classes préparatoires littéraires au lycée Henri-IV (Paris) puis une licence d’histoire en Sorbonne et obtient l’agrégation en 1957. Il est professeur à Troyes, à Grenoble et à l’IEP de Grenoble. Il milite au Parti socialiste, est élu conseiller municipal d’Échirolles en 1977, adjoint au maire de 1987 à 2001. Il est également député de l’Isère de 1983 à 1986. Il milite à Vie nouvelle, à Poursuivre. Il décède en décembre 2009.

Sources : Site internet de l’assemblée nationale. Site internet de la ville d’Échirolles. Correspondance de Suzanne Montergnole avec l’auteur.

Montergnole (Suzanne). Voir Arnaud.

Monpoel (Jacques). Membre de l’équipe nationale Cadets et secrétaire général adjoint (1950-1951).

Montbel (Marie-Claire de), Mme François Borella. Militante à la JECF-École libre à partir de la classe de seconde, responsable Secondaire de la Lorraine (1952- 1954), responsable des commissions École libre et Outre-mer dans l’équipe nationale (1954-1955).

Née en 1933, elle est élève au pensionnat Sainte-Chrétienne, à Metz. Elle est étudiante à la faculté de droit de Nancy.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Monteillier (Pierre). Militant à la JEC à Lyon, responsable national Universitaire (1951-1952).

Montfrond (Henri de). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1954-1955).

Montgolfier (Ghislain de). Militant à la JEC à partir de 1963, responsable fédéral Prépa (1964-1965), membre de l’équipe nationale Prépa (1965-1966).

Né en 1943 dans l’Ardèche, il est fils d’un industriel. Après ses classes préparatoires à l’école Sainte-Geneviève (Versailles), il entre à l’Institut national d’agronomie. Il travaille au Chili dans le cadre de la coopération de 1966 à 1969, puis au vignoble Bollinger en 1969-1970. Il est chargé de recherche à l’INRA en 1970-1975 puis travaille dans des organisations professionnelles agricoles en 1975-1990, avant de retourner chez Bollinger depuis 1990. Il milite depuis 1986 à Fondacio, un mouvement du Renouveau charismatique. Il préside le conseil de surveillance de Champagne Bollinger et l’Union des maisons de Champagne.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Monzat (Jean-Louis). Militant à la JEC en 5e, secrétaire fédéral du Var, membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951), responsable national Secondaire (1951-1953), responsable national Cours complémentaires (1953-1954), secrétaire général (1954-1956) avant de rejoindre la JECI (1956-1957).

Né en 1931 dans le Var, il fait ses études secondaires à Draguignan, avant d’entamer des études de médecine. Il est directeur du BILD en République fédérale d’Allemagne, puis travaille au service pédagogique de la chambre de commerce de Paris à partir de 1961, avant d’être directeur des écoles dépendant de la CCI de Paris. Il fonde et dirige l’École nationale supérieure de création industrielle en 1982, est conseiller en développement régional à Sophia-Antipolis.

Sources diverses.

Moreau (Jean-Claude). Entré à la JEC en 1re, membre de l’équipe nationale Prépa en charge des élèves de classes préparatoires littéraires (1950-1951).

Né en 1929 à Héry (Yonne) d’un père percepteur, il fait ses études primaires et secondaires aux lycées Corneille (Rouen) puis Jacques-Amyot (Auxerre). Après une khâgne au lycée Henri-IV (Paris), il est élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1950-1953 et agrégé de grammaire en 1995. Il est professeur de lettres au lycée Jacques-Amyot (Auxerre) de 1955 à 1989. Il fait également des études d’hébreu biblique et rabbinique, d’araméen et de syriaque à l’Institut catholique de Paris entre 1990 et 1996 puis enseigne ces langues.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Moren (Yves). Membre de l’équipe nationale Technique-Cours complémentaires (1949-1950), responsable national Technique-Cours complémentaires (1950-1951), membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1953).

Morlock (Jean-Pierre). Secrétaire fédéral de Roanne (1950-1951), jéciste à Vierzon (1951-1952). Il intègre l’équipe nationale Cadets en décembre 1952 pour l’année 1952-1953.

Mougey (Jean). Membre de l’équipe nationale Prépa (1956-1957).

Moulinier (Marie). Membre de l’équipe nationale Prépa (1958-1959).

Moulinier (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1955, membre de l’équipe nationale Universitaire en 1958-1959, responsable national Universitaire en 1959- 1960, il est ensuite rédacteur au journal Le Cri.

Né en 1935, d’un père officier supérieur, il est, après des classes préparatoires littéraires au lycée Poincaré (Nancy) puis au lycée Henri-IV (Paris), élève à l’École nationale des chartes de 1956 à 1960. Il effectue son service militaire en Algérie de 1960 à 1962. Il travaille à la Bibliothèque nationale de 1962 à 1971 puis au ministère de la Culture jusqu’en 2000 (au service Études et recherches puis à la direction du patrimoine).

Sources : Livret de l’École des chartes, Paris, 2010, p. 339. Entretien et correspondance avec l’auteur.

Mounios (Bernard). Responsable fédéral Secondaire de Paris et membre de l’équipe nationale Secondaire (1954-1955), secrétaire fédéral de Paris (1955-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né en 1935, il est ordonné prêtre en 1965 pour le diocèse de Paris.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Mourès (Yves). Secrétaire fédéral de l’Aveyron (1945-1946), membre de l’équipe nationale Universitaire (1949-1950).

Né en 1928 à Marseille, il est le fils du directeur honoraire des impôts. Ses études se font aux lycées Michelet (Vanves) et Ferdinand-Roch (Rodez), à la faculté de droit et à l’IEP de Paris (promotion 1949). Il est titulaire d’un DES d’économie politique. Il est chef de cabinet du préfet de la Nièvre (1951-1955), chef de cabinet du préfet du Doubs (1955-1958), sous-préfet de troisième classe en 1957, directeur de cabinet du préfet du Loiret (1958-1960), sous-préfet du Blanc (1960-1964), secrétaire général de la Creuse (1964-1965), chef de bureau à l’administration centrale du ministère de l’Intérieur (1965-1969), sous-préfet de L’Haÿ-les-Roses (1969-1974), secrétaire général des Yvelines (1974-1977), préfet-directeur de cabinet du préfet de Paris (1977-1981), préfet, commissaire de la République d’Eure-et-Loir (1981-1985), puis des Vosges (1985-1986) puis de Saône-et-Loire (1986-1988), préfet hors cadre en 1988, secrétaire général du Comité interministériel de la sécurité nucléaire (1988- 1990).

Source : Who’s who.

Murat (François). Militant à la JEC-Prépa (1964-1966), membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1968).

Né en 1947, il fait ses études secondaires à La Rochelle ; son père est professeur de lycée technique et sa mère directrice de collège. Il fait ses mathématiques supérieures et spéciales au lycée de Tours en 1964-1966. Il est élève à l’École polytechnique de 1966 à 1969. Il est chercheur au CNRS en mathématiques depuis 1969.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Murciani (Nicole), Mme Havard. Membre de l’équipe nationale Prépa (1963- 1965). Elle démissionne en avril 1965.

Elle est élève à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Nallet (Henri). Secrétaire fédéral de Dordogne (1956-1958), responsable régional à Bordeaux (1960-1961), secrétaire général adjoint chargé de l’information (1961- 1962), responsable national Universitaire (1962-1963), secrétaire général (1963- 1964).

Né le 6 janvier 1939 à Bergerac, il est fils d’un opticien. Il est élève à l’IEP de Bordeaux, obtient un DES de droit public et sciences politiques. Il est responsable de l’Institut de formation des cadres paysans (1965-1970), chargé de mission à la FNSEA (1966-1970) et chargé de cours à la faculté de droit de Paris-I-Panthéon-Sorbonne (1965-1970), puis directeur de recherche à l’INRA (1970-1981), conseiller technique pour les questions agricoles et communautaires au secrétariat général de la Présidence de la République (1981-1985), ministre de l’Agriculture et de la forêt (1985-1986 puis 1988-1990), garde des Sceaux (1990-1992), conseiller d’État en 1992, député de l’Yonne (1986-1988, 1997-1999), conseiller municipal de Tonnerre, maire de Tonnerre de 1989 à 1999, puis maire adjoint jusqu’en 2001, conseiller général de l’Yonne de 1988 à 2001. Il est secrétaire national du Parti socialiste pour les questions européennes, secrétaire international du Parti socialiste de 1995 à 2002, vice-président de la Fondation Jean-Jaurès depuis 1997 et conseiller aux laboratoires Servier depuis 1999. Il a épousé Thérèse Leconte, ancienne secrétaire générale adjointe de la JECF.

Sources : Message, novembre 1963. Recherches JEC, n° 28, 1979. Entretien et correspondance avec l’auteur.

Nallet (Thérèse). Voir Leconte.

Nanot (Bernard). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970).

Naud (Christiane). Voir Lereboullet.

Naude (Michel). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Naude (Monique). Voir Fabrés.

Navarro (Josette), Mme René Rémond. Militante à la JECF-Classique-et-supérieur à partir de 1943, responsable Universitaire de la fédération de Paris (1945- 1946), membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1944- 1947).

Née à Alès (Gard), elle est fille d’un ingénieur chimiste. Elle grandit à Paris, mais se réfugie à Manosque durant la guerre ; elle fait ses études secondaires et supérieures à Aix-en-Provence jusqu’à son retour à Paris, à la Libération, pour préparer l’agrégation de philosophie. Elle a épousé en 1946 René Rémond, futur secrétaire général de la JEC.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Entretien de Charles Mercier avec Josette Rémond (informations aimablement communiquées à l’auteur). Correspondance avec Emmanuel Rémond, fils de Josette.

Navatte (Jean-Claude). Membre de l’équipe fédérale de Rennes (1969-1970), membre de l’équipe nationale Ado (1971-1973).

Néry (Claude). Délégué fédéral de la Charente-Maritime (1947-1948), responsable administratif de la fédération de Paris (1948-1949), membre de l’équipe nationale Secondaire (1948-1951), membre de l’équipe nationale Prépa (1951-1952).

Il vient de La Rochelle pour préparer son entrée à l’École nationale de la France d’outre-mer.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Message, octobre 1951.

Niarfeix (Madeleine). Secrétaire générale adjointe de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Noguès (Henry). Militant à la JEC en 4e, membre de la fédération de Loire-Atlantique, responsable régional de la région Pays-de-la-Loire, président de la JEC (1969-1970).

Né le 11 septembre 1947 à Dinan (Côtes-du-Nord) où son père est cadre bancaire, il est élève au lycée Corneille puis au lycée des Bruyères (Rouen). Il est étudiant à l’université de Nantes, où il passe une licence ès sciences économiques en 1970, puis à l’université de Rennes, où il obtient un DES de sciences économiques en 1971 et soutient une thèse de doctorat en en 1976. Il présente une thèse complémentaire à l’université de Paris-II en 1976. Il est assistant (1971-1977), maître-assistant (1977- 1985), maître de conférences (1986-1994), professeur (1994-2001) à la faculté des sciences économiques et de gestion de Nantes, où il impulse la création d’un laboratoire de recherche sur l’économie des solidarités (Centre d’économie des besoins sociaux devenu le Laboratoire d’économie et de management de Nantes-Atlantique). Il assure la présidence du conseil scientifique du CREDOC de 2001 à 2006. Professeur émérite, il est actif dans le conseil de prospective de l’UNIOPSS, il est aussi membre des conseils d’administration de l’URIOPSS de Picardie, de l’ADDES et de la Fonda.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Noisette (Patrice). Membre de l’équipe nationale Prépa (1972-1973).

Nollet (Claudine). Responsable nationale 6e-5e (1963-1965). Elle est démissionnaire en avril 1965.

Venue d’Angers, elle prépare, à Paris, une licence de psychologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Nouaillan (Nicole de). Secrétaire générale de la JECF-École libre (1945-1946).

Nouat (René). Membre de l’équipe nationale (1930-1931).

Ocelli (Raymond). Militant en EPS à Toulouse, membre de l’équipe nationale EPS (1943-1944).

Ollier (Christiane), Mme Michel Rigal. Militante à partir de 1939 à la JECF-Lycées-et-facultés, membre de l’équipe nationale (1941-1946).

Elle est licenciée en droit. Elle a épousé Michel Rigal, futur commissaire général des Scouts de France.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Christian Guérin, L’Utopie Scouts de France, Paris : Fayard, 1997, p. 342.

Oly (Solange). Membre de l’équipe nationale Secondaire de la JECF-Classique-et-supérieur (1946-1947).

Orfila (Pierre). Militant à la JEC à partir de sa classe de 3e (1944), responsable du lycée Ben-Acknoun (1945-1947) et du lycée Bugeaud (1949-1952) à Alger, secrétaire fédéral d’Alger (1950-1952), membre de l’équipe nationale Cadets (1952- 1954).

Né en 1929 à Tizi-Ouzou (Algérie), fils d’un secrétaire de mairie, il grandit dans la banlieue d’Alger. Il est élève au lycée Ben-Acknoun jusqu’en première et au collège Guillemin à Alger jusqu’au baccalauréat, puis au lycée Bugeaud en classe préparatoire scientifique, avant de rejoindre l’École supérieure d’électricité en 1952, dont il sort ingénieur en 1954. Il est ingénieur stagiaire à Alger en 1954-1955, effectue son service militaire en 1955-1957. Sa carrière d’ingénieur se déroule dans plusieurs entreprises où il traite de problèmes de formation (TRT à Rouen 1957- 1960, Bull à Paris 1960-1964). Il est responsable des études au Centre inter-entreprise de formation (1964-1966) qui devient le Centre d’études supérieures industrielles, directeur technique à l’AFPA (1966-1971), membre du Conseil supérieur de la Formation professionnelle (1970), formateur au CESI (1971-1980), puis ingénieur-consultant libéral. Il participe à la mise en place de systèmes de formation professionnelle en France et à l’étranger. Il est animateur en paroisse et en aumônerie (lycée Berthelot à Saint-Maur-des-Fossés).

Source : Correspondance avec l’auteur.

Ortstein (Marguerite). Membre de l’équipe nationale Technique (1967-1968), secrétaire générale adjointe (1969-1971).

Elle vient de Colmar, devient professeur d’allemand à Suresnes puis à Mulhouse.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Oudet (André). Militant au cercle Saint-Louis (groupe paroissial de Saint-Jacques-du-Haut-Pas) – qui s’affilie à la JEC en 1934 – jusqu’en 1940, membre du cercle catholique de l’École polytechnique (1940-1942), membre de l’équipe nationale pour la Zone non occupée, en charge de l’orientation (1940-1941).

Il est élève au collège Stanislas (Paris) jusqu’à ses classes préparatoires scientifiques. Il intègre l’École polytechnique à Lyon en 1940. En octobre 1942, il entre au séminaire des Carmes à Paris. Sa formation est interrompue d’octobre 1943 à octobre 1944 par le STO à Paris. Il est ordonné prêtre en 1949. Il est professeur de sciences au collège Notre-Dame-de-Recouvrance et aumônier de l’École technique militaire des apprentis mécaniciens de l’Armée de l’Air, à Saintes. Il est ensuite aumônier scolaire, aumônier des Scouts, aumônier diocésain de l’enseignement public et de la JEC, puis curé dans le diocèse de La Rochelle et Saintes.

Sources : Témoignage conservé au siège de la JEC. Correspondance avec l’auteur.

Oudin (Patrick). Membre de l’équipe nationale Ado (1966-1968). Né en 1945, il se prépare au métier d’ingénieur.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Pacrot (Janine). Voir Paulet (Janine).

Pagès (Claude). Membre de l’équipe fédérale de Nice (1958-1961), membre de l’équipe nationale Technique (1961-1963).

Né le 14 juin 1941 à Paris, il est fils d’un haut fonctionnaire. Il fréquente successivement le cours complémentaire de Gex (1951-1955), le lycée Lalande à Bourg-en-Bresse (1955-1958) et, pour ses classes préparatoires, le lycée Masséna à Nice (1958-1961). Puis il est élève à l’École normale supérieure de l’enseignement technique de Cachan, en section Mathématiques (1961-1965). Il est professeur en lycée technique de 1965 à 1975, puis à l’IUT de Saint-Étienne de 1976 à 2001 où il exerce aussi des fonctions de chef de département pendant quinze ans et d’adjoint au directeur pendant huit ans. Avec son épouse, il est à l’origine de la création de la filière Gestion administrative et commerciale mise en place dans les IUT depuis 1994. Il milite au SGEN-CFDT, au Parti socialiste ; il est membre d’une équipe d’animation pastorale.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Pairault (Michel). Membre de l’équipe nationale Cadets (1944-1945).

Palencher (Jacques). Responsable national Technique-Cours complémentaires (1952-1953).

Né en 1929, il grandit à Alger où son père travaille dans un atelier de cuivre et sa mère est couturière. Il est pensionnaire à l’École nationale professionnelle de Vierzon en 1947-1949, à l’École nationale supérieure des Arts et métiers, à Aix-en-Provence en 1949-1952 puis à Paris en 1952-1953. Il est ingénieur-méthode chez Citroën (1953-1955), ingénieur en organisation au Cabinet Vidal (Paris) (1955- 1960), directeur adjoint puis directeur général de Lebay-Industrie-Outillage, à Troyes. Il milite au MCC à Troyes. Il est adjoint au maire de Troyes (centriste) de 1971 à 1995, conseiller régional de Champagne-Ardenne, président de la communauté urbaine de Troyes. Il décède en 2005.

Source : Correspondance avec Mme Palencher, veuve de Jacques.

Palluel (Michel). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1961-1962).

Pantaloni (M.). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951).

Parc (Françoise), Mme Perrin. Responsable nationale Universitaire (1962-1963).

Parent (Monique). Militante à la JECF-Lycées-et-collèges, membre du secrétariat national de la JECF-Lycées-et-collèges (1938-1942) – avec une interruption en 1939- 1940 lorsque sa famille se réfugie à Bordeaux. Elle anime, de 1942 à 1949, des équipes de JECF dans les lycées où elle enseignait.

Née en 1920, elle est fille d’un professeur de lycée. Elle fait ses études à la Sorbonne et à l’Institut catholique de Paris. Elle est titulaire d’une licence et d’une maîtrise de lettres classiques, est agrégée de grammaire (1942) et docteur ès lettres (1954). Elle est professeur de lettres au lycée de Chartres (1942-1946), au lycée Lamartine à Paris (1947-1949), assistante à la faculté des lettres de Poitiers (1949-1952). Elle est chargée d’enseignement (1952-1954) puis professeur (1954-1982) à l’université des sciences humaines et des lettres de Strasbourg. Elle a participé à la Paroisse universitaire durant toute sa carrière. Elle est actuellement sœur externe de l’institut Saint-Jean-l’Évangéliste d’Évreux.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Pariés (Anne-Marie), Mme Jean-Loïc Delhaye. Secrétaire fédérale de Bayonne, membre de l’équipe nationale Aînées (1965-1966), vice-présidente (1966-1967).

Elle vient d’Anglet pour une licence de psychologie à Paris. Elle a épousé Jean-Loïc Delhaye, ancien membre de l’équipe nationale Jeunes.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Pasturel (Bruno). Secrétaire fédéral du Gard (1971-1973), membre de l’équipe nationale (1973-1975).

Né en 1954, il vient de Saint-Gilles-du-Gard (Gard) et il est étudiant à Montpellier.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Paulet (Janine), Mme Pacrot. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges (1937- 1945), membre de secrétariat général de la JECF-Lycées-et-facultés pour la Zone non occupée.

Paumelle (Philippe). Responsable Universitaire de la fédération de Paris, membre de l’équipe nationale Universitaire (1946-1947).

Né à Rouen le 14 octobre 1923, il est fils d’un médecin. Il est proche d’Emmanuel Mounier et collaborateur d’Esprit. Il est interne psychiatrique à Maison-Blanche et à Sainte-Anne (1950-1953) puis travaille à la Salpêtrière (1953-1954). Il s’impose, notamment par sa thèse présentée en 1952, comme un des principaux défenseurs de la sectorisation. Il devient médecin dans les services de prophylaxie mentale de l’Office public d’hygiène sociale de la Seine (1954-1974). En 1958, il fonde l’Association de santé mentale et de lutte contre l’alcoolisme du XIIIe arrondissement de Paris (surnommée le 13e). Il fonde, à l’hôpital de Soisy-sur-Seine, le service hospitalier de l’ensemble psychiatrique du XIIIe arrondissement de Paris. En 1970- 71, il enseigne pendant un an à l’institut Albert-Prévost de Montréal. En 1973, il sera nommé professeur agrégé sur titres et travaux. Il décède en 1974.

Source : Esprit, n° 9, septembre 1974, p. 315-318. Serge Gauthier, « Actualité de Philippe Paumelle », L’Information psychiatrique, vol. 79, n° 2, février 2003, p. 151.

Pécout (P.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951).

Peillard (Alain). Membre de l’équipe nationale Prépa (1969-1970).

Pélissonnier (Hubert). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950- 1951).

Né le 16 avril 1926 à Dijon, il est fils d’un polytechnicien. Élève à l’École polytechnique (promotion 1947), il choisit le corps des mines. Il est ingénieur des mines en 1952, nommé à la direction du Service de la carte géologique de France. Il obtient un détachement à l’École nationale supérieure des mines de Paris et suit les cours de la section d’études géologiques et minières (SÉGM, promotion 1952-1953). A sa sortie, il est chargé de cours à la SÉGM et à l’École des mines. Puis il est chargé de cours à l’École du génie rural (1954-1958), professeur à l’École nationale des Ponts et chaussées (1955-1961). A partir de 1961, il est professeur à l’École des mines. En 1971, il prend la direction du Centre de géologie minière, devenu en 1977 le Centre de géologie générale et minière, il est aussi directeur de l’option Géologie minière de la section d’études géologiques et minières. En 1981, il quitte ses fonctions en demeurant conseiller scientifique jusqu’en 1989. Il décède en 1997.

Source : Régis Serment, In Memoriam, ABC Mines, bulletin n° 12, décembre 1997.

Pellé (Yvonne). Voir Douël.

Percie du Sert (Paul). Militant à la JEC au lycée, secrétaire fédéral de Tunis, membre de l’équipe nationale Secondaire (1952-1953), responsable national Secondaire (1953-1955), membre du secrétariat général de l’ACJF (1955-1956).

Né le 30 avril 1931 à Tébourba (Tunisie), il fait ses études secondaires au lycée Carnot (Tunis), à la faculté de sciences économiques puis à l’Institut des hautes études à Paris et passe un DES puis une thèse en droit et sciences économiques. Il est attaché à la direction des relations extérieures de Renault (1959-1961), adjoint puis directeur financier de Renault en 1984-1988, directeur commercial de 1988 à 1990.

Sources : Message, octobre 1953. Who’s who.

Peretti (Marie-Amélie). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1951). Elle vient de Corse pour suivre des études de médecine.

Source : MRS, décembre 1950.

Périer (Suzanne). Membre du secrétariat général de la JECF-Lycées-et-facultés (1940- février 1941).

Péron (René). Secrétaire général adjoint (1960-1961), membre de l’équipe nationale Jeunes (1961-1962), responsable national Jeunes (1962-1963).

Il vient de Brest, est diplômé de l’IEP de Paris en 1962.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Perramond (Pierre). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-1950).

Perrin (Françoise). Voir Parc (Françoise).

Petitdemange (Georges). Membre de l’équipe nationale en charge des EPS en 1930-1934.

Il est élève au Centre national des Arts et métiers, puis ingénieur au métro. Il décède accidentellement en août 1934.

Source : L’appel de la JEC, mai et octobre 1934.

Petitgirard (Pierre). Responsable national Cadets pour la Zone non occupée (1940-1941), membre de l’équipe nationale Universitaire pour la Zone non occupée (1942-1943).

Petropavlovski (Hubert). Secrétaire fédéral du Maroc (1949-1950), membre de l’équipe nationale Secondaire (1951-1953).

Peuch (E.). Membre de l’équipe nationale (1931-1932).

Peyrache (Marie-Hélène). Voir Duquesnoy.

Peyrak (Marie-José). Membre de l’équipe nationale Prépa (1963-1964). Elle est élève à l’École normale supérieure de l’enseignement technique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Pfaff (Marie-Christine), Mme Dessalles. Responsable fédérale Universitaire de Paris (1963-1964), membre de l’équipe nationale Universitaire (1964-1965). Elle est démissionnaire en avril 1965.

Elle vient du Mans et prépare une thèse en pharmacie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Pierronne (Jacques). Membre de l’équipe nationale (1945-1946).

Pinvidic (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1960-1961).

Piot (J.). Secrétaire général adjoint (1950-1951).

Planchais (Marie-Agnès). Voir Richard.

Plantade (René). Membre du secrétariat général, responsable de la province de Brive (1941-1942).

Originaire de Corrèze, il est surveillant à l’école industrielle de Brive. Il s’engage dans la Résistance. Il est un des fondateurs du MRP ; il est membre de son secrétariat général en tant que rédacteur en chef de Forces nouvelles jusqu’en 1961 puis administrateur du secrétariat général. Il meurt le 3 novembre 2009.

Source : Limore Yagil, Chrétiens et Juifs sous Vichy…, p. 457.

Playoust (Pierre-Yves). Secrétaire fédéral de Paris (1958-1959), membre de l’équipe nationale Universitaire (1959-1960).

Né en 1935 à Roubaix, il est le fils du patron d’une entreprise de chaudronnerie située à Tourcoing. Il fait ses études secondaires dans cette ville, au collège du Sacré-Cœur. Il prépare ensuite le concours de l’École nationale des chartes (1953-1956) au lycée Henri-IV dont il fréquente l’aumônerie. Après ses études à l’École des chartes (1956-1961), il mène une carrière de conservateur d’archives et devient directeur des archives départementales du Territoire de Belfort (1961-1965), conservateur aux archives départementales de la Seine-Maritime (1965-1969), directeur des archives départementales des Hautes-Alpes (1969-1996), puis du Var (1997-2000). Entre 1961 et 1968, il milite à Vie nouvelle à Belfort et à Rouen. Il est ensuite secrétaire général de la section CFDT des Archives de France de (1968-1986).

Sources : Livret de l’École des chartes, Paris, 2010, p. 381. Correspondance avec l’auteur.

Poirier (Michel). Militant à la JEC à partir de 1944, membre de l’équipe nationale Prépa (1948-1949), secrétaire général adjoint (1949-1951).

Né en 1929, il est fils d’un ingénieur et d’une secrétaire. Il étudie au lycée Faidherbe à Lille, puis suit une première supérieure au lycée Louis-le-Grand (Paris) en 1946- 1948, avant de rejoindre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1948-1951. Il est agrégé, professeur de lettres au lycée de Bastia (1953-1955), professeur de khâgne au lycée Carnot de Dijon (1955-1966), assistant de latin à la faculté de lettres de Dijon (1966-1970), professeur d’hypokhâgne au lycée Henri-IV, à Paris (1970- 1992). Il milite à la Paroisse universitaire.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Équipe nationale de JEC.

Pommeret (Michel). Responsable fédéral Technique de Nantes, membre de l’équipe nationale Aînés (1958-1960).

Il est élève à l’École nationale professionnelle de Nantes, au Centre national des Arts et métiers, puis au Centre des hautes études de la construction.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ponçot (Jean). Responsable Universitaire de la fédération de Besançon (1955- 1956), membre de l’équipe nationale Universitaire (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Il est étudiant en géographie. En décembre 1957, il est président de l’AGE de Besançon, puis en novembre 1958 président de la section locale de la MNEF.

Source : Plaquette Les Nord-Africains à Besançon. De la Libération aux années soixante. disponible en ligne sur le site de la ville de Besançon.

Pons (Georges). Responsable d’Afrique du Nord (1941-1942), responsable national en charge des fédérations (1945-1946).

Il vient d’Alger, est étudiant en lettres. Il est professeur d’allemand à partir de 1946.

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941. En équipe, 15 octobre 1946.

Pontier (Monique), Mme Jean-Pierre Sueur. Militante à la JECF au lycée de jeunes filles de Saint-Cloud, responsable du lycée, membre de l’équipe fédérale Prépa de Paris, membre de l’équipe nationale Aînées (1967-1969).

Née en 1947 à Paris, elle est fille d’un ingénieur au CNRS qui, après avoir vécu en Afrique, s’installe en banlieue parisienne. Elle fait ses classes préparatoires au lycée Janson-de-Sailly (Paris) puis intègre l’École normale supérieure de Sèvres et passe l’agrégation de mathématiques puis, en 1969-1971, elle prépare sa thèse et elle est assistante en mathématiques à Poitiers. En 1971-1973, elle accompagne son époux parti en Tunisie au titre de la coopération. Elle est assistante en mathématiques à Tunis. En 1973-1974, elle est assistante en mathématiques à l’université de Poitiers. En 1974-1998, elle est assistante puis, après sa thèse d’État (1987), professeur (1990) à l’université d’Orléans. En 1998-2008, elle est professeur à l’université de Toulouse. Depuis 2008, elle est professeur émérite de l’université de Toulouse. Elle a milité au Planning familial (1973-1981). En 1978-1993, elle intègre « Femmes et hommes dans l’Église ». Elle milite au Parti socialiste depuis 1977. Elle a épousé Jean-Pierre Sueur, ancien responsable national Aînés.

Source : Entretien avec l’auteur.

Pope (Jacqueline). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1966-1967).

Porte (Bernard). Militant à la JEC à partir de 1956, secrétaire fédéral (1958-1960), secrétaire général adjoint (1960-1962), secrétaire général (1962-1963).

Né le 7 mars 1938 à Nantes, il est fils d’un ingénieur et d’une hôtelière. Il fait ses études au collège Saint-Gabriel (Saint-Laurent-sur-Sèvre), au lycée Clemenceau (Nantes), puis sa licence et son DESS à la faculté de droit de Paris. Il est directeur de la Fondation pour la recherche sociale (1965-1967), secrétaire général de l’Union nationale des centres d’études et d’action sociales (1967-1976), directeur central (1976-1979) puis directeur délégué (1977-1982), directeur général adjoint (1982- 1983) et directeur général (1983-1985) puis président du Directoire (1985-1997) de Bayard Presse, directeur délégué de La Croix (1979-1985), directeur de La Croix-L’Événement (1997), président du syndicat de la presse hebdomadaire parisienne (1994-1997), vice-président des Semaines sociales (1994-2002). Il milite aux Équipes Notre-Dame. Il est président de la Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence des Yvelines (1979-1996) et milite dans le secteur associatif de l’enseignement catholique.

Sources : Bernard Porte, Je me suis toujours fait une certaine idée de la presse, Paris, L’Archipel, 1994. 261 p. Entretien et correspondance avec l’auteur. Who’s who.

Portes (Marie-Claude). Membre de l’équipe nationale Ado (1968-1970). Elle vient de Millau et étudie les lettres classiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Potoine (Bernard). Membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1951). Il vient de Normandie pour suivre des études de médecine.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Pousset (A.). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1950-1951).

Poussin (Maryvonne). Membre de l’équipe nationale Technique (1963-1964).

Prévost (Jean-Pierre). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1950-1952). Diplômé de l’IEP en 1953, il obtient ensuite un DEA d’histoire de l’art, un DES de sciences politiques, un DES de droit public.

Source : Message, octobre 1951.

Pujol (Louis). Militant à la JEC à partir de 1943, responsable national Prépa (1949-1950).

Né en 1928, il est fils d’un officier du génie. Il est élève au collège Ozanam à Limoges (1942-1944), en classe préparatoire aux lycées de Toulouse (1944-1945) et Versailles (1945-1947), à l’École des mines de Paris (1947-1950). Il est ingénieur du fond aux Houillères du Nord et du Pas-de-Calais (1950-1953), puis dans une mine de fer en Lorraine (1953-1963), avant d’intégrer une société de production et de distribution de gaz industriel (1963-1988). Il a milité au MICIAC.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Quermonne (Jean-Louis). Militant à la JEC à partir de 1945, secrétaire fédéral du Calvados (1946-1947), responsable régional de Basse-Normandie (1947-1948), responsable national adjoint Secondaire (1948-1949).

Né en 1927, il est fils d’un médecin. Il est élève à l’institution Sainte-Marie, à Caen, passe une licence de droit et une licence d’histoire à la faculté de Caen puis intègre l’IEP de Paris dont il sort diplômé en 1950. Il est également docteur en droit, agrégé de droit public. Il est avocat stagiaire puis avocat à la cour d’appel de Caen (1949- 1954), professeur à l’université d’Alger (1953-1957), à l’université de Grenoble (1957-1976), directeur de l’IEP de Grenoble (1958-1969), président de l’université de sciences sociales de Grenoble (1969-1974), directeur des enseignements supérieurs et de la recherche à Paris (1975-1976), professeur à l’IEP de Paris (1976- 1989), puis à celui de Grenoble (1989-1995). Il est professeur émérite depuis cette date. Il milite aux Semaines sociales, à Notre Europe et au Mouvement européen.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Querré (Julien). Membre de l’équipe nationale Technique-Cours complémentaires (1950-1951).

Quignard (Jean-Pierre). Militant à la JEC à partir de 1938, responsable national Secondaire pour l’enseignement libre pour la Zone non occupée (1940-1941).

Quin (Claude). Membre de l’équipe fédérale de Paris (1950-1951), membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1953).

Né en 1932 à Vatan (Indre), il est étudiant en sciences économiques à Paris jusqu’au doctorat. Il est l’un des fondateurs de l’Union des étudiants communistes en 1956- 1957. Il est membre de la section économique du PCF et rédacteur en chef d’Économie et Politique, conseiller municipal de Paris de 1977 à 1981. Il est président de la RATP (1981-1986), inspecteur de l’Équipement en 1988. Il décède le 1er mars 2002.

Sources diverses.

Quint (Jean). Militant à la JEC à partir de 1933, responsable national Grandes Écoles (1944-1945).

Quinchon (Jacky). Membre de l’équipe nationale Prépa (1965-1966).

Quinton (Paul). Membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1956), responsable des relations internationales à la JEC, responsable de la JECI (1956-1957).

Né le 19 juin 1934 à Rennes, il est fils d’un artisan. Il fait ses études à l’institution Saint-Martin à Rennes, au lycée Saint-Louis à Paris. Il est ingénieur des mines. Il est ingénieur à la Société d’électrochimie, d’électrométallurgie et des aciéries d’Ugine (1960-1967), chef d’aciérie (1967-1973), directeur de l’usine fosséenne de la société Ugine aciers (1973-1978), directeur industriel (1978-1982), puis président du Directoire de la société Zircotube (1982-1993), directeur général de la Compagnie pour l’étude et la réalisation des combustibles atomiques (1984-1993) et PDG de la société Cezus de 1993 à son décès en 1995.

Sources : Charles-Édouard Harang, Les Mouvements catholiques de jeunesse…, p. 318. Who’s who.

Quoidbach (Gérard). Membre de l’équipe nationale Universitaire, responsable des étudiants en sciences (1946-1947).

Raby (Jean-Jacques). Membre de l’équipe nationale Technique (1970-1971).

Né en 1950 à Vermenton (Yonne), il est élève au lycée Jean-Joseph-Fourier à Auxerre de 1966 à 1969, puis en IUT technico-commercial à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Il travaille pour l’entreprise Renault-Véhicules industriels, à Blainville-sur-Orge de 1972 à 1987, puis au centre de retraitement de La Hague de 1987 à 1989, puis pour Neptune/Wesumat à Houlgate de 1989 à 1996 et jusqu’à aujourd’hui à Sapsa Bedding, à Saleux.

Sources : Équipe nationale de la JEC. Correspondance avec l’auteur.

Raeven (Pierre). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1963-1965). Il démissionne en avril 1965.

Il vient de la Somme où ses parents sont agriculteurs. Il poursuit des études de sociologie, de sciences politiques et une licence de droit.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Rafin (Jean-Louis). Militant de la JEC au lycée Descartes de Tours, membre de l’équipe nationale Prépa (1968-1971).

Né en 1948, il est fils d’un directeur de banque qui deviendra inspecteur des finances et d’une doctoresse en médecine, chargée de recherche à l’Institut Pasteur. Il est élève de collèges privés catholiques jusqu’à son baccalauréat puis en classe préparatoire au lycée Descartes à Tours. Il est admis à l’École polytechnique (1968- 1971). Puis il commence une vie professionnelle comme mécanicien dans l’aéronautique toulousaine, qui le conduira à créer, en 1985, la SCOP AEREM, spécialisée dans les études et la fabrication mécanique. Il en sera le président jusqu’en 2009. Parallèlement au management de cette coopérative, il est conseiller technologique pour le ministère de la Recherche. Il sera ainsi directeur d’une association – le PAT 81 – chargée de la diffusion technologique dans les bassins industriels du Tarn. A la fin de cette mission, il prend la direction d’un cabinet conseil toulousain, qu’il fera évoluer en bureau d’études économiques et statistiques. Il dirige toujours la société JLR Conseil, à Toulouse, dans le cadre de laquelle il a mené, pour la FAO, une mission de réflexion sur le développement de l’économie sociale au Maroc. Il intervient comme expert sur l’évaluation des politiques publiques, pour l’État et les régions françaises, pour le gouvernement du Maroc. Militant à la CFDT, de 1975 à 1985, notamment comme membre du bureau départemental de Haute-Garonne, il a participé depuis, épisodiquement, à des groupes de réflexion « de gauche » sur le développement économique et social.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Rafin (Michel). Militant à la JEC à Tours durant ces classes préparatoires, membre de l’équipe nationale Prépa (1970-1972).

Frère du précédent. Né à Paris le 27 juillet 1950, il fait ses études secondaires au collège Saint-Grégoire de Tours puis trois années en classe préparatoire au lycée Descartes de Tours. Il entre à l’École polytechnique en 1970 mais en démissionne en 1972. Il présente un DEA de physique (option Environnement) en 1974, puis fait une année de recherche au laboratoire solaire d’Odeillo (Pyrénées-Orientales) dans le cadre du doctorat de troisième cycle. Ayant abandonné la recherche, il entre, en 1976, en AFPA de mécanique générale à La Roche-sur-Yon (Vendée). Après quelques années comme mécanicien d’entretien en Vendée, il fonde, en 1981, l’association Échappement libre, qui permet à ses adhérents d’entretenir par eux-mêmes leurs véhicules, tout en pratiquant des formations d’initiation ; il en est formateur de 1982 à 1989. Il crée ensuite une SCOP d’informatique de gestion. A la suite de l’échec de cette entreprise, il devient informaticien à Nantes, en occupant successivement les fonctions de développeur, de responsable informatique et de directeur des systèmes d’information au sein de la compagnie aérienne Régional Airlines (devenue en 2001 Régional). Il milite au PSU, au Collectif marxiste révolutionnaire de Vendée (CMRV), à l’Organisation communiste des travailleurs (OCT). Il est membre actif depuis 1993 d’une association de solidarité avec les étrangers à Nantes, le GASPROM, association affiliée à la FASTI.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Raillard (Monique). Membre de l’équipe nationale CEG (1961-1963).

Née le 6 juin 1939 en Haute-Saône, elle fait des études de sciences économiques.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ranck (Michel). Responsable national pour la Zone occupée EPS (1940-1941). Il est tué en Allemagne lors d’un bombardement.

Ranguin (Maurice). Secrétaire général adjoint pour la Zone occupée (1940-1941). Rauget (André). Secrétaire général (1943-1946). Il est ensuite secrétaire général de l’ACJF.

Il vient de Caudéran (Gironde). Il devient directeur des études à l’Union internationale des organismes familiaux, au Québec.

Source : En équipe, 15 octobre 1946.

Rault (Huguette). Voir Batsch.

Ray (Pierre). Militant à la JEC à partir de 1942, membre de l’équipe nationale Prépa (1945-1947), responsable national Prépa (1947-1949).

Né en 1925 à Casablanca (Maroc) où étaient arrivés ses parents l’année précédente et où son père était directeur d’une société à vocation agricole, il est élève à l’École polytechnique puis à l’École d’application des manufactures de l’État. Devenu ingénieur au Maroc, il s’investit dans l’animation de mouvements de jeunesse catholiques puis milite dans des associations familiales et devient président de la Fédération des familles françaises et, à ce titre, membre du Conseil supérieur des Français de l’étranger ; il milite également au sein des Amitiés marocaines (aide aux élèves en échec scolaire et lieu de rencontre interconfessionnel). Revenu en France en 1972, il devient secrétaire général du CORESTA (organisation internationale de recherches scientifiques). Il poursuit son engagement au sein d’associations familiales, en organisant le pèlerinage à Notre-Dame-de-Vie, à Saint-Lambert-des-Bois (Yvelines). Retiré à Rodez depuis 1996, il poursuit son militantisme à l’AFC, au Secours catholique et au sein du groupe de dialogue Les religions pour la paix.

Sources : Messages aux militants de la JEC, novembre 1948. Correspondance avec l’auteur.

Reinhard (Christine). Voir Card.

Rémond (Josette). Voir Navarro.

Rémond (René). Militant à la JEC à partir de 1932, membre de l’équipe fédérale de Paris à partir de 1935, il aide en 1942-1943 à l’animation de l’équipe nationale Prépa ; il est responsable national Universitaire (1943-1946), secrétaire général adjoint en charge de la formation (1945-1946), secrétaire général (1946-1947), vice-président de l’ACJF (1946-1949).

Né le 30 septembre 1918 à Lons-le-Saunier, il est fils d’un dessinateur industriel. Il fait ses études secondaires au lycée Carnot (Paris), ses classes préparatoires littéraires aux lycées Condorcet puis Louis-le-Grand, à Paris. Il intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1942. Il est agrégé d’histoire en 1945, docteur ès lettres en 1959. Il est répétiteur à l’École normale supérieure en 1946-1949 puis assistant d’histoire à la faculté de lettres de Paris (1949-1953), attaché de recherche au CNRS (1953-1955), assistant à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand (1955- 1956), directeur d’études et de recherche à la FNSP (1956), professeur à l’IEP de Paris à partir de 1960, maître de conférences à partir de 1964 puis professeur (1965) à l’université Paris-X-Nanterre, dont il devient doyen de la faculté des lettres en 1970 puis président en 1971-1976. Il est président de la FNSP de 1981 à 2007, membre du Conseil supérieur de la magistrature (1975) et membre de l’Académie française en 1998. Il a dirigé le Centre catholique des intellectuels français de 1965 à 1975. Il décède en 2007.

Sources : René Rémond, Vivre notre histoire. Interview par Aimé Savard, Paris, Le Centurion, 1976, 392 p. André Gueslin (dir.), Les facs sous Vichy. Étudiants, universitaires et universités en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’études du Massif central, 1994, p. 342-355. René Rémond, Une Mémoire française : entretiens avec Marc Leboucher, Paris, Desclée de Brouwer, 2002, 232 p. Recherches JEC, n° 28. Correspondance avec Emmanuel Rémond, fils de René.

Renaud (Marie-Chantal). Secrétaire fédérale de Seine-et-Oise (1962-1965), membre de l’équipe nationale Aînés (1965-1966).

Elle vient de Versailles et prépare une licence d’histoire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Renauld (Marie-Anne). Militante à la JECF à partir de 1940, membre de l’équipe nationale (1943-1947).

Renou (Xavier). Membre de l’équipe nationale Prépa (1962-1963), responsable national Universitaire (1963-1965). Il démissionne en avril 1965.

Né en 1943 à Angers, où son père est négociant en gros dans l’alimentation, il y fait ses études secondaires avant de monter à Paris pour ses classes préparatoires littéraires. Il est élève à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm de 1962 à 1967 et obtient l’agrégation de philosophie en 1966. Il est, en 1965, l’un des principaux fondateurs de la Jeunesse universitaire chrétienne, qu’il quitte cependant dès le congrès fondateur de novembre 1965. Il enseigne la philosophie en lycée, notamment en khâgne au lycée Henri-IV (Paris) à partir de 1989 et jusqu’à sa retraite. Il milite au SNES en faveur d’une jonction des luttes syndicales et politiques et des analyses théoriques de la démocratie et de l’école.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Reymann (Christiane). Membre de l’équipe nationale Technique (1964-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Reynaud (Bernard). Responsable fédéral à Paris, membre de l’équipe nationale Aînés (1957-1961).

Reynaud (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1947-1950). Il vient de Bordeaux à Paris pour des études d’urbanisme.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ribas (Jacques-Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire pour la Zone non occupée (1942-1943).

Né en 1921 à Avignon, il est fils d’un industriel. Il fait ses études au collège Saint-Joseph à Avignon, au lycée Louis-le-Grand à Paris, aux facultés des lettres et de droit de Montpellier, Lyon et Paris puis à l’IEP de Paris. Il est titulaire d’un DES de droit public et d’économie politique. Il occupe le poste de vice-président de la FFEC. Entré à l’ENA en 1946, il en sort major en juin 1948. Il est auditeur au Conseil d’État (1948), conseiller technique du directeur du cabinet aux ministères des Finances, du Travail et à la Présidence du Conseil (1949-1958), maître des requêtes au Conseil d’État en 1955, secrétaire général du Comité interministériel pour la réforme de l’enseignement médical, des structures hospitalières et de l’action sanitaire et sociale (1956-1958), expert de la CECA en 1957, professeur à l’ESSEC (1955-1958) et à l’IEP de Lyon, maître de conférences à l’IEP de Paris et à l’ENA (1950-1958). Il est ensuite directeur de la Sécurité sociale et de l’action sociale à la Commission des communautés européennes (1958-1973). Il est président de la section française de l’Institut européen de sécurité sociale à partir de 1972. Il est professeur de droit à l’université de Louvain (1963-1973), conseiller d’État en 1973. Il décède en 2001.

Source : Who’s who. David Colon, « Face aux Églises, un siècle d’organisation des étudiants chrétiens », dans Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder (éd.), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007, p. 223.

Ribière (Geneviève). Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1936, responsable diocésaine de Poitiers, membre du secrétariat général de la JECF-Lycées-et-facultés.

Née à Limoges en 1917, elle fait des études de philosophie aux universités de Limoges et de Poitiers. En 1939, elle se met au service des enfants espagnols du camp de réfugiés construit route de Limoges puis s’occupe des réfugiés lors de l’exode. Avec d’autres jécistes, elle participe activement au sauvetage des Juifs et devient notamment l’un des piliers du réseau L’Amitié chrétienne. Elle assiste le père Chaillet pour la publication de Témoignage chrétien. Durant l’affaire Finaly (Robert et Gérard Finaly, enfants juifs sauvés de la Shoah, baptisés chrétiens, que réclame leur tante juive), elle sert d’intermédiaire entre l’Église catholique et la communauté juive. Elle a été reconnue, en 1967, Juste parmi les nations par le Mémorial de Yad Vashem. Elle décède en 1999.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 34. François Delpech, « La persécution des Juifs et l’Amitié chrétienne », dans Xavier de Montclos et alii (dir.), Églises et chrétiens dans la Deuxième Guerre mondiale. La France, p. 143-179. Limore Yagil, Chrétiens et Juifs sous Vichy (1940-1944)…, p. 136-137 et 432.

Ricadat (Jean). Membre de l’équipe nationale Prépa (1949-1950), responsable national Prépa (1950-1951).

Né en 1926 à Noisy-le-Sec, il est fils d’un commis d’agent de change près la Bourse de Paris. Il fait ses études à l’École des Francs-Bourgeois et au lycée Saint-Louis à Paris, puis à l’École polytechnique. Il est ingénieur à la manufacture des tabacs d’Orléans (1952-1963), ingénieur en chef des manufactures de l’État, directeur des manufactures des tabacs du Mans (1963-1966) et de Lyon (1966-1982), directeur du service Formation et développement social de la SEITA (1982-1987). Retiré à Lyon, il est bénévole au Secours catholique.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Correspondance avec l’auteur.

Richard (Alfred). Secrétaire fédéral d’Alger, responsable national des facultés pour la Zone non occupée (1940-1941).

Richard (J.-C.). Membre de l’équipe nationale Prépa, en charge des élèves de khâgne (1946-1947).

Richard (Marie-Agnès), Mme Jean Planchais. Militante à la JECF-Lycées-et-facultés à partir de 1940, déléguée pour Paris de la JECF-Classique-et-supérieur (1944-1946), rédactrice en chef (et fondatrice) de Sophie en 1944, secrétaire générale adjointe (1946-1948), rédactrice en chef d’Étudiantes (1948-1949) puis de Quatre Jeudis (1950-1951).

Née le 16 août 1924 à Paris, elle est fille d’un médecin. Elle est élève au collège municipal d’Angers, puis au lycée Victor-Duruy à Paris, avant de suivre une licence d’histoire en Sorbonne et une école d’édition. Elle participe à la création du centre d’échanges internationaux (qui favorise les échanges scolaires) en 1947. Elle fonde en 1964 l’ADA XIII (association qui milite pour le développement du XIIIe arrondissement de Paris). Elle milite de 1964 à 2004 à l’UFCS, dont elle devient vice-présidente de 1990 à 1997 et directrice de la publication de Dialoguer (1990- 2004). Elle a été présidente des Amies de la JECF.

Source : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Madeleine Romer, Genevieve Poujol (dir.), Dictionnaire biographique des militants XIXe-XXe siècles. De l’éducation populaire à l’action culturelle, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 310. Archives de la JECI, BDIC. Équipe nationale de la JEC.

Ricci (François). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1945-1946).

Né le 2 janvier 1922 à Bastia, il est fils d’un instituteur. Il est élève jusqu’aux classes préparatoires au lycée du Parc (Lyon), puis il intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1942. Il est agrégé de philosophie en 1949. Il est professeur de philosophie au lycée de Bastia (1950-1953), au lycée Masséna de Nice (1953-1965), maître-assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice à partir de 1965. Il milite au Parti communiste français, de 1947 à 1984, et au SNES-Sup. Il décède le 17 décembre 1992.

Source : Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1994, p. 485-488.

Rigal (Christiane). Voir Ollier (Christiane).

Rivière (Benoît). Militant à la JEC en 1968, membre de l’équipe nationale Ado (1972-1975).

Né à Orléans le 20 octobre 1952, il est fils d’un représentant de commerce. Il est élève au lycée Benjamin-Franklin (Orléans), avant de faire des études de sciences économiques. Il devient musicien-chanteur, puis animateur musical, puis délégué départemental à la musique et à la danse de l’Aude, puis directeur administratif du Chœur régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Rivière (Madeleine). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Robert (Pierre). Membre de l’équipe nationale Aînés (1969-1970). Il vient d’Angoulême à Paris pour des études de théologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Robilliart (Jean-Jacques). Membre de l’équipe nationale Technique (1963- 1964), responsable national Technique (1964-1965), secrétaire général adjoint jusqu’en novembre 1965.

Né en 1942, il est élève au collège technique de Dunkerque, puis à l’ENSAM (Lille-Paris) de 1960 à 1964. Il fait son service national au titre de la coopération à Alger en 1966, puis travaille dans une entreprise de fabrication de roulements (Informatique, Personnel, Logistique). Il est responsable fédéral du MCC pour la Haute-Savoie dans les années soixante-dix.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Robin (Gabriel). Membre de l’équipe nationale Prépa (1949-1950).

Né en 1929 à Molières-sur-Cèze (Gard), il est fils d’un ingénieur civil des mines. Il est élève au collège Saint-Stanislas à Nîmes, aux lycées d’Alès et de Montpellier puis intègre l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1949. Il est agrégé d’histoire. Il est professeur de lycée en 1953-1956, élève à l’École normale d’administration (1956-1958), à l’administration centrale du ministère des Affaires étrangères (1958- 1961), deuxième secrétaire d’ambassade (1961-1965), premier secrétaire (1965- 1967), deuxième conseiller à la représentation permanente auprès des communautés européennes (1967-1969), conseiller technique au cabinet du Premier ministre (1969), délégué dans les fonctions de sous-directeur à l’administration centrale (1969-1972), premier conseiller à Londres (1972-1973), conseiller technique au Secrétariat de la Présidence de la République (1973-1979), directeur des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères (1979-1981), ambassadeur au conseil de l’OTAN (1987-1992), élevé à la dignité d’ambassadeur de France.

Sources : En équipe, 25 octobre 1949. Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Rochat (Michèle). Membre de l’équipe nationale Aînées (1954-1955).

Roche (Daniel). Il milite à la JEC à partir de 1952, est rédacteur à Quatre Jeudis (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Né le 26 juillet 1935 à Paris, il est fils d’un directeur commercial. Il est élève au collège Vauban à Courbevoie puis au lycée Chaptal à Paris jusqu’à sa khâgne, puis est élève à l’École normale supérieure de Saint-Cloud et étudiant en Sorbonne de 1956 à 1960 jusqu’à l’obtention de l’agrégation d’histoire. Il est professeur au lycée de Châlons-sur-Marne (1960-1962), assistant à l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1962-1965), maître-assistant (1965-1969), chargé de recherche au CNRS (1969-1973), chargé d’enseignement à l’université Paris-VII (1973-1974), maître de conférences à l’université Paris-VII (1974-1981), professeur à l’université Paris-I (1981-1998), professeur à l’Institut européen de Florence (1985-1989), directeur d’études à l’EHESS depuis 1989, directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine en 1990-1999, professeur au Collège de France depuis 1998. Il a milité au SNES.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Roche (Paul). Responsable national Secondaire pour l’enseignement libre pour la Zone non occupée (1942-1943).

Rochelle (Jacques). Membre du secrétariat général, responsable de Chantiers (1932-1933).

Roger-Machart (Yves). Militant (1962-1963), membre de l’équipe fédérale Prépa de Paris (1964-1966), membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1968).

Né en 1943, il est fils d’un cadre dans le secteur bancaire. Il est élève au lycée Henri-IV à Paris où il fait ses classes préparatoires, avant d’être élève à l’Institut national d’agronomie à Paris. En 1969-1970, il part en coopération au Chili, puis il est ingénieur à l’association régionale d’économie rurale en Rhône-Alpes (1970- 1979), à la chambre départementale d’agriculture du Morbihan (1979-1989). Il est ingénieur à l’INRA à Paris (1989-1999) et à Rennes (1999-2008). Il participe à la vie paroissiale et milite dans une association de solidarité internationale.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Rogues (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1944-1945).

Né le 3 juillet 1924 à Paris, il fait ses études secondaires au lycée Carnot (Paris) puis est élève de l’École normale supérieure (promotion 1943) et passe un DES de mathématiques. À l’issue de sa formation ecclésiastique au séminaire des Carmes (Paris) et sa licence de théologie, il est ordonné prêtre le 17 avril 1954. Il est alors en congé d’études à Rome jusqu’à ce qu’il soit nommé aumônier (juillet 1955) puis premier aumônier (novembre 1955) à l’église du Sacré-Cœur de la Cité universitaire internationale. En 1964, il est premier vicaire de la paroisse Saint-Pierre de Chaillot (Paris) ; en décembre 1967, il devient curé de la paroisse Saint-Germain-des-Prés (Paris) et, en 1969, responsable des missions œcuméniques pour Paris et en mission d’études et de recherche. En 1976, il devient doyen des Ve et VIe arrondissements. En 1980, il est, en outre, responsable de la communauté Saint-Bernard de Montparnasse. Parallèlement, en 1978, il devient enseignant à la faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris et, de 1982 à 1990, directeur de l’Institut supérieur d’études œcuméniques. En 1980, il est nommé vicaire épiscopal et directeur du département d’études œcuméniques. Il est ensuite curé (1987) puis curé émérite (1993) de la paroisse Notre-Dame-des-Champs.

Sources : Jean Rogues, La Foi d’un chrétien agnostique, Paris, Karthala, 2009, 228 p. Archives historiques de l’archevêché de Paris. Correspondance avec l’auteur.

Roinsol (Françoise). Responsable nationale Ado (1967-1968).

Romieu (Marie-Paule), Mme Brugnes. Militante de la JECF-École libre (1947- 1953), membre de l’équipe nationale Aînées (1954-1955), responsable nationale Aînées (1955-1956), secrétaire générale adjointe (1956-1957). Elle est démissionnaire en mai 1957.

Née en 1933, elle est élève au lycée Jeanne-d’Arc à Rodez puis passe une licence de droit et une thèse de doctorat en sciences économiques. Elle travaille trois ans au CNRS (1958-1961), puis part en coopération en Tunisie de 1962 à 1968, est assistante en France de 1968 à 1971, et est, à partir de cette date, maître de conférences à la faculté de Toulouse, spécialiste de l’économie du développement. Elle milite au SNES-Sup. puis au SGEN.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 183. Correspondance avec l’auteur.

Rondet (Michel). Militant à la JEC au collège, membre du secrétariat général, responsable de la province de Grenoble (1941-1942).

Né en 1923, il est élève au collège de Robin, à Vienne (Isère). Il est étudiant à la faculté des lettres de Grenoble (1939-1942). Il entre dans la Compagnie de Jésus en octobre 1942. Au terme de sa formation jésuite, il est chargé de la formation spirituelle des candidats à la Compagnie avant de travailler à la formation théologique et spirituelle des laïcs au Centre de La Baume-lès-Aix (Bouches-du-Rhône), tout en enseignant la spiritualité dans les séminaires de la région. Nommé en 2004 à la résidence jésuite de Grenoble, il y poursuit un accompagnement de spiritualité ignatienne auprès des laïcs, tout en collaborant occasionnellement à la revue Christus et en rédigeant des ouvrages de théologie spirituelle.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Rosat (André). Membre de l’équipe nationale (1945-1946), secrétaire général adjoint (1946-1948).

Rossignol (Claude). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1951-1952).

Il vient de Normandie et entre en 1954 à l’École des Hautes études commerciales (HEC).

Source : Message, octobre 1951.

Rossignol (Odile). Voir Tabourin.

Rostagnat (Alain). Secrétaire fédéral du Rhône (1943-1946), membre du secrétariat général, responsable des relations internationales (1946-1947).

Il devient enseignant à Lyon.

Source : Véronique Cocard, L’évolution de la Jeunesse étudiante chrétienne…, Annexes.

Rouanet (Monique). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1961-1963).

Rouault (Pierre). Responsable Technique de la fédération parisienne, membre de l’équipe nationale Aînés Technique (1956-1957). Il démissionne en mai 1957.

Il entre en 1954 à l’École nationale supérieure des mines à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Roubinet (Jean). Responsable national en charge des commandes pour la Zone occupée (1941-1943), membre de l’équipe nationale en charge de l’édition et de la librairie (1944-1946). Il prend ensuite la direction des Éditions de la Proue.

Rouch (Noëlle), Mme Jean Falga. Militante à la JECF-Lycées-et-facultés au collège de jeunes filles de Pamiers puis aux lycées de Toulouse et de Versailles, membre de l’équipe nationale JECF-Classique-et-supérieur (1945-1948).

Née en 1923, elle est fille d’un charcutier. Elle obtient en 1948 le certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire. Elle est professeur de lettres classiques dans le Cher, la Marne et le Loiret.

Source : Archives de la JECI, BDIC.

Roucou (Christophe). Militant à la JEC-Prépa (1970-1971), responsable national Prépa (1971-1972).

Né en 1952, il vient de Cherbourg où son père est chef de gare. Songeant à devenir prêtre, il participe à une session sur la vocation à l’abbaye de Boquen durant l’été 1968. Il suit la filière GFU qui permet de faire des études d’histoire en Sorbonne et une formation spirituelle. Il enseigne l’histoire dans une école d’agriculture (1973- 1976). Élève au séminaire de la Mission de France (1976-1980), il est ordonné prêtre de la Mission de France en 1980, puis soutient une maîtrise de théologie en 1981. Il est étudiant en arabe et islamologie à l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie, à Rome (1981-1983), avant d’enseigner en Égypte (1983-1987). Il est membre de l’équipe du séminaire de la Mission de France (1987-1988) et en devient le supérieur (1988-1994). Il participe au conseil épiscopal. Après un second séjour en Égypte (1994-1998), il est responsable du service Recherche-Formation et de l’école pour la Mission (1999-2007), tout en étant aumônier des étudiants à Paris-XII-Créteil. En septembre 2006, il devient directeur du Service national pour les relations avec l’Islam (SRI) et enseigne à l’Institut catholique de Paris.

Sources : Tangui Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, Une histoire de la Mission de France, p. 430. Correspondance avec l’auteur.

Rousselot (Michel). Militant à la JEC à partir de 1960, membre de l’équipe nationale Prépa (1964-1965), responsable national Prépa (1965-1966), secrétaire général de la branche Enseignement supérieur (1966-1967).

Né en 1943, il est fils d’un officier. Il vient de l’Ain pour suivre l’enseignement de l’École nationale des Travaux publics à Paris après des études au lycée du Parc à Lyon. Il est ingénieur délégué des cadres de la fédération CFDT gaz-électricité, puis secrétaire général adjoint de l’Union des ingénieurs et cadres CFDT. Il est, de 1984 à 1994, membre du Conseil économique et social, et, de 1990 à 1999, membre du comité mondial des cadres de la Fédération internationale des employés, techniciens et cadres. Il contribue à la création en 1993 d’Eurocadres, le Conseil des cadres européens, et en assure la présidence jusqu’en 2005. Il a milité au Parti socialiste.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Routhier (Claudine). Membre de l’équipe nationale Jeunes (1964-1965). Elle est démissionnaire en avril 1965.

Roux (P.). Membre de la commission Secondaire (1935-1936).

Roy (Bernadette). Voir Jacquey.

Roy (Pierre). Secrétaire fédéral de Saint-Étienne, responsable national Secondaire pour la Zone non occupée (1940-1941).

Il est étudiant à Paris, à la faculté de droit et à l’École libre des sciences politiques.

Source : Messages aux militants de la JEC, février 1941.

Rynad (Jean). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1948-1949).

Saboureau (Marie-Thérèse). Responsable régionale (1962-1963), secrétaire générale de la JECF (1963-1965). Elle démissionne en avril 1965.

Elle vient de Nantes pour des études de droit à Paris. Elle est directrice du Travail. Elle a plusieurs engagements associatifs et syndicaux.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Sadorge (Huguette), Mme Gagneux. Militante à la JECF-École libre à partir de 1941, responsable diocésaine de Tours, membre de l’équipe nationale (1944-1949), secrétaire générale (1947-1948).

Sadoulet (Bernard). Responsable national Prépa (1963-1964).

Il entre à l’École polytechnique en 1963. Il est fils de Maurice et Geneviève Sadoulet, anciens responsables nationaux de la JEC et de la JECF.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Sadoulet (Geneviève). Voir Bérard.

Sadoulet (Maurice). Secrétaire fédéral de Marseille, responsable national des services pour la zone non occupée (1940-1941), secrétaire général de la Zone non occupée (février 1942-1943).

Né en 1918, il est élève à l’École polytechnique. Il est responsable diocésain d’ACI à Lyon dans les années 50 puis engagé dans la « Chronique sociale de France » dont il devient président. En 1989, il participe à la création de l’Antenne sociale de Lyon, organe conseil du diocèse en matière économique et sociale et antenne locale des Semaines sociales de France. Il a épousé Geneviève Bérard, ancienne secrétaire générale de la JECF-Lycées-et-facultés pour la zone non occupée. Leur fils, Bernard Sadoulet, a été responsable national Prépa en 1962-1963.

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941. Correspondance avec l’auteur.

Saillot (Jocelyne), Mme François Colson. Membre de l’équipe nationale Jeunes-CEG (1965-1966), membre de l’équipe nationale Ado (1966-1967), responsable nationale Ado (1967-1968), elle démissionne en décembre 1967.

Elle vient du Havre. Elle est psychothérapeute. Elle a épousé François Colson, ancien vice-président de la JEC.

Source : Girouette, novembre 1965 et novembre 1966.

Saint-Genez (Marcelle), Mme Guy Boudon. Militante à la JECF à partir de 1952, responsable fédérale Aînées à Bordeaux (1957-1958), membre de l’équipe nationale Universitaire (1958-1960), secrétaire générale (1960-1961).

Née le 25 août 1938, elle est fille d’un agent de police. Elle est élève au lycée de jeunes filles de Bordeaux puis suit une licence de sociologie. Elle est quelques années enseignante dans un lycée technique. Après un arrêt de travail, elle devient, en 1969, permanente à Vie nouvelle, puis bénévole avant de redevenir salariée (vice-présidente). En 1980, elle est engagée à Bayard Presse pour la revue Phosphore. En 1983, elle devient secrétaire générale de la presse Jeune jusqu’en 1999. De 1999 à 2003, elle est secrétaire générale de l’université de Bayard Presse (lieu de formation du personnel). Elle milite au Parti socialiste, à l’Association de solidarité avec les travailleurs immigrés. Elle anime l’université d’été de l’Assomption. Elle a épousé Guy Boudon, secrétaire général de la JEC.

Sources : Supplément au Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 11. Entretien et correspondance avec l’auteur.

Saint-Julien (Thérèse). Militante à la JEC durant ses études secondaires, membre de l’équipe nationale 6e-5e (1961-1963), membre de l’équipe nationale (1963-1964). Née en 1941 à Sames (Pyrénées-Atlantiques), elle poursuit, après des études secondaires à Bayonne, des études supérieures de géographie à Bordeaux d’abord puis à Paris. Agrégée (1966), docteur d’État en géographie (1980), l’essentiel de sa vie professionnelle s’est, par la suite (1969-2006), déroulé dans le cadre de l’université Paris-I, où elle est professeur des universités de 1984 à 2006. Durant ces années elle est amenée à assurer de nombreuses responsabilités dans les domaines de l’animation et de la gestion de la recherche en sciences humaines et sociales.

Source : Jeunes, décembre 1962. Correspondance avec l’auteur.

Saint-Sauveur (Geneviève). Voir Happe.

Salatz (Claude). Secrétaire générale de la JECF-École libre (1946-1947).

Sales (Claude). Militant à la JEC à partir de 1947, membre de l’équipe fédérale Secondaire de Paris (1950-1951), responsable fédéral Secondaire de Paris (1951- 1953), secrétaire fédéral d’Ile-de-France (1953-1955), rédacteur en chef de Quatre Jeudis (1955-1957).

Né le 21 juillet 1930 à Lubersac (Corrèze), il est fils d’un inspecteur à la direction générale du Crédit lyonnais. Il fait ses études au lycée Buffon et à la faculté des lettres de Paris, obtient une licence ès lettres et un DES de lettres classiques. Il est rédacteur à Témoignage chrétien (1957). Après son service militaire (sept. 1957- janv. 1960), partiellement effectué en Algérie, il est journaliste à France-Soir (1960- 1965), Télé-magazine (1965), chef adjoint du service étranger de France-Soir (1966- 1972), directeur littéraire des éditions de l’Épi (1972-74), professeur au Centre de formation des journalistes (1974-76), chef d’enquête puis chef du service Nation au Point (1976-1982), directeur de la rédaction de France-Inter (1982-84), corédacteur puis rédacteur en chef au Monde (1985-1990), PDG de Télérama (1990-97).

Sources : Message, octobre 1956. L’ACJF, une création originale. Travaux et conférences du centre Sèvres. Médiasèvres, n° 14, 1988, p. 151-154. Correspondance avec l’auteur.

Sannie (Marguerite), Mme Étienne Matray. Militante à la JECF, secrétaire générale adjointe (1954-1956).

Née en 1931, elle est fille d’un professeur au muséum d’histoire naturelle et directeur de l’identité judiciaire. Elle fait ses études secondaires à Notre-Dame-de-Sion à Paris, des études de lettres à la Sorbonne, puis une formation de secrétariat. Elle a épousé Étienne Matray, ancien secrétaire général adjoint de la JEC.

Source : Correspondance de Mme Vital-Durand, fille de Mme Matray, avec l’auteur.

Santiano (Bernadette). Voir Hemmer.

Santucci (Monique). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953).

Sarcus (Pierre de). Membre de la commission Étudiants (1936-1938).

Il est également président de la réunion des jeunes gens.

Source : David Colon, Un cercle d’étudiants catholiques sous la Troisième République : la Conférence Olivaint, 1875-1940, mémoire de DEA, IEP de Paris, 1996, p. 226.

Sarrat (Michel). Responsable national Universitaire pour la Zone occupée (1942- 1943).

Saugnac (Denise). Voir Schiltz.

Saugnac (Jean). Militant à la JEC à partir de 1954, responsable national Prépa (1959-1961).

Né le 7 mai 1937 à Belin-Beliet (Gironde), il est fils d’un pharmacien-dentiste. De 1947 à 1954, il fait ses études secondaires au collège-petit séminaire de Saint-Pé-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées). Il est ensuite élève en classe préparatoire au lycée Michel-Montaigne (Bordeaux) puis à l’École centrale (Paris). Il est ingénieur dans l’industrie spatiale à la Société d’étude de la propulsion par réaction à partir de 1964 puis à la Société européenne de propulsion, au Haillan (Gironde), à partir de 1969. Il a épousé Denise Schiltz, ancienne responsable nationale Universitaire et 6e-5e. Avec elle, il milite à Vie nouvelle, au MCC et en paroisse à Mérignac. Il assume également d’autres engagements associatifs, notamment comme président de parents d’élèves et aux Semaines sociales.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Savelli (Roger). Membre du secrétariat général (1936-1937).

Savés (Thérèse), Mme Briol. Membre de l’équipe nationale Ado (1966-1967), coprésidente de la JEC en 1967. Elle démissionne en décembre 1967.

Savy (Aimé). Secrétaire fédéral de l’Aveyron (1961-1962), membre de l’équipe nationale Aînés (1964-1965).

Il vient de l’Aveyron pour des études d’histoire et de géographie, à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Schaller (Anne-Marie). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1965- 1967).

Étudiante en histoire, elle vient de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Schraauwers (Michel). Militant à la JEC à partir de 1965, responsable national Technique d’octobre 1966 à sa démission en décembre 1967.

Né en 1944, il est fils d’un artisan-commerçant. Il est élève à l’École française de radioélectricité de Rouen puis intègre l’École française de radioélectricité et d’électronique à Paris. Après son volontariat militaire à l’Aide technique, il est directeur de l’École technique Saint-Jean-Bosco en Guadeloupe, ingénieur pour la société d’électricité Clemessy à Mulhouse (octobre 1973-mars 1981), chef d’agence puis directeur commercial à Liénart-Soval à Orléans (mars 1981-mars 1997), gérant-propriétaire d’une société du Loiret (mars 1997-juillet 2005). Il milite au Secours catholique, à SOS Amitié, à l’Entente des générations pour l’emploi et l’entreprise. Il est parrain de la Mission locale d’Orléans.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Scherer (Marc). Membre du secrétariat général (1929-1931), secrétaire fédéral de Paris, secrétaire général (septembre-décembre 1931).

Né le 22 juin 1908 à Quingey (Doubs), il est le fils d’un représentant de commerce. Il fait ses études secondaires au lycée de Besançon puis ses classes préparatoires littéraires au lycée du Parc (Lyon). Il passe une licence de philosophie à Lyon (1927- 1929) puis un DES de philosophie à Paris (1931) et devient professeur de philosophie. À partir de 1934, il collabore à Sept et Temps présent. En 1938, il participe très activement à la création du lycée français de Budapest (Gödöllö), sur la décision des Œuvres françaises à l’étranger. Mobilisé en 1939, il est affecté en janvier 1940 au lycée de Gödöllö pour sauvegarder cet établissement qui disparaît dans le siège de Budapest en 1945. En 1941, il enseigne au lycée français de Barcelone après avoir été révoqué par le gouvernement de Vichy de l’Institut français de la ville. Il devient délégué pour le GPRF dans la province de Lérida (juillet 1943-janvier 1944). En 1945, il entre au MRP dans lequel il s’investit beaucoup. Il assure les fonctions de rédacteur en chef de l’Aube en 1945 puis anime la rédaction de l’hebdomadaire du MRP, Forces nouvelles, et siège au comité national du mouvement de 1946 à 1951. Il inaugure en 1947 le centre de formation des militants du MRP (avec Albert Gortais, ex-JEC, et Jacques Madaule). Il est député MRP de la Haute-Marne (1946- 1951), vice-président de la commission des affaires étrangères de 1947 à 1951, conseiller technique de la Délégation française à la Ve assemblée générale de l’ONU (1951) et membre suppléant de l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe entre 1949 et 1951. Il fait ensuite une carrière diplomatique : conseiller culturel à Djakarta (1953-1962), puis à Lima (1962-1965), et directeur du centre culturel français et attaché culturel auprès du consulat général à Tanger (1965-1973). Il meurt le 31 mars 1980 à Tanger (Maroc).

Sources : Christophe Roucou, Les origines de la JEC en France. Site internet de l’assemblée nationale.

Schiltz (Denise), Mme Jean Saugnac. Responsable fédérale Universitaire à Toulouse (1958-1959), responsable nationale Universitaire (1959-1960), responsable nationale 6e-5e (1960-1961).

Née le 29 juillet 1935 à Sarreguemines, elle est fille d’un ingénieur travaillant, en 1945, pour les Houillères du Bassin d’Aquitaine, à Saint-Benoît-de-Carmaux. Elle fait ses études secondaires à l’institution Bon-Sauveur à Albi puis obtient sa licence de mathématiques à l’université de Toulouse en 1959. Elle passe ensuite son CAPES à Paris. En 1961, elle a épousé Jean Saugnac, ancien responsable national Prépa, et partage avec lui les engagements à Vie nouvelle, au MCC et en paroisse, à Mérignac. Elle est professeur de mathématiques au lycée de Bourges en 1961, au lycée de Montargis de 1962 à 1964, puis – après une mise en disponibilité de 1964 à 1970 – à temps partiel au collège d’enseignement secondaire de Capeyron (Mérignac) entre 1970 et 1992. Elle s’implique également dans la catéchèse, l’ACAT, le SGEN. Elle prend sa retraite de professeur de mathématiques en 1992 et s’engage alors plus fortement dans l’alphabétisation et l’aide aux devoirs au sein d’un centre social. Elle décède le 25 décembre 2004.

Source : Correspondance de Jean Saugnac, veuf de Denise, avec l’auteur.

Schiltz (Jean). Membre de la commission Secondaire (1935-1937).

Schmauch (Pierre). Responsable national administratif et membre de l’équipe nationale Technique (1971-72).

Schott (Pierre). Secrétaire fédéral de Paris (1946-1948), membre de l’équipe nationale (1949-1952).

Scoffoni (Maryse). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Seeboth (Christine). Voir Leclercq.

Seeboth (Mario). Secrétaire fédéral de Paris et responsable national Technique (1970-1972).

Né à Berlin en 1949, il vit à Drancy et il est étudiant en sciences économiques. Il devient cadre chez Renault et milite au Parti socialiste.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ségers (Christian). Membre de l’équipe nationale Prépa (1962-1963).

Sémenou (Jean-Étienne). Secrétaire fédéral de Montpellier, responsable national Ado (1969-1971).

Il a épousé Marie-Françoise Siméon, ancienne membre de l’équipe nationale Ado.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Serrus (Jean-Toussaint). Membre de l’équipe nationale Technique-sup (1966- 1967).

Il est élève à l’École nationale de radiotechnique et d’électricité appliquée (Clichy).

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

SEVETTE (Pierre). Président de la section de Mézières en 1929, secrétaire fédéral des Ardennes (1931-1932), membre de l’équipe nationale (1932-1933), président de la commission nationale Secondaire (1934-1936), secrétaire général (1936-janvier 1937).

SEVIN (Clémence). Voir LESAFFRE.

SIMAR (Jean). Militant à la JEC à partir de la 4e , responsable Cadets de l’établissement, membre de l’équipe fédérale de l’Hérault, secrétaire fédéral, responsable régional de la région 10 bis (1961-1962), membre de l’équipe nationale Jeunes-CEG (1962-1963), coresponsable national Jeunes chargé des CEG (1963- 1964).

Né le 30 avril 1941 à Baillargues (Hérault), où son père est viticulteur, il fait ses études au collège municipal de Lunel jusqu’en terminale, puis deux ans de propédeutique à la faculté de Montpellier. En 1964, il devient instituteur remplaçant. Il enseigne en 1966 à Noisy-le-Sec. En 1968, il obtient le certificat d’aptitude à l’éducation des enfants et adolescents déficients ou inadaptés et devient instituteur spécialisé. A partir de 1971, il travaille dans l’Éducation spécialisée en banlieue lyonnaise. En 1981, il devient directeur d’un établissement spécialisé. En 1995, il est directeur de la SEGPA de Montpellier jusqu’à sa retraite en 1998. Il milite au PSU de 1961 à 1968, puis adhère au PCF où il reste jusqu’en 1993, puis milite jusqu’en 1998 auprès des refondateurs communistes. Il milite également à Vie nouvelle de 1966 à 1971, à l’ACO de 1973 à 1981, au Syndicat national des instituteurs de 1965 à 1992. Il est élu conseiller municipal communiste à Saint-Priest (Rhône) de 1977 à 1983, adjoint au maire de 1983 à 1989, et conseiller municipal de Bron (Rhône) de 1989 à 1995.

Source : Entretien avec l’auteur.

Siméon (Marie-Françoise). Mme Jean-Étienne Sémenou. Membre de l’équipe nationale Aînés (1970-1972).

Née en Périgord, elle a épousé Jean-Étienne Sémenou, ancien responsable national Ado.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Simon (Georges). Membre de l’équipe nationale Technique (1948-1949).

Simonet (Pierre). Membre de l’équipe nationale Moderne et technique (1945- 1946).

Né vers 1925, il vient de Toulouse. Il intègre le Centre national des arts et métiers en 1947. Il est agrégé de mécanique. Il devient ingénieur chez Goodrich en 1946.

Sources : Sommets, novembre 1945. En équipe, 15 octobre 1946.

Simonnet (Maurice-René). Responsable Universitaire de Lyon (1938-1939), secrétaire fédéral adjoint de Lyon (1939-1940), responsable de la province de Lyon et secrétaire général adjoint (mai 1940-1941) et secrétaire général (1941-1942) pour la Zone non occupée.

Né le 4 octobre 1919 à Lyon, il est fils d’un ingénieur drômois. Il fait ses études à l’institution des Chartreux, puis au lycée du Parc (Lyon). Il intègre l’École libre des sciences politiques dont il sort diplômé en 1941. Il participe à la fondation, en juin 1941, des Cahiers de notre jeunesse, revue qui sera interdite en juin 1943. Il fonde, avec Gilbert Dru, en novembre 1943 les Jeunes chrétiens combattants (JCC). En avril 1944, il rédige avec André Colin le manifeste pour le Mouvement républicain de libération, futur Mouvement républicain populaire dont Maurice-René Simonnet est l’un des fondateurs. Il en devient le secrétaire général en 1955. Il est député de la Drôme (1947-1958), secrétaire d’État à la Marine marchande (11 novembre 1957-14 mai 1958) puis à nouveau député (1958-1962). Il est titulaire d’une agrégation de droit (1969), professeur puis doyen de l’université Lyon-III. Il est membre du Conseil constitutionnel de 1984 à 1988. Il décède le 21 août 1988.

Sources : Messages aux militants de la JEC, février 1941 et février 1942. Site internet de l’assemblée nationale.

Souchier (Anne), Mme Alain Bondeelle. Membre de l’équipe nationale Prépa (1960-1961), membre de l’équipe nationale Aînées (1961-1962).

Née le 17 novembre 1939 à Riorges (Loire), elle entre à l’École des chartes en 1960. Diplômée en 1964, elle fait toute sa carrière au CNRS comme ingénieur de recherche.

Source : Archives de la JEC, CNAEF. Livret de l’École des chartes, Paris, 2010, p. 442.

Soulard (Marie-Thérèse). Militante à la JEC à Nantes, membre de l’équipe nationale Aînés (1971-1972).

Née en 1950, elle vient de Vendée pour préparer une maîtrise de lettres modernes à Paris.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Souques (Annie). Membre de l’équipe nationale Prépa (1959-1960).

Spitz (Denise). Membre de l’équipe nationale Jeunes-CEG (1965-1966).

Steltzlen (Jacques). Membre de l’équipe nationale Cadets (1944-1945).

Stengel (J.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1950-1951).

Stoosz (Henri). Membre de l’équipe fédérale de Roanne, responsable national Secondaire en Zone non occupée (1940-42), membre de l’équipe nationale (1944- 46), secrétaire général adjoint (1945-46). Il est secrétaire général adjoint de l’ACJF. Stremler (Jean-Pierre). Militant à la JEC à partir de la 4e, responsable Cadets puis Secondaires de son établissement, membre de l’équipe fédérale de l’Eure (1950- 1952), membre de l’équipe nationale Secondaire (1955-1957), membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1956-1958), responsable national Grandes Écoles (1957- 1958).

Il est élève au collège Saint-François-de-Sales à Évreux (Eure), élève en classe préparatoire scientifique à l’école Sainte-Geneviève (Versailles) en 1950-1952, à l’École centrale de Paris en 1955-1958. Il est membre fondateur de l’association Jeunes Cadres, milite à la CFTC puis à la CFDT Cadres jusqu’en 1966.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Strenna (Albert). Responsable fédéral de Poitiers (1940-1941), secrétaire général pour la Zone occupée (1941-1942).

Il est professeur au collège de Saint-Claude, militant au SGEN à partir de 1948.

Source : Madeleine Singer, Le SGEN de 1937 à mai 1986, Paris, Cerf, 1993, p. 39.

Suard (Michel). Membre de l’équipe nationale Cadets (1958-1959).

Sueur (Jean-Pierre). Militant à la JEC à l’âge des cadets, membre de l’équipe fédérale du Nord, membre de l’équipe nationale Aînés en septembre 1967, devenu responsable national Aînés en décembre 1967 et le restant jusqu’en 1969.

Né en 1947 à Boulogne-sur-Mer, il est le fils d’un journaliste qui a été membre de l’équipe nationale de la JOC. Il fait ses études en établissement catholique avant d’intégrer une classe préparatoire littéraire au lycée Faidherbe (Lille), puis est admis l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Il est agrégé de lettres modernes et docteur ès lettres. Il est assistant de linguistique à l’université de Tunis dans le cadre de la coopération (1972-1973), puis assistant et maître-assistant de linguistique française à l’université d’Orléans (1973-1981). Depuis 1993, il est maître de conférences en linguistique française à l’université d’Orléans. Il est secrétaire et premier secrétaire de la fédération du Loiret du Parti socialiste de 1974 à 1981, député du Loiret de 1981 à 1993, conseiller municipal d’Orléans entre 1983 et 1989, et maire de 1989 à 2001. De 1991 à 1993, il est secrétaire d’État aux Collectivités locales. Depuis 2001, il est sénateur du Loiret. Il a épousé Monique Pontier, ancienne membre de l’équipe nationale Aînés.

Sources : Jean-Pierre Sueur, « Quand nous avons, à la JEC, découvert la lutte des classes », Autrement, 1977, n° 8, p. 42-55. Recherches JEC, n° 33. Entretien avec l’auteur.

Sueur (Monique). Voir Pontier.

Sulmont (Alain). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1952-1953).

Supiot (Michel).. Responsable fédéral de l’Eure (1958-1959), membre de l’équipe nationale Cadets (1959-1961), secrétaire général adjoint (1962-1963).

Tabourin (Odile), Mme Rossignol. Militante à la JECF-École libre à partir de 1944, responsable diocésaine et responsable nationale Jeunes (1947-1952).

Née en 1927, elle est puéricultrice pendant cinq ans.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Archives de la JECI, BDIC.

Taburet (Annick), Mme Wajngart. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1937, responsable nationale de la JECF-Lycées-et-facultés pour la Zone occupée (1940-1944).

Née en 1922, elle est professeur agrégée de philosophie. Elle enseigne au lycée Molière à Paris. Elle est secrétaire de l’Union des retraités du SGEN-CFDT et membre du PSA puis du PSU puis du PS. Elle milite également à la Ligue des droits de l’Homme, aux Amitiés judéo-chrétiennes. Elle est membre-fondatrice, en 1959, de la Société d’études jaurésiennes. Elle décède en 2006.

Sources : Archives de la JECI, BDIC. Cahiers Jaurès, janvier-mars 2006, n° 179, p. 87-88.

Tachon (Jean). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1952-1953).

Tallandier (Denise). Voir Ventre.

Tallandier (Jean). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1945-1946), responsable national Secondaire (1946-1947).

Il vient de Lyon et effectue des études de droit. Il a épousé Denise Ventre, membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur.

Source : Messages aux militants, mars 1946.

Tannery (Jacqueline), Mme Claude Julien. Militante à la JECF-École libre à partir de 1942, secrétaire diocésaine (1944-1945), membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1945-1946), secrétaire générale de la JECF-Classique-et-supérieur (1946-1949).

Née en 1922, elle est la fille du gouverneur de la Banque de France. Elle est élève à l’Institut catholique d’Angers puis passe une licence de mathématiques. Elle est ingénieur durant un an. Elle milite au MLP de 1954 à 1956. Elle a épousé Claude Julien, ancien responsable national Technique.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Archives de la JECI, BDIC.

Taraud (Joël). Militant à la JEC à partir de 1964, membre de l’équipe nationale Prépa (1966-1969).

Né en 1946, il est fils d’un marin-pêcheur. Il est élève en classe préparatoire au lycée Henri-IV (Poitiers). Il intègre l’Institut national d’agronomie à Paris. Il devient enseignant en lycée agricole, responsable d’établissement, ingénieur formateur dans l’enseignement supérieur à Montpellier. Il milite à la CFDT et au PS.

Source : Équipe nationale de la JEC.

Tarbès (Bernard). Responsable national Prépa (1955-1956).

Né en 1934 à Asnières, il est fils d’un cadre administratif. Il est élève au collège de l’Immaculée-Conception à Pau, au lycée de Melun, au collège de Forbach, au lycée Saint-Louis à Paris, à l’École polytechnique. Il est ingénieur de la Société des grands travaux de Marseille, à Paris (1958-1968), fondé de pouvoir puis directeur technique de la société ETPM (1968-1972), directeur adjoint puis directeur à la Société GTM-Bâtiments et Travaux publics (1972-1987), vice-PDG de GTM-BTP depuis 1987 et directeur général adjoint (1981-1985) puis PDG (1985-1987) de GTM International, puis directeur général de GTM (1992) et de la société holding du groupe GTM (1996). Il est président du syndicat national Entreprise générale de France BTP. Il dirige le conseil économique de sa paroisse depuis 1973 et anime une association engagée dans le logement social à Vaucresson depuis 1971.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Tarnaud (Olivier). Secrétaire fédéral de Limoges, membre de l’équipe nationale Aînés (1968-1969).

Tarrière (Claude). Militant à la JEC à partir de 1948, responsable de son établissement, membre de l’équipe nationale Technique-Cours complémentaires (1952-1953).

Né en 1933, il est fils d’un charron-forgeron. Il fait des études à l’École nationale professionnelle de Nantes avant d’engager des études de médecine à Paris. Il a également reçu une formation psychophysiologique et neurophysiologique à la Sorbonne. Il fait sa carrière chez Renault comme stagiaire, puis cadre, puis directeur du département biomédical de l’automobile. Il a créé le laboratoire d’accidentologie et de biomécanique des constructeurs français d’automobiles ; il en a été le premier directeur de 1969 à 1980. Il milite au PSU puis au PS, à la CFDT et à Vie nouvelle.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Tartenson (Louis). Membre de l’équipe nationale Universitaire pour la Zone non occupée (1942-1943).

Tasse (Joël). Membre de l’équipe nationale Prépa (1958-1960).

Terray (Marie-Louise). Voir Ciamin.

Tesseraud (Madeleine). Membre de l’équipe nationale de la JECF-Classique-et-supérieur (1949-1950).

Thélin (Jean de). Militant à la JEC depuis 1946, membre de l’équipe Cadets de la fédération de Montpellier (1950-1951), militant à l’ACGE (1953-1955) et membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1954-1955), responsable national Grandes Écoles (1955-1956).

Né le 8 juin 1934 à Saumur, il est le fils d’un officier de carrière devenu, après la Seconde Guerre mondiale, exploitant viticole dans l’Aude. Il est élève au pensionnat de l’Immaculée-Conception (Béziers), au lycée Louis-le-Grand (Paris) pour ses classes préparatoires de 1951 à 1953, à l’École des mines (Paris) de 1953 à 1956. Après son service militaire, il effectue sa carrière aux Houillères du bassin d’Aquitaine, puis dans le groupe SCET, puis dans des entreprises viticoles. Il a milité à Vie nouvelle et à la communauté Vie chrétienne.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Thelliez (Michel). Membre de l’équipe nationale Technique (1955-1956).

Il vient de la France du Nord, et est élève à l’École normale supérieure de l’Enseignement technique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Therme (Daniel). Membre de l’équipe nationale Technique (1963-1964).

Théveniault (Michel). Secrétaire général adjoint (1950-1951), membre de l’équipe nationale Cadets (1950-1953), membre de l’équipe nationale Universitaire (1953-1955).

Il entre dans la Compagnie de Jésus et travaille auprès de délinquants près de Lyon.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Thévenot (Alain). Responsable fédéral Ado à Besançon, membre de l’équipe nationale Ado (1967-1969).

Thévenot (Jean-Claude). Membre de l’équipe nationale Cadets (1958-1962).

Thiberge (Claude). Militant à la JEC à partir de 1946, membre de l’équipe nationale Universitaire (1952-1954).

Né en 1931, il est fils d’un cadre dans l’industrie pétrolière. Il est élève à Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine, étudiant en architecture à l’École nationale supérieure des beaux arts. Il part au service militaire en 1954 et est maintenu en Afrique du Nord. Il est responsable technique puis directeur du groupe Habitat rural du Loiret en 1962-1980, architecte libéral en 1980-1984, fondateur et directeur de l’Atelier public d’urbanisme et d’architecture de Saint-Jean-de-Braye (Loiret) en 1984-1994. Il est adjoint (chargé de l’urbanisme) au maire de Saint-Jean-de-Braye de 1971 à 1983.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Thiberge (Marc). Militant à la JEC à partir du collège, membre de l’équipe fédérale parisienne (1952-1954), secrétaire fédéral du Calvados (1958-1959), responsable Universitaire du Calvados (1959-1960), membre de l’équipe nationale Universitaire (1960-1962).

Né en 1937, il est élève au collège Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine. Il devient psychiatre et psychanalyste.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Thiessard (Yves). Membre de l’équipe nationale Cadets (1959-1961).

Thouret (Michel). Responsable national Technique (1955-1956). Il est élève à l’Institut catholique des Arts et métiers de Lille en 1951.

Source : Message, octobre 1956.

Tintant (Henri). Membre de l’équipe nationale Universitaire pour la zone non occupée (1942-1943).

Né en 1918, il fait ses études secondaires au lycée Hoche (Versailles) puis passe une licence de sciences naturelles à la Sorbonne puis entame un DES qu’il doit suspendre lorsqu’il est mobilisé, en 1939. Il est assistant en paléontologie à l’université de Montpellier (1942-1944), à l’université de Dijon en 1944 et y enseigne jusqu’en 1983. Il est enfin professeur émérite à l’université de Bourgogne. Il a été, dès sa création, l’un des animateurs du groupe « Des naturalistes aux théologiens » de l’Institut catholique de Lyon et collabore activement avec le jésuite Henri Martelet à propos des relations entre foi et science. Il décède le 14 novembre 2002.

Sources : Christiane Ruget, « Henri Tintant (1918-2002) », Ciências de terra, n° 15, 2003, p. 263-266. Jean Gayon, « Science et philosophie chez Henri Tintant (1918-2002) », Annales de paléontologie, vol. 91, 2005, p. 337-348.

Tixier (Jacques). Secrétaire fédéral de l’Allier, membre de l’équipe nationale Cadets (1953-1955), membre de l’équipe nationale Universitaire (1955-1956).

Né en 1931, il fait des études de psychologie.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Tosel (André). Militant à la JEC à partir de la classe de 5e, secrétaire fédéral des Alpes-Maritimes en 1958-1959, membre de l’équipe nationale Universitaire en 1961-1962.

Né en 1941, il est fils d’un employé au PMU. Il est élève au lycée du Parc impérial à Nice, puis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et passe l’agrégation de philosophie en 1965. Il est titulaire d’un doctorat d’État de philosophie à l’université de Paris-I, obtenu en 1982. Il est maître de conférences à Nice (1967-1988), vice-président de l’université de Nice (1982-1988), professeur à l’université de Besançon (1988-1995), à Paris-I-Panthéon-Sorbonne (1995 à 1998), membre du conseil de gestion de l’UFR des lettres, arts et sciences humaines de l’université de Nice-Sophia-Antipolis (1998-2003). Il a milité au SNES-Sup, au PCF de 1974 à 1988.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Toulemonde (Marie-Amélie). Militante à la JECF à partir de 1965, responsable fédérale du Nord (1968-1969) puis coprésidente de la JEC (1970-1972).

Née en 1949, elle suit ses études à Roubaix puis est étudiante en sociologie à Paris. Elle milite ensuite à la CFDT. Elle est d’abord vendeuse aux Nouvelles Galeries, puis ouvrière à Thomson (Grenoble) avant de créer son entreprise (une agence de voyage).

Source : Équipe nationale de la JEC.

Tournier-Lasservie. Membre de l’équipe nationale Universitaire pour la Zone non occupée (1942-1943).

Touze (Michèle). Voir Gourlat.

Trotobas (René), dit Thibault. Membre de l’équipe nationale, chargé de Messages aux militants de la JEC (1932-1933).

Né le 17 novembre 1912 à Saint-Étienne, il est fils de commerçants. Il fait ses études secondaires au lycée de Saint-Étienne, ses classes préparatoires au lycée du Parc (Lyon) avant d’intégrer l’École normale supérieure. Il est agrégé des lettres. Il est professeur aux lycées de Chambéry, Amiens puis à l’Athénée français de Tokyo. Il s’engage dans les Forces françaises libres (1940-1945). Il rejoint le corps diplomatique en 1945. Il est chef de cabinet du ministre de l’Information (1945), secrétaire d’ambassade et attaché de presse à l’ambassade de France au Canada jusqu’en 1948, chargé de mission à la direction générale des relations culturelles, secrétaire du Conseil de l’Europe (1952), directeur des émissions vers l’étranger de la Radiodiffusion-Télévision française (RTF, 1954-1956), conseiller d’ambassade chargé des relations avec la presse à l’ambassade de Londres (1956-1958) puis directeur des émissions à ondes courtes à la RTF (1958) et directeur des informations et de l’actualité télévisée (1959-1961), administrateur de la Société de radiodiffusion de la France d’Outre-mer (1959-1961) et de l’agence France-Presse (1960-1961). Il est enfin consul général à Casablanca (1961-1967), ambassadeur en Équateur (1968- 1972) puis en Colombie (1972-1976). Il décède en 1980.

Source : Who’s who.

Troude (Pierre). Militant à la JEC à partir de la 6e (1952-1959), membre de l’équipe fédérale de l’Aisne (1959-1962), membre de l’équipe régionale du Nord (1962-1964), membre de l’équipe nationale Prépa (1964-1965). Reconduit à ce poste pour 1965-1966, il démissionne vers la fin de l’année 1965.

Né en septembre 1943 à Hirson (Aisne), il est fils d’un garagiste. Il est élève au lycée d’Hirson puis en classes préparatoires à Lille. Il intègre l’ESSEC en septembre 1964. Après deux années passées en coopération comme enseignant dans un collège mariste au sud du Liban, il travaille à la Société des usines chimiques Rhône-Poulenc. Toute sa carrière se déroule dans les groupes Rhône-Poulenc et Rhodia à des postes de direction commerciale, de direction de filiale à l’étranger (Finlande) puis de direction des achats. Il milite au MCC depuis 1973. Il est aussi trésorier du CCFD du Rhône et membre de la commission nationale administrative et financière du CCFD.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Trouvé (José). Secrétaire général adjoint (1959-1961), responsable national Jeunes (1960-1961).

Il est le conjoint de Colette Bessat, ancienne responsable nationale de la JECF.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Ursurigaray (Pierre). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1949-50).

Vacheret (Bernard). Membre de l’équipe nationale (1930-1932).

Né le 7 mars 1911, il est élève en classe préparatoire au lycée du Parc (Lyon) de 1927 à 1930 avant d’intégrer l’École normale supérieure. Il est inspecteur général de l’instruction publique, à Lyon.

Source : Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, p. 308.

Vacherot (Claude). Membre de l’équipe nationale Cadets (1949-1950).

Vallet (Henri). Membre de l’équipe nationale Cadets (1952-1953).

Vandermeersch (Xavier). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1956- 1957).

Vanlerenberghe (Marie-Thérèse). Responsable régionale pour le Nord et la Picardie (1964-1965), membre de l’équipe nationale Universitaire (1965-1967), responsable nationale Technique (1966-1967) et de la branche Enseignement sup-TS-IUT de septembre à décembre 1967.

Née en 1944 à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais). Son père était employé de bureau dans les Compagnies minières – très engagé à la CFTC – et sa mère institutrice. Elle fait ses études à l’institution Sainte-Ide à Lens puis est étudiante en sciences physiques jusqu’à la maîtrise. Elle est enseignante à Arras et Lens. Elle milite à la CFDT et assume plusieurs engagements dans l’Église. Elle est titulaire d’une licence de théologie.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Vanlerenberghe (Pierre). Cadet en 1955, responsable fédéral Aînés puis secrétaire fédéral du Pas-de-Calais (1963-1964), secrétaire général adjoint de septembre 1964 à avril 1965 puis secrétaire général jusqu’en 1966.

Frère de la précédente, né en 1942 à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais). Il est élève à l’institution Saint-Paul à Lens, poursuit ses études supérieures à l’Institut catholique des Arts et métiers à Lille en 1960-1964, à l’Institut de l’administration des entreprises et à l’Institut des sciences sociales du travail en Sorbonne. Il est ensuite ingénieur jusqu’en 1970 dans le Verre mécanique en Seine-et-Marne. Il est militant puis permanent à la CFDT à la fédération de la chimie puis comme secrétaire fédéral des cadres (UCC-CFDT) de 1975 à 1984, et, à ce titre, membre du bureau national de la confédération. Il est directeur de la gestion des cadres du groupe Saint-Gobain de 1984 à 1991. En même temps, il participe au club Échanges et projets, qu’il préside de 1987 à 1995. Il est président de la commission d’évaluation nationale du Revenu minimum d’insertion de 1989 à 1992. Il est ensuite chef de service des affaires sociales au Commissariat général au Plan, de 1992 à 2004. Il préside aujourd’hui la Fonda (fondation des associations).

Sources : Entretiens et correspondance avec l’auteur.

Vasseur (Claude). Membre de l’équipe nationale Technique (1955-1956).

Il est élève à l’École des techniques aéronautiques et de constructions automobiles.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Veauvy (Christiane). Responsable fédérale Technique du Rhône (1953-1955), responsable nationale Technique (1955-1957). Elle fait partie des démissionnaires de mai 1957.

Veillard (Michèle), Mme Durand. Militante à la JECF-École libre à partir de 1943, responsable nationale de l’Enseignement libre au sein de la JECF (1950-1955). Née en 1928 de parents commerçants, elle est élève à l’établissement Jeanne-d’Arc à Chartres puis à HEC tout en suivant des études de psychologie en Sorbonne. Elle est chercheuse en sociologie au CNRS à partir de 1961.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 13. Archives de la JECI, BDIC.

Ventre (Denise), Mme Jean Tallandier. Membre de l’équipe nationale vers 1948. Elle a épousé Jean Tallandier, ancien responsable national Secondaire.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Vercammen (Jacques). Responsable Technique à la fédération de Lille, membre de l’équipe nationale Technique (1964-1965), responsable national Technique (1965- 1966), président de la JEC (1966-1968). Il démissionne en décembre 1967.

Verdet (Paule). Militante à partir de 1936 à la JECF, responsable diocésaine (1937-1939), secrétaire générale adjointe pour la Zone non occupée (1940-1941), responsable du groupe Philo de la Sorbonne (1945-1946), membre de l’équipe nationale Universitaire de la JECF-Classique-et-supérieur (1946-1947), responsable du CIDI (1947-1948).

Née en 1921, elle est fille d’un père dessinateur aux chemins de fer. Elle étudie au collège de jeunes filles de Valence, puis suit une hypokhâgne à Tournon en 1939- 1940, étudie à l’École normale supérieure de Sèvres, en lettres, en 1940-1947 (elle a pris trois ans de congés). Elle est titulaire d’un DES de philosophie. Elle part pour les États-Unis en 1948 et passe un doctorat en sociologie à l’université de Chicago. Elle est professeur de sociologie à Boston University.

Sources : Témoignages pour une histoire de la JECF, p. 156. Archives de la JECI, BDIC.

Verfaillie (Gérard). Membre de l’équipe nationale Prépa (1968-1970). Il vient d’Angers et il est élève à l’École polytechnique.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Vergès (Pierre). Membre de l’équipe nationale Universitaire (1964-1965). Il démissionne en avril 1965.

Verspieren (Patrick). Membre de l’équipe nationale Cadets (1954-1956).

Né en 1934, il est fils du codirecteur de l’antenne parisienne d’une compagnie d’assurances. Après des études secondaires à l’Institution Sainte-Marie de Monceau, à Paris, il fait une année de mathématiques supérieures, puis deux années de mathématiques spéciales au collège Stanislas (Paris), puis à l’École Sainte-Geneviève à Versailles. Il est élève à l’École polytechnique de 1954 à 1956. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1957. Ordonné prêtre en 1966, il est nommé, en 1967, aumônier, puis directeur du Centre Laennec pour les étudiants en médecine. Il fonde en 1985 le département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, dont il est actuellement responsable.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Véry (Pierre). Membre de l’équipe nationale Prépa (1952-1953).

Vicat (Henri). Responsable Technique de la fédération de Paris (1956-1958), membre de l’équipe nationale Secondaire (1956-1957). Il démissionne en mai 1957. Il est élève à l’École nationale des Arts et métiers (promotion 1952) puis à l’École supérieure d’électricité. Après son service militaire, il est ingénieur à la Société d’applications générales électriques et mécaniques (SAGEM) avant de terminer sa carrière dans une filiale du groupe, la SILEC. Pendant sa retraite, il est juge consulaire au Tribunal de commerce de Versailles (1996-2002). Il a été membre, avec son épouse, des Équipes Notre-Dame, du MCC, des divers mouvements paroissiaux et associations de spiritualité.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Vignes (Marie-Thérèse). Responsable Technique-sup et membre de l’équipe nationale Technique (1956-1957). Elle fait partie des démissionnaires de mai 1957.

Vigny (M.). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1938-1939).

Villèle (José de). Président de la section de Sarlat, membre du secrétariat général (1932-1933).

Villeneuve (Jean). Membre de l’équipe nationale Grandes Écoles (1952-1953).

Vincent (Jean). Secrétaire fédéral adjoint de la Loire, membre de l’équipe nationale (1932-1933).

Viveret (Patrick). Militant à la JEC à partir de 1960 environ, secrétaire général de la région de Paris (1967-1969), responsable national Aînés (1969-1970).

Né le 16 mars 1948 à Créteil, il est fils d’un expert-comptable et d’une infirmière. Il est élève au lycée Joliot-Curie de Nanterre puis à l’université de Nanterre et obtient son CAPES de philosophie avant d’entrer à l’IEP de Paris. Il est professeur de philosophie à l’École normale de Douai (1970-1972), directeur de l’hebdomadaire socialiste Tribune socialiste, rédacteur en chef des revues Faire (1975-1981), puis Intervention (1981-1986), directeur de l’Observatoire de la décision publique (1986- 1988), chargé de mission par le gouvernement en 1988-1989, conseiller référendaire à la Cour des comptes depuis 1990, maître de conférences à l’IEP de Paris (1992- 1996). Il est également membre du conseil d’orientation de la revue Transversales Science/Culture (1998-2002) et président de l’Observatoire de la décision publique.

Sources : Who’s who. Entretien avec l’auteur.

Voisin (J.-M.). Membre de l’équipe nationale Prépa (1955-1956). Il fait ses études à l’École nationale de la France d’Outre-mer.

Source : Archives de la JEC, CNAEF.

Vojinovitch (Odette). Membre de l’équipe nationale Universitaire, chargée des étudiantes en médecine (1946-1947).

Voreux (Thérèse). Membre de l’équipe nationale Aînées (1960-1961).

Vrinat (Henri). Entré à la JEC en classe de seconde, responsable de son lycée (1948-1951), membre de l’équipe fédérale du Puy-de-Dôme (1951-1955), membre de l’équipe nationale Cadets (1955-1956).

Né en 1933, il est fils d’un employé à la SNCF. Il est élève au lycée Saint-Gilles à Moulins, avant de rejoindre une école d’ingénieur-chimiste de Clermont-Ferrand, puis l’École supérieure d’application des corps gras, à Paris. Après son service militaire (de novembre 1956 à mars 1959), il est ingénieur-chimiste dans une société de produits cosmétiques et pharmaceutiques puis enseignant dans le Supérieur technique et professionnel à Orléans. Il milite à Objectif 72 puis à Objectif socialiste, à Peuple solidaire, à Solidarité nouvelle face au chômage, au MCC, à Chrétiens en recherche 41 et au PS de 1973 à 1986.

Sources : Correspondance avec l’auteur.

Wajngart (Annick). Voir Taburet.

Weber (Benjamin). Responsable national en charge de l’orientation pour la Zone non occupée (1940-1941).

Webermann. Membre de la commission Secondaire (1935-1936).

Weydert (Jean). Responsable national Secondaire (1939-1940), remplacé en cours d’année, secrétaire général par intérim en remplacement d’Albert Bernaert, mobilisé (1940-1941).

Né le 11 mai 1920, il est titulaire d’une licence et d’un DES en anglais (1941), d’un diplôme de l’IEP de Paris (1951). Ayant choisi de devenir jésuite, il entre au noviciat de Laval en 1941 et y reste pour son juvénat. Sa formation est perturbée car il se cache un temps, pour se soustraire au STO. A la Libération, il fait son service militaire comme aumônier militaire d’Offenbourg. Il collabore alors au BILD et milite en faveur de la réconciliation franco-allemande. Il rejoint ensuite à l’Action populaire, à Vanves. Après sa théologie à Enghien (1950-1954), il est ordonné prêtre le 25 juillet 1954. Il est affecté à un camp de réfugiés de Berlin-Est et reprend son activité au BILD avant de s’investir dans le Secrétariat pour les questions européennes, à Strasbourg (instance d’Église qui vise à sensibiliser les catholiques aux questions européennes). De 1961 à 1981, il dirige l’Office catholique d’information sur les problèmes européens. Il est ensuite au CERAS, à Vanves puis à Paris. Il assume un temps les charges de bibliothécaire et de rédacteur en chef de la revue Projet. Il s’engage alors en faveur des immigrés. Il décède le 22 décembre 2006.

Source : Compagnie, janvier-février 2008, p. 16-18.

Weyer (Suzanne), Mme Ganneron. Militante à la JECF-Lycées-et-collèges à partir de 1938, membre du secrétariat général pour la Zone non occupée durant la Seconde guerre mondiale.

Wiéner (Claude). Militant à la JEC à partir de 1941, membre du secrétariat général en zone occupée (1942-1943).

Né en 1922 à Paris, il est fils d’un ingénieur à Pont-à-Mousson. Il est élève en hypokhâgne au lycée Henri-IV (Paris), en khâgne à Rennes puis à Toulouse. Il est reçu à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1941. Après un an aux chantiers de jeunesse (1941-1942), il y est élève jusqu’en 1944. Engagé dans la Résistance dans le Loiret, il rejoint l’Union des étudiants patriotes en 1943 et y représente la FFEC. Il est au séminaire de la Mission de France (Lisieux) d’octobre 1944 à 1949, puis poursuit ses études à l’Institut catholique de Paris. Ordonné en 1949, il est prêtre à Saint-Hyppolyte (Paris) de 1949 à 1952, étudiant à Rome en 1953-1954, incardiné à la Mission de France en 1955, professeur aux séminaires de Lisieux, Limoges, Pontigny et Fontenay-sous-Bois entre 1954 et 1969, puis prêtre à Bobigny de 1967 à 1987 et à Ivry, depuis 1987. Il est également professeur d’exégèse à l’Institut catholique de Paris de 1972 à 1987. Il est aumônier général de la Paroisse universitaire de 1988 à 1994 et délégué diocésain à l’œcuménisme de 1994 à 1997 pour le diocèse de Créteil. Il milite à la CFDT et il est, de 1987 à 2001, défenseur prudhommal.

Sources : Tangui Cavalin, Nathalie Viet-Depaule, Une histoire de la Mission de France, p. 250. Correspondance avec l’auteur.

Wouts (Bernard). Responsable régional du Nord-Pas-de-Calais (1960-1961), secrétaire général adjoint (1963-1964).

Né le 22 mars 1940 à Roubaix, il est fils d’un commerçant. Il fait ses études au lycée Saint-Louis à Paris, puis à l’École centrale de Lille, dont il sort ingénieur. Il travaille à Bayard Presse comme directeur d’imprimerie de 1966 à 1970, directeur industriel de 1970 à 1974, directeur général adjoint (1974-1981) et administrateur, PDG des filiales industrielles (1976-1981). Il est directeur général de la Société des publications et d’éditions réunies (1980-1985). Il est administrateur général du Monde (1985-1990), PDG des filiales industrielles et commerciales (1986-1990). Il est PDG du Point et des filiales de 1990 à 2007. Il a également été gérant de la coopérative des Nouvelles messageries de la presse parisienne, président puis vice-président du Syndicat professionnel des magazines et de l’information, président de Diffusion contrôle en 2001-2005. Il est à la retraite depuis 2007.

Sources : Who’s who. Correspondance avec l’auteur.

Wullems (Françoise), Mme Michel Crézé. Militante à la JEC à partir de 1956, responsable de camps (1958-1962) au Havre, membre de l’équipe fédérale du Havre, responsable fédérale (1961-1962), membre de l’équipe nationale Jeunes (1963- 1965). Elle démissionne en avril 1965.

Née en 1943 à Bolbec (Seine-Maritime), elle est élève au lycée de jeunes filles du Havre puis fait des études de sciences économiques à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris. Elle soutient, à l’université Paris-V, un doctorat en sciences de l’Éducation en 1974, et une thèse d’État en 1988. En 1969, elle est chargée d’études au ministère de l’Éducation nationale puis au Centre d’études et de recherche sur les qualifications. En 1973, elle est chargée de l’orientation à l’université de Besançon. En 1974, elle est responsable de formation pour les femmes dans une association franc-comtoise. Elle est maître de conférences à l’université de Besançon et directrice des études de l’Institut universitaire de formation continue de 1976 à 1991. De 1991 à 2004, elle est professeur à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg et directrice de l’UFR de sciences et technologies durant cinq ans. Elle est conseillère municipale à Villars-Saint-Georges (Doubs) durant douze ans. Elle a épousé Michel Crézé, ancien membre de l’équipe nationale Jeunes.

Source : Correspondance avec l’auteur.

Ximénes (Charles). Membre de l’équipe nationale pour la Zone occupée (1940- 1941), responsable national Universitaire pour la Zone occupée (1942-1943).

Né le 5 janvier 1917 à Alger, il intègre l’École normale supérieure en 1937. Il est déporté à Mauthausen pour faits de résistance et y décède le 17 mars 1945.

Source : Journal officiel de la République française, n° 63, 15 mars 1993, p. 4107.

Yvoire (Jacques D’). Membre du secrétariat général (1936-1937).

Zay (Jean). Membre de l’équipe nationale Secondaire (1952-1954).

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search