Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Dictionnaire biographique des responsables nationaux et des aumôniers de la JEC (1929-1975)

Introduction

Bernard Giroux

Texte intégral

  • 1 Témoignages pour une histoire de la jeunesse étudiante chrétienne féminine 1930-1965, Paris, Les am (...)
  • 2 Pour la JEC, outre les actes de ce colloque, on dispose des thèses de doctorat suivantes : Charles- (...)

1L’ouvrage que le lecteur tient en main l’atteste : la connaissance historique de la JEC a considérablement avancé ces dernières années. Voilà dix ans, on ne saisissait – et imparfaitement – que la naissance de la JEC masculine et l’évolution de son discours jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les mouvements féminins étaient moins connus encore ; nous ne disposions que d’une série de témoignages et d’un mémoire de maîtrise1. Depuis, les progrès ont été considérables : les JECF sont sorties de l’ombre historiographique, l’histoire de la JEC masculine durant les Trente Glorieuses a été retracée ; celle de l’ACJF a été complétée2. Nul doute que le dictionnaire biographique qui suit constituera un outil supplémentaire pour la poursuite de ce travail. Il permettra au chercheur de se repérer dans la jungle de noms, voire de surnoms, qui apparaissent et s’éclipsent au hasard des documents d’archives ou des témoignages d’anciens militants. Afin qu’il l’exploite avec l’esprit critique nécessaire, cette introduction lui indique préalablement la forme et la disposition des notices biographiques, les critères qui ont prévalu dans les choix des individus et des informations les concernant, et les origines de ces informations.

La structure des notices

  • 3 Les militantes apparaissent, lorsque l’on dispose des informations nécessaires, à la fois sous leur (...)

2Ces notices s’organisent en trois parties. Dans la première ligne sont indiqués le nom du militant3 et son parcours au sein de la JEC ou d’organismes proches. On trouve ensuite, dans une deuxième partie, ses origines sociales ou géographiques, ses parcours scolaire, universitaire, professionnel et ses engagements militants. Si des liens familiaux ont existé avec d’autres dirigeants nationaux jécistes, ils ont été précisés. Enfin, à l’issue de la notice, les sources qui ont été utilisées pour rédiger la notice sont mentionnées.

  • 4 Il s’agit là d’une conséquence de la réforme Carcopino (15 août 1941), qui transforme les écoles pr (...)

3Quelques précisions s’imposent à propos de la première partie de ces notices. La première concerne les jeunes filles pour lesquelles on a précisé le nom de l’association fréquentée, puisque, jusqu’en 1956, il a existé plusieurs JECF. Il s’agissait d’abord de la JECF des établissements publics, successivement dénommée JECF-Lycées-et-collèges (1930-1939), JECF-Lycées-et-facultés (1939-1942) et JECF-Classique-et-supérieur (1942-1950). Parallèlement, il a existé un mouvement spécifique aux établissements privés que l’on dénomme ici JECF-École libre. Il a vécu de 1936 à 1950, date de sa fusion avec la JECF de l’enseignement public. La troisième structure féminine – la JECF des écoles primaires supérieures (JECF-EPS), devenue en 1942 JECF de l’Enseignement moderne et technique4 – a été à son tour fondue dans la JECF en 1956. Enfin, JEC masculine et JEC féminine se sont groupées en un ensemble commun en septembre 1965. Au-delà de cette date, l’acronyme JEC désigne donc un ensemble mixte, alors que, de 1929 à 1965, il correspond à la JEC masculine.

4La deuxième précision concerne toutes les notices. On a indiqué la ou les branches dans lesquelles le militant ou l’aumônier s’est investi. La structure de la JEC et de la JECF a évolué avec le temps, le nombre et le nom de leurs différentes branches aussi. On peut cependant dégager quelques constantes. À la tête de chaque mouvement jéciste se trouve un secrétariat général (devenu équipe nationale). Dans les JEC de l’enseignement secondaire d’État, plusieurs branches se sont organisées dans les années 1930. La principale est celle des Aînés (ou Aînées) qui correspond aux grandes classes du lycée. Pour les préadolescents, une autre branche a été créée : elle s’appelle Cadets à la JEC, Jeunes à la JECF (qui organise un temps une branche spécifique aux élèves de 6e et 5e), Ado dans la JEC mixte. Selon les moments, cette branche intègre les élèves qui ne suivent pas des études « classiques » ou bien ils sont pris en charge par une branche spécifique aux cours complémentaires ou aux CEG. Pour les plus âgés, il existe une branche Universitaire mixte, commune aux mouvements masculin et féminin. C’est également le cas de la branche Prépa, destinée aux élèves des classes préparatoires aux grandes écoles. Enfin, une branche Grandes Écoles (ou Action catholique des grandes écoles, ACGE) a été organisée avec le MICIAC vers 1946. Très autonome dès l’origine, elle devient, en pratique, quasi indépendante à partir de 1957. C’est pourquoi leurs responsables nationaux en poste après cette date n’apparaîtront pas ici. Enfin, pour tenir compte de la spécificité de ce public, il a généralement existé une branche chargée de l’enseignement technique ; on a également parfois confié l’enseignement supérieur technique à une branche spécifique, appelée Technique-sup.

Trois listes complémentaires

  • 5 Cela écarte de fait des personnalités qui ont pu, localement, occuper un rôle essentiel dans la vie (...)

5Les notices qui suivent sont classées en trois listes. La première concerne les dirigeants nationaux, la deuxième les aumôniers nationaux5. La troisième regroupe un ensemble de personnalités qui, sans avoir jamais été militantes ou chargées d’aumônerie au sein d’un mouvement jéciste, ont largement inspiré ou animé la JEC. Leur importance a parfois été telle que ne pas les mentionner ici aurait été une lacune autant qu’une injustice. On y croisera par exemple des clercs, dont Christophe Roucou a souligné le rôle lors de la fondation de la JEC, ou quelques intellectuels qui ont alimenté la réflexion des équipes nationales. À l’issue de ces trois listes complémentaires ont été placées une table des sigles et une brève bibliographie.

La JEC de ses origines à la fin du mandat

  • 6 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire (dir.), Le Fait religieux aujourd’hui en France. Les trente derni (...)
  • 7 Jacques Ion, La Fin des militants ? Paris, L’Atelier, 1997, 124 p.

6On a limité ici les notices aux responsables nationaux qui ont appartenu aux équipes nationales entre 1929 et 1975. La première de ces dates ne fait pas débat ; elle correspond à l’année de la fondation de la JEC masculine. La date butoir est moins évidente. Elle a été retenue, parce que c’est en cette année que l’Église de France renonce à la notion de mandat d’Action catholique, source d’incessantes tensions depuis la Seconde Guerre. Au-delà de cette décision épiscopale, c’est un « tournant spirituel et intellectuel6 » qui s’opère au milieu des années 1970. Pour l’Église, il correspond au déclin d’une stratégie de reconquête privilégiant l’Action catholique et amorce un renouveau identitaire. Pour les intellectuels, la date marque l’entrée en crise du paradigme marxiste. Pour les associations, elle ouvre une période de crise et de recomposition du militantisme et de l’engagement collectif, dont nous ne sommes sans doute pas encore sortis7. Pour la JEC enfin, le milieu de la décennie 1970 voit une accélération du processus de rétraction qui fait désormais d’elle un groupuscule contestataire et isolé. C’est en raison de ce déclin que l’on a renoncé – temporairement – à lister et retrouver les dirigeants et aumôniers nationaux du mouvement au-delà de l’année 1975.

Les sources utilisées, nombreuses mais incomplètes

  • 8 Elles seront indiquées par la mention « Équipe nationale de la JEC ».

7Les sources sont indiquées au bas des notices. La plupart sont des archives manuscrites. Il s’agit essentiellement des archives de la JEC, conservées au CNAEF. D’autres documents jécistes ont été consultés à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), qui conserve, au sein du fonds de la JEC internationale, des documents relatifs aux JEC françaises. D’autres archives enfin ont été dépouillées au siège actuel de la JEC8. Pour connaître les clercs, les archives de plusieurs diocèses et d’ordres religieux ont également été mobilisées. Parallèlement, de nombreux ouvrages ont été consultés. Leurs références sont indiquées sous une forme abrégée au bas des notices. On trouvera la liste et les références complètes dans la bibliographie présentée en annexe. À côté de ces documents d’archives, on a fait appel au témoignage d’anciens dirigeants ou aumôniers. Une trentaine d’entretiens oraux ont ainsi été menés ; quelques centaines de courriers envoyés, dont la plupart ont obtenu réponse. Qu’il me soit permis ici d’exprimer ma gratitude aux archivistes, aux anciens ou à leurs proches, qui ont contribué à l’élaboration de cette liste de parcours biographiques.

8En dépit de leur précieuse contribution, ce dictionnaire biographique reste imparfait. Pour le comprendre, il faut avoir en tête les limites du corpus documentaire mobilisé. La première tient au fait qu’il renseigne bien davantage sur la JEC que sur les JECF. D’une part, les archives du mouvement masculin sont plus volumineuses. D’autre part, les efforts entrepris pour contacter les anciens jécistes ont été plus payants pour les hommes que les femmes, dont le patronyme disparaît généralement avec le mariage et dont la plupart ont eu une vie publique moins notoire.

9Par ailleurs, tous les mouvements et toutes les branches des mouvements ne sont pas également connus. La JECF de l’enseignement public a laissé bien plus de documents écrits que celles en charge des EPS ou de l’École libre. De même, les jécistes qui ont occupé, dans leur parcours professionnel ou militant postérieur, des postes de responsabilité ont été plus facilement retrouvés et contactés que ceux restés dans l’ombre. Cela revient à dire, par exemple, que la JEC-EPS et les branches techniques des différents mouvements sont moins bien représentées que les branches de l’enseignement supérieur.

10Enfin, ce corpus renseigne bien mieux sur les années 1950 et 1960 que sur les autres décennies. Là encore l’explication vient de ce que les documents produits durant ces deux décennies sont surreprésentés dans les cartons d’archives. Elle tient aussi à l’œuvre du temps : la mort a davantage frappé les militants et aumôniers qui avaient été engagés dans les années précédentes, nous privant ainsi de leurs témoignages.

11En détaillant les lacunes du corpus documentaire mobilisé, on voudrait rendre compréhensibles les imperfections et l’état d’inachèvement de ce dictionnaire biographique. Le lecteur constatera sans peine que certaines notices manquent ; d’autres semblent d’autant plus squelettiques que celles qui les côtoient sont particulièrement étoffées. Sans doute, de-ci de-là, peuvent subsister des inexactitudes ou des oublis. Que le lecteur m’accorde qu’il ne s’agit pas d’un parti pris. La liste fournie ici doit ainsi être considérée comme une œuvre en construction davantage que comme un document fini. Elle est un appel à chacun à se faire connaître et à nous aider à améliorer ce travail.

  • 9 Pour toutes ces questions, voir la thèse de doctorat que j’ai consacrée au mouvement.

12En dépit de ces imperfections, ce dictionnaire biographique peut être plus qu’un outil pratique et déjà servir l’analyse. L’observateur pourra en effet constater la récurrence des parcours ainsi retracés ; on ne peut qu’être frappé par le fait que tant d’individus d’origines diverses, qui n’appartiennent pas à la même génération et ne se sont jamais connus, aient suivi des cheminements si proches les uns des autres après leur passage à la JEC. L’historien trouvera là matière à tracer un portrait type de l’ancien militant de la JEC ; il sera amené à s’interroger sur ce rôle matriciel du militantisme jéciste9. Encore ne s’agit-il là que d’un usage de ces notices. D’autres lecteurs – anciens militants, responsables apostoliques ou simples curieux – trouveront sans doute d’autres intérêts aux près de 1260 notices biographiques qui suivent. Disposant désormais des informations de base à leur propos, ils peuvent se lancer dans une lecture que nous leur souhaitons agréable et instructive.

Notes

1 Témoignages pour une histoire de la jeunesse étudiante chrétienne féminine 1930-1965, Paris, Les amis de la JECF, 1981, 212 p. ; Bruno Mary, La Jeunesse étudiante chrétienne féminine dans l’enseignement public en France d’octobre 1930 à mai 1940, mémoire de maîtrise, Université de Lille-III, 1981, 198 p.

2 Pour la JEC, outre les actes de ce colloque, on dispose des thèses de doctorat suivantes : Charles-Édouard Harang, Les Mouvements catholiques de jeunesse de la décolonisation à la coopération 1945-1985, IEP de Paris, 2004, 3 vol. ; Bernard Giroux, La Jeunesse étudiante chrétienne (JEC et JECF) de 1945 aux années 1970, IEP de Paris, 2009. 4 vol. Pour l’ACJF, c’est une thèse d’habilitation qu’il convient de consulter : Alain-René Michel, Catholiques en démocratie, Paris, Cerf, 2006, 726 p.

3 Les militantes apparaissent, lorsque l’on dispose des informations nécessaires, à la fois sous leur nom de jeune fille et sous le nom marital précédé du prénom de l’époux.

4 Il s’agit là d’une conséquence de la réforme Carcopino (15 août 1941), qui transforme les écoles primaires supérieures en collèges modernes et les écoles pratiques du commerce et de l’industrie en collèges techniques.

5 Cela écarte de fait des personnalités qui ont pu, localement, occuper un rôle essentiel dans la vie et l’évolution du mouvement. On pense notamment aux conseillères ou aux aumôniers qui ont souvent assuré la pérennité et le dynamisme d’une section ou d’une fédération, en lui insufflant un aspect spécifique.

6 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire (dir.), Le Fait religieux aujourd’hui en France. Les trente dernières années (1974-2004), Paris, Cerf, 2004, p. 17 et sq.

7 Jacques Ion, La Fin des militants ? Paris, L’Atelier, 1997, 124 p.

8 Elles seront indiquées par la mention « Équipe nationale de la JEC ».

9 Pour toutes ces questions, voir la thèse de doctorat que j’ai consacrée au mouvement.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search