Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Témoignages

Les fragilités de la JEC à l’aube du xxie siècle

Catherine Thieuw-Longevialle

Texte intégral

Quelques repères sur mon parcours de jéciste de 1993 à 2004

1Lorsque j’ai commencé la JEC en 1993, à mon entrée en seconde, elle était déjà très affaiblie par rapport à ce qu’elle avait pu être dans les années 1950 ou 1960, mais elle demeurait néanmoins bien vivante et la fédération qui était la mienne – celle du Pas-de-Calais – bien structurée. Dans le seul diocèse d’Arras, nous pouvions encore compter sur deux permanents, un aumônier, une dizaine d’équipes lycéennes qui se réunissaient chaque semaine, quatre ou cinq équipes étudiantes, un journal lycéen et un journal étudiant qui s’ajoutaient à la revue nationale (Aristide) et des responsables lycéens élus (les Fédéraux) qui jouaient un rôle essentiel.

2Avant même d’être jéciste, lorsque j’étais encore collégienne, j’avais hâte de pouvoir enfin participer, comme mes deux grandes sœurs, aux camps d’été, aux sessions organisées plusieurs fois dans l’année et plus encore aux rencontres nationales qui, tous les deux ans, réunissaient quelques centaines de jeunes à Bayonne, Saint-Lô, Arras, Rouen... Pour une jeune fille de quinze ans, tout cela avait du souffle, et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai vécu mes premières années en JEC. Ces années m’ont énormément apporté tant au niveau de la réflexion que de l’épanouissement personnel. La JEC m’a aidée à prendre confiance en moi, elle m’a permis de nouer des relations privilégiées avec des personnes d’une grande qualité humaine, elle a élargi mes horizons, m’a donné des outils pour réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons et elle m’a permis de m’approprier des textes d’évangile et de cheminer dans la foi.

3Après avoir participé pendant trois ans à la vie de l’équipe lycéenne de Béthune (de 1993 à 1996) puis à l’équipe étudiante de Lille (de 1996 à 1998), le conseil d’administration de la fédération du Pas-de-Calais m’a demandé si j’accepterais d’être permanente salariée du mouvement à Arras. Je l’ai été pendant deux ans, de 1999 à 2001, tout en poursuivant mes études d’histoire à Lille. Puis, au printemps 2002, l’équipe nationale m’a contactée pour me proposer de faire partie du Secrétariat national à Paris. La situation paraissait assez critique dans la mesure où l’une des deux permanentes nationales de l’époque terminait son mandat et qu’on ne trouvait personne pour lui succéder. Le moment n’était pas idéal pour moi dans la mesure où je commençais tout juste à préparer les concours de l’enseignement. J’ai finalement accepté, à cause de mon attachement au mouvement. Cependant, je ne me faisais pas trop d’illusions sur son état de santé : nous savions déjà que la situation était difficile, avec des cotisants de moins en moins nombreux et plusieurs fédérations qui mouraient à petit feu sans qu’on parvienne à enrayer le déclin (nous avons ainsi vu s’éteindre des fédérations emblématiques comme Strasbourg, Saint-Étienne, Bayonne…).

4Je suis donc arrivée au 27, rue Linné à Paris à l’été 2002, avec le désir de continuer à faire vivre le mouvement pour permettre à des jécistes plus jeunes d’y partager une expérience formatrice. Mais, tout en assumant la gestion des affaires courantes (préparation des temps forts nationaux, représentation du mouvement auprès de nos partenaires, rédaction d’Aristide…), j’avais à cœur d’analyser en profondeur les fragilités de la JEC au lieu de me contenter de coller quelques rustines sur des brèches de plus en plus béantes. Entreprendre ce travail d’analyse ne fut pas facile, non seulement parce que c’était éprouvant de regarder la vérité en face, mais aussi parce que, pour beaucoup de responsables nationaux et fédéraux, dire que la JEC risquait de mourir, c’était déjà trahir la JEC. Dans la suite de mon exposé, je résumerai le diagnostic auquel nous sommes parvenus, en évoquant d’abord les facteurs externes qui ont fragilisé la JEC, puis en soulignant les raisons internes qui ont pu aggraver sa situation.

Quelques-uns des facteurs externes qui ont fragilisé la JEC

Le poids de l’histoire

La mémoire des crises

5De génération en génération, les dirigeants de la JEC se sont transmis oralement le souvenir de « glorieux ancêtres » qui avaient osé tenir tête à l’épiscopat et qui avaient été contraints de démissionner. Même si, depuis, les relations avec les évêques se sont plutôt améliorées (l’épiscopat a continué à subventionner la JEC et, lorsque j’étais présidente du mouvement, les relations avec notre évêque accompagnateur, Mgr Marc Stenger, étaient excellentes), la crise de 1965 a au moins eu pour conséquence objective une branche étudiante décapitée, ce qui a certainement fragilisé le mouvement sur le plan intellectuel. Par la suite, une JEC étudiante s’est certes reconstituée peu à peu, parce que des jécistes ont souhaité continuer la JEC après le bac. Mais elle n’a jamais retrouvé une vitalité comparable à celle d’avant la crise.

La politisation du mouvement dans les années 1970

6La séduction qu’a exercée le marxisme sur certains dirigeants de la JEC à l’époque du congrès d’Amiens (1971) a provoqué incompréhension et méfiance de la part de la hiérarchie ecclésiale, mais également chez de nombreux parents de jécistes. Nous pensons que c’est de cette époque que date l’effondrement de nombreuses fédérations. Si la JEC a continué d’exister dans quelques diocèses, c’est que des adultes qui lui étaient attachés, notamment des aumôniers et des religieuses, ont continué à la soutenir contre vents et marées et à maintenir un cap, en proposant aux jécistes une démarche qui n’était pas seulement politique, mais également humaine et spirituelle (je pense au Pas-de-Calais, à Metz, à Rouen…). Par contre, là où la JEC a disparu à la fin des années 1970, la méfiance est restée tenace vis-à-vis d’une JEC qui continue à sentir le soufre. Ainsi, lorsque j’ai exercé des responsabilités dans le mouvement, j’ai parfois eu le sentiment qu’on nous reprochait toujours des positions qui dataient d’une époque à laquelle nous n’étions même pas nés (je suis née en 1978) !

Une pastorale longtemps centrée sur la notion de « milieux »

7L’effondrement jéciste des années 1970 a certainement coïncidé avec des choix pastoraux qui ont été faits dans certains diocèses où on a favorisé la JOC et la JIC au détriment de la JEC, dans le cadre d’une pastorale qui était alors centrée sur la notion de milieux (milieu ouvrier, milieu indépendant). Paradoxalement, à un moment où la scolarisation de la jeunesse devenait massive et où, avec l’allongement de la scolarité, les jeunes travaillant aux champs ou à l’usine devenaient de plus en plus rares, la JEC n’a pas bénéficié d’une augmentation sensible de ses effectifs par rapport à la JOC ou au MRJC. Au contraire, la JOC, la JIC et le MRJC sont entrés, pour ainsi dire, en rivalité avec la JEC à propos du public scolaire : pour les élèves issus du monde ouvrier notamment, rejoindre la JEC au lieu d’adhérer à la JOC pouvait être ressenti ou interprété comme une trahison vis-à-vis de la classe ouvrière.

Des évolutions sociologiques

Une crise de l’engagement et du militantisme

8D’une part, depuis les années 1980, les mouvements de jeunesse en général et d’Action catholique comme la JEC en particulier ont été fragilisés par une crise de l’engagement et du militantisme. Il est devenu difficile de « recruter » des jeunes prêts à se réunir de façon hebdomadaire pour mener une réflexion approfondie et des actions concertées. Il paraît aujourd’hui plus facile de mobiliser des jeunes pour un événement ponctuel plutôt que pour un engagement sur la durée.

Une surabondance de l’offre de loisirs

9D’autre part, il est sans doute plus difficile aujourd’hui pour les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire d’exister dans un contexte où les sollicitations publicitaires, les loisirs marchands, les divertissements de tous ordres se sont multipliés (jeux vidéo, Internet, télévision, cinéma, musique, activités sportives, boîtes de nuit…). La visibilité de mouvements comme la JEC est moins grande que par le passé et leurs propositions entrent en concurrence avec d’autres, plus percutantes d’un point de vue marketing. Aujourd’hui, par exemple, la plupart des « ados » ignorent complètement ce que des camps de jeunesse pourraient leur apporter et ils en ont même une image un peu désuète, pour ne pas dire ringarde.

Les effets de la sécularisation

10Enfin, la culture religieuse s’est considérablement amoindrie dans la société française depuis quelques décennies. Chez beaucoup de jeunes, les religions ne suscitent que de l’indifférence, voire de la méfiance. Ils ne se sentent pas concernés par elles et ne voient pas ce qu’une démarche de foi pourrait leur apporter. Dans ce contexte, l’Église catholique est souvent perçue par les lycéens comme une institution ringarde et contraignante et les religions en général apparaissent même comme une source de fanatisme et de violence : le C de la JEC rebute et fait peur.

Choix pastoraux et contexte ecclésial

Une JEC relativement isolée

11Contrairement à la JOC, à la JIC et au MRJC qui ont longtemps bénéficié en amont du vivier que constituait l’ACE, organisée en trois branches, en fonction du milieu social des enfants, la JEC n’est pas le prolongement « naturel » d’un mouvement de plus jeunes enfants. Par ailleurs, elle ne bénéficie pas non plus en aval du soutien d’un mouvement d’adultes comparable à l’ACO pour la JOC, l’ACI pour la JIC ou le CMR pour le MRJC. Le principal partenaire de la JEC a longtemps été l’AEP (Aumônerie de l’Enseignement public). Jusque dans les années 1980, des permanents de l’AEP ont proposé la JEC comme une activité parmi d’autres aux jeunes scolaires qui fréquentaient leurs aumôneries et ils se sentaient partie prenante du projet éducatif porté par la JEC. Mais cette situation s’est peu à peu dégradée au cours des années 1990, à un moment où les jeunes fréquentant les aumôneries devenaient de moins en moins nombreux. Le partenariat entre JEC et AEP est alors devenu moins souple et moins harmonieux. Dans certaines aumôneries, des crispations sont même apparues, les jécistes étant plus ou moins perçus comme des intrus « squattant » les locaux ou comme des rivaux susceptibles de détourner des lycéens des activités propres à l’aumônerie. Certaines portes se sont fermées et il est devenu d’autant plus difficile pour les responsables lycéens et étudiants de la JEC de faire connaître leurs propositions.

La vogue des JMJ et des grands rassemblements diocésains

12Par ailleurs, depuis les Journées mondiales de la jeunesse à Paris en 1997, la JEC, comme tous les autres mouvements de jeunesse catholiques, a été sollicitée à de nombreuses reprises pour participer à l’organisation des grands rassemblements de la Pastorale des Jeunes, au niveau national comme au niveau diocésain. Nous avons pris part aux préparatifs, aux animations et avons contribué à drainer un maximum de lycéens et d’étudiants vers ces rassemblements. Les jécistes, comme d’autres, y ont vécu une expérience marquante et enrichissante. Cependant, nous avons parfois eu le sentiment qu’en organisant ces grands rassemblements, les responsables ecclésiaux cherchaient avant tout à se rassurer sur la capacité de l’Église à réunir ponctuellement des foules. Certains permanents de la Pastorale des Jeunes semblaient accaparés par les préparatifs matériels et par le nombre de bus à remplir. Ils n’avaient plus guère de disponibilité pour se préoccuper de l’accompagnement par les mouvements de chaque jeune sur la durée. Nous avons même parfois eu le sentiment que l’humble réalité quotidienne de nos mouvements n’intéressait plus grand monde et qu’elle était regardée avec une vague condescendance. L’Action catholique n’a plus le vent en poupe et, même si certains responsables de la Pastorale des Jeunes issus de nos mouvements se montrent bienveillants à notre égard, la plupart nous regardent désormais comme la survivance désuète et incongrue de quelque chose de dépassé.

Des aumôniers de plus en plus rares

13Enfin, avec la crise des vocations et la diminution du nombre des prêtres, il devient de plus en plus difficile de trouver des aumôniers pour nos mouvements. Or, s’ils ont su tenir un rôle discret au sein de la JEC, laissant aux jécistes la liberté de conduire le mouvement comme ils l’entendaient, ils ont néanmoins joué un rôle précieux dans l’accompagnement des responsables et dans la qualité de leur formation. Leur disparition annoncée laisse les jécistes orphelins.

14La JEC se trouve donc fragilisée à la fois par un héritage historique riche, mais lourd à porter, par des évolutions sociologiques profondes et par un contexte ecclésial peu porteur. Mais si elle se trouve aujourd’hui dans une situation critique, cela s’explique également par des fragilités internes.

Des fragilités internes au mouvement

Le dogme du « mouvement de jeunes, pour les jeunes, par les jeunes »

15Le principe de la responsabilisation des jeunes au sein du mouvement auquel les jécistes sont très attachés est une source de richesse et de fierté. Mais c’est également la cause d’une fragilité structurelle. Le « turn-over » des cadres du mouvement est très rapide à tous les niveaux, en particulier au niveau national où la durée des mandats est de deux ans seulement. À peine les membres nouvellement élus ont-ils pris les dossiers en main qu’il est déjà temps de leur chercher des successeurs. Cette valse des dirigeants nationaux est source d’une grande précarité. Elle a conduit pendant des années les équipes dirigeantes à fonctionner dans l’urgence pour faire « tourner la boutique » et reproduire de façon empirique ce qu’ils avaient vu faire par leurs prédécesseurs. Ces équipes dirigeantes manquaient de recul et surtout de disponibilité pour se préoccuper vraiment de prospective. Accaparées par l’actualité immédiate du mouvement, elles n’avaient plus guère de temps pour se consacrer par exemple à la fondation de nouvelles équipes ou à la production d’outils d’animation. Or, moins on produit d’outils d’animation à destination des fédérations, moins on dispose de moyens pour essaimer et l’on se condamne finalement à demeurer entre soi. La transmission de flambeau à un rythme effréné a cependant produit de belles réussites, du moins tant que la base du mouvement était encore assez étoffée pour envoyer à Paris des étudiants qui avaient la maturité, la carrure et les ressources nécessaires pour assumer des responsabilités aussi importantes. Or, la disparition accélérée d’équipes et de fédérations ces dernières années a contraint les jécistes à élire aux plus hautes responsabilités des équipes de plus en plus jeunes et de moins en moins étoffées qui n’ont eu d’autre possibilité que de réduire encore la voilure.

Une difficulté pour les jécistes à se mettre d’accord sur ce que doit être la JEC

16Depuis que je connais la JEC, j’ai pris peu à peu conscience d’une difficulté pour les cadres du mouvement à se mettre d’accord entre eux sur une définition précise de la JEC et de sa mission. On se contentait de rabâcher des formules toute faites comme « un mouvement de jeunes, pour les jeunes, par les jeunes », soucieux de former des « hommes debout, libres et responsables de leurs choix » en utilisant la méthode du « voir, juger, agir ». Et on complétait la définition en suggérant qu’on était plutôt des cathos « de gauche ». Mais le « C » de la JEC donnait lieu à des discussions interminables. Certaines fédérations y étaient très attachées (Metz, Bayonne, Pas-de-Calais), tandis que d’autres, très méfiantes vis-à-vis de l’institution ecclésiale, considéraient la JEC avant tout comme une école de l’engagement et du militantisme et trouvaient finalement le « C » de la JEC un peu encombrant. Même s’il y a belle lurette que plus aucun jéciste ne lit Marx, les années 1970 ont laissé des traces... Le mot d’ordre n’est plus explicitement de « refaire chrétiens nos frères ». Dans un souci d’ouverture et de respect des convictions de chacun, la JEC s’est ouverte à des jeunes qui adhèrent à son projet sans pour autant se dire chrétiens. Cela permet à certains jécistes agnostiques d’entreprendre un cheminement au contact d’autres jécistes qui, eux, accordent de l’importance au Christ, et cette interface entre croyants et non-croyants est précieuse. Mais cette situation rend plus difficilement audible et intelligible ce qui est au cœur de la vie de ce mouvement.

Conclusion : vivre le crépuscule de la JEC comme une expérience pascale

17La présidence de la JEC fut pour moi une expérience passionnante aux deux sens du terme « Passion » : ce fut à la fois captivant et douloureux. Nous avons eu le souci de tenir ensemble la lucidité et l’espérance et de vivre ce crépuscule de la JEC comme une expérience pascale. Actuellement, certains se désespèrent à l’idée que la JEC puisse bientôt disparaître. Pour ce qui me concerne, j’ai plutôt envie de rendre grâce pour tout ce qu’elle a apporté aux jécistes depuis quatre-vingts ans. À l’époque où je l’ai rencontrée, elle était déjà très fragilisée et on s’interrogeait sur le nombre d’années qu’il lui restait à vivre. Et pourtant, je peux témoigner de la force et de l’intensité de ce que nous avons vécu grâce à elle, jusqu’à ces toutes dernières années.

18Pour ce qui me concerne, j’ai le sentiment que par sa fragilité même, la JEC nous a poussés à ne pas nous complaire dans une posture narcissique et autosuffisante. Elle nous a obligés à nous dépouiller de l’illusion de pouvoir tout maîtriser par nous-mêmes et nous a conduits à vivre une expérience spirituelle de la fragilité. Elle nous a conduits aussi à ne plus nous recroqueviller sur nous-mêmes et à dépasser quelques vieilles rivalités pour tenter de nouer des relations vraiment fraternelles et bienveillantes avec des partenaires dont nous nous sentons proches et dont nous partageons les intuitions (comme la JOC, la JIC, le MRJC, mais également le Service Jeunes de la Communauté Mission de France).

19La JEC a aujourd’hui plus de quatre-vingts ans et j’ai souvent pensé à elle comme à une dame très âgée, à l’image de Sarah ou d’Élisabeth, à qui le Seigneur fait la grâce d’une fécondité inespérée. Chercher à la maintenir en vie coûte que coûte, au prix d’un acharnement thérapeutique, serait vain. Ce qui compte pour aujourd’hui, ce n’est pas la survie d’une institution, d’une structure. Ce qui importe, c’est de savoir quelle fécondité l’intuition qui fut la sienne peut avoir pour des jeunes et pour le monde d’aujourd’hui. J’espère de tout cœur que notre Église, au XXIe siècle, ne se repliera pas sur le seul culte, sur la seule piété, mais que l’Esprit suscitera encore des chrétiens soucieux de témoigner de l’Amour du Christ pour les hommes non seulement par de belles paroles, mais aussi par des engagements crédibles au cœur de la cité.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search