Version classiqueVersion mobile

La Jeunesse étudiante chrétienne 1929-2009

 | 
Christian Sorrel
, 
Bernard Barbiche

Témoignages

Quelques moments forts de ma vie de jéciste

Yves-Marie Hilaire

Texte intégral

Une section de base au Collège – École primaire supérieure de Pamiers, 1941-1943

1Après une année dans le mouvement Cœurs vaillants comme second d’une équipe, j’entre en fin de troisième à la JEC. Je vais avoir quatorze ans. Je fais partie des militants jécistes au collège en classe de seconde, en 1941-1942, puis en classe de première, en 1942-1943. Très vite, dès l’automne 1941, je suis nommé secrétaire administratif de l’équipe fédérale de l’Ariège et, à ce titre, je participe aux réunions diocésaines de l’ACJF qui regroupe une JEC bien présente dans les trois villes principales du département, une JOC développée et dynamique, notamment à l’usine métallurgique de Pamiers, une JAC et une JIC embryonnaires.

2La formation tient une grande place dans la vie du jéciste. Elle s’effectue autour de deux pôles : les sessions de militants et de dirigeants et le foyer local. Les sessions de militants ont lieu l’été dans la montagne pyrénéenne, à 1200 mètres, au hameau de Mars près d’Auzat, en août 1941 et août 1942, et dans les collines du Plantaurel en juillet 1943, parce que les Allemands qui occupent la frontière interdisent les camps en montagne. Les sessions de dirigeants régionaux se situent aux vacances de Pâques à Balma, près de Toulouse, en avril 1942 et au grand séminaire de Pamiers en avril 1943. L’autre pôle, le foyer des jeunes de la paroisse de la cathédrale, est proche du collège et de la cathédrale. Il comprend un gymnase, une bibliothèque, des salles de réunion, une salle avec des coins d’équipes pour les Cœurs vaillants. Chaque semaine, deux sortes de réunions se tiennent : les unes rassemblent l’ensemble des adhérents, voire les sympathisants, les autres se limitent aux militants. Leur contenu se réfère au programme national. Par exemple, en 1942-1943, nous réfléchissons sur la virilité chrétienne nécessaire au milieu de la guerre. Les militants reçoivent le journal Messages que le gouvernement de Vichy interdira au printemps 1943 et paient une cotisation plus élevée que les adhérents. Les jeunes historiens qui n’ont pas connu cette époque éprouvent quelque difficulté à décrire la vie locale d’une section.

3La JEC de ces années de guerre reste très proche de l’ancienne ACJF qui avait pour devise Piété, Étude, Action.

Piété. Chaque dimanche, et parfois en semaine, les militants communiaient à la première messe matinale. Lors de la session de Toulouse, à Pâques 1942, je me souviens très bien de la nuit d’adoration dans la chapelle : nous nous relayons et restons à prier devant le Saint-Sacrement. Grâce à Dieu, la présence du Christ devient pour moi une évidence.

Étude. En dehors du programme d’année qui nous incitait à lire, nous prenions des livres dans les bibliothèques des sections jecistes ou des paroisses bien équipées. C’était le cas à Pamiers et, en 1943-1944, à la paroisse Saint-Léon, à Paris, lorsque j’étais à la JEC du lycée Janson-de-Sailly. J’ai lu beaucoup de livres d’histoire, j’ai été initié à la poésie de Péguy et au théâtre de Claudel. Notre aumônier de Pamiers m’a fait lire le Saint Paul du Père Prat et cette figure d’apôtre m’a impressionné. Au cours de ses sessions de militants ou de responsables régionaux, la JEC diffusait une information non contrôlée par le gouvernement de Vichy. Ainsi, en août 1941, dans la montagne ariégeoise, des disciples bordelais du Père Dieuzaide nous ont mis en garde contre Maurras et l’Action française. En avril 1943, à la session régionale de Pamiers, André Mandouze est venu nous parler de la culture et a laissé à des gens de confiance des exemplaires du numéro de Témoignage chrétien sur la Pologne qui évoquait le génocide des juifs. Un autre responsable nous a présenté le nazisme ; j’ai gardé mes notes et je constate que, plus tard, dans mes cours, je n’ai pas dit beaucoup mieux sur le sujet. À la fin de cette session, les participants ont signé mon carnet de notes. Parmi eux, trois aînés, Jacques Vanlaer, Paul de Gaulejac et Henri Gonard, ont été tués en 1944-1945 dans la Résistance ou dans les armées de la Libération.

Action. Il s’agit de la participation aux campagnes d’année, de la vente d’agendas

– un collégien sur quatre l’achète en 1942-1943 – ou de carnets de route de vacances, de représentations théâtrales, de l’écho fait à certains événements, comme la lettre de Mgr Saliège, archevêque de Toulouse, dénonçant la persécution des juifs, du 23 août 1942, diffusée dès septembre en Ariège.

La JEC de la Sorbonne, 1944-1948

4L’amitié tenait une grande place dans nos équipes. Or, des amitiés qui se sont nouées alors durent toujours. J’ai évoqué cette histoire de la JEC de la Sorbonne dans La Politique de la mystique (Ardant-Critérion, 1984), sous le titre « Traditions et innovations aux origines du Centre Richelieu » (p. 69-80). Je signalerai ici deux aspects plus spécifiques de la vie des jécistes : l’action « institutionnelle », syndicale, et la réflexion intellectuelle lors des sessions nationales d’été.

5L’action « institutionnelle » cherche à animer les institutions étudiantes. Elle se déroule dans les groupes d’étude à la Fédération des groupes d’étude de la Sorbonne, équivalent d’un Association générale, adhérant à l’UNEF. Je suis secrétaire du groupe d’études d’histoire en 1945-1946 et président de la Fédération en 1946-1947. Je participe avec le président de la Fédération qui m’a précédé en 1945-1946, un autre jéciste, Jean-Marie Lustiger, futur cardinal-archevêque de Paris, à la transformation de l’UNEF en syndicat étudiant qui a lieu au congrès de Grenoble, en avril 1946, avec le vote de la « Déclaration des droits et des devoirs de l’étudiant ». La Charte de Grenoble, comme on l’a appelée, stipule que « l’étudiant est un jeune travailleur intellectuel », ce qui, selon une idée de la JEC, pourrait justifier un « pré-salaire ». Les jécistes de l’Association générale de Lyon, qui ont été marqués par leur participation à la Résistance, exercent une forte influence sur le congrès, influence qui s’affirmera encore l’année suivante, en avril 1947, au congrès de Strasbourg auquel je participerai.

6Lors des sessions d’été des responsables universitaires, qui se tiennent à Mont-Saxonnex, dans la montagne de Haute-Savoie, en juillet 1946 et à Saint-Germain-en-Laye en juillet 1947, sous la direction de René Rémond, nous réfléchissons sur les orientations de notre mouvement. René Rémond mettait l’accent sur la mission intellectuelle de la JEC et des jécistes. Il la voyait dans notre milieu, mais il prophétisait quelque peu pour l’avenir. Pour illustrer cette remarque sur notre mission à venir, prenons un exemple restreint, celui des responsables de la JEC de la Sorbonne entre 1944 et 1948.

1944-1945 – Philippe Vigier, plus tard grand spécialiste de l’histoire du XIXe siècle, l’un des créateurs de l’Université de Tours, puis l’un des administrateurs de celle de Paris-x Nanterre, dans l’équipe de René Rémond, président durant la crise des années 1970.

1945-1947 – Pierre Barral, spécialiste de l’histoire rurale et de celle de la Troisième République, professeur à l’Université de Nancy, puis à celle de Montpellier.

1947-1948 – Yves-Marie Hilaire, qui participe au développement de l’Université Lille-III et se spécialise en histoire religieuse.

Durant ces années d’après-guerre, deux jécistes sont présidents du Centre Richelieu

1947-1948 – Jean Cuisenier, philosophe, futur directeur du Musée des arts et traditions populaires.

1948-1949 – Pierre Jay, latiniste, professeur à l’Université de Rouen, spécialiste des Pères de l’Église.

7Du côté féminin, un seul exemple, celui de ma femme, Yvette Cloarec, responsable JECF de la Sorbonne en 1947-1948, puis responsable nationale universitaire en 1948-1949, devenue professeur d’anglais en khâgne à Lille pendant vingt-huit ans.

8Aucun dénombrement n’a été fait parmi les étudiants de province. Pour la génération née autour des années Trente, Gérard Cholvy, ancien jéciste, a écrit en 1994 : « On a du mal à compter pour la seule histoire contemporaine et dans les chaires des Universités de France le nombre des anciens jécistes. Il est exact qu’il y a un creux après » (Esprit et Vie). Une enquête devrait également être menée en droit, sciences et médecine.

9Cette période se termine pour nous par la crise de 1949 entre les paroisses étudiantes et la JEC et par le numéro de la revue Les Mal Pensants d’avril 1950 sur la crise des mouvements de jeunesse. Ma fiancée et moi avons rédigé un article que nous ne signerions plus aujourd’hui à cause de sa forme trop dure pour certains. Cependant, j’approuve toujours le contenu de l’article collectif que j’ai signé avec Cuisenier et Jay : l’action temporelle est devenue envahissante au détriment de la visée évangélisatrice.

Au-delà des années Quarante

10Comme délégué syndical du SGEN-CFTC auprès des étudiants de l’AG de Lille pendant la guerre d’Algérie, je témoigne de la grande maturité des membres du bureau de l’UNEF locale, parmi lesquels plusieurs étaient jécistes. Concernés au premier chef par vingt-huit mois de service militaire, en grande majorité en Algérie, ils ont conquis la majorité de l’AG et milité pour la paix en Algérie à l’intérieur du mouvement syndical régional avec patience, habileté, détermination. Le local de l’AG, rue de Valmy, a été plastiqué par les agents de l’OAS en janvier 1962. À cette époque, plus d’un étudiant sur deux était inscrit à l’UNEF.

11Plus tard, directeur du Groupe de recherches coordonnées n° 2 Histoire religieuse moderne et contemporaine du CNRS de 1981 à 1985, je fais inscrire parmi les objectifs de cette formation l’histoire des mouvements de jeunesse chrétiens et juifs. Gérard Cholvy dirige cet objectif, participe à de nombreux colloques, en organise plusieurs, publie, seul ou en collaboration, plusieurs livres. Je dirige entre autres le mémoire de maîtrise de Bruno Mary sur la JECF et les travaux d’Alain-René Michel, notamment ses thèses, dont les jurys ont été présidés par René Rémond.

© LARHRA, 2011

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search