Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- III - Les limites de la coexistence confessionnelle au xviiie siècle

Protestants et catholiques en Languedoc

Fragilités d’une coexistence confessionnelle à la fin du xviiie siècle

Valérie Sottocasa

Texte intégral

1L’histoire religieuse du Languedoc est originale à un double titre : d’une part la communauté protestante y forme un bloc compact autour d’un pôle rural et montagnard que sont les Cévennes, d’autre part les guerres de religion ont frappé le pays d’une manière sanglante du xvie siècle au début du xviiie siècle lors de l’épisode de la guerre des Camisards. Du fait de la présence d’une communauté réformée solidement implantée, la question de la coexistence entre protestants et catholiques s’est toujours révélée centrale, que ce soit sur le plan politique, économique, culturel ou social. Le bastion cévenol a pesé sur les relations intercommunautaires en inversant le rapport des forces. Les principales villes mixtes du Languedoc ont longtemps été sous domination exclusive des protestants qui détenaient le pouvoir politique et contrôlaient souvent économiquement les sociétés urbaines. Au xvie siècle, les villes imposent indiscutablement leur prééminence, mais les guerres de religion bouleversent progressivement cet équilibre initial au profit des Cévennes.

  • 1 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, Paris, Perrin, 2002, chapitre V.

2Touchées par la Réforme au début des années 1560, les montagnes ont été amenées à jouer un rôle croissant dans les affrontements armés. Utilisées tout d’abord comme refuge par les habitants de Nîmes, de Montpellier et d’autres cités devenues les enjeux des guerres civiles, les Cévennes ont très tôt fourni des capitaines, puis des soldats, vite reconnus pour leur courage, leur résistance physique et leurs convictions religieuses inébranlables. Parsemés de communautés souvent entièrement réformées, les montagnes et leur piémont n’ont jamais été envahis par les troupes catholiques et royales. De ce fait, les protestants se sont montrés particulièrement insoumis durant les périodes de paix, acceptant mal les contraintes, y compris après l’édit de Nantes. Les années qui suivent sa proclamation sont agitées, souvent au détriment de la communauté catholique1. L’insoumission de tout un pays se cristallise dans l’adhésion à la révolte conduite par le duc de Rohan face à Louis XIII entre 1620 et 1629. Si pour l’ensemble du royaume, l’expression « guerres de religion » ne concerne que les affrontements du xvie siècle, en Languedoc elle englobe les guerres de Rohan ainsi que l’insurrection des Camisards (1702-1704) et souvent même, comme nous le verrons, la Révolution et les troubles liés à la séparation des Églises et de l’État en 1905-1906. Il convient de prendre la mesure de ce particularisme historique pour comprendre les mentalités et les comportements en Languedoc et notamment les relations nouées, en temps de conflit comme en temps de paix, entre les membres des deux communautés confessionnelles.

  • 2 Henri de Rohan, Mémoires, La Haye, 1696, Discours politiques, VIII, p. 283-286.
  • 3 Philippe Joutard, La légende des Camisards, Paris, Flammarion, 1973, p. 91.
  • 4 Barbara de Négroni, Intolérances. Catholiques et protestants en France, 1560-1787, Paris, Hachette, (...)

3En effet, si les guerres de Rohan se soldent par un échec et par la remise en cause de tout un pan de l’édit de Nantes, sur le plan local, l’échec doit être relativisé. Encore une fois, les Cévennes n’ont pas été envahies et elles ont témoigné, plus encore que lors des guerres précédentes, d’une ténacité hors du commun. Rohan s’est appuyé sur les montagnes pour conduire ses guerres, développant une stratégie de guérilla dont les populations gardent le souvenir durant longtemps. Il a su développer une milice disciplinée, luttant au nom de la « liberté des consciences2 » et susciter une réelle adhésion populaire. La paix d’Alès (1629), pas plus que l’édit de Nantes, ne permet de mettre un terme définitif aux troubles de religion. Minoritaires localement, les catholiques ont conscience de la fragilité de leur position, y compris lorsque Louis XIV développe une politique de rigueur, puis d’exclusion, à l’encontre des protestants. La défaite des Camisards change cependant l’équilibre politique interne de la région. Bénéficiant désormais du soutien ouvert de l’État, les catholiques parviennent progressivement à occuper des postes de pouvoir dans les villes et les bourgs. De nombreuses familles sont propulsées sur le devant de la scène grâce à une ascension sociale rapide, due à l’effacement forcé des réformés de la vie publique. La violence de l’insurrection cévenole, que la plupart des élites urbaines n’avait pas approuvée3, laisse place à une paix réelle, même si de nombreux incidents permettent d’en mesurer la fragilité. Les guerres de religion semblent reléguées dans un sombre passé, marqué par la barbarie et le fanatisme. Les idées des Lumières se diffusent avec succès au sein des élites, notamment réformées. Le clergé paroissial ne reste pas à l’écart ; plusieurs curés, en poste dans les Cévennes, prêchent en faveur de la tolérance4.

4C’est dans un climat incontestablement nouveau, fruit de tout un siècle exempt d’affrontements fratricides en Languedoc, que se prépare la Révolution. Or, en juin 1790, des incidents particulièrement violents éclatent à Nîmes, au cours desquels protestants et catholiques s’affrontent sans merci. Les échos de cette « bagarre » sont considérables dans l’ensemble du bas Languedoc ; ils se traduisent par une polarisation extrêmement précoce de l’opinion, qui se radicalise et investit le débat politique d’une dimension confessionnelle que rien ne semblait laisser prévoir. Très vite, aux yeux des classes populaires et malgré un déni des élites sociales, la Révolution est vécue sur le mode d’un rejeu des guerres de religion.

5C’est ce processus complexe que nous nous proposons d’étudier ici, en mettant tout d’abord l’accent sur les violences qui éclatent dans les premiers temps de la Révolution en Languedoc, qu’un calme remarquable semblait imprégner jusqu’au traumatisme des affrontements sanglants de Nîmes. Nous tenterons de démêler la part du religieux et celle du politique dans les affrontements qui s’enchaînent à la suite de cet incident majeur à l’échelle des régions méridionales. Nous aborderons ensuite la question de la politisation des antagonismes confessionnels suscitée par la dynamique révolutionnaire ; cette évolution favorise-t-elle le maintien d’une coexistence pacifique entre protestants et catholiques ou aggrave-t-elle le fossé entre les deux communautés ? Comment expliquer que division confessionnelle et choix politiques face à la Révolution se recoupent en Languedoc ? Nous nous interrogerons sur le poids du passé, et notamment de la mémoire des guerres de religion, sur les sensibilités collectives, afin de comprendre quel a été l’impact de l’épisode révolutionnaire sur la construction d’une culture locale de la vengeance.

L’empreinte des violences confessionnelles dans le Midi languedocien à la veille de la Révolution

Les ambiguïtés du legs des Lumières

  • 5 Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Le (...)
  • 6 Michel Grandjean et Bernard Roussel (éd.) Coexister dans l’intolérance : l’édit de Nantes, Paris, S (...)

6Dans une synthèse récente, Jean-Clément Martin met l’accent sur les contradictions du siècle des Lumières face à la question et aux pratiques de la violence5. Une certaine expression de la violence, notamment celle de l’État, est moins bien tolérée et toute une réflexion philosophique prône la réforme des pratiques judiciaires de l’État. Les droits des individus mis en avant permettent de critiquer l’arbitraire supposé du pouvoir et la dimension violente qu’il comporte. De ce point de vue, les protestants de France ont beaucoup à gagner aux progrès de cette réflexion, à laquelle ils participent activement, notamment dans les loges maçonniques et au sein des sociétés littéraires. Ils ont député auprès du gouvernement Jean-Paul Rabaut-Saint-Étienne, fils du pasteur de Nîmes Paul Rabaut déjà engagé dans la lutte pacifique contre l’oppression et l’arbitraire. Son fils, également pasteur, porte-parole de la communauté réformée depuis 1765, a contribué, aux côtés de Malesherbes, à la rédaction de l’édit autorisant les mariages des non-catholiques, couramment appelé édit de tolérance et publié en novembre 1787. Ce texte témoigne de l’évolution des pratiques de gouvernement, mais également du fait que la communauté réformée n’a jamais renoncé à faire valoir ses droits au nom de la tolérance et de la liberté de conscience6. La violence n’est plus, comme au temps des guerres de Rohan, le moyen d’obtenir cette reconnaissance ; une démarche légale appuyée par les élites intellectuelles prévaut désormais.

  • 7 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)

7Cependant, et Jean-Clément Martin insiste sur cette dimension paradoxale, le siècle des Lumières a également vu croître les violences quotidiennes, y compris les rébellions collectives, dont le travail de Jean Nicolas donne la mesure7. La démocratisation, même relative, du débat politique pousse à une légitimation des interventions populaires, souvent violentes, dans les conflits qui opposent le gouvernement à la nation. À la veille de la convocation des États généraux, l’embrasement suscité par le renvoi de certains parlements de province illustre une situation tendue dans laquelle le « peuple » s’est invité en tant qu’acteur de tout premier plan. Plus traditionnelles, les émeutes frumentaires du printemps 1789 soulignent également un très haut niveau de mobilisation populaire. À l’échelle du royaume Paris, la Bretagne et la Provence sont de loin les régions les plus agitées. Le Languedoc est épargné par les troubles, à l’exception de plusieurs émeutes urbaines dans les régions littorales. Les montagnes restent à l’écart de l’agitation, même si les prix élevés des grains suscitent des émeutes le long des grandes voies de communication et sur les marchés. La question confessionnelle n’intervient en rien dans le déclenchement ou la conduite de ces troubles. On remarque même que les hautes terres catholiques sont plus promptes à se mobiliser que les Cévennes protestantes, notamment contre la féodalité. Jusqu’à la fin de 1790, les manifestations populaires en faveur des réformes de l’Assemblée nationale, concernent donc plutôt les espaces catholiques sur lesquels, il est vrai, la seigneurie, notamment ecclésiastique (dômeries et propriétés de l’ordre de Maltes en particuliers) est bien plus présente qu’en Cévennes. Les questions liées à la coexistence confessionnelle sont absentes de ces troubles.

  • 8 Patrick Cabanel (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 20 (...)

8Le siècle des Lumières n’a cependant pas connu de cheminement régulier vers la tolérance. Les années 1720 sont marquées par une répression accrue contre les minorités religieuses, protestante comme janséniste. La législation de 1724 durcit les mesures contre les mariages et les baptêmes célébrés au Désert. Les curés en charge des paroisses protestantes ne sont pas en reste pour dénoncer ceux de leurs paroissiens qui ne se rendent pas régulièrement à la messe ou refusent de se faire entendre en confession. Dans les années 1750, on assiste aussi à une recrudescence des tensions autour des cultes pratiqués au Désert. Encouragés par le gouvernement, certains curés n’hésitent pas à employer la force armée pour procéder à des « rebaptisations » forcées. L’un d’eux, curé de Ners (paroisse au sud d’Alès), est assassiné en 1752 par l’ancien pasteur, alors que les soldats traquent les prédicants dans toute la région et pourchassent ceux qui assistent, parfois les armes à la main, aux assemblées du Désert. La manière dont le seigneur de Ners annonce ce crime à l’intendant du Languedoc est révélatrice des vieilles peurs enfouies mais toujours présentes dans les cœurs : « C’est avec un véritable chagrin, écrit-il, que je vous apprends le second tome de l’abbé du Chaila, […] je veux dire qu’on a assassiné ce matin le prieur de Ners ! »8

9La réaction face à cette agression montre cependant l’évolution des mentalités, du moins du point de vue des élites et des autorités locales. Les pasteurs engagent les fidèles à renoncer à porter des armes durant les assemblées du Désert et parviennent à convaincre le coupable de se rendre aux autorités. Ces dernières renoncent à appliquer une répression générale sur le pays. Le consensus est privilégié ; l’attitude des uns et des autres permet de penser que la pratique du culte réformé est désormais tolérée, du moins dans les bornes de la clandestinité. Si certains curés n’acceptent pas cet état d’esprit, nombreux sont ceux qui abandonnent l’intransigeance de leurs prédécesseurs. Certains célèbrent les mariages des « Nouveaux Catholiques » en renonçant à exiger le certificat de catholicité exigé par la loi, supposant non seulement une assistance régulière à la messe mais surtout la pratique de la confession que les protestants rejettent.

  • 9 Robert Poujol, Vébron. Histoire d’un village cévenol, Aix-en-Provence, Édisud, 1981, p. 235 sq.
  • 10 Arch. dép. Hérault, 3 E 40bis (registre des BMS de l’Église réformée de Ganges, juin 1788) ; 4 E 24 (...)

10Au cœur des Cévennes protestantes, le curé de Vébron est un exemple de cette attitude conciliante. Haut lieu de la rébellion cévenole durant les guerres de Rohan et l’insurrection des Camisards, Vébron a été très éprouvé par la répression menée par les soldats de Louis XIV. Dès les années 1710-1720, les protestants, qui sont la très grande majorité de la population, ne ménagent pas leurs efforts pour faire oublier leurs engagements passés. Le curé oscille, quant à lui, entre une attitude bienveillante et une sévérité modérée. Comme nombre de ses confrères en Cévennes, il ne tarde pas à constater la reprise du culte réformé. Dans les années 1740, alors que les élites fréquentent à leur tour les assemblées clandestines, il maintient avec elles des relations pacifiques, voire amicales9. Ce comportement n’est pas isolé. Lors de la publication de l’édit de 1787, les familles protestantes viennent déclarer auprès du juge royal les mariages et les baptêmes célébrés au Désert. Dans les registres que nous avons consultés, les mariages les plus anciens remontent même aux années 174010. Ils concernent, pour la plupart, des notables, dont les comportements étaient socialement visibles. Le curé du lieu ne pouvait tout ignorer de ces cérémonies clandestines. Dans l’état actuel de nos recherches, nous ne pouvons que conclure à une forme de tolérance de la part des curés en poste dans des paroisses majoritairement réformées.

  • 11 Lettre de deux curés des Cévennes sur la validité des mariages protestants et sur leur existence lé (...)
  • 12 Mémoire cité par l’abbé Jean-Baptiste Delon, La Révolution en Lozère, Mende, Société des Lettres, S (...)

11À la veille de la Révolution, cette opinion s’exprime largement, même si rien ne permet d’affirmer qu’elle est majoritaire au sein du clergé. Dès la fin des années 1770, paraissent des écrits favorables à l’instauration de la tolérance. En 1779, le curé de Saint-Cyr publie une lettre dans laquelle deux de ses confères affectés dans les Cévennes dénoncent les méfaits de l’intolérance civile et religieuse envers les protestants11. En 1789, l’abbé Béraud, curé de Saint-Alban en Gévaudan, rédige un Mémoire en faveur de la tolérance à l’égard des protestants qu’il destine aux électeurs de son diocèse ainsi qu’aux futurs députés aux États généraux12. Au moment où éclate la « bagarre » de Nîmes, alors que les catholiques crient partout vengeance, l’évêque du diocèse d’Alès prêche le pardon et la modération :

  • 13 Réponse de M. l’évêque d’Alais à l’adresse et à la délibération des catholiques d’Alais du 25 mars  (...)

En plaignant ceux de vos frères que des préjugés héréditaires retiennent dans l’erreur, pensez aux vertus, aux qualités morales, aux talents qui distinguent un grand nombre d’entre eux […]. Pensez que vous leur appartenez peut-être par les liens du sang, par une origine commune […] par un commerce habituel […]. N’oubliez pas qu’il en est parmi vous dont les pères ont défendu les mêmes opinions13.

12Ce plaidoyer en faveur de la coexistence et de la tolérance vient se briser sur la Constitution civile du clergé, qui suscite l’opposition farouche du prélat. Cela ne signifie nullement qu’il n’a pas sincèrement prononcé ces paroles d’apaisement, exhortant ses ouailles à en finir avec la violence, au nom même de la mémoire qu’ils invoquent pour justifier leur soif de vengeance.

  • 14 Arch. dép. Hérault, C 6595, gouvernement militaire de Languedoc, affaires militaires du diocèse d’A (...)

13En effet, les guerres répétées et l’échec des missions catholiques en pays protestant ont conduit, au xviiie siècle, les deux communautés à accepter la présence de l’autre comme une réalité intangible. La pensée des Lumières fournit des outils pour amorcer une véritable réflexion sur la tolérance, mais la réalité a souvent précédé puis accompagné des pratiques de coexistence pacifique localement négociées. Reste qu’il est délicat de chercher à en mesurer l’exacte portée. Le consensus qui s’établit a laissé peu de traces dans les archives ; les rares témoignages sont d’autant plus précieux. Nous en analyserons deux. Le premier concerne l’organisation de la levée de la milice à Saint-Hippolyte-du-Fort, situé dans les Cévennes méridionales. En février 1756, alors que la France s’apprête à entrer dans la guerre de Sept ans, près de quatre-vingt jeunes gens susceptibles d’être enrôlés se dérobent au tirage et s’enfuient dans la montagne. Tous protestants, ils exigent que les jeunes catholiques de leur génération participent au tirage au sort. Cette rébellion révèle donc l’existence d’un accord moral passé entre les deux communautés confessionnelles : seuls les protestants payaient « l’impôt du sang », en contrepartie de quoi, les jeunes gens mariés au Désert étaient exemptés, ce qui revenait localement à reconnaître l’existence du culte réformé. Cet accord est si précieux aux yeux des habitants de Saint-Hippolyte, que « toute la ville, tant protestants que catholiques allaient et venaient continuellement pour parler à ces pauvres fuyards, et c’était ce qui le intimidait le plus14. » Cette affaire est révélatrice d’un consensus entre protestants et catholiques qui constitue les fondements mêmes de la coexistence pacifique entre les deux communautés. Mais elle en révèle également les limites : les jeunes gens, qui ont autour de vingt ans en 1756, n’ont pas connu les persécutions et ont été bercés par les récits que devaient en faire leurs parents et aïeux. Ils contestent cette entente, non seulement parce qu’ils sont les seuls à en payer le prix mais, également, parce qu’ils comprennent moins que leurs aînés la nécessité d’en passer par une injustice pour que leur culte soit toléré. Cela dénote une évolution complexe des mentalités montrant que dans le domaine de la coexistence, que nous entendons comme non régulée par l’État, la réalité est toujours évolutive. Fruits des circonstances et des nécessités de la vie quotidienne, les conditions de la coexistence confessionnelle évoluent et ne sont pas perçues de la même manière selon les époques, les générations et les lieux.

14Le second exemple repose sur les déconvenues de Jacques-Louis Ménétra, garçon vitrier, devenu célèbre par son journal publié par Daniel Roche. Compagnon parisien que son tour de France conduit à traverser les Cévennes en 1764, Ménétra a eu une expérience très positive au contact d’un maître protestant à Nîmes. Celui-ci le recommande à un cousin de Saint-Hippolyte-du-Fort, « un bon protestant qui me faisait le récit des cruautés que les missionnaires avaient exercées dans cette malheureuse contrée avec la conversion à la dragonnade ». Plutôt anticlérical de conviction, Ménétra compatit, mais, un soir, alors qu’il est dans une auberge, il est apostrophé par de jeunes protestants :

  • 15 Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, présenté par Daniel R(...)

J’entrai et ils se mirent à dire : voilà un papiste. Je leur dis que si je ne l’étais, je m’en ferais un honneur, qu’il y avait [autant] d’honnêtes hommes dans l’une comme dans l’autre maison. Mais on me dit : vous croyez à votre Saint-Augustin et à votre Saint-Jérôme, ce sont deux Jean Foutre15 ! »

15La querelle dégénère en bagarre et la maréchaussée doit intervenir. Ménétra refuse de dénoncer ses agresseurs ; il quitte cependant la famille d’accueil que l’incident divise.

16De toute évidence, Ménétra est un jeune homme détaché de l’Église dont il critique volontiers l’obscurantisme tout au long de son journal. Il est froissé du qualificatif de « papiste » que les jeunes protestants lui jettent au visage, au point de défendre les catholiques. De leur côté, les jeunes Cévenols n’ont que faire de l’attitude critique de Ménétra. Cultivés depuis trois générations au moins, les souvenirs des persécutions enflamment l’esprit de la jeune génération ; ils les poussent à adopter une attitude plus revendicative et plus belliqueuse que leurs aînés. Si, dans les classes aisées, le récit des persécutions se veut instructif, dans les Cévennes, au sein des classes populaires, il ne parvient pas à endiguer l’émotion : la mémoire est « à vif » et mobilisatrice. La mésaventure de Ménétra nous renseigne autant sur les progrès de la coexistence que sur ceux de l’intolérance, faites à la fois de vieilles haines et d’une impatience nouvelle, alimentées par la pensée des Lumières.

  • 16 Charles Dardier, Paul Rabaut. Ses lettres à divers, Paris, 1891, T. 2, p. 393-410.
  • 17 Ibidem.

17Jean-Paul Rabaut-Saint-Étienne est également confronté à cette impatience lorsque les protestants du royaume apprennent le contenu de l’édit de novembre 1787. Ne concevant pas de dissocier la reconnaissance de leur état civil de celle de leur liberté de culte, bon nombre de protestants sont déçus et le lui font savoir, par le biais des consistoires. Le pasteur prône la modération et la raison : « Si la cour a cédé, il faut bien que les protestants prennent leur mal en patience, et si l’édit avait été plus vaste, il n’aurait pas passé16. » La fragilité de l’accord ne lui échappe pas et son sentiment traduit celui de toute une communauté marquée par la précarité de sa situation depuis la Révocation : « Il ne fallait qu’un ministère ou un règne dévot pour nous rejeter dans les proscriptions17 ! » L’inquiétude sourde qu’il partage avec ses coreligionnaires ne l’empêche pas de voir plus loin et d’être ambitieux pour sa communauté. Dans la lettre qu’il rédige à l’intention des protestants de Bordeaux, il met en avant les atouts dont disposent les réformés dans la société française. Ils seront, estime-t il, amenés à jouer un rôle de tout premier plan dans la modernisation de l’État et de l’opinion publique :

Bien des gens de l’opinion desquels je fais grand cas, pensent que le protestantisme influera sur les opinions morales, que ces principes de liberté, dont on nous accuse […] exposés au profit de la chose publique seront adoptés […].

18Plus loin, il précise sa pensée qui se fait plus incisive : l’imperfection même de l’édit doit pousser les protestants à s’engager sur le chemin de la réflexion mais aussi sur celui du combat, mené au nom de la liberté de conscience que seule l’instruction pourra établir. Or, affirme-t-il, qui est mieux placé que les ministres réformés pour organiser ce grand plan d’instruction publique qui devra éclairer la nation ?

  • 18 Ibid., p. 406-408.

C’est ainsi que j’ai pensé que ne pouvant maîtriser les circonstances, il fallait en tirer le meilleur parti possible ; étudier le rapport avec le siècle, avec notre gouvernement et les progrès de la raison que les protestants seuls peuvent accélérer ; donner l’essor à ce principe de liberté de penser si longtemps contraint, qui nous appartient exclusivement ; […] nous assurer enfin une supériorité honorable qu’il sera impossible de nous ravir et qui nous vaudra l’avantage d’avoir perfectionné notre siècle18.

19Ce texte complexe, traduisant tout à la fois la prudence, l’impatience et la fierté d’être protestant, éclaire l’état d’esprit qui pouvait régner au sein de la minorité réformée du royaume, du moins parmi ses élites. Il ne nous semble pas, cependant, que l’écart soit considérable entre les propos tenus par Rabaut Saint-Étienne et les pensées que peut traduire le comportement des jeunes gens de Saint-Hippolyte face à Ménétra. Même culte du souvenir des persécutions, même impatience, même fierté.

20Ces sentiments peuvent-ils être difficilement compatibles avec la pratique quotidienne et nécessairement plus humble de la coexistence ? Du fait de leur situation dans le royaume, les protestants ne peuvent envisager autre chose que la coexistence, mais ils escomptent en modifier radicalement les conditions d’exercice par l’influence culturelle (« morale » écrit Rabaut Saint-Étienne) et politique qu’ils pensent être amenés à jouer. L’influence du climat politique de 1788 est évidemment décisive pour comprendre le ton et les propos de Rabaut Saint-Étienne. Nous retiendrons surtout l’idée que les protestants ne peuvent espérer modifier radicalement leur situation qu’en réformant la société tout entière et en pesant sur l’État. Il s’agit là, pour le moins, d’une volonté de réintégrer la société politique dont la Révocation a de fait exclu la plupart des protestants. L’une des conditions pour la restauration d’une coexistence garantissant le respect de la liberté de culte des protestants semble donc être leur investissement de la sphère politique. La Révolution ouvre, de ce point de vue, une porte fermée depuis un siècle à la communauté réformée de France.

La politisation des antagonismes confessionnels au moment de la Révolution

21Au cours du printemps 1790, des troubles violents éclatent à Montauban puis à Nîmes. Indirectement déclenchés par les réformes entreprises par l’Assemblée nationale, ils dégénèrent en affrontements confessionnels dont la violence choque les contemporains. Même habillés aux couleurs les plus modernes de la politique, ils semblent relever d’un autre âge. De manière générale, le facteur confessionnel, pourtant de toute première importance dans ces incidents violents, est gommé par les témoins et les autorités en faveur des enjeux politiques et électoraux qui en ont été le prétexte. Le schéma antinomique révolutionnaire/contre-révolutionnaire est plaqué sur des conflits dont les racines plongent dans les siècles passés. De ce fait, la contre-révolution fait une apparition précoce dans le Midi de la frontière confessionnelle en devenant une clé essentielle pour expliquer les insurrections dont Castres, Montauban et Nîmes sont le théâtre. Nous allons donc tenter de remonter le fil qui conduit à ces troubles, d’en comprendre les processus au-delà des discours produits par les autorités de l’époque afin d’en saisir l’originalité et d’en déterminer les conséquences sur le déroulement de la vie politique en Languedoc pendant la Révolution.

22Les premiers troubles touchent Castres dès avril 1790 mais les plus graves éclatent à Montauban en mai, alors que la municipalité procède à l’inventaire des couvents de la ville. Le choix de la date est malheureux : le dimanche des rogations, le 10 mai, voit affluer une foule de fidèles dans les rues de Montauban et les tensions sont très tôt perceptibles. Elles ne suffisent pas à déclencher les troubles. C’est une partie de la garde nationale au nom évocateur de « légion Saint-Barthélemy », entièrement catholique et dirigée par des nobles ouvertement opposés à la Révolution, qui lance l’offensive en attaquant des patriotes. Elle est soutenue par des détachements venus des villes proches et de Toulouse. Les affrontements font cinq morts, dont quatre protestants, et de nombreux patriotes sont emprisonnés à la suite de cette journée. La violence de l’affrontement a conduit des familles réformées à fuir Montauban par crainte de représailles. L’adhésion de la communauté aux réformes entreprises est un fait acquis pour une large part de la population.

  • 19 Bernard Cousin, Monique Cubells et René Moulinas, La pique et la croix. Histoire religieuse de la R (...)
  • 20 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution Française, Paris, Édit (...)

23Les échos de cette journée résonnent dans l’ensemble du Midi de la frontière confessionnelle où les mesures concernant la réforme de l’Église catholique inquiètent une part importante de la population. En avril, le rejet de la motion Dom Gerle demandant à ce que le catholicisme soit maintenu dans son statut de religion d’État, suscite une véritable mobilisation dans le Midi de la France19. Des adresses parviennent à l’Assemblée nationale ; rédigées la plupart du temps dans des assemblées de citoyens catholiques, elles appuient la requête de Dom Gerle20. Le 20 avril, ils sont près de trois mille à signer le texte proposé par François Froment, un avocat nîmois, décidé à tout mettre en œuvre pour éviter des réformes religieuses qu’il juge inquiétantes. Cette mobilisation intervient dans un climat local tendu mais favorable aux catholiques. Lors des élections municipales qui se sont déroulées en mars, protestants et catholiques n’avaient pu s’entendre autour d’une liste commune et étaient allés divisés devant les électeurs. Une organisation sans faille dans la mobilisation des catholiques, notamment dans les campagnes, a permis l’élection d’une municipalité majoritairement catholique ; le baron de Marguerittes, noble libéral et favorable à la Révolution, a pu conserver son fauteuil de maire et un seul officier municipal était de confession réformée.

  • 21 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1988, p.  (...)
  • 22 Littéralement « mangeurs d’oignons » ; l’expression désigne les classes populaires ouvrières, le pl (...)
  • 23 François Rouvière, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, Nîmes, 1887, T. 1, p. 77.

24Les protestants investissent alors massivement la Société des Amis de la Constitution, fondée le 11 avril : 355 membres sont de confession réformée, 63 sont catholiques et un adhérent est juif21. La question confessionnelle a également marqué la constitution de la garde nationale nîmoise. Le maire affiche un patriotisme dénué de toute hésitation : approuvant, lors de la révolution dite municipale, la création de légions dans lesquelles les protestants étaient souvent les plus nombreux, il se montre très réticent face à l’initiative de François Froment qui lève des troupes entièrement catholiques et leur donne un couvre-chef rouge comme signe distinctif. Turbulents, ces « poufs rouges », également surnommés « cébets »22, imposent la reconnaissance de leur légalité par la force23. Le printemps voit croître les tensions entre différentes légions de la garde nationale. Incidents et accrochages se multiplient, alors qu’une campagne pamphlétaire extrêmement virulente se développe à Nîmes et dans ses environs. L’élection du pasteur et député Rabaut Saint-Étienne à la présidence de l’Assemblée nationale n’est pas sans influence sur cette polarisation précoce de l’opinion publique nîmoise.

25En juin, un rendez-vous électoral important cristallise les antagonismes. Les membres de l’administration départementale doivent être élus au suffrage restreint ; cela favorise les classes les plus aisées. Or, à Nîmes, les protestants sont particulièrement bien représentés parmi les négociants, les entrepreneurs et l’ensemble de la bourgeoisie. L’opération menée lors des élections municipales par les chefs du parti catholique ne peut être reconduite et les risques, de leur point de vue, de voir des protestants tenir les rênes du pouvoir à l’échelle du département sont réels. Ils choisissent donc de faire pression sur l’assemblée électorale : des troupes de « poufs rouges » s’assemblent devant le palais épiscopal où sont réunis les électeurs. Les incidents de Montauban sont dans toutes les têtes et confortent le parti de François Froment. Ce dernier a vu son autorité considérablement raffermie par l’approbation du comte d’Artois auprès duquel il s’est rendu, à Turin, sans doute à la fin de l’hiver. Les patriotes ne sont pas résignés, loin s’en faut. La garde nationale est présente devant le palais épiscopal en cette matinée du 13 juin 1790. Les membres des deux légions ont accumulé les contentieux au cours des semaines précédentes, aussi la nervosité est-elle générale. Un coup de fusil malheureux suffit à déclencher un affrontement entre légionnaires qui dégénère rapidement. Aucun des deux partis ne semble devoir l’emporter et la municipalité ne parvient pas à rétablir l’ordre en proclamant la loi martiale. Aussi fait-on, des deux côtés, appel à des renforts extérieurs.

  • 24 Valérie Sottocasa, « La garde nationale, enjeu politique et religieux dans le Midi de la frontière (...)

26Les villages catholiques, surtout situés à l’est de Nîmes, mobilisent des hommes souvent encouragés par les curés. Les Cévennes protestantes ne sont pas moins rapides. Dans la nuit, les gardes nationales de la Vaunage et de la Gardonnenque, deux régions très protestantes, ont mis sur pied des renforts importants. En effet, dès l’automne, les communautés des Cévennes se sont massivement dotées de gardes nationales et ces dernières se sont spontanément fédérées. Un état major a été constitué, ce qui facilite la coordination de la levée d’hommes et l’organisation des secours destinés à Nîmes24. Le 14 juin au matin, Nîmes est investie par près de 15 000 soldats ; après des heures de combat de rues, les troupes de Froment sont acculées dans une tour et bon nombre d’hommes massacrés. Les couvents sont dévastés, notamment celui des Capucins dont un moine est atrocement mutilé. Le 15 au matin, la ville hébétée compte ses morts. Il y en aurait eu plus de trois cents, nombre difficile à vérifier mais qui importe peu au regard du traumatisme engendré par le massacre dont la plupart des victimes sont catholiques. L’Assemblée nationale ordonne des enquêtes et qualifie très vite les troubles de Nîmes politiquement. La main du comte d’Artois est dénoncée alors que le caractère confessionnel des violences qui ont agité Nîmes durant deux jours est officiellement passé sous silence. Les affrontements nîmois sont de ce fait politisés et avec eux des antagonismes largement confessionnels. Le discours produit par les autorités normalise le sens des événements et conditionne pour une large part la politisation précoce des tensions dans le Midi de la frontière confessionnelle.

27Écrasés militairement et politiquement, les catholiques de la région redressent la tête dès le mois d’août 1790. Utilisant la dynamique fédérative à l’œuvre depuis le 14 juillet, les chefs du « parti royaliste » réunissent un camp de gardes nationales à Jalès, situé aux confins du Gard, de l’Ardèche et de la Lozère. Plus de cent quatre-vingts paroisses répondent à l’appel et envoient des délégués. Parmi eux, beaucoup de patriotes authentiques qui servent à masquer les objectifs réels du rassemblement de Jalès : la mise en place d’une réponse à la mobilisation patriote et protestante de juin 1790. Une fois parties les délégations étrangères au complot, les discours se font violents et ouvertement anti-protestants. Il est essentiellement question de marcher sur Nîmes et de venger les catholiques, leurs frères massacrés par les huguenots, comme au temps des guerres de religion. Ces hommes sont-ils pour autant des contre-révolutionnaires favorables à la restauration de l’ancien régime ? Pour une bonne part, leurs chefs le sont, mais au sein des troupes, seule une toute petite minorité souhaite son retour.

28Le comte de Saillans, chef de la contre-révolution méridionale à partir de 1792, le comprend et l’exprime clairement en octobre 1790 dans un texte intitulé Manifeste de 50 000 français armés pour la cause de la religion et de la royauté :

  • 25 Arch. nat., D/I/101 ; cité par Charles Jolivet, La Révolution en Ardèche, 1788-1795, Aubenas, XXXXX (...)

Armés des décrets mêmes qui devaient nous servir d’égide, les protestants prétendent nous imposer leurs lois. Les départements, les districts, beaucoup de municipalités ne sont peuplés que de leurs créatures. À eux les grades, les emplois, les honneurs. Les catholiques se voient repoussés de partout […] les protestants nous insultent ouvertement. Le sang coule […], les tribunaux sont sourds à nos cris. Attaqués dans ce que nous avons de plus cher, le désespoir nous met les armes à la main et la nécessité d’une juste défense fait de nous des soldats25.

29En liant politique et religion, Saillans espère renforcer l’engagement populaire au service de la contre-révolution, chose qui ne va pas de soi, même dans une région où le poids de la féodalité est plus léger que dans la plupart des autres provinces du royaume. Ce texte exploite le désarroi qu’introduit dans le pays le retour des protestants dans la vie politique. Leur exclusion des charges publiques avait constitué un des points forts de la Contre-réforme catholique en Languedoc. La Révolution bouleverse un équilibre difficilement acquis par la minorité catholique locale ; le retour des protestants aux postes de pouvoir est vécu comme une menace et une inversion des normes politiques, suscitant la peur. Les mesures répressives de l’Assemblée confortent les discours prophétiques et les rumeurs les plus alarmistes. Le rassemblement de Jalès a donc largement contribué à la division partisane de l’opinion.

30C’est dans ce contexte précocement tendu et politisé que la réforme de l’Église est dévoilée puis appliquée. La procédure élective, l’association de protestants à l’élection de l’évêque et des curés, les persécutions rapidement mises en œuvre contre ceux qui refusent de prêter le serment, rendu obligatoire par le décret du 27 novembre 1790, tout cela conforte le discours de ceux qui cherchent à faire de la Révolution le résultat d’un complot protestant visant à détruire l’Église catholique. Cette explication est crédible si l’on se place dans la perspective d’un long cycle de violences en partie engendré par une volonté réciproque de vengeance. Cela explique pourquoi le Midi de la frontière confessionnelle a été le théâtre des tout premiers incidents suscités par la prestation du serment. Millau est, dès le 25 janvier, marqué par une émeute violente contre le maire accusé de vouloir cacher l’édit ordonnant la prestation du serment. Bousculé et blessé, il est dessaisi du paquet contenant la loi, le texte en étant ensuite solennellement brûlé en place publique.

  • 26 Arch. nat., F/7/36771, Précis historique des événements qui se sont passés dans les départements de (...)
  • 27 Lettre du 30 janvier 1790, publiée par François Rouvière, La Révolution dans le département du Gard (...)

31En février, Uzès, dépossédé de son titre d’évêché, est le théâtre d’une insurrection d’une partie de la garde nationale. Les rebelles, qui ont adopté le surnom de « cébets », s’enferment dans la cathédrale pour en empêcher l’inventaire. Ils gagnent ensuite la plaine de Jalès et le château de Bannes où ils en appellent aux chefs du comité de Jalès et à l’insurrection générale. Sur leur passage, ils se livrent à des violences contre les protestants, notamment à Saint-Ambroix. Des croix blanches sont peintes sur leurs maisons, rappel explicite des pratiques du temps de la Ligue pendant les guerres de religion26. L’évêque d’Uzès, que l’on a cité pour son ouverture d’esprit lors des événements de Nîmes, est résolument hostile à la Constitution civile du clergé qui serait, selon lui, destinée à « introduire le schisme en France […]. Il [le décret sur le serment] a été rendu sous la présidence d’un juif et la motion d’un protestant27 ! » À la même date, les prêtres d’Alès ont été sommés de prêter le serment par la municipalité ; celle-ci est composée de trois catholiques fervents, dont le maire, mais également de six protestants et de deux élus réputés athées, ce qui pousse le vicaire de la cathédrale, l’abbé Jean-Baptiste Pialat, à prononcer en chaire un discours très engagé à propos du serment :

  • 28 Abbé Sarran, L’abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, Nîmes, Lacour, 1997 [1898], p.  (...)

Le corps législatif, de sa propre autorité, sans aucun concours de l’Église, chassait tous les évêques de leurs diocèses, tous les prêtres de leurs paroisses, s’ils ne prêtaient pas le serment exigé, et mettait à leur place des intrus nommés par des laïques seulement, des protestants, des juifs, mahométans, apostats et mauvais catholiques, chose inouïe dans l’Église de Dieu28.

32Incontestablement le serment envenime une situation déjà tendue entre les deux communautés confessionnelles. À Millau, les troubles de janvier empoisonnent durablement la vie politique. Deux clubs rivaux, la Société des amis de la Constitution et le club des Amis de l’ordre, ne cessent de se défier. L’élection des curés constitutionnels chargés de remplacer les réfractaires se déroule dans un climat de grande violence verbale. À l’automne, des commissaires ont été chargés d’enquêter sur les troubles par les autorités du département. Leur rapport précise :

  • 29 Arch. nat., F/7/3657/1 (dossier 6), lettre du 21 octobre 1791.

Les protestants, tous patriotes, et quelques uns à l’excès ne négligent aucun moyen de tourmenter les autres […]. Ils se rendent à la messe du curé constitutionnel ; cherchent à tourmenter ceux qui ne pensent pas comme eux et décrient par là même la cause des prêtres conformistes29.

33La Constitution civile du clergé aggrave et parfois suscite une ligne de fracture politique qui épouse celle qui sépare, en Languedoc, protestants et catholiques. De ce fait, il devient de plus en plus difficile de dissocier croyance personnelle et options politiques, tant les antagonismes sont inextricablement liés. Les émeutes populaires nombreuses contre l’application de la réforme religieuse fournissent à la contre-révolution méridionale des troupes qui lui faisaient cruellement défaut. L’engagement politique est vécu sur le mode d’une croisade, terme récurent dans la bouche des chefs contre-révolutionnaires comme dans celle des curés qui poussent leurs ouailles à prendre part à la lutte contre un régime rapidement condamné pour ses atteintes à l’intégrité de l’Église. Les violences suscitées par la Constitution civile du clergé creusent le fossé entre les deux communautés, chacune étant gagnée par le sentiment de lutter pour la survie de son parti.

  • 30 Ibid, F/7/3681/13, dossier 8.

34La haute Lozère catholique est incontestablement à la pointe du refus, non pas tant de la Révolution de manière globale, mais de sa politique religieuse. Elle concentre l’un des taux les plus élevés du royaume en prêtres réfractaires et les mobilisations populaires sont ici particulièrement nombreuses au service de la cause de la religion « traditionnelle ». Peu nombreux, les patriotes du département se concentrent dans les Cévennes protestantes et dans les rares villes du haut Gévaudan. Mende, selon le député à Constituante Chateauneuf Randon, n’en compterait pas plus d’une trentaine. Image excessive dont il convient de retenir l’idée que les patriotes sont ici, comme à Marvejols, très minoritaires. L’insoumission obstinée des campagnes catholiques, ainsi que la victoire d’une équipe nettement contre-révolutionnaire à la tête du chef-lieu du département, poussent les partisans de la Révolution à faire appel à l’armée qui, dans la région, est le plus souvent patriote. En février 1792, l’annonce de leur arrivée suscite une mobilisation sans précédent en ville comme dans les campagnes alentour. Des canons sont préparés à la hâte, des uniformes sont distribués à la population, des courriers partent dans toutes les directions. Les curés sont nombreux à s’en faire les relais et à pousser les hommes à aller défendre Mende. L’un d’eux n’hésite pas à affirmer au cours de son prône que « les huguenots devaient venir saccager Mende avec d’autres brigands des environs, qu’il fallait y porter secours ou bien devenir huguenot30 ! » Il est alors évident que, dans leur majorité, les catholiques des hautes terres ne peuvent plus adhérer à une Révolution devenue, à leurs yeux, une machine de guerre entre les mains des protestants. Pour ces derniers, les catholiques sont devenus des contre-révolutionnaires qui ne cherchent à rétablir l’ancien ordre politique que pour restaurer un régime d’oppression et d’exclusion à leur encontre. Il s’agit donc bien d’une lutte pour la survie entamée par chacune des deux communautés confessionnelles.

  • 31 Robert Sauzet, Chroniques des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviiie (...)

35Dans les montagnes du Languedoc, la présence du bastion protestant dans les Cévennes et sur ses marges inscrit la fracture confessionnelle dans le paysage. Elle divise les montagnes selon une ligne de démarcation assez nette et contraint les habitants des bourgs et cités du piémont cévenol à coexister dans des conditions difficiles au moment de la Révolution. Comme l’écrit Robert Sauzet, la proximité des « frères ennemis31 » accentue les peurs, polarise les haines et tronque la perception de la réalité. Dès lors, une spirale de violences engage le Midi de la frontière confessionnelle dans un cycle de guerres civiles reposant sur une dynamique de la peur et de la vengeance. Celle-ci est très largement alimentée par le poids des souvenirs des guerres de religion que la Révolution vient, de manière paradoxale, raviver.

La Révolution, nouvel épisode des guerres de religion ?

36Le rejeu de la mémoire et le recours précoce à des comportements violents et intolérants de part et d’autre étonnent les contemporains alors que le siècle des Lumières avait laissé croire à une éradication presque complète des violences de religion. Le basculement précoce du Midi languedocien dans une logique de l’affrontement ne doit cependant pas nous conduire à adopter une démarche systématique et déterministe. Il ne faut pas négliger la nature des sources mobilisées pour prendre en compte les mouvements populaires durant la période révolutionnaire. Les sources de justice ont constitué le fonds le plus largement sollicité et, dans une période où l’ordre établi est remis en question au profit d’un nouveau, l’attention portée aux comportements de refus et d’opposition est particulièrement vive. La volonté de normaliser les rapports politiques et sociaux rend les représentants de l’autorité sensibles aux dynamiques contestataires. Nous devons donc tenter de comprendre les ressorts des violences tout en tenant compte d’autres modes de relations entre protestants et catholiques qui, pour avoir laissé moins de traces dans les archives, n’en ont pas moins existé.

Le poids de la mémoire des guerres de religion sur les choix politiques

  • 32 Arch. nat., F/7/3677/1, enquête menée en octobre 1790.

37Malgré les dénégations parfois virulentes des élites, notamment du côté des réformés, le souvenir des guerres de religion imprègne les esprits. Peu après les événements de Nîmes, une femme interrogée dans le cadre des enquêtes ordonnées par les autorités locales affirme : « Les huguenots ont voulu recommencer la Michelade32 ! » L’épisode rappelé date de la Saint-Michel 1567. Les protestants, momentanément dominés par le parti catholique à Nîmes, avaient alors décidé d’éliminer les chefs du parti adverse, laïcs et religieux. Durant la nuit, des notables et des prêtres avaient été enlevés brutalement, conduits dans la cour de l’évêché pour y être exécutés. Les corps avaient été jetés dans le puits situé dans la cour, l’obstruant entièrement ; le sang aurait imbibé le sol de la cour plusieurs jours de suite. Le déchaînement de violences durant la « bagarre » de Nîmes, l’exécution des capucins et la mutilation de plusieurs corps rappelle les horreurs des guerres du xvie siècle, et notamment cet épisode dont la mémoire collective avait cultivé le souvenir. Avant même que la bagarre n’éclate, les chefs catholiques prennent sciemment appui sur ces souvenirs qui restent très vifs dans les classes populaires. Un pamphlet, peut-être l’œuvre de François Froment, attise les peurs :

  • 33 François Rouvière, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., T 1, p. 79 ; ex (...)

Les protestants vous demandent d’être participants des avantages dont vous jouissez, mais vous ne les aurez pas plutôt associés qu’ils ne penseront plus qu’à vous en dépouiller […] vous souffrirez qu’ils soient protestants, ils ne vous pardonneront plus d’être catholiques […] Vipères ingrates que l’engourdissement de leur force mettait hors d’état de vous nuire, réchauffées par vos bienfaits, elles ne revivent que pour vous donner la mort. Ce sont vos ennemis nés. Vos pères ont échappé par miracle de leurs mains sanguinaires ; ne vous ont-ils pas raconté les excès de cruauté qu’ils ont exercés contre vos aïeuls33 ?

38Brûlot en faveur de l’intolérance, ce texte exploite la peur éprouvée par les catholiques face à l’effondrement d’un équilibre difficilement établi en leur faveur. Minoritaires à plusieurs titres dans les Cévennes et la région nîmoise, ils ne doivent leur suprématie qu’à l’instauration d’une politique répressive, intolérante et autoritaire de l’État absolu. Le changement radical initié par la Révolution menace l’équilibre politique et social de la région. La peur qui en découle est ouvertement exploitée par Froment qui sait pouvoir s’appuyer sur une mémoire forte des guerres de religion et de leurs épisodes les plus traumatisants. La « Michelade » de 1567 ne peut-elle pas être vue comme une Saint-Barthélemy des catholiques à l’échelle du Languedoc ? Cependant, cet épisode aurait sans doute été oublié s’il n’avait pas été suivi par d’autres affrontements confessionnels et la répétition de scènes de massacres perpétrés de part et d’autre deux siècles durant. Une mémoire stratifiée se met en place ; chaque nouvel épisode de violence ravive le souvenir des précédents afin d’ancrer la haine dans un passé immémorial.

  • 34 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, Le Cerf, 1986.

39Cet imaginaire a laissé des traces dans les archives ce qui prouve sa vitalité et son impact sur les comportements. Ce sont les événements traumatisants qui ont suscité un rejeu explicite de la mémoire collective des guerres de religion. La bagarre de Nîmes est l’un d’eux comme les différentes atteintes à l’Église catholique, ou du moins ressenties comme telles par les fidèles des montagnes du Languedoc. Sur ces terres, la contre-réforme catholique a été le fer de lance de la lutte contre les « frères ennemis » autant qu’une réforme épurant et raffermissant la foi des catholiques, stimulant la cohésion de la communauté. De ce fait, l’attachement aux prêtres et aux signes extérieurs du culte est particulièrement marqué. Les premiers, souvent originaires de paroisses proches, sont insérés dans des liens très forts de solidarités tant familiales que de voisinage, doublant les liens proprement religieux. Les mesures excluant progressivement les curés réfractaires de leur paroisse, puis de l’Église, ne peuvent dès lors que susciter de vives réactions. Celles-ci ont été constatées, notamment par Timothy Tackett, dans d’autres provinces du royaume, que ce soit dans l’Ouest ou dans le Nord34. L’originalité du Languedoc tient au très haut niveau de mobilisation populaire, à son caractère souvent violent, à son implantation dans les seules régions clairement catholiques et plus particulièrement dans les paroisses situées le long de la zone de contact entre pays protestant et pays catholique. Enfin, la fréquence des références plus ou moins explicites aux guerres de religion mérite l’attention.

  • 35 Ibid, tableaux IX et IX bis, p. 389 ; Anne Delègue-Quitterie, Le clergé lozérien sous la Révolution(...)

40En Lozère, moins d’une quarantaine de prêtres ont accepté de prêter serment ; bon nombre d’entre eux étaient alors en charge d’une paroisse située en Cévennes. Les autres, très isolés, condamnés par leur évêque mais surtout par leurs fidèles, ont été amenés à rétracter leur serment dans un délai souvent rapide. Une approche plus fine, à l’échelle des districts, n’est pas sans intérêt. En moyenne, les assermentés représenteraient 16 % à 10 % du clergé lozérien35. Les écarts entre les districts sont très importants : celui de Florac, où les protestants sont les plus nombreux, compterait 23 % d’assermentés, alors qu’ils ne seraient que 16 % dans celui de Mende et 12 % dans celui de Marvejols. Face au serment, les prêtres immergés dans des paroisses réformées ou mixtes ont été plus ouverts, tout en restant beaucoup plus réticents que la moyenne des curés du royaume qui ont été environ 52 % à prêter le serment et à ne pas le rétracter. Le district de Marvejols recouvre les montagnes de l’Aubrac, région rurale, au contact indirect du pays protestant au sud (proximité des Cévennes au-delà des gorges du Tarn) et à l’ouest (Rouergue méridional). L’effet repoussoir a joué pleinement. Les résultats du district de Mende sont un peu plus difficiles à interpréter. Cette circonscription comprend la Margeride, région très pratiquante et isolée dans laquelle les prêtres ne se sont pas soumis au serment. Les autorités locales, jouant souvent sur l’image d’un pays arriéré, ne signalent que rarement la situation réelle de la paroisse. Ces chiffres permettent donc de constater les effets de la coexistence entre prêtre catholique et population protestante et ses limites. En effet, les textes imprimés pouvaient donner une image déformée de prêtres qui, au contact des protestants, auraient été plus naturellement poussés à adhérer à la Révolution. Cette image, sans être fausse, ne traduit pas les positions d’une majorité de prêtres qui, s’ils sont rarement devenus d’ardents contre-révolutionnaires, n’en sont pas moins restés fermes dans leur refus de la Constitution civile du clergé.

  • 36 Arch. nat., F/7/3681/13.

41Les espaces frontaliers ont été, quant à eux, marqués par de fortes poussées de violences. Les gorges du Tarn, qui naissent à l’orée du pays protestant (Florac) et débouchent sur la région de Millau, où les réformés sont nombreux et influents, ont été à la pointe de la résistance contre le serment des prêtres, puis ont adhéré à la rébellion royaliste et catholique de 1793. Dans ces lieux, la question religieuse a régulièrement soulevé les passions ; les rares curés assermentés, élus pour remplacer leurs collègues réfractaires, n’ont pu s’installer sans l’appui de la force armée et se sont rarement maintenus en place. L’arrivée du curé nommé à Ispagnac, à l’entrée des gorges du Tarn, flanqué des représentants de l’administration du district de Florac, protestants, et de la force armée, suscite plusieurs jours de troubles. Parmi les cris répétés on a pu entendre : « Le curé constitutionnel n’est pas un prêtre, […] il a une concubine et des bâtards, c’est un protestant36 ». Ce à quoi le procureur du district de Florac répond, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur :

  • 37 Ibid ; Arch. nat. F/19/444.

Le peuple catholique de ce département est le plus ignorant et le plus fanatique du royaume, les prêtres y sont tous opposés à la Constitution civile du clergé ; ils ont persuadé le peuple que la religion est en danger et qu’il faut la défendre […] Le district de Florac est le seul des sept districts qui ait procédé au remplacement des curés constitutionnels ; et comme il est le seul qui ait des calvinistes, on ne manque pas de le rendre odieux à la majorité des districts catholiques37.

42Il est clair que, dans ce cas, la proximité des Cévennes attise les antagonismes et provoque une spirale de la violence. Les paroisses catholiques des gorges du Tarn ont été des cibles privilégiées pour les déchristianisateurs locaux : églises dévastées, processions parodiées, populations humiliées.

  • 38 Arch. dép. Lozère, II L 245/1 et L 120 (dépositions liées à l’affaire Charrier) ; Christophe Boubal(...)
  • 39 Arch. dép. Hérault, L 899, L 711.

43Les Cévennes catholiques, enclaves romaines dans un bastion réformé, ont également été à la pointe de la résistance à la politique religieuse de la Révolution, glissant rapidement vers une attitude nettement plus politique. Aux confins du Gard et de l’Ardèche les populations ont soutenu, même sporadiquement, les camps contre-révolutionnaires de Jalès. Dans les gorges du Tarn, l’insurrection de Marc-Antoine Charrier en mai 1793 a suscité une vaste mobilisation. Les villages ont parfois désigné de véritables compagnies paroissiales destinées à prendre part aux combats de l’Armée Chrétienne du Midi38. La proximité de la « ligne de front » accentue les antagonismes. Trois configurations peuvent être dégagées ; tout d’abord, la ligne de démarcation entre pays protestant et pays catholique exacerbe clairement les antagonismes ; ensuite, la présence des autorités révolutionnaires dans les villes et les bourgs provoque des affrontements répétés ; enfin, le contact entre une cité mixte du point de vue confessionnel et des villages catholiques situés à sa porte aggrave les tensions politiques et religieuses. L’engagement contre-révolutionnaire des villages est à la fois plus marqué et plus démonstratif. C’est le cas de Ganges, ville mixte, patriote, du nord-est de l’Hérault. Ceinturée de villages et de montagnes où la population est très catholique, la ville voit se développer à sa porte des violences politiques précoces. Dès janvier 1792, un prêtre réfractaire du Gard, Jean-Louis Solier, connu peu de temps après comme le « brigand » Sans-Peur, recrute massivement des jeunes gens pour rejoindre le camp de Jalès et soutenir l’insurrection contre-révolutionnaire préparée par le comte de Saillans. Au printemps, la région est une des plus touchée, avec le Gard voisin, par la guerre des châteaux. Les protestants s’y distinguent par leur présence massive et se tournent clairement contre des familles nobles engagées dans la contre-révolution ou émigrées39.

  • 40 Roger Thiers, Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à  (...)

44La logique de l’affrontement frappe également la région de Saint-Affrique, dans le sud du Rouergue. Cette partie de l’Aveyron est la seule qui a vu se maintenir une minorité réformée importante. Millau, Saint-Affrique et plusieurs bourgs des environs abritent une communauté protestante essentiellement constituée de marchands et d’artisans40. Ecartés des responsabilités politiques depuis la Révocation, les protestants aspirent à y revenir grâce à la Révolution ; cela suscite des tensions politiques précoces, notamment à Millau, où les élites réformées sont soutenues par une classe populaire qui fait souvent défaut dans la plupart des autres cités mixtes de la montagne. 1791 est marquée par de vives dissensions autour du serment exigé des prêtres. Saint-Affrique est le théâtre, en juillet, de troubles suscités par l’arrivée d’un curé assermenté ; l’un de ses premiers gestes est de solliciter son admission au sein de la société populaire locale, composée majoritairement de membres protestants. Les violences sont telles que les élus présents lors de l’installation du nouveau curé, appellent en renfort la garde nationale de Millau, Camarès et Saint-Rome-de-Tarn. Les troupes ne se contentent pas de rétablir l’ordre ; elles se lancent dans une violente action punitive dirigée contre les émeutiers hostiles au curé assermenté et visent particulièrement les femmes. Celles-ci sont battues, humiliées en public. Les gardes nationales appelées à la rescousse l’ont été par les élus protestants de Saint-Affrique, elles-mêmes étant majoritairement composées de soldats protestants. Cet épisode creuse un fossé infranchissable entre les deux communautés.

  • 41 Arch. dép. Aveyron, 1 L 752-754 ; Arch. nat., F/7/3657/1.

45Quelques mois plus tard, en février 1792, ce sont les catholiques qui ameutent les gardes nationales des villages de la montagne, car ils craignent que Saint-Affrique soit menacée par les auteurs des violences commises au mois de juillet précédent. Les soldats catholiques sont logés dans les maisons des protestants, ce qui n’est pas sans rappeler les pratiques du temps des dragonnades. Des groupes d’hommes et de femmes parcourent les rues en appelant au massacre des huguenots. L’un d’eux lance : « Il faut en finir ! » ; d’autres exigent de « détruire toutes les maisons des protestants ». Un charpentier ajoute : « Il fait ce soir clair de lune, il faut attendre encore, mais dès que la nuit sera plus sombre, nous commencerons par les enfants et nous finirons par les pères41 ». Les protestants ne se laissent pas impressionner. Les souvenirs cultivés sont certes ceux de l’oppression mais également de périodes glorieuses. L’épisode le plus marquant à Saint-Affrique a sans doute été celui du siège de la ville durant les guerres de Rohan. Alors que le prince de Condé et le duc d’Épernon entament le siège de la cité protestante en mai 1628, les habitants organisent courageusement la résistance ; hommes, femmes et enfants s’activent sur les remparts et sur le champ de bataille. Un appel est lancé en direction de Rohan afin qu’il dégage des troupes qui aideraient à briser le siège. De fait, des soldats sont levés en Cévennes et parviennent à Saint-Affrique ; cela conduit les troupes royales à abandonner la place rapidement. Ces événements ne se sont pas effacés des mémoires ; leur souvenir imprègne le comportement des protestants de la cité qui, confrontés aux menaces des catholiques, répondent vivement. Les femmes occupent dans ces échanges verbaux une place prépondérante. Ainsi, lorsqu’une catholique s’exclame : « Vous disiez qu’il fallait nous pendre ? », les réponses fusent du côté des protestantes :

  • 42 Ibid.

On nous a bien pendus nous autres, nous pouvons bien pendre les autres ! » ; « Aujourd’hui, nous avons beau jeu, autrefois nous pleurions, actuellement, c’est à votre tour. Lorsque les protestants des Cévennes et ceux de Millau arriveront avec leurs sabres aiguisés, il faudra que la tête des catholiques saute !42

  • 43 Arch. dép. Gard, L 421, Lettre d’Olezon, curé constitutionnel de Sainte-Cécil d’Andorge, du 9 janvi (...)
  • 44 Ibid., L 421.

46Il est des comportements ou des propos qui traduisent clairement l’impact des souvenirs des guerres de religion. En août 1791, les habitants d’une paroisse des Cévennes catholiques, située dans les montagnes au nord-ouest d’Alès, sont dénoncés par le curé constitutionnel qui subit de leur part mille tourments. Ses ouailles ont décidé de fêter ostensiblement la Saint-Barthélemy43 ! En 1793, dans la région catholique de Saint-Florent-sur-Auzonnet, située à la lisière des Cévennes protestantes, une femme prêche dans une ancienne chapelle désaffectée ; des rassemblements considérables se forment autour de celle que les autorités appellent « la nouvelle Pythie », ce qui les conduit à murer définitivement la porte de la chapelle44. Durant la plus grande partie de la période révolutionnaire, la résistance catholique se déroule dans une atmosphère quasi-mystique. Les prêtres persécutés sont vénérés tels des martyrs des premiers temps du christianisme. Leurs tombes deviennent lieux de pèlerinage, leur sang est pieusement recueilli lors de leur exécution durant la Terreur. Dieu est constamment présent aux côtés des « résistants » et le réel est troublé par l’omniprésence du surnaturel. En Gévaudan, une jeune fille possédée par le démon doit être exorcisée : le prêtre y voit le rôle des révolutionnaires, jouets entre les mains du Diable, dressés contre l’Église. À l’évidence, la Révolution est vécue sur le mode des guerres de religion : crise grave qui met toute l’Église en péril, elle doit aider à sa refondation. L’épreuve permet de distinguer les vrais chrétiens et susciter des vocations. C’est une Église régénérée qui doit triompher de la Révolution.

47L’atmosphère mystique née d’une crise de conscience religieuse dans un contexte de guerre de religion est exacerbée par la proximité des « frères ennemis ». Les affrontements politiques, imprégnés d’une dimension religieuse incontestable, montrent la place fondamentale qu’occupe la violence au sein d’un cycle de vengeance pluriséculaire dont chaque communauté perpétue le souvenir. La mémoire des guerres de religion devient un moteur de la vie politique locale, une dynamique poussant les uns dans la voie de la contre-révolution et les autres sur les traces des révolutionnaires. Cette situation atypique dans le royaume est liée à l’originalité confessionnelle du Languedoc, notamment dans les montagnes, où les communautés ont conservé une identité forte. Le rejeu de la mémoire des guerres de religion semble donc aggraver les tensions et attiser les haines entre les deux communautés ; cela marque l’impossibilité d’instaurer en Languedoc une coexistence pacifique entre protestants et catholiques. Cependant, tout en réveillant des peurs ancestrales, la Révolution a également suscité des espoirs. Nous étudierons donc maintenant dans quelle mesure une contre-culture de la coexistence a pu se mettre en place dans un espace qui semble voué aux violences de religion.

Une contre-culture de la coexistence est-elle possible ?

48Si la Révolution a indubitablement contribué à renforcer les antagonismes entre les deux communautés confessionnelles, des exemples de solidarités et des liens de sociabilité ont toujours été maintenus entre protestants et catholiques. Nous devons maintenant envisager de quelle manière la Révolution a pu y contribuer. Les sources que nous avons utilisées pour nos enquêtes survalorisent les conflits, qu’il s’agisse des sources judiciaires, policières ou des visites pastorales pour les xviie et xviiie siècles. Néanmoins, notre corpus permet de mesurer les réponses collectives apportées dans les moments de crise, y compris lorsque ces réponses ne relèvent pas du cycle de violence et de vengeance que nous avons décrit. Confrontés à l’idée que la mémoire des guerres de religion pouvait déterminer les comportements et les choix politiques, beaucoup d’hommes cultivés ont refusé cette perspective. Engagés dans le processus révolutionnaire qu’ils interprétaient comme la victoire du progrès sur l’obscurantisme, ils ne pouvaient concevoir que des guerres fratricides, mues par des querelles de religion, relevant d’un passé barbare, puissent intervenir au cœur même de la dynamique révolutionnaire. C’est ainsi que l’on peut comprendre l’exclamation des commissaires du département de l’Aveyron chargés d’enquêter sur les troubles de Saint-Affrique en1792 :

  • 45 Arch. dept. Aveyron, 1 L 754, 3 décembre 1792.

Nous sommes bien loin de croire ce que l’on a voulu nous persuader, que deux partis dont la religion alimente la haine ne cherchent qu’à s’entrenuire. Quoi ! à la fin du xviiie siècle, la religion servirait encore de prétexte à la haine ? Le fanatisme, ce monstre à plusieurs têtes, en aurait-il encore quelqu’une qu’on dût abattre ?45

  • 46 Dictionnaire Universel Français et Latin, de Trévoux, 1743, renvoie à plusieurs ouvrages contempora (...)

49Le xviiie siècle a connu un réel apaisement des conflits confessionnels, y compris en Languedoc où les tensions sont cependant restées vives dans les montagnes mais sans jamais donner lieu à de véritables violences. Celles-ci semblent appartenir à un passé révolu, incompatible avec le règne de la raison. Le glissement sémantique du terme « fanatisme » révèle l’évolution des états d’esprits. Employé au début du siècle pour désigner les protestants révoltés46, il désigne progressivement les catholiques alors que les réformés français acquièrent, dans le même temps, le statut de victimes du fanatisme. Cette évolution sanctionne une intégration de la communauté protestante au sein du monde des Lumières. S’il est facile, dès lors, aux réformés de dénigrer les catholiques supposés attachés à leurs superstitions, il est plus délicat de rationaliser les violences issues des classes populaires protestantes et d’accepter de ce fait l’impact des haines religieuses sur les affrontements politiques. L’attitude des élites favorise leur adhésion au processus révolutionnaire : à leurs yeux, le politique l’a emporté sur le religieux.

  • 47 Philippe Joutard, La légende des Camisards, op. cit.

50La guerre des Camisards a pesé dans cette évolution. La révolte, condamnée par les notables47, a encouragé nombre de communautés à rechercher des consensus du type de celui élaboré à Saint-Hippolyte-du-Fort. Une « culture de la coexistence » a pu ainsi se développer et l’emporter, dans une certaine mesure, sur la culture de l’affrontement et de la vengeance. Nous en avons pour preuve l’attitude de certaines communes mixtes durant la Révolution, notamment dans le Vivarais méridional aux confins du Gard, de la Lozère et de l’Ardèche, théâtre des trois camps contre-révolutionnaire de Jalès. Dans cette région, les protestants sont minoritaires, mais néanmoins très présents au sein de la plupart des communautés. Par ailleurs, la proximité de Nîmes, de la Gardonnenque et des Cévennes, bastions protestants en Languedoc, donne un relief particulier à leur présence. Engagés par des catholiques royalistes et très largement hostiles aux protestants, les préparatifs contre-révolutionnaires de la plaine de Jalès ont suscité de très vives tensions entre les deux communautés confessionnelles dans le Gard et l’Hérault. En février 1791, alors que la région d’Uzès est secouée par de graves troubles et que se prépare le second camp de Jalès, des rumeurs alarmantes courent dans la région sur le massacre des catholiques par les protestants, échos tardifs de la « bagarre » de Nîmes. Dans la région des Vans, un camp se forme pour aller porter secours aux catholiques de Saint-Ambroix, que l’on affirme martyrisés. Dans une atmosphère survoltée, plusieurs municipalités refusent courageusement de céder à une logique d’exclusion et de peur, faisant valoir un discours de raison et de modération. Les élus exigent que les protestants déposent leurs armes, afin de calmer les inquiétudes de leurs concitoyens attroupés et d’éviter des scènes de violences. Dans le même temps, ils dénoncent la manipulation dont les catholiques font l’objet de la part des chefs de la contre-révolution. Pour la plupart d’entre eux, ces élus sont des modérés attachés au maintien de la paix civile dans leur commune et plus largement dans la région. Un ancien militaire, chargé de conduire la garde nationale de Mercue à Jalès comprend, une fois sur place, que tous ont été victimes d’une propagande antiprotestante et contre-révolutionnaire. Il prononce alors un discours très ferme à l’intention des cinq mille hommes placés sous son commandement et chargés de marcher contre la pseudo armée huguenote :

  • 48 Arch. nat. F/7/4423, Information sur les rebelles de Jalès débutée le 2 avril 1791.

Messieurs, les ennemis du bien public ont employé la finesse et la ruse pour nous égarer. On vient nous faire marcher contre les protestants sur le faux prétexte qu’ils égorgent les catholiques ; ne croyez rien de cela48

  • 49 Ibid.

51Dans plusieurs communes, l’équilibre est particulièrement précaire. À Baravon, un protestant s’indigne du fait qu’il doit déposer ses armes pour la seule cause de sa confession. Il se trouve immédiatement cerné par une troupe de vingt-cinq personnes menaçantes que le maire parvient à ramener à la raison non sans mal49. Dans la plupart des cas, les réformés soucieux de préserver le calme, se présentent spontanément à la mairie et y déposent leurs armes, non sans crainte toutefois. Qu’adviendrait-il de la communauté réformée en cas d’agression ? La garde nationale serait-elle en mesure d’éviter un bain de sang ? Le consensus établi devait reposer sur des bases suffisamment solides pour rassurer ces familles car, dans leur ensemble, le désarmement des protestants s’est déroulé ici sans heurt et de manière spontanée.

  • 50 Ibid., 22-23 février 1791.

52Les prises de positions publiques des élus ou des « notables » ont beaucoup joué en faveur de cette « confiance ». Le vicaire de Vals, commune mixte où le maire est protestant, s’exprime ouvertement en faveur de la modération et d’une coexistence pacifique entre les deux confessions. Il engage son crédit dans un contexte local particulièrement tendu, ma rqué par la constitution du camp de la Levade destiné à faire face à l’armée huguenote dont les rumeurs font état. Les propos très hostiles aux « non catholiques », qui forment un tiers de la population de Vals, sont répétés à l’envi ; les menaces se faisant plus précises à l’encontre des réformés de Vals, le vicaire se rend sur le lieu du rassemblement armé. Il prend la parole à plusieurs reprises pour décourager les gardes nationaux de former une expédition contre les protestants de sa commune. Au cours d’un prône, il dénonce des « bruits qui se répandaient et pouvaient être faux et qu’on chercherait à égarer le peuple50 ». Les officiers municipaux, parmi lesquels se trouvent des élus des deux confessions, ne sont pas moins déterminés à maintenir la bonne entente entre les deux communautés. Face aux propos menaçants tenus par plusieurs représentants du camp de la Levade, ils tiennent un discours ferme, avertissant ces hommes

  • 51 Ibid., second cahier d’informations, déposition de Pierre Dupoux, vicaire de Vals.

que s’ils se permettaient la moindre violence contre les protestants comme ils en avaient manifesté l’intention, l’union et la bonne armonie (sic) qui régnait entre les catholiques et les protestants de la paroisse de Vals forcerait alors les premiers à prendre la défense des derniers51.

53Ces actions menées en faveur d’une coexistence pacifique entre catholiques et protestants ne peuvent être convenablement appréciées sans rappeler le contexte où contre-révolution et anti-protestantisme se mêlent inextricablement, prenant appui sur les discours des chefs royalistes et sur les sensibilités populaires. Une lettre anonyme et non datée, mais vraisemblablement rédigée aux alentours de décembre 1791 aux Vans, paroisse mixte, traduit le climat de peur qui se généralise dans le Vivarais méridional à cette date :

  • 52 Arch. nat. F/7/3652/1.

Autrefois, ce n’était que les protestants du Gard et de la Lozère qu’il fallait appréhender & dont il s’annonçait des mouvements très prochains ; aujourd’hui ce sont ceux de cette ville qui, unis avec la troupe de ligne, doivent égorger en une nuit les catholiques & c’est avec des bruits de cette nature qu’ils jettent la division la plus prononcée entre les habitants & inspirent aux campagnes de se tenir prêtes pour secourir leurs frères [… ]52.

54Malgré cela, le dimanche, protestants et catholiques patriotes organisent un repas avec les officiers du régiment stationné aux Vans afin de casser la logique antagoniste qui conduit à une opposition politique entre les deux communautés confessionnelles. Ces efforts survivent difficilement au troisième camp de Jalès, conduit en juillet 1792 par le comte de Saillans. Arrêté, ce dernier est massacré par une foule hostile lors de son passage aux Vans.

  • 53 Abbé Ernest Sarran, L’abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes à l’époque de la Révoluti (...)
  • 54 Ibid, p. 60.

55Les actions en faveur de la coexistence confessionnelle ne se limitent pas au Vivarais méridional. Dans le Gard, dans les Cévennes, des communautés ont su protéger un consensus mis en place au cours du xviiie siècle, parfois bien avant. Il est vrai cependant que l’accroissement des tensions entre 1791 et 1792 suscite une dynamique collective favorisant peurs et haines plutôt que le consensus. Cependant, si l’on se place à l’échelle des individus, les comportements peuvent être différents. Le journal tenu par l’abbé Jean-Baptiste Pialat, vicaire réfractaire d’Alès, est une source particulièrement riche de ce point de vue53. Originaire du Vivarais, ce prêtre manifeste très tôt son hostilité aux mesures religieuses engagées par l’Assemblée nationale. Ayant refusé de prêter le serment du 27 novembre 1790, il se résout à quitter Alès et à fuir à partir de mars 1791. À ses yeux, les protestants sont responsables des troubles introduits dans l’Église, qu’ils cherchent, depuis l’introduction de la Réforme en France, à détruire et à ramener au Calvinisme. Ayant choisi une vie de proscrit, il se dirige tout d’abord vers le Vivarais et sa paroisse natale qui ne lui offrent aucun asile sûr. Il prend alors le chemin des Cévennes, gagnant les terres catholiques du Causse de Pompignan où il avait été vicaire. Mais il regrette son choix : les tensions sont au plus haut en cette année 1792 au cours de laquelle se sont déclenchées tour à tour la guerre des châteaux contre les aristocrates catholiques et l’insurrection du comte de Saillans. Arrivant près de Saint-Hippolyte-du-Fort, il se résout à demander l’hospitalité dans une maison protestante. L’accueil y est froid, mais on lui donne à manger et on ne le dénonce pas. Les autorités sont néanmoins averties par un témoin, le fugitif est désespéré : « Je regarde ma perte comme inévitable […] sans secours, sans appui, au milieu des loups54 ». Les loups de l’abbé Pialat sont moins à chercher du côté de la gent animale que de celui des hommes et il constate que la dureté des temps a fermé tous les cœurs, y compris ceux des catholiques qui, le plus souvent sollicités, ne lui offrent qu’une aide réduite et méfiante.

  • 55 Ibid, p. 71 : l’abbé Sarran attribue ces violences à des « cannibales » et à des « huguenots forcen (...)

56À la même époque, Saint-Hippolyte est le théâtre d’une scène poignante et tout aussi révélatrice des tensions confessionnelles et politiques qui s’entremêlent alors. Le prêtre de Pompignan, au cœur des Cévennes catholiques, prête le serment en 1791, avant de le rétracter puis de se résoudre à émigrer en 1792. Le jeune vicaire qui le secondait, l’abbé de Tourtoulon, refuse de se soumettre et décide de rester dans sa paroisse. Arrêté en juillet 1792 par la garde nationale de Saint-Hippolyte, il est emprisonné et doit être transféré à Nîmes pour y être jugé par le tribunal criminel. L’annonce de son arrestation suscite une véritable émotion populaire liée au comportement provocateur du jeune abbé contre-révolutionnaire. Les portes de la prison sont enfoncées et l’abbé est saisi par une foule qui réclame sa mise à mort immédiate. Un jeune pasteur se précipite et tente de protéger le prisonnier, implorant la foule de l’épargner au nom des valeurs morales du christianisme et de la Révolution. La foule ne l’écoute pas, l’écarte et massacre le prisonnier55.

  • 56 Robert Poujol, Vébron, histoire d’un village cévenol, Aix-en-Provence, Édisud/Club Cévenol, 1981, p (...)
  • 57 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité (xvie-xxe siècle), op. cit., p. 27 (...)

57Au cœur des Cévennes protestantes, la paroisse de Vébron offre un spectacle sensiblement différent. Le vieux curé de la paroisse, qui a su nouer des liens avec l’ensemble de ses paroissiens, catholiques ou non, traverse la période révolutionnaire sain et sauf grâce à la solidarité des membres des deux communautés confessionnelles. L’historien de ce village cévenol met l’accent sur les relations économiques tissées entre protestants et catholiques, tout comme sur les liens de voisinage qui les unissent et se sont, d’après lui, consolidés au cours du second Désert56. Dans bon nombre de paroisses cévenoles souvent entièrement peuplées de protestants, les prêtres assermentés ou réfractaires, purent demeurer sur place assez longtemps, certains même durant la Terreur. Il est vrai que, dans leur majorité, les curés de ces paroisses acceptèrent de prêter serment. Seuls ceux qui s’engagèrent personnellement dans les rangs de la contre-révolution furent inquiétés. Plusieurs exemples montrent que, dans les communes protestantes, curé et pasteur se sont parfois engagés ensemble dans une démarche patriote plus ou moins poussée. À Saint-Jean-du-Gard, ensemble ils fêtent la Révolution, les Droits de l’Homme et la Constitution ; au cours de la Terreur, ils renoncent ensemble à exercer leur ministère. Le pasteur de Ganges, Molines, convainc le curé de la paroisse d’abdiquer ; le pasteur et le curé de Sumène font de même peu de temps après57.

58L’histoire de la Révolution dans les montagnes du Languedoc ne peut donc pas se résumer à celle de conflits nés de vieilles haines ravivées par des enjeux politiques ; il est possible (et notre travail ne fait qu’ouvrir une enquête qu’il nous faudra approfondir) de retrouver les traces de liens parfois suffisamment solides entre les deux communautés confessionnelles pour leur permettre de résister à la spirale de violences qui se met en place très précocement dans la région. À ce titre l’expression de Robert Sauzet « frères ennemis » retrouve toute sa complexité. Il convient en effet, comme nous y conviait déjà l’auteur, d’insister sur les deux termes « ennemis » et « frères ». Sans doute ce dernier est-il plus difficile à saisir, notamment au cours des périodes de crises. Celles-ci n’en offrent pas moins des postes d’observation particulièrement intéressants.

59La Révolution occupe donc une place importante et souvent peu étudiée, dans le processus de « confessionalisation ». Elle creuse le fossé entre les deux communautés confessionnelles et dote leurs antagonismes d’une dimension politique moderne, opératoire pour les deux siècles qui vont suivre. La spécificité du Languedoc, et plus particulièrement des Cévennes et des régions qui leur sont proches, est marquée : en ravivant la mémoire des guerres de religion, la Révolution réactive ici des logiques de haines, alimentant un cycle de vengeance inscrit dans les mentalités depuis les guerres du xvie siècle. Le lien entre politique et religion s’est forgé au cours des siècles à travers les guerres civiles puis, au gré de la construction de la monarchie absolue, à travers le lien entretenu par les deux communautés avec l’État. La politique est, dès le xviie siècle, un levier essentiel des guerres de religion dans le Midi. C’est la politique entamée par Louis XIII dans le Béarn qui déclenche l’insurrection du Midi derrière le duc de Rohan. Les Cévennes deviennent le bastion au sein duquel on se bat au nom de la liberté des consciences, objectif politique au sens noble et large du terme. L’image d’une terre de résistance et de liberté se forge alors et joue un rôle important dans le déclenchement de l’insurrection des Camisards deux générations plus tard. Le rapport à l’État est un élément clé des insurrections huguenotes : il s’agit de faire pression sur le pouvoir pour qu’il maintienne une politique de tolérance dont l’édit de Nantes a été une pièce majeure.

60Du côté des catholiques, le lien à l’État est tout aussi important du fait de la situation particulière que la communauté occupe dans les montagnes du Languedoc ; minoritaire, elle a pu éprouver à plusieurs reprises le poids des violences huguenotes. La politique répressive menée par Louis XIV n’en devient que plus précieuse à ses yeux. Seul l’État policier semble être en mesure de garantir aux catholiques la prééminence sociale et politique qui, selon eux, leur est due. Le rétablissement de ce juste équilibre passe nécessairement par l’éradication pure et simple du protestantisme local. Aussi l’insurrection des Camisards suscite-t-elle dans les régions catholiques qui bordent les Cévennes, une vaste mobilisation destinée à seconder les troupes royales. Il ne pouvait être question, aux yeux des catholiques cévenols, de courir le risque de voir l’État revenir sur l’édit de Fontainebleau révoquant celui de Nantes. Par la suite, le sort des catholiques, toujours minoritaires, excepté dans les villes et les plaines littorales, est intimement lié à la politique mise en œuvre par les gouvernements.

61La dynamique révolutionnaire, qui suscite partout violences et antagonismes politiques, s’inscrit en Languedoc dans un contexte déjà profondément marqué par les divisions confessionnelles et les luttes politiques. C’est pourquoi elle épouse rapidement le contour des guerres de religion passées et confère aux différents politiques une dimension dramatique. La Révolution met en jeu la survie des deux communautés confessionnelles. Les protestants y voient une chance inespérée de retrouver une existence légale après tout un siècle de répression et d’exclusion. Les catholiques craignent ce retour qu’ils perçoivent seulement dans la dynamique de vengeance engendrée par les guerres de religion successives ; la politique religieuse de la Révolution n’est dès lors plus interprétée autrement que comme une machine de guerre dressée contre eux. Les luttes politiques qui marquent tout le royaume puis la République sont vécues en Languedoc comme des affrontements identitaires où le collectif prend le pas sur l’individu.

62Néanmoins, on ne saurait simplifier les choses à outrance. Le siècle des Lumières a forgé des concepts politiques et culturels propres à stimuler les logiques de coexistence au détriment de celles qui réveillaient les haines du passé. Les élites y ont été particulièrement sensibles, notamment du côté des protestants ; ils pouvaient ainsi espérer retrouver une place au sein de la nation régénérée. Les notables catholiques, sans doute plus partagés sur la question, ont globalement adhéré à la politique de tolérance, pour des raisons à la fois morales et pratiques. Pour une large part, la Révolution s’inscrit dans la dynamique des Lumières ; elle suscite des positions intellectuelles et politiques incompatibles avec l’adhésion aux violences confessionnelles. La politique révolutionnaire a trouvé ses plus ardents partisans parmi des catholiques, notamment au moment de la Terreur. D’un côté, la Révolution a conforté le contenu politique des identités religieuses alimentant les haines ancestrales et renforçant de cette manière un processus de confessionalisation à l’œuvre depuis le xviie siècle. Elle a contribué à renforcer en Languedoc les liens déjà forts entre politique et religion. Paradoxalement, cela a permis à une « contre culture » de la coexistence de se développer, sous la forme d’un refus de la violence et au nom de l’appartenance à une nation commune, transcendant les divisions confessionnelles.

Notes

1 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, Paris, Perrin, 2002, chapitre V.

2 Henri de Rohan, Mémoires, La Haye, 1696, Discours politiques, VIII, p. 283-286.

3 Philippe Joutard, La légende des Camisards, Paris, Flammarion, 1973, p. 91.

4 Barbara de Négroni, Intolérances. Catholiques et protestants en France, 1560-1787, Paris, Hachette, 1996.

5 Jean-Clément Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Le Seuil, 2006, chapitre 1.

6 Michel Grandjean et Bernard Roussel (éd.) Coexister dans l’intolérance : l’édit de Nantes, Paris, Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1998.

7 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvement populaire et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Le Seuil, 2002.

8 Patrick Cabanel (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, T II, Espace gardois, p. 216-217.

9 Robert Poujol, Vébron. Histoire d’un village cévenol, Aix-en-Provence, Édisud, 1981, p. 235 sq.

10 Arch. dép. Hérault, 3 E 40bis (registre des BMS de l’Église réformée de Ganges, juin 1788) ; 4 E 241/2 (idem, Saint-Jean-du-Bruel) ; 4 E 216/7 (idem, Saint-Affrique).

11 Lettre de deux curés des Cévennes sur la validité des mariages protestants et sur leur existence légale en France, Londres, 1779 ; cité par Barbara de Négroni, Intolérances, op. cit., p. 191.

12 Mémoire cité par l’abbé Jean-Baptiste Delon, La Révolution en Lozère, Mende, Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère, 1989 [1922].

13 Réponse de M. l’évêque d’Alais à l’adresse et à la délibération des catholiques d’Alais du 25 mars 1790, Paris, 11 avril 1790, cité par Jacques Poujol, « Le changement d’image des protestants pendant la Révolution », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, T.135, oct.-nov.-déc. 1989, p. 501-543.

14 Arch. dép. Hérault, C 6595, gouvernement militaire de Languedoc, affaires militaires du diocèse d’Alais, 1756.

15 Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, présenté par Daniel Roche, Paris, Éditions Montalba, 1982, p. 120-121.

16 Charles Dardier, Paul Rabaut. Ses lettres à divers, Paris, 1891, T. 2, p. 393-410.

17 Ibidem.

18 Ibid., p. 406-408.

19 Bernard Cousin, Monique Cubells et René Moulinas, La pique et la croix. Histoire religieuse de la Révolution Française, Paris, Centurion, 1989, p. 103.

20 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution Française, Paris, Éditions La Découverte, 1993, p. 162.

21 Anne-Marie Duport, Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1988, p. 27.

22 Littéralement « mangeurs d’oignons » ; l’expression désigne les classes populaires ouvrières, le plus souvent catholiques.

23 François Rouvière, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, Nîmes, 1887, T. 1, p. 77.

24 Valérie Sottocasa, « La garde nationale, enjeu politique et religieux dans le Midi de la frontière confessionnelle » in La Garde nationale entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités, 1789-1871, sous la direction de Serge Bianchi et Roger Dupuy, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 201-222.

25 Arch. nat., D/I/101 ; cité par Charles Jolivet, La Révolution en Ardèche, 1788-1795, Aubenas, XXXXX, 1988 [1930], p. 227-229.

26 Arch. nat., F/7/36771, Précis historique des événements qui se sont passés dans les départements de l’Ardèche et du Gard…

27 Lettre du 30 janvier 1790, publiée par François Rouvière, La Révolution dans le département du Gard, op. cit., T.1.

28 Abbé Sarran, L’abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, Nîmes, Lacour, 1997 [1898], p. 32.

29 Arch. nat., F/7/3657/1 (dossier 6), lettre du 21 octobre 1791.

30 Ibid, F/7/3681/13, dossier 8.

31 Robert Sauzet, Chroniques des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviiie siècle, Caen, Paradigme, 1992.

32 Arch. nat., F/7/3677/1, enquête menée en octobre 1790.

33 François Rouvière, Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., T 1, p. 79 ; extrait d’un pamphlet anonyme attribué à François Froment, paru au printemps 1790, intitulé Pierre Romain aux catholiques de Nîmes.

34 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, Le Cerf, 1986.

35 Ibid, tableaux IX et IX bis, p. 389 ; Anne Delègue-Quitterie, Le clergé lozérien sous la Révolution, Mémoire de maîtrise, Jean Tulard (dir.), Université Paris IV, 1989.

36 Arch. nat., F/7/3681/13.

37 Ibid ; Arch. nat. F/19/444.

38 Arch. dép. Lozère, II L 245/1 et L 120 (dépositions liées à l’affaire Charrier) ; Christophe Boubal, L’affaire Charrier (26 mai-1er juin 1793). Un mouvement contre-révolutionnaire dans le sud-est du Massif Central, mémoire de maîtrise, Michel Vovelle (dir.), Université de Paris I, 1984.

39 Arch. dép. Hérault, L 899, L 711.

40 Roger Thiers, Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à 1830, DES, Université de Toulouse, 1961.

41 Arch. dép. Aveyron, 1 L 752-754 ; Arch. nat., F/7/3657/1.

42 Ibid.

43 Arch. dép. Gard, L 421, Lettre d’Olezon, curé constitutionnel de Sainte-Cécil d’Andorge, du 9 janvier 1792.

44 Ibid., L 421.

45 Arch. dept. Aveyron, 1 L 754, 3 décembre 1792.

46 Dictionnaire Universel Français et Latin, de Trévoux, 1743, renvoie à plusieurs ouvrages contemporains de la révolte des Camisards, J.-B. Louvreleul, Histoire du fanatisme renouvelé, Avignon, 1703 ; D.-A. Brueys, Histoire du fanatisme de notre temps et le dessein qu’on avait en France de soulever les mécontents calvinistes, Montpellier, 1709.

47 Philippe Joutard, La légende des Camisards, op. cit.

48 Arch. nat. F/7/4423, Information sur les rebelles de Jalès débutée le 2 avril 1791.

49 Ibid.

50 Ibid., 22-23 février 1791.

51 Ibid., second cahier d’informations, déposition de Pierre Dupoux, vicaire de Vals.

52 Arch. nat. F/7/3652/1.

53 Abbé Ernest Sarran, L’abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes à l’époque de la Révolution, op. cit.

54 Ibid, p. 60.

55 Ibid, p. 71 : l’abbé Sarran attribue ces violences à des « cannibales » et à des « huguenots forcenés ». L’affaire est signalée dans les dossiers des Archives départementales du Gard (L 426) et aux Archives nationales (F/7/3677/1).

56 Robert Poujol, Vébron, histoire d’un village cévenol, Aix-en-Provence, Édisud/Club Cévenol, 1981, p. 222.

57 Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité (xvie-xxe siècle), op. cit., p. 274-275.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search