Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- III - Les limites de la coexistence confessionnelle au xviiie siècle

De l’alliance improbable à l’union interdite : coexistence et porosité des frontières confessionnelles entre catholiques et protestants en guerre, Languedoc vers 1685-vers 1715/1730

Chrystel Bernat

Texte intégral

  • 1 Robert Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc : le diocèse de Nîmes au xviie(...)
  • 2 Voir à ce sujet la brillante analyse de Keith Luria, Sacred boundaries : Religious coexistence and (...)

1Au vu des contributions précédentes, assez symptomatiques de l’état de l’historiographie actuelle sur le sujet, essentiellement consacrée au xviie siècle1, lorsque l’État promeut la coexistence et les peuples la négocient2, il n’est peut-être pas sans intérêt – mais nous y reviendrons – d’indiquer qu’il s’agit ici d’interroger le thème de la coexistence, non seulement dans la période postérieure à la Révocation, marquée par une persécution d’État débridée, mais également et principalement durant ce temps de conflit ouvert entre les tenants des deux confessions du royaume. Ceci, à condition cependant que l’on veuille bien restituer à la guerre des Cévennes – point nodal de l’analyse – toute sa complexité sans la restreindre à ses seuls adversaires royaux, mais en en considérant les affres populaires et les paramètres civils.

2Ainsi, le choix de cet intitulé spectrographique – De l’alliance improbable à l’union interdite – voudrait rendre compte de l’étau dans lequel, entre violences de Religion et législation du clivage, se déploient des modalités de coexistence entre catholiques et protestants que tout semble opposer. Car assurément, si l’on prend la définition stricte de la coexistence – celle d’exister ensemble – c’est la violence qui domine à cette heure de troubles religieux, tant la révolte camisarde compte d’affrontements et de déchirements confessionnels. Pourtant, à rebours des interdits et des violences extrêmes, affleurent, en maints contre-exemples, quantité d’indices d’une conciliation entre catholiques et protestants. Une conciliation qui perdure encore, aux lendemains des clivages et des temps de violences déclarées, lorsque s’engage le redressement clandestin des Églises réformées de France et que se poursuivent les persécutions religieuses et la répression d’État.

3Du temps des déchirements religieux – que privilégie l’étude – il s’agit ainsi de restituer ces formes de complicité, ces alliances et solidarités qui viennent, çà et là, braver les ordonnances royales et bousculer le flot continu des ravages confessionnels. Pour autant, et dans l’étendue de ses manifestations, peut-on considérer que la coexistence qui s’impose ici soit tout entière concorde ou entente tacite ? Et si la guerre peut apparaître comme une nouvelle séquence de coexistence dans l’intolérance, la formule reste-elle adéquate au-delà de la Révocation ?

4À ces dates, comme en d’autres temps et en d’autres espaces, le phénomène se décline en une multitude de formes. De la simple absence de violence au ralliement qui dépasse de loin le cadre de la coexistence pacifique pour approcher le glissement confessionnel et l’union sincère, la palette est large. Et l’exercice, nécessairement court, ne permettra de brosser qu’à grands traits les principales formes de coexistence recensée durant les troubles. Aussi, importe-t-il de souligner qu’il ne s’agit là que d’une esquisse qui, ne pouvant prétendre à l’exhaustivité, n’a valeur que d’approche liminaire.

5D’emblée toutefois, il m’a paru d’intérêt de distinguer, autant que faire se peut, les manifestations de coexistence entre catholiques et nouveaux convertis, de celles des catholiques avec les Camisards, autrement dit avec les protestants ouvertement révoltés et singulièrement engagés dans une violence confessionnelle.

  • 3 Henri Bosc, La guerre des Cévennes (1702-1710), 6 vol., Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1985 (...)

6Le premier cadre de coexistence – entre anciens catholiques et nouveaux convertis – rassemble somme toute peu d’exemples saillants. En choisissant un axe graduel d’implication, le phénomène s’étend pourtant, en quelques cas, de la complicité passive des catholiques à leur soutien en faveur des nouveaux convertis soupçonnés de connivence avec les insurgés camisards. Ainsi, cette complicité affleure d’abord dans des silences manifestes, notamment des catholiques de Vestric qui, contrevenant aux ordres de dénonce, s’abstinrent en juillet 1703 de prévenir les autorités de la présence des insurgés venus se ravitailler chez leurs voisins nouveaux convertis juste après le massacre des soldats du proche lieu d’Uchaud3.

  • 4 L’expression a été employée par Dominique Julia à l’occasion de la soutenance des travaux doctoraux (...)
  • 5 Bibliothèque Publique et Universitaire, Genève [désormais BPU], Manuscrit Collection Court n° 17 B, (...)
  • 6 Arch. dép. Hérault, C. 267, Estat du piliage quy a esté fait a Jean Gautier fils hant [= habitant] (...)
  • 7 Arch. dép. Hérault, C. 267, Estat du piliage et brulement quy a esté fait par les atroupes a Susann (...)

7Plus éloquentes peut-être d’une culture de coexistence4, éloignée d’une simple attitude conjoncturelle, sont encore les entraides communautaires et les confiances – mêmes temporaires – sensibles au plus fort des années de guerre, en 1703 et 1704. Ces solidarités, nichées au cœur des procès verbaux d’estimations des ravages et des plaintes déposées en justice, résident en quelques transferts de biens et de meubles déposés chez le voisin catholique pour être soustrait à la violence des gens de guerre5, en du bétail mêlé à des parcs de bergers catholiques dans l’espoir de le sauver des pillages sauvages opérés par les Cadets catholiques – frange subversive muée par la spoliation et le profit des troubles6. De manière exceptionnelle encore quelques demeures furent aussi confiées au catholique7.

  • 8 Bibl. Arsenal, manuscrit n° 3854, f°242-242v° : lettre de Montrevel à Basville, Nîmes, 30.X.1703. L (...)
  • 9 BnF, Collection Clairambault n° 490, Relation de la conspiration de Nismes et de Montpellier découv (...)

8Par ailleurs, la confusion des violences met souvent en exergue une coexistence de fait manifeste dans la gestion des domaines. Parmi les victimes figurent, ici, des domestiques, ouvriers ou bergers catholiques au service de propriétaires protestants8, là des fermiers et rentiers protestants de terres catholiques9, que la guerre d’ailleurs presque toujours menace.

  • 10 L’alliance bigarrée dut en ces temps exiger la neutralité. Car en fait de conciliation, l’ascendant (...)

9La violence des temps signale également un brassage confessionnel dont témoignent quelques unions mixtes sévèrement châtiées, pour certaines d’entre elles, par les insurgés protestants10.

  • 11 Sœur Mérez, Lettres au Père de Saint-Claude éditées par E. de Barthélemy sous le titre : Mémoires e (...)

10De manière plus incongrue, et au vrai en un exemple unique, la coexistence s’affiche aussi dans la jeunesse « meslée »11 des environs de Nîmes, saisie en train de jouer au jeu de maille, tandis que les tensions confessionnelles urbaines, accrues par les refuges successifs derrière les remparts, agitaient la cité épiscopale et nourrissaient les velléités catholiques de lynchage.

  • 12 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°141-142 : Lettre de Mr Darland Seignr de Blauzac fils a Monsieur Dura (...)
  • 13 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°479-480 : lettre de l’abbé de Massilian à Basville, Montpellier, 23. (...)
  • 14 Arch. nat., G7 307, f°69 : lettre d’un anonyme à Chamillart, Montpellier, 21. IV.1705.
  • 15 Georges Vidal, Lettres et rapports sur la guerre des Camisards (1702-1704), op. cit., p. 67 : Conti (...)
  • 16 Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 28. IX.1703, p. 32.

11Une autre forme de connivence apparaît dans les plaintes conjointes de catholiques et protestants appelant, face aux ravages, à une commune justice12. Le déchaînement des violences révèle d’ailleurs, ici et là, quelques conciliants que l’arbitraire pousse à intercéder principalement en faveur du protestant injustement incriminé, parfois du catholique promis à la vindicte camisarde. Les exemples sont rares mais le phénomène apparaît en quelques cautions judiciaire et morale, et des appels à la clémence. Parmi les catholiques, des bourgeois et des ecclésiastiques. Ainsi, l’abbé de Massilian, alerté par le curé de Mirevaux des maltraitances infligées par un consul catholique belliqueux à l’un des nouveaux convertis de la paroisse, en appela directement à l’intendant Basville pour faire suspendre les poursuites contre l’incriminé, injustement dénoncé pour inconduite13. Une même caution judiciaire fut portée par le sieur Gautier, père du receveur des fermes de Montpellier, et quelques notables catholiques de la ville en faveur du nouveau converti Perier suspecté de complicité avec les religionnaires révoltés14. À l’inverse, des nouveaux convertis du village de Carnoulès, situé dans les terres vives de la Réforme, en appelèrent quant à eux à l’indulgence de leurs frères en armes pour tenter de sauver le parent du curé, enlevé et promis à l’exécution15. Une initiative que l’on retrouve, à presque un an d’intervalle, à Aubert en septembre 1703, dans l’intervention collective des nouveaux convertis en faveur de l’unique catholique du lieu menacé par les Camisards16.

  • 17 Ibid., lettre du 4.X.1703, p. 35. Ainsi, en octobre 1703, malgré le récent incendie de leur église (...)
  • 18 Ibid., lettre du 16. XI.1703, p. 43. L’Ursuline de Nîmes précise que les marchands nouveaux convert (...)

12Dans d’apparents refus de la violence, se manifestent également quelques exemples de secours et d’assistances : catholiques de Bernis donnant refuge à des nouveaux convertis paniqués à l’approche des dragons17 ; marchands nouveaux convertis de Montpellier participant, en novembre 1703, à une collecte épiscopale en faveur des rescapés catholiques des massacres camisards de Saint-Sériès et Saturargues18.

  • 19 Maximilien Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, ou Récits des diverses merveilles nouvellement op (...)

13À ce premier cadre, l’on peut d’ores et déjà ajouter un second champ de coexistence témoignant d’un phénomène à l’évidence plus profond. À mi-chemin entre l’entraide distante et l’alliance consommée avec les révoltés protestants, figurent la connivence ou le ralliement d’anciens catholiques à ceux que les autorités nommaient alors les mal intentionnés – nouveaux convertis plus nettement engagés dans la lutte clandestine au Désert et religionnaires peu ou prou affiliés à la mouvance camisarde. Le témoignage de Sarra Dalgone, extrait du recueil des prophéties consignées à Londres, dit le rapprochement catholique sensible qui s’opéra dans les assemblées du théâtre de la guerre autour de la parole de Dieu19.

  • 20 Arch. dép. Gard, G. 131, Bulles, statuts et règlements, f°49-53 : Article 15eTroubles des Religionn (...)
  • 21 BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B, Extraits tires des Memoires du pasteur Fauché qui est a Zu (...)
  • 22 Ces listes sont conservées aux Archives du Ministère des Affaires Étrangères [AMAE], Documents et M (...)
  • 23 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°548v° : Estat de ceux qui sont absans de la ville de ganges, 13.V.170 (...)
  • 24 AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, ff°115, 121 : Etat des hameaux voisins de St Germain (...)
  • 25 Ibid., f°3 : Etat des Cévennes de Mende pour la religion. La source l’indique de la catholique Jean (...)
  • 26 Ibid., f°83v°, 182v° : Etat sommaire des Cévennes et Etat general de la paroisse de Cassagnas, 1703 (...)

14Le fait est ancien. Dès avant la Révocation comme aux lendemains des dragonnades, des sentences flétrissent des catholiques surpris en 1682 aux « assemblées des huguenots » et ayant apostasié20. De même, plaintes, relations du temps et mémoires de prédicants itinérants portent traces de ces ralliements spirituels des années 1686-169021. À l’heure des troubles, plusieurs états de la religion dressés en 1703, peu avant le projet de dévastation des hautes Cévennes, donnent à voir cette porosité des frontières confessionnelles en quelques villages et hameaux acquis à la Réforme22. Plus éloquents encore sont ces témoignages de glissements confessionnels. Car sous la plume acerbe des consuls, soldats et curés appliqués à pointer les absents, les récalcitrants et les déviants, l’on découvre, à côté des nouveaux convertis, nombre d’anciens catholiques ; sujets partis ou tentant de gagner Genève23, femmes ayant « abandonné la religion »24 ou se distinguant « en mal »25, hommes allant aux assemblées, « dangereux »26 ou ne valant rien, fils et filles catholiques tombées dans le fanatisme.

  • 27 Arch. dép. Gard, B 2819, chemise 8 : Ordce sur reqte contre Jean Roustang et Bermond, 13. VII.1703  (...)
  • 28 Arch. nat., M. 856, dossier 6, pièce 76 : lettre anonyme, Nîmes, 17-18.V.1705 portant mention de la (...)
  • 29 Georges Vidal, Lettres et rapports sur la guerre des Camisards (1702-1704), op. cit., p. 139 : lett (...)
  • 30 Élie Salvaire, Relation sommaire des désordres, op. cit., p. 231 et note 5 de Didier Poton, p. 234  (...)
  • 31 Paule de Charnisay, Un gentilhomme huguenot au temps des Camisards, En Cévennes, Publications du Mu (...)
  • 32 Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes [SHAT], A1, vol. 1703, f°93 : une correspondance (...)
  • 33 SHAT, A1, vol. 1796, f°157 : lettre de Villars à Chamillart, s.d. [postérieure au 27.V.1704] : inte (...)
  • 34 SHAT, A1, vol. 1708, f°122 : lettre de Montrevel à Chamillart, 22. IX.1703.
  • 35 Ibid., vol. 1796, f°173 : Copie de la lettre de M. de Roanes a mr l’amiral dattée a Antibes, 26. IV (...)
  • 36 Voir ainsi le cas de l’ermite Louis Giberne signalé par Jean Sainsaulieu, Les ermites français. Pré (...)
  • 37 SHAT, A1, vol. 1703, f°38 : lettre du comte de Grignan à Chamillart, Marseille, 28. II.1703. Une «  (...)
  • 38 Arch. dép. Hérault, C. 189, f°126 : Conclusions du procès d’André Cazalis.
  • 39 Au-delà des deux cas célèbres du sr de Mandajors et d’Alexandre de Brueys, le ressort amoureux semb (...)
  • 40 C’est le cas notoire de l’ancien catholique Piémarcé dont les identifications de sympathisants cami (...)

15Mais déjà l’on approche une troisième sphère liant directement des anciens catholiques aux révoltés camisards sans toutefois que la variabilité des motivations ne présume d’un engagement systématique des consciences. Parmi ces catholiques figurent quelques contrebandiers de poudres27, des soldats28, miliciens29, fantassins irlandais30 et jusqu’à des dragons31 déserteurs des troupes royales32 que les subsides tirés de leur solde auraient, pour certains, poussés dans les rangs des insurgés protestants33. La volonté d’échapper à la violence quotidienne et à la misère des temps fut aussi envisagée par les autorités parmi les motivations déterminantes34. La guerre révèle encore au détour de signalements et d’arrestations quelques anciens catholiques déserteurs présents sur les frégates anglaises et les tartanes ennemies venues seconder la résistance des insurgés35, ainsi que des catholiques suspects, ermite, curé, abbés36 et laïcs passeurs de lettres en direction d’Orange37 ou porteurs de livres de prières « à lusage des nouveaux convertis »38. Mais, les troupes camisardes comptent aussi quelques ralliés catholiques, épris de prophétesses39 qui, une fois revenus de leur enchantement, abandonnent ou participent pour leur rachat à la répression de leurs anciens compagnons40.

  • 41 BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 K : Relation Baldy, f°256. L’auteur présente le catholique B (...)
  • 42 Chrystel Bernat, « La guerre des Cévennes ou le clergé mis à l’épreuve », in Patrick Cabanel et Phi (...)
  • 43 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°381 : Estat de la paroisse de St-Germain de Calberte du consul Deleuz (...)
  • 44 Arch. dép. Hérault, C185, f°361-362 : Estat des absanz phanatiques et mal intentionnés de la parroi (...)
  • 45 Arch. dép. Hérault, C. 185, pièces nf° : Roôlle de ceux quy manquent au fort de lussan quy sont all (...)
  • 46 Arch. dép. Hérault, C. 184, f°229v° : Interrogatoire d’André Roux, Alès, 18. II.1704.
  • 47 AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, f°89v : Etat de tous les habitans de la paroisse de (...)
  • 48 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°419 : Estat des hanb quy sont absans de la ville & parroisse de flora (...)
  • 49 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 171.
  • 50 Un engagement catholique que l’on vérifie par ailleurs, en fin de troubles, dans les listes de redd (...)
  • 51 Parmi les sept catholiques prophètes déjà repérés par l’auteur – à savoir Denis Doustin, Étienne Bo (...)
  • 52 Bibliothèque Méjanes, manuscrit n° 674 (323), p. 321-324 : lettre de l’évêque de Viviers, Paris, 15 (...)

16Néanmoins, comme cela a été souligné dans un article paru en 2002, les rangs camisards comptaient, à côté des égarés, des crapuleux attirés par le pillage, à l’instar de Bruguier41, ou simples affidés temporaires comme Baudan, des anciens catholiques passés sans équivoque à la révolte42. Les mêmes états de religion, mentionnés plus haut, désignent ainsi des catholiques courant les assemblées et ayant des armes chez eux43. Plus explicites encore sont les annotations relatives à Marie Mamene, Catherine Espagnac, David Dambres et Élie Rafinesque, chacun présentés comme « très méchant catholique », ayant tous quatre une fille ou un fils fanatique parmi les attroupés camisards44. L’ancien catholique Claude Prinière figure quant à lui parmi le Roôlle de ceux quy manquent au fort de lussan quy sont allez avec les Camizar45. À ces combattants catholiques ayant rallié les insurgés, l’on peut encore ajouter le cardeur Jean Solier46 et Jacques Soulages47, Pierre Courtois « anthien catholique que lond. estre avec les scelerats»48 et La Salle, ancien papiste faisant les fonctions de « bon protestant »49, devenu membre de la garde rapprochée du chef camisard Jean Cavalier50. Présents dans les assemblées, parmi les prophètes et les Camisards, des anciens catholiques, participent ainsi du mouvement inspiré et du climat millénariste51. Phénomène qui affecta de manière conséquente les catholiques du diocèse limitrophe du Viviers à en croire les appels au châtiment exemplaire du haut clergé contre une vingtaine de prophétesses anciennes catholiques de la paroisse de Vals dénoncées comme perverties par le fanatisme52.

  • 53 53Arch. dép. Hérault, C. 184, f 293, 307 : Audition personnelle dantoine Richard, 8. III.1703 et Au (...)

17Par ailleurs, une série de pièces, consacrées à des auditions de suspects arrêtés au printemps 1703, signale six anciens catholiques – du moins les déposants se présentent-ils comme tels – retenus dans les prisons du Pont-Saint-Esprit et de Villeneuve-lès-Avignon soupçonnés d’alliance avec les Camisards. Ainsi Antoine Richard, milicien ancien catholique de Saint-Ambroix est-il qualifié « de second Rastelet » – camisard notoire et second du chef Jean Cavalier – tandis qu’Esprit Ribaud, berger ancien catholique originaire du Comtat Venaissin est intercepté à Montclus pour s’être vanté d’être resté une quinzaine de jours parmi les insurgés protestants. Suivent les arrestations d’anciens catholiques au profil de gavot d’Auvergne à l’instar du maçon François Pascal, natif de Mausson près de Clermont, soupçonné d’avoir gagné Alès « pour se jetter et servir parmi les révoltés », ou de tâcherons, comme les catholiques Jean Bousse de Saint-Julien-de-Valgalgues et Joseph Tisot d’Avignon, à la recherche d’un emploi et suspectés, malgré de fortes dénégations, de vouloir rallier « ceux qui font du desordre dans la province ». Enfin, Étienne Palis, originaire de Saint-Vincent de Barest en Vivarais et déserteur de la compagnie du sieur de Saint-Lage, divisée entre Ganges et Anduze, est soupçonné d’avoir « servy parmi les revoltes »53. À la lecture des dépositions judiciaires, le doute persiste, et sur la confession de chacun d’entre eux, et sur les motivations dont les réponses très variables aux accusations n’excluent pas, dans certains cas, de cautionner une contribution au contraire contre les révoltés. Cependant la suspicion des autorités vaut d’être signalée en regard des ralliements catholiques ailleurs avérés.

  • 54 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 183-184.
  • 55 Arch. dép. Hérault, C.186, f°9-10 : Interrogatoire de Laurent Paulet, 15. IX.1704, « arreste par le (...)
  • 56 En 1709, l’ancien catholique André Cazalis est arrêté au retour d’une assemblée avec une quinzaine (...)
  • 57 Pierre Duplan, berger ancien catholique de Brignon, est ainsi condamné en mai 1703 par le Présidial (...)
  • 58 C’est notamment le cas du Sr de Mandajors, maire catholique d’Alès : Pierre Rolland, Dictionnaire d (...)
  • 59 À l’instar de l’ancien dragon Bouvras pour participation aux assemblées et des catholiques Pierre D (...)
  • 60 C’est le cas de la famille ancienne catholique Chauvet comptant deux filles fanatiques contre lesqu (...)
  • 61 À la lecture des procédures criminelles, il apparaît clairement qu’avec la condamnation disparaît l (...)
  • 62 Voir aussi, à ce titre, la violence des propos et des châtiments contre les catholiques de Vestric (...)
  • 63 Arch. nat, TT 240, pièce 36 : lettre des curés des Cévennes à l’évêque de Mende, 1733.
  • 64 Pierre Rolland, « Porteurs de valises. Des catholiques aux côtés des Camisards », article cité, p.  (...)
  • 65 Les propos du pasteur Corteiz relatifs à l’exécution de trois prédicants, parmi lesquels se trouvai (...)
  • 66 Le cas est patent également en Dauphiné où plusieurs papistes de « bonne foy » assistent encore en  (...)
  • 67 Une chute que consigne – alarmé ou alarmiste – l’évêque d’Alès dans les années 1720 : « ce qui nous (...)
  • 68 Voir le témoignage saisissant de ces unions mixtes concourrant encore dans les années 1720 à de vér (...)
  • 69 BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 H : Relation historique des principaux événements qui sont a (...)

18Quoi qu’il en soit, saisis de l’esprit54 ou les armes à la main55, ces affidés catholiques sont arrêtés, incarcérés ou tués au sortir des assemblées, à l’instar de Cazalis et Prince56, sur les champs de batailles ou sur les esplanades des villes, partageant le traitement infligé aux rebelles protestants57. Emprisonnements et poursuites judiciaires, exécutions sommaires, enfermement à la tour de Constance58, condamnations aux Galères59 et confiscations de biens60 lient en un sort commun des catholiques en rupture de filiation61 que le pouvoir sanctionne62. De même que ces phénomènes ont leurs antécédences, ils ont aussi leur épilogue au Refuge dans les départs de quelques ecclésiastiques ou anciens condamnés catholiques restés fermes dans leur nouvelle foi à l’instar de Doustin, et plus tard du prêtre Chalbos retiré à Lausanne63. Épilogue également au Désert où l’on dénombre quelques prosélytes et prédicants catholiques résolument gagnés à la Réforme64, et pour certains même, morts en martyrs65. Épilogue enfin dans la persistance des ralliements spirituels66, chutes ou renoncements au papisme de fidèles méprisant l’Église romaine67, et dans la multiplication des mariages bigarrés68 inlassablement décriés par les prêtres et les pasteurs69.

19À l’issue de ce panorama, le phénomène semble vivace, d’autant qu’il traverse les troubles et fournit des exemples dans les cinq principaux diocèses du théâtre de la guerre jusqu’à des alliances des plus intègres. Cependant, l’insolite ne doit pas masquer la réalité d’une coexistence somme toute marginale et généralement précaire.

20Saisis au vif, dans l’immédiatement sensible, les témoignages de coexistence – en dehors des alliances sincères avec les Camisards – sont parfois extrêmement trompeurs lorsqu’ils laissent augurer, ici d’ententes tacites, là de compassion ou de refus d’iniquité. Car, une observation attentive des mêmes sources, saisies dans leur contexte ou enrichies d’indices épars, invite à se départir d’une première interprétation toute en conciliation. Le fait demeure bien sûr, mais la motivation envisagée dans ses déclinaisons les plus nobles se trouve, ça et là, écornée, tant la peur, l’intérêt ou le retournement de situation, révèle tout au plus un compromis là où l’on présageait l’entente.

  • 70 Voir aussi Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 3. VIII.1703, p. 21.
  • 71 Les Papiers Court fournissent d’autres exemples éloquents des mesquineries du temps et de ces confi (...)
  • 72 Élie Salvaire, Relation sommaire des désordres, op. cit., p. 235 : Cissalières fait part, en juille (...)
  • 73 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°141-142 : Lettre de Mr Darland Seignr de Blauzac fils a Monsieur Dura (...)
  • 74 BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B, Mémoire Ebruy, f°144/p. 73v°. Le fait est également patent (...)
  • 75 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°479-480 : lettre de l’abbé de Massilian à Basville, Montpellier, 23. (...)
  • 76 Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 28. IX.1703, p. 32.
  • 77 L’Ursuline de Nîmes en donne un exemple pour les nouveaux convertis d’Aubert qui demandèrent égalem (...)

21Ainsi, en reprenant sommairement le premier cadre de coexistence entre catholiques et nouveaux convertis, le mutisme des catholiques de Vestric doit-il être resitué dans une géographie singulière, car le choix du silence s’impose dans un bourg à dominante réformée, situé en Vaunage, véritable cœur battant de la révolte dans la plaine, comme pris en étau parmi les villages ayant fournit le gros des bataillons camisards du bas pays70. De même, les entraides communautaires, limitées à quelques rares exemples d’une même paroisse et à l’issue systématiquement néfaste pour les nouveaux convertis, finalement pillés malgré leur précaution ou spoliés par leur homme de confiance, ne sauraient être surévaluées71. Par ailleurs, le brassage confessionnel dont témoigne la gestion de quelques domaines est loin d’être unanimement accepté tant il fut précisément la cible des Camisards venus châtier les trop forts accommodements72. Quant à l’insolite scène de jeu aux environs de Nîmes elle s’interrompit brusquement au passage impromptu de Camisards. Et le silence qui suivit, tout entier consacré à ne pas révéler les confessions respectives ni à éveiller les soupçons des insurgés en dit long sur la contravention et le climat d’intransigeance générale qui l’emportait sur l’exception. En outre, plus qu’un refus des ravages, le désaveu commun des violences des Cadets – catholiques rompus au pillage – qui affectait principalement les nouveaux convertis, ne trouva des alliés que parmi les anciens catholiques eux-mêmes victimes de leurs propres coreligionnaires73. De surcroît, les cautions judiciaires concernent exclusivement quelques petits cercles de notables, tous « gens de distinction »74, liés par quelque intérêt dont la clémence échappe au simple habitant. Quand l’illusion le laisse envisager, l’indice est là pour forcer la vigilance, notamment parmi les ecclésiastiques conciliants. Ainsi, l’abbé de Massilian ne sauve pas des griffes de la justice n’importe quel nouveau converti, mais un nouveau catholique assidu à la messe, en passe de noces avec une ancienne catholique de la paroisse75. De même, les nouveaux convertis, souvent surpris à désigner les maisons catholiques à l’arrivée des rebelles, ne font exception à Aubert qu’à l’attention d’un catholique ayant rendu quelque service76. Et la coexistence serait à chercher plutôt en amont, dans cette vie catholique égarée en un milieu réformé d’apparence hostile, plus que dans la clémence finale. Car les textes sont clairs. La demande de grâce pour un parent d’ecclésiastique, tel qu’elle apparaît à Carnoulès – d’ailleurs restée sans appel – doit être considérée dans l’horizon proche du châtiment qui pèse sur la communauté. Plus que le refus de la violence confessionnelle ou de l’iconoclasme camisard, il semble que ce soit la perspective de sanction qui provoque l’intercession des nouveaux convertis en faveur des catholiques77. Enfin que faut-il penser de la charité des marchands de Montpellier, installés dans la ville épiscopale, au sein d’une population catholique affligée et irritée par les massacres camisards ? Aussi, faut-il se garder de la forme qui aveugle comme un soleil de midi quand les nuances appèlent à d’autres interprétations. Ceci pour souligner que l’essentiel du phénomène de coexistence semble résider ailleurs que dans le contre-exemple isolé, ainsi qu’il apparaît dans le premier cadre de coexistence qui rassemble tout au plus quelques dizaines de gestes conciliants en plusieurs années d’une guerre sanglante comptant près de quinze mille morts de part et d’autres des camps confessionnels.

22Au contraire, le second champ de coexistence qui met en exergue la porosité des frontières confessionnelles me semble plus éloquent. En ce sens qu’il interroge plus avant la mixité confessionnelle. Dans les exemples donnés, la géographie religieuse est presque sans surprise. Car les catholiques en passe de conversion résident principalement dans des foyers à forte dominante réformée, environnés d’habitants entrés au Désert et acquis à la lutte.

  • 78 C’est ainsi le cas au hameau de La Liquière, paroisse de Saint-Germain-de-Calberte : AMAE, Document (...)
  • 79 Arch. dép. Hérault, G. 1159 : Visites pastorales par Mgr de Colbert, 1704-1707. L’étude exhaustive (...)
  • 80 Rossel d’Aigaliers, Mémoires de Rossel, baron d’Aigaliers sur les derniers troubles de la Province (...)
  • 81 Robert Poujol, Histoire d’un village cévenol, Vébron, Aix-en-Provence, Édisud, 1981 ; Robert Sauzet(...)
  • 82 Voir à ce titre notamment, l’ordonnance royale du 25 février 1703 portant que seront punis de mort (...)

23La véritable énigme réside plutôt dans le quotidien des villages, dans ces hameaux écartés restés sans violence tandis qu’ils comptent des catholiques zélés cohabitant avec des nouveaux convertis très fortement suspectés d’alliance avec les insurgés camisards78. Elle réside également dans ces lendemains de troubles soudainement apaisés, tel que l’on peut le constater à l’échelle du diocèse de Montpellier dès 1704, notamment par le biais des procès verbaux de visites pastorales79. Mais aussi dans cette part de catholiques chrétiens, « gens de bien » et « honnêtes gens » que les mémoires du baron d’Aigaliers distinguent des persécuteurs et des satellites de la répression, et qu’il reste encore à approcher et à identifier80. Il y a là un vide historiographique manifeste et par conséquent un champ d’étude vierge qui nécessiterait une enquête micro-historique à l’échelle du théâtre de la guerre. Enquête que les résultats de quelques monographies suggèrent féconde81. Il faudrait pour cela investir plus systématiquement les registres paroissiaux, les archives notariales, les recueils de délibérations consulaires et les états de dettes des communautés, les procès de visites pastorales, les registres de capitation, les inventaires après décès et l’ensemble des sources judiciaires – plumitifs, dictums et petits procès – autant de sources, parfois arides, qui permettraient cependant d’infiltrer plus avant le tissu socio-économique, le maillage des relations communautaires et les formes de sociabilités locales. La politique répressive comme la réitération des interdits et des ordonnances sont aussi des instruments de choix utiles à l’évaluation des contraventions aux usages dictés par le pouvoir82. La législation est d’un même d’intérêt dans ces aspects préventifs, lorsque cherchant à contrecarrer les tentations bellicistes, à circonscrire les violences intempestives ou à prévenir le basculement dans la guerre civile, elle tente sinon d’imposer, du moins d’agencer la cohabitation confessionnelle, et à défaut de maintenir l’ordre public.

  • 83 À l’exception, cependant, de trois ralliements insolites d’anciens Camisards – Pierre Pujol, Antoin (...)

24Quoi qu’il en soit, parmi les exemples recensés, deux constats qui, mériteraient cependant d’être plus amplement vérifiés, semblent s’imposer ici : ainsi les champs de coexistence selon les camps confessionnels et le sens des alliances laisserait apparaître une disparité. La palette des entraides catholiques, numériquement plus conséquentes, semblerait également plus étendue que celle des nouveaux convertis. Les nouveaux convertis – s’entend ceux restés fidèles à leur religion initiale – interviennent finalement peu en faveur des anciens catholiques et les gestes se résument principalement en une intercession pour préserver et épargner. Ainsi, tandis que la dynamique catholique laisse envisager une proximité, un rapprochement ou un ralliement, la dynamique protestante relèverait plutôt d’une volonté d’éviter, de prévenir ou de réparer. D’autre part, et là le fait est à ma connaissance sans contre exemple, tandis que l’on recense des complicités, des soutiens et jusqu’à des alliances catholiques avec les révoltés camisards, il n’y a aucun geste protestant en faveur des franges catholiques extrémistes et militantes clairement engagées, à l’instar des Camisards, dans la violence confessionnelle83.

  • 84 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 171-173.
  • 85 Ainsi, le prosélyte catholique Gaillard n’aurait pas persévéré : BPU, Manuscrit Collection Court n° (...)
  • 86 Voir note supra 40.
  • 87 Ainsi, le catholique Jean Adoul alla-t-il jusqu’à « faire le protestant » pour mieux dénoncer les n (...)
  • 88 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 183.
  • 89 Le jugement de condamnation à mort du catholique Pierre Notet est à ce titre très éloquent : déclar (...)

25Enfin, dans le troisième champ révélant des catholiques prophètes, combattant aux côtés des Camisards, peut-on encore parler de coexistence ? Sans doute sommes-nous en présence d’un tout autre phénomène. Phénomène qui n’est cependant pas sans compter des traîtrises84, des alliances et des conversions passagères85, des désolidarisations86 et des ruses87. Pourtant, et malgré certaines défections, où classer ces catholiques, qui en une adhésion radicale à la Réforme ou à la révolte abandonnent leur religion de naissance ? Longtemps ces alliances m’ont paru incompréhensibles : comment des intransigeances aussi marquées, de part et d’autres, pouvaient accepter de tels ralliements interconfessionnels ? Mais à y regarder de près que reste t-il de catholiques à ces nouveaux prophètes criant autant ou plus virulemment encore contre l’Église romaine que n’importe quel nouveau converti88, prêts à mourir pour les églises sous la Croix, ou expiant sur la roue pour avoir incendier des églises et tué d’autres catholiques89 ? Ici, nulle conciliation. Dans ces partis religieux extrêmes, dressés et engagés dans la guerre, l’acceptation de l’autre dans son propre camp passe par le reniement de la foi adverse.

  • 90 Olivier Christin, « La coexistence confessionnelle, 1563-1567 », B.S.H.P.F., 141/1995, p. 486, 490.
  • 91 Songeons ici à un Charles Girard, bien converti, peu inquiété, étudié par Yves Krumenacker, « Être (...)

26Ainsi, force est de constater que la définition de la coexistence est extrêmement fluctuante. Elle ne saurait être définie une fois pour toute, car elle épouse une sémantique distincte à chacune de ses manifestations, et recouvre autant de significations qu’elle compte de variables. Entité mouvante, elle ne saurait être enfermée en une définition unique tant la disparité des motivations influe sur la conception même de compromis et de coexistence. Favorisée par l’intimidation, dictée par la peur, arrachée par la conjoncture, motivée par des intérêts ou par la conviction, la coexistence, vécue en des sensibilités variables, relève d’un équilibre menacé où la règle semble avoir peu de prise. Mais une chose est sûre, ainsi que l’a très justement noté Olivier Christin, la guerre n’interdit pas la coexistence en ce sens qu’elle ne saurait totalement ruiner les solidarités communautaires90. Produit-elle une coexistence singulière ? C’est là une question à laquelle il est malaisé d’apporter une réponse. Mais assurément, il faudra toujours se demander qui sont ces nouveaux convertis et ces anciens catholiques qui prêtent, recourent, sollicitent ou acceptent une aide, leur rang social, leur place dans la communauté et leur attitude vis-à-vis de leur religion originelle afin d’éviter de faire de la coexistence l’horizon commun d’un peuple extrêmement disparate et souvent divisé dans son propre camp91.

  • 92 Gregory Hanlon, Confession and community in Seventeenth Century France…, op. cit., Introduction.
  • 93 Voir à ce propos la réflexion parallèle d’Hubert Bost, « L’impact de l’oecuménisme sur l’histoire d (...)
  • 94 Constat qui s’inscrit dans le sillage de l’étude de Keith Luria, Sacred boundaries..., op. cit., p  (...)

27Mais contrairement à Gregory Hanlon92 qui vilipende une histoire trop attentive aux césures confessionnelles, l’étude de la violence, pour antinomique qu’elle puisse paraître d’avec une histoire pensée depuis la conciliation, me semble avoir son intérêt dans les revers de coexistence qu’elle charrie pour une étude des relations confessionnelles. Elle permet de se garder – en tout cas pour ce début de siècle en Bas-Languedoc – d’une histoire assagie qui, lassée précisément de la violence, lirait dans d’uniques contre-exemples une conciliation de fond93 tandis qu’elle se trouve presque toujours émaillée de tensions. Et ce d’autant que les bémols à la coexistence ne résident pas tout entier dans la violence ostentatoire et criarde, mais également dans les violences diffuses et insidieuses, davantage dissimulées qu’il importe de réévaluer comme autant de témoignages de divisions profondes et de rancœurs partagées que la violence massacrante ne saurait à elle seule circonscrire et révéler. Sonder la violence dans ce qu’elle a de plus diffus et anodin permet souvent de déterminer en creux, là où se situe la coexistence significative d’un compromis. Mais à cette heure singulière de troubles religieux, l’étude de la violence permet surtout d’observer deux radicalismes parallèles desquels procède une coexistence toujours fragile en ces terres languedociennes. D’une part une violence d’État qui, servant une politique d’unification religieuse, passait par une démarcation confessionnelle stricte, et anéantissait la possibilité et capacité d’une négociation collective telle que la permettait les paix de religion et le régime de l’Édit de Nantes94. Une politique louis quatorzienne ensuite qui, relayée par une répression locale accrue au moment de la révolte, laissait peu de place à la coexistence tant les troubles aiguisèrent la législation du clivage tout entière portée à creuser les différends par les appels aux armes, la politique globale de délation et l’usage de la violence civile. D’autre part, le radicalisme d’un peuple blessé, guidé par des prophètes vomissant l’Église romaine et l’idolâtre. Une virulence qui s’adressait aux tièdes et aux nicodémites et qui lisait dans tout accommodement avec le papisme l’origine du châtiment de Dieu. Ainsi, la persécution, comme la répression et les fondements mêmes de l’amendement de vie édictés par le prophétisme cévenol – qui créait des conditions strictes d’appartenance au peuple de Dieu et réactivait des identités confessionnelles fortes – de même que la violence camisarde contre le papiste, et la violence catholique contre l’hérétique, contrarient à l’évidence les conditions d’une coexistence pacifique.

28Aussi, si la guerre des Cévennes semble pouvoir être un de ces épisodes extrêmes de la coexistence dans l’intolérance, le contexte politique dans lequel elle s’inscrit, en totale rupture de conciliation, invite peut-être, sinon à préférer, du moins à adjoindre l’idée d’une coexistence dans l’oppression. Une oppression dictée par le pouvoir qui fige dans la révolte qu’elle suscite les identités confessionnelles et radicalise les postures. Car, la coexistence se meut ici dans un cadre singulier de politique d’exclusion et d’affrontement populaire qui, dépassant le cadre de l’intolérance, vise politiquement à l’éradication et se traduit civilement dans une opposition confessionnelle extrêmement violente, elle-même retorse au compromis.

Notes

1 Robert Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc : le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Louvain, Nauwelaerts, 1979 ; Id., Chroniques des frères ennemis. Catholiques et Protestants à Nîmes du xvie au xviiie siècles, Caen, Paradigme, 1992 ; Élisabeth Labrousse, Une foi, une loi, un roi. Essai sur la révocation de l’édit de Nantes, Paris, Genève, Payot, Labor et Fides, 1985 ; Gregory Hanlon, Confession and community in Seventeenth Century in France : catholic and protestant coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993 ; Olivier Christin, « La coexistence confessionnelle, 1563-1567 », B.S.H.P.F., 141/1995, p. 483-504 ; Philip Benedict, « Un roi, une loi, deux fois : Parameters for the History of Catholic-Reformed Co-existence in France, 1555-1685 », in Ole Peter Grell, Bob Scribner (dir.), Tolerance and Intolerance in the European Reformation, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 65-93 ; Yves Krumenacker, « "Un de mes amis, catholique romain… ", catholiques et protestants au temps des dragonnades », De l’Humanisme aux Lumières : Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse. Textes recueillis par Michelle Magdelaine, Maria Cristina Pitassi, Ruth Whelan, Antony Mckenna, Paris, Oxford, Universitas, Voltaire Foundation, 1996, p. 67-75 ; Marc Venard, « Problèmes et modalités de la coexistence religieuse au xvie siècle », in Pierre Bolle (dir.), L’édit de Nantes : un compromis réussi ? Une paix des religions en Dauphiné-Vivarais et en Europe, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1999, p. 14-22 ; Edwin Bezzina, After the Wars of Religion : Protestant-Catholic Accommodation in the French Town of Loudun, 1598-1665, Ph. D., University of Toronto, 2004.

2 Voir à ce sujet la brillante analyse de Keith Luria, Sacred boundaries : Religious coexistence and conflict in early modern France, Washington, The Catholic University of America Press, 2005.

3 Henri Bosc, La guerre des Cévennes (1702-1710), 6 vol., Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1985-1993, t. I, p. 818.

4 L’expression a été employée par Dominique Julia à l’occasion de la soutenance des travaux doctoraux de François Pugnière, Clergé et encadrement clérical en Cévennes de la Révocation à la Révolution : le diocèse d’Alès 1687-1791, Montpellier, Université Paul Valéry, 2002. L’auteur en étudie actuellement le concept pour le Bas-Languedoc de la seconde moitié du xviiie siècle.

5 Bibliothèque Publique et Universitaire, Genève [désormais BPU], Manuscrit Collection Court n° 17 B, Remarques sur le Memoire de Mr Ebruy [par] Morel dit Duvernet, 17 Août 1735, folioté 152-153, paginé 77v°-78. L’exemple cité ici illustre un phénomène prégnant également en Vivarais, périphérie immédiate du théâtre des opérations sporadiquement agitée par les troubles et par des velléités de combats néanmoins émaillées, là aussi, de gestes de solidarités interconfessionnelles.

6 Arch. dép. Hérault, C. 267, Estat du piliage quy a esté fait a Jean Gautier fils hant [= habitant] du lieu de la bruguiere par les atroupes apellez cades, dans le mois de janer, 29 aout, [et le] 12 7bre 1704, non folioté. Lors du pillage, qui eut finalement lieu, quatre-vingt têtes de bétail et un couple de boeufs appartenant au nouveau converti Jean Gautier se trouvaient mêlées au parc de l’ancien catholique Souchon.

7 Arch. dép. Hérault, C. 267, Estat du piliage et brulement quy a esté fait par les atroupes a Susanne Quette et Anthoine Rossiere mere & fils du lieu de la bruguiere, s.d. [1704], nf°.

8 Bibl. Arsenal, manuscrit n° 3854, f°242-242v° : lettre de Montrevel à Basville, Nîmes, 30.X.1703. La correspondance indique le cas de M. de Vibrac et de ses bergers catholiques.

9 BnF, Collection Clairambault n° 490, Relation de la conspiration de Nismes et de Montpellier découverte le 24 avril 1705 : la déposition d’un des conjurés du Complot dit des Enfants de Dieu suggère la présence d’armes dans une métairie des environs de Montpellier appartenant à une dame ancienne catholique et gérée par un fermier « de la Religion ». Voir aussi, Bibliothèque du Protestantisme Français [BSHPF], Papiers Court, manuscrit n° 617 K : Relation Baldy, f°259 : Charles Baldy, protestant converti était rentier de la dame de l’Olive, ancienne catholique.

10 L’alliance bigarrée dut en ces temps exiger la neutralité. Car en fait de conciliation, l’ascendant quelconque d’un des deux époux, favorisant soit le parti des révoltés protestants soit la cause de la répression catholique, exposait à des représailles symétriques : vindicte des insurgés ou menaces judiciaires. Ainsi, même les catholiques conciliants envers les révoltés – à l’instar de Baudan cédant aux requêtes de son épouse nouvelle convertie pour fournir retraite et vivres aux Camisards – se trouvaient-ils inquiétés par les autorités. Baudan fut en effet, pour cette connivence, arrêté et emprisonné à Saint-Hippolyte : Grégoire Vidal, Lettres et rapports sur la guerre des Camisards (1702-1704) de Grégoire Vidal, prieur de Mialet. Introduction et notes de Bernard Atger, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1988 : lettre au comte de Peyre, Anduze, 25.X.1702, p. 60.

11 Sœur Mérez, Lettres au Père de Saint-Claude éditées par E. de Barthélemy sous le titre : Mémoires et journal très fidèle d’une partie de ce qui s’est passé depuis le 11 de mai 1703, jusqu’au 10 juin 1705 à Nismes et aux environs touchant les Camisards, écrit par Madame Demerez de l’Incarnation pour lors assistante au grand couvent des Ursulines de Nismes, extrait des Chroniques du Languedoc, Revue du Midi, 1875 : lettre du 21. XII.1703, p. 51.

12 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°141-142 : Lettre de Mr Darland Seignr de Blauzac fils a Monsieur Durand prevost general au departement de Nismes a Uzés, 2. VI.1704.

13 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°479-480 : lettre de l’abbé de Massilian à Basville, Montpellier, 23. VII.1704. Le clergé catholique bas languedocien, très fortement engagé dans la politique répressive, compta cependant quelques figures conciliantes. Ainsi, dès 1702, à l’issue de la toute première incursion au Pont-de-Montvert qui marqua les débuts de la révolte, deux capucins, présents sur les lieux, innocentèrent les nouveaux convertis du bourg soupçonnés de complicité dans l’assassinat de l’abbé du Chaila : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 B, Mémoire de Combes, p. 490-491. En 1703, contrevenant à l’ordre de condamnation frappant Antoine Agulhon, accusé d’avoir participé à l’incendie d’un village catholique, les Pénitents de Mende permirent à l’apostat, revenu à la vie après pendaison, d’échapper aux mains du prévôt de la maréchaussée : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 B, Mémoire Gaubert, f°738- 740 ; Antoine Court, Histoire des troubles des Cévennes ou de la guerre des Camisards sous le règne de Louis le Grand. Préface de Philippe Joutard, édition critique de Patrick Cabanel, Pauline Duley-Haour, Otto Selles, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002, p. 209-210. En 1713, le curé Gros et son vicaire Viguier de la paroisse de Fraissinet-de-Lozère participèrent à la requête des paroissiens contre les spoliations du subdélégué Viala, en cautionnant, par leurs témoignages et par certificats, la véracité des abus perpétrés en 1703 par le subdélégué de l’intendant contre les nouveaux convertis : BSHPF, Manuscrit n° 4464, Languedoc, affaires locales, f°103.

14 Arch. nat., G7 307, f°69 : lettre d’un anonyme à Chamillart, Montpellier, 21. IV.1705.

15 Georges Vidal, Lettres et rapports sur la guerre des Camisards (1702-1704), op. cit., p. 67 : Continuation des désordres fait par les adhérants de Laporte en divers endroits, lettre s.d. [estimée au 4 ou 7. XI.1702].

16 Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 28. IX.1703, p. 32.

17 Ibid., lettre du 4.X.1703, p. 35. Ainsi, en octobre 1703, malgré le récent incendie de leur église par les Camisards, les catholiques du lieu auraient offert refuge dans le donjon aux nouveaux convertis effrayés par la marche de la soldatesque.

18 Ibid., lettre du 16. XI.1703, p. 43. L’Ursuline de Nîmes précise que les marchands nouveaux convertis remirent des pièces entières d’étoffes à l’attention des survivants catholiques.

19 Maximilien Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, ou Récits des diverses merveilles nouvellement opérées dans cette partie de la province du Languedoc, Londres, R. Roger, 1707, réédité avec une présentation de Jean-Pierre Richardot, Paris, Les Éditions de Paris, 1996, p. 122-123.

20 Arch. dép. Gard, G. 131, Bulles, statuts et règlements, f°49-53 : Article 15e Troubles des Religionnaires, 1560-1682/1703.

21 BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B, Extraits tires des Memoires du pasteur Fauché qui est a Zurich & qui a preché en France [1686-1688/1692], f°8/p. 5v° ; Ibid., Memoire sur les affaires de Religion en Vivarets par Jean Paul Ebruy qui a preché dans ce païs la l’espace d’environ vingt ans [1685/1689-1709], f°131-132/p. 67-67v° : parmi l’identification de prédicants, Ebruy mentionne l’ancien catholique Gaillard dont les exhortations aux nouveaux convertis étaient « presque toujours contre l’Eglise Romaine » ; Élie Salvaire, Relation sommaire des désordres commis par les camisards des Cévennes. Présentation et notes de Didier Poton, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1997, p. 66 : dans son premier mémoire des événements des années 1685-1686, Cissalières signale l’exécution d’un « vieux catholique, valet du prêtre », pendu avec deux nouveaux convertis par les dragons à l’issue de la dispersion d’une assemblée tenue proche d’Euzet en juillet 1686 ; Arch. dép. Hérault, C. 273, f°25- 25v° : Mémoire touchant la religion dans le territoire d’Alais 1689. Le mémoire porte mention du Sr de Saint-Auban, juge d’appeau ancien catholique, chez qui se réunissent et s’assemblent les nouveaux convertis suspects de la ville. En 1699, le vicaire des Plans signalait deux valets anciens catholiques pervertis par les « nouveaux et mechans convertis » de la paroisse, ne voulant plus faire leur devoir pascal ni aller à la messe dominicale, ne témoignant que « reffus, oppiniatreté, mepris et infidelité », et tenant des « discours diffamatoires contre l’eglise » méritant les galères : Arch. dép. Hérault, C. 313, f°231 : lettre du vicaire Bombounous au major d’Alès, 20. VI.1699.

22 Ces listes sont conservées aux Archives du Ministère des Affaires Étrangères [AMAE], Documents et Mémoires, France, vol. 1640 et aux Arch. dép. Hérault, C. 185, Procédures contre les Religionnaires, 1703.

23 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°548v° : Estat de ceux qui sont absans de la ville de ganges, 13.V.1703 : l’état le mentionne d’« un garçon de Claude Estienne ancien catholique [qui] manque depuis environ cinq ans [= 1698] lon dit avoir passé a geneve ». Voir aussi le cas des deux anciennes catholiques, Jeanne et Marie Roque arrêtées en janvier 1705 avec le Camisard Jean Boulet sur le chemin du Refuge suisse : Pierre Rolland, Dictionnaire des Camisards. Préface de Philippe Joutard, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1995, p. 202.

24 AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, ff°115, 121 : Etat des hameaux voisins de St Germain. L’état le signale notamment des deux filles Chauvet du hameau du Mazelet.

25 Ibid., f°3 : Etat des Cévennes de Mende pour la religion. La source l’indique de la catholique Jeanne Malhautier de la paroisse du Pompidou.

26 Ibid., f°83v°, 182v° : Etat sommaire des Cévennes et Etat general de la paroisse de Cassagnas, 1703. C’est ainsi qu’est présenté Guillaume Castan, ancien catholique isolé du village du Magistavol comptant vingt-deux foyers protestants.

27 Arch. dép. Gard, B 2819, chemise 8 : Ordce sur reqte contre Jean Roustang et Bermond, 13. VII.1703 et chemise non numérotée : Interrogatoires de Bermond et autres et Testament de mort de Cristofle Bermond, 14. VII.1703. De même, si la confession n’est pas explicitement indiquée, l’on peut l’envisager du sous-fermier Lapujade au Pont Saint-Esprit, accusé d’avoir fait passer treize quintaux de poudre de contrebande depuis Avignon et d’en avoir fourni aux rebelles protestants : Arch. nat., G7 307, f°96 : lettre de Basville à Chamillart, Montpellier, [31].V.1705.

28 Arch. nat., M. 856, dossier 6, pièce 76 : lettre anonyme, Nîmes, 17-18.V.1705 portant mention de la condamnation aux galères d’un soldat ancien catholique déserteur pour s’être trouvé à un repas en présence du Camisard Ravanel sans l’avoir découvert. Durant ce printemps 1705, date du Complot des Enfants de Dieu, une relation du temps évoque la complicité de soldats de la citadelle de Nîmes et du fort de Glascou – forteresse du corps d’Agde – gagnés à la cause des factieux : BnF, Collection Clairambault, manuscrit n° 490, f°35-39v° : Relation de la conspiration de Nismes et de Montpellier découverte le 24 avril 1705.

29 Georges Vidal, Lettres et rapports sur la guerre des Camisards (1702-1704), op. cit., p. 139 : lettre au comte de Peyre, Anduze, 31.I.1703. Le cas se vérifie avec le catholique milicien Jean Solier, cf. note infra 46.

30 Élie Salvaire, Relation sommaire des désordres, op. cit., p. 231 et note 5 de Didier Poton, p. 234 : l’auteur signale un déserteur du régiment irlandais – James Mandanel d’origine anglaise – rallié au chef camisard Rolland.

31 Paule de Charnisay, Un gentilhomme huguenot au temps des Camisards, En Cévennes, Publications du Musée du Désert, 1935, Appendice XXXII, p. 315 : lettre du brigadier Planque à Chamillart, Anduze, 4. IX.1704. Parmi les insurgés soumis, l’officier mentionna le dragon Isaac Flessières déserteur du régiment de Fimarcon et le soldat Claude Vincent, déserteur du régiment du Hainaut.

32 Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes [SHAT], A1, vol. 1703, f°93 : une correspondance du 9.V.1703 mentionne encore la capture du catholique Pierre Notet et de deux soldats déserteurs des troupes du Vaisseaux qui étaient avec lui, soupçonnés d’appartenir à la mouvance camisarde. Le prophète Élie Marion mentionne également la présence parmi les Camisards d’un catholique romain, originaire de Lyon, soldat déserteur du régiment de Froulay, condamné aux galères et évadé, en faveur duquel Marion intervint au moment de sa reddition : Charles Bost (éd.), Mémoires inédits d’Abraham Mazel et d’Élie Marion sur la guerre des Cévennes, 1701-1708, Paris, Fischbacher, 1931. Réédition préfacée par Philippe Joutard, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1983, p. 90.

33 SHAT, A1, vol. 1796, f°157 : lettre de Villars à Chamillart, s.d. [postérieure au 27.V.1704] : interrogeant un camisard soumis sur la présence d’anciens catholiques parmi les insurgés, Villars eut confirmation « qu’il y en avoit quelques uns de Catholiques [...] que la necessité les y avoit obligés par les grands impos et subsisdes quon leur faisoit payer et qu’il y avoit mesme des soldas deserteurs [...] que le sujet de leur desertion étoit la Capitation quon leur faisoit payer sur leur solde ».

34 SHAT, A1, vol. 1708, f°122 : lettre de Montrevel à Chamillart, 22. IX.1703.

35 Ibid., vol. 1796, f°173 : Copie de la lettre de M. de Roanes a mr l’amiral dattée a Antibes, 26. IV.1704 ; Jean-Baptiste Louvreleul, Histoire du fanatisme renouvelé. Présentation et notes de Patrick Cabanel, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2001, p. 303.

36 Voir ainsi le cas de l’ermite Louis Giberne signalé par Jean Sainsaulieu, Les ermites français. Préface par H.-I. Marrou, Paris, Les Éditions du Cerf, 1974, p. 294. Les troubles du Languedoc comptent ainsi plusieurs cas d’ecclésiastiques soupçonnés ou accusés à juste titre d’intelligence avec les révoltés camisards à l’instar de l’abbé apostat Emmanuel Toupelin, de l’abbé Legendre, de l’abbé repenti Guichard, du curé Illi de Gluiras et du prieur de Mazelet tôt réfugié en Suisse : SHAT, A1, vol. 1843, pièces 237, 289 ; ibid., vol. 1844, pièces 53, 54, 160 ; ibid., vol. 1845, pièce 123 ; ibid., vol. 1847, pièce 8 ; ibid., vol. 1775, pièces 45, 52, 53, 55, 61, 62 ; ibid., vol. 2047, pièces 232- 234 ; Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence : manuscrit n° 674 (323), p. 335 : lettre de l’abbé Puget à Basville, s.l., juin 1705 ; BSHPF, Collection Court, manuscrit n° 617 K : déposition de Jacques Martin incluse dans la Relation Rampon, p. 53-54.

37 SHAT, A1, vol. 1703, f°38 : lettre du comte de Grignan à Chamillart, Marseille, 28. II.1703. Une « femme catholique de Languedoc [...] porteuse de lettres des Sevennes à Orange, & d’Orange aux Sevennes » – périphérie très redoutée durant les troubles – fut ainsi signalée pour être interceptée.

38 Arch. dép. Hérault, C. 189, f°126 : Conclusions du procès d’André Cazalis.

39 Au-delà des deux cas célèbres du sr de Mandajors et d’Alexandre de Brueys, le ressort amoureux semble avoir également prévalu pour le jeune catholique alésien Cazalis, assistant aux assemblées par amour, ayant « promis detre huguenot » à l’une des assistantes : Arch. dép. Hérault, C. 189, f°110 : Interrogatoire d’André Cazalis, 9.X.1709.

40 C’est le cas notoire de l’ancien catholique Piémarcé dont les identifications de sympathisants camisards menèrent en novembre 1703 dix-sept hommes aux galères et dix-sept femmes aux prisons du fort d’Alès : Arch. dép. Hérault, C. 192, f°328-329. Voir aussi Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 26. VIII.1703, p. 25-26 ; J.-B. Louvreleul, Histoire du fanatisme renouvelé, op. cit., p. 159-160 ; Charles-Joseph de La Baume, Relation historique de la révolte des Camisards. Présentation et notes de Patrick Cabanel, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2004, p. 67-68 ; Antoine Court, Histoire des troubles des Cévennes, op. cit., p. 238, 251.

41 BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 K : Relation Baldy, f°256. L’auteur présente le catholique Bruguier, comme le complice de Gargori, passé par les armes pour ses forfaits par le chef camisard Jean Cavalier.

42 Chrystel Bernat, « La guerre des Cévennes ou le clergé mis à l’épreuve », in Patrick Cabanel et Philippe Joutard (dir.), Les Camisards et leur mémoire (1702-2002), Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002, p. 90-91. Au même moment et dans le même ouvrage, Pierre Rolland, dans une contribution intitulée « Porteurs de valises. Des catholiques aux côtés des Camisards », p. 115-124 publiait un article sur le sujet, dont nombre de données traitées et de figures signalées ici, issues de dépouillements parallèles, se recoupent.

43 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°381 : Estat de la paroisse de St-Germain de Calberte du consul Deleuze, 20. VI.1703. Le mémoire signale le cas de l’ancien catholique Cayla de la Roche ainsi que celui de Cayla du Ferusac allant aux assemblées et ayant une fille prophétesse, de même que celui du fils de l’ancien catholique Jean Filion.

44 Arch. dép. Hérault, C185, f°361-362 : Estat des absanz phanatiques et mal intentionnés de la parroisse de st estienne de valfrancesque, 8. VIII.1703.

45 Arch. dép. Hérault, C. 185, pièces nf° : Roôlle de ceux quy manquent au fort de lussan quy sont allez avec les Camizar et Estat de ceux qui sont absents du lieu et fort de lussan depuis le mois de juin ou environ, diocèse d’Uzès, 16. III.1703.

46 Arch. dép. Hérault, C. 184, f°229v° : Interrogatoire d’André Roux, Alès, 18. II.1704.

47 AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, f°89v : Etat de tous les habitans de la paroisse de Gabriac qui se sont bien ou mal comportés, 20. IV.1703.

48 Arch. dép. Hérault, C. 185, f°419 : Estat des hanb quy sont absans de la ville & parroisse de florac, 1er.VI.1703.

49 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 171.

50 Un engagement catholique que l’on vérifie par ailleurs, en fin de troubles, dans les listes de reddition des insurgés. Aux six catholiques mentionnés par Pierre Rolland, « Porteurs de valises. Des catholiques aux côtés des Camisards », article cité, p. 121, peut-être peut-on ajouter le dragon Isaac Flessières et le soldat Claude Vincent : P. de Charnisay, Un gentilhomme huguenot au temps des Camisards, op. cit., Appendice XXXIII, p. 320.

51 Parmi les sept catholiques prophètes déjà repérés par l’auteur – à savoir Denis Doustin, Étienne Boissière, les deux servantes de Gibelin, Louis Cuzi, Anne Cayla et Catherine André – l’on peut mentionner également le fils du catholique Jean Filion que l’« on dit être fanatique » : Arch. dép. Hérault, C. 185, f°381, les filles Mamene et Dambres, le fils Espagnac signalés chacun comme « fanatique » : Ibid., C. 185, f°361-362 et Françoise Beaufort ancienne catholique « ensorcelée » : BSHPF, Vielles-Fraissinet n° 8736, chemise 5, nf : Prophétisme. Camisards.

52 Bibliothèque Méjanes, manuscrit n° 674 (323), p. 321-324 : lettre de l’évêque de Viviers, Paris, 15. III.1706.

53 53Arch. dép. Hérault, C. 184, f 293, 307 : Audition personnelle dantoine Richard, 8. III.1703 et Audition personnelle desprit Ribaud, 15.V.1703 aux prisons de la citadelle de Pont Saint-Esprit ; Ibid., ff°284, 287, 289, 291 : Audition personnelle de françois pascal dit la pierre et Responsce personnelle de Jean Bousse du 15. III.1703, puis Responsce personnelle de Joseph Tisot et Responsce personnelle d’Estienne Palis dit beau sejour du 16. III.1703 aux prisons de Villeneuve les Avignon.

54 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 183-184.

55 Arch. dép. Hérault, C.186, f°9-10 : Interrogatoire de Laurent Paulet, 15. IX.1704, « arreste par les troupes du Roy sestant trouvé porta [= portant] les armes dans la troupe de ravanel chef des scellerats ». De même, Flessières est abattu après avoir déchargé un coup de pistolet sur ses assaillants : P. de Charnisay, Un gentilhomme huguenot au temps des Camisards, op. cit., Appendice XXXIII, p. 319. Pierre Rolland signale encore les catholiques Jean Leval, arrêté en septembre 1702 après le combat de Champ-Domergue, et Jean Mallet originaire du Gévaudan, arrêté les armes à la main : Pierre Rolland, « Porteurs de valises. Des catholiques aux côtés des Camisards », article cité, p. 120.

56 En 1709, l’ancien catholique André Cazalis est arrêté au retour d’une assemblée avec une quinzaine de nouveaux convertis : Arch. dép. Hérault, C 189, ff°86-96, 112-118. Les Conclusions de l’information en f°126 mentionnent l’ouverture d’un procès pour « assemblée illicite ». De même, en 1710, le catholique nommé Prince est pendu pour s’être trouvé à l’assemblée de Millerines (12 juillet 1710) : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 H : Additions ou remarques sur la relation de Corteiz, f°811-815 ; Ibid., Papiers Court n° 617 B : Mémoire de Gaubert, f°741.

57 Pierre Duplan, berger ancien catholique de Brignon, est ainsi condamné en mai 1703 par le Présidial de Nîmes à être rompu pour « crime d’attroupement illicite et seditieux fait avec port d’armes incendies meurtres et assassinats premedités » : Arch. dép. Gard, B. 2820, chemise 3, pièce 1, Informations du 7.V.1703 et chemise 1, pièce 24, Conclusions du 14.V.1703. Les anciens catholiques Caliadon, berger originaire d’Uchaud et Guillaume Notet dit Chevalier ou Saint-Rémy sont rompus vifs à Nîmes le 19. VI.1703 : Arch. dép. Gard, B. 2819, chemise 4, Interrogatoire du 22.V.1703 ; Ibid., B. 2821, chemise 1 : Estat des procès que les Messieurs du Présidial de Nismes ont jugé contre les Phanatiques, 1701-1705 ; BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B : Memoires dresses a Codognan en particulier au sujet des Camisars, f°204- 205/p. 203v°-204. Le catholique Bermond inculpé pour avoir fourni poudre, argent et vivres aux révoltés est condamné en juillet 1703 à avoir les cuisses et les reins rompus sur la place publique : Ibid., B. 2821, chemise 23 : Jugement de condamnation pour avoir assisté les phanatiques, 14. VII.1703. Le catholique normand Guillaume Delorme « jeté parmy les camisards » et devenu « chef de ces brigands », également condamné à être rompu vif, est exécuté sur la place publique de Nîmes le 22.V.1705 : BnF, Nouvelles acquisitions françaises n° 6138, Fragments de la guerre des Camisarts, p. 34 ; Arch. nat., M. 858, dossier 4, pièce 7 ; Arch. dép. Hérault, C. 4808, nf° : Relation de la mort de Chevalier fanatique a Nismes, 22.V.1705. En 1709 encore, lors de l’ultime tentative de soulèvement camisard en Vivarais, parmi cinq insurgés saisis dans les Boutières, condamnés et exécutés à Vals pour l’un à être roué et pour les quatre autres à être pendus, figure un catholique qu’une note signale comme ancien compagnon des Camisards Mazel, Billard, Dupont : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 K : Faits touchant les Camisards du Vivarais de l’année 1709, f°287.

58 C’est notamment le cas du Sr de Mandajors, maire catholique d’Alès : Pierre Rolland, Dictionnaire des Camisards, op. cit., p. 138.

59 À l’instar de l’ancien dragon Bouvras pour participation aux assemblées et des catholiques Pierre Dupont Louis Gumeny et Laurent Paulet pour détention d’armes : ibid., p. 75, 111, 137, 182. Galériens catholiques auxquels il faut ajouter le soldat déserteur, condamné en 1705, pour son repas avec Ravanel, voir note supra 28.

60 C’est le cas de la famille ancienne catholique Chauvet comptant deux filles fanatiques contre lesquelles sont prescrits l’enlèvement – sans nul doute pour le couvent – et la confiscation des biens reversés « a des mieux intentionnez » : AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, f°121 : Estat des lieux qui sont au voisinage de St germain, 1703. Confirmée, la confiscation des biens l’est singulièrement à l’encontre de François ou Jacques Chauvart, ancien catholique de Quissac « qui s’est jeté parmy les rebelles » et dont les fruits de la vente, effectuée quatre mois après son ralliement aux Camisards, sont réservés au financement de la garde des anciens catholiques : Arch. dép. Hérault, C. 313, f°248 : Ordonnance de l’intendant Basville du 8. IV.1704 ; Ibid., f° f°295-298v° : Estat de recepte faict sur les biens de Jacques Chauvart ancien Catholique qui estoit parmy les rebelles, 1704.

61 À la lecture des procédures criminelles, il apparaît clairement qu’avec la condamnation disparaît la distinction confessionnelle, les catholiques basculant ainsi, sans différenciation, dans le camp des condamnés fanatiques.

62 Voir aussi, à ce titre, la violence des propos et des châtiments contre les catholiques de Vestric soumis à une répression indissociée de celle des nouveaux convertis du lieu : Bibl. Arsenal, manuscrit n° 3854, ff°166, 168-168v°, 169-170v° : lettres de Montrevel à Basville, Nîmes, 28 et 30. VII.1703 puis Alès, 2. VIII.1703.

63 Arch. nat, TT 240, pièce 36 : lettre des curés des Cévennes à l’évêque de Mende, 1733.

64 Pierre Rolland, « Porteurs de valises. Des catholiques aux côtés des Camisards », article cité, p. 121-122, l’indique des catholiques Jean de la Borio, ancien camisard devenu prédicateur itinérant, Jean Lafon, prédicant au Désert pendu en 1709 à Montpellier et de Jean Vidal exécuté en 1710.

65 Les propos du pasteur Corteiz relatifs à l’exécution de trois prédicants, parmi lesquels se trouvait le catholique Jean Lafon, sont à ce titre très explicites. Véracité ou usage réciproque de l’exemplarité des conversions, toujours est-il que Corteiz nota que « Celui qui a avait été papiste fut celui qui brava le plus la mort et souffrit courageusement le martyre » : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 H : Mémoires de Corteiz, p. 446- 447.

66 Le cas est patent également en Dauphiné où plusieurs papistes de « bonne foy » assistent encore en 1718 aux assemblées du Désert : BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B : Relation des principaux faits qui sont arrives dans cette province du Dauphiné au sujet de la Religion Protestante depuis la cassation de l’Edit de Nantes, f°177-178/p. 90-90v°.

67 Une chute que consigne – alarmé ou alarmiste – l’évêque d’Alès dans les années 1720 : « ce qui nous touche le plus vivement, et qui ne peut avoir que de tres funestes suittes, çest la chutte de beaucoup d’anciens catholiques qui se pervertissent. Il n’y a presque point de ville ni de village ou il n’y en ait de tristes exemples et le nombre en grossit tous les jours » et l’évêque de poursuivre « il y a peu d’aisés dans le cas, si ce n’est quelques femmes qui ont passées dans des familles huguenottes ; mais il y a beaucoup de domestiques, d’ouvriers et de pauvres, qui ont eu le malheur de succomber » : Arch. nat., TT 240, pièce 35 : Reflections sur l’Etat present de la Religion dans les Cevenes, Charles évêques d’Alès, 1723. Même écho de la perversion des anciens catholiques originaires du Rouergue et d’Auvergne présents en Cévennes dans les années 1730 qui « font plus de mal que les protestans mêmes ; ils n’entrent plus dans nos Eglises, méprisent les sacrements, décrient les plus Saintes pratiques de la religion, inventent mille calomnies contre ceux qui la professent, [...] fréquentent publiquement les Assemblées illicites » : BSHPF, Collection Coquerel, manuscrit n° 302, f°165-171 : Copie d’une lettre écrite à son Eminence M. le Cardinal de fleury, s.d. [estimée dans le registre aux années 1730].

68 Voir le témoignage saisissant de ces unions mixtes concourrant encore dans les années 1720 à de véritables mutations confessionnelles, ici dans le Vivarais limitrophe : Arch. dép. Hérault, C. 273, pièce 77 : paragraphe concernant la paroisse de Vals comptant un Estat des femmes anciennes Catholiques, lesquelles ont esté entièrement perverties par leurs maris nouveaux Convertis, au point qu’elles ne sont plus entrées a l’eglise et disent estre de la religion de leurs maris, non daté. Persistance d’un basculement religieux déjà sensible en 1706, voir note supra 52.

69 BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 H : Relation historique des principaux événements qui sont arrivés à la religion protestante depuis la révocation des Edits de Nantes, l’an 1685, jusques à l’an présent 1728 par Corteiz, p. 468-469, 470-473 ; BSHPF, Collection Coquerel, manuscrit n° 302, ff°125-127, 165-171 : Avis important a Messieurs les pasteurs et les anciens des eglises reformées de la province de bas languedoc, s.d. [estimé à 1733 dans le registre] et Copie d’une lettre écrite à son Eminence M. le Cardinal de fleury.

70 Voir aussi Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 3. VIII.1703, p. 21.

71 Les Papiers Court fournissent d’autres exemples éloquents des mesquineries du temps et de ces confiances malheureuses. Parmi les cas les plus notoires, figure le catholique Barjon qui, acceptant le dépôt de meubles du protestant Charrier, finit par avertir, suite à une ordre exigeant de déclarer les meubles des fugitifs, les autorités « mais quoi que Barjon n’en eut déclaré que la moindre partie, il fut assez malhonnete dans la suite pour refuser de rendre le reste du depôt qui lui avoit été confié » : BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B, Remarques sur le Memoire de Mr Ebruy [par] Morel dit Duvernet, f°152- 153/p. 77v°-78.

72 Élie Salvaire, Relation sommaire des désordres, op. cit., p. 235 : Cissalières fait part, en juillet 1704, des violences physiques infligées par ses coreligionnaires insurgés à un nouveau converti rentier d’un domaine catholique.

73 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°141-142 : Lettre de Mr Darland Seignr de Blauzac fils a Monsieur Durand prevost general au departement de Nismes a Uzés, 2. VI.1704.

74 BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B, Mémoire Ebruy, f°144/p. 73v°. Le fait est également patent en Vivarais. Ainsi, le sieur Bosc de Tachaix eut-il sa demeure épargnée du rasement, sur le témoignage de ses amis catholiques, notables du lieu, qui persuadèrent les autorités de la loyauté de l’incriminé, accusé de complicité avec les Camisards. La caution morale concerne un apostat dont on apprend qu’il fit avertir les officiers de la venue des révoltés.

75 Arch. dép. Hérault, C. 186, f°479-480 : lettre de l’abbé de Massilian à Basville, Montpellier, 23. VII.1704. La date à laquelle intercède l’ecclésiastique a aussi son intérêt. En juillet 1704, la reddition de nombreux Camisards est consommée, chacun des camps a éprouvé les limites de la persécution et de la violence. Plus qu’un geste conciliant, l’intervention est à inscrire dans la construction d’un avenir qui imposait au clergé de préserver les nouveaux convertis les plus dociles et les mieux disposés à intégrer le giron de l’Église catholique.

76 Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 28. IX.1703, p. 32.

77 L’Ursuline de Nîmes en donne un exemple pour les nouveaux convertis d’Aubert qui demandèrent également grâce aux Camisards de ne pas brûler l’église ni la maison presbytérale dont ils auraient immanquablement à payer la réédification : Sœur Mérez, Mémoires et journal, op. cit., lettre du 28. IX.1703, p. 32.

78 C’est ainsi le cas au hameau de La Liquière, paroisse de Saint-Germain-de-Calberte : AMAE, Documents et Mémoires, France vol. 1640, f°115.

79 Arch. dép. Hérault, G. 1159 : Visites pastorales par Mgr de Colbert, 1704-1707. L’étude exhaustive du diocèse de Montpellier – seul diocèse à fournir des références complètes à ces dates – témoigne d’une coexistence de fait. Sur les 45 paroisses bénéficiant d’un procès de visite pastorale dressé en 1704 à l’issue de la phase intensive des troubles, seules 7 d’entre elles font état d’inimitiés notoires, sans que l’on sache d’ailleurs explicitement si ces inimitiés reposent ou non sur un clivage religieux – l’une d’entre elle concerne deux parents d’une même famille ainsi à Notre-Dame des Bains et une autre au Triadou concerne une paroisse toute catholique suggérant des clivages intraconfessionnels. Sur les 5 paroisses restantes empreintes d’inimitiés et généralement à forte majorité catholique – ainsi à Fabrègues, Cournonterral, Saussan, Poussan, et Frontignan – rien n’indique non plus qu’elles reposent sur un différend religieux. Elles se résument à Cournonterral et à Frontignan à deux particuliers (inimitié vive qui d’ailleurs n’éclate pas) et rien n’est précisé des quatre différends sensibles à Fabrègues, tandis qu’elle semble seulement latente à Saussan. La seule paroisse où nombre de fidèles sont en procès – ainsi à Poussan comptant 350 familles dont 15 nouvellement converties – la communauté se trouve en rupture avec le desservant et l’absence d’envoi d’enfants et de domestiques au catéchisme dépasse la bipartition confessionnelle. Enfin, Saussan – regroupant 45 familles anciennes catholiques pour une nouvellement convertie – compte la contravention du consul et un absentéisme massif des enfants au catéchisme sans signalisation explicite de la famille nouvelle convertie. Notons toutefois que cette coexistence de fait, qui semble dominer partout ailleurs dans les paroisses comptant une minorité de nouveaux convertis, s’inscrit dans un diocèse faiblement affecté par les troubles en regard de ceux de Mende, Nîmes, Alès et Uzès. D’autre part, elle s’inscrit dans un diocèse de catholicisme tiède, en passe de relâchement – singulièrement dans les paroisses d’Auroux, Vendargues, Candillargues, Balarue et Pignan. Pourtant, cette même cohabitation passive se retrouve autant à Maugio, paroisse à dominante réformée – néanmoins marquée par une moindre piété catholique et où le service est sinon suspendu du moins minimal – que dans les paroisses à majorité catholique davantage ferventes, à l’instar de celles de Mudaisons et de Valergues.

80 Rossel d’Aigaliers, Mémoires de Rossel, baron d’Aigaliers sur les derniers troubles de la Province de Languedoc dans Paule de Charnisay, Un gentilhomme huguenot au temps des Camisards, En Cévennes, Publications du Musée du Désert, 1935, p. 81 et note 1 du manuscrit, 112-113.

81 Robert Poujol, Histoire d’un village cévenol, Vébron, Aix-en-Provence, Édisud, 1981 ; Robert Sauzet, Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité xvie-xxe siècle, Paris, Perrin, 2002 ; Richard Bousiges, Une famille cévenole au xviiie siècle : les Bousiges, Lille, Atelier National de reproduction des thèses, 2007.

82 Voir à ce titre notamment, l’ordonnance royale du 25 février 1703 portant que seront punis de mort ceux qui prêteront secours et assistance aux révoltés du Languedoc : BSHPF, Collection Ferdinand Teissier, manuscrit n° 4462, f°59 ou plus spécifique encore l’ordonnance du maréchal de Villars du 7 septembre 1704 prévoyant la condamnation à mort pour les soldats et dragons déserteurs passant aux Camisards : SHAT, A1, vol. 1797, f°92.

83 À l’exception, cependant, de trois ralliements insolites d’anciens Camisards – Pierre Pujol, Antoine Guiraud et Jean Malguès – aux compagnies franches de Partisans catholiques mobilisés contre les religionnaires insurgés qui ne semblent toutefois pas relever de convictions partagées mais davantage d’une démarche de réhabilitation auprès des autorités répressives : Arch. dép. Hérault, C. 185, f°140 et ibid., C. 186, II, f°237-238. Ce qui n’exclut pas, par ailleurs, des alliances répressives d’apostats avec les sujets catholiques, ainsi qu’en témoigne la formation par le nouveau converti Finiels – passé à un catholicisme intransigeant – d’une compagnie de volontaires formée d’anciens catholiques et dévolue à la traque de ses anciens coreligionnaires, insurgés et nouveaux convertis peu ou proue sympathisants de la cause camisarde : voir BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 B : Mémoire Gaubert, f°752-754.

84 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 171-173.

85 Ainsi, le prosélyte catholique Gaillard n’aurait pas persévéré : BPU, Manuscrit Collection Court n° 17 B : Mémoire Ebruy, f°131-132/p. 67-67v°.

86 Voir note supra 40.

87 Ainsi, le catholique Jean Adoul alla-t-il jusqu’à « faire le protestant » pour mieux dénoncer les nouveaux convertis acquis à la révolte : BSHPF, Papiers Court, manuscrit n° 617 K : Mort de Bourgade, Marcoiret, Couderc dit Fleurette, p. 131-132. De nombreux espions catholiques à l’instar de Claude, Noël Huet et La Salle prirent le masque de sympathisants camisards pour mieux infiltrer et perdre les insurgés et leurs affidés.

88 M. Misson, Le théâtre sacré des Cévennes, op. cit., p. 183.

89 Le jugement de condamnation à mort du catholique Pierre Notet est à ce titre très éloquent : déclaré dûment « atteint et convainceu davoir esté parmy les phanatiques rebelles contre le Roy et lun des chefs diceux », Notet est explicitement condamné à la roue pour « meutres [sic] & assasinatz des anciens Catholiques » singulièrement de Saint-Jean-des-Anels et de Servas : Arch. dép. Gard, B. 2821, chemise 20 : Jugemt preal de condamnaon a mort contre Pierre Notet dit Chevalier, 19. VI.1703. Notet pourrait bien d’ailleurs constituer l’un des exemples parmi les plus radicaux de ces basculements religieux. Contrairement au catholique Guillaume Delorme dont le repentir final et le retour dans le giron catholique, savamment scénarisé par le clergé, chercha à mettre en exergue l’égarement, la constance de Guillaume Notet, dont l’application à la question n’arracha aucun aveu, semble illustrer ces alliances intègres à la cause camisarde jusque sur l’échafaud : Bibl. Arsenal, manuscrit n° 3854, f°147-148 : lettre de Montrevel à Basville, Nîmes, 19. VI.1703.

90 Olivier Christin, « La coexistence confessionnelle, 1563-1567 », B.S.H.P.F., 141/1995, p. 486, 490.

91 Songeons ici à un Charles Girard, bien converti, peu inquiété, étudié par Yves Krumenacker, « Être protestant en terre catholique : l’exemple du Bas-Poitou au xviiie siècle », dans Alain Gérard (dir.), Christianisme et Vendée. La création au xixe siècle d’un foyer du catholicisme. Actes du Colloque tenu à La Roche-sur-Yon, les 22, 23 et 24 avril 1999, La Roche-sur-Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2000, p. 179-195. Quel lien peut-il avoir avec les Cévenols qui endossent la conversion des pères comme une faute à expier ? Les conciliations ont-elles partout la même signification ?

92 Gregory Hanlon, Confession and community in Seventeenth Century France…, op. cit., Introduction.

93 Voir à ce propos la réflexion parallèle d’Hubert Bost, « L’impact de l’oecuménisme sur l’histoire du Christianisme », B.S.H.P.F., 148/2002, p. 805-820 mettant en garde contre l’écueil d’une histoire consensuelle portée à atténuer les différends et à amoindrir l’intensité des conflits et déchirements passés au nom de la nécessité actuelle de les dépasser. Une réflexion qui n’est pas sans résonance pour les travaux engagés sur la coexistence.

94 Constat qui s’inscrit dans le sillage de l’étude de Keith Luria, Sacred boundaries..., op. cit., p 314-315, 317.

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search