Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- II - Diversité des formes de coexistence confessionnelle au xviie siècle

La mort, l’au-delà et les relations confessionnelles : les testaments et leurs testateurs dans la ville de Loudun, 1598-1685

Edwin Bezzina

Texte intégral

1Voilà le préambule du testament de Françoise Mignon, femme d’un avocat, demeurant dans la ville de Loudun, un testament écrit de sa propre main et de sa propre voix. Françoise Mignon faisait partie d’une famille ardemment catholique, ainsi il n’est pas étonnant qu’elle demande l’intercession de la Vierge Marie et des saints et qu’elle veuille être enterrée dans l’église des Carmes. Par contre, elle ne demande pas de messes pour le salut de son âme pendant qu’elle souffre au Purgatoire, comme faisaient beaucoup de testateurs catholiques. D’une manière nonchalante mais fort surprenante, elle remet l’élection de sa sépulture à son mari. De plus, l’exécuteur testamentaire est catholique, très convaincu, mais le témoin du testament est protestant.

2Cet article propose d’examiner un groupe de 397 testaments de la ville de Loudun entre 1605 et 1685, une période qui correspond presque à l’Édit de Nantes. Dans plusieurs de ces testaments, on trouve les mêmes attitudes remarquables envers l’autre religion et les gens de l’autre religion que celles qui se manifestent dans le testament de Françoise Mignon. Un testateur ou une testatrice pouvait choisir des témoins de l’autre religion, mais les exécuteurs choisis sont toujours les coreligionnaires du testateur. La plupart des legs décrits dans ces testaments sont aussi en faveur de personnes de la même religion que le testateur lui-même. Globalement, par ces documents, les protestants et les catholiques de Loudun ont permis des relations interconfessionnelles dans certains aspects de leur vie, mais ils ont formellement interdit de telles relations dans d’autres aspects.

  • 2 University of Toronto, 2004.
  • 3 Pour poursuivre cette thèse, j’ai effectué deux ans de recherches en France, suivant un programme d (...)

3Les arguments et les idées que je voudrais présenter font partie de mes recherches sur les relations protestants-catholiques à Loudun au xviie siècle. Cette étude de testaments constitue une nouvelle partie de mes recherches qui n’est pas traitée dans ma thèse de troisième cycle, mais c’est une partie du livre sur Loudun que je voudrais faire publier. Ma thèse, « Après les guerres de religion : l’accommodement entre les catholiques et les protestants de Loudun, 1598-1665 »2 est une étude locale qui vise à déterminer les possibilités d’un compromis durant une période historique encore tendue sous l’Édit de Nantes. Cette thèse avance plusieurs arguments principaux. En premier lieu, l’équilibre des forces entre les deux communautés a basculé du côté des Catholiques, mais la survie d’une forte communauté protestante dans la ville établissait une espèce d’entente entre les deux. Par contre, les Protestants et les Catholiques de Loudun avaient une connaissance approfondie de leur religion et ils refusaient d’adopter les caractéristiques de l’autre religion. À cause de cela, les mariages mixtes et le parrainage interconfessionnel restaient très rares à Loudun. D’un autre côté, il y avait plus de contacts dans le milieu des affaires ; le témoignage des contrats notariés et les relations entre maîtres et serviteurs domestiques en sont la preuve3.

  • 4 Pierre Chaunu, La Mort à Paris : 16e, 17e, 18e siècles, Paris, Fayard, 1978 ; Michel Vovelle, Piété (...)

4En ce qui concerne les testaments, il convient d’examiner en premier lieu leur utilité pour les historiens. Les testaments représentaient la base de nombreuses études sur les attitudes envers la mort, l’au-delà, le Purgatoire, les différences entre catholiques et protestants, la déchristianisation en France à l’époque moderne. Signalons principalement les études de Pierre Chaunu, Ann Ramsay et Michel Vovelle4. Ironiquement, dans cette période pendant laquelle la religion et la différence religieuse étaient presque tout, il n’y a pas beaucoup de documents qui expriment les sentiments et les attitudes religieuses des laïcs pour une grande partie de la population. Donc, pour les historiens qui cherchent des indicateurs précis des idées et des attitudes religieuses des laïcs pour une population locale ou régionale, les testaments sont considérés comme une mine d’or.

  • 5 Arch. hosp. Loudun, carton A1, 2ème liasse : Testament olographe de Jehan Mignon, contre-signé par (...)
  • 6 Voir Pierre Chaunu, op. cit., en particulier p. 365-462 ; Gregory Hanlon, Confession and Community (...)

5On bute sur des problèmes en utilisant ces documents. Il existe deux types de testaments : les testaments olographes et les testaments solennels. Les premiers étaient écrits par les testateurs eux-mêmes (puis contre-signés plus tard par un notaire), et ces testaments constituent un indicateur profond et digne de confiance pour connaître l’esprit religieux dudit testateur5. De tels testaments sont malheureusement rares dans les fonds d’archives. Les testaments les plus nombreux sont les testaments solennels, ceux qui ont été passés devant un notaire et par un notaire. Il faut tout d’abord reconnaître le rôle joué par le notaire dans le testament solennel, et la question qui se pose est de savoir si c’est le notaire ou le testateur qui parle dans le document. Est-ce que les testaments solennels représentent un vrai signe des sentiments du testateur ou de la testatrice6 ?

  • 7 Nous citons deux exemples d’un préambule catholique : « Premierement Je recommande mon ame à Dieu m (...)
  • 8 Claude de Ferrière, La Science parfaite des notaires, ou le moyen de faire un parfait notaire. Cont (...)
  • 9 Nous citons les testaments olographes suivants : Testament de Françoise Mignon, le 8 décembre 1660, (...)

6Les préambules des testaments, en particulier, semblent remettre en question l’utilité de ces documents notariés. Dans ces préambules, les testateurs soit catholiques soit protestants recommandent leur âme à Dieu, mais les testateurs catholiques demandent l’intervention de la Vierge Marie et des saints du paradis, alors que les testateurs protestants font appel à Jésus Christ seul, leur consolateur et rédempteur par l’effusion de son sang7. On hésite à croire que ces préambules, que l’on peut trouver beaux et élégants, illustrent les sentiments précis et particuliers du testateur parce qu’ils sont presque tous identiques à travers mon fonds de testaments. Ils suivent les formulaires trouvés dans La science parfaite des notaires, rédigé par Claude de Ferrière pour instruire les notaires8. De plus, les préambules des testaments olographes ne ressemblent pas à ceux trouvés dans les testaments solennels9. Par ailleurs, dans mon fonds de testaments, on trouve une inconsistance entre les préambules et la teneur confessionnelle des testaments particuliers entiers. Rappelons un fait : vingt-trois testaments, passés par des notaires protestants, avec des préambules plutôt protestants, mais pour des testateurs catholiques avec des stipulations catholiques pour la sépulture. Tout cela nous oblige à hésiter à compter sur les préambules.

7Pour résoudre ce problème, on peut se servir des idées de Serge Briffaud sur les testaments de la région de Luchon. Pour lui, le notaire est un « maître des cérémonies » qui dirige le testament, qui porte toujours son réservoir de formules, mais qui ne détermine pas tout le contenu du testament :

  • 10 Serge Briffaud, « Le Temps de la source : testament et méthodologie en histoire des mentalités », a (...)

Le notaire intervient en tant que « maître de cérémonie » ; il guide le testateur grâce à un questionnaire, pré-élaboré, dans lequel est déjà déterminé le contenu potentiel du testament. Il est probable que certains notaires se soient servis, au moment de rédiger, de modèles de testament qui leur étaient fournis à l’intérieur des « aide-mémoire » mis à leur disposition. Chaque notaire possède cependant ses propres habitudes de rédaction, pas toujours issues d’un modèle officiel. Aussi, ce que nous conviendrons d’appeler ici « modèle notarial » n’est en aucune manière le texte ou l’ensemble des textes dont un notaire s’inspire pour rédiger ses testaments, mais la totalité des clauses, rubriques et formules qu’un notaire donné juge possible de faire figurer à l’intérieur des actes qu’il rédige.10

  • 11 Citons deux exemples : Testament d’Antoine Heraudier, le 7 juillet 1661, minutes notariales de Jean (...)

8Beaucoup dépend de la volonté du testateur et on peut imaginer une espèce de dialogue entre testateur et notaire. Quand le testament est fort détaillé, il est manifeste que c’est le testateur qui dirige le testament, qui dicte plus clairement ses dernières volontés au notaire, dans le cadre des formules notariales. Le testateur peut laisser son empreinte dans le préambule, car nous avons un échantillon de 38 testaments catholiques dans lesquels le testateur supplie son saint patron, en plus de la Vierge Marie et toute la cour céleste11. Mais le recours aux saints patrons ici révèle une croyance plus profonde dans le rôle des intercesseurs.

9Il faudrait remarquer à ce stade que d’autres données offertes par les testaments sont plus dignes de foi que les préambules. Rappelons les faits : c’est le testateur qui choisit la sépulture, les stipulations pour l’enterrement et les services funéraires, le notaire, les légataires, l’exécuteur et les témoins. C’est la partie du testament qui est la moins entravée par les formules notariales, selon les besoins et les croyances particuliers du testateur. Le notaire met tout simplement par écrit toutes ces stipulations, sans changer l’avis du testateur, puis il lit et relit le testament audit testateur.

  • 12 En utilisant un multiplicateur de 25 dans les registres des baptêmes de Loudun, on est en droit de (...)

10Donc, on est en droit de supposer que les testaments sont utiles pour exprimer la différence de religion parmi les testateurs catholiques et protestants et les possibilités offertes pour les relations protestants-catholiques. Les testaments deviennent encore plus utiles et révélateurs si l’on peut se servir d’autres documents de Loudun (les contrats de mariage, les registres paroissiaux, le registre du consistoire) pour identifier la confession des personnes citées dans un testament et pour encadrer et expliquer le comportement du testateur. C’est ce que nous proposons de faire dans cet article, en utilisant les 397 testaments de Loudun, entre 1605 et 168512, avec d’autres faits et documents tirés de la base de données.

  • 13 Pour 79 de ces 373 testaments, nous étions obligés de consulter d’autres documents dans notre base (...)
  • 14 Arch. dép. Vienne, E4/53 : 307, Contrat de mariage entre Pierre Gouin et Marie Carré, le 3 mai 1664 (...)

11Abordons le choix du notaire dans les testaments. La question qui se pose ici est de savoir si les testateurs d’une telle confession ont choisi un notaire de l’autre confession. Or, nous avons réussi à identifier la confession de 373 testateurs (282 catholiques et 91 protestants ; voir Figure 1)13. Dans ce groupe, les cinq notaires catholiques n’ont passé que douze testaments pour des testateurs protestants. L’un des exemples les plus frappants est René Douteau, notaire catholique. Sur 163 testaments, il a fait seulement dix testaments protestants. Il se pourrait que les sentiments religieux de Douteau lui-même aient joué un rôle ici, car dans son étude on trouve beaucoup de contrats passés pour les ordres religieux catholiques, ce qui nous permet de penser que soit il a refusé de passer des testaments pour les protestants (après tout, dans ses 26 contrats de mariage, pour la période 1662 à 1665, un seul indique que le mariage aura lieu dans l’église réformée)14, soit les protestants de Loudun possédaient une bonne connaissance des sentiments religieux de ce notaire.

  • 15 Voir, par exemple : Testament de Charlotte Fromaget, le 10 juin 1650, minutes notariales de Thomas (...)
  • 16 Citons les exemples suivants : Testament de Françoise Martin, le 13 novembre 1665, minutes notarial (...)

12Les testaments des notaires protestants amènent à des conclusions assez différentes mais bien étonnantes, car 41 % (64) des testaments que ces notaires ont passés étaient pour des clients catholiques. Prenons les testateurs catholiques du notaire Thomas Aubéry l’aîné. Ce groupe de catholiques vient de couches sociales plus basses. Par ailleurs, aucun de ces testateurs ne demande de messes pour leurs âmes pendant qu’elles souffrent au Purgatoire. Le testateur ici exprime son désir d’être enterré suivant les solennités observées en la religion catholique apostolique et romaine, de laquelle il a fait toujours profession de foi et qu’il désire continuer sa vie durant, mais le testament ne cite pas de legs pour les couvents, pas de huitaines, de messes basses ou de grandes messes, etc15. Cela ne vient pas de la faible richesse du testateur, car on trouve dans les testaments catholiques de René Douteau des testateurs assez pauvres qui demandent des messes, des requiem, et des huitaines16. Tout pousse à croire que les testateurs catholiques de Thomas Aubéry l’aîné gardaient des sentiments religieux assez tièdes.

  • 17 Testament de Marthe Le Pelletier, le 13 septembre 1630, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, (...)

13Notons une exception : le testament de Marthe Le Pelletier, fait en 1630. Il faut se rappeler l’affaire Grandier (les possédées de Loudun et le curé Urbain Grandier) ; Marthe Le Pelletier était l’amie de Philippe Trincant, la fille qui a été séduite par Grandier. Le rôle de Marthe Le Pelletier dans la séduction de Philippe Trincant n’est pas très clair, mais son testament présente des faits curieux. Son notaire est protestant, mais elle désire être enterrée en terre sainte (notons cette stipulation très rare), et que le jour de son enterrement son corps soit porté par quatre religieux « de l’ordre de Saint-François », avec les curés des deux paroisses de Loudun, portant des croix, et des torches portées par treize pauvres, et qu’il soit dit des messes pour le repos de son âme au lendemain de son enterrement, ensuite à la huitaine, et au même jour chaque année dans la chapelle de Notre-Dame. L’insistance sur son désir d’être enterrée en terre sainte nous suggère qu’elle avait des doutes à l’égard de son salut ou au moins de sa réputation parmi les catholiques de Loudun. De plus, son mari était un nouveau converti, et tous les deux ont passé beaucoup de contrats avec ce même notaire protestant (ce qui peut expliquer le choix du notaire protestant)17.

  • 18 Voir Raymond A. Mentzer, « Disciplina nervus ecclesiae : The Calvinist Reform of Morals at Nîmes », (...)

14Les testaments passés par Thomas Aubéry l’aîné semblent indiquer une différence parmi les catholiques de Loudun. Il suffit d’examiner la population de cette ville au dix-septième siècle pour savoir que Loudun ne représentait pas un centre militant, une forteresse confessionnelle, comme Nîmes ou Toulouse18, ni pour les catholiques ni pour les protestants. Bien sûr, dans chaque communauté confessionnelle existait un centre activiste même militant, mais une grande partie de chaque communauté présentait des sentiments religieux un peu moins forts. Dans une ville avec une majorité catholique mais une forte minorité riche et protestante, une ville dans laquelle un équilibre des forces se figeait pour un temps, on peut donc en déduire que Loudun pouvait supporter des croyants flexibles ou ardents.

  • 19 Testament de Catherine Thibault, le 26 octobre 1630, minutes notariales d’Aubin Douteau, Arch. dép. (...)
  • 20 Dans l’histoire de France, il n’y a pas de prêtre aussi méchant que Pierre Clergue, curé de Montail (...)

15Les stipulations pour les sépultures en donnent la preuve. Chez les testateurs catholiques, plus d’une moitié (209 sur 281) contient des demandes très précises pour des messes, soit au jour de l’enterrement, soit le lendemain, ou à la huitaine, de toute façon aussitôt que possible. Des legs sont faits pour les ordres religieux pour les récompenser pour leurs prières. Ici, la croyance au Purgatoire est très apparente. Citons l’exemple le plus remarquable du testament de Catherine Thibault, d’une famille loudunaise très catholique : que son corps soit processionnellement conduit avec six torches, un luminaire beau et honnête avec huit cierges, l’assistance des curés, des religieux et des prieurs, qu’elle soit enterrée dans l’église paroissiale principale de Loudun, donc toujours près de ses coreligionnaires, un service à la huitaine, et puis trois grandes messes, trois basses messes, des aumônes pour les pauvres qui assisteraient à l’enterrement, etc. Il se peut que la foi catholique ne soit pas le seul motif dans ce testament, car elle veut que son nom soit mis sur un aulne qui sera donné au curé et que son nom soit inscrit aussi sur un grand pavé de pierre sur sa fosse dans l’église19. La demande que le curé de la paroisse du testateur fasse partie de la procession, trouvée dans beaucoup de testaments catholiques comme celui de Catherine Thibault, nous suggère des relations amiables entre testateur et curé, bien différentes de la situation à Montaillou aux xiiie-xive siècles20.

16Pour une catholique comme Catherine Thibault, le but principal du testament est de s’occuper de son âme après sa mort. Par contre, d’autres catholiques ont considéré le testament comme un moyen de faire un don testamentaire à un conjoint. Nous reprenons les testaments catholiques de Thomas Aubéry l’aîné, avec leurs stipulations funéraires tièdes. Les détails pour la sépulture sont très minces, laissés à la discrétion du conjoint. Il est raisonnable de penser que ces testateurs assez pauvres ne pouvaient pas laisser de legs pour les églises catholiques. On doit cependant faire remarquer qu’il ne s’agit pas toujours d’une question d’argent, car on trouve des testateurs catholiques pauvres dans d’autres études qui pouvaient demander des messes.

  • 21 Confessions et catéchismes de la foi réformée, « La Confession de foi des Églises réformées de Fran (...)
  • 22 Voir, par exemple, les enregistrements dans le troisième registre pour les dates suivantes : le 15  (...)

17De même, les testaments protestants manifestent la même différence entre croyants ardents et croyants tièdes. La confession de foi protestante ordonne à ses fidèles de se passer de funérailles brillantes, mais de demander une procession sans fard et sans ostentation et bien sûr sans services après la mort. Un fidèle digne de son élection pouvait laisser un legs au consistoire pour entretenir le pasteur ou les pauvres de la foi réformée21. Dans les testaments protestants de Loudun, il n’y a que quatorze testaments (sur 91) qui ont laissé des legs à l’église réformée de Loudun. Admettons que les protestants pouvaient faire des dons à leur église par d’autres moyens, comme le registre du consistoire de Loudun nous le signale22.

  • 23 Citons un exemple : « et sil plaist a dieu que ledit [Charles] Hullin son mary la survive elle le p (...)

18D’autre côté, une grande partie des testateurs protestants de Loudun avaient des sentiments religieux plus modestes. En fait, pour quarante-cinq testaments protestants, nous avons été obligés de chercher la confession du testateur en consultant d’autres documents, car les stipulations de sépulture dans ces testaments particuliers étaient très ambiguës23. Comme les catholiques tièdes, ces testateurs protestants considéraient le testament comme un instrument pour régler leurs affaires et se charger de leurs familles.

  • 24 Par exemple, voir : Testament d’Élisabeth de Tournay, le 21 juillet 1638, minutes notariales de Tho (...)

19Il est vrai que des testateurs catholiques et des testateurs protestants se ressemblaient au niveau du but du testament. D’un autre côté, ces deux confessions restaient dans leurs mondes distincts. Abordons la personne de l’exécuteur. D’habitude, le testateur n’avait pas besoin d’un exécuteur, car le testateur comptait sur le testament et le notaire pour faire valoir ses dernières volontés. Mais les testaments plus longs, détaillés, et compliqués pouvaient être contestés après la mort du testateur, et donc il fallait des personnes expérimentées pour faire exécuter le testament sans opposition. Nous avons réussi à identifier la confession des 66 exécuteurs (sur 85). Sans aucune exception, la confession de l’exécuteur est la même que celle de son testateur, un fait qui s’applique aux catholiques aussi bien qu’aux protestants. Manifestement, les testateurs refusent de choisir un exécuteur de l’autre religion24.

  • 25 Arch. mun. Loudun, GG 5-29 : Registres des baptêmes, mariages, et décès de la paroisse de Saint-Pie (...)

20En consultant la Table 1, on voit que le nombre des testateurs protestants qui nomment un exécuteur dans leurs testaments (12 ou 15 %) est beaucoup plus bas que le nombre des testaments catholiques qui font de même, et même plus bas que le pourcentage des testaments protestants (91 sur 397, soit 23 %). Par rapport à la population de Loudun, la distribution des testaments parmi les deux communautés confessionnelles n’est pas étonnante. Le nombre des baptêmes protestants au début du dix-septième siècle monte à 128 baptêmes en 1600 par exemple, soit 54 % du total de cette année-là. Par contre, une baisse progressive se manifeste dans les registres des baptêmes : en 1630 les registres montrent un total de 97 baptêmes protestants (26 %), en 1660 65 baptêmes protestants (18 %), et en 1684 30 baptêmes protestants (11 %)25.

  • 26 Voir Prières pendant la sainte messe, vêpres et complies des dimanches et des principales fêtes de (...)

21La tendance des testateurs catholiques à se servir d’exécuteurs, plus que les protestants, s’explique par l’importance du Purgatoire dans la religion catholique. Le Purgatoire, surtout infernalisé à la fin du Moyen Âge, a fait une grande peur aux croyants catholiques, mais le Purgatoire aussi leur a donné une occasion de racheter les péchés qui n’étaient pas absous pendant leur vie26. Pour cette raison, le rôle de l’exécuteur catholique porte non seulement sur le partage des biens du testateur, mais il est aussi chargé de veiller aux points stipulés par le testateur pour le repos de son âme (par exemple, de faire payer les prêtres et les religieux pour qu’ils puissent dire les messes de requiem, les huitains, les trentains). On peut dire que le rôle de l’exécuteur catholique est plus important, plus élargi, que celui de l’exécuteur protestant, une hypothèse qui peut expliquer le plus grand nombre d’exécuteurs catholiques.

  • 27 Admettons que le rôle de Mignon dans l’Affaire Grandier n’est pas tout à fait clair ; quelques hist (...)

22Jehan Mignon, par exemple, était un chanoine et doyen très influent à Loudun. Cet homme ayant fait beaucoup pour perdre Urbain Grandier, il se peut que le doyen ait voulu expier son péché et sa haine par le moyen de son testament olographe, qui contient de beaux détails précis sur la Maison de Charité de Loudun, pour laquelle il a fait beaucoup pour sa création, après la mort de Grandier. Cinq exécuteurs sont cités dans son testament, tous catholiques27.

  • 28 Testament de Marthe Puyperaux, le 30 mai 1673, minutes notariales de Thomas Aubéry le jeune, Arch. (...)

23Citons un exemple protestant : Marthe Puyperaux, femme très fidèle à la foi réformée, a demandé à Abraham Guicherit, marchand protestant et ancien du consistoire, d’être l’exécuteur de son testament. Le testament de Marthe Puyperaux fut passé en 1673, quand la condition des églises réformées en France devenait moins stable. C’est une protestante convaincue, car elle fait des legs au ministre de l’église réformée de Loudun, aux pauvres de la foi réformée, à un fils d’un catholique qui s’est converti au protestantisme, et à une dame, en notant, « pour lui temoigner la part que je prends au combat qu’elle a eu pour la foi »28.

24Venons-en maintenant à l’analyse des légataires. Ici, les testateurs protestants et catholiques vivaient dans des mondes distincts ; nous avons en effet retrouvé la confession d’un tiers des légataires. On peut invoquer ici cinq types de legs : 1) pour faire un don à un ordre religieux pour les messes et les frais funéraires ; 2) pour régler le compte de serviteurs domestiques ; 3) pour faire un don testamentaire à un conjoint ; 4) pour régler le compte des médecins, chirurgiens, ou apothicaires ; ou, tout simplement, 5) faire un don à un particulier pour témoigner de son amitié. Ce sont ces deux dernières raisons qui nous intéressent.

  • 29 Dans quelques testaments, on trouve des testateurs protestants qui ont laissé des legs à leurs serv (...)
  • 30 Testament de Françoise Bonneau, le 14 avril 1640, minutes notariales d’Aubin Douteau, Arch. dép. Vi (...)

25De ce groupe de 397 testaments, nous avons trouvé seulement trois testateurs qui ont laissé des legs à des fidèles de l’autre confession29. Françoise Bonneau nous a donné un testament très révélateur d’une foi catholique profonde, contenant des stipulations pour beaucoup de messes et une procession tout à fait baroque. Par contre, elle demande qu’une partie de son héritage soit utilisée pour payer un médecin, un apothicaire, et un chirurgien qui ont pris soin d’elle. Tous les trois sont des protestants, et même si l’on n’est pas obligé de croire qu’ils sont les amis de cette testatrice très catholique, il est frappant de voir qu’elle n’a choisi que des protestants pour la soigner30. Très facilement, elle aurait pu choisir des médecins, chirurgiens et apothicaires catholiques parce qu’il y en avait beaucoup à Loudun pendant cette période.

  • 31 Testament de Marie Douteau, le 10 janvier 1646, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. d (...)

26Selon son testament passé en 1646, la catholique Marie Douteau a vécu dans la maison des protestants Jean Gaillard et Catherine de Guigny pendant au moins quinze ans. Elle lègue donc à la veuve de Guigny tous ses meubles. Or auparavant, d’après d’autres documents sur cette même Marie Douteau, elle aurait perdu son père et sa mère vers 1630, vraisemblablement au cours de la peste qui a décimé Loudun pendant cette décennie-là. Par la suite, à l’âge de 18 ans, et souvent malade, ladite Marie Douteau a demandé aux Gaillard et de Guigny, toujours protestants, de la loger et de la nourrir dans leur maison, ce qu’ils ont consenti à faire31.

  • 32 Testament de Guillemine de Burges, le 23 avril 1630, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Ar (...)

27Les testateurs protestants possèdent cette même caractéristique commune avec les testateurs catholiques, que la plupart des legs sont laissés à leurs coreligionnaires. Cependant citons l’exception intéressante de Guillemine de Burges. Elle a fait partie d’une famille protestante assez puissante à Loudun, et son parent très riche, Barthélemy de Burges, se distinguait par son ardeur pour la cause réformée, comme ancien et comme député aux synodes provinciaux et nationaux. Dans son testament, Guillemine de Burges manifeste sa foi protestante sincère, en donnant un legs à l’église réformée de Loudun et aux pauvres faisant profession de la foi réformée. De plus, elle professe qu’elle a toujours fait profession de cette foi et qu’elle veut être enterrée dans le cimetière de ceux de la religion, mais portée processionnellement par quatre hommes, dont l’un est Louis Leconte. Or Louis Leconte, catholique, est le père de Perrine Leconte, la servante de Guillemine de Burges. En plus de faire un don à Louis Leconte pour son aide à son enterrement et pour les services qu’il lui a rendus, elle laisse de l’argent à la jeune Perrine Leconte, ci-devant sa servante. La testatrice a fait cela pas forcément afin de la récompenser pour ses services, mais « pour faire apprendre un mestier à gagner sa vie », pour qu’elle puisse obtenir une dot pour pouvoir se marier. Quinze ans plus tard, Perrine Leconte se mariera à l’église catholique32.

  • 33 Sur la rareté des mariages mixtes à Loudun, voir E. Bezzina, After the wars of Religion, op. cit., (...)

28Ces trois exemples sont fort minoritaires, bien entendu, mais il nous faut les noter parce qu’ils montrent que des cas exceptionnels étaient possibles, qu’à Loudun quelques protestants et quelques catholiques pouvaient sortir du cadre du comportement confessionnel habituel. Mais la tendance générale demande à être expliquée. Selon toute vraisemblance, le besoin des testateurs catholiques et protestants de choisir des légataires de la même religion se justifie par les rôles joués par le testament, un rôle spirituel et un rôle familial. Un testateur catholique qui ordonne beaucoup de stipulations pour le repos de son âme laisse des legs pour les couvents et les prêtres à Loudun. Un testateur protestant qui veut aider les pauvres de l’église réformée laisse un legs au consistoire. Dans le même sens, des donations testamentaires sont toujours faites pour des conjoints de la même religion, parce que les mariages mixtes étaient très rares à Loudun33.

  • 34 Testament de Jean Angevin, le 11 décembre 1644, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. d (...)

29Le choix de témoins représente la partie la moins importante du testament mais c’est là que nous trouvons l’existence la plus forte des relations interconfessionnelles. En examinant un groupe de 115 testaments, 42 testateurs (soit 37 %) manifestent leur volonté de choisir des témoins de l’autre religion. Les testateurs catholiques qui demandent beaucoup de messes pour leurs âmes ont tendance à choisir des témoins catholiques, comme des prêtres. D’un autre côté, dans le groupe des testaments dans lesquels nous voyons des témoins de l’autre confession, dans certains cas cela s’explique par les liens professionnels. Citons un exemple : Jean Angevin, marchand protestant, qui sélectionne deux marchands catholiques pour signer son testament et témoigner qu’ils l’ont vu passer devant un notaire protestant34.

  • 35 Bezzina, After the wars of Religion, op. cit., p. 367-383.

30Par rapport à ce qui précède, nous devons signaler que ces conclusions sont provisoires, car une grande quantité des documents doivent encore être enregistrés dans notre base de données, pour approfondir notre connaissance de ces testateurs. Mais la constatation sur laquelle je voudrais terminer cet article, c’est que les protestants et les catholiques de Loudun, dans leurs testaments aussi bien que dans d’autres documents, avaient des liens et des relations avec les gens de l’autre confession. Mais la coexistence avait ses limites. Guillemine de Burges n’était jamais la marraine des enfants catholiques de Louis Leconte, ni des enfants de Perrine Leconte. Marie Douteau et les catholiques qui avaient des sentiments religieux assez paisibles comme elles ne se mariaient jamais avec les protestants. Les mariages mixtes et le parrainage interconfessionnel étaient très rares à Loudun35. En fin de compte, dans cette ville, comme peut-être dans d’autres villes dans lesquelles les institutions religieuses étaient bien développées, les protestants et les catholiques gardaient une connaissance très claire et approfondie des points principaux de leur foi.

Table 1 : Exécuteurs Testamentaires

testateurs catholiques

282

71 %

testateurs protestants

91

23 %

testateurs : religion non déterminée

24

6 %

397

100 %

testateurs catholiques avec exécuteurs

67

85 %

testaments protestants avec exécuteurs

12

15 %

testateurs : religion non déterminée, avec exécuteurs

0

0 %

79

100 %

exécuteurs catholiques

56

66 %

exécuteurs protestants

10

12 %

exécuteurs : religion non déterminée

19

22 %

85

100 %

Figure 1 : Les notaires royaux de Loudun et leurs testateurs

Figure 1 : Les notaires royaux de Loudun et leurs testateurs

Notes

2 University of Toronto, 2004.

3 Pour poursuivre cette thèse, j’ai effectué deux ans de recherches en France, suivant un programme de recherches fondé principalement sur les minutes notariales et les registres paroissiaux. Pour pouvoir analyser ces documents d’une manière efficace, j’ai enregistré tous les documents dans une base de données.

4 Pierre Chaunu, La Mort à Paris : 16e, 17e, 18e siècles, Paris, Fayard, 1978 ; Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au xviiie siècle, Paris, Éditions du C.T.H.S., 1997 ; Ann W. Ramsey, Liturgy, Politics, and Salvation : The Catholic League in Paris and the Nature of Catholic Reform, 1540-1630, Rochester, N.Y., University of Rochester Press, 1999. Voir aussi Alain G. Arthur, « Rural Faith and Wills as Evidence of Popular Religion in France, 1500-1650 », Historical Papers, Canadian Historical Assocation, 1983, p. 113-135 ; Serge Briffaud, « La famille, le notaire et le mourant : testament et mentalités dans la région de Luchon (1650-1790) », Annales du Midi, vol. 97, n° 172, octobre-décembre 1985, p. 389-409 ; id., « Le Temps de la source : testament et méthodologie en histoire des mentalités », Sources : Travaux historiques, vol. 11, 1987 p. 15-29 ; Alain Molinier, « De la religion des œuvres à la Réformation dans les Cévennes (1450-1600) », Revue d’Histoire de l’Église de France, vol. 72, n° 189, 1986, p. 245-263 ; Valérie Lafage, « Les Notables devant la mort à Montpellier au xvie siècle », Annales du Midi, vol. 110, n° 224, 1998, p. 437-455 ; Catherine Marle, « Le salut par les messes : Les Valenciennes devant la mort à la fin du xviie siècle », Revue du Nord, 79, n° 1, 1997, p. 45-67.

5 Arch. hosp. Loudun, carton A1, 2ème liasse : Testament olographe de Jehan Mignon, contre-signé par René Gouin et Pierre Coustin, notaires royaux de Loudun, le 27 juin 1651.

6 Voir Pierre Chaunu, op. cit., en particulier p. 365-462 ; Gregory Hanlon, Confession and Community in Seventeenth-Century France : Catholic and Protestant Coexistence in Aquitaine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1993, p. 194-201 ; Philippe Ariès, L’homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 189-190 ; Robert SAUZEt, Les Cévennes catholiques : Histoire d’une fidélité XVIe-XXe siècle, Paris, Perrin, 2002, p. 153-154.

7 Nous citons deux exemples d’un préambule catholique : « Premierement Je recommande mon ame à Dieu mon Createur, à la Benoiste Vierge Marie, à Monseigneur Saint Pierre, Monsieur Saint Paul, et generallement à tous la cour celeste du paradis les suppliant de me voulloir deffendre et assister contre toutes les tentations de l’ennemy d’enfer lors de mon deces », (Arch. dép. Vienne, E4/53 : 273, Testament de Jean Lemoine, le 2 mai 1627, minutes notariales d’Aubin Douteau. « Premierement Je recommande mon ame a dieu le priant que lors quil luy aura pleu separer mon ame davec mon corps il la veille recevoir en son saint paradis et me faire pardon et misericorde de tous mes pechez que je peux avoir faicts et luy en demande pardon par la passion de nostre seigneur Jesus Christ priant aussi la tres glorieuse et sainte Vierge de vouloir interceder pour moy envers son cher filz et tous les sainctz et sainctes de paradis », Arch. dép. Vienne, E4/55 : 45, Testament de Mathurine Deruy, le 8 août 1662, minutes notariales de René Confex. Notons un préambule protestant, beaucoup plus court : « Premierement Je recommande mon ame a dieu le priant au nom en la faveur de nostre seigneur Jesus Crist qu’il la veille recevoir en son saint paradis », Arch. dép. Vienne, E4/53 : 398, Testament d’Anne Caillin, le 27 avril 1661, minutes notariales de Jean Huger. Pour examiner le point de vue de Chaunu sur les préambules, voir La mort à Paris, p. 233-236.

8 Claude de Ferrière, La Science parfaite des notaires, ou le moyen de faire un parfait notaire. Contenant les ordonnances, arrêts et reglemens rendus touchant la fonction des Notaires., Paris, Charles Osmont, 1686, p. 439-440. En ce qui concerne les préambules testamentaires, bien entendu, il existe quelques différences parmi les notaires de Loudun. Par exemple, dans les minutes d’Aubin Douteau, le testateur supplie la cour céleste du Paradis de le protéger contre les tentations du Diable au moment de sa mort (« me vouloir deffendre contre toutes les tentations de l’ennemy d’enfer principalement lors de mon deces »). Le fils d’Aubin Douteau, René Douteau, lui aussi notaire, se sert de cette même phrase. Par contre, elle ne se trouve pas dans les minutes du notaire catholique René Confex. Arch. dép. Vienne, E4/53 : 260, 261, 264, 267, 269, 272, 273, 275, 276, 277, 279-281, Minutes notariales d’Aubin Douteau ; minutes notariales de René Douteau, E4/53 : 304-328 ; minutes notariales de René Confex, E4/55 : 43, 45-58.

9 Nous citons les testaments olographes suivants : Testament de Françoise Mignon, le 8 décembre 1660, minutes notariales de Jean Huger, Arch. dép Vienne E4/53 : 397 ; Testament olographe de Jehan Mignon, contre-signé par René Gouin et Pierre Coustin, notaires royaux de Loudun, le 27 juin 1651, Arch. hosp Loudun, carton A1, 2ème liasse ; Testament olographe de Jean Aubineau, le 13 septembre 1676, minutes notariales de René Confex, Arch. dép. Loudun, E4/55 : 53 ; Testament olographe de Suzanne Cesvet, le 18 septembre 1669, minutes notariales de Thomas Aubéry le jeune, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 100. Comparons le préambule du testament de Françoise Mignon avec les préambules des testaments catholiques, dont des exemples se trouvent dans la note 7.

10 Serge Briffaud, « Le Temps de la source : testament et méthodologie en histoire des mentalités », art. cit., p. 20. Voir aussi id., « La Famille, le notaire et le mourant : testament et mentalités dans la région de Luchon (1650-1790) », art. cit., p. 390-392.

11 Citons deux exemples : Testament d’Antoine Heraudier, le 7 juillet 1661, minutes notariales de Jean Huger, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 398 ; Testament de Marguerite Chesneau, le 30 novembre 1685, minutes notariales de René Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 328.

12 En utilisant un multiplicateur de 25 dans les registres des baptêmes de Loudun, on est en droit de supposer que la population de la ville au xviie siècle oscillait entre 8 000 et 10 000 habitants. Les 397 testaments trouvés dans les archives représentent presque la totalité des testaments disponibles pour cette ville pour la période 1605-1685. Nous comparons cet échantillon avec les échantillons suivants : Chaunu, 8244 testaments pour Paris entre 1550 et l’An XIII ; Ramsey, 1230 testaments pour Paris, pour trois périodes, 1543-1544, 1590, et 1630 ; Arthur, 539 testaments pour la campagne des diocèses de Touraine, Champagne, et Chartres, aux xviie-xviiie siècles ; Marle, 420 testaments pour le Valenciennois, entre 1678 et 1700 ; Briffaud, 300 testaments pour la région de Luchon, entre 1650 et 1790 ; et Lafage, 360 testaments pour Montpellier, pour les années 1554, 1562, 1572, 1582, 1592, et 1602. Voir Pierre Chaunu, La mort à Paris, p. 224-225 ; A. W. Ramsey, Liturgy, Politics, and Salvation, p. 2 ; Alain G. Arthur, « Rural Faith and Wills as Evidence of Popular Religion in France », p. 114, 134 ; Catherine Marle, « Le salut par les messes : Les Valenciennes devant la mort à la fin du xviie siècle », p. 46 ; S. Briffaud, « La famille, le notaire et le mourant : testament et mentalités dans la région de Luchon », p. 390 ; Valérie Lafage, « Les Notables devant la mort à Montpellier au xvie siècle », p. 439.

13 Pour 79 de ces 373 testaments, nous étions obligés de consulter d’autres documents dans notre base de données pour déterminer la confession du testateur, car ces 79 testaments eux-mêmes ne donnent pas de détails précis sur cette question.

14 Arch. dép. Vienne, E4/53 : 307, Contrat de mariage entre Pierre Gouin et Marie Carré, le 3 mai 1664, minutes notariales de René Douteau.

15 Voir, par exemple : Testament de Charlotte Fromaget, le 10 juin 1650, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 71 ; Testament de Pierre Guery, le 24 janvier 1646, ibid., E4/53 : 66.

16 Citons les exemples suivants : Testament de Françoise Martin, le 13 novembre 1665, minutes notariales de René Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 308 ; Testament de René Grolleau, le 11 novembre 1677, ibid., E4/53 : 320.

17 Testament de Marthe Le Pelletier, le 13 septembre 1630, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 51 ; Confirmation du testament par Marthe Le Pelletier, le 12 juillet 1631, ibid., E4/53 : 52 ; Cession d’une maison par Marthe Le Pelletier, le 29 mai 1628, ibid., E4/53 : 49.

18 Voir Raymond A. Mentzer, « Disciplina nervus ecclesiae : The Calvinist Reform of Morals at Nîmes », Sixteenth-Century Journal, vol. 18, no1, 1987, p. 89-115 ; « Ecclesiastical Discipline and Communal Reorganization among the Protestants of Southern France : The Case of Protestant Nîmes », European History Quarterly vol. 21, no2 (1991), p. 163-183 ; Robert Schneider, Public Life in Toulouse, 1463-1789 : From Municipal Republic to Cosmopolitan City, Ithaca, Cornell University Press, 1989.

19 Testament de Catherine Thibault, le 26 octobre 1630, minutes notariales d’Aubin Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 276.

20 Dans l’histoire de France, il n’y a pas de prêtre aussi méchant que Pierre Clergue, curé de Montaillou mais quasi-Cathare, un homme qui a donné beaucoup de coups en traître à ses paroissiens, dénonçant ses paroissiens hétérodoxes à l’évêque de Pamiers, extorquant le sexe à ses paroissiennes, etc. Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1982, éd. revue et corrigée.

21 Confessions et catéchismes de la foi réformée, « La Confession de foi des Églises réformées de France dite ‘Confession de La Rochelle’ (1559) », Olivier Fatio (éd.), Genève, Labor et Fides, 1986, article 24, p. 122-123, ainsi que les articles 17 et 18, p. 120-121 ; Discipline ecclésiastique des Églises réformées de France (édition de 1607), « Des exercices sacrés de l’assemblée des fidèles », articles 5 et 6, f°23v ; Isaac D’Huisseau (éd.), La Discipline ecclésiastique des églises réformées de France, Avec les Observations des Synodes Nationaux sur tous les Articles, Et la conformité de ladite discipline avec celle des anciens chrétiens. A quoi l’on a joint la discipline du synode de Dordrecht, La Haye, P. Gosse, 1760, « Des exercices sacrés de l’assemblée des fidèles », articles 5 et 6, p. 350-355 ; synodes nationaux d’Orléans (1563), Figeac (1579), Vitry (1583), Montpellier (1598), Gap (1603), La Rochelle (1607), Charenton (1623), et Alençon (1637), dans Jean Aymon et John Quick, Tous les Synodes nationaux des églises réformées de France ; auxquels on a joint des mandemens royaux, et plusieurs lettres politiques, sur ces matieres synodales, intitulées doctrine, culte concernant les edits de pacification et leurs infractions, La Haye, C. Delo, 1710, t. I, p. 26, 143, 163, 217, 262, 336-338, t. II, p. 350, 547. Voir aussi Andrew Spicer, « ’Rest of Their Bones’ : Fear of Death and Reformed Burial Practices », dans William G. Naphy et Penny Roberts (éd.), Fear in Early Modern Society, Manchester et New York, Manchester University Press, 1997, p. 168 ; Bernard Roussel, « ’Ensevelir honnestement les corps’ : Funeral Corteges and Huguenot Culture », dans Raymond Mentzer et Andrew Spicer (éd.), Society and Culture in the Huguenot World 1559- 1685, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 2001, p. 201.

22 Voir, par exemple, les enregistrements dans le troisième registre pour les dates suivantes : le 15 février 1601, p. 531 ; le 1er mars 1601, p. 532 ; le 17 janvier 1602, p. 552, registre du consistoire de l’église réformée de Loudun, Arch. nat., TT 250, no2. Je remercie M. le pasteur Denis Vatinel de m’avoir prêté son exemplaire du registre.

23 Citons un exemple : « et sil plaist a dieu que ledit [Charles] Hullin son mary la survive elle le prie quil ayt soin de sa sepulture et quelle [la sépulture de ladite testatrice] soit faicte sans fart et hostentation, le conjurant de ne la trister point outre mesure pour son depart et quil se consolle en dieu », Testament de Suzanne d’Espinay, le 10 juillet 1664, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 85. Charles Hullin et Suzanne d’Espinay furent mariés dans l’église réformée de Loudun en 1641, GG 195-197 : Tables des baptêmes et mariages protestants de l’église réformée de Loudun (1566-1608, 1621-1665) ; FDV3H2, Charles Hullin.

24 Par exemple, voir : Testament d’Élisabeth de Tournay, le 21 juillet 1638, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 59 ; Testament de Jeanne Tabart, le 11 juin 1681, minutes notariales de René Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 324.

25 Arch. mun. Loudun, GG 5-29 : Registres des baptêmes, mariages, et décès de la paroisse de Saint-Pierre-du-Marché (1594-1685) ; GG 182-192 : Registres des baptêmes, mariages, et décès de la paroisse de Saint-Pierre-du-Martray (1595-1685) ; GG 195-197 : Tables des baptêmes et mariages protestants de l’église réformée de Loudun (1566-1608, 1621-1685) ; GG 245 : Table chronologique des baptêmes de la paroisse de Saint-Pierre-du-Marché (1593-1678) ; Baptêmes protestants de Loudun 1621/1663 (préparé par Jacques et Janine Moron, édition du 6 juin 1995) ; Baptêmes protestants de Loudun du 14/02/1566 à mai 1608 (préparé par Jacques et Janine Moron ; édition du 23 août 1995).
On hésite à comparer les chiffres pour les testaments protestants et catholiques pour chaque décennie du xviie siècle, comme on le fait selon la table suivante :
Image 100000000000036F000000A17D25E2A5E22D5993.jpgPour les décennies 1646-1655 et 1656-1665, les archives conservent plus d’études de notaires protestants que d’études de notaires catholiques.

26 Voir Prières pendant la sainte messe, vêpres et complies des dimanches et des principales fêtes de l’année, suivies d’un choix des cantiques, Orléans, impr. de G. Jacob, [1861], p. 10, dans Jean Delumeau, Le péché et la peur : La culpabilisation en Occident xiiie-xviiie siècles, Paris, Fayard, 1983, p. 434 et p. 427-446 ; Philippe Ariès, L’homme devant la mort, p. 152-154 ; Cardinal de Richelieu, Les principaux poincts de la Foy de l’église catholique. Defendus contre l’escrit addressé au roy par les quatre Ministres de Charenton. Par illustrissime et reverendissime Cardinal de Richelieu. Dedié au Roy, Rouen, Jean de la Mare, 1630, p. 85-97. Pour un testament qui cite le Purgatoire, voir Testament d’Anne Gogry, le 12 avril 1653, Archives hospitalières de Loudun, carton B 7, 4ème liasse.

27 Admettons que le rôle de Mignon dans l’Affaire Grandier n’est pas tout à fait clair ; quelques historiens lui attribuent un rôle critique dans la mort de Grandier, mais on a de la peine de donner raison à Nicolas Aubin, qui affirme que Mignon a orchestré les possessions des Ursulines. Cependant, en fin de compte, la conduite de Mignon dans l’affaire nous semble équivoque. Voir Robert Rapley, A Case of Witchcraf : The Trial of Urbain Grandier, Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1998, p. 102-108 ; Nicolas Aubin, Histoire des Diables de Loudun ou La Possession des Religieuses Ursulines et de la condamnation et du supplice d’Urbain Grandier Curé de la même ville, Amsterdam, Abraham Wolfgang, 1693, p. 27 ; Acquêt d’un bâtiment pour la Maison de Charité de Loudun, le 6 avril 1648, Archives hospitalières de Loudun, carton A1, 12ème liasse ; Testament olographe de Jehan Mignon, contre-signé par René Gouin et Pierre Coustin, notaires royaux de Loudun, le 27 juin 1651, Arch. hosp. de Loudun, carton A1, 2ème liasse ; Donation faite par Jehan Mignon au profit de la Maison de Charité, le 9 avril 1672, Arch. hosp. de Loudun, carton A1, 2ème liasse ; Inventaire après décès et partage de Jehan Mignon, le 1er octobre 1674, minutes notariales de René Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 317.

28 Testament de Marthe Puyperaux, le 30 mai 1673, minutes notariales de Thomas Aubéry le jeune, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 107.

29 Dans quelques testaments, on trouve des testateurs protestants qui ont laissé des legs à leurs serviteurs domestiques, et il se peut que la plus grande partie de ces serviteurs étaient catholiques. Prenons l’exemple de Claude Coquillon veuve de Jean Roy sieur du Jay. Elle laisse un legs à sa servante Michelle Guillaudeau. On est en droit de supposer que ladite Guillaudeau était catholique. Après tout, la plupart des serviteurs domestiques pendant cette période à Loudun étaient catholiques, au moins pour la période entre 1598 et 1665. Cependant on a de la peine à identifier de manière plus précise la religion de Guillaudeau : Testament de Claude Coquillon, le 24 novembre 1678, minutes notariales de René Confex, Arch. dép. Vienne, E4/55 : 55 ; Sur les serviteurs de Loudun, voir E. Bezzina, After the wars of Religion : Protestant-Catholic Accomodation in the French Town of Loudun, 1598-1665, University of Toronto, 2004, p. 395-403.

30 Testament de Françoise Bonneau, le 14 avril 1640, minutes notariales d’Aubin Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 281.

31 Testament de Marie Douteau, le 10 janvier 1646, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E. 4/53 : 67 ; Accord entre Catherine de Guigné veuve de Jehan Gaillard et Marie Douteau, 17 décembre 1646, Ibid., E4/53 : 67 ; Baptême de Marie Douteau, le 4 décembre 1613, registres des baptêmes de St. Pierre du Martray, Arch. mun. Loudun, GG 8.

32 Testament de Guillemine de Burges, le 23 avril 1630, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 51 ; Acte de baptême de Perrine Leconte, le 26 décembre 1621, registres des baptêmes de Saint-Pierre du Martray, Arch. mun. Loudun, GG 9 ; FDV41B1, Barthélemy de Burges ; Acte de mariage entre Gervais Savatier et Perrine Leconte, le 25 juin 1645, registres des mariages de Saint-Pierre-du-Marché, Arch. mun. Loudun, GG 15.

33 Sur la rareté des mariages mixtes à Loudun, voir E. Bezzina, After the wars of Religion, op. cit., p. 371-383. Pour des exemples de testaments avec des légataires co-religionaires, voir : Testament de Mathurine Rousseau, le 2 avril 1635, minutes notariales d’Aubin Douteau, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 279 ; Testament de Pierre Allain, le 29 août 1665, minutes notariales de Thomas Aubéry le jeune, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 94.

34 Testament de Jean Angevin, le 11 décembre 1644, minutes notariales de Thomas Aubéry l’aîné, Arch. dép. Vienne, E4/53 : 65.

35 Bezzina, After the wars of Religion, op. cit., p. 367-383.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les notaires royaux de Loudun et leurs testateurs
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© LARHRA, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search