Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- II - Diversité des formes de coexistence confessionnelle au xviie siècle

Les relations entre protestants et catholiques dans le marché du crédit parisien au xviie siècle

Christian Aubrée

Texte intégral

  • 1 Voir Emmanuel-Orentin Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, Paris, Librairie Fischbache (...)

1Étudier les réformés de Paris au xviie siècle, c’est accepter de s’engager dans une aventure risquée et pas toujours gratifiante, en tout cas singulière dans ses méthodes. En effet, nous ne disposons que de documents indirects ou de copies partielles de ce qui constitue la base des études classiques sur les Églises protestantes du royaume, surtout depuis que se sont éteints les souvenirs des érudits qui avaient pu consulter les registres des Baptêmes, Mariages et Sépultures de l’Église de Charenton, détruits avec les registres catholiques lors de la Semaine sanglante, à la fin de la Commune (21-28 avril 1871). Aussi la communauté réformée parisienne a-t-elle été largement oubliée par l’historiographie : nous devons pour le moment nous contenter de travaux souvent anciens1.

  • 2 Sur ces questions méthodologiques de repérage et d’identification des réformés à partir du Minutier (...)

2Il a donc été nécessaire de mettre en oeuvre une enquête à partir de la seule source massive dont on dispose à Paris, les sources notariales, et d’élaborer patiemment des instruments de méthode particuliers. Le Minutier Central des notaires parisiens a été exploité depuis 15 ans par un groupe d’étudiants réunis autour de Michelle Magdelaine et encadrés à Paris I, Paris IV et Paris X. Ces travaux nous permettent de mieux identifier des familles réformées dans la capitale et de suivre leurs affaires, avec les incertitudes que pose ce type de démarche2.

3Dans une ville qui sort des guerres de religion, marquée par un lourd passé en termes de haine religieuse, où la disproportion en défaveur des réformés est écrasante et se renforce tout au long du xviie siècle, l’interrogation des liens avec les catholiques est bien évidemment apparue dans tous ces travaux comme un enjeu crucial. La division confessionnelle joue-t-elle dans les relations entre personnes dans un contexte (relativement) apaisé ? À quelle occasion et pourquoi est-il important pour un catholique de se souvenir que son vis-à-vis est réformé, de jouer de cette différence ? À l’inverse, quand est-il utile de passer sous silence cette distinction ? Que veut dire pour lui le fait de s’adresser à un membre de la confession protestante quand il a, de toute évidence, toute possibilité pour choisir un coreligionnaire ?

  • 3 Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix : une écono (...)

4Quand on entre dans le détail des liens interpersonnels que l’on peut reconstituer, on s’aperçoit que ces questions sont complexes et que les réponses sont éminemment variables selon les situations locales, la période et les évolutions de la législation royale. La piste de réflexion que j’envisage ici concerne les relations économiques et plus particulièrement les opérations de crédit telles que les laissent entrevoir les minutes notariales parisiennes. Elle revient à se demander si le marché du crédit, décrit par Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal3, est structuré par ce clivage. Quand on étudie la coexistence religieuse, cette question offre des éclairages intéressants puisqu’elle suppose des relations d’affaires approfondies entre les contractants sur le long terme. Elle revient à se demander si les réformés parisiens prêtent ou empruntent surtout à des coreligionnaires (ce qui serait l’indice d’une certaine fermeture), ou s’ils sont intégrés (de bonne grâce ou non) dans les circuits financiers habituels de la population de la capitale.

5Lorsque l’on ouvre une liasse du Minutier Central des notaires parisiens, 70 à 80 % des actes concernent les affaires de crédit (constitutions, obligations, quittances, transports...). Bien entendu, ils apparaissent moins passionnants à étudier que des contrats de mariage, des testaments ou des inventaires après décès, et fournissent, pris un à un, beaucoup moins d’informations. Mais il s’agit ici de montrer comment faire parler, en les combinant entre eux, ces documents plus arides et que les historiens pourraient avoir tendance à négliger. Même si ces actes sont par nature répétitifs et n’apportent qu’une information limitée par eux-mêmes (montant, taux d’intérêt, date de l’échéance et du remboursement, biens hypothéqués), la proportion qu’ils occupent dans les liasses empêche que les historiens puissent se permettre de les laisser de côté. Le but de cet article est de montrer quelques pistes de réflexion sur la façon dont il est possible d’utiliser de telles sources en les interrogeant à partir de nouvelles perspectives.

  • 4 Cette obligation est mentionnée dans une déclaration d’Urbain Maillé-Brézé : Arch. nat., MC, étude (...)
  • 5 Ce sont des actes qui constituent un syndicat de créanciers destiné à agir collectivement devant le (...)
  • 6 L’affaire de la succession Bellehache, interminable comme beaucoup d’autres, est attestée dès 1671  (...)
  • 7 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 32, 19 juillet 1670.

6La ville de Paris, particulièrement grâce à ses notaires, structure une bonne partie du marché du crédit du royaume avant le développement de la banque en France. La circulation des papiers de crédit y est intense et l’imbrication des dettes et des créances est telle qu’elle fait naître des conflits ou des solidarités d’intérêts parfois surprenants. Au-delà des exemples emblématiques de la circulation de l’argent, comme l’obligation des 19 000 livres que contracte Richelieu auprès de l’avocat du roi réformé Jean Galland4, les directions de créanciers5 lésés par la banqueroute personnelle d’un débiteur et qui tentent de récupérer une part de leurs biens montrent que, pour une bonne part, catholiques et réformés sont impliqués dans un ensemble commun de créances et de dettes. Par exemple, la difficile succession du catholique Toussaint Bellehache, seigneur de Boismilon, voit s’allier pour la protection de leurs intérêts six réformés (puis nouveaux convertis) et onze catholiques (dont deux prennent pour procureurs des protestants) ; ils confient la direction de leurs créances à l’ancien échevin (bien sûr catholique) Pierre de Beine, ainsi qu’au réformé Salomon Domenchin6. Les principaux créanciers du réformé Jean de Mazis, seigneur de Tilly, sont quatre catholiques et trois réformés ; leur syndicat est dirigé par deux catholiques et un protestant7. Il semble que la part préférentielle que les protestants parisiens accordent à leurs coreligionnaires dans ces affaires de crédit (elle existe même si elle est encore difficilement chiffrable) dépend plus des solidarités familiales, des rencontres mondaines et des discussions nouées à Charenton que d’une volonté de fermer la porte aux catholiques.

7Compte tenu de la difficulté et de l’ampleur des dépouillements encore à réaliser, il serait présomptueux de présenter des résultats chiffrés au sein d’une recherche encore en cours. Travailler sur les rapports entre le crédit parisien et les réformés de la capitale, ce n’est pas déterminer si telle ou telle minorité religieuse dispose d’une compétence ou d’une appétence particulière pour le maniement de l’argent. Il ne s’agit pas non plus d’essayer de faire dire à ces actes de constitutions de rente, de transports, d’obligations autre chose que le montant de la dette contractée par untel envers untel et les modalités du paiement des intérêts et du remboursement, même si la situation pécuniaire d’un individu à un moment donné peut éclairer son attitude de façon singulière. Mon but est de comprendre comment un prêteur potentiel a su qu’une autre personne avait besoin d’emprunter une somme d’argent, pourquoi l’affaire s’est faite, et ce que cela recouvre en termes de relations suivies entre l’un et l’autre. Cette question éclaire les relations au sein de la communauté réformée parisienne, et, pour ce qui nous occupe ici, les relations avec la majorité catholique. En ce sens, la question de la coexistence ne peut se définir seulement dans les termes réducteurs de tolérance/intolérance.

  • 8 Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix, op. cit., (...)

8À en croire Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, dans un échantillon de 1662, 58 % des actes de crédit sont contractés entre des personnes qui partagent au moins une caractéristique commune, selon les renseignements fournis par l’acte : ils appartiennent à la même famille, ont des relations professionnelles ou habitent la même rue8. Le marché du crédit est donc au xviie siècle encore organisé sur la base de la proximité : sans organisme centralisé capable de réguler ces affaires et de donner aux prêteurs et aux emprunteurs la confiance nécessaire à ces transactions, il est nécessaire de connaître celui avec lequel on fait affaire. L’intermédiaire auquel on s’adresse doit être à la fois bien informé de la situation des uns et des autres, et suffisamment discret.

  • 9 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, Tome I, p. 606, Paris, La Pléiade, éd. Antoine Adam, 1960 (...)

9Dans ces conditions, l’appartenance à une même communauté minoritaire, soumise à une législation différente et qui se vit comme fragilisée, constitue pour un réformé parisien une caractéristique de poids. L’élite sociale des protestants de l’Église est numériquement si faible que chaque famille cousine ou s’allie par mariage avec la majeure partie des autres : chacun parle avec chacun dans les salons mondains ou entre les deux cultes de Charenton et en connaît les secrets. Cette proximité permanente est abondamment illustrée par les Historiettes de Gédéon Tallemant des Réaux, dont il n’est pas anodin qu’il fasse partie d’une famille de banquiers : ce qu’il sait des turpitudes morales et des successions difficiles de ses coreligionnaires, ses oncles et cousins restés dans la banque le savent aussi, même si l’usage qu’ils en font est tout différent. Tallemant dévoile par exemple la situation financière de la famille Bruneau et une part de sa stratégie d’alliances par un acte notarié, supposé secret : « Elles [ses deux filles] avoient du bien ; leur partage à chacune a monté à cinquante cinq mille escus»9.

  • 10 Les catholiques paient un droit à la confrérie, mais les réformés le déboursent « pour les affaires (...)

10Les dépouillements effectués concernent presque exclusivement le faubourg Saint-Germain-des-Prés qui a l’avantage d’accueillir un grand nombre de réformés, surtout à partir des années 1620, tant ceux-ci jouent un rôle important dans le lotissement du quartier. Or les institutions présentes dans le faubourg (les communautés de métiers, par exemple) ne constituent pas un obstacle pour la coexistence entre catholiques et réformés. On trouve ainsi des exemples de partage du pouvoir qui sont proprement inimaginables à l’intérieur des remparts : le 25 avril 1654, 46 membres de la communauté des maîtres tissutiers rubaniers du faubourg se réunissent chez le notaire Jean Marreau pour « éviter à l’advenir les inutilles et extraordinaires despences qui se sont cy-devant faites en la réception des aspirants en ladite maîtrise dudit mestier ». Dans ce but, ils signent un accord qui crée un jury « mi-partie » de deux bacheliers catholiques et deux réformés, assistés de quatre maîtres catholiques et quatre protestants, pour l’obtention du grade de maître10.

  • 11 On rappellera que les protestants constituent à l’époque entre 3 et 4 % de la population parisienne (...)
  • 12 Et futur notaire lui-même (Arch. nat., MC, étude CXVIII, rue Saint-Germain l’Auxerrois).
  • 13 L’étude de Desnotz (notée CXII) est située rue de la Verrerie, dans cette même paroisse Saint-Médér (...)
  • 14 Arch. nat., MC, étude CXII, liasse 325.

11La première impression que l’on retire à la lecture des actes de crédit passés dans le faubourg par les réformés parisiens est celle d’un net renfermement communautaire : pour la décennie 1660 dont j’ai dépouillé les minutes, 58 % de ces actes concernent des protestants dans toutes leurs parties prenantes (et 67 % lorsqu’il n’y a que deux contractants), alors que 42 % franchissent une barrière confessionnelle à première vue bien haute11. Mais cette impression tient largement de l’apparence : parmi les critères retenus par Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, la famille est de loin le plus efficace. Les stratégies familiales (pour l’achat d’une terre, d’un office ou pour aider un parent dans une situation difficile et que l’on ne veut pas voir déchoir pour l’honneur de la famille), les mariages (par le versement des dots) ou le règlement des successions (par le versement des douaires ou le remboursement des créanciers) expliquent une part importante de ces prêts. Aussi, si l’on écarte les actes entre membres d’une même famille, on ne compte plus que 41 % des prêts à l’intérieur de la communauté réformée. Le chiffre marque une nette préférence intra-communautaire, mais ne peut masquer que le choix de ces protestants s’ouvre largement vers les catholiques. Un exemple illustre la bonne circulation qui existe entre catholiques et réformés au sein du marché parisien du crédit : en 1641, les Lazaristes, avec Vincent de Paul à leur tête, veulent acheter deux maisons dans le faubourg Saint-Denis. Pour cela, ils contractent le 6 septembre 1641 une rente auprès de Claude et Marie Sadot, le frère et la soeur du clerc de notaire Adam Sadot12. La rente passe ensuite à des marchands, qui la revendent à Jean de Sainctan, un prêtre habitué de Saint-Médéric (Saint-Merry), lequel la cède au réformé Salomon Domenchin, clerc de notaire chez Jean Desnotz, en novembre 165113. Le 29 novembre 1653, Domenchin cède cette rente à… Jean Ruffeneuille, prêtre chapelain à Saint-Jacques-du-Haut-Pas14.

12On comprend d’ailleurs assez bien ce type de circulation qui passe indifféremment par catholiques et réformés : on ne voit pas pourquoi les uns se priveraient de faire des affaires avec les autres. D’ailleurs, du point de vue des protestants, il s’avère bien vite que se renfermer au sein de ses coreligionnaires est une position intenable, et le nombre de prêteurs et d’emprunteurs potentiels est si restreint que la circulation des capitaux manquerait de fluidité : selon les moments, des fonds se retrouveraient inoccupés, quand, à d’autres moments, les preneurs éventuels ne pourraient trouver les sommes dont ils ont besoin.

13Les actes de crédit ne sont pas des actes économiques comme les autres : par leur caractéristique même, sans institution bancaire qui puisse garantir les pertes des uns et des autres, ils supposent d’accepter un risque potentiel (ne pas revoir son argent pour le prêteur, perdre sa réputation, le bien hypothéqué, et parfois sa liberté pour le preneur). Un créancier a donc besoin de renseignements sur la solvabilité de son débiteur, de suivre les résultats de l’investissement de celui-ci, d’avoir une idée sur les clauses de son acte de mariage et sur les espérances de sa succession pour se rassurer avant de prêter, ou pour déclencher au plus tôt des poursuites judiciaires en cas de banqueroute. Si un débiteur meurt, ses créanciers doivent en effet le savoir très tôt pour pouvoir se signaler parmi les premiers au commissaire du Châtelet qui appose les scellés, et espérer bénéficier d’une part de la succession du défunt. Ces actes supposent donc une circulation régulière d’informations, au moment de la signature du contrat, pour que l’affaire soit conclue, mais aussi jusqu’au remboursement, lequel peut être très tardif, et très décevant, si l’on lit les innombrables et interminables procès que suscitent ces questions.

  • 15 Hassen El Hannabi, Être notaire à Paris sous Louis XIV : Henri Boutet, Tunis, Faculté des Sciences (...)
  • 16 Arch. nat., MC, étude XX, rue du Mail, pointe Saint-Eustache.
  • 17 Marie-Françoise Limon, Les notaires au Châtelet de Paris sous le règne de Louis XIV, Toulouse, Pres (...)
  • 18 Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne : La dynastie Le Couteulx, Pa (...)

14C’est pour cette raison que l’attitude du notaire est particulièrement importante. Avec ses clercs, souvent aussi des successeurs qui construisent ainsi leur future clientèle15, il est en effet l’intermédiaire très largement privilégié pour ce type de transactions : il sait quelle confiance on peut accorder à la situation financière d’une famille, il connaît le montant probable de la succession de tel ou tel, il sait qui a besoin d’investir et qui a de l’argent disponible ; lui seul peut avoir été mis au courant que le bien qui doit garantir le prêt a été ou non hypothéqué. Il est le premier au courant des affaires prometteuses, et sait y investir personnellement : Adam Sadot a fourni, on l’a vu, l’occasion d’une bonne affaire à son frère et sa soeur, mais le contrat de rente est, par ailleurs, cosigné par le notaire Guillaume Le Roux16, dont la soeur est Geneviève Le Roux, épouse de Claude Sadot et codétentrice de la rente. Dans l’installation d’un notaire, la clientèle atteint souvent les deux tiers, parfois plus, du prix de l’office17. En effet, ce sont aussi des secrets de famille que l’on achète, que l’on vole parfois. Ainsi, l’étude de Simon (II) Moufle est cambriolée en octobre 1652 parce qu’une personne indélicate veut s’emparer des papiers préparatoires à l’établissement de l’inventaire après décès du gros marchand Jacques I Le Couteulx18.

  • 19 Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, 1911, Genève, Slatkine-Mégariot Reprints (...)
  • 20 Tous ces documents sont publiés dans les Pièces justificatives du livre de Jacques Pannier.
  • 21 Fernand de Mallevouë (éd.), Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1611 par devant Maîtr (...)

15La relation des clients, notamment les réformés, avec leurs notaires est donc cruciale. Dans ces conditions, se pose la question des notaires et du protestantisme. On connaît au xviie siècle un seul notaire protestant à Paris : Jean François exerce de 1592 à 1610 place Maubert, mais, pour des raisons évidentes, ne déclare son appartenance à la religion réformée qu’en 1598. Il est bien connu par Jacques Pannier, qui publie nombre de ses actes dans le premier volume de son étude sur les protestants parisiens19, puis par les dépouillements d’Arnaud Dubois. S’il recueille une notable partie des actes les plus emblématiques des membres de l’Église (comme le mariage de Marguerite de Béthune et d’Henri de Rohan, ou l’achat du terrain sur lequel est bâti le temple de Charenton)20, et s’il occupe une place incontestablement privilégiée dans le choix de ses coreligionnaires, il ne dispose jamais d’une exclusivité totale ; par exemple, Sully enregistre ses actes chez un autre notaire, que tout désigne comme catholique, Simon Fournyer21.

  • 22 À en croire les députés généraux de la R.P.R. en 1610, il « a toujours été veu de fort mauvais oeil (...)

16À la mort de Jean François en 1610, l’attitude des réformés dans le choix de leur notaire devient difficilement repérable durant plusieurs années, avant que ne se mette en place un schéma plus complexe, mais dont l’existence même démontre qu’un réseau de notaires proches leur est nécessaire. La présence d’un religionnaire en leur sein ayant été très fortement contestée par la Chambre des notaires du temps de Jean François22, la clientèle réformée du faubourg se répartit entre différents praticiens, mais privilégie nettement un ou deux d’entre eux, sans doute à la suite des grands seigneurs protestants : le rôle de Marie de La Tour d’Auvergne et de ses procureurs dans la clientèle de Claude Perlin semble ainsi avoir une importance notable dans l’attrait que celui-ci suscite chez les autres réformés de Saint-Germain-des-Prés dans les années 1620. Le développement du faubourg autour des hôtels particuliers, et notamment des grands seigneurs protestants, y accroît le nombre de notaires qui se répartissent les clientèles. Lorsque Nicolas Charles s’installe en 1632, il achète à un prix élevé une clientèle à son beau-père et prédécesseur François Capitain, parce qu’il sait pouvoir compter, entre autres, sur la pratique des nombreux réformés du faubourg, dont Capitain, associé de Perlin, s’est fait une spécialité.

  • 23 Il est à ma connaissance le seul de tout le siècle, comme semble le confirmer les réactions scandal (...)
  • 24 Arch. nat., MC, étude XCVIII, rue Neuve Saint-Lambert, paroisse Saint-Sulpice
  • 25 Arch. nat., MC, étude CXII, rue des Arcis, paroisse Saint-Merry.
  • 26 Et la destinée particulière des Domenchin et de leurs difficultés pécuniaires montre que l’investis (...)

17À la fin des années 1640, ce système relativement stable et lisible (des actes dispersés un peu dans toutes les études, mais quelques notaires néanmoins privilégiés pour canaliser les informations propres à la clientèle protestante) est perturbé par l’influence croissante de Salomon Domenchin, un clerc de notaire réformé23 qui tente à plusieurs reprises de devenir notaire lui-même. Clerc chez Jean Marreau24 depuis 1636, il y capte à son profit la clientèle protestante avant de l’apporter à Jean II Desnotz25, par un contrat de société qui débute en 1649. La perte sèche est grave pour Marreau, mais elle l’est plus encore pour Nicolas Charles, qui craint de ne plus pouvoir rentabiliser l’achat de sa clientèle et se révèle le plus acharné des opposants à Domenchin dans sa tentative pour devenir notaire. La logique de celui-ci est claire : s’il engage des frais importants pour acheter un office, alors même que sa famille n’est pas des plus fortunées, s’il accepte de braver une très antiprotestante Compagnie des notaires, c’est que les gains qu’il espère sont à la hauteur des difficultés qu’il s’attend à surmonter et des risques qu’il prend26. Il espère bien contrôler la clientèle réformée du faubourg, si ce n’est d’une bonne partie de Paris. Ce contrôle n’est d’ailleurs rentable sur le long terme que si cette clientèle lui est fidèle et qu’elle vient en nombre, sur sa seule qualité de coreligionnaire. Le raisonnement de Domenchin se bâtit donc sur l’idée qu’il sera préféré à tout autre notaire, notamment à propos des actes de crédit, parce qu’il est mieux que quiconque à même d’entrer dans les secrets de famille des réformés parisiens, de ne pas les trahir et de fournir aux uns et aux autres de bons placements. Or, ce raisonnement lui semble si solide qu’il bâtit toute sa carrière et toute sa vie sur cet espoir, et qu’il obtient dès le début le soutien de son père, qui l’envoie travailler comme clerc à moins de quinze ans. Autrement dit, la stratégie de Domenchin plaide fortement en faveur de l’hypothèse selon laquelle l’élite protestante parisienne veut le plus possible concentrer ses affaires en son sein, même si elle sait qu’un enfermement complet est entièrement impossible. Il est même financièrement peu souhaitable, puisqu’il complique sa participation, entre autres, aux lucratives fermes fiscales.

  • 27 Arch. nat., V6 396.
  • 28 Arch. nat., X1a 5882, arrêt de la Chambre de l’Édit du 4 juillet 1662, f°344-336.
  • 29 Arch. nat., registre des délibérations et arrêtés de la Chambre des notaires au Châtelet de Paris ( (...)

18Très vite, de nombreux obstacles se dressent devant l’ambition de Salomon Domenchin. Outre l’antiprotestantisme de la Compagnie des Notaires, son apparition dans le jeu brouille les cartes et déstabilise la répartition de cette clientèle entre les études. Plus grave encore, et plus injuste aux yeux des autres notaires, et notamment de Nicolas Charles, Domenchin, parce que protestant, acquiert et capte en effet gratuitement sa clientèle. Les opposants sont donc très actifs : une plainte, déposée auprès du Châtelet lorsque Domenchin veut être reçu notaire, aboutit à un arrêt du Conseil privé qui casse ses lettres de provision (12 décembre 1659)27 et lui interdit de devenir notaire. La Compagnie lance une nouvelle procédure quand lui sont révélés les contrats de société qu’il a passés avec plusieurs notaires. Par un arrêt de la chambre de l’Édit de Paris (4 juillet 1662), des sanctions très dures sont prises : les sociétés sont cassées et une amende de 3 000 livres est infligée à tout notaire qui voudrait s’associer à Domenchin28. En 1665, Nicolas Charles va jusqu’à accuser Domenchin d’avoir « destourné » un agonisant réformé « de la résolution qu’il avoit prise de se convertir en la foy catholique, apostolique et romaine, de laquelle maladie led. Particulier seroit décédé sans assistance »29. L’accusation n’a pas de suites judiciaires (elle semble n’avoir été qu’une pure invention), mais sa gravité témoigne de la hargne avec laquelle Charles veut se débarrasser de son rival.

  • 30 Arch. nat., registre des délibérations et arrêtés de la Compagnie des notaires au Châtelet de Paris (...)

19Si les institutions ont empêché Domenchin de mener à bien son projet, et le contraignent à agir de façon clandestine, la fidélité de ses coreligionnaires n’a cependant pas été démentie. Sa position reste donc bien établie dans le faubourg et suscite au bout du compte la convoitise. Parmi les notaires de Saint-Germain-des-Prés, l’ascendant qu’il exerce sur une clientèle « captive » ne dérange pas tout le monde et, sur une période de trente ans, une dizaine de notaires brave ouvertement les interdits de la Compagnie pour bénéficier du rôle d’intermédiaire que joue Domenchin. Au milieu des années 1660, Domenchin contrôle en réalité deux études en sous-main, et Claude (III) de Troyes peut répondre avec hauteur à une convocation de la Compagnie en 1675 : « led. De Troyes a dict estre vray qu’il recevoit quelquefois des contrats pour des parties qui lui estoient adressées par led. Domenchin comme font d’aultres notaires a qui il en adresse, non a sa relation, et ainsy qu’il ne peut se soumettre de n’en plus recevoir lorsqu’il s’en presentera »30.

  • 31 Il fait partie des notables de la paroisse Saint-Sulpice à convoquer de toute urgence après la Révo (...)

20L’intérêt pécuniaire des notaires a toute sa place dans leur volonté d’enregistrer sans difficultés et sans vergogne les actes passés chez Domenchin en toute illégalité. Il faut pourtant remarquer que ces mêmes notaires sont au même moment les marguilliers de Saint-Sulpice, bastion de la Contre-Réforme depuis Jean-Jacques Olier : Nicolas Boindin, élu à deux reprises en 1660 et 1662, Antoine Huart en 1675, Claude Levasseur en 1678. Leur élection à ce poste n’a en rien été entravée par leur collusion avec Domenchin et les procès qu’ils ont perdus à ses côtés. En réalité, tout le monde, y compris la monarchie, connaît le rôle de Domenchin, et les autorités ont renoncé à l’empêcher d’exercer. En 1685, l’empressement avec lequel le pouvoir cherche à le convertir31 montre l’influence que le commissaire du Châtelet lui reconnaît auprès des réformés du faubourg, autant qu’il est un aveu de son impuissance à faire respecter les arrêts du Conseil du roi et du Parlement.

21Durant ces années, Domenchin est devenu un personnage structurant du marché protestant du crédit parisien, qui s’est par son action peu à peu distingué du marché global. Il détient plusieurs dizaines de procurations, est avec son frère tuteur de plusieurs successions difficiles, passe en général une centaine d’actes par an pour son propre compte, en son nom ou par l’intermédiaire de prête-noms, et fait transiter les opérations de crédit des réformés parisiens par les études de ses notaires associés. Il y a là une concentration inédite de ce marché dont il faudrait étudier s’il les fait agir de façon distincte de la majorité catholique.

22Le fait est bien connu par Daniel Dessert : le secret de la réussite ou de l’échec des traitants réside dans leur capacité à amasser à leur profit les capitaux des grands seigneurs pour participer aux adjudications des fermes royales. C’est ainsi que s’est constitué un groupe essentiel pour le marché du crédit parisien : celui des domestiques des grands seigneurs (chargés d’affaires, intendants, secrétaires des finances, secrétaire des commandements), qui ont reçu leurs procurations et sont ainsi chargés de conclure de fructueuses affaires au nom de clients qui disposent de larges liquidités et ont plus souvent encore besoin d’emprunter d’énormes sommes. Salomon Domenchin le sait bien, lui qui est clerc de notaire, officiellement de 1636 à 1659, mais aussi, à partir de 1653, secrétaire de finances du duc d’Orléans. La clientèle des domestiques du duc s’avère durant de nombreuses années aussi captive que l’est celle des religionnaires du faubourg : l’une et l’autre le suivent assez docilement lorsqu’il décide de changer d’associé parmi les notaires.

  • 32 Récent converti (1652).
  • 33 Arch. nat., MC, étude CXII, liasse 325, 13 août 1653, arrêté de compte entre David Domenchin, la ma (...)
  • 34 Le marquis de Cramail est régulièrement embastillé dans les années 1630 pour sa participation à des (...)
  • 35 Arch. nat., MC, étude CV, liasse 578.
  • 36 Arch. nat., MC, étude LI, liasse 63, 15 mars 1621.
  • 37 Voir de multiples actes chez Claude Perlin, étude CV, liasses 575 à 577.
  • 38 Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Edit de Nantes : La Chambre de l’Édi (...)
  • 39 Arch. nat., MC, étude VI, liasse 433, 18 juin 1626.
  • 40 Arch. nat., Z 1a 515 et Z 1a 516 : États des gages des officiers de la maison du duc d’Orléans, reg (...)

23Ces personnages ont un poids important au sein de la communauté réformée parisienne, comme en témoigne leur rôle majeur dans le consistoire de Charenton, où sont élus pour des longues années Pierre Marbault, secrétaire de Duplessis-Mornay, Jean de Massanes et son fils Antoine, Antoine Galland, Jacques de Rozemont père et fils, intendants des finances des ducs de La Trémoïlle, ou François de Netz, intendant de François de La Rochefoucauld. Or, ils sont employés de façon presque indifférenciée chez les aristocrates catholiques comme religionnaires. David Domenchin s’installe à Paris en 1615 comme intendant des affaires du prince d’Épinoy, mène pour lui ses procès et gère ses finances. Quand il abandonne ses affaires à ses fils Pierre et Salomon en 1653, il est à la fois le secrétaire des finances du duc de La Force depuis plus de vingt ans32, mais aussi celui de Charlotte d’Escoubleau33, épouse du très dévot marquis de Cramail34. Henri de Lévis, duc de Ventadour, prince ultra catholique s’il en est, emploie un nombre important de réformés de haut rang dans les années 1620. Son intendant des finances est, entre 1620 et 1623 au moins, Jean de Massanes, ancien du consistoire de Charenton35, qui, en son nom, constitue mille livre de rente à Adrienne Gamin, veuve du secrétaire du roi Jean de Creil36. Son secrétaire, qui dispose de sa procuration, est, au moins de 1626 à 1628, Abel de Suc37, fils d’un conseiller réformé à la Chambre de l’Édit de Castres dont la loyauté à l’égard du roi lors des Guerres de Rohan lui vaut un brevet de président38. Suc reçoit ainsi la quittance de son versement de deux mille livres de la part du trésorier général des Fermes Pierre Veillard39. De la même façon, sans compter la totalité de l’imposant entourage réformé que s’est bâti Gaston d’Orléans (dont le médecin Abel Brunier ou l’architecte François Ponsard), on peut noter la présence d’au moins six secrétaires des finances protestants dans sa maison dans les années 1650 (Domenchin, Nicolas Lejeune, Abel Lemaistre, Jacques Imbert, Pierre Imbert et Samuel Souchet de La Guillerie), un personnel que son neveu Philippe semble reprendre intégralement en dépit d’une forte réduction de personnel après 166140.

  • 41 Arch. nat., 402 AP/12, lettre du 28 avril 1618.
  • 42 Ibid., lettre du 24 janvier 1615.
  • 43 Ibid., lettre du 2 mai 1615.
  • 44 Ibid., lettre du 20 juin 1615.

24L’activité de secrétaire des finances ou d’intendant est tout d’abord financier et économique. C’est par ce biais qu’on peut en repérer les traces dans le Minutier : trouver des preneurs pour les maisons et les immeubles possédés à Paris par son employeur, ou un fermier pour telle métairie ; découvrir des emprunteurs lorsqu’il faut placer des liquidités ; dénicher un prêteur, de préférence complaisant, pour s’endetter ; repérer enfin des investissements fructueux dans les traites et les finances royales. En d’autres termes, il suppose des contacts personnels journaliers avec des catholiques, comme ceux que noue Domenchin qui, au plus fort de sa prépondérance sur la clientèle réformée du faubourg, n’en continue pas moins à accueillir une majorité de catholiques dans son étude. Mais le rôle de ces secrétaires et intendants est tout autant celui d’un informateur du seigneur, d’un représentant permanent à Paris lorsque celui-ci est dans ses terres, parti suivre la Cour ou faire la guerre. Pierre Marbault est ainsi un chroniqueur fidèle des principaux événements de la Cour, de l’Europe et parfois même au-delà : il peut par exemple, en raison de sa proximité avec l’ambassadeur des Provinces-Unies, raconter avec force détails l’attaque du galion de Manille par les navires de la Compagnie des Indes41 et en anticiper les conséquences politiques, mais aussi économiques. Il est également le mandant direct à Paris de Duplessis-Mornay, et suit ainsi ses affaires. Il signale très tôt l’enregistrement de l’Édit des Monnaies, ce qui « lèvera tout prétexte à M. Gruget »42, un catholique, de poursuivre en justice ; Marbault demande également des instructions et des précisions sur l’obligation que celui-ci a contractée43, et enfin lui envoie par courrier la grosse de l’obligation des 42 000 livres que Marbault a signée en son nom44.

25Dans ce milieu non plus, la fracture confessionnelle ne joue guère. En témoigne par exemple la longévité de certaines carrières : Salomon Domenchin reste au service des deux ducs d’Orléans de 1653 à sa mort en 1695. La conversion en 1628 du duc de La Trémoïlle ne l’empêche en rien de conserver à son service Jacques de Rozemont jusqu’à la mort de celui-ci, en 1653, puis de prendre à son service Pierre Domenchin, et Jacques de Rozemont fils jusqu’à la Révocation.

  • 45 Françoise Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988 et Daniel Desser (...)
  • 46 « Le consortium protestant dans lequel évoluent les Daliès […] représente 50 % des financiers prote (...)
  • 47 Ibid, p. 208-209.
  • 48 Voir la notice biographique dédiée à cet aspect du personnage dans Daniel Dessert, op. cit., p. 668 (...)

26Au fur et à mesure de l’implication croissante de l’État monarchique dans le marché du crédit et de l’organisation d’un milieu puissant de financiers qui accaparent une part croissante des capitaux disponibles, le lien de ceux-ci avec le pouvoir s’avère vital45. Dans une position de faiblesse croissante par rapport aux syndicats de traitants catholiques, les financiers réformés ont, par la nécessité d’atteindre un poids financier crédible aux yeux de la monarchie autant que par le jeu des alliances familiales46, une tendance de plus en plus forte à se grouper entre coreligionnaires : Monceau fonde un syndicat avec Bigot, Daliès, Sarrau, Louvigny et Rambouillet, mais doit vivre avec les ultra-catholiques regroupés derrière Thomas Bonneau47. On sait que le mythe du réformé financier a depuis longtemps été éventé, mais l’insistance de Seignelay à s’assurer de la conversion des financiers et banquiers reflète le poids que ceux-ci exercent aux yeux de la monarchie sur le reste de la communauté protestante parisienne au moment de prendre la décision de se rallier à la confession majoritaire. Dans le même esprit, il n’est pas anodin que Paul Pellisson Fontanier soit choisi comme responsable de la Caisse des Conversions : outre sa tortueuse évolution religieuse et politique, il est aussi un financier enrichi dans les traites dont on recherche la compétence technique, mais aussi la connaissance des affaires de ses ex-coreligionnaires, et sa nomination peut aussi se comprendre dans ce contexte48.

  • 49 Arch. nat., MC, étude CXXII, liasse 1707, déclaration du 7 mars 1680 de Salomon Domenchin devant Mi (...)
  • 50 Daniel Dessert, op. cit., p. 211.

27La phase terminale de la politique de « l’Édit à la rigueur » entraîne des perturbations de plus en plus importantes : il est difficile de mesurer si l’intolérance croissante a pu jouer en défaveur des prêteurs ou des emprunteurs réformés, mais l’on peut distinguer des éléments qui tendent naturellement à les défavoriser au sein du marché du crédit. La politique royale antiprotestante ne peut en effet que déstabiliser la confiance due entre débiteur et créancier, tant elle accumule des difficultés dans la pratique sociale et professionnelle des protestants comme dans leurs affaires personnelles. La législation multiplie les interdictions de métiers pour les réformés : dans le cadre des métiers d’argent, et à titre d’exemple, l’exclusion des protestants de la ferme et des traites royales date du 17 août 1680 ; celle des offices, notamment financiers, des Maisons du roi, de la reine et des princes de sang royal du 4 mars 1683. En parallèle, la législation édicte des dispositions favorables aux Nouveaux Convertis : le 9 octobre 1676 et le 18 novembre 1680, des arrêts du Conseil d’État sursoient pour 3 ans le remboursement des dettes des religionnaires convertis, à commencer du jour de leur abjuration. Est-il encore raisonnable de prêter ou d’emprunter à des gens pour qui la législation peut varier de manière si brusque et volatile, selon les volontés à la fois du roi et du client, qui peut se convertir, ou fuir (surtout quand un édit du 14 juillet 1682 annule les contrats de vente de ceux qui ont utilisé cet argent pour fuir, mais que le malheureux acheteur ne reverra pas) ? L’incertitude est la principale ennemie du marché du crédit, et l’instabilité de la législation rend le recours aux réformés très difficile. Dans une déclaration rédigée par Domenchin à son frère et aux deux beaux-frères de celui-ci, Michel et Abraham Derval, se voit résumée une manœuvre que l’on retrouve à plusieurs reprises dans les dossiers de faillites des Juges et Consuls ou au Châtelet. En vertu de la législation royale, Jérémie Derval, beau-père et père de ces infortunés créanciers, leur conteste la possibilité de faire valoir leur créance parce qu’il s’est récemment converti à une religion catholique dont on a quelques raisons de penser qu’elle ne l’a pas subitement attiré par la subite révélation de sa supériorité théologique49. Combien plus tentant et fréquent doit être ce même artifice quand il est destiné à un catholique qui n’est pas de sa famille et non pas, comme c’est sans doute le cas ici, à masquer un jeu d’écriture. Un autre exemple d’instrumentalisation de la conversion est le cas de Jean Daliès de Martel, qui abjure sans doute en 1661 pour apaiser ses juges et limiter l’amende que doit lui infliger la chambre de justice de l’après-Fouquet50.

  • 51 Arch. nat., V2/35, informations de bonne vie et mœurs avant la prise de fonction des secrétaires du (...)

28Autre source de perturbation du marché : l’interdiction brusque des offices provoque des ventes à perte chez les réformés, et une diminution brutale du patrimoine dont ils disposent et sur lequel sont gagés leurs emprunts. À cela s’ajoute encore l’exclusion des milieux du pouvoir et, par conséquent, la perte des informations et des relations qui font le cœur du système « fisco-financier ». Si Gaspard Masclary (4 février 1675), Antoine de Massanes (24 mars 1676) ou Antoine de Rambouillet (22 octobre 1679) doivent résigner leur charge de secrétaire du roi, ils se retrouvent aussi dépouillés du prestige et de la proximité avec le pouvoir qu’elle implique51.

  • 52 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution(...)
  • 53 Arch. nat., Y 15553, 16 mars 1691, commissaire Regnault, apposition des scellés sur les biens de Da (...)

29À la Révocation, on assiste à l’écroulement de ce milieu dont Herbert Lüthy signale l’influence pour le marché à court terme52. Après le choc dû à la Révocation elle-même (fuites, exils temporaires et destructions), c’est en effet le moment des difficultés financières d’acteurs trop liés à des créanciers en fuite ou convertis et donc devenus protégés par les lois qui veulent favoriser à la fois la conversion des irréductibles, et le retour des exilés. Paulin Prondre multiplie les signes de faiblesse, et Daniel de Monceau d’Antin, le seul descendant d’une importante famille de financiers qui n’ait pas glissé dans la noblesse militaire et qui se lance dans la banque en privilégiant la place de Lyon, fuit Paris en décembre 1691 et se réfugie derrière la législation des religionnaires fugitifs pour dissimuler ce qui est bel et bien une « banqueroute frauduleuse »53.

  • 54 Thomas Hardy, sieur de Vicques et de Beaulieu, figure de la communauté parisienne, issu d’une famil (...)
  • 55 Arch. nat., MC, étude XLIV, rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés, paroisse Saint-Sulpice. Loyer es (...)
  • 56 Antoine II de Massanes, « Relation de ce qui m’est arrivé et à ma famille depuis la Révocation de l (...)

30Apparaissent alors pour les candidats au Refuge des filières d’évasion, des personnes, mais aussi de l’argent, occasion de voir se matérialiser dans les sources des liens de confiance autrement invisibles, mais suffisamment forts pour justifier de tels risques. Christophe Loyer, notaire catholique rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés, aide ainsi le réformé irréductible qu’est Antoine II de Massanes à préparer sa seconde tentative de fuite : « Il se trouva dans mon coffre, de plusieurs effets que mon père, ma femme ou moi avions assemblés, 2 000 louis d’or. On voulut pourvoir à leur sécurité. Mr de Beaulieu54 et Loyer notre notaire55 les prirent en montant dans un carrosse de louage à l’heure, pour les porter chez Berny marchand de draps dans la rue Saint-Honoré » et y obtenir une lettre de change, endossable à l’étranger une fois la fuite réussie56.

  • 57 Arch. nat., V2/35, informations de bonne vie et mœurs, 8 juin 1678, enquête sur Pierre Formont.
  • 58 Henri Tourton (banquier de 2ème catégorie selon la liste du 22 octobre).
  • 59 BnF, Ms. Fr. 17420, f° 168, cité dans Douen, op. cit., tome I, p. 166-167.

31Mais le recours aux circuits internationaux du crédit ne sont pas réservés aux réfugiés : quand les dépenses militaires mettent les finances royales dans une situation impossible, le soutien des financiers protestants s’avère parfois nécessaire, en dépit de la politique d’exclusion qui est appliquée à leur encontre. Ainsi, en 1678, quand tous les financiers et traitants réformés doivent rendre leur office de secrétaire du roi, le banquier Pierre Formont est promu dans ce collège grâce au témoignage d’Étienne Jeannot de Bartillat, conseiller et secrétaire du roi, Maison et couronne de France et de ses finances, garde du trésor royal, parce qu’« il a servi le Roi et l’Estat dans des occasions considérables par plusieurs négociations aux pays étrangers dont les succès ont toujours été très heureux»57. Dès lors, il peut être nécessaire de protéger ces réseaux : le 27 novembre 1685, La Reynie prévient Harlay : « Tourton58 a aussi donné parole, mais sous la condition du secret ; car si son dessein était connu avant qu’il eût pris ses mesures à l’égard de quelques étrangers, il souffrirait un très grand préjudice »59.

  • 60 E.-J.-F. Barbier, Chronique de la régence et du règne de Louis XV, ou Journal de Barbier, avocat au (...)
  • 61 Daniel Dessert, op.cit., p. 199.
  • 62 Jacques Saint-Germain, Samuel Bernard le banquier des rois, Paris, Hachette, 1960, p. 20.

32Bien sûr, se pose alors l’irritant problème de Samuel Bernard et de son « fulgurant succès ». L’explication traditionnelle, issue de la courte et curieuse nécrologie d’Edmond-Jean-François Barbier et de son « On dit que sa fortune a commencé dans le trouble des huguenots qui ont été obligés de se retirer, et dont il avait la correspondance pour leurs affaires »60 tient plus de la calomnie fondée sur le mythe de la fortune brusque et injustifiée du financier que de l’analyse de la réalité. Daniel Dessert a raison de faire remarquer que cette notation n’explique pas toute son ascension et qu’elle omet le rôle de Bernard dans les traites à partir de 169361. Mais comment un réformé en est-il arrivé là ? Comment le fils d’un peintre, qui a épousé en 1681 une simple faiseuse de mouches, peut-il dès 1685 être classé banquier de 2ème catégorie (comme Domenchin) dans la liste du 22 octobre de La Reynie, posséder une maison à Chennevières, célèbre pour avoir été endommagée par les dragons de d’Artagnan, et surtout par la hauteur avec laquelle Bernard se permet de réclamer réparation pour ces dégâts62 ? Comment un nouveau converti peut-il, à l’encontre de tous les manieurs d’argent qui pourraient lui être comparés, accéder aux finances royales dans ses moments les plus désespérés et s’y rendre si indispensable ?

  • 63 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 31, 11 juin 1670.
  • 64 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 69, mariage le 18 septembre 1679 avec Jérémie Horguelin, par ail (...)

33Pour comprendre, il faut en revenir à Salomon Domenchin, dont on a dit qu’il jouait un rôle majeur dans les opérations financières de la communauté réformée avant 1685. La concentration entre ses mains de multiples renseignements constitue sans doute l’une des clés d’explication des premiers succès, encore assez mal connus, d’un Samuel Bernard ; mais on peut supposer qu’il a l’intelligence d’utiliser les capitaux qu’il amasse en s’orientant vers la finance et le crédit international, moins touchés par la banqueroute et la fuite de nombre de ses clients. Les deux se connaissent : en effet, c’est Domenchin qui rédige et enregistre l’apprentissage du jeune Samuel Domenchin chez le marchand Jean Vallet63 et il est qualifié d’« ami » de Madeleine Bernard, sœur de Samuel, lors de son mariage64. Mais Bernard est un homme d’une autre génération (il a 34 ans à la Révocation, quand Domenchin en a 64) et il est techniquement mieux armé pour profiter des circonstances nouvelles ; il a appris son premier métier de marchand drapier en gros chez Pels à Amsterdam et connaît donc bien mieux les circuits internationaux de 1669 à 1671. La banque protestante qui n’a pu se développer au xviie siècle en France faute d’un marché des capitaux suffisamment émancipé de la politique royale, se développe donc par ses liens avec l’étranger, selon des logiques et par des techniques financières entièrement différentes.

34Les minutes notariales parisiennes dévoilent une situation contrastée. Autant les actes de crédit révèlent une assez grande ouverture vers les rangs catholiques, autant les actes de la vie privée, où résident la survie de l’Église en tant que communauté, sont l’expression d’une très grande fermeture : les mariages mixtes sont très rares, comme les témoins catholiques à un mariage réformé, et les témoins réformés à un mariage catholique le sont encore plus s’il n’y a pas lien d’échange ou de dépendance d’ordre professionnel. Les conversions, enfin, demeurent exceptionnelles, pour autant qu’il nous soit possible de les apercevoir. Dans les actes notariés se joue en effet une partie très importante pour expliquer la cohésion d’un groupe réformé si minoritaire, car ils expriment les intérêts les plus profonds et des comportements les plus intimes des familles. Le crédit est d’abord une question de confiance, au sens fort du terme. C’est pour cette raison, me semble-t-il, que Domenchin insiste dans la poursuite de son projet et va jusqu’à risquer la ruine en achetant deux offices de notaires alors qu’il sait n’avoir aucune chance de pouvoir enregistrer le second au Châtelet. C’est pour cela qu’il s’entête à exercer trente ans durant ce métier de façon totalement illégale, en attirant à lui la majeure partie des notaires de Saint-Germain-des-Prés.

  • 65 Robert Sauzet, Étienne Borrely et son roi, Paris, Plon, 1998, p. 215.

35Or, l’identité confessionnelle, aux yeux des protestants parisiens, est une part sans doute importante de la confiance que l’on peut accorder à un cocontractant, même si elle ne correspond pas à un enfermement absolu. Telle est en tout cas l’impression que peut donner une comparaison extérieure. Dans son Journal, le notaire nîmois Étienne Borrelly ne dit pas autre chose : en août 1681, l’interdiction de l’exercice des notaires réformés l’enchante : « Les protestants sont estourdis ci furieusement qu’il ne scavent où ils sont »65. Nulle part, on ne sent avant 1685 cet ardent catholique si enthousiaste devant une mesure de persécution. Bien sûr, on peut y voir l’intérêt personnel (un surcroît de clientèle), encore que cet espoir puisse être compensé par la baisse, au moins momentanée, du prix de l’office. Mais il y a sans doute autre chose : pour Borrelly, la décision royale déstabilise l’ensemble des réformés nîmois, et pas seulement ses confrères protestants. Le terme « nos huguenots » désigne bien ici l’ensemble de la communauté réformée nîmoise, rassurée, renforcée par la présence de « leurs » notaires, susceptibles de recueillir les termes de leurs contrats de mariages, de leurs testaments et de leurs inventaires après décès, dans des instants qui représentent l’intrusion d’un personnage extérieur au plus intime de leur foyer et de leur personne.

36D’une façon plus générale, ces notaires réformés sont aussi ceux qui protègent les secrets d’une famille, qui peuvent le cas échéant dissimuler ses situations délicates, lui obtenir un nouveau prêt, bref la sauver de la ruine. Il est donc plus rassurant de se confier à un notaire coreligionnaire, et à un contractant coreligionnaire et souvent allié, pour mener des affaires. La préférence affichée des protestants de Saint-Germain-des-Prés pour d’autres protestants ne correspond pas d’abord à un choix irrationnel ni à un quelconque fanatisme religieux. En ce sens, la question de la coexistence ne peut se définir seulement dans une alternative entre tolérance et intolérance. D’autres intérêts sont en jeu : ils ont construit à leur corps défendant une interdépendance financière, laquelle les renferme peu à peu sur eux-mêmes.

37En 1685, les départs au Refuge et la destruction brutale de liens patiemment tissés provoquent la fin de ce système, la ruine d’un Domenchin, mais aussi le début d’une autre période pour les manieurs d’argent réformés puis nouveaux convertis. L’hypothèse la plus probable est celle du passage d’une circulation de l’argent relativement ouvert mais dominé, où l’on conclut des affaires avec des catholiques mais où l’on protège l’essentiel des intérêts du groupe protestant, surtout parce que chacun cousine ou se lie avec les autres membres d’une communauté somme toute restreinte, à une organisation très différente, provoquée par la Révocation, qui paraît bien être, même aux yeux des gens a priori bien informés, un coup largement inattendu.

  • 66 Herbert Lüthy, op. cit., p. 76.
  • 67 Ibid., p. 31.

38S’organise dès lors, dans l’improvisation, un système plus restrictif, plus défensif, qui provoque la chute de ceux qui ne savent ou ne peuvent s’adapter, où seules quelques maisons de crédit survivent, parmi lesquelles Samuel Bernard serait le personnage le plus emblématique et au succès le plus retentissant. En 1705, le « chevalier Bernard » est le plus proéminent de « l’avant-garde d’une relève qui arrive à Paris de Genève, d’Amsterdam et de la colonie suisse de Lyon. La ‘banque huguenote’, décimée ou rentrée sous terre après 1685, se reforme »66. Au cours du xviie siècle, le marché protestant du crédit parisien fonctionne au jour le jour dans l’ambiguïté, au confluent de la rationalité capitaliste et de la volonté d’étaler sa réussite sociale en achetant seigneuries et hôtels particuliers, comme pour les catholiques. Mais il a aussi la particularité d’être affecté par des relations assez apaisées avec les confrères catholiques (ce qui n’exclut pas la férocité de la concurrence, qui peut s’appuyer sur le clivage confessionnel), mais peu à peu durcies par la politique royale. Parce qu’elle a détruit ce milieu et cet équilibre précaire, la monarchie commence alors la pénible et très coûteuse aventure de la Régie des biens des Religionnaires fugitifs, peu rentable lorsqu’il s’agit de biens immobiliers, mais surtout engluée dans des créances douteuses et souvent irrécupérables : « Une longue faillite et une dilapidation à la fois inutile et ruineuse »67.

Notes

1 Voir Emmanuel-Orentin Douen, La Révocation de l’Édit de Nantes à Paris, Paris, Librairie Fischbacher, 1894 ; Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, 1911, Genève, Slatkine-Mégariot Reprints, 1977 ; Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII (1610-1621), Paris, Éditions Je sers, 1922 ; et Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Louis XIII (1621-1629), Paris, Éditions Je sers, 1932.

2 Sur ces questions méthodologiques de repérage et d’identification des réformés à partir du Minutier Central, voir les chapitres méthodologiques des différents mémoires ; elles sont reprises dans Christian Aubrée, Des réformés parisiens dans les années 1660 : essai de reconstitution de la population réformée parisienne, mémoire de D.E.A. sous la direction de Jean-Pierre Poussou et Michelle Magdelaine, 1995, Paris IV-Sorbonne. L’article indéfini du titre voulait signifier l’impossibilité à mes yeux de parvenir à une liste exhaustive de ces réformés. De fait, en dépit de mes efforts et de ceux des étudiants qui m’ont suivi, il reste des années plus tard un nombre encore notable de cas qui ne sont à ce jour pas entièrement résolus…

3 Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix : une économie politique du crédit à Paris, 1660-1870, Paris, Éditions de l’E.H.E.S.S, 2001.

4 Cette obligation est mentionnée dans une déclaration d’Urbain Maillé-Brézé : Arch. nat., MC, étude CV, liasse 571, 20 janvier 1622. L’acte original est incommunicable (étude XVI, liasse 212).

5 Ce sont des actes qui constituent un syndicat de créanciers destiné à agir collectivement devant les tribunaux et les notaires pour récupérer leur argent.

6 L’affaire de la succession Bellehache, interminable comme beaucoup d’autres, est attestée dès 1671 (ratification de Pierre Tapa, Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 39, 5 mai 1671) et fait l’objet d’une assemblée collective pour changer un procureur jugé incompétent (étude LXX, liasse 184, 11 juillet 1686).

7 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 32, 19 juillet 1670.

8 Philip T. Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal, Des marchés sans prix, op. cit., p. 92-93.

9 Gédéon Tallemant des Réaux, Historiettes, Tome I, p. 606, Paris, La Pléiade, éd. Antoine Adam, 1960. Sébastien Bruneau est un riche financier et secrétaire du roi.

10 Les catholiques paient un droit à la confrérie, mais les réformés le déboursent « pour les affaires dudit métier ». Le document figure en annexe de Anne-Sophie Garcia, La communauté protestante du faubourg Saint-Germain des Prés de 1653 à 1658, mémoire de Master I sous la direction de Jean-Pierre Poussou et Michelle Magdelaine, 2006.

11 On rappellera que les protestants constituent à l’époque entre 3 et 4 % de la population parisienne, et à coup sûr moins de 10 % des habitants du faubourg.

12 Et futur notaire lui-même (Arch. nat., MC, étude CXVIII, rue Saint-Germain l’Auxerrois).

13 L’étude de Desnotz (notée CXII) est située rue de la Verrerie, dans cette même paroisse Saint-Médéric. Mais l’affaire est conclue, pour des raisons inconnues, chez les tabellions royaux d’Avranches.

14 Arch. nat., MC, étude CXII, liasse 325.

15 Hassen El Hannabi, Être notaire à Paris sous Louis XIV : Henri Boutet, Tunis, Faculté des Sciences Humaines de Tunis, 1997.

16 Arch. nat., MC, étude XX, rue du Mail, pointe Saint-Eustache.

17 Marie-Françoise Limon, Les notaires au Châtelet de Paris sous le règne de Louis XIV, Toulouse, Presse Universitaires du Mirail., 1992, graphique page 142.

18 Michel Zylberberg, Capitalisme et catholicisme dans la France moderne : La dynastie Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 56-57.

19 Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, 1911, Genève, Slatkine-Mégariot Reprints, 1977.

20 Tous ces documents sont publiés dans les Pièces justificatives du livre de Jacques Pannier.

21 Fernand de Mallevouë (éd.), Les actes de Sully passés au nom du roi de 1600 à 1611 par devant Maître Simon Fournyer, notaire au Châtelet de Paris, dont les minutes sont en l’étude de Maître Henri Motel, Paris, Imprimerie Nationale, 1911.

22 À en croire les députés généraux de la R.P.R. en 1610, il « a toujours été veu de fort mauvais oeil par les autres notaires ses compagnons en haine de ladite religion ; contre lesquels mesmes ou aucun d’eux il a été contraint d’avoir procès pour ce qu’ils refusaient de travailler avec luy, ou pour se venger de luy, ils lui suscitèrent environ le mois de mars 1609 un procès de faulx contre un testament » qui va jusqu’à l’emprisonnement et « des conclusions de mort contre lui ». Voir le Mémoire des députés généraux, B.S.H.P.F., ms, édité par Jacques Pannier, L’Église réformée de Paris sous Henri IV, op cit., pièces justificatives.

23 Il est à ma connaissance le seul de tout le siècle, comme semble le confirmer les réactions scandalisées que provoque son existence à la Compagnie des notaires.

24 Arch. nat., MC, étude XCVIII, rue Neuve Saint-Lambert, paroisse Saint-Sulpice

25 Arch. nat., MC, étude CXII, rue des Arcis, paroisse Saint-Merry.

26 Et la destinée particulière des Domenchin et de leurs difficultés pécuniaires montre que l’investissement financier qu’ils consentent dans cette affaire leur est douloureux, et qu’ils ont beaucoup emprunté.

27 Arch. nat., V6 396.

28 Arch. nat., X1a 5882, arrêt de la Chambre de l’Édit du 4 juillet 1662, f°344-336.

29 Arch. nat., registre des délibérations et arrêtés de la Chambre des notaires au Châtelet de Paris (9 mai 1650-25 janvier 1665), f°250r°, 19 janvier 1665.

30 Arch. nat., registre des délibérations et arrêtés de la Compagnie des notaires au Châtelet de Paris (15 novembre 1674-1er janvier 1685), f°13r°, 31 mars 1675, en partie cité par Marie-Françoise Limon, op. cit., p. 140, f°13r°, 31 mars 1675.

31 Il fait partie des notables de la paroisse Saint-Sulpice à convoquer de toute urgence après la Révocation pour les contraindre à la conversion, car La Reynie croit en l’influence de leur exemple sur le reste des réformés du faubourg. Voir la liste du 24 octobre, BnF, Ms Fr. 7051, publiée par Emmanuel-Orentin Douen, op. cit., tome I, p. 160, puis des notables convoqués le 14 décembre chez Seignelay, pour leur imposer la signature d’une promesse d’abjuration le 14 décembre (ibid, p. 173).

32 Récent converti (1652).

33 Arch. nat., MC, étude CXII, liasse 325, 13 août 1653, arrêté de compte entre David Domenchin, la marquise de Cramail, Pierre Domenchin de la Boulonnière et Salomon Domenchin.

34 Le marquis de Cramail est régulièrement embastillé dans les années 1630 pour sa participation à des complots du parti dévot contre Richelieu. Charlotte d’Escoubleau est aussi la sœur d’Henri d’Escoubleau, cardinal de Sourdis et archevêque de Toulouse et de François d’Escoubleau, archevêque de Bordeaux.

35 Arch. nat., MC, étude CV, liasse 578.

36 Arch. nat., MC, étude LI, liasse 63, 15 mars 1621.

37 Voir de multiples actes chez Claude Perlin, étude CV, liasses 575 à 577.

38 Stéphane Capot, Justice et religion en Languedoc au temps de l’Edit de Nantes : La Chambre de l’Édit de Castres, École des Chartes, Paris, 1998.

39 Arch. nat., MC, étude VI, liasse 433, 18 juin 1626.

40 Arch. nat., Z 1a 515 et Z 1a 516 : États des gages des officiers de la maison du duc d’Orléans, registres des années 1655, 1657, 1660 et 1663.

41 Arch. nat., 402 AP/12, lettre du 28 avril 1618.

42 Ibid., lettre du 24 janvier 1615.

43 Ibid., lettre du 2 mai 1615.

44 Ibid., lettre du 20 juin 1615.

45 Françoise Bayard, Le monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988 et Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984.

46 « Le consortium protestant dans lequel évoluent les Daliès […] représente 50 % des financiers protestants à l’œuvre dans le royaume durant le xviie siècle. ». Daniel Dessert, Les Daliès de Montauban : une dynastie protestante de financiers sous Louis XIV, Paris, Perrin, 2005, p. 208.

47 Ibid, p. 208-209.

48 Voir la notice biographique dédiée à cet aspect du personnage dans Daniel Dessert, op. cit., p. 668-669.

49 Arch. nat., MC, étude CXXII, liasse 1707, déclaration du 7 mars 1680 de Salomon Domenchin devant Michel et Abraham Derval et Pierre Domenchin de la Boulonnière.

50 Daniel Dessert, op. cit., p. 211.

51 Arch. nat., V2/35, informations de bonne vie et mœurs avant la prise de fonction des secrétaires du roi.

52 Herbert Lüthy, La banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, EHESS, 1998, tome I, p. 28-31.

53 Arch. nat., Y 15553, 16 mars 1691, commissaire Regnault, apposition des scellés sur les biens de Daniel de Monceau d’Antin. L’accusation est portée par Henry Bailly, ancien catholique et bourgeois de Paris, premier prévenu, trois mois après, de la fuite.

54 Thomas Hardy, sieur de Vicques et de Beaulieu, figure de la communauté parisienne, issu d’une famille alençonnaise.

55 Arch. nat., MC, étude XLIV, rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés, paroisse Saint-Sulpice. Loyer est depuis 1662 le principal notaire complice de Domenchin, à qui il doit son office.

56 Antoine II de Massanes, « Relation de ce qui m’est arrivé et à ma famille depuis la Révocation de l’Edit de Nantes en octobre 1685 jusqu’à ma sortie hors du Roïaume au mois de juin 1687 », B.S.H.P.F., ms 1297/2, publié par Charles Bost dans le B.S.H.P.F., tome LXXXVIII-4, 1939, p. 395-417 et tome LXXXIX-1, p. 40-64 (et note finale de Charles Bost, p. 64-72).

57 Arch. nat., V2/35, informations de bonne vie et mœurs, 8 juin 1678, enquête sur Pierre Formont.

58 Henri Tourton (banquier de 2ème catégorie selon la liste du 22 octobre).

59 BnF, Ms. Fr. 17420, f° 168, cité dans Douen, op. cit., tome I, p. 166-167.

60 E.-J.-F. Barbier, Chronique de la régence et du règne de Louis XV, ou Journal de Barbier, avocat au parlement de Paris, Paris, Librairie Charpentier, 1858, tome 3, p. 155-156.

61 Daniel Dessert, op.cit., p. 199.

62 Jacques Saint-Germain, Samuel Bernard le banquier des rois, Paris, Hachette, 1960, p. 20.

63 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 31, 11 juin 1670.

64 Arch. nat., MC, étude XLIV, liasse 69, mariage le 18 septembre 1679 avec Jérémie Horguelin, par ailleurs issu d’une famille champenoise (de Châlons), comme les Domenchin. L’acte est partiellement transcrit dans Elisabeth de Clermont-Tonnerre, Histoire de Samuel Bernard et de ses enfants, Paris, Librairie Honoré Champion, 1914, p. 299-301, qui donne à Salomon Domenchin la transcription fautive de « Domerchus » et le qualifie faussement de « cousin ».

65 Robert Sauzet, Étienne Borrely et son roi, Paris, Plon, 1998, p. 215.

66 Herbert Lüthy, op. cit., p. 76.

67 Ibid., p. 31.

Auteur

Paris IV- Sorbonne

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search