Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- II - Diversité des formes de coexistence confessionnelle au xviie siècle

La coexistence confessionnelle à Sainte-Marie-aux-Mines au xviie siècle

Michelle Magdelaine

Texte intégral

1Sainte-Marie est un lieu sur les frontières de l’Allemagne, entre les hautes montagnes qui voulaient être du temps passé, comme désertes et sauvages mais le seigneur l’a fait être fertile et habitable, par le moyen des mines d’argent qu’on y a trouvées et qui continuent encore par la grâce de Dieu. À raison de quoi plusieurs personnes y sont venues habiter, tant pour travailler aux mines que pour trafiquer.

  • 1 A.D. Haut-Rhin, Seigneurie de Ribeaupierre, E 2073, Histoire des pasteurs de 1550 à 1581 par le maî (...)
  • 2 Voir Eugène Mülhenbeck, Histoire des mines de Sainte-Marie côté d’Alsace, Sainte-Marie-aux-Mines 18 (...)

2C’est ainsi que Claude Rouget présente au xvie siècle la vallée où s’élève Sainte-Marie-aux-Mines1 dont la situation est, à maints égards, complexe et originale ; elle se trouvait en effet à une frontière politique, mais aussi religieuse et linguistique. Bien qu’appartenant alors toute entière au Saint Empire, la rive gauche de la rivière qui la traverse, la Liépvrette, était lorraine, catholique et francophone, tandis que la rive droite était alsacienne, officiellement luthérienne et germanophone. Elle dépendait des seigneurs de Ribeaupierre, eux-mêmes vassaux de l’abbé de Murbach et des Habsbourg2.

3Afin d’exploiter les mines d’argent, les Ribeaupierre firent appel à des mineurs étrangers ; ceux-ci formèrent une communauté non territoriale de langue allemande qui se révéla de tendance évangélique, bien que toujours reconnue par l’évêque de Strasbourg. Ils firent construire une église tout près de Sainte-Marie, « sur le Pré » (auf der Matte), qu’ils inaugurèrent en 1544. Officiellement catholique jusqu’en 1558, le premier ministre à rompre avec le catholicisme fut Pierre Hoger, originaire de Plauen, en Saxe. Cependant, une autre communauté, de langue française, se constitua sous l’égide d’un ancien moine anversois, Maître Élie, prieur d’une abbaye en Hainaut qu’il quitta sans doute en 1545 pour se rendre à Strasbourg. Envoyé au val de Lièpvre, il travailla dans les mines, enseigna et prêcha dans sa maison et célébra même la Cène, sans doute en 1553. Établi ensuite à Aubure, village appartenant au comté de Montbéliard et situé non loin de Sainte-Marie, il y demeura cinq ans. Pendant ce temps, les membres de la communauté française avaient demandé à l’Église française de Strasbourg un autre ministre. Ce fut Jean Loquet qui resta jusqu’en 1554. Alors, la communauté obtint des ministres de Lausanne, auxquels elle s’était adressée cette fois-ci, François Morel de Collonges. Il resta dans la vallée de 1554 à 1556. C’est à lui que certains attribuent la paternité de la confession de foi de Sainte-Marie.

4Ces premiers pasteurs, malgré la protection d’Éguenolphe de Ribeaupierre, furent en butte à bien des difficultés. Le seigneur ne peut soutenir la nouvelle église comme il le désirerait ; il est surveillé par la Régence d’Ensisheim (siège de l’administration autrichienne en Alsace, die Vörderösterreichiche Länder) et rappelé à l’ordre en mars et avril 1555, quand il est avéré qu’un prédicateur bâlois – la ville est déjà passée à la Réforme –, vient prêcher au château de Ribeaupierre à Ribeauvillé. De nouveau, au début de 1556, la Régence d’Ensisheim puis l’empereur lui-même, écrivent à Éguenolphe et lui ordonnent d’imposer le catholicisme et de combattre l’hérésie dans sa seigneurie. Cette situation inquiète le pasteur envoyé à Sainte-Marie à l’automne 1554, François Morel de Collonges qui se réfugie à Aubure sur les terres des Montbéliard-Wurtemberg, déjà évangélisées par Maître Élie. Rappelé par Calvin qui l’envoie à Paris, François Morel quitte Sainte-Marie en juillet 1556. Trois ans plus tard il présidera le premier synode des Églises réformées de France à Paris.

  • 3 Eugène Mülhenbeck, Claude Rouget, Une église calviniste au XVIe siècle 1550- 1581. Histoire de la c (...)

5Pendant « l’exil » de Morel à Aubure, les mineurs qui ont formé la première église réformée, demandent à Éguenolphe un nouveau ministre pour le remplacer. Ils prennent comme argument la Paix d’Augsbourg, signée le 3 octobre 1555 entre l’empereur et les princes protestants et qui prônait le principe cujus regio, ejus religio (tel prince, telle religion). Mais les suzerains des Ribeaupierre sont catholiques... Cependant, Éguenolphe réintroduit le culte dans la vallée et le successeur de François Morel de Collonges, Pierre Marbeuf, d’abord à Aubure, peut s’y installer. D’après Rouget, « les frères ordonnèrent deux lieux pour l’exercice de la religion, l’un à Échery, l’autre à Fertrupt »3, c’est-à-dire là où la concentration des mineurs était la plus forte. À Échery, le culte était célébré dans des maisons particulières, à Fertrupt, dans une chapelle délaissée par les catholiques. Ceux-ci étaient encore établis à Échery, dans l’église de Sur l’Hâte et les relations entre les fidèles des deux communautés étaient tendues. Cela dura jusqu’au départ du curé en 1561.

  • 4 Michelle Magdelaine, « La discipline de l’Église réformée de Sainte-Marie-aux-Mines », B.S.H.P.F., (...)

6Afin de faire connaître au seigneur de Ribeaupierre la doctrine de la jeune Église, Pierre Marbeuf lui propose, en 1558, une Confession de foi, sans doute préparée ou même rédigée auparavant par François Morel. Ce texte comprend un préambule et cinquante et un articles : dans la première partie (articles 1 à 21), il est traité des principaux dogmes communs à toutes les confessions, cène et baptême ; dans la seconde, la plus longue (articles 21 à 45), c’est l’Église et les sacrements qui sont examinés ; la troisième et dernière partie (articles 46 à 50), beaucoup plus courte, concerne le Magistrat et le mariage. Quant au dernier article, il se veut un résumé de toute la Confession, reprenant l’affirmation de la sola scriptura4.

  • 5 Eugène Mülhenbeck, Claude Rouget, Une église calviniste au xvie siècle 1550-1581. Histoire de la co (...)

7Les relations entre Marbeuf et le ministre évangélique ne sont pas aisées. Marbeuf s’en ouvre à Calvin (1560) et va trouver Marbach (1521-1581), le successeur de Bucer, à Strasbourg pour lui montrer la confession de foi et essayer de trouver un terrain d’entente. Marbeuf a organisé l’Église, la dotant d’un embryon de Discipline ecclésiastique et d’un système d’assistance aux pauvres et aux malades. Dans son récit, Claude Rouget indique que Marbeuf « ordonna des diacres pour recueillir les aumônes du peuple et les distribuer aux pauvres malades, ordonna aussi les anciens pour remontrer ceux qui cheminaient désordonnément et les admonester par la parole de Dieu »5. Marbeuf meurt en 1558 et un nîmois, Arnaud Banc, lui succède. Les difficultés entre luthériens et réformés ne font que croître et le danger se manifeste aussi de la part de la Régence d’Ensisheim : l’empereur exige que tous les « sectaires » soient chassés du val de Lièpvre et que le culte catholique soit rétabli. Éguenolphe temporise, invoque la Paix d’Augsbourg. Peu à peu, grâce à sa protection, à sa résistance aux menaces de la Régence et à ses successeurs, l’Église réformée française se développe et peut vivre en paix.

  • 6 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, E 2075.
  • 7 Localité lorraine, possession des comtes sauvages du Rhin et de Salm. Le rhingrave, Philippe-Othon, (...)

8L’Église continue son expansion à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle : en dehors de l’accroissement naturel, les persécutions contre les réformés en France, en Lorraine et en Savoie amènent de nombreuses personnes dans la vallée. Ainsi, en 1617, le seigneur de Ribeaupierre reçoit une lettre l’informant que les luthériens demeurant à Sainte-Marie Lorraine ont reçu l’ordre de retourner à la religion catholique ou de quitter le pays. La plupart d’entre eux demandent à se fixer à Sainte-Marie Alsace6. Encore au début du xviie siècle, toute une partie de la population de Badonviller7, calviniste, sommée par son nouveau seigneur, catholique, de se convertir ou de quitter les lieux, partit en 1624, pasteur en tête, et vient grossir la communauté réformée de Sainte-Marie.

  • 8 Jean Séguy, Les assemblées anabaptistes-mennonites de France, EHESS, Société, mouvements sociaux et (...)

9Au xvie siècle encore, viennent s’installer dans la vallée des anabaptistes ; leur présence dans la vallée est signalée une première fois en 1555, puis en 1561. Ils sont mal vus, accusés de prosélytisme et de refuser de porter les armes. Mais Éguenolphe fait la sourde oreille malgré, là encore, les injonctions de la Régence d’Ensisheim. En 1643, le pasteur de l’Église réformée française, Jean Le Bachellé écrit à Paul Ferry à Metz qu’il y a encore une douzaine de familles d’anabaptistes. Après la guerre de Trente Ans, les Ribeaupierre ont fait, comme bien d’autres, appel à des Suisses pour repeupler en partie la vallée. Parmi eux, sont venus des anabaptistes bernois persécutés dans leur pays. C’est aussi dans la vallée que naît le mouvement amish vers 1690. Son fondateur, Johannes Amman voit d’un mauvais œil le comportement des anabaptistes déjà installés dans la vallée : « En effet, certains anabaptistes de Sainte-Marie-aux-Mines participaient à la vie civique de l’endroit en acceptant de servir de Heimburg ; d’autres ne refusaient pas de monter la garde pour protéger les récoltes et les biens contre les maraudeurs ; d’autres, ou les mêmes, fréquentaient les églises ou les prêches luthériens sans pour autant abandonner les assemblées anabaptistes ; certains enfin prétendaient qu’un individu pouvait être sauvé même dans une église de multitude. Cette dernière affirmation représentait, selon AMMAN, un mensonge grossier et devait être traité comme tel par l’Assemblée, c’est à dire par l’excommunication »8.

  • 9 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, ordonnance du Conseil provincial d’Alsace, 8 mai 1677.

10Quant aux catholiques, ils n’ont plus de lieu de culte du côté alsacien de la ville depuis que le dernier prêtre de Sur l’Hâte, maître Noé, a dû quitter sa charge (sans doute fin 1560) mais certaines familles y résident toujours, se rendant à Sainte-Marie Lorraine pour la messe et les sacrements. Louis XIV, lors de son passage en 1674, a donné 500 livres pour la construction d’une église du côté Alsace de Sainte-Marie. Il a demandé qu’elle soit sous l’invocation de Saint-Louis et que son patron et collateur soit le prince de Birkenfeld qui s’y était d’ailleurs offert9. De plus, en 1677, alors qu’il est à Brisach, le roi décide que ce n’est plus le même curé qui desservira les deux paroisses mais que chacune aura le sien.

  • 10 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, collection Degermann, n° 3542.
  • 11 « Articles accordez au consistoire de l’Église réformée de Sainte-Marie entre les Français et Allem (...)

11Au xviie siècle, les conflits du siècle précédent se sont en grande partie apaisés et la coexistence entre les membres des différentes confessions paraît harmonieuse. Il ne faudrait cependant pas se leurrer. Les autorités religieuses campent sur des positions fermes où la théologie n’a que peu de poids : il s’agit avant tout de montrer qu’on existe, d’asseoir son pouvoir, de garder ou de reconquérir une place dans la ville. Ainsi, les réformés longtemps uniquement de langue française, voient arriver après la guerre de Trente Ans des immigrés de cantons suisses alémaniques, surtout des Bernois et des Zurichois, qui utilisent le temple construit en 1634 avec les deniers des réformés français : ils ne veulent pas, pour la plupart, apprendre le français, en un mot ils forment un groupe à part à tel point que les Ribeaupierre reconnaissent qu’il y a en réalité deux communautés réformées, une de langue française et une autre, de langue allemande, qui aura son propre pasteur, un Bâlois. Les tractations entre les deux groupes sont longues et difficiles car les « Français » estiment avoir la prééminence due à leur ancienneté. Un premier accord est passé entre les deux consistoires en 167110 et Christian de Birkenfeld règle définitivement la question en 1698 ; il y a maintenant deux communautés qui partagent le même temple, mais qui ont leurs propres structures11.

12Entre luthériens et réformés, les choses ne sont pas non plus toujours simples. Si les luthériens ne sont plus ni aussi puissants ni aussi nombreux qu’avant la guerre – les mines d’argent où la plupart travaillaient sont quasiment ruinées –, ils sont toujours là, ont leur église et un pasteur dont le traitement est assuré par le seigneur.

  • 12 Marie-Joseph Bopp, Die evangelischen Geistlichen und Theologen in Elsass und Lothringen von der Ref (...)
  • 13 Pasteur presbytérien, né à Edimbourg en 1596 et mort à Cassel en 1680. Il étudia à Oxford, Sedan, L (...)

13Certains pasteurs réformés ont une ambition plus haute que les simples querelles de clocher. L’environnement dans lequel ils vivent est surtout luthérien : la seigneurie de Ribeaupierre, la ville de Colmar, les possessions proches des Wurtemberg-Montbéliard à Horbourg, Aubure, Riquewihr. Confrontés dans la vie quotidienne aux luthériens de Sainte-Marie, ils vont l’être à une toute autre échelle en tant que chapelains d’Anne de Coligny, arrière petite-fille de l’amiral et épouse depuis 1648 de Georges II de Wurtemberg-Montbéliard, fervent luthérien, qui veut à tout prix que sa femme se convertisse. Elle résiste et réside aussi souvent qu’elle peut à Horbourg près de Colmar. Comme elle est réformée et n’entend pas l’allemand, tout naturellement elle se tourne vers Sainte-Marie et son Église française. C’est ainsi que trois pasteurs, Balthazar Octavian Amyraut, Jean Mellet et Abraham Couët du Vivier12 deviennent chapelains de la princesse tout en assurant leur service à Sainte-Marie. À cause d’elle vraisemblablement, ils participent activement au mouvement irénique dont l’initiateur est John Dury13. Ils ont laissé une abondante correspondance, surtout Amyraut et Mellet, ainsi que, pour ce dernier, des traités de théologie pour la réunion des réformés et des luthériens. Leur activité a vraisemblablement intéressé quelques personnes à Sainte-Marie puisqu’on trouve dans l’inventaire après décès d’un maître d’école d’alors, Mathieu Jacquat, des livres de controverse religieuse. Amyraut, d’autre part, qui parle aussi bien l’allemand que le français, fonde une communauté réformée à Colmar, clandestinement, mais sous la protection de la princesse car le luthéranisme est seul reconnu dans la ville. Il cherche aussi à convertir les anabaptistes et rédige un catéchisme à cet effet.

  • 14 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, enquête concernant l’enterrement des catholiques résidant (...)
  • 15 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, attestations de Didier Merguin, 67 ans, pour 1602, Didier (...)
  • 16 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74. Témoignage de Nicolas Gubertin, 55 ans, pour 1610 : il ci (...)
  • 17 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74. Témoignage de Jacob Marchal, 26 juillet 1652.

14Mais c’est surtout pour les catholiques que tout va changer et dans un sens favorable puisque l’Alsace fait maintenant partie de la France « toute catholique » dans laquelle le roi tente de faire appliquer la règle « un roi, une loi, une foi ». Bien que l’Alsace n’ait pas été soumise à l’édit de Nantes et ne subisse pas les persécutions qui vont bientôt s’abattre sur les réformés du royaume, elle est touchée par des mesures coercitives. Dès 1652, le président et les assesseurs du conseil ecclésiastique de l’évêché de Strasbourg font faire une enquête auprès des « plus vieux bourgeois » de Sainte-Marie Lorraine « afin de voir si avant ou depuis l’an 1624 il était permis audit sieur curé d’aller avec la croix enlever les corps morts catholiques audit Sainte-Marie côté de Ribeaupierre et même de faire sonner la clochette en y portant le Saint Sacrement »14. Nous disposons de 18 dépositions circonstanciées de personnes dont les âges s’échelonnent de 37 à 100 ans. Quatorze témoignages portent sur la période 1602-1623, les quatre autres sur la période 1627-1637. Trois personnes affirment que le curé recevait les corps à la limite entre Lorraine et Alsace, sur le pont entre les deux territoires, qu’il n’y avait pas de cortège et qu’on ne sonnait pas la clochette au passage du Saint-Sacrement15. Tous les autres affirment qu’il n’y avait aucune opposition de la part des Ribeaupierre, que le curé allait librement dans les maisons, administrait les sacrements et allait chercher les corps des défunts et cela, même lorsqu’il s’agissait d’un catholique décédé dans la maison d’un calviniste16. Jacob Marchal, 50 ans, marguillier depuis 15 ans à Sainte-Marie Lorraine, raconte qu’en 1637 il est allé avec le curé « recevoir des corps morts catholiques sur les terres de Ribeaupierre », mais il ne croit pas que cela se faisait auparavant17. Or, le lendemain il dépose de nouveau et dit qu’en 1627, « portant la croix et l’eau bénite », il a accompagné le curé pour chercher le corps d’une femme qui habitait du côté Alsace ; il ajoute qu’à la même période, il est allé avec un cordelier du couvent de Sainte-Marie Lorraine, porter le Saint-Sacrement à un nommé Marchal, de Raon, catholique et malade qui logeait chez Moïse Hallebarde, pâtissier et calviniste. Quelques jours plus tard, après la mort de cet homme, Jacob Marchal, la lanterne à la main et sonnant la clochette, est retourné avec le moine qui portait la croix et l’eau bénite, sur les terres de Ribeaupierre. Ils ont emporté le corps afin de l’enterrer dans le cimetière de l’église paroissiale.

  • 18 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74.
  • 19 Eugène Mülhenbeck, Documents concernant Sainte-Marie-aux-Mines, 1876-1877, réédition Paris, 2002, p (...)

15Cependant, plusieurs témoins de l’enquête de 1655 font état d’un changement depuis quatre ou cinq ans ; Marie, veuve de Demenge Jean, 80 ans, s’étonne, à la fin de sa déposition, qu’on veuille empêcher d’aller chercher les cadavres avec les cérémonies habituelles ; Dieudonné Girardin, 37 ans, se demande pourquoi on veut interdire l’exercice de la religion catholique en supprimant « les cérémonies usitées et permises du passé »18. Ces témoignages posent évidemment des problèmes : le fait, par exemple, que trois des déposants de 1652 déclarent qu’en 1602, 1607 et 1612, le curé n’a pas pu pénétrer sur les terres de Ribeaupierre et a dû rester sur le pont entre les territoires, alors que des déposants de 1655 disent exactement le contraire pour des années proches, 1605, 1610, 1615. S’agit-il de défaillance de la mémoire ? C’est possible quand on considère la déclaration de Jacob Marchal qui, le 27 juillet 1652, dit le contraire du 26. Il est d’ailleurs probable que la déclaration du 27 soit la bonne car il donne des détails, indique précisément des noms de personnes, ce qu’il ne faisait pas la veille. Il n’en reste pas moins que la plupart des témoignages se confirment les uns les autres et ceux de 1655, qui font état d’un changement dans le sens d’un raidissement, sont corroborés par d’autres témoignages. Ainsi, en 1656, le 18 mars, quand le curé vient chercher le corps d’Anne Maire, les officiers et bourgeois de Sainte-Marie Alsace font sonner le tocsin et planter une barrière. S’étant enquis d’un ordre du roi ou de l’intendant d’Alsace qui lui interdirait de venir à Sainte-Marie Alsace, le lieutenant du Landrichter lui répond qu’il a des ordres du seigneur de Ribeaupierre. Il est alors décidé que les corps des catholiques morts en Alsace seraient portés au milieu des ponts reliant les deux villes. En 1659, le seigneur de Ribeaupierre permet au curé de venir de nouveau chercher librement les cadavres catholiques, mais il exige, par lettre réversale, qu’il soit précisé que cela ne pourrait porter préjudice ni à lui ni à ses successeurs ni causer quelque nouveauté à l’avenir19. Le conflit ne fut définitivement réglé qu’à la nomination du premier curé de Saint-Louis.

  • 20 Arch. dép. Haut-Rhin, extraditions de Munich, 19 J/169.

16En septembre 1671, Jean-Jacques de Ribeaupierre ordonne par un rescrit aux habitants réformés des vallées de Lièpvre et d’Échery de célébrer les fêtes religieuses à l’instar des catholiques pour ne pas les scandaliser, de s’abstenir de tout travail pendant ces jours et de ne pas fréquenter les cabarets pendants les offices divins20.

  • 21 Il s’agit du quart des dîmes d’Échery.
  • 22 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/194.
  • 23 Idem.

17Après avoir obtenu un endroit pour faire construire l’église Saint-Louis, les catholiques obtiennent qu’un curé soit nommé en 1686. Celui-ci, fort de la situation faite aux protestants en France, réclame toujours davantage : la restitution des édifices religieux ayant été catholiques, le partage des revenus que les réformés possédaient pour payer leur ministre et qui leur avaient été octroyés par les Ribeaupierre au xvie siècle21. Une longue querelle s’ensuit. Les réformés demandent une consultation à un avocat au parlement de Metz, Du Vivier, de la famille du pasteur alors en poste, Abraham Couët du Vivier. Cet avocat, qui ne mâche pas ses mots, estime que « ces sujets impudents ont tort d’avoir donné cette requête sous le nom des habitants catholiques »22 car il s’agit surtout du curé et bon nombre de ses ouailles ne sont pas d’accord avec lui. Il ajoute que ceux qui portent plainte manquent de bon sens en assignant aussi les anabaptistes qui n’ont jamais possédé l’une des églises réclamées. Enfin, affirme-t-il, c’est une calomnie de dire que les luthériens et les calvinistes ont usurpé leurs églises puisqu’ils sont établis sur le Pré depuis 1559, à Échery et à Fertrupt depuis 1555, à Saint-Blaise bien avant 1624, date retenue par le traité de Münster qui reconnaît comme légitime la situation religieuse en Alsace telle qu’elle est à ce moment et « terminus a quo des restitutions des biens ecclésiastiques ordonnées par ledit traité »23.

18Cette question des églises inquiète fort les protestants qui demandent la médiation du prince de Birkenfeld afin d’obtenir une lettre de cachet interdisant à l’intendant d’Alsace

  • 24 Idem.

de rien changer ou innover dans les seigneuries de mondit seigneur dépendant de l’Alsace quant au fait de la religion, exercice d’icelle, possession des temples […] avec témoignage que sa volonté et son bon plaisir est que les habitants protestants ou de la confession d’Augsbourg domiciliés dans lesdites seigneuries et terres continuent de jouir paisiblement et sans trouble des églises et temples qu’ils possèdent et y fassent leurs exercices en toute liberté24.

  • 25 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/168.
  • 26 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/194.

19En octobre 1685, nouvelle offensive des autorités catholiques : l’abbé de Ratabon, grand vicaire de l’évêché de Strasbourg, convoque le bailli de Sainte-Marie et lui intime l’ordre, de la part de l’intendant, de partager immédiatement l’église d’Échery puisqu’il y a sept familles catholiques, en donnant le chœur aux catholiques, cependant que les réformés peuvent conserver la nef. Avisés, les conseillers du prince de Birkenfeld conseillent la prudence et d’obéir en attendant l’avis du prince25. En 1696, le prince de Birkenfeld ordonne qu’une enquête soit faite à propos de soi-disant plaintes de catholiques qui seraient persécutés par les réformés, empêchés d’avoir accès aux marchés et, pour certains, obligés de quitter la ville. Les habitants catholiques de Sainte-Marie sont assemblés et interrogés : tous répondent qu’ils n’ont aucune plainte à formuler et que personne ne s’est exilé26.

20Comment savoir de quelle manière coexistent les fidèles de ces différentes confessions ? Que savent-ils des pensées des uns et des autres ? Ils vivent dans la même ville entre catholiques, luthériens, anabaptistes et réformés. Épousent-ils, le cas échéant, les querelles de leurs pasteurs et curé ? S’opposent-ils à eux ? Sont-ils enfermés dans des petits « ghettos » confessionnels ? Tout cela est difficile à connaître car il s’agit de gens qui n’ont pas laissé de correspondance ou d’écrits de quelque sorte que ce soit. On ne peut donc, sauf exception, les saisir qu’indirectement dans des documents où ils sont mentionnés ou dans des actes notariés.

  • 27 Arch. dép. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-Mi (...)
  • 28 Arch. dép.. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-M (...)
  • 29 Idem.
  • 30 Idem.
  • 31 Idem.
  • 32 Arch. dép. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-Mi (...)

21Or, pour Sainte-Marie et, précisément pour les réformés, nous avons la chance de posséder le registre du consistoire depuis 1635. Il y en avait bien un antérieur mais un pasteur du xviiie siècle, jugeant ce qu’il contenait immoral et dangereux, l’a détruit. Dans ce registre, semaine après semaine, on traite des pauvres, des affaires de l’Église et des « scandales ». Ce sont ces derniers qui nous renseignent le mieux, à la fois sur le comportement des membres du consistoire pour lesquels la cohésion de l’Église est primordiale et qui répriment tout écart de conduite, mais aussi sur le comportement des fidèles qui cherchent parfois à s’affranchir de cette tutelle qu’ils trouvent pesante et qui veulent montrer leur indépendance à l’égard des autorités religieuses. C’est ainsi que Sara Domballe, en mars 1640, est citée pour avoir « par idolâtrie et superstition envoyé par commission vers un certain saint pour pensant par icelle recevoir guérison de quelque maladie »27. Le 23 mars 1656, « tante » Élisabeth est appelée en consistoire pour avoir fait des signes de croix sur un enfant malade. L’affaire la plus grave concerne la femme du maréchal (17 décembre 1657) ; le consistoire ne veut pas qu’elle participe à la Cène car elle est accusée de sorcellerie par des sorciers et sorcières que l’on a brûlés à Sainte-Marie Lorraine. Elle se révolte et va trouver le comte de Ribeaupierre qui fait savoir au consistoire qu’elle doit être admise à communier. Il faut bien obéir au seigneur28… Le fait d’assister à la messe, à un baptême ou à un mariage catholique est fort censuré. Il en est de même de vouloir devenir luthérien, que ce soit pour échapper à la discipline de l’Église ou pour des raisons professionnelles, ce qui montre une certaine ignorance ou la nécessité de s’adapter, voire peut-être une certaine tiédeur religieuse. Ainsi, le 10 mai 1655, Jérémie Mathis « a aussi été fort censuré pour s’avoir transporté à Wildespach ban de La Roche pour prendre la place de maître d’école et même d’avoir promis de se rendre luthérien »29. En juin de la même année, c’est une jeune fille qui veut se convertir au luthéranisme. Elle habite Riquewihr, terre des Montbéliard, où c’est la confession officielle et cela lui faciliterait sans doute la vie mais elle est appelée en consistoire30. Le 25 mars 1659, Judith Thierry, femme du peintre Philippe Boulanger, qui a été « sur le point de se révolter et se mettre papiste […] a crié à Dieu merci et promis de n’y plus penser à l’avenir »31. Quand il s’agit de réformés qui veulent se convertir au catholicisme, au luthéranisme ou encore devenir anabaptistes, la vigilance du consistoire ne diminue pas : encore en 1706, la fille de Marie Du Ru est appelée en consistoire et « retranchée des saintes assemblées » car elle « a fait beaucoup de démarches pour devenir catholique »32.

22Mais il n’y a pas que des censures et des admonestations dans le registre. Si, le 11 avril 1658, Jacob Wis du canton de Zurich comparaît parce qu’il s’est laissé « abuser » par les anabaptistes, les conversions de catholiques, de luthériens ou d’anabaptistes au calvinisme sont soigneusement notées. Le 29 mars 1652, Claude Briot, de la région de Mirecourt, « a fait abjuration de la papauté ». Le 15 décembre 1652, Anne Finance, « qui était de la religion romaine », a rendu raison de sa foi. Le 28 août 1664, « Anne Dorothée Prächin de Francfort, femme à Claude Bégin, a fait abjuration de la foi papistique et a promis de vivre et mourir à notre sainte religion, a été reçue ». Le 19 décembre 1641, Élisabeth Thiriat, femme de David George, « par ci-devant de la profession d’Augsbourg c’est-à-dire luthérienne a été rangée à la nôtre devant l’assemblée du consistoire ». Le 28 décembre 1653, Anne, femme de David Paira, âgée de 57 ou 58 ans, « a été reçue pour être membre de l’Église après avoir fait abjuration de sa foi luthérienne ».

  • 33 Toutes les citations des paragraphes précédents proviennent du registre du consistoire 202 J/5.

23En pleine guerre, des anabaptistes se convertissent : Jacob Müller le 20 décembre 1637, Christine Stifter, le 10 mai 1640, elle est baptisée le 13 mai suivant ; deux enfants de Michel Olrich, Marie (22 ans) et son frère Joseph (20 ans) rendent raison de leur foi et sont baptisés au temple réformé, la première le 31 janvier 1641 et le second le 5 mai de la même année33.

24Pendant la guerre de Trente Ans, l’entraide l’emporte sur les dissensions. En janvier 1638, parmi les pauvres assistés par l’Église, il y a deux luthériens ; les deux pasteurs réformés ayant dû fuir puisque l’Église réformée n’est pas encore reconnue comme légitime et n’existe que par le bon vouloir du seigneur de Ribeaupierre, les baptêmes sont célébrés dans l’Église luthérienne, sur le Pré.

25Il est évidemment difficile de connaître les relations des habitants de Sainte-Marie appartenant à des confessions différentes en dehors de documents comme, pour les réformés de langue française, le registre du consistoire qui est l’écho des textes normatifs, confession de foi et discipline, et qui ne rend pas exactement compte de tous les comportements des fidèles. Mais il n’y a pas l’équivalent pour les luthériens, les catholiques ou les anabaptistes. Nous savons qu’il n’y avait pas de ségrégation en quartiers différents : les gens de confessions différentes voisinaient, étaient parents, exerçaient les mêmes professions, participaient ensemble à la vie de la ville. Les documents qui, vraisemblablement, rendent le mieux compte de ce que pouvaient être les relations entre les habitants de Sainte-Marie, concrètement et indépendamment des censures et des interdictions prononcées par les autorités de chaque Église, ce sont les mentions de mariages dans le registre du consistoire et, surtout, les contrats de mariage. Ainsi, il est possible de savoir s’il y avait des mariages « mixtes », dans quelles proportions et dans quelles conditions.

  • 34 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103, registre n° 7.
  • 35 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103.

26Au xviie siècle, à partir de 1632, les archives du tabellion de la ville font état de 362 contrats de mariages, rédigés pour la plupart en français, mais aussi en allemand, surtout après la guerre de Trente Ans et l’arrivée de nombreux suisses alémaniques venus repeupler en partie l’Alsace ravagée par la peste et la guerre. À cela s’ajoutent les 28 mentions de mariages « mixtes » relevées dans le registre du consistoire. Les plus nombreux sont les mariages concernant deux réformés (227), puis ceux qui traitent du mariage entre réformé(e) et luthérien (ne) (46). Ensuite les mariages entre luthériens (29), entre réformé(e) s et catholiques (19), entre catholiques, catholiques et luthérien (ne) s (6). Restent enfin quelques contrats « douteux » quant à la confession. Ce nombre peut paraître relativement mince pour une population d’environ 3 000 habitants et pour une période aussi longue : les contrats, rédigés non pas chez et par le tabellion, mais par un membre de l’une des familles ou un ami, restaient sous seing privé et étaient conservés au domicile familial. Nous le savons dans la mesure où certains sont apportés à l’étude plusieurs années après la célébration du mariage, comme ont fait Daniel Anthoine et Veronica Trutzerfall mariés depuis 1671, mais dont le contrat est daté du 2 février 167934, ou lorsque les époux et leurs témoins de mariage viennent faire rédiger un nouveau contrat, l’ancien ayant été détruit en particulier à cause des incendies provoqués par les troupes lors des diverses guerres du siècle. Il arrive aussi que le tabellion précise que le contrat a été annulé car les époux se sont fait une donation mutuelle ou, encore, ont rédigé un testament35. Souvent, il n’y avait pas de contrat du tout, les termes de la coutume étant suffisamment explicites pour les familles. Il n’y a pas, par exemple, de contrats concernant des paysans ou des mineurs. Et il se trouve que la plupart sont le fait de réformés, avant tout des artisans et en particulier des artisans du textile pour lesquels la famille est une véritable « cellule de production » et cela nécessite de préciser, autrement que le fait la coutume, le régime matrimonial et successoral.

  • 36 Formule par laquelle sont désignés le temple de Sainte-Marie et l’église de Sur L’Hâte, dans le qua (...)
  • 37 « Sur le Pré » ou « auf der Matte », ainsi désignait-on l’église luthérienne située en bas de la vi (...)
  • 38 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103. Dans ce cas, la diversité de con (...)

27Dans les contrats, est indiquée, sauf exception, la confession des futurs époux et l’Église dans laquelle sera célébré le mariage. La formule pour les réformés est presque toujours qu’ils se marieront « en face d’église dont ils font tous deux profession, à Sainte-Marie ou à Échery »36. Il en va de même pour les luthériens qui se marient « sur le Pré »37. Les catholiques de Sainte-Marie Alsace se marient à Sainte-Marie-Madeleine du côté lorrain au moins jusqu’à la construction de l’église Saint-Louis, du côté alsacien. Les choses se compliquent quand les époux sont de « religion contraire ». Où va être célébré le mariage ? Quelle sera la condition de l’épouse ? Dans quelle confession seront baptisés et élevés les enfants ? Là encore les contrats de mariage donnent la solution adoptée. La plupart du temps la cérémonie a lieu dans l’église à laquelle appartient le mari et, en règle générale, le mari s’engage à ne pas contraindre sa femme à se convertir ; quant aux enfants, les fils auront la confession du père et les filles celle de la mère. Abraham Cubru, veuf luthérien, épouse Anne Moigé, célibataire catholique, le 26 juin 1655. Dans leur contrat du 1er janvier 1655, il explicite ses intentions et déclare qu’« il ne pourra ni ne devra en façon quelconque la contraindre à changer de religion mais la laissera vivre en liberté de conscience sans l’inquiéter en aucune manière » ; il est aussi stipulé que les garçons seront baptisés à l’église allemande sur le Pré et les filles à l’église catholique du côté de Lorraine « pour éviter les querelles et débats à cause de la diversité de religion » et « pour ainsi lesdits enfants suivre les religions de leur père et mère si faire le veulent quand ils seront en âge »38.

  • 39 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103.
  • 40 Idem. Il est en effet relativement courant dans les contrats de mariages, à Sainte-Marie, de voir u (...)
  • 41 Idem.

28Mais il n’en va pas toujours ainsi : le 15 novembre 1653, est dressé le contrat de Suzanne Bémon, célibataire luthérienne, et de Hans Jacob Houlers, célibataire réformé. Le mariage a lieu sur le Pré et les enfants seront luthériens. Elle est originaire de Sainte-Marie (Fertrupt) et lui de Suisse. C’est sans doute un immigré de fraîche date et il ne peut rien imposer, ni même être traité à égalité39. C’est un peu le même cas de figure qui se présente le 26 août 1660 quand est dressé le contrat de Maria Meyerin, veuve de David Lorentz, et de Claus Clavelin, jeune célibataire. Elle est luthérienne, mais on n’indique pas la confession du mari. Elle est de Sainte-Marie (Bréhagotte), lui d’Urbeis. Il s’engage à ne pas contraindre sa femme à changer de religion, le mariage se fera « sur le Pré » et les enfants, s’il y en a, seront luthériens qu’ils soient filles ou garçons. Quant à Jean Verpelier, veuf luthérien, qui s’était marié la première fois sur le Pré, le contrat de son second mariage avec Anne Girardin, veuve réformée, prévoyait qu’il aurait lieu, lui aussi, à l’église luthérienne ; en réalité, il a été célébré au temple réformé le 21 juin 1666. La situation se complique encore en cas de remariage entre veuf et veuve et d’adoption par les futurs conjoints des enfants qu’ils ont eus de leur premier mariage40! Anne Marchand, par exemple, épouse en secondes noces le 1er décembre 1668, Hans Wemeyer, veuf lui aussi. Elle est réformée et a, de son premier mariage en 1657 avec David Didier, deux enfants Élisabeth et Paul qui sont évidemment réformés. Lui a, de son mariage en 1655 avec Anne Irmel, deux enfants luthériens, Anne-Marie et Odile qui épouseront plus tard des réformés ! Cette adoption croisée ne pose apparemment pas de problème puisqu’elle est approuvée par la justice41.

  • 42 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, registre du consistoire 202 J/5.
  • 43 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, registre du consistoire 202 J/6.

29Il semble que le consistoire de l’Église réformée accepte ces mariages auxquels il est cependant fondamentalement opposé comme les clergés des autres confessions. Mais il veut cependant un moyen de contrôle et oblige les futurs à publier les bans au temple même si le mariage n’y est pas célébré. Sinon, le contrevenant est convoqué au consistoire et sévèrement tancé, il doit parfois faire réparation publique. Ainsi en 1646, Suzanne Chodé, qui a épousé un papiste à Hunawihr, doit faire réparation en consistoire. Le 25 décembre 1672, Hans Goetz est exclu de la Cène pour avoir signé le 13 octobre le contrat de mariage de sa fille Marguerite avec Michel Strobel stipulant que les futurs enfants seraient luthériens comme le père. Le mariage a eu lieu le 7 novembre 1672 et le 19 mars 1673, Marguerite Goetz comparaît devant le consistoire : elle est censurée, promet de tenir bon contre son mari, dit qu’elle est marrie et elle est admise à la Cène. Jean Lhoste, qui a épousé une femme papiste, est convoqué au consistoire le 15 mars 1682, mais comme il n’obtempère pas : il est retranché de la Cène « pour une fois ». Le 3 mai suivant, « il a demandé pardon à Dieu et au consistoire, il a pu communier »42. Le 29 août 1699, comparaît Jacob L’Huillier. Il avait été retranché de la Cène parce qu’il avait consenti que ses enfants soient luthériens et qu’il n’avait pas fait « publier ses annonces en notre Église suivant la coutume ». Pour communier, il doit apporter un certificat précisant que, s’il revient à Sainte-Marie où il est né, ses enfants seront réformés43.

30Pour la période 1637-1699, 39 mariages « mixtes » – 19 avec un ou une catholique – sont mentionnés dans le registre du consistoire. Pour 28 d’entre eux, nous n’avons pas de contrats, soit qu’il n’y en ait en effet pas eu, soit qu’ils aient été perdus ou passés autre part qu’à Sainte-Marie. Chaque fois que le contrevenant est appelé en consistoire. Dans 16 cas, ce sont des réformées qui ont épousé des catholiques dont les noms ne sont jamais mentionnés. Convoquées, elles font « amende honorable » et sont admises à la Cène. Toutefois, lorsqu’elles aggravent leur cas – elles ont assisté à la messe ou participé aux « idolâtries » de leur mari –, elles doivent faire réparation publique au temple.

  • 44 Jean Séguy, Les assemblées anabaptistes-mennonites de France…, p. 127.
  • 45 Idem.

31Que dire, alors, de la coexistence religieuse à Sainte-Marie ? Les seigneurs de la vallée du côté alsacien, que ce soit les Ribeaupierre ou leurs successeurs, les Birkenfeld, se sont toujours montrés accueillants aux minorités religieuses. Éguenolphe ou son fils, Eberhard de Ribeaupierre n’hésitent pas à résister aux Habsbourg au xvie siècle jusqu’au traité de Munster (1648) qui réglera la situation de ces minorités. Qu’il y ait eu un intérêt économique de leur part, c’est possible, mais il ne faut pas oublier qu’Éguenolphe tout d’abord, puis ses descendants, n’ont jamais manifesté de fanatisme sur le plan religieux. « Leur religion, tournée vers l’expérience intérieure et la sainteté de la conduite, se préoccupait peu des divergences confessionnelles. […] Ce n’est point par hasard que Spener – natif de Ribeauvillé, filleul de la comtesse Agathe de Salm, femme d’Eberhard de Ribeaupierre, élevé dans l’atmosphère du château et par le propre aumônier de la comtesse, Joachim Still – devint un des pères du piétisme. »44. Cela ne changea pas avec l’avènement en 1673 de Christian II de Birkenfeld, gendre du dernier Ribeaupierre, qui avait été l’élève de Spener45.

32De leur côté, les pasteurs, curés, autorités religieuses, tout en cherchant à préserver l’orthodoxie, la discipline et la cohésion de leur communauté, savent bien qu’ils ne sont pas tout-puissants et acceptent, dans une certaine mesure, ces mariages mixtes. Quant aux fidèles, ils ne sont pas des incroyants, mais il faut vivre et souvent simplement survivre et parfois la seule solution est d’épouser quelqu’un « de religion contraire » et d’accepter que les enfants soient de confessions différentes. Et cela a créé à Sainte-Marie une situation originale et qui a perduré.

Mariages « mixtes » et confession non précisée 1632-1688

Mariages « mixtes » et confession non précisée 1632-1688

Mariages « mixtes » au XVIIe siècle à Sainte-Marie-aux-Mines

Mariages « mixtes » au XVIIe siècle à Sainte-Marie-aux-Mines

Mariages entre personnes d’une même confession (1632-1688)

Mariages entre personnes d’une même confession (1632-1688)

Notes

1 A.D. Haut-Rhin, Seigneurie de Ribeaupierre, E 2073, Histoire des pasteurs de 1550 à 1581 par le maître d’école Jacquat, copie du texte établi par Claude Rouget. Voir aussi Eugène Mülhenbeck, Claude Rouget, Une église calviniste au XVIe siècle 1550- 1581. Histoire de la communauté réformée de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace), Paris-Strasbourg, 1881.

2 Voir Eugène Mülhenbeck, Histoire des mines de Sainte-Marie côté d’Alsace, Sainte-Marie-aux-Mines 1898 et Philippe Denis, Les Églises d’étrangers en pays rhénans (1538-1564), Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège – fascicule CCXLII, Paris, 1984, p. 257-304.

3 Eugène Mülhenbeck, Claude Rouget, Une église calviniste au XVIe siècle 1550- 1581. Histoire de la communauté réformée de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace), Paris Strasbourg, 1881.

4 Michelle Magdelaine, « La discipline de l’Église réformée de Sainte-Marie-aux-Mines », B.S.H.P.F., janvier-février-mars 1978, p. 133-141.

5 Eugène Mülhenbeck, Claude Rouget, Une église calviniste au xvie siècle 1550-1581. Histoire de la communauté réformée de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace), Paris-Strasbourg, 1881.

6 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, E 2075.

7 Localité lorraine, possession des comtes sauvages du Rhin et de Salm. Le rhingrave, Philippe-Othon, abjura le protestantisme et prit en 1625 un édit qui interdisait l’exercice du protestantisme, décrétait la fermeture des temples, ordonnait aux pasteurs et aux maîtres d’école de partir et aux habitants de se faire instruire dans le délai d’une année, sous peine de bannissement.

8 Jean Séguy, Les assemblées anabaptistes-mennonites de France, EHESS, Société, mouvements sociaux et idéologies, première série : études XVII, p. 112-113 et p. 126- 136, Paris-La Haye, 1977.

9 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, ordonnance du Conseil provincial d’Alsace, 8 mai 1677.

10 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, collection Degermann, n° 3542.

11 « Articles accordez au consistoire de l’Église réformée de Sainte-Marie entre les Français et Allemands », Arch. dép. Haut-Rhin, E 2068 et Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, collection Degermann, n° 3343.

12 Marie-Joseph Bopp, Die evangelischen Geistlichen und Theologen in Elsass und Lothringen von der Reformation bis zur Gegenwart, 1959 et Die evangelischen Gemeinden und Hohen Schulen in Elsass und Lothringen von der Reformation bis zur Gegenwart, 1963-1965. Amyraut est issu d’une famille du premier Refuge, établie à Ansbach puis à Hanau. Il a été pasteur de Sainte-Marie de 1650 à 1659 ; Jean Mellet, d’Oron dans le pays de Vaud, lui a succédé (1659-1665), puis Abraham Couët du Vivier, de Metz (1666-1676).

13 Pasteur presbytérien, né à Edimbourg en 1596 et mort à Cassel en 1680. Il étudia à Oxford, Sedan, Leyde. Très tôt intéressé par la question de la réunion des réformés et des luthériens, il y employa la majeure partie de sa vie, voyageant sans cesse en Suisse et en Allemagne.

14 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, enquête concernant l’enterrement des catholiques résidant du côté d’Alsace (1652).

15 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74, attestations de Didier Merguin, 67 ans, pour 1602, Didier Villaumé, 70 ans, pour 1607 et Jean Valentin, 68 ans, pour 1612.

16 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74. Témoignage de Nicolas Gubertin, 55 ans, pour 1610 : il cite le cas d’un chapelier qui travaillait chez un calviniste et dont on apporta le corps à la porte de la maison où le curé qu’il accompagnait le reçut ; il ajoute qu’il a vu plusieurs fois le curé « avec ses ornements sacerdotaux et la croix passer les limites de Lorraine pour aller voir un malade ou chercher des corps sur les terres de Ribeaupierre ».

17 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74. Témoignage de Jacob Marchal, 26 juillet 1652.

18 Arch. mun. Sainte-Marie-aux-Mines, GG 74.

19 Eugène Mülhenbeck, Documents concernant Sainte-Marie-aux-Mines, 1876-1877, réédition Paris, 2002, p. 345-347.

20 Arch. dép. Haut-Rhin, extraditions de Munich, 19 J/169.

21 Il s’agit du quart des dîmes d’Échery.

22 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/194.

23 Idem.

24 Idem.

25 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/168.

26 Arch. dép. Haut-Rhin, seigneurie de Ribeaupierre, 1 E 83/194.

27 Arch. dép. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-Mines, 202 J/5, 18 mars 1640.

28 Arch. dép.. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-Mines, 202 J/5.

29 Idem.

30 Idem.

31 Idem.

32 Arch. dép. Haut-Rhin, registre du consistoire de l’Église réformée française de Sainte-Marie-aux-Mines, 202 J/6, consistoire du 31 octobre 1706.

33 Toutes les citations des paragraphes précédents proviennent du registre du consistoire 202 J/5.

34 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103, registre n° 7.

35 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103.

36 Formule par laquelle sont désignés le temple de Sainte-Marie et l’église de Sur L’Hâte, dans le quartier d’Échery, en haut de la ville.

37 « Sur le Pré » ou « auf der Matte », ainsi désignait-on l’église luthérienne située en bas de la ville.

38 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103. Dans ce cas, la diversité de confession va de pair avec la diversité linguistique : l’Église luthérienne est de langue allemande, l’Église catholique, du côté lorrain, de langue française.

39 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, 4 E 103.

40 Idem. Il est en effet relativement courant dans les contrats de mariages, à Sainte-Marie, de voir une clause concernant l’adoption des enfants d’un premier mariage par l’un ou l’autre des époux ou, comme ici, par les deux. Ce n’était toutefois possible qu’avec l’accord de la seigneurie.

41 Idem.

42 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, registre du consistoire 202 J/5.

43 Arch. dép. Haut-Rhin, notariat de Sainte-Marie-aux-Mines, registre du consistoire 202 J/6.

44 Jean Séguy, Les assemblées anabaptistes-mennonites de France…, p. 127.

45 Idem.

Table des illustrations

Titre Mariages « mixtes » et confession non précisée 1632-1688
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Mariages « mixtes » au XVIIe siècle à Sainte-Marie-aux-Mines
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Mariages entre personnes d’une même confession (1632-1688)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search