Version classiqueVersion mobile

La coexistence confessionnelle à l’épreuve

 | 
Didier Boisson
, 
Yves Krumenacker

- II - Diversité des formes de coexistence confessionnelle au xviie siècle

La coexistence d’après les registres des consistoires méridionaux

Philippe Chareyre

Texte intégral

  • 1 Raymond Mentzer, « La mémoire d’une « fausse religion » : Les registres de consistoire des Églises (...)

1Les registres des consistoires protestants constituent une source documentaire exceptionnelle malheureusement trop rare car ils ont fait l’objet de saisies systématiques au moment de la révocation de l’Édit de Nantes. Comme le montre le recensement entrepris par Raymond Mentzer1, seuls quelques rares registres, antérieurement saisis dans le cadre d’affaires judiciaires, placés dans des cachettes ou dissimulés dans des familles sont parvenus jusqu’à nous. Les registres les plus volumineux proviennent des Églises du Bas-Languedoc. Ceux de Nîmes, dont la série est quasiment complète, sont les plus connus et les plus exploités ; d’autres, provenant de villes moins importantes, plus fragmentés sont plus négligés.

  • 2 Philippe Chareyre, « Démographie et minorités protestantes », B.S.H.P.F., t. 148 (2002/4), p. 867-8 (...)
  • 3 Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les mo (...)
  • 4 Mark Greengrass, « L’expérience calviniste en Béarn », Revue de Pau et du Béarn, n° 21 (1994), p. 3 (...)

2Cet exemple, malgré sa densité informative, ne doit cependant pas faire l’objet de généralisation. Le Poitou au travers du cas de Loudun, exceptionnellement documenté, étudié par Edwin Bezzina, peut apporter une autre vision dans un contexte différent. Le Bas-Languedoc est en effet un lieu où le protestantisme possède de forts îlots majoritaires, un enracinement rural qui permet la pérennité des communautés2. C’est une région dans laquelle alternent des périodes de paix et de conflits, de coexistence crispée puis de coexistence paisible, comme le montrent Chrystel Bernat et Valérie Sottocasa3. On aurait pu aborder le cas particulier du Béarn qui a bénéficié en 1564 d’une patente sur la liberté de conscience, d’une guerre de religion qui n’a duré que six mois et qui a débouché sur l’établissement du protestantisme comme religion de l’État, auquel a succédé un rétablissement du catholicisme par la loi royale en 16204. Le poids de la mémoire et des rancœurs y est moins fort qu’ailleurs dans les populations dont les relations restent pacifiques. Cette modération religieuse du quotidien n’est malheureusement quasiment pas renseignée par des registres de consistoires, dont quelques épaves tardives ne sont d’aucun secours pour traiter le thème actuel.

3Les délibérations consistoriales apportent essentiellement trois types d’informations relatives à la coexistence : la situation de l’Église dans la ville, les dispositions réglementaires prises dans le cadre des colloques et des synodes relatives à la fréquentation institutionnelle ou privée avec les catholiques, les déviances individuelles ou collectives à la norme. Elles offrent donc une vision partielle (et bien entendu partiale) des fréquentations entre catholiques et protestants. À défaut de transmettre une réalité, elles constituent un indicateur de la progression de la confessionnalisation souhaitée par l’institution, tout en laissant transparaître ponctuellement des scènes imagées qui permettent de toucher du doigt, l’ampleur exacte de la bigarrure familiale ou d’une certaine mixité urbaine.

Un marqueur de la confessionnalisation

4Les registres consistoriaux ont conservé la mémoire des rapports de force entre les deux communautés au sein de la ville, aussi bien dans le domaine politique que dans le domaine ecclésiastique. On y retrouve des nominations de syndics pour traiter telle ou telle affaire, comme des interventions directes auprès des consuls ou des magistrats. Au xviie siècle, dans les isolats majoritaires, lorsque les protestants perdent tout espoir de prééminence dans l’exercice des charges publiques, les registres témoignent de la mise en place de partages destinés à assurer une certaine stabilité (religieuse, sociale, politique) dans la cité. Parallèlement, les variations dans la fréquence des censures relatives à des pratiques relevant du catholicisme ou des liens qu’entretiennent les protestants avec des catholiques constituent un marqueur de la progression de la dichotomie religieuse, ou tout au moins de l’application de la norme en la matière.

Les modes de la coexistence politique

  • 5 Robert Sauzet, Chronique des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviiie s (...)
  • 6 Philippe Chareyre, « Trente ans plus tard : de la paix à la grâce, l’édit de Nîmes, juillet 1629 », (...)

5Dans une grande partie du Bas-Languedoc oriental, la domination protestante s’établit durablement à partir des années 1570 ; néanmoins ces terres à forte majorité protestantes n’ont jamais totalement éradiqué le catholicisme auquel certains secteurs géographiques demeurent fidèles, et qui reste toujours présent dans une proportion variable au sein des villes. La coupure entre les deux communautés n’a jamais été totale ; la présence d’un tiers parti est à l’origine de serments d’union destinés à préserver la survie des communautés face aux incursions militaires. Ceci ne doit pas masquer les rivalités internes bien présentes et qui éclateront durant les guerres de Rohan entre « faucons » et « colombes », partisans de l’usage de la force et politiques, désignés par le sobriquet d’« escambarlats » par leurs adversaires5. Ce sont ces derniers qui l’emportent après la paix de Nîmes de 1629 et intégreront pacifiquement le protestantisme dans l’ordre royal, conformément à l’esprit de l’édit de Nantes6. L’exemple de la ville de Nîmes, que l’on trouve reproduit à des degrés divers dans les communautés plus petites des environs, illustre cette évolution.

6Le premier système mis en place après la paix de Nîmes repose sur un partage plus ou moins équilibré des pouvoirs au regard des situations locales, avec une prééminence officielle catholique par l’exercice de la charge de premier consul. Dans la ville de Nîmes, le consulat et le conseil de ville sont mi-partis en 1631-1632 ; cette situation, après un réajustement en 1655-1658, perdurera jusqu’en 1679. Le collège royal, juxtaposé jusqu’alors à l’académie, est aussi partagé en 1634, régents protestants et jésuites se partageant les classes. La fréquentation entre les membres des deux communautés et même des membres des institutions est obligée, au sein de l’hôpital comme du collège, ce dont s’inquiète régulièrement le consistoire. Prosélytisme, concurrence charitable provoquent alors de vives tensions qui peuvent déboucher sur des émeutes, comme celle de 1650 intervenue à l’occasion de la conversion au catholicisme du jeune Coutelle sous l’influence de l’un de ses professeurs jésuite.

7Les protestants nîmois tentent de substituer un système alternatif de séparation statutaire des institutions au sein de la cité. Son but est destiné tout autant à protéger la communauté protestante de tout prosélytisme qu’à éviter toute sorte de conflit dans la ville. Ainsi en 1653, le collège et l’hôpital sont dédoublés. Ce principe mis en place pour préserver les intérêts de la communauté protestante ne durera que tant que la monarchie le tolérera, c’est-à-dire jusqu’en 1664 pour le collège, puis 1667 pour l’hôpital. Dans la ville de Nîmes s’est donc institué temporairement un véritable système communautariste, renouvelant l’esprit de l’édit de Nantes et qui aurait pu constituer un modèle d’ancrage dans la durée de la diversité religieuse, intégré dans l’ordre administratif du royaume. Dans ce système, la rivalité est désormais strictement religieuse, et s’exerce dans le domaine de la controverse qui connaît un important développement dans les années 1650 et jusqu’au début du règne personnel de Louis XIV. Dans ce temps, s’il n’y a plus de concurrence charitable ni dans l’enseignement, la pression sociale et économique reste forte, dans une ville qui s’industrialise. L’abondance des conversions enregistrées dans les livres consistoriaux peut témoigner d’une certaine mobilité religieuse.

  • 7 Philippe Chareyre, « Le communautarisme au service de la liberté religieuse : l’assemblée protestan (...)

8Au-delà des domaines de l’assistance charitable et de l’éducation dans lesquels l’intervention des institutions religieuses est reconnue, le consistoire prend part à la vie de la cité. Il arrive tout d’abord que des membres du consistoire exercent simultanément, ou alternativement, leur charge avec des fonctions municipales ou judiciaires. Par ailleurs, les registres mentionnent régulièrement une institution originale chargée de représenter les intérêts de la communauté au sein des pouvoirs urbains. Initialement chargée de régler la question de la dette après les guerres de Rohan, elle siège régulièrement à partir des années 1640. Appelée « assemblée des trois corps », elle est composée de magistrats, des consuls protestants en charge, et de représentants du consistoire qui est donc officiellement considéré comme l’un des trois corps représentatifs de la ville7.

L’analyse statistique globale des censures

9Les greffiers consistoriaux ont noté les censures prononcées contre ceux qui fréquentent les catholiques et leur Église ; elles concernent principalement l’assistance à la messe, les relations familiales au travers des cérémonies du mariage et du baptême, les relations professionnelles ou amicales et les risques d’abjuration ou les retours.

  • 8 Voir actes du colloque de Pau de juin 2005, La mesure du fait religieux : l’approche méthodologique (...)

10Une approche sérielle permet de mesurer l’importance accordée à ces éléments dans l’activité consistoriale, et les modalités de son évolution dans le temps. Elle n’est possible que dans les plus grandes villes qui brassent un volume d’affaires quotidien significatif. Cependant, malgré l’importance des récurrences, il n’est que difficilement possible d’estimer le caractère systématique des censures. Ainsi, dans bon nombre de cas, nous avons l’impression d’être confrontés davantage à l’écume d’un phénomène. L’étude sérielle souligne le caractère irrégulier des modalités de retranscription et de l’application des peines qui varient dans le temps, et selon les personnes concernées, en fonction de leur place dans l’Église ou la société, car ce sont des sanctions exemplaires et édifiantes que transmet la mémoire consistoriale. Les registres seraient donc paradoxalement plus riches d’enseignements sur l’institution que sur la vie réelle des fidèles8.

11Malgré toutes ces imperfections, l’analyse sérielle donne néanmoins une tendance générale qui permet une meilleure contextualisation des affaires traitées. Elle apporte également une dimension chronologique à la coexistence, dont les données varient tout au long de la période antérieure à la Révocation. Elle est donc révélatrice tout à la fois de modifications de comportements, comme d’évolutions dans l’application de la norme.

  • 9 Philippe Chareyre, « Le consistoire de Nîmes et l’Édit de Nantes », L’édit de Nantes, sa genèse, so (...)

12Les registres du consistoire de Nîmes font ressortir quatre temps dans la censure des relations catholiques/protestants. Jusqu’à l’application de l’édit de Nantes, lorsque les protestants dominent la ville et que les institutions catholiques ont été démantelées, elle ne représente que 10 % des affaires traitées ; c’est le temps de la mise en place de la réforme morale des fidèles qui mobilise l’action consistoriale, et où l’on prohibe plutôt la fréquentation des cérémonies « idolâtres ». Le premier tiers du xviie siècle voit le retour de l’évêque, l’arrivée des jésuites et la renaissance tridentine de l’Église catholique dans un contexte de réconciliation et de paix ; le nombre des censures dans ce domaine augmente alors jusqu’à 20 % ; elles culminent en données absolues au cours des années 1605-1614. De 1635 à 1654, elles dépassent les 30 % : c’est le temps de la reconquête catholique, de la multiplication des conflits confessionnaux dans la ville et de la mise en place du mi-partiment, puis de sa transformation en système communautariste ; l’augmentation des censures est par conséquent révélatrice de la mise en place de frontières plus nettes entre les deux communautés ; ce sont les mariages « inégaux » qui sont particulièrement visés, et l’assistance aux cérémonies religieuses dans les familles bi-confessionnelles. Les censures chutent ensuite régulièrement, soit en raison de la réussite de la politique mise en œuvre précédemment, ou plus vraisemblablement par le déplacement de l’activité consistoriale vers le domaine de la concurrence charitable. La mise en place d’une législation royale ouvertement favorable au catholicisme dans les actes civils, interdit en effet au consistoire d’aller à l’encontre de la loi royale, et de blâmer ouvertement les pratiques catholiques9.

Relations protestants/catholiques d’après les infractions mentionnées dans les registres du consistoire de Nîmes

Relations protestants/catholiques d’après les infractions mentionnées dans les registres du consistoire de Nîmes

13L’analyse statistique doit être complétée nécessairement par une approche anthropologique car les consistoires, une fois la norme rappelée, traitent les affaires au cas par cas, laissant parfois un temps de parole direct aux témoins et accusés. Cet apport est généralement considéré comme circonstance aggravante, destiné à apporter la preuve d’une faute, pour amener le coupable à la repentance. Il est pour l’historien, riche d’enseignements sur la pratique quotidienne.

La « bigarrure » familiale

14Les registres du consistoire sont une mémoire de l’application de la norme de l’Église réformée et en tant que tels, les marqueurs d’une différenciation religieuse que l’on souhaite voir appliquer. Du point de vue de la règle, la fréquentation des catholiques ou la mixité religieuse dans la ville est considérée par le consistoire comme une entrave à la bonne vie protestante. Dans les temps de l’Église conquérante, cette fréquentation est un pis-aller que l’on essaie de réduire en attendant la disparition complète du papisme ; la fréquentation des protestants et de leur culte doit amener les catholiques à la conversion. Par la suite, la préoccupation essentielle devient d’éviter la dissolution de la communauté par la pratique des mariages mixtes.

Les « mariages inégaux de diverses religions »

15Les registres contiennent des rappels de la discipline ecclésiastique selon les nécessités pastorales du temps. Les exhortations en chaire à Nîmes témoignent de la crainte permanente au xviie siècle, des mariages qui sont source de dissolution de la communauté :

15/08/1618

Contre les mariages inégaux

30/12/1622

Ne pas fréquenter l’Espagne ni les autres pays papistes

25/08/1627

Les filles devront poser les croix qu’elles portent au cou

3/09/1631

Contre ceux qui vont écouter les sermons des jésuites

26/10/1646

Suspension de la cène des parents ayant consenti aux mariages inégaux de leurs enfants

31/08/1650

Ne pas envoyer ses enfants à l’école catholique

23/04/1652

Contre les mariages avec des catholiques et ceux qui les favorisent

16/01/1658

Retirer les enfants du collège des jésuites

7/08/1658

Ne pas donner des parrains et marraines catholiques à ses enfants et contre ceux qui sont parrains et marraines chez les catholiques

10/10/1663

Contre les mariages inégaux : « ce péché ne se repurge pas de parmy nous, croyant qu’on y apporte trop de tolérance »

18/02/1670

Retirer les enfants du collège

16Au-delà des variations dans l’exécution des normes, les délibérations consistoriales montrent qu’à Nîmes, la pratique des « mariages inégaux de diverses religions » ne cesse jamais, et que catholiques et protestants vivent ensemble au sein des familles. Cependant, ces condamnations ne peuvent pas être considérées comme représentant exactement l’intégralité de ces pratiques au sein de la cité ou même de la communauté ; il est en effet très vraisemblable que, dans une ville de cette taille, seuls les cas les plus exemplaires aient été notés dans le registre. Il conviendrait donc de confronter ces documents, si l’on est en recherche d’une statistique réelle, avec les registres paroissiaux catholiques et les actes notariés. Une telle étude donnerait à la coexistence une ampleur statistique sans doute bien supérieure à la trace qu’elle a laissée dans les registres consistoriaux.

  • 10 Élisabeth Labrousse, « Les mariages bigarrés », Le couple interdit. Entretiens sur le racisme, Coll (...)
  • 11 Arch. dép. Gard, 42 J 38, 30/01/1636.
  • 12 Arch. comm. Aimargues, GG 55.

17Cette bigarrure dont le phénomène a été souligné par Élisabeth Labrousse, ne peut pas être éradiquée car elle obéit à des impératifs sociaux, de « coexistence biologique » selon l’expression de Robert Sauzet, au sein d’une ville bi-confessionnelle, auxquels même les membres les plus en vue des Églises n’échappent pas10. Ainsi, Louis de Génas de Puyredon, diacre à Nîmes de 1635 à 1637, marie sa fille à un catholique alors qu’il est encore en charge11. Cet impératif social est clairement affirmé par Jean Trosselier à Aimargues qui, accusé d’avoir marié sa fille à un catholique, répond que son gendre « est un homme de bien et qu’il y en a d’autres qui ont fait semblable chose »12.

Détail des motifs de censure en matière de fréquentation des catholiques et de leur Église à Nîmes

Détail des motifs de censure en matière de fréquentation des catholiques et de leur Église à Nîmes
  • 13 Arch. dép. Gard, 42 J 23, 6/02/1590

18Les craintes des consistoires sont fondées, car l’usage veut que ce soit le parti le plus puissant qui impose le choix de l’Église. Les études à partir du notariat l’ont confirmé. Ainsi, lorsque Jean Blausac qui vient de marier sa fille à un catholique, se voit reprocher d’avoir consenti que figure sur le contrat le mariage à « la papauté », il répond : « qu’il l’a faict à occasion de sa pouvreté et que le fiancé n’a jamais vollu faire ledict mariage sans icelle condition »13.

  • 14 Arch. dép. Gard, 42 J 30, 24/12/1593, f°243.
  • 15 Arch. dép. Gard, 42 J 32, 10/04/1602.

19La persistance de cette pratique semble avoir été favorisée par une sorte de reconnaissance tacite de la liberté religieuse des conjoints, tout au moins dans les milieux les moins liés aux Églises qui voient d’un très mauvais œil que le choix de la célébration religieuse échappe à leur emprise. Le nombre des réparations des conjoints protestants souligne bien la réalité de ce régime de tolérance civile, en conflit avec la norme ecclésiastique. Les sanctions sont lourdes et dans certains cas, l’exigence de la réparation publique devient même un obstacle contre-productif à la réintégration dans la communauté d’origine. Lorsqu’en 1593, le consistoire ordonne à Gabrielle Brun de faire réparation pour avoir épousé un « superstitieux devant un prebstre », elle répond que son mari l’a autorisée à faire profession de sa religion14. Arnouze, une catholique exhortée de se convertir pour épouser un protestant en 1602, déclare qu’elle ne changera pas de religion pour un homme15.

  • 16 Philippe Chareyre, « Consistoire et catéchèse : L’exemple de Nîmes xvie-xviie siècles », Catéchisme (...)

20L’insistance du consistoire à l’égard des mariages se comprend en fonction de la conséquence que cette pratique peut avoir sur le choix confessionnel pour les enfants. Là aussi, des procédés permettant une coexistence pacifique ont été mis en place pour limiter les conflits entre les familles. L’usage est de laisser les enfants lors de leur jeune âge (environ 3 ans) fréquenter l’Église de leur mère. En 1609 le sieur d’Assas convoqué pour cette raison, répond qu’il le permet parce qu’ils sont jeunes. Ensuite, les filles sont élevées dans la confession de la mère, les fils dans celle du père. Ceci laisse penser qu’une partie de la population a fréquenté une autre Église dans sa petite enfance que celle à laquelle elle appartient à l’âge adulte. En retour, cet usage devait faciliter les accommodements au moment du mariage et de façon plus générale, une coexistence amicale au sein de la ville. Cependant, il explique très vraisemblablement en partie la mise en place précoce du catéchisme pour les enfants par le consistoire de Nîmes16. La déclaration royale du 1er février 1669 ordonnant que les enfants dont le père est catholique soient élevés dans sa religion est légalement destinée à enrayer cette pratique, redoutée par les deux Églises.

Des coexistences

  • 17 BnF ms fr 8666, 22/05/1562, 22/07/1562 et 7/10/1562. Registre en cours de publication.

21Les sources consistoriales, en voulant interdire certaines pratiques, en révèlent l’existence et en soulignent l’ampleur. Dans certains cas, donnant la parole aux accusés, elles permettent d’entrevoir des situations originales qui donnent un aperçu du vécu quotidien de la mixité religieuse et des modus vivendi qu’elle suscite, dans les familles comme dans la société. Le premier registre du consistoire de Nîmes en donne une série d’exemples : Mathieu Biscornat met la religion comme circonstance aggravante, expliquant qu’il a chassé sa belle-mère de chez lui « d’aultant qu’est papiste mais la nourrist dehors ». Jean Marot appelé pour querelles avec son père, répond « qu’il auroyt reprins son pere estant papiste de jurer Dieu ». Deux femmes « Admonestees de ce que dernierement en vendent quelque fruicts se seroient batues et aultragees avec une papiste et de ne fere ainsi doresenadvant, ains se mieulx porter et se reconcilier avec elle. Ont promis le fere disantz estre plus grandz amyes que jamais »17.

  • 18 Arch. dép Gard, 42 J 39, 20/04/1650.

22Il serait toutefois hasardeux de conclure sur une vision très irénique des relations familiales et sociales au sein des communautés bi-confessionnelles, dont on pourrait penser qu’elles se seraient accommodées de cette division malgré les tentatives confessionnalisantes des appareils ecclésiastiques. Ainsi, Anne Sautet qui s’est mariée avec un catholique, se présente au consistoire vingt ans après ses noces ; elle n’a jamais fait réparation de son mariage catholique et n’a jamais communié depuis, mais a continué à fréquenter les prêches. Elle déclare qu’elle a « cy bien travaillé qu’elle a faict qu’un de ses enfants fasse profession de la religion crethienne refformée ». Jeanne Deleuze qui s’est mariée en l’Église catholique il y a dix-huit ans, déclare que son époux l’a « viollantée d’aller par force a la messe » et que maintenant « ne pouvant plus vivre de la sorte, elle désire de fere ouvertement proffession de la religion crethienne refformée »18.

23Ces extraits soulignent la profondeur des déchirements familiaux et les drames personnels qui sont le lot de ces sociétés divisées, dont l’on pourrait multiplier les exemples à cette époque comme au cours des siècles suivants.

Une source sur la coexistence pratiquée et vécue

24Les registres les plus denses, principalement dans les villes, ont conservé d’abondants témoignages sur les tentatives des consistoires pour promouvoir le modèle du christianisme épuré de la Réforme. Le rappel des normes, les sanctions prononcées contre les infractions ont conservé la mémoire de cette volonté de distinction qui concerne en premier lieu les pratiques religieuses et plus largement, la préservation de la contamination morale des fidèles par une Église pervertie. Cette différence de traitement n’est cependant pas toujours acceptée ; ainsi la pratique des danses et des jeux qui se poursuit chez les catholiques constitue une tentation permanente chez les protestants, contre laquelle l’action consistoriale apparaît aussi acharnée que désespérée. Les codes sociaux, la mixité religieuse au sein des associations de jeunesse ou dans l’environnement professionnel sont de puissants obstacles au strict respect de la discipline ecclésiastique. Les impératifs sociaux transcendent donc les choix religieux ; les frontières liturgiques ne sont pas non plus tout à fait étanches.

Une mixité dans le sacré

  • 19 Arch. dép. Gard, 42 J 32, 12/06/1602.
  • 20 Arch. dép. Gard, 42 J 35, 19/09/1618.

25Catholiques et protestants, malgré les interdictions et les empêchements, se retrouvent à l’occasion d’actes religieux qui sont des rites de passage mais aussi des moments forts de sociabilité. Jean de Leyris en 1602, accusé d’avoir fait porter son enfant en baptême à l’Église catholique, répond l’avoir fait « en considération d’avoir d’amys »19. La permanence des mariages mixtes a pour conséquence l’assistance ou même la participation aux baptêmes dans l’autre Église. Les registres consistoriaux signalent même la mise en place d’une stratégie pour échapper à la censure : un système de procuration qui fonctionne dans les deux Églises pour éviter au parrain et à la marraine de « contraire religion » de se faire reprocher d’avoir participé à une cérémonie qui leur est interdite. Les registres des baptêmes gardent la trace de ces procurations. En 1613, Madeleine Bonhomme est convoquée pour avoir « subrogé » quelqu’un pour tenir l’enfant à sa place et assisté à la cérémonie à la tribune de l’église. En 1618, l’assemblée du colloque de Nîmes prendra en vain un règlement pour interdire cette pratique20.

  • 21 Arch. dép. Gard, 42 J 33, 16/01/1608.

26La discipline des Églises réformées interdit toute cérémonie funèbre, et le consistoire veille même à empêcher toute assistance aux funérailles. Cette rupture par rapport aux pratiques anciennes n’est pas facile à faire appliquer, d’autant que les habitants des villes et villages jusque dans le premier tiers du xviie siècle, se retrouvent dans la mort dans le même cimetière. Les registres peuvent conserver la trace de piétés filiales supplantant la distinction religieuse : Guillaume Benoit déclare en 1608 à Nîmes, qu’il a bien accompagné sa mère « a la sepulture papistique » car « avant sa mort le luy avoit fait promettre ». Cette même année, le synode provincial de Bas-Languedoc incite à la prudence, voire à la tolérance, en décidant que « les enfants qui auront accompagné les funérailles de leurs parents à la papaulté seront censurés selon la prudence des consistoires »21.

  • 22 Arch. comm. Aimargues, GG 54.
  • 23 Arch. dép. Gard, 42 J 28, 11/04/1583, 42 J 29, 31/03/89, 42 J 30, 8/4/1592, 42 J 32, 10/04/1602.

27Les registres mentionnent enfin la fréquentation de cérémonies religieuses par curiosité pour l’autre confession. Des catholiques assistant au prêche, une tribune leur est réservée dans le temple, c’est sans doute là que se trouvent les nombreux prosélytes que signalent les registres du consistoire. On voit aussi des protestants à l’église ou dans les processions, les pèlerinages ; ces mentions sont plus fréquentes pendant la première période, Est-ce à dire qu’elles ne sont plus de mise par la suite, ou bien que le consistoire préfère mettre l’accent sur l’interdiction des mariages mixtes ? Ainsi à Aimargues en 1594, Toinie Nicolade se vante d’être allée écouter le prêcheur et a soutenu qu’il « prechoict mieulz que le ministre »22. À Nîmes en 1584, Mlle de La Rouvière est allée à la messe, et se justifie en déclarant « que jamais elle n’avoyt veu faire le service de l’idole ». Comme elle, plusieurs autres disent être allés voir par curiosité, selon le vocabulaire de la controverse relayé par les sermons, mettre le « Jean Blanc » ou l’hostie « en prison »23. Les offices des ténèbres, la messe de minuit qui n’ont pas d’équivalent dans la liturgie réformée sont particulièrement attractifs.

28Dans ces gestes hétérodoxes au cours desquels catholiques et protestants se mêlent, il convient d’évoquer les pratiques de divination et de « sorcellerie » que combattent les consistoires, au tournant des xvie et xviie siècles.

Mixité dans la vie professionnelle et dans les loisirs

  • 24 Arch. dép. Gard, 42 J 28, 21/01/1587.

29La distinction religieuse ne suit pas forcément les intérêts économiques. Les registres consistoriaux signalent plusieurs artisans protestants travaillant pour l’Église catholique. En 1602, deux serruriers et un ferblantier, sont suspendus publiquement pour avoir érigé une croix de bois recouverte de fer blanc sur le clocher de la cathédrale. Les apothicaires au même moment vendent des cierges. Un autre déclare avec force vouloir soigner un jésuite malade même si celui-ci « presche contre la vérité ». L’orfèvre d’origine genevoise, David Jomard, apparaît à plusieurs reprises dans les registres de 1597 à 1617 pour avoir réalisé pour l’Église catholique des statues, des reliquaires, des calices ; sa réputation s’étend jusqu’à Arles et au Puy qui lui passent commande. C’est aussi le cas du mercenaire Etienne Pascal, accusé de servir dans les armées catholiques, qui affirme qu’il « estoyt de la religion et son espée catholicque »24.

  • 25 Arch. dép. Gard, 42 J 33, 22/05/1605 et 42 J 34, 29/10/1610 ; 42 J 28, 28/01/1587 ; 42 J 30, 25/12/ (...)

30Les solidarités de métier, voire amicales, passent l’appartenance à l’une ou l’autre Église ; ainsi Léonard Theremin convoqué devant le consistoire de Nîmes pour avoir assisté à Saint-Gilles aux funérailles d’un confrère catholique, le reconnaît sans pour autant « advouer ny adhérer à leurs superstitions »25.

  • 26 Arch. dép. Gard, 42 J 31, 03/03/1598.

31Les habitants se retrouvent non seulement dans le travail, mais aussi dans les moments de loisir. Le consistoire de Nîmes désigne les catholiques comme étant à l’origine du développement des jeux de cartes et des danses auxquels succombent leurs concitoyens protestants. Le 23 mars 1580, trois filles suspectées d’avoir joué aux cartes après dîner sur la place, à la vue de tous ceux qui se rendaient aux prêches, tentèrent de rejeter la faute sur une autre fille catholique, disant que c’était elle qui avait apporté le jeu et qu’elles la « tansserent et prindrent les cartes et les getarent a la rue en la presance de plusieurs personnes ». En 1598, le fils aîné du pasteur Moynier est même trouvé à l’auberge du Gal Rouge, jouant aux cartes en compagnie de prêtres26. Les innombrables censures pour jeux et danses témoignent de ces fréquentations amicales et ludiques.

  • 27 Philippe Chareyre, « Jeux interdits, jeux tolérés. L’application de la discipline réformée dans la (...)
  • 28 Robert Sauzet, Le notaire et son roi. Étienne Borrelly 1633-1718. Un Nîmois sous Louis XIV, Paris, (...)
  • 29 Madame Du Noyer, Mémoires, édition présentée et annotée par Henriette Goldwyn, coll. « le Temps ret (...)

32Les jeux amicaux, dont le seul enjeu accepté par le théologien Lambert Daneau est le prix du repas pris en commun27, à l’occasion desquels se retrouvent protestants et catholiques, seront finalement tolérés à Nîmes. Robert Sauzet a particulièrement bien montré comment ces temps de convivialité masculine ont constitué les moments de plaisir par excellence du notaire catholique nîmois Étienne Borrelly28. Ces manifestations de liens amicaux concernent l’ensemble de la population, y compris les élites. Madame Dunoyer, relatant les derniers jours de son père en 1677, décrit la visite des commissaires, l’évêque Séguier et le conseiller de La Baume, venant lui demander selon la loi dans quelle religion il voulait mourir. Le père ayant persisté dans sa foi, La Baume lui déclara en s’en allant : « Eh bien, puisque vous ne voulez pas vous faire bon catholique, dépêchez vous de reguérir afin que nous puissions boire ensemble »29.

33Pour ces innombrables contacts quotidiens dans les villes bi-confessionnelles, comme dans le cas des mariages mixtes, il convient de prendre en compte la dimension chronologique et notamment les moments d’extrême tension qui ne manquent pas. Robert Sauzet a montré en particulier au travers de l’exemple d’Étienne Borrelly, qui malgré ses amitiés protestantes se réjouit de la Révocation, toute l’ambiguïté de ces relations. Les degrés de coexistence varient selon les personnes, les histoires familiales, la proximité avec les appareils ecclésiastiques.

34Cette coexistence est donc une adaptation pratique, vitale, destinée à maintenir la cohésion sociale et la prospérité économique de la cité, tiraillée entre les interventions du pouvoir politique et le prosélytisme des Églises. Elle n’est cependant jamais sereine, dans un temps où la tolérance n’est qu’une transition, et où le système communautariste rêvé par les protestants nîmois sous Mazarin est démantelé par Louis XIV. Les registres consistoriaux ont gardé bien involontairement la mémoire de fréquentations régulières et durables entre les membres des deux communautés confessionnelles, qui peuvent être de nature familiale, amicale ou conviviale. Ils montrent des niveaux de coexistence (supportables ou insupportables par les institutions ecclésiastiques) selon les lieux, selon le temps. Ils constituent donc, lorsqu’ils ont été conservés, une source incontournable, fourmillante d’informations, que l’historien se doit toutefois de manipuler avec précaution, en se gardant de toute généralisation et en prenant soin, autant que possible, de la croiser avec d’autres sources documentaires, tout particulièrement municipales ou notariales.

Notes

1 Raymond Mentzer, « La mémoire d’une « fausse religion » : Les registres de consistoire des Églises réformées de France (xvie-xviie siècles) », B.S.H.P.F., t. 153 (2007/4), p. 461-475.

2 Philippe Chareyre, « Démographie et minorités protestantes », B.S.H.P.F., t. 148 (2002/4), p. 867-889.

3 Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées. Protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005 ; et « Les guerres de Rohan (1620-1629) et la construction de l’identité cévenole », B.S.H.P.F., t. 152 (2006), p. 625-645. Chrystel Bernat, « Terre camisarde et théâtre d’opposition catholique : la Vaunage durant les troubles des Cévennes entre répression d’État et violences de Religion », La Vaunage au xviiie siècle (1685-1787), t. 2, Nages-et-Solorgues, Association Maurice Aliger, 2005, p. 657-689.

4 Mark Greengrass, « L’expérience calviniste en Béarn », Revue de Pau et du Béarn, n° 21 (1994), p. 37-60. Philippe Chareyre, « Une expérience de tolérance civile en Béarn. La patente sur la liberté de conscience de Jeanne d’Albret, 2 février 1564 », Tolérance et solidarités dans les pays pyrénéens, actes du colloque international de Foix, 18-20 septembre 1998, Département de l’Ariège, Foix, 2000, p. 215-232.

5 Robert Sauzet, Chronique des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviiie siècle, Caen, Paradigme, 1992.

6 Philippe Chareyre, « Trente ans plus tard : de la paix à la grâce, l’édit de Nîmes, juillet 1629 », Paix des armes et paix des âmes, Actes du colloque international de Pau, organisé par la Société d’Histoire Religieuse de la France, l’Université de Pau, la Société Henri IV, Jean-Pierre Babelon (dir.), 8-11 octobre 1998, Imprimerie Nationale, 2000, p. 343-370.

7 Philippe Chareyre, « Le communautarisme au service de la liberté religieuse : l’assemblée protestante des Trois-Corps à Nîmes au xviie siècle », in Les cultures politiques à Nîmes et dans le Languedoc oriental : affrontement et dialogue, François Pugnière (éd.), Paris, L’Harmattan, 2008.

8 Voir actes du colloque de Pau de juin 2005, La mesure du fait religieux : l’approche méthodologique des registres consistoriaux dans l’espace calvinien européen, B.S.H.P.F., t. 153 (2007/4).

9 Philippe Chareyre, « Le consistoire de Nîmes et l’Édit de Nantes », L’édit de Nantes, sa genèse, son application en Languedoc, Journée de commémoration de l’édit de Nantes organisée par la ville de Montpellier, Arlette Jouanna et Michel Péronnet (dir.), 15 mai 1998, Bulletin Historique de la Ville de Montpellier, n° 23 (1999), p. 117-128.

10 Élisabeth Labrousse, « Les mariages bigarrés », Le couple interdit. Entretiens sur le racisme, Colloque de Cerisy La Salle, mai 1977, Paris, Mouton, 1980, p 159-176. Robert Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Publications de la Sorbonne, Vander-Oyez, Paris Nauwelaerts, Louvain, 1979, p. 165-168, citant l’expression contenue dans la communication d’Alphonse Dupront, « Unité des chrétiens et unité de l’Europe dans la période moderne », 13e congrès international des sciences historiques, Moscou, 1970, p. 9.

11 Arch. dép. Gard, 42 J 38, 30/01/1636.

12 Arch. comm. Aimargues, GG 55.

13 Arch. dép. Gard, 42 J 23, 6/02/1590

14 Arch. dép. Gard, 42 J 30, 24/12/1593, f°243.

15 Arch. dép. Gard, 42 J 32, 10/04/1602.

16 Philippe Chareyre, « Consistoire et catéchèse : L’exemple de Nîmes xvie-xviie siècles », Catéchismes et confessions de foi, VIIIe colloque Jean Boisset, XIIIe colloque du Centre d’Histoire des Réformes et du Protestantisme, 11-14 octobre 1993, Presses de l’Université Paul-Valéry-Montpellier III, 1995, p. 403-423.

17 BnF ms fr 8666, 22/05/1562, 22/07/1562 et 7/10/1562. Registre en cours de publication.

18 Arch. dép Gard, 42 J 39, 20/04/1650.

19 Arch. dép. Gard, 42 J 32, 12/06/1602.

20 Arch. dép. Gard, 42 J 35, 19/09/1618.

21 Arch. dép. Gard, 42 J 33, 16/01/1608.

22 Arch. comm. Aimargues, GG 54.

23 Arch. dép. Gard, 42 J 28, 11/04/1583, 42 J 29, 31/03/89, 42 J 30, 8/4/1592, 42 J 32, 10/04/1602.

24 Arch. dép. Gard, 42 J 28, 21/01/1587.

25 Arch. dép. Gard, 42 J 33, 22/05/1605 et 42 J 34, 29/10/1610 ; 42 J 28, 28/01/1587 ; 42 J 30, 25/12/1592.

26 Arch. dép. Gard, 42 J 31, 03/03/1598.

27 Philippe Chareyre, « Jeux interdits, jeux tolérés. L’application de la discipline réformée dans la France méridionale », Plaisirs et transgression. France-Espagne xvie-xviie siècles, Actes du colloque de Pau 2005, « coll. Universitaria », Orthez, éditions de Gascogne, 2006, p. 385-418.

28 Robert Sauzet, Le notaire et son roi. Étienne Borrelly 1633-1718. Un Nîmois sous Louis XIV, Paris, Plon 1998, p. 154.

29 Madame Du Noyer, Mémoires, édition présentée et annotée par Henriette Goldwyn, coll. « le Temps retrouvé », Mercure de France, 2005, p. 37-38.

Table des illustrations

Titre Relations protestants/catholiques d’après les infractions mentionnées dans les registres du consistoire de Nîmes
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Détail des motifs de censure en matière de fréquentation des catholiques et de leur Église à Nîmes
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/6079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© LARHRA, 2009

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search