Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

La nouvelle Compagnie

Jésuites et protestants dans la revue Christus

Rémi de Maindreville

Texte intégral

1Les protestants et le protestantisme sont peu présents dans la revue Christus : moins de 20 numéros, sur 258 à ce jour, livrent au moins un article relatif à un thème protestant ou signé d’un auteur ou d’une autrice de confession protestante, relevant presque toujours de l’Église réformée de France ou de Suisse. Huit auteurs protestants, tous pasteurs, dont deux femmes, signent un article. Les autres sont écrits par des auteurs catholiques, à quoi il faut ajouter deux textes repris de D. Bonhoeffer. Faut-il interpréter cette modestie du dossier comme un manque d’intérêt de Christus, ou même des jésuites, pour les protestants et pour le mouvement œcuménique ? Sûrement pas ! D’une part, le contenu et la forme des articles publiés expriment une recherche de vérité des comportements ainsi qu’une communauté d’esprit dans le rapport à la différence et à l’unité entre des confessions longtemps opposées, souvent avec violence. Mais surtout, les thématiques développées dans les articles, en regard de la distribution des numéros dans le temps, témoignent d’une évolution des questionnements et des attitudes spirituelles des uns et des autres. Cette intervention voudrait en proposer une lecture fondée sur trois périodes.

« Une voix protestante à la veille du concile1 »

  • 1 Christus, n° 36, octobre 1962, p. 553.

2Cette voix est celle d’Émile Ribeaute, pasteur de l’Église réformée de France à Marly-Le-Roi, qui intitule ainsi le texte que la revue Christus, créée 8 ans auparavant, lui a demandé pour « présenter quelques-unes des questions soulevées par les perspectives d’un rassemblement des chrétiens », est-il écrit dans le liminaire. Le concile œcuménique vient alors d’ouvrir sa première session. Avec deux autres articles signés par des jésuites, celui de Ribeaute forme un petit ensemble qui donne, pour la première fois dans Christus, un « écho » de la vie protestante et de la réalité du protestantisme en France et dans le monde. Une « voix », des « échos », ces mots sont en effet les plus adaptés pour donner corps, âme, expression propre, à l’autre, perçu jusqu’ici comme « non-catholique et minoritaire », dans une identité référée à la « nôtre » sans qu’on n’exprime rien de la sienne. La parole donnée à l’autre, la recherche de « contacts », le « dialogue », avec l’expérience des convergences et des divergences, voilà qui donne son unité et son sens à cette première période des relations entre jésuites et protestants à travers la revue Christus, entre 1962 et 1970.

3Chez les catholiques, le temps est à l’ouverture avec la mise en œuvre du concile. Œcuménique, il ébranle les représentations habituelles de la vie de la foi et les limites de la conscience catholique. On change d’échelle et de vision de l’universel. L’horizon est celui d’un monde en évolution dans lequel l’Église a mission de vivre et de répandre l’Évangile du salut en Jésus-Christ. Et les protestants y prennent leur part, ce sont des frères dont la voix a besoin d’être entendue et reconnue dans ce qu’elle exprime et incarne en propre de la foi en Jésus-Christ. Les contacts sont ainsi plus aisés et recherchés un peu partout jusque dans les paroisses et pas seulement entre représentants d’Église ou entre théologiens. Il y a un désir d’écouter l’autre et de découvrir les richesses de sa foi, qui croît à la mesure d’échanges réciproques nombreux. Se dessine ce que l’auteur appelle un « signe », tout à la fois un miracle, « une intervention de Dieu », et un « indicateur d’avenir » : des chrétiens que des siècles de luttes et de rivalités ont confinés dans les frontières de leurs églises, cherchent maintenant à se rejoindre pour découvrir ce qui les unit, plus fortement que ce qui les sépare.

4Ce changement réciproque de regard et d’attitude vient de loin, nourri de déplacements culturels profonds, comme le montre l’analyse convaincante qu’en fait le pasteur Ribeaute. Du côté protestant, le mouvement œcuménique s’est mis en marche dès 1910, et fédère environ 200 Églises protestantes qui se rassemblent dans des assemblées régulières. En 1948 se crée à Amsterdam le Conseil œcuménique des Églises, auquel appartiennent aussi des Églises orthodoxes et anglicanes. L’Église catholique, sans en être membre, y collabore par l’envoi d’observateurs. Le protestantisme accède ainsi à une dimension universelle qui le confronte à sa propre histoire et à sa tradition, à partir de questions qui se posent dans la mission et la liturgie. Elles ne sont pas sans liens avec les préoccupations de l’Église catholique. En témoigne, par exemple, l’article du P. Greco, précédant dans le même numéro celui de Ribeaute, sur les « contacts » entre Églises qu’impliquent toujours plus l’avenir et la paix des diverses missions chrétiennes à Madagascar. En 1969, dans le n° 61 de Christus, l’historienne catholique Annie Perchenet éclaire de manière très documentée la notion d’intercommunion qui fit grand débat à l’assemblée d’Upsal (1968) entre les Églises protestantes elles-mêmes.

5L’Église catholique a fait elle aussi beaucoup de chemin, en particulier dans « l’essor des études bibliques ». Sans retracer ici l’histoire de la crise moderniste, souvenons-nous que l’exégèse biblique catholique était très en retard sur celle des protestants au début du xxe siècle. L’effort catholique fut source de drames personnels et de condamnations pour ceux qui privilégiaient « l’esprit scientifique » tel qu’on le définissait alors au Vatican. Du côté des jésuites, l’institut biblique pontifical est créé et confié à la Compagnie en 1909, en bonne partie contre l’esprit de l’École biblique de Jérusalem créée par les dominicains et jugée trop proche des thèses et méthodes modernistes. À la veille du Concile, le « renouveau biblique » dans l’Église catholique est une réalité qui se donne à voir dans deux « événements » différents évoqués par notre « voix » protestante. D’une part, la recherche biblique dans ses dimensions diverses (exégèse, archéologie, herméneutique…) multiplie les colloques et les débats, développe des collaborations grâce à quoi on apprend à s’apprécier en travaillant ensemble. Le deuxième événement, et non des moindres, est la vulgarisation de la Bible dans le monde catholique ; elle devient un objet d’étude, de lecture, de formation, de prière. La Parole de Dieu n’est plus seulement la lecture et l’interprétation qu’en donnent les clercs dans la liturgie et dans le Magistère. Elle devient, et de plus en plus après le concile, celle qu’éveille dans les cœurs l’Écriture lue, méditée, partagée. À cette époque où naît la « Communauté Vie Chrétienne » par exemple, chaque réunion commence par un temps de lecture et de partage médité d’un passage de la Bible. Et on va voir apparaître çà et là dans des livraisons de Christus des lectures méditées de l’Écriture. La spiritualité et particulièrement la prière catholique s’en trouvent transformées, tandis que se développe une proximité plus grande entre les pratiques priantes catholiques et protestantes.

6Cette époque du Concile et des années qui suivent est donc au sein même de Christus un temps de rapprochement, de contacts, de découverte et de connaissance mutuelle. Des liens se tissent, des amitiés se nouent. On parle de « frères séparés » en même temps qu’un regard et une écoute fraternels se substituent à l’ignorance ou à la méfiance. Bien entendu restent des divergences majeures et profondes : la Tradition comme seconde source de la Révélation et l’action de l’Esprit Saint dans l’Église ; la conception et le rôle de la grâce dans l’opération du salut, et les conséquences que cela engendre sur la place de Marie, des sacrements, les ministères et les œuvres, alors même qu’est reconnue par les uns et les autres l’authenticité chrétienne d’une expérience spirituelle comme celle de Luther.

  • 2 Ibid., p. 533-545.

7En Europe et en France c’est surtout dans l’univers ecclésial que ce commencement de relations nouvelles fait « signe ». Mais aux États-Unis, c’est au niveau de la société que les attentes sont les plus fortes, comme l’écrit le P. Avery Dulles, jésuite américain converti au catholicisme, dans un article du même numéro2. Désormais majoritaires aux USA où vient d’être élu pour la première fois un président catholique (J-F Kennedy), les catholiques sont attendus sur le terrain d’un Bien commun plus universel que celui de leur propre communauté. Il leur faut intégrer davantage la dimension politique des problèmes d’une société démocratique moderne, comme l’ont fait avant eux les protestants. C’est la question du pluralisme et du défi politique qu’il implique qui se pose alors à eux. Jusqu’ici, ils ont fait preuve d’une grande capacité d’initiative sociale pour résoudre les problèmes d’éducation, de pauvreté, de sexualité, etc., à l’échelle de leur communauté et au sein des paroisses. Il leur faut désormais entrer en dialogue avec tous, et confronter leurs valeurs et leurs choix à ceux des autres pour incarner une catholicité plus réelle et juste.

8Dépasser les frontières d’Église pour incarner l’Évangile dans un monde pluriel et sécularisé sera le défi spirituel des années 70 en Europe pour tous les chrétiens. Les jésuites y prennent une part active dont Christus donne un écho.

« Être ensemble… malgré tout3 »

  • 3 Christus, n° 69, janvier 1971.

9L’image est peu engageante, comme un programme qui se définirait par défaut. Mais elle dit bien ce qui se cherche et se vit chez les uns et chez les autres dans les années 70 et la manière dont Christus s’y implique. C’est la période qui offre le plus de récits et de réflexions autour de l’œcuménisme, pour l’essentiel autour des relations entre catholiques et protestants appartenant principalement à l’Église réformée : 12 articles sur 9 ans, soit plus d’un par an, ce qui, en regard du rythme des parutions de Christus, signifie que l’œcuménisme est devenu une des composantes du regard et de l’interrogation spirituels que la revue porte sur le monde et la vie. « Être ensemble… malgré tout » traduit donc une volonté d’aller de l’avant ensemble, en essayant de dépasser dans l’action commune les divisions anciennes ou nouvelles qui séparent.

10Le numéro 69 de la revue initie une problématique nouvelle des relations entre jésuites et protestants. Son titre est, en effet, celui que donne le tout nouveau rédacteur en chef, le P. Joseph Thomas, à un numéro qui cherche à éclairer « la crise de l’identité chrétienne » à la lumière du dynamisme œcuménique d’un côté et de la division interne de l’Église ou des Églises de l’autre, dans le contexte d’une société dont les fondamentaux sont de plus en plus bouleversés au plan culturel. Le liminaire l’annonce avec précision :

  • 4 Ibid., p. 3-4.

Au moment même où l’œcuménisme s’affirme, où le souci de « présence au monde » devient déterminant dans l’attitude chrétienne, il semble qu’à l’intérieur de l’Église les rapports soient de plus en plus difficiles […] les catholiques se trouvent maintenant avec d’autres […] en communication, en relation fraternelle et positive, en collaboration pour des tâches communes ; et au nom même de l’évangile. Mais du même coup, il arrive qu’ils se découvrent de plus en plus loin d’autres catholiques, dont les orientations sont différentes […] La foi elle-même semble lieu et cause de discorde4 ».

11Face aux divisions doctrinales ou politiques, l’action commune sur le terrain, au sein d’associations ou de communautés nouvelles, devient le lieu d’une collaboration fraternelle dans la mission au nom de l’évangile.

  • 5 Ibid., p. 32.
  • 6 Ibid., p. 46-52.
  • 7 Ibid., p. 125-33.

12C’est la pertinence des analyses et de la dynamique soutenue par trois auteurs catholiques qui libère un dynamisme spirituel nouveau dans une action œcuménique au cœur du monde. Et tout d’abord, un article de Joseph Thomas met l’accent sur le monde et la réconciliation par la croix : « le lieu véritable de la question de l’unité » n’est pas l’Église, « c’est le monde et ses conflits. Le lieu, c’est la croix » et citant P. Beauchamp : « Cette croix est le lieu hors duquel il n’y a pas de réconciliation, ni avec Dieu, ni entre les hommes5 ». Un article très fort de Maurice Bellet valorise ensuite la séparation quand, au lieu d’entretenir un esprit de séparation, elle naît du choix de l’universel : « c’est parce que le Christ veut l’union de tous les hommes qu’il déclenche la séparation et l’opposition […] Il n’y a pas d’autre issue que de retrouver, dans la mesure de nos forces, la portée et la profondeur du choix évangélique6 ». La séparation est un atout. Enfin, dans un article de grande saveur spirituelle et qui n’a rien perdu de son actualité, John C. Futrell (St Louis University) donne à goûter ce qui, dans la spiritualité ignatienne, fonde « l’union des cœurs », selon Les Constitutions de la Compagnie de Jésus : une union intérieure à Dieu qui se donne dans un amour actif du prochain et unit entre eux les membres d’une communauté, amour de reconnaissance pour ce que Dieu ne cesse de faire pour moi et qui se vit dans la vie du monde. On est là au cœur de la spiritualité d’Ignace de Loyola, au moment où les dix premiers compagnons fondent la Compagnie de Jésus et désirent se mettre au service de l’Église et de son Vicaire sur la terre7.

  • 8 Ibid., p. 34.
  • 9 Ibid., p. 53-64.

13Dans les années 70, ce mouvement intérieur pousse des jésuites à collaborer avec des « frères séparés » au sein d’associations ou de communautés, pour se mettre « ensemble » au service d’une humanité qui subit l’injustice. L’union et la fraternité n’appellent pas seulement une réflexion critique et des débats doctrinaux. Elle se bâtit au quotidien dans l’urgence d’une action sociale, voire politique, qui peut être source de nouvelles formes de division, mais qui invite à ratifier ensemble un choix évangélique commun et reconnu. La création de la CIMADE, co-écrite par le pasteur Michel Wagner et le P. André Legouy, le raconte avec force, sous le titre : « Pour un œcuménisme “ex-centrique” ». Ce « service œcuménique d’entraide » né de la guerre et des nécessités de la reconstruction, exerce son activité dans les domaines des réfugiés, des travailleurs migrants, du Tiers-Monde, des situations d’urgence. Ces domaines « ex-centrés », situés à la marge, à la périphérie de la société, dirait-on aujourd’hui, deviennent le cœur battant d’un service de l’homme. Ils sont le centre d’une vie communautaire où la foi chrétienne retrouve son sens évangélique et son engagement social à promouvoir la reconnaissance et la justice dues à tout homme. Le choix des mots et des images est significatif par les déplacements qu’ils pointent dans l’action et l’histoire. Là où, neuf ans auparavant, le P. Greco s’affligeait du « scandale » de la division confessionnelle à Madagascar et appelait à des « contacts » et à un dialogue réguliers, ici, l’urgence d’« une action évangélique aussi pressante ne peut que se jouer des débats confessionnels et des divisions ecclésiastiques », comme l’écrivent les auteurs8. La dimension communautaire marque l’action de manière aussi forte que diverse. Elle se vit à travers des engagements ponctuels ou durables, elle peut aussi aller jusqu’au vivre ensemble, mais dans tous les cas, elle se vit dans le service et dans la prière où s’unifie la relation entre ceux qui aident et soutiennent, quelle que soit leur confession, et ceux qui sont en souffrance, en fragilité. Prêtre et directeur du « Centre communautaire international » de Bruxelles à l’époque, Max Delespesse fait une analyse intéressante de ces communautés nouvelles et fraternelles qui naissent de cette conscience d’une urgence évangélique, d’un appel à mettre en œuvre l’Évangile qu’on ressent devant la situation du prochain9. Elles se multiplient dans les années 70 et 80. Ainsi par exemple, au milieu des années 80 dans le centre de Lille, on compte quatre communautés de tailles inégales, où, dans un service fraternel ou une vie commune avec des personnes très pauvres, avec aussi des handicapés, s’associent des religieux et religieuses catholiques, des jésuites et des dominicains, des réformés et des baptistes.

  • 10 Ibid., p. 102-116.
  • 11 Ibid., p. 127.

14Ces deux grandes manières d’être ensemble, catholiques et protestants, l’une plus réflexive sur des questions plus doctrinales ou spirituelles, l’autre plus active et prophétique sur le terrain de la justice, se poursuivent au long des parutions de Christus. Elles ne se croisent pas vraiment au sens où la première fonderait la pratique de l’autre dans des situations précises. Mais elles se nourrissent l’une de l’autre, indéniablement. Ainsi dans le n° 73 de janvier 1972 consacré au « Passage au réel » une réflexion très riche du pasteur André Dumas, « stades sur les chemins de la foi », creuse la fonction de l’image et de l’imagination à partir des visions dans la Bible : « imaginer n’est pas s’évader, mais s’élancer », et l’imagination liée à la foi permet d’anticiper, « de découvrir au milieu de la réalité un début non imaginaire du futur », tout comme est anticipée « en Jésus ressuscité la recréation du monde10 ». Un peu plus loin, un texte de Bonhoeffer vient souligner cette manière de s’incarner dans le monde à la suite du Christ : « c’est en vivant pleinement la vie terrestre qu’on parvient à croire11 ». Dans le numéro suivant, le P. Daniel Olivier appelle à la vigilance en regardant « Luther et la permanence du péché », tant est aisé l’oubli du don gracieux du salut dans la Parole de Dieu, qu’on est toujours tenté de durcir et de chosifier dans une construction religieuse et légaliste. Sur les pratiques de terrain, deux articles à signaler. Le premier est daté de juillet 1979 dans le n° 103, où l’auteur H. Roux fait un point intéressant sur « l’unité et la diversité dans l’œcuménisme », à l’époque où celui-ci marque un ralentissement dans une recherche d’unité, alors que se développent les collaborations fraternelles et communautaires au service des populations exclues ou écrasées dans la société.

15C’est pourquoi on pourrait dire que les années 79-80 clôturent une période essentielle dans les relations entre jésuites et protestants (et plus largement sans doute). Au plan spirituel, c’est celle d’une sensibilité évangélique commune, celle d’une écoute et d’une reconnaissance du Christ présent et appelant depuis les lieux d’exclusion, de blessure et de fragilité humaine et sociale. C’est celle d’une créativité commune et d’une collaboration fraternelle au sein du service et du combat pour une justice plus grande au nom de l’Évangile et de l’annonce du Royaume. Cette avancée dans la mission commune, dans les relations et la connaissance mutuelles se poursuit dans les années suivantes sans être remise en cause.

Une expérience spirituelle commune et partageable

  • 12 Christus, n° 117, janvier 1983, p. 120.

16Mais du même coup, une troisième période s’ouvre avec les années 80. Car c’est une même expérience spirituelle qui est reconnue comme telle chez les uns et les autres. C’est cette communauté d’expérience de l’Esprit et des signes de sa présence qui marque désormais les relations. Et le deuxième article annoncé un peu plus haut en décrit bien le processus. Il s’agit d’un article du n° 117 de janvier 8312, où Sœur Marie-Ange Ralet, sous le titre « Un œcuménisme spirituel », raconte la création et l’histoire du groupe « Kaïre » (Réjouis-toi !). Créé en 1971 près de Genève, il rassemble comme dans un « monastère invisible », des femmes « qui exercent une responsabilité au sein d’associations de diaconesses ou comme supérieures de communauté anglicane, orthodoxe, catholique, protestante ». Son but est de « favoriser l’expérience d’un œcuménisme spirituel et d’être un lieu de discernement de l’unité dans l’Eglise ». Pour cela, elles s’engagent à « prier pour aider à la croissance commune et à redécouvrir le cœur de leurs vocations diverses, de manière à maintenir une tension vivante entre les structures qu’elles animent et la vie de l’Esprit ». Une session de cinq jours a lieu une à deux fois par an dans différentes villes européennes.

17Cette création œcuménique et spirituelle originale intéresse et réjouit profondément la rédaction de Christus, aujourd’hui comme à l’époque, car elle y trouve la juste motivation qui la pousse elle-même à solliciter des écrivains protestants (le plus souvent), mais aussi anglicans et orthodoxes, dont la pensée peut nourrir une authentique expérience chrétienne de l’Esprit Saint, dans laquelle tout baptisé peut se reconnaitre. Une telle expérience discerne l’appel du Christ là où on ne le percevait pas ou mal, de manière à incarner davantage sa présence dans la vie personnelle ou collective, à travers la conversion d’une attitude, d’une relation, d’un geste ou d’une action, y compris liturgique, que tous peuvent signer au nom de leur foi.

  • 13 Christus, n° 179, juillet 1998, p. 302 sq.
  • 14 Ibid., p. 310.
  • 15 Christus, n° 220, octobre 2008, p. 486.

18C’est ce qui préside à l’écriture des articles qui paraissent dans Christus, à fréquence plus basse dans les années 80, à rythme plus élevé dans les années 1990 et 2000. Ces dernières sont marquées par un formidable engouement pour des expériences spirituelles très mêlées et peu incarnées. La préoccupation de soi, à la fois narcissique et amnésique, fait le lit du « développement personnel ». Dans ce contexte d’une société de plus en plus liquide et très sécularisée où priment l’individu et son « moi », les textes de théologiens réformés comme É. Fuchs, autour du « souci de soi » traversé par la figure du « prochain », L. Basset, autour de la culpabilité, de la haine et du pardon, ou encore D. Marguerat, soulignant les trois courages des apôtres Pierre et Paul, viennent aux côtés d’autres auteurs rappeler avec force et justesse la mémoire douloureuse et heureuse d’un vrai rapport à soi qui passe nécessairement par l’autre et la sortie de soi, car le salut, la Parole, la miséricorde qui nous sont donnés gratuitement, mettent à mal notre confort intérieur. Dans le même sens, le pasteur baptiste Louis Schweitzer13, s’interrogeant en 1998 sur les « revivals » montre que dans tout « réveil spirituel », « le croyant habite les récits bibliques qui deviennent son histoire ». Et cela le conduit à évoquer un « œcuménisme inconscient » des « mouvements spirituels ». Le « réveil » serait alors une « occasion d’accueillir à nouveau une part de l’héritage de l’Église universelle », l’Église en réforme constante. Et de citer Tauler, l’Imitation, F. de Sales, Fénelon, et jusqu’à l’héritage patristique14. Dix ans plus tard, le théologien jésuite Étienne Grieu voit dans « l’essor des Églises évangéliques comme un révélateur : il y a de grandes soifs spirituelles chez nos contemporains » qui ne trouvent ni lieux ni occasions de se formuler. Ces Églises leur permettent de goûter « l’immense amour de Dieu pour eux », de vivre une expérience de « délivrance » qui change leur vie, et non pas d’abord une reconnaissance du péché15.

  • 16 Christus, n° 198, avril 2003, p. 227-228.

19Se perçoit là, au cœur de l’expérience spirituelle contemporaine, une proximité intérieure forte entre protestants et jésuites, dans le don gracieux et libre d’un amour de Dieu qui libère. Ursula Tissot, pasteure à Berne, dans un article non dénué d’humour publié en avril 200316, parle même de « séduction » : « Pourquoi St Ignace séduit-il les réformés ? », est le titre qu’elle donne à son article. Et la réponse est nette : « le point le plus séduisant pour les protestants est la place faite à l’Écriture, la méditation de l’Évangile, le temps consacré à cela, une manière originale d’aborder la Parole […] sans se perdre, s’ennuyer ou cérébraliser […] Dans les “exercices spirituels”, “je” suis (suivre) le Christ comme parmi ses disciples ». Le pasteur Ribeaute soulignait déjà, sans se référer aux Exercices, le renouveau du rapport des catholiques à l’Écriture en 1962.

  • 17 Christus, n° 169, janvier 1996, p. 74-81.

On a cru pendant des siècles que la fidélité à l’Église catholique impliquait un jugement unilatéral sur les “schismatiques” et les “hérétiques” […] comme si “e devoir de fidélité exigeait que l’on restât intransigeant vis-à-vis des individus ou des groupes séparés de l’Eglise”, écrit M. Fédou en 199617. Mais depuis plus de 50 ans, poursuit-il, cette fidélité s’est déplacée et approfondie, comme l’a souligné le pape saint Jean-Paul II : “l’aspiration de toute communauté chrétienne à l’unité va de pair avec sa fidélité à l’Évangile” […] La marche vers l’unité passe nécessairement par l’humble reconnaissance de ce que l’on apporte soi-même et de ce que l’on peut recevoir d’autrui – sans autre critère que la fidélité profonde à l’Évangile du Christ.

20C’est ce dont témoigne modestement Christus au long de son histoire. L’unité demeure une aspiration, mais elle passe autant par l’accueil réciproque de la foi vivante de l’autre, par les liens fraternels et l’amitié qui se tissent dans des collaborations multiples, par l’expérience spirituelle qui proclame et incarne l’Évangile, – ce que cherche à transmettre la revue –, autant que par les indispensables débats doctrinaux.

  • 18 Christus, n° 93, janvier 1977, p. 116.

21Reste pourtant une question : pourquoi Christus est-il si longtemps discret sur les expériences œcuméniques qui se vivent à Taizé ou dans une communauté de spiritualité ignatienne comme le Chemin Neuf ? Il faut en effet attendre les années 90 pour que la revue leur consacre quelques pages. La réponse vient peut-être sous la plume du P.A. Demoustier en 1977 : « comment nous entraider à découvrir la réalité de l’élection divine sur nos vies ? La question suppose l’alternance de l’interrogation et de la réponse […] Le refus de toute ambigüité pourrait ne laisser aucune place au souffle de l’Esprit Saint18 ». Seul le risque du dialogue et de l’ouverture permet au souffle de passer, à la parole de se préciser en liant les interlocuteurs. N’est-ce pas ce que nous apprend l’œcuménisme ?

Notes

1 Christus, n° 36, octobre 1962, p. 553.

2 Ibid., p. 533-545.

3 Christus, n° 69, janvier 1971.

4 Ibid., p. 3-4.

5 Ibid., p. 32.

6 Ibid., p. 46-52.

7 Ibid., p. 125-33.

8 Ibid., p. 34.

9 Ibid., p. 53-64.

10 Ibid., p. 102-116.

11 Ibid., p. 127.

12 Christus, n° 117, janvier 1983, p. 120.

13 Christus, n° 179, juillet 1998, p. 302 sq.

14 Ibid., p. 310.

15 Christus, n° 220, octobre 2008, p. 486.

16 Christus, n° 198, avril 2003, p. 227-228.

17 Christus, n° 169, janvier 1996, p. 74-81.

18 Christus, n° 93, janvier 1977, p. 116.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search