Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

La nouvelle Compagnie

Les protestants français et le pape François

Olivier Chatelan

Texte intégral

  • 1 Pape François, Rencontres avec Dominique Wolton. Politique et société, Paris, Éditions de l’Observa (...)
  • 2 Emmanuel Tagnard (dir.), Très Saint Père. Lettres ouvertes au pape François, Paris, Salvator, 2018.
  • 3 Date de la tenue du colloque dont est issu ce texte.

1« La Compagnie a été sauvée par une Allemande protestante, devenue ensuite orthodoxe, une grande femme : Catherine II. C’est elle qui a sauvé la Compagnie1 ». Cette affirmation ne vient pas de la bouche d’un détracteur des jésuites mais du pape François lui-même, publiée dans le livre d’entretiens avec Dominique Wolton publié en 2017. Dans un autre ouvrage récent, la philosophe et théologienne suisse Lytta Basset écrit qu’elle a été saisie par l’humilité du nouvel élu sur le siège pontifical lorsqu’il s’est présenté au balcon place Saint-Pierre, et qu’il est devenu de ce fait et dès ce moment précis « notre pape » : « de quoi se faire retourner dans leur tombe nos grands Réformateurs » ajoute-t-elle d’elle-même. « Prise aux entrailles », Lytta Basset voit dans François « un frère », grâce auquel elle expérimente une véritable « communion des saints2 ». Voilà qui mérite l’attention du chercheur. D’après ces deux témoignages diffusés et mis à la disposition du grand public, c’est donc au minimum un esprit de concorde qui caractériserait les rapports entre le pape jésuite et les protestants (ou une partie d’entre eux), ce qui ne va pas sans susciter l’étonnement et la curiosité après des siècles pendant lesquels la méfiance a souvent empoisonné les rapports entre jésuites et protestants, en France et plus largement en Europe. D’autant qu’aux yeux des protestants, François peut présenter le double handicap d’être à la fois pape et jésuite. L’objet du présent article est donc de rendre compte des représentations et des opinions des protestants français sur le pape François, en discutant la réalité d’une « lune de miel » ou d’un « état de grâce » de part et d’autre, depuis l’élection de l’archevêque de Buenos Aires l’Argentin Jorge Bergoglio sur le siège pontifical (mars 2013) et jusqu’en mai 20183.

  • 4 Pour un état des lieux du protestantisme en France peu avant l’élection du pape François, voir Séba (...)
  • 5 En ligne : diaspora-eec-france.blogspot.com [consulté le 5 mai 2018].
  • 6 Pape François. Lexique, Paris, Cerf, 2018.

2Il paraît d’emblée nécessaire d’insister sur les limites de la brève étude qui va suivre. Trois en particulier sont à signaler. En premier lieu, l’historien est mal à l’aise sur le très contemporain, faute d’archives lui permettant de travailler un minimum d’épaisseur temporelle et de mettre à distance son objet. On s’est par conséquent contenté ici de faire une revue de presse à partir de la documentation disponible. La récolte est mince et il n’est pas certain que les échantillons repérés soient représentatifs d’une quelconque opinion publique protestante sur le pape François, si tant est qu’il existe une opinion publique protestante unique : il faut parler de protestantismes au pluriel4. Ainsi, on trouve peu de réactions sur les sites web d’évangélisation à visée prosélyte déclarée, du type « topchretien.jesus.net », « enseignemoi » ou « connaitredieu ». Il en va de même pour des sites souvent peu bavards créés par des responsables religieux des diasporas africaines en France, comme celle des protestants congolais, pourtant actifs dans plusieurs villes françaises5. Un autre indice de ces rapports peu documentés ou à tout le moins périphériques chez les observateurs de la pensée et de l’action du pape François : le Lexique pape François publié aux Éditions du Cerf comporte bien une entrée « Réforme » mais son auteur, le cardinal Óscar Rodríguez Maradiaga, archevêque de Tegucigalpa (Honduras), traite de la réforme de la Curie et non des Réformes protestantes6 ! Toutefois, ce relatif silence est sans doute révélateur : soit d’une indifférence, soit – plus certainement, nous le verrons – d’un accommodement à l’égard d’une « unité chrétienne dans la diversité » et d’un pape dont on loue unanimement certaines qualités d’écoute, de compassion et de dialogue.

  • 7 Ce texte a été rédigé en mai 2018.

3La seconde limite à ce travail tient dans le fait que cette histoire est encore en cours : le pontificat de François est inachevé7, et bien des évènements pourront à l’avenir ruiner ou remettre en cause tout ou partie des analyses présentées ici. Enfin, on s’en tiendra ici aux protestants français qui, malgré leur diversité, ne représentent qu’une petite fraction des Églises nées de la Réforme à l’échelle mondiale. Sans doute leur avis sur le pape est-il globalement plus positif que chez des protestants d’autres pays ou continents, où son positionnement sur des sujets sociétaux n’est pas toujours bien accueilli.

4Ces limites posées, l’examen de la documentation disponible laisse transparaître une appréciation généralement favorable à l’égard du pape François parmi les protestants français. Il faudra donc d’abord évoquer l’espoir qu’a suscitée l’élection de ce nouveau pape en 2013, puis décrire cet apaisement des relations qui peut se traduire jusqu’à un engouement pour la personne de Jorge Bergoglio, enfin en comprendre les ressorts, avant d’en souligner d’éventuelles limites. On s’interrogera au fil du texte sur la place et le rôle que l’appartenance de François à la Compagnie de Jésus a pu jouer dans le regard et l’appréciation portés par les protestants français.

Un pape qui suscite des attentes fortes du côté des protestants français

5Le moment de l’élection d’un nouveau pape constitue toujours un temps propice aux commentaires. La presse se nourrit des spéculations et des rumeurs mais aussi des attentes et des mises en garde émises par les différents responsables religieux, qui ensemble dessinent un état des lieux des relations entre l’Église catholique et les autres confessions. Ce fonctionnement ritualisé de l’attente a été précédé en 2013 par un fait inattendu : celui de la démission du pape Benoît XVI, qui a coloré différemment cette période d’incertitude.

Un contexte particulier : l’annonce de la démission du pape en février 2013

  • 8 « Une décision sage et humble », Réforme, 14 février 2013.

6La démission de Benoît XVI a pris le monde de court, et les protestants français, comme d’autres, ont réagi à l’évènement. On peut rappeler ce commentaire d’Élisabeth Parmentier, professeur de théologie pratique à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, qui traduit alors assez bien l’état d’esprit des responsables du culte protestant : elle salue un « signe d’intelligence » chez ce « théologien brillant proche des protestants dans sa christologie » mais qui n’a pas su proposer les ouvertures œcuméniques attendues8.

7La période comprise entre le 28 février et le 13 mars 2013 a donc constitué un temps d’attente particulièrement long, propice aux pronostics et à une certaine glose sur les chantiers à mener dans le catholicisme. C’est le temps de tous les possibles, des inventaires et des défis à relever pour le nouveau pape. Journalistes et observateurs recherchent les profils-type ou l’homme idéal, évaluent les cotes des uns et des autres et comptent les appuis possibles au sein du collège cardinalice.

8Si les protestants français se tiennent plutôt à l’écart de ces spéculations qui les font sourire tant le fonctionnement de la machine électorale vaticane leur paraît incongru et d’un autre âge, un journal comme Réforme, équilibré dans sa distribution de la parole aux différentes tendances du protestantisme français, ne se tient pas à l’écart. L’hebdomadaire se fait l’écho des attentes, mais sans naïveté ni irénisme. C’est le ton de la mise en garde qui a été choisi par la rédaction, sous la forme d’un seul article. Il s’agit d’un entretien accordé à Claude Baty, dans lequel le président de la Fédération protestante de France relativise la place du catholicisme dans le christianisme mondial :

Beaucoup de papes font comme si le monde tournait autour de Rome. Or, l’essentiel de la population catholique n’est plus en Europe. J’attends du futur pape qu’il soit sensible à cette nouvelle géographie du monde, mais aussi qu’il propose une vision à l’ensemble du monde chrétien. Cette attention portée aux Suds n’est pas une demande nouvelle. Le constat que les périphéries constituent les nouveaux centres de gravité du catholicisme et sans doute aussi du protestantisme est mis en évidence depuis plusieurs années par les spécialistes du fait religieux. L’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie sont les nouveaux réservoirs de fidèles, pastoralement dynamiques. L’attente est par conséquent forte car il y a urgence à prendre en compte ces nouvelles réalités sociologiques et géographiques connues, enjeu des années à venir […].

  • 9 Fanny Bijaoui, « Un pape très attendu » [entretien avec Claude Baty], Réforme, 14 mars 2013.

9À ses yeux, la désignation est également lourde de conséquences pour une seconde raison, qui concerne de très près le monde protestant : l’anniversaire des 500 ans de la Réforme a lieu en 2017, avec un lancement des commémorations à partir de la fin d’année 2016 en Suède. Claude Baty s’interroge : « Ce nouveau pape va-t-il regarder la Réformation comme une erreur, une faute ou au contraire comme une chance qui n’a pas été saisie et qui pourrait l’être ? Autant d’enjeux importants ». La nécessité du dialogue œcuménique et inter-religieux est rappelée en fin d’entretien, comme clés de voûte d’un monde pacifié9.

Un a priori favorable lors de l’annonce de l’élection

  • 10 « Un air frais d’œcuménisme. Entretien avec la pasteure Jane Stranz », Réforme, 11 juillet 2013.

10On comprend dès lors que le monde protestant ait été très attentif aux premières paroles du nouveau pape. Des gestes symboliques à destination du monde protestant dès l’intronisation ne passent pas inaperçus. Ainsi, la déléguée à l’œcuménisme de la Fédération protestante de France, la pasteure Jane Stranz, fait part à la presse de sa surprise et de sa satisfaction pour l’invitation pour la messe d’intronisation à Rome qu’ont reçus le secrétaire de l’Alliance évangélique mondiale Geoff Tunnicliffe et le secrétaire du Forum chrétien mondial Larry Miller, lesquels ont parlé d’un accueil très chaleureux de la part du nouvel élu10.

  • 11 « François, très attendu », Réforme, 21 mars 2013.
  • 12 Antoine Nouis, Réforme [éditorial], 21 mars 2013.

11L’hebdomadaire Réforme dans la première édition qui suit l’élection pontificale fait part d’un satisfecit prudent11 : « Ses premiers gestes ont séduit, il se dit l’ami des pauvres ». Dans son éditorial, Antoine Nouis se montre malin et un brin sarcastique. Il évoque les ruses de l’histoire parfois à l’œuvre dans la désignation d’un nouveau pape : un possible réformateur ne peut-il pas être choisi à partir d’un mode de désignation archaïque et peu démocratique ? « [Plusieurs papes non attendus] se sont révélés en décalage voire en rupture avec l’appareil de l’Église : si l’Église catholique fonctionnait comme les Églises protestantes, les présidents des conférences épiscopales et les responsables des services du Vatican auraient été interrogés et Angelo Scola [alors archevêque de Milan et donné favori par plusieurs experts] aurait été élu à l’unanimité. À l’usage, le mode de désignation des papes a permis d’appeler des hommes qui ont apporté un regard différent et ont donné un nouveau souffle à leur Église. Il nous est souvent arrivé d’interroger l’ecclésiologie catholique pour ne pas honorer ce qu’elle a de positif ». L’éditorialiste se prend dès lors à rêver et formule une demande récurrente mais qui entre désormais dans le champ du possible concernant l’œcuménisme : « Un beau geste consisterait à décréter une hospitalité eucharistique. [...] Il n’est pas question de faire de l’intercommunion en déclarant que le différend entre catholiques et protestants sur l’Eucharistie serait résolu. [...] Il s’agit simplement de reconnaître que cette différence n’empêche pas l’hospitalité [...]12 ».

12Le pape François suscite donc un intérêt réel chez les protestants français, qui se mue rapidement en une sympathie non dissimulée chez certains d’entre eux, comme si son appartenance à la Compagnie de Jésus n’était pas un obstacle, sinon à une forme d’adhésion, au moins à une certaine séduction dont on peut tenter de décrire les contours.

Les raisons d’une séduction

13Il ressort de la lecture et du dépouillement de la presse protestante française que trois facteurs jouent en faveur du nouveau pape : les qualités personnelles de Bergoglio qui donnent de l’Église catholique une image plus humble et empreinte d’une moindre suffisance qu’à l’époque de certains de ses prédécesseurs ; sa double provenance religieuse et géographique – il est latino-américain et jésuite – ce qui paradoxalement le rend audible ; enfin, son déplacement symbolique à Lund en Suède en octobre 2016 pour commémorer les 500 ans des Réformes.

Un pape humble et affable

  • 13 Frédéric Mounier, « Le pape François lave les pieds de jeunes prisonniers lors de la messe du Jeudi (...)
  • 14 Antoine Nouis, « Les premiers mois du pape François », Réforme, 11 juillet 2013.

14Les premiers actes de François comme pape sont salués par les protestants français dans leur ensemble, autant que les sources consultées permettent de le savoir. Antoine Nouis parle de « signes réjouissants » qui laissent penser que l’Église catholique ne se place pas en position de surplomb et de domination mais qu’elle entend se mettre au service du monde. Plusieurs faits et gestes sont ainsi salués. En premier lieu son lavement des pieds le Jeudi Saint à une femme étrangère, musulmane et ancienne délinquante, dans la prison Casa del Marmo près de Rome13. Puis son premier voyage hors de la capitale italienne sur l’île de Lampedusa début juillet 2013 auprès des migrants et des secouristes et associations qui leur portent assistance : le souverain pontife ne choisit pas un palais pour ce premier déplacement mais un lieu où se concentre la misère du monde, pour pleurer les victimes noyées et appeler à plus de solidarité en Europe pour accueillir ceux qui fuient par la mer14. Son attention aux migrants ne laisse pas indifférents les protestants, souvent engagés dans des actions de solidarité, à la Cimade, à Réseau éducateurs sans frontières (RESF) ou ailleurs.

  • 15 Ibid.
  • 16 « Un air frais d’œcuménisme. Entretien avec la pasteure Jane Stranz », Réforme, 11 juillet 2013.

15La première encyclique du pape, Lumen Fidei (5 juillet 2013), bien que rédigée à quatre mains avec son prédécesseur, est également saluée avec chaleur par l’hebdomadaire Réforme. Trois éléments, explique Antoine Nouis, sont « susceptibles de réjouir un protestant » : d’abord l’idée que la foi est un chemin avant d’être l’adhésion à un corps de doctrine. On rêve, dit-il, d’une Église qui accepterait de déposer ses certitudes pour se laisser surprendre. Ensuite, l’énoncé d’une parole humble qui porte un regard bienveillant sur le travail des humains : l’arrogance parfois de mise dans l’Église romaine est congédiée. Enfin, le texte romain est intéressant par ce qu’il ne dit pas. En effet, les auteurs ont la délicatesse de ne citer que les deux sacrements reconnus par les protestants, baptême et eucharistie, pour la transmission de la foi. Il en va de même, juge Nouis, pour la figure de Marie : seul le dogme de la virginité est évoqué, pas l’Immaculée Conception ni l’Assomption, non reconnus par les protestants. Ce silence insiste par conséquent en creux sur ce qui est commun aux Églises. Antoine Nouis y voit là une « courtoisie œcuménique », à moins que ces silences soient moins volontaires qu’il ne veuille l’espérer15. Comble de ce positionnement d’ouverture et de simplicité du pape : certains protestants comme Jane Stranz, assez optimistes, en viennent d’emblée à se demander s’ils seront eux-mêmes à la hauteur du dialogue en train de s’ouvrir pour rechercher une lecture commune de l’histoire de la Réforme16. Il y a là un renversement saisissant des dispositions à la discussion habituellement revendiquées par les protestants face à des catholiques qui seraient peu enclins au dialogue.

  • 17 Antoine Nouis, « Une surprise... divine », Réforme, 13 mars 2014.
  • 18 Nathalie Leenhardt, « Un pape qui suscite l’attente et soulève l’espérance », Réforme, 13 mars 2014
  • 19 Christophe Lacon, « Le pape François : un réformateur ? », Ensemble Sud-Ouest, 6 février 2017.

16Cet état de grâce entre le journal Réforme et le pape François se prolonge. En mars 2014, près d’un an après son élection, Antoine Nouis parle encore de la « surprise divine » de ce pontificat et évoque plusieurs raisons d’une proximité objective. En plaçant la vie d’un seul individu plus haut que l’économie mondiale, le pape rappelle le sens fondamental de l’humanisme chrétien, par-delà les confessions. Sur le plan éthique, François « vit ce qu’il croit, il ne fait pas de la communication, il habite sa compréhension de l’Évangile ». L’homme suscite par conséquent l’admiration par l’authenticité de l’incarnation de sa fonction. Or, précisément, un des points fondamentaux qui sépare les protestants des catholiques est la question politique : le rapport au pouvoir, « représenté par l’appareil vaticanesque dont les dérives sont symbolisées par le scandale absolu de la banque du Vatican ». En prenant le contre-pied de ce pouvoir, troisième point de convergence, François s’attaque aux « écuries d’Augias », ce qui ne peut que séduire les observateurs protestants17. François Clavairoly parle quant à lui de « cohérence » dans l’action du souverain pontife, qui prend en affection les victimes de la mondialisation et dénonce les égarements du pouvoir financier romain18. Même son de cloche dans les régions : le mensuel de l’Église protestante unie de France en Sud-Ouest, Ensemble – Sud-Ouest, se félicite quatre ans après l’élection de la façon qu’a le pape d’assumer et d’habiter sa charge en rupture nette avec ses prédécesseurs19. Au-delà de ses qualités personnelles et d’un type de gouvernement moins autocrate, les origines de François jouent-elles un rôle ?

Un pape inattendu, aux antipodes d’un profil classique de jésuite latino-américain ?

17Il est nécessaire de distinguer deux points dans les appartenances de Jorge Bergoglio car ils ne suscitent pas les mêmes commentaires : d’une part son rattachement à l’ordre jésuite, d’autre part ses origines latino-américaines.

  • 20 « François, très attendu », op. cit.

18Dès son élection en 2013, son appartenance à la Compagnie de Jésus suscite une curiosité voire des inquiétudes, explicites dans Réforme. Le journal se fait l’écho d’une défiance à peine voilée, en particulier au sein des membres de la branche luthéro-calviniste : « Son appartenance à la Compagnie de Jésus intrigue ». Dans le même numéro, un article consacré à la Compagnie commence par cette accroche peu amène : « Jésuites ? À ce seul nom pendant des siècles, on a tremblé ». Mais la tonalité du papier n’est pas polémique. La brève présentation se contente de donner quelques chiffres sur les effectifs jésuites actuels fournis par Henri Madelin du Centre Sèvres de Paris et fournit quelques clés de lecture, en particulier sur les principaux domaines d’action de la Compagnie, l’annonce de la foi et la promotion de la justice sociale. Le petit dossier semble là pour montrer que la Compagnie de Jésus est plus qu’inoffensive : elle travaille dans le même sens que bien des protestants. Le rédacteur en chef d’Études François Euvé, interviewé pour l’occasion, rappelle l’existence du Service jésuite des réfugiés et du Centre d’étude et de recherche en action sociale (CERAS) et cite la revue Projet. Le journal loue l’excellence intellectuelle et spirituelle qui caractérise l’histoire de la Compagnie (le nom de Michel de Certeau est mentionné), ce qui explique mais ne justifie pas « les soupçons d’un pouvoir occulte tentaculaire ». Réforme fait l’éloge chez les jésuites d’un discernement et d’une rigueur dans la recherche du sens qui ne s’improvisent pas. Enfin, on rappelle l’importance de l’obéissance jésuite qui n’est « pas celle des casernes mais dialogue intérieur et ouverture à la conscience de l’autre20 ».

  • 21 Frédérick Casadesus, « L’Église en compagnie de Jésus », Réforme, 21 mars 2013.
  • 22 Frédérick Casadesus, « Les jésuites et la Réforme, un compagnonnage apaisé », Réforme, 2 février 20 (...)

19Toutefois, le journaliste Frédérick Casadesus rappelle l’ambiguïté du statut du jésuite, à la fois totalement affilié à la puissance pontificale et fidèle en tout point à la hiérarchie de la Compagnie : « Tout cela ne parait guère protestant » ajoute-t-il avec malice. Pourtant, là encore, le journal veut croire que les passerelles se multiplient entre les ennemis de jadis. La lecture de la Bible en est le lieu privilégié : les jésuites ne figurent-ils pas parmi les plus brillants exégètes catholiques actuels, très critiques et novateurs ? Pour le théologien luthérien Jacques-Noël Pérès, cité dans l’article, « il existe toutes sortes de jésuites. Mais quand ils se rendent accessibles, ils le sont plus que bien d’autres ». Et le journaliste de conclure : « L’Histoire dira qui est François. En attendant, elle joue un sacré tour21 ». Début 2017, un second article dans Réforme met en évidence l’actualité d’un compagnonnage apaisé entre jésuites et protestants, qui tranche avec l’histoire pour le moins houleuse entre la Compagnie et les partisans de la Réforme22. L’heure est par conséquent, si l’on en croit Réforme, à l’examen des points de convergence, non au rappel des moments douloureux.

  • 23 Michel Leplay, « Vous avez dit François ? », Réforme, 13 mars 2014.
  • 24 Communiqué de l’UEPAL, 13 mars 2013.
  • 25 Sébastien Fath, « Le paradoxe du pape François », [En ligne : blogdesebastienfath. hautetfort.com, (...)

20Serait-ce donc que François est plus franciscain que jésuite ? C’est l’apostrophe que lui adresse avec humour le pasteur Michel Leplay, ancien directeur de Réforme et figure du groupe des Dombes : « Courage, frère François, bon samaritain franciscain pour demain...23 ». C’est également la référence choisie au Poverello d’Assise qui suscite la curiosité de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine au moment de l’élection du nouveau pape. Son président Jean-François Collange évoque dans son communiqué de félicitations le symbole et le signe d’espoirs profonds que suscite le nom de François alors que le monde est largement désenchanté24. Sébastien Fath y voit pour sa part « le paradoxe du pape François » : le quatrième vœu jésuite de soumission au pape et la méfiance de François d’Assise pour les fastes romains peuvent être vus comme une contradiction25, mais une contradiction féconde puisqu’elle stimule et la réflexion des observateurs et l’action et l’image de l’Église au plus haut niveau.

21Venu du continent sud-américain, le pape ne laisse pas indifférent. Les protestants voient-ils dans cette origine une chance ou un obstacle ? En concurrence intense et directe avec le catholicisme en Amérique latine, en particulier au Brésil mais pas seulement là, les Églises évangéliques auraient toutes les raisons de craindre l’avènement d’un pape combattif sur cette question, même si sur le terrain, ce sont les protestants qui l’emportent dans la conquête de nouveaux fidèles.

  • 26 Nathalie Leenhardt, « Un pape qui suscite l’attente et soulève l’espérance », Réforme, 13 mars 2014
  • 27 Sébastien Fath, « Le nouveau pape catholique face au défi évangélique mondial », [En ligne : blogde (...)

22Or Jorge Bergoglio est précédé d’une réputation non seulement de fin connaisseur de cette émulation et des Églises pentecôtistes mais il est également respecté par la qualité de ses relations avec les protestants en Argentine lorsqu’il était archevêque de Buenos Aires. Ainsi, le président du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) Étienne Lhermenault perçoit chez ses condisciples une « certaine admiration vis à vis d’un pape argentin dont on sait qu’il était en bons termes avec les évangéliques argentins. Il est vu comme bienveillant26 ». Sébastien Fath confirme que François entretient une familiarité naturelle avec les milieux évangéliques, qu’il a côtoyés depuis longtemps en Amérique latine. En particulier, il est proche du prédicateur évangélique argentin Luis Palau (né en 1934) qui a dit à la chaîne CBN tout le bien qu’il pense du pape fraîchement élu. Et le sociologue de conclure : « Tout ceci est à relativiser, bien-sûr (ne négligeons pas la tentation de l’auto-publicité), mais ces anecdotes concordantes, relayées [...] par le prestigieux magazine nord-américain Christianity Today démontrent pour le moins la pratique d’un certain compagnonnage : face à l’offre protestante évangélique, le nouveau pape sait à quoi s’en tenir, maîtrise les codes, et aime boire le maté avec les born again !27 ».

  • 28 Jean Mercier, « François, pasteur évangéliste », La Vie hebdomadaire catholique d’actualité, 20 jui (...)
  • 29 Marie Billon, « François, l’attente de ses frères chrétiens », Réforme, 21 mars 2013.
  • 30 Nathalie Chaumet, « Le Mexique dans la lumière grâce au pape », Réforme, 22 février 2016.

23Plusieurs observateurs identifient en outre des analogies avec la spiritualité des évangéliques tournés vers l’annonce du Royaume de Dieu ou la guérison par la délivrance : il en va par exemple des encouragements réguliers du pape à destination des croyants à devenir urgemment missionnaires du Christ ou ses réponses apportées à la souffrance par un recours au surnaturel. Sébastien Fath signale en particulier que la prière d’exorcisme auprès d’un malade le 19 mai 2013 à Rome a rencontré un grand engouement médiatique auprès des évangéliques. Le journaliste Jean Mercier, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire catholique La Vie, proposait en juin 2013 une variation sur le thème « François pasteur évangélique et évangéliste » (au sens du charisme prophétique), qui est jugée pertinente jusque dans les rangs protestants28. En dehors des protestants français, on accorde aussi volontiers au pape un certain crédit pour parler de ces questions. C’est le cas de Larry Miller, secrétaire général du Forum chrétien mondial, cité plus haut, qui reconnaît que « venant d’Argentine, nous savons au moins que [François] est conscient de l’importance des mouvements évangéliques et pentecôtistes ». « Les divisions entre chrétiens doivent cesser [...]. La perception du prosélytisme doit changer. Et le Vatican doit aussi s’attaquer sérieusement aux problèmes des Églises persécutées et martyres dans plusieurs régions du monde29 ». Sur la question latino-américaine encore : la pasteure Nathalie Chaumet a salué en février 2016 l’initiative du pape François de se rendre au Mexique pour y dénoncer les situations de corruption, de pauvreté, de drogue et de violence30. Enfin, d’une façon générale, l’encyclique Laudato Si’ (24 mai 2015) appelant les catholiques à adopter un comportement plus respectueux de la planète trouve des échos parmi les protestants souvent investis dans les questions de protection de l’environnement.

Le voyage à Lund et le dialogue avec les protestants

24La confirmation des bonnes dispositions du pape François à l’égard du protestantisme vient surtout de son déplacement à Lund à l’automne 2016. C’est en effet le 31 octobre 2016 dans cette ville universitaire du sud de la Suède qu’ont été officiellement inaugurées les célébrations du 500e anniversaire de la Réforme. Dans le programme figure en particulier une célébration œcuménique à la cathédrale de Lund organisée conjointement par la Fédération luthérienne mondiale et par l’Église catholique. Un rassemblement interreligieux à Malmö doit compléter cette visite placée sous le signe de l’ouverture. L’annonce de la venue du pape en Suède, à l’invitation de la Fédération luthérienne mondiale est à l’évidence perçue dans les milieux protestants comme une bonne nouvelle.

  • 31 Antoine Nouis, « Œcuménisme de la fraternité », Réforme, 11 février 2016.
  • 32 Réforme, 10 novembre 2016.

25Il faut reconnaître que, déjà plusieurs mois auparavant, François avait multiplié les signes d’ouverture tangibles avec les protestants, là où le Polonais Jean-Paul II avait privilégié les relations avec le monde orthodoxe, et où l’Allemand Benoit XVI, proche des protestants, préférait quant à lui la discussion théologique aux cérémonies médiatisées. Pour la première fois, un pape s’est rendu dans un temple de l’Église vaudoise, à Turin, et a demandé pardon pour les violences commises par l’Église catholique. L’Église vaudoise a certes rejeté cette demande parce que toute demande de pardon ne peut émaner que d’une démarche individuelle et non collective, mais le geste a été apprécié. À Caserte (Campanie), en s’adressant au pasteur Giovanni Traettino de l’Église pentecôtiste de la Réconciliation, le pape a là aussi demandé pardon pour les persécutions à leur encontre pendant la période du fascisme. Luca Negro, le président de la Fédération protestante d’Italie, avait alors évoqué un « œcuménisme à 360 degrés31 ». La rencontre de Lund, très suivie et commentée par la presse protestante française, est perçue comme l’amorce possible d’un dialogue destiné à « guérir les mémoires » selon la formule choisie par Réforme32.

  • 33 URL : blogdesebastienfath.hautetfort.com, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 5 mai 2018.

26Il faut également mentionner cet épisode surtout médiatique mais à forte charge symbolique que signale en mars 2014 le sociologue français Sébastien Fath : après une entrevue à Rome entre le pape et un ami charismatique sud-africain, l’évêque Tony Palmer, François a adressé un message vidéo fraternel chaleureux lors de la Charismatic Evangelical Leadership Conference organisée par une figure des évangéliques aux États-Unis, Kenneth Copeland, un des chefs de file du mouvement « Word of Faith ». Enregistrées sur le téléphone de Palmer le 14 janvier 2014, ces images ont été vues six semaines plus tard, avec enthousiasme, par environ 50 000 délégués charismatiques réunis sous la présidence de Copeland. « Il est parfois des rencontres tellement surprenantes », s’exclame Sébastien Fath, « qu’en tant que chercheur, on doit se frotter les yeux trois fois pour y croire33 ».

  • 34 Journal télévisé de 13 heures, LCI, 31 octobre 2016.
  • 35 François Clavairoly et Michel Kubler avec Loup Besmond de Senneville, Protestants, catholiques. Ce (...)

27Or, si dans l’ensemble la rencontre de Lund est appréciée, des personnalités du monde protestant tempèrent quelque peu l’enthousiasme autour de l’évènement. C’est le cas de François Clavairoly, alors président de la Fédération protestante de France, dans le livre d’entretiens avec Michel Kubler qu’il a publié en 2017 sous le titre Protestants, catholiques. Ce qui nous sépare encore. Le pasteur prend soin d’abord de rectifier ce que disent habituellement les médias à propos de cette rencontre en Suède : il ne s’agit pas d’un « voyage » du pape comme s’il se déplaçait partout chez lui comme un prince mais d’une « rencontre », à l’invitation du président de la Fédération luthérienne mondiale, l’évêque Munib Yunan. François Clavairoly le dit d’ailleurs le jour même des cérémonies de Lund lors d’une interview sur le plateau de la chaîne de télévision LCI34. Surtout, il minimise la portée du geste de François qui, dit-il, n’a pas fait d’annonce particulière, ni sur l’accueil possible des protestants à l’Eucharistie – qui est un des sujets de discussion avec l’Église catholique – ni sur la reconnaissance de la légitimité de l’enseignement de Luther. Clavairoly refroidit encore les commentateurs les plus fervents côté catholique en montrant que la perspective s’inverse désormais : Lund crée en effet un précédent qui va contraindre l’ensemble des fidèles catholiques. D’une part, affirme-t-il, il n’est vraiment plus possible d’être pleinement catholique sans connaître la pensée du réformateur de Wittenberg et de faire comme si le protestantisme était étranger à la foi romaine ; d’autre part, cette rencontre suédoise oblige à comprendre l’œcuménisme comme une partie constitutive de l’engagement des chrétiens, protestants mais aussi catholiques35. Ces critiques à peine voilées tranchent dans un unanimisme sincère qu’on a essayé de décrire depuis le début de cet article. Elles témoignent toutefois d’attentes déçues ou de mains tendues qui tardent un peu à être prises. Cette impatience se lit autour de trois points de tension, qu’on souhaiterait signaler ici dans une dernière partie.

Les points de tension

  • 36 Anne-Françoise Hivert, « Ils ont relu l’Histoire », Réforme, 3 novembre 2016.

28Il serait en effet bien peu prudent de considérer que la cordialité, la bienveillance voire l’admiration dans les milieux protestants français à l’égard de la personne de François s’apparente à une réconciliation sur le point d’aboutir. Loin s’en faut, y compris pour un évènement comme celui de Lund : s’il restera peut-être comme un des points d’orgue du pontificat, la presse protestante n’a pas caché « les trésors de diplomatie » nécessaires de part et d’autre pour organiser le séjour du pape en Suède, preuve de tensions toujours à l’œuvre malgré les accolades et la bonne volonté affichée des deux côtés36.

La mise à l’écart des questions théologiques

  • 37 Antoine Nouis, « Les premiers mois du pape François », Réforme, 11 juillet 2013 ; du même, « Œcumén (...)
  • 38 L’encyclique Ecclesia de Eucharistia (Jeudi Saint 2003) de Jean-Paul II avait pourtant clairement r (...)
  • 39 Christophe Lacon, « Le pape François : un réformateur ? », Ensemble Sud-Ouest, 6 février 2017.
  • 40 Ibid.

29Premier point d’achoppement pour certains responsables du culte protestant : la mise à l’écart des questions théologiques. Là où un Antoine Nouis voit dans les actions communes amorcées par François un « œcuménisme de la fraternité », également visible dans l’encyclique La joie de l’Évangile (2013), qui fait passer au second plan les questions théologiques37, François Clavairoly ne cache pas son admiration pour la qualité de réflexion du prédécesseur de François, visible par exemple dans l’encyclique Ut unum sint en 1995 : « Benoît XVI m’avait beaucoup plus touché [que Jean-Paul II] parce qu’il connaissait le protestantisme et parce qu’il avait écrit des textes justes dont je me sers encore dans mes prédications. Au plan théologique, j’ai d’ailleurs une plus grande tendresse pour Benoît XVI que pour François ». Ensemble Sud-Ouest rapporte ces propos du même : « J’attends des textes et non des paroles ou des images. Ou plus exactement : l’Église catholique est en droit d’attendre des textes et pas seulement du son ou de l’image. Jean-Paul II avait tenté d’ouvrir une brèche sur la compréhension du ministère de communion et cela n’a pas été suivi d’effet38. Il en va de même pour l’accord de 1999 sur la justification. Le champ des accords œcuménique est en jachère depuis 15 ans39 ». Le journal Ensemble Sud-Ouest s’interroge lui aussi sur la réalité des avancées œcuméniques : « [...] Au-delà des gestes symboliques, des paroles fortes, des écrits exhortatifs, quelle(s) réforme(s) de l’Église le pape a-t-il initiée(s) ? Les synodes sur la famille ? Ils ont accouché d’une souris ». Michel Barlow, membre de l’Église Protestante unie de France, estime que « les grands dossiers sont au point mort. Comme par le passé, on a l’impression que l’Église catholique est soucieuse de ne pas bouger. Comme dit un personnage du roman Le guépard, “on doit donner l’impression que tout bouge pour que rien ne bouge !” ». La véritable réforme, affirme Michel Barlow, serait de revenir à Vatican II et d’appliquer les mesures du Concile. Autrement dit : la réforme de l’Église catholique n’est incarnée qu’en apparence par le pape François. Elle est déjà advenue et reste pleinement à venir40.

Le genre comme point de désaccords

  • 41 Ibid.
  • 42 François Clavairoly dans F. Clavairoly..., op. cit., p. 167 sqq.

30Les positions qui touchent au genre au sens large dans l’Église catholique forment un second point de désamour avec les protestants français. Les questions autour de la place des femmes dans l’Église, du ministère féminin et du célibat des prêtres n’ont pas chez les catholiques la place qu’elles devraient occuper, écrit Ensemble Sud-Ouest en février 201741. La question de l’homosexualité est aussi une ligne de clivage. François Clavairoly s’insurge contre le « Qui suis-je pour juger ? » prononcé par le pape lors de la conférence de presse du 29 juillet 2013 dans l’avion qui le ramenait de Rio de Janeiro, à propos d’une personne gay cherchant Dieu avec bonne volonté : « Pour moi », dit François Clavairoly, « poser cette question était d’une hypocrisie invraisemblable ! Si une personne est bien en place pour juger, c’est bien le pape ! S’il y en a un qui était autorisé à avoir une parole libératrice pour tous les homosexuels, c’était bien lui ! Or, il n’a précisément rien dit. La théologie romaine n’a pas bougé d’un pouce sur le rapport à l’homosexualité. Cette déclaration n’a rien changé42 ».

Une fonction papale qui pose structurellement problème

  • 43 Ibid.
  • 44 N. Leenhardt, op. cit.
  • 45 A. Nouis, « Une surprise... divine », op. cit.

31Enfin, c’est la fonction pontificale en elle-même qui, on le sait, pose structurellement problème aux Églises réformées. Plusieurs personnalités protestantes ayant réagi au pontificat de François depuis son élection concèdent que le pape exerce de fait un ministère d’unité et de communion dont on peut difficilement remettre en cause l’existence, ne serait-ce que sur le plan symbolique43. Néanmoins, deux raisons au moins suscitent la désapprobation, parce qu’elles ne résistent pas à l’examen des textes bibliques en la matière. Primo, l’exercice d’un magistère non collégial. François Clavairoly se désole d’une élection au siège pontifical qui à elle seule détermine l’orientation de l’Église catholique tout entière et pour des années durant : « L’orientation est à ce point marquée que le jeu consiste à citer le pape comme s’il n’y en avait qu’un qui pensait pour tous. En catholicisme, nous percevons un effet domino qui part du pape et qui est à l’exact opposé de la réalité morcelée, collégiale et plurielle que nous connaissons dans le protestantisme. Cette espèce d’univocité nous est bien étrangère ». Secundo : un gouvernement de type théocratique. François Clavairoly ne cache pas non plus son indignation face au maintien sans discussion de ce qu’il nomme une « incongruité » au sein de l’Europe, à savoir une non-séparation des pouvoirs dans l’État du Vatican44. Antoine Nouis, pourtant bienveillant à l’égard de François, expose sans ambages un premier point du problème : « Pour un protestant, la fonction ne garantit rien. Un pape se juge à son comportement et à ses paroles, non à son titre45 ».

  • 46 F. Clavairoly..., op. cit., p. 177.
  • 47 Céline Rouden, « Wim Wenders, le pape et la force de la parole », La Croix, 14 mai 2018.

32« À chaque nouveau pape, les catholiques questionnent les protestants sur la perception qu’ils en ont. C’est à la fois intéressant et attristant », constate François Clavairoly46. Le spectacle de l’élection du nouveau souverain pontife a dans tous les cas donné lieu à un accueil bienveillant chez les protestants français. Le concert d’éloges l’emporte de loin sur les voix dissonantes jusqu’à aujourd’hui. Ce regard globalement positif n’est pas propre aux Églises protestantes présentes en France et s’étend au-delà du cercle des responsables du culte ou des théologiens. Ainsi, le réalisateur allemand Wim Wenders, converti au protestantisme, ne cache pas son admiration pour le pape François auquel il vient de consacrer un film présenté au festival de Cannes en séance spéciale (Le pape François, un homme de parole, 2018) : « Je suis chrétien, d’éducation catholique converti au protestantisme et j’ai beaucoup de raisons de ne pas aimer l’Église catholique qui est devenue une institution de pouvoir. Le pape François est la meilleure chose qui pouvait lui arriver pour en faire une Église du xxie siècle et animer le cœur des gens47 ». Le pontificat de François ne sera-t-il qu’un feu de paille dans les relations œcuméniques, comme le craignent certains observateurs ? Sauf si la structure pyramidale, si différente du fonctionnement des Églises protestantes, venait à être changée en profondeur par le pape actuel, il est à craindre ou simplement à constater que le monde protestant restera sceptique sur la volonté de l’Église catholique à avancer sur des chantiers communs au plus haut niveau.

  • 48 Voir par exemple Cécile Chambraud, « Synode sur la famille : les Africains pour le statu quo », Le (...)

33Il faut enfin indiquer qu’au-delà des protestants français, le pape est loin de faire l’unanimité. Ainsi, une partie des évangéliques d’Afrique le considère comme la figure de l’Antéchrist. Sans doute y a-t-il là une posture ou un discours de disqualification dans la concurrence à l’œuvre entre catholiques et protestants dans plusieurs pays du continent. Mais il faudrait sans doute aussi évoquer des raisons plus profondes : la position de surplomb, réelle ou supposée, incarnée en Afrique par le magistère romain et ce depuis le temps des missions et de la colonisation ; la connotation paternaliste, blanche et occidentale que fait résonner la parole du pape ; la crainte de voir les questions de sexualité atténuées, libérées par le Synode sur la famille48. De ce point de vue, on peut admettre qu’il y a une certaine convergence de vue entre les évêques africains les plus conservateurs en la matière et une certaine mouvance évangélique puritaine.

Notes

1 Pape François, Rencontres avec Dominique Wolton. Politique et société, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2017, p. 155.

2 Emmanuel Tagnard (dir.), Très Saint Père. Lettres ouvertes au pape François, Paris, Salvator, 2018.

3 Date de la tenue du colloque dont est issu ce texte.

4 Pour un état des lieux du protestantisme en France peu avant l’élection du pape François, voir Sébastien Fath et Jean-Paul Willaime (dir.), La nouvelle France protestante. Essor et recomposition au xxie siècle, Genève, Labor et Fides, 2010. L’auteur souhaite remercier Étienne Fouilloux pour son témoignage sur le sujet (entretien avec l’auteur, 22 mai 2018).

5 En ligne : diaspora-eec-france.blogspot.com [consulté le 5 mai 2018].

6 Pape François. Lexique, Paris, Cerf, 2018.

7 Ce texte a été rédigé en mai 2018.

8 « Une décision sage et humble », Réforme, 14 février 2013.

9 Fanny Bijaoui, « Un pape très attendu » [entretien avec Claude Baty], Réforme, 14 mars 2013.

10 « Un air frais d’œcuménisme. Entretien avec la pasteure Jane Stranz », Réforme, 11 juillet 2013.

11 « François, très attendu », Réforme, 21 mars 2013.

12 Antoine Nouis, Réforme [éditorial], 21 mars 2013.

13 Frédéric Mounier, « Le pape François lave les pieds de jeunes prisonniers lors de la messe du Jeudi Saint », La Croix, 28 mars 2013.

14 Antoine Nouis, « Les premiers mois du pape François », Réforme, 11 juillet 2013.

15 Ibid.

16 « Un air frais d’œcuménisme. Entretien avec la pasteure Jane Stranz », Réforme, 11 juillet 2013.

17 Antoine Nouis, « Une surprise... divine », Réforme, 13 mars 2014.

18 Nathalie Leenhardt, « Un pape qui suscite l’attente et soulève l’espérance », Réforme, 13 mars 2014.

19 Christophe Lacon, « Le pape François : un réformateur ? », Ensemble Sud-Ouest, 6 février 2017.

20 « François, très attendu », op. cit.

21 Frédérick Casadesus, « L’Église en compagnie de Jésus », Réforme, 21 mars 2013.

22 Frédérick Casadesus, « Les jésuites et la Réforme, un compagnonnage apaisé », Réforme, 2 février 2017.

23 Michel Leplay, « Vous avez dit François ? », Réforme, 13 mars 2014.

24 Communiqué de l’UEPAL, 13 mars 2013.

25 Sébastien Fath, « Le paradoxe du pape François », [En ligne : blogdesebastienfath. hautetfort.com, mis en ligne le 17 mars 2013, consulté le 5 mai 2018].

26 Nathalie Leenhardt, « Un pape qui suscite l’attente et soulève l’espérance », Réforme, 13 mars 2014.

27 Sébastien Fath, « Le nouveau pape catholique face au défi évangélique mondial », [En ligne : blogdesebastienfath.hautetfort.com, mis en ligne le 15 mars 2013, consulté le 5 mai 2018].

28 Jean Mercier, « François, pasteur évangéliste », La Vie hebdomadaire catholique d’actualité, 20 juin 2013, cité et commenté par Sébastien Fath, « Conduit par le pape François, vers un renouveau catholique latino ? », [En ligne : blogdesebastienfath.hautetfort.com, mis en ligne le 23 juillet 2013, consulté le 5 mai 2018.

29 Marie Billon, « François, l’attente de ses frères chrétiens », Réforme, 21 mars 2013.

30 Nathalie Chaumet, « Le Mexique dans la lumière grâce au pape », Réforme, 22 février 2016.

31 Antoine Nouis, « Œcuménisme de la fraternité », Réforme, 11 février 2016.

32 Réforme, 10 novembre 2016.

33 URL : blogdesebastienfath.hautetfort.com, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 5 mai 2018.

34 Journal télévisé de 13 heures, LCI, 31 octobre 2016.

35 François Clavairoly et Michel Kubler avec Loup Besmond de Senneville, Protestants, catholiques. Ce qui nous sépare encore, Paris, Bayard, 2017, p. 178.

36 Anne-Françoise Hivert, « Ils ont relu l’Histoire », Réforme, 3 novembre 2016.

37 Antoine Nouis, « Les premiers mois du pape François », Réforme, 11 juillet 2013 ; du même, « Œcuménisme de la fraternité », Réforme, 11 février 2016.

38 L’encyclique Ecclesia de Eucharistia (Jeudi Saint 2003) de Jean-Paul II avait pourtant clairement refusé les inter-communions entre catholiques et protestants (Le Monde, 2 octobre 2003). Voir également le commentaire équilibré du pasteur Gill Daude du service œcuménique à la Fédération protestante de France le jour même de publication de l’encyclique (accessible sur le site www.protestants.org).

39 Christophe Lacon, « Le pape François : un réformateur ? », Ensemble Sud-Ouest, 6 février 2017.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 François Clavairoly dans F. Clavairoly..., op. cit., p. 167 sqq.

43 Ibid.

44 N. Leenhardt, op. cit.

45 A. Nouis, « Une surprise... divine », op. cit.

46 F. Clavairoly..., op. cit., p. 177.

47 Céline Rouden, « Wim Wenders, le pape et la force de la parole », La Croix, 14 mai 2018.

48 Voir par exemple Cécile Chambraud, « Synode sur la famille : les Africains pour le statu quo », Le Monde, 16 octobre 2015.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search