Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

La nouvelle Compagnie

Les Jésuites et « la crise du protestantisme » au xixe siècle.

Du Second Empire à l’affaire Dreyfus

Philippe Rocher

Texte intégral

  • 1 Robert Rouquette, « Bulletin du protestantisme français, Agonie ou résurrection de l’Église réformé (...)

1En 1946, Robert Rouquette écrivait dans les Études1 :

  • 2 Deux chroniques du protestantisme ont paru dans Cité nouvelle en 1941, p. 618-636 ; 1942, p. 675-69 (...)

Voici un siècle bientôt que, dans des chroniques régulières, cette Revue suit le développement du protestantisme français. Depuis six ans, ces bulletins ont été interrompus2. Il nous faut donc reprendre une vue générale de l’évolution du protestantisme en France depuis 1939.

2Le jésuite précisait :

  • 3 Ibid.

On ne traitera ici que de l’Église réformée, c’est-à-dire calviniste, la seule qui ait une importance numérique et spirituelle en dehors de l’Alsace. Quant au protestantisme alsacien, luthérien en majorité, il est encore sous le régime concordataire ; ses Églises ne participent pas à la vie synodale du reste de la France ; ses problèmes sont très spéciaux et seul un Alsacien pourrait en connaître3.

  • 4 Ibid.
  • 5 « Crise ». Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), CNRS, http://www.cnrtl.fr

3Le religieux résumait ainsi la situation après les années de silence de la revue : « Un fait domine cette période de six ans : le protestantisme français constate avec angoisse qu’il est en train de disparaître matériellement4. » Les propos du Père Rouquette rappellent d’abord l’intérêt constant des Études pour le protestantisme français. Ils incitent à une consultation de l’ensemble des articles de la revue sur ce sujet. Cette lecture rétrospective montre que les Études se sont intéressées au protestantisme français dès leurs origines. Elle permet d’observer une certaine constance : dès leurs premières années, les Études abordent la « crise » que traverse le protestantisme en France. Plusieurs articles sont ainsi explicitement intitulés « la crise du protestantisme français ». La « crise » est à entendre selon la définition suivante : « une situation de trouble profond dans laquelle se trouve une société ou un groupe social et qui laisse craindre ou espérer un changement profond5. »

4Ce sont les principaux traits de cette « crise » qui sont présentés ici. Une telle mise en perspective se veut une histoire du regard des Études sur le protestantisme et par là une évocation des relations des jésuites avec les protestants français au xixe siècle.

5Au travers des chroniques – plus ou moins régulières – sera recherchée une possible évolution des jésuites sur le sujet. Trois temps principaux peuvent être distingués. La première période qui débute en 1856 a pour limite l’année 1870. La seconde époque court de 1871 à 1894. Elle comprend l’interruption de la publication des Études de 1880 à 1888. La troisième et dernière période s’étend de 1894 à 1904, c’est-à-dire des débuts de l’Affaire Dreyfus à la veille de la loi de Séparation des Églises et de l’État.

Les Études et la « crise du protestantisme » (1856- 1870)

La revue Études et ses premiers textes sur le protestantisme

  • 6 Il aurait adhéré à « l’ontologisme », courant philosophique qui défend l’idée d’une capacité de l’h (...)

6La Compagnie de Jésus universellement rétablie en 1814, des jésuites agissent aussitôt en France, non sans entrer dans les controverses et querelles religieuses de l’époque. En 1856 sont éditées les premières « Études ». La nouvelle publication naît d’une volonté de faire connaître l’orthodoxie dans le catholicisme latin, notamment grâce à des études théologiques. Elle est due à l’action de deux hommes d’origine russe, Ivan (ou Jean) Gagarine (1814- 1882), et Ivan Martinov (1821-1894), convertis au catholicisme sous la direction du jésuite François-Xavier de Ravignan. Ils sont entrés dans la Compagnie de Jésus en 1843 et 1845. Ivan Gagarine a publié en 1851 l’Union de prière pour la conversion de la Russie. Quatre ans plus tard, il a fondé l’œuvre des saints Cyrille et Méthode pour le rapprochement des Églises d’Orient et d’Occident. Gagarine et Martinov fondent en 1856 la Bibliothèque slave. L’année 1856 est riche en initiatives : Gagarine plaide pour la réconciliation des Églises séparées en vue d’un retour à l’unité dans son livre La Russie sera-t-elle catholique ? Une première série de volumes est intitulée « Études de théologie, de philosophie et d’histoire ». Adjoint aux deux fondateurs, auparavant professeur mais jugé peu sûr du point de vue doctrinal6, Charles Daniel (1818- 1893) devient le directeur des Études dont la périodicité est d’abord annuelle.

  • 7 Études de philosophie et d’histoire publiées par les PP. Charles Daniel et Jean Gagarin de la Compa (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. II.

7La préface au premier numéro explique : « Si notre dessein réussit, d’autres volumes suivront, […] et, peu à peu, notre recueil embrassera l’ensemble des connaissances qui peuvent utilement occuper un prêtre7. » Il est également dit que le premier rang revient de droit à la théologie, avec Écriture sainte, patristique et autres branches principales de la science sacrée, et que les « questions théologiques » qui seront préférées « ont une relation plus directe avec les besoins du temps où nous vivons8. » La philosophie et l’histoire, c’est-à-dire « la science des principes et la science des faits » serviront à « établir solidement et mettre à couvert des entreprises de l’ennemi les fondements même de la foi chrétienne. […] toutes les vérités se tiennent, nulle erreur n’est sans danger ; et, dans les vastes champs de l’intelligence, il n’y a pas, pour ainsi dire, de terrain neutre9. »

  • 10 Voir Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, Pari (...)
  • 11 « Fragment d’histoire sur les dernières persécutions des protestants sous Louis XIV (1711- 1715), p (...)
  • 12 Ibid., p. 493.

8Le sujet du protestantisme ou des protestants est traité dès les premières années. Les contributions ne ressortent pas de l’antiprotestantisme d’époque10. En 1858, le compte rendu d’une séance de l’Académie des sciences morales alimente la partie des « Mélanges ». Le texte non signé est intitulé « De la logique de la propagande protestante au xixe siècle ». C’est une réponse à Ernest Moret qui est intervenu à propos des dernières persécutions des protestants sous Louis XIV11. Les Études sont peu amènes : « À voir les mouvements que se donnent depuis quelques années, parmi nous, les prédicants les plus célèbres du protestantisme, on serait tenté de croire qu’ils aspirent à le ressusciter12. »

  • 13 Ibid., p. 511.

9Il est reproché à Ernest Moret d’avoir instrumentalisé l’histoire. Selon les Études, il a voulu défendre le protestantisme comme le parti de la liberté contre le parti catholique qui a été celui de l’absolutisme. Il a aussi voulu démontrer que le protestantisme a été favorable au développement de l’industrie. Ces deux raisons auraient justifié la persécution des protestants par les rois de France. Du point de vue des Études, le véritable débat est de nature religieuse : il reviendrait à « décider si l’Église romaine a raison de se prétendre la seule société véritablement et divinement instituée par Jésus-Christ. S’obstiner à fuir toujours une discussion sérieuse sur ce terrain si nettement circonscrit, c’est trop montrer qu’on redoute une rencontre qui puisse être décisive13. »

  • 14 Charles Verdière (1817-1889), jésuite depuis 1845, a été professeur d’histoire au collège Stanislas (...)
  • 15 Charles Verdière, « Les commencements du protestantisme en France, Période meldoise (1520-1526), Pr (...)
  • 16 Ibid.

10Un article de Charles Verdière porte sur les débuts du protestantisme14, c’est-à-dire selon le jésuite comment s’est pernicieusement développé un mouvement aussi complexe qu’efficace, qui a « la prétention de se contenir dans les termes de l’orthodoxie et de la soumission » et « n’en est que plus envahissant, à raison du crédit dont il jouit auprès des humanistes abusés et de la cour15. » Conformant son propos au dessein de défendre la Vérité catholique, l’auteur entend établir que, « dès le principe, la révolution religieuse fit alliance avec toutes les révolutions modernes – secondement qu’elle dut se livrer à des violences intolérables, pour tourner contre elle les premiers personnages de l’État, d’abord trop prévenus en sa faveur16. »

Analyser « la crise du protestantisme »

  • 17 Charles Daniel, « La crise du protestantisme en France depuis le jubilé de la Réformation » (29 mai (...)
  • 18 Ibid., p. 211.

11En 1862, les Études deviennent les Études religieuses, historiques et littéraires. Le changement de titre des Études exprime une nouvelle ambition. La revue suit désormais l’actualité du protestantisme. Le directeur, Charles Daniel, revient sur le synode national des Églises réformées qui s’est tenu en 1859. La date commémore l’anniversaire du premier synode national trois siècles auparavant. Pour le directeur des Études, si l’événement a pu laisser augurer une dynamique positive pour le protestantisme, il a surtout révélé son éclatement en deux camps opposés voire antagonistes17. Charles Daniel explique qu’ils s’opposent à propos de la « Confession de foi ». « De ces deux partis, lequel doit l’emporter ? Telle est la question qui, depuis quelques années, préoccupe assez vivement la Réforme française ». L’abandon de la Confession de foi pour un « protestantisme purement scripturaire » – une « révolution, car c’en est une », selon le Père Daniel –, serait alors « d’une immense gravité ». La Confession, explique-t-il, a été pour « la Réforme d’une utilité relative. Tant que dura ce régime, qui touche aujourd’hui à sa fin, les protestants eurent une théologie dogmatique et leur controverse respecta les fondements du christianisme. » L’évolution récente du protestantisme est dangereuse car « les deux branches issues directement de Luther et de Calvin » s’étaient jusque-là gardé « d’attaquer le mystère de la Trinité, la divinité de Jésus-Christ, ses miracles ». « Loin de nier le surnaturel, on exagérait plutôt quelques-unes de ses conséquences18. »

  • 19 Timothée Colani (1824-1888) est devenu pasteur après des études à la Faculté de théologie de Strasb (...)

12Le protestantisme est partagé en deux groupes, l’un orthodoxe et conservateur, marqué par l’attachement au principe d’autorité, l’autre rationaliste et libéral défendant le principe du libre examen. Pour le directeur des Études, le libre examen attaquait autrefois le dogme en invoquant l’Écriture. Aujourd’hui, il attaque l’Écriture au nom de la raison. Charles Daniel voit là une influence étrangère. Des rationalistes sont en contact avec l’Allemagne depuis Strasbourg. Dans la Nouvelle revue de théologie dirigée par le pasteur Colani19, le surnaturel est nié, ce qui est une façon de faire table rase du dogme chrétien.

  • 20 C. Daniel, « La crise du protestantisme… », op. cit., p. 219.
  • 21 François Guizot (1787-1874) a soutenu en 1861 l’élection de Lacordaire à l’Académie française et dé (...)
  • 22 Edmond Scherer (1815-1889), formé à la théologie à la Faculté de Strasbourg, est devenu en 1845 pro (...)

13Charles Daniel relève l’indignation et l’alarme des « protestants honnêtes », ou « seulement sensés, qui, n’ayant pas encore abjuré tout respect pour Jésus-Christ et son Évangile en sont réduits à prier dieu dans les temples où les pasteurs qui professent de pareilles doctrines élèvent la voix et président l’assemblée des fidèles20. » Il oppose au protestantisme libéral un protestant sensé et conscient du danger21. Il cite de nombreux extraits du livre de François Guizot, L’Eglise et la société chrétienne paru en 1861, particulièrement lorsqu’il mentionne « MM. Scherer et Colani, ces dangereux adversaires du surnaturel, tous deux ministres du culte évangélique22. »

14Face à la division du protestantisme, Charles Daniel recommande l’Église catholique qui « offre au monde le ravissant spectacle de la plus étroite union entre les fidèles, leurs pasteurs et le père commun des uns et des autres, le Vicaire de Jésus-Christ » tandis que la Réforme, « après trois siècles d’une existence toujours agitée et changeante, n’est plus aujourd’hui qu’un nom, ou, comme l’avouent ses apologétistes eux-mêmes, une fiction et un mensonge. »

  • 23 Charles Daniel, « Un rationaliste protestant. M. Edmond Scherer », Études religieuses, historiques (...)

15Poursuivant une série d’articles, Charles Daniel analyse en 1863 la situation du protestantisme23. Faisant allusion aux cours de Renan au Collège de France, il désigne les chaires où des pasteurs pourraient tenir les mêmes propos mais juge qu’il est difficile de localiser le mal tant le protestantisme est diffus :

  • 24 Fils de Poséidon, Protée pouvait changer d’apparence, être toutes sortes d’animaux sinon devenir un (...)

Le protestantisme est, d’ailleurs, de nos jours surtout, chose si complexe et si changeante, qu’il est bien difficile de le prendre sur le fait et de le montrer au grand jour tel qu’il est à Londres ou à Berlin, ni aujourd’hui ce qu’il était du temps de Claude et de Jurieu. […] dans le même temple, dans la même chaire, on le trouve tout différent de lui-même suivant que la parole est à tel ou tel ministre. En un mot, c’est un vrai Protée24.

Ramener au catholicisme les protestants « sincères » ?

  • 25 Augustin de Backer, Aloys de Backer, Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. (...)
  • 26 J. Lefèvre, « La crise du Protestantisme français en 1866 », Études religieuses, historiques et lit (...)

16Que peuvent faire les protestants ? En 1866, signant son texte du pseudonyme « J. Lefèvre »25, Charles Daniel laisse entrevoir la solution26 :

  • 27 Ibid., p. 107.

Plaignons ces pauvres égarés, parmi lesquels il en est sans doute dont le cœur est droit et la sincérité parfaite. […] Ah ! si nous pouvions les arracher à ce sommeil de mort ! […]. Ce sera faire beaucoup que de leur apprendre qu’ils sont malades ; car alors peut-être, frappés d’épouvante, ils iront se jeter entre les bras du céleste Médecin27.

Le catholicisme justifié par un protestantisme moribond (1871-1894)

17Les Études changent de ton à partir des années 1870. Convoqué par Pie IX, le Concile ouvert en décembre 1869 est interrompu l’année suivante par l’entrée des troupes italiennes dans Rome. La proclamation de l’infaillibilité pontificale entend clore la querelle entre le catholicisme et l’Empire libéral. La défaite française et la guerre civile interrompent la parution des Études durant six mois. Quittant Paris, capitale de l’agitation politique et sociale pour les plus conservateurs des jésuites, la revue s’installe à Lyon.

Les Études contre l’influence pernicieuse du Protestantisme

18Au moment de reparaitre, elle affirme à la fois sa volonté de combattre et le devoir de retenir ses coups :

Au reste, quelle que soit l’ardeur de la lutte, nous n’oublierons jamais que notre caractère sacerdotal et la dignité de notre vie religieuse nous interdisent toute parole amère ou blessante. Nous consentons à avoir des adversaires, nous ne voulons avoir aucun ennemi, et, si nous éprouvons de la haine pour l’erreur, nous n’en ressentons, Dieu merci, aucune pour les personnes, auxquelles nous serons toujours prêts, au contraire, à tendre une main bienveillante et amie.

  • 28 Dans son histoire de la revue, Pierre Vallin insiste sur les Pères Henri Ramière (1821-1894) et Eug (...)
  • 29 Augustin de Backer (1809-1873) a été avec son frère le jésuite Aloys de Backer (1823-1883), jésuite (...)
  • 30 Robert Danieluk, La « Bibliothèque » de Carlos Sommervogel, Le sommet de l’œuvre bibliographique de (...)

19Les Études ont de nouveaux rédacteurs28. Carlos Sommervogel (1834- 1902) en est le directeur jusqu’en 1880. Lecteur d’Augustin de Backer29, il était attaché à la résidence de la rue de Vaugirard lorsqu’il a publié en 1865 une Table méthodique des Mémoires de Trévoux30. Étudiant la théologie, il a été ordonné prêtre en 1867. Rédacteur aux Études, il publie de nombreux articles dont certains sous pseudonymes, comme Pierre Clauer. C’est après avoir été aumônier dans l’armée de Faidherbe qu’il est arrivé à Lyon.

  • 31 Carlos Sommervogel, « Du suicide au xixe siècle », Études, juillet 1874, p. 604-611.
  • 32 Historisch-politische Blätter, de Münich, t. LXXIV, p. 370-391. Les fondateurs, Guido Görres et Geo (...)
  • 33 C. Sommervogel, « Du suicide… », op. cit., p. 604.
  • 34 Témoin de cet intérêt, Le Suicide publié par Émile Durkheim en 1897 fonde les règles de la méthode (...)

20Sa position à propos du protestantisme transparaît en 1874 dans un texte sur le suicide31, compte rendu d’une enquête allemande32. « Nous n’avons pas l’intention de la reproduire en entier, mais seulement de lui emprunter quelques-unes de ses considérations et les tableaux de statistique qui y sont annexés33. » L’augmentation du nombre de suicides est alors interprétée comme la conséquence d’une crise morale34. Cinq causes principales sont identifiées : « les vexations ou l’oppression », l’« abus des spiritueux », « la débauche et les passions honteuses », la « passion des richesses », « l’irréligion ou l’indifférence religieuse ». De quelle religion s’agit-il ? Le jésuite précise d’emblée celle dont il faut considérer les effets de la carence :

  • 35 Ibid., p. 609.

Il n’y a qu’une seule religion qui puisse s’emparer de tout l’homme et le subjuguer, nourrir son intelligence par la vérité, ennoblir son cœur par sa morale et le fortifier par la grâce ; il n’y a qu’une seule religion qui dissipe le doute, dont la foi soit assurée et dictée par une autorité infaillible : c’est la religion catholique35.

21Carlos Sommervogel s’appuie sur l’avis d’un médecin protestant, le docteur Reich :

  • 36 Ibid.

Une religion sans croyances rigoureuses, une morale qui confond la moralité avec le décorum, favorisent le suicide. […]
Les statisticiens sont unanimes pour affirmer que ce mal est plus fréquent chez les protestants que chez les catholiques. Adolphe Wagner, protestant lui aussi, s’exprime en ces termes : “Le suicide est à son apogée dans les pays protestants de la nationalité allemande ; il est plus rare, quand les cultes sont mélangés ; il l’est encore bien plus là où il n’y a que des catholiques, qu’ils appartiennent à la race celtique ou à la race latine”36.

  • 37 Ibid., p. 611.

22A contrario, la France est en tête devant le Danemark, l’Autriche allemande et la Prusse pour le suicide des femmes. Pour l’auteur allemand, il s’agit « de ces femmes qui, s’émancipant de tout lien religieux et moral, empruntent aux deux sexes leurs vices et deviennent des monstres tels qu’en ont montré les sanglantes journées de la Commune en 187137. » Le directeur des Études conclue :

  • 38 Ibid. Le directeur des Études a auparavant mentionné les Juifs. « La fréquence croissante du suicid (...)

J’aurais reculé devant ces détails si je n’y avais trouvé une nouvelle occasion de rendre gloire et justice à notre sainte religion. Elle ne suffit pas pour empêcher un misérable désespéré de terminer violemment son existence ; mais, je ne crains pas de l’affirmer, y a-t-il, parmi tous ces suicidés, qui ont reçu le baptême, un seul catholique pratiquant ? Oui, peut-être ; alors il était atteint de folie38.

Autorité catholique contre démocratie protestante

  • 39 Gabriel Desjardins (1823-1899), jésuite en 1843, canoniste, a rédigé de nombreuses notices pour des (...)
  • 40 Gabriel Desjardins, « Conciles et synodes catholiques. Synodes protestants », Études, février 1877, (...)

23De l’influence pernicieuse du protestantisme démontrée par les statistiques, les Études passent en 1877 à la question de ses institutions au travers de quatre articles du Père Desjardins intitulés « Conciles et synodes catholiques. Synodes protestants39 ». L’enchaînement des événements permet l’étude comparée : les protestants de France tenaient leur synode général à Paris du 6 juin au 10 juillet 1872. Pour cette assemblée, un règlement a été voté à la majorité, « une sorte de profession de foi, assez restreinte pour n’élaguer aucune des nombreuses sectes du protestantisme, assez élastique pour embrasser les opinions les plus contraires [… ]40. »

  • 41 Ibid., p. 205. C’est l’auteur qui souligne.

[…] de concessions en concessions, la religion protestante en est venue à la maigre formule qu’édicta le dernier synode de Paris, reconnaissant l’autorité souveraine des saintes Écritures en matière de foi, et le salut par la foi en Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, mort pour nos offenses et ressuscité pour notre justification41.

24Quatre ans après, une nouvelle demande d’assemblée plénière a détruit l’œuvre si péniblement élaborée. La cause en revient selon lui au fonctionnement démocratique du Protestantisme :

  • 42 Ibid.

Comment se fait-il que le concile soit pour les catholiques un principe d’unité, et le synode une cause de division pour les protestants ? La raison en est bien simple. Les catholiques sont les hommes de l’autorité et de l’obéissance ; le protestantisme rejette toute dépendance, son régime est la démocratie42.

Le Protestantisme moribond

25En 1876, Carlos Sommervogel s’enthousiasme dans son compte rendu d’une brochure anonyme, La fin du protestantisme. Il en rapporte de longs extraits et décrit en termes violents la décomposition :

  • 43 Carlos Sommervogel, « Bibliographie. La fin du protestantisme, Paris, Le Barbier, 1876 », Études, j (...)

Il n’était pas besoin de la parole éloquente de Bossuet, non plus que de son regard d’aigle, pour annoncer ou deviner la fin du protestantisme. Toute hérésie porte en elle un germe de mort, celui-là même qui a été son germe producteur : l’orgueil. Luther savait assez son histoire pour avoir vu les hérésies se succéder les unes aux autres et périr misérablement. L’orgueil seul l’a aveuglé au point de se méprendre quant au sort réservé à sa folle et coupable entreprise. Calvin et les autres réformateurs n’ont pas été plus éclairés. [...] Aujourd’hui nous assistons aux dernières agonies de ce grand corps, qui va se décomposant chaque jour davantage : ce qui lui reste de vie, c’est-à-dire quelques rares étincelles de vérité, s’affaiblit d’heure en heure ; il n’a plus qu’un souffle, déjà le vide se fait autour de lui : les âmes intelligentes et sensées, éclairées par la lumière qui jaillit de ce fait, de crainte de mourir, ont cherché et cherchent la vie à sa source même ; d’autres, orgueilleuses encore et aveugles volontaires ou de bonne foi ( !), s’opiniâtrent autour de ce cadavre que se disputent les vers et s’efforcent d’y ranimer quelque chaleur ; d’autres enfin, et c’est le plus grand nombre, depuis longtemps désabusés sur le compte de ce qu’a été la Réforme, ont compris que son nom était un mensonge ou qu’il signifiait plus que ne l’avaient pensé ses auteurs, et ils sont devenus révolutionnaires, indifférents, panthéistes, athées. Ces dernières, n’hésitons pas à le dire, sont les seules qui soient logiques parmi celles qui ne sont point rentrées dans le bercail de l’Église, car seules elles ont osé tirer les conséquences des principes posés par Luther, Calvin et leurs imitateurs43.

  • 44 François Desjacques (1845-1890), entré à quatorze ans dans la Province jésuite de Turin, a été prof (...)
  • 45 En Allemagne, le Kulturkampf « dont les catholiques sortiront plus forts et plus agressifs, a porté (...)
  • 46 François Desjacques, « Chronique. Coup d’œil sur 1878 », Études, janvier 1879, p. 153.

26En 1878, dans un « Bilan de l’année », François Desjacques dresse un tableau de la situation religieuse en Europe44. Il répète que le protestantisme est en voie de disparition, particulièrement en Allemagne et en Hollande45. Il détaille la situation des protestants en France qui, quoique divisés, parviennent avec « leurs brochures, leurs écoles, leurs déjeuners gratuits et leurs secours perfides » à attirer « les ouvriers pauvres et leurs malheureux enfants46. »

  • 47 L’Union générale créée en 1875 à Lyon a fait faillite en 1882. L’événement suscite de nombreux écho (...)
  • 48 Ibid. Henri de Bigault (1835-1909) rapporte que « Mgr Fava distingue trois classes de libéraux, les (...)

27En 1880, l’année des décrets de Jules Ferry contre l’enseignement des Jésuites, les Études cessent de paraître. Huit ans plus tard, la reprise de la publication à Paris a eu lieu après un vif débat sur sa pertinence. L’intransigeance demeure. Quand plane l’ombre du krach de l’Union générale47, ils soulignent la place importante des protestants dans l’économie. Les origines de cette situation sont à chercher dans les siècles passés. En 1890, dans son compte rendu de l’ouvrage de Mgr Fava, le jésuite Henri de Bigault acquiesce à sa dénonciation du libéralisme de Louis XV. « Pendant une longue partie de sa vie, Louis XV a été un libéral de la plus belle eau48. » Il précise :

  • 49 Ibid.

À ne juger les choses que par leur côté extérieur, il semble que l’avantage reste au protestantisme. Les nations protestantes n’ont-elles pas la richesse, la puissance, la paix sociale ? Elles possèdent une énergie, une activité, une force d’expansion merveilleuses. Les ministres protestants trouvent dans la générosité de leurs coreligionnaires des ressources étonnantes, des sommes énormes pour combattre les missionnaires catholiques et propager leurs erreurs parmi les nations étrangères. Que sont devenues les nations catholiques49 ?

« Péril protestant » et liberté de conscience calviniste (1898-1904)

  • 50 Anatole Leroy-Beaulieu, Les doctrines de haine : l’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléri (...)
  • 51 Jean Baubérot, Valentine Zuber, Une haine oubliée, L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » ( (...)

28L’affrontement entre les catholiques conservateurs et les républicains laïques n’a connu qu’un court répit. L’appel au ralliement du pape Léon XIII divise les rangs catholiques. Les « doctrines de haine50 », antisémitisme, anticléricalisme, antijésuitisme et antiprotestantisme, alimentent les vives controverses de la fin du siècle51.

Dénoncer le péril du protestantisme

  • 52 Mgr Taché, Une page de l’histoire des écoles du Manitoba, Imprimerie du Journal Manitoba, Saint-Bon (...)

29Lorsque le catholicisme entend faire reconnaître son patriotisme, les jésuites dénoncent les agissements de leurs adversaires. Ils condamnent la Franc-maçonnerie, source des idées modernes, et professent un antijudaïsme proche de l’antisémitisme. Les religieux voient les protestants à la manœuvre pour contrôler l’École. Cette entreprise n’est pas limitée à la seule France, ni même à l’Europe. L’occasion de le rappeler est donnée en 1894 avec le compte rendu d’une brochure publiée par l’évêque québécois Alexandre-Antonin Taché à propos de la question polémique des écoles catholiques de langue française en pays protestant et anglophone52 :

  • 53 Ibid.

Dans tous les pays où se trouve établie l’Église catholique, il est reconnu que les ennemis de cette Église, qu’ils soient protestants, impies ou surtout francs-maçons, travaillent sans cesse à faire pénétrer leurs doctrines ténébreuses et confuses partout où régnaient auparavant la foi surnaturelle à l’Évangile, l’ordre et la paix religieuse. Ainsi en a-t-il été au Manitoba, où régnait jusqu’en 1890 une entière liberté religieuse, scolaire et nationale, en même temps qu’une entente harmonieuse et presque générale entre les colons de religion et de nationalité différentes53.

  • 54 Eugène Portalié, « La crise du protestantisme français. La situation au moment du synode de Sedan ( (...)
  • 55 Eugène Portalié (1852-1909), jésuite depuis 1867, a été professeur de théologie à Uclès, en Espagne (...)
  • 56 J. Baubérot, V. Zuber, op. cit., p. 113-129.
  • 57 Eugène Portalié, « Les fêtes de Nantes et l’impopularité du protestantisme français », Études, juil (...)
  • 58 La Société de l’Histoire du Protestantisme Français, fondée en 1852.

30Dans ses textes publiés de 1896 à 189854, Eugène Portalié pourfend le « modernisme » dont le protestantisme a été selon lui le précurseur55. Il répond à ceux qui mettent en cause la Compagnie de Jésus. La commémoration du troisième centenaire de l’édit de Nantes autorise une mise au point historique. L’événement qui intervient durant « l’affaire Dreyfus » est au centre d’une controverse où les argumentaires sont orientés par des idéologies opposées56. D’après Eugène Portalié, l’attitude agressive des protestants à l’égard des catholiques est la cause de l’impopularité du protestantisme en France. Le jésuite profite de l’occasion pour souligner ses divergences internes57. Il réagit à la « pique » d’un protestant contre la récupération par les jésuites du « système excellent d’éducation ». « Jésuites plagiaires des huguenots, voilà une accusation qui n’est point banale et qui mérite d’être mise en lumière par une Société d’histoire protestante58 ! »

  • 59 Ibid., p. 150.

31Eugène Portalié se « flatte même d’être en harmonie de sentiments avec les protestants les plus sincères » mais n’hésite pas à « montrer que les fêtes de Nantes étaient une manœuvre pour essayer de réhabiliter le protestantisme, dont l’impopularité est devenue trop évidente, et pour rendre possibles les vastes projets d’un parti qui se croit appelé à remplacer le catholicisme en France59 ».

  • 60 Devenu jésuite en 1868, Joseph Burnichon (1847-1936) a été rédacteur aux Études en 1879- 1880. Char (...)
  • 61 Joseph Burnichon, « Le péril protestant », Études, 78, février 1899, p. 386-389.
  • 62 Tout au plus concède-t-il : « La thèse gagnerait à être allégée de ces hors-d’œuvre ; elle gagnerai (...)

32Avec le tour politico-religieux de « l’Affaire Dreyfus », l’engagement de protestants en faveur du capitaine Dreyfus réactive l’antiprotestantisme. Joseph Burnichon, rédacteur habitué à la polémique au sujet des questions d’enseignement60, dénonce lui aussi l’action souterraine des protestants. Dans son compte rendu du Péril protestant61, il fait siennes les affirmations d’Ernest Renauld62 :

  • 63 Ibid., p. 388.

C’est sur le département de l’Instruction publique que les protestants ont surtout jeté leur dévolu. Depuis [de] longues années, ils sont en possession de lui fournir ses fonctionnaires les plus haut placés et les plus influents, entre autres les titulaires des trois directions du ministère, M. Liard à l’enseignement supérieur, M. Rabier à l’enseignement secondaire, M. Bayet et avant lui M. Buisson à l’enseignement primaire. Dès sa création, l’enseignement secondaire des filles a été livré de parti pris. L’École normale supérieure de Sèvres n’a eu jusqu’ici que des directrices protestantes. L’École normale de Fontenay-aux-Roses, où se forment les futures maîtresses des écoles normales primaires a eu pour premier directeur le pasteur Félix Pécaut qui a formé à sa dévotion l’esprit de cette maison. […] Manifestement nous sommes en présence d’une sorte de complot entre le gouvernement et le parti huguenot pour protestantiser la France par l’éducation63.

33Dans une perspective à la fois historique et sociologique, Joseph Burnichon s’accorde avec l’idée du « péril protestant » et d’une incompatibilité du protestantisme avec la France et son lien avec le camp laïque :

  • 64 J. Burnichon, op. cit., p. 386-387.

Le protestantisme n’a pas le tempérament français ; la Réforme a échoué en France, malgré l’appoint sérieux que lui apportèrent les grands seigneurs trop avides de pouvoir et de richesses. Elle trouva dans l’âme française une antipathie de nature et une insurmontable répugnance. Le protestantisme fut dans le corps de la nation comme une excroissance, un néoplasme, dirait-on en langue médicale, que l’organisme tend à pousser au dehors. […] Aussi le protestantisme ne fut jamais en France qu’un parti d’opposition, réduit à chercher un point d’appui à l’étranger, pour se soutenir contre le courant national. On ne se lave pas de ce péché d’origine. Grâce à la Révolution et à l’avènement de l’irréligion officielle, le protestantisme a pu relever la tête. Dans la guerre que l’on se proposait de faire au catholicisme, il est apparu comme un auxiliaire. “Le protestantisme est une puissance amie”, disait Jules Ferry lors de l’inauguration de la Faculté de théologie protestante64.

Des révisions historiques dans la controverse entre catholiques et protestants

  • 65 Publiée à Louvain à partir de 1877.
  • 66 Martin Bécan (1563-1624), Becanus dans sa forme latine, est un jésuite des Pays-Bas espagnols, théo (...)

34Quelle que soit l’intensité des polémiques, quelques échanges ont lieu entre jésuites et protestants. Ils sont la conséquence de lectures croisées de certains textes, les révisions historiques s’appuyant sur une érudition croissante. Participant de ces échanges, le jésuite Joseph Brucker (1845-1926), ancien professeur d’histoire ecclésiastique et d’Écriture sainte, collabore à la Revue des questions historiques et à la Revue des questions scientifiques65. Directeur des Études de 1895 à 1898, il tient à apporter des précisions bibliographiques et, surtout, au regard de leur véracité, à justifier les propos de Martin Bécan66 :

  • 67 Joseph Brucker, « Calvin, les Jésuites et M. A. Sabatier », Études, avril 1896, p. 689-687. Joseph (...)

Si on prétendait maintenant attaquer Becanus sur ce qu’il attribue aux calvinistes de son temps, à l’égard des jésuites, une méthode de polémique que réprouvent, nous aimons à le croire, tous les calvinistes de nos jours, ce serait une question différente où nous n’avons pas à entrer, mais où, du reste, il ne serait pas difficile de justifier pleinement le théologien jésuite. […] Empruntant aux pamphlétaires protestants l’idée des aphorismes, mais non leurs artifices mensongers, il n’avance rien, dans ces formules brèves où il condense les doctrines calvinistes, qui ne soit fidèlement tiré des sources calvinistes, toujours indiquées avec soin, ou bien fondé sur des faits publics et avérés67.

35Joseph Brucker affirme que les protestants doivent reconnaître que Calvin a bien appelé à tuer des jésuites.

Protestants « spirituels » et défense de la liberté religieuse

  • 68 Originaire de Lille, Henri Watrigant (1845-1926) est entré dans ma Compagnie de Jésus en 1868. Prom (...)

36Les écrits des Pères Portalié et Burnichon masquent des recherches originales. Henri Watrigant, engagé depuis 1881 dans les retraites spirituelles68, profite de sa connaissance de l’univers anglais, fruit de l’exil des jésuites depuis 1880, pour observer un mouvement favorable aux « Exercices spirituels » dans le protestantisme anglophone :

  • 69 Henri Watrigant, « Les retraites spirituelles chez les protestants », Études, avril 1898, p. 577.

Il nous a semblé utile de l’étudier dans ses diverses manifestations : appréciations plus calmes des écrivains, établissement de retraites par des ministres anglicans, publication de livres dont les éléments sont puisés dans l’ouvrage du Fondateur de la Compagnie69.

  • 70 Dans son autobiographie spirituelle Apolologia pro vita sua (1864), John Henry Newman (1801-1890) a (...)

37L’influence des « Exercices » sur la conversion de John Henry Newman n’est pas étrangère à ce nouvel intérêt70. Malgré des erreurs, le Père Watrigant relève chez des écrivains anglais un effort d’impartialité :

  • 71 H. Watrigant, op. cit., p. 597.

Ils semblent comprendre mieux de jour en jour que, pour ouvrir la porte du ciel, il ne faut plus se servir de la fausse clé d’une spiritualité tronquée ; ils [les auteurs anglais] veulent revenir à la spiritualité traditionnelle dont ils trouvent une synthèse merveilleuse dans le livre de saint Ignace71.

  • 72 Ibid, p. 598.

38Henri Watrigant fixe toutefois des limites. Les « Exercices » doivent être reçus dans la dépendance de l’autorité de l’Église catholique romaine : « Nous faisons des vœux pour que tous les essais de nos frères séparés les ramènent non seulement près du bercail de Jésus-Christ, mais au milieu même de son troupeau, sous la houlette de l’Église véritable ». Le jésuite ne perd pas de vue que le mouvement peut ramener à « la sainte Église romaine, dans ce paradis terrestre, vestibule du ciel »72.

39Certaines requêtes dans la sphère politique inquiètent les jésuites et avivent la polémique. En décembre 1896, les Études relèvent par exemple que deux députés socialistes ont réclamé le mois précédent l’abolition du concordat et la suppression du budget du culte en France. En 1900, Eugène Portalié signale une hostilité aux jésuites, exprimée dans la presse protestante française, qui dissimule selon lui « une action qui paraît simplement anticatholique, mais est en réalité antichrétienne » :

  • 73 Eugène Portalié, « L’Action protestante en France jugée par les Protestants eux-mêmes », Études, ju (...)

Pour nous aussi, catholiques, il est à propos d’étudier et de suivre les nouveaux progrès de la propagande protestante. Trop rassurés peut-être par la possession de la vérité et aussi par le spectacle de la dissolution intérieure du protestantisme, nous nous sommes trop désintéressés d’un prosélytisme qui trompe les faibles et les ignorants. Nous voudrions donc faire connaître le plan savamment combiné des adversaires, la vaste organisation et les instruments de propagande dont ils disposent, les résultats acquis et les devoirs des catholiques en face d’un danger réel73.

40Rapportant la diminution du nombre des mariages et de la natalité comme l’une des causes de l’inquiétude des Protestants et l’origine de leur « propagande », Eugène Portalié désigne le danger de protestants, particulièrement calvinistes, qui « déchainent, dans notre pays en proie déjà à tant de dissensions, les guerres religieuses d’autrefois » :

  • 74 Ibid., p. 730.

Ce sont eux qui ont les premiers allumé la guerre : ils ont attaqué le catholicisme par tous les moyens et sur tous les points, et ils l’ont fait en restant trop fidèles aux traditions de violence et de calomnie que leur a laissées Calvin. Si quelqu’un osait, ici encore, renverser les rôles, nous le renverrions à ses frères qui se glorifient hautement d’avoir commencé la guerre74.

  • 75 Louis Lafon (1856-1943), pasteur de l’Église réformée évangélique, a fondé La Vie nouvelle. Républi (...)

41Le religieux cite le pasteur Louis Lafon75, de la Commission d’action évangélique, qui veut « arracher la France au Pape pour la conduire au Christ » et qui dénonce à la fois le « jésuitisme » et les jésuites :

  • 76 Ibid., p. 731-732.

[…] Osons enfin, reprend-il, dénoncer à la conscience française le véritable auteur, l’ouvrier détestable de tous les malheurs et de toutes les dégradations de notre pays : à savoir le jésuitisme […] Le jésuitisme aujourd’hui, c’est le catholicisme : la Société de Jésus est maîtresse de l’Église, du Pape, des évêques, des congrégations. La France n’échappera à la mortelle étreinte du Gésu qu’en rompant avec l’Église de Rome76.

  • 77 Ibid., p. 733.
  • 78 Ibid., p. 737.

42Eugène Portalié n’a pas de peine à justifier sa vive réaction : « lisez la Revue chrétienne, par exemple, c’est toujours chez certains rédacteurs l’aigreur et la passion aveugle ; le catholique est un jésuite, et le jésuite est le pire des scélérats77. » Or, Calvin est à l’origine des graves accusations portées contre les jésuites et à travers eux l’Église catholique. « Calvin affirme sérieusement que, malgré les apparences, les papes, avec le collège des cardinaux, professent en secret l’athéisme et le matérialisme le plus éhonté, niant à la fois Dieu, Jésus-Christ et l’âme78. » Selon Eugène Portalié les protestants importent la division au sein des colonies, Madagascar par exemple. Les protestants français servent l’influence de l’Angleterre contre la France. En patriote, le religieux somme les protestants de défendre leur nation :

  • 79 Ibid., p. 742-743.

Vous accusez la France de chauvinisme, de militarisme, de caporalisme. L’Angleterre et l’Allemagne ne méritent-elles pas aujourd’hui cette accusation, autant et plus que la France ? Pourquoi, au lieu de dénigrer notre pays, n’aiderions-nous pas tous au relèvement de ce qui a trop faibli chez lui, la vraie foi chrétienne ?79

  • 80 La nécrologie d’Eugène Portalié, signée « La Rédaction des Études », lui reconnait « une érudition (...)
  • 81 Christian Sorrel, La République contre les congrégations, histoire d’une passion française 1899-190 (...)
  • 82 Pierre Colin, « La controverse entre catholiques et protestants en France, xixe-xxe siècles : II. D (...)
  • 83 Jacqueline Lalouette, L’État et les cultes 1789-1905-2005, Paris, La Découverte, 2005, p. 37-52.
  • 84 Yves de La Brière (1877-1941), jésuite en 1894, enseignant au scolasticat d’Hastings, a rejoint les (...)
  • 85 Yves de Labrière, « Comment fut adopté et accepté l’Édit de Nantes », Études, mars et avril 1904, p (...)

43Eugène Portalié annonce « un prochain article [qui] examinera si l’action protestante peut favoriser ce résultat, ou si, au contraire, elle conduit fatalement à l’incrédulité ». Le texte n’a pas été publié80. Au tournant du siècle, alors que s’exacerbe l’hostilité à l’égard des congréganistes81, les supérieurs souhaiteraient une attitude moins offensive des religieux jésuites. Les divisions internes qui concernent désormais tout autant le protestantisme que le catholicisme avivent toutefois les controverses entre les deux confessions82. L’idée de séparation se répand dans l’opinion83. Un nouveau point de vue se fait jour. En 1904, le jeune jésuite Yves de La Brière applique dans les Études les règles de l’érudition historique à l’édit de Nantes84. Il conteste l’Histoire de France publiée en 1860 par Henri Martin (1810-1883) mais sous-entend l’adhésion des catholiques au principe de la liberté religieuse85. Certes, les conditions politiques obtenues par les calvinistes ont été « la cause de bien des malheurs », mais Henri IV a aussi offert des compensations aux ordres religieux. Il a encouragé les actions pacifiques entre catholiques et protestants. Dans le bilan de l’édit, il faut également compter des milliers de conversions parmi les calvinistes. Ce qui importe, c’est la reconnaissance de la liberté de conscience, un principe qu’il convient de rappeler en ce temps de nouveaux troubles :

  • 86 Yves de La Brière fait référence au livre de Gaston Bonet-Maury, Histoire de la liberté de conscien (...)
  • 87 C’est l’auteur qui souligne. Yves de La Brière, « Comment fut adopté et accepté l’Édit de Nantes », (...)

La même nécessité qui, à la fin du seizième siècle, existait en France a fini par devenir générale et habituelle, depuis que la révolution a consommé, dans les pays les plus catholiques eux-mêmes, la rupture de l’ancienne unité religieuse. L’entière liberté des consciences et des cultes en a été partout la conséquence inévitable. De ce fait, enregistré par chacune des constitutions modernes, on a tiré toute une doctrine que résumait récemment, avec beaucoup de netteté, un savant professeur de la Faculté de théologie protestante de Paris86. […] En leur accordant la liberté de leur culte pour pacifier le pays, il [Henri IV] n’entendait faire qu’une œuvre de nécessité contingente et de bon sens royal. Mais comme elle se trouvait répondre aux conditions naturellement créées par la division des croyances, cette législation a duré ; puis, après avoir été une fois révoquée, a reparu pour prévaloir partout. C’est d’elle que se réclament à leur tour les catholiques. Plût à Dieu qu’on s’en inspirât toujours avec sincérité ; car tant qu’un pays reste privé du grand bienfait de l’unité religieuse, le moindre mal est assurément un édit de Nantes87.

  • 88 Devenu jésuite en 1880, Paul Dudon (1859-1941), licencié en histoire et d’abord enseignant, a été r (...)
  • 89 Pierre Bliard (1852-1928), jésuite en 1876, continuateur de Carlos Sommervogel pour la Bibliothèque(...)
  • 90 Paul Dudon, « Bulletin d’histoire religieuse chez les Protestants », Études, 5 juillet 1904, p. 252 (...)

44Au même moment, Paul Dudon88, jésuite historien comme Pierre Bliard89, examine point par point dans son « bulletin » ce qui distingue ou rapproche catholiques et protestants90.

  • 91 Ibid., p. 252.

Nous avons, nous catholiques, nos préoccupations à l’heure présente. Les protestants ont les leurs. Des nôtres et des leurs ils parlent d’un ton différent et avec une compétence inégale. Mais dans les deux cas, il n’est point inutile de savoir ce qu’ils disent91.

  • 92 Particulièrement, Le Christianisme au Vingtième siècle, organe depuis 1900 de l’Église réformée de (...)

45Au travers de la presse protestante92, Paul Dudon traite de huit sujets d’actualité sur lesquels se sont exprimés des protestants ou qui les concernent directement : le problème des crucifix dans les prétoires, les propos de Jean Jaurès à la Chambre, la condamnation d’Alfred Loisy, les consistoires et la séparation d’avec l’État, la fédération des Églises protestantes, « l’agonie de l’Église réformée de France », le « christianisme social », et le « christianisme de l’avenir ».

  • 93 P. Dudon, op. cit.

46Paul Dudon ne manque pas de relever, à propos de l’enlèvement des crucifix dans les tribunaux, le point de vue d’un protestant qui s’accorde avec celui des catholiques. Il s’agit du « langage d’un homme de bon sens qui envisage la question au point de vue politique93. » Ces « formes » bien « imparfaites » de la religion ont l’avantage de « perpétuer la mémoire de ce qui a été » et de « rappeler la grande délivrance de l’humanité ».

  • 94 Pasteur d’origine ardéchoise, Auguste Sabatier (1839-1901), professeur à Strasbourg et Paris, ensei (...)
  • 95 Il s’agit de l’ouvrage posthume paru en 1904 : Les Religions d’autorité et religion de l’esprit. Da (...)
  • 96 Patrick Harismendy (éd.), Les protestants et la séparation des Églises et de l’État, Bulletin de la (...)

47Maniant l’ironie, Paul Dudon se plait aussi à rapporter l’échange à la Chambre entre Alexandre Ribot et Jean Jaurès. Si le second a eu raison contre le premier, c’est parce que Ribot s’est appuyé sur le livre d’Auguste Sabatier, « célèbre doyen de la Faculté protestante de Paris94 », qui, s’il est faible en regard de la doctrine, contient des « concessions dangereuses » faites au catholicisme. Les Études ont déjà rendu compte du livre et critiqué les conceptions du théologien protestant95. Auguste Sabatier soutient en effet que si « Tu es Petrus » était authentique, « elle aurait la portée que lui donnent les théologiens catholiques ». Le Père Dudon affirme que Sabatier est demeuré jusqu’au bout un protestant notoire, « mais véritablement on se demande pourquoi ». Son livre, contrairement à ce que pense Ribot, « aiderait plutôt à établir combien a été vaine la "tentative" » faite par Calvin « pour dissocier l’Évangile et l’Église ». C’est cependant à propos de la séparation d’avec l’État, acceptée par les protestants « orthodoxes »96, que Paul Dudon relève la demande par la quasi-totalité des consistoires du respect des droits acquis, la liberté de droit commun pour l’avenir, et qu’aucune décision ne soit prise sans la consultation par l’État de tous les intéressés :

  • 97 Ibid., p. 260.

Il est excellent que nous, catholiques, ne soyons pas les seuls à protester contre l’iniquité du projet élaboré par la commission dont M. Briand est le rapporteur. Cette fois, je pense, on n’osera pas, pour rejeter a priori ces revendications, y dénoncer une machination congréganiste97.

  • 98 Louis de Geuser (1893-1984), entré dans la Province de France de la Compagnie de Jésus en 1911, gra (...)
  • 99 Adhémar d’Alès (dir.), Dictionnaire apologétique de la foi catholique, Paris, Beauchesne, 1926 (4e (...)

48Attentives depuis leurs débuts en 1856 aux mouvements internes du protestantisme, les Études ont évolué comme le catholicisme dans son rapport aux mouvements religieux, culturels, sociaux et politiques. Au lendemain de la Première guerre mondiale, l’heure n’est plus à l’idée d’un « péril protestant », même si les oppositions théologiques demeurent, de même que l’intérêt des catholiques pour la « crise du protestantisme ». Louis de Geuser98, jésuite auteur du chapitre « Protestantisme français moderne » de l’article « Réforme » pour le Dictionnaire apologétique de la foi catholique, recommande les « chroniques perspicaces » du Père Dudon dans les Études99. Après avoir détaillé ses œuvres et son organisation, la division entre l’Église luthérienne d’une part, les disciples de Calvin, orthodoxes, conservateurs, évangéliques, et les libéraux, d’autre part, il précise ce qui fonde la crise du protestantisme, certains choix aboutissant à « l’extrême limite au-delà de laquelle on cesserait d’être chrétien » :

  • 100 Ibid., col. 701.

En somme, nous voyons le protestantisme actuel garder du protestantisme de jadis les grands principes de « la foi qui sauve » et du libre examen ; mais les uns tiennent à marquer les limites de cette liberté et à garder un minimum de croyances communes, quand les autres secouent les moindres parcelles d’autorité et se réfugient dans la critique ou l’expérience religieuse. Le peuple fidèle, lui, comprend mal ces subtilités ; il oscille au gré des enseignements divers de ses divers pasteurs, il en vient insensiblement à se dire ou à sentir qu’aucune Église n’est la vraie, puisque aucune n’a reçu du Christ, le dépôt de la vérité, et lentement il se détache et tombe dans un indifférentisme vague100.

  • 101 Ibid.

49Il espère toutefois que « nos frères séparés verront bientôt venir à eux le Fils de la Promesse, le Pasteur miséricordieux qui les fera rentrer à son heure, dans le havre cherché, dans le bercail tranquille de son Église101. »

Notes

1 Robert Rouquette, « Bulletin du protestantisme français, Agonie ou résurrection de l’Église réformée de France ? », Études, 1945, p. 393.

2 Deux chroniques du protestantisme ont paru dans Cité nouvelle en 1941, p. 618-636 ; 1942, p. 675-697. Durant l’Occupation, Cité Nouvelle a fait suite, à Lyon, aux Dossiers de l’Action populaire et aux Études. À Paris, la série Construire, sous-titrée Études et documents, a poursuivi les Études.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 « Crise ». Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRTL), CNRS, http://www.cnrtl.fr/

6 Il aurait adhéré à « l’ontologisme », courant philosophique qui défend l’idée d’une capacité de l’humain à connaître Dieu alors que théologie catholique soutient la nécessité d’une démarche rationnelle. Pierre Vallin, Études, Histoire d’une revue, Une aventure jésuite, Des origines au Concile Vatican II (1856-1965), Paris, Études, 2000, p. 6. Charles Poulet, Augustin Kerk-voorde, Olivier Rousseau, Histoire du christianisme, Le mouvement théologique dans le monde contemporain, liturgie, dogme, philosophie, exégèse, Paris, Beauchesne, 1969, p. 55.

7 Études de philosophie et d’histoire publiées par les PP. Charles Daniel et Jean Gagarin de la Compagnie de Jésus, Paris, Julien/lanier/Cosnard, 1856, « préface », p. I.

8 Ibid.

9 Ibid., p. II.

10 Voir Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, Paris, École des Chartes, 1998. Les jésuites ne sont pas cités.

11 « Fragment d’histoire sur les dernières persécutions des protestants sous Louis XIV (1711- 1715), par Ernest Moret, Séances et travaux de l’Académie des sciences morales, compte rendu, janvier 1858 », Études, décembre 1859. Professeur d’histoire, décédé en 1858, Ernest Moret est l’auteur de Quinze ans du règne de Louis XIV (1700-1715), Paris, 1859, 3 vol.

12 Ibid., p. 493.

13 Ibid., p. 511.

14 Charles Verdière (1817-1889), jésuite depuis 1845, a été professeur d’histoire au collège Stanislas et à l’école Sainte-Geneviève puis au scolasticat de Laval. Auteur d’un texte sur les « Origines catholiques de l’Église russe jusqu’au XIIe siècle » dans les Études, (t. 2, 1857, p. 133-304), il a réagi en controversiste aux ouvrages d’histoire de certains de ses contemporains : Réflexions sur l’histoire religieuse des Français à l’occasion du livre d’un protestant allemand ; Histoire de France, principalement pendant le XVIe et le XVIIe siècle par Léopold Ranke, Paris, s.n., 1856 (auparavant publié dans L’Ami de la Religion) ; La Monarchie chrétienne de saint Louis entre la papauté et le césarisme, à l’occasion de l’Histoire de saint Louis et de son temps par M. Wallon, Lyon, Pitrat, 1876.

15 Charles Verdière, « Les commencements du protestantisme en France, Période meldoise (1520-1526), Première partie », Études, IV, 1859, p. 570.

16 Ibid.

17 Charles Daniel, « La crise du protestantisme en France depuis le jubilé de la Réformation » (29 mai 1859) », Études religieuses, historiques et littéraires, 1862, p. 206.

18 Ibid., p. 211.

19 Timothée Colani (1824-1888) est devenu pasteur après des études à la Faculté de théologie de Strasbourg. Il a fondé en 1850 la Revue de théologie et de philosophie chrétienne qui devient l’un des organes du protestantisme libéral. Devenue Nouvelle revue de théologie, elle a ensuite pris le titre de Revue de théologie, bimestriel publié à Strasbourg de 1863 à 1869.

20 C. Daniel, « La crise du protestantisme… », op. cit., p. 219.

21 François Guizot (1787-1874) a soutenu en 1861 l’élection de Lacordaire à l’Académie française et défendu le pouvoir temporel du Pape, les droits de l’Église catholique. Charles Daniel, « M. Guizot et les intérêts religieux au xixe siècle », Études religieuses, historiques et littéraires, 1867, p. 309-333 et p. 495-521.

22 Edmond Scherer (1815-1889), formé à la théologie à la Faculté de Strasbourg, est devenu en 1845 professeur d’histoire de l’Église à l’École de théologie indépendante (dite de l’Oratoire) à Genève. Dans La Critique et la Foi (1850), il justifie le renversement de son point de vue en faisant sien l’aveu du juriste et historien Augustin Chassaing (1830-1892) : « Le peu que je sais, je le dois au scrupule avec lequel j’ai toujours prêté l’oreille aux objections qui me venaient à l’esprit. » Influencé par les travaux des théologiens contemporains, il ne croit plus à l’inspiration divine des Écritures. Démissionnaire, il rejoint les libéraux et soutient la revue de Timothée Colani et évolue vers la libre-pensée et l’agnosticisme. Élu député en 1871, sénateur inamovible en 1879, il défend la IIIe République et un vif anticléricalisme.

23 Charles Daniel, « Un rationaliste protestant. M. Edmond Scherer », Études religieuses, historiques et littéraires, 1862, p. 510-535 ; « Les catholiques de Genève depuis la Réforme », Études religieuses, historiques et littéraires, 1862, p. 747-766 ; « Les protestants de France. Organisation et statistique », Études religieuses, historiques et littéraires, 1863, p. 550-572.

24 Fils de Poséidon, Protée pouvait changer d’apparence, être toutes sortes d’animaux sinon devenir un élément comme l’eau ou le feu pour éviter d’avoir à répondre aux questions qui lui étaient posées.

25 Augustin de Backer, Aloys de Backer, Carlos Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, t. 9. Paris, Picard, Bruxelles, O. Schepens, 1900, col. 169.

26 J. Lefèvre, « La crise du Protestantisme français en 1866 », Études religieuses, historiques et littéraires, 1866, p. 97-107.

27 Ibid., p. 107.

28 Dans son histoire de la revue, Pierre Vallin insiste sur les Pères Henri Ramière (1821-1894) et Eugène Marquigny (1836-1895) et fait aussi remarquer que le Père Sommervogel se plaint dans sa correspondance de la mauvaise qualité des textes, écrits trop hâtivement.

29 Augustin de Backer (1809-1873) a été avec son frère le jésuite Aloys de Backer (1823-1883), jésuite comme lui, l’auteur de la Bibliothèque des écrivains de la compagnie de Jésus a été publiée de 1853 à 1861.

30 Robert Danieluk, La « Bibliothèque » de Carlos Sommervogel, Le sommet de l’œuvre bibliographique de la Compagnie de Jésus, 1890-1932, Roma, Institutum historicum Societatis Iesu, 2006.

31 Carlos Sommervogel, « Du suicide au xixe siècle », Études, juillet 1874, p. 604-611.

32 Historisch-politische Blätter, de Münich, t. LXXIV, p. 370-391. Les fondateurs, Guido Görres et Georg Philips, ont eu pour projet une publication conservatrice et confessionnelle, d’ou le titre complet de leurs « feuilles » : Historisch-politische Blätter fûr Katholisches Deutschland.

33 C. Sommervogel, « Du suicide… », op. cit., p. 604.

34 Témoin de cet intérêt, Le Suicide publié par Émile Durkheim en 1897 fonde les règles de la méthode sociologique.

35 Ibid., p. 609.

36 Ibid.

37 Ibid., p. 611.

38 Ibid. Le directeur des Études a auparavant mentionné les Juifs. « La fréquence croissante du suicide chez les juifs modernes s’explique en ce qu’ils sont à la tête du mouvement de corruption qui nous entraine : l’égoïsme sans entrailles [sic], la soif des jouissances, l’usure, la haine de la religion, forment, chez un grand nombre le caractère. » [Ibid., p. 610]

39 Gabriel Desjardins (1823-1899), jésuite en 1843, canoniste, a rédigé de nombreuses notices pour des dictionnaires, ouvrages et brochures, notamment sur le théologien moraliste jésuite Jean-Pierre Gury (1801-1866).

40 Gabriel Desjardins, « Conciles et synodes catholiques. Synodes protestants », Études, février 1877, p. 188.

41 Ibid., p. 205. C’est l’auteur qui souligne.

42 Ibid.

43 Carlos Sommervogel, « Bibliographie. La fin du protestantisme, Paris, Le Barbier, 1876 », Études, janvier 1876, p. 154-155.

44 François Desjacques (1845-1890), entré à quatorze ans dans la Province jésuite de Turin, a été professeur et préfet des études au juvénat de Lons-le-Saunier. Dans les Études, il est l’auteur de nombreux comptes rendus et articles, notamment sur le divorce, les décrets de 1880 ou les questions d’enseignement. Mis en cause dans le commentaire de l’encyclique Libertas, Marie-Joseph Lagrange lui a répondu. « L’encyclique Libertas et le libéralisme catholique. Lettre de M. l’abbé Lagrange au P. Desjacques », Études, septembre 1888, p. 417-429.

45 En Allemagne, le Kulturkampf « dont les catholiques sortiront plus forts et plus agressifs, a porté un coup mortel au protestantisme conservateur. Si les protestants libéraux ont gagné quelque influence, le peu de foi chrétienne qui leur reste encore, affranchi de tout symbole et de toute formule dogmatique, va s’éteignant de plus en plus dans la libre-pensée et le scepticisme [...] En Hollande, les temples protestants sont déserts, les pasteurs manquent, les peuples croupissent dans l’athéisme et le matérialisme le plus abject ; les croyances chrétiennes disparaissent, et, […] depuis une année, les facultés de théologie sont devenues laïques et indépendantes de toute église particulière : c’est là que les futurs prédicants apprennent, au lieu des dogmes révélés, l’histoire des idées religieuses, d’après les méthodes qui prévalent dans l’histoire générale et dans la philosophie. »

46 François Desjacques, « Chronique. Coup d’œil sur 1878 », Études, janvier 1879, p. 153.

47 L’Union générale créée en 1875 à Lyon a fait faillite en 1882. L’événement suscite de nombreux échos dans la presse catholique et alimente l’antisémitisme qui se structure jusqu’à déboucher dans le jeu politique. Jean Bouvier, Le Krach de l’Union Générale (1878-1885), Paris, PUF, 1960. Jeannine Verdes, « La presse devant le krach d’une banque catholique : L’Union Générale (1882) », Archives de Sciences Sociales des Religions, 1965, 19, p. 125-156.

48 Ibid. Henri de Bigault (1835-1909) rapporte que « Mgr Fava distingue trois classes de libéraux, les libéraux radicaux, les libéraux modérés, les catholiques indépendants. » Henri de Bigault, « Jésus-Christ, Roi éternel, par Mgr Fava, Paris, Librairie de l’Œuvre de Saint-Paul, 1890, 2 vol., 675 et 735 p. », Études, 1890, p. 82.

49 Ibid.

50 Anatole Leroy-Beaulieu, Les doctrines de haine : l’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléricalisme, Paris, Calmann Lévy, 1902.

51 Jean Baubérot, Valentine Zuber, Une haine oubliée, L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel, 2000.

52 Mgr Taché, Une page de l’histoire des écoles du Manitoba, Imprimerie du Journal Manitoba, Saint-Boniface, Manitoba (Canada), 1893. Outre la suppression du bilinguisme, les catholiques refusent la fin du financement public de leurs écoles. André Lalonde, « L’Église catholique et les Francophones de l’Ouest, 1818-1930 », Société canadienne d’histoire de l’Église catholique, Sessions d’études, Bilan de l’histoire religieuse au Canada, vol. 50, n° 2, 1983, p. 485-497.

53 Ibid.

54 Eugène Portalié, « La crise du protestantisme français. La situation au moment du synode de Sedan (2 juin 1896) », Études, 12 et 13 mai 1896, p. 301-321, « La crise du protestantisme français. La situation au moment du synode de Sedan (2-11 juin 1896) (fin) », Études, 1896, t. 68, p. 34-52.

55 Eugène Portalié (1852-1909), jésuite depuis 1867, a été professeur de théologie à Uclès, en Espagne, puis à Vals-près-Le-Puy.

56 J. Baubérot, V. Zuber, op. cit., p. 113-129.

57 Eugène Portalié, « Les fêtes de Nantes et l’impopularité du protestantisme français », Études, juillet 1898, p. 145-146.

58 La Société de l’Histoire du Protestantisme Français, fondée en 1852.

59 Ibid., p. 150.

60 Devenu jésuite en 1868, Joseph Burnichon (1847-1936) a été rédacteur aux Études en 1879- 1880. Chargé du « Bulletin de l’enseignement et de l’éducation », il a écrit de nombreux comptes rendus et sur les Congrégations religieuses et les associations.

61 Joseph Burnichon, « Le péril protestant », Études, 78, février 1899, p. 386-389.

62 Tout au plus concède-t-il : « La thèse gagnerait à être allégée de ces hors-d’œuvre ; elle gagnerait aussi à notre avis à être allégée des gros mots, qui n’ajoutent rien, ni à la force des raisons, ni à l’éloquence des faits, ni même à la véhémence des objurgations. » Le compte rendu paraît peu de temps après la publication de l’ouvrage d’Ernest Renauld (1869-1939), journaliste catholique, antidreyfusard et royaliste, auteur de La Conquête protestante en 1900 qui a tenté de faire du journal Le Pays, un organe de l’antiprotestantisme.

63 Ibid., p. 388.

64 J. Burnichon, op. cit., p. 386-387.

65 Publiée à Louvain à partir de 1877.

66 Martin Bécan (1563-1624), Becanus dans sa forme latine, est un jésuite des Pays-Bas espagnols, théologien et controversiste catholique de la Contre-Réforme.

67 Joseph Brucker, « Calvin, les Jésuites et M. A. Sabatier », Études, avril 1896, p. 689-687. Joseph Brucker répond quelques mois plus tard à la « réponse » du théologien protestant dans le Journal de Genève. Joseph Brucker, « Observations sur une réponse de M. A. Sabatier », Études, août 1896, p. 511-519.

68 Originaire de Lille, Henri Watrigant (1845-1926) est entré dans ma Compagnie de Jésus en 1868. Promoteur des Exercices, pour le clergé et des publics spécialisés, il a voulu étendre la méthode comme bibliographe et directeur de la Collection de la bibliothèque des Exercices spirituels de saint Ignace.

69 Henri Watrigant, « Les retraites spirituelles chez les protestants », Études, avril 1898, p. 577.

70 Dans son autobiographie spirituelle Apolologia pro vita sua (1864), John Henry Newman (1801-1890) a évoqué l’aide qu’il a trouvé dans les « Exercices spirituels ». Dans sa Grammaire de l’assentiment (An Essay in Aid of a Grammar of Assent ou Grammar of Assent), 1870, où il aborde la possibilité de la Foi, cite sa correspondance avec John-Thomas Walford (1834-1894), jésuite de la Province d’Angleterre.

71 H. Watrigant, op. cit., p. 597.

72 Ibid, p. 598.

73 Eugène Portalié, « L’Action protestante en France jugée par les Protestants eux-mêmes », Études, juillet 1900, p. 721-743.

74 Ibid., p. 730.

75 Louis Lafon (1856-1943), pasteur de l’Église réformée évangélique, a fondé La Vie nouvelle. Républicain, il a évolué depuis le « christianisme social » vers des positions patriotiques voire nationalistes à la faveur de la Première guerre mondiale.

76 Ibid., p. 731-732.

77 Ibid., p. 733.

78 Ibid., p. 737.

79 Ibid., p. 742-743.

80 La nécrologie d’Eugène Portalié, signée « La Rédaction des Études », lui reconnait « une érudition étendue et de bon aloi, au service d’une pensée ferme, mûrie, originale. […] Sa lecture pourtant était immense, les matériaux amassés par lui considérables. […] Deux sujets lui étaient ainsi devenus familiers, et il les maîtrisait comme très peu d’hommes en France – s’il s’agit du second comme aucun autre homme peut-être – : l’histoire doctrinale du protestantisme français, et l’augustinisme, en y comprenant d’abord le développement de la pensée augustinienne. […] Il faut y joindre, comme leur naturel couronnement, les vigoureux travaux dans lesquels sont pris à partie les modernistes. […] La connaissance approfondie qu’avait acquise le P. Portalié du protestantisme libéral lui rendait – il le notait lui-même – la tâche plus aisée : « Cette apologie nouvelle chez nous, voilà un siècle qu’elle traîne dans les livres du protestantisme libéral, depuis Schleiemacher, en Allemagne, jusqu’à M. Sabatier, en passant (pour la France seulement), par E. Scherer, Astié, Bouvier, Léopold Monod et M. Ménégoz » [la citation est extraite du Bulletin de littérature ecclésiastique, 1904, p. 89] ». « Le R.P. Eugène Portalié », Études, mai 1909, p. 298-302.

81 Christian Sorrel, La République contre les congrégations, histoire d’une passion française 1899-1904, Paris, Cerf, 2003.

82 Pierre Colin, « La controverse entre catholiques et protestants en France, xixe-xxe siècles : II. Destins contrastés de la controverse 1902-1958 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, vol. 148, n° spécial du cent-cinquantenaire de la SHPF, Octobre-Novembre-Décembre 2002, p. 1063-1084.

83 Jacqueline Lalouette, L’État et les cultes 1789-1905-2005, Paris, La Découverte, 2005, p. 37-52.

84 Yves de La Brière (1877-1941), jésuite en 1894, enseignant au scolasticat d’Hastings, a rejoint les Études en 1909. Chroniqueur pour les questions religieuses jusqu’à sa mort, il a enseigné le droit international à l’Institut catholique de Paris.

85 Yves de Labrière, « Comment fut adopté et accepté l’Édit de Nantes », Études, mars et avril 1904, p. 759-778 et p. 44-62.

86 Yves de La Brière fait référence au livre de Gaston Bonet-Maury, Histoire de la liberté de conscience en France depuis l’édit de Nantes jusqu’à juillet 1870, Paris, Alcan, 1900.

87 C’est l’auteur qui souligne. Yves de La Brière, « Comment fut adopté et accepté l’Édit de Nantes », art. cit., p. 63.

88 Devenu jésuite en 1880, Paul Dudon (1859-1941), licencié en histoire et d’abord enseignant, a été rédacteur des Études de 1899 à 1934.

89 Pierre Bliard (1852-1928), jésuite en 1876, continuateur de Carlos Sommervogel pour la Bibliothèque, conteste dans les Études l’article de l’universitaire Paul Gachon, « Le Conseil royal et les Protestants en 1698 » (Revue Historique, juillet-août 1904), en ce qui concerne les jésuites, notamment leur rôle dans la persécution des protestants par l’Intendant royal. Il affirme que l’auteur s’est trompé car l’accroissement du nombre des collèges a été imposé aux jésuites et ne s’est pas fait au détriment des protestants. Pierre Bliard, « Jésuites et protestants. À propos d’une étude récente », Études, mars 1905, p. 715.

90 Paul Dudon, « Bulletin d’histoire religieuse chez les Protestants », Études, 5 juillet 1904, p. 252-268.

91 Ibid., p. 252.

92 Particulièrement, Le Christianisme au Vingtième siècle, organe depuis 1900 de l’Église réformée de France.

93 P. Dudon, op. cit.

94 Pasteur d’origine ardéchoise, Auguste Sabatier (1839-1901), professeur à Strasbourg et Paris, enseignant à l’EPHE, a défendu dans ses ouvrages l’évolution des dogmes et de la doctrine du Salut.

95 Il s’agit de l’ouvrage posthume paru en 1904 : Les Religions d’autorité et religion de l’esprit. Dans son compte rendu du « testament théologique d’Auguste Sabatier », le directeur des Études, Léonce de Grandmaison, a critiqué le « subjectivisme agnostique » du théologien protestant dans l’article en deux parties où il évoque le livre : « La religion de l’esprit », Études, 100, 5 juillet 1904, p. 5-23, et 20 juillet 1904, p. 165-183. Léonce de Grandmaison lie la pensée d’Auguste Sabatier au « modernisme ». Léonce De Grandmaison, Christus. Manuel d’histoire des religions, Paris, Beauchesne, 1912, p. 983-984 ; Études, 29 septembre 1923 et Jésus-Christ. Sa personne, son message, ses preuves, II, Paris, Beauchesne, 1928, p. 185.

96 Patrick Harismendy (éd.), Les protestants et la séparation des Églises et de l’État, Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, t. 151, octobre-novembre-décembre 2005.

97 Ibid., p. 260.

98 Louis de Geuser (1893-1984), entré dans la Province de France de la Compagnie de Jésus en 1911, grand blessé de guerre, devenu aumônier à l’École Sainte-Geneviève, puis à l’École militaire de Coëtquidan, avant d’être affecté à Paris, est le frère de Marie-Antoinette de Geuser (1889-1918), surnommée « Consummata », dont la spiritualité est proche de celles de Thérèse de Lisieux et d’Élisabeth de la Trinité.

99 Adhémar d’Alès (dir.), Dictionnaire apologétique de la foi catholique, Paris, Beauchesne, 1926 (4e éd.), 4 t. (un tome de supplément et index a été publié en 1931). Le jésuite Adhémar d’Alès (1861-1938) a été professeur de théologie à l’Institut catholique de Paris.

100 Ibid., col. 701.

101 Ibid.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search