Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

La nouvelle Compagnie

Jésuites et protestants dans l’Empire de Russie au tournant du xixe siècle

Dzianis Kandakou

Texte intégral

  • 1 Marek Inglot, La Compagnia di Gesù nell’Impero Russo (1772-1820) e la sua parte nella restaurazione (...)

1Que sait-on des relations entre la Société de Jésus et les protestants dans l’Empire de Russie fin xviiie – début xixe siècle ? Très peu de chose, si l’on en juge d’après les travaux des historiens de la Compagnie, même les plus récents et les plus remarquables1. Faut-il en déduire que le sujet est sans importance et ne mérite pas l’attention ? Non, les sources que nous citerons plus loin disent le contraire. Mais plus que les témoignages des contemporains, c’est le contexte du pays et de l’époque qui compte. Le rôle que les jésuites et les protestants jouent dans les domaines social, politique et religieux de l’empire multiethnique et multiconfessionnel n’est pas minime.

  • 2 Cf. А.Л. Зорин, Кормя ∂вуᴤлавоᴤо орла… Лumераmура u ᴤосу∂арсmвенная u∂еолоᴤuя в Россuu в nосле∂неǔ (...)

2Après le premier partage de la Pologne, la Compagnie se retrouve au sein de l’Empire de Russie et y mène avec succès, sous la haute protection du trône, des activités éducatives et culturelles. Après la restauration de la Société de Jésus au sein de l’Empire de Russie qui coïncide avec l’avènement d’Alexandre Ier, les révérends pères développent le réseau de leurs maisons à travers le pays. En 1801, un grand collège ouvre ses portes à la jeune noblesse de Saint-Pétersbourg. Riga, Astrakhan et Saratov ou encore Odessa, Mozdok et Irkoutsk voient apparaître les missions jésuites. Parmi les habitants (colons et indigènes) de ces villes provinciales, nombreux sont ceux qui professent la religion réformée. Les Baltes, les émigrés allemands, suédois, danois et anglais peuplent la capitale et accèdent souvent aux premières dignités de la cour et aux postes les plus élevés du gouvernement. Quelles sont leurs relations avec les jésuites ? Faut-il parler d’influences, d’antagonismes ou peut-être même de cohabitation paisible ? Nous répondrons à ces questions en prenant en considération trois projets consécutifs qui organisent la vie religieuse dans l’Empire de Russie entre 1772 et 1820 : celui de la tolérance lancé par Catherine II, celui de la mise en ordre de l’église prévu par Paul Ier et le mouvement œcuménique conçu par Alexandre Ier qui cherche une idéologie pour « un état de tous les chrétiens »2.

Catherine II : « ... La tolérance est générale dans cet Empire »

  • 3 VOLTAIRE, CATHERINE II, Correspondance 1763-1778, texte présenté et annoté par Alexandre Stroev, Pa (...)
  • 4 Maciej Loret, Kościόł katolicki a Katarzyna II : 1772-1784, Krakόw, W.L. Anczyc, 1910, p. 20-21.
  • 5 М. Инглот, Е.С. Токарева (отв. ред.), Россuя u uезуumbl : 1772-1820 [Marek Inglot, Evguenia Tokarev (...)

3Avant le premier partage de la Pologne, la Russie ne connaît pas de graves conflits ou dissensions interconfessionnels, les orthodoxes ne se mêlant pas trop aux musulmans, protestants et catholiques, ces derniers étant un groupe peu nombreux et fort mobile composé d’émigrés. Protestante par sa naissance, orthodoxe par son mariage, Catherine II mène une politique religieuse prudente, sans vouloir troubler le statu quo. « [...] La tolérance est générale dans cet Empire, il n’y a que les jésuites qui n’y sont pas soufferts [...]3 », écrit cette disciple des Philosophes à Voltaire le 22 août 1765. L’année 1772 changera son avis. La puissance du Nord hérite de 1 300 000 nouveaux sujets dont 900 000 catholiques (tant gréco-catholiques que latins), de quatre collèges, trois maisons et deux résidences de la Société de Jésus. La situation exige encore plus de tolérance. Les proclamations de la tsarine adressées aux habitants de la Russie Blanche nouvellement acquise promettent une totale liberté de religion et de conscience4. Assez logiquement la Compagnie est conservée en 1773 en dépit de sa suppression par le Pape Clément XIV. Catherine II le fait moins par souci des âmes de ses sujets biélorusses que pour ses propres intérêts politiques. La souveraine russe protège les jésuites en vue de renforcer l’image de la Russie, pays médiateur entre différentes confessions, utiliser les révérends pères dans ses pourparlers avec le Saint-Siège et dans ses projets de réformes éducatives5.

  • 6 Voir le numéro spécial de la revue électronique Vivliofika consacré à ce sujet : ВИВЛIОθИКА : E-Jou (...)
  • 7 А.Ю. Андреев, Русскuе сmу∂енmbl в немеⴗкuх унuверсumеmах xviii – nервоǔ nоловuнbl XIХ века [Andrei (...)

4C’est cette dernière raison qui promet des différends à venir entre les jésuites et les protestants dans le pays des tsars. Après Pierre Ier, l’influence protestante en Russie dans le domaine éducatif et culturel, là où la Société de Jésus fait aussi valoir ses droits, est bien perceptible. Tout au long du xviiie siècle, l’intérêt des hommes de lettres et de la noblesse éclairée de la Russie pour la doctrine réformée ne laisse pas de monter6. Il est vrai que cet intérêt porte très souvent un caractère critique. Mais n’oublions pas non plus que la condamnation des principes religieux du protestantisme n’empêche pas les élites russes d’envoyer massivement leurs enfants dans les universités de Leipzig, Halle et Göttingen ou encore de Jena, Königsberg et Strasbourg avec lesquelles les académiciens de Saint-Pétersbourg et les professeurs de Moscou tissent des liens très étroits7.

  • 8 Н.М. Карамзин, Пuсьма русскоᴤо nуmеաесmвеннuка [Nikolaï Karamzine, Lettres d’un voyageur russe], Le (...)

5C’est grâce à ces relations d’amitiés et de collaborations que les savants et hommes de lettres russes s’intéressent aux affaires qui opposent les protestants et les jésuites. En 1789, au cours de son fameux périple européen, Nikolaï Karamzine s’entretient avec le journaliste berlinois Friedrich Nicolai et défend devant lui les victimes des attaques du Berlinische Monatsschrift8. Franc-maçon notoire, le voyageur russe prend le parti d’anciens jésuites accusés de complot contre le protestantisme moins par amour de la Compagnie conservée dont il sait d’ailleurs très peu de chose qu’au nom de la tolérance et de l’impartialité. Cela n’enlève rien au fait que les jésuites sont perçus comme un détail important et influent du paysage religieux.

  • 9 Il est à noter que ce journal est dirigé par Jacques Dambrin, dit abbé de Jeaurinvillier, ex-jésuit (...)

6L’impératrice elle-même, s’il le faut, prend la défense de la Société. Dans sa correspondance avec Friedrich Melchior Grimm, la discussion autour de la préservation de la Compagnie en Russie se lève plus d’une fois : le rédacteur de la Correspondance littéraire s’étonne de la bienveillance de la tsarine, celle-ci se justifie. En même temps, Grimm inspire des publications dans la presse allemande contre les jésuites. Début 1779, la Gazette de Cologne fait paraître un article contre le projet du noviciat à Polotsk9. Catherine II blâme son correspondant parisien :

  • 10 Comprendre : noviciat.
  • 11 SIRIO [Sbornik imperatorskogo russkogo istoritcheskogo obstchestva], t. 23, Saint-Pétersbourg, Typo (...)

Je crois en vérité que c’est vous qui fournissez aux gazetiers de Cologne les articles qu’il imprime au grand détriment de la serre chaude10. Vous trouvez donc que c’est parce que je trouve cela plaisant que je leur fait du bien : il faut avouer que vous me donnez de jolis motifs, tandis que je n’ai d’autre vue que de remplir ma parole donnée et que j’y vois un motif de bien public (Saint-Pétersbourg, le 18 mai 1779).
Je suis trop fâchée contre vous pour tout le mal que vous et le gazetier de Cologne faites à mes coquins de la Russie Blanche, pour vouloir de la cohorte des capucins que vous prétendez de me mettre sur les bras ; refusez-les, mais d’un refus à ne plus revenir à la charge (Saint-Pétersbourg, le 16 octobre 1779)11.

7Ces conflits entre les élites russes et les journalistes allemands trouvent un écho bien faible dans la Russie de Catherine II et ne se poursuivent pas. Il ne pourrait en être autrement, les protestants étant très peu nombreux sur les terres biélorusses et les jésuites n’ayant ni moyens ni, très probablement, la volonté réelle de se prononcer sur ces affaires. Loin de la grande scène publique, limitée dans ses activités par les frontières de la Russie Blanche, la Société de Jésus s’occupe de l’enseignement de la jeunesse et gagne la confiance des hommes d’importance (le prince Grigori Potemkine, les gouverneurs de la province, les hauts dignitaires de la cour) pour assurer sa survie. Ces travaux serviront ensuite de base pour sa future expansion. Avec l’avènement du nouvel empereur, Saint-Pétersbourg ouvrira ses portes à la Compagnie et les jésuites « russes » affronteront non seulement l’esprit et les idées de la réforme mais aussi les protestants du pays eux-mêmes.

Paul Ier : favoriser les jésuites, contrôler les protestants

  • 12 Certains historiens y voient l’accord paradoxal de deux valeurs vraiment chères à Paul Ier : l’anci (...)
  • 13 Полное собранuе законов Россuǔскоǔ uмnерuu с 1649 ᴤо∂а [Le code complet des lois de l’Empire de Rus (...)

8Les réformes de Paul Ier embrassent toutes les sphères de la vie sociale et toutes les institutions, y compris la vie religieuse et l’Église. Soucieux de protéger son pays des idées révolutionnaires françaises, le successeur de Catherine II mise sur l’ordre et la tradition. Dans les questions religieuses, ces efforts peuvent prendre parfois des formes insolites : en 1798, l’empereur orthodoxe se proclame le grand maître des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem12. La nomination d’un luthérien à l’arbitrage des affaires des catholiques peut aussi étonner. D’après l’oukase du 26 février 1797, le baron courlandais Heinrich Karl von Heyking, président du Collège de justice aux affaires de Livonie, Estonie et Courlande, reçoit une tâche complémentaire, celle de régler les litiges entre les catholiques13.

  • 14 Heinrich Karl vonheyking, « Император Павел и его время », Русская сmарuна [ « L’Empereur Paul et s (...)

9D’après ses propres mémoires, Heyking est appelé à la présidence pour contrôler les prêtres luthériens, soupçonnés par Paul Ier d’être « novateurs qui font preuve des avis proches des actuelles doctrines françaises14 ». Confier encore à Heyking les affaires des catholiques, c’est de faire un pas vers le contrôle de la vie religieuse par le pouvoir séculier. Réunissant les catholiques et les protestants sous la houlette d’un luthérien, et qui plus est, laïque, l’empereur met sur un pied d’égalité tous les rites « occidentaux » et affaiblit le pouvoir de l’archevêque de Moguilev Stanislas Bohusz-Siestrzencewicz.

  • 15 Михаил Морошкин, Иезуumbl в Россuu, с ⴗарсmвованuя Екаmерuнbl II u ∂о наաеᴤо временu [Mikhaïl Moroc (...)
  • 16 Stanislas Bohusz-Siestrzencewicz, Journal et correspondance de Stanislas Siestrzencewicz-Bohusz, pr (...)

10Heyking suit la ligne de son souverain. Sans oublier de surveiller les Églises protestantes, il mine l’autorité de l’archevêque catholique de Russie en décidant des affaires qui relèvent de la juridiction ecclésiastique et soutient les jésuites dans leurs démêlés avec le métropolitain. Cette alliance involontaire entre un luthérien et la Compagnie fera renaître le spectre du complot jésuite, tel qu’il apparaît dans les écrits des journalistes berlinois des années 1780- 1790. Au moins, c’est dans ces termes que le Père Mikhaïl Morochkine décrit la situation dans son étude de 186715. Pour lui, comme pour plusieurs patriotes russes avant lui, surtout au tournant du xixe siècle, Heyking est un agent des jésuites dont les actes et les idées touchent au « républicanisme ». Dans cette optique, on distingue mal parmi les jésuites et les protestants, les deux corps étant des étrangers par excellence dans le pays des tsars. À l’opposé, Bohusz-Siestrzencewicz croit que les démarches du président du Collège de justice relèvent plutôt des intrigues de la cour16.

  • 17 Le code complet des lois de l’Empire de Russie..., t. XXV, p. 49.

11Vu l’inconstance de Paul Ier qui confie à Heyking les affaires catholiques fin février 1797 pour les lui ôter en janvier suivant et les retransmettre à l’archevêque de Moguilev17, ce projet (s’il existe vraiment tant son exécution est incohérente) n’aboutit pas et crée plus de contradictions qu’il n’en lève. Cependant cette expérience montre que, sous certaines conditions politiques, la cohabitation de la Société de Jésus avec les protestants est bien possible dans l’Empire de Russie.

Alexandre Ier : pour l’alliance sacrée des peuples européens

  • 18 Александр Эткинд, « Очки для двух голов » [Alexandre Etkind, « Les lunettes pour les deux têtes »], (...)
  • 19 Katia Dmitrieva, « Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques (...)
  • 20 Cité d’après Marie-Joseph Rouët de Journel, Une catholique russe : Mme Swetchine (d’après de nombre (...)

12Ces conditions qui semblent éphémères sous Paul Ier se transforment en une politique suivie avec l’avènement de son fils. Franc-maçon porté vers le mysticisme, toujours à la recherche d’un équilibre entre les règles ecclésiastiques et l’élan religieux individuel, Alexandre Ier conçoit et met à l’exécution ce qu’Alexandre Etkind appelle « un projet protestant, une tentative globale de Réforme d’en haut » pour la Russie18. Cette quête de la lumière dans un très vaste champ de croyances n’est pas uniquement propre à l’empereur ou inspiré directement par lui aux élites russes. On peut penser aux conversions au catholicisme, très nombreuses dans la haute société de Saint-Pétersbourg dans les années 1800 et 181019. Le cas de Sofia Petrovna Svetchina est peut-être le plus éloquent parmi les autres. La fameuse maîtresse du salon de la rue Saint-Dominique commence son chemin vers le catholicisme à Saint-Pétersbourg entourée par les jésuites de la capitale russe et leurs partisans, tel Joseph de Maistre, guidée dans sa conversion par le Père Jean-Louis Leissègues de Rozaven. Mais au tout début de ses recherches, elle se tourne vers le protestantisme et ses auteurs pour mieux comprendre ses propres doutes et justifier pour elle-même sa séparation avec l’église orthodoxe. Dans son Journal de la conversion, Mme Svetchina formule ainsi son expérience que nous pouvons regarder comme caractéristique pour son temps et son entourage : « Pour arriver à la vérité, j’ai emprunté au protestantisme sa marche20 ».

13La politique religieuse de l’Empire préoccupe les jésuites « russes » au début du xixe siècle. Ils y réfléchissent souvent dans leurs écrits de l’époque. Ce n’est pas un hasard si les anecdotes du Père Fidèle de Grivel, professeur de français au collège de Saint-Pétersbourg entre 1806 et 1816, commencent par une notice historique relative à l’influence protestante sur le trône impérial au siècle des Lumières :

  • 21 Joseph de Maistre, Religion et mœurs des Russes. Anecdotes recueillies par le comte Joseph de Maist (...)

Pierre III était un prince d’Holstein en Danemark, et petit-fils de Pierre le Grand par sa mère. L’impératrice Élisabeth, autre fille de Pierre le Grand, n’étant pas mariée, avait appelé son neveu, l’avait déclaré héritier de l’Empire et l’avait marié à la princesse d’Anhalt Zerbst, depuis Catherine II. Pierre III, devenu empereur, montra trop sa partialité pour les Allemands et les Luthériens. Il en avait formé un régiment qui l’accompagnait partout. Il leur avait fait bâtir une église protestante à Oranienbaum, il avait réuni au domaine de la couronne tous les biens ecclésiastiques et salarié le clergé, ce que Pierre le Grand ni ses successeurs n’avaient pas osé entreprendre21.

14L’anecdote porte un jugement ouvert (« Pierre III [...] montra trop sa partialité pour [...] les Luthériens »), mais n’a pas de « morale ». C’est au lecteur de la reconstruire. On distingue un net mécontentement dans le ton de l’auteur. Sans doute le Père Grivel dénonce-t-il implicitement les faveurs accordées aux protestants parce qu’elles sont grosses de conflits interconfessionnels. Mais ce ne sont pas ces éventuels conflits que la Société de Jésus redoute. Le Père Grivel met en question la montée en puissance de la réforme dans les domaines politique, éducatif et culturel qui mène vers la sécularisation.

  • 22 Ivan Gagarine, La vie du Père Marc Follope, de la Compagnie de Jésus : les Jésuites de Russie, 1805 (...)
  • 23 Stephen K. Batalden, Russian Bible Wars : Modern Scriptural Translation and Cultural Authority, Cam (...)

15Il est vrai que le paysage religieux évolue considérablement entre 1762 (le court règne de Pierre III) et 1820 (la suppression de la Compagnie en Russie). Élève de Frédéric-César de La Harpe, intéressé par le mysticisme et la réforme dès sa jeunesse, Alexandre Ier cherche à renforcer son image d’unificateur de l’Europe après la guerre contre Napoléon. Sa Sainte-Alliance tend à sceller l’union politique avec une entente interconfessionnelle. En 1813, la Société biblique de Russie, inspirée par celle d’Angleterre, entame ses travaux de traduction et de distribution de la Sainte Écriture, de mise en place du système de Lancaster. La Compagnie regarde ces activités comme une menace et s’y oppose. Certains historiens de la Société de Jésus, tels le Père Stanislas Za-lensky et le Père Ivan Gagarine, vont jusqu’à affirmer que cette opposition coûte aux jésuites la protection de l’empereur et de ses favoris, la place à Saint-Pétersbourg et dans l’Empire même22. La Société biblique survit de peu à la Société de Jésus dans l’Empire de Russie : en 1826, l’empereur Nicolas Ier suspend ses activités. Si l’on en croit l’argumentation de Stephen K. Batalden, cette annulation est due en partie aux appréhensions du nouveau gouvernement qui sent la menace aux traditions nationales et à la hiérarchie de l’Église orthodoxe23. Donc la notice du Père Grivel se lit moins comme une description critique des évènements du xviiie siècle que comme une allusion à la situation des années 1810.

  • 24 Le Père Grivel quitte la Russie juste après l’expulsion de la Compagnie de Saint-Pétersbourg et il (...)
  • 25 X.F.N.G., « Ostrzeżenie czytelnika Historyi powszechney J.M. Schroeka z niemieckiego po polsku we 3 (...)
  • 26 X.F.N.G., op. cit., p. 29.

16Si le Père Grivel laisse ses anecdotes inédites24, ses confrères n’hésitent pas à attaquer les protestants dans la presse locale. La revue polonophone de l’Académie de Polotsk Miesęcznik Połocki (Mensuel de Polotsk) qui paraît entre 1818-1820 leur sert de lieu de débats. Sans pouvoir énumérer ici toutes les publications de jésuites consacrées à la problématique protestante, prenons-en une comme exemple représentatif. Un Père qui signe par les initiales X.F.N.G. publie un compte rendu d’une traduction polonaise de l’Histoire de l’Église chrétienne (Christliche Kirchengeschichte) de Johann Matthias Schröckh25. Il ne s’agit pas d’une réfutation mais bien d’une analyse critique. Tout ce que l’auteur du compte rendu qualifie d’erreurs s’avère être une interprétation piétiste de l’histoire ecclésiastique. En réprouvant ouvertement certains détails, X.F.N.G. porte un jugement plutôt favorable, souligne l’utilité du livre pour les écoles lituano-biélorusses et, en général, trouve « la chose bonne à lire26 ». Notre jésuite agit de sorte qu’il puisse dénoncer les principes religieux du luthéranisme sans’attirer la colère du Ministère des Cultes. Cette tactique sert de modèle aux autres pères.

17Les relations entre la Société de Jésus et les protestants sous Alexandre Ier (il faut constater que cette période en est spécialement riche) ne se réduisent pas à la critique littéraire. Les contacts humains, pas toujours conflictuels, deviennent de plus en plus nombreux. Les échanges s’animent grâce à l’ouverture des missions de la Compagnie dans les régions majoritairement protestantes : au bord de la Volga, où habitent les colons allemands invités sous Catherine II, et en Livonie. Quand les pères arrivent à Saratov en mars 1803, ils constatent que la communauté catholique est inséparable de celle des luthériens. Le Père supérieur Aloysius Landes décrit la situation dans laquelle se trouvent ses ouailles de la manière suivante :

  • 27 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, publiés par le P. Auguste Carayon, t. XX : Miss (...)

Ces pauvres gens, en effet, sont mêlés aux protestants ; les mariages mixtes ne sont pas rares, et les enfants fréquentant les écoles des hérétiques étaient exposés à y perdre la foi [...] Dans leur reconnaissance, ils n’oublient point l’empereur, qui leur a procuré des missionnaires dont ils sont fiers et qu’ils opposent aux ministres luthériens qui passaient jusqu’alors pour l’emporter de beaucoup en éloquence sur les prédicateurs catholiques27.

18Les jésuites travaillent bon gré mal gré pour les deux confessions. Le manque de prêtres et d’églises dans ces contrées éloignées et isolées y est pour beaucoup. Au début de sa mission à Saratov, le Révérend Père Supérieur Landes célèbre la messe dans une église bénie tant par un prêtre catholique que par un prêtre protestant. Ensuite les deux confessions se séparent, mais les luthériens ne laissent pas de s’adresser aux jésuites, parfois avec des demandes insolites. Le Père Landes les laisse sans commentaires dans ses lettres, mais on devine facilement son attitude :

  • 28 Ibid., p. 172.

En quelques endroits, les luthériens viennent trouver les missionnaires pour obtenir des objets bénits contre la peste des animaux, les sorts, etc... Quand on leur demande pourquoi ils ne s’adressent pas à leurs ministres, ils répondent qu’ils n’ont pas ce pouvoir de préservation, et quelques-uns même assurent qu’ils nous sont envoyés par leurs propres pasteurs28.

19En Livonie, la cohabitation des protestants et des jésuites est beaucoup moins paisible. Riga a toujours été bien hostile à la Compagnie, et son arrivée en 1804 est vue d’un très mauvais œil. Le Père Zacharie Ledergew qui rédige les notes historiques de la mission souligne plus d’une fois l’intolérance des magistrats de la ville et des prêtres luthériens, comportement contraire au climat religieux qui règne dans l’Empire. La lutte pour les âmes chrétiennes commence. Le Père Ledergew décrit cette lutte avec tant de franchise que l’éditeur de ses notes, le Père Carayon, n’ose pas les publier telles quelles et les reprend là où il trouve les expressions trop fortes. L’auteur présente Riga comme un nid de dépravation et s’exprime sans ménagement. Nous citerons ci-dessous le texte publié (la colonne de droite) en parallèle avec le manuscrit d’origine de Ledergew (colonne de gauche) en soulignant les corrections pour faire voir à la fois l’émotion du jésuite « russe » et la réserve de son confrère au milieu du XIXe siècle :

  • 29 Archivum Romanum Societatis Iesu (ARSI), Russia 1007, Fasc. V, p. 4, 5.
  • 30 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 191, 194.
L’impureté et le libertinage ne laissoient presqu’échapper aucune victime sans l’immoler. Les catholiques eux-mêmes trafiquoient le sexe, vierges et non vierges, tenoient quantité de maisons de débauche, dans lesquelles les ressources du pauvre et de l’orphelin, la substance des familles alloient s’engloutir. Des mères y vendoient leurs enfants vierges souvent sous les auspices des gens de loi et de ceux, dont les devoirs auroient dû sévir contre de pareils scandales. [...]
Le P. Kuczynski parcourut ces maisons de débauches, en enlevoit une quantité de pècheresses, qu’il remettoit dans la bonne voye. Il les chargeoit dans son traineau, lorsqu’elles étoient malades, il les couvroit de sa pelisse, et alloit en avant leur chercher un azile chez quelques bons catholiques29.
L’impureté et le libertinage s’étalai[en]t sans ombre de retenue. Les catholiques eux-mêmes tenaient quantité de maisons de débauche, dans lesquelles les ressources du pauvre et de l’orphelin, la substance des familles alloient s’engloutir. Des mères y vendaient leurs enfants, souvent sous les auspices des gens de loi et de ceux, dont les devoirs auroient dû sévir contre de pareils scandales. [...]
Le P. Kuczynski parvint à faire sortir des maisons de débauches un grand nombre de pècheresses, qu’il amenait à rentrer dans la bonne voie. Il les faisait transporter dans son traineau, lorsqu’elles étoient malades, il les couvroit d’une pelisse et les précédait chez quelques bons catholiques, où il les déposait, et où il les faisait soigner jusqu’à leur guérison30.
  • 31 Ibid., p. 197. Le manuscrit de Rome est moins délicat : « même les luthériens y contribuèrent » (AR (...)
  • 32 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 198.
  • 33 Les carnets du comte Joseph de Maistre : Livre journal 1790-1817, Lyon-Paris, Librairie catholique (...)

20L’autre épisode marquant de cette histoire est l’établissement de deux écoles jésuites, pour filles et pour garçons, à Riga en 1810. Cette initiative aurait pu inquiéter la population protestante, mais il n’en était rien. Au contraire, si l’on croit le Père Ledergew, la noblesse de Riga se montre enthousiaste (« beaucoup de luthériens y contribuèrent31 ») et les écoles ouvrent leurs portes : « même les pasteurs y placèrent leurs enfants32 ». L’entreprise éducative des jésuites trouve une approbation et un soutien dans un contexte difficile : au tournant du XIXe siècle, la province russe manque d’écoles primaires et secondaires. Même la catéchisation catholique semble aux protestants le moindre mal par rapport à l’absence d’établissements éducatifs. Cependant, sur un niveau politique plus élevé, d’autres raisons sont en jeu et d’autres choix s’imposent. Joseph de Maistre témoigne que le 1er (13) novembre 1811, la demande de la Société de Jésus pour obtenir la permission d’ouvrir l’Académie à Polotsk passe à l’unanimité devant le conseil des ministres bien que le contrôleur d’État des finances, le baron Balthasar von Campenhausen, protestant d’origine livonienne natif de Riga, s’y oppose33.

21Après la guerre de 1812, les jésuites gagnent encore du crédit auprès du trône impérial et renforcent leur position en Livonie. C’est à cette période que le Révérend Père Supérieur Joseph Coince obtient du Ministre des cultes le prince Alexandre Nikolaevitch Golitsyne que les autorités civiles de Riga ne se mêlent pas des affaires ecclésiastiques, c’est-à-dire, de dispenses de bans, de permission de divorce entre des catholiques, de décisions dans les affaires spirituelles, etc. Les missionnaires soutiennent également les catholiques de la capitale livonienne dans leur lutte pour les droits civils. Grâce à l’intervention du Père Coince auprès du général gouverneur, le marquis Filippo Paulucci, les catholiques de Riga obtiennent le droit d’acquérir des propriétés, d’être admis aux charges municipales. Ces privilèges sont des marques définitives de la progression des jésuites sur le terrain protestant. Le Père Ledergew transcrit les réactions que suscite l’influence croissante de la Compagnie dans la politique régionale :

  • 34 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 220.

Le P. Coince eut le bonheur de combattre toujours avec succès tous ces ennemis, et un succès tel que l’évêque luthérien lui dit un jour, dans un grand dîner chez Son Excellence le général gouverneur, que la ville de Riga tremblait devant lui, et qu’il craignait d’après les progrès rapides qu’il faisait de jour en jour, qu’il ne renvoyât tous les ministres hors de Riga34.

22La volonté impériale décidera autrement et ce sera aux jésuites de se retirer de Riga en juillet 1820, quatre mois après que leurs confrères auront quitté les autres provinces de l’Empire de Russie.

23Les conflits entre les jésuites et les protestants restent des évènements locaux et ne servent certainement pas de motif pour l’expulsion de la Compagnie. Les anciennes divergences qui opposent la Compagnie et les adeptes de la religion réformée sont aplanies par les règles de la vie dans l’Empire de Russie : la tolérance sous Catherine II, l’ordre sous Paul Ier et la recherche d’une alliance spirituelle pour différentes confessions chrétiennes sous Alexandre Ier. Les jésuites et les protestants se retrouvent dans la même position devant le pouvoir impérial, celle d’étrangers par excellence qui les réduit à la soumission et par conséquent à la neutralité, voire à la paix sinon, dans certains cas, à l’entente mutuelle. Il n’est donc pas étonnant de voir la Compagnie agir de concert avec un dignitaire luthérien, tel le baron Heyking, ou monter des écoles à Riga avec le concours des magistrats.

Notes

1 Marek Inglot, La Compagnia di Gesù nell’Impero Russo (1772-1820) e la sua parte nella restaurazione generale della Compagnia, Roma, Editrice Pontificia Università Gregoriana, 1997 ; Е.А. Вишленкова, Забоmясь о ∂уաах nо∂∂аннblх : релuᴤuозная nолumuка в Россuu nервоǔ чеmверmu xix века [Elena Vichlenkova, Prenant soin des âmes de ses sujets : la politique religieuse en Russie au premier quart du xixe siècle], Saratov, Presses Universitaires de Saratov, 2002 ; Paolo Bianchi (dir.), Morte e resurrezione di un ordine religioso : le strategie culturali ed educative della Compagnia di Gesù durante la soppressione (1759-1814), Milano, Vita e Pensiero, 2006 ; А.К. Тихонов, Каmолuкu, мусульмане u uу∂еu Россuǔскоǔ uмnерuu в nосле∂неǔ чеmверmu xviii – начале хх века [Andrei Tikhonov, Les catholiques, les musulmans et les juifs dans l’Empire de Russie du dernier quart du xviiie au début du xxe siècle], Saint-Pétersbourg, Presses Universitaires de Saint-Pétersbourg, 2007 ; Sabina Pavone, Una strana alleanza : la Compagnia di Gesù in Russia dal 1772 al 1820, Napoli, Bibliopolis, 2008.

2 Cf. А.Л. Зорин, Кормя ∂вуᴤлавоᴤо орла… Лumераmура u ᴤосу∂арсmвенная u∂еолоᴤuя в Россuu в nосле∂неǔ mреmu xviii – nервоǔ mреmu xix века [Andrei Zorine, Nourrir l’aigle à deux têtes... Littérature et idéologie d’Etat en Russie de la fin du xviiie aux premières décennies du xixe siècle], Moscou, NLO, 2001, p. 267-335 ; E. Vichlenkova, op. cit. ; Е.П. Гречаная, Лumераmурное взаuмовосnрuяmuе Россuu u Франⴗuu в релuᴤuозном конmексmе эnохu (1797-1825) [Elena Gretchanaïa, Echanges littéraires Russie-France dans le contexte religieux de l’époque, 1797-1825], Moscou, IMLI RAN, 2002.

3 VOLTAIRE, CATHERINE II, Correspondance 1763-1778, texte présenté et annoté par Alexandre Stroev, Paris, Non Lieu, 2006, p. 44.

4 Maciej Loret, Kościόł katolicki a Katarzyna II : 1772-1784, Krakόw, W.L. Anczyc, 1910, p. 20-21.

5 М. Инглот, Е.С. Токарева (отв. ред.), Россuя u uезуumbl : 1772-1820 [Marek Inglot, Evguenia Tokareva (dir.), La Russie et les jésuites : 1772-1820], Moscou, Naouka, 2006.

6 Voir le numéro spécial de la revue électronique Vivliofika consacré à ce sujet : ВИВЛIОθИКА : E-Journal of Eighteenth-Century Russian Studies, vol. 5 (2017) : Protestantism in Russia during the Eighteenth and Early Nineteenth Centuries [En ligne : http://vivliofika.library.duke.edu/issue/view/2280, consulté le 6 septembre 2018].

7 А.Ю. Андреев, Русскuе сmу∂енmbl в немеⴗкuх унuверсumеmах xviii – nервоǔ nоловuнbl XIХ века [Andrei Andreev, Les étudiants russes dans les universités allemandes du xviiie à la première moitié du xixe siècle], Moscou, Znak, 2005.

8 Н.М. Карамзин, Пuсьма русскоᴤо nуmеաесmвеннuка [Nikolaï Karamzine, Lettres d’un voyageur russe], Leningrad, Naouka, 1984, p. 37-38. Pour l’analyse de cet épisode, voir Gerda S. Panofsky, Nikolai Mikhailovich Karamzin in Germany, Fiction as Facts, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2010 (chapitre I).

9 Il est à noter que ce journal est dirigé par Jacques Dambrin, dit abbé de Jeaurinvillier, ex-jésuite expulsé de France : Jean Sgard, « Gazette de Cologne (1734-1794) », Dictionnaire des journaux (1600-1789), sous la direction de Jean Sgard. [En ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0506-gazette-de-cologne, consulté le 6 septembre 2018].

10 Comprendre : noviciat.

11 SIRIO [Sbornik imperatorskogo russkogo istoritcheskogo obstchestva], t. 23, Saint-Pétersbourg, Typographie de l’Académie des Sciences Impériale, 1878, p. 138, 162-163.

12 Certains historiens y voient l’accord paradoxal de deux valeurs vraiment chères à Paul Ier : l’ancienne chevalerie et la foi orthodoxe. Cf. Ю.П. Соловьев, « Рыцарство и юродство. К поэтике образа императора Павла Первого », О∂uссеǔ : Человек в uсmорuu [Youri Soloviev, « La chevalerie et la faiblesse d’esprit. Pour une poétique de l’image de Paul Ier », Odysseus : L’Homme dans l’histoire], Moscou, Naouka, 2005, p. 262-282.

13 Полное собранuе законов Россuǔскоǔ uмnерuu с 1649 ᴤо∂а [Le code complet des lois de l’Empire de Russie depuis 1649], t. XXIV, Saint-Pétersbourg, Typographie du II département de la chancellerie impériale, 1830, p. 493.

14 Heinrich Karl vonheyking, « Император Павел и его время », Русская сmарuна [ « L’Empereur Paul et son temps », Antiquités russes], t. LVI, Saint-Pétersbourg, 1887, p. 378.

15 Михаил Морошкин, Иезуumbl в Россuu, с ⴗарсmвованuя Екаmерuнbl II u ∂о наաеᴤо временu [Mikhaïl Morochkine, Jésuites en Russie depuis le règne de Catherine II et jusqu’au temps actuel], partie I, Saint-Pétersbourg, Typographie du II département de la chancellerie impériale, 1867, p. 291-300.

16 Stanislas Bohusz-Siestrzencewicz, Journal et correspondance de Stanislas Siestrzencewicz-Bohusz, premier archevêque-métropolitain de toutes les églises catholiques en Russie. Première partie (1797-1798), publiés sous la direction de Mgr. Michel Godlewski et Vladimir Kriksine, dans Сmарuна u новuзна [Antiquités et modernités], vol. 16, Saint-Pétersbourg, M. Stasiulevitch, 1913, p. 53.

17 Le code complet des lois de l’Empire de Russie..., t. XXV, p. 49.

18 Александр Эткинд, « Очки для двух голов » [Alexandre Etkind, « Les lunettes pour les deux têtes »], Ab Imperio, 2002, n° 1, p. 508. Voir aussi, Александр Эткинд, « ’Умирающий Сфинкс’ : круг Голицына-Лабзина и петербургский период русской мистической традиции » [Alexandre Etkind, « ’Le Sphinx mourant’ : le cercle Golitsyne-Labzine et la période pétersbourgeoise de la tradition mystique russe »], Studia Slavica Finlandensia, t. XIII, 1996, p. 17-46.

19 Katia Dmitrieva, « Les conversions au catholicisme en Russie au XIXe siècle : ruptures historiques et culturelles », Revue des études slaves, 1995, vol. 67/2-3, p. 311-336 ; Michel Niqueux, « Les catholiques russes (xixe siècle) », Revue des études slaves, 2011, vol. 82/3, p. 539-552.

20 Cité d’après Marie-Joseph Rouët de Journel, Une catholique russe : Mme Swetchine (d’après de nombreux documents nouveaux), Paris, Maison de la Bonne Presse, 1929, p. 155. Sur la « marche protestante » de Sofia Petrovna Svetchina, voir aussi M.-J. Rouëtdejournel, op. cit., p. 144-145.

21 Joseph de Maistre, Religion et mœurs des Russes. Anecdotes recueillies par le comte Joseph de Maistre et le P. Grivel, S.J., mises en ordre et annotées par le P. Gagarin, S.J., Paris, Ernest Leroux, 1879, p. 93-94.

22 Ivan Gagarine, La vie du Père Marc Follope, de la Compagnie de Jésus : les Jésuites de Russie, 1805-1816, Paris, E. Plon et Cie, 1877, p. 54-56 ; Stanislas Zalenski, Les Jésuites de la Russie Blanche, t. 2, Paris, Letouzey et Ané, [1886], p. 207-213.

23 Stephen K. Batalden, Russian Bible Wars : Modern Scriptural Translation and Cultural Authority, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

24 Le Père Grivel quitte la Russie juste après l’expulsion de la Compagnie de Saint-Pétersbourg et il n’a pas le temps, s’il en a le projet, de publier ses notes. C’est le Père Ivan Gagarine qui les réunira pour son édition en 1879 (voir note 21).

25 X.F.N.G., « Ostrzeżenie czytelnika Historyi powszechney J.M. Schroeka z niemieckiego po polsku we 3ch tomikach 1813 i 1814 roku w Wilnie wydaney, przekładania X. Pawła Kotowskiego S.P. », Miesęcznik Połocki, 1818, t. II, p. 20-29.

26 X.F.N.G., op. cit., p. 29.

27 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, publiés par le P. Auguste Carayon, t. XX : Missions des Jésuites en Russie (1804-1824), Poitiers, Henri Oudin, 1869, p. 168.

28 Ibid., p. 172.

29 Archivum Romanum Societatis Iesu (ARSI), Russia 1007, Fasc. V, p. 4, 5.

30 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 191, 194.

31 Ibid., p. 197. Le manuscrit de Rome est moins délicat : « même les luthériens y contribuèrent » (ARSI, Russia 1007, Fasc. V, p. 6).

32 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 198.

33 Les carnets du comte Joseph de Maistre : Livre journal 1790-1817, Lyon-Paris, Librairie catholique Emmanuel Vitte, 1923, p. 193-194.

34 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus..., p. 220.

Auteur

Université d’État de Polotsk

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search