Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

Pierre Bayle et Ignace de Loyola

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Pierre Bayle et Ignace de Loyola : le sujet peut étonner, car Bayle est surtout connu comme un penseur protestant, voire sceptique. Sa défense des huguenots contre la persécution et sa lutte pour la liberté de conscience ne semblent pas le prédisposer à s’intéresser particulièrement au fondateur des jésuites, ou alors pour éventuellement le critiquer, tant l’antagonisme entre protestants et jésuites est fort au temps de la Révocation de l’édit de Nantes, comme il l’était déjà un siècle plus tôt, ce que rappelle, dans ce volume, Alain Cullière. Pourtant il cherche, dans son Dictionnaire historique et critique, à relever les fautes des dictionnaires antérieurs, ce qui pourrait l’amener à vouloir corriger ce qu’on lit habituellement, dans les milieux catholiques, sur Ignace de Loyola, et il ambitionne de tout traiter, ce qui l’oblige à consacrer un article à un des personnages les plus fameux de l’époque moderne. Il n’est donc pas sans intérêt de se demander ce qu’il a pu en dire et surtout comment il l’a dit.

Bayle et les jésuites

  • 1 La meilleure biographie récente de Pierre Bayle est : Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 200 (...)
  • 2 Sur les académies réformées, voir Yves Krumenacker, « Les Académies protestantes en France au xviie(...)

2Pierre Bayle a une connaissance directe des jésuites, car il a été leur élève pendant environ dix-huit mois. Fils du pasteur du Carla, en Pays de Foix, il doit, comme son frère Jacob, se consacrer au ministère ecclésiastique1. Pour cela il est nécessaire de faire de la théologie et de fréquenter une académie réformée, la plus proche étant celle de Puylaurens, fondée en 1660 par transfert de l’académie de Montauban, fermée à la suite de la confiscation du collège, jusque-là partagé entre jésuites et réformés, au profit des jésuites2. Mais les études coûtent cher et chacun des enfants doit les faire l’un après l’autre.

  • 3 Sur Puylaurens, Michel Nicolas, Histoire de l’académie protestante de Montauban (1587- 1659) et de (...)
  • 4 Pierre Delattre, Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, Institut supérieur de (...)

3C’est pourquoi ce n’est qu’en février 1666, à dix-huit ans passés, que Pierre Bayle peut entrer au collège de Puylaurens, son frère aîné Jacob étant sur le point de finir sa théologie. Le but est qu’il puisse assez vite seconder son père. Élève brillant et gros travailleur, il entre trois mois plus tard dans la première classe des humanités. Mais Jacob doit, une fois son cursus académique achevé, suivre une formation pratique et son père ne peut pas subvenir aux frais d’écolage de ses deux fils. Pierre doit donc interrompre ses études. Il ne peut gagner l’académie de Puylaurens qu’en novembre 1668, où il s’inscrit en philosophie afin d’entrer, trois ans plus tard, en théologie3. En réalité, il n’y reste que trois mois : en février 1669, il abandonne l’académie pour entrer au collège des jésuites de Toulouse où il assiste aux cours comme auditeur libre. Ce collège est important et prospère, comptant 1 200 écoliers en 1668, dont 150 à 200 en philosophie et en théologie4.

  • 5 Elisabeth Labrousse, Pierre Bayle, t. I, La Haye, Martinus Hijhoff, p. 60.
  • 6 À Paris, chez S. et G. Cramoisy, 1651. Édition critique récente par Stéphane-Marie Morgain et Franç (...)
  • 7 E. Labrousse, Pierre Bayle, op. cit., p. 67-68. Sur Martel, voir Marcel Grandet, André Martel (1618 (...)

4Il semble avoir été déçu par l’enseignement fourni par l’académie et le peu d’intérêt de beaucoup d’élèves pour les études5. Alors que la controverse avec les catholiques bat son plein, il ne trouve pas de réponse satisfaisante aux attaques lancées par les polémistes de la religion romaine. En 1651, en particulier, est publié un ouvrage posthume de Richelieu, le Traité qui contient la méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui sont séparés de l’Église6, ouvrage réédité en 1657 et en 1663 avec un grand succès. Il est très bien informé aussi bien sur la vie que sur les œuvres de Calvin et il s’efforce de répondre à toutes les objections faites par les protestants à l’Église catholique. Il montre notamment que les quatre notes de l’Église (unam, sanctam, catholicam, apostolicam) sont absentes de l’Église réformée. Plusieurs ministres, de 1664 à 1667, ont cherché à réfuter Richelieu : La Ruelle, Ancillon, Drelincourt. Un des professeurs de l’académie de Puylaurens, André Martel, fait de même en 1669 avec sa Réponse à la Méthode de Monsieur le cardinal de Richelieu, divisée en quatre livres, dont le contenu devait déjà circuler oralement au moment où Bayle est à Puylaurens, toute la troisième année de théologie étant consacrée à la controverse7. Mais ce dernier est très déçu par la réponse de Martel et dira, dix ans plus tard, qu’elle a suscité que du mépris.

  • 8 Elisabeth Labrousse, Pierre Bayle, t. I, La Haye, Martinus Hijhoff, p. 72.

5Ébranlé dans ses convictions protestantes, ne trouvant pas chez ses coreligionnaires des arguments convaincants, Pierre Bayle se tourne alors vers le collège des jésuites de Toulouse, où l’enseignement est de bien meilleure qualité qu’à Puylaurens. C’est aussi pour lui, avide de savoir, qui n’a connu que la campagne et les petites villes, l’occasion de découvrir une grande ville et toutes les ressources intellectuelles et culturelles qu’elle peut offrir. Un mois plus tard, le 19 mars, il se convertit au catholicisme. Si on en croit ce qu’il dit lui-même bien plus tard, en 1691, dans La Chimère de la cabale de Rotterdam démontrée, c’est un examen honnête des positions catholiques et protestantes et son incapacité à répondre aux controversistes catholiques à Toulouse qui l’ont convaincu. Il ajoute, dans une lettre de 1693, qu’il loge à Toulouse avec un prêtre, que tous deux débattent, et que le prêtre le convainc que Dieu n’a pu que donner à l’Église le privilège de l’infaillibilité, nécessaire pour échapper aux errements de l’esprit humain. La conversion est donc très probablement sincère, mais de nature purement intellectuelle, « une simple rectification sur un point bien déterminé8 ».

6Quel rôle ont joué les jésuites dans cette conversion ? Richelieu ne fait pas partie de la Compagnie de Jésus, ni le prêtre qui partage sa chambre avec Bayle ; peut-être les controversistes en sont-ils. On sait que l’abjuration se fait sous l’autorité de Pierre Rome, jésuite, professeur de philosophie au collège, probablement directeur de conscience de Bayle. Rome enseigne plus particulièrement la physique et il n’hésite pas à exposer des auteurs modernes comme Gassendi et Descartes, il explique aussi en astronomie le système de Copernic mais privilégie celui de Tycho Brahé qui transforme profondément la cosmologie de Ptolémée, n’en gardant guère que l’idée du géocentrisme. Bayle a pu aussi suivre les cours de Gérald Sauvage, enseignant de mathématiques. Le collège de Toulouse a par conséquent donné à Bayle, outre un enseignement en théologie scolastique de bon niveau, une ouverture d’esprit et des connaissances qui lui serviront beaucoup par la suite.

  • 9 Thierry Wanegffelen, Une difficile fidélité. Catholiques malgré le concile en France xvie-xviie siè (...)

7Pierre Bayle paraît si bien converti qu’il écrit le 15 avril 1670 à son frère Jacob pour l’inciter à se convertir, sans doute à l’instigation de Mgr Bertier, évêque de Rieux, qui lui avait fourni une aide matérielle. En réalité, comme en atteste une lettre beaucoup plus hésitante à son père datée du 11 juin, ses convictions sont sans doute moins fermes qu’il ne l’affirme. Il passe pourtant brillamment ses thèses de philosophie le 7 août 1670 et devient maître ès arts ; mais il est déjà décidé à revenir au protestantisme. Selon ses dires, toujours dans La Chimère de la cabale de Rotterdam démontrée, il aurait été désabusé des raisonnements catholiques sur l’infaillibilité de l’Église, mais aussi, et c’est sans doute central, il aurait été choqué par « le culte excessif » rendu « aux créatures », il serait revenu aux « premières impressions de l’éducation », écrit-il aussi dans une lettre de 1693, il serait rentré dans la religion de sa naissance. Autrement dit, l’aspect existentiel et émotionnel est très fort dans ce rejet du catholicisme. La réflexion intellectuelle, surtout chez un homme comme Bayle, est certainement importante. Mais, on le sait, les positionnements sont très souvent dictés par des sensibilités religieuses9. Or, en ce domaine, l’esprit combattif des jésuites, leur fidélité absolue à l’Église, leurs cérémonies baroques sont aux antipodes de l’esprit calviniste, hanté par la peur de la superstition et du culte idolâtre, méfiant envers tout ritualisme. Il se pourrait bien, ainsi, que les jésuites aient à la fois exercé une influence intellectuelle importante sur le jeune Bayle et aient contribué à le détourner du catholicisme.

  • 10 H. Bost, Pierre Bayle, op. cit., p. 281.

8Le 19 août 1670, Bayle quitte Toulouse et abjure à Mazères (à environ cinquante kilomètres de Toulouse). Il part ensuite pour Genève, le crime de relaps étant passible de bannissement. Il n’aura dès lors plus de contacts directs avec les jésuites. Dans ses écrits du temps de la Révocation, il considère le confesseur de Louis XIV, le père jésuite de La Chaise, comme un des inspirateurs de la décision royale ; il lui écrit pourtant en 1685, mais sans obtenir de réponse, pour faire libérer son frère Jacob10. Le père La Chaise est aussi à l’origine de la Conformité de la conduite de l’Église de France pour ramener les protestants avec celle de l’Église d’Afrique pour ramener les donatistes à l’Église catholique, à laquelle Bayle répond par son Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ : Contrains-les d’entrer. Où l’on prouve par plusieurs raisons démonstratives qu’il n’y a rien de plus abominable que de faire des conversions par la contrainte, et où l’on réfute tous les sophismes des convertisseurs à contrainte, et l’apologie que saint Augustin a faite des persécutions. La Chaise est donc d’abord un adversaire confessionnel avec qui les rapports sont de l’ordre de la controverse.

  • 11 Ibid., p. 136.

9Il en est de même du P. Louis Maimbourg, dont Bayle avait pourtant apprécié, dans sa jeunesse, les écrits historiques11. Mais la publication par Maimbourg, alors chassé de son ordre à cause de son gallicanisme virulent, de l’Histoire du calvinisme en 1682 provoque une rupture. Bayle répond à l’ex-jésuite par une Critique générale de l’Histoire du calvinisme de M. Maimbourg, interdite dès mars 1683 à l’instigation même de Maimbourg.

  • 12 Mário Santiago de Carvalho, « Pierre Bayle et la critique d’Averroès à Coimbra. Deux épisodes de l’ (...)

10Bayle, d’autre part, n’ignore pas les livres écrits par les jésuites et les utilise quand il en a besoin. Un seul exemple, parmi bien d’autres. Pour écrire l’article « Averroès » de son Dictionnaire Historique et Critique, Bayle utilise les commentaires du collège jésuite de Coimbra, les Commentarii Collegii Conimbricensis Societatis Iesu parus entre 1593 et 1601 et notamment la série consacrée au commentaire du De Anima d’Aristote, qu’il suit de près12.

  • 13 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/ [consulté le 26 mars 2018] À noter que l’onglet « r (...)

11L’attitude de Pierre Bayle envers les jésuites est donc ambivalente : un intérêt pour leurs publications et leur savoir, mais aussi un fort ressentiment pour leur rôle dans la lutte anti-protestante. Cela ne rend que plus intéressante l’analyse de l’article « Loyola » du Dictionnaire. Il ne s’agit pas d’un sujet souvent traité par Bayle : il ne parle en effet jamais d’Ignace de Loyola dans sa correspondance, si l’on en croit l’indexation de l’édition numérique13. Il se renseigne pourtant soigneusement sur le fondateur des jésuites, comme nous le verrons dans l’étude de son article.

La vie d’Ignace de Loyola

  • 14 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, Lyon, Jean Girin et Barthélemy Rivière, 1674, p. 71 (...)

12Rappelons que le Dictionnaire historique et critique, publié en 1697, a été conçu, à l’origine, comme un recueil des erreurs qui se trouvent dans les dictionnaires courants, en particulier dans le Grand Dictionnaire historique de Moreri à la révision duquel il avait été envisagé un moment que Bayle collabore. Or le Dictionnaire de Moreri comporte un article « S. Ignace de Loyola », relativement bref, en ne mentionnant que quelques sources : la Vie de Saint Ignace de Loyola de Ribadeneira, la Vie du Bienheureux Ignace de Loyola de Massée, l’Histoire de la Société de Jésus d’Orlandin, les Annales de Sponde. L’ensemble ne fait que 35 lignes d’une colonne14.

  • 15 Pierre Bayle, Dictionnaire Historique et Critique, Rotterdam, Reinier Leers, 1697, tome second, p.  (...)

13Bayle écrit un article beaucoup plus long : 117 lignes en pleine page, sans compter, comme toujours, les notes, considérablement plus abondantes que le texte principal : au total, l’article « Loyola » fait quinze pages15. Il reprend longuement les sources classiques, Ribadeneira (les différentes éditions de la Vie de Saint Ignace de Loyola, mais aussi son Abrégé paru en 1612), Orlandin, Massée, il en ajoute d’autres comme le bibliographe jésuite Alegambe et la continuation de sa Bibliotheca Scriptorum Societatis Jesu par Nathanael Sotuel, le jésuite avignonnais Théophile Raynaud, les Italiens Franciscus Sacchinus et Daniel Bartoli, les Français Le Tellier (et sa Défense des nouveaux chrétiens en réponse aux critiques d’Arnauld) et Georges Pirot (auteur d’une Apologie pour les casuistes), les Espagnols Gabriel de Henao et Louis Henriquez, l’apologiste Daniel Campford, ce qui témoigne de recherches approfondies, d’une bonne connaissance de la littérature jésuite et des controverses autour de leurs pratiques et de leur enseignement. Mais il en ajoute d’autres, beaucoup plus sujettes à caution. Certaines viennent d’adversaires catholiques d’Ignace, comme le dominicain Melchior Cano, le janséniste Antoine Arnauld (dans La Morale pratique des Jésuites), le juriste gallican Étienne Pasquier évoqué par A. Cullière (Le Catéchisme des Jésuites), le catholique anti-jésuite Caspar Schoppe (cité sous son pseudonyme de Fortunius Galindus), Pascal et ses Provinciales, le pamphlet L’Anti-Coton (et la Réponse apologétique à l’Anti-Coton), le libelle de 1695 Les Jésuites de la Maison professe de Paris en belle humeur. D’autres proviennent d’auteurs protestants. Bayle utilise ainsi l’ouvrage de l’évêque anglican Stillingfleet, Discourse Concerning Idolatry Practiced in the Church of Rome […] Wherein a Particular Account is Given of the Fanaticism and Divisions of that Church (1671), ouvrage qui a donné lieu à plusieurs répliques catholiques. Bayle utilise une traduction française de 1673 (Le Fanatisme de l’Église romaine) tout en renvoyant à une autre traduction faite par Jurieu dans son Apologie de la Réformation. Il se sert aussi du Commentarius Historicus et apologeticus de Lutheranismo sive de Reformatione de Seckendorff, qui est une réponse à l’Histoire du Luthéranisme de Maimbourg, de l’Historia papatus du théologien zurichois Heidegger et de l’Historia Jesuitica de Rodolphe Hospinianus, pasteur de Zurich. Il cite enfin longuement La Religion des Jésuites, Le Vrai Système de l’Église et Le Tableau du socinianisme de Jurieu. Sa notice peut ainsi être beaucoup plus complète et plus érudite que celle de Moreri, ce qu’on retrouve dans le texte lui-même mais surtout, comme toujours, dans les remarques.

14Le début de la vie d’Ignace commence de manière très factuelle, en ajoutant plusieurs éléments à l’article de Moreri : naissance en 1491, éducation à la cour de Ferdinand et Isabelle, siège de Pampelune et blessure, conversion, résolution d’aller à Jérusalem, passage à Monserrat. Bayle relate ensuite le voyage à Manrèse et la composition des Exercices spirituels. Après Manrèse, Ignace se rend à Rome, puis à Venise, à Jérusalem, et rentre à Barcelone après être passé à Gênes. Le tout est relaté de manière très neutre, avant qu’une phrase : « je ne parle point des avantures miraculeuses de son voyage » n’introduise un semblant d’ironie dans le propos. Il est ensuite question des études d’Ignace, tournées vers la dévotion au point qu’il délaisse Érasme pour Thomas a Kempis, mais suffisamment probantes pour qu’il commence sa philosophie en 1526 à Alcala. Mais son comportement et ses instructions données à des compagnons vêtus comme lui attirent l’attention de l’Inquisition. Ignace se retire à Salamanque, où il est emprisonné pour avoir continué à discourir de dévotion, puis il peut se rendre à Paris en février 1528. Malgré de nouveaux ennuis avec l’Inquisition lorsqu’il est au collège Sainte-Barbe, il poursuit ses études de philosophie et de théologie, attire à lui des compagnons et s’engage avec eux dans une nouvelle vie le 15 août 1534 à Montmartre. Ignace retourne alors en Espagne où il prêche, puis va à Venise où ses compagnons le rejoignent en 1537. Ils vont à Rome pour que le pape bénisse le voyage qu’ils comptent faire à Jérusalem, puis retournent à Venise mais ne peuvent embarquer à cause de la guerre. De retour à Rome, Ignace dresse les plans de la nouvelle Compagnie et les fait approuver par Paul III en 1540. Ignace devient général du nouvel ordre en 1541 et garde cette charge jusqu’à sa mort, en 1556. Il est béatifié en 1609 et canonisé en 1622.

  • 16 Dictionnaire, p. 365.
  • 17 Ibid.
  • 18 La remarque L, p. 363-363, donne également quelques exemples d’attaques contre les jésuites du viva (...)

15Cette biographie est donc plutôt sobre et relativement neutre. Contrairement à Chassanion dans sa Secte des jésuites de 1592, aucun reproche n’est fait au caractère espagnol d’Ignace, ni à son état de soldat. Bayle fait ensuite quelques considérations sur l’ordre des jésuites qui a acquis en peu de temps une « puissance prodigieuse16 » malgré un nombre considérable d’adversaires et une « nombreuse bibliothèque17 » de livres publiés contre eux18. Il en donne les raisons : leur morale relâchée, leur doctrine politique, leur anti-protestantisme, doctrines qui ne sont pas neuves, précise Bayle, mais qu’ils ont poussé aux conséquences les plus extrêmes.

Les attaques contre l’Église

16Comme toujours dans le Dictionnaire de Bayle, le plus intéressant se trouve dans les remarques, nombreuses : il y en a vingt-et-une.

  • 19 Dictionnaire, p. 359, remarque C.
  • 20 Ibid., p. 364, remarque N.

17La première se situe dès le séjour à Monserrat et ridiculise la conversion. Elle débute en effet par une comparaison tirée de Stillingfleet entre Ignace et Don Quichotte, tous deux « convertis » par des livres, l’un par les légendes des saints, l’autre par des romans. Bayle recourt ensuite aux auteurs classiques, Ribadeneira, Orlandin, Massée, mais pour n’en retenir que les éléments extraordinaires : tremblement de la chambre, vitres brisées et adieux du diable au moment où Ignace se jette de son lit pour prier devant une image de la Vierge, volonté de se battre contre un « more » qui nie la virginité de la Vierge après la naissance de Jésus, refus de sa mule de poursuivre le maure, pendaison des armes à Monserrat sur l’autel de la Vierge selon les cérémonies de l’ancienne chevalerie, décrites avec force détails montrant notamment son habit de mendiant vu comme un accoutrement ridicule. Cette note A donne le ton : Ignace est sous le coup du fanatisme dénoncé par Stillingfleet. Son peu de jugement est aussi dénoncé, sur la foi du jugement de Melchior Cano19, à propos du voyage à Rome et à Jérusalem. Son esprit égaré, son fanatisme sont également rappelés dans une autre remarque20.

18Bayle relate ensuite le voyage à Manrèse et la composition des Exercices spirituels pour immédiatement, dans la remarque B, attaquer l’Église sous couvert d’érudition. Il mentionne en effet l’avis de Stillingfleet selon qui Ignace n’avait même pas encore appris son alphabet à cette époque, puis l’accusation faite un siècle plus tard qu’il n’avait pas composé mais volé cet ouvrage ; il prétend justifier l’attribution à Ignace en faisant assaut d’autorités : Paul III, la congrégation des rites, les Bénédictins du Mont-Cassin, Innocent X, Alexandre VII mais, bien entendu, Bayle ne cite pas la moindre preuve. Il se lance au contraire dans un débat érudit pour savoir qui, parmi les bénédictins, a proféré cette accusation. Puis il mentionne les tentatives de condamnation des Exercices par Melchior Cano. Il en résulte une impression de rivalités et de combats permanents entre ordres religieux, impression renforcée par la remarque H qui insiste sur la querelle entre les théatins et les jésuites.

  • 21 Ibid., p. 363, remarque M.
  • 22 Ibid., p. 360, remarque E.
  • 23 Ibid., p. 363, remarque M.
  • 24 Ibid., p. 361, remarque G.
  • 25 Ibid., p. 362, remarque K.

19Plusieurs remarques concernent le rapport aux femmes. Ignace aurait été absolument insensible à leurs charmes, quelques efforts qu’elles fassent (« les œillades les plus lascives, les caresses les plus tendres »), car la Vierge lui aurait donné le don de continence, au point qu’« il ne sentit pas même les commencemens d’une tentation par raport aux femmes. Il pouvoit donc les frequenter impunément, & se conserver au milieu de toutes ces flammes, aussi entier que les trois Juifs dans la fournaise de Babylone »… On sent l’ironie mordante de Bayle, par ailleurs très chaste lui-même. Mais sans doute préfère-t-il la chasteté de Luther, célibataire jusqu’à 42 ans, puis marié sans blesser « la pudeur & la pieté », comme le rapporte un parallèle entre Luther et Loyola, qu’une chasteté par trop extraordinaire21. Ignace a pourtant un grand succès auprès des femmes dévotes : certaines entreprennent, comme lui, un pèlerinage en mendiant22, d’autres veulent former un ordre féminin sous sa règle, ce à quoi il s’oppose à cause de la peine que cela lui donne23. Ignace prêche aussi contre les prêtres concubinaires24. Mais surtout, une remarque salue très positivement son action envers les « femmes de mauvaise vie » avec la fondation d’une communauté dans l’église de Sainte-Marthe pour celles qui ne veulent pas changer de vie au point d’entrer au couvent et l’établissement d’une maison pour les filles en danger de tomber dans la prostitution25.

  • 26 Ibid., p. 364, remarque N.
  • 27 Ibid., p. 361-362, remarque I.

20Quelques remarques concernent le protestantisme. Ignace, lui reprochent ses détracteurs, n’a pas fait de miracle. Mais c’est que Dieu n’accorde pas le don des miracles à tous les saints, et le principal miracle est l’institution et le rapide agrandissement de la Compagnie, explique Bayle en suivant de près Ribadeneira ; mais il ajoute que le même raisonnement vaut pour Luther et Calvin ainsi que pour la propagation du protestantisme26 ! Bayle rappelle que les jésuites ont accueilli des juifs prosélytes et qu’Ignace a obtenu qu’ils aient des biens et même que les synagogues d’Italie soient taxées pour l’entretien de ces prosélytes ; il ajoute : « les Convertisseurs de France ont imité de nos jours une partie de ces reglemens », allusion aux pensions données aux protestants convertis27.

21Certaines attaques sont non contre Ignace, mais contre les jésuites. Bayle pourtant proteste de son honnêteté. Dans la remarque P, il reconnaît que les adversaires des jésuites, aussi bien catholiques que protestants, usent d’accusations mensongères et de calomnies ; il en profite pour donner quelques exemples d’antijésuitisme à partir de la querelle des insinuations contre la morale du P. Coton et des anecdotes rapportées par La Religion des Jésuites… ce qui lui permet, comme nous le verrons, d’attaquer violemment le pasteur Jurieu. La remarque qui suit donne les raisons des jésuites de ne pas répondre aux attaques : le mépris pour des libelles qui s’en prennent à leur honneur, l’inutilité de chercher à stopper la médisance. Mais les jésuites se rendent aussi compte que lorsqu’on dit tout et n’importe quoi sur eux, quand on mêle des faits réels et des fables, on se discrédite et cela enlève tout poids aux accusations. Cette abondante proclamation d’impartialité (la remarque P est une des plus longues de l’article ; avec la remarque Q, elles font près de trois pages) met Bayle d’autant plus à l’aise pour critiquer les jésuites en n’avançant que des faits selon lui incontestables.

  • 28 Ibid., p. 364-365, remarque N.
  • 29 Ibid., p. 365, remarque O.
  • 30 Ibid., p. 370, remarque T.

22Il compare ainsi les éditions de 1572 et 1587 de la Vie de Saint Ignace de Ribadeneira pour noter l’absence de miracles et l’Abrégé de 1612 où ils sont nombreux. Le fait que l’auteur jésuite n’ait pas cru bon, en 1587 encore, de mentionner ces miracles montre que ceux qu’on attribue à Ignace sont en réalité très suspects28. Cela jette le discrédit sur les miracles allégués par d’autres jésuites, Sotuel, Bartoli, Andrada, et permet de supposer une supercherie de la Compagnie pour glorifier son fondateur et permettre sa canonisation29. Il s’agit également de dénoncer la superstition qui règne dans l’Église catholique, prête à croire à tous les miracles réalisés aussi bien du vivant d’Ignace qu’après sa mort. On retrouve cette dénonciation à propos de la maison natale d’Ignace, appelée « Santa Casa » et donnée par la reine d’Espagne aux jésuites ; les fonts baptismaux de l’église où Ignace a reçu le baptême font l’objet d’une grande dévotion, des femmes enceintes y accourent pour y faire baptiser leurs enfants qu’elles veulent appeler Ignace pour que cela leur apporte le bonheur30.

  • 31 Ibid., p. 371-372, remarque V.
  • 32 Ibid., p. 372-373, remarque X.

23Le ridicule de la glorification d’Ignace apparaît également à travers trois sermons prononcés lors de sa béatification qui le présentent comme supérieur à tous les saints, tous les fondateurs d’ordres religieux, égal voire supérieur à Moïse. Bayle donne des extraits de ces sermons, en n’oubliant pas de rappeler qu’ils ont été censurés par la faculté de théologie de Paris, et les piètres arguments des jésuites pour les défendre31. Il évoque également la tentative des jésuites pour remplacer dans le calendrier la fête de Saint-Germain par celle de Saint-Ignace et il s’évertue à prouver la véracité de l’affaire en ajoutant qu’elle a été réglée par un arrêt du Parlement de Paris qui rétablit la fête de Saint-Germain32.

  • 33 Ibid., p. 370, remarque T.

24Bayle ridiculise aussi tout à fait gratuitement, car ses remarques n’ont rien à voir avec le texte, deux jésuites qui ont écrit sur l’au-delà : tout d’abord Gabriel de Henao qui décrit le paradis avec bien des détails, notamment sur les instruments qui produisent une musique céleste, mais surtout Luis Henriquez qui fait du paradis un lieu profondément sensuel, où l’on aura « plaisir à baiser & caresser les corps des bienheureux », qu’ils se baigneront ensemble, que les anges seront habillés en femmes, « que les gens mariez se baiseront comme en cette vie », etc.33 !

  • 34 Ibid., p. 368-369.

25La remarque R34 est une réflexion poussée sur la théologie politique, mais aussi un bon exemple de l’air d’impartialité que veut se donner Bayle. Il explique en effet que les jésuites n’ont pas inventé l’idée qu’il faut déposer un prince hérétique ni celle que les princes peuvent extirper l’hérésie par le glaive et le feu ; elle est pratiquée par toutes les confessions, y compris, précise-t-il, par les protestants ; mais ce sont les jésuites qui les ont portées à leurs conséquences les plus extrêmes en en faisant un système cohérent : Dieu a donné le glaive aux monarques pour punir l’hérésie, même s’ils ont dû un moment la tolérer, mais le peuple, « véritable Souverain de ses Monarques », doit les punir si eux aussi « s’opiniâtrent dans l’hérésie », c’est-à-dire les détrôner, y compris en montant des conspirations. Il ne s’agit pourtant là que d’une esquisse de réflexion sur la théologie politique, prolongée dans d’autres articles, par exemple l’article « Mariana ». Comme on le sait, les conflits sur ce sujet sont très vifs à l’époque de Bayle.

  • 35 Ibid., p. 369-370, remarque S.

26L’autre point sur lequel Bayle attaque les jésuites est la morale35. Là encore, il commence par indiquer qu’ils ne sont pas les premiers ni les seuls à parler de réserve mentale et de péché philosophique (le fait que le défaut de connaissance de Dieu supprime le péché). Mais ils seraient plus nombreux que dans les autres communautés à le faire. Dans cette remarque, Bayle prend à partie, pour une fois, la méthode d’enseignement jésuite : c’est d’avoir abondamment pratiqué la dispute lors des cours de philosophie, d’avoir examiné toutes les objections, toutes les distinctions, à propos de toute chose, qui explique qu’on fasse de même en matière de morale et qu’on en vienne à un relâchement moral. Bayle rapproche la casuistique de la logique pour condamner leurs subtilités. Faut-il y voir, autant qu’un refus de la morale relâchée, un rejet de l’enseignement catholique reçu à Toulouse et qui avait pu, un moment, égarer le jeune Bayle ?

  • 36 Ibid, p. 360, remarque F.
  • 37 Ibid., p. 365-366, remarque P.
  • 38 Ibid., p. 369, remarque R.

27Bayle en profite aussi pour corriger son collègue et meilleur ennemi Jurieu sur des points d’érudition à propos du séjour à Paris36. Il l’attaque beaucoup plus durement à propos de La Religion des jésuites, semant le doute sur ses intentions véritables (montrer les calomnies dont souffrent les jésuites ou insinuer que tout, dans ces accusations, n’est peut-être pas faux ?), faisant un parallèle entre les jésuites décriés de tous et Jurieu, haï même dans sa propre confession, lui reprochant de décrier sa patrie d’adoption, la Hollande37. Bayle revient à la charge dans la remarque R qui accuse les jésuites de permettre aux princes de punir les hérétiques en montrant que Jurieu est lui aussi de l’avis qu’il faut les faire mourir38.

  • 39 Ibid., p. 370, remarque S.

28Que retenir de cet article « Loyola » dans le Dictionnaire de Bayle ? Tout d’abord que, comme toujours, le philosophe de Rotterdam en profite, grâce aux remarques, pour parler de tout autre chose : de sa bête noire Jurieu, des doctrines des jésuites, du fanatisme et de la superstition des catholiques, etc. Tous ces points se retrouvent dans bien d’autres articles, et il faudrait voir toutes les références à ces articles notées en marge des remarques pour approcher de la pensée de Bayles sur ces sujets. Il règle au passage quelques comptes avec sa formation jésuite, en séparant nettement les techniques d’argumentation logique, qui sont du ressort de la philosophie, de la morale, pour laquelle il faut se contenter du « bon sens39 ». N’est-ce pas d’ailleurs également sa position dans le domaine de la foi ? On sait qu’un débat vif existe parmi les spécialistes de Bayle sur la sincérité de ses convictions. Cette remarque sur la morale irait plutôt dans le sens d’un Bayle acceptant la doctrine et la morale chrétiennes avec une « foi de charbonnier ». Sur Ignace lui-même, on apprend peu de choses. La biographie est assez neutre, sans jugement de valeur. Les remarques, quand elles portent sur des aspects de la vie du fondateur des jésuites, sont plutôt des points d’érudition. On a également des jugements, mais assez nuancés : fanatique, d’un esprit fantasque, Ignace est aussi charitable et attentif aux plus fragiles, notamment aux femmes. Les critiques portent plutôt sur les admirateurs d’Ignace, ceux qui l’ont glorifié et en ont fait un saint. Les jésuites, souvent sollicités pour leur érudition, sont régulièrement attaqués et ridiculisés. Bayle ne leur sait pas gré de l’avoir fait accéder à un savoir universitaire et, sans doute, ne leur pardonne-t-il pas leur rôle dans la persécution des protestants français. En revanche, curieusement, leur rôle dans les missions, intérieures ou extérieures, n’est pas évoqué dans cet article et semble très peu présent dans le Dictionnaire.

Notes

1 La meilleure biographie récente de Pierre Bayle est : Hubert Bost, Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006. Sauf indication contraire, c’est de là que nous puisons les renseignements biographiques.

2 Sur les académies réformées, voir Yves Krumenacker, « Les Académies protestantes en France au xviie siècle », XVIIe siècle, 2019, à paraître.

3 Sur Puylaurens, Michel Nicolas, Histoire de l’académie protestante de Montauban (1587- 1659) et de Puylaurens (1660-1685), Montauban, E. Forestié, 1885.

4 Pierre Delattre, Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, Institut supérieur de théologie, 1957, Enghien, t. IV, col. 1270 et s.

5 Elisabeth Labrousse, Pierre Bayle, t. I, La Haye, Martinus Hijhoff, p. 60.

6 À Paris, chez S. et G. Cramoisy, 1651. Édition critique récente par Stéphane-Marie Morgain et Françoise Hildesheimer : Cardinal de Richelieu, Œuvres théologiques, t. II, Paris, Honoré Champion, 2005.

7 E. Labrousse, Pierre Bayle, op. cit., p. 67-68. Sur Martel, voir Marcel Grandet, André Martel (1618-1698), professeur à l’Académie de Montauban de 1652 à 1685, Montauban, Imprimerie coopérative, 1911.

8 Elisabeth Labrousse, Pierre Bayle, t. I, La Haye, Martinus Hijhoff, p. 72.

9 Thierry Wanegffelen, Une difficile fidélité. Catholiques malgré le concile en France xvie-xviie siècles, Paris, Puf, 1999, p. 4.

10 H. Bost, Pierre Bayle, op. cit., p. 281.

11 Ibid., p. 136.

12 Mário Santiago de Carvalho, « Pierre Bayle et la critique d’Averroès à Coimbra. Deux épisodes de l’histoire de la réception d’Averroès », Revista Filosófica de Coimbra, 44, 2013, p. 417-432.

13 http://bayle-correspondance.univ-st-etienne.fr/ [consulté le 26 mars 2018] À noter que l’onglet « recherche » renvoie à dix occurrences de « Loyola » mais, vérification faite, il s’agit de références à Ignace d’Antioche, en dehors d’une allusion au panégyrique de saint Ignace de Loyola par le Père André Boullanger (un texte d’ailleurs non utilisé par Bayle dans son article « Loyola ») et de notes de l’éditeur.

14 Louis Moreri, Le Grand Dictionnaire historique, Lyon, Jean Girin et Barthélemy Rivière, 1674, p. 711 (numérisé sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15108754/f757.image). Les éditions ultérieures sont identiques, à quelques différences de style près.

15 Pierre Bayle, Dictionnaire Historique et Critique, Rotterdam, Reinier Leers, 1697, tome second, p. 357-372. L’article a été édité partiellement par Antony Mckenna (éd.), Pierre Bayle. Témoin et conscience de son temps. Un choix d’articles du Dictionnaire historique et critique, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 243-253.

16 Dictionnaire, p. 365.

17 Ibid.

18 La remarque L, p. 363-363, donne également quelques exemples d’attaques contre les jésuites du vivant d’Ignace.

19 Dictionnaire, p. 359, remarque C.

20 Ibid., p. 364, remarque N.

21 Ibid., p. 363, remarque M.

22 Ibid., p. 360, remarque E.

23 Ibid., p. 363, remarque M.

24 Ibid., p. 361, remarque G.

25 Ibid., p. 362, remarque K.

26 Ibid., p. 364, remarque N.

27 Ibid., p. 361-362, remarque I.

28 Ibid., p. 364-365, remarque N.

29 Ibid., p. 365, remarque O.

30 Ibid., p. 370, remarque T.

31 Ibid., p. 371-372, remarque V.

32 Ibid., p. 372-373, remarque X.

33 Ibid., p. 370, remarque T.

34 Ibid., p. 368-369.

35 Ibid., p. 369-370, remarque S.

36 Ibid, p. 360, remarque F.

37 Ibid., p. 365-366, remarque P.

38 Ibid., p. 369, remarque R.

39 Ibid., p. 370, remarque S.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search