Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

L’impact des missions intérieures des jésuites sur les protestants : Jean-François Régis dans le Vivarais à l’époque baroque

Bruno Maes

Texte intégral

  • 1 Lettre pastorale de l’évêque de Viviers de 1658, citée par Gérard Bollon, « Jean-François Régis et (...)
  • 2 Arch. dép. de l’Isère, 1G6, déposition de Louise de Romezin en vue de la béatification de Jean-Fran (...)

Il y a longtemps que nous envoyons des prédicateurs et des missionnaires pour inviter les pauvres égarés et leur dire que tout est prêt, qu’il n’y a qu’à entrer dans la salle du festin, mais leurs travaux n’ont pas eu de grands succès1.
J’avois une opposition d’esprit que je ne scaurois exprimer, à croire la réalité du Corps de Jésus Christ dans l’adorable Eucharistie, j’avois la mémoire remplie d’un tas de textes tirés de la Bible que nos ministres m’avoient inculqués pour combattre ce mistère. Le Père Regis ne me dit que peu de parolles sur la vérité de ce mistère, et tout d’un coup il se fit un si grand jour dans mon esprit, et j’en fus si persuadée que je n’eus aucun doute. Sur l’heure j’eusse donné mille vies plutôt que d’abandonner cette croyance2.

1Trois siècles et demi après la mort de Jean-François Régis en 1640, la mémoire orale des lieux où il a prêché, dans lesquels vivent toujours des protestants, est encore vivante. Une anecdote la rappelle. Une famille d’estivants catholiques se rend un jour à Lalouvesc où son corps repose, et fait la connaissance du bourg de saint Régis grâce aux souvenirs qu’on peut y découvrir, et aux explications données par les jésuites. Le lendemain, ils parlent avec enthousiasme de cette visite à leur employée, une jeune protestante chambronnaise : « Vous devriez aller visiter Lalouvesc ! – Comment !, a répondu cette jeune fille, vous osez me parler de ce bandit qui a tant de sang protestant sur les mains ! ».

  • 3 G. Bollon, op. cit., p. 178.

2 Cette image est celle de beaucoup de protestants du plateau vellave, mais les catholiques du plateau pensent, eux, qu’il est le grand pourfendeur de « l’hérésie protestante ». Le protestant qui rapporte cette anecdote ajoute « que la réalité soit autre ne fait aucun doute3 », tant pour les calvinistes que pour les catholiques.

  • 4 Voir Bruno Maes, Le roi, la Vierge et la nation. Pèlerinages et identité nationale en France entre (...)
  • 5 Voir dans ce volume le texte Rémi de Maindreville.

3De fait, on oppose souvent jésuites et protestants. Cette opposition a souvent été vécue comme telle, dès le xvie siècle. Par exemple à Saumur, les protestants refusaient que le sanctuaire de Notre-Dame des Ardilliers soit pris en charge par les jésuites, et il est confié aux oratoriens en 16194, bien que ce phénomène se soit amoindri plus tard avec l’œcuménisme au xxe siècle5.

  • 6 Bernard Dompnier (dir.), « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du culte de s (...)

4Il faut noter que l’historiographie de la Compagnie de Jésus en France ne s’arrête guère sur notre sujet, à savoir l’envoi des Pères dans les missions intérieures en territoire protestant. Il est vrai qu’eux-mêmes sont très laconiques. Et pourtant les excursiones – expéditions conduites depuis la Ville vers cet Autre qu’est le monde rural – occupèrent au moins temporairement un nombre non négligeable de Pères en résidence dans les collèges. Elles sont un des principaux moyens dont ils disposent pour vivre la vocation missionnaire à laquelle tout jésuite est appelé. Apud vos sunt Indiae répondit plus d’une fois le Général à des Pères brûlant du désir de franchir les mers dans un but apostolique. Parmi les missionnaires de l’intérieur, il en est un qui fut proclamé saint par l’Église catholique moins d’un siècle après sa mort, privilège dont ne bénéficient que les fondateurs d’ordre ou les martyrs6. Il s’agit de Jean-François Régis, devenu patron des jésuites de la province de France et des dentellières du Puy-en-Velay, qu’il avait défendues devant le Parlement de Toulouse.

  • 7 Bernard Peyrous, « Missions paroissiales », dans Catholicisme, t. 9, col. 401.

5Saint Régis est connu dans le Massif central, où il a œuvré dans la réforme catholique, pour deux raisons. Tout d’abord pour avoir catéchisé les populations, laissées sans instruction pendant quarante années de guerres de religion, suivant en cela un des souhaits du concile de Trente (1545-1563). Puis pour avoir animé des missions intérieures, qui se composent d’une série d’exercices religieux dans une paroisse ou dans un groupe de paroisses par un ou plusieurs prédicateurs extraordinaires, afin d’obtenir la conversion des populations ou l’approfondissement de leur vie chrétienne7. L’époque baroque en France (vers 1600-vers 1660) connaît la multiplication d’institutions visant à prêcher les missions intérieures.

  • 8 B. Dompnier, op. cit. ; id., I linguaggi della convinzione religiosa : una storia culturale della R (...)
  • 9 L’historiographie concernant les liens entre protestants et jésuites sont bien maigres. Le colloque (...)

6Ce phénomène essentiel n’a pas donné lieu à une production importante. Il ne s’agit pas ici de nous pencher sur la dévotion à saint Régis8, mais de déterminer ses contacts avec les protestants, en particulier par les missions9.

  • 10 AD Isère, 1G6, dépositions en vue de la béatification de Jean-François Régis.
  • 11 Claude La Broue, La vie du RP Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, Le Puy, A. Delagarde, (...)
  • 12 Guillaume Daubenton, La vie du bienheureux Jean-François Régis de la Compagnie de Jésus, Paris, Nic (...)
  • 13 Guillaume Daubenton, La vie de saint Jean-François Régis, apôtre du Velay, du Vivarez et des Cévenn (...)
  • 14 Georges Guitton, Après les guerres de religion, Saint Jean-François Régis (1597-1640). D’après tout (...)
  • 15 Jésuites en Haute-Loire [actes du colloque du Puy-en-Velay, 16-17 nov. 1990], Le Puy, Conseil génér (...)
  • 16 Antoine Fayard, Saint Jean-François Régis et ses missions rurales. Quelle fut sa véritable vocation (...)

7Pourtant, les sources concernant Jean-François Régis sont très nombreuses. Diverses sources manuscrites sont disponibles : tirées de la première enquête canonique en 1676, de sa béatification en 1716, de son procès en canonisation en 1737, en particulier dans les archives du département de l’Isère10, ainsi qu’à Rome. Des sources imprimées, ou des titres de bibliographie ont été rédigés par des jésuites. Dix ans après sa mort, en 1650, son premier biographe est un jésuite, Claude de La Broue11, qui rédige un ouvrage en ex voto, il est souvent réédité (Paris en 1653, Liège en 1660) ; le Père Ducreux en donne une traduction latine quelques années plus tard ; chaque fois, la liste des miracles est allongée. Le Père Guillaume Daubenton, confesseur du roi d’Espagne, écrit sa vie, après sa béatification12, puis après sa canonisation13, ouvrages chaque fois réédités. Le meilleur ouvrage pour les historiens est celui du Père jésuite Georges Guitton, homme rigoureux qui sait prendre de la hauteur14. Viennent ensuite sur le plan scientifique le colloque de 199015, puis la mise au point par le sulpicien Auguste Fayard, chanoine de Notre-Dame du Puy, écrit lui aussi en ex voto16.

8Toutes ces œuvres montrent un saint considéré comme tel dès son vivant : une grande âme et un thaumaturge. Pourtant, le sujet qui nous intéresse – Jean-François Régis et les protestants – est peu abordé : quel fut l’impact de sa prédication sur les protestants ?

9Nous répondrons à cette question en trois temps. Tout d’abord en présentant le cadre : le Puy, un grand pèlerinage, qui devient une frontière de catholicité pendant les guerres de Religion. Ensuite, la vie, la personnalité et les actions de Régis au Puy. Enfin, son apostolat pendant les sept dernières années de sa vie où il est aussi missionnaire dans les campagnes : c’est là qu’il rencontre les protestants.

Le cadre : le Puy-en-Velay, frontière de catholicité

Une ville unie autour de la Vierge noire

  • 17 B. Maes, Le roi…, op. cit., p. 49-50.
  • 18 Ibid., p. 54, p. 55, p. 57.
  • 19 Ibid., p. 63-65.

10Depuis le Haut Moyen Âge, le Puy est un grand pèlerinage où commence la via podensis, l’une des quatre routes qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle. La rencontre avec le monde divin conditionne les pèlerins par quatre coordonnées identitaires. Tout d’abord le lieu, marqué par la verticalité, où la cathédrale et la ville s’accrochent à un dyke volcanique17. Ensuite l’impact des légendaires : la Vierge a été rapportée d’Orient par le roi Dagobert lors d’une croisade18. Puis, l’imago : la Vierge Noire a été sculptée par le prophète Jérémie19. Enfin, la topographie sacrale qui montre les différents lieux sacrés, comme la pierre des fièvres indiquant l’endroit où une Romaine a été guérie par une apparition mariale au ve siècle.

  • 20 Voir les actes du colloque du Puy de l’année du jubilé de 2005 : Bruno Maes, Daniel Moulinet, Cathe (...)
  • 21 Étienne Médicis, Le livre de Podio ou chroniques, Augustin Chassaing (éd.), Le Puy, Impr. de Marche (...)

11Le Puy est devenu à la fin du Moyen Âge un sanctuaire national, dont les miracles s’étendent sur une grande partie du royaume. La Vierge du Puy est généraliste, puisqu’elle intervient dans tous les domaines. De plus, l’indulgence plénière est accordée chaque fois que le Vendredi saint tombe le 25 mars, jour de l’Annonciation, où les foules sont nombreuses20. Au Puy, le dominicain Claude Doleson compose un mystère de sept mille vers, qui raconte la translation de la statue, texte entièrement recopié par le chroniqueur Étienne Médicis au xvie siècle21.

Les guerres de Religion : renforcement du Puy comme sanctuaire frontière

12La Vierge Marie devient un symbole de l’identité catholique. Le xvie siècle voit l’affirmation simultanée d’une identité catholique et d’une identité protestante. Cela conduit très tôt à une montée des tensions entre les deux groupes.

13Le protestantisme, en particulier dans sa version calviniste qui domine en France, diverge profondément du catholicisme dans sa vision de Dieu, de la religion et du monde. Les aspects de la religion catholique les plus insupportables aux réformés sont véhiculés par les sanctuaires de pèlerinage : culte des reliques et des statues, conception d’un Dieu proche des hommes qui intervient dans leur vie par les miracles, monde enchanté où le surnaturel est partout présent dans la nature. L’iconoclasme s’impose donc, pour purifier hic et nunc l’espace de ces « immondices » que sont les reliques, souvent fausses, pour imposer l’image d’un monde « désenchanté » et d’un Dieu transcendant. L’iconoclasme constitue également, pour la minorité protestante, une manière de prendre possession de l’espace collectif.

14Cet univers culturel ne découle en fait que de la radicalisation et de la mise en système cohérent d’idées qui couraient dans les élites, désireuses de réforme religieuse depuis le xve siècle, et choquées depuis longtemps par certains aspects des pèlerinages. Dès le début du xvie siècle, le pèlerinage à Notre-Dame du Puy semble décliner en raison de cette critique. Théodose de Bergame rend des prédicateurs pré-réformés responsables de cette dégradation :

  • 22 Théodose de Bergame, dans Charles Rocher, Les vieilles histoires de Notre-Dame du Puy, réimprimées (...)

Ce qui en détourna aussi beaucoup de ce dévot pèlerinage furent les impostures et impieux blasphèmes de quelques téméraires prédicants qui, preschans le caresme en plusieurs endroits, contre toute justice et de leur authorité privée, crioyent à pleine teste contre le sainct jubilé, prophanans et deschirans imprudement l’honneur du sacré habitacle de Nostre-Dame du Puy22.

15La participation de l’homme à son salut par des bonnes œuvres et la croyance en la communion des saints, qui sous-tendent l’engagement dans une démarche jubilaire, ne font plus l’unanimité, dès avant l’affirmation de la réforme protestante.

  • 23 É. Médicis, op. cit., t. 1 p. 512.
  • 24 T. de Bergame, op. cit., p. 217.

16La critique de l’identité catholique dans son attachement aux sanctuaires de pèlerinage peut aussi prendre la forme d’injures envers la statue de la sainte. Le chroniqueur Étienne Médicis rapporte qu’au Puy les protestants affublent la Vierge noire des surnoms « d’ydole », « troncon de boys », « massiarada », ce qui signifierait « noircie », « et ses ymages faicts en papier appelés torcheculs23 ». Dans cette même ville, quand un bourgeois catholique voulut faire jeûner ses domestiques la veille du 8 septembre, l’une d’elles, femme huguenote, « s’esclattant en un ris impudent et mocqueur, dit : “Comment ! Que je jeusne pour ceste noire ? Je ne l’ay jamais veue qu’une fois en ma vie et sa laydeur me cause une telle espouvante que c’est mon plus grand mal de m’en seulement souvenir” »24.

17La profanation constitue un degré supérieur dans cette lutte, et le même chroniqueur rapporte que les protestants du Puy donnaient des chapelets à manger à leurs chiens, et violaient des images locales. Conséquence de ces idées et des pratiques religieuses des calvinistes, les sanctuaires de pèlerinage, et en particulier les sanctuaires mariaux, deviennent des symboles d’identité catholique, en incarnant l’image d’un monde enchanté dans lequel le sacré est présent, l’image d’un Dieu secourable auprès duquel les saints intercèdent, l’image d’une religion où le corps joue un rôle important par la marche et le toucher. Cette fonction de lieu d’identité est encore renforcée pour les sanctuaires qui se situent sur une frontière de catholicité.

  • 25 Odo de Gissey, Discours historiques de la très-ancienne dévotion à Notre-Dame du Puy, Lyon, L. Mugu (...)
  • 26 Ce « pétard » est ensuite exposé très longtemps dans la cathédrale du Puy. Cet épisode de l’échec p (...)
  • 27 Catalogue de l’exposition « Portrait d’une ville assiégée, Le Puy-en-Velay pendant les guerres de l (...)

18Le Puy connaît la même situation face aux communautés calvinistes du Velay et du Vivarais. Dès 1553 la ville demande au roi d’avoir son propre présidial, « Nismes estant saisie de l’Huguenot25 », car les Ponots craignent que ceux qui s’y rendent pour les procès n’en reviennent avec les idées nouvelles. Henri II leur donne satisfaction et Le Puy obtient une sénéchaussée, démembrée de celle de Nîmes. Dès 1562 Le Puy est assiégée par les protestants, et devient un symbole de résistance dans la région sous la direction du nouveau gouverneur royal Antoine de La Tour, baron de Saint-Vidal, nommé en 1563. Une seconde tentative de coup de force, menée par François de Châtillon, fils de l’amiral de Coligny, échoue en 1585, car le « pétard » allumé dans la nuit du 4 décembre par les protestants pour faire sauter une des portes de la ville a foiré26. La ville est ligueuse et en 1594 les politiques qui tentent de prendre le pouvoir sont assassinés. Il faut attendre le 5 avril 1596 pour voir le retour de la paix27.

Panser les plaies à la fin du xvie siècle

  • 28 G. Guitton, op. cit., p. 200.
  • 29 Ibid., p. 201.
  • 30 G. Bollon, op. cit., p. 179.
  • 31 Arch. Départ. 42, fonds Chaleyer, ms 613.

19Dès les guerres de Religion, l’iconoclasme et les massacres de religieux marquent les fidèles des régions où Jean-François Régis prêchera plus tard : horreurs perpétrées à la Chartreuse de Bonnefoy en 1569, de même au monastère de Charaix près de Privas en 157028. Pour les survivants, c’est la misère. En 1573, une enquête conduite à Viviers, à la demande du syndic du clergé par un juge royal, précise que les trois-quarts des bénéfices du diocèse sont passés aux protestants29. Les églises catholiques sont démolies, les autels en ruine, les prêtres absents et les revenus des prieurés confisqués. L’évêque Louis de Suze écrit : « la foi semble morte30 ». Dans ces régions, après la signature de l’édit de Nantes en 1598, et jusqu’en 1630, les trois évêques – concernés par les régions où Régis se consacrera aux missions plus tard – s’activent aux visites épiscopales : Just de Serres pour Le Puy, les Leberon oncle et neveu évêques à Valence, et Louis de Suze à Viviers31.

  • 32 B. Dompnier, op. cit., carte p. 301.

20Le premier collège des jésuites de France s’installe à Billom en Auvergne en 1562. Celui du Puy est fondé en 1588, vingt-cinq ans après la fin du concile de Trente, alors que la ville est dirigée par la Ligue. L’église du collège est la première construction jésuite en France, où Régis se rend régulièrement pour catéchiser les populations ponotes. Vingt collèges sont érigés avant 1650 dans la province de Toulouse32.

  • 33 Bruno Maes, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture à l’époque moderne, Rennes, Presses un (...)
  • 34 Étienne Guyon, Orationes duae. Prior, de veteri Aniciensium pietate, et doctrina ; posterior, de pr (...)

21Les collèges ne sont pas uniquement construits pour les élèves, mais aussi pour les populations dont il faut élever la culture. Cela se remarque dans les livrets de pèlerinage. On passe de livres véhiculant une culture partagée à d’autres manifestant une culture humaniste. Ceux-ci deviennent un outil d’apostolat33, et le premier ouvrage écrit de leurs mains paraît en 1593, rédigé par le Père Étienne Guyon34.

22Avec cette nouvelle littérature humaniste, il s’agit bien de réformer la culture de l’Église catholique, de la rendre plus rationnelle et moderne grâce à l’imprimerie. C’est dans ce contexte que Jean-François Régis arrive au Puy.

L’arrivée d’un missionnaire

La formation d’un jésuite

  • 35 B. Dompnier, op. cit., p. 295.

23Jean-François Régis est né le 31 janvier 1597 à Fontcouverte, dans l’actuel département de l’Aude, et meurt le 31 décembre 1640 à Lalouvesc, dans l’Ardèche. Il est béatifié en 1716 et canonisé en 173735.

24Il obtient une bourse pour entrer au collège jésuite de Béziers. À 19 ans, il entre au noviciat des jésuites, et il suit cette formation jusqu’au bout. Il est ordonné prêtre à 33 ans, en 1630, car la formation des jésuites est longue : en dix ans de prêtrise, il aura su marquer les populations durablement. Il commence par dispenser un enseignement où il montre qu’il a des talents de pédagogue et de catéchiste. Il souhaite quitter l’Europe, mais ses supérieurs lui demandent de rester en France.

Une personnalité enthousiasmante

  • 36 G. Guitton, op. cit., p. 352. Quand on sort les reliques du tombeau en 1873, le docteur Buisson, pr (...)
  • 37 Ibid., p. 356.

25Régis impressionne les foules, car il est grand36. C’est un excellent directeur spirituel. Avec un sens de la psychologie des autres et un réel charisme, il lit dans les consciences. C’est ainsi qu’il convertit, par la douceur, un homme de qualité qui poursuivait une orpheline de ses assiduités37.

  • 38 Ibid., p. 322.

26Par ailleurs, un autre trait de cet homme est son humilité : toujours revêtu d’habits rapiécés, ne cherchant à obtenir aucun succès oratoire – il n’imite pas Bourdaloue ni Bossuet –, il manifeste un tel souffle divin qu’il attire à lui tout le monde38. Pourtant, il ne faut pas le comparer au saint curé d’Ars, un autre excellent directeur de conscience vivant à l’époque romantique : Régis a acquis pendant ses onze ans de formation des capacités spirituelles et intellectuelles solides, et a enseigné au collège du Puy, ce qui n’a pas été le cas de Jean-Marie Vianney.

  • 39 Ibid., p. 356.
  • 40 C. La Broue, op. cit., p. 75.
  • 41 G. Guitton, op. cit., p. 211.

27De naturel enjoué, le Père Régis a conservé tout ce qui était utile pour rendre son ministère avenant39. Son premier biographe, dix ans après sa mort, écrit qu’il est « courtois aux pauvres, aymable aux plus petits, respectueux aux plus grands, il avoit pour toute sorte d’humeurs des charmes et des attraits incroyables40 ». Cet homme de milieu modeste originaire de Béziers comprend les aspirations des paysans et connaît la langue d’oc41.

Un missionnaire modèle

  • 42 B. Dompnier, op. cit., p. 296.
  • 43 Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris, Fayard, 1984, p. 180-18 (...)
  • 44 B. Dompnier, op. cit., p. 299.

28Régis est appelé par les populations « le saint » ou « le saint père ». Il se montre un homme de Dieu et un thaumaturge en convertissant les pécheurs impénitents et en guérissant les malades42. Le missionnaire est un homme hors du commun et il fait connaître ce que l’historien Jean Delumeau a appelé le « choc des missions43 » : tous les fidèles se ruent à ses catéchèses. Avec sa prédication simple et son appel à la pénitence, le missionnaire du premier xviie siècle apparaît comme l’homme de Dieu par excellence, doté de pouvoirs extraordinaires. Sa renommée passe par le réseau des collèges jésuites : une semaine après sa mort le 7 janvier 1641, le Père recteur du collège du Puy, Ignace Arnoux – qui connaît bien Régis pour avoir partagé avec lui son noviciat – envoie une lettre circulaire aux maisons de la province de Toulouse, le montrant comme un modèle pour les missionnaires de l’intérieur44.

  • 45 La Broue, cité par G. Guitton, op. cit., p. 324.
  • 46 Ibid., p. 354.
  • 47 Ibid., p. 355.

29Ses actions sont diverses et commencent au Puy. Son biographe La Broue raconte que cet ami des enfants organise « mille petites industries » qu’il employait « pour rendre ses instructions agréables et les imprimer dans l’esprit des plus grossiers45 ». C’est un homme d’initiatives, saisissant les occasions qui s’offrent à lui. Par exemple, pendant les moissons, des équipes viennent de la montagne, au grand danger des jeunes filles : il les sépare entre hommes et femmes, ce qui impressionne chacun, y compris les protestants46. Il lutte contre la prostitution et accueille des filles repenties dans des institutions qu’on appelle des « refuges47 ».

  • 48 Ibid., p. 486.

30Il est aussi devenu le patron des dentellières au Puy après avoir sauvé leur métier. Le travail de la dentellière aux fuseaux, une sorte de domestic system, est arrivé dans le Velay avec Catherine de Médicis au milieu du xvie siècle. À l’époque de Régis, c’est en pleine prospérité. Après la mort du saint, à la fin du xviie siècle, l’intendant de cette région, Lamoignon de Basville, assure qu’elle apportait plus de 600 000 livres tournois dans la province. Cette activité procure un travail honnête dans un domicile où la vie de famille est respectée. Or, dans les années 1630, un édit somptuaire interdit le port de la dentelle en raison des fils d’or et d’argent qu’elle contient et qui sont perdus pour la frappe des monnaies. Quarante mille filles ou femmes seraient privées de travail et réduites à la mendicité. Régis affirme que « ce décret ne sera pas », et obtient du Parlement de Toulouse le rappel de l’édit48.

  • 49 Ibid., p. 339.
  • 50 Ibid., p. 338.
  • 51 Cité dans Ibid., p. 215.
  • 52 Ibid., p. 332.
  • 53 Guillaume Daubenton cité dans Ibid., p. 317. Voir aussi Joseph-Marie Lacroix, « Saint François Régi (...)
  • 54 G. Guitton, op. cit., p. 317.
  • 55 Ibid., p. 321.
  • 56 Ibid., p. 322.
  • 57 Jacques Maillard, « La mission du Père Honoré de Cannes à Angers en 1684 », Annales de Bretagne et (...)
  • 58 G. Guitton, op. cit., p. 325.

31Le Père Régis visite également les prisonniers, nombreux au Puy49, et sert aussi d’arbitre pour faire régner la justice50. Mais sa renommée au Puy s’assoit surtout sur sa réputation de catéchiste dans l’église du collège. Par ailleurs, le 24 mai 1635, l’évêque du Puy, Just de Serres, écrit dans un mandement : « La visite par Nous ci-devant faite de la plus grande partie de notre diocèse, nous a fait reconnaître avec beaucoup de regret la déplorable ignorance de nos diocésains touchant à la doctrine chrétienne51. » Le collège du Puy, dont les jésuites voulaient faire en 1588 « la Notre-Dame de Lorette des Gaules » – c’est-à-dire un porte-voix diffusant la parole du concile de Trente – s’y emploie52. L’église du collège contient un peu moins de 5 000 places pour une agglomération hors les murs d’au maximum 50 000 personnes, et elle est remplie quand il prêche. Selon le jésuite Daubenton53, les activités régulières de catéchiste auraient commencé en 1636. L’église du collège – qui existe toujours – de par son architecture et sa position centrale à mi-pente de la ville, se prête bien à ses réunions. Pourtant, nous ne savons pas précisément ce qu’il y disait dans diverses circonstances où il prêche (homélies dominicales, salutations évangéliques…54). Tout ce que le Père disait était fort suivi, disent les auditeurs : d’un style banal et commun, peut-être quelquefois en dialecte d’oc, il pénétrait les cœurs55. Ce style émeut son auditoire : un fidèle, Claude Sourdon, rapporte que dans ses enseignements « il lui faisait lire par le dedans et savourer d’un goût intime ce qu’il expliquait aux autres ». Plusieurs auditeurs ont noté que si le Père venait à parler d’un attribut divin, il s’arrêtait et parfois subitement « sans voix ni souffle56 », comme le Père capucin Honoré de Cannes un demi-siècle plus tard à Angers57. Son action extérieure est conforme à ce que son sang chaud de Narbonnais pouvait prévoir : après ses catéchismes, il en sortait tout mouillé, comme s’il venait du bain58.

  • 59 Ibid., p. 331.
  • 60 Ibid., p. 337.
  • 61 Ibid., p. 348.

32De plus, le Père Régis est surnommé « le Père des pauvres », comme saint Vincent de Paul qui vit à la même époque. Il poursuit au Puy ce qu’il avait commencé à Montpellier où l’instruction du peuple double ses œuvres de charité59. Il est vrai que les années 1630 sont celles où la France s’engage de manière ouverte contre les Habsbourg catholiques dans la guerre de Trente Ans. Régis – tout comme Vincent de Paul – a aussi regroupé des Dames de charité auxquelles il confie des miséreux. « L’œuvre du bouillon », bien connue au Puy où elle a donné son nom à une rue, invite les Dames à donner les ingrédients pour préparer un potage (viande, légumes, eau) pour les milieux populaires. Elle dure jusqu’au xxe siècle60. L’année 1638 connaît l’épisode des greniers vides où les récoltes sont mauvaises dans les plaines pendant la guerre de Trente ans. Régis demande à l’une de ses Dames, Marguerite Baud, de rassembler le blé destiné aux pauvres. Un épisode miraculeux se produit : les réserves du coffre à blé s’amenuisent quand on y puise, mais à chaque nouvelle ouverture le coffre est plein61. Tout cela contribue à considérer Régis comme un homme hors du commun. Le missionnaire est reçu comme un organisateur d’œuvres pour les pauvres et de catéchiste hors pair, sachant parler à l’âme du peuple. Parallèlement, quand les travaux des champs sont terminés, il se tourne vers les missions rurales.

Les missions dans les montagnes

Conséquences des guerres civiles depuis 1560

  • 62 Nous sommes redevable à Gérard Bollon d’une partie des informations sur les missions de Régis dans (...)
  • 63 Nicolas Éon, Panégyrique du bienheureux Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, apôtre du Vi (...)

33Soixante-dix années de guerres civiles et religieuses ont dévasté ces régions. Des dizaines de paroisses sont rattachées à la Réforme protestante. Le Cheylard est une « Église dressée » dès 1562. De même, les Églises de « La Montagne » au centre du Haut-Vivarais. Les principales Églises réformées sont celles du Cheylard et du Chambon-sur-Lignon, où vit l’historien contemporain Gérard Bollon62. Le panégyrique, de belle facture, du jésuite Éon publié en 172263, se fait l’écho de la manière dont certains catholiques imaginent la situation au xviiie siècle :

  • 64 Ibid., p. 5.

L’amour de l’innocence et de la vérité s’est retirez du Vivarez ; là, l’hérésie dominante triomphe de s’être élevée sur les ruines de l’ancienne Religion : si l’Église y reconnoit encore un petit nombre d’enfans soumis à sa doctrine, on ne voit parmi eux presque aucun prestige de cette foy vive qui opère par la charité. Les catholiques et les hérétiques s’y abandonnent comme de concert à tout ce que les plus cruelles et les plus honteuses passions peuvent produire de plus monstrueux64.

  • 65 Cité par G. Bollon, op. cit., p. 179.
  • 66 Ibid., p. 178.
  • 67 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-b (...)

34Le zèle apostolique et la charité du Père Régis impressionnent favorablement les protestants du Cheylard. Les Litterae annuae du collège d’Aubenas disent qu’au Cheylard et à Privat il « adoucit et touche les hérétiques au point qu’ils venaient avec le plus grand plaisir, malgré les réclamations de leurs ministres entendre Régis prêcher la Parole de Dieu65 ». Régis a beaucoup marqué par ses missions le pays réformé66, même quand son passage ne durait qu’un jour67.

La conversion de Louise de Romezin : description

  • 68 G. Daubenton, op. cit., p. 67-69. Site internet de Christian Chanel, consulté le 18 août 2018, « La (...)

35Malgré la qualité de Jean-François Régis qui est un excellent missionnaire, les conversions sont rares, comme elles le sont de manière générale en France. Nous avons peu de témoignage de convertis. Celui de deux femmes – mais sans résonance sociale – une femme du peuple à Viviers, et à Montpellier une autre sur son lit de mort, entre mai 1632 et juin 1633. Une troisième femme en 1634 à Uzès dans le diocèse de Viviers, est plus connue68, noble, riche, intelligente, et instruite, connue pour réfuter les arguments des catholiques et par sa rigueur de vie. Régis la convertit en un jour : l’abjuration est prononcée en présence de tout le peuple et d’un grand nombre de calvinistes. Comme pour les récits des déclarations de miracles, le statut social est important car il donne des arguments de poids à celui qui réussit à convaincre. Mais, là encore, nous n’avons pas de récit circonstancié. Il faut attendre 1702 pour qu’une autre protestante, Louise de Romezin, convertie par Régis en 1640, vienne déposer pour sa béatification, selon un rite précis qui comporte une centaine de questions. Elle a alors plus de 80 ans.

36Sa famille est noble. Son père Louis de Romezin est seigneur de Mazeaux. Sa femme Marguerite de Cellier est d’une famille de soldats protestants. C’est son arrière-grand-père Antoine de Romezin, notaire au Chambon, qui s’était converti au protestantisme, pour s’emparer plus facilement des biens du prieuré, rapporte une source catholique. Mais tous les Romezin ne sont pas protestants.

37Elle est née vers 1619. Vers l’âge de 18 ans, elle fait la connaissance d’Étienne de La Franchière, un catholique, gérant des biens du marquis de Saint-Priest, qui habite un château près des Mazeaux. Ils se marient le 8 février 1638. Il est catholique, mais pas ligueur, puisque ses ascendants ont certes montré leur fidélité à Rome, mais aussi à Henri IV – roi de France depuis 1589 – quand la ville du Puy refuse avant 1596 de le reconnaître, comme nous l’avons vu. Ils ont un fils, Louis. Son mari meurt le 7 juillet 1639, sans qu’on en connaisse la raison. Par la suite, Louise va vivre chez ses parents au Chambon.

  • 69 Site internet, « Louise de Romezin », 2 p. Consulté le 2 août 2018 : chateaudemarcoux. free.fr/sit (...)

38À la fin de l’année 1639 et au début de 1640, elle va écouter Régis qui prêche dans les missions. À la sixième rencontre en privé, elle se convertit, reconnaît que le Corps du Christ est présent dans l’Eucharistie, et accorde une grande importance au Rosaire dont lui parle Régis. En septembre elle annonce publiquement sa conversion. Après la mort du missionnaire en 1641 elle envisage de terminer ses jours à Lalouvesc, mais n’en fait rien. Le 7 mai 1641 elle épouse un catholique, Annet de Banne de Boissy, qui appartient à la petite société nobiliaire du lieu, où sa famille fréquente les La Franchière. Elle en eut quatre fils (Antoine, Louis, Annet et Jacques) et deux filles (Anne et Jeanne). Son mari meurt en 1665, et elle devient veuve pour la deuxième fois. Elle passe quelques années au manoir de Banne dont elle est propriétaire. À partir de 1687 elle va vivre chez Jeanne, sa fille, dont elle a fait l’unique héritière de ses biens par son testament du 17 mai de cette année. Elle vit au château de Chazelet, paroisse de La Chapelle d’Aurec, acheté l’année précédente. C’est de Chazelet qu’elle part pour Monistrol, en octobre 1702, afin de répondre à l’interrogatoire pour la béatification de Régis. C’est dans ce château qu’elle meurt le 20 ou 21 mars 170569.

39Les récits de conversion de protestants sont rares. Les détails sur la vie religieuse de Louise qui vont suivre sont importants : ils permettent de voir la sincérité de sa conversion.

  • 70 Arch. Départ. 43, Fonds convers, J237 (227).

40Louise naît dans une famille protestante, au nord de Tence. Ce sont des propriétaires terriens les plus aisés du Plateau70. Ils sont connus pour être des calvinistes zélés, et leur fille Louise pour bien maîtriser la Bible et tenir tête aux prêtres catholiques. Au début de 1640, elle entend parler avec vénération du Père Régis. Attirée par sa réputation de sainteté, elle va écouter une prédication. Elle revient plusieurs fois et ne se dissimule même plus pour entrer dans l’église. Elle a six entretiens privés avec Régis :

  • 71 Arch. Départ. 38, 1G6, dépositions en vue de la béatification de Jean-François Régis.

Il conduisait les pécheurs pour leur conversion avec beaucoup de douceur et de charité, et toujours avec succès. J’en puis répondre moi-même, car lorsque je lui opposais à tout avec opiniâtreté les textes de la Bible dont on avait rempli ma mémoire contre les vérités catholiques, et en particulier contre la réalité du corps de Jésus-Christ dans l’Eucharistie, me donnant sottement tous les airs d’une personne savante, jamais ce bon Père ne m’a dit un seul mot qui pût m’offenser71.

  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.

41À la déposition au procès de béatification de Monistrol le 17 octobre 1702, elle montre qu’elle est fortement impressionnée par la patience de Régis, par la logique de ses raisonnements, autant que par son exemple. Lors du sixième entretien sur la présence de Jésus dans l’Eucharistie, elle le combat, mais dit ensuite : « Tout-à-coup, il se fit en moi un si grand jour dans mon esprit…72 », et rend compte de sa conversion. Elle cache tout d’abord sa conversion à ses parents, prétextant des voyages, pour se confesser et recevoir l’Eucharistie. « Je vécus chez eux, dans le Chambon, au milieu d’un peuple presque tout calviniste, sans perdre les sentiments que le serviteur de Dieu m’avait inspirés73 ».

42La révélation qu’elle fait peu après de sa conversion, soulève contre elle tout son entourage familial, mais elle demeure inébranlable. En mai 1641, elle se marie en secondes noces à un catholique, peut-être pour se protéger d’un père irrité de sa conversion. Elle mène une vie religieuse active, se confesse régulièrement au curé de La Chapelle ou aux capucins, de passage – alors que l’usage une confession plus rare, au minimum la veille de Pâques pour pouvoir communier. Elle a une grande dévotion à la Vierge et récite le Rosaire avec assiduité.

La conversion de Louise de Romezin : analyse

43Il est difficile de sonder les reins et les cœurs, mais cela fait partie du gibier de l’historien. L’essentiel est de présenter des causes multiples pour ne pas enfermer le lecteur dans une interprétation unique.

44La conversion de Louise de Romezin eut lieu en 1640, c’est-à-dire 47 ans après l’abjuration d’Henri IV en 1593, ce roi n’ayant gardé sa confession protestante que pendant quatre ans avant d’en changer, car le pays restait ingouvernable. Depuis, malgré des hauts et des bas, le protestantisme recule, le clergé catholique et ses fidèles se réforment. L’édit de Nantes permet aux protestants de jouir d’une centaine de places fortes, mais l’édit de grâce d’Alès les leur retire en 1629. Après cette date, les protestants du Vivarais sont fidèles à Louis XIII, et refusent d’aider les projets séditieux de son frère, Gaston d’Orléans. Pendant les presque quarante années allant de 1593 à 1640, le clergé catholique commence à changer, et les séminaires se mettent en place dans certains diocèses pour former le clergé séculier.

  • 74 Émile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, vol. 2, L’établissement, Paris, PUF, 1961.

45À cette époque, on passe des controverses publiques aux missions proposant des exercices collectifs et des entretiens individualisés. Il s’agit d’une évolution dans la méthode de conversion, qui inaugure les entretiens entre Bossuet et le protestant Turenne. À la fin du xvie et au début du xviie siècle, se multiplient « disputes » et controverses entre pasteurs protestants et missionnaires catholiques, jésuites ou capucins principalement. Ces joutes oratoires bien réglées sont à la mode, y compris dans le Velay et le Vivarais. Il est possible que le père et le grand-père de Louise de Romezin aient participé à l’une d’elles, car on trouve les signatures d’un certain « Romesin » et « Romesin fils », lors d’une controverse de 1624, où Louise n’avait que 5 à 7 ans. En effet, le 12 août 1624, une « dispute » a lieu entre Joseph Villon – pasteur du Chambon et de Saint-Voy, en 1623 délégué au synode régional de Charenton – et le capucin Ambroise de Salins, en tournée de prédication dans cette région calviniste. Parmi les quatorze signataires de ce colloque, on trouve le nom des deux « Romesin ». La conclusion du débat est contradictoire, puisque chacun affirme avoir renversé le camp adverse. De fait, au xvie siècle, les pasteurs calvinistes ont l’avantage, car ils connaissent mieux la Bible que les catholiques. L’historien Émile Léonard affirme que « les femmes et les enfants […] armés de tous les passages de l’Écriture, pouvaient expliquer la véritable doctrine74 ». Au contraire, au xviie siècle, les jésuites ont une formation de plus de dix ans, et donnent une meilleure image du clergé catholique.

46Par ailleurs, après l’édit de grâce d’Alès, les protestants connaissent un mouvement irénique de conciliation, et les caricatures du clergé catholique par les pasteurs lassent les calvinistes. Les protestants obéissent moins à leurs ministres qui leur refusent d’aller écouter les missionnaires catholiques. Notons que ce phénomène concerne sutout les classes dominantes, plus lassés que les milieux populaires restés très anticatholiques.

  • 75 Site de Christian Chanel, p. 6.
  • 76 Ibid.
  • 77 É. G. Léonard, op. cit., t. 2, p. 324.

47La conversion de Louise a lieu pendant la quatrième mission rurale du Père Régis, pendant l’hiver de 1639-1640. Ces missions ne sont plus des controverses publiques. À côté des temps d’enseignement, ont lieu des entretiens personnels avec un prêtre, qui peuvent atteindre plusieurs heures d’entretiens personnels sur l’ensemble de la mission. Le fidèle peut écouter des mots qui parlent au cœur plus qu’à la raison. Louise dit qu’elle est frappée par le Père Régis, et se convertit : « l’exemple de sa vie était son meilleur argument75 ». Cela « impressionnait les personnes toujours disposées à mesurer la valeur des doctrines sur la conduite de ceux qui les enseignent76 ». Jean-François Régis a recours à Bible, arme favorite des protestants, mais aussi aux Pères de l’Église, dont l’autorité était acceptée des protestants mais mal connue par eux. Pour les représentants de l’historiographie protestante, certes solide mais ancienne, comme Émile G. Léonard77, Louise de Romezin pratique avec conviction une théologie sans avoir fait d’études dans ce domaine. Elle se retrouve totalement désarmée face à un discours se plaçant sur un autre plan (celui de la vie chrétienne et du sentiment personnel), et se fonde sur une attitude tolérante, amicale et compréhensive du missionnaire, très éloignée des clichés habituels.

  • 78 Site de Christian Chanel.

48Pourtant, une manière différente de définir la sincérité de sa conversion, est d’observer les autres sources renseignant sur son comportement. Son testament de 1687 la montre comme une « catholique moyenne » dans sa générosité pour les pauvres de la paroisse. Elle leur donne sept setiers de blé le jour de son enterrement, et autant le jour anniversaire de sa mort, donc moins que d’autres familles catholiques du même lieu78.

49Saint Jean-François Régis est donc la bonne personne, au bon moment, au bon endroit : un missionnaire thaumaturge, dans les montagnes du Vivarais, au moment où l’on passe de la controverse publique à des missions comportant des entretiens individuels. Régis n’est pas un dominicain inquisiteur, mais un disciple d’Ignace, lequel a consolidé sa foi par une longue conversion, et a rédigé les Exercices spirituels.

  • 79 G. Bollon, op. cit., p. 181.
  • 80 Voir Robert Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au X (...)
  • 81 Samuel Mours, Le protestantisme en Vivarais et en Velay, des origines à nos jours, Montpellier, Les (...)
  • 82 Comme cela est présenté dans les propos d’É. G. Léonard, op. cit., t. 2, p. 331-356.
  • 83 Marc Venard (dir.), Histoire du christianisme, vol. 9, L’âge de raison (1620-1750), Paris, Desclée, (...)
  • 84 Philip Benedict, « La population réformée française de 1600 à 1685 », Annales E.S.C., 1987, n° 6, p (...)

50Pourtant – et pour répondre à la question posée au seuil de cette communication – il nous faut réfléchir à l’impact des missions du jésuite en terme de conversions de protestants, en particulier dans le Vivarais. Les historiens rappellent que nous avons peu de documents, mais que les protestants restent nombreux : en 1643, le Père Gigord reconnaît que les réformés sont encore en majorité au Cheylard ; en 1675, le prêche au Cheylard réunit 1 000 à 1 200 huguenots. Il faut attendre les dragonnades de 1683 et 1685 pour y supprimer la Réforme79. Ni les controverses, ni les missions n’ont changé la situation : selon Robert Sauzet, dans ces régions majoritairement protestantes, les effectifs n’ont diminué que de 1%80, et Samuel Mours est du même avis81. L’idée longtemps admise que le protestantisme s’était embourgeoisé82, assoupi et avait perdu de sa combativité sous le régime de l’édit de Nantes est désormais abandonné par les historiens83. Laissons Philip Benedict terminer cette conclusion : « Il est certain que le nombre de conversions obtenues par les champions de l’Église catholique fut bien au-dessous de leurs espoirs, mais faut-il dire qu’il fut entièrement négligeable84 ? »

Notes

1 Lettre pastorale de l’évêque de Viviers de 1658, citée par Gérard Bollon, « Jean-François Régis et les protestants du Haut-Vivarais et du Velay oriental », Jésuites en Haute-Loire [actes du colloque du Puy-en-Velay, 16-17 nov. 1990], Le Puy, Conseil général de Haute-Loire, p. 184.

2 Arch. dép. de l’Isère, 1G6, déposition de Louise de Romezin en vue de la béatification de Jean-François Régis (1702).

3 G. Bollon, op. cit., p. 178.

4 Voir Bruno Maes, Le roi, la Vierge et la nation. Pèlerinages et identité nationale en France entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2002, chap. VI, « Une catéchèse de la réforme catholique ».

5 Voir dans ce volume le texte Rémi de Maindreville.

6 Bernard Dompnier (dir.), « Les jésuites et la dévotion populaire. Autour des origines du culte de saint Jean-François Régis (1641-1676) », Les jésuites parmi les hommes aux xvie et xviie siècles [actes du colloque de Clermont-Ferrand, 1985), Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres, 1987, p. 295.

7 Bernard Peyrous, « Missions paroissiales », dans Catholicisme, t. 9, col. 401.

8 B. Dompnier, op. cit. ; id., I linguaggi della convinzione religiosa : una storia culturale della Riforma cattolica, Rome, Bulzoni, 2013. Le chapitre 1 de la partie 3 s’intitule I gesuiti e la nascita del culto di Jean-François Régis (1641-1676).

9 L’historiographie concernant les liens entre protestants et jésuites sont bien maigres. Le colloque de Chambéry de 1999 (Frédéric Meyer et Christian Sorrel (dir.), Les missions intérieures en France et en Italie du xvie au xxe siècle [actes du colloque de Chambéry, mars 1999], Chambéry, Bibliothèque des études savoisiennes, 2001) n’en parle pas. Les conversions des jésuites au protestantisme semblent peu nombreuses : Didier Boisson en cite deux dans Didier Boisson, Consciences en liberté. Itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme (1631-1760), mémoire inédit d’HDR, Université de Sorbonne-Paris IV, 2007. Il est difficile de comparer la congrégation jésuite et les Églises protestantes sur le long terme. La constitution des jésuites a évolué dans le temps, et la phrase concernant l’obéissance ne se résume plus à « Perinde ac si cadaver essent ». D’autres thèmes existent, comme la spiritualité ou la théologie. Nous nous permettons de renvoyer aux travaux de Silvia Mostaccio et de Robert Aleksander Maryks. J’adresse mes remerciements à Jean-Pascal Gay de m’avoir éclairé sur ce point.

10 AD Isère, 1G6, dépositions en vue de la béatification de Jean-François Régis.

11 Claude La Broue, La vie du RP Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, Le Puy, A. Delagarde, 1650 ; B. Dompnier, op. cit.

12 Guillaume Daubenton, La vie du bienheureux Jean-François Régis de la Compagnie de Jésus, Paris, Nicolas Le Clerc, 1716.

13 Guillaume Daubenton, La vie de saint Jean-François Régis, apôtre du Velay, du Vivarez et des Cévennes, augmentée en cette nouvelle édition de la pratique d’une neuvaine à son honneur, et neuf méditations sur ses principales vertus, Lyon, frères Bruyset, 1741.

14 Georges Guitton, Après les guerres de religion, Saint Jean-François Régis (1597-1640). D’après toutes les dépositions des procès de béatification et de canonisation et de nombreux documents inédits tirés de la Compagnie de Jésus, Paris, Spes, 1937.

15 Jésuites en Haute-Loire [actes du colloque du Puy-en-Velay, 16-17 nov. 1990], Le Puy, Conseil général de la Haute-Loire, dactyl.

16 Antoine Fayard, Saint Jean-François Régis et ses missions rurales. Quelle fut sa véritable vocation ?, Publication spéciale des Cahiers de la Haute-Loire, Le Puy, Archives départementales, 1981.

17 B. Maes, Le roi…, op. cit., p. 49-50.

18 Ibid., p. 54, p. 55, p. 57.

19 Ibid., p. 63-65.

20 Voir les actes du colloque du Puy de l’année du jubilé de 2005 : Bruno Maes, Daniel Moulinet, Catherine Vincent (dir.), Jubilés et culte marial. Actes du colloque du Puy-en-Velay (8- 10 juin 2005), Saint-Étienne, CERCOR/Presses de l’Université, 2009.

21 Étienne Médicis, Le livre de Podio ou chroniques, Augustin Chassaing (éd.), Le Puy, Impr. de Marchessou, 1869.

22 Théodose de Bergame, dans Charles Rocher, Les vieilles histoires de Notre-Dame du Puy, réimprimées d’après les manuscrits ou les éditions originales, avec un appendice. Mémoires et procès-verbaux de la société agricole et scientifique de la Haute-Loire, Le Puy, 1886-1887, t. 5, 1ère partie, p. 143.

23 É. Médicis, op. cit., t. 1 p. 512.

24 T. de Bergame, op. cit., p. 217.

25 Odo de Gissey, Discours historiques de la très-ancienne dévotion à Notre-Dame du Puy, Lyon, L. Muguet, 1620, p. 611.

26 Ce « pétard » est ensuite exposé très longtemps dans la cathédrale du Puy. Cet épisode de l’échec par les protestants du siège d’une cité mariale confère durablement à la ville une identité particulière. En 1630, un catholique ponot, Hugues Davignon, écrit en s’adressant aux protestants : « Souvenez-vous du jour que vostre Châtillon / Vint au Puy pour briser son sacré pavillon » (Hugues Davignon, La velleyade ou délicieuses merveilles de l’église de Nostre-Dame du Puy et païs de Velay, Lyon, L Muguet, 1630, p. 57) ; plus d’un siècle après l’échec de Châtillon devant Le Puy « la cathédrale solemnise tous les ans ce merveilleux secours par un office particulier et une procession générale » (François Bochart De Sarron De Champigny, Histoire de l’église angélique de Notre-Dame du Puy, Le Puy, Antoine Delagarde, 1693, p. 398).

27 Catalogue de l’exposition « Portrait d’une ville assiégée, Le Puy-en-Velay pendant les guerres de la Ligue (1589-1596) » organisée au Puy (1991), Le Puy, Imprimerie de l’Éveil de la Haute-Loire, 1991, p. 15.

28 G. Guitton, op. cit., p. 200.

29 Ibid., p. 201.

30 G. Bollon, op. cit., p. 179.

31 Arch. Départ. 42, fonds Chaleyer, ms 613.

32 B. Dompnier, op. cit., carte p. 301.

33 Bruno Maes, Les livrets de pèlerinage. Imprimerie et culture à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 112.

34 Étienne Guyon, Orationes duae. Prior, de veteri Aniciensium pietate, et doctrina ; posterior, de prisca consulatus Aniciani dignitate, Lyon, Jean Pillehotte, 1593.

35 B. Dompnier, op. cit., p. 295.

36 G. Guitton, op. cit., p. 352. Quand on sort les reliques du tombeau en 1873, le docteur Buisson, présent, affirme qu’il mesurait « 6 pieds de haut », soit environ 1,83 m.

37 Ibid., p. 356.

38 Ibid., p. 322.

39 Ibid., p. 356.

40 C. La Broue, op. cit., p. 75.

41 G. Guitton, op. cit., p. 211.

42 B. Dompnier, op. cit., p. 296.

43 Jean Delumeau, Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Paris, Fayard, 1984, p. 180-187.

44 B. Dompnier, op. cit., p. 299.

45 La Broue, cité par G. Guitton, op. cit., p. 324.

46 Ibid., p. 354.

47 Ibid., p. 355.

48 Ibid., p. 486.

49 Ibid., p. 339.

50 Ibid., p. 338.

51 Cité dans Ibid., p. 215.

52 Ibid., p. 332.

53 Guillaume Daubenton cité dans Ibid., p. 317. Voir aussi Joseph-Marie Lacroix, « Saint François Régis, catéchiste », dans Jésuites en Haute-Loire…, op. cit., p. 152

54 G. Guitton, op. cit., p. 317.

55 Ibid., p. 321.

56 Ibid., p. 322.

57 Jacques Maillard, « La mission du Père Honoré de Cannes à Angers en 1684 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 81, n° 3, 1974, p. 504. La mission d’Angers est décrite par l’Abbé Joseph Grandet, dans L’histoire du séminaire d’Angers depuis sa fondation en 1659 jusqu’à son union avec Saint-Sulpice en 1695, Angers, G. Letourneau, 1893.

58 G. Guitton, op. cit., p. 325.

59 Ibid., p. 331.

60 Ibid., p. 337.

61 Ibid., p. 348.

62 Nous sommes redevable à Gérard Bollon d’une partie des informations sur les missions de Régis dans ces espaces montagnards. Protestant de confession, il est né au Chambon-sur-Lignon le 31 août 1944, jour de la Libération de la commune par les troupes américaines. Ce village qui a accueilli beaucoup d’enfants juifs pendant la Deuxième guerre mondiale, possède un musée qui retrace cet épisode, et la commune appartient aux « Justes parmi les nations ». À l’âge de 14 ans, il entre au collège cévenol du Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire pour poursuivre les études à l’université de Caen, rédigeant une maîtrise sous la direction de Pierre Chaunu. En 1976 il retourne dans son village où il exerce le métier de documentaliste, tout en animant la Société d’histoire de la Montagne avec le pasteur Jean-Michel Hornus et l’abbé Chambon.

63 Nicolas Éon, Panégyrique du bienheureux Jean-François Régis, de la Compagnie de Jésus, apôtre du Vivarez et du Velay, Marseille, Jean-Baptiste Boy près de la Loge, 1722. La page 1 comporte un magnifique bandeau et une belle enluminure.

64 Ibid., p. 5.

65 Cité par G. Bollon, op. cit., p. 179.

66 Ibid., p. 178.

67 Pierre Delattre, Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles. Répertoire topo-bibliographique, Enghien, Institut supérieur de théologie, 1940-1957, art. « Lalouvesc », col. 922.

68 G. Daubenton, op. cit., p. 67-69. Site internet de Christian Chanel, consulté le 18 août 2018, « La noble dame et le saint. Louise de Romezin et Jean-François Régis », 9 p., http://chateaudemarcoux.free.fr/site/histo/romkik.htm.

69 Site internet, « Louise de Romezin », 2 p. Consulté le 2 août 2018 : chateaudemarcoux. free.fr/site/historom001/htm.

70 Arch. Départ. 43, Fonds convers, J237 (227).

71 Arch. Départ. 38, 1G6, dépositions en vue de la béatification de Jean-François Régis.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Émile G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, vol. 2, L’établissement, Paris, PUF, 1961.

75 Site de Christian Chanel, p. 6.

76 Ibid.

77 É. G. Léonard, op. cit., t. 2, p. 324.

78 Site de Christian Chanel.

79 G. Bollon, op. cit., p. 181.

80 Voir Robert Sauzet, Contre-réforme et réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au XVIIe siècle, Lille, Ateliers de reproduction des thèses de Lille III, 1979.

81 Samuel Mours, Le protestantisme en Vivarais et en Velay, des origines à nos jours, Montpellier, Les presses du Languedoc, 1949.

82 Comme cela est présenté dans les propos d’É. G. Léonard, op. cit., t. 2, p. 331-356.

83 Marc Venard (dir.), Histoire du christianisme, vol. 9, L’âge de raison (1620-1750), Paris, Desclée, 1997, p. 122 (les pages 113-138 ont été rédigées par Bernard Dompnier, et concernent « La France »).

84 Philip Benedict, « La population réformée française de 1600 à 1685 », Annales E.S.C., 1987, n° 6, p. 1447.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search