Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

Louis Sevestre, controversiste jésuite et auteur de (fausses) lettres de Calvin

Le regard d’un compagnon sur les pasteurs réformés dans les années 1650

Stefano Simiz

Texte intégral

  • 1 Calvin démasqué, ou sa politique decouvert, avec les pleurs de ses Ministres, Sur les Agonies de sa (...)

Qui est le Réformé si ignorant qu’il faille luy preuver que dans toute la Papauté, vous n’avez point d’ennemis plus acharnez contre vostre solide Réforme, que les Capucins et Iesuistes, ne sont-ils pas les enfans perdus, et les hommes commandez de l’Antechrist Romain pour vous attaquer ? Ne sont-ils pas toujours les premiers et les derniers à la charge contre vous ? Qui presche, qui escrit, qui enseigne contre vostre doctrine plus soigneusement que ces troupes infernales ? Qui découvre plus malicieusement tous les secrets et les finesses et artifices de vostre cabale ? Qui arme plus puissamment la jeunesse contre vous, par le moyen de tant de colleges ouverts, pour vous fermer la porte partout ? Qui retient plus hardiment le peuple dans l’erreur Papistique, par le moyen de tant de sermons, catechismes et controverses publiques ? Qui nous a enlevé tant de Senateurs en Pologne, tant de seigneurs en Allemagne, et tant de grands et de Noblesse en France et ailleurs, par le moyen des conversations et conferences particulieres et publiques1.

  • 2 Roger Mazauric, « À propos d’un écrit de controverse : de pseudo-lettres de Jean Calvin », Bulletin (...)

1Cet extrait interpelle car il prétend résumer l’affrontement entre confessions à Metz, ailleurs dans le royaume de France et dans les pays limitrophes à l’existence d’un couple engagé dans une lutte presque sans merci : les jésuites et les réformés calvinistes. Cette simplification à un duel, qui n’est pas sans faire songer à celle à venir entre les mêmes Compagnons et les jansénistes, ne semble guère neuve. Sauf si on s’attarde sur le texte même, car l’auteur prétendu de ces propos contenus dans le Calvin démasqué est supposé être Jean Calvin lui-même. En réalité, il s’agit de Louis Sevestre. Notre faussaire est une figure active de la Compagnie et d’une Réforme tridentine très antiprotestante qui se déploie depuis les années 1630 dans la cité épiscopale mosellane. Cet aperçu appartient à un ensemble de lettres essentiellement manuscrites qui auraient circulé dans Metz autour de 1658, donc près d’un siècle après la mort du réformateur de Genève. Théodore de Maimbourg, le cousin secrètement converti du célèbre Louis, y fait écho dans une lettre au pasteur Paul Ferry en date d’octobre 1658, évoquant « ces lettres ridicules sous le nom de feu M. Calvin » dont il souhaite que son correspondant l’informe et en donne un résumé2.

  • 3 Henri Tribout De Morembert, La Réforme à Metz, Tome II, Le Calvinisme, 1553-1685, Nancy, Annales de (...)
  • 4 Nous ne savons pas s’il eut en charge une station, mais il prêche à la Cathédrale le mercredi 28 av (...)
  • 5 Didier Boisson, « Les pasteurs du xviie siècle et la controverse religieuse », Bulletin de la Socié (...)
  • 6 Il assume cette charge lors de sa seconde période messine, apparaissant dans les listes du couvent (...)
  • 7 Le surnom de « dragon roux », né d’un malentendu alors que Sevestre entre au temple au cours d’un s (...)
  • 8 Rapports intitulés Propositions scandaleuses des 4 ministres de Metz en leur presche, avancées en p (...)

2De l’auteur réel on sait bien peu de choses, si ce n’est qu’il travaille au collège jésuite de Metz entre 1642 et 1644, puis de nouveau de 1653 à 16603, et monte parfois en chaire dans les principales églises de la cité4. Pourtant auteur de deux ouvrages polémiques – L’impiété huguenotte et Calvin démasqué – il ne bénéficie pas d’une notice dans la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, ce qui laisse supposer une activité de plume plutôt circonstanciée et limitée. On le cerne en revanche mieux par son action de controversiste, ce « substitut de guerre5 » employé après 1598, ici contre les pasteurs réformés messins6, en particulier Paul Ferry et David Ancillon. Le second cité a dépeint ce « dragon roux » tantôt affable et respectueux, tantôt agressif et piquant7. Cette fréquentation du calvinisme messin, il la doit en grande partie à l’autorisation donnée aux jésuites de la cité de suivre les prêches des pasteurs. Il est d’ailleurs à l’origine d’un rapport inventoriant les erreurs ou ignorances de ces derniers, ceci afin de mieux préparer les ripostes en chaire catholique8.

  • 9 Ibid., p. 169. Il s’agit des deux déjà mentionnés.

3 En une occasion précise, notre homme de l’oral s’est pourtant mué en homme de plume et en controversiste enflammé. Ses lettres naissent certes dans ce contexte local, pourtant, pour en saisir l’apport et les excès, il faut aussi les rapporter à un ensemble polémique bien plus vaste. Le corpus principal conservé aux Archives départementales de Moselle comprend treize lettres conservées dans un cahier de 76 feuillets, dont « certaines sont publiées dans des libelles messins9 ». Déjà signalé en 1954 par Roger Mazauric dans le Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, il n’est certes pas inconnu des chercheurs, en particulier de Julien Léonard qui en a récemment exploité les aspects visant le pasteur Ferry. Les missives n’ont pourtant pas vraiment fait l’objet d’une présentation générale plus complète, en particulier leur usage au service des jésuites n’a pas été envisagé. Les pages à suivre n’ont pas pour ambition de proposer une analyse exhaustive sur un document majeur, plutôt de réparer partiellement une lacune, en espérant susciter l’intérêt futur d’autres chercheurs.

XIII lettres et deux auteurs

  • 10 AD 57, D 7, cahier de 76 feuillets. Le détail en est reproduit en annexe. Chaque lettre est indiqué (...)
  • 11 « Lettre XIV de Jean Calvin envoyée à Paul Ferry, Ministre de Metz, sur son catechisme general de l (...)
  • 12 Lettre IV, p. 21.
  • 13 Lettre V, p. 27. Il précise que le second point sera traité en Lettre VI.

4Correspondance par force active puisqu’aucune réponse réelle n’est imaginée, les fausses lettres sont toutes adressées à des groupes de ministres appartenant à différentes communautés ou villes réformées d’importance, françaises ou non : quatre concernent le corps pastoral de Charenton, deux celui de Genève, une leurs confrères de Nîmes, enfin quatre dernières visent génériquement les ministres ou Églises de France10. Par ses choix, Sevestre confirme une hiérarchie implicite des Églises réformées du temps. Assez paradoxalement, aucune n’est adressée en titre aux pasteurs de Metz, alors que le contexte même de leur rédaction est inséparable des territoires évêchois de Lorraine ; pas plus qu’à un pasteur en particulier, par exemple Charles Drelincourt desservant Charenton depuis 1620, ce qui contrevient à la règle de base de toute correspondance. Cette double anomalie est cependant corrigée par l’existence d’une XIVe lettre, non pas manuscrite – le fut-elle à l’origine ? – mais imprimée. Elle interpelle directement le pasteur Ferry, l’un des interlocuteurs et adversaires ordinaires de Sevestre, qualifié ici de « cher enfant ». Publiée ou reproduite en 1656 dans L’impiété huguenotte, elle prouve que les lettres qu’on pensait datées de 1658 sont déjà en circulation et avant tout destinées à la cité messine. On y évoque d’ailleurs des propos que Paul Ferry aurait tenus dans un sermon du 17 mai 165411. Certaines de ces lettres connaissent à coup sûr une seconde vie par le passage du format cahier au courrier imprimé, non sans quelques modifications significatives d’une version à l’autre dont nous rencontrerons quelques illustrations. Puisqu’elles sont numérotées, il est également possible de restituer leur généalogie, d’autant plus que les mentions les reliant les unes aux autres abondent, apportant parfois une preuve de correspondance suivie, certes artificielle. Ainsi les lettres IV et V sont présentées comme des réponses aux critiques nées des lettres I et III : « j’ay entendu par un des nostres qui vous est venu treuver en poste que vous aviez fait un presche et une dispute contre ma premiere lettre par laquelle vous souteniez vivement que je ne faisois point Dieu autheur du péché », peut-on lire au début de la seconde lettre aux pasteurs charentonnais12. Quant à la cinquième, elle entend éclairer les lecteurs à propos de deux doutes nés de la lecture de la lettre III : « pourquoy je treuve mauvais que vous ayez fait association avec les Luthériens » et « pourquoy j’appelle Christ un médiateur desesperé13 ».

  • 14 Lettre IX, p. 55

5Plus anecdotique mais non sans intérêt quant au soin donné aux apparences par Louis Sevestre, Calvin ajoute parfois quelques détails suggérant un vrai suivi avec ses correspondants. Ainsi le final de l’épître IX précise « faites en sorte que le tout soit secret, et que mes lettres ne tombent point es mains des Papistes vos antagonistes […] Je vous envoyeray la suitte la sepmaine prochaine14 ».

  • 15 Entendons premier ministre.
  • 16 Lettre II, p. 11-12.
  • 17 « Lettre XIV », op. cit., p. 6.
  • 18 Lettre VII, p. 38. L’original manuscrit indiquait « de vous mocquer », mais la formulation est biff (...)
  • 19 Lettre IV, p. 21.

6L’auteur présumé des lettres est donc Jean Calvin qui s’autoproclamerait dès l’adresse « Prophete du Seigneur, réformateur de son Eglise, Archiministre15 de sa Parole, et le fleau de la Papauté ». Outre que nous ayons à faire ici à des titulatures certainement non employées pour désigner le pasteur noyonnais, à l’exception évidemment de celle de réformateur, il convient essentiellement de se demander d’où il parle : de l’au-delà par une communication des plus étranges ou d’un lieu bien terrestre ? Le Calvin auteur est mort, une lettre ne laisse aucun doute à ce propos, lorsqu’en évoquant un personnage connu, il écrit « luy qui en mon vivant n’eust pas esté capable de porter la lanterne devant moy pour m’esclairer16 ». Nous pourrions être en présence d’une inquiétante figure fantomatique. Les choses ne sont pourtant pas si claires que cela, et le contexte serait possiblement celui d’une uchronie, suite fictive de l’histoire de la Réformation reposant sur une conviction : et si Calvin était encore en vie ou s’il revenait. S’il est mystérieusement atemporel, alors comment les contacts épistolaires s’établissent-ils ? Dans la lettre adressée à Paul Ferry, il conclut en écrivant « j’attends de vos nouvelles par le premier frère qui vient icy17 ». On ne sait quelle est cette retraite et encore moins comment on s’y rendrait. Si le mystère reste épais, une certitude affleure néanmoins : il s’exprime en fondateur d’une Église mécontent de ce qu’on lui rapporte. La lettre VII débute par ces mots : « j’apprends tous les jours que vous devenez plus scrupuleux que vostre pauvre père quand il est question de parler de l’autorité des papes18 ». La lettre IV se veut une réponse à une réaction inventée des ministres de Charenton « contre [s]a première lettre » et pour cela elle précise : « j’ay entendu par un des nostres qui vous est venu treuver19 ». Quoiqu’étrange, le Calvin de Sevestre n’est en rien une figure magique capable de communiquer directement avec les ministres, mais il passe par la médiation de la plume et la matérialité du papier. L’inventif et faussaire jésuite construit certes un jeu complexe fondé sur des échelles spatio-temporelles improbables, mais tente vraiment de donner des formes acceptables et crédibles à ce pari d’une écriture usurpée.

  • 20 Lettre I, p. 1.
  • 21 Sevestre fait lui-même une allusion à l’œuvre paulinienne au début de la Lettre III, p. 13 : « je n (...)

7Si les informateurs restent des inconnus, le catholique Sevestre nous présente un Calvin très soucieux de s’informer de toute chose, comme peut l’être un évêque dans son diocèse après 1650, exigeant un rapport précis sur l’activité de chacun, une loyauté au message doctrinal, une transparence totale. Malgré l’évident ton d’exaspération de celui « qui vous a fait sucer le premier laict de la saincte réformation […] qui a sué sang et eau20 », cette surveillance en forme de toile tissée depuis un lieu inconnu se veut aussi bienveillante, comparable aux propos d’un patriarche pour ses fils, d’un apôtre pour ses frères. D’ailleurs, répéter la formule initiale « frères bien aymez » renvoie immanquablement à un parallèle pastoral avec saint Paul lequel, après avoir fondé ou suscité des communautés chrétiennes, leur écrit fréquemment afin de les encourager à une fraternité authentique et leur repréciser la doctrine chrétienne naissante21.

  • 22 Lettre I, p. 1.
  • 23 Ibid.

8Authentiques discours d’autorité, les lettres reposent essentiellement sur les écrits de Calvin, en particulier l’Institution de la Religion Chrétienne, de loin la principale source de la 1ère épître. Il y renvoie comme lorsqu’il leur dit : « Lisez donc avec plus d’attention et de retenue mon livre de l’Institution Chrestienne22 », précisant les renvois aux livres, chapitres et paragraphes que Sevestre a lus. Ce n’est certes pas au détriment d’autres œuvres, nous songeons ici à quelques sermons, mais en réduisant le magistère de Calvin à ses seules idées, Sevestre entend démontrer qu’il pèse peu face aux Écritures Saintes, à la tradition patristique et aux traités des docteurs. Ce sont là des ressorts éminemment classiques de la controverse catholique, mis au service d’une fiction. Le sommet de l’invraisemblance consiste à faire la démonstration que les pasteurs calvinistes soit ignoreraient les ouvrages du fondateur, qu’ils feuillettent pourtant tous les jours, ne faisant qu’y « picorrer », soit n’en saisiraient plus ou pas le fond. Au contraire de leurs adversaires, car le faux Calvin assure : « il semble que les Papistes aient mieux pénétré que vous le fonds de ma pensée23 ». Pointe ici l’idée maîtresse charpentant toute la correspondance.

  • 24 Ibid., p. 2.
  • 25 Pierre Aubenque, « Syllogisme », Encyclopaedia Universalis, « Corpus », vol. 21, 2002, p. 949-950.

9Outre les reports directs à son grand traité de théologie – « Voicy les propres mots et les propres termes couchez dans mon premier livre de l’Institution24 » –, l’auteur supposé chercherait à consolider la conviction de ses pasteurs de différentes manières, la première étant le syllogisme. Cette forme de raisonnement déductif, fondé sur l’enchainement de deux prémisses (majeure et mineure) et aboutissant à une conclusion, se veut en effet logique et donc irréfutable25. Inutile de préciser qu’alors chacun en use et en abuse. Le Calvin de Sevestre l’emploie seulement dans les toutes premières lettres, en appui de propositions fort discutables. Ainsi lorsqu’il prétend que Dieu est l’auteur du péché,

  • 26 Lettre I, p. 2.

Estre autheur d’un desespoir et d’une rage contre Dieu, d’un vol et d’un pillage du bien d’autruy, c’est estre autheur du péché
Or est-il que Dieu est autheur du désespoir, et de la rage que Sathan inspire à Job contre Dieu, et du vol et pillage qu’il inspire aux Sabeens contre Job
Donc Dieu est autheur du péché26.

  • 27 Lettre II, p. 7.

10Gageons que ce sont d’abord de telles affirmations qu’adversaires contemporains puis historiens trouvent ridicules, ce qui est somme toute logique, Sevestre les ayant justement conçues dans ce but précis. Il entend par là dévoiler l’immense embarras dans lequel seraient plongés les pasteurs de la Réformation, comme s’il fallait défendre le calvinisme malgré Calvin ! Un second point doit retenir l’attention. Sevestre utilise les méthodes de l’apologétique pour mettre en évidence les contradictions du réformateur genevois et le caricaturer, comme dans un passage sur le statut des élus, dans la Lettre II. Calvin y est pris en flagrant délit d’avancer une chose puis son contraire. Il justifie cette « façon », aisément qualifiable de malhonnête par tout lecteur, comme une stratégie assumée contre les « Papistes » : « Je fais voir de mesme en toutes les autres matieres comme vous pouvez voir et vous avez ouy cet artifice vous sert quand on vous presse sur quelques-unes de mes propositions n’ayant pour parler aux cœurs qu’à opposer l’autre qui est sa contradictoire27 ». Au fil des lettres, c’est le portrait d’un Calvin manipulateur que Sevestre donne à lire puis à voir. Plus sérieuse sur la forme est sa « Politique » à l’usage des ministres, délivrée sous forme de « maximes » et développée dans les dernières lettres. On peut notamment les voir comme un arsenal de remèdes donnés à un pastorat qui devrait être absolument secouru car en danger d’être submergé, entrainant les fidèles dans leur naufrage.

La défaite des pasteurs

11En effet, le Calvin de Sevestre est en colère et les plaintes fusent tout au long des XIV lettres. La raison principale les motivant serait l’incapacité du corps pastoral à assumer ses responsabilités, constat fort gênant quand le salut de tous les réformés dépend en bonne partie de son aptitude à guider et à éclairer les fidèles. Lisons le tout début de la lettre I :

  • 28 Lettre I, p. 1.

Freres bien aymez ! J’apprends par les derniers freres arrivez icy que non seulement vous quittez dans vos disputes [et sermons] tous mes sentimens […] contre mon jugement et mon opinion, a quoy pensez-vous bonnes gens et ou avez-vous l’esprit. Faudra-t-il derechef que je fasse une nouvelle institution pour vous le persuader […] avez-vous si tost oubliés mes escrit28.

  • 29 François Bovon, Pierre Geoltrain (éd.), Écrits apocryphes chrétiens, vol. I, Paris, Bibliothèque de (...)

12L’image de Calvin est ici presque christique, faisant comme un écho aux Actes de Pierre, cet apocryphe où Jésus interpelle son premier apôtre en lui demandant s’il doit revenir pour être crucifié une seconde fois29. La déception fait chemin avec l’exaspération alors que le combat de la controverse est intense depuis un demi-siècle.

  • 30 Lettre III, p. 13.

Ô malheureux Père que je suis ! Faut-il que les Papistes mes ennemis descouvrent mieux mes sentimens que mes propres enfans […] tellement desnaturez quils osent nier à tous propos les sentimens de leur Pere, moy qui avec toutes les peines du monde vous ay enfanté au Seigneur. Ô infortuné Réformateur ! Ne faudra-t-il pas reformer tous les jours une Eglise que je croyois avoir si bien reformée ! Mais las à mon grand regret je voy qu’elle est plus difformée que reformée. Ô enfans indignes d’un tel Père, si jeusse creu engendrer des enfans si peu soigneux de lhonneur de leur Pere, je les eusse etouffez dès le berceau30.

  • 31 Lire dans leur intégralité les Lettres VII – « L’honneur que les Freres doivent rendre à l’authorit (...)
  • 32 Lettre VII, p. 38-39. Les sermons lus par Sevestre et cités sont le 1, disant « que quand les Papes (...)

13Les reproches faits aux pasteurs sont multiples et si généraux dans leur annonce qu’aucun d’entre eux ne semble épargné, depuis les ténors de la chaire servant au temple de Charenton jusqu’à ceux exerçant le ministère à Genève, la cité maîtresse de sa réforme. Comble du scandale, ce sont ces derniers, qu’on pourrait presque regarder comme les gardiens de l’esprit, qu’on accuse d’être devenus tolérants à l’égard des papes, des conciles et des docteurs du catholicisme31. Apparemment choqué que son enseignement soit particulièrement abandonné en ce lieu, il leur rappelle quatre sermons, abrégé de « ce que j’ay presché hautement dans Genève, et que vous devez prescher aux Freres en Christ ». Pourquoi seraient-ils devenus trop prudents, sinon par peur de la loi, en l’occurrence l’arrêt donné le 16 mai 1636 menaçant de « chatiment »« ceux qui professent parole insolentes et injurieuses contre l’honneur des prestres32 ». Sans aucune forme de nuances, le controversiste jésuite les traite de lâches.

  • 33 « Lettre XIV », L’impieté huguenote, op. cit., p. 5.
  • 34 Convaincu par la lecture de L’Institution de Calvin, il rejoint le rang des pasteurs réformés en 16 (...)
  • 35 Est-ce un choix volontairement judicieux que celui de citer Labadie ? Le pasteur n’offre en effet p (...)
  • 36 Lettre III, p. 14.
  • 37 Lettre II, p. 12.

14Outre son manque de courage et de persévérance, le corps pastoral français et francophone présenterait deux autres défauts majeurs : un criant manque de sérieux au travail alors que les enjeux sont cruciaux, et une propension à prendre des décisions synodales regrettables, elles-mêmes à l’origine d’un discrédit de fait. Les plaintes sont variées et, pour faire mouche, parfois nominatives. Ainsi Paul Ferry se trompe en affirmant que ses ancêtres papistes sont tout de même sauvés, car cela signifie que le salut peut se gagner hors de l’Église de Genève33. Pour sa part, Jean de Labadie, cet ex-jésuite passant en quelques années du rigorisme catholique au pastorat réformé34, irait trop loin lorsqu’il ferraille avec ses anciens compagnons, car en qualifiant le pape d’Antéchrist dans une monarchie sacrée il a un discours aux effets contre-productifs35. Autre situation évoquée, celle de Rousselet égaré dans une joute contre un prêtre à propos des enfers36. Les errances et les défaites s’accumuleraient donc. Au-delà des cas particuliers dont on comprend bien qu’ils sont mentionnés, égrenés et cumulés afin de nuire à l’ensemble du corps, une source supplémentaire de l’incapacité à tenir son rang dans les rivalités résulte d’un manque criant de préparation : « l’on me dit que vous estudiez jamais vos presches ; c’est pourquoy ils sont si minces et […] qu’ils ressemblent aux ecrevisses, où il y a plus à esplucher qu’à prendre37 ». Sévère, Calvin leur dénie toute autorité et prétend qu’ils ne pratiquent pas ce qu’ils enseignent au catéchisme les dimanches. Qu’il est alors loin alors le temps béni du fondateur !

  • 38 La Lettre V est entièrement consacrée à ce sujet « contre l’union des Freres avec les Lutheriens », (...)
  • 39 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siè (...)
  • 40 Lettre III, p. 14.
  • 41 Il précise p. 29 que, si pour les catholiques, « [les lutheriens] sont heretiques, vous voilà frere (...)
  • 42 Lettre IV, p. 23 : « Certes je ne saurois souffrir qu’a ma confusion, que vous vous disiez estre de (...)
  • 43 Ibid., p. 25 : « Quoy ! Ne voyez vous pas que vous me quittez pour vous ranger avec les libertins ? (...)
  • 44 Lettre V, p. 31.

15En complément accumulatif à ces premiers désordres, Sevestre – Calvin relaie aussi une ire froide à l’égard des décisions collectives et synodales38. Très commenté par la controverse et logiquement présent ici est le décret du synode national de Charenton de 1631 proposant un possible rapprochement avec les Luthériens en matière de communion39. Or il n’aime guère le docteur de Wittenberg, « ce grand Apostre d’Allemagne40 », dont il n’a cessé de se distancier afin d’affirmer sa propre réforme, contre des idées que « vostre Père a tousjours tenue pour hérétiques », des « gros luthériens » que Théodore de Bèze combattit au synode de Montbéliard de 1586. Dans l’absolu, s’accommoder de « ce gros et gras prophette », « ce pourceau de moyne renié [qui] était hérésiarque », ce serait renoncer à la définition genevoise de la cène pour en accepter malgré soi une proche de la transsubstantiation : « En vous alliant aux Lutheriens, vous donnez sujet aux Papistes de se moquer de vous, et dire que vostre doctrine est une vraye amalgame de toute sortes dopinions differentes41 ». Cet « aveuglement » n’est pas isolé, il est même un facteur aggravant s’ajoutant à plusieurs autres critiques classiques : la filiation hérétique42, la connivence avec les libertins43… Pour Sevestre la conclusion s’impose d’elle-même : « jugez apres cela si nostre saincte Reforme ne sera pas une Religion babilonique, et une doctrine pleine de confusion44 ».

  • 45 L’idée dominante vers 1650 est celle d’une incompatibilité foncière entre doctrine de la prédestina (...)

16Parce qu’ils se succèdent de manière rapprochée, les hésitations et les manques des ministres creusent un fossé de plus en plus difficile à combler. En effet, tandis que le calvinisme semble lutter pour ne pas rétrécir, le catholicisme se dilate et gagne des nouveaux peuples à l’évangile, « au Japon, aux Indes, aux Moluques et par tous les pays barbares ». Par cette idée Sevestre entend surtout signifier l’écart des dynamismes pastoraux, jouer du contraste entre les dimensions apostoliques des uns et des autres. Il met alors sous la plume de Calvin la conviction assumée d’un désintérêt missionnaire45 induisant d’étranges conseils :

  • 46 Lettre IX, p. 51.

Il faut négliger les payens trop difficiles à aborder. Je ne veux point vous obliger à courir les terres et les mers pour la conversion des infidelles, non seulement parce que nostre réforme est delicatte et veut des esprits plus polis et plus deliez que ne sont ces barbares, mais aussy par ce que de telles missions me semblent impossibles à des Ministres de vostre condition46.

  • 47 Voir à ce sujet Dominique Deslandres, Croire et faire croire. Les missions françaises au xviie sièc (...)
  • 48 Lettre IX, p. 52.
  • 49 Ibid., p. 51.
  • 50 J. Léonard, Être pasteur, op. cit., p. 96-101. Puisque la plupart des pasteurs choisissent le maria (...)
  • 51 Lettre IX, p. 52. La Lettre XII aussi, page 67, évoque cela avec une ironie grinçante : « vous les (...)

17Sevestre ne se contente pas d’acter la différence, cherchant les raisons de cette renonciation à l’essence même du message chrétien, annoncer l’Évangile par toute la terre, l’analysant en accablant les bergers du troupeau. L’amère défaite ne tient pas qu’à l’inégalité flagrante des moyens et des effectifs entre les deux églises47, mais plutôt à l’inaptitude d’assumer un type de vocation pouvant aller jusqu’au don de soi, au martyre. Non, s’il les détourne d’une « si fascheuse entreprise », suggérant de la laisser aux « malheureux Jesuistes et autres telles vermines de moynes enfroquez accoutusmez aux jeusnes au travail à la mendicité »48, c’est à cause de la délicatesse des pasteurs et du refus du célibat : « Il feroit de voir un pasteur réformé tendre la main devant une porte, sa femme devant une autre et ses enfants se battre à qui auroit la lippée49 ». On sait que l’exemplarité et l’autorité des pasteurs dépend aussi de leur couple50. Pour Sevestre – Calvin, c’est incompatible avec le vrai labeur apostolique, et « vous devrez employer vos soins principaux et vostre Etude particuliere, sans toutefois perdre le temps des caresses que vous devez à vos femmes51 ».

  • 52 Lettre II, p. 12.

18Ces remarques sous la forme de piques acérées en rejoignent d’autres utilisées de manière à nuire à l’homme du couple. Ainsi en est-il à propos de Bruleman, un pasteur habile dans la controverse, mais dont l’autorité bute contre un grave problème, sa femme ! « J’entens qu’il presche souvent contre le luxe et la superfluité des habits, et cependant permet à sa femme de porter des jupes de satin brodé avec quantité de guipures, [or] ce n’est pas là le port des femmes de ministres, qui doivent estre modestement vestues ». Qualifiée de « comedienne spirituelle », elle est l’objet des risées « parmy les bonnes compagnies de la ville » et son débit nuit au crédit de son savant époux, qui devient de fait un pharisien et enseigne ce qu’il ne vit soi-même52.

  • 53 Yves Krumenacker, « Préface », dans J. Léonard, Être pasteur, op. cit., p. 14.
  • 54 Lettre I, p. 2.

19Ainsi, et contre toute évidence historique et historiographique – il suffit pour cela de se reporter aux études faites ou en cours sur le pastorat du xviie siècle et corrigeant l’avis exprimé en son temps par E. Léonard53 –, les pasteurs en charge des communautés réformées seraient donc irrémédiablement incompétents, médiocres, parfois même lâches54. Instrumentalisée par Sevestre, la charge est d’autant plus violente et sans appel qu’elle doit se lire en contraste absolu avec les capacités du camp d’en face. La défaite des pasteurs semble alors consommée.

Le triomphe des Jésuites

  • 55 Lettre II, p. 10.
  • 56 Ibid., p. 12.
  • 57 Lettre IX, p. 50.
  • 58 Lettre I, p. 4.
  • 59 Lettre II, p. 11. Cette désignation est parfois attribuée aussi aux Pères de l’Oratoire.
  • 60 Ibid., p. 9. Il s’agit d’une formulation renvoyant à l’accusation de laxisme, alors en pleine const (...)
  • 61 Lettre II, p. 12.
  • 62 Lettre III, p. 14.
  • 63 Ibid., p. 20.
  • 64 Carlos Sommervogel, Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus ou notices, t. 1, « Becanus (...)
  • 65 Lettre XIII, p. 72.

20Compagnon de Jésus et acteur de la controverse sur place, Louis Sevestre s’exprime évidemment au nom de son appartenance à la Société, ce qui le conduit à être extrêmement clair sur l’identité des principaux adversaires des pasteurs. Intéressons-nous pour commencer au vocabulaire choisi pour les qualifier. Le terme polémique le plus usité est d’abord un générique, « Papistes », auquel on accole parfois une précision comme dans « controlleurs papistiques55 ». La dénomination semble moins renvoyer à l’ensemble des fidèles catholiques, qu’on opposerait au « petit troupeau56 », plutôt à leurs prêtres. Nous sommes donc bien dans le cadre de la controverse qui est affaire réservée aux « professionnels » et combattants aguerris. Dans les premières lettres, d’autres expressions plus précises désignent à n’en pas douter les jésuites : à côté des très imagés « pestes57 » et « sauterelles du puits de l’abysme58 », on trouve « ces Peres au petit colet59 », les « malheureux casuistes60 » ou encore les « docteurs de la société loyolique61 ». Ils sont aussi tout simplement nommés « Jésuistes », notamment quand il s’agit de les opposer à un pasteur dans une controverse, comme Rousselet défiant un « Jesuiste62 ». La boucle est comme refermée en fin de lettre III par cette association des mots : « ce sont des Jesuistes et des Papistes qui parlent63 ». Le doute n’est désormais plus permis, clergé catholique militant dans la controverse et Compagnons de Jésus sont de parfaits synonymes dans la défense efficace de la religion romaine. L’impression est d’ailleurs confirmée par l’évocation des grands docteurs catholiques contemporains, Bellarmin et Becan64, cités avec dépit par le faux Calvin mais avec envie et fierté par Sevestre. Becanus, théologien des Pays-Bas et proche du cardinal romain, fait immersion dans le récit pour son triomphe contre Jean Crocius de Cassel, le rédacteur de l’Anti-Becanus qui « s’est fait moquer de luy et de nostre saincte Reforme65 ».

  • 66 Cf. note 1 du présent texte.
  • 67 Dans l’abondante bibliographie sur les Capucins, il faut revenir d’abord à l’article clé de Bernard (...)
  • 68 Illustrons cela par un exemple concret lisible dans l’impression de la lettre IX, p. 52, dans Calvi (...)
  • 69 É. Kappler, Les conférences théologiques…, op. cit., p. 135. Voir aussi Julien Léonard, « Les Homme (...)
  • 70 Sauf erreur de ma part, cette modalité est mise en place plus tôt à Metz que dans le reste du royau (...)
  • 71 Lettre XIII, p. 71. Peut-être Sevestre a-t-il lu les pages dans lesquelles le minime Martin Meuriss (...)
  • 72 H. Tribout De Morembert, op. cit.

21Louis Sevestre attribue tout le mérite à ses compagnons, réflexe qui s’explique par l’environnement messin de son expérience. Toutefois, à l’heure de publier la lettre et parce qu’il vise un public plus vaste, il opère un changement important en ajoutant l’ordre des capucins, pourtant absent de Metz, à celui des jésuites66. L’importance de l’investissement de cette branche franciscaine dans les œuvres de mission, de prédication et de controverse justifie pleinement l’ajout67. Cependant, cette concession semble de pure forme puisque le cœur du texte reste globalement inchangé68. Quoiqu’il en soit, face à l’omniprésence de « cette nombreuse armée cléricale » opposée au « maigre bataillon69 », les conseils donnés résonnent comme autant d’aveux de faiblesse. Les pasteurs auraient systématiquement refusé la présence des controversistes catholiques aux sermons, car elle leur donne une arme terrible. « Je vous treuve grandement ineptes et mal avysés, fait-il écrire à Calvin, de donner libre entrée en vos presches à ces pestes de jésuistes […] importuns auditeurs […] insolents déclamateurs contre vostre ministre70 ». Sevestre peut en témoigner, lui qui fut en charge de la coordination des écoutes messines en 1653- 1654. Il ne sert à rien et il est tout aussi inefficace de dénigrer l’autre par l’insulte ou la diabolisation verbale, lesquelles participent d’un anti-jésuitisme si attendu qu’il produit l’inverse de l’effet inverse escompté : « les escueils de la pauvre jeunesse, la peste des bonnes lettres, les trompettes de la guerre, les ennemis de la paix, les scylle (a) s des Royaumes les Carybdes des Empires, les naufrages des Republiques, en un mot vos seules aversions71 ». Dans cette reprise d’une accusation convenue – les dangers des jésuites –, peut être Sevestre garde-t-il à l’esprit un propos attribué à Ancillon dans son rapport du 12 février 1654 avançant « que les jésuites estoient des nouveaux venus et des tueurs de Roys, ce qui est conforme à leur calendrier qui au 27 décembre 1594 met Henri 4ème blessé par un jésuite72 ».

  • 73 Précisons qu’outre les clercs, l’entreprise de séduction de Calvin, présentée par le même procédé d (...)

22Ainsi, Calvin ne peut faire autrement que de les distinguer dans ses lettres en louant leur inégalable qualité. Bien plus, dans la rhétorique développée par Sevestre, les pasteurs n’auraient rien à craindre des autres ecclésiastiques, car on « peut gaigner les bons par honneur et civilité », financer les religieux mendiants, louer et flatter les bons prédicateurs « et sous main en louer et preferer d’autres », enfin se montrer « familierement avec les mauvais [clercs] afin de reconnaitre mieux leurs vices, et les descouvr[ir] sous main au peuple, les jetter à la honte73 ». Une telle stratégie ne fonctionnerait pas avec les jésuites, partie forte de la « racaille papistique » qui reste « opiniâtre », s’avère incorruptible. Dès lors, comment espérer affaiblir un corps si vertueux, sinon en les amenant devant l’État, en les accusant de « crime de lèze majesté » et d’autres « accusations vrayes ou fausses, il n’importe », l’important étant leur condamnation aux yeux de tous. Obtenir la défaite finale de la Compagnie par d’autres moyens que la persuasion directe, au-delà de la confrontation d’idées, voilà qui fut déjà tenté ailleurs avec les exécutions des compagnons martyrisés outre-manche, en terre protestante, pour leur foi : Jean Ogilvie – nommé Ogilbée – et un certain Archinson, quoique septuagénaire. Le premier nommé, un prêtre de Glasgow pendu en 1611, est connu, ce qui n’est pas le cas du second. C’est pourquoi dans la version imprimée de la lettre, on le remplace par la figure plus familière d’Edmund Campion, jésuite anglais exécuté par ordre d’Élisabeth Ière en 1581. Pour autant, le recours au bras séculier est un autre signe patent de l’impuissance présumée du corps pastoral face à meilleurs controversistes qu’eux.

  • 74 É. Kappler, op. cit., p. 197-198.
  • 75 Notons que ce pasteur est un contemporain de la rédaction des lettres. Il a été pasteur à Crest, pu (...)

23D’une manière générale, les lettres reprennent pratiquement tous les thèmes de la controverse orale et écrite du catholicisme. À cette différence près, que si les questions les plus essentielles ne sont pas éludées (la cène et l’eucharistie, le statut des livres apocryphes ou canoniques, les images et la dévotion…), l’insistance porte néanmoins sur des débats moins souvent traités ou secondaires. C’est ainsi que la question de Dieu auteur du péché occupe pratiquement deux lettres et demi, alors qu’il ne s’agit là que d’un point de la discussion très minoritaire74. Si les pasteurs en sont réduits à des joutes secondaires, sans y briller, à quoi bon apparaitre sur le terrain du débat agonistique là où le risque de perte est supérieur à l’espoir d’un gain ? N’est-il alors pas plus raisonnable d’abandonner cette forme de débat ? Écrivant après avoir décrit le fiasco vécu par le pasteur D’Yze de Grenoble75 contre le jésuite Du Moulins, « qui n’est qu’un des moindres docteurs de la société loyolique », Calvin – Sevestre ne le suggère pas, mais le recommande fermement :

  • 76 Lettre II, p. 11-12.

Au reste si l’on vous provoque jamais en dispute, opposez aussy tost les Edits du Roy, qui deffendent absolument les assemblées publiques touchant les controverses […] dites hardiment, que les Pères consistoriaux ne treuvent pas expedient que vous employez le temps de vos presches a faire des repliques qui quelquefois vous tournent plus à confusion qu’à gloire76.

  • 77 Nicolas Piqué, « La controverse religieuse : questions de méthode et dynamiques de la confrontation (...)

24La démonstration imaginée par Sevestre nous rappelle que « le but recherché ne réside plus dans le consensus, mais bien dans la victoire par abandon de l’adversaire77 ». Faire reconnaitre par un Calvin virtuel la supériorité du camp d’en face est bien une forme de triomphe, certes en creux, mais néanmoins bien réelle.

  • 78 Olivier Christin, « Avant-propos », dans É. Kappler, op. cit., p. XIV-XV.

25Les lettres de Sevestre faussement attribuées à Jean Calvin témoignent d’une culture commune de la controverse, une des « nouvelles formes de l’érudition religieuse78 » engageant chaque camp à bien ou mieux connaitre les arguments et atouts de l’autre. À bien des égards exceptionnelle, cette documentation messine est cependant en elle-même un double excès, d’abord par sa méthode d’usurpation d’un des fondateurs du protestantisme européen, ensuite par la partialité des analyses proposées. Celles-ci sont courtes, souvent caricaturales, réduisant les contradicteurs à une vision simpliste : entièrement négative pour un pastorat calviniste débordé par l’importance des enjeux, toute positive pour les jésuites. Louis Sevestre se joue ainsi de la réputation des Compagnons de Jésus dans le monde protestant, faite on le sait de grands a priori.

  • 79 Ibid., p. VIII.
  • 80 L’ouvrage débute par la reprise de deux des lettres générales envoyées par Calvin, puis se prolonge (...)

26La « Guerre de plumes et de mots79 » est ici entièrement consacrée à discréditer les pasteurs pour mieux honorer leurs vainqueurs, les jésuites, glorification qui entraine dans son sillage l’ensemble des acteurs apostoliques du catholicisme réformé, tridentin et militant. Or, on le sait, l’une des difficultés inhérentes à la controverse pour les historiens est de savoir auquel des deux jouteurs revient la palme du succès, ceci faute d’un arbitrage extérieur. La ruse de Sevestre consiste justement à faire proclamer un verdict définitif par un arbitre inattendu et inattaquable, Jean Calvin. La ficelle est certes grossière mais tirons-la tout de même. Si Calvin revenait vers 1650 quel protestantisme et quel christianisme trouverait-il dans le royaume de France ? Il ne pourrait que constater le triomphe des uns et l’embarras sans fin des autres. Incapables de soutenir la comparaison, luttant avec des armes émoussées et uniquement par la défensive, les communautés protestantes sont sur le reculoir. Le calvinisme serait alors « démasqué » par son fondateur même, ainsi que l’affirme le titre d’un des imprimés de Sevestre80.

  • 81 Illustration de ce procédé, la lettre I, p. 5-6, oppose les écrits et pensées du réformateur genevo (...)
  • 82 J. Léonard, Être Pasteur, op. cit., p. 303.

27Pour être bien appréciée, cette manière de faire tomber les masques invite à une ultime contextualisation à propos de la production des lettres : elle se situe dans la droite ligne des méthodes de François Véron, décédé en 1649, polémiste qui mit sur pied une méthode que ses compagnons jugeaient infaillible, celle de la véronique, obligeant l’adversaire à justifier ses propositions par les Écritures. Sevestre développe cette manière de procéder et fait très souvent dire à Calvin que la Bible abonde dans le sens des catholiques81. Ne peut-on aussi lire dans ces étranges pièces une confiance débordante en une reconquête catholique en passe de se réaliser ? En effet, la remise en cause des ministres réformés, chefs de file des communautés, n’existe pas que dans la parodie épistolaire présentée, le « processus de judiciarisation croissante de la compétition confessionnelle » est une incontestable réalité dont Metz est un théâtre d’observation privilégié82. Les années rigoureuses qui s’ouvrent après 1661 en sont la preuve.

Annexes

Annexe Les XIII lettres manuscrites (AD 57, D 7) et la XIVe imprimée

Lettre I de Jean Calvin aux ministres de Charenton, p. 1-6

Lettre II de Jean Calvin aux deux ministres de Grenoble. Que Christ n’est point mort pour tous mais pour les seuls esleus, p. 7-13

Lettre III de Jean Calvin aux ministres de Nismes. Ce que les Freres doivent croire de la damnation du Christ, p. 13-20

Lettre IIII de Jean Calvin aux Ministres de Charenton. Pour response à leurs trois objections contre sa premiere lettre, p. 21-26

Lettre V de Jean Calvin aux Ministres de Charenton. Contre l’Union des Freres avec les Lutheriens, p. 27-32

Lettre VI de Jean Calvin aux Ministres de Charenton. Du desespoir du Christ à la croix, p. 33-37

Lettre VII de Jean Calvin aux Ministres de Geneve. L’honneur que les Freres doivent rendre à l’authorité du Pape, p. 38-42 (incomplet manquent p. 43 et 44)

Lettre VIII de Jean Calvin aux Ministres de Geneve. Quel estat les Freres doivent faire des Conciles et Docteurs Papistes, p. 45-50

Lettre IX de Jean Calvin à toutes les Eglises Reformées de France. Quel doit estre la Politique des Freres pour maintenir et etendre la Sainte Reforme, p. 50- 52 et 55 (manquent p. 53-54)

Lettre X de Jean Calvin à toutes les Eglises Reformées de France. Suitte de la Politique huguenotte, p. 55-56, puis lacune

Lettre XI incomplète également. Nous n’en avons que les pages 61-62 (manquent 63-64)

Lettre XII de Jean Calvin aux Ministres Reformez de France. Suitte de la Politique huguenotte, p. 65-70

Lettre XIII de Jean Calvin aux Eglises Reformées de France, p. 71-76.

*

« Lettre XIV de Jean Calvin envoyée à Paul, Ministre de Metz, sur son Catechisme General de la Reformation », dans L’impiété huguenotte descouverte. Par Maistre Jean Calvin à tous ses Freres en Christ, Metz, J. Antoine, 1656.

Notes

1 Calvin démasqué, ou sa politique decouvert, avec les pleurs de ses Ministres, Sur les Agonies de sa Reforme, Metz, s.n., 1665, p. 58-59. Il s’agit de la « Maxime huitiesme » de la Lettre II portant le titre de « Il faut faire guerre ouverte aux Capucins et Iesuistes ». Avec raison Julien Léonard propose de lire plutôt la date de 1656. Il serait donc paru la même année qu’un autre in-12, L’impiété huguenotte descouverte. Par Maistre Jean Calvin à tous ses Freres en Christ, Metz, J. Antoine, 1656 (Julien Léonard, Être pasteur au XVIIe siècle. Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669), Rennes, PUR, 2015, note 117 p. 169).

2 Roger Mazauric, « À propos d’un écrit de controverse : de pseudo-lettres de Jean Calvin », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 100, 1954, p. 155-159.

3 Henri Tribout De Morembert, La Réforme à Metz, Tome II, Le Calvinisme, 1553-1685, Nancy, Annales de l’Est – mémoire 41, 1971, p. 200.

4 Nous ne savons pas s’il eut en charge une station, mais il prêche à la Cathédrale le mercredi 28 avril 1655 (Louis Viansson-Ponté, Les Jésuites à Metz : Collège Saint Louis 1622-1762 ; Collège Saint Clément 1852-1872, Strasbourg, F. X. Le Roux et Cie, 1897, p. 40.)

5 Didier Boisson, « Les pasteurs du xviie siècle et la controverse religieuse », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 156, 2010, p. 69.

6 Il assume cette charge lors de sa seconde période messine, apparaissant dans les listes du couvent avec le titre principal de « controversista ». Les années 1640 n’évoquaient que le « concionator » (L. Viansson-Ponté, op. cit., p. 360-366).

7 Le surnom de « dragon roux », né d’un malentendu alors que Sevestre entre au temple au cours d’un sermon d’Ancillon, lui est resté parmi les protestants messins (Julien Léonard, Le pasteur David Ancillon (1617-1692). De Metz à Berlin, de la France au Refuge, Metz, Éditions des Paraiges, 2017, p. 77-78). Le respect de Sevestre pour les deux grands pasteurs messins, Ferry et Ancillon, semble bien réel (Ibid., p. 77 ; L. Viansson-Ponté, op. cit., p. 40) .

8 Rapports intitulés Propositions scandaleuses des 4 ministres de Metz en leur presche, avancées en presence du Père Sevestre depuis le 14e decembre 1653, jusqu’à avril 1654 (Archives départementales de Moselle, désormais AD 57, D 11 ; H. Tribout De Morembert, op. cit., p. 200-202 ; J. Léonard, Être pasteur, op. cit., p. 164 et p. 186).

9 Ibid., p. 169. Il s’agit des deux déjà mentionnés.

10 AD 57, D 7, cahier de 76 feuillets. Le détail en est reproduit en annexe. Chaque lettre est indiquée en note par son numéro et la pagination du manuscrit.

11 « Lettre XIV de Jean Calvin envoyée à Paul Ferry, Ministre de Metz, sur son catechisme general de la Reforme », dans L’impiété huguenotte, op. cit., p. 1 et 3.

12 Lettre IV, p. 21.

13 Lettre V, p. 27. Il précise que le second point sera traité en Lettre VI.

14 Lettre IX, p. 55

15 Entendons premier ministre.

16 Lettre II, p. 11-12.

17 « Lettre XIV », op. cit., p. 6.

18 Lettre VII, p. 38. L’original manuscrit indiquait « de vous mocquer », mais la formulation est biffée par Sevestre qui la remplace par « de parler ».

19 Lettre IV, p. 21.

20 Lettre I, p. 1.

21 Sevestre fait lui-même une allusion à l’œuvre paulinienne au début de la Lettre III, p. 13 : « je ne scay si je ne seray point contraint de vous dire ce que St Paul disoit à ceux qui avoit engendrez a Christ, viendray-je a vous avec verges ou en paix ».

22 Lettre I, p. 1.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 2.

25 Pierre Aubenque, « Syllogisme », Encyclopaedia Universalis, « Corpus », vol. 21, 2002, p. 949-950.

26 Lettre I, p. 2.

27 Lettre II, p. 7.

28 Lettre I, p. 1.

29 François Bovon, Pierre Geoltrain (éd.), Écrits apocryphes chrétiens, vol. I, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1997. La célèbre interpellation Domine, quo vadis ! en est issue.

30 Lettre III, p. 13.

31 Lire dans leur intégralité les Lettres VII – « L’honneur que les Freres doivent rendre à l’authorité du Pape » – et VIII, « Quel estat les Freres doivent faire des Conciles et Docteurs Papistes ».

32 Lettre VII, p. 38-39. Les sermons lus par Sevestre et cités sont le 1, disant « que quand les Papes seroient aussy haut eslevez que Moyïse, ils ont corrompu et depravé tout l’ordre de l’Eglise » ; le 3 « ou j’enseigne qu’il n’y a en l’Eglise une plus grande barbarie que celle que le Pape a usurpé » ; le 104 ou « je maintiens que le Pape est un sacrilege qui despouille Jesus Christ de sa dignité » ; enfin le 194 ou « je montre que ces bestes cornues de la Papauté veulent qu’on les adore ».

33 « Lettre XIV », L’impieté huguenote, op. cit., p. 5.

34 Convaincu par la lecture de L’Institution de Calvin, il rejoint le rang des pasteurs réformés en 1650. Il est pasteur à Montauban à l’époque de la composition des fausses lettres.

35 Est-ce un choix volontairement judicieux que celui de citer Labadie ? Le pasteur n’offre en effet pas toutes les garanties en termes d’orthodoxie et sa figure cause déjà des embarras au sein de l’Église réformée. Il la quitte d’ailleurs après 1660. Singulier et déroutant, l’itinéraire de cet homme de l’oral et plus encore de plume a été l’objet d’un important travail collectif récent conduit par Pierre Antoine Fabre, Nicolas Fornerod, Sophie Houdard et Maria Cristina Pitassi (dir.), Lire Jean de Labadie (1610-1674). Fondation et affranchissement, Paris, Classiques Garnier, 2016.

36 Lettre III, p. 14.

37 Lettre II, p. 12.

38 La Lettre V est entièrement consacrée à ce sujet « contre l’union des Freres avec les Lutheriens », p. 27-32. Sauf indication contraire les citations suivantes en sont extraites.

39 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 185-186, évoque le débat interne au calvinisme notamment illustré par la parution de Apologie des Églises protestantes du pasteur Jean Daillé, ainsi que l’objet de controverse citant notamment le traité du jésuite François Véron, Le luthéro-calvinisme, hérésie nouvelle, inventé, presché et publié par livre imprimé par le sieur Bochart ministre de Caen, accusé par ce chef, pour autre doctrines nouvelles et pour injures et blasphèmes exécrables devant le synode national des ministres de France assemblé à Charenton, Paris, L. Boulenger, 1631.

40 Lettre III, p. 14.

41 Il précise p. 29 que, si pour les catholiques, « [les lutheriens] sont heretiques, vous voilà freres des heretiques, puisque vous avez fait union et juré fraternité avec eux ».

42 Lettre IV, p. 23 : « Certes je ne saurois souffrir qu’a ma confusion, que vous vous disiez estre descendus des Albigeois ou Vaudois… sachez mes chers enfans que je ne veux pas aussy qu’on vous reproche que vous soyez sortis d’une race heretique ».

43 Ibid., p. 25 : « Quoy ! Ne voyez vous pas que vous me quittez pour vous ranger avec les libertins ? ».

44 Lettre V, p. 31.

45 L’idée dominante vers 1650 est celle d’une incompatibilité foncière entre doctrine de la prédestination, élection personnelle et élan missionnaire, rendant flagrant le contraste entre les instituts missionnaires catholiques, actifs, et les pasteurs réformés : Yves Krumenacker, « La conversion interdite ? Lectures de l’évangélisation primitive par le protestantisme de l’époque moderne », dans Jan Borm, Bernard Cottret, Jean-François Zorn, Convertir/Se convertir, Regards croisés sur l’histoire des missions chrétiennes, Paris, Nolin, 2006, p. 55-67. Les études récentes sur la pensée de Calvin éclairent d’un jour nouveau la pensée évangélisatrice et la théologie missionnaire du réformateur (Andrew Buckler, Jean Calvin et la mission de l’Église, Lyon, Olivetan, 2008).

46 Lettre IX, p. 51.

47 Voir à ce sujet Dominique Deslandres, Croire et faire croire. Les missions françaises au xviie siècle Paris, Fayard, 2003 ; id., dans Histoire du Christianisme, t. 9, L’Âge de raison (1620-1750), Paris, Desclée, p. 617, où l’auteur rappelle le « coût écrasant de ces dernières [missions] ».

48 Lettre IX, p. 52.

49 Ibid., p. 51.

50 J. Léonard, Être pasteur, op. cit., p. 96-101. Puisque la plupart des pasteurs choisissent le mariage, l’auteur explicite : « C’est avant tout le couple pastoral qui est scruté par les fidèles, car c’est le socle du foyer » (p. 96). Voir aussi Julien Léonard, « L’histoire des femmes de pasteurs en France et ses difficultés méthodologiques. L’exemple des épouses de Paul Ferry », dans Fabien Salesse (dir.), Le bon historien sait faire parler les silences. Hommages à Thierry Wanegffelen, Toulouse, Méridiennes, 2012, p. 103-118 et Françoise Moreil, « Portrait de groupe avec dames », dans Didier Poton, Raymond Mentzer (dir.), Agir pour l’Église. Ministères et charges ecclésiastiques dans les églises réformées (xvie-xixe siècles), Paris, les Indes savantes, 2014, p. 181-199.

51 Lettre IX, p. 52. La Lettre XII aussi, page 67, évoque cela avec une ironie grinçante : « vous les ferez taire quand vous leur direz que vos Ministres ministreaux et ministrillons et toute la tribale consistoriale, ne sont pas des Apostres pour s’en aller exposer leurs vies en des dangers si perilleux que les Apostres n’estoient pas des Ministres chargez d’enfans et d’une famille ministrale ».

52 Lettre II, p. 12.

53 Yves Krumenacker, « Préface », dans J. Léonard, Être pasteur, op. cit., p. 14.

54 Lettre I, p. 2.

55 Lettre II, p. 10.

56 Ibid., p. 12.

57 Lettre IX, p. 50.

58 Lettre I, p. 4.

59 Lettre II, p. 11. Cette désignation est parfois attribuée aussi aux Pères de l’Oratoire.

60 Ibid., p. 9. Il s’agit d’une formulation renvoyant à l’accusation de laxisme, alors en pleine construction et affirmation avec les débuts de la querelle à proprement parler janséniste. Notons que l’identification de la mauvaise casuistique aux jésuites n’est pas encore pleinement formulée (Jean-Pascal Gay, « Le jésuite improbable : remarques sur la mise en place du mythe du Jésuite corrupteur de la morale en France moderne », dans Pierre-Antoine Fabre, Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2010, p. 308-309.

61 Lettre II, p. 12.

62 Lettre III, p. 14.

63 Ibid., p. 20.

64 Carlos Sommervogel, Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus ou notices, t. 1, « Becanus » (col. 1091-1111).

65 Lettre XIII, p. 72.

66 Cf. note 1 du présent texte.

67 Dans l’abondante bibliographie sur les Capucins, il faut revenir d’abord à l’article clé de Bernard Dompnier, « Les missions des Capucins et leur empreinte sur la Réforme catholique en France », Revue d’histoire de l’Église de France, 1984/184, p. 127-147.

68 Illustrons cela par un exemple concret lisible dans l’impression de la lettre IX, p. 52, dans Calvin démasqué, op. cit., p. 25 : « Mocquez vous de tout cela, et dites que vous laissez ces Missions painibles, et dangereuses à ces mal’heureux Capucins, Iesuistes et autres racailles de couvent… ». En plus de l’ajout de « Capucins », le seul changement formel porte sur « vermines de moynes enfroquez », expression remplacée par les mots soulignés par nos soins.

69 É. Kappler, Les conférences théologiques…, op. cit., p. 135. Voir aussi Julien Léonard, « Les Hommes de Dieu face à la coexistence dans une ville triconfessionnelle : l’exemple de Metz au xviie siècle », dans Catherine Maurer, Catherine Vincent (dir.), La coexistence confessionnelle en France et en Europe germanique et orientale du Moyen Âge à nos jours, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires n° 27, 2015, p. 77-92.

70 Sauf erreur de ma part, cette modalité est mise en place plus tôt à Metz que dans le reste du royaume de France, où les études en parlent à partir de 1660.

71 Lettre XIII, p. 71. Peut-être Sevestre a-t-il lu les pages dans lesquelles le minime Martin Meurisse, suffragant de Metz jusqu’en 1644, avait blamé les excès et « badineries » de « quelques ieunes predicateurs indiscrets, qui railloient infructueusement aux despens des Ministres, publiant [oralement] qu’ils avoient des cornes, et que les orloges de sable qu’ils tenoient derriere eux en preschant, estoient des diables familiers ». L’usage de procédés oratoires diabolisateurs très caricaturaux, se sont avérés contre-productifs (Martin Meurisse, Histoire de la naissance du progrès et de la décadence de l’Hérésie dans la Ville de Metz et du Pays messin, Metz, Jean Antoine, 1670, p. 217).

72 H. Tribout De Morembert, op. cit.

73 Précisons qu’outre les clercs, l’entreprise de séduction de Calvin, présentée par le même procédé de simplification caricaturale, comporte un volet concernant les fidèles développé sous le titre suivant « Maxime III : il faut gaigner les ignorans par artifice », Lettre X, p. 56. Elle débute ainsi : « quand vous aurez l’entrée dans les villes et villages qui n’ont pas encore ouy parler de ma Reforme, il faut faire semblant que vous estes d’accord avec eux es principaux points de leur foy et de leur Religion, [par] crainte de les rebuter d’abord ; et quand ils commenceront a vous prester l’oreille » déployer une stratégie de combat.

74 É. Kappler, op. cit., p. 197-198.

75 Notons que ce pasteur est un contemporain de la rédaction des lettres. Il a été pasteur à Crest, puis à Grenoble, et professeur à l’Académie de Die (Eugène et Émile Haag, La France protestante, t. X, Genève, Slatkine Reprints, 2004, p. 554).

76 Lettre II, p. 11-12.

77 Nicolas Piqué, « La controverse religieuse : questions de méthode et dynamiques de la confrontation », Littératures classiques, 2006/1 (N° 59), p. 67.

78 Olivier Christin, « Avant-propos », dans É. Kappler, op. cit., p. XIV-XV.

79 Ibid., p. VIII.

80 L’ouvrage débute par la reprise de deux des lettres générales envoyées par Calvin, puis se prolonge par une longue lettre-dissertation rédigée par « Les ministres de France et de Genève » à leur « Père vénérable » Jean Calvin. Ce document, tout aussi virtuel que les lettres, développe longuement les grandes problématiques de la controverse, sous la forme d’un bilan défavorable de la vie du « troupeau invisible » (Calvin démasqué, op. cit., p. 71-305, citation p. 95). Pièce majeure de la controverse à la façon de Sevestre, elle mériterait une étude en soi.

81 Illustration de ce procédé, la lettre I, p. 5-6, oppose les écrits et pensées du réformateur genevois aux références scripturaires, attribuant à ces dernières la pleine autorité. Après des remarques ponctuelles telles « je scay bien quils vous objecteront des passages qui sont contenus dans les livres canoniques comme celui de St Jacques ou il est dict… », ou encore « de ce passage ils vous allegueront celuy de l’Apostre St Paul », il conclue : « si vous dites que ouy, vous accusez l’escriture sainte de fausseté qui dit le contraire ; si vous dites que non, voila l’honneur et la reputation de vostre pauvre père perdue, qui maintiens [un autre point de vue] en tous [s]es escrits ».

82 J. Léonard, Être Pasteur, op. cit., p. 303.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search