Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

Le faux au service de la controverse

Le pasteur Samuel Des Marest face aux jésuites de Maastricht (1632-1636)

Julien Léonard

Texte intégral

  • 1 Une présentation en lien avec l’actualité dans Éric Chol (dir.), « L’ère de la désinformation : des (...)
  • 2 Voir par exemple Marion Brétéché et Évelyne Cohen (coord.), « La fausse information de la Gazette à (...)

1À l’heure des « fake news » normalisées et d’un rapport pour le moins altéré à la vérité1, l’historien du xxie siècle peut sembler désarmé, surtout si ses objets d’étude portent sur l’époque moderne. Pourtant, l’usage du faux (même si le français utilise un même mot pour désigner l’erroné et l’imitation) à des fins de propagande n’est pas une nouveauté, loin de là2, et peut être rattaché au sujet de cet ouvrage.

  • 3 Petrus Joseph Hubertus Ubachs, Twee heren, twee confessies. De verhouding van Staat en Kerk te Maas (...)

2Les contacts entre protestants et jésuites ont produit des effets extrêmement divers, et les études présentées ici en témoignent. Un des aspects stimulants de cette diversité est celui de leurs rapports dans de multiples contextes culturels et chronologiques. Je propose certes un cas supplémentaire, qui pourrait sembler rajouter une couche à des histoires locales trop mal connectées. Pourtant, je pense que Maastricht, comme d’autres fronts confessionnels des marges de la francophonie et du royaume de France au xviie siècle, constitue un observatoire révélateur de plusieurs problèmes que pose la coexistence entre protestants et jésuites en un même endroit, à la fois en fonction du contexte français et en fonction de dynamiques locales propres. Ces dernières sont déterminées par la proximité d’un État ecclésiastique, la principauté épiscopale de Liège dont la neutralité au cours de la guerre de Trente Ans est fragile, et par un régime juridique de condominium prévoyant la co-souveraineté des ducs de Brabant (c’est-à-dire, depuis le xvie siècle, des rois d’Espagne dont les droits sont repris à partir de 1632 par les États-Généraux des Provinces-Unies) et des princes-évêques de Liège3.

  • 4 Sur les conditions générales de l’exercice de son ministère, je me permets de renvoyer une fois pou (...)
  • 5 Jacques Solé, « L’image des jésuites chez les réformés français du xviie siècle », dans Geneviève D(...)
  • 6 Effigies & vitae professorum Academiae Groningae & Omlandiae, Groningue, Johannes Nicolai, 1654, p. (...)
  • 7 Samuel Des Marets, Preservatif contre la revolte, Sedan, Jean Jannon, 1628, p. 16-17.
  • 8 Bibliothèque universitaire [désormais BU] de Leyde, BPL 297, fol. 79-85, lettre de Des Marets à And (...)
  • 9 Frédéric Gabriel, « An Tyrannum opprimere fas sit ? Construction d’un lieu commun : la réception fr (...)

3Dans cette ville à la géopolitique si particulière, au sein d’une zone si sensible, c’est un pasteur français agité et combatif qui va être installé par les États-Généraux après qu’ils ont établi la coexistence de deux cultes publics. En effet, Samuel Des Marets, professeur à l’académie de Sedan, pasteur de l’Église de cette capitale de principauté souveraine, est nommé premier desservant francophone de l’Église réformée fondée dans la foulée de la prise de la ville sur les Espagnols4. Il était jusque-là temporairement chapelain aux armées du duc de Bouillon Frédéric-Maurice de La Tour d’Auvergne, neveu et lieutenant du stathouder de Hollande Frédéric-Henri. Encore assez jeune (33 ans à son arrivée), Des Marets a déjà eu maille à partir avec les jésuites et part donc avec des préjugés très forts, partagés du reste par la plupart de ses collègues5. De façon classique, c’est contre ces adversaires-là qu’il a fourbi ses armes de controversiste, comme contre le Père Alexandre Regourd à Sedan, aux côtés de Pierre Du Moulin6. Tout aussi classiquement, c’est aux membres de la Compagnie de Jésus qu’il s’en prend lorsqu’il s’agit de se moquer de l’absence d’unité dans le monde catholique, en réponse au reproche similaire que font les controversistes « papistes » aux protestants, en soulignant non sans malice les désaccords doctrinaux qui les opposent aux dominicains sur la prédestination7. Mais quelque chose dans le parcours de Des Marets montre que son aversion pour les jésuites va plus loin. En effet, comme il le rapporte vingt ans plus tard dans une lettre à André Rivet, il a été agressé en décembre 1623, alors qu’il était pasteur dans le royaume de France, à Laon : il a alors été atteint « d’un coup de poignard en la poictrine, par un assassin aposté à ce qu’on creut, car jamais il n’a esté bien cogneu, par un certain Jesuite P. D’Aubigny celuy là mesme qui avoit confessé Ravaillac8 ». Bien que ce soit sur le ton de l’accusation prudente et de la rumeur, il est certain que l’affaire l’a profondément marqué, et il fait rejouer le souvenir traumatique de l’assassinat d’Henri IV, qui avait suscité un très fort courant d’hostilité aux jésuites, assimilés en bloc aux théories (d’ailleurs mal connues) de Mariana sur le tyrannicide9.

  • 10 On pourrait mener une première étude à partir de Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de contro (...)
  • 11 Sur le vocabulaire à utiliser en matière de faux et de contrefaçon, j’ai suivi Silvio Corsini, « Dé (...)

4Une fois arrivé à Maastricht, il doit affronter des jésuites puissants, mais qui se sentent attaqués. Il le fait de façon souvent agressive, notamment, donc, par des ouvrages falsifiés. À travers l’analyse des stratégies éditoriales de légitimation ou délégitimation de l’usage du faux en matière de controverse, mais aussi à travers le choix des sujets traités par le faux, il s’agira de se pencher sur le problème de la place particulière des jésuites dans l’imaginaire confessionnel d’un pasteur réformé posé sur un lieu d’affrontement. Dans ce dernier, il peut agir différemment de ce que pourrait permettre le contexte de surveillance dans lequel se trouvent ses confrères du royaume de France10, et l’usage du faux lui-même en est sans doute un exemple achevé11. Cela nous permet de poser, plus ouvertement qu’ailleurs dans le monde réformé francophone, la question de la vision de l’autre et de la confiance que l’on peut avoir en cet autre au cours d’une controverse, notamment si c’est un jésuite.

5C’est pourquoi je présenterai rapidement le contexte de Maastricht comme front confessionnel permettant l’émergence de cette stratégie, avant de brosser les conditions de production de faux comme moyen de controverse dans la principauté de Liège et ses marges. Enfin, je me pencherai sur un ouvrage spécifique, réalisé par Samuel Des Marets dans des conditions obscures, et contrefaisant un catéchisme catholique liégeois farci de remarques attribuées aux jésuites de Maastricht. Les sources que je mobiliserai me placeront davantage dans le camp réformé, car elles viennent surtout des documents qu’a produits Samuel Des Marets et dont je prendrai sans doute le point de vue davantage que celui des jésuites, même s’il faut espérer que les spécialistes de ces deux mondes qui se sont tant affrontés se rencontrent plus souvent.

Maastricht, un front confessionnel

6L’année 1632 constitue un moment charnière de la guerre de Trente Ans, notamment dans l’affrontement entre Espagne et Provinces-Unies, au cœur d’une période d’offensives et contre-offensives menées par les stathouders Maurice, puis Frédéric-Henri de Nassau. Au contact de la principauté de Liège, neutre et si convoitée par les deux camps, surveillée par la France et les Espagnols, la ville de Maastricht est un enjeu à la fois militaire sur la Meuse et symbolique, après des événements traumatiques des années 1570 et 1580. Le siège de la ville par les Néerlandais, achevé en août 1632, marque une brillante victoire des États-Généraux, mais aussi un modèle de compromis, que l’on peut observer dans les différents articles de la capitulation octroyée par les vainqueurs. Ces derniers, on l’a vu, décident de ne reprendre que les droits brabançons, et de maintenir le condominium. De ce fait, deux cultes publics coexistent rapidement, et la situation est prévue par les articles 2 à 4 du texte. C’est le cadre du front confessionnel entre réformés et jésuites. Les premiers obtiennent un droit de culte, et même plutôt deux, puisqu’il est prévu par l’article 2

  • 12 Cité d’après la copie collationnée traduite en français, archives du MAE, CP Hollande, vol. 19, fol (...)

Que doresnavant la Religion Reformée se pourra exercer librement et publicquement en lad. Ville de Maestricht de la meme manière, qu’elle s’exerce dans les Provinces unies, et ce dans les églises de St Jacque, et de St Hilaire, en cas qu’elles soÿent propres, si non, on se servira d’autres en la place d’icelles12.

7Le second lieu de culte est rapidement octroyé à une partie francophone du petit monde réformé de Maastricht. Contrairement à ce que l’on observe généralement dans les territoires des sept provinces néerlandaises et dans les Pays de la Généralité qui sont directement soumis aux États-Généraux, il y a bien deux cultes publics à Maastricht, c’est un des effets du condominium. L’article 4 rappelle que la liberté de culte des catholiques ne sera en aucun cas remise en cause, puisqu’il

  • 13 Ibid.

demeurera dans lad. Ville le libre exercice public de la Religion Catholique Romaine, dans les eglises, cloistres, et par tout ailleurs, de la manière que lad. Religion y a esté exercée jusques à present sans aucun obstacle ou empeschement13.

8Quant à l’article 3, il précisait déjà les contours du maintien des privilèges de certains corps dépendant des ecclésiastiques, dont les jésuites précisément pour leur collège :

  • 14 Ibid.

Que les Srs grand Prevost de St Servais et touttes personnes d’Eglise et Religieuses, comme le Sr Prevost de nostre Dame, les deux SSrs Doÿen ès Chapitres, avec leurs supposts, les quattre Curez, le College de la Societé, tous Cloistres, et personnes, de quelle qualité et condition qu’ilz puissent estre, demeureront et seront maintenuës dans leurs biens respectives, revenus, dignités, privileges, franchises, libertés, exemptions, Domaine, Juridiction, collations de prebendes, benefices, offices, fonction, exercices, usances et possession, tant hors que dans la ville, sans aucune exception, ainsy qu’il s’est praticqué du passé, et jusques à present, sans qu’aucun d’eux puisse estre troublé ou empesché pour ce sujet14.

  • 15 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 450.
  • 16 Sur ce point, que je n’évoquerai pas ici, voir Julien Léonard, « Les États-Généraux ou le synode ? (...)

9C’est donc un face-à-face entre réformés et catholiques qui débute dans la ville, et parmi les catholiques, les jésuites tiennent une place de choix. Le rapport de forces est très déséquilibré, car les calvinistes sont peu nombreux, à peine plus de 20 % des 16 000 habitants15. Mais par les conditions de la capitulation, ils ont des droits comparables à ceux des catholiques, ce qui leur donne des avantages mécaniques pour les nominations paritaires entre les deux co-souverains. Surtout, l’importance stratégique de la présence d’une Église française (c’est-à-dire francophone), plus ou moins intégrée au système synodal wallon des Provinces-Unies16, constitue une sorte de coin enfoncé dans un territoire largement catholique, y compris des zones contestées entre le condominium et les confins de la principauté de Liège, dont le prince est l’évêque Ferdinand de Bavière, certes absent, mais formé par les jésuites d’Ingolstadt et très soucieux de son État dont il a délégué l’administration à son vicaire général Jean de Chokier.

  • 17 Joep van Gennip, Controversen in Context. Een comparatief onderzoek naar de Nederland-stalige contr (...)
  • 18 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 76.
  • 19 Alfred Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas : établissement de la (...)
  • 20 Bruno Demoulin et Jean-Louis Kupper, Histoire de la principauté de Liège : de l’an mille à la Révol (...)
  • 21 Gaston Davenne, « Notes et documents pour servir à l’histoire des communautés réformées de Verviers (...)

10Tout est donc inextricablement mêlé, il faut toujours varier les focales d’analyse. À l’échelle de la ville en tout cas, les jésuites forment bien des adversaires résolus des réformés fraîchement installés : ils retrouvent alors la vocation de combat, la « mentalité de front17 », qu’ils avaient déjà après 1579 dans la région au cours de la recatholicisation suite à sa reprise par Alexandre Farnèse18, grâce à leur collège fondé en 157419. Face à eux, les réformés en profitent pour insister sur leur réputation d’Espagnols, ce qui est suspect au vu du contexte géopolitique20. Dirigés par le recteur Jan Boddens, ces jésuites sont soutenus par les autorités ecclésiastiques et politiques liégeoises, en lien avec les pères de la capitale de l’évêché et en coordination avec des récollets et des capucins eux aussi tournés vers la lutte antiprotestante21.

  • 22 Leur correspondance se trouve à la BU de Leyde, BPL 297, fol. 1-39. Elle a été en grande partie édi (...)
  • 23 BU Leyde, BPL 297, fol. 11-12, lettre écrite de Maastricht le 8 avril 1633.
  • 24 Nationaal Archief, La Haye [désormais NA], inv. 1. 01. 02, vol. 5818, fol. 455-456. Les citations s (...)
  • 25 Bernard Dompnier, « Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du xviie siècle : les pri (...)

11Face à eux, le plus décidé des pasteurs, du moins parmi les francophones, est clairement Samuel Des Marets. La dénonciation de l’influence des jésuites fait partie de ses lamentations ordinaires, notamment au sein de sa correspondance avec la grande autorité qu’est son confrère André Rivet, alors à La Haye22. En avril 1633, il lui exprime son regret d’avoir vu des représentants du Conseil d’État des Provinces-Unies qui « se sont donnés la peine de visiter fort soigneusement les Doyens, les Moines, les Jesuites, mais ne se sont point du tout enquis de l’Estat de nos Eglises23 ». Le reproche est sans doute excessif, car les réformés sont les protégés directs des autorités politiques néerlandaises, mais pas dénué de tout fondement. Des Marets doit se battre avec force sur certaines revendications. Parmi elles, la lutte contre l’influence jésuite et pour l’obtention d’un collège réformé (les deux vont de pair) forme un sujet récurrent dans les relations avec La Haye. Dès février 1633, dans ce qui constitue le premier mémoire en forme adressé par l’Église réformée (alors encore mêlée linguistiquement) aux États-Généraux24, les deux premiers points portent sur la demande d’un maître d’école en langue française et sur l’érection d’un collège, et en négatif contre le financement de l’établissement des jésuites par des canonicats de Saint-Servais et de l’argent du Magistrat. La demande consiste en un partage de ces sommes, pour éviter que des impôts de réformés servent « contre leur Conscience à la nourriture et entretenement de ces Viperes ». D’autres points du mémoire concernent les jésuites et leur participation à des prières de quarante heures25, mais aussi la puissance de leur sodalité, véritable obstacle « au progrès de la religion […] qui est proprement un Estat dans l’Estat puis qu’elle a ses Magistrats au part, et de laquelle tous les membres s’obligent avec execration de serment aux superstitions papales et à la haine des reformés. »

  • 26 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5821, pièce 376, point 16 des « Memoires pour l’advancement de la vraye Re (...)
  • 27 Guillaume Henri Marie Posthumus Meyjes, Hans Bots et Johanna Roelevink (éd.), Livre des actes des É (...)
  • 28 BU Leyde, BPL 297, fol. 21, lettre écrite de Maastricht le 21 juin 1634.

12Près de six mois plus tard, les tensions portent exactement sur les mêmes sujets, et il est demandé « que les canonicats de Saint-Servais obtenus par les jésuites soient rendus et leur fonds assignés à une école26 ». En février 1634, les Églises françaises de la classe de Maastricht doivent encore se mobiliser pour demander des maîtres d’école et des régents27… Le sujet est très sensible, car Des Marets semble inquiet des effets sur son troupeau de la proximité de ses adversaires. Il écrit à Rivet ne pas être très à l’aise d’avoir « à vivre parmi des gens qui ont oublié le langage de Canaan, et qui se laissent assieger de Capucins et de Jesuites28 ».

  • 29 Ibid., fol. 22-23, lettre écrite de Maastricht le 14 octobre 1634.
  • 30 Ibid., fol. 38-39, lettre écrite de Maastricht le 6 janvier 1636.

13Même si ce reproche fait à ses ouailles est sans doute en partie topique, Des Marets nous apprend aussi (mais on pouvait s’y attendre) que les relations personnelles entre les membres des deux clergés adverses, et en particulier les jésuites, sont très mauvaises. À la fin de l’année 1634, lorsque le recteur Boddens est en députation à La Haye, le pasteur de Maastricht semble inquiet et avide de nouvelles venant de Rivet présent sur place : il juge son adversaire fourbe et rusé, mais ne s’en étonne pas, « Car le Diable ne scauroit mieux faire son mestier que soubs la robbe d’un Jesuite29 ». Juste avant de partir pour Bois-le-Duc en 1636, Des Marets est encore plus violent contre « Ce Jesuite [qui] est une peste dangereuse, et une Harpye qui infecte de son haleine ceux qui la laissent approcher30 ». Le pasteur vit au quotidien le mépris des pères :

  • 31 Ibid., fol. 22-23, lettre écrite de Maastricht le 14 octobre 1634.

Et quant à ce que je ne les saluë point, je ne croy pas estre obligé de commencer le compliment avec eux ; et jamais ils ne m’ont salué ni regardé que de travers depuis que je suis en ceste ville, et dès un an devant mes observations publiées soubs leur nom31.

  • 32 [Samuel Des Marets], Abregé de la voie de Salut, ou declaration familiere de la verité Chrestienne, (...)

14On le voit bien, Des Marets se justifie sur la précocité de l’attitude des jésuites, pour ne pas laisser croire que ces « observations publiées soubs leur nom » en sont à l’origine. Pourtant, le catéchisme aux remarques falsifiées, puisque c’est cela dont il est question32, s’insère dans une stratégie plus globale de lutte contre le catholicisme maastrichtois et liégeois, stratégie au cœur de laquelle on trouve donc l’usage du faux.

Généalogie de l’usage du faux autour de la principauté de Liège

  • 33 Samuel Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau par le clergé romain. Ou Considerations Theol (...)
  • 34 Olivier Donneau, « La controverse antiprotestante », dans Alain Marchandisse et Paul Bruyère (éd.), (...)

15C’est la principauté de Liège, dont Des Marets rappelle la réputation de « Paradis des Prestres » tout en dénonçant une théocratie illégitime, qui structure et articule la controverse entre catholiques et réformés dans la région de Maastricht33. S’il y a bien des similitudes, notamment dans la forme des modes de la controverse imprimée, entre ce que l’on observe des relations inter-confessionnelles (du moins au niveau des clergés) en France et dans le pays de Liège34, il existe de véritables originalités. L’usage du faux en est assurément une, car on verrait mal un pasteur du royaume prendre le risque d’un procès sous un régime de l’édit de Nantes finalement assez peu protecteur. Même si Des Marets se plaint de ce que les autorités néerlandaises ne s’investissent pas assez, il sait qu’elles le protègent. Lorsque le bruit court à la fin de l’année 1634 d’une cession des droits sur la ville des États-Généraux à la France, il rédige aussitôt un mémoire formulant les privilèges souhaités pour les réformés, afin qu’ils ne tombent pas dans le cadre légal français et qu’il soit personnellement protégé contre d’éventuelles poursuites judiciaires liégeoises :

  • 35 BU Leyde, BPL 297, fol. 25-27, ici point 10.

Qu’à Maestricht les Ministres Regens du College, lecteurs des Eglises et Mres d’Escholes par elles establis, seront pris par S. M. en sa particuliere protection sans estre en aucune sorte sujets ni justiciables, soit en demandant soit en deffendant de l’Evesque de Liege & de ses officiers, mais purem[en]t & simplem[en]t de S. M. & des siens et que nommem[en]t Me S. Des Marets, Ministre de l’Eglise Françoise à Maestricht ne pourra estre aucunem[en]t recerché pour aucune chose fait à luy improché, soit par luy faite, dicte, publiée & imprimée où on voudroit pretendre que l’Evesque de Liege ou ses Magistrats Ministres, officiers, et Clergé auroient esté offensés directement ou indirectement35.

  • 36 Julien Léonard, « Samuel Des Marets, un pasteur de Maastricht contre le prince-évêque de Liège : La (...)

16S’il a peur, c’est que justement il est allé très loin dans la violence symbolique contre des autorités souveraines, en imitant des mandements et placards épiscopaux. À propos de ces derniers, Des Marets contestait la légitimité de l’évêque sur l’ensemble de son diocèse, a fortiori sur des sujets purement confessionnels, tout en reconnaissant celle du prince, à condition qu’elle se limite à sa principauté et à des sujets temporels36.

17Si l’on en croit le pasteur lui-même, dans un plaidoyer pro domo de fin 1634, l’usage du faux aurait commencé dans le camp catholique, ce qui est peut-être une façon de légitimer les réponses qui se sont ensuite accumulées sur le même terrain. Après coup donc, puisque ses propres falsifications ont suscité le scandale, Des Marets dénonce avec virulence

  • 37 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 140.

Divers Livrets pleins de convices contre l’honneur de Messieurs les Estats & la verité de la Religion [qui] furent publiez à Liege en suitte de la reduction de ceste ville. Ces Livrets se semoient icy & au pays de Limbourg, pour desbaucher les esprits du peuple, & afin de nous agasser37.

  • 38 Ibid., p. 140-141. Cet ouvrage figure dans plusieurs bibliographies, mais je n’ai pas réussi à en t (...)

18Parmi ces « Livrets », il attaque en particulier un brûlot contre le prince d’Orange et les États-Généraux. Cette « Bien-venuë du Prince d’Orange », écrite dans un « style Monachal », est destinée à se moquer du stathouder Frédéric-Henri et à tromper les lecteurs, qui pensent que l’ouvrage rapporte les événements avec respect, alors qu’il s’agit d’une œuvre des récollets de Liège38.

  • 39 Ulysse Capitaine (éd.), « Pièces relatives au mandement publié à Liège le 19 avril 1633 contre les (...)
  • 40 Ibid., p. 276-283, « L’esprit du bourguemaistre Beckman retourné de l’autre monde, aux fideles Bour (...)
  • 41 BU Liège, R 177E, pièce 15, fol. 12.
  • 42 U. Capitaine (éd.), « Pièces relatives… », op. cit., p. 284-285.
  • 43 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5821, pièce 376, point 6 des « Memoires pour l’advancement de la vraye Rel (...)

19Le terrain de l’affrontement est à la fois politique et religieux, et ne concerne au départ pas nécessairement les jésuites. Sans entrer dans les méandres parfois difficiles à démêler de ces chaînes bien particulières de controverse, il semble que le point de départ soit la mise en place d’une législation antiprotestante à Liège, législation que les autorités épiscopales cherchent à étendre sur le condominium, voire sur tout le diocèse. Le premier élément en est un mandement du 19 avril 1633 rappelant le lien indissoluble entre l’Église et l’État, interdisant tout exercice public d’une autre religion que la catholique39. C’est à cette première banderille que Des Marets répond par un faux discours du bourgmestre de Liège, Guillaume de Beeckman, dénonçant le mandement, tout en affirmant son identité catholique et déconnectant celle-ci de ce qui est dénoncé comme des intérêts espagnols40. Le faux est pleinement assumé, puisque le personnage censé tenir ces propos est mort en 1631, avant la prise de Maastricht, et défend les calvinistes installés dans la suite de l’occupation par les États-Généraux. Non seulement le mandement est renforcé par un nouvel acte du 3 mai 163341, mais un mandement particulier condamne quatre jours plus tard le faux discours de Beeckman42. Le problème, comme le rapportent des députés de l’Église française de Maastricht auprès des autorités néerlandaises, c’est que les prêtres de la ville n’hésitent pas à publier les placards liégeois en chaire sans les avoir communiqués aux officiers des États-Généraux, ce qui est théoriquement interdit43.

  • 44 Ce mandement est publié (sans falsification) par S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…(...)
  • 45 Ibid., p. 33-36.
  • 46 Ibid., p. 10-11, réitération du mandement du 24 mai 1634, datée du 5 juillet 1634.
  • 47 Voir par exemple BU Leyde, BPL 297, fol. 21, lettre écrite de Maastricht le 21 juin 1634.

20Un an plus tard, après de nouveaux faux et des rumeurs répandues, le sommet de la tension est atteint, puisque le pouvoir princier-épiscopal de Liège interdit le 24 mai 1634 par mandement la lecture et la diffusion de ces faux, mais aussi celle de toute Bible en français44. Pour Des Marets, il s’agit d’un prétexte pour ôter aux fidèles la lecture des Écritures, si importante à ses yeux, et il décide… de falsifier le mandement45 ! Bien entendu, cette mésaventure met le feu aux poudres, et le pouvoir liégeois dénonce « que quelques esprits de mensonge pour abuser les Idiots, & simples gens, auroient esté si osez, que de contrefaire, & parsemer parmy le peuple un Mandement soubs nostre nom […] mais directement à icelui tout contraire46 ». C’est ce qui force Des Marets à justifier l’usage du faux dans un ouvrage titré La Chandelle mise sous le boisseau, qui fait la synthèse, tout en n’assumant pas explicitement la paternité de tous ces faux, paternité qui ne fait cependant aucun doute, comme on le voit à la lecture de certaines lettres envoyées à André Rivet47.

  • 48 Cet argument est notamment développé dans S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. c (...)

21Un des grands arguments du pasteur est que la falsification est évidente aux yeux de tous, et le pasteur avance même que saint Paul lui-même a agi ainsi avec les Corinthiens pour faire avancer la vérité48. Mais il précise aussi que le faux mandement, qui oblige à la lecture de la Bible en français, aurait dû être écrit par un évêque chrétien légitime, et que le « papisme » dans son ensemble est la vraie falsification, celle de toute la religion, chose bien plus grave qu’un faux mandement.

22Si Des Marets se bat aussi fortement contre ce mandement, c’est aussi que des publications dont il est responsable y sont explicitement citées :

  • 49 Ibid., p. 8.

Entre lesquels Livres Hereticques nous declarons estre comprins ceux qui sont esté dernierement mis en lumiere par les Ministres de la pretendue Religion Reformée, signamment un Livre dict Abbregé de Salut, avec des observations heretiques faulsement attribuées aux Peres de la Societé de Jesus en la Ville de Maestrich. Item L’imposture Monachalle, ou La Fable du Monstre decouvert, & autres, soit en Latin, ou Françoy, soit portant nom de l’Autheur, ou point49.

23Leur présentation dans la falsification est bien entendu radicalement différente :

  • 50 Ibid., p. 35.

Nous leur recommandons par ces presentes la lecture de tous les bons Livres, par lesquels ils pourtroient estre destrompez & amenez à la cognoissance de verité, notamment d’un livre dit Abbregé de la voye de Salut, avec des observations qui pour estre tirées la pluspart des principaux d’entre les Jesuites, peuvent avoir esté attribuées, sans offencer personne, à ceux de la ville de Maestrech. Item l’Imposture Monachale, ou la Fable du Monstre descouverte, & autres, soit en Latin ou en François, soit portant le nom de l’Autheur ou point, mis & à mettre en lumiere par les Ministres de l’Eglise Reformee50.

  • 51 G. H. M. Posthumus Meyjes, H. Bots et J. Roelevink (éd.), Livre des actes…, op. cit., p. 334, art. (...)
  • 52 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5820 (liasse Maastricht), fol. 396-397, lettre du 10 juin 1634 aux États-G (...)

24On le voit, le faux est assumé dans les formes et sa provenance est claire. Ce n’est pas forcément le cas dans les publications condamnées par le prince-évêque. C’est ce qui permet d’ailleurs de comprendre la peur de procédures judiciaires, on l’a vu, mais aussi la lassitude des autorités synodales qui surveillent les agissements du pasteur de Maastricht : en novembre 1634, la classe de Limbourg impose la relecture des livres de ministres par des collègues, à cause des « dangereuses consequences des livres imprimés sans le sceu des pasteurs de la classe51 ». En France, le système synodal aurait sans doute été encore plus efficace pour interdire tout projet de falsification. La protection politique n’est pas illimitée, et on sait que les États-Généraux sont informés de la situation, sans doute pour la contrôler52.

25Quoi qu’il en soit, parmi les ouvrages ainsi falsifiés, il y a donc un catéchisme, qui se présente avec des observations de la part des jésuites de Maastricht. Cet Abrégé de la voie de Salut nous montre bien quels sont les mécanismes du faux et en quoi l’opposition entre protestants et jésuites est exacerbée par cette stratégie.

L’Abrégé de la voie de Salut, un catéchisme farci de fausses observations jésuites

  • 53 BU Leyde, BPL 297, fol. 5-6, lettre écrite de Maastricht le 29 décembre 1632.
  • 54 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 142-143. Il s’agit du petit ouvrag (...)
  • 55 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 142-145, citation p. 143. Je n’ai (...)
  • 56 Il s’agit bien d’une contrefaçon avec des ajouts, car la partie « catéchisme » ne semble pas falsif (...)
  • 57 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 145.
  • 58 C’est l’hypothèse de D. Nauta, Samuel Maresius, op. cit., p. 128. Selon J. van Gennip, Controversen (...)

26Le catéchisme, par son format de questions et de réponses, constitue un mode d’action éditoriale très présent dans le monde réformé comme dans le monde catholique, et il n’est pas étonnant que Des Marets ait décidé de s’attaquer par ce moyen-là aux « papistes » en général et aux jésuites de Maastricht en particulier. À la toute fin de l’année 1632, quelques semaines à peine après son installation dans la ville, le pasteur fait part à Rivet de son activité débordante, à la fois pour répondre à ce qu’il estime être la première falsification, celle du faux récit d’arrivée du prince d’Orange, et pour réfuter des injures contre les réformateurs, notamment Luther, Zwingli et Calvin, contenues dans « un Nouveau Catechisme des Jesuites qui est farci des dictes accusations53 ». Est-ce ce projet-là qui marque le début de l’aventure de l’Abrégé de la voie de Salut ? C’est fort possible, car fin 1634, Des Marets fait part d’au moins deux publications qui l’auraient poussé à répondre au cours de l’année 1633 par une réimpression de catéchisme farcie de remarques faussement attribuées aux jésuites de Maastricht. La première (très certainement le « Nouveau Catechisme des Jesuites ») est citée par le pasteur comme Le petit miroir du Catholique & de l’Heretique, écrit par un jésuite anonyme pour inciter les curés du diocèse de Liège à séparer les catholiques des calvinistes54. Vient ensuite « un second Catechisme assez petit, intitulé Abbregé de la voye de Salut ; l’Autheur n’y estoit pas nommé, mais le Sieur de Chokier Vicaire General y avoit apposé son Approbation solemnelle, en datte du 8. d’Avril 163355. » C’est formellement cet ouvrage-là que Des Marets décide de contrefaire en y ajoutant de fausses observations56, en en assumant au moins a posteriori la paternité : là aussi, il pense qu’il est impossible que les gens aient pu croire que les ajouts soient réellement des jésuites, car « on sçait assés que ceux de ceste secte sont attachez par trop de secrets liens à l’obeissance de Rome, & sur tout par leur quatriesme vœu, pour en pouvoir estre facilement separez57. » Malgré tout, l’approbation du vicaire général Chokier du 8 avril 1633 est reproduite, et la première page se présente comme « jouxtant la copie » de Liège, sans préciser le véritable lieu d’impression, peut-être à Sedan, chez Jean Jannon58.

27La structure de l’ouvrage est assez simple, et ne donne pas la main au pasteur : les chapitres sont repris du texte originel, avec les questions et les réponses. Le cœur du dispositif de falsification consiste donc en des « observations », de plus en plus longues au fil des pages. Les thèmes controversés sont subis, mais c’est le prix de la méthode suivie et sans doute Des Marets en tire-t-il plus de gain que s’il avait répondu de façon classique, au sens d’une chaîne de controverse du royaume de France.

28Une fausse épître dédicatoire des jésuites de Maastricht à Chokier est datée du 1er mai 1633, ce qui laisserait entendre que ces remarques ont été compilées en trois semaines environ : c’est peut-être un topos, car c’est une façon de montrer la légèreté du texte initial et la facilité à en pointer les failles. Des Marets met en effet sous la plume des jésuites de Maastricht des reproches feutrés sur la superficialité du catéchisme d’origine, justifiant la pertinence d’une réédition avec leurs observations. Selon une méthode parfaitement topique, il souligne que les calvinistes s’en moquent et qu’ils sont sûrs que le vicaire général ne l’a pas lu avant d’y donner son approbation :

  • 59 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 3-4.

Nous l’avons leu avec estonnement, & voians que les Heretiques de ceste ville en tenoient ordinairement des propos de risée, nous avons jugé convenable de vous advertir du scandale qu’il apporte, & du peu de fruict que l’on en peut esperer. […] Certes nous estimons que vous vous estes fié sur le rapport de vostre valet, ou que ceste approbation a esté extorquée par l’importunité de l’autheur […]. Car vous avez l’esprit trop bon pour former un jugement si avantageux, d’un escrit si chetif, & en divers endroits si contraire à la doctrine Catholique, & si peu digne d’estre imprimé59.

  • 60 Ibid., p. 5.

29L’emploi de l’ironie est permanent et valide l’idée que n’importe quel lecteur voit rapidement la supercherie. Le pasteur fait ainsi écrire aux jésuites que « le Cardinal Bellarmin a fort judicieusement declaré, que la foy se definissoit mieux par l’ignorance que par la cognoissance60 », reprenant l’idée courante chez les réformés que l’Église catholique et ses clercs abusent de leur autorité sur les fidèles pour les couper de la seule source de vérité, l’Écriture, et les maintenir dans l’ignorance et la superstition :

  • 61 Ibid.

Il est besoin en l’Eglise Catholique d’une obeissance aveugle, & que chacun, pour tant de mysteres & de difficultés espineuses, sans s’enquerir de ce qu’en peut dire la parole de Dieu, s’en rapporte à la foy de son bon Curé61.

  • 62 Ibid., p. 5-6.

30Les jésuites sont les parfaits garants de l’ignorance et du secret, grâce aux « reigles de la mysterieuse sodalité62. »

  • 63 Ibid., respectivement p. 7-46, p. 46-116 et p. 117-122.
  • 64 Ibid., par exemple p. 12.

31Trois parties se succèdent ensuite. Après trois chapitres sur la question, banale, de la vraie religion et la vraie Église, un chapitre long et touffu aborde diverses controverses, avant un chapitre conclusif très court sur les façons d’abuser le peuple63. Les sujets abordés sont très classiques (le pouvoir des papes, le purgatoire, la messe bien évidemment, mais aussi l’usage du latin, le culte des reliques, des images et des saints), et il n’y a rien d’étonnant. On pourrait voir traiter les mêmes thèmes dans le royaume, sous le régime de l’édit de Nantes. L’originalité repose principalement sur la méthode. La plupart des observations des jésuites insistent sur la difficulté qu’ils ont à répondre aux « hérétiques » en s’appuyant sur les Écritures, voire sur l’histoire de l’Église primitive, bien évidemment dans le but de rappeler que ces sources-là d’autorité sont du côté des réformés. Ces derniers sont d’ailleurs désignés sans leur apposer l’adjectif « prétendus64 », ce qui renforce l’idée de la provenance réelle. L’ironie est souvent mordante, comme sur la difficulté de maintenir une orthodoxie et une orthopraxie au fil des siècles sans réforme, en prenant à témoin ce qui se passe dans la famille franciscaine :

  • 65 Ibid., p. 13-14.

Et certes si la reigle de S. François donnée depuis 500. ans n’a peu estre si exactement gardée, que ceux qui professoient de la suivre ne se soient partagés en diverses sectes, dont chacune se vante de la tenir plus parfaictement que les autres, & n’ait eu besoin pour les corruptions que le temps y avoit amené de diverses Reformes, nous ne voyons pas comment n’aura peu le semblable arriver à la religion Chrestienne par une si longue suitte de siecles, en sorte qu’il faille tenir comme un prodige le mot de Reformation à ce sujet65.

32Il est aussi fréquemment précisé que les doctrines et positions des calvinistes ne sont pas présentées de façon fiable dans le catéchisme, et les observations prétendument jésuites sont appuyées sur de nombreuses citations bibliques. Inutile de multiplier les exemples sur ces sujets : là aussi, tout est parfaitement attendu, sauf de mettre l’argumentation sous la plume de jésuites. Signalons simplement que certains thèmes secondaires peuvent être abordés plus frontalement que sous le régime juridique en cours en France. Ainsi, les prétendus auteurs écrivent, sur l’usage de la violence et sur les rébellions, que

  • 66 Ibid., p. 23.

Les guerres de part & d’autre ont beaucoup de miseres. Nous ne les faisons pas plus justement que les ennemis : mais pour les massacres, ils s’en pleignent bien plus que nous : les playes de la S. Berthelemy saignent encores en France ; & les cruautés du Duc d’Albe au Pays-bas ne seront jamais oubliées. Ils n’enseignent pas comme nous le meurtre des Roys, & que le Pape les peut deposer, & dispenser leurs sujets du serment de fidelité66.

  • 67 Sur l’historiographie de la Saint-Barthélemy, voir Philippe Joutard, Janine Estèbe, Élisabeth Labro (...)
  • 68 Monique Cottret, Tuer le tyran ? Le tyrannicide dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2009.
  • 69 David El Kenz, Les bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ V (...)

33Alors que l’édit de Nantes force à oublier les guerres de Religion et donc la Saint-Barthélemy67, Des Marets profite assurément de la position marginale de Maastricht et de ses connexions à la fois avec l’histoire française et l’histoire néerlandaise pour appuyer sur ces sujets, en insistant sur « le meurtre des Roys », de façon à faire revivre les débats sur le tyrannicide68. L’occasion est belle d’opposer les martyrs, si importants dans le monde réformé69, et les régicides :

  • 70 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 26.

Et quant aux Martyrs, les Reformés nous monstrent le catalogue des leurs, & nous reprochent les cruautés de l’Inquisition, & que nous mettons au rang de nos Martyrs les meurtriers des Roys70.

  • 71 Ibid., p. 105-106.
  • 72 Ibid., p. 106.

34Les observations permettent aussi de se moquer implicitement de certaines « superstitions » que les réformés attribuent généralement aux jésuites et à la spiritualité espagnole, comme lorsque Des Marets fait écrire à ses adversaires « Et pourquoy alleguer les grands Chappelets des Espagnols, que l’on sçait estre les plus grands hypocrites du monde ?71 », ou encore qu’il est maladroit de qualifier la Vierge reine des cieux, car « Le Royaume de l’Univers ne tombe point en quenouille non plus que la couronne de France72. »

  • 73 Ibid., p. 117.
  • 74 Julien Léonard, « Les clergés à l’ère des divisions confessionnelles : pour une histoire comparée e (...)
  • 75 Thierry Wanegffelen, « L’anticléricalisme croyant : de l’oxymore à l’anthropologie du vivre religie (...)
  • 76 Luise Schorn-Schütte, « The ‘New Clergies’ in Europe : Protestant Pastors and Catholic Reform Clerg (...)
  • 77 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 121.

35La conclusion, intitulée par les catéchistes catholiques « Les Predicans & Ministres abusent les simples73 », constitue l’occasion rêvée pour Des Marets de rétorquer implicitement que ce sont les membres du clergé catholique qui sont abuseurs de consciences. Chez les calvinistes, le clergé ne doit son autorité qu’à son savoir en théologie et à sa capacité à expliquer clairement l’orthodoxie à des fidèles qui sont en contact direct avec Dieu, au contraire du clergé catholique dont le pouvoir est en grande partie dû au sacrement de l’ordre donnant aux prêtres un pouvoir sacerdotal de médiateurs entre Dieu et les hommes74. Cela crée dans le monde protestant en général, et réformé en particulier, des suspicions plus ou moins grandes face à ce qui ressemble à un clergé, aux sources d’un « anticléricalisme croyant75 », malgré des tensions dues à des formes parallèles de cléricalisation et de professionnalisation, comparables entre les deux mondes76. La dernière observation est donc d’une perfidie comparable à celle que l’on retrouve dans l’épître dédicatoire, faisant écrire aux jésuites : « Ne convions point les peuples à demander de la lumiere, ils n’en sont que trop curieux ; mais à l’obeissance77. »

Conclusion

  • 78 Ibid., p. 118 ; S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit. Il s’agit d’une référe (...)
  • 79 Joep van Gennip, « Polemische vonken aan de Maas. Het roerige verblijf van de jezuïet Godefridus Wa (...)
  • 80 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 129. L’ouvrage de Tomás Sánchez en (...)

36L’idée anticléricale selon laquelle les prêtres et moines mettent « la chandelle sous le boisseau », pour reprendre un passage de l’Abrégé de la voie de salut et surtout le titre d’un ouvrage de justification de Samuel Des Marets78, est centrale dans le système d’argumentation du pasteur de Maastricht. Au premier rang des clercs qui trompent le peuple et l’abusent en le privant de l’accès à la lumière figurent donc les jésuites. L’Abrégé de la voie de salut s’intègre parfaitement dans le contexte des controverses spécifiques qui se déroulent sur le front particulier qu’est le pays de Liège et le condominium de Maastricht. Si ces controverses sont spécifiques, c’est davantage la situation juridique et géopolitique qui le permet, en libérant le pasteur Des Marets de certains carcans dans lesquels il était enfermé en France, même s’il est à noter que tous ses collègues ne sont pas enthousiastes en voyant les effets de sa stratégie. En effet, c’est après ses ouvrages falsifiés que les jésuites de Maastricht répondent, par des députations du recteur Boddens et par des écrits très durs du père Wandelman79, qui réfute notamment La Chandelle mise sous le boisseau par une Chandelle esteinte et puante. Les deux hommes envoient à leurs adversaires respectifs, les jésuites pour l’un, les ministres « prétendus réformés » pour l’autre, des qualificatifs hargneux. Des Marets écrit par exemple douter que « toutes les putains de Rome ensemble peussent avoir tant de sales pensées que le seul Jesuite Sanchès en exprimé ès deux tomes de son grand œuvre80. »

37Pourquoi une telle violence de la part de Des Marets et une telle volonté de dénigrer les jésuites ? Une explication pourrait être le contexte de la lente et secrète conversion d’un des protecteurs principaux du pasteur, le gouverneur de Maastricht, prince de Sedan et neveu du stathouder Frédéric-Henri, Frédéric-Maurice de La Tour d’Auvergne, précisément dans l’orbite des jésuites de la région, qui veulent obtenir sa conversion pour qu’il puisse se marier avec une catholique. En 1696, un chanoine de Sainte-Croix de Liège attribue le choix de cette abjuration aux excès des calvinistes, et justement à l’usage du faux, un effet contraire à ce qu’attendait Des Marets :

  • 81 Bertrand Moreau, Recueil curieux d’un grand nombre d’actions fort édifiantes des Saints et d’autres (...)

II arriva méme en ce temps-là des demeslez entre les Théologiens de Liège & les Ministres de Mastric dont il étoit Gouverneur qui luy firent reconnoìtre la mauvaise Foy de ceux-cy, & luy ôtèrent toute la créance qu’il avoit en eux. Des Religieux liegeois fort sçavans ayant provoqué à la dispute le Ministre Samuel des Marets, qui regentoit à Mastric & ses compagnons qui dans leurs preches imposoient cent faussetez aux Catholiques ils entrerent souvent en lice, tant de vive voix que par escrit. Mais dans tous ces écrits & ces disputes on voyoit si peu de bonne foy en leur procedé que l’on jugeoit facilement qu’il n’y que les mauvaises causes qui soient reduites à se servir de faussetez & d’artifice. Ferdinand de Bavière Electeur de Cologne, Prince & Evêque de Liège, n’ayant rien obmis par ses défenses & ses mandemens pour garantir son Pays de l’Heresie qui étoit établie dans son voisinage, on écrivit par son ordre quelques livres pour confirmer ses sujets dans la vraye & l’ancienne Religion. Un de ceux-là avoit pour titre, l’Abrégé de la voye du salut, dont la doctrine étoit familière accommodée la capacité du Commun, & il êtoit approuvé par le Vicaire General de Liège.
Un peu aprés les Ministres de Mastric en firent courir un autre, qui étoit le méme Catéchisme mais avec des commentaires pleins d’Heresies, auquel ils mirent le nom des Peres Jésuites de Mastric, & la méme approbation du Vicaire. Cette méchanceté insigne ayant été détestée dez qu’elle parut, on condamna ce livre à être brûlé par les mains du boureau ; & l’Evéque fit une défense expresse de le lire ni de le retenir. Mais quelque temps aprés ces Ministres firent imprimer un faux Mandement de cét Eveque par lequel il en permettoit la lecture ; On convainquit solemnellement ces Ministres de ces faussetez de plusieurs calomnies que le dépit leur fit ecrire tant contre le Vicaire General que contre d’autres où il n’y avoit aucune apparence de vérité ; ce qui les devoit couvrir de confusion, s’ils en avoient été capables ; Mais au moins servit-il beaucoup la conversion du Duc de Bouillon qui en sçavoit le detail81.

  • 82 Archives nationales, Paris, 273AP 184, dossier 1. Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau(...)

38C’est quelques mois à peine après l’Abrégé de la voie de salut, en octobre 1633, et un an avant La Chandelle mise sous le boisseau (qui lui est pourtant dédiée) que le prince abjure en secret le calvinisme au collège jésuite de Liège, en présence de dignitaires de Maastricht, dont Boddens, plus de deux ans avant l’officialisation de cette décision82.

  • 83 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 61, fol. 67, fol. 294 v°, fol. 401 r°.
  • 84 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 310-319.

39Au cours de l’année 1636, les principaux protagonistes de cette controverse disparaissent de Maastricht, peut-être lassés par la violence des échanges. Des Marets part visiblement de son plein gré, mais sans doute pour quitter le duc de Bouillon, et va exercer à Bois-le-Duc. Wandelman, lui, est expulsé de la ville sur ordre des États-Généraux83, ce qui lui permet d’ailleurs d’éviter une condamnation plus dure, puisqu’en 1638 les jésuites et les franciscains sont pris dans une affaire de trahison qui aboutit à l’exécution de Boddens84.

40Cela ne devait pas amener Des Marets à de meilleurs sentiments, puisqu’en 1641 il pourfend encore les jésuites en donnant l’exemple de ce recteur :

  • 85 Samuel Des Marets, Eschantillon des maximes du clergé romain ès Provinces Unies ; Représenté par le (...)

Faut donc bien employer les Tortures & les Chevalets, pour arracher de telles gens la Confession de la Verité, puis que leurs Consciences les obligent, ou du moins leur permettent, de la cacher & deguiser en tant de sortes. [… Cela] verifie combien peu de foy se doit adjouster à la protestation d’Innocence que le Recteur des Jesuites à Maestricht, dicta, ce dit on, quelque heure avant son supplice, & dont ses fauteurs ont voulu faire si grand cas85.

41Pour le pasteur, la fin justifie bien les moyens lorsque l’on a des jésuites face à soi.

Notes

1 Une présentation en lien avec l’actualité dans Éric Chol (dir.), « L’ère de la désinformation : des États-Unis à l’Indonésie, les fake news ont envahi le monde », numéro hors-série de Courrier international, octobre-décembre 2017.

2 Voir par exemple Marion Brétéché et Évelyne Cohen (coord.), « La fausse information de la Gazette à Twitter », dossier thématique, Le Temps des Médias, n° 30, 2018. Dans leur « Présentation » de ce dossier, p. 12, les deux autrices rappellent que l’anglais fait la différence entre « false » (« erroné ») et « fake » (« imitation »).

3 Petrus Joseph Hubertus Ubachs, Twee heren, twee confessies. De verhouding van Staat en Kerk te Maastricht, 1632-1673, Assen, Van Gorcum, 1975.

4 Sur les conditions générales de l’exercice de son ministère, je me permets de renvoyer une fois pour toutes à Julien Léonard, « Un pasteur français au service des Provinces-Unies. Le ministère de Samuel Des Marets à Maastricht (1632-1636) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 65-2, 2018, p. 97-130. Pour sa biographie, voir Doede Nauta, Samuel Maresius, Amsterdam, Paris, 1935 (en néerlandais).

5 Jacques Solé, « L’image des jésuites chez les réformés français du xviie siècle », dans Geneviève Demerson, Bernard Dompnier et al. (éd.), Les jésuites parmi les hommes aux xvie et xviie siècles, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 1987, p. 231-234 ; Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2010 (notamment Gerrit Vanden Bosch, « L’image des jésuites dans la République des Provinces-Unies au Siècle d’or : Cinquième colonne ou mythe entretenu ? », p. 429-453, et Bernard Vogler, « Les jésuites vus par les protestants rhénans (1560-1620) », p. 455-468).

6 Effigies & vitae professorum Academiae Groningae & Omlandiae, Groningue, Johannes Nicolai, 1654, p. 145 ; D. Nauta, Samuel Maresius, op. cit., p. 96.

7 Samuel Des Marets, Preservatif contre la revolte, Sedan, Jean Jannon, 1628, p. 16-17.

8 Bibliothèque universitaire [désormais BU] de Leyde, BPL 297, fol. 79-85, lettre de Des Marets à André Rivet, écrite de Groningue le 23 mai 1643, ici fol. 79 v°. Anecdote reprise dans l’historiographie française via Pierre Bayle, Dictionnaire historique et critique, Rotterdam, Reinier Leers, 1697, t. 2, p. 554-561, notamment p. 555. L’article de Bayle s’appuie sur les Effigies & vitae…, op. cit., p. 134-160.

9 Frédéric Gabriel, « An Tyrannum opprimere fas sit ? Construction d’un lieu commun : la réception française du De Rege et regis institutione de Juan de Mariana (Tolède, 1599) », dans P.-A. Fabre et C. Maire (dir.), Les Antijésuites…, op. cit., p. 241-263.

10 On pourrait mener une première étude à partir de Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre Catholiques et Protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984- 1985, 2 vol.

11 Sur le vocabulaire à utiliser en matière de faux et de contrefaçon, j’ai suivi Silvio Corsini, « Définitions », dans François Moureau (éd.), Les presses grises. La contrefaçon du livre (xvie-xixe siècles), Paris, Aux amateurs de livres, 1988, p. 19-21.

12 Cité d’après la copie collationnée traduite en français, archives du MAE, CP Hollande, vol. 19, fol. 227-228.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 450.

16 Sur ce point, que je n’évoquerai pas ici, voir Julien Léonard, « Les États-Généraux ou le synode ? Conflits d’autorités autour de l’établissement des pasteurs francophones à Maastricht et dans le Limbourg (1632-1636) », Annales de l’Est, numéro spécial, 2018, à paraître.

17 Joep van Gennip, Controversen in Context. Een comparatief onderzoek naar de Nederland-stalige controversepublicaties van de jezuïeten in de zeventiende-eeuwse Republiek, Hilver-sum, Verloren, 2014, notamment p. 255.

18 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 76.

19 Alfred Poncelet, Histoire de la Compagnie de Jésus dans les anciens Pays-Bas : établissement de la Compagnie de Jésus en Belgique et ses développements jusqu’à la fin du règne d’Albert et d’Isabelle, Bruxelles, Académie royale de Belgique, t. 1, 1927, p. 246-257 et p. 307-310.

20 Bruno Demoulin et Jean-Louis Kupper, Histoire de la principauté de Liège : de l’an mille à la Révolution, Toulouse, Privat, 2002, p. 158-166.

21 Gaston Davenne, « Notes et documents pour servir à l’histoire des communautés réformées de Verviers, Hodimont, Petit-Rechain et Limbourg de 1632 à 1635 », Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, t. 68, 1951, p. 39-78, ici p. 61.

22 Leur correspondance se trouve à la BU de Leyde, BPL 297, fol. 1-39. Elle a été en grande partie éditée par D. Nauta, Samuel Maresius, op. cit., p. 434-465.

23 BU Leyde, BPL 297, fol. 11-12, lettre écrite de Maastricht le 8 avril 1633.

24 Nationaal Archief, La Haye [désormais NA], inv. 1. 01. 02, vol. 5818, fol. 455-456. Les citations suivantes en sont tirées.

25 Bernard Dompnier, « Un aspect de la dévotion eucharistique dans la France du xviie siècle : les prières des Quarante-heures », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 67, n° 178, 1981, p. 5-31.

26 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5821, pièce 376, point 16 des « Memoires pour l’advancement de la vraye Religion ès quartiers de Maastricht Limbourg et outre Meuse », sans date (juillet 1633).

27 Guillaume Henri Marie Posthumus Meyjes, Hans Bots et Johanna Roelevink (éd.), Livre des actes des Églises wallonnes aux Pays-Bas (1601-1697), La Haye, Instituut voor Nederlandse Geschiednis, 2005, p. 320, art. 2 des actes de la classe d’Outre-Meuse, 22 février 1634.

28 BU Leyde, BPL 297, fol. 21, lettre écrite de Maastricht le 21 juin 1634.

29 Ibid., fol. 22-23, lettre écrite de Maastricht le 14 octobre 1634.

30 Ibid., fol. 38-39, lettre écrite de Maastricht le 6 janvier 1636.

31 Ibid., fol. 22-23, lettre écrite de Maastricht le 14 octobre 1634.

32 [Samuel Des Marets], Abregé de la voie de Salut, ou declaration familiere de la verité Chrestienne, Par forme de Catechisme, pour confirmer les Catholiques & instruire les douteux ou errants. Avec Les observations des RR. Pères Jesuites de la ville de Maestrich sur iceluy, addreßées à Monsieur le Grand Vicaire de Liege, jouxte la copie imprimée à Liège [Sedan ?], Jean Tournay [Jean Jannon ?], 1633.

33 Samuel Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau par le clergé romain. Ou Considerations Theologiques sur le mandement episcopal publié par tout le Diocese de Liege le 24. de May, reïteré le 5. de Juillet ensuivant, deffendu & soustenu par le Sieur de Chokier Vicaire General, en sa Parenese aux Heretiques, auquel la lecture des livres des Reformés, & notamment celle des Sainctes Escritures en langue vulgaire est absolument prohibée, Maastricht, Ézéchiel Boucher, 1635 [1634], citation p. 13.

34 Olivier Donneau, « La controverse antiprotestante », dans Alain Marchandisse et Paul Bruyère (éd.), Florilège du livre en principauté de Liège du ixe au xviiie siècle, Liège, Société des bibliophiles liégeois, 2009, p. 268-269 et p. 301. L’histoire de la controverse entre catholiques et réformés dans le royaume de France a suscité une bibliographie immense, voir pour commencer Didier Boisson, « Les pasteurs du xviie siècle et la controverse religieuse », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 156-1, p. 69-80.

35 BU Leyde, BPL 297, fol. 25-27, ici point 10.

36 Julien Léonard, « Samuel Des Marets, un pasteur de Maastricht contre le prince-évêque de Liège : La Chandelle mise sous le boisseau par le clergé romain (1634) », dans Anne Wagner et Michel Margue (éd.), L’évêque contesté. Étude des résistances à l’autorité épiscopale et à son image des Pays-Bas méridionaux à l’Italie du Nord du xe au xviie siècle. Jalons pour une enquête, Paris, Classiques Garnier, à paraître.

37 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 140.

38 Ibid., p. 140-141. Cet ouvrage figure dans plusieurs bibliographies, mais je n’ai pas réussi à en trouver d’exemplaire.

39 Ulysse Capitaine (éd.), « Pièces relatives au mandement publié à Liège le 19 avril 1633 contre les protestants », Bulletin de l’Institut archéologique Liégeois, t. 2, 1854, ici p. 266-268.

40 Ibid., p. 276-283, « L’esprit du bourguemaistre Beckman retourné de l’autre monde, aux fideles Bourgeois de la Cité de Liege », édition d’une brochure publiée en 1633.

41 BU Liège, R 177E, pièce 15, fol. 12.

42 U. Capitaine (éd.), « Pièces relatives… », op. cit., p. 284-285.

43 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5821, pièce 376, point 6 des « Memoires pour l’advancement de la vraye Religion ès quartiers de Maastricht Limbourg et outre Meuse », sans date (juillet 1633).

44 Ce mandement est publié (sans falsification) par S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 6-9.

45 Ibid., p. 33-36.

46 Ibid., p. 10-11, réitération du mandement du 24 mai 1634, datée du 5 juillet 1634.

47 Voir par exemple BU Leyde, BPL 297, fol. 21, lettre écrite de Maastricht le 21 juin 1634.

48 Cet argument est notamment développé dans S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 45-50.

49 Ibid., p. 8.

50 Ibid., p. 35.

51 G. H. M. Posthumus Meyjes, H. Bots et J. Roelevink (éd.), Livre des actes…, op. cit., p. 334, art. 8 des actes de la classe de Limbourg (novembre 1634).

52 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 5820 (liasse Maastricht), fol. 396-397, lettre du 10 juin 1634 aux États-Généraux.

53 BU Leyde, BPL 297, fol. 5-6, lettre écrite de Maastricht le 29 décembre 1632.

54 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 142-143. Il s’agit du petit ouvrage de poche Le petit miroir du Catholique & de l’Heretique. Où se voit clairement quelle foy & Religion doit estre suyvie, pour bien vivre & bien mourir. Avec une briefve, facile, & solide resolution de tous les principales arguments, que les pretendus Reformez objectent ordinairement aux Catholiques. Dedié à tous les Pasteurs & Paroissiens du pays & Diocese de Liege, Liège, Jean Tournay, [1632]. Voir aussi Doede Nauta, Samuel Maresius, op. cit., p. 128, note 48.

55 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 142-145, citation p. 143. Je n’ai pas retrouvé d’exemplaire de ce catéchisme d’origine, sans les fausses observations de Des Marets. Il ne fait cependant pas de doute qu’il ait existé, car le jésuite de Maastricht Godfried Wandelman, dans une longue réponse à La Chandelle mise sous le boisseau, ne l’attaque que sur les fausses observations (Théodose Tranquille [Godfried Wandelman], La Chandelle esteinte et puante, de Samuel Des Marets, Ministre de la Pretendue Eglise Reformée, à Maestricht, Liège, Jean Ouwerx, 1635, p. 20). J. van Gennip, Controversen in Context…, op. cit., p. 304-305.

56 Il s’agit bien d’une contrefaçon avec des ajouts, car la partie « catéchisme » ne semble pas falsifiée, je reprends S. Corsini, « Définitions », op. cit., p. 20.

57 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 145.

58 C’est l’hypothèse de D. Nauta, Samuel Maresius, op. cit., p. 128. Selon J. van Gennip, Controversen in Context…, op. cit., p. 239, c’est Ézéchiel Boucher à Maastricht, mais il semblerait qu’il n’arrive en ville qu’à la fin de l’année 1633.

59 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 3-4.

60 Ibid., p. 5.

61 Ibid.

62 Ibid., p. 5-6.

63 Ibid., respectivement p. 7-46, p. 46-116 et p. 117-122.

64 Ibid., par exemple p. 12.

65 Ibid., p. 13-14.

66 Ibid., p. 23.

67 Sur l’historiographie de la Saint-Barthélemy, voir Philippe Joutard, Janine Estèbe, Élisabeth Labrousse et Jean Lecuir, La Saint-Barthélemy, ou les résonances d’un massacre, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1976. Sur le caractère tardif de l’invocation de l’histoire du xvie siècle dans le camp protestant, voir Philip Benedict, « La conviction plus forte que la critique. La Réforme et les guerres de Religion vues par les historiens protestants à l’époque de la Révocation », dans Philip Benedict, Hugues Daussy et Pierre-Olivier Léchot (éd.), L’Identité huguenote. Faire mémoire et écrire l’histoire (xvie-xxie siècle), Genève, Droz, 2014, p. 223-239.

68 Monique Cottret, Tuer le tyran ? Le tyrannicide dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2009.

69 David El Kenz, Les bûchers du roi. La culture protestante des martyrs (1523-1572), Seyssel, Champ Vallon, 1997.

70 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 26.

71 Ibid., p. 105-106.

72 Ibid., p. 106.

73 Ibid., p. 117.

74 Julien Léonard, « Les clergés à l’ère des divisions confessionnelles : pour une histoire comparée et décloisonnée », dans Julien Léonard (dir.), Prêtres et pasteurs. Les clergés à l’ère des divisions confessionnelles (xvie-xviie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 11-23.

75 Thierry Wanegffelen, « L’anticléricalisme croyant : de l’oxymore à l’anthropologie du vivre religieux », Annales de l’Est, n° 1, 2009, p. 59-80. Voir aussi Yves Krumenacker (éd.), L’anticléricalisme intra-protestant en Europe continentale (xviie-xviiie siècles), Lyon, Chrétiens et Sociétés, 2003.

76 Luise Schorn-Schütte, « The ‘New Clergies’ in Europe : Protestant Pastors and Catholic Reform Clergy after the Reformation », dans Bridget Heal et Ole Peter Grell, The Impact of the Reformation. Princes, Clergy, People, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 103-124.

77 [S. Des Marets], Abregé de la voie de Salut…, op. cit., p. 121.

78 Ibid., p. 118 ; S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit. Il s’agit d’une référence à Mt 5, 15 ; Mc 4, 21 ; Lc 8, 16 et Lc 11, 33.

79 Joep van Gennip, « Polemische vonken aan de Maas. Het roerige verblijf van de jezuïet Godefridus Wandelman in Maastricht, 1633-1636 », dans Willem Arie den Boer et al. (éd.) Onder ‘t kruys. Kerkelijk en religieus leven in het gebied van Maas en Nederrijn, Gouda, VNK, p. 63-83.

80 S. Des Marets, La Chandelle mise sous le boisseau…, op. cit., p. 129. L’ouvrage de Tomás Sánchez en question est De sancto matrimonii sacramento.

81 Bertrand Moreau, Recueil curieux d’un grand nombre d’actions fort édifiantes des Saints et d’autres personnes distinguées qui ont vécu dans ces deux derniers siècles, Liège, Broncart, 1696, p. 56.

82 Archives nationales, Paris, 273AP 184, dossier 1. Pierre Congar, Jean Lecaillon et Jacques Rousseau, Sedan et le pays Sedanais : vingt siècles d’histoire, Paris, FERN, 1969, p. 302- 305.

83 NA, inv. 1. 01. 02, vol. 61, fol. 67, fol. 294 v°, fol. 401 r°.

84 P. J. H. Ubachs, Twee heren, twee confessies…, op. cit., p. 310-319.

85 Samuel Des Marets, Eschantillon des maximes du clergé romain ès Provinces Unies ; Représenté par le Chapitre onziésme de la seconde partie du livre intitulé Mars François, escrit contre la Justice des Armes & des Alliances du Roy Treschrestien ; Avec un Discours sur icelluy, à Messieurs les Catholiques Romains de la Nation Françoise qui sont au service de ce pais, pour les justifier & esclaircir en ce sujet, Amsterdam, Jean Janssen, 1641, p. 33-34.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search