Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

Publier la controverse (1598-1629) : Les jésuites et l’édition de la théologie antiprotestante

Fabienne Henryot

Texte intégral

  • 1 Robert Sauzet, Les réguliers mendiants acteurs du changement religieux dans le royaume de France : (...)
  • 2 Bernard Dompnier, Le Venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie sièc (...)
  • 3 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siè (...)
  • 4 Christian Jouhaud et Alain Viala (dir.), De la publication, entre Renaissance et Lumières, Paris, F (...)
  • 5 Hélène Merlin, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.
  • 6 Bernard Barbiche, « Le régime de l’édition », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Hist (...)

1Il n’est plus nécessaire de démontrer l’importance de la théologie polémique au lendemain de l’édit de Nantes, même si elle s’enracine dans des pratiques rhétoriques et des réflexions doctrinales nées quelques décennies plus tôt1. Les travaux de Bernard Dompnier2 et d’Émile Kappler3, au début des années 1980, ont montré comment la polémique s’est renouvelée avec la pacification du royaume et la tolérance institutionnalisée à l’égard des communautés protestantes. La guerre par les armes s’est alors muée en guerre de libelles et de disputes publiques. La période qui suit l’édit de Nantes peut être assimilée à un second âge de la construction doctrinale des deux confessions, après l’âge des réformateurs. Outre que les temps ont changé, ce renouvellement est rapidement rapporté à quelques grandes figures, dans les deux camps : des hérauts dont la personnalité, les méthodes et la rhétorique comptent autant que le contenu de leur pensée. Or, cette construction s’appuie, plus qu’au xvie siècle, sur l’espace social de la publication au sens étymologique du terme4 : cet espace qui se crée et s’élargit entre l’auteur et une communauté de lecteurs, impliquant une véritable mise en scène de soi par l’écrit. Cette publicité de la controverse par l’imprimé doit être rapprochée de la spectacularisation de la dispute orale, qui occupe les espaces publics des villes et des bourgades depuis le début des guerres de religion, et plus encore pendant les trois premières décennies du xviie siècle. Ces pratiques sociales de la théologie n’ont pas peu contribué, Hélène Merlin l’a démontré, à l’émergence de la notion de public, intrinsèquement liée au politique et au littéraire5. Ce renouveau doctrinal ainsi scénographié s’adosse aussi, conjoncturellement, au développement spectaculaire des ateliers typographiques non seulement dans les grandes villes du Royaume de France, mais aussi dans les villes secondaires, au service des pouvoirs urbains, juridiques et ecclésiastiques6, à même de relayer une littérature théologique proche des attentes d’un lectorat dévot catholique fortement hostile au protestantisme.

  • 7 Sur le contexte et la portée de l’édit, voir Janine Garrisson, L’Édit de Nantes. Chronique d’une pa (...)
  • 8 É. Kappler, op. cit.
  • 9 Stéphane-Marie Morgain, « Une grande œuvre théologique de Richelieu : La méthode la plus facile et (...)
  • 10 B. Dompnier, op. cit., p. 187.

2La chronologie retenue ici commence après l’édit de Nantes, qui libère en quelque sorte le discours oral et écrit en le légalisant, du côté protestant (par la promulgation de la liberté de conscience et par l’installation de presses dans les villes où les communautés protestantes sont autorisées) et catholique, l’édit ayant finalement créé les conditions idéales d’une recatholicisation accélérée7. Elle se clôt avec la paix d’Alès, signée le 28 juin 1629 par Louis XIII après les redditions de La Rochelle, Privas et Alès, et qui écorne quelque peu les dispositions prises à Nantes trente ans plus tôt au profit du catholicisme. Entre ces deux dates éminemment politiques, la controverse connaît un âge d’or : 70 % des disputes orales et publiques ont lieu durant cette période8. Le relatif déclin de la controverse après 1630 s’explique de multiples manières : la volonté, portée par Richelieu et quelques théologiens, de favoriser le rapprochement par l’accommodation, dans l’espoir de restaurer l’unité religieuse du royaume, transforme les fondements mêmes de la polémique en réduisant le champ des points doctrinaux conflictuels et en renonçant à l’invective, largement utilisée jusqu’à la fin des années 16209. L’exercice a aussi montré ses limites : la dispute orale ou écrite est d’abord un exercice formel qui ne convainc que les convaincus. Aussi, cette polémique du début du xviie siècle finit par s’épuiser d’elle-même. Le général des jésuites, en cette année 1629, écrit d’ailleurs à ses frères de renoncer à la dispute, qui fait plus de mal que de bien à la religion10.

  • 11 B. Dompnier, op. cit. ; Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genè (...)
  • 12 Voir les contributions sur le xviie siècle dans Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les (...)

3Pour ces trente années, les jésuites sont unanimement considérés comme de véritables professionnels de la controverse11, ce qui n’allait peut-être pas tant de soi à l’aube du Grand Siècle. L’ordre était relativement nouveau encore dans le paysage ecclésiastique, et doté d’une assise de fondations récente ; il était surtout connu pour ses activités pédagogiques. Parmi les ordres anciens, les dominicains pouvaient bien mieux incarner la défense de l’orthodoxie, forts qu’ils étaient de leur rôle pluriséculaire dans la lutte contre les hérésies. Certes, ils étaient quelque peu déconsidérés depuis la mort d’Henri III ; mais ils pouvaient profiter de l’antijésuitisme rampant puis avéré des années 1590 à 1610, réactivé après l’assassinat d’Henri IV12. La passion provoquée dans les deux camps confessionnels par les liens supposés entre les jésuites et l’assassinat d’Henri IV en 1610 et la querelle plus politique que théologique qui opposa à coup de libelles, dans les années 1610, catholiques et protestants autour de la figure du P. Pierre Coton, tendent toutefois à montrer que les fils d’Ignace de Loyola s’étaient déjà taillés, dans l’opinion, une solide réputation de pourfendeurs d’huguenots. Aussi doit-on prudemment poser, au commencement de cette étude, la place des jésuites dans l’activité polémique comme une simple hypothèse et non comme une justification de la pertinence du sujet. On se propose donc ici de lire la participation jésuite à la polémique imprimée comme la construction d’une image raisonnée de la Compagnie aux heures où elle doit aussi se justifier de ses positions ultramontaines et prouver son attachement au pouvoir royal, en développant les moyens d’une véritable conquête de l’opinion.

  • 13 Jacques Gaultier, Table Chronographique de l’estat du christianisme, depuis la naissance de Iesus C (...)

4 Les années 1598-1629 figurent donc l’âge d’or de la controverse. Encore faut-il s’entendre sur ce que désigne ce terme, notamment sous la forme imprimée qui nous intéresse ici. Il s’agit de textes imprimés, rédigés par des catholiques ou des protestants en vue de contredire un point de doctrine présenté, oralement ou par écrit, par un adversaire. Ces textes font eux-mêmes l’objet de « réponses » par l’auteur incriminé ou son parti, et ces « réponses » appellent parfois d’autres textes : la controverse relève de la « réaction en chaîne ». Ceci dit, la frontière est incertaine avec les purs traités de théologie polémique, qui visent aussi, à un moment ou un autre de leur contenu, des traités ou des sermons protestants. Ainsi Jacques Gaultier, dans sa Table chronographique, qui ne s’inscrit pas au sens strict dans la littérature de controverse mais plutôt dans la théologie polémique, établissant des parallèles entre les hérésies des premiers siècles et la Réforme, donne-t-il un coup de pied à « Jean de la Faye, ministre d’Aubenas, à qui ces années passées en plaine [sic] chaire j’ay ouy prononcer ces propres mots [les mêmes qu’Alexandre excommunié par St. Paul]13. »

  • 14 Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (...)
  • 15 Par exemple : John Hay, L’Antimoine aux responses que Th. de Beze faict à trente sept demandes de d (...)
  • 16 Ce qui exclut donc l’Artois, le Hainaut et les Flandres. On a toutefois retenu Pont-à-Mousson, vill (...)
  • 17 Carlos Sommervogel (dir.), Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Paris, Picard, 1890- 1932, 12 vol (...)
  • 18 Marie-Christine Pioffet, « Masques auctoriaux et éditoriaux dans quelques pamphlets anti-huguenots  (...)
  • 19 Nous avons aussi utilisé les outils bibliographiques que Louis Desgraves, dans les années 1980, ne (...)

5Pour mettre un peu d’ordre dans cette définition approximative et repérer la place des jésuites dans le genre polémique, il est utile de se reporter à l’imposant Répertoire de Louis Desgraves14. Avec 7 005 entrées, il témoigne à lui seul de la place de la controverse antiprotestante tout au long du xviie siècle. Nous y avons repéré les textes jésuites, non sans vérifications minutieuses, portant sur les dates, parfois erronées15 ; sur les lieux d’édition, hétérogènes, en ne retenant pour ce travail que les impressions françaises, au sens où on peut l’entendre au début du Grand Siècle16. Il a fallu, plus fermement que Louis Desgraves ne l’a fait, trancher sur le caractère polémique ou non d’un ouvrage, sans s’arrêter au seul nom de l’auteur et son implication dans la controverse. Ainsi, toutes les œuvres de François de Coster (1532-1619) ne sont pas à ranger dans la controverse, même si ce jésuite s’est illustré dans cet exercice dès les années 1590. Le cas de François Véron (1578-1649) a été plus difficile à trancher : entré dans la Compagnie de Jésus en 1595, il se construit une solide réputation de prédicateur et de controversiste. Il est autorisé en 1620 à quitter son ordre pour se consacrer entièrement au combat contre le protestantisme17 ; il serait toutefois mort à la maison professe de Paris, signe de son attachement à son ancien ordre. Nous n’avons retenu pour lui que les éditions parues avant 1620, étant entendu que certains de ses livres publiés d’abord en tant que jésuite ont pu être réédités, avec ou sans substantielles modifications, après cette date. L’identité des auteurs appelait aussi une vérification : Antoine Poursan, jésuite, n’est pas signalé comme tel par Louis Desgraves (n° 122- 124), non plus que Claude Tiphaine (n° 2289) ou le célèbre Étienne Binet (n° 3597). Il faut aussi s’interroger sur l’anonymat, requis dans certaines circonstances, qui peut cacher un jésuite18. Ces précautions prises19, le Répertoire autorise une approche statistique de la controverse, qui ne va certes pas dans le détail doctrinal des prises de positions ni dans l’analyse des procédés rhétoriques, mais qui révèle les grandes lignes des pratiques de la publication au sein de la Compagnie, c’est-à-dire d’une mise en scène publicisée face à ses soutiens et ses détracteurs.

Un espace bigarré : la place des jésuites dans la controverse imprimée

  • 20 Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie siècles), G (...)
  • 21 Anthony F. Allison et David M. Rogers (éd.), The contemporary printed literature of the English Cou (...)

6Le Répertoire, malgré ses défauts, permet d’embrasser d’un coup d’œil l’évolution chronologique de la controverse dans l’édition française. Avec une moyenne de 116 titres annuels, on voit combien il s’agit alors d’un genre majeur dans l’édition théologique du début du xviie siècle, d’autant qu’on ne perçoit ici que l’apport des presses françaises au phénomène. Le marché du royaume est également saturé par les publications étrangères, en provenance, principalement, de l’Empire (notamment les œuvres de Jean Eck et son Enchiridion locorum communium adversus Lutherorum, publié en 1525 et qui connut 46 éditions en 50 ans) ou des Pays-Bas. Les bibliothèques, laïques ou ecclésiastiques, témoignent de l’afflux de textes et d’auteurs non français dans les librairies françaises, de première ou de seconde main20. Les espaces frontaliers, comme Douai ou Arras, acquis à la Réforme catholique, servent de pivot pour relayer ces textes en latin puis en français, sans oublier ceux des catholiques anglais exilés dans les Pays-Bas espagnols21, et les mettre entre les mains du lectorat régnicole.

  • 22 É. Kappler, op. cit., p. 111-112.

7La courbe générale de la controverse (fig. 1) fait apparaître d’importantes variations chronologiques. Après un début incertain, qu’il faudrait pouvoir corroborer avec la situation des années précédant l’édit de Nantes, la controverse imprimée connaît une première poussée significative vers 1608, qui ne se confirme pas dans les années suivantes, puis une croissance plus spectaculaire encore à partir de 1617. Cette année là, 189 éditions différentes sont comptabilisées, et 196 l’année suivante ; encore 198 en 1622. Ce sont les années où fermentent puis éclatent les révoltes huguenotes dans le Midi et l’ouest de la France, qui rendent peut-être nécessaire une pastorale plus offensive. Dès 1623, toutefois, alors que la réaction militaire de Louis XIII est commencée, le nombre d’éditions se trouve divisé par deux, puis par quatre en 1626 : on ne compte plus que 64 éditions à cette date. Cette courbe suit exactement celle des conférences théologiques qui opposent verbalement catholiques et pasteurs à la même période22, ce qui n’est guère étonnant puisque plus de la moitié (54 %) des textes imprimés sont précisément des récits de dispute. C’est le signe que l’édition, qu’elle relaye les disputes ou qu’elle impose des traités théologiques sans rapport direct avec elles, s’appuie sur les conférences pour estimer le succès commercial possible des opuscules mis sur le marché.

Fig. 1 : évolution chronologique de la production de livres de controverse

Fig. 1 : évolution chronologique de la production de livres de controverse
  • 23 4 % des éditions sont publiées anonymement. La fig. 2 montre la généralisation de l’anonymat au fil (...)
  • 24 Sans doute près de 30 % si on ne tient compte que des imprimés ayant un auteur catholique.
  • 25 Hugues Dedieu, « La place des frères mineurs dans la littérature de controverse entre catholiques e (...)
  • 26 B. Dompnier, op. cit., p. 144-147.
  • 27 H. Dedieu, op. cit.

8Cette tendance générale montre combien la controverse confessionnelle est un sujet sensible, faisant littéralement réagir, au sens chimique du terme, l’économie de l’édition. La contribution jésuite ne suit pas tout à fait cette chronologie. Entre 1598 et 1629, ce sont 319 éditions différentes qui sont mises sur le marché avec un auteur jésuite, clairement affiché sur la page de titre ou non23, soit 8.8 % de la production imprimée totale24, ce qui n’est finalement pas considérable. À titre de comparaison, la contribution franciscaine, toutes bures confondues, s’élève durant la même période à 7,8 % des éditions25, ce qui montre que les jésuites sont loin d’avoir le monopole dans le domaine de la controverse. Un bilan fondé sur quatre années témoins, toutes distantes d’une décennie, révèle la variété des énonciateurs dans la polémique (fig. 2). Dans le camp catholique, le clergé régulier, supposé plus aguerri dans l’exercice de la théologie polémique, est largement supplanté par le clergé séculier (curés, chanoines et évêques), et plus encore par les laïques, le plus souvent issus de l’aristocratie dévote, qui s’arrogent un espace et une légitimité de parole par voie imprimée extrêmement importants dans le débat26. Du côté protestant, les ministres s’emparent progressivement d’un artisanat typographique désormais légalement à leur disposition et mettent sur le marché, depuis Charenton, Saumur, Sedan ou Montpellier, des textes de plus en plus nombreux. Dans ce tableau, les jésuites sont certes très présents mais non omniprésents. Ils profitent d’un climat concurrentiel entre ordres très avantageux malgré tout pour eux : malgré leurs difficultés avec le pouvoir politique, ils ont en face d’eux des franciscains fragilisés par de nombreux cas d’apostasie dans les premières années du siècle, ruinant leur crédibilité27, et des minimes embarrassés par leur réputation anti-intellectuelle qui les dessert dans l’exercice de la controverse.

Fig. 2 : Les auteurs de textes de controverse (1598, 1608, 1618, 1628)

1598 1608 1618 1628
Anonymes 9 6 39 17
Inconnu 1 2 16 2
Franciscains 2 7 11 1
Jésuites 6 13 30 7
Dominicains 0 3 1 0
Ordres religieux divers 1 3 1 2
Evêques 4 0 5 1
Curés / chanoines 9 4 17 11
Laïques catholiques 5 18 19 9
Protestants 12 28 45 9
Total 49 84 184 59

Fig. 3 : proportion des éditions jésuites dans la production annuelle de livres de controverse

Fig. 3 : proportion des éditions jésuites dans la production annuelle de livres de controverse
  • 28 Sommervogel, I, 778.

9Cette production jésuite suit sa propre temporalité (fig. 1 et 3) : elle est proportionnellement assez importante au début de la période, s’affaissant en 1610-1611, sans doute au plus fort des attaques contre la Compagnie, inhibant les réactions écrites qui tendent à se retourner contre leurs auteurs. Elle augmente à partir de 1612 et se stabilise jusqu’en 1621. L’année 1622, qui voit le nombre d’éditions annuelles atteindre sa valeur la plus importante, est aussi une des plus faibles pour les éditions de textes jésuites. Celles-ci connaissent toutefois une nouvelle augmentation significative à partir de 1623. Cette évolution différenciée montre d’une part que la Compagnie suit pour l’édition des textes de controverses des logiques internes, relativement indépendantes de l’économie générale de l’imprimerie au service de la confessionalisation qui commence au début du Grand Siècle. Elle montre d’autre part, dans le détail des titres, que la « réaction chimique » évoquée plus haut n’est pas provoquée par des événements immédiats (conférences particulièrement agitées ou libelles brûlants) dont s’empareraient les typographes, mais par l’hypersensibilité de l’opinion, variable d’une année à l’autre, qui conduit à remettre sur la presse des titres robustes et qui ont fait économiquement (et sans doute théologiquement) leurs preuves chaque fois que la demande émerge : en 1608 par exemple, pour trois titres nouveaux, on compte douze rééditions de valeurs sûres de la littérature de controverse, comme le Catechisme, et abbregé des controverses de nostre temps de Louis Baile (1557-1620), jésuite aquitain entré dans la Compagnie en 1577, professeur de rhétorique et prédicateur28. Son ouvrage phare est publié pour la première fois à Fontenay-le-Comte en 1607, sous l’égide du cardinal de Sourdis, évêque de Bordeaux. Il connaîtra, rien qu’en France, douze éditions entre 1598 et 1629. L’importance du genre polémique ne doit donc pas faire illusion sur son renouvellement, relativement faible, du moins dans sa part jésuite.

Fig. 4 : Répartition des auteurs par nombre d’éditions connues

Fig. 4 : Répartition des auteurs par nombre d’éditions connues
  • 29 Sommervogel, V, 403-413.
  • 30 Pierre Biard, L’autorité de nostre S. Pere le pape, efficacement & clairement verifiee par l’authen (...)

10Ainsi, 48 auteurs jésuites seulement émergent durant ces années pour 319 éditions, avec une moyenne de 6,6 éditions par auteur. Cette moyenne n’est guère significative tant les situations sont variées (fig. 4). La grande majorité des auteurs jésuites n’ont publié qu’un texte, en une seule édition (17 auteurs), tels Jacques Martineau, Jean Brossard, Claude Tiphaine ou Juan Maldonado (1534-1583), cas intéressant car le jésuite espagnol, un temps professeur de philosophie et de théologie à Paris, prédicateur à Metz en 1572 et visiteur en Lorraine, est par ailleurs un controversiste important, mais ses textes ont circulé en France depuis des officines étrangères, espagnoles le plus souvent29. D’autres ont connu pour leur œuvre, unique ou multiple, moins de cinq éditions, tel Jules-César Boulenger (1558-1628), connu pour son opposition à Philippe Du Plessis-Mornay ou le Grenoblois Pierre Biard (1568-1622), premier supérieur de la mission de Die, défendant l’autorité pontificale contre Jean Martinet, pasteur à Saillans, dont L’autorité de nostre S. Pere le pape connut trois éditions en trois ans30. Au-delà de six éditions connues pour un auteur, l’éventail se resserre autour de quelques figures de proue : Pierre Coton (24 éditions), Jean Gontery (43 éditions), Louis Richeome (38), et François Véron (30 éditions sous la bannière de la Compagnie ; et 51 après sa sortie de l’ordre). Cette démultiplication des œuvres dans l’espace public par le biais des rééditions semble être propre aux jésuites : on ne relève rien de tel chez les franciscains, non plus que chez les rares dominicains actifs dans la controverse au même moment, comme Sébastien Michaelis ou Nicolas Coeffeteau.

Publier la controverse

  • 31 SOMMERVOGEL, VI, 1815. Louis Richeome, L’idolatrie huguenote Figurée au patron de la vieille payenn (...)

11Ces rééditions échappent en partie à la volonté de l’auteur. La chose est flagrante quand ce dernier est décédé et que l’œuvre continue de se déployer dans l’espace public, non sans de substantielles transformations : Pierre Rigaud, à Lyon, publie encore en 1628 l’Idolâtrie huguenotte de Louis Richeome, mort en 162531. Ces rééditions tiennent surtout à des logiques commerciales au profit des imprimeurs et des libraires, qui tirent de grands bénéfices à mettre et remettre en circulation des textes éprouvés. Malgré tout, les auteurs, ou tout au moins la Compagnie qui délivre, pour la première édition, l’approbation sans laquelle l’impression ne peut avoir lieu, construisent leur propre réseau d’éditeurs, fait de proximités géographiques, d’arrangements financiers et de solidarités dévotes. L’évolution de la géographie des éditions tend à prouver que ces réseaux, et les intentions qui les sous-tendent, ont changé en trente ans.

  • 32 Voir Louis Desgraves et Alain Béguerie, Le livre en Aquitaine aux xve-xviiie siècles, Bordeaux, Atl (...)
  • 33 Jacques Gaultier, L’anatomie du Calvinisme. Où sont... refutez en deux cens Dilemmes les principaux (...)
  • 34 Denis Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue, 1585-1594, Genève, Droz, 1975.
  • 35 H.-J. Martin, op. cit., t. 1, p. 395.
  • 36 Pierre Coton, Du très-sainct et très-auguste Sacrement, et sacrifice de la Messe... discours contre (...)
  • 37 H.-J. Martin, op. cit., t. 1, p. 452.
  • 38 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provinc (...)
  • 39 J.-D. Mellot, p. 110.
  • 40 Louis Desgraves, « Relations entre les imprimeurs et libraires de Bordeaux et de Lyon aux xvie et x (...)

12Au début de la période (1598-1610), les grandes villes typographiques du royaume produisent 75 % des éditions : Paris, Lyon, Bordeaux et Rouen se montrent très actives et en leur sein, quelques officines s’imposent visiblement comme les interlocuteurs privilégiés des jésuites. Simon Millanges (1540- 1623) à Bordeaux, l’un des principaux imprimeurs au service de la réforme catholique, semble avoir un quasi-monopole dans l’édition de textes jésuites32. Jean Pillehotte à Lyon cumule les titres de libraire de la Compagnie de Jésus, de la ville et de l’archevêché ; il est imprimeur ordinaire du Roi (158.-1594) et libraire de la Sainte Union (1589-1593). On lui doit plusieurs éditions de Robert Bellarmin (Disputationes de controversis christianae fidei, 1599), de Fronton du Duc (Inventaire des fautes, contradictions et faulses allégations du sieur Du Plessis en son livre de la saincte Eucharistie, 1599) et de Louis Richeome (Victoire de la vérité Catholique contre la faulse vérification de Philippes de Mornay sr du Plessis, sur les lieux impugnés de faulx au livre de la Saincte Messe, 1606) au commencement du siècle. Son confrère Pierre Rigaud, constatant le succès de l’ouvrage auprès du public, publie à trois reprises, entre 1614 et 1622, l’Anatomie du calvinisme du jésuite lyonnais Jacques Gaultier33. Lyon joue un rôle pivot dans la fabrication et la distribution de la littérature jésuite polémique, car la ville est dépourvue de Parlement et d’université, laissant ainsi le champ libre aux jésuites. À Paris, depuis que le Parlement a reconnu à la Compagnie en 1608 le droit de choisir ses imprimeurs libraires et d’interdire aux autres de publier leurs œuvres, les typographes sollicités sont Michel et Laurent Sonnius, Sébastien et Claude Chappelet et Sébastien et Gabriel Cramoisy : on reconnaît ici plusieurs anciens libraires ligueurs, ou leurs héritiers34. Ils forment par ailleurs une famille aux ramifications et alliances complexes : Sébastien Chappelet (à l’enseigne de l’Olivier) est cousin des Cramoisy (aux Trois-Cigognes) et quasiment leur voisin rue Saint-Jacques35. Les frères Sonnius, spécialistes des éditions patristiques et liturgiques, apparentés par mariage aux Buon, captent la confiance de la Compagnie, et publient notamment Binet et Suffren, et les premiers ouvrages du P. Coton36. Par ailleurs, ces mêmes ateliers figurent parmi les officines privilégiées par Richelieu pour l’impression des livres d’Église parisiens et pour l’édition des actes royaux37 : on voit ici l’enchevêtrement de pouvoirs que quelques familles tiennent dans leurs mains. À Rouen, Romain de Beauvais s’impose au tournant des années 1600 comme l’éditeur des jésuites et plus sûrement encore, le second époux de sa veuve, Richard Lallemand38. Du reste, les liens commerciaux sont importants entre ces quatre villes : le Rouennais Nicolas Le Prévost, imprimeur de neuf opuscules de François Véron en 1618-1619, est signalé dans les registres de police pour avoir fait passer, par voie pluviale, des ballots d’opuscules bon marché imprimés jusqu’à Paris39 ; Simon Millanges commerce, au tournant des xvie et xviie siècles, avec les libraires lyonnais40.

  • 41 1e édition : Jean Arnoux, La Confession de foy de Messieurs les ministres convaincüe de nullité par (...)
  • 42 Alain R. Girard, « De la Renaissance à la Contre-Réforme : imprimeurs et production imprimée à Caen (...)
  • 43 Jean Gontery, Correction fraternelle faicte à M. du Moulin, Ministre du Pont-Charanton A Monseigneu (...)
  • 44 Jean Gontery, La Vraye procédure pour terminer le différent en matière de religion, extraict [par S (...)
  • 45 Jean Gontery, Réplique à la responce que les ministres ont fait soubs les noms supposez de Eusèbe P (...)
  • 46 Jean Gontery, Les Conséquences ausquelles a esté réduite la religion prétendue réformée après avoir (...)
  • 47 Jean Gontery, L’Entière desconfiture des erreurs de ce temps. Par laquelle est déclaré que la Relig (...)
  • 48 Sommervogel, V, 1269-1274.

13Entre 1611 et 1620, ces grands centres typographiques reculent proportionnellement (60 %) devant une multitude de petites villes certes moins productives, mais bien équipées et investies par la Compagnie : Poitiers, Amiens, Troyes, Dieppe et Caen, Reims… ainsi que Pont-à-Mousson, à la frontière entre France et Lorraine, d’où sortent huit éditions, soit autant qu’à Bordeaux à la même période. Ce changement témoigne de deux évolutions indépendantes l’une de l’autre. D’abord, les textes poursuivent leur carrière dans l’espace public, repris qu’ils sont indéfiniment par les éditeurs des villes secondaires dès lors que leur succès est éprouvé. La seule année 1617, celle de sa première édition, La Confession de foy de Messieurs les ministres convaincüe de nullité de Jean Arnoux (1575-1636) est publiée six fois : à Paris d’abord chez Sébastien Chappelet, puis chez son confrère Joseph Cottereau, à Pont-à-Mousson chez Melchior Bernard à partir de la copie de Cottereau, puis à Lyon, à Poitiers et à Rouen41. Ensuite, peut-être au fur et à mesure des fondations de collèges jésuites, les religieux se tournent désormais vers les éditeurs les plus proches des théâtres de leurs disputes avec les protestants. On le voit à Caen, où un collège jésuite, envisagé dès 1604 suite à une prédication de carême du P. Coton, prend corps en 1609 ; les publications jésuites dans cette ville commencent entre ces deux dates, en 1607, tandis que l’imprimerie, longtemps aux mains de la communauté protestante, se met au service de la Contre-Réforme42. L’exemple de Jean Gontery (1562-1616), l’un des plus éloquents de ces controversistes, est également révélateur du changement. Il publie ses récits de disputes et ses traités censés ramener les protestants à la foi catholique, à Paris d’abord43, puis, tout en restant fidèle à la famille Chappelet à Paris, dans les villes de province : à Caen44, à Rouen45, à Dieppe46 où il est connu pour ses prédications. Il va narguer les protestants à Sedan, sur les presses mêmes des réformés, celles de Jean Jannon, avec ses Lettres à M. … le gouverneur de Sedan en 1613 et l’Entière déconfiture, récit d’une controverse avec le même personnage47. Cette attitude éditoriale traduit la volonté d’occuper de nouveaux espaces et de séduire d’autres publics en construisant une image d’hommes de « terrain ». C’est peut-être aussi l’efficacité pastorale qui est en jeu, en utilisant les réseaux de diffusion de ces ateliers dans les provinces plutôt que ceux de la capitale, aux devantures très bien assorties. Étienne Moquot (1570-1628 ?) publie l’ensemble de son œuvre à Poitiers (et pas seulement de controverse), chez Antoine Mesnier, au service de l’Église locale et notamment des prédicateurs48.

  • 49 Sommervogel, VI, 1609-1611.
  • 50 Albert Ronsin, « L’éditeur Sébastien Cramoisy et l’université de Pont-à-Mousson », dans L’Universit (...)

14Cette tendance se confirme encore plus nettement après 1620 : 55 % seulement des éditions proviennent de Bordeaux, Lyon et Paris ; Rouen a disparu du tableau, mais Béziers, au centre géographique du « croissant protestant », a fait son apparition. Dans cette ville, Jean Pech, lié en affaires avec les Colomiez de Toulouse et les Le Court de Bordeaux, publie treize éditions des derniers traités d’Alexandre Regourd (1585-1635)49, notamment les comptes rendus des disputes qui ont opposé le jésuite à Croy, ministre à Boujan-les-Béziers. Ailleurs, les imprimeurs parisiens liés à la Compagnie ouvrent des succursales pour étendre leurs ventes. C’est le cas de Sébastien Cramoisy, établi à Paris depuis 1606 et proche de Richelieu, qui est nommé officiellement en remplacement de Charles Marchant par le recteur de l’université de Pont-à-Mousson à la fin de l’année 1621. Il obtient aussi du roi de France un brevet qui lui permet « d’aller trouver le sieur duc de Lorraine et de le servir en ladite qualité de son libraire et imprimeur sans que pour raison de ce il en puisse estre empêché ny inquietté ores ne pour l’advenir par quelques personnes, pour quelque raison que ce soit » (1er avril 1621). Dans le courant de l’année, il fait transporter en Lorraine le matériel d’un atelier et le place sous la responsabilité d’un de ses employés, sans doute un prote, François Gaunault. Cette démarche commerciale agressive provoque la colère de la communauté des imprimeurs et libraires de Paris, obligeant Cramoisy à renoncer à son atelier lorrain en 162850. L’épisode révèle toutefois un effort, de la part de la Compagnie comme de celle des imprimeurs, d’aller au plus près des communautés qui s’affrontent, comme c’est le cas dans la cité lorraine. Ce décentrement éditorial est rendu d’autant plus nécessaire que des personnalités moins en vue que les Coton ou Arnoux, prédicateurs à la cour, s’imposent désormais dans le champ de la controverse. Du côté des imprimeurs, la veine jésuite reste visiblement rentable, surtout pour les officines spécialisées dans les rééditions : à Troyes, ainsi, où les imprimeurs sont connus pour travailler en partie pour leurs confrères parisiens, les ateliers des Oudot et de Chevillet produisent à cette période six ouvrages, aucun n’étant alors inédit.

  • 51 Florence Greffe, José Lothe, La vie, les livres et les lectures de Pierre de L’Estoile : nouvelles (...)
  • 52 H.-J. Martin, op. cit., p. 246.
  • 53 L’Estoile, p. 212.
  • 54 L’Estoile, p. 2286.
  • 55 L’Estoile, p. 2288.

15On doit alors s’interroger sur la pertinence, en termes commerciaux, de ces rééditions. La quantité d’exemplaires mis en circulation, impossible à estimer mais sans doute considérable, impose de cerner le public qui pouvait bien s’intéresser à ces pièces théologiques, et à l’échelle géographique de cette diffusion. Les témoignages sur leurs canaux de diffusion et leur réception sont rares. On peut toutefois interroger l’inépuisable journal de Pierre de l’Estoile (1546-1611), qui ne recouvre qu’imparfaitement notre période, mais qui évoque avec précision les libelles et récits de dispute qu’il a lus, l’appréciation qu’il en fait et surtout, la manière dont il se les est procurés51. Une grande partie des ouvrages de notre corpus figurent dans la liste de ses lectures, ce qui permet d’établir quelques éléments solides. Le coût, d’abord, de ces pièces paraît faible, entre 2 et 15 sols. Elles sont débitées dans les boutiques de libraires, mais aussi et surtout, à l’en croire, à la criée dans la rue et près des ponts de la Seine où l’on trafique libelles et livres d’occasion depuis le temps de la Ligue ; par les colporteurs dont l’activité est réglementée à Paris depuis de dernier quart du xvie siècle. Ils sont désormais autorisés à vendre des pièces de moins de huit feuilles qu’ils n’ont pas fait imprimer en leur nom, qui sont munies des permissions nécessaires. Dans le quartier du Palais Royal, il trouve à la fois des ouvrages d’occasion et des librairies spécialisées dans le débit de pièces nouvelles, souvent illustrées52. Le Contrepoison et préservatif contre les erreurs es prétendus réformez… de Guillaume Baile (Bordeaux, Millanges, 1609) est ainsi acheté le 31 décembre 1609 à trois sols, suite à une criée dans la rue53. Les Trente-deux demandes de Coton lui ont coûté quatre sols et le Pourparlé avec le ministre Gigord, trois sols. La Response du P.J. Gontery… (1608) lui a coûté cinq sols avec deux autres « nouvelles babioles de dévotion, bonnes pour amuser les enfants et endormir les vieilles auprès du feu54 ». La Réfutation du faux discours, du même auteur, lui a coûté deux sols auprès d’un marchand ambulant55. Il faut ajouter l’internationalisation du commerce par les foires, à Paris et à Francfort principalement. Pierre de l’Estoile s’y est visiblement rendu à plusieurs reprises et y a trouvé des opuscules jésuites imprimés dans l’Empire ou dans les Pays-Bas espagnols, telles les œuvres de Bécan imprimées à Cologne et Mayence.

16Pierre de L’Estoile n’apprécie guère cette littérature et semble pourtant la collectionner, signe de l’élargissement du public de la littéraire pamphlétaire et polémique indépendamment des prises de position et de l’adhésion confessionnelle. Il note ainsi dans son journal, en septembre 1608 :

  • 56 L’Estoile, p. 512.

Le lundi 8e [septembre 1608], le P. Le Bret m’a apporté de Charenton une conférence entre le ministre Gigord et le Père Cotton, jésuite, imprimée nouvellement à Montpellier et par lui-même pour répondre à celle que se vendait et criait à Paris de la part des catholiques : chacun s’efforçant de tirer le droit de son côté et étant, les uns et les autres, aussi échauffés à parler et ergoter que froids à bien faire56.

17Dans les mêmes jours, Claude Chappelet imprime l’Institution catholique du Père Coton et il observe : « elle était en bruit en cette ville, on ne parlait d’autre chose ». La publicité donnée au débat par l’usage de l’imprimé contribue à fabriquer une opinion, sinon par adhésion doctrinale, du moins par intérêt pour l’événement que créée chaque publication. Pierre de l’Estoile écrit ainsi, le 1er septembre 1609 :

  • 57 L’Estoile, p. 1225.

J’ai acheté la Chronologie du P. Gaultier, jésuite, imprimée nouvellement à Lyon, in-folio, qui est un livre rempli d’infinies fadaises, contes et menteries : qui est, possible, la cause principale, vu le temps où nous vivons, pourquoi il s’est si bien vendu, n’y en ayant tantôt plus, joint que beaucoup l’ont plus acheté pour rire que pour y profiter57.

  • 58 François Laplanche, « Réseaux intellectuels et options confessionnelles » dans Louis de Vaucelles e (...)
  • 59 Sommervogel, VI, p. 16-17.
  • 60 Nicolas Oudé, Colomne de diamant érigée sur le cénotaphe ou tombeau vuide basti par Estienne Boucha (...)
  • 61 François Garasse, Le Rabelais reformé par les ministres, et nomément par Pierre du Moulin ministre (...)
  • 62 L’Estoile, p. 408.

18Les auteurs le savent, qui emploient volontiers l’invective et l’ironie pour séduire le public et pérenniser l’intérêt de l’opinion, à défaut de provoquer des conversions. Ces livres, élaborés non pas dans un collège ou une université à l’écart du tumulte, mais au feu du combat, gardent un fort pouvoir d’évocation pour les générations militantes de la fin du xvie et du début du xviie siècle. La théologie elle-même s’en trouve transformée : « de part et d’autre, les sources de la foi sont interrogées polémiquement. De gré ou de force, elles doivent avouer qu’elles contiennent bien la doctrine soit catholique, soit protestante. Le rapport à la vérité se nourrit ouvertement ou secrètement de violence58 ». On voit ainsi Nicolas Oudé (1587-1631)59, ferraillant contre les protestants dans le diocèse de Metz, reprocher au ministre réformé Étienne Bouchard ses incompétences médicales qui lui ont fait déjà « remplir plus de mille tombeaux » ; son médiocre talent de poète, qui lui font écrire : « vous avez embouché votre cornemuse comme il fallait pour rendre les muses cornues » ; et enfin sa méconnaissance du grec60. Nous sommes loin ici des questions de dogme sur la messe et les sacrements. Le célèbre pasteur Pierre du Moulin est victime des calembours du jésuite François Garasse qui lui écrit ainsi, dans le Rabelais réformé, que les protestants, à qui on laisse lire la Bible sans qu’ils aient nécessairement les compétences pour la comprendre, trouvent le moyen de confondre « l’Apocalypse » et « le Pot Calice ». L’ensemble du livre est écrit dans la même veine satirique et bouffonne61. Il faut dire aussi, et ce public amateur de belles répliques le sait, que l’immédiateté exigée par la polémique ne permet pas de faire des recherches théologiques très poussées. Pierre de l’Estoile constate ainsi, à propos des livres de Boulenger contre Du Plessis-Mornay, que « combien qu’il fût docte et bien versé en la langue hébraïque, toutefois, pour s’être trop hâté, ne fit pas grand-chose qui valût, faute de laquelle (par le jugement des plus doctes) était tombé celui même contre le quel il écrivait62 ». Les coups portent aussi du fait de la brièveté formelle de ces pièces imprimées. Plus de la moitié des récits de disputes et de conversion mis sur le marché comportent moins de cent pages et seulement trente dépassent les 300 pages. L’usage quasi-systématique du français (89,3 % des publications) dilate encore plus l’espace de réception de ces textes et la stratification sociale de leurs possibles lecteurs. Tour à tour imprécatives et caustiques, ces pièces vites lues, réjouissantes de méchanceté et de violence verbale, entretiennent dans le public l’envie d’en consulter d’autres et d’échanger dans les cercles lettrés les bons mots qui s’y trouvent.

19Aussi, même si l’ampleur des lectures et de la bibliothèque de Pierre de l’Estoile ne sont sans doute pas généralisables à une grande partie de la population du début du xviie siècle, ces indications montrent que les pièces de controverse sont à la portée de bien des bourses et divertissent le public plus qu’elles ne l’édifient. La lecture ne présuppose pas l’adhésion au projet de recatholicisation du royaume – et l’on sait que Pierre de l’Estoile n’y est pas favorable – elle ne la suscite pas non plus. Cette donnée, combinée à la modestie du prix de vente, étend considérablement le public de ces opuscules.

  • 63 Jérémie Foa, « Don Quichotte controversiste Les disputes de Théophile Cassegrain (fin xvie-début xv (...)

20L’approche statistique de la controverse imprimée produite par les jésuites entre 1598 et 1629 met ainsi en évidence le rôle central de l’imprimé dans la construction et la circulation de modèles culturels, grâce à une diffusion en français et à bas coût. Certains textes ont pu devenir de véritables matrices littéraires et éditoriales et ceci, sans doute, avant même l’édit de Nantes, qui a seulement ouvert les vannes d’un flux d’imprimés quantitativement plus important et théologiquement différent. Ces publications jésuites explorent les formes variées de la controverse, du traité doctrinal à l’insulte caractérisée ; dans tous les cas, le genre de la controverse est par excellence celui de l’implication de soi. L’auteur parle en son nom propre. Il énonce une doctrine qui se veut universelle dans son contenu (ou au moins partagée par toute sa confession) et irréfutable, et à la fois profondément individuelle dans la forme, tant le nom de l’auteur y sert de « label » tandis qu’il vise explicitement, par une attaque ad nominem, un adversaire précis. À l’inverse de nombreux genres théologiques dans lesquels les Pères de la Compagnie de Jésus se sont également beaucoup investis dans le premier tiers du xviie siècle, comme la littérature de piété ou la casuistique, la controverse se doit de mettre en évidence un auteur qui est aussi, au sens propre, une « autorité ». Son nom fait à la fois la crédibilité de la pièce imprimée et sa publicité. Des études ont mis en évidence la codification des règles sociales et rhétoriques de la dispute orale, en montrant qu’elle devait nécessairement mettre en confrontation deux adversaires de même carrure intellectuelle et de même réputation, ce qui signifie, tacitement, une forme de reconnaissance mutuelle, malgré le différend confessionnel. Le « capital de visibilité63 » ainsi constitué est essentiel pour l’efficacité de la controverse aux yeux du public. La dispute imprimée et les traités théologiques ont largement contribué à alimenter ce capital et la notoriété des protagonistes, et à défaut d’avoir convaincu ou converti qui que ce soit, elles ont favorisé la construction d’une représentation sociale de la Compagnie, et l’ont imposée dans l’opinion publique.

Notes

1 Robert Sauzet, Les réguliers mendiants acteurs du changement religieux dans le royaume de France : 1480-1560, Tours, Publications de l’Université de Tours, 1994 ; Jérémie Foa, « ’Aujourd’huy, les disputes se réduisent à disputer comment il faut disputer’. Les conférences théologiques entre catholiques et réformés au début des guerres de Religion », dans Stefano Simiz (dir.), La parole publique en ville des Réformes à la Révolution, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 150-166 et du même, « Le miroir aux clercs. Les disputes théologiques entre catholiques et réformés au début des guerres de Religion », dans Vincent Azoulay, Patrick Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Champ Vallon, Seyssel, 2009, p. 130-146.

2 Bernard Dompnier, Le Venin de l’hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Paris, Le Centurion, 1985.

3 Émile Kappler, Les conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.

4 Christian Jouhaud et Alain Viala (dir.), De la publication, entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002.

5 Hélène Merlin, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

6 Bernard Barbiche, « Le régime de l’édition », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, t. 1, rééd. Paris, Fayard, 1989, p. 457-471 et Henri-Jean Martin, « Renouvellements et concurrences », dans ibid., p. 472-500.

7 Sur le contexte et la portée de l’édit, voir Janine Garrisson, L’Édit de Nantes. Chronique d’une paix attendue, Paris, Fayard, 1998.

8 É. Kappler, op. cit.

9 Stéphane-Marie Morgain, « Une grande œuvre théologique de Richelieu : La méthode la plus facile et la plus assurée pour convertir ceux qui se sont séparés de l’Église », Dix-septième siècle, 2006, n° 1, p. 131-149.

10 B. Dompnier, op. cit., p. 187.

11 B. Dompnier, op. cit. ; Henri-Jean Martin, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle, Genève, Droz, rééd. 1999, p. 170-176.

12 Voir les contributions sur le xviie siècle dans Pierre-Antoine Fabre et Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites : discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2010.

13 Jacques Gaultier, Table Chronographique de l’estat du christianisme, depuis la naissance de Iesus Christ jusques à l’année 1608, Lyon, Jacques Roussin, 1609, p. 8.

14 Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1984, 2 vol.

15 Par exemple : John Hay, L’Antimoine aux responses que Th. de Beze faict à trente sept demandes de deux cents et six proposées aux ministres d’Ecosse, Tournon, Claude Michel, est imprimé en 1588 et non 1598 comme l’affirme Desgraves : voir la notice dans le catalogue de la BnF et la copie numérique dans Google Books, qui permet de lever le doute, notamment les pièces liminaires qui sont bien datées de 1587.

16 Ce qui exclut donc l’Artois, le Hainaut et les Flandres. On a toutefois retenu Pont-à-Mousson, ville mi-française, mi-lorraine, dont l’importante université jésuite est dotée de deux ateliers typographiques.

17 Carlos Sommervogel (dir.), Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Paris, Picard, 1890- 1932, 12 vol. [désormais abrégé en « Sommervogel », suivi du tome et de la colonne], ici, VIII, 603-620 ; Didier Boisson, « François Véron et les réformés : analyse d’un discours d’exclusion », dans Chrystel Bernat et Hubert Bost (dir.), Énoncer/Dénoncer l’autre. Discours et représentations du différend confessionnel à l’époque moderne, Turnhout, Brepols, 2012, p. 343-355.

18 Marie-Christine Pioffet, « Masques auctoriaux et éditoriaux dans quelques pamphlets anti-huguenots », Littératures classiques, 2013, t. 80, n° 1, p. 135-152.

19 Nous avons aussi utilisé les outils bibliographiques que Louis Desgraves, dans les années 1980, ne pouvait connaître, notamment les catalogues collectifs informatisés, pour recenser toutes les éditions des œuvres de chaque jésuite cité, ce qui a permis d’améliorer l’exhaustivité du Répertoire.

20 Fabienne Henryot, Livres et lecteurs dans les couvents mendiants (Lorraine, xvie-xviiie siècles), Genève, Droz, 2013, p. 404-412.

21 Anthony F. Allison et David M. Rogers (éd.), The contemporary printed literature of the English Counter-Reformation between 1558 and 1640 : an annotated catalogue, vol. II : Works in English, Aldershot, Scolar Press, 1994.

22 É. Kappler, op. cit., p. 111-112.

23 4 % des éditions sont publiées anonymement. La fig. 2 montre la généralisation de l’anonymat au fil des trois décennies qui nous intéressent, signe d’un positionnement changeant de l’autorité de l’auteur.

24 Sans doute près de 30 % si on ne tient compte que des imprimés ayant un auteur catholique.

25 Hugues Dedieu, « La place des frères mineurs dans la littérature de controverse entre catholiques et protestants en France au xviie siècle, d’après un répertoire bibliographique récent », Archivum Franciscanum historicum, 1987, t. 80, fasc. 1-2, p. 79-121.

26 B. Dompnier, op. cit., p. 144-147.

27 H. Dedieu, op. cit.

28 Sommervogel, I, 778.

29 Sommervogel, V, 403-413.

30 Pierre Biard, L’autorité de nostre S. Pere le pape, efficacement & clairement verifiee par l’authentique tesmoignage de S. Jerosme, & autres peres [Texte imprimé]. Et la refutation de tous ce que Jean Martinet ministre de Saillans, a pu controuver au contraire. Ensemble la nouvelle reunion de Mar Elias patriarche de Babylone, à l’Eglise romaine, Lyon, J. Lautret, 1619, 1620 (2 éd. différentes). Sur l’auteur, voir Sommervogel, I, 1441.

31 SOMMERVOGEL, VI, 1815. Louis Richeome, L’idolatrie huguenote Figurée au patron de la vieille payenne : Divisée en huict livres & dediée au Roy treschrestien de France & de Navarre Henri IIII, Lyon, P. Rigaud, 1628.

32 Voir Louis Desgraves et Alain Béguerie, Le livre en Aquitaine aux xve-xviiie siècles, Bordeaux, Atlantica, 1998 ; Véronique Castagnet-Lars, « Six parcours politiques de convertis imprimés par Simon Millanges de 1594 à 1622 », dans Philippe Martin et Éric Suire (dir.), Les convertis : parcours politiques, parcours religieux, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 131-147.

33 Jacques Gaultier, L’anatomie du Calvinisme. Où sont... refutez en deux cens Dilemmes les principaux erreurs de l’Eglise Pretendue Reformee, Lyon, P. Rigaud, 1614. Sommervogel, III, 1272-1277.

34 Denis Pallier, Recherches sur l’imprimerie à Paris pendant la Ligue, 1585-1594, Genève, Droz, 1975.

35 H.-J. Martin, op. cit., t. 1, p. 395.

36 Pierre Coton, Du très-sainct et très-auguste Sacrement, et sacrifice de la Messe... discours contre les erreurs de nostre siècle et les cayers d’un prédicant à Grenoble, Paris, L. Sonnius, 1600.

37 H.-J. Martin, op. cit., t. 1, p. 452.

38 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École nationale des Chartes, 1998, p. 83-84.

39 J.-D. Mellot, p. 110.

40 Louis Desgraves, « Relations entre les imprimeurs et libraires de Bordeaux et de Lyon aux xvie et xviie siècles », dans Roger Chartier et al. (dir.), Nouvelles études lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 65-78.

41 1e édition : Jean Arnoux, La Confession de foy de Messieurs les ministres convaincüe de nullité par leurs propres Bibles, avec la réplique à l’escrit concerté, signé et publié par les quatre ministres de Charenton. Le tout en suite du discours fait à Fontainebleau, le 25 de juin, en la présence de Sa Majesté, Paris, S. Chappelet, 1617. Sommervogel, I, 566-571.

42 Alain R. Girard, « De la Renaissance à la Contre-Réforme : imprimeurs et production imprimée à Caen, 1550-1620 », dans Pierre Aquilon et Henri-Jean Martin (dir.), Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis, 1988, p. 143-158.

43 Jean Gontery, Correction fraternelle faicte à M. du Moulin, Ministre du Pont-Charanton A Monseigneur de Paris, Paris, J. Petit, 1607 ; La Response du P. J. Gontery, ... à la demande d’un gentilhomme de la religion prétendue réformée, touchant l’usage des images, avec une coppie de la lettre que le roy a envoyée au dit P. Gontery, afin de continuer ses prédications en sa ville de Dieppe, Paris, 1608 ; Copie d’une lettre escritte au roy par le R. P. Gonthery, ... sur la conversion d’une dame de la religion prétendue réformée [Madame de Mazencourt] à la foy catholique ; en ceste lettre se voit la véritable relation d’une conférence qu’a eu ledit R. Père avec le sieur Du Moulin, ministre, Paris, C. Chappelet, 1609 ; Réfutation du faux discours de la conférence entre le RP Gontery et le sieur Du Moulin, ministre de la RPR, Paris, C. Chappelet, 1609.

44 Jean Gontery, La Vraye procédure pour terminer le différent en matière de religion, extraict [par S. Julian] des sermons faicts à Caen par le R. P. J. Gontery, Caen, Ch. Macé, 1607 [et se vend à Paris, chez Cl. Chappelet].

45 Jean Gontery, Réplique à la responce que les ministres ont fait soubs les noms supposez de Eusèbe Philalèthe contre le Traicté des images du P. Gontery, ... par Antoine de Banastre [le P. Gontery], Rouen, J. Osmont, 1609 ; Déclaration de l’erreur de nostre temps, et du moyen qu’il a tenu pour s’insinuer, avec la réplique contre le sieur Du Moulin, ministre, respondant à une lettre escrite au roy, Rouen, Romain de Beauvais, 1609 [puis Poitiers, 1610].

46 Jean Gontery, Les Conséquences ausquelles a esté réduite la religion prétendue réformée après avoir recogneu qu’elle n’avoit aucun fondement en la Saincte Escriture... déduictes par le Révérend Père Gonteri, ... sur la conférence permise par le roy entre ledit père et les ministres de Dieppe, Dieppe 1609 [sur la copie de Rouen, J. Osmont, 1609].

47 Jean Gontery, L’Entière desconfiture des erreurs de ce temps. Par laquelle est déclaré que la Religion prétenduë réformée n’a aucun fondement en l’Escriture sainte, et qu’elle ne contient que des inventions purement humaines, Sedan, Jean Jannon, 1613 ; également imprimé la même année à Reims, chez Nicolas Constant et à Charleville, chez Cl. Vatard.

48 Sommervogel, V, 1269-1274.

49 Sommervogel, VI, 1609-1611.

50 Albert Ronsin, « L’éditeur Sébastien Cramoisy et l’université de Pont-à-Mousson », dans L’Université de Pont-à-Mousson et les problèmes de son temps, Nancy, Publications de l’Université, 1974, p. 345-363.

51 Florence Greffe, José Lothe, La vie, les livres et les lectures de Pierre de L’Estoile : nouvelles recherches, Paris, Honoré Champion, 2004 [désormais L’Estoile, suivi du numéro du catalogue].

52 H.-J. Martin, op. cit., p. 246.

53 L’Estoile, p. 212.

54 L’Estoile, p. 2286.

55 L’Estoile, p. 2288.

56 L’Estoile, p. 512.

57 L’Estoile, p. 1225.

58 François Laplanche, « Réseaux intellectuels et options confessionnelles » dans Louis de Vaucelles et Luce Giard (dir.), Les Jésuites à l’âge baroque (1540-1640), Grenoble, Jérôme Millon, 1996, p. 95.

59 Sommervogel, VI, p. 16-17.

60 Nicolas Oudé, Colomne de diamant érigée sur le cénotaphe ou tombeau vuide basti par Estienne Bouchard docteur hérétique ès trois facultés de Médecine, Grec et Poésie, Pont-à-Mousson, 1622.

61 François Garasse, Le Rabelais reformé par les ministres, et nomément par Pierre du Moulin ministre de Charanton, pour response aux bouffonneries inserées en son livre de la vocation des pasteurs, Toul, Simon Saint-Martel, 1620, p. 63.

62 L’Estoile, p. 408.

63 Jérémie Foa, « Don Quichotte controversiste Les disputes de Théophile Cassegrain (fin xvie-début xviie siècle) », dans Julien Léonard (dir.), Clergés en contacts à l’ère des divisions confessionnelles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 115-141. Voir aussi Olivier Christin, « La formation étatique de l’espace savant. Les colloques religieux des xvie-xviie siècles », Actes de la recherche en sciences sociales, 2000, vol. 133, p. 53-61.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : évolution chronologique de la production de livres de controverse
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 3 : proportion des éditions jésuites dans la production annuelle de livres de controverse
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 4 : Répartition des auteurs par nombre d’éditions connues
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search