Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

L’ancienne compagnie

La morale catholique posttridentine et la controverse interconfessionnelle

Jeûne et abstinence dans la confrontation entre protestants et jésuites : privations alimentaires et confessionnalisation

Sylvio Hermann De Franceschi

Texte intégral

  • 1 Voir la somme récente de Paul Fieldhouse, Food, Feasts and Faith. An Encyclopedia of Food Culture i (...)
  • 2 Sur les pratiques alimentaires chrétiennes, voir la synthèse de Massimo Montanari, Mangiare da cris (...)
  • 3 Sur l’ascétisme alimentaire des réguliers de l’époque moderne, voir Angelo D’Ambrosio et Mario Sped (...)
  • 4 Claudio Ferlan, « La pericolosità degli eccessi. Ignazio di Loyola e le regole della tavola », Igna (...)

1Les rapports entre religion et pratiques alimentaires ont fait l’objet de travaux récents qui ont bénéficié de l’essor de la Food History et qui invitent à revenir sur la place du jeûne et de l’abstinence dans la caractérisation du paradigme tridentin1. La privation de nourriture est une observance dont le cadre disciplinaire et la légitimité ont été largement débattus au temps des christianismes confessionnalisés2. Le cas particulier des réguliers, dont la discipline prévoit toujours des obligations en matière d’alimentation, a naturellement retenu l’attention3. Parmi les anciens ordres religieux, camaldules et chartreux étaient particulièrement réputés pour l’exigence de leurs privations alimentaires. De fondation plus récente, les minimes leur ont emboîté le pas à la fin du xve siècle. Parmi les ordres qui se développent, se réforment ou naissent aux temps tridentin et posttridentin, il en est dont les membres sont astreints à un authentique et redoutable ascétisme en fait de nourriture – ainsi des capucins. Chez d’autres, la discipline alimentaire semble avoir eu beaucoup moins d’importance. Ainsi des jésuites, perçus dès leur fondation comme le fer de lance de l’Église romaine dans son combat contre l’hérésie protestante. En matière de privations alimentaires, la Compagnie de Jésus a défini sa pratique selon les huit règles de tempérance énoncées par Ignace de Loyola à la fin de la 3e semaine des Exercices spirituels (§ 210-217). La première règle excepte le pain – un aliment essentiel – de la discipline restrictive ; la quatrième affirme que le respect d’une diète tempérante ne doit pas mettre en péril la santé. Dans une étude récente, Claudio Ferlan a justement souligné la conception humainement équilibrée qu’Ignace de Loyola a eue du jeûne et de l’abstinence4 – sa correspondance indique que s’il en approuve l’observance, il en déconseille aussi formellement une pratique exagérément ascétique dont les excès soient susceptibles de rendre l’estomac inapte à remplir ses fonctions. Pour le fondateur de la Compagnie de Jésus, conçue comme une véritable milice chrétienne, le corps est au service de l’âme ; il convient donc d’en prendre soin et de ne pas l’affaiblir inutilement par des privations trop longues ou trop importantes.

  • 5 Philipp Melanchthon, Opera quæ supersunt omnia, Corpus reformatorum, Karl-Gottlieb Bretschneider et (...)
  • 6 Johannes Brenz, Confessio Illustrissimi Principis ac Domini D. Christophori ducis Wirtenbergensis, (...)

2Les pratiques alimentaires romaines ont été vivement dénoncées par les protestants, à l’instar du commerce des indulgences et des abus du clergé, et elles ont elles aussi contribué à dessiner les contours de la rupture confessionnelle du début du xvie siècle. Luthériens et calvinistes ne mettent pas en cause jeûne et abstinence en eux-mêmes, mais ils exigent qu’ils soient observés avec un sincère désir intérieur et ils maintiennent qu’ils ne peuvent en rien être considérés comme méritoires. Dès son traité De libertate Christiana (1520), Martin Luther a publiquement fait état de significatives réticences à l’égard de prescriptions qui, selon lui, exhalent de litigieux relents de superstition – en même temps, il n’a pu que reconnaître que le jeûne n’avait en lui-même rien de répréhensible et que son observance pouvait même être vertueuse et louable. L’ambivalence des positions doctrinales luthériennes sur les privations volontaires alimentaires se retrouve chez les premiers protestants. Proche du moine augustin d’Erfurt, dont il a été le collègue à l’Université de Wittemberg, Philipp Melanchthon (1497-1560) traite de la question du jeûne à l’occasion des passages qu’il consacre, dans le texte de la Confession d’Augsbourg – présentée à Charles Quint le 25 juin 1530 –, aux pratiques cérémonielles de la religion romaine. Il l’affirme hautement : « Nous ne rejetons nullement le jeûne ; ce que nous condamnons, c’est que, au plus grand embarras des consciences, on en a fait un culte obligatoire en prescrivant certains jours et en proscrivant certains aliments5. » Les hésitations de la théologie protestante à l’égard du jeûne vont persister, et on les retrouve dans la Confessio Wirtembergica, qui a été présentée aux pères tridentins en 1552. Le document a été rédigé, entre autres, par le réformateur luthérien Johannes Brenz (1499-1570), et il a été présenté au concile au nom du duc Christophe de Wurtemberg (1515-1568). La Confessio Wirtembergica admet que les bonnes œuvres doivent être pratiquées avec zèle, mais elle soutient qu’elles ne peuvent servir à expier aucun péché devant Dieu, ni à acquérir aucun mérite. Si le jeûne en lui-même n’est pas méritoire, il demeure cependant utile, parce qu’il met un frein aux passions de la chair et empêche que l’homme, en se livrant à la gourmandise et à l’ivresse, ne réponde moins docilement à l’appel de Dieu et ne remplisse avec nonchalance ses devoirs envers son créateur6. À partir des mises en cause luthériennes, il était inévitable que le problème de la pratique du jeûne fût posé par Calvin dans son Institution de la religion chrétienne. À se reporter à la dernière version de l’ouvrage – il s’agit de la huitième édition latine, publiée en 1559 et traduite en français en 1560 –, on voit que Calvin est en réalité moins réticent que les auteurs luthériens lorsqu’il évoque la question des pratiques ascétiques alimentaires. Pour Calvin, la pratique du jeûne, sans être de fondation apostolique ou d’institution divine, est d’une incontestable vertu et utilité lorsqu’il s’agit d’apaiser la colère de Dieu ou de réclamer son assistance. Les conceptions calviniennes défendent le principe d’un exercice chrétien du jeûne qui soit ponctuel et exceptionnel, et non pas ordinaire et périodique. Méfiant à l’égard des exercices individuels de pénitence, Calvin est incontestablement favorable à une pratique collective du jeûne – en quoi il se sépare de Luther, de Melanchthon et de Brenz. Calvin rejoint toutefois les réformateurs allemands en se montrant particulièrement soucieux d’encadrer l’exercice du jeûne pour éviter qu’il ne dégénère en superstition.

  • 7 Sacrorum conciliorum noua et amplissima collectio, t. XXXIII, Ab anno MDXLV ad annum MDLXV, Giovann (...)
  • 8 Martin Chemnitz, Examen concilii Tridentini, Eduard Preuss (éd.), Berlin, G. Schlawitz, 1861, 4e pa (...)

3Les pères tridentins n’ont pas consacré de longues délibérations à la question des pratiques quadragésimales. Le décret De delectu ciborum, ieiuniis et diebus festis pris le 4 décembre 1563 en la 25e session du concile de Trente se borne à réclamer des prêtres qu’ils s’emploient à obtenir des fidèles qu’ils respectent les commandements de l’Église, et notamment les préceptes ecclésiastiques relatifs à la mortification de la chair, « comme l’usage de certains aliments et les jeûnes7 ». Énoncé général d’une norme sommairement définie qui n’a pas empêché le théologien luthérien Martin Chemnitz (1522-1586), l’alter Martinus, le « second Martin », pour reprendre le titre que ses coreligionnaires lui ont conféré, de revenir longuement sur le jeûne dans la quatrième et dernière partie de son volumineux Examen concilii Tridentini (1565- 1573) – l’ouvrage constitue, au lendemain du concile de Trente, une très ferme exposition de l’orthodoxie luthérienne. Au traité De ieiunio, Chemnitz critique évidemment les pratiques alimentaires catholiques. Ainsi affirme-t-il qu’à s’en tenir à la lettre des Saintes Écritures, la discipline du jeûne ne comporte aucun choix des aliments, mais implique une abstention totale de nourriture jusqu’au soir8 – on sait, ajoute-t-il, que les fidèles de l’Église romaine font autrement. Les catholiques, poursuit Chemnitz, ont chaque année des jours de jeûne fixés par le calendrier liturgique et qu’ils doivent observer sous peine de péché mortel – il faut pourtant constater qu’il est impossible de trouver là-dessus le moindre commandement divin ou le moindre précepte apostolique. Les théologiens de l’Église romaine sont par ailleurs nombreux à soutenir, selon Martin Chemnitz, que jeûner permet ex opere operato, à l’instar d’un sacrement, de s’acquérir des mérites ou de satisfaire pour ses péchés – conception du jeûne qui, d’après l’Examen concilii Tridentini, est à la fois profane, impie et superstitieuse. Chemnitz se montre très hostile aux pratiques quadragésimales romaines que la récente assemblée conciliaire a de nouveau confirmées.

  • 9 Daniello Bartoli, Della vita di Roberto cardinal Bellarmino, arcivescovo di Capua, della Compagnia (...)

4L’observance du jeûne et de l’abstinence a dès lors été un des lieux remarquables de la confrontation entre catholiques et protestants, et les jésuites se sont alors signalés par un zèle disciplinaire qui tranche avec les conceptions plutôt modérées de leur saint fondateur et avec l’indulgence quadragésimale dont vont faire preuve par la suite les théologiens moralistes issus des rangs de la Compagnie de Jésus. Les grands théologiens jésuites du premier âge posttridentin sont réputés pour leurs austérités alimentaires. Dans sa Vita del cardinal Bellarmino (1678), le P. Daniel Bartoli (1609-1685) relève que la conscience de son défunt confrère Robert Bellarmin (1542-1621) a tôt manifesté des scrupules dès qu’il en allait du respect des préceptes du jeûne et de l’abstinence. En 1553, âgé de onze ans seulement, Bellarmin est l’objet de plaisanteries de ses proches, qui s’amusent à lui soumettre des cas et à inquiéter une conscience visiblement très scrupuleuse. Ainsi, alors que le jour de Noël tombe un lundi et que le jeûne de vigile est reporté au samedi selon l’usage, les familiers de Bellarmin, dont la maisonnée a l’habitude de jeûner les samedis même ordinaires, lui demandent-ils facétieusement, au repas du dimanche, s’il est bien assuré de pouvoir rompre la discipline quadragésimale, comme si le jeûne de la veille avait été seulement de dévotion et non d’obligation. De quoi Bellarmin s’est apparemment vivement ému, au point qu’il a fallu recourir à une autorité extérieure au cercle familial pour le rassurer9. Sa vie durant, Bellarmin a pratiqué jeûne et abstinence avec chrétienne assiduité. Dans sa Vie du cardinal Bellarmin (1708), son confrère Nicolas Frizon (1649-1737) a souligné le fait que d’être élevé au cardinalat n’avait rien changé aux pratiques alimentaires de Bellarmin :

  • 10 Nicolas Frizon, La vie du cardinal Bellarmin, de la Compagnie de Jésus, Nancy, Paul Barbier, 1708, (...)

Sa coutume de jeûner trois fois la semaine et tout l’Avent aussi rigoureusement que le Carême fut inviolable, et ce ne fut qu’à la dernière extrémité et par ordre de ses confesseurs […] qu’il abandonna dans ses faiblesses extraordinaires le jeûne du samedi ; il se dédommagea cependant autant qu’il put de cette perte, ne mangeant en ses repas que des légumes10.

  • 11 Jeremias Drexel, Aloe amari sed salubris succi ieiunium, quod in aula Serenissimi utriusque Bauariæ (...)
  • 12 Sur le livre du P. Wijns, voir l’étude récente et très bien documentée d’Eleonora Rai, « The Odor o (...)
  • 13 [Jacob Wijns], De uita et moribus R. P. Leonardi Lessii e Societate Iesu theologi liber, Bruxelles, (...)
  • 14 Ibid., n. 99, p. 192-193 : « Discessit tamen aliquando ut multorum qui recte consulere putabantur i (...)

5Jamais, est-il déclaré, Bellarmin n’a absorbé quoi que ce fût en dehors des repas, ni eau, ni nourriture. Austérité dont d’autres jésuites ont aussi fait montre. Ainsi de l’Espagnol Francisco Suárez (1548-1617) – mort presque septuagénaire après avoir passé plus d’un demi-siècle dans la Compagnie de Jésus – dont les œuvres théologiques et philosophiques indiquent une rare fécondité et qui a éprouvé son corps par des jeûnes quotidiens. Dans son Aloe amari sed salubris succi ieiunium (1637), un opuscule qui défend la pratique du jeûne contre les critiques des protestants, le jésuite allemand Jeremias Drexel (1581-1638), qui a été prédicateur à la cour de l’Électeur Maximilien Ier de Bavière pendant vingt-trois ans, de 1615 à sa mort, assure que son illustre confrère espagnol n’a jamais mangé plus d’une fois par jour11. Pour sa part, le jésuite flamand – par ailleurs réputé pour son indulgence morale – Lenaert Leys (1554-1623), en latin Lessius, s’est lui-même toujours plié à une discipline alimentaire d’une rare sévérité. Si l’on en croit le De uita et moribus R. P. Leonardi Lessii liber publié en 1640 sous le pseudonyme de Thomas Courtois par le jésuite Jacob Wijns (1593-1649)12, le neveu du défunt théologien, le P. Lessius a toujours fait preuve d’une rigoureuse tempérance, ne prenant jamais plus de nourriture et de boisson que son corps n’en exigeait. Pendant plus de quarante ans, le jésuite s’est astreint à un jeûne perpétuel en ne faisant qu’un seul repas quotidien dont la quantité n’a jamais dépassé dix onces – environ 300 grammes – de nourriture et autant de boisson et qui ne comprenait que des aliments très ordinaires. Le P. Lessius s’est pratiquement toujours abstenu de viandes. Il se contentait la plupart du temps d’une bouillie de pain accompagnée d’un ou deux œufs et d’un peu de vin13, diète sévère qui a suscité les inquiétudes de son entourage. Sur le conseil de ses proches, le jésuite a fini par consentir à ajouter à sa maigre pitance de la mi-journée une demi-once de pain, mais son nouveau régime lui a procuré de tels maux de ventre qu’il a cru en mourir et qu’il a aussitôt repris, et définitivement, ses précédentes habitudes alimentaires14. Les trois exemples de Bellarmin, de Lessius et de Suárez montrent que, même si Ignace de Loyola n’a pas voulu obliger les jésuites à observer une discipline quadragésimale trop rigoureuse, ses disciples ont pu se soumettre à des jeûnes et des abstinences d’autant plus sévères qu’il leur revenait de montrer l’exemple face aux mises en cause des protestants.

  • 15 Sur Bellarmin, voir Franco Motta, Bellarmino. Una teologia politica della Controriforma, Brescia, E (...)
  • 16 Robert Bellarmin, Disputationes de controuersiis Christianæ fidei, t. IV, Paris, 1613 [11593], De r (...)
  • 17 Ibid., col. 1089 : « Ieiunium naturale uocant theologi abstinentiam ab omni prorsus cibo uel potu, (...)
  • 18 Ibid., col. 1089 : « Ieiunium ecclesiasticum […] definiri solet abstinentia cibi secundum Ecclesiæ (...)
  • 19 Ibid., col. 1090 : « Tria uero sunt quæ secundum regulam ecclesiasticam ad ieiunium requiruntur. Pr (...)

6La plus forte réponse catholique aux critiques des auteurs luthériens et calvinistes est venue de Bellarmin, dont les Disputationes de controuersiis Christianæ fidei (1586-1593) constituent assurément la plus vaste synthèse théologique produite au lendemain du concile de Trente15. Le traité bellarminien du jeûne se trouve au livre II de la controverse principale De bonis operibus, la troisième de la controverse générale De reparatione gratiæ des Disputationes ; il est publié au sein du tome IV des Disputationes en 1593. Bellarmin commence par distinguer entre le jeûne spirituel, ou métaphorique, qui consiste dans l’abstinence des vices, le jeûne moral, qui se réduit à la modération du boire et du manger recommandée par les anciens philosophes16, le jeûne naturel, par lequel on s’abstient totalement de nourriture et de boisson et que l’on exige du fidèle pour qu’il puisse communier, et le jeûne ecclésiastique. Du jeûne naturel, Bellarmin relève qu’il ne peut être rompu que par ingestion complète d’aliments : goûter une bouchée d’un plat, puis la recracher ne suffit pas à le rompre17. Quant au jeûne ecclésiastique, Bellarmin le définit généralement comme « abstinence de nourriture conçue selon la règle de l’Église18 ». Le jésuite observe aussitôt que l’homme peut ingérer par la bouche trois types d’aliments : d’abord, ceux qui nourrissent et entretiennent le corps, qu’ils soient solides, comme le pain ou la viande, ou liquide, comme le miel, le lait ou le bouillon gras ; ensuite, ceux qui aident à la digestion ou à étancher la soif, tels que l’eau, le vin ou d’autres boissons enivrantes, et qui, en dépit du fait qu’ils soient parfois nourrissants, ne sont pas primordialement destinés à nourrir ; enfin, ceux dont l’absorption a pour fin de guérir ou d’empêcher les maladies. Si les médicaments, poursuit Bellarmin, peuvent désaltérer ou rassasier, ils se distinguent radicalement du boire et du manger ratione finis proprii. Le jeûne ecclésiastique ne concerne dès lors que les aliments nourrissants proprement dits, et non les remèdes ou les boissons digestives et désaltérantes. Trois règles en encadrent la pratique : le jeûneur ne doit se nourrir qu’une fois par jour ; il doit prendre son repas quotidien le soir, cœna, et non pas à la mi-journée, prandium ; il doit respecter des interdits alimentaires, et en particulier s’abstenir de manger de la viande19. Telle est, selon Bellarmin, qui en reste aux positions thomasiennes, la discipline catholique du jeûne réduite à sa plus simple expression.

  • 20 Jean Calvin, Opera quæ supersunt omnia, t. II, Corpus reformatorum, Jean Guillaume Baum, Édouard Cu (...)
  • 21 R. Bellarmin, op. cit., c. II, Vnicam in ieiunio refectionem eamque cænam esse debere, non prandium(...)
  • 22 Ibid., col. 1092 : « Denique apud ueteres, quamuis de tempore Quadragesimæ nonnulla uarietas esse u (...)
  • 23 Thomas d’Aquin, IIª-IIæ, q. 147, a. 7, co. [Édition léonine 10, 164] : « Conuenit etiam ista hora m (...)
  • 24 R. Bellarmin, op. cit., col. 1093 : « Vsum ieiunia soluendi circa meridiem et cœnulam sumendi sub n (...)

7Le jésuite doit alors constater que sa doctrine est évidemment contraire aux analyses développées par Calvin. Au chapitre XII du livre IV de l’Institution de la religion chrétienne, le réformateur a fait consister le jeûne dans le respect de trois conditions20. Le temps, d’abord – le jeûneur doit être à jeun durant l’action pour la réalisation de laquelle il jeûne : « Si quelqu’un jeûne à cause d’une prière solennelle, qu’il demeure à jeun jusqu’à ce qu’elle soit faite. » La qualité des aliments, ensuite : il faut se contenter de plats simples et peu alléchants. La quantité de nourriture, enfin : il convient de manger moins copieusement que de coutume. Autrement dit, souligne Bellarmin, Calvin n’est pas attaché au respect d’une heure précise pour la réfection quotidienne du jeûneur ; il ignore le principe de l’unique repas des jours de jeûne ; son enseignement ne comporte pas d’abstinence particulière21. Contre le réformateur, le jésuite maintient intangiblement la thèse selon laquelle le jeûne ne peut être rompu qu’au soir. Même s’ils ne scrutaient pas anxieusement le ciel pour y apercevoir les étoiles avant de rompre leurs jeûnes, les anciens chrétiens, précise Bellarmin, ne mangeaient pas avant Nones les jours prescrits, et même avant Vêpres durant le Carême. Bellarmin admet qu’il y a eu, au temps de l’Église primitive, une diversité des observances quadragésimales, les uns attendant le soir, les autres l’heure de Nones pour prendre leur repas, mais il maintient qu’aucun chrétien ne rompait le jeûne avant Nones22. La raison, ajoute le jésuite, en est très simple, et elle est donnée par saint Thomas23 – dans la mesure où les jeûneurs cherchent à dompter et à crucifier leur chair, l’heure de Nones, à laquelle le Christ a rendu son dernier souffle, est la plus appropriée pour mettre fin au jeûne. Outre son combat contre les critiques de Calvin, Bellarmin doit aussi faire litière des arguments avancés par Chemnitz, qui, dans son Examen concilii Tridentini, a reproché aux fidèles de l’Église romaine de ne pas respecter leur propre discipline quadragésimale et d’avoir introduit, les jours de jeûne, un second repas en tolérant la collation vespérale. À quoi Bellarmin rétorque qu’il ne s’agit, très précisément, que d’une tolérance de l’autorité ecclésiale et que les catholiques ne manquent pas qui, refusant la pratique de la légère réfection du soir, se bornent à l’unica comestio prise aux heures de Nones ou de Vêpres et qui, de conscience rigoureuse, savent que le jeûne est d’autant mieux observé que le repas quotidien est plus longtemps différé24. D’appétence sévère, Bellarmin n’en défend pas moins, dans le respect des conceptions ignaciennes, la légitimité des adoucissements apportés au fil du temps à la discipline catholique du jeûne.

  • 25 Missale Romanum, ex decreto Sacrosancti Concilii Tridentini restitutum, Pii V Pontificis Maximi ius (...)

8La doctrine bellarminienne respecte l’enseignement sur les pratiques quadragésimales délivré par saint Thomas dans sa Somme théologique. Contre Calvin et Chemnitz, dont les analyses tendent à faire du jeûne une pratique en soi indifférente et qui considèrent comme une superstition de le compter au nombre des œuvres prescrites par Dieu, Bellarmin affirme clairement que jeûner correspond à un commandement de Dieu, même s’il est revenu à l’Église de définir les conditions particulières de l’exercice. Davantage, selon Bellarmin, le jeûneur obéit aussi à un précepte de droit naturel, puisqu’il fait pénitence pour expier ses fautes passées et éviter ses péchés futurs ; il arrive aussi que la seule raison humaine fasse voir que la tentation mauvaise ne peut être vaincue que par le jeûne. Du fait que le jeûne procède d’un commandement divin, Bellarmin déduit logiquement que la loi ecclésiastique qui le prescrit oblige les fidèles en conscience. Face aux réserves faites par les auteurs protestants, Bellarmin réaffirme l’utilité du jeûne. Il s’agit, à l’en croire, d’une pratique dont les fruits sont essentiels dans la réalisation de la vie chrétienne. Au surplus, la préface de la messe pendant le Carême – du mercredi des Cendres jusqu’au samedi saint –, telle qu’on la trouve dans le Missel romain, rend grâce à Dieu, « qui, par le jeûne corporel, réprime les vices, élève l’âme et communique la vertu et les dons de son Esprit25 ». Pour Bellarmin, le jeûne aide à dompter la chair et la concupiscence, il dispose à la prière et à la contemplation des choses célestes, il est utile pour rendre à Dieu le culte qui lui est dû, il apaise la colère divine et permet d’acquérir des mérites. Si Bellarmin ne va pas jusqu’à prétendre que le jeûne est méritoire ex opere operato – il peut arriver que quelqu’un se prive de nourriture pour se suicider –, il n’en soutient pas moins la thèse selon quoi de jeûner volontairement avec une religieuse intention permet aux fidèles d’accomplir une action satisfactoire.

  • 26 R. Bellarmin, op. cit., c. XVI, De ratione instituendæ Quadragesimæ, col. 1142 : « Vt Christiani om (...)
  • 27 Jean Calvin, Institutio religionis Christianæ, op. cit., l. IV, c. XII, § 20, col. 918 : « Non enim (...)
  • 28 R. Bellarmin, op. cit., col. 1144 : « Respondeo Christum ieiunasse unam Quadragesimam solum, et una (...)

9La question de l’institution quadragésimale est évidemment essentielle dès lors qu’il est traité de la discipline catholique du jeûne. Bellarmin ne manque pas de défendre le Carême de l’Église romaine. Les protestants, rappelle-t-il, tiennent que son observance n’a été établie qu’après l’époque apostolique, et Chemnitz se prévaut ici du témoignage de saint Irénée – rapporté par Eusèbe de Césarée au chapitre XXIV du livre V de son Histoire ecclésiastique –, qui montre une grande diversité de pratiques quadragésimales en son temps : les uns se contentent de jeûner la veille de Pâques, d’autres deux jours, d’autres davantage, d’autres encore quarante heures. Or, explique Bellarmin, le passage de l’Histoire ecclésiastique que les protestants ne se lassent pas d’invoquer ne concerne que la manière de pratiquer le jeûne et ne parle pas de l’institution du Carême : à suivre le témoignage d’Irénée, l’obligation du jeûne quadragésimal n’est pas mise en cause. Pour conforter ses analyses, Bellarmin ne dénombre pas moins de sept motifs qui, selon lui, ont entraîné la fondation de la pratique du Carême : obliger une fois par an les chrétiens à faire pénitence commune pour expier leurs fautes et mériter la miséricorde divine26 ; les préparer par un jeûne public et solennel à la communion pascale ; accomplir la parole du Christ, qui, aux interrogations des disciples de saint Jean-Baptiste, a répondu que les Apôtres « jeûner[aient] une fois que l’Époux leur aur[ait] été enlevé » (Mt 9, 15) ; célébrer les mystères de la Passion et de la Résurrection ; assister les catéchumènes dans leur régénération spirituelle ; consacrer à Dieu, en forme de dîme annuelle, un dixième de sa vie ; imiter, autant que possible, le Christ, qui a jeûné pour le salut des hommes. À Calvin, qui se demande, dans son Institution de la religion chrétienne, pourquoi le Christ n’a pas jeûné chaque année s’il a vraiment voulu fonder la pratique du Carême par son jeûne au désert27, Bellarmin rétorque qu’il n’était pas besoin de réitérer l’exercice pour servir d’exemple aux chrétiens ; de surcroît, le Christ n’a accepté d’être ouvertement tenté qu’une seule fois, alors que les fidèles doivent résister incessamment aux tentations28. Contre les auteurs protestants, Bellarmin défend la thèse selon laquelle le Carême est une institution divine dont la pratique a été fidèlement observée dès l’époque apostolique.

  • 29 Alfonso Salmerón, Commentarii in Euangelicam historiam et in Acta Apostolorum, t. iv, De historia u (...)
  • 30 Ibid., p. 91 : « Christus ieiunium assumpsit quo facto suo testaretur diuinum et orthodoxum Euangel (...)
  • 31 Ibid., p. 91 : « Vt olim [Dæmon] primos parentes ad gustatum uetiti fructus suis suasionibus et fra (...)
  • 32 Ibid., p. 91 : « Verum hoc primis illis parentibus infeliciores existunt quod illorum oculi peccato (...)
  • 33 Ibid., p. 91 : « Nos igitur Ecclesiam Catholicam, cum in Quadragesima, tum in aliis anni temporibus (...)

10Alors que leur fondateur n’avait pas accordé grande importance aux observances quadragésimales, dont il avait surtout recommandé de ne pas exagérer les rigueurs, les jésuites ont été conduits, dans leur affrontement aux auteurs protestants, à promouvoir une défense plutôt sévère du jeûne et de l’abstinence qui ne laisse en rien présager de l’indulgence des grands casuistes de la Compagnie de Jésus au xviie siècle. Au temps de la première élaboration du paradigme tridentin, les pratiques alimentaires acquièrent ainsi une forte valeur confessionnelle ; elles deviennent un signe de reconnaissance d’ecclésialité auquel le catholicisme romain, à la suite notamment des jésuites, a fini par conférer un rôle crucial en dépit même du peu de zèle des fidèles à les observer. Compagnon d’Ignace et l’un des premiers jésuites, l’Espagnol Alfonso Salmerón (1515-1585) a contribué à la rédaction des Constitutions de la Compagnie de Jésus. Il connaît assurément les convictions du saint fondateur. Il est ainsi très significatif de le voir prendre chaleureusement la défense des pratiques quadragésimales dans ses Commentarii in Euangelicam historiam et in Acta Apostolorum publiés pour la première fois à titre posthume de 1598 à 1601. À suivre le P. Salmerón, qui commente les épisodes successifs de la vie du Christ, le jeûne doit être compté au nombre des instruments que le Saint-Esprit a mis à la disposition du Christ pour lutter contre les tentations diaboliques29. Pour le P. Salmerón, le jeûne du Christ au désert est là pour indiquer que le véritable Évangile commence précisément par des privations alimentaires – au contraire du nouvel Évangile forgé par les hérétiques protestants qui trouve sa source spirituelle dans l’ébriété et la gloutonnerie30. La somme que le P. Salmerón a consacrée au commentaire de l’Écriture sainte est ainsi traversée d’un bout à l’autre par les tensions doctrinales et pratiques que la récente rupture confessionnelle a produites. De même qu’Adam et Ève ont cédé à la tentation du démon en goûtant au fruit défendu, de même les protestants ont-ils accepté un joug diabolique qui favorisait l’appel de leur chair et les poussait à mépriser les lois de l’Église31. Moins heureux qu’Adam et Ève, dont les yeux s’étaient finalement ouverts et qui avaient su qu’ils étaient nus, les modernes hérétiques persistent à ignorer leurs péchés d’intempérance et de gourmandise et ils en défendent même l’innocence32. Face à l’indiscipline alimentaire des protestants, le jésuite appelle prévisiblement à respecter les observances catholiques en matière de jeûne et d’abstinence et, en particulier, à se soumettre aux contraintes du Carême33. De la part d’un proche d’Ignace de Loyola, le rappel à l’orthopraxie alimentaire du catholicisme est ici particulièrement ferme et expressif.

  • 34 Pierre Canisius, Summa doctrinæ Christianæ, Anvers, 1587 [11555], De triplici genere bonorum operum(...)
  • 35 Ibid., p. 296-297 : « Ab hoc Patrum spiritu sunt alieni qui ieiuniorum legem sibi aliisque relaxant (...)
  • 36 Alonso de Pisa, De continentia et abstinentia, uel de apostolico cœlibatu, ieiunio et ciborum delec (...)
  • 37 Ibid., p. 162-163 : « Ecce enim ueteres canones non solum uinum, sed etiam siceram interdixere, et (...)
  • 38 Ibid., p. 163 : « Postea parui pisciculi concessi sunt in cibum, ac mediocris ceruisia in potum, pr (...)
  • 39 Jan Buys, De ieiunio et delectu ciborum disputatio theologica qua doctrina catholica a querela homi (...)
  • 40 Ibid., thèse VII, p. 4 : « Valet certe [ieiunium] in peccatoribus pœnitentiam agentibus ad impetran (...)
  • 41 Ibid., thèse VIII, p. 4 : « Valet in iustis ad expiandas pœnas peccatorum, quia ut aliis affliction (...)
  • 42 Ibid., thèse IX, p. 5 : « Valet ad impetranda et promerenda bona, non repugnantibus plerisque secta (...)
  • 43 Ibid., thèse XIII, p. 7 : « Denique ut totum hunc locum concludamus, ualet etiam ieiunium, quod ist (...)
  • 44 Ibid., thèse XV, p. 9 : « Hunc delectum [ciborum] sectarii ad superstitionem et ritus iudaicos pert (...)
  • 45 Ibid., p. 9 : « Si uel totam antiquitatem mente peruestigemus, prorsus cognoscemus nunquam homines (...)
  • 46 Viridarium Christianarum uirtutum ex sacrosanctæ Scripturæ Sanctorumque Patrum sententiis, quasi le (...)

11Dans les pays où il y a coexistence entre confessions ou dans les zones frontières de catholicité, on trouve évidemment les jésuites intransigeants à défendre la discipline catholique du jeûne et de l’abstinence, qui devient un marqueur confessionnel essentiel. En Allemagne, le Grand Catéchisme du jésuite Pierre Canisius (1521-1597) a rappelé dès 1555 l’importance des jeûnes, et en particulier de celui du Carême, dans la vie ecclésiale34. Les Pères de l’Église, précise Canisius, ont toujours défendu avec beaucoup d’ardeur les observances alimentaires imposées aux fidèles, et ils ont maintenu que l’institution du Carême était d’origine indubitablement apostolique. Pour Canisius, les auteurs qui favorisent les excès de la chair au lieu de préserver la discipline ecclésiastique s’écartent manifestement de la saine doctrine des Pères35. Fermeté quadragésimale dont les jésuites des provinces germaniques de la Compagnie de Jésus vont continuer à faire preuve. Formé au Collège Romain, l’Espagnol Alonso de Pisa (1528-1598) a d’abord été envoyé à Ingolstadt, où il reste jusqu’en 1566 ; de 1566 à 1571, il séjourne à Dillingen, puis, de 1571 à 1575, à Halle. Très lié à Canisius, il enseigne les matières morales, l’Écriture sainte et la controverse. En 1577, enfin, il s’installe à Poznań en Pologne. En 1579, il fait paraître à Cologne un traité De continentia et abstinentia où il résume la doctrine catholique du célibat apostolique, de l’abstinence et du jeûne. L’ouvrage se ressent clairement de l’expérience de controversiste accumulée par le P. de Pisa. D’évidence, le jésuite a affaire à des fidèles peu enclins à respecter la discipline alimentaire de l’Église, puisqu’il éprouve le besoin de rappeler que les modernes contraintes quadragésimales sont plutôt légères quand on les compare aux restrictions qui s’imposaient aux premiers chrétiens. Dès lors, selon le P. de Pisa, le chrétien qui n’observe pas les jeûnes et les abstinences ecclésiastiques se rend coupable d’un péché grave36. Au temps de l’Église primitive, relève le P. de Pisa, les boissons enivrantes étaient interdites les jours de jeûne, le vin, certes, mais aussi la bière ; en fait de nourriture, seuls les légumes étaient autorisés37. L’introduction de l’usage de manger du poisson et de boire une bière légère a correspondu à une première tolérance dans l’Église latine38. Les analyses du P. de Pisa procèdent à une défense nette des pratiques quadragésimales caractéristiques du catholicisme romain. Orientations, sinon sévères, du moins peu favorables à un adoucissement de la discipline du jeûne et de l’abstinence ecclésiastiques et que l’on retrouve dans une Disputatio theologica de ieiunio et delectu ciborum publiée à Mayence en 1581 par le jésuite flamand Jan Buys (1547-1611). Le P. Buys, qui enseigne la théologie au collège jésuite de Mayence, y définit méthodiquement l’orthopraxie quadragésimale catholique. Face aux critiques des auteurs protestants, et de Martin Chemnitz en particulier, il soutient que, pour les fidèles de l’Église romaine, le jeûne n’est authentique et parfait que lorsqu’à la privation de nourriture se joint le refus du péché et des plaisirs interdits39. Le jeûne, affirme le P. Buys, doit être principalement conçu comme un instrument de lutte contre les vices – il y a là une insistance sur l’éminente valeur morale de la discipline alimentaire de l’Église romaine qui est surtout destinée à faire litière des arguments des auteurs protestants qui prétendent que le jeûne des catholiques n’est plus qu’une observance machinale et donc dénuée de religieuse signification intérieure. Contre une position caractéristique du protestantisme, le P. Buys défend sans réserve la thèse selon laquelle jeûnes et abstinences sont méritoires. Pour le jésuite, les privations alimentaires restent indéniablement salutaires. Elles permettent aux pécheurs qui se les infligent d’obtenir la rémission de leurs péchés et de se prémunir de la colère divine ; elles sont un remède spirituel particulièrement efficace40. Le jeûne, poursuit le P. Buys, a une indiscutable valeur expiatoire41. Davantage, de l’aveu même des protestants, il a des effets temporels enviables ; les ascètes sont en effet nombreux qui témoignent par leur longévité des bienfaits des contraintes alimentaires imposées par l’Église42. Jeûnes et abstinences sont aussi des moyens redoutables de lutter contre la pernicieuse influence du démon – et le P. Buys de renvoyer ici à l’exemple du Christ. Plus polémiquement, le jésuite retient que le jeûne peut être aussi employé à mériter la vie éternelle. D’une manière générale, le P. Buys estime que jeûner est une façon d’honorer Dieu43. Sur la question périlleuse de l’abstinence, le delectus ciborum – soit, techniquement, la pratique qui conduit à écarter des aliments précis –, le jésuite affirme hautement que les protestants se trompent lorsqu’ils la dénoncent comme une superstition et un reste de ritualisme judaïque44. À l’en croire, il suffit de parcourir l’histoire des temps les plus reculés pour connaître que jamais les hommes n’ont jeûné sans respecter aussi des interdits alimentaires – et de noter ainsi qu’à Adam et à Ève, il a été recommandé de ne pas goûter au fruit défendu de l’arbre de la connaissance du bien et du mal45. D’après le P. Buys, la pratique du delectus ciborum est donc largement antérieure à la loi mosaïque. Quant aux jeûnes et abstinences dont les observances sont en vigueur dans l’Église romaine, le jésuite tient évidemment que les plus solennels, comme celui du Carême, sont de tradition apostolique et qu’ils se sont valu dès l’Antiquité le consentement universel du peuple chrétien. Le jeûne du Carême et l’abstinence des vendredis et des samedis sont d’obligation, rappelle le P. Buys, qui oppose à l’hostilité protestante à l’encontre des pratiques quadragésimales de l’Église romaine un récapitulatif complet de l’orthopraxie catholique en matière de discipline alimentaire. Aux auteurs luthériens, alors classiquement qualifiés d’épicuriens, qui ne cessent de se prévaloir des fameuses paroles du Christ selon lesquelles « ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme » (Mt 15, 11), le P. Buys répond qu’à prendre au pied de la lettre les propos du Rédempteur, il est possible d’en faire une justification de l’ivresse, de la gourmandise ou même du cannibalisme. En réalité, le Christ met ici en garde ses fidèles contre les superstitions juives qui conduisaient à tenir des aliments pour ignobles par nature. Aucun catholique, précise le P. Buys, n’a jamais considéré qu’il y eût des nourritures en elles-mêmes impures ou susceptibles de perdre les âmes au motif qu’elles ont été interdites par l’Église. Doctrine que le jésuite a ensuite reprise fidèlement à l’article Ieiunium de son Viridarium Christianarum uirtutum (1610)46. En territoires germaniques, les auteurs issus de la Compagnie de Jésus ont défendu sans faiblir la validité chrétienne des contraintes alimentaires propres à l’orthopraxie quadragésimale du catholicisme romain.

  • 47 Edmund Campion, Rationes decem quibus fretus certamen aduersariis obtulit in causa Fidei Edmundus C (...)
  • 48 William Whitaker, Ad Rationes decem Edmundi Campiani Iesuitæ quibus fretus certamen Anglicanæ Eccle (...)
  • 49 Ibid., p. 211 : « Quis enim, qui non iudicium omnemque sensum amisit, eum ieiunare existimet qui li (...)

12Dans les pays où l’affrontement interconfessionnel donne lieu à de terribles persécutions, les jésuites ne se montrent pas moins fermes à rejeter les mises en cause signifiées par les protestants à l’encontre du jeûne et de l’abstinence ecclésiastiques catholiques. En 1581, à la veille d’être capturé – avant d’être exécuté par pendaison à Tyburn le 1er décembre 1581 –, le jésuite anglais Edmund Campion (1540-1581), qui avait été élevé dans la religion anglicane, fait paraître anonymement ses célèbres Rationes decem où il argumente sévèrement à l’encontre de la légitimité de la Réforme anglaise en l’accusant de fonder sa doctrine sur de douteuses homonymies47. Il n’y soulève pas le problème des pratiques quadragésimales. L’introduction de la question du jeûne et de l’abstinence ecclésiastiques dans le débat a relevé de la responsabilité du théologien protestant – et professeur éminent à l’Université de Cambridge – William Whitaker (1548-1595), qui fait paraître dès 1581 une Responsio ad Rationes decem Edmundi Campiani. Ulcéré par les attaques du P. Campion, qui reproche aux théologiens anglicans de constamment jouer sur le sens des mots, Whitaker réplique en accusant les catholiques de ne conserver du jeûne que le nom. Ses analyses sont très hostiles à l’encontre des pratiques quadragésimales du catholicisme. Il estime que s’abstenir de certains aliments pour des raisons religieuses ou de jeûner à périodes fixes est soit absurde, soit superstitieux48. La teneur des analyses de Whitaker est caractéristiquement protestante. Elle rappelle fortement les critiques soulevées par Luther contre les pratiques quadragésimales romaines. Pour Whitaker, nul ne peut croire sérieusement qu’il jeûne quand il mange copieusement des plats les plus raffinés en s’abstenant des seules viandes. Selon l’Anglais, estimer que le jeûne du vendredi est plus saint que celui du mercredi revient à faire preuve d’un ritualisme stérile et comparable à celui des juifs49. Aux Galates, l’Apôtre avait fait de véhéments reproches lorsqu’il les avait admonestés (Gal 4, 10) : « Vous observez les jours, les mois, les temps et les années ! » À plus forte raison, selon Whitaker, les propos de saint Paul s’appliquent-ils aux modernes catholiques. Semblables récriminations avaient été adressées aux Colossiens (Col 2, 21-22) : « Ne prends pas ! Ne goûte pas ! Ne touche pas ! Préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus et qui ne sont fondés que sur les ordonnances […] des hommes. » Dans sa Première épître à Timothée, saint Paul avait, du reste, fermement réprouvé la pratique du delectus ciborum et il n’avait pas hésité à en stigmatiser le caractère à la fois diabolique et hypocrite (1 Tm 4, 1-3) :

L’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés.

  • 50 John Durie, Confutatio responsionis Guglielmi Whitakeri ad Rationes decem quibus fretus Edmundus Ca (...)
  • 51 Ibid., fol. 376v° : « Si Gulielmo credimus Whitakero, insanierunt hactenus Christiani omnes, qui, u (...)
  • 52 William Whitaker, Responsionis ad decem illas rationes quibus fretus Edmundus Campianus certamen Ec (...)

13Enseignements pauliniens qui, à en croire Whitaker, sont autant de condamnations des observances quadragésimales romaines. Non que l’Anglais soit généralement hostile à la pratique du jeûne : insister sur l’importance du jeûne spirituel et intérieur n’implique pas de rejeter le jeûne extérieur. Après la mort de Campion, il est revenu à l’un de ses confrères, le jésuite écossais John Durie (c. 1544-1588), de répliquer à Whitaker. Dans sa Confutatio responsionis Guglielmi Whitakeri ad Rationes decem Edmundi Campiani (1582), le P. Durie s’emporte contre les propos selon lui ridicules de son adversaire. Pour le P. Durie, Whitaker a simplement reconduit à l’encontre des pratiques catholiques du jeûne et de l’abstinence les critiques insignifiantes déjà formulées par les luthériens. Le jésuite rappelle vertement que l’Église catholique enseigne à ses fidèles à ne jamais se rendre coupables d’intempérance alimentaire ou d’ébriété, que ce soit durant le Carême ou non50. Affirmer que la pratique du delectus ciborum est une absurdité signifie taxer d’insanité Daniel, qui, à l’annonce d’une prochaine calamité, s’est astreint à des restrictions alimentaires (Dn 10, 2-3) : « En ce temps-là, moi, Daniel, je fus trois semaines dans le deuil. Je ne mangeai aucun mets délicat, il n’entra ni viande, ni vin dans ma bouche, et je ne m’oignis point jusqu’à ce que les trois semaines fussent accomplies. » L’exemple de Daniel, poursuit le P. Durie, est là pour indiquer aux catholiques qu’il leur faut se priver des nourritures raffinées durant le Carême et que le respect d’un delectus ciborum est un moyen d’honorer Dieu et d’apaiser son ressentiment. À suivre les imprécations de Whitaker, affirme le jésuite, on doit forcément tenir pour insensées les innombrables générations de chrétiens qui ont pratiqué jeûnes et abstinences et considérer que seul Luther est dans le vrai qui soutient que les privations alimentaires ne sont que superstitions et que la véritable religion consiste à s’abandonner aux attraits de la gourmandise51. Dès 1583, Whitaker réplique à Durie dans une De-fensio où il maintient que les observances catholiques du jeûne et de l’abstinence sont purement superstitieuses52 – il est ainsi permis en Carême de manger du poisson en abondance, mais la moindre bouchée de viande suffit à se rendre coupable du péché le plus grave. L’obstination avec laquelle les jésuites anglais, en proie aux plus lourdes persécutions qu’ils aient eu à subir sous le règne d’Élisabeth Ière, ont défendu la discipline catholique du jeûne et de l’abstinence face aux attaques particulièrement vives des auteurs anglicans témoigne de l’importance qu’ils accordaient à des observances alimentaires devenues, comme en terres allemandes, des marqueurs confessionnels cruciaux.

  • 53 Frans de Costere, Enchiridion controuersiarum præcipuarum nostri temporis de religione in gratiam s (...)
  • 54 Ibid., p. 702 : « Cum Christus nihil in Sacris Literis de ratione ieiunii præscripsit, eius utique (...)
  • 55 Ibid., p. 702 : « Ecclesia a Christo authoritate accepta recte imposuit Christianis ieiunia et a ce (...)
  • 56 Ibid., p. 702 : « Ecclesiam habere ius in sibi subiectos in his quæ ad animarum salutem pertinere i (...)

14La dynamique de l’affrontement entre confessions rivales, qui atteint sans doute un premier point culminant en Europe dans les années 1580, se traduit par une abondante production jésuite d’ouvrages de controverses dont la publication précède de peu la parution du monument bellarminien que constituent les Disputationes de controuersiis christianæ fidei. En 1585, le jésuite brabançon Frans de Costere (1532-1619) – reçu par Ignace lui-même dans la Compagnie de Jésus, il avait été rapidement envoyé à Cologne pour enseigner l’Écriture sainte et s’y était signalé par des talents de controversiste qui l’ont fait surnommer « le marteau des hérétiques » – publie la première édition de son Enchiridion controuersiarum præcipuarum nostri temporis de religione. Le traité du jeûne et de l’abstinence y est significativement et abondamment développé. Il constitue, sur la question des observances alimentaires de l’Église catholique, la meilleure mise au point faite par un jésuite avant le maître livre de Bellarmin. Le P. de Costere y rappelle qu’il est permis de se priver de nourriture plusieurs jours, si la santé le permet – une précision qui est probablement l’écho des conceptions ignaciennes d’un jeûne équilibré –, pour réprimer les vices, obtenir la faveur divine ou s’adonner plus aisément à la prière53. Aux fidèles incapables de se priver complètement de nourriture, le P. de Costere concède qu’il est possible de n’observer que l’abstinence. Certes, poursuit le jésuite, le Christ n’a pas défini d’orthopraxie quadragésimale ; il n’a pas prescrit de fréquence, de forme ou de période pour les jeûnes et les abstinences à pratiquer dans son Église ; il est donc revenu à l’autorité ecclésiale de décider des contraintes alimentaires auxquelles les chrétiens devaient se plier54. Il ne s’agit pas là, précise le P. de Costere, d’une discipline dont le respect est indifférent – les infracteurs commettent un péché grave55. À mépriser les injonctions de l’Église en matières quadragésimales, on révoque de fait en doute la légitimité du pouvoir exercé par les autorités ecclésiales56. L’engagement des jésuites en faveur de la pratique du jeûne a ainsi une dimension ecclésiologique.

  • 57 Martin Bécan, Compendium manualis controuersiarum huius temporis de fide et religione, Cologne, 167 (...)
  • 58 Ibid., p. 457 : « Aduersarii contemnunt præceptum Ecclesiæ, et hoc solum faciendum aiunt quod a Deo (...)
  • 59 Stephan Gerlach, Disputatio theologica de ieiunio opposita erroribus Roberti Bellarmini, nunc Roman (...)
  • 60 August Varenius, Disputatio theologica de ieiunio contra Pontificios, inprimis Bellarminum, Rostock (...)
  • 61 Disputatio theologica de ieiunio ecclesiastico, quam ad publicam disputationem in catholica et cele (...)

15Alors même que leur fondateur n’a accordé qu’une importance modérée aux observances alimentaires imposées par l’Église, les jésuites du temps de la première élaboration du paradigme tridentin ont défendu avec beaucoup de ténacité les contraintes du jeûne et de l’abstinence. Plutôt sévère, la doctrine quadragésimale énoncée par Bellarmin dans ses Disputationes de controuersiis christianæ fidei a été préparée par l’ardeur de la confrontation interconfessionnelle en Allemagne et en Angleterre. Elle s’inscrit dans une logique controversiste de confessionnalisation qui connaît un dynamisme sans précédent au lendemain du concile de Trente, et en particulier dans les années 1570 et 1580. À plusieurs égards, les Disputationes de Bellarmin sont plus un aboutissement qu’un commencement. Dès qu’elles touchent à des questions d’ortho-praxies confessionnelles, elles résument plusieurs décennies d’expérience jésuite de la confrontation à l’hérésie protestante dans des territoires où ils défendent leur religion au péril de leur vie. Le dernier quart du xvie siècle voit ainsi les auteurs issus des rangs de la Compagnie de Jésus élaborer progressivement au creuset de la controverse interconfessionnelle une morale chrétienne qui n’est pas la même que celle que les casuistes vont ensuite produire. Ils s’y montrent plus sévères que ne vont l’être leurs successeurs et que ne l’a été Ignace lui-même. Morale de controversistes dont l’identité est constituée à la fin du xvie siècle et dont la fécondité et l’inventivité vont ensuite rapidement s’épuiser avec la consolidation des lignes de front dans la concurrence entre confessions. Si les jésuites restent des spécialistes de controverses, ils deviennent surtout à partir du début du xviie siècle – la parution en 1600 du premier tome des Institutiones morales du P. Juan Azor (1536-1603), l’un des rédacteurs de la Ratio studiorum, est souvent prise comme point de repère – de redoutables casuistes. La matière du jeûne et de l’abstinence s’extrait progressivement du cadre controversiste pour devenir une pièce essentielle de l’exposé casuistique de la morale chrétienne envisagée dans un espace désormais confessionnalisé et donc intra-catholique. Publié en 1626 à titre posthume, le célèbre Compendium manualis controuersiarum huius temporis de fide ac religione du jésuite néerlandais Martin Van der Beeck (1561-1624), ou Bécan, qui est sans doute le dernier grand traité classique de controverse produit par un jésuite au premier âge posttridentin, traite du jeûne, mais de façon beaucoup plus expéditive que Bellarmin ou même que le P. de Costere57. À en croire le P. Bécan, le refus protestant d’une discipline quadragésimale procède purement et simplement du rejet général des préceptes ecclésiastiques – pour les hérétiques, il convient de n’observer que les commandements divins ; or jamais Dieu n’a commandé de jeûner58. La contribution jésuite au débat sur la légitimité des pratiques alimentaires propres au catholicisme romain a constitué une cible de choix pour les auteurs protestants. Le traité De ieiunio des Disputationes de Bellarmin a fait l’objet d’innombrables réfutations. Dans sa Disputatio theologica de ieiunio (1604), le théologien protestant Stephan Gerlach (1546-1612), professeur à l’Université de Tubingue, s’emploie à réfuter point par point les positions bellarminiennes en matière de discipline alimentaire59. Dans sa copieuse mais inachevée Panstratia catholica, publiée en 1626 à Genève à titre posthume, le pasteur huguenot Daniel Chamier (1564-1621) entreprend de réfuter méthodiquement la totalité des Disputationes de Bellarmin, et il n’oublie évidemment pas d’y faire un sort à la justification que le jésuite a faite des observances quadragésimales catholiques. Encore en 1656, dans une Disputatio theologica de ieiunio, le luthérien August Varenius (1620- 1684), professeur de théologie à l’Université de Rostock, fait écho aux critiques formulées un demi-siècle auparavant par Stephan Gerlach60. En France, le régime de coexistence confessionnelle instauré par l’Édit de Nantes en 1598 a contribué à conserver son dynamisme à l’activité controversiste des jésuites, qui prennent la défense du jeûne ecclésiastique. Ainsi du P. Guillaume Baile (1557-1620), qui, dans son Catéchisme et abrégé des controverses de notre temps touchant la religion (1607), célèbre les origines apostoliques des pratiques alimentaires de l’Église romaine. En 1608, le huguenot André Rivet (1572-1651) lui répond dans son Sommaire et abrégé des controverses de notre temps touchant la religion ; il y nie formellement que les Apôtres aient institué le Carême. En 1618, dans son fameux Bouclier de la foi, son coreligionnaire Pierre Du Moulin (1568-1658) maintient contre le jésuite Jean Arnoux (1576-1636) que le jeûne n’est ni méritoire, ni satisfactoire. Si la question quadragésimale revient obsessionnellement dans les controverses entre jésuites et protestants français, l’épuisement de la dynamique controversiale en Allemagne et aussi, sans doute, la stabilisation du processus de confessionnalisation paraît engendrer un relatif désintérêt de la Compagnie de Jésus pour la justification argumentée de la légitimité chrétienne du jeûne et de l’abstinence ecclésiastiques. Très significatif, ainsi, le fait que, dans une Disputatio theologica de ieiunio ecclesiastico prononcée en février 1617 à l’Université de Dillingen sous la présidence du jésuite suisse Pierre Gottraw (1577-1640), le candidat développe d’abondance, selon une perspective ouvertement casuistique et indulgente – comme en témoignent de fréquents renvois à Juan Azor –, la question de l’obligation des privations alimentaires, celle des causes de dispenses, ou encore celle de la licéité des adoucissements apportés à la discipline ecclésiastique, et n’expédie que pour finir et rapidement la réfutation des arguments avancés par les protestants à l’encontre des observances quadragésimales catholiques61. Après avoir été matières de controversistes, jeûne et abstinence ecclésiastiques rentrent désormais dans le domaine propre des théologiens moralistes. Alors que s’achève une première phase de la confessionnalisation des christianismes modernes, les auteurs jésuites ont reporté une partie de leur attention sur le disciplinement moral des catholiques.

Notes

1 Voir la somme récente de Paul Fieldhouse, Food, Feasts and Faith. An Encyclopedia of Food Culture in World Religions, 2 vol., Santa Barbara (CA), ABC-CLIO, 2017. Consulter également le bilan dressé par Corrie E. Norman, « Food and Religion », The Oxford Handbook of Food History, Jeffrey M. Pilcher (éd.), Oxford, 2012, p. 409-422.

2 Sur les pratiques alimentaires chrétiennes, voir la synthèse de Massimo Montanari, Mangiare da cristiani. Diete, digiuni, banchetti. Storie di una cultura, Milan, Rizzoli, 2015, La chère et l’esprit. Histoire de la culture alimentaire chrétienne, trad. française, Paris, Alma Editeur, 2017. Consulter également Laura De Gregorio, « Alimentazione e religione : la prospettiva cristiano-cattolica », Il Diritto ecclesiastico, CXXI/1-2, 2010, p. 151-164, et Geraldina Boni, « Digiuno e astinenza in diritto canonico. Residui di una pratica religiosa dei secoli passati ? », Ephemerides iuris canonici, n. s., LIV/1, 2014, p. 103-146. Sur l’observance du jeûne à l’époque moderne, voir Ken Albala, « The Ideology of Fasting in the Reformation Era », dans Ken Albala et Trudy Eden (dir.), Food and Faith in Christian Culture, New York, 2011, p. 41-58. Sur l’effacement des observances quadragésimales en France, voir Reynald Abad, « Un indice de déchristianisation ? L’évolution de la consommation de viande à Paris en carême sous l’Ancien Régime », Revue historique, CCCI/2, 1999, p. 237-275, et Jean-François Galinier-Pallerola, « Le jeûne de Carême dans les sermons catholiques français du xviie au xixe siècle », dans Brigitte Pérez-Jean, Michel Fourcade, Pierre-Yves Kirschleger et Sabine Luciani (dir.), Les dialectiques de l’ascèse, Paris, Classiques Garnier, 2011, p. 253- 277. Sur le fléchissement contemporain des pratiques du Carême, voir Jean-François Galinier-Pallerola, « Le déclin du jeûne dans le catholicisme des xixe-xxie siècles », dans Paul Airiau (dir.), Nourritures terrestres : alimentation et religion. Actes de la journée d’études de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine (Lyon, 28 septembre 2013), Lyon, LARHRA, 2016, p. 15-35. Sur l’évolution de la norme catholique des contraintes quadragésimales aux âges tridentin et posttridentin, on se permet de renvoyer à Sylvio De Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le catholicisme latin (xviie-xixe siècle), Paris, Beauchesne, 2018.

3 Sur l’ascétisme alimentaire des réguliers de l’époque moderne, voir Angelo D’Ambrosio et Mario Spedicato, Cibo e clausura. Regimi alimentari e patrimoni monastici nel Mezzogiorno moderno (sec. xvii-xix), Bari, Carucci, 1998, Antonella Prigionieri, Comunità religiose e regimi alimentari nella Capitanata moderna, Bari, Carucci, 2002, et Fabienne Henryot, À la table des moines. Ascèse et gourmandise de la Renaissance à la Révolution, Paris, Librairie Vuibert, 2015. Sur le jeûne et l’abstinence dans le monde franciscain, voir Nicholas de Cork, Fast and Abstinence in Franciscan Legislation, Rome, s.n., 1943, Jordan Joseph Sullivan, Fast and Abstinence in the First Order of Saint Francis : a Historical Synopsis and a Commentary, Washington, CUA, 1957, et plus récemment Sylvio De Franceschi, « Disciplines franciscaines du jeûne et de l’abstinence à l’âge classique. L’interprétation des prescriptions alimentaires de la règle de saint François aux xvie et xviie siècles », Études franciscaines, n. s., XI/1, 2018, p. 51-84, et id., « Morales franciscaines du jeûne et de l’abstinence au temps des Lumières. Ascétisme alimentaire et discipline régulière au xviiie siècle », Archivum Franciscanum Historicum, CXI/1-2, 2018, p. 193-217.

4 Claudio Ferlan, « La pericolosità degli eccessi. Ignazio di Loyola e le regole della tavola », Ignaziana, 23, 2017, p. 3-16.

5 Philipp Melanchthon, Opera quæ supersunt omnia, Corpus reformatorum, Karl-Gottlieb Bretschneider et Heinrich-Ernst Bindseil (éd.), vol. 26, Brunschwick, 1858, Confessio Augustana inuariata, col. 310 : « Itaque non damnantur ipsa ieiunia, sed traditiones quæ certos dies, certos cibos præscribunt, cum periculo conscientiæ, tanquam istiusmodi opera sint necessarius cultus. »

6 Johannes Brenz, Confessio Illustrissimi Principis ac Domini D. Christophori ducis Wirtenbergensis, 2 vol., Francfort-sur-le-Main, P. Brubachium, 1561, t. I, Confessio piæ doctrinæ quæ nomine Illustrissimi Principis ac Domini D. Christophori ducis Wirtenbergensis ac comitis Montisbeligardi, per legatos eius die 24 mensis Ianuarii, anno MDLII, Congregationi Tridentini concilii proposita est, De satisfactione, p. 16 : « Ieiunium sentimus utile esse, non in hoc ut uel operis sui merito expiet peccata coram Deo uel applicet ieiunanti meritum Christi, sed ut sobrietate iniiciat carni frenum, ne homo crapula et ebrietate impeditus uocationi Dei minus obsequatur et suo officio oscitanter defungatur. »

7 Sacrorum conciliorum noua et amplissima collectio, t. XXXIII, Ab anno MDXLV ad annum MDLXV, Giovanni Domenico Mansi (éd.), Paris, 1902, col. 194 : « Insuper hortatur Sancta Synodus et per sanctissimum Domini nostri atque Saluatoris aduentum pastores omnes obtestatur ut, tamquam boni milites, illa omnia quæ Sancta Romana Ecclesia, omnium Ecclesiarum mater et magistra, statuit, necnon ea quæ tam in hoc concilio quam in aliis œcumenicis statuta sunt quibuscumque fidelibus sedulo commendent omnique diligentia utantur ut illis omnibus et iis præcipue sint obsequentes quæ ad mortificandam carnem conducunt, ut ciborum delectus et ieiunia, uel etiam quæ faciunt ad pietatem augendam, ut dierum festorum deuota et religiosa celebratio, admonentes populos crebro obedire præpositis suis, quos qui audiunt Deum remuneratorem audient, qui uero contemnunt, Deum ipsum ultorem sentient. »

8 Martin Chemnitz, Examen concilii Tridentini, Eduard Preuss (éd.), Berlin, G. Schlawitz, 1861, 4e partie, 4e lieu, De ieiunio, sect. iii, Quæ et qualis sit Pontificiorum doctrina de ieiunio, § 3, p. 866 : « Primum igitur generale caput Pontificiæ doctrinæ est de ieiunio, quomodo suum ieiunium describant, supra enim ex Scriptura ostendimus, sanctos ieiunantes omnibus deliciis corporis renuntiasse, et per diem ab omni cibo usque ad uesperam seu cœnam abstinuisse, et parce ac minus delicate etiam cœnasse, sine ulla tamen prohibitione ciborum a Deo concessorum. »

9 Daniello Bartoli, Della vita di Roberto cardinal Bellarmino, arcivescovo di Capua, della Compagnia di Giesù libri quattro, Rome, N. A. Tinassi, 1678, l. I, c. III, p. 17 : « Nel 1553, corrente il dodicesimo anno dell’età di Roberto, la solennità del Santo Natale di Christo cadde in lunedì ; e ‘l precedente sabbato si digiunò, come è legge di farsi. Ma peroché in casa Bellarmini non era cosa straordinaria il digiuno del sabbato, Roberto non si avvisò se quello fosse per divozione o per obligo. La domenica susseguente, al desinare, si mangiò carne, come era lecito, ed egli non dubitava potersi, senonché i suoi, sapendo la dilicatezza della sua coscienza, si accordarono a tribolarlo per giuoco ; e gli domandarono fintamente da vero s’egli aveva come essi licenza di mangiar carne quel dì, che, essendo immediatamente inanzi alla gran solennità del Natale, non era ella una della vigilie comandate ? Roberto, che non aveva mai dubitato non cader vigilia nelle domeniche, a quel dimandarnelo, entrò in tanta afflizion d’animo sopra quello ancorché innocente fallo che dubitò aver commesso, che per pietà di lui fu bisogno che si desser davero a sicurarlo del potersi quel ch’egli ed essi avean fatto. Ma non perciò ne seguì che non ne rimanesse con ispavento e turbazione, finché da altri di fuori ne fosse pienamente certificato. »

10 Nicolas Frizon, La vie du cardinal Bellarmin, de la Compagnie de Jésus, Nancy, Paul Barbier, 1708, l. III, p. 178.

11 Jeremias Drexel, Aloe amari sed salubris succi ieiunium, quod in aula Serenissimi utriusque Bauariæ ducis Maximiliani explicauit et latine scripsit Hieremias Drexelius e Societate Iesu Monachii MDCXXXVII, Anvers, 1649, l. i, Quare ieiunandum, c. iii, Ieiunium sapientium et sanctorum hominum dictis et exemplis commendatissimum ; succinctum Societatis Iesu patrocinium, § 3, p. 38 : « Franciscus Suarezius theologus, qui anno ætatis decimo septimo huic minimæ Societati adscriptus, quinquaginta quatuor annis in ea uixit, septuagenarius obiit. Illustrandæ theologiæ uir iste unum et uiginti grandes tomos in lucem edidit ; quotidianis ieiuniis carnem macerauit, nec enim, inquam, nisi semel de die cibum admisit, quotidie itidem flagellis corpus in seruitutem redegit, tantum temporis orationi dedit ac si studia negligeret ; ita studiis inuigilauit ac si orationem penitus intermitteret. »

12 Sur le livre du P. Wijns, voir l’étude récente et très bien documentée d’Eleonora Rai, « The Odor of Sanctity. Veneration and Politics in Leonard Lessius’s Cause for Beatification (Seventeenth-Twentieth Centuries) », Journal of Jesuit Studies, 3, 2016, p. 238-258.

13 [Jacob Wijns], De uita et moribus R. P. Leonardi Lessii e Societate Iesu theologi liber, Bruxelles, 1640, c. XVII, Sobrietas et temperantia, § 98, p. 190 : « Ieiunium illi perpetuum. Quoquo die, una solaque certa cibi ac potionis quantitate, definita cœnatio. Erant in ea eduliorum unciæ non admodum decem ; totidem quoque potionis. Cibus plerumque communis et tenuis ; carnibus fere non uescebatur, sed sola die toto panatella (pulticula est ex aqua et pane) uno præterea alteroque ouo. Potus, uini pauxillum, pituitoso stomacho pernecessarium, etsi postremis sex uitæ annis, id perraro, cum tota dumtaxat familia admitterret. »

14 Ibid., n. 99, p. 192-193 : « Discessit tamen aliquando ut multorum qui recte consulere putabantur importunis hortationibus concedet quibus sobra eius diæta plusculum ieiuna angustaque uidebatur ; eorum quippe monitionibus, post multa tandem adductus, in meridie ad statam ex modico eoque sicco pane dimidiæ unciæ mensuram, paulo amplius, atque illud humidum assumpsit ; quæ res post decem uel duodecim dies tantos stomachi et intestinorum dolores per aliquot hebdomadas illi attulit ut moriturus uideretur. In quos dolores (etsi bis multis medicamentis magnaque doctissimorum medicorum industria esset curatus) bis relapsus est. Cumque iam tertio per aliquot dies affligeretur, uenit illi in mentem mutatæ consuetudinis et re diligenter expensa, sibi persuasit hanc esse causam tanti mali. Quare statuit illam repetere. Et en, mox primo die cœperunt dolores minui ; itaque intra quatriduum decreuere ut nihil præter magnam corporis debilitatem remaneret, quæ tamen et ipsa paulatim sobriæ illius et siccæ diætæ præsidio sublata est. »

15 Sur Bellarmin, voir Franco Motta, Bellarmino. Una teologia politica della Controriforma, Brescia, Editrice Morcelliana, 2005, et Stefania Tutino, Empire of Souls. Robert Bellarmine and the Christian Commonwealth, Oxford, Oxford University Press, 2010.

16 Robert Bellarmin, Disputationes de controuersiis Christianæ fidei, t. IV, Paris, 1613 [11593], De reparatione gratiæ, 3e controverse principale, De bonis operibus in particulari, l. II, De ieiunio, c. I, De nomine et uaria acceptione ieiunii, col. 1089 : « Ieiunium morale est parsimonia illa et temperantia cibi et potus quam philosophi quoque duce natura et ratione approbauerunt, et quam eorum aliqui tenuerunt. »

17 Ibid., col. 1089 : « Ieiunium naturale uocant theologi abstinentiam ab omni prorsus cibo uel potu, quacumque ratione sumpto. Dicitur autem sumptus cibus uel potus, quando iam ad stomachum est transmissus. Si quis enim cibum aliquem degustatum continuo exspueret, non solueret naturale ieiunium. »

18 Ibid., col. 1089 : « Ieiunium ecclesiasticum […] definiri solet abstinentia cibi secundum Ecclesiæ regulam assumpta. »

19 Ibid., col. 1090 : « Tria uero sunt quæ secundum regulam ecclesiasticam ad ieiunium requiruntur. Primum, ut qui ieiunat, semel tantum in die cibum sumat. Secundo, ut una illa refectio sit cœna, non prandium. Tertio, ut habeatur ciborum delectus, et præsertim a carnibus se abstineat qui ecclesiastico more ieiunat. »

20 Jean Calvin, Opera quæ supersunt omnia, t. II, Corpus reformatorum, Jean Guillaume Baum, Édouard Cunitz et Eduard Reuss (éd.), vol. 30, Brunschwick, 1864, Institutio religionis Christianæ, l. IV, De Sancta Ecclesia Catholica, c. XII, § 18, col. 916-917 : « Hoc [ieiunium] in tribus situm est, in tempore, in ciborum qualitate et parsimonia. Tempus dico, ut ieiuni defungamur iis actionibus quarum causa instituitur ieiunium. Quemadmodum, exempli causa, si ob solemnem precationem quis ieiunet, ut eo impransus accedat. Qualitas in eo sita est ut absint omnes lautitiæ ac plebeiis uilioribusque cibis contenti, palatum delicatis non irritemus. Quantitatis ratio in hoc est ut parcius ac leuius solito uescamur : tantum ad necessitatem, non etiam ad uoluptatem. »

21 R. Bellarmin, op. cit., c. II, Vnicam in ieiunio refectionem eamque cænam esse debere, non prandium, col. 1090-1091 : « Dicit enim [Caluinus] ieiunium tribus rebus perfici, tempore, qualitate et quantitate, sed per tempus non intelligit certam ac definitam horam, sed solum ut ieiunium non soluatur antequam res illa peracta sit cuius gratia ieiunium est susceptum […]. Per quantitatem non intelligit unicam refectionem, sed ut minus solito comedatur ; per qualitatem, non delectum alicuius cibi in specie, sed abstinentiam a lautitiis in genere. »

22 Ibid., col. 1092 : « Denique apud ueteres, quamuis de tempore Quadragesimæ nonnulla uarietas esse uideatur, an ad finem diei, an post horam nonam ieiunium solui possit, tamen inauditum est prorsus ut ante horam nonam, quæ est tertia post meridiem ieiunium quodcumque soluatur. »

23 Thomas d’Aquin, IIª-IIæ, q. 147, a. 7, co. [Édition léonine 10, 164] : « Conuenit etiam ista hora mysterio Passionis Christi, quæ completa fuit hora nona, quando, inclinato capite, tradidit spiritum. Ieiunantes enim, dum suam carnem affligunt, passioni Christi conformantur. »

24 R. Bellarmin, op. cit., col. 1093 : « Vsum ieiunia soluendi circa meridiem et cœnulam sumendi sub noctem ab Ecclesia non imperari, sed tolerari, neque deesse inter catholicos qui unica omnino refectione contenti, nihil omnino cibi degustent, nisi uel hora nona uel sub uesperam. Neque enim ignorant ieiunium tanto esse perfectius quanto diutius refectio siue cœna differtur. »

25 Missale Romanum, ex decreto Sacrosancti Concilii Tridentini restitutum, Pii V Pontificis Maximi iussu editum, Rome, 1588 [11570], p. 281-282 : « Vere dignum et iustum est, æquum et salutare, nos tibi semper et ubique gratias agere, Domine sancte, Pater omnipotens, æterne Deus, qui corporali ieiunio uitia comprimis, mentem eleuas, uirtutem largiris et præmia per Christum Dominum nostrum. »

26 R. Bellarmin, op. cit., c. XVI, De ratione instituendæ Quadragesimæ, col. 1142 : « Vt Christiani omnes pro negligentiis toto anno commissis agant quasi communem et publicam pœnitentiam et Deum coniunctis studiis, precibus et lachrymis placere nitantur. »

27 Jean Calvin, Institutio religionis Christianæ, op. cit., l. IV, c. XII, § 20, col. 918 : « Non enim sæpius ieiunat Christus (quod fieri oportuit, si anniuersarii ieiunii legem tradere uellet), sed semel tantum, cum se ad Euangelii promulgationem accingit. »

28 R. Bellarmin, op. cit., col. 1144 : « Respondeo Christum ieiunasse unam Quadragesimam solum, et una tantum die palam tentari uoluisse, quoniam id satis erat ad exemplum nobis præbendum ut ad resistendum tentationibus per ieiunium armaremur. Nos autem, qui non semel, sed annis singulis cum tentatore pugnaturi sumus, annis singulis ieiunare debemus. »

29 Alfonso Salmerón, Commentarii in Euangelicam historiam et in Acta Apostolorum, t. iv, De historia uitæ Domini nostri Iesu Christi usque ad Dominicam Cœnam, Cologne, 1612, pars I, tr. X, In illa uerba : Et cum ieiunasset quadraginta diebus et quadraginta noctibus, postea esuriit, p. 90 : « Quemadmodum qui ad singulare certamen in arenam descendunt, non nisi omni genere armorum et peritia certandi instructi prodire solent, ita sane Spiritus sanctus, qui Christum expulit in desertum atque tentandum diabolo exposuit, militem suum bene armatum atque munitum protulit ut sine magna difficultate uictoriam comparare posset. Arma autem quæ Christus induit sunt secessus in solitudinem et assidua deprecatio, ne otiosus esset, atque ieiunium siue abstinentia ac quæ ieiunium consequitur uigilantia : qui enim sobrii sunt minus somno uacare solent. »

30 Ibid., p. 91 : « Christus ieiunium assumpsit quo facto suo testaretur diuinum et orthodoxum Euangelium ab abstinentia et ieiunio initium sumere. Euangelium uero nouellum ab hæreticis Germaniæ excogitatum atque confictum ab ingluuie et ebrietate, Dæmone esum uetitorum suadente, omnino exordium capit. »

31 Ibid., p. 91 : « Vt olim [Dæmon] primos parentes ad gustatum uetiti fructus suis suasionibus et fraudibus pellexit atque ad uiolandum diuinum præceptum impulit atque pertraxit, haud dissimili ratione equidem hos miseros et carni deditos hæreticos seduxit atque decepit, ad Ecclesiæque salutares leges contemnendas solicitauit. »

32 Ibid., p. 91 : « Verum hoc primis illis parentibus infeliciores existunt quod illorum oculi peccato admisso aperti sunt et cognouerunt se esse nudos, istorum oculi uero crapula gulaque clausi sunt ut peccatum pro quo se atque alios misere perdunt non solum non agnoscant, sed etiam impudentissime atque obstinatissime defendant. »

33 Ibid., p. 91 : « Nos igitur Ecclesiam Catholicam, cum in Quadragesima, tum in aliis anni temporibus, ieiunia salubria nobis indicentem tanquam matrem pientissimam amplectamur Christumque, suo exemplo ieiunium nobis suadentem, libenter consectemur atque imitemur. »

34 Pierre Canisius, Summa doctrinæ Christianæ, Anvers, 1587 [11555], De triplici genere bonorum operum, § 5, Quid uero his respondendum est qui legem ecclesiastici ieiunii conuellunt atque contemnunt ?, p. 296 : « Constat autem, sicut omnium ætatum scriptores comprobant, Ecclesiæ disciplinam, consuetudinem, traditionem, sanctionem hanc et esse constantem, et inde ab initio fuisse, ut diebus quibusdam, præsertim Quadragesimæ, ieiunium hoc ecclesiasticum obseruaretur. »

35 Ibid., p. 296-297 : « Ab hoc Patrum spiritu sunt alieni qui ieiuniorum legem sibi aliisque relaxant et carnis licentiæ, non libertati euangelicæ, patrocinantur. »

36 Alonso de Pisa, De continentia et abstinentia, uel de apostolico cœlibatu, ieiunio et ciborum delectu doctrina catholica, Cologne, 1579, Doctrina catholica de ieiunio et ciborum delectu, c. XIV, Quod facile sit nostro tempore ieiunare, p. 162 : « Non est, ut constat ex prædictis, quod aliquis ieiunii difficultate deterreatur. Siquidem tanta moderatio est adhibita per Ecclesiæ praxin antiquorum canonum perfectioni ut qui hodie sciens præceptum absque necessitate ieiunium negligit non leue profecto crimen incurrat. »

37 Ibid., p. 162-163 : « Ecce enim ueteres canones non solum uinum, sed etiam siceram interdixere, et omne quod inebriare potest, et mulsam ac ceruisiam : olera tantum concedebant in esum, seclusis etiam ipsis piscibus. »

38 Ibid., p. 163 : « Postea parui pisciculi concessi sunt in cibum, ac mediocris ceruisia in potum, præsertim in Latina Ecclesia. »

39 Jan Buys, De ieiunio et delectu ciborum disputatio theologica qua doctrina catholica a querela hominum animalium, spiritum non habentium, breuiter uindicatur, Mayence, 1581, thèse II, p. 1 : « Hoc autem ieiunium non sola escarum abstinentia metimur, sed docemus, cum diuinis Scripturis et Sanctis Patribus, uerum et perfectum tum esse ciborum ieiunium, quando cum magno et generali, ut uocat B. Augustinus, uel cum accurato, ut uocat D. Chrysostomus, ieiunio animi coniunctum est, quod est abstinere ab iniquitatibus et illicitis uoluptatibus huius sæculi. »

40 Ibid., thèse VII, p. 4 : « Valet certe [ieiunium] in peccatoribus pœnitentiam agentibus ad impetrandam peccatorum ueniam et placandam diuinam indignationem, cum sit non solum peccatorum remedium et spirituale pharmacum, uerumetiam mors et excidium, ut loquitur D. Ambrosius, omnium delictorum. »

41 Ibid., thèse VIII, p. 4 : « Valet in iustis ad expiandas pœnas peccatorum, quia ut aliis afflictionibus uoluntariis, ita sacris ieiuniis maxime Deo satisfacimus, id quod diserte S. Patres tradiderunt. »

42 Ibid., thèse IX, p. 5 : « Valet ad impetranda et promerenda bona, non repugnantibus plerisque sectariis, temporalia, uti exempla Scripturæ clarissime demonstrant. […]. Anachoretæ et heremitæ seueritate ieiunii longissime uitam produxerunt. »

43 Ibid., thèse XIII, p. 7 : « Denique ut totum hunc locum concludamus, ualet etiam ieiunium, quod isti [hæretici] maxime execrantur, ad colendum Deum. »

44 Ibid., thèse XV, p. 9 : « Hunc delectum [ciborum] sectarii ad superstitionem et ritus iudaicos pertinere clamitant natumque ex ueterum hæreticorum somniis. In quo fœdissime fallunt et falluntur. »

45 Ibid., p. 9 : « Si uel totam antiquitatem mente peruestigemus, prorsus cognoscemus nunquam homines sine delectu aliquo cibis uictitasse. Tam uetus est delectus ut simul cum humano genere cœperit. Nam neque primis parentibus licuit omni ciborum genere uti, sed tantum fructibus terræ, et in his non licuit Adamo per diuinum mandatum uesci fructibus arboris scientiæ boni et mali. »

46 Viridarium Christianarum uirtutum ex sacrosanctæ Scripturæ Sanctorumque Patrum sententiis, quasi lectissimis stirpibus constructum et in gratiam concionatorum et religiosæ uitæ cultorum editum, 2e éd., Lyon, 1611 [11610], Ieiunium, p. 405-423.

47 Edmund Campion, Rationes decem quibus fretus certamen aduersariis obtulit in causa Fidei Edmundus Campianus, allegatæ ad clarissimos uiros nostrates Academicos, s. l., 1581.

48 William Whitaker, Ad Rationes decem Edmundi Campiani Iesuitæ quibus fretus certamen Anglicanæ Ecclesiæ ministris obtulit in causa fidei responsio, Londres, 1581 [11581] (2e éd.), p. 211 : « Ieiunium autem uestrum est illud quidem totum ὁµώνυµον, et ieiunii Christiani nihil præter nomen habet. Nam ciborum delectum habere religionis causa et dies certos statosque præscribere in quibus necessario ieiunemus, alterum insanum, alterum superstitiosum est. »

49 Ibid., p. 211 : « Quis enim, qui non iudicium omnemque sensum amisit, eum ieiunare existimet qui liceat, modo a carnibus abstineat, in omnes sese delicias ingurgitare ? aut quis ieiunium sextæ quam quartæ feriæ sanctius arbitretur, qui non palam ἰυδαίζει ? »

50 John Durie, Confutatio responsionis Guglielmi Whitakeri ad Rationes decem quibus fretus Edmundus Campianus Anglus certamen Anglicanæ Ecclesiæ ministris obtulit in causa fidei, Paris, 1582, fol. 375v° : « Nam quod ais licere apud catholicos, modo quis a carnibus abstineat, in omnes sese delitias ingurgitare, adeo falsum est ut non modo quo tempore ieiunium ab Ecclesia Christianis indicitur, sed omnino nullo non tempore crapulam ebrietatemque uetitam esse diuinisque legibus interdictam doceamus. »

51 Ibid., fol. 376v° : « Si Gulielmo credimus Whitakero, insanierunt hactenus Christiani omnes, qui, ut maiori sese religione Deo consecrarent, adhibito ciborum delectu ieiunium colerunt ; solus uero sapuit Martinus Lutherus, cui a uino et carnibus abstinere superstitio, omnibus autem gulæ illecebris penitus sese immergere summa erga Deum religio fuit. »

52 William Whitaker, Responsionis ad decem illas rationes quibus fretus Edmundus Campianus certamen Ecclesiæ Anglicanæ ministris obtulit in causa fidei defensio contra Confutationem Ioannis Duræi Scoti, La Rochelle, 1585 [11583], l. IX, p. 798-799 : « Qui his temporibus pisces multos deuorauit uobis tamen non uidetur sanctum ieiunium uiolasse ; qui carnem semel momordit et gustauit, non modo ieiunii laudem amisit, sed se etiam magno scelere obstrinxit. Quid isto tuorum ieiunio insanius aut superstitiosius fieri potest ? »

53 Frans de Costere, Enchiridion controuersiarum præcipuarum nostri temporis de religione in gratiam sodalitatis Beatissimæ Virginis Mariæ, 2e éd., Cologne, 1608 [11585], c. XXV, De ieiunio et delectu ciborum, p. 701 : « Homini Christiano licet ad Dei gloriam omni cibo abstinere, non uno tantum, sed pluribus etiam diebus, si ferat ualetudo, siue ad edomandam carnem uitiaque reprimenda, siue ad Dei beneuolentiam sibi comparandam, siue ad commodius uacandum orationi, siue ex alia causa eiusmodi cum pietate coniuncta. »

54 Ibid., p. 702 : « Cum Christus nihil in Sacris Literis de ratione ieiunii præscripsit, eius utique modum, frequentationem et tempora constituenda reliquit Ecclesiæ […]. Ecclesiæ tamen potestati permisit definita tempora formamque ieiuniis constituere, et pro conditione personarum, temporum atque locorum ieiunii rationem prudenter moderari. »

55 Ibid., p. 702 : « Ecclesia a Christo authoritate accepta recte imposuit Christianis ieiunia et a certis cibis abstinentiam, cuius præceptum quisquis uiolat ac contemnit graui peccato sese obstringit. »

56 Ibid., p. 702 : « Ecclesiam habere ius in sibi subiectos in his quæ ad animarum salutem pertinere iudicauerit, si quis in dubium uocare uelit, is omnem obedientiam de medio sustulerit. Si enim alicui præcipienti est obtemperandum, illi certe erit quæ est Christi sponsa et mater nostra. »

57 Martin Bécan, Compendium manualis controuersiarum huius temporis de fide et religione, Cologne, 1671 [11626], l. I, c. XX, De ieiunio et abstinentia, p. 456-458.

58 Ibid., p. 457 : « Aduersarii contemnunt præceptum Ecclesiæ, et hoc solum faciendum aiunt quod a Deo præcipitur. Ieiunium autem non præcipitur a Deo. »

59 Stephan Gerlach, Disputatio theologica de ieiunio opposita erroribus Roberti Bellarmini, nunc Romanæ Ecclesiæ cardinalis, quos tom. 4 suarum Disputationum, lib. 2 de Bonis operibus in particulari, contra Scripturæ dictamen fouet, quam diuina fauente clementia, sub præsidio Reuerendi et Clarissimi uiri, DN. D. Stephani Gerlachii, SS. Theologiæ in inclyta Tubingensi Academia professoris celeberrimi, præceptoris et patroni sui colendissimi, die 16. et 17. Martis horis matutinis in aula noua pro uiribus defendet M. Balthasar Gockelius Melchingensis, Tubingue, 1604.

60 August Varenius, Disputatio theologica de ieiunio contra Pontificios, inprimis Bellarminum, Rostock, 1656.

61 Disputatio theologica de ieiunio ecclesiastico, quam ad publicam disputationem in catholica et celebri Academia Dilingana, anno MDCXVII, mense Februario, die 3, præside Petro Gottraw, Societatis Jesu, SS. Theologiæ professore ordinario, composuit et proposuit Georgius Brunner, Artium et Philosophiæ magister ac SS. Theologiæ candidatus, Dillingen, 1617, c. IV, Hæreticorum S. ieiunium impugnantium breuis refutatio, p. 21-23.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search