Version classiqueVersion mobile

Jésuites et protestantisme. xvie-xxie siècles

 | 
Yves Krumenacker
, 
Philippe Martin

Introduction

Yves Krumenacker et Philippe Martin

Texte intégral

  • 1 Jacques Balmès, Le protestantisme comparé au catholicisme…, Paris, Auguste Vaton, 1867 (7e éd.), to (...)

1En 1844, Jaume Balmes i Urpià (1810-1848), célèbre écrivain catholique pourfendeur de la philosophie moderne et promoteur du néothomisme, écrivait : « Les protestants eux-mêmes avaient confessé ouvertement que les jésuites étaient leurs adversaires les plus redoutables1. »

  • 2 Image reproduite en couverture de ce volume.
  • 3 Emmanuel André, Les jésuites à Namur (1610-1773). Histoire et Art, Namur, Presses universitaires de (...)

2Sa formule semble résumer les a priori que nous avons. Jésuites et protestants, nés au xvie siècle, seraient d’irréductibles adversaires. La Compagnie aurait été créée uniquement comme une armée catholique dressée contre calvinistes, luthériens et autres réformateurs ou, du moins, elle s’est très rapidement transformée en une telle armée. La statue de saint-Ignace massacrant l’hérétique dans le chœur de l’église Saint-Nicolas de Prague, la voûte de Saint-Ignace de Rome où la Compagnie de Jésus terrasse l’hérésie, la Religion triomphant de l’hérésie au Gesù2 ou encore cette « Apothéose de saint Ignace » à Valladolid où le fondateur de la Compagnie écrase des hérétiques en sont de bons témoignages. Mais ramener les rapports entre jésuites et protestants à une lutte est un poncif qu’on peut encore trouver chez Emmanuel André quand il décrit la « lutte des jésuites contre les protestants3 » en parlant de l’installation des jésuites à Namur. Les exemples pourraient être multipliés.

3Doit-on s’y arrêter ?

4En décembre 2001, la pasteure Ursula Tissot se demandait :

  • 4 Ursula Tissot, « Pourquoi saint Ignace séduit-il les réformés ? », Choisir, décembre 2001, p. 9-13.

Comme c’est bizarre ! Après avoir été la bête noire des protestants pendant quatre siècles, saint Ignace commence à les séduire. Depuis quelques années, de plus en plus de réformés, et parmi eux beaucoup de pasteurs, s’adonnent aux Exercices spirituels. Pourtant, il n’y a pas si longtemps, Ignace était considéré comme l’ennemi juré des réformés4

5 Et dès la fin du xixe siècle, les Études notaient l’attrait de communautés anglicanes pour les Exercices spirituels. Avec de tels textes, les a priori sont sérieusement remis en cause.

6Ce volume permet de les revisiter. Il est évident qu’il ne faut pas uniquement voir les divergences mais qu’il faut aussi envisager des convergences dès le xvie siècle. Les chapitres de cet ouvrage, quel que soit leur sujet, partagent cette préoccupation. Mais, et c’est tout aussi important, il faut nous demander de quoi il est question. En effet, parler de jésuites et de protestants est bien trop simple quand on se situe dans une durée de cinq siècles. Nous nous heurtons à des problèmes de classification.

Jésuites, protestants : de quoi parle-t-on ?

  • 5 Nous indiquons, entre parenthèses, les auteurs des textes auxquels nous nous référons dans cette in (...)

7Un des péchés majeurs des historiens, outre l’anachronisme, est l’essen-tialisation. Disons-le d’emblée : LE jésuite n’existe pas, LE protestant n’a pas plus d’existence réelle. Il n’y a que des jésuites et des protestants, dans une très grande diversité. Ignace de Loyola n’est pas semblable aux jésuites du xviie siècle, ce qui explique que Bayle puisse attaquer ces derniers en étant beaucoup plus nuancé sur le fondateur de la Compagnie (Y. Krumenacker5) ; les jésuites du xviiie sont encore différents, et leurs successeurs de l’époque contemporaine ne leur ressemblent pas totalement. D’autre part, peut-on vraiment parler, comme on le faisait aux xvie-xviie, d’une « secte » jésuite, de ceux qui suivent Ignace (A. Cullière) ? Peut-on en faire une catégorie à part ? On verra, dans les pages qui suivent, que longtemps on les a confondus avec les théatins, dans un ensemble mal défini de réformateurs catholiques et que le mot jésuite met un certain temps avant de s’imposer partout. On sait aussi que les disciples de Bérulle ont, dans un premier temps, été qualifiés de jésuites, alors qu’ils passent pour faire partie de leurs plus farouches adversaires… Il faut donc se méfier des catégories toutes faites ! Des rapprochements a priori surprenants peuvent être constatés : gallicans et protestants contre jésuites, ou au contraire protestants et jésuites contre gallicans… Sturm, au xvie siècle, admet que les jésuites, comme les protestants, luttent contre l’idolâtrie (S. Negruzzo), alors que plus tard les protestants leur reprocheront au contraire d’être totalement idolâtres !

8Du côté protestant, les choses ne sont pas plus simples. Ce volume fera, bien entendu, de nombreuses références à Calvin, le Calvin réel aussi bien que le Calvin fantasmé de Sevestre (S. Simiz), mais aussi à Sturm, formé plutôt par le milieu humaniste réformateur de Strasbourg, dont l’importance pour la pédagogie protestante est considérable (S. Negruzzo). Il faut aussi considérer Luther, un des interlocuteurs privilégiés des dialogues œcuméniques des xxe-xxie siècles, notamment des jésuites allemands (M. Fédou). Mais tout cela est très différent des orthodoxies protestantes qui se mettent en place au xviie. Le protestant très singulier qu’est Bayle (Y. Krumenacker) n’a qu’un rapport lointain avec les réformateurs du xvie et on peut en dire de même de bien des protestants très rationnels ou au moins raisonnables de l’époque des Lumières, comme des protestants libéraux. Rappelons que la théologie naturelle est, pour Barth, l’hérésie par excellence, alors qu’elle au fondement de la théologie réformée du xviiie. À l’époque très contemporaine, on ne peut pas confondre les protestants « historiques » (calvinistes, luthériens) et évangéliques qui intéressent beaucoup Christus (R. de Maindreville) et avec qui Jorge Bertoglio avait de bonnes relations avant de devenir le pape François (O. Chatelan).

9Ces brèves remarques introductives obligent à ne pas figer les relations entre les deux groupes examinés dans ce volume mais à les contextualiser constamment. Un seul exemple : quand les Études, à la fin du xixe siècle, attaquent le protestantisme, c’est la théologie protestante libérale qui est visée, beaucoup plus que celle de Calvin (P. Rocher).

L’affrontement

  • 6 Pierre-Antoine Fabre, Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’ant (...)

10Les chapitres qui suivent illustrent bien, pour la plupart, l’importance de l’affrontement entre catholiques et protestants. Bien entendu, les jésuites ne sont pas les seuls à attaquer les protestants et ils ont eux-mêmes bien d’autres adversaires que les disciples de Luther ou de Calvin6. Mais ce sont ces deux groupes que nous allons observer.

  • 7 Bernard Dompnier, « L’histoire des controverses à l’époque moderne, une histoire des passions chrét (...)

11La guerre se fait d’abord par une énorme production littéraire (F. Henryot). Au cours du xviie siècle, jusqu’à la révocation de la Paix de Nantes, on aurait eu en France 7 000 ouvrages de controverses7. Dans ce combat tout est possible.

L’attaque de l’autre

12Selon les protestants, les jésuites sont à critiquer pour le fonctionnement de la Compagnie et pour leur morale. Les protestants qualifient quelquefois les jésuites de secte. Pour Chassanion, les jésuites s’élancent pour « bigarrer » la chrétienté. Ce pasteur critique le vœu d’obéissance, une fausse pauvreté, la chasteté – il parle de « batardaille » (A. Cullière). Mais un réformé comme Bayle (1647-1706), dans son article « Loyola », se veut impartial. Il prétend n’avancer que des faits incontestables et les contradictions entre les rééditions d’œuvres écrites par des jésuites eux-mêmes. Il effectue donc un grand travail de recherche même s’il retient bien des anecdotes douteuses. En fait le portrait d’Ignace de Loyola n’est pas spécialement à charge, il en profite surtout pour dénoncer la Compagnie : la morale relâchée, une théologie politique pernicieuse… des doctrines pas neuves mais que les jésuites auraient poussé aux conclusions les plus extrêmes (Y Krumenacker).

13Dans ce combat, toutes les armes sont mobilisées, y compris des faux. À Maastricht, le pasteur Samuel Des Marets n’hésite pas à forger de faux textes prêtés aux jésuites comme l’Abrégé de la voie de Salut (1633). Certains de ces faux sont évidents pour les contemporains comme ce texte signé par une personne dont tout le monde sait qu’elle est morte depuis un an (J. Léonard). Inversement, le jésuite Louis Sevestre invente treize fausses lettres de Calvin dans Le Calvin démasqué : Ce Calvin apparaît en colère contre des pasteurs incapables de résister à la controverse jésuite et qui trahissent sa pensée ; il menace même de revenir parmi eux (S. Simiz) !

  • 8 Voir notamment L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1988, et La religion des pauvres, Paris, Aub (...)

14Un autre moyen de combat est fourni par les missions. Jean-François Régis (1597-1640) parcourt le Velay et le Vivarais à partir de 1636, surtout en hiver afin d’approcher les paysans libérés des travaux des champs. Il attire tant pour ses qualités personnelles (une vie austère) que pour son éloquence et son action sociale comme l’« œuvre du bouillon » (B. Maes). Mais la mission jésuite de l’intérieur est-elle une arme de contre-réforme ou de réforme catholique ? Les travaux de Louis Châtellier sur les missions et les confréries montrent parfaitement que les jésuites ont surtout voulu former une société nouvelle, pieuse, hiérarchisée et éduquée8.

15La mission extérieure est aussi un terrain de conflit, même si les missions protestantes ne se développent vraiment qu’au xviiie siècle et à l’époque contemporaine. Les jésuites accusent les protestants de détourner les âmes du salut. C’est un des grands thèmes de l’antiprotestantisme de la fin du xixe siècle. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, on est dans un climat de compétition pour occuper le terrain, marquer sa différence (avec le culte marial pour les jésuites), pour l’éducation, pour les conversions. À Madagascar comme au Congo belge (C. Prudhomme), les relations entre protestants et jésuites sont mauvaises sur fonds de questions politiques. Mais une évolution a lieu au cours du xxe siècle. Le vrai changement se fait après la seconde guerre mondiale et surtout au moment du concile Vatican II. Avec les indépendances, au moins à Madagascar et au Zambie, on constate un front commun des protestants et des jésuites pour l’indépendance.

16La guerre, enfin, peut prendre aussi le chemin des tribunaux. Jésuites et protestants se battent, interprétant les textes officiels. C’est ce que l’on voit à travers les arguments du jésuite Bernard Meynier et de l’avocat réformé Pierre Loride au début des années 1660 (D. Boisson). Les lieux de débats sont nombreux : question des enterrements, de l’éducation… Meynier note des contraventions des protestants (13 cas pour l’éducation) et Loride relit les textes liés à l’édit de Nantes. Ils cherchent la controverse, le procès et, plus encore, l’obtention d’arrêtés royaux pour appuyer leurs positions. Mais leurs débats animent aussi la vie de Saumur : plaintes des protestants quand des élèves catholiques font procession en costumes ecclésiastiques ; localisation du temple protestant…

  • 9 Abbé Goiffon, L’instruction publique à Nîmes. Le collège des arts -Les Jésuites- Les doctrinaires, (...)
  • 10 Mémoires sur les biens des jésuites au Canada, Montréal, Beauchemin & Valois, 1874, p. 151. Le text (...)

17Bien évidemment, cet ouvrage n’a pas la prétention d’épuiser l’immense variété des champs d’affrontement. Deux exemples complémentaires permettent d’envisager rapidement d’autres modalités de l’affrontement : le 18 octobre 1651 est ouvert le collège jésuite de Nîmes au détriment de l’ancien collège mi-parti de la ville. Les consuls protestants boycottent la cérémonie, organisent une réunion dans une salle de cours et menacent d’exiger la moitié des bâtiments qui ont été payés par l’argent de la ville9. Changeons un instant de continent. Le Canada du xixe siècle résonne de la controverse au sujet des biens des jésuites saisis par la couronne anglaise au siècle précédent. Des protestants demandent leur affectation selon leurs intérêts ; ce à quoi les jésuites répondent « les protestants n’ont aucun droit aux biens ecclésiastiques10. »

La défense des positions de son camp

  • 11 Voir aussi Sylvio Hermann de Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de (...)

18Face aux attaques, il faut défendre son camp. Les jésuites sont le plus important ordre post-réforme, il est donc normal qu’ils relèvent le gant du débat et qu’ils intègrent des éléments issus des luttes confessionnelles du xvie siècle. C’est le cas par exemple avec les querelles sur les reliques (N. Guyard). Mais, pour les défendre, les jésuites reprennent en partie des idées de Calvin, ce qui montre comment le débat confessionnel rejaillit sur les débats internes du catholicisme. En effet, les jésuites défendent les reliques mais affirment des positions originales dans le catholicisme, spécialement quand ils remettent en cause le culte des corps saints des catacombes romaines voulu par la papauté. On a même des études historiques sur les cimetières romains pour écarter de nombreux corps : tous ne sont pas ceux de saints ou de martyres. On peut faire la même analyse avec la question du jeûne, ardemment critiqué par les théologiens protestants et défendu par les jésuites, notamment Bellarmin. Mais la dynamique n’est pas la même que pour les reliques : les jésuites durcissent la position romaine et celle de leur fondateur Ignace plutôt qu’ils ne tiennent compte des critiques, du moins au xvie siècle ; au siècle suivant, les casuistes de l’ordre défendront des positions beaucoup plus relâchées : c’est qu’ils ne luttent plus contre les protestants, mais contre les catholiques rigoristes (S. de Franceschi11).

19Pourtant, malgré ces affrontements fréquents jusqu’à une époque récente, jésuites et protestants entretiennent des rapports continus. Pour sortir des a priori sur l’antagonisme entre eux, l’historien doit sans doute changer sa focale. L’important n’est pas de seulement les opposer mais également de voir le socle commun qui les unit et les réponses, parfois divergentes, qu’ils proposent.

Des rapports continus

Une exigence intellectuelle commune

20Il existe des lieux de discussion et de partage, notamment les lieux de formation. On peut rappeler qu’Ignace de Loyola et Calvin ont tous deux fréquenté, presque aux mêmes dates, le collège de Montaigu. Leur formation intellectuelle et philosophique est assez semblable, et surtout la devotio moderna est partagée par nos deux acteurs ; s’ils n’en tirent pas toujours les mêmes conclusions, ils partagent des aspirations communes. Il n’est par conséquent pas étonnant que les mêmes exigences se retrouvent dans les collèges jésuites et protestants : une « piété lettrée », idéal de tout chrétien bien formé (S. Negruzzo). Il y a, des deux côtés, un souci permanent de la formation, spécialement de la jeunesse qui doit apprendre par forte stimulation. Le grand éducateur Jean Sturm (1507-1589) reconnaît la puissance intellectuelle des jésuites, même s’il les considère comme des hommes « pestilentiels ». Mais il estime que la proximité géographique doit favoriser une « féconde émulation ». Les sources de leur pédagogie et la finalité sont les mêmes : apprentissage du savoir, maîtrise de l’éloquence.

21Une même volonté de réforme de l’Église peut mener certains jésuites à passer du côté de la Réforme protestante, notamment dans le Saint-Empire à l’époque des affrontements confessionnels, comme on peut le voir à partir du cas d’Eduardus (P.-A. Fabre). Inversement Bayle est marqué par l’influence des jésuites : au collège jésuite de Toulouse, il se convertit au catholicisme. Certes, il abjure en 1670 : le culte aux créatures, la transsubstantiation, les cérémonies baroques le rebutent… Mais le passage chez les jésuites lui a donné une ouverture d’esprit et des connaissances qui lui serviront plus tard. Sans aller jusqu’à la conversion, le refus d’une voie de salut monacale, caractéristique de la modernité selon Max Weber, est commun aux jésuites et aux protestants, selon des voies malgré tout différentes.

Un souci de Realpolitik

22Les relations entre jésuites et protestants sont marquées par un certain réalisme : quand c’est nécessaire, ils savent oublier leur antagonisme. C’est ce qui se passe dans la Russie du début du xixe siècle (D. Kandakou). Là, les jésuites ne regardent pas les protestants comme des ennemis à part, avant tout parce qu’ils ne pouvaient pas risquer de rompre cet équilibre de tolérance créé par Catherine II et ne pouvaient prêcher que dans les paroisses qui leur étaient attribuées et dans leurs collèges. Il y a donc une réelle capacité à se mouler sur la réalité. Peut-être peut-on également interpréter dans le même sens au moins une partie des efforts actuels de rapprochement, en se demandant s’ils ne sont pas guidés par une commune volonté de défense du christianisme contre un monde athée, ou au moins indifférent.

Une lecture continue

23Il semble qu’il y ait assez peu de lectures précises des protestants sur les écrits jésuites, en dehors du cas de Barth (C. Chalamet), et très peu de textes protestants sur Ignace de Loyola. En revanche, les écrits jésuites sur le protestantisme abondent. Les jésuites sont de bons lecteurs des protestants.

24Pendant très longtemps, ces lectures servaient à la controverse, bien étudiée et bien connue. Nous en verrons encore un exemple, peu connu, avec les critiques par Bellarmin des écrits sur le jeûne des protestants, particulièrement de Calvin et de Chemnitz (S. de Franceschi). Mais le fait que la Compagnie de Jésus soit un ordre nouveau, postérieur aux débuts de la Réforme, est certainement fondamental : mieux que d’autres, les jésuites sont portés à intégrer les critiques protestantes pour défendre l’Eglise romaine et la rattacher à la Tradition. Un bon exemple, déjà cité, est constitué par les reliques, dont on peut voir comment les jésuites sont capables de reprendre les critiques protestantes soit pour les réfuter soit pour reprendre une partie de leurs réserves (N. Guyard).

25À l’époque contemporaine, des revues jésuites comme les Études (P. Rocher) ou Christus (R. de Maindreville) s’intéressent de près aux protestants avec des points de vue différents selon les périodes : dans la ligne de l’antiprotestantisme dans la seconde moitié du xixe siècle et au-delà, bienveillant et favorable à l’œcuménisme depuis les années 1960. Les théologiens jésuites des xxe et xxie siècles, parmi lesquels de Lubac et Rahner, lisent de manière très sérieuse, bienveillante mais critique les théologiens protestants, notamment Karl Barth, et les travaux exégétiques et patristiques protestants (M. Fédou). De même, le jésuite Przywara et Barth se lisent attentivement (C. Chalamet).

26À un niveau moins savant, certains milieux protestants s’intéressent au pape François. En France, François rencontre chez eux un intérêt réel, voire une sympathie, son action est appréciée. Cela amène le journal Réforme à présenter la Compagnie de Jésus de manière relativement favorable. Mais il reste des réserves en raison du peu de réalisations concrètes et d’avancées dans différents domaines (O. Chatelan).

27On pourrait s’interroger sur cette évolution. Pourquoi cette connaissance du protestantisme mène-t-elle, selon les moments, soit à l’opposition soit à l’œcuménisme ? Ne faut-il pas faire la part du contexte ? La conscience d’une déprise des Églises, au xxe siècle, ne pousse-t-elle pas à faire front commun plutôt qu’à l’affrontement ?

Des ennemis communs ?

  • 12 Études religieuses, historiques et littéraires, Lyon – Paris, Lecoffre – Albanal, 1873, Tome 3, p.  (...)

28Les gallicans et les protestants s’opposent aux jésuites au xvie siècle. Ces derniers sont parfois placés sur le même plan que les protestants par les catholiques gallicans, voire considérés comme plus dangereux ; ne parle-t-on pas d’une secte jésuite qui mine l’Église ? Pour Pasquier, les jésuites remettent en cause institution ecclésiastique, quand les protestants minent la notion d’autorité ; il y a une véritable collusion entre les deux. Le mot péjoratif « secte » est largement utilisé : les protestants sont une secte pour les catholiques et les jésuites une secte pour les protestants ; mais les catholiques ne sont pas une secte pour les protestants. On pourrait aller jusqu’à dire que les jésuites ont trouvé chez les catholiques « leurs plus fidèles ennemis » (A. Cullière). Ce rapprochement entre jésuites et protestants aura la vie longue : au xixe siècle, des adversaires des jésuites n’hésiteront pas à dire qu’il y a des « jésuites protestants », voire des « jésuites libres penseurs12. » Il complique évidemment beaucoup le schéma d’opposition trop simple que l’on a coutume d’observer.

  • 13 Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’école de saint Thomas à l’épreuve de (...)

29Il en est de même quand les protestants sont assimilés par les jésuites, au xviie siècle, aux jansénistes, voire aux thomistes et aux dominicains, c’est-à-dire à des personnes qui se considèrent comme de très bons catholiques13.

Une dynamique de rapprochement ?

  • 14 Didier Boisson, Consciences en liberté ? : itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantism (...)

30L’assimilation des jésuites aux protestants est évidemment polémique. Mais il peut arriver que le rapprochement existe réellement et que des jésuites passent au protestantisme. C’est assez rare14, mais des cas existent. Que se passe-t-il alors ? La question des départs et de l’exclusion s’est posée très tôt dans la Compagnie. C’est déjà le cas du temps d’Ignace et, dès le début, on se soucie de donner un aspect positif à ces départs. Mais le passage à la Réforme pose un problème particulier. Faut-il enfermer ceux qui passent à l’« hérésie » ? Il semble – c’est du moins ce que suggère le cas d’Eduardo Inglese – qu’on cherche malgré tout à les garder, comme si des jésuites qui se sont rapprochés du protestantisme restaient toujours jésuites, au risque de séduire d’autres jésuites (P.-A. Fabre).

31À partir de la seconde moitié du xxe siècle, catholiques et protestants travaillent à l’œcuménisme. Les jésuites ne sont pas les seuls à le faire mais ils sont particulièrement actifs car ils partagent avec les protestants une proximité intérieure forte à propos des interrogations sur la grâce et la liberté : ils les considèrent comme des « frères séparés », expression qu’on peut cependant trouver déjà au xviie siècle dans un contexte il est vrai plus polémique. Certains mettent en avant les rapprochements originels entre Luther et Ignace.

  • 15 Henri Bouillard, Karl Barth, Paris, Aubier 1957.
  • 16 Voir Catholicisme, les aspects sociaux du dogme, Paris, Cerf, 1938 ; Le fondement théologique des m (...)

32On a alors une meilleure connaissance de l’autre pour dépasser l’ancienne controverse et penser une discussion théologique, clarifier les différences. C’est ce qui apparaît avec Henri Bouillard (1908-1981) lorsqu’il étudie Karl Barth15, mais aussi avec Henri de Lubac (1896-1991) très attentif aux auteurs protestants qui, dès 1938 souligne leurs apports16. Il refuse le principe Sola Scriptura, il souligne les divergences mais il partage une même foi, un même idéal. Il espère une « union complète » (M. Fédou). Le dialogue entre Barth et Przywara va dans le même sens, un dialogue sans concession, qui aboutit moins à l’unité qu’à la confirmation de son identité confessionnelle, mais sans affrontement, comme cela aurait pu être le cas quelques dizaines d’années plus tôt (C. Chalamet).

33Cela peut aller jusqu’à des échanges de plumes, notamment dans la revue Christus. Les articles sur notre question sont peu nombreux mais ils accompagnent la « marche vers l’unité », et les jésuites laissent la parole à des pasteurs comme Émile Ribeaute, pasteur de l’Église réformée de France à Marly-Le-Roi (R. de Maindreville).

34Il y a également une union dans l’action au moment des indépendances ou pour le développement dans les missions d’Afrique (C. Prudhomme). Mais on peut se demander s’il n’en est pas de même dans un certain nombre de combats sociaux ou politiques en Europe.

35Il devient ainsi possible de penser l’œcuménisme. Il faut rappeler dans ce cadre le rôle de Karl Rahner (1904-1984). Dans les 12 tomes de ses Écrits théologiques publiés en France, le tome 12 est consacré à un point de vue œcuménique sur « l’éthique de situation ». Il pense que l’unité des Églises est une « possibilité réelle ». Il veut un « consensus d’avenir plus large » en disant que chacun doit respecter les dogmes de l’autre, par exemple les catholiques ne peuvent pas imposer le dogme marial aux protestants ni ceux-ci le critiquer : on reportera la discussion à plus tard (M. Fédou).

  • 17 Paris, Cerf, 1990. Sesboüé est aussi auteur d’une biographie de Rahner : Bernard Sesboüé, Karl Rahn (...)

36Il y a par conséquent un engagement des jésuites dans les groupes œcuméniques, comme le Groupe des Dombes. Citons Bernard Sesboüé, auteur de Pour une théologie œcuménique17, qui est Consulteur auprès du Secrétariat romain pour l’Unité des chrétiens (M. Fédou). Ces groupes de dialogue, où l’on ne cherche pas à convertir, peuvent apparaître comme une nouveauté absolue. On ne se contente plus d’une discussion théologique, on se rencontre réellement pour travailler ensemble.

Conclusion

37Il serait trop facile de résumer les rapports entre jésuites et protestants à une ligne continue ; une ligne qui, après un début où les convergences sont nombreuses, verrait inexorablement le déclin de la violence née avec les guerres et plus encore les controverses, l’adaptation aux contingences du temps : aux xvie-xviie siècles, période de luttes, succéderait, après des polémiques renouvelées au xixe, le xxe siècle et l’émergence de l’œcuménisme. En effet, les différentes études qui constituent ce volume le montreront, la controverse a pu s’accompagner de rapports personnels cordiaux, à tout le moins d’un sincère respect pour la science et la piété de l’adversaire, et, inversement, une meilleure compréhension de l’autre ne mène pas forcément à des rapprochements ou à une position œcuménique.

  • 18 Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, Presses Universitaires de France, 196 (...)

38Mais le plus important sans doute est que jésuites et protestants partagent une culture commune, qu’ils doivent répondre aux mêmes défis – l’éducation chrétienne, la question de la grâce, la déprise du christianisme sur la société, pour ne prendre que quelques exemples. Ils les affrontent en grande partie avec les mêmes armes : la Bible tout d’abord, les Pères de l’Église ensuite, saint Augustin en tête, même si l’autorité des Pères n’est pas la même selon les uns et les autres. Les réponses divergent souvent, certes, et cela peut mener à des affrontements quelquefois violents où la mauvaise foi se mêle aux arguments théologiques les plus pointus, mais c’est toujours à l’intérieur d’un horizon partagé. Vu de Sirius, il est probable que les différences qui apparaissent fondamentales se réduisent à des détails presque insignifiants. Comme l’a écrit il y a déjà plus de cinquante ans Jean Delumeau, « les frères ennemis étaient parfois, dans leurs attitudes, leurs méthodes et même leurs doctrines, beaucoup plus près les uns des autres qu’ils ne l’imaginaient eux-mêmes, et […] ils durent faire face à des problèmes analogues18. »

39Pourtant, s’il est indispensable de prendre en compte les similitudes et, plus profondément, l’inscription des jésuites et des protestants dans une même civilisation, les divergences, aussi minimes soient-elles, sont à examiner avec le plus grand sérieux. Elles nous disent en effet que ce qui se joue, ce sont des rivalités, des rapports de pouvoir, des fidélités politiques ou amicales, des allégeances, des conceptions différentes de l’autorité, l’inquiétude face à la nouveauté, la difficulté à rompre avec des schémas anciens, tous des facteurs qui n’ont qu’un rapport lointain avec la théologie. Les relations entre jésuites et protestants seraient alors un observatoire idéal pour envisager l’histoire du christianisme occidental.

Notes

1 Jacques Balmès, Le protestantisme comparé au catholicisme…, Paris, Auguste Vaton, 1867 (7e éd.), tome 2, p. 339.

2 Image reproduite en couverture de ce volume.

3 Emmanuel André, Les jésuites à Namur (1610-1773). Histoire et Art, Namur, Presses universitaires de Namur, 1991, p. 84.

4 Ursula Tissot, « Pourquoi saint Ignace séduit-il les réformés ? », Choisir, décembre 2001, p. 9-13.

5 Nous indiquons, entre parenthèses, les auteurs des textes auxquels nous nous référons dans cette introduction.

6 Pierre-Antoine Fabre, Catherine Maire (dir.), Les Antijésuites. Discours, figures et lieux de l’antijésuitisme à l’époque moderne, Rennes, Preses Universitaires de Rennes, 2010.

7 Bernard Dompnier, « L’histoire des controverses à l’époque moderne, une histoire des passions chrétiennes », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 2002, p. 1035-1047 ; Louis Desgraves, Répertoire des ouvrages de controverse entre catholiques et protestants en France (1598-1685), Genève, Droz, 1985.

8 Voir notamment L’Europe des dévots, Paris, Flammarion, 1988, et La religion des pauvres, Paris, Aubier, 1993.

9 Abbé Goiffon, L’instruction publique à Nîmes. Le collège des arts -Les Jésuites- Les doctrinaires, Nîmes, Grimaud et Bedot, 1876, p. 90-92. Sur les collèges mi-parti, voir Boris Noguès, « Coexistence pédagogique et antagonismes confessionnels. Les collèges “mi-parti” dans le Sud-est de la France au xviie siècle (1604-1664) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 99, 2013, p. 259-276.

10 Mémoires sur les biens des jésuites au Canada, Montréal, Beauchemin & Valois, 1874, p. 151. Le texte a été écrit par un jésuite.

11 Voir aussi Sylvio Hermann de Franceschi, Morales du Carême. Essai sur les doctrines du jeûne et de l’abstinence dans le cattholicisme latin xviie-xixe siècle, Paris, Beauchesne, 2018.

12 Études religieuses, historiques et littéraires, Lyon – Paris, Lecoffre – Albanal, 1873, Tome 3, p. 767. Citation dans un article intitulé « Propagande protestante en Alsace ».

13 Sylvio Hermann De Franceschi, Thomisme et théologie moderne. L’école de saint Thomas à l’épreuve de la querelle de la grâce (xviie-xviiie siècles), Paris, Artège – Lethielleux, 2018.

14 Didier Boisson, Consciences en liberté ? : itinéraires d’ecclésiastiques convertis au protestantisme, 1631-1760, Paris, Honoré Champion, 2009.

15 Henri Bouillard, Karl Barth, Paris, Aubier 1957.

16 Voir Catholicisme, les aspects sociaux du dogme, Paris, Cerf, 1938 ; Le fondement théologique des missions, Paris, Seuil 1946.

17 Paris, Cerf, 1990. Sesboüé est aussi auteur d’une biographie de Rahner : Bernard Sesboüé, Karl Rahner, Paris, Cerf, 2001.

18 Jean Delumeau, Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, Presses Universitaires de France, 1965.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search