Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

Les religieux et la crise du Centre pastoral des missions à l’intérieur à l’heure du renouveau conciliaire

Giuseppe Buffon

Texte intégral

  • 1 Aux origines du développement du CPMI, né en 1950, outre un groupe de missionnaires diocésains prov (...)
  • 2 Giuseppe Buffon, La Chiesa nello specchio del mondo. Il Concilio Vaticano II nella visione del Cent (...)

1 Déjà dans la décennie qui précède le Concile, le Centre pastoral des missions à l’intérieur (CPMI), fort de l’engagement de centaines de religieux1, suit des lignes de recherche qui, par la suite, trouveront leur légitimation dans les documents conciliaires : rapport Église-monde, perception du phénomène de la sécularisation entraînant un renouvellement de la mission, collégialité et dimension communautaire de l’Église, mise au premier plan du laïcat et de son rôle missionnaire. Les difficultés constituées par l’apport de changements dans ces domaines témoignent éloquemment de celles que rencontrera l’application du programme conciliaire de renouvellement. Il ne sera pas rare que des secteurs entiers de l’Église, du clergé aux ordres religieux et au laïcat, se montrent incapables de se plier au changement demandé. Si l’on analyse l’histoire du CPMI dans ses périodes de croissance et de déclin, on voit comment les éléments de renouvellement retenus et mis en œuvre par Vatican II sont déjà présents dans la période préconciliaire, alors que dans la suivante, ils rencontrent des difficultés de plus en plus marquées du fait de l’évolution rapide du contexte humain, culturel et socio-ecclésial. Deux hypothèses peuvent expliquer ce phénomène. Ou bien il s’agit d’une diminution de la capacité ecclésiale d’interaction entre réalité et monde, ce qui dans les années 1950, avec l’expérience des prêtres-ouvriers, avait caractérisé la naissance de la sociologie religieuse, ainsi que le succès de l’Action catholique générale. Ou bien c’est la réalité qui, soumise à un changement radical, engendre la vétusté précoce du programme conciliaire. Le CPMI manifeste les premiers signes de son déclin à la veille même de l’ouverture du Concile Vatican II, lorsque rompu maintenant à la méthode d’observation inaugurée par l’Action catholique spécialisée, il diagnostique dans le corps de la société chrétienne la présence d’une crise de la foi destinée à marquer l’époque. La perte du sens religieux fait maintenant tâche d’huile, touchant la communauté paroissiale elle-même, qui n’est pas préparée à accompagner les nouvelles générations vers une foi adulte, capable de mettre de la clarté dans les problèmes, sociaux, éthiques et politiques, typiques de la sécularisation. Un tel phénomène, défini jusque là comme une déchristianisation, envahit chaque aspect de l’existence humaine, individuelle, familiale, civile, économique, internationale et, du fait même de cette complexité, entraîne le déclin, puis la disparition de l’organisme missionnaire, devenu désormais inapte à appuyer une pastorale d’ensemble2.

Crise structurelle

  • 3 Archives de la province franciscaine de Paris [APFP], CPMI comités directeurs : comptes rendus des (...)

2Le vingt et unième comité directeur du CPMI en 1958 indique un tournant dans l’histoire de l’organisme missionnaire qui, par la bouche de son fondateur, le franciscain Motte, annonce des mesures exceptionnelles de renouvellement structurel, imposées soit par la complexité des milieux déchristianisés, soit par la multiplicité des formes de déchristianisation3. La direction du CPMI a l’intention de répondre à la complexité du phénomène de sécularisation par l’élargissement de la représentativité et une plus grande proximité avec les milieux déchristianisés. La formation d’un comité directeur chargé de maintenir les contacts avec les supérieurs des équipes missionnaires des instituts religieux et du clergé diocésain sert à favoriser la représentativité, tandis que pour garantir une insertion plus adéquate dans les milieux de vie, un comité est institué composé de missionnaires responsables de missions générales. La multiplication des équipes de recherche orientées vers le problème de la déchristianisation et la complexité des questions soulevées par celle-ci sont en fait la principale raison de la crise subie par l’administration précédente, qui d’une part ne réussit pas à suivre le développement des équipes individuelles, et d’autre part n’offrit pas une médiation efficace entre la sphère de la recherche et celle de l’expérimentation concrète. L’absence également d’une véritable réflexion théologique et par-dessus tout la disproportion entre l’effort fait en faveur des missions urbaines et celui, médiocre, vis-à-vis du monde rural, des centres périphériques, des marginaux, tout cela se montre dommageable vis-à-vis de l’unité et de la cohésion interne du CPMI, en butte à une série continuelle de mésententes entre membres du comité directeur et supérieurs religieux, entre responsables de missions urbaines et responsables de missions rurales, entre techniciens et missionnaires de base, entre sociologues et théologiens.

  • 4 Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF], 2EG 51, E. Dutais à L. Robinot, 22 janv (...)

3Malgré les efforts réalisés pour accroître la représentativité et la proximité avec les lieux de vie, le débat continue sur l’organisation du CPMI, mais en prenant la forme d’une confrontation entre les partisans de la coordination centrale et ceux d’une plus grande autonomie des centres régionaux. En 1962, lors de la rencontre de ces centres régionaux fondés dès l’origine du CPMI, les contestataires du centralisme réclamèrent une forme fédérale prévoyant la constitution dans la structure du centre régional d’un véritable pôle de recherche et l’élaboration de nouvelles expériences pastorales, en conformité avec la structure même de l’Église française pourvue d’un ample éventail de situations et de problèmes qui diffèrent de région à région4. D’autres missionnaires, qui opèrent sur une aire inter-régionale, s’unissent au contraire pour défendre la nouvelle structure du CPMI, qui remonte à peine à quatre ans, convaincus que le malaise ne dérive pas de l’inadéquation des appareils administratifs, mais de la seule complexité du phénomène de sécularisation à la base de la réforme elle-même de l’administration.

Crise avec le laïcat d’Action catholique

  • 5 Ensemble, n° 28, janvier-mars 1959, p. 5.

4La complexité du phénomène de déchristianisation pousse le CPMI à l’approfondir en renégociant les accords avec le laïcat d’Action catholique dont la structuration pour une mission a été perçue comme trop excessivement rigide pour être authentiquement prophétique, ouverte aux changements et disposée à interagir avec des réalités inédites. On en trouve la confirmation dans l’éditorial d’Ensemble de mars 1959, un réquisitoire de Motte qui stigmatise encore une fois un modèle de mission comprise comme une agence de recrutement de militants d’Action catholique. Le 8 janvier de la même année, le Comité permanent du CPMI, en présence du secrétaire national d’Action Catholique, Mgr Ménager, signe un nouvel accord garantissant une plus grande autonomie aux missionnaires. Ceux-ci, qui sont en possession de leur mandat apostolique depuis le XVIe siècle, exigent maintenant la liberté d’exercer leur propre ministère, même en dehors des limites fixées par le milieu, objet de l’apostolat d’Action catholique, dans l’intention de se consacrer en tant que missionnaires aux masses des quartiers populaires, des périphéries, des faubourgs envahis par les immigrés5. Le virage pris par le CPMI dans le passage d’une autonomie partielle (1959) à la séparation complète d’avec l’Action catholique est mis en évidence par l’absence dans le numéro d’Ensemble de septembre 1960 de la rubrique Campagnes d’année.

  • 6 Archives des Capucins, Paris [ACP], III 0 123, La situation religieuse de la France et de ses apôtr (...)

5La différence entre la mission du CPMI et celle de l’Action catholique est à nouveau mise en évidence par une importante étude strictement confidentielle réalisée par le CPMI sur la sécularisation de la société française6. Le CPMI conteste maintenant au mouvement non seulement son exclusivisme apostolique, légitimé par le mandat des évêques, mais aussi sa méthode de recherche, l’enquête. L’étude conduite par le CPMI sur la base de données récoltées par des missionnaires chargés de l’évangélisation des masses des régions les plus peuplées et les plus dynamiques de la nation démontre le manque de fiabilité de l’enquête d’Action catholique, dans la mesure où celle-ci s’appuie sur une société divisée en milieux ne correspondant plus à la réalité de facto. D’après la nouvelle enquête, due au CPMI, la société française se caractérise désormais par un brassage culturel sans précédent, une terre nouvelle socio-culturelle, situation analogue à celle rencontrée par les évangélisateurs du Nouveau Monde et devant laquelle l’Église ne réussit pas encore à trouver les repères de sa propre localisation ni de sa propre mission.

6Le CPMI rapporte que des scénarios de ce genre se multiplient en France avec une extrême rapidité, comme le prouve le fait que dans les zones urbaines où, pendant des siècles, l’Église a manifesté sa prépondérance, cent ans ont suffi à faire disparaître non seulement les manifestations de la foi, mais aussi celles d’une existence au minimum respectueuse de la dignité humaine. Si le CPMI juge anachronique la méthode de l’Action catholique, il considère encore comme plus blâmable sa vision autarcique, qui empêche la collaboration non seulement avec les missionnaires du CPMI, mais aussi avec celle des mouvements d’apostolat des divers milieux. Il en résulte que l’Action catholique se refuse la possibilité de parvenir à une vue d’ensemble beaucoup plus cohérente que celle orientée vers la parcellisation du milieu.

7En somme, le CPMI par sa vocation d’organe de coordination ne peut s’abstenir d’exprimer son regret devant le blocage des divers mouvements d’Action catholique, blocage qui ne nuit pas seulement à leur méthode et à leur mission, mais aussi à la collégialité ecclésiale prônée par le Concile. Sur la base de ce double refus de l’Action catholique, méthodologique et ecclésial, formulé par le CPMI, on comprend alors la décision de ce dernier de couper ses liens avec le mouvement, décision prise lors du Conseil national de 1959 et légitimée par la suite dans l’étude de la sécularisation française. Un laïcat qui n’assure pas sa proximité avec la vie réelle et ne sert pas de canal à une insertion efficace au cœur de la société séculière n’est pas compatible avec une missiologie comme celle du CPMI, née du désir de mettre l’Évangile à la portée de tous. Cependant, la décision du CPMI de se détacher de l’Action catholique annonce l’échec de sa propre mission, échec dû à son manque de confiance dans ses propres principes initiaux : incitation à une révision d’authenticité basée sur la fidélité à la réalité humaine et ecclésiale, encouragement à la coordination comme présupposé de la collégialité.

De la crise du dialogue à celle du projet missionnaire (1961-1965)

  • 7 Ensemble, n° 40, supplément, janvier-mars 1962 : Jalons, n° 9, f. 2.

8La séparation d’avec l’Action catholique considérée comme incapable de dialoguer, pétrifiée dans des modèles d’analyse depuis longtemps dépassés, détachée de la réalité concrète, et nuisible à la collégialité, cette séparation ne satisfait pas le CPMI qui en vient à s’interroger sur sa propre aptitude au dialogue, son attachement à la problématique du réel, la collégialité elle-même telle que l’expriment ses structures, en somme l’ensemble de son action. La revue Ensemble publiera d’ailleurs à cette occasion un supplément intitulé Pour un meilleur dialogue, où entre autres se voit encore une fois stigmatisé le dommage causé à la mission par l’Action catholique, son exclusivisme, son auto-référentialité, qui amènent les curés à penser que la mission est une fiction, destinée au recrutement de nouveaux adeptes7. Le dialogue qu’il est urgent de vérifier et qu’il faut promouvoir par une nouvelle organisation des services administratifs concerne principalement les échanges entre équipes de recherche et responsables des missions générales, correspondant respectivement au domaine théorique et à la réalisation concrète. En effet, la principale difficulté à résorber concerne la qualité de la communication entre les chargés de recherche et les responsables de l’action pastorale, soit domaine théorique et domaine pratique. C’est dans ces secteurs que se manifestent des difficultés de collaboration qui vont toujours croissantes, et justement à la suite de la dernière réforme structurelle du CPMI, qui, paradoxalement, bien qu’elle ait été conçue avec pour objectif de favoriser le dialogue et d’intensifier les synergies, arrive maintenant à une bureaucratisation pesante, effet de la spécialisation et de la répartition des tâches.

  • 8 CNAEF, 2EG 22, rencontre des chefs d’équipes nationales, du jeudi 26 avril au samedi 28 avril 1962.

9En avril 1962, à l’invitation de Léon Robinot, successeur de Jean-François Motte à la direction du CPMI, les responsables des équipes de recherche se rencontrent pour réfléchir sur la carence de coordination entre les divers secteurs du Centre. D’emblée, leur attention s’oriente vers les origines lorsque participaient aussi aux activités de recherche les membres eux-mêmes du comité directeur, guides de l’organisme missionnaire, assurant ainsi ipso facto, sans besoin d’autres structures, une circulation des informations et de la pensée favorable à un climat de dialogue concret, constructif et garant de l’ensemble8.

  • 9 CNAEF, 2EG 22, Patrick Robert à Ceppi, 18 janvier 1963 ; réponse à la lettre du 18 janvier 1963, 1e (...)

10Sur cette même question de la coordination et de l’unité interne du CPMI, un débat épistolaire intéressant s’instaure en 1963 entre le secrétaire de l’organisme missionnaire, Patrick Robert, qui avait été un proche collaborateur de Jean-François Motte, et deux des principaux protagonistes de l’étude en cours sur le dialogue entre équipes de recherche et responsables des missions9. Robert est lui aussi persuadé qu’il faut revenir comme modèle aux origines du CPMI quand l’unité de l’organisme découlait spontanément de la fidélité au travail sur le terrain, c’est-à-dire de la réalité elle-même observée directement par l’exercice pratique et non par référence à des modèles théoriques. Toujours selon Robert, la détérioration dans la coordination interne du CPMI serait advenue à la suite de la séparation entre travail apostolique et activité de recherche, c’est-à-dire la décision de placer le personnel technique à la tête de l’équipe de recherche, et non les chefs responsables des missions, riches d’expérience. L’équipe de ces derniers, Patrick Robert le répète, doit constituer l’élément moteur du CPMI, le point d’appui de son fonctionnement, le creuset de sa pensée, le garant de son unité, tandis que les équipes de recherche ont pour tâche unique de susciter des stimulus, de résoudre des problèmes, de vérifier des procédures et d’évaluer des résultats d’enquêtes. Seuls les responsables des missions possèdent les instruments adéquats pour ramener les techniciens à se confronter avec la réalité concrète, à enquêter sur les problématiques de la vie ordinaire. Oui, précise encore Robert, c’est la confrontation avec le réel qui est en mesure d’unifier les groupes chargés d’étudier des secteurs différents, certains sur le plan de la recherche sociale, d’autres sur celui de l’information, ou bien sur celui des techniques de masse, sur la situation ouvrière, sur le milieu, urbain ou rural.

  • 10 CNAEF, 2EG 22, Lapraz à Billiet, 1er mai 1964.

11Patrick Robert quitte le CPMI dans les premiers mois de 1964 et son successeur, François Chaigne, quoiqu’il ait tenté de recueillir l’héritage, se trouve obligé d’accepter une série d’échecs, situés précisément dans le secteur de la communication et de la coordination entre équipes de recherche et responsables de la mission. Le sociologue dominicain Jean Lapraz, pionnier comme Robert du CPMI, prononce un jugement sans indulgence sur la table ronde organisée par Chaigne pour pallier le manque de communication entre techniciens et pasteurs : une véritable pagaille sans aucun contrôle ! Le même Lapraz conseille donc d’organiser une rencontre avec les responsables d’autres organismes de recherche afin de traiter avec eux de la confrontation avec le nouveau climat socio-religieux qui semble échapper à toute tentative d’analyse10.

  • 11 Ensemble, n° 48, janvier-mars 1964, Concile et CPMI, p. 5.

12Entre-temps, le capucin Médard Dourmap revient de Rome et, voulant donner sa contribution sur ce thème du dialogue dans le CPMI, il compare le Centre aux commissions de l’assemblée conciliaire11. Lui aussi pourtant, anxieux comme Patrick Robert de répondre au défi de l’incroyance, caractérise le véritable esprit du CPMI dans le contact avec la réalité en le considérant comme le plus adapté à la confrontation avec l’événement du Concile, mis à son tour en relief avec la compilation de la constitution Gaudium et Spes par l’aspiration au dialogue avec le monde contemporain. Comme Patrick Robert, Dourmap lui aussi indique dans l’adhésion à la réalité, l’intérêt pour les problèmes réels, le souci du monde des non-croyants une voie de solution pour les problèmes posés par le manque de dialogue et d’unité. Ce n’est donc pas l’organisation, mais l’observation, qui est en mesure de donner un nouvel élan au CPMI !

13Puis, sur la trace de Patrick Robert, Dourmap lui aussi quitte le CPMI pour se mettre au service de la réception du Concile par des conférences choisies pour diffuser les lignes de renouvellement pastoral. Avec ce départ de Dourmap qui sort donc de la liste du CPMI en 1965, après l’abandon de Motte dès 1962, de Robert en 1963, de Robinot en 1965, de Pieplù, vice-directeur de Motte, également en 1965, c’est un cycle générationnel qui se clôt pour le CPMI : génération aussi déterminante pour les origines et les premiers développements de l’organisme que l’est maintenant son absence lors du déclin, parallèle au processus de la réception du Concile, d’ailleurs soumis lui aussi à des fluctuations motivées par le changement de génération.

  • 12 Ensemble, n° 51, octobre-décembre 1964, p. 2.

14Le nouveau directeur du CPMI, le rédemptoriste Billiet, malgré les efforts déployés en faveur du dialogue, de l’unité et de la collégialité, doit admettre la décadence : « Ça ne circule pas, ça ne descend pas, ça ne remonte pas dans la tuyauterie12 ! » Le manque général de communication engendre rapidement la crise de la mission générale, devenue excessivement complexe et nuisible au travail des missionnaires de base qui se sentent mis en marge, simples instruments soumis aux techniciens. Ce système de mission générale, fleuron jadis du CPMI, est comme mis sous accusation, non seulement parce qu’il nuit au dialogue et à la collégialité, mais aussi parce qu’il est à l’opposé de la dimension pastorale prônée par Vatican II, qui place au premier rang la rencontre personnelle avec l’homme moderne dont elle connaît l’hostilité aux étiquettes, aux appareils, aux fatras organisationnels. « Que va devenir la mission générale ? », demande-t-on aux dirigeants du CPMI à la fermeture des battants de l’aula conciliaire. On en vient à se demander quel sera le destin du CPMI, alors que la stratégie d’ensemble basée sur le dialogue et la coopération, la collégialité, est déjà affaiblie et que ce qui est maintenant placé sous enquête, c’est la Mission générale œuvre d’Église, cette histoire du CPMI écrite par Motte et Dourmap pour en marquer le dixième anniversaire.

La crise de la stratégie d’ensemble

15La fragmentation du système de liaisons inauguré par le CPMI avait déjà commencé par la rupture des liens avec l’Action catholique et elle continue par la désagrégation des appareils internes du CPMI lui-même, jusqu’à la dissolution du projet de mission générale, sa marque d’origine. Une telle manifestation arrive à son sommet avec la rupture des rapports entre les différents instituts missionnaires, déjà membres du Comité permanent des religieux (CPR), qui sont un présupposé incontournable à la fondation du CPMI en tant qu’organe de liaison, cheville ouvrière de la pastorale d’ensemble.

  • 13 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 14 novembre (...)
  • 14 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 13 novembre (...)
  • 15 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 19 novembre (...)

16La crise vocationnelle qui afflige les instituts religieux dès la fin des années 1950 et par dessus tout le processus d’aggiornamento conciliaire, qui réclame le retour à l’idéal des origines, préliminaire à la découverte de l’originalité propre, ces agents plus que d’autres influent sur la phase finale du processus de désagrégation qui conduit à la disparition du CPMI. La synergie entre les instituts religieux missionnaires qui augmente au cours des années justement avec la contribution du CPR en arrivant à fonder d’un commun accord un centre pour la formation pastorale des religieux, cette synergie risque d’être mise en échec au cours de l’assemblée générale du CPR de 1956, lorsque pour la première fois affleure la question de la crise vocationnelle marquée par la diminution de nouveaux candidats et l’enregistrement des premières défections13. Les données sur cette raréfaction des vocations apportées par l’enquête réalisée par le CPR lui-même l’année suivante (1957), loin de créer alarmisme et désorientation, sont interprétées au contraire comme des signaux pour renouveler l’invite à collaborer, en faisant de l’accord et de l’échange réciproques des conditions sine qua non pour donner des réponses adéquates à la crise des vocations14. Lors de l’assemblée de l’année suivante (1958), Mgr Garrone exhorte les religieux, préoccupés par l’urgence de la crise, à ne pas mettre au second rang la collaboration entre instituts religieux en ce qui concerne l’évangélisation ; citant comme modèle l’expérience conduite par le CPMI, il ouvre la voie à l’intervention de Motte15.

17Chargé de plaider la cause de la mission, le fondateur de la pastorale d’ensemble a beau jeu d’utiliser la réforme structurelle du CPMI qui place au centre l’exigence de la collaboration entre les instituts religieux et la plus grande responsabilité de leurs représentants dans les options missionnaires. Motte ne laisse pas échapper l’occasion de faire réfléchir sur l’importance qui n’est que secondaire de la crise des vocations au regard de la crise de la foi, dont relève le sérieux des problèmes apparus dans la mission, où par manque de forces actives et formées, on ne réussit pas à faire front au phénomène de la déchristianisation. Il propose donc d’orienter vers l’apostolat missionnaire un plus grand nombre de religieux pour permettre d’élaborer de nouvelles formes de lutte, de promouvoir la formation des missionnaires de base et de soutenir les compétences des techniciens. Certainement pas insensible à la préoccupation des supérieurs religieux devant la crise vocationnelle toujours davantage marquée par le phénomène des défections, il s’engage à se consacrer plus particulièrement à l’étude de la vie spirituelle du missionnaire, de sa dimension intérieure à évaluer en fonction de sa dimension apostolique.

  • 16 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Circulaire 25 juillet 1959. Comité permanent des re (...)

18L’insistance de Motte sur la collaboration des instituts religieux en faveur de la mission rencontre un support encore plus grand dans une décision de l’épiscopat de France qui, l’année suivant son intervention à l’assemblée du CPR, adresse au CPR la demande d’une intervention sur le thème de l’Évangélisation des milieux déchristianisés, qui est celui de l’assemblée de l’épiscopat français prévue pour 196016. À cette occasion, Mgr Villot, secrétaire de l’épiscopat, présente au CPR un plan d’accord entre instituts religieux et évêques en vue du renforcement de l’initiative missionnaire du CPMI. Ce plan stipule que les commissions de recherche du CPMI sont appelées à seconder les commissions épiscopales corrélatives et que la nomination du directeur du CPMI doit être soumise à l’approbation de l’Assemblée des cardinaux et archevêques (ACA).

  • 17 Jean-François Motte, Problèmes posés par l’organisation des missions en France, 30 novembre 1959.
  • 18 Ibid., f. 3.

19Fort de l’intervention autorisée de Mgr Villot, Motte envoie à tous les supérieurs d’instituts missionnaires un rapport sur l’état de la mission générale, munie d’une lettre de présentation rédigée par le Père Jean-François Barbier et signée de Mgr Brault, chargé des contacts entre ACA et CPMI17. Le rapport trace le cadre des difficultés rencontrées par la mission générale du fait du manque de personnel et de ressources économiques, mais l’appel de Motte aux supérieurs religieux se fait encore plus pénible. De fait, il impute le recours à la chute des vocations comme simple prétexte pour soustraire des forces à la mission, alors qu’ils ne se font pas scrupule d’acquiescer aux demandes d’évêques disposés à leur offrir des doyennés, des paroisses, des aumôneries, toutes charges relevant de la pastorale ordinaire. La véritable crise de la mission, selon Motte, dépend donc du peu de valeur qu’on lui accorde, en la voyant souvent comme une charge purement optionnelle18. Au contraire, Motte est d’avis que c’est précisément la gravité du phénomène de déchristianisation qui devrait pousser les évêques et les supérieurs religieux à s’accorder d’urgence pour établir un plan pastoral national qui permette à la mission générale de se voir accorder une place adéquate dans l’Église, la garantie d’un statut canonique, une qualité théologique et un soutien économique décent.

  • 19 APFP, CPMI comités directeurs : comptes rendus des réunions (1953-1960), 29e comité directeur, 4 ja (...)
  • 20 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2 E 1, assemblée des supérieurs majeurs, novembre 1960. (...)

20Le débat suscité par Motte sur l’apport des instituts missionnaires à la mise en œuvre de la mission reçoit une nouvelle impulsion en passant du CPR au CPMI et en s’enrichissant de la thématique sur le lien entre tâche apostolique et formation spirituelle du missionnaire, thématique que Motte introduit lui-même dans l’ordre du jour de la séance du 4 janvier 1960, présentée par Jean-François Barbier, l’énergique secrétaire du CPR19. La discussion s’oriente sur le programme d’une enquête que le CPR charge le CPMI de conduire auprès des missionnaires avec pour objectif de faire le point des problèmes qui se posent à eux dans la conjonction entre activité apostolique et dimension intérieure spirituelle. C’est précisément à la suite du lancement de cette initiative, orientée vers un renforcement ultérieur de la coopération entre instituts religieux après les tâches de plus grande responsabilité que leur a confiées la récente réforme du CPMI, que s’élèvent les premiers foyers de critique concernant un CPMI ressenti comme trop envahissant, nuisible à l’autorité des supérieurs religieux, considérés comme les seuls chargés de prendre des décisions dans le domaine de la vie spirituelle de leurs propres subalternes. Adressée indistinctement à tous les missionnaires sans tenir compte des différences dérivées de l’appartenance à des instituts religieux divers, l’enquête du CPMI fut jugée par une certaine dissidence comme une tentative de nivellement, un véritable attentat à la particularité de chaque institut. La surprise provoquée chez les dirigeants du CPMI et chez ceux du CPR par ce genre de réactions se transforme l’année suivante en véritable contestation, lorsque certaines des réponses au questionnaire diffusé par le CPMI accusent la mission de mettre en danger la vie spirituelle, en provoquant la désertion de la prière, la violation de la pauvreté, le mépris de l’obéissance et par dessus tout l’abandon des coutumes traditionnelles20.

  • 21 ACP, III 0 103-105 CPMI, Apollinaris à Médard, 29 novembre 1954 ; Médard à Robert, 6 mars 1957 ; Mé (...)

21Les dénonciations d’une proposition missionnaire considérée comme empiétant sur les traditions de chaque institut ne sont pas retirées, même après la déclaration sur la validité de la pastorale d’ensemble que Mgr Guyot, au nom de l’ACA, présente à l’assemblée suivante du CPR. En effet, précédemment déjà, des manifestations d’étroitesse mentale, d’isolationnisme, de mentalité autarcique avaient été notées dans certains instituts religieux par Dourmap lui-même. Il ne manque pas de signaler à Motte tantôt des discordes entre équipes, tantôt une autodéfense à courte vue de la part des jésuites attachés à leur propre tradition d’une mission limitée à seulement cinq jours, tantôt aussi au sein même des instituts religieux des discussions pour ou contre la mission générale, comme par exemple la dispute éclatée chez les dominicains de Lyon qui débouche sur des divisions et des menaces de démission chez les partisans du CPMI21.

  • 22 CNAEF, 2EG 46, réunion des provinciaux sous mouvance CPMI, 3 avril 1963 (sur le thème des réunions (...)

22À partir de l’automne 1961, dans l’intention de résoudre les conflits entre les différents instituts missionnaires et de renforcer leur coopération, le CPR accueille des rencontres entre provinciaux impliqués dans le projet missionnaire du CPMI. Dès 1962, Motte les amène à projeter un secrétariat pour les missions ayant pour tâche de promouvoir l’accord soit entre les différents instituts, soit entre ceux-ci et l’épiscopat. L’enthousiasme diminue à la suite du départ du Père Motte et, dès la réunion de 1962, on envisage une forme d’accord plus souple que celle précédemment prévue par le fondateur du CPMI. Lors de la rencontre de 1963 qui enregistre une diminution du nombre des participants, les doutes resurgissent sur un CPMI qui épuise les missionnaires par une surcharge d’activités aux conséquences sérieuses sur leur santé physique et surtout psychologique. Au cours des réunions suivantes, les objections sur la nature du CPMI et en particulier sur l’efficacité de la mission générale prennent le pas sur l’intérêt pour la coopération. Jean-François Barbier lui-même, qui est présent aux rencontres, est maintenant obligé d’admettre la crise du lien entre mission et vie religieuse. Robinot déclare lui aussi que la doctrine du CPMI, conçue initialement par Motte, et adaptée ensuite en fonction de nouvelles expériences, cette doctrine nécessite un remaniement, en fonction spécialement de la diminution du personnel missionnaire qui, au début du CPMI, comptait 1000 membres, alors qu’actuellement, il ne dépasse pas les 600. Les provinciaux se renforcent dans leur conviction personnelle que la mission est contraire à la vie religieuse et que la formation donnée aux religieux dans des conditions étrangères à celles de leur propre institut met en péril les références à la tradition spirituelle particulière de chaque institution. Les mêmes provinciaux sont désormais persuadés de l’inutilité, non seulement d’un accord entre instituts, mais même de toute tentative d’entente avec les évêques. Les années suivantes, l’absence de Robinot, arrivé en fin de mandat, et celle de Barbier lui-même, tous deux liés à Motte, privent la discussion de la dernière lueur de lucidité organisationnelle qui, jusqu’alors, avait permis de maintenir ouverts les échanges sur une crise de la mission aussi bien institutionnelle qu’idéologique commune à la vie religieuse tout entière. Serait-il possible à un seul institut de répondre en pleine autonomie à la question sur l’originalité de l’apport de la vie religieuse en général à la mission de l’Église ? Et pourtant le Concile demande que, dans la révision des constitutions en fonction des principes d’aggiornamento de la vie religieuse, chaque institut précise les traits particuliers de son propre apostolat22.

  • 23 CNAEF, 2EG 16, R. Billiet [co-directeur rédemptoriste du CPMI]. Circulaire en vue de la session du  (...)
  • 24 « Mais le CPMI rappelle aussi que les missions ont sans doute un rôle à remplir à la suite du Conci (...)
  • 25 CNAEF, 2EG 16, François Chaigne, 2 avril 1963 ; 22 octobre 1963.

23En 1964, le nouveau directeur du CPMI, le Père Billiet, tente encore une fois d’appeler l’attention des supérieurs des instituts missionnaires sur l’importance d’un travail d’ensemble et sur l’accord avec l’épiscopat de France23. Il motive son initiative à partir des données sur la crise des vocations et surtout sur l’incroyance, et en redisant l’importance d’un renouvellement de la mission tel que le souhaitait l’assemblée des évêques en 1960. Il se hasarde enfin à proposer le CPMI comme auxiliaire pour l’application du Concile, spécialement en ce qui concerne les organismes missionnaires24. Le nouveau secrétaire, François Chaigne, se charge d’envoyer les lettres au titre significatif : En communication25.

  • 26 CNAEF, 2EG 24, Roirand à Mgr Boussard, 21 juillet 1967.
  • 27 Ensemble, n° 75, avril-juin 1971. Bulletin de liaison GERM.

24L’année suivante 1965, lors de la session sur la préparation des nouveaux missionnaires, la contestation de la méthode du CPMI est non seulement flagrante, mais ingérable. La lettre que Mgr Boussard écrit le 21 juillet 1967 à Roirand, délégué du CPMI auprès de la Conférence épiscopale, n’a donc rien d’étonnant26. Interpellé par un provincial qui manifeste son incertitude quant à l’envoi d’un subalterne aux sessions du CPMI, le prélat s’étonne de ce que les principaux animateurs du CPMI eux-mêmes manifestent des doutes et du pessimisme quant à la formation proposée justement par ce CPMI. Roirand accepte l’attaque et répond en affirmant ne s’étonner nullement de la crise qui atteint le CPMI, vu que cette crise ne se limite pas à ce seul organisme, mais investit le monde entier de la simple pastorale de la vie religieuse et touche la pratique missionnaire tout court. C’est une crise, insiste Roirand, qui a son origine dans le départ de Motte du CPMI, et elle s’explique à la lumière de deux raisons principales : l’échec du projet d’ensemble conçu par les fondateurs du CPMI et l’évolution du climat religieux, culturel, social, économique et politique. Il attribue ensuite aux supérieurs religieux la responsabilité majeure de cette crise, au moins du point de vue de l’organisation pratique, si bien qu’il décide de se mettre le plus rapidement possible en contact avec Jean-François Barbier et, à travers lui, avec le CPR. Sa tentative est cependant vouée à l’échec, parce que ni Barbier ni le CPR ne sont plus ce qu’ils étaient au temps de Motte. Leurs préoccupations actuelles concernant la mission sont tout autres : le difficile problème de la baisse des vocations, l’hémorragie continue des départs, les troubles spirituels et psychologiques de ceux qui, malgré tout, restent personnellement fidèles à leur propre projet. Les religieux les plus entreprenants, stimulés par les documents conciliaires sur la redécouverte des origines, se sentent plus attirés par les questions sur le caractère et la signification de leur choix religieux que par celles concernant la mission, mission qu’ils remplacent volontiers par des expériences de partage, en considérant la seule présence comme désormais suffisante. « Ensemble », ce n’est plus un thème attractif pour les héritiers de la mission du CPMI, car ils sont désormais intégrés dans la vie des quartiers, ce qui requiert une présence de longue durée. On procède alors au remplacement du titre du vieux bulletin du CPMI, et Ensemble se change alors en Germ, sigle moins déplaisant et moins gênant27.

25Les hypothèses que nous proposons se trouvent ainsi confirmées. La crise dans la réception du Concile est liée à l’affaiblissement de la dynamique qui avait caractérisé aussi bien la période préparatoire que l’événement lui-même, et c’est là pour une grande part la conséquence d’une interprétation erronée du proprium de Vatican II. Les changements survenus après le Concile engendrent la sénescence du projet de renouveau ecclésial et de sa dynamique elle-même. Mais par-dessus tout, ce qui a été mal vu, c’est le quid du Concile lui-même et, sur ce point, Motte me semble avoir raison : à mon avis, il s’agit d’une modalité de l’observation, d’une praxis découlant d’abord de cette observation avant de devenir une série de contenus, une doctrine. Les textes promulgués par le Concile peuvent bien vieillir, mais non la méthode employée pour parvenir à leur élaboration. Par rapport au CPMI, Motte dirait que, si la méthode de la mission générale, la vision d’ensemble, peut vieillir, ce qui ne vieillit pas, ce sont les modalités d’élaboration de tels instruments d’évangélisation, c’est-à-dire une observation de la réalité qui stimule la révision de vie, le renouvellement, la créativité. Ajoutons encore ceci : la crise dépend d’un facteur générationnel, c’est bien ce que Motte nous fait percevoir dans les deux phases du CPMI. Mais d’autre part, cette crise pose une question demeurée irrésolue par manque d’une synthèse entre esprit et organisation, par incapacité d’insuffler aux institutions du dynamisme, à l’esprit de la continuité, c’est ce que montre toute l’histoire du CPMI, mais que Motte lui-même ne semble pas avoir compris. Pour conclure, je retiens que, par ses liens avec le concret d’une évolution religieuse, culturelle, sociale et économique, et par sa tentative pour agir par un renouveau de l’annonce évangélique, l’histoire du CPMI offre un moyen valide pour l’étude du Concile Vatican II, et spécialement de son application et de sa réception. Mais ce travail, les chercheurs l’ont fait jusqu’à présent en se basant surtout sur des sources documentaires dues à des aristocraties de la pensée, sans se lancer dans une véritable confrontation avec le modeste contexte d’une activité pastorale orientée vers des individus, des groupes et des mentalités marqués par une histoire vue d’en bas.

Notes

1 Aux origines du développement du CPMI, né en 1950, outre un groupe de missionnaires diocésains provenant de diverses régions françaises, on retrouve des religieux appartenant aux familles suivantes (dans l’ordre de leur contribution numérique) : Rédemptoristes, Oblats de Marie immaculée, Capucins, Montfortains, Dominicains, Lazaristes, Jésuites, Frères mineurs, Pères de la Société de Saint-François-de-Sales, Picpuciens, Eudistes, Passionnistes, Maristes, Pères de La Salette.

2 Giuseppe Buffon, La Chiesa nello specchio del mondo. Il Concilio Vaticano II nella visione del Centro pastorale per le missione interne (1950-70), Roma, Carocci editore, 2015.

3 Archives de la province franciscaine de Paris [APFP], CPMI comités directeurs : comptes rendus des réunions (1953-1960), [27e] comité directeur du CPMI, 30 juin 1958.

4 Centre national des Archives de l’Église de France [CNAEF], 2EG 51, E. Dutais à L. Robinot, 22 janvier 1962.

5 Ensemble, n° 28, janvier-mars 1959, p. 5.

6 Archives des Capucins, Paris [ACP], III 0 123, La situation religieuse de la France et de ses apôtres vue par le CPMI. Document III, 4 mars 1960, ff. 16.

7 Ensemble, n° 40, supplément, janvier-mars 1962 : Jalons, n° 9, f. 2.

8 CNAEF, 2EG 22, rencontre des chefs d’équipes nationales, du jeudi 26 avril au samedi 28 avril 1962.

9 CNAEF, 2EG 22, Patrick Robert à Ceppi, 18 janvier 1963 ; réponse à la lettre du 18 janvier 1963, 1er février 1963 ; Patrick Robert à Barat, 25 février 1963.

10 CNAEF, 2EG 22, Lapraz à Billiet, 1er mai 1964.

11 Ensemble, n° 48, janvier-mars 1964, Concile et CPMI, p. 5.

12 Ensemble, n° 51, octobre-décembre 1964, p. 2.

13 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 14 novembre 1956.

14 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 13 novembre 1957.

15 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Compte-rendu de l’assemblée générale du 19 novembre 1958.

16 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2E1. Circulaire 25 juillet 1959. Comité permanent des religieux de France Cir. 6/59 Strictement personnel.

17 Jean-François Motte, Problèmes posés par l’organisation des missions en France, 30 novembre 1959.

18 Ibid., f. 3.

19 APFP, CPMI comités directeurs : comptes rendus des réunions (1953-1960), 29e comité directeur, 4 janvier 1960.

20 APFP, CPR – Comité permanent des religieux 2 E 1, assemblée des supérieurs majeurs, novembre 1960. Carrefour des provinciaux de religieux missionnaires. I. L’enquête sur la vie religieuse du missionnaire, f. 2.

21 ACP, III 0 103-105 CPMI, Apollinaris à Médard, 29 novembre 1954 ; Médard à Robert, 6 mars 1957 ; Médard au supérieur du Sacré-Cœur de Picpus Sarzeau, 8 avril 1957 ; Médard à Motte, 25 octobre 1959.

22 CNAEF, 2EG 46, réunion des provinciaux sous mouvance CPMI, 3 avril 1963 (sur le thème des réunions antérieures). Rencontre des provinciaux sous mouvance Missions de l’intérieur, 14 mai 1963. Réunion des provinciaux sous mouvance Missions de l’intérieur, 16-17 septembre 1963.

23 CNAEF, 2EG 16, R. Billiet [co-directeur rédemptoriste du CPMI]. Circulaire en vue de la session du 8 mai 1964.

24 « Mais le CPMI rappelle aussi que les missions ont sans doute un rôle à remplir à la suite du Concile comme elles l’ont eu dans l’application du Concile de Trente ». CNAEF, 2EG 16, R. Billiet. Circulaire en vue de la session de juin, f. 2.

25 CNAEF, 2EG 16, François Chaigne, 2 avril 1963 ; 22 octobre 1963.

26 CNAEF, 2EG 24, Roirand à Mgr Boussard, 21 juillet 1967.

27 Ensemble, n° 75, avril-juin 1971. Bulletin de liaison GERM.

Auteur

Antonianum

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search