Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

La congrégation du Grand-Saint-Bernard au défi de l’aggiornamento

Lorenzo Planzi

Texte intégral

  • 1 Archives de la congrégation du Grand-Saint-Bernard [ACSB], carton F2c « Chapitre général », rapport (...)
  • 2 Angelin Lovey (Orsières, 1911 – Martigny, 2000), entré chez les chanoines du Grand-Saint-Bernard, e (...)
  • 3 Archivio Segreto Vaticano, Arch. Nunz. Svizzera, b. 4, fasc. 3, Missione di Mons. Luigi Maglione in (...)

1 « S’imaginer que le Concile allait tout changer était une illusion que partagèrent un certain nombre de fidèles et même des prêtres. Dire, par ailleurs, que le Concile n’a rien changé serait une erreur vraiment grossière1. » Au cœur des Alpes, c’est ce que confesse, en 1968, le prévôt du Grand-Saint-Bernard, Mgr Angelin Lovey2, lors du chapitre général de sa congrégation. À la frontière entre le Sud et le Nord de l’Europe, cette famille religieuse millénaire est initiée au xie siècle par saint Bernard de Montjou, archidiacre de la ville d’Aoste, ayant reçu la mission d’accueillir les pèlerins et voyageurs devant franchir l’immense barrière des Alpes. En 1050, Bernard fonde, aux 2 473 mètres d’altitude du col du Grand-Saint-Bernard, le premier hospice de la congrégation montagnarde. Au début du xxe siècle, « les chanoines réguliers du Saint-Bernard, qui possèdent également l’hospice du Simplon, poursuivent, dans le bon esprit, leur traditionnelle œuvre de charité. Leur prévôt, Mgr Théophile Bourgeois, est une personne infiniment pie et d’une grande bonté, très dévouée au Saint-Siège3 », comme l’observe le rapport adressé à Rome, en 1926, par le nonce apostolique en Suisse, Mgr Luigi Maglione, futur cardinal et secrétaire d’État sous Pie XII. Presque un siècle plus tard, la congrégation des Saint-Nicolas et Saint-Bernard du Mont-Joux se retire cependant des communautés et des écoles – des paroisses du Valais et du Val d’Aoste comme du collège de Champittet à Lausanne –, bref de toute une société. À la famille religieuse de la Suisse francophone adhèrent actuellement une quarantaine de chanoines, alors qu’à la veille de Vatican II, elle comptait encore 88 religieux, se répartissant dans les hospices du Saint-Bernard et du Simplon, mais surtout dans les paroisses du Bas-Valais. Comment la congrégation vit-elle le tournant de l’aggiornamento de Vatican II ? Les sources inédites des archives conservées à Martigny nous dévoilent – dans une temporalité élargie partant des années 1950 – quelques enjeux de la réception conciliaire de la part des chanoines, et cela dans les champs sensibles de la formation au noviciat et des pèlerinages alpins, en lien avec l’actualité sociale et économique de l’ouverture du tunnel du Grand-Saint-Bernard en 1964.

Vers le Concile : le noviciat du col à la ville

  • 4 Angelin Lovey, « La congrégation du Grand-Saint-Bernard de 1898 à nos jours », dans La Maison du Gr (...)
  • 5 ACSB, Dossier C1 « Noviciat en général », projet de transfert du noviciat-séminaire, première suppl (...)
  • 6 Ibid., relation sur le noviciat au chapitre de la congrégation des Saints-Nicolas et Bernard du Mon (...)
  • 7 Ibid., trousseau des novices, 1952.
  • 8 ACSB, Carton C2 « Vie au noviciat ».

2Les années 1950 sont caractérisées, en Valais comme ailleurs en Suisse, par les premières fissures dans la vie religieuse traditionnelle, par contraste avec les années 1930 enregistrant, au noviciat du Grand-Saint-Bernard, « une vraie pluie de candidats, de quoi réjouir toute la congrégation4 ». En 1954 déjà – l’air des Trente Glorieuses triomphant –, les chanoines avouent : « Nous perdons des vocations5 ! » Le problème, c’est surtout l’emplacement du noviciat, qui se fait encore au col du Grand-Saint-Bernard. Cet emplacement est progressivement mis en question parmi les chanoines. En 1955, le Père maître se trouve à constater que, l’hiver, c’est la grande solitude : « Nos novices sont séparés du monde par la force des éléments. La communauté vit renfermée sur elle-même, et le petit nombre rend cette situation assez pénible. L’été, c’est l’envahissement d’une foule de plus en plus nombreuse, puisque selon les statistiques, l’affluence a décuplé depuis 19306. » Le quotidien d’un jeune novice, qui étudie la philosophie et la théologie en langue latine, est illustré par le « trousseau des novices7 », incluant en 1952 trois pantalons, deux souliers pour les sorties et deux pour l’intérieur, quinze chemises, vingt-quatre mouchoirs, un tricot ou chandail, un manteau, la bible, une grammaire latine, la montre, le rasoir. Sans oublier, naturellement, le bonnet, les gants et les skis ! Au noviciat le plus élevé au monde, un portrait de la vie quotidienne est offert par l’horaire des novices, qui est strictement réglé du lever à 5h30 au coucher à 21h15 : 5h30 lever ; 5h50 méditation à l’oratoire ; 6h20 matines, laudes, messe, tierce, action de grâce ; 8h20 mettre la table, déjeuner ; 8h40 faire la chambre ; 9h00 lecture spirituelle ; 9h30 classe chez le prieur ; 10h30 étude ; 11h30 examen particulier à l’oratoire ; 11h45 mettre la table ; 12h00 sexte ; 12h15 dîner, récréation ; 14h15 none et prière à l’église ; 14h30 travail ; 15h30 chapelet à l’oratoire ; 15h45 goûter ou temps libre ; 16h00 vêpres ; 16h30 temps libre (préparer l’office) ; 17h méditation à l’oratoire ; 17h30 étude ; 17h55 chemin de croix ; 18h15 mettre la table ; 18h30 souper, récréation ; 20h00 chant ou temps libre, vie des saints ; 20h30 adoration dans l’église ; 20h40 complies, examen général ; 21h15 coucher8.

  • 9 Ibid., lettre de Giroud à Lovey et au chapitre, 13 juillet 1955.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., première supplique de 14 chanoines au prévôt et au chapitre, 1954.

3À l’épreuve de ce programme militaire, inchangé depuis le xixe siècle, les départs se multiplient après 1950 : « Je souffre de ne voir que neige et rochers, je me suis aperçu que c’est dans un milieu fermé que nous vivons9 », confie l’un des partants. Des jeunes Suisses estimant la congrégation hésitent à passer deux hivers au Grand-Saint-Bernard dans une communauté réduite. « Quant à ceux qui nous arrivent de loin, attirés de la célébrité du lieu ou poussés par le goût de je ne sais quelle aventure, l’expérience nous prouve qu’ils n’ont pas été nombreux à persévérer. Nous perdons des vocations précisément parce que le noviciat du Grand-Saint-Bernard se situe sur un plan étranger à notre véritable vie10 », avoue le Père maître Giroud. Ces abandons poussent quatorze chanoines, en 1954, à adresser une supplique au prévôt et au chapitre de la congrégation afin de transférer le siège du noviciat du col à la ville de Martigny, en Bas-Valais, siège de la maison prévôtale. Leurs motivations sont en lien avec l’évolution de la mentalité et de la société toute entière, mais encore plus de l’image de la vie future des chanoines : « Or, nous formons des novices pour l’activité pastorale dans les paroisses et pour l’enseignement dans les collèges11 », se questionnent-ils.

  • 12 Ibid., « liste de livres à se procurer », 1957-1958.
  • 13 Ibid., lettre de Giroud à Lovey et au chapitre, 13 juillet 1955.
  • 14 Ibid., première supplique de 14 chanoines au prévôt et au chapitre, 1954.

4Les changements sont initialement timides. Tandis qu’en France, des courants novateurs traversent les séminaires, les innovations culturelles rejoignent l’hospice des Alpes valaisannes. Il est curieux de noter que, dans la « liste des livres à se procurer12 » destinée aux novices de 1957-1958, figurent pour la première fois – parmi les Confessiones d’Augustin et la Summa theologica de Thomas d’Aquin – des volumes sur le cardinal John Henri Newman, prêtre anglican converti au catholicisme et auteur du célèbre poème Lead, kindly Light, ainsi que sur le précurseur du catholicisme social Frédéric Ozanam. À côté des manuels de théologie et d’Écriture sainte, les futurs chanoines du Grand-Saint-Bernard sont en outre invités à lire des traités de sociologie et psychologie. Aux innovations culturelles succèdent les changements structurels. La création d’un noviciat en plaine est perçu comme « un acte de vertu et nos religieux seraient certainement mieux préparés à vivre dans la grande ville13 ». C’est ce qui advient enfin, en décembre 1959. Le noviciat est désormais déplacé des 2473 mètres d’altitude du col du Grand-Saint-Bernard aux 467 mètres de la ville Martigny. Et cela juste à la veille du Concile Vatican II « pour une urgente nécessité d’adaptation de notre congrégation aux conditions actuelles14 ».

La réception enthousiaste de Vatican II

  • 15 ACSB, Dossier F2c « Chapitre général », constitutions de 1959.
  • 16 Ibid., rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre général de 1965.
  • 17 Ibid.

5La même année, la congrégation du Grand-Saint-Bernard reçoit une physionomie inédite grâce aux nouvelles constitutions, basées sur l’évolution socio-culturelle de l’ordre, qui n’est désormais « plus un ordre monolithique, mais un agrégat de quatre prieurés conventuels15 ». C’est positivement, avec euphorie, que « Vatican II suscita d’emblée l’enthousiasme et les plus grands espoirs16 » chez les chanoines réguliers valaisans. La congrégation s’engage en conséquence à discerner « ce grand effort que l’Église franchit pour entrer en dialogue avec le monde entier, une forme nouvelle, moderne et, espérons-le, efficace de réaliser sa mission de prêcher l’Évangile. Sachons adapter, nous aussi, notre apostolat aux besoins actuels, à la mentalité actuelle des gens et aux possibilités que nous fournit la technique moderne17 ». La congrégation anticipe même la réforme liturgique : le 31 juillet 1962, les autels de la crypte de l’hospice, aménagés face au peuple, sont consacrés par le prévôt.

  • 18 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice [AASM], Fonds « Communauté » (COM) 345 (Haller), lettre de Lo (...)
  • 19 ACSB, Dossier 8 « Séminaire à Martigny (1961-1971) », chanoine Charles Giroud. Rapport de la réunio (...)

6Le même souci d’aggiornamento touche le champ sensible de la formation où, comme le confie le prévôt Lovey en 1968 dans une lettre aux supérieurs généraux des chanoines confédérés, « en ce climat d’après-Concile, de multiples problèmes préoccupent tant supérieurs qu’inférieurs : aggiornamento, réforme des études, etc., sont à l’ordre du jour et dans toutes les têtes, sinon dans toutes les bouches18 ». La solution, négociée lors d’une rencontre entre professeurs et étudiants pendant l’été 1970 à l’hospice du Grand-Saint-Bernard, est de favoriser, dans l’esprit conciliaire, une « préparation à la connaissance du monde d’aujourd’hui » chez les futurs chanoines. Les nouvelles orientations de Vatican II quant à la formation au sacerdoce remodèlent en profondeur la vie du noviciat de la congrégation. Lors de la rencontre de l’été 1970, les formateurs et étudiants se penchent sur la Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis en examinant la possibilité d’application pour leur séminaire. Ces directives leur « paraissent donc réclamer une adaptation des structures existantes aux exigences nouvelles19 ».

  • 20 Louis-Séverin Haller (La Tour-de-Peilz/VD, 1895 – Orselina/TI), 1987), après le noviciat à l’abbaye (...)
  • 21 AASM, Fonds Communauté (COM) 345 (Haller), lettre de Haller à Lovey, 14 février 1968.
  • 22 Ibid.
  • 23 ACSB, Dossier 6 « Formation en général », le séminaire du Grand-Saint-Bernard à Fribourg (1971-74), (...)

7Après de longs débats dans l’optique conciliaire, le chapitre de mai 1971 décide enfin de transférer le siège du noviciat-studium du Valais à la ville universitaire de Fribourg, afin que les futurs chanoines puissent suivre leurs études à la Faculté de théologie. Dans cette décision, les chanoines du Saint-Bernard s’inspirent de leurs confrères réguliers valaisans de l’abbaye Saint-Maurice d’Agaune, dont les futurs religieux étudient à Fribourg depuis les années 1940. L’abbé de Saint-Maurice, Mgr Louis Haller20, invite son confrère Mgr Lovey – avec succès – à envoyer lui aussi ses étudiants à l’université, où les futurs religieux « se frottent à un monde extrêmement varié21 ». Haller dévoile à Lovey que tous ceux qui ont fait leurs études à l’université « ou bien sont d’excellents religieux, ou bien s’ils ne le sont pas ou le sont moins, il n’y a pas nécessairement lieu d’en accuser le fait qu’ils ont été loin de la maison ». Les raisons en faveur de la formation universitaire, qui convainquent Lovey, sont multiples : « Un caractère pratique conforme aux exigences du temps ; une étude des autres cultures et religions ; une spécialisation dans les divers domaines des communications sociales ; un meilleur profit des valeurs de la jeunesse en la mettant au contact de possibilités très variées22 ». À Fribourg, en vue de développer un équilibre affectif, les jeunes chanoines ont désormais l’occasion d’entrer en relation avec des mondes différents et de s’éprouver dans ces relations avec « des personnes de tous âges, de toutes conditions, professions, nationalités23 ».

Hospices et pèlerinages alpins

8Mais si pendant le Concile, les réunions et chapitres se penchent progressivement sur les contenus de l’aggiornamento, la congrégation doit parallèlement faire face à plusieurs difficultés, dans le contexte économique et social de l’époque, quant au destin des deux hospices du Simplon et du Grand-Saint-Bernard. En 1960, la vente de l’hospice du Simplon est souhaitée par plusieurs vieux chanoines, mais le conseil de la congrégation refuse d’entrer en pourparlers avec l’armée qui est intéressée à l’acquérir. Au début des sixties, la survivance de l’hospice est tenue pour menacée. Et cela à cause de l’ouverture, en 1964, du tunnel routier du Grand-Saint-Bernard qui, dans les pronostics pessimistes des chanoines, entraînerait une diminution drastique du nombre de voyageurs et de pèlerins, à l’accueil et au secours desquels l’hospice est traditionnellement voué.

  • 24 Ibid., Dossier F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.

9Le 19 mars 1964, le tunnel du Grand-Saint-Bernard est enfin inauguré. Et, malgré son ouverture, la congrégation réussit à poursuivre, voire à renforcer sa présence au cœur des Alpes suisses, comme le confirme le prévôt lors du chapitre général de 1965 : « Ces évolutions ont changé et changeront encore davantage les conditions de vie et d’échange entre peuples voisins, l’Italie, la France et la Suisse, et, par-delà ces trois pays, de toute l’Europe occidentale. Objectivement, ces réalisations sont une bonne chose, dont nous devons nous réjouir. L’expérience des années écoulées semble nous permettre d’affirmer que le tunnel du Grand-Saint-Bernard, non seulement n’a pas tué l’hospice, comme d’aucuns le proclamaient, mais encore lui a redonné un regain d’activité24. »

  • 25 Angelin Lovey, « La congrégation… », p. 350-351.

10L’ouverture du tunnel routier se révèle en réalité un événement socialement positif pour la survie de l’hospice. Le 1er octobre 1963, l’électricité venant du tunnel arrive au col et l’hospice s’illumine : l’éclairage électrique est un événement ! Le dopage électrique contribue à moderniser l’hospice et alimente – en partant du tunnel – le téléphérique de Menouve, permettant désormais aux skieurs de monter au col en peu de temps et sans grandes fatigues. Le tunnel facilite grandement les rapports des chanoines valaisans « avec les confrères établis en Vallée d’Aoste et, loin de porter ombrage au passage par le col du Mont-Joux, il amène les skieurs au Super-Saint-Bernard, soit à deux heures de ski de l’hospice, alors qu’autrefois les mêmes mettaient de quatre à cinq heures à partir de Bourg-Saint-Pierre et arrivaient souvent à bout de forces à l’hospice25 ».

  • 26 ACSB, Hospice du Grand-Saint-Bernard, livre d’or, 9-10 avril 1960.
  • 27 Ibid., Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.
  • 28 Yvon Tranvouez. « Espaces et temps vécus dans le catholicisme français contemporain : changement de (...)
  • 29 ACSB, Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.

11Mais le regain d’activité à l’hospice est surtout dû à l’initiative des quelques religieux qui, inspirés par le souffle de l’aggiornamento, initient l’expérience inédite des pèlerinages alpins. Du livre d’or de l’hospice, nous apprenons, en date des 9 et 10 avril 1960 : « Dates peut-être dans l’histoire du Grand-Saint-Bernard, puisque ces deux jours ont été marqués par le premier pèlerinage alpin qui, sous la direction du chanoine Volluz, réunit une petite équipe enthousiaste sur le parcours de La Fouly à l’hospice. Premier jalon dont le souvenir fut comme une intuition pour les tentatives futures26. » En 1965, la congrégation constate que, grâce à la multiplication de ces pèlerinages en hiver comme en été, l’hospice du Grand-Saint-Bernard est désormais plus fréquenté que durant un passé récent. « Les pèlerinages organisés, l’hiver surtout, donnent satisfaction, mais bien des personnes isolées ou en groupe viennent y passer volontiers quelques jours ; des étudiants viennent y préparer leurs examens, des prêtres s’y recueillir et se reposer27. » L’introduction des pèlerinages alpins, plus personnels et spirituels que rituels et collectifs, répondent aux impulsions de l’aggiornamento, voyant se développer des itinérances exprimant une pastorale singulière28. Et le prévôt Lovey ajoute encore : « Ainsi, nous pouvons répondre à ceux qui s’alarment sur le sort que va subir l’hospice que nous avons plus de visiteurs que par le passé et que l’hospice demeure une maison de prière et de charité29. » En même temps, l’hospice du Simplon vit aussi une sorte de renouvellement grâce au développement des cours d’été, de langue et d’alpinisme, pour lesquels on adjoint, en 1962, des lits supplémentaires.

  • 30 Ibid., Directoire 1973.

12Le nouveau directoire de la congrégation, approuvé en 1973, intériorise cet enrichissement dans son identité classique. À côté du culte divin, de la pastorale liturgique, du service pastoral, du ministère paroissial et du collège, une place essentielle est désormais accordée au ministère de l’hospitalité, à la pastorale des milieux alpins et touristiques : « Grâce à ses hospices et à quelques confrères davantage qualifiés, la congrégation assume dans l’Église sa part du travail d’évangélisation des milieux alpins et touristiques. À cette fin, elle recourt aux différents moyens susceptibles de faire entendre et fructifier la Bonne Nouvelle : retraites, pèlerinages en montagne, cours d’alpinisme, formation de certains prêtres comme guides, exposés sur l’œuvre et le message de saint Bernard. Dans la réalisation de cette mission hospitalière et pastorale, nos hospices jouent un rôle primordial30. »

  • 31 Ibid., rapport présenté par le prévôt au chapitre général de 1965.
  • 32 Ibid., rapport présenté par le prévôt au chapitre général de 1968.

13Le statut des chanoines est donc réinventé au défi de l’aggiornamento de Vatican II. Mais le regard nouveau que la congrégation porte sur son identité lui est également inspiré par l’évolution de la société. L’introduction des pèlerinages alpins au Grand-Saint-Bernard, après l’ouverture du tunnel routier et le transfert du noviciat, témoigne du désir des chanoines de s’adapter au dialogue avec l’époque contemporaine, tout en étant « directement mêlés que nous sommes à l’histoire du monde31 », comme l’admet Lovey. Le remodelage du statut traditionnel de la congrégation s’explique, car elle ne peut « faire abstraction des conditions politiques et sociales dans lesquelles elle se déplace32 ».

Le tournant identitaire après 1975

  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1977.
  • 35 Ibid., rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre général de mai-juin 1977.
  • 36 Ibid., « Chapitre général », allocution du prévôt lors du chapitre général de 1980.
  • 37 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1989.

14Après Vatican II, Mai 68 est observé de loin dans la contrée valaisanne, même si Mgr Lovey s’exclame que « la barque de Pierre est violemment ballottée et attaquée de tous côtés33 ». Et après ? « Une certaine reprise des groupes de prières, et on aurait tort de désespérer de la jeunesse34 », est observée en 1977. Il s’agit des premiers symptômes sensibles du tournant spirituel de 1975. Cependant, ce tournant est en même temps intégriste : « En Valais et un peu partout en Suisse, il faut signaler l’emprise des intégristes qui se sont séparés spontanément des autres fidèles célébrant dans des chapelles de fortune, créant des communautés et des paroisses à eux, défiant ouvertement évêques et pape35 », observe le prévôt. Tandis que les noviciats et séminaires voient leurs effectifs baisser, « un afflux très apparent, bien que relatif36 », de candidats touche le séminaire intégriste d’Écône. La concurrence avec les traditionalistes de Mgr Marcel Lefebvre est perçue par la congrégation du Grand-Saint-Bernard comme un problème majeur : « Écône a privé nos communautés religieuses et nos diocèses d’une foule de vocations, soit en les drainant pour lui-même, soit davantage encore en jetant la suspicion sur la validité de la messe et des sacrements célébrés par les prêtres dociles aux directives de Vatican II et des papes qui l’ont mis en œuvre. C’est grave37. »

  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1980.

15Et qu’en est-il, sur la longue durée, de la réception conciliaire en terre valaisanne ? L’aggiornamento et l’œcuménisme continuent certes de progresser, bien que, comme l’admet le prévôt du Saint-Bernard, « d’une manière moins spectaculaire que durant le Concile ou la période immédiate d’après le Concile38 ». Autour du tournant de 1975, il est significatif que – au moment même où la congrégation du Grand-Saint-Bernard réfléchit à l’épreuve de la « crise des vocations » s’accentuant –, Mgr Lovey observe désormais : « Je crois que c’est le moment de nous poser la question. D’où vient la faiblesse de notre recrutement ? Peut-être n’appelons-nous pas assez ? Peut-être nous sommes-nous trop sécularisés, à commencer par la tenue39 ? » Ce lexique discursif n’est pas étranger aux congrégations françaises, où l’enfouissement, recherché alors dans la disparition des signes extérieurs et le déclin de l’identité, aurait contribué, d’après certaines autorités, à décourager les vocations. Ce signe du tournant identitaire d’après 1975 témoigne d’un certain retour à la tradition qui semble s’imposer dans l’Église catholique européenne, en Suisse comme ailleurs.

  • 40 ACSB, Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre gé (...)

16Les chanoines du Grand-Saint-Bernard sont, pour leur part, parmi les congrégations religieuses suisses à mettre en pratique le plus rapidement et le plus durablement l’aggiornamento promu par Vatican II. Cet enthousiasme conciliaire expliquerait-il le fait que la congrégation du Saint-Bernard soit, en Valais, la moins touchée par la crise des vocations et que son noviciat ne soit jamais resté vide ? « L’Histoire dira – comme l’affirme Mgr Angelin Lovey – si ces espoirs et cet enthousiasme étaient justifiés. Pour notre part, nous le croyons40. »

Notes

1 Archives de la congrégation du Grand-Saint-Bernard [ACSB], carton F2c « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1968.

2 Angelin Lovey (Orsières, 1911 – Martigny, 2000), entré chez les chanoines du Grand-Saint-Bernard, est ordonné prêtre en 1938 et part en mission au Yunnan, en Chine, à la frontière du Tibet. Chassé de Chine par le régime communiste à l’été 1952, il est élu prévôt de la congrégation en octobre de la même année. Il promulgue les nouvelles constitutions et concourt à la création de la Confédération des chanoines réguliers de Saint-Augustin, en 1959.

3 Archivio Segreto Vaticano, Arch. Nunz. Svizzera, b. 4, fasc. 3, Missione di Mons. Luigi Maglione in Svizzera (1918-1926), Berna 16 luglio 1926.

4 Angelin Lovey, « La congrégation du Grand-Saint-Bernard de 1898 à nos jours », dans La Maison du Grand-Saint-Bernard et ses très révérends prévôts, Aoste, Imprimerie Valdôtaine, 2000, p. 327.

5 ACSB, Dossier C1 « Noviciat en général », projet de transfert du noviciat-séminaire, première supplique de quatorze chanoines, 1954.

6 Ibid., relation sur le noviciat au chapitre de la congrégation des Saints-Nicolas et Bernard du Mont-Joux par le chanoine Charles Giroud, 13 juillet 1955.

7 Ibid., trousseau des novices, 1952.

8 ACSB, Carton C2 « Vie au noviciat ».

9 Ibid., lettre de Giroud à Lovey et au chapitre, 13 juillet 1955.

10 Ibid.

11 Ibid., première supplique de 14 chanoines au prévôt et au chapitre, 1954.

12 Ibid., « liste de livres à se procurer », 1957-1958.

13 Ibid., lettre de Giroud à Lovey et au chapitre, 13 juillet 1955.

14 Ibid., première supplique de 14 chanoines au prévôt et au chapitre, 1954.

15 ACSB, Dossier F2c « Chapitre général », constitutions de 1959.

16 Ibid., rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre général de 1965.

17 Ibid.

18 Archives de l’abbaye de Saint-Maurice [AASM], Fonds « Communauté » (COM) 345 (Haller), lettre de Lovey aux supérieurs généraux des chanoines réguliers confédérés, 2 février 1968.

19 ACSB, Dossier 8 « Séminaire à Martigny (1961-1971) », chanoine Charles Giroud. Rapport de la réunion professeurs-élèves, 1970.

20 Louis-Séverin Haller (La Tour-de-Peilz/VD, 1895 – Orselina/TI), 1987), après le noviciat à l’abbaye de Saint-Maurice, est ordonné prêtre en 1920. Vicaire à Salvan, maître au collège de Pollegio (Tessin), directeur de l’école de commerce de Sierre, il devient abbé de Saint-Maurice et évêque de Bethléem en 1943. Abbé primat de la Confédération des chanoines de Saint-Augustin entre 1959 et 1968, il est enfin aumônier de la clinique Santa Croce à Orselina de 1970 à sa mort.

21 AASM, Fonds Communauté (COM) 345 (Haller), lettre de Haller à Lovey, 14 février 1968.

22 Ibid.

23 ACSB, Dossier 6 « Formation en général », le séminaire du Grand-Saint-Bernard à Fribourg (1971-74), par Jean Emonet, supérieur.

24 Ibid., Dossier F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.

25 Angelin Lovey, « La congrégation… », p. 350-351.

26 ACSB, Hospice du Grand-Saint-Bernard, livre d’or, 9-10 avril 1960.

27 Ibid., Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.

28 Yvon Tranvouez. « Espaces et temps vécus dans le catholicisme français contemporain : changement de décor ? », Revue suisse d’histoire religieuse et culturelle, 107, 2013, p. 220.

29 ACSB, Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté au chapitre général de 1965.

30 Ibid., Directoire 1973.

31 Ibid., rapport présenté par le prévôt au chapitre général de 1965.

32 Ibid., rapport présenté par le prévôt au chapitre général de 1968.

33 Ibid.

34 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1977.

35 Ibid., rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre général de mai-juin 1977.

36 Ibid., « Chapitre général », allocution du prévôt lors du chapitre général de 1980.

37 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1989.

38 Ibid.

39 Ibid., allocution du prévôt lors du chapitre général de 1980.

40 ACSB, Carton F2c, « Chapitre général », rapport présenté par le prévôt Angelin Lovey au chapitre général de mai-juin 1977. Voir Lorenzo Planzi, La Fabrique des prêtres. Recrutement, séminaire, identité du clergé catholique en Suisse romande (1945-1990), Fribourg, Academic Press, 2016.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search