Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

Les Augustins de l’Assomption et Vatican II

Étienne Fouilloux

Texte intégral

  • 1 Giuseppe Alberigo (dir.), Histoire du Concile Vatican II (1959-1965), éd. française sous la respons (...)

1 On sait aujourd’hui beaucoup de choses, et de façon solide, sur l’événement majeur que fut le Concile Vatican II, qu’il s’agisse de son déroulement ou de la fabrication des seize documents promulgués1. On sait en revanche trop peu de choses sur sa réception concrète dans le tissu ecclésial, dans les multiples familles religieuses qu’il comporte notamment. Or la congrégation des Augustins de l’Assomption fournit un intéressant exemple de réception, qu’il faudrait évidemment comparer avec d’autres pour en mesurer la représentativité. L’exposé qui suit est le fruit d’un premier défrichement dans les archives du siège central de la congrégation à Rome. Il ne restitue en conséquence que les prescriptions des supérieurs et des chapitres, sans préjuger de leur assimilation par les diverses provinces et communautés locales. L’enquête a couvert la période qui s’étend du chapitre général de 1958 à celui de 1969, pour les seuls Augustins de l’Assomption et non pour leur mouvance féminine. On peut en présenter les résultats sous trois rubriques d’inégale importance pour notre propos : l’Assomption à la veille du Concile ; la place de l’Assomption au Concile ; l’aggiornamento conciliaire de l’Assomption.

Les Assomptionnistes en 1958

  • 2 21 pages dactylographiées (20 en fait), Archives romaines de l’Assomption (ARA désormais), I Q 8.
  • 3 Circulaire n° 20, citation p. 3, ibid., B 205.

2Par chance pour l’historien et conformément à ses constitutions de 1923, qui prévoient un chapitre général dans la sixième année suivant le précédent, la congrégation tient ses assises du 2 au 29 mai 1958. Il s’agit d’un chapitre dit « d’affaires », et pas « d’élections », l’Américain Wilfrid Dufault (1907-2004) ayant été élu supérieur général pour douze ans en 1952. Son « Rapport sur l’état général de la congrégation de 1952 à 19582 » permet de répondre à la question qu’il avait lui-même posée dans sa circulaire d’indiction, le 6 novembre 19573 : « Quel est le visage actuel de la congrégation dans l’Église ? » Il fournit en effet une photographie détaillée de l’Assomption moins d’un an avant l’annonce de la réunion d’un Concile par Jean XXIII. Si l’on en croit le Père Dufault, ce visage témoigne d’une bonne santé, malgré quelques rides préoccupantes.

3Les preuves de santé ne manquent pas. Certes, l’Assomption demeure une congrégation de taille modeste : un peu moins de 2 000 religieux contre un peu plus de 2 000 aux Maristes, mais 7 000 aux Oblats de Marie immaculée et 20 000 aux Salésiens, fondés comme elle au xixe siècle. Elle compte 23 communautés de plus qu’en 1952, malgré la disparition des 8 communautés bulgares et roumaines sous le joug communiste. Et elle est présente dans 26 pays, soit 3 de plus qu’en 1952. Mais elle ne s’éloigne que lentement de ses origines européennes et françaises : sur ses 8 provinces, 3 sont françaises, 3 européennes (Pays-Bas, Belgique, Angleterre, toute petite) et 2 seulement extra-européennes (Amérique du Nord et Amérique du Sud). Les religieux des provinces françaises représentent un peu plus de la moitié des effectifs. Malgré l’importance de la province des Pays-Bas, la francophonie demeure hégémonique grâce au renfort des Belges et des Franco-Américains.

4Parmi bien d’autres signes de vitalité conjoncturelle, signalons que Pie XII lui-même est protecteur de l’Assomption, ce qui lui confère un lustre certain. Que la cause de béatification de son fondateur, le Père Emmanuel d’Alzon (1810- 1880), s’ouvre en cour de Rome au moment où le chapitre achève ses travaux, après approbation pontificale le 29 mai. Que ce chapitre a délibéré dans la toute nouvelle maison généralice Due Pini, le vieux siège de Tor di Nona ne suffisant plus : l’inauguration date du 30 avril ! Autant de signes extérieurs, sinon de prospérité, du moins d’un statut enviable.

  • 4 Rapport cité, p. 8.
  • 5 Ibid., p. 14.

5Quant aux rides perceptibles dans le rapport du Père Dufault, elles concernent principalement le recrutement, mais aussi quelques impatiences dans la jeune génération. Une courbe établie pour le chapitre prouve que les effectifs de l’Assomption ont fortement progressé de 1923 (701 religieux) à 1953 (1876 religieux) ; puis qu’ils se sont maintenus sans grand élan par la suite (1923 religieux au moment du chapitre). Comme le précise d’ailleurs Dufault, ce tassement des années 1950, bien antérieur donc au Concile, est général, ce qui l’empêche de trop s’en inquiéter. « Je ne puis [...] que vous exhorter à la confiance malgré les difficultés rencontrées », conclut-il son passage sur le recrutement4. La tâche d’encadrement de la jeunesse dans les alumnats reste la source majeure de celui-ci. Mais elle mobilise 250 pères et 50 frères pour 1600 élèves, ce qui « paraît disproportionné5 ». Ne faudrait-il pas mieux déployer les effectifs ?

  • 6 Ibid., p. 10.

6Enfin, le supérieur général croit nécessaire de répondre par la semonce à des comportements sur lesquels il ne fournit pas toutes les précisions permettant de mieux les situer : orientation vers les « activités apostoliques » ; « non-conformisme » liturgique chez certains jeunes ; critique du « formalisme » de la vie religieuse. « Il n’est pas admissible qu’une communauté assomptionniste devienne totalement indifférente à l’égard de points de règle et d’un ensemble d’observances étudiées et établies par le Fondateur », juge-t-il même opportun de rappeler6. On n’en saura pas plus avec un tel type de source que devraient compléter des sondages locaux. Ces rappels à l’ordre signalent néanmoins quelques remous internes.

  • 7 Actes du chapitre, p. (3)- (22), ARA, I Q 76.

7Un tel optimisme mesuré permet d’en rester à l’intransigeance qui est au cœur de l’héritage de la congrégation, comme le prouvent les ordonnances et les recommandations du chapitre, dont plusieurs ont une tonalité de reprise en main7. Les ordonnances maintiennent la règle du « grand silence » qu’on dit « négligée » (§2). « Que notre costume reste inchangé, et qu’on le porte à l’intérieur des communautés, ainsi que dans les cérémonies et les réunions publiques » (§3). Contre tout risque d’« évasion » ou de « relâchement », l’emploi des vacances des religieux doit être soigneusement contrôlé (§4). Il faut maintenir « à tout prix l’unité et l’uniformité des pratiques » liturgiques (§11). Bien que vieilli sur plus d’un point, le texte des constitutions ne saurait faire l’objet que d’une réforme minimale (§13). Exemple : le chapitre refuse d’augmenter le nombre des élus parmi ses membres (§16). Ces quelques prescriptions ne vont pas dans le sens de l’ouverture, c’est le moins qu’on puisse en dire.

8Moins contraignantes, les recommandations ne sont guère plus encourageantes. Elles prônent le maintien des différentes observances au prix de menues adaptations : congés de quinze jours et brefs séjours éventuels dans les familles (§5). Elles insistent sur la nocivité de l’isolement de certains religieux et sur le resserrement des liens communautaires, ainsi que sur le resserrement des tâches : pas de « nouvelles fondations », mais une confirmation de la participation de l’Assomption à l’encadrement de l’Action catholique et des missions intérieures en France (§22 et 17). Enfin et surtout, priorité à accorder au recrutement (§27). Ces conclusions capitulaires procurent une impression de persistance dans l’être qui consonne avec l’atmosphère de la fin du pontificat de Pie XII, le « grand Pie XII », comme l’écrit le Père Dufault après sa mort. Les rides évoquées n’impliquent à l’évidence aucun lifting drastique.

Une place modeste au Concile, conforme à la taille et aux possibilités de la congrégation

  • 8 Circulaire Dufault n° 23, 30 janvier, 3. Sur ces liens, voir aussi la circulaire n° 35, du 6 juin 1 (...)

9Romaine par vocation, l’Assomption suit sans difficulté Jean XXIII dans son projet conciliaire. Elle le suit d’autant plus facilement qu’elle a pour ce faire des raisons spécifiques et des raisons de fond. Raisons spécifiques ? Jean XXIII connaît bien la congrégation, comme il le rappelle lors de l’audience accordée à sa curie généralice dès le 19 janvier 1959, soit quelques jours avant l’annonce du Concile : « En Orient et à Paris, j’ai beaucoup reçu de vos pères... Vous ne m’avez encore rien demandé : n’hésitez pas, le cas échéant8. » Difficile de savoir si l’Assomption, qui reçoit alors le cardinal secrétaire d’État Tardini comme protecteur, a profité d’une telle offre. L’augmentation sensible, sous Jean XXIII, du petit groupe des évêques assomptionnistes incline pourtant à répondre affirmativement. Au Bulgare Cyrille Kurteff (1891-1971), exarque des uniates promu en 1926 par le visiteur apostolique Roncalli (épaulé puis remplacé par Méthode Stratiev, 1916- 2006, en 1965 et 1971), au Grec Antoine-Grégoire Vuccino ou Voutsinos (1891- 1968), ancien archevêque latin de Corfou (remplacé par Antoine Varthalitis en juillet 1962), au Belge Henri-Joseph Piérard (1893-1975), évêque de Béni au Congo depuis 1938 et à l’Anglais George Andrew Beck (1904-1978), évêque de Salford en 1955, puis archevêque de Liverpool en 1964, viennent ainsi se joindre : le Français Michel Canonne (1911-1991), promu administrateur apostolique (1958) puis évêque (1959) de Tuléar, à Madagascar, le Hollandais Arthur Hors-thuis (1912-1979), nommé évêque de Jales (Brésil) en 1960 et le Roumain Basile Cristea, consacré la même année pour représenter au Concile la communauté unie, alors sous le joug communiste. Ainsi la congrégation compte-t-elle une petite dizaine de Pères conciliaires sans homogénéité, qui ne saurait y rivaliser avec les grosses cohortes franciscaines ou jésuites. Ces quelques promotions n’en sont pas moins significatives, celle de Cristea surtout.

  • 9 La Documentation catholique, 31 décembre 1950, col. 1699.

10Raisons de fond ? Non sans risque d’équivoque sur le sens des deux mouvements, l’Assomption se reconnaît dans les lignes directrices imprimées par le pape à son Concile : aggiornamento et unité des chrétiens. Aggiornamento ? Le mot et la chose ne sont pas tout à fait nouveaux, comme le prouve le discours inaugural du cardinal carme Piazza au premier congrès international pour l’adaptation des religieux aux temps actuels (« renovationem hodiernis necessitatibus accommodatam »), le 26 novembre 1950. Il y insistait sur l’urgence d’une « accommodata renovatio », « ossia, in volgare l’aggiornamento9 ». C’est tout naturellement à ce précédent que se réfère une note du Bulletin officiel de l’Assomption sur « La vie religieuse et le Concile » en décembre 1959. Ainsi peut être affirmée une continuité entre le réformisme par en haut du pontificat précédent et celui qu’envisage le futur Concile.

  • 10 Circulaire n° 23, 30 janvier 1959, p. 7.

11Aux yeux de l’Assomption, la continuité est encore plus nette et plus profonde en matière d’unité des chrétiens, comme le souligne sa première réaction à l’annonce pontificale : son « invitation aux Églises dissidentes doit susciter une joie spéciale chez nos ouvriers d’Orient, anciens et actuels. Il est bien permis d’y voir l’augure d’une moisson préparée jadis en partie par leurs sueurs et leurs sacrifices », écrit alors aux siens le Père Dufault10. Continuité importante certes, mais partiellement fictive, ainsi qu’il en convient d’ailleurs peu après :

  • 11 Circulaire n° 26, 25 octobre 1959, p. 5.

Si le P. d’Alzon vivait au milieu de nous, il nous dirait que sa passion est encore le regroupement de toutes les âmes chrétiennes sous la houlette de l’unique Pasteur ; mais que le temps n’est plus à la lutte violente et agressive, à la défense plus ou moins acerbe de positions légitimes : on sent davantage le besoin d’un rapprochement des esprits par la conversation charitable et compréhensive, et surtout d’un rapprochement des cœurs et des témoignages de respect et d’affection entre des âmes également éprises du Christ ; le besoin d’une prière persévérante, faisant écho à celle du Christ lui-même11.

12Le comportement des Assomptionnistes vis-à-vis des chrétiens séparés de Rome doit donc évoluer sensiblement : moins d’ardeur conquérante et plus de rapprochement pacifique.

  • 12 Acta et Documenta Concilio Oecumenico Vaticano II Apparando, Series I (Antepraeparatoria), vol. II, (...)
  • 13 Ibid., p. 189.

13D’autres indices, difficiles à interpréter malheureusement, tendent même à prouver qu’au sein de la congrégation, certains entendent bien jouer à fond la carte de la réforme conciliaire. Principal argument en ce sens ? La réponse « de la curie généralice et des professeurs compétents de nos scolasticats » à la consultation antépréparatoire, texte latin de près de dix pages envoyé le 26 décembre 1959, en l’absence du Père Dufault, par son vicaire général belge, Aubain Colette (1888- 197012). Faute de savoir comment et par qui il a été rédigé, on ne peut que constater sa volonté mesurée d’ouverture. Certes, il demande une meilleure définition des croyances en la résurrection des corps et en l’avènement du règne de Dieu, pour répondre à l’espoir terrestre des marxistes et aux prédications des adventistes. Mais il témoigne par ailleurs, en matière juridique, disciplinaire et liturgique, d’une certaine audace qui tranche sur la plupart des autres réponses des ordres et congrégations religieuses. Un seul exemple qui ne trompe pas : le souhait d’une réforme des procédures de condamnation des livres et des idées pour éviter les dissensions internes, souhait assorti d’une claire réprobation des « soupçons » et autres « délations13 ». Les principaux marqueurs du réformisme y sont d’ailleurs réunis : revalorisation de la fonction épiscopale, développement du rôle des laïcs ou adaptation liturgique (emploi de la langue vernaculaire et concélébration). Il serait d’autant plus intéressant de connaître la genèse d’un tel document que son contenu correspond mal à l’image intransigeante de l’Assomption.

  • 14 Conversation à Rome, le 9 mai 2000.
  • 15 Le second dans les sous-commissions liturgie et rapport Écriture-Tradition du secrétariat pour l’un (...)

14Une telle disponibilité initiale se trouve ensuite refroidie par le climat romain de la préparation de l’assemblée, assez éloigné de ce qu’on peut entrevoir des désirs du pape. Dans sa circulaire n° 39 de Pâques 1962, le Père Dufault se félicite de la part prise à celle-ci par les Assomptionnistes : 9 membres ou consulteurs, dont 4 à la commission pour les Églises orientales (Miron Cristea, Jérôme Cornélis, 1921-2001, et Daniel Stiernon, membres ; Elpide Stéphanou, 1896-1979, consulteur). Le Père Stiernon minimisait leur rôle par comparaison avec celui des jésuites de l’Institut pontifical oriental, le Père Gordillo notamment. Il faisait état aussi de ses divergences avec le Père Cornélis, mais son témoignage demeurait imprécis14. Deux religieux de l’Assomption sont membres du secrétariat sur la presse et les spectacles, Mgr Beck et le Père Émile Gabel (1908-1968), ancien rédacteur en chef de La Croix (1949-1957). Le prédécesseur de Dufault, Gervais Quenard (1875-1961, supérieur général de 1923 à 1952), est membre de la commission sur les religieux, mais il meurt en 1961. Wilfrid Dufault, pour sa part, est consulteur de la commission sur les évêques. Enfin, l’œcuméniste franco-américain Georges Tavard (1922-2007) est consulteur du secrétariat pour l’unité des chrétiens ; mais il fait figure de franc-tireur à l’Assomption. Un tel palmarès, flatteur pour une congrégation dont la richesse en théologiens de renom est limitée, ne saurait faire illusion : sous bénéfice d’inventaire plus poussé, seuls le Père Stiernon et le Père Tavard ont effectivement participé à la rédaction de documents préparatoires15.

15Quant aux échos émanant de l’échelon romain de la congrégation à partir de la fin 1959, ils sont en sensible retrait par rapport aux réactions initiales. Premier exemple, la note de décembre 1959 sur « La vie religieuse et le Concile », déjà évoquée : « Il ne peut être question de réforme au sens historique, ni de transformation radicale, ni de relâchement de la discipline religieuse, ni de compromis, soit avec la société civile, soit avec le monde et ses concupiscences », peut-on y lire. Quelle meilleure définition de l’intransigeance ? « Il ne s’agit nullement de négliger le Fondateur comme promoteur d’un idéal dépassé, mais de faire un choix plus heureux » dans son héritage, ajoute-t-elle malgré tout. L’essentiel est immuable ; seul ce qui ressortit au « droit humain positif » peut faire l’objet d’adaptations.

  • 16 Pages 24-33 d’un fascicule polycopié qui en comporte 48, « Le P. E. d’Alzon et les deux Conciles du (...)
  • 17 Ibid., p. 28.
  • 18 Ibid., p. 29.
  • 19 Ibid., p. 32.

16Deuxième exemple, de moindre poids hiérarchique, mais autrement explicite, la conférence du Père Stiernon au collège international de la congrégation, le 21 novembre 1960 : « Le Père d’Alzon dans la perspective du 2e Concile du Vatican16. » Il s’agit d’un exposé assez raide dans lequel l’orateur, « sans rien trahir du secret » auquel il est soumis en tant que membre d’une instance préparatoire, annonce les trois objectifs majeurs de la future assemblée, qui concordent parfaitement, selon lui, avec les lignes maîtresses de la charte apostolique de l’Assomption : lutte contre l’athéisme contemporain, mais aussi contre les déviations internes à l’Église, dans le sens de l’encyclique Humani Generis de 1950, c’est-à-dire contre « les dangers que présente la théologie nouvelle17 » ; renforcement des études cléricales : « D’aucuns feront sans doute la moue en apprenant que le Concile œcuménique se propose d’ores et déjà de mettre en évidence la supériorité du thomisme sur tous les systèmes que nos théologiens excogitent en vue d’adapter la doctrine traditionnelle de l’Église aux besoins de l’homme atomique18 » ; unité des chrétiens enfin, mais pas à n’importe quel prix : « Notre œcuménisme sera donc intransigeant [...], intransigeance qui refuse tout compromis, toute équivoque et implique une défense énergique de toute la vérité catholique, surtout à l’endroit de la juridiction universelle du successeur de Pierre19 » ; un œcuménisme conforme au zèle convertisseur du Père d’Alzon pris à la lettre, sans édulcoration ni sélection. Professeur à l’Université du Latran, proche de collègues qui jouent un rôle clé à la commission théologique dominée par le Saint-Office, le Père Stiernon répercute bien l’état d’esprit et le contenu de la préparation intellectuelle de l’assemblée, ceux-là même que rejettera à l’automne 1962 une majorité de Pères.

  • 20 Circulaire n° 33, p. 4, 5 et 15.

17Troisième et dernier exemple, la circulaire du Père Dufault de Pâques 1962 : sans mettre en cause la nécessité du Concile, elle adopte un ton belliqueux (« tout institut religieux est comme un bataillon dans la grande milice de l’Église ») et un tantinet pessimiste. Non seulement la Mission d’Orient, ruinée par la persécution, ne peut plus fournir les ouvriers indispensables à la concrétisation du « grand rêve de l’unité », mais un Concile peut échouer, ainsi que l’histoire l’a prouvé (Latran V). Elle se termine en conséquence par une longue chute de quatre pages sur l’obligation de la docilité envers l’Église qui semble faire écho aux mises en garde du chapitre général de 1958 : « Abstenons-nous donc de critiquer, de discuter, de juger l’Église du haut de notre pauvre tribunal personnel20. »

18Dans ces conditions, l’Assomption est mal placée pour jouer un rôle notable au Concile tel qu’il va effectivement se dérouler.

  • 21 Mauro Velati, Una difficile transizione…, p. 401 et surtout « Praying together : communica-tio in s (...)

19Sa mince participation directe à la phase préparatoire est mise à mal par l’assemblée, comme le prouve le sort du schéma Ut unum sint de la commission orientale, où la présence assomptionniste était significative : on décide le 1er décembre 1962 de ne pas le retenir comme tel et de confier à une commission mixte la tâche de le fondre avec le texte du secrétariat pour l’unité et avec le chapitre sur l’unité du De Ecclesia. Seul l’outsider Georges Tavard participe, semble-t-il, à la commission tripartite Secrétariat-Doctrinale-Orientale chargée d’un tel travail21.

  • 22 La Documentation catholique, 15 novembre 1964, col. 1504-1505.
  • 23 Ibid., 20 janvier 1963, col. 123-126.
  • 24 Ibid., 3 novembre 1963, col. 1451-1452.
  • 25 Ibid., 1er décembre 1963, col. 1587.
  • 26 Acta Synodalia Sacrosancti Concilio Oecumenico Vaticano II apparando, Roma, Typis Polyglottis Vatic (...)
  • 27 Ibid., III/III, p. 201-203 (à remarquer que le nom du théologien protestant Oscar Cullmann, cité da (...)

20L’unique assomptionniste élu, en octobre 1962, dans l’une des commissions conciliaires est Mgr Beck, à celle des religieux, où il ne paraît pas avoir joué un rôle majeur. Cet évêque et deux de ses confrères, Cristea et Vuccino, sont intervenus in aula, mais pas le supérieur général Wilfrid Dufault. Visiteur des Roumains unis, Mgr Cristea parle le 16 octobre 1964 dans une optique unioniste assez classique : appel à la défense des catholiques orientaux persécutés en Ukraine et en Roumanie, au nom de la liberté des consciences ; maintien de la fonction religieuse de leurs communautés dont « il est injuste de dire qu’elles constituent un obstacle à l’unité », comme semblent le suggérer certains œcuménistes22. Mgr Vuccino, archevêque titulaire d’Aprus, est plus prolixe : cinq interventions d’esprit ouvert, non sans traces de conceptions traditionnelles. Le 27 novembre 1962, il plaide pour la fusion des trois documents sur l’unité dans un sens nettement œcuménique ; mais il appelle ses « frères bien aimés les orthodoxes » au retour à la « bergerie unique du Christ, qui est l’Église catholique23 ». Le 4 octobre 1963, il suggère d’insérer le De revelatione dans le De Ecclesia, proposition curieuse et non suivie d’effet, qu’il justifie par le lien étroit entre la Parole de Dieu et le baptême qui introduit dans l’Église24. Le 29 octobre 1963, il s’élève contre le titre du décret « Des évêques et du gouvernement des diocèses », trop juridique à son goût : de même que le primat de Pierre est une diaconie, l’exercice de l’autorité épiscopale est un service à assumer dans l’esprit de l’Évangile25. Avant de se plaindre d’une mauvaise intégration de l’Orient dans le De Ecclesia, le 19 octobre 196426, il avait administré aux Pères le 1er une leçon de théologie orientale, frottée de Cullmann, sur les rapports Écriture-Tradition : il n’y a qu’une source de la foi, la tradition apostolique dont est issu le Nouveau Testament, ensuite interprété de façon autorisée dans l’Église. On n’est pas très éloigné là de la solution finalement retenue. Il ne serait donc pas sans intérêt de savoir s’il a rédigé lui-même ses interventions ou s’il a utilisé un expert, et lequel27.

  • 28 Ibid., I/III, p. 429-431.
  • 29 Ibid., II/II, p. 268-270.
  • 30 Ibid., III/VIII, p. 380-382, dans le débat sur le schéma De scholis catholicis, dont il contribue à (...)
  • 31 Avec référence explicite à l’encyclique de Pie XI Casti connubii ; ibid., III/V, p. 360-362.
  • 32 Ibid., III/VII, p. 59-61 et IV/IV, p. 660-662.

21Mgr Beck, évêque de Salford puis archevêque de Liverpool, intervient pour sa part six fois, dont plusieurs au nom de tout ou partie de l’épiscopat anglais et gallois, auquel il sert ainsi de porte-parole. Le 23 novembre 1962, il prononce une vive charge à l’encontre du médiocre décret sur les communications sociales, bien qu’il ait été membre, rappelons-le, du secrétariat préparatoire28 ; il sera d’ailleurs nommé membre de la commission pontificale sur le sujet le 12 juin 1964. Le 7 octobre 1963, il demande, au nom des évêques anglais, que le schéma sur l’Église donne une définition du sacerdoce comme participation graduée à l’unique sacerdoce du Christ29. Président du Catholic Education Council d’Angleterre et du Pays de Galles, il plaide vigoureusement le 17 novembre 1964 pour la liberté de l’enseignement et le développement d’une école catholique soutenue par l’État30. Enfin et surtout, trois de ses interventions concernent la constitution sur l’Église dans le monde de ce temps. Le 22 octobre 1964, il se livre à une critique en règle du schéma, pas assez concret à son goût ; il exprime en outre des réserves sur la notion de « signe des temps » et se prononce pour le respect, dans le mariage, de la « loi naturelle » comme de la « loi morale objective31 ». Mais ses deux allocutions les plus commentées concernent le problème de la course aux armements, les 10 novembre 1964 et 7 octobre 1965. Il y défend la thèse d’un désarmement simultané sous contrôle international pour éviter une troisième conflagration mondiale ; faute d’une telle solution radicale, il juge légitime, en tant qu’hypothèse, la possession d’armes nucléaires à caractère dissuasif et justifie ainsi le maintien de la paix par l’« équilibre de la terreur », tout en acceptant l’objection de conscience32. Un tel discours de fin de guerre froide, qui consonne sans surprise avec celui de l’épiscopat américain, n’est pas dépourvu d’influence sur la rédaction finale d’un texte qui déçoit les adversaires des nouvelles armes de destruction, voire de la notion de « guerre juste ».

22Suggérer que ces propos représentent la position de la congrégation de laquelle est issu l’archevêque de Liverpool serait beaucoup s’avancer. Celui-ci s’exprime en prélat anglo-saxon plus qu’en religieux assomptionniste. On chercherait d’ailleurs en vain une cohérence entre les diverses interventions des Pères conciliaires issus de la congrégation, hors leur appartenance à l’aile modérée de la majorité. Il faut donc se rendre à l’évidence : faute d’évêques ou d’experts d’envergure internationale, l’Assomption n’a guère participé comme telle à l’élaboration du corpus conciliaire. Resterait à évaluer ce que celui-ci doit, par capillarité, à ses centres réputés d’études byzantines et augustiniennes

  • 33 1919-2009, spécialiste de théologie orientale, il est rédacteur en chef du quotidien catholique de  (...)
  • 34 Le Deuxième Concile du Vatican, Rome, EFR, 1989, p. 367.
  • 35 Le Père Vincent de Paul Bailly, à l’approche du cinquantenaire de sa mort (2 décembre 1912).
  • 36 ARA, B 205, 5-6.
  • 37 Cent ans d’histoire de « La Croix », 1883-1983, Paris, Le Centurion, 1988, p. 452.

23Le rôle majeur de l’Assomption à Vatican II fut d’une autre nature, que deux citations permettent de situer rapidement. La première est de l’abbé René Laurentin, appelé à témoigner lors d’un colloque d’historiens sur le Concile : « Dès la première session, le 13 novembre 1962, le Père François Bernard [1922-1994], assomptionniste, correspondant de La Croix et les six autres prêtres journalistes qui lui étaient adjoints pour l’information dans les différentes langues, furent admis au Concile. De même, le Père Wenger33, de La Croix. Ce privilège était envié, et tenu pour discriminatoire, par ceux qui étaient réduits à chasser les nouvelles à l’extérieur. N’étant pas “tenus” par les conditionnements de la civilité, ces derniers allaient souvent plus loin dans l’information, avec l’aide d’évêques habités par le même souci d’“ouverture34” ». Un quart de siècle après l’épisode, l’irritation de l’ancien chroniqueur du Figaro envers ce qu’il avait pris pour un passe-droit n’était pas émoussée. La seconde citation est extraite de la circulaire du Père Dufault du 15 novembre 1962, deux jours après ce « passe-droit » : « Il me plaît en particulier de penser que là-haut, le fondateur de La Croix35 exulte de voir le bond en avant que son quotidien vient de faire ; de voir son audience magnifiquement accrue grâce à tant de progrès et d’efforts intelligents, grâce spécialement à une remarquable présence au Concile36. » Si l’on en croit les chiffres de l’OJD, l’audience du quotidien de la Bonne Presse progresse en effet de 85 975 exemplaires distribués à 132 927, entre l’étiage de 1960 et le sommet de 197137.

  • 38 Qui a fourni la teneur et, bien souvent, la traduction des interventions jugées les plus importante (...)
  • 39 Yves Poncelet, « Les grands chroniqueurs français du Concile », dans Bernard Barbiche, Christian So (...)
  • 40 Dans ses livres Le Cardinal Villot et Les Trois Rome.

24Il n’y a pas à chercher plus loin : si l’Assomption est restée discrète dans Saint-Pierre, elle a occupé une place de choix dans la diffusion et le commentaire de l’information conciliaire à usage d’un public francophone, au jour le jour dans La Croix, semaine après semaine dans La Documentation catholique38, session après session dans la chronique du Père Antoine Wenger, qui fut avec le Père Congar, Henri Fesquet, l’abbé Laurentin et le Père Rouquette, l’un des grands informateurs français au Concile39. Proche de Mgr Villot, sous-secrétaire de l‘assemblée, le religieux alsacien a probablement joué aussi, en coulisse, un rôle plus important que sa discrétion ne veut bien le dire40.

Une congrégation en état de Concile

25Si l’Assomption a moins apporté à Vatican II que d’autres familles religieuses, plus nombreuses et mieux organisées, elle a subi de l’événement, avant même la fin du Concile, un choc en retour significatif. Vatican II y suscite en effet un processus d’aggiornamento long et complexe qui s’étend de la préparation du chapitre général de 1964 à la conclusion de celui de 1969.

26Dans un premier temps, tout se passe comme si le déroulement imprévu de la première période conciliaire permettait aux critiques internes à la congrégation et aux vœux de réforme en son sein de progresser significativement.

  • 41 « Remarques sur les départs », Rome, 4 mars 1963, 3 pages dactylographiées, ARA, I V 133.

27Première confirmation : non seulement une inquiétude croissante quant au recrutement et au plafonnement des effectifs (1967 religieux au 1er janvier 1964, dont 45 % de Français, contre 1923 en 1958), mais aussi des interrogations sur les départs, que le Père Blanchette, de la province nord-américaine, attribue principalement à un manque de discernement initial et à un défaut d’intégration ultérieur, plus qu’à une addition de problèmes personnels41.

  • 42 ARA, I U 24, 8 (le soulignement est dans le texte).
  • 43 Texte polycopié de 18 pages, citations p. 17, ARA, I U 65.

28Seconde confirmation : la multiplication des questions sur le rapport de l’Assomption à son fondateur, l’intransigeant Emmanuel d’Alzon, fort étranger en apparence au nouveau cours conciliaire. « Cependant, avec insistance, certains demandent un réajustement de la pensée et des formules du Père d’Alzon selon le contexte historique différent, tout en gardant son esprit », peut-on lire ainsi dans les actes du chapitre provincial de Paris, tenu à Lormoy en décembre 1963 et janvier 196442. Il peut d’ailleurs disposer, à cet effet, d’une étude commandée au Père Pierre Touveneraud (1929-1979), « De l’actualité du Père d’Alzon », datée du 21 novembre précédent. Elle constate l’écart croissant entre le courant ultramontain « qui a porté nos origines » et l’évolution récente du catholicisme, tout en conseillant de discerner ce qui, dans l’intuition du fondateur, « peut nous aider à répondre aux besoins, aux orientations, aux consignes actuelles de l’Église43 ».

  • 44 « La vie religieuse », texte polycopié de 25 pages, citations p. 5, 7 et 9.

29Troisième confirmation, à n’en pas douter la plus nette, bien qu’on mesure mal sa représentativité : le rapport de Charles Ehlinger au chapitre provincial de Lyon-Valpré, en décembre 1963. Sous des rubriques telles que « vide spirituel », « grand vide doctrinal » ou faiblesse du rayonnement, on y lit une sévère critique des carences de la province et, par delà, de l’Assomption toute entière, absente des principaux courants religieux porteurs. « Nous sommes acculés à un sursaut », conclut le rapporteur qui préconise une série de réformes profondes44.

  • 45 Circulaire n° 36, 6 et 8.
  • 46 ARA, I U 10.
  • 47 I U 37, citation p. 1, B 10 et A 10.

30Toutes proportions gardées, le chapitre général de 1964 représente peu ou prou, pour la congrégation, ce que Vatican II représente au même moment pour l’Église. Il se prépare dans un climat qui a passablement changé en quelques années, comme le note le Père Dufault lui-même. Sa circulaire du 6 juillet 1963 évoque la première session du Concile, dans le vocabulaire du défunt Jean XXIII, comme une « nouvelle Pentecôte » à laquelle l’Assomption ne saurait demeurer étrangère. Tout en évitant les deux erreurs symétriques du « mobilisme » et de la « sclérose », mais pour répondre au « sentiment très vif » des jeunes religieux, « il faut absolument nous adapter à notre temps », précise-t-il45. Et il persiste dans son instruction après la messe d’ouverture du chapitre, le 8 avril 1964 : « Nous [n’avons] qu’à nous appliquer, à notre échelle, le programme que Jean XXIII et Paul VI ont assigné aux Pères conciliaires46. » Mais son rapport sur l’état de la congrégation, moins optimiste que celui de 1958, est plus balancé : « Nous ne pensions pas que ce désir de rénovation collective était aussi général », avoue-t-il d’emblée. La prise de conscience d’une distance impossible à réduire avec les origines est acquise : « Le Père d’Alzon n’a pas connu l’œcuménisme. » Mais elle ne supprime pas tout souci de fidélité, bien au contraire : « Le Père d’Alzon n’abandonnerait pas l’enseignement. » Le supérieur général manifeste par ailleurs son inquiétude face à la montée des critiques concernant l’obéissance, la règle, les observances, voire la prière personnelle. « On voit combien il faudra apporter de prudence pour réaliser l’aggiornamento », ajoute-t-il47.

  • 48 D’après ses Actes, publiés dans le Bulletin officiel de l’Assomption, avril 1996 (162 pages).

31Il est impossible d’étudier par le menu le déroulement de ce chapitre « d’élections et d’affaires » qui se tint à Rome du 7 avril au 27 mai et qui reconduisit Dufault à la tête de l’Assomption, avec comme premier adjoint son principal concurrent, le Père Paul Charpentier, provincial de Paris. Tous les documents et témoignages disponibles en font un moment décisif, et heureux, dans l’histoire récente de la congrégation. On s’arrêtera seulement sur quelques-unes de ses décisions48.

32La principale fut de ne pas réviser les constitutions, dans l’attente du décret conciliaire sur la vie religieuse et de la publication, jugée prochaine, du nouveau code de droit canon. Le chapitre procéda en conséquence à un toilettage limité aux articles considérés comme vraiment obsolètes. Il réduisit ainsi l’écart entre les coadjuteurs et les religieux de chœur : passage possible d’une catégorie à une autre (art. 8) ; droit de vote pour les élections capitulaires délié de la prêtrise (art. 261). Il assouplit aussi le régime des correspondances et des visites aux familles. Ces menues modifications furent acceptées, sauf exception, par la Congrégation des religieux. Certains des vœux repoussés donnent une idée de la vigueur des revendications de la base : élection des provinciaux par les chapitres, notamment, et non plus nomination par le supérieur général.

  • 49 ARA, S 26 8a (160 pages).

33À défaut d’une refonte complète des constitutions, le chapitre de 1964 substitua au coutumier désuet des règles capitulaires qui étaient par leur statut et par leur contenu bien plus qu’un coutumier : la charte provisoire de la congrégation49. La volonté de renouveau s’y manifeste à chaque page. Dans le mode de rédaction d’abord, qui fait toujours précéder les normes d’application d’un exposé des principes les justifiant ; mais surtout dans le contenu, avec un constant recentrage sur le modèle fourni par Jésus-Christ en personne. Soit l’exemple clé de l’obéissance : Jésus a obéi à son Père dans l’exercice de la fonction terrestre qui lui était assignée ; donc, pour le religieux, « la règle est moins un ensemble de contraintes que l’expression et le commentaire autorisé des conseils évangéliques » (§20). Même raisonnement pour la pauvreté et la chasteté (justifiée par la consécration totale du Christ à sa mission, §79) ; ou pour la vie communautaire, lointaine héritière de celle des apôtres autour de leur maître. Vite rendues caduques par les décisions vaticanes, ces règles capitulaires transitoires n’en constituent pas moins une sorte de point de non-retour décisif dans l’histoire récente de l’Assomption.

  • 50 Des 11 décembre 1964 et 15 décembre 1965 respectivement, ARA, B 204.
  • 51 Actes du chapitre, 2 ; « Il [le chapitre] a permis de réaliser une révision de notre coutumier que (...)
  • 52 Circulaire n° 43, p. 4.
  • 53 Circulaire n° 49, p. 2.

34Le chapitre de 1964 y est d’ailleurs suivi, comme le Concile lui-même, d’une brève période d’euphorie. Euphorie conciliaire commune à toute la catholicité dont témoignent les circulaires généralices n° 44, pour la promulgation du « texte admirable de la constitution sur l’Église », ou n° 47, pour la clôture du Concile50. Euphorie proprement assomptionniste aussi, qui conduit le Père Dufault plus loin dans l’ouverture qu’il n’a jamais été. Avant même que les règles capitulaires ne reçoivent un « accueil non seulement favorable mais enthousiaste » au sein de la congrégation, voire en dehors d’elle51, il s’en autorise pour mieux marquer le chemin parcouru depuis sa fondation : « Si le Père d’Alzon se voulait du côté du Syllabus [...], il nous veut aujourd’hui pour les mêmes raisons profondes du côté de Pacem in terris et d’Ecclesiam suam. Car les temps ont changé », écrit-il le 5 novembre 1964 lors du centenaire de l’approbation de l’institut52. Il s’en autorise aussi pour presser le mouvement de l’aggiornamento : « Il ne faut pas en rester aux modifications de surface ou à un simple juridisme, mais [...] il faut viser à un changement profond de mentalité là où l’Église nous y invite », ajoute-t-il dans un texte daté du 25 mars 1966 sur « L’Assomption et l’après-Concile » qui cite trois fois un article… du jésuite Michel de Certeau publié dans Christus en janvier précédent53 !

  • 54 Traduit dans La Documentation catholique du 4 septembre 1966, col. 1458-1466.

35L’aboutissement du processus entamé n’est autre que le chapitre général spécial de 1969. En effet, le décret conciliaire sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse Perfectae Caritatis, promulgué le 28 octobre 1965, reçoit ses modalités d’application du motu proprio Ecclesiae Sanctae du 6 août 1966 (à la rédaction duquel le Père Dufault a participé dans le cadre de l’Union romaine des supérieurs généraux). Ce texte54, qui incite à la quadrature du cercle qu’est un aggiornamento conduit dans la fidélité aux origines, impose la convocation d’un chapitre extraordinaire dans les trois ans, soit avant la date prévue de 1970 pour ce qui concerne l’Assomption.

  • 55 Circulaire d’accompagnement n° 50, p. 2.
  • 56 Circulaire n° 51, p. 7.
  • 57 Circulaire n° 52 sur « Le chapitre général de 1969 » (12 pages).
  • 58 Circulaire n° 53, 10 pages polycopiées.
  • 59 Ibid., p. 2.

36D’où sa convocation, le 21 novembre 1966, pour avril 1969 ; convocation assortie d’un questionnaire à tous les religieux, dont les questions « ont un caractère très général, car elles ne veulent limiter en rien toutes les suggestions que chacun est en mesure de formuler55 ». L’euphorie est alors bien retombée. Aussi la consultation se déroule-t-elle dans un climat tout différent, où affleurent des revendications de plus en plus radicales. « Il semble qu’il faille mettre en question la vie religieuse elle-même telle qu’elle est vécue », écrit par exemple le Père Dufault dans ses « Réflexions sur notre but aujourd’hui » du 19 mars 196856. Un tel changement exige en outre un renouvellement au sommet : la curie généralice décide le 10 août 1968 de remettre sa démission au chapitre, qui sera donc aussi un chapitre d’élections57. Le 30 septembre, une lettre adressée à tous les religieux annonce l’envoi du projet de constitutions rédigé à Rome en tenant compte de l’ensemble des réponses à la consultation préparatoire, selon une procédure complexe58. Elle avertit d’emblée que ce projet « modifie nécessairement d’une façon profonde nos textes antérieurs59 ».

  • 60 De 1954 à 1970 ; « un des derniers moines-chevaliers à l’Assomption », selon l’un de ses successeur (...)
  • 61 « Vœux transmis au chapitre général extraordinaire du 1969 », 5 avril, 4 pages dactylographiées.

37Il suscite en effet des réactions de sens opposé dont on mesure mal, à partir des seules archives romaines, la répartition. Évoquons à titre d’exemple, pour le camp de la tradition, celle du Père Adrien Pépin (1894-1980), archiviste de la congrégation60. Il déplore le déclin de la part de vie monastique, la sous-estimation du juridique au profit du spirituel, le primat d’une théologie horizontale sur la verticalité de la foi, le risque d’une « dictature collective » de la communauté sur la vie religieuse personnelle, le danger de démocratisation du gouvernement, toutes tendances qu’il juge opposées au désir du fondateur ; et il plaide pour le retour à un juste milieu entre tendances opposées61.

  • 62 ARA, JAR 2, 56 pages polycopiées.
  • 63 Ibid., p. 14.
  • 64 Du fait de la coupure linguistique de la Belgique, de l’autonomisation des Œuvres généralices franç (...)

38Un an après les « événements » français du printemps 1968, dont les répercussions notoires sur plusieurs communautés locales ne filtrent guère dans la documentation consultée, le chapitre général spécial s’ouvre donc dans une ambiance bien différente de celle de 1964, et même de 1966, date de sa convocation. En témoigne au premier chef le rapport du Père Dufault sur l’état de la congrégation, dans lequel une compréhensible morosité s’est substituée à l’euphorie62. Il reconnaît d’emblée l’étendue de la sécularisation et de ses conséquences sur la vie religieuse, contestée jusque dans ses fondements. Il fournit ensuite une photographie lucide de l’Assomption, désormais menacée d’une « substantielle diminution de [son] volume63 ». Tous les indicateurs chiffrés sont en effet à la baisse : bien que le nombre de ses provinces ait augmenté64, la congrégation ne compte plus, au 1er janvier 1969, que 1 791 religieux (avec une proportion stable de 45,5 % de Français) ; et elle n’a, en tout et pour tout, que 6 novices. Du fait d’un nombre croissant de décès et surtout de départs, son avenir paraît sombre. Il n’existe d’ailleurs aucune autre statistique pour les « années noires » 1969-1970 : le comptage régulier ne reprend qu’au 1er janvier 1971, date à laquelle l’Assomption ne compte plus que 1 672 membres, soit 300 de moins qu’en 1964.

  • 65 Notamment un dessin qui compare les costumes des capitulaires : tous en froc réglementaire en 1952  (...)
  • 66 La nouvelle maison généralice elle-même ne suffit plus !
  • 67 Voir les savoureuses Nouvelles du chapitre, 1 à 8, JAQ 15 à 22.
  • 68 Livre de règle des religieux de l’Assomption, Rome, 1969, 105 p. + 12 d’ordonnances.

39C’est dans un tel climat, tout à la fois morose et effervescent, comme le prouvent certains documents internes65, que se déroule à Rome, chez les Clercs de Saint-Viateur66, du 10 avril au 4 juin, le chapitre général spécial. Comme pour celui de 1964, on n’entrera pas ici dans le détail de discussions ardues opposant notamment les élus (« gentils gibis ») aux membres de droit (« vilains shadoks ») autour du projet de constitutions67. On se contentera d’une rapide analyse du texte finalement adopté, en soulignant d’entrée de jeu sa nette différence avec celui qu’il remplace, les constitutions de 1923 : différence de ton, plus spirituel et moins juridique, différence de structure et différence de contenu68.

  • 69 « À la lecture, l’aspect le plus apparent est sans doute celui de la nouveauté. Le style se veut pl (...)

40Après une lettre du chapitre à chaque religieux, qui confesse explicitement la nouveauté69, et le texte de la règle de saint Augustin, viennent des constitutions qui manifestent, sur la « règle de vie », la « vie commune », le « service apostolique », la vie religieuse et la « vie de prière », un recentrage christologique en continuité avec les règles capitulaires de 1964. Trois fois mentionnée dans le premier chapitre des constitutions de 1923, la Vierge Marie ne figure plus dans la règle de vie et ne réapparaît que comme exemple pour la vie religieuse et la vie de prière, étant saufs les droits de l’« unique médiateur » (§22 et 44). Le segment sur la vie apostolique permet d’élargir sensiblement le champ d’action de l’institut.

41Ensuite apparaissent des statuts qui, comme l’avait bien vu le Père Pépin, inversent l’ordre des préséances de 1923. La congrégation repose désormais sur les communautés locales, regroupées en provinces sous l’autorité du gouvernement général. À chaque niveau, les structures doivent associer « autorité et coresponsabilité » (§49). L’ensemble est couronné par des règles d’organisation communautaire qui closent l’étape intermédiaire de 1964. Sans le dire explicitement, le chapitre supprime la distinction entre coadjuteurs et frères de chœurs, tous prêtres. Il ne connaît plus que des religieux égaux après leur profession. Toutefois, « le frère qui se destine aux ordres majeurs acquiert la formation doctrinale et pastorale requise par l’Église » (§74). Et cette suppression a des répercussions jusqu’au sommet de la congrégation. Certes, ses responsables demeurent nommés par l’échelon supérieur ; et seul un prêtre peut devenir provincial ou général ; mais tous les religieux profès ou ayant fait leur promesse sont électeurs et éligibles (§13) ; tous les profès peuvent devenir supérieurs locaux, y compris donc les non-prêtres, si l’on comprend bien. Il y aurait beaucoup d’autres modifications significatives à retenir, comme la réduction du mandat de supérieur général à six ans ou l’assouplissement du temps de formation. Toutes vont dans le sens de la démocratisation, certes relative, d’une congrégation naguère très hiérarchisée et hiérarchique.

  • 70 Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation. La politisation des dominicains de (...)

42C’est donc une Assomption profondément remodelée dans sa définition comme dans son organisation qui va devoir affronter, sous la houlette du Père Charpentier, élu supérieur général le 30 mai 1969, la crise des années 1970. Congrégation de taille moyenne et de tradition intransigeante, elle était mal placée pour occuper à Vatican II une place de choix. Seuls, en fait, les journalistes de la Bonne Presse ont manifesté de façon visible, voire brillante dans le cas du Père Wenger, sa présence à l’événement. Mais on doit reconnaître qu’entraînée par le flot conciliaire et par des signes de contestation interne, elle a ensuite joué de manière exemplaire le jeu de l’aggiornamento, comme en témoignent les règles capitulaires de 1964 et les constitutions de 1969. Ainsi, l’Assomption a-t-elle plus reçu du Concile qu’elle ne lui a apporté, au point d’en sortir assez profondément transformée d’une manière qui laisse ouverte la question de son lien au Père d’Alzon et à ses origines. Cette transformation ne s’est pas faite sans débats, parfois vifs, mais elle s’est opérée sans explosion majeure et sans rupture apparente : nombre de religieux la quittent alors, mais aucun d’eux n’émerge ensuite dans la contestation intra-ecclésiale des années 1970. Une telle sagesse relative tranche sur d’autres parcours, dominicains par exemple70. Est-elle originale ? Il faudrait bien des études comparatives pour le savoir. À titre d’hypothèse, risquons une réponse négative. Le sens général de l’adaptation conciliaire de l’Assomption nous paraît celui de la grosse majorité des ordres et congrégations de même type.

Notes

1 Giuseppe Alberigo (dir.), Histoire du Concile Vatican II (1959-1965), éd. française sous la responsabilité d’Étienne Fouilloux, 5 vol., Paris, Cerf, 1997-2005.

2 21 pages dactylographiées (20 en fait), Archives romaines de l’Assomption (ARA désormais), I Q 8.

3 Circulaire n° 20, citation p. 3, ibid., B 205.

4 Rapport cité, p. 8.

5 Ibid., p. 14.

6 Ibid., p. 10.

7 Actes du chapitre, p. (3)- (22), ARA, I Q 76.

8 Circulaire Dufault n° 23, 30 janvier, 3. Sur ces liens, voir aussi la circulaire n° 35, du 6 juin 1963, au lendemain de la mort du pape.

9 La Documentation catholique, 31 décembre 1950, col. 1699.

10 Circulaire n° 23, 30 janvier 1959, p. 7.

11 Circulaire n° 26, 25 octobre 1959, p. 5.

12 Acta et Documenta Concilio Oecumenico Vaticano II Apparando, Series I (Antepraeparatoria), vol. II, pars VIII (réponses des supérieurs généraux), Roma, Typis Polyglottis Vaticanis, p. 186-195 (186-189 pour les questions dogmatiques et 189-195 pour les autres).

13 Ibid., p. 189.

14 Conversation à Rome, le 9 mai 2000.

15 Le second dans les sous-commissions liturgie et rapport Écriture-Tradition du secrétariat pour l’unité des chrétiens notamment. Mauro Velati, Una difficile transizione. Il cattolicesimo tra unionismo ed ecumenismo 1952-1964, Bologna, Il Mulino, 1996, p. 237-239 et Dialogo e rinnovamento. Verbali e testi del segretariato per l’unità dei cristiani nella preparazione del Concilio Vaticano II, 1960-1962, Bologna, Il Mulino, 2011.

16 Pages 24-33 d’un fascicule polycopié qui en comporte 48, « Le P. E. d’Alzon et les deux Conciles du Vatican », ARA, L 36.

17 Ibid., p. 28.

18 Ibid., p. 29.

19 Ibid., p. 32.

20 Circulaire n° 33, p. 4, 5 et 15.

21 Mauro Velati, Una difficile transizione…, p. 401 et surtout « Praying together : communica-tio in sacris in the decree on ecumenism », dans Alberic Stacpoole (dir.), Vatican II by those who were there, Londres, Geoffrey Chapman, 1986, p. 202-219.

22 La Documentation catholique, 15 novembre 1964, col. 1504-1505.

23 Ibid., 20 janvier 1963, col. 123-126.

24 Ibid., 3 novembre 1963, col. 1451-1452.

25 Ibid., 1er décembre 1963, col. 1587.

26 Acta Synodalia Sacrosancti Concilio Oecumenico Vaticano II apparando, Roma, Typis Polyglottis Vaticanis, III/V, p. 81-84.

27 Ibid., III/III, p. 201-203 (à remarquer que le nom du théologien protestant Oscar Cullmann, cité dans la version de La Documentation catholique du 1er novembre, a été remplacé par une périphrase dans les Acta) ; « sens oriental d’une Tradition enveloppant tout et d’une vue trinitaire et pneumatique », écrit le Père Congar (Mon journal du Concile, Paris, Cerf, t. II, 2002, p. 173).

28 Ibid., I/III, p. 429-431.

29 Ibid., II/II, p. 268-270.

30 Ibid., III/VIII, p. 380-382, dans le débat sur le schéma De scholis catholicis, dont il contribue à élargir le propos.

31 Avec référence explicite à l’encyclique de Pie XI Casti connubii ; ibid., III/V, p. 360-362.

32 Ibid., III/VII, p. 59-61 et IV/IV, p. 660-662.

33 1919-2009, spécialiste de théologie orientale, il est rédacteur en chef du quotidien catholique de 1957 à 1969.

34 Le Deuxième Concile du Vatican, Rome, EFR, 1989, p. 367.

35 Le Père Vincent de Paul Bailly, à l’approche du cinquantenaire de sa mort (2 décembre 1912).

36 ARA, B 205, 5-6.

37 Cent ans d’histoire de « La Croix », 1883-1983, Paris, Le Centurion, 1988, p. 452.

38 Qui a fourni la teneur et, bien souvent, la traduction des interventions jugées les plus importantes in aula.

39 Yves Poncelet, « Les grands chroniqueurs français du Concile », dans Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Paris-Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères – Peter Lang, 2013, p. 77-100.

40 Dans ses livres Le Cardinal Villot et Les Trois Rome.

41 « Remarques sur les départs », Rome, 4 mars 1963, 3 pages dactylographiées, ARA, I V 133.

42 ARA, I U 24, 8 (le soulignement est dans le texte).

43 Texte polycopié de 18 pages, citations p. 17, ARA, I U 65.

44 « La vie religieuse », texte polycopié de 25 pages, citations p. 5, 7 et 9.

45 Circulaire n° 36, 6 et 8.

46 ARA, I U 10.

47 I U 37, citation p. 1, B 10 et A 10.

48 D’après ses Actes, publiés dans le Bulletin officiel de l’Assomption, avril 1996 (162 pages).

49 ARA, S 26 8a (160 pages).

50 Des 11 décembre 1964 et 15 décembre 1965 respectivement, ARA, B 204.

51 Actes du chapitre, 2 ; « Il [le chapitre] a permis de réaliser une révision de notre coutumier que maints instituts admirent », circulaire n° 49 du 25 mars 1966, p. 20.

52 Circulaire n° 43, p. 4.

53 Circulaire n° 49, p. 2.

54 Traduit dans La Documentation catholique du 4 septembre 1966, col. 1458-1466.

55 Circulaire d’accompagnement n° 50, p. 2.

56 Circulaire n° 51, p. 7.

57 Circulaire n° 52 sur « Le chapitre général de 1969 » (12 pages).

58 Circulaire n° 53, 10 pages polycopiées.

59 Ibid., p. 2.

60 De 1954 à 1970 ; « un des derniers moines-chevaliers à l’Assomption », selon l’un de ses successeurs, le Père Jean-Paul Périer-Muzet.

61 « Vœux transmis au chapitre général extraordinaire du 1969 », 5 avril, 4 pages dactylographiées.

62 ARA, JAR 2, 56 pages polycopiées.

63 Ibid., p. 14.

64 Du fait de la coupure linguistique de la Belgique, de l’autonomisation des Œuvres généralices françaises de Paris, et de l’Espagne par rapport à Bordeaux, ainsi que de l’apparition d’une vice-province du Congo et d’une vice-province du Brésil.

65 Notamment un dessin qui compare les costumes des capitulaires : tous en froc réglementaire en 1952 ; dans des tenues très variées en 1969, ARA, JAQ 118 et 119.

66 La nouvelle maison généralice elle-même ne suffit plus !

67 Voir les savoureuses Nouvelles du chapitre, 1 à 8, JAQ 15 à 22.

68 Livre de règle des religieux de l’Assomption, Rome, 1969, 105 p. + 12 d’ordonnances.

69 « À la lecture, l’aspect le plus apparent est sans doute celui de la nouveauté. Le style se veut plus dynamique, l’expression plus vivante, audacieuse parfois [...]. Mais c’est le contenu lui-même qui est neuf », texte daté du 4 juin 1969, p. 1.

70 Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation. La politisation des dominicains de la province de France (années 1940-1970), Paris, Belin, 2016.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search