Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

La trente et unième congrégation générale de la Compagnie de Jésus

Gianni La Bella

Texte intégral

  • 1 Atlas Geographicus Societatis Iesu. Editio separata ex Annuario Societatis Iesu 1964-1965.

1 La Compagnie de Jésus, telle qu’elle se présente à la veille du Concile Vatican II, est un ordre religieux à l’apogée de sa force et de sa splendeur. On compte dans le monde 36 038 jésuites, chiffre jamais atteint dans toute son histoire. Présents dans plus de 100 pays, répartis en 11 assistances et 84 provinces et vice-provinces, les jésuites gèrent plus de 4 600 écoles, 618 paroisses, 64 universités, 38 séminaires et 57 centres sociaux. La Compagnie de Jésus compte dans ses rangs plus de 30 évêques ou cardinaux1. Parmi les fleurons de cet ordre religieux, on peut citer quelques-unes des principales institutions culturelles et universitaires de l’Église, telles l’Université grégorienne, l’Institut pontifical biblique ou l’Institut pontifical oriental, où une grande partie de l’épiscopat catholique a étudié et s’est formé. La Compagnie de Jésus est également très présente dans le domaine des communications sociales et des médias, avec des centaines de périodiques allant de l’histoire à la théologie, à la spiritualité, aux thèmes de l’information et de l’actualité. Aucune revue catholique ne jouit d’un prestige et d’une officialité comparables à ceux de La Civiltà Cattolica, dont le directeur est reçu régulièrement par le souverain pontife, et ce jusqu’à tout récemment. C’est aux jésuites que les papes ont confié depuis sa création Radio-Vatican, l’organe de communication du Saint-Siège qui fait autorité plus que tout autre. Tout ceci fait de la Compagnie un ordre sui generis, une sorte d’unité d’assaut flexible, efficiente et adaptable, les marines de l’Église catholique, en mesure d’accomplir n’importe quelle mission, même celles apparemment impossibles. Cette puissance n’est pas seulement numérique. Au début des années 1960, la Compagnie est perçue dans le monde catholique international comme un corps compact, monolithique, et surtout homogène sur le plan culturel, spirituel et religieux. Elle s’apprête ainsi à célébrer, lors de sa trente et unième congrégation générale, le point d’orgue de cette vision triomphale, vécue et perçue comme un modèle réussi de la societas perfecta enracinée dans les idéaux et les valeurs de la « restauration » et de l’intransigeantisme.

2À la veille du Concile, la Compagnie est aussi un modèle, un point de référence idéal, un phare pour la vie religieuse tout entière. Paul VI a pour elle une véritable vénération. Recevant en novembre 1969 un groupe de supérieurs majeurs récemment nommés, il confie avec inquiétude à certains d’entre eux : « Veillez sur votre Compagnie. C’est la colonne de l’Église. Si elle tremble, c’est tout l’édifice qui tremble. » Pourtant, sous bien des aspects, cette uniformité et cette cohésion ne sont qu’une façade. Aucun ordre religieux n’est traversé par autant de tensions, de contradictions, de problèmes et d’inquiétudes que la Compagnie de Jésus à la veille du Concile.

  • 2 William V. Bangert, Storia della Compagnia di Gesù, Genova, Edizioni Marietti, 1990, p. 527.

3Depuis le début des années 1930, deux mouvances coexistent en effet en son sein dans une harmonie apparente et une cohabitation jésuitique. Il y a d’une part ceux qu’on pourrait appeler les « précurseurs », des hommes qui, bien avant que Jean XXIII n’ouvre « les fenêtres pour faire entrer de l’air frais dans l’Église », avaient « rassemblé un immense dépôt de recherches et de réflexions qui exprimaient l’esprit d’aggiornamento, contribuant ainsi à créer le climat théologique et spirituel qui permettra ensuite au Concile Vatican II d’endosser des responsabilités difficiles2 ». Ils assument la tâche ardue de « revitaliser les sciences sacrées » afin que l’Église puisse s’exprimer dans un langage renouvelé et accessible à l’homme moderne. On peut citer à ce propos les noms d’Émile Mersch et Henri de Lubac en matière de théologie dogmatique, de Bernard Lonergan et Karl Rahner dans ce qu’on a appelé le « thomisme transcendantal », de Jean Daniélou et Claude Mon-désert dans le champ patristique, de Hugo Rahner pour la revalorisation de la mystique ignatienne, de Pierre Teilhard de Chardin pour l’anthropologie et les études scientifiques, de John Courtney Murray et Augustin Bea pour la liberté religieuse et l’œcuménisme, de John LaFarge et Heinrich Pesch, pionniers de la pensée sociale catholique et de l’engagement pour la justice et l’égalité entre les races. D’autre part, il y a le parti de « l’ancienne observance », de ceux qui redoutent les changements radicaux, des défenseurs convaincus des traditions et des règles religieuses observées jusqu’alors dans la Compagnie, soucieux de conserver la foi dans son intégrité traditionnelle. Cette mouvance avait aussi ses théologiens et ses idéologues tels que José Antonio de Almada, Ignacio Gordon, Antonio Mes-sineo, Angelo Martini, Joaquin Salaverri et Giacomo Martegani, formés et éduqués, comme tant d’autres jésuites, dans la conviction profonde, quasiment religieuse, de l’intangibilité de la Formula Instituti conçue par Ignace de Loyola selon l’inspiration divine.

  • 3 Roberto Morozzo della Rocca, « I Religiosi », dans Marco Impagliazzo (dir.), La Nazione Cattolica. (...)
  • 4 Yves Congar, Le Concile de Vatican II, Paris, Beauchesne, 1984, p. 69.
  • 5 Bartolomeo Sorge, Uscire dal tempio. Intervista autobiografica, Genova, Edizione Marietti, 1989, p. (...)

4Les jésuites sont touchés eux aussi par la crise profonde que traverse la vie religieuse dans les années qui précèdent immédiatement le Concile. Les vocations commencent à se raréfier, le rapport avec la modernité devient de plus en plus compliqué. Déjà, Pie XII avait appelé les religieux à un aggiornamento, une expression qu’il avait utilisée avant Jean XXIII. En 1950, un congrès mondial des états de perfection est convoqué à Rome. Le renouvellement demandé aux religieux par le pape dans plusieurs de ses discours « portait non pas sur leur identité théologique ou doctrinale, mais sur la vie pratique qu’on aurait voulue plus active, moins embarrassée par les habitudes conventuelles, les immobilismes ataviques, l’ignorance de la modernité ». Les résistances au changement ne manquent pas face aux nouvelles tendances culturelles et aux dynamiques sociales qui révolutionnent la vie pratique3. Devant l’inquiétude qui gagne la Compagnie de Jésus et la vie religieuse tout entière, le Concile avec ses réformes, loin d’être un événement qui aggrave la crise, en est au contraire le meilleur antidote en incitant les religieux à redéfinir leur projet anthropologique et spirituel4. Tout au long du xixe siècle, l’ordre religieux des jésuites avait tendu progressivement à se « monasticiser », devenant un institut voué en grande partie à l’enseignement aux dépens de sa vocation missionnaire historique. « Le style de vie de nos maisons il y a quarante ans – rappelle Bartolomeo Sorge dans son autobiographie – se basait beaucoup sur les “usages”, les horaires, les sonneries de cloches. » En réalité, le style « monastique », commun à presque tous les instituts religieux avant le Concile, se conciliait mal avec l’intuition de saint Ignace : « Nous, les jésuites, ne sommes pas des moines… Nous ne sommes ensemble que pour nous disperser, remplissant chacun les mansions les plus diverses5. »

  • 6 Jean Lacouture, I Gesuiti. Il ritorno (1773-1993), Casale Monferrato, Piemme, 1994, p. 533.
  • 7 Riccardo Lombardi, Ai membri della Congregazione Generale XXXI della C.D.G., in Archivio storico de (...)
  • 8 Urbano Valero, « Arrupe Superiore Generale della 31 Congregazione Generale », dans Gianni La Bella (...)

5La Compagnie de Jésus arrive à ce rendez-vous décisif de son histoire contemporaine en proie à une crise profonde. En 1966, les provinciaux des États-Unis écrivent à Rome : « La vie religieuse telle que nous l’avons vécue est totalement inadaptée au monde américain contemporain. Elle semble immobile dans une époque de changements ; elle prêche le célibat dans un monde profondément lié à l’expérience émotive ; elle parle de pauvreté sans être pauvre ; […] elle se réfère aux valeurs sacrées dans un monde désacralisé6. » Dans une note aux délégués convoqués à Rome pour la trente et unième congrégation générale, le Père Riccardo Lombardi, l’un des jésuites italiens les plus en vue et reconnus à ce moment-là, ne cache pas la gravité de la crise que traverse la Compagnie. « On décèle chez beaucoup d’entre nous – écrit-il – un état d’insatisfaction : vis-à-vis de nous-mêmes, de notre formation, du rôle de nos supérieurs, de nos œuvres. […] Beaucoup s’attendaient à trouver en entrant quelque chose qu’ils n’ont pas suffisamment trouvé, et ils ont été déçus. Beaucoup d’entre nous pensent que nous sommes devenus une troupe de caserne, et non de saint assaut7. » Le rapport de la commission ad detrimenta, élue selon le règlement de la congrégation en vue d’exposer aux délégués les thèmes qu’ils vont devoir traiter, présente un état des lieux préoccupant de la Compagnie. Dans les postulats envoyés à Rome de toutes les provinces au nombre de plus de 2021, sont avancées des demandes de réformes à tous les niveaux, et les délégués y sont invités à ne pas se limiter à élire un nouveau préposé général8.

  • 9 Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 1, Paris, Cerf, 2002.

6L’apport de la Compagnie de Jésus au Concile Vatican II a été déterminant. Outre les 58 Pères conciliaires qu’elle y envoie, 58 jésuites participent à titre d’« experts ». Les principales constitutions conciliaires seront en partie le fruit du travail de ce brain trust jésuitique, comme le rappelle Yves Congar dans son Journal du Concile9. Entre Vatican II et la trente et unième congrégation générale, il existe une interaction profonde de cause à effet. Car, s’il est vrai que cette dernière est en grande partie le fruit du travail conciliaire, le Concile lui-même avait reçu une forte impulsion de la Compagnie dans sa phase préparatoire. À la veille de cette congrégation, la Compagnie de Jésus est à la recherche d’une nouvelle identité. C’est dans ce contexte historique que les 218 membres de droit – ils seront 226 à la deuxième session – arrivent dans la capitale.

La révolution de la 31e congrégation générale

  • 10 Acta Romana Societatis Jesus (AR), 14 (1961-1966), 996-999.

7Quand la trente et unième congrégation générale entame ses travaux, le 7 mai 1965, on n’est plus qu’à sept mois de la clôture de Vatican II. Ce matin-là, les délégués sont reçus en audience par Paul VI dans la salle du Consistoire. La rencontre n’a rien de formel. Le pape exprime son appréciation et son estime sincère pour la Compagnie et dit qu’il compte sur sa collaboration inconditionnelle10. Les rapports entre Montini et les jésuites sont beaucoup plus déterminants que ce que l’historiographie de son pontificat a pu signaler jusqu’à présent. Le conflit entre le Vatican et la Compagnie fera l’objet d’une spectacularisation excessive qui ne fera que l’amplifier et ne contribuera pas au dialogue et à la compréhension entre les parties, le désaccord entre le « pape blanc » et le « pape noir » étant vu comme une aubaine médiatique.

8En raison de la charge de travail inusitée et de l’ampleur des débats entre les délégués, la congrégation est divisée deux sessions : la première du 7 mai au 15 juillet 1965, la seconde du 8 septembre au 17 novembre 1966. Sa première tâche consiste à élire le nouveau général. Pendant trois assemblées plénières, les délégués discutent de l’opportunité de modifier la charge du préposé général pour qu’elle ne soit plus une charge à vie. Les jésuites présentent au pape une requête en ce sens, qu’ils renouvelleront à l’issue des trente-deuxième, trente-quatrième et trente-cinquième congrégations générales, recevant chaque fois un net refus de la part du Saint-Siège. Initialement, les candidats qui recueillent le plus de voix sont l’Italien Paolo Dezza, ancien recteur de l’Université grégorienne, tenu en grande considération dans les milieux romains ; John L. Swain, un Canadien anglophone, bras droit du général défunt, Jean-Baptiste Janssens ; Roderick Mackenzie, bi-bliste, alors recteur de l’Institut pontifical biblique ; et Pedro Arrupe, un Espagnol, missionnaire au Japon, provincial depuis plus de dix ans. Au deuxième scrutin, le couple Dezza-Swain perd sensiblement des voix. Au troisième scrutin, Arrupe obtient plus que la majorité absolue de 110 voix, contre 75 voix pour Mackenzie. Arrupe n’est pas un « robuste conservateur », comme le décrivent certains de ses confrères. Par sa culture, son parcours de formation, ses expériences apostoliques et pastorales, il est le meilleur produit de la Compagnie « restaurée », un jésuite « classique ». Il a une spiritualité à l’ancienne, dominée par de multiples dévotions, au premier rang desquelles celles au Saint-Sacrement et au Sacré-Cœur de Jésus, et par le « vœu de perfection », un engagement volontaire et libre à rechercher et à réaliser la volonté de Dieu en toute circonstance. Il n’est pas facile de résumer cette personnalité aux multiples facettes dont l’identité la plus profonde et la plus vraie est celle du missionnaire. Cet homme des confins apporte à Rome les demandes de renouvellement qui montent du catholicisme universel. Il a été l’une des figures les plus significatives de l’Église du xxe siècle : acteur du renouvellement conciliaire, protagoniste de l’aggiornamento et de la renaissance de la vie religieuse, leader reconnu de toutes les familles religieuses, président pendant plus de quinze ans de l’Union des supérieurs généraux.

  • 11 Bartolomeo Sorge, « Pedro Arrupe », dans Diccionario Historico de la Compania de Jesus, Roma-Madrid (...)
  • 12 Arrupe énumère les principaux changements qui caractérisent d’après lui la mutation en cours. Sur l (...)

9La trente et unième congrégation est en quelque sorte une révolution copernicienne pour la Compagnie de Jésus. Elle amène les jésuites à se confronter aux signes des temps et à s’auto-réformer en obéissance à la lettre et à l’esprit de Vatican II. Il s’agit en fait, plus encore que d’adapter la vie et la mission de l’institut aux nouvelles dispositions du décret conciliaire Perfectae Caritatis et au motu proprio Ecclesiae Sanctae du 6 août 1966, de dessiner les contours d’un nouvel ordre religieux en prise avec son temps. Au terme des 123 sessions plénières, 56 décrets ont été votés. Ils ouvrent la voie à une réforme de la Compagnie de Jésus qui doit intervenir selon quatre grands axes : renouvellement des structures internes, aggiornamento de la formation, réforme du ministère apostolique, renouvellement ascétique et spirituel11. Toute l’ossature théologique, canonique et spirituelle de l’institut est soumise à une révision. Comme le dit Arrupe le 11 mars 1967 lors d’une conférence aux jésuites romains, la trente et unième congrégation a marqué le début d’une nouvelle phase de « notre histoire religieuse » en redessinant le visage et la mission de la Compagnie de Jésus à la lumière du Concile. « De même qu’elle a été résolument post-tridentine après le Concile de Trente – dit Arrupe –, ainsi la Compagnie doit être post-vaticane après Vatican II12. »

10Les changements introduits à la suite de la promulgation des 56 décrets conciliaires modifient la physionomie de l’institut, en rompant avec nombre de traditions, règles et pratiques dévotionnelles du passé pour donner naissance à un nouveau style de vie, tant personnel que communautaire, et en orientant la Compagnie vers de nouveaux champs d’action et d’apostolat. Mais surtout, la vitalité du charisme ignatien est adaptée aux nouveaux signes des temps à travers la redécouverte de la nouveauté et l’actualité du service de la Compagnie dans l’Église et dans le monde. Le mot qu’Arrupe utilise le plus fréquemment pour exprimer concrètement l’urgence de ce changement radical est reconversion, un terme emprunté au langage de l’économie et de l’industrie.

11La congrégation met fin à ce qu’on a appelé la « gérontocratie » de l’institut en modifiant le système électif dans les congrégations provinciales. Jusque là, et depuis 1594, étaient membres de droit des assemblées provinciales les 50 Pères profès des quatre vœux les plus âgés, une règle qui privait à la fois les jeunes et tous les religieux non profès, tels que les coadjuteurs spirituels ou les frères laïcs, de toute voix au chapitre dans les processus décisionnels de l’ordre. Désormais, les élus de la base pourront participer aux congrégations provinciales où un pourcentage fixe de 50 % de profès sera maintenu. Les compétences de la congrégation des procurateurs sont accrues. La vocation des frères coadjuteurs temporels engagés directement dans l’action apostolique est réévaluée, en disposant qu’ils recevront désormais une formation théologique et qu’ils auront accès aux charges de direction. Une autre innovation radicale porte sur les structures de gouvernement. Le généralat à vie est confirmé, la procédure canonique de démission du préposé général en cas de problèmes de santé est définie plus clairement du point de vue juridique. Les décrets sur l’apostolat social, sur le travail culturel et sur le travail auprès des jeunes apportent des changements significatifs. Enfin, les réformes portant sur les critères de la formation religieuse ne sont pas moins incisives. Les noviciats, scolasticats et théologats, situés pour la plupart en des lieux reculés et périphériques, sont transférés dans le centre des villes ou à proximité des universités. Sur le plan spirituel, la congrégation réaffirme le primat des Exercices spirituels, comme « école de prière » et patrimoine de l’institut, en marquant ainsi le retour à l’intuition originelle de saint Ignace concernant le caractère obligatoire de l’heure de prière. La priorité de vivre dans la pauvreté est réaffirmée. L’assemblée ne veut pas ou ne peut pas décider sur une autre question importante à l’ordre du jour : la suppression du « grade » de coadjuteur spirituel et l’attribution à tous de la profession solennelle, une question qui provoque une véritable bataille entre les délégués. Pour beaucoup d’entre eux, l’extension à tous du quatrième vœu va compromettre l’essence et la nature même de la Compagnie de Jésus, en altérant sa vocation originelle. Aucun accord n’ayant pu être trouvé après un examen approfondi du problème, il est décidé que le général nommera une commission d’experts pour en étudier toutes les implications, et que le soin de trancher sur cette question sera laissé à la prochaine congrégation générale.

12Le tournant imprimé par la trente et unième congrégation n’a pas été indolore. La Compagnie sort certes renouvelée de ce moment capitulaire décisif, mais aussi profondément déchirée en son sein, divisée en trois principaux groupes : deux minorités extrémistes se situant sur les deux versants opposés et un centre modéré majoritaire, mais profondément hétérogène. Ce ne sont pas seulement les décisions et les mesures prises par la congrégation qui divisent la Compagnie. Les Pères capitulaires sont arrivés à ce rendez-vous en ayant chacun sa sensibilité, ses expériences pastorales et apostoliques, son itinéraire spirituel et ascétique, son bagage théologique et culturel. On peut dire que deux Compagnies se confrontent dans la salle de la congrégation générale, en reproduisant de façon amplifiée le clivage vécu par l’Église universelle dans l’aula conciliaire. Pour beaucoup de jésuites, la trente et unième congrégation générale a dénaturé et altéré la vocation de l’institut, à tel point qu’une partie d’entre eux iront même jusqu’à envisager une scission, non sans quelques complicités dans les milieux de la Curie romaine, en vue de donner naissance à une nouvelle famille religieuse, celle de la Vera Compagnia, une perspective à laquelle Paul VI s’opposera résolument, malgré de fortes pressions.

Réforme ou refondation ?

  • 13 Giacomo Martina, Storia della Compagnia di Gesù in Italia (1814-1983), Brescia, Morcelliana, 2003, (...)

13Dans la Storia della Compagnia di Gesù in Italia, Giacomo Martina écrit que la trente et unième congrégation a donné naissance à une « Compagnie plus confiante, plus optimiste, plus ouverte aux nécessités des temps. Le jésuite du genre “grognard”, défenseur du passé, le typique confesseur des nobles, directeur des collèges et des congrégations de nobles, méfiant sinon même franchement hostile envers les revendications des pauvres, était destiné à disparaître. L’ordre s’ouvrait au nouveau climat créé par Vatican II, en considérant l’apostolat social comme faisant partie intégrante de sa mission13 ».

  • 14 Manuel Revuelta Gonzalez, « La Compania de Jesus Renovada (1965-2003) », dans Teofanes Egido (dir.) (...)

14En dépit des tâtonnements, des extrémismes et d’un certain nombre d’erreurs qui suscitent maintes préoccupations dans la hiérarchie ecclésiastique et au Saint-Siège, le renouvellement impulsé par le Concile, les décrets votés par la trente et unième congrégation et les réformes radicales introduites dans la vie et dans l’action apostolique de la Compagnie entre 1965 et 1974 ouvrent la voie à un changement radical dans la vie de l’institut, au point qu’on peut parler d’une véritable refondation. Telle qu’elle se présente au terme de cette phase historique complexe et tourmentée, la Compagnie de Jésus est un ordre profondément renouvelé dans ses structures, dans son action apostolique, dans son action sociale et culturelle, et aussi en un certain sens dans sa spiritualité. Aucun autre ordre religieux, aucune organisation catholique n’a connu dans la période postconciliaire une métamorphose aussi radicale et profonde que la Compagnie de Jésus, en sorte que nombre de spécialistes de son histoire, parmi lesquels Manuel Revuelta Gonzalez, Jean-Claude Dhôtel ou Jean Lacouture, voient dans cet important moment de sa vie un tournant décisif. Pour eux, l’élection d’Arrupe et le processus de réforme engagé par la trente et unième congrégation dessinent le profil d’une Compagnie « renouvelée », bien différente de la Compagnie « restaurée » en 1814, et beaucoup plus fidèle aux intuitions originelles de l’« ancienne » Compagnie de Jésus14.

  • 15 John W. O’Malley, Histoire des jésuites d’Ignace de Loyola à nos jours, Namur, Lessius, 2014.

15La trente et unième congrégation remet les aiguilles de la montre de la Compagnie à l’heure de l’Église et du monde contemporain en la projetant dans le sillage du grand renouvellement conciliaire. Paul VI, dans son allocution finale aux participants, parle d’une « nouvelle période de votre vie religieuse et militante ». Arrupe décrit les nouveautés introduites par la congrégation et par le Concile dans la vie de l’institut comme l’avènement d’un « nouveau début », l’aube d’une « nouvelle ère ». John W. O’Malley, dans sa récente reconstruction de l’histoire des jésuites, écrit que la Compagnie de Jésus a connu quatre fondations : la première est celle de 1540, quand les compagnons de Jésus se lient entre eux pour toujours dans un ordre religieux formellement reconnu par l’Église, passant d’un groupe d’amis à une organisation dans laquelle il existe des constitutions, des procédures, des supérieurs. La deuxième se situe vers 1550, quand Ignace de Loyola prend la décision cruciale de faire du ministère d’offrir une instruction solide aux jeunes une priorité pour la Compagnie. C’est une décision d’une importance considérable : l’idéal originel du groupe de missionnaires et de prédicateurs itinérants est corrigé de façon à y inclure aussi celui d’un groupe d’enseignants résidents. La troisième fondation, celle de 1814, rétablit à l’initiative du pape un ordre supprimé par le pape lui-même quarante et un ans plus tôt, en 1773. La quatrième est celle de la trente et unième congrégation générale de 1965- 1966, qui permet à l’institut de se régénérer dans les eaux du Concile pour devenir ainsi expression de Vatican II à l’aube du xxie siècle15.

16Le 13 mars 2013, les cardinaux ont élu le premier pape jésuite de l’histoire. Le choix de Jorge Mario Bergoglio, qui a surpris tout le monde, y compris les membres de la Compagnie eux-mêmes, aura inévitablement un impact direct sur la vie de cette famille religieuse en poussant les jésuites à ouvrir un nouveau chapitre de leur histoire.

Notes

1 Atlas Geographicus Societatis Iesu. Editio separata ex Annuario Societatis Iesu 1964-1965.

2 William V. Bangert, Storia della Compagnia di Gesù, Genova, Edizioni Marietti, 1990, p. 527.

3 Roberto Morozzo della Rocca, « I Religiosi », dans Marco Impagliazzo (dir.), La Nazione Cattolica. Chiesa e Società in Italia dal 1958 ad oggi, Milano, Guerini e Associati, 2004, p. 166.

4 Yves Congar, Le Concile de Vatican II, Paris, Beauchesne, 1984, p. 69.

5 Bartolomeo Sorge, Uscire dal tempio. Intervista autobiografica, Genova, Edizione Marietti, 1989, p. 35.

6 Jean Lacouture, I Gesuiti. Il ritorno (1773-1993), Casale Monferrato, Piemme, 1994, p. 533.

7 Riccardo Lombardi, Ai membri della Congregazione Generale XXXI della C.D.G., in Archivio storico del Movimento del Mondo Migliore.

8 Urbano Valero, « Arrupe Superiore Generale della 31 Congregazione Generale », dans Gianni La Bella (dir.), Pedro Arrupe. Un uomo per gli altri, Bologna, Il Mulino, 2007.

9 Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 1, Paris, Cerf, 2002.

10 Acta Romana Societatis Jesus (AR), 14 (1961-1966), 996-999.

11 Bartolomeo Sorge, « Pedro Arrupe », dans Diccionario Historico de la Compania de Jesus, Roma-Madrid, Universidad Pontificia Comillas, 2001, p. 1697.

12 Arrupe énumère les principaux changements qui caractérisent d’après lui la mutation en cours. Sur le plan idéologique, il cite l’athéisme, le marxisme, l’œcuménisme, les problèmes de justice sociale et internationale ; sur le plan culturel, la nouvelle anthropologie, l’évolution des sciences humaines, la nouvelle place de l’Occident ; sur le plan politique, l’unification européenne, l’entrée en scène de l’Afrique, le rôle de l’ONU. Voir Pedro Arrupe, Itinerario di un gesuita. Colloqui con Jean-Claude Dietsch, Roma, Edizioni Paoline, 1983, p. 33.

13 Giacomo Martina, Storia della Compagnia di Gesù in Italia (1814-1983), Brescia, Morcelliana, 2003, p. 368.

14 Manuel Revuelta Gonzalez, « La Compania de Jesus Renovada (1965-2003) », dans Teofanes Egido (dir.), Los Jesuitas en Espana y en el mundo hispanico, Madrid, Marcial Pons ediciones de Historia, 2004, p. 399-445.

15 John W. O’Malley, Histoire des jésuites d’Ignace de Loyola à nos jours, Namur, Lessius, 2014.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search