Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

L’affirmation de la personne comme sujet responsable chez les Petites Sœurs de l’Assomption au chapitre de 1964

Marie-Thérèse Desouche

Texte intégral

  • 1 Frédérique de Watrigant, Passionnés de Jésus-Christ. Étienne Pernet et Antoinette Fage, fondateurs (...)
  • 2 Élisabeth Barbe (1890-1979), maîtresse des novices en 1923, 2e assistante générale en 1933, 4e supé (...)
  • 3 Le coutumier concerne les observances qui règlent la vie ordinaire. Il est révisé à chaque chapitre (...)

1La congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption est fondée le 17 juillet 1865 par Étienne Pernet, Augustin de l’Assomption, et Antoinette Fage, Mère Marie de Jésus, dont le charisme est de procurer la gloire de Dieu en travaillant au salut des pauvres et des petits par une présence dans la famille en assurant les soins et les tâches ménagères pour suppléer à la mère malade1. Elle prend rapidement de l’ampleur et se développe avec une dimension internationale. Au moment du Concile Vatican II, il existe dix-sept provinces et trois vicairies et le nombre de Petites Sœurs s’élève à 2 561. Le 7 octobre 1964, Mère Marie Sainte-Élisabeth2, supérieure générale, envoie à toutes les Petites Sœurs une circulaire tenant lieu de promulgation des actes du chapitre, dans laquelle elle dit : « Ce qui disparaît matériellement de nos observances coutumières est, en réalité, compensé par une obligation intérieure et personnelle : celle de notre liberté, plus souvent mise devant un choix […]. Cette personnalisation de notre engagement est, semble-t-il, une idée majeure du chapitre, pour ne pas dire l’essentiel. » Le chapitre de 1964 a été un chapitre à dominante disciplinaire par la révision du coutumier3. La majorité des Petites Sœurs n’en a pas retenu l’importance. Le travail de ce chapitre consistait à revisiter les coutumes et les manières de vivre concrètes pénétrant l’ordinaire du quotidien. Faire passer les transformations de la vie religieuse à ce niveau était un pari risqué, mais nécessaire pour l’avenir. Le déroulement de la vie ordinaire est en effet le lieu privilégié des choix de la conscience, de la pratique de la liberté et de la mise en place de la responsabilité personnelle. C’était tout l’enjeu de ce chapitre, qui a trouvé dans les orientations du Concile Vatican II l’appel à revenir aux fondateurs et à leurs intuitions créatrices, ce qui a permis à la congrégation de relativiser certaines traditions coutumières qui l’empêchaient d’avancer. C’est à l’élucidation de cette lente genèse qu’est consacré cet article.

Un peu d’histoire sur la question de l’impersonnalité

La position du Père Pernet

  • 4 La notion de « personne », ici, signifie un sujet centré sur lui-même et cherchant son intérêt. Cel (...)
  • 5 Archives de la maison généralice des Petites Sœurs de l’Assomption [AG-PSA], Étienne Pernet, vol. V (...)
  • 6 Interview de Sœur Madeleine Rémond, archiviste, 6 novembre 2013.

2Dès l’origine de la fondation, le Père Pernet caractérise la posture de la Petite Sœur dans sa mission auprès des familles en précisant : « Dans l’ordre surnaturel, les personnalités doivent s’effacer, les questions de personne4 ne doivent pas compter, il n’y a qu’une seule personnalité qui ait droit de cité dans nos relations de vie intellectuelle et morale, celle de Notre Seigneur Jésus-Christ5. » Que voulait dire le Père Pernet ? Dans la congrégation, arrivaient des jeunes femmes de toute couche sociale. Or, vis-à-vis des familles ouvrières visitées, il ne fallait pas qu’il soit question de rang et de statut social. C’était une affaire de « discrétion » : ne pas encombrer les familles des affaires et des histoires personnelles, ne pas prêter l’oreille aux commentaires que le voisinage faisait sur les familles. Les Petites Sœurs ne faisaient pas non plus état de ces éléments dans la vie communautaire6. Les fondateurs donnaient un fondement spirituel à cette sagesse humaine : celle de s’effacer devant la personnalité de Jésus, qui habite dans la Petite Sœur.

Les supérieures de la congrégation

  • 7 La notion « d’impersonnalité » signifie « ne-pas-avoir-de-personnalité », au sens de « ne pas avoir (...)
  • 8 Interview de Sœur Madeleine Rémond, 6 novembre 2013.

3Les luttes anticléricales sont une des réalités de la deuxième moitié du xixe siècle en Europe et spécialement en France. La loi du 1er juillet 1901, votée sous le ministère de Waldeck-Rousseau, mise en application sous celui d’Émile Combes, entraîne beaucoup de congrégations à s’exiler hors de France. Les Pères de l’Assomption partent en mars 1900. La supérieure générale des Petites Sœurs de l’Assomption, Mère Marie du Saint-Sacrement, qui a pris le relais de Mère Marie de Jésus en 1883, choisit de ne pas se soumettre. Durant treize ans en France, les Petites Sœurs font face aux conséquences de cette décision : inventaires, perquisitions, expulsions, procès. Les sœurs continuent leurs activités. La supérieure générale donne l’ordre de ne jamais donner son nom de famille, en raison des sœurs venant d’autres pays qui n’auraient pas le droit de rester en France et seraient renvoyées dans leur pays d’origine. La notion d’impersonnalité7 s’en trouve de ce fait renforcée, au service de la discrétion des identités civiles. La supérieure générale suivante, Mère Marie Germaine de Jésus, supérieure générale à partir de 1922, va dans le sens d’une extension du terme. Même si les familles de certaines sœurs se connaissent, il ne faut pas faire de commentaire sur soi8. Des tensions naissent, récurrentes, d’autant plus qu’il peut y avoir des rigidités au niveau de telle ou telle fraternité. Les sœurs trouvent la règle contraignante. La question revient régulièrement dans les chapitres.

  • 9 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, Avis pour les supérieures, septembre 1955, n° 330, « Impersonn (...)

4Avec la nouvelle supérieure générale, Mère Marie Sainte-Élisabeth, élue au chapitre de 1946, le conseil général reprend la question et prépare, en 1955, un avis9, qui devient la référence de toutes les réflexions par la suite. Il a pour titre « Impersonnalité et fusion en communauté ». Il commence par affirmer que « l’impersonnalité est un point de la règle bien précis, presque un cachet original de la congrégation ». Pourtant, il existe des problèmes. Les jeunes sœurs, formées aux méthodes de l’Action catholique, aiment les échanges d’idées qui les font progresser. Certaines sœurs plus anciennes pensent que l’extériorisation de ses pensées porte atteinte à l’impersonnalité et la supérieure peut les soutenir. L’avis voit trois écueils à ce type de relations : la rigidité, la stérilité et l’indifférence.

5L’avis développe la « nature véritable de l’impersonnalité », en revenant à la source des fondateurs. L’ascèse à laquelle le Père Pernet appelle les Petites Sœurs est une « ascèse du renoncement » – « l’oubli de l’identité civile » – pour laisser s’épanouir « sa personnalité vraie » en développant ses possibilités. L’avis proscrit les « propos banals et les échos de gazettes », il encourage les échanges de vues, par l’expression de sa pensée, sur des lectures, des conférences, des événements. Il traite ensuite du « sens profond de l’impersonnalité », la posture du dépouillement de soi par le don de sa vie à Dieu, précisées par trois facettes : celle de la vie religieuse (entrer dans la vie de foi) ; celle de la vie communautaire (pratiquer la charité fraternelle) ; celle de la vie missionnaire (servir le Maître de la moisson qui a montré le chemin). Un tel choix spirituel développe la liberté intérieure et permet le « cachet de réserve et de discrétion » sur lequel insistaient les fondateurs. Dans la conclusion, l’avis revient sur les domaines qui restent proscrits dans les échanges, la famille, la santé, le passé. Les fruits attendus de cette conversion sont l’enrichissement de toutes, la création d’une atmosphère cordiale, la perception de la hiérarchie des valeurs, le courant de vie qui ouvre à la joie. Mère Marie Sainte-Élisabeth reprendra le thème plusieurs fois, dans ses « mots d’ordre » de 1958, 1962 et 1963.

Les évolutions de l’identité civile et professionnelle

6Le droit de vote est donné aux femmes par une ordonnance du 21 avril 1944 du général de Gaulle à Alger. La constitution du 27 octobre 1946 comporte dans son préambule les principes fondamentaux de la République, dont celui de l’égalité entre l’homme et la femme du point de vue du droit. Parallèlement, la Sécurité Sociale se met en place à partir de 1946, par la mise en œuvre des grands principes de la solidarité définis depuis le début du XXe siècle. De ce fait, toute femme reçoit une identité personnelle civile et administrative, qui la fait exister comme individu aux yeux de la société. Les Petites Sœurs sont partie prenante de cette évolution qui les concerne, en particulier en France.

  • 10 AG-PSA, « Histoire de la congrégation à travers les chapitres généraux », session des 25 ans, 1996, (...)

7La congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption a une tradition de formation professionnelle de ses membres depuis l’origine. Les travailleuses familiales se formaient dans une école interne à la congrégation, dont les enseignantes étaient des sœurs ayant enseigné dans des écoles ménagères. Les infirmières faisaient des stages dans les hôpitaux pour apprendre à faire les soins et à pratiquer l’hygiène de protection contre les maladies transmissibles. Les communautés organisaient des sortes de services sociaux privés. Dès la création des diplômes d’État, la congrégation choisit de demander aux sœurs de les acquérir. Il est possible de suivre les chapitres d’affaires sur ce point10. L’Église de France invite à rentrer dans ce processus et, sur le terrain, il devient impossible de faire autrement, en raison de l’organisation du travail. Toute cette évolution provoque la prise au sérieux de la formation civile, l’entrée dans les normes civiles, la naissance d’une identité professionnelle faite d’un diplôme et de pratiques communes dans des équipes plurielles sur le terrain.

Les préparations du chapitre de 1964

8Le chapitre général de 1964, dixième chapitre général d’affaires, a lieu du 23 août au 17 septembre. Il a pour thème « À la recherche d’un peu de clarté », qui en indique l’orientation. La congrégation cherche son chemin au cœur des évolutions et dans la dynamique du Concile Vatican II qui a commencé le 11 octobre 1962 et ouvre sa troisième session le 14 septembre. Le choix du thème dévoile les incertitudes et les tensions qui règnent en particulier sur la question des observances, dont l’impersonnalité. Le chapitre se compose de 69 membres, 30 de droit (la supérieure générale et son conseil, l’économe générale, les déléguées officielles des provinces et des vicairies), 39 déléguées et plusieurs sœurs appelées à être auditrices, un fait nouveau pour permettre une meilleure représentation. La préparation, commencée dès 1963, a été le fait de toute la congrégation, dans un grand mouvement participatif.

Le projet et la rédaction du questionnaire

  • 11 Archives du Canada des Petites Sœurs de l’Assomption [AC-PSA], dossier Mgr Léger, 1961. L’idée vien (...)
  • 12 AG-PSA, Boîte 17, 1 G n° 10, 1964.
  • 13 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

9Un questionnaire individuel à remplir par chaque Petite Sœur est décidé par la supérieure générale et son conseil afin d’obtenir une « information élargie11 ». Il est organisé autour de cinq points : la pratique des vœux (pauvreté, obéissance, chasteté) ; la prière, fondement de la vie intérieure ; les observances touchant aux manières de se comporter ; la vie commune ; la formation continue. Il est rédigé probablement par une commission de Petites Sœurs assistantes sociales qui ont dans leur formation des cours de sociologie, dont une partie sur les enquêtes. Elles travaillent en lien avec le conseil12. Les questions, simples, sont fermées, semi-ouvertes ou ouvertes. La supérieure générale explicite les raisons de ce choix : « Le nombre de réponses sera de l’ordre de 100 000 ! Pour que le dépouillement soit possible, il a fallu proposer des questions limitées, à réponses simples ; mais elles ont été choisies de telle façon que leur ensemble sera très significatif. Sous leur apparence modeste, elles touchent à des choses graves.13 »

  • 14 AG-PSA, Boîte 51/23, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

10La question sur l’impersonnalité est la trente-septième : « L’impersonnalité a été voulue par nos fondateurs. Actuellement vous paraît-elle : Vécue dans leur esprit ? Vécue de façon trop stricte ? Vous apparaît-elle comme une force en communauté, une force à la mission, une sauvegarde de votre liberté intérieure, une gêne ou une facilité dans les rapports fraternels, etc14 ? » Cette question intègre les éléments de l’avis de 1955, elle comporte une question fermée et une question semi-ouverte, permettant aux sœurs d’exprimer leur pensée personnelle.

L’envoi du questionnaire

  • 15 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

11Mère Marie Sainte-Élisabeth envoie le questionnaire à tous les membres, elle ajoute deux lettres, une à toutes les Petites Sœurs et une aux supérieures de communauté. Dans la première15, elle explique les raisons du questionnaire (connaître la façon de penser de chaque membre sur des points essentiels). Elle indique comment répondre au questionnaire. Elle présente l’esprit dans lequel les Petites Sœurs sont invitées à agir. Chaque sœur est responsable devant la congrégation, les sœurs, la mission de l’Église, elle est appelée à réfléchir devant Dieu, à répondre personnellement, de façon anonyme, à n’en parler à personne, ni aux autres sœurs, ni à la supérieure, l’anonymat étant garanti. Ainsi, Mère Marie Sainte-Élisabeth fait appel à la conscience de chaque membre, sanctuaire de sa liberté de choix et de sa réflexion. Dans la lettre aux supérieures de communautés, Mère Marie Sainte-Élisabeth donne le sens du questionnaire, inspiré de l’esprit de dialogue du Concile Vatican II que développera l’encyclique Ecclesiam Suam de Paul VI (6 août 1964) : « Il semble de plus en plus désirable d’associer les sœurs à la vie de la congrégation et à ses problèmes ; pour cela, il est nécessaire non seulement de les informer, mais aussi d’être informées par elles, dans un dialogue confiant. C’est pour instaurer ce dialogue que nous avons pensé, avant le chapitre, faire cette enquête-questionnaire auprès de chaque Petite Sœur. » La supérieure générale insiste sur le fait qu’il est nécessaire de donner à toutes de s’exprimer. Elle précise la façon dont les supérieures doivent remettre le questionnaire aux sœurs et leur donner le temps nécessaire pour le remplir.

Le dépouillement et la synthèse du questionnaire

  • 16 AG-PSA, Boîte 51/22, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 mars 1964.
  • 17 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 3 juin 1964, feuillet imprimé en deux recto-verso (...)
  • 18 Une autre demande est faite aux Petites Sœurs, celle d’avoir trois échanges en communauté. Aucun ne (...)

12Le questionnaire est dépouillé durant les mois de février à juin 1964. La commission des assistantes sociales travaille sous la houlette de Sœur Marie Humberte, archiviste de la congrégation depuis 1952 et proche collaboratrice de Mère Marie Sainte-Élisabeth. Les résultats sont connus peu à peu. Un courrier est envoyé aux provinciales, le 28 mars 1964, pour donner quelques axes principaux. Sur la question des observances, il est indiqué seulement qu’« un large éventail d’adaptations est proposé, dans le sens du nouveau coutumier16 ». Un feuillet est ensuite adressé à toutes les sœurs le 3 juin 196417. Il a pour titre « Quelques remarques à méditer en se regardant soi-même ». Mère Marie Sainte-Élisabeth donne un résultat général positif : « La majorité d’entre vous (80 %) estime que la vie communautaire représente beaucoup plus qu’une aide matérielle ou un mode de vie, mais un réel soutien spirituel. » Elle continue : « Ceci amène à penser que vous aimerez savoir les points sur lesquels les difficultés semblent se cristalliser, pour être à même de faire l’effort voulu. » Elle présente quatre aspects, dont le premier, l’attitude individualiste en communauté, nous intéresse pour le sujet de l’impersonnalité. L’enquête relève que « l’imper-sonnalité mal comprise crée cette atmosphère distante et indifférente », ce qui signifie que les sœurs vivent « les unes à côté des autres », que « les échanges sont difficiles entre soi », qu’il y a une « prédominance du moi sur le nous ». L’attitude individualiste est en relation avec « l’écueil d’indifférence », ce qui conduit à la méconnaissance des autres », évoqué dans l’avis de 195518.

Les chapitres provinciaux

  • 19 AG-PSA, Boîte 17, dossier de préparation du chapitre général – travail personnel.
  • 20 C’est une documentation qui provient de treize provinces et trois vicairies (province mère ; Paris  (...)

13Sept schémas sont présentés aux chapitres provinciaux pour étude, qui seront les mêmes au chapitre général : l’esprit des fondateurs ; le gouvernement ; la vie religieuse ; notre apostolat aujourd’hui ; la congrégation dans son ensemble spirituel et apostolique ; vie de communauté ; formation religieuse et humaine. Le thème de l’impersonnalité apparaît dans le schéma III sur la vie religieuse. Les remontées du travail des chapitres provinciaux sur ce thème ont été mises à part par la supérieure générale et son conseil19. Tous les chapitres provinciaux20 ont pris comme document de référence l’avis de 1955, tous reviennent au sens spirituel de l’impersonnalité selon les fondateurs, tous relèvent les difficultés et donnent des suggestions pour l’avenir, même si des différences existent selon les origines géographiques.

Le travail de la supérieure générale et de son conseil

  • 21 AG-PSA, Boîte 17, « L’institution religieuse dans l’Église à l’heure du Concile », conférence du Pè (...)
  • 22 Louis Bouyer, Humain ou chrétien ?, Paris, Desclée, 1958 ; Louis Rétif, Le prêtre, personne ou pers (...)

14La supérieure générale et son conseil suivent des conférences sur le Concile, en particulier avec des jésuites qu’elles connaissent par l’action sociale. Cela leur permet d’entrer dans les fondements personnalistes de la théologie du Concile21. Elles lisent des ouvrages qui les font réfléchir sur la notion de l’impersonnalité, en particulier ceux du Père Louis Bouyer ou ceux de Louis Rétif22.

Le déroulement du chapitre de 1964

Le rapport d’ensemble sur la Congrégation

  • 23 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, chapitre général, rapport d’ensemble sur la congrégation, 23 a (...)
  • 24 AG-PSA, « Le Pain de chez nous », année 1964, 2 septembre, communiqué n° 3, p. 137-139.
  • 25 Élisabeth Jeannine Lacelle, Au pays de la mémoire, la foi. Élisabeth Barbe, Mère Marie Sainte-Élisa (...)

15Le rapport d’ensemble sur la congrégation23 est présenté par la supérieure générale le 23 août 1964, à l’ouverture du chapitre24. La question de l’impersonnalité est traitée dans la deuxième partie sur « Le spirituel », c’est une mise au point. La supérieure générale précise que « le développement des réflexions sur la question de l’impersonnalité s’étend un peu parce qu’elle est importante25 ». Le centre de son propos concerne « le mot [d’impersonnalité qui] n’apparaît ni dans les Conférences ni dans le directoire. On peut donc se demander quelle est son origine et sa signification pour nous ». Elle précise que « nulle part, semble-t-il, [Notre Vénéré Père] ne commente de façon précise la notion d’impersonnalité dans les rapports entre les sœurs, sinon par une phrase du directoire recommandant, dans les récréations, de ne pas être trop de son village ». Mère Marie Sainte-Élisabeth s’appuie sur les études faites par Sœur Marie Humberte pour annoncer que le terme d’impersonnalité ne date pas de la fondation. C’est une affirmation de grande ampleur dont les conséquences seront importantes. Elle développe les éléments que l’on trouve chez les fondateurs. Le Père Pernet demandait aux Petites Sœurs « la discrétion » dans leur travail apostolique, il se plaçait dans l’ordre de « la vie professionnelle ». En ce qui concerne les relations entre sœurs, il recommandait « d’éviter les bavardages », « les prises de position sur les familles », « les racontars », « les potins ». Elle ajoute « qu’il s’agissait beaucoup moins de ne pas savoir que de ne pas faire état, dans le courant de la vie ».

  • 26 AG-PSA, Étienne Pernet, conférence du 23 mars 1893.
  • 27 Elle reprend une affirmation de la constitution Lumen Gentium bientôt votée (21 novembre 1964), mai (...)
  • 28 L’expression « culte de la personnalité » indique un changement, puisque les textes fondateurs parl (...)

16Elle met ensuite en lumière l’attitude intérieure, l’oubli de soi. Le Père Pernet invitait les Petites Sœurs à « sortir de leur personnalité », ce qu’elle explicite par « sortir de soi ». Il s’agit de « devenir d’autres Christ et de voir Jésus-Christ dans les autres26 ». Elle précise les valeurs spirituelles qui lui sont liées : l’unité de toutes dans le Christ (« nous sommes toutes baptisées, nous avons entendu le même appel à une même vie et avons une même vocation27 »), le dépouillement de la vie de l’apôtre, l’humilité, le Père Pernet « mettant en garde les Petites Sœurs contre le culte de la personnalité, cette idole toujours renaissante ». Les Petites Sœurs sont « des servantes du dernier des pauvres28 ». Elle termine en invitant les capitulantes à « faire un retour sur les valeurs primordiales », en particulier dans la formation, pour éduquer à la discrétion dans la vie communautaire et la vie apostolique. Elle demande de reconsidérer le terme d’impersonnalité pour voir s’il faut le garder ou en changer.

Le travail des commissions

  • 29 Les membres de cette commission sont : Mère Marie Hélène de la Trinité (présidente), Mère Marie Thé (...)
  • 30 AG-PSA, Documents annexes, dixième chapitre général d’affaires, 1964. Le texte sur l’impersonnalité (...)

17Le chapitre ouvre alors ses travaux. Les capitulantes sont réparties en commissions pour travailler les schémas, les mêmes qu’aux chapitres provinciaux. La commission 3 a en charge la préparation du rapport sur l’imperson-nalité29. Les membres ont des documents à travailler : le coutumier (chapitre 3, 8 et 16), les actes du chapitre de 1958 (36 et 43 à 48), les vœux des chapitres provinciaux, les suggestions des supérieures et des sœurs, la synthèse du questionnaire sur les observances. Leur mandat consiste à revenir à l’esprit des fondateurs. La commission élabore un document, débattu et amendé en assemblée le 7 septembre, qui trouve place dans les documents annexes accompagnant les actes du chapitre30.

Les décisions du chapitre

Le texte sur l’impersonnalité dans les documents annexes

18La commission 3 s’est beaucoup servie du rapport d’ensemble sur la congrégation de Mère Marie Sainte-Élisabeth. Le texte traite de l’origine du terme d’impersonnalité et de sa signification et note qu’on ne le trouve pas dans les écrits des fondateurs. La troisième partie est nouvelle. Elle introduit un changement majeur, celui de donner une définition de l’impersonnalité qui conduira à la suppression du terme dans le coutumier : « Ce que nous appelons “impersonnalité” pourrait peut-être se définir : effacement devant la Personne du Christ, expression d’une simplicité discrète et joyeuse, qui unit toutes les Petites Sœurs depuis leur appel. » Seul le Christ est « Personne » au sens fort du terme, sujet libre d’une identité divine éternelle. Cet effacement est explicité comme « fidélité au Christ », dépouillement personnel, dépossession de soi. C’est une démarche de conversion dans la foi, dans laquelle chaque Petite Sœur est invitée à faire mémoire de la promesse de l’Évangile, « perdre sa vie, c’est la trouver ». Le texte ajoute : « Nous n’avons pas à perdre “notre personnalité” au sens où un regard rapide pourrait le laisser croire, mais bien à la trouver, telle qu’elle est pour nous, prévue de toute éternité, et telle qu’elle s’achèvera dans le Christ. » Que veut dire « trouver sa personnalité » ? Il s’agit de « revêtir l’homme nouveau », de se laisser habiter par le Christ, de se laisser conduire vers son identité profonde par un Autre qui est la source de l’existence personnelle.

Les changements dans le coutumier

19Dans l’introduction du nouveau coutumier, Mère Marie Sainte-Élisabeth fait référence à la requête du Concile, « se purifier, être plus consciente de la responsabilité de vivre selon l’Évangile ». Tout le chapitre s’est placé sous le Concile en train de se vivre et essaie de mettre déjà en œuvre ses orientations, avec un sens profond de l’Église. Pour caractériser la refonte du coutumier, la supérieure générale fait référence au mouvement de personnalisation engagé par le chapitre qui appelle l’engagement personnel de toute Petite Sœur, dans le secret de sa conscience. En conséquence, le coutumier a été « allégé » et « assoupli », pour une plus grande « intériorisation ». Le terme d’impersonnalité disparaît. La mention des fondateurs est explicite et la posture de la Petite Sœur est présentée avec le terme traditionnel de « discrétion » choisi par les fondateurs, attitude faite de charité discrète, de respect de ceux et celles qui sont servis.

Les chantiers ouverts et les recherches à faire

  • 31 AG-PSA, Actes du chapitre de 1964, p. 15.
  • 32 Ibid., p. 19-20.
  • 33 Paul Félix, « De quelques problèmes d’adaptation propres aux religieuses », dans Jean-Marie R. Till (...)

20Deux commissions sont créées, qui participent du changement. Dans le chapitre « Vie apostolique31» est décidée la création d’une commission de recherche apostolique pour étudier les conditions de la mission dans les différentes provinces. Des échanges auront lieu entre les provinces et avec la supérieure générale et son conseil dans la coresponsabilité et la subsidiarité. Dans le chapitre « Formation religieuse et humaine32» est décidée la création d’une commission afin de coordonner la formation dans toute la congrégation. Un des enjeux est d’étudier comment développer la dimension personnelle de chaque Petite Sœur et participer à la formation de sa conscience33.

  • 34 Michèle Barrot, « En présence des défis du monde, la vie religieuse », dans Claude Viard et al. (di (...)
  • 35 « D’après Sœur Marie Humberte, la congrégation s’est mise “en quelque sorte en état d’adaptation” l (...)
  • 36 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, Mot d’ordre de 1963.
  • 37 A.-M. Perreault, « La doctrine du décret sur la chasteté », dans Jean-Marie R. Tillard, Yves Congar(...)

21Le chapitre de 1964 peut être considéré comme la première étape de l’aggiornamento conciliaire34. Il s’enracine dans une évolution de la congrégation depuis le début du gouvernement de Mère Marie Sainte-Élisabeth, en 194635. Il témoigne de plusieurs changements. Il existe une meilleure compréhension de la notion de « personne » définie comme « sujet libre d’une destinée éternelle36», dans la mouvance des courants personnalistes37. Les supérieures ont eu la sagesse d’écouter les tensions autour de l’impersonnalité, de laisser s’exprimer les Petites Sœurs, les provinces et les vicairies, de formaliser les difficultés dans les rapports et les textes d’orientation, d’instaurer un véritable dialogue en réciprocité. Un travail scientifique de retour aux textes des fondateurs, réalisé par Sœur Marie Humberte, a permis d’élucider l’origine du terme « impersonnalité ». Une plus grande liberté a été donnée aux personnes dans l’appel à un engagement religieux plus responsable. La congrégation est entrée dans une compréhension profonde et spirituelle de la démarche du Concile Vatican II et dans ses orientations. Dans la lettre que Mère Marie Sainte-Élisabeth envoyait aux supérieures de communauté à propos du questionnaire personnel, elle donnait le sens de cette proposition : « Faire réfléchir les sœurs sur leurs propres responsabilités et les ouvrir à une conception plus personnelle de la vie religieuse, qui seule permettra à la congrégation d’évoluer sans heurts. » Le chemin parcouru au chapitre de 1964 montre comment ce choix de la personnalisation et les moyens pris pour le mettre en œuvre relève d’une vue prospective et d’une sagesse de gouvernement qui ont porté beaucoup de fruits et ouvrent résolument la possibilité d’un avenir.

Notes

1 Frédérique de Watrigant, Passionnés de Jésus-Christ. Étienne Pernet et Antoinette Fage, fondateurs des Petites Sœurs de l’Assomption, Paris, DDB, 2013, p. 159-219 ; Raymond Courcy, La Passion du Règne de Dieu. L’adaptation permanente du charisme des Petites Sœurs de l’Assomption, Paris, Cerf, 1997, p. 81-125.

2 Élisabeth Barbe (1890-1979), maîtresse des novices en 1923, 2e assistante générale en 1933, 4e supérieure générale élue au chapitre de 1946, réélue en 1952, 1958, 1964.

3 Le coutumier concerne les observances qui règlent la vie ordinaire. Il est révisé à chaque chapitre général. Le chapitre de 1964 révise le coutumier élaboré au chapitre de 1952, qui n’avait pas été travaillé au chapitre de 1958.

4 La notion de « personne », ici, signifie un sujet centré sur lui-même et cherchant son intérêt. Celle de « personnalité » signifie un sujet ouvert sur l’autre, qui trouve son modèle et sa source dans la façon dont Jésus-Christ a vécu sa vie d’homme, ouvert à son Père et ouvert aux hommes et aux femmes de son temps. Le sens de ces concepts évoluera jusqu’au Concile Vatican II.

5 Archives de la maison généralice des Petites Sœurs de l’Assomption [AG-PSA], Étienne Pernet, vol. V, 23, 3, 94.

6 Interview de Sœur Madeleine Rémond, archiviste, 6 novembre 2013.

7 La notion « d’impersonnalité » signifie « ne-pas-avoir-de-personnalité », au sens de « ne pas avoir d’identité civile et politique », puis de « ne pas avoir d’identité individuelle, morale, religieuse et spirituelle ».

8 Interview de Sœur Madeleine Rémond, 6 novembre 2013.

9 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, Avis pour les supérieures, septembre 1955, n° 330, « Impersonnalité et fusion en communauté », p. 9-12.

10 AG-PSA, « Histoire de la congrégation à travers les chapitres généraux », session des 25 ans, 1996, tiré à part, p. 2-16.

11 Archives du Canada des Petites Sœurs de l’Assomption [AC-PSA], dossier Mgr Léger, 1961. L’idée vient de la province du Canada. L’archevêque de Montréal, Mgr Léger, pour préparer ses interventions au Concile, lance un questionnaire auprès de ses prêtres en octobre 1961 et ouvre la consultation aux communautés religieuses. Les Petites Sœurs canadiennes envoient l’information à Mère Marie Sainte-Élisabeth, ADP, Boîte 3K3/30/PSA. Les Petites Sœurs ont aussi été conseillées par l’abbé Pierre Giraud, prêtre du diocèse de Paris, aumônier régional de l’Union nationale des congrégations d’action hospitalière et sociale. Voir le compte rendu de la session des supérieures de France, du 22 au 26 novembre 1965, organisée par le Père Giraud et Mère Marie Saint-Philippe, assistante de Mère Marie Sainte-Élisabeth, qui faisait appel à un sociologue, M. Alliod, professeur à l’Institut catholique de Paris.

12 AG-PSA, Boîte 17, 1 G n° 10, 1964.

13 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

14 AG-PSA, Boîte 51/23, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

15 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 janvier 1964.

16 AG-PSA, Boîte 51/22, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 28 mars 1964.

17 AG-PSA, Boîte 51/24, Mère Marie Sainte-Élisabeth, 3 juin 1964, feuillet imprimé en deux recto-verso, « Quelques remarques à méditer en se regardant soi-même ».

18 Une autre demande est faite aux Petites Sœurs, celle d’avoir trois échanges en communauté. Aucun ne porte sur le sujet de l’impersonnalité.

19 AG-PSA, Boîte 17, dossier de préparation du chapitre général – travail personnel.

20 C’est une documentation qui provient de treize provinces et trois vicairies (province mère ; Paris ; Lille ; Lyon ; Nîmes ; Tours ; Canada ; Espagne ; Italie ; Portugal ; Afrique ; États-Unis ; Amérique du Sud ; Brésil ; Pérou ; Nouvelle-Zélande).

21 AG-PSA, Boîte 17, « L’institution religieuse dans l’Église à l’heure du Concile », conférence du Père Rogé, sj, à Lille, le 20 octobre 1963. « Les caractéristiques du Concile », conférence du Père Venard, sj, à Grenelle, le 19 juin 1964. « Vie religieuse et modernisation », conférence du Père Rodolphe, à Grenelle, le 27 juin 1964.

22 Louis Bouyer, Humain ou chrétien ?, Paris, Desclée, 1958 ; Louis Rétif, Le prêtre, personne ou personnage, Bruxelles, Éditions Foyer Notre-Dame et Œuvre des Tracts, 1967.

23 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, chapitre général, rapport d’ensemble sur la congrégation, 23 août 1964.

24 AG-PSA, « Le Pain de chez nous », année 1964, 2 septembre, communiqué n° 3, p. 137-139.

25 Élisabeth Jeannine Lacelle, Au pays de la mémoire, la foi. Élisabeth Barbe, Mère Marie Sainte-Élisabeth, psa, 1890-1979, quatrième supérieure générale des Petites Sœurs de l’Assomption, Paris, Archives de la congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption, 2005, p. 47- 56.

26 AG-PSA, Étienne Pernet, conférence du 23 mars 1893.

27 Elle reprend une affirmation de la constitution Lumen Gentium bientôt votée (21 novembre 1964), mais dont les nouveautés étaient connues (§32).

28 L’expression « culte de la personnalité » indique un changement, puisque les textes fondateurs parlaient d’un « culte de la personne ». Les significations des concepts de « personne » et de « personnalité » se sont inversées.

29 Les membres de cette commission sont : Mère Marie Hélène de la Trinité (présidente), Mère Marie Thérèse Adeline (1ère secrétaire), Mère Marie Françoise de la Visitation (2e secrétaire), Mère Marie Rose du Calvaire, Mère Marie Joseph de la Miséricorde, Mère Marie Peter Damian, Mère Marie Bernard Emmanuel, Mère Robert Marie.

30 AG-PSA, Documents annexes, dixième chapitre général d’affaires, 1964. Le texte sur l’impersonnalité éclaire les décisions prises par rapport à l’impersonnalité, en donne l’esprit et la manière dont les articles doivent être appliqués.

31 AG-PSA, Actes du chapitre de 1964, p. 15.

32 Ibid., p. 19-20.

33 Paul Félix, « De quelques problèmes d’adaptation propres aux religieuses », dans Jean-Marie R. Tillard, Yves Congar (dir.), L’Adaptation et la rénovation de la vie religieuse, Paris, Cerf, 1967, p. 492-501

34 Michèle Barrot, « En présence des défis du monde, la vie religieuse », dans Claude Viard et al. (dir.), Vie religieuse, communauté et mission, Paris, Média Sèvres, 1988, p. 33-37 ; Raymond Courcy, La Passion…, p. 127-160.

35 « D’après Sœur Marie Humberte, la congrégation s’est mise “en quelque sorte en état d’adaptation” lors de son septième chapitre général en 1946, sous la direction de la nouvelle supérieure générale, Mère Marie Sainte-Élisabeth. Celle-ci définissait alors cette attitude : “Pour réaliser son œuvre, le Père Pernet s’est adapté à son temps. Pour continuer à réaliser cette même œuvre, nous devons nous adapter au nôtre. Il n’y a rien à changer dans l’inspiration première du fondateur, il importe seulement d’en saisir à fond le principe vital et de l’adapter avec prudence mais décision au climat de l’époque” », Élisabeth Jeannine Lacelle, Élisabeth Barbe…, p. 252.

36 AG-PSA, Mère Marie Sainte-Élisabeth, Mot d’ordre de 1963.

37 A.-M. Perreault, « La doctrine du décret sur la chasteté », dans Jean-Marie R. Tillard, Yves Congar (dir.), L’Adaptation…, p. 396-406.

Auteur

Institut catholique de Toulouse

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search