Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

Le prieur général Giabbani et les débuts de la réforme de la Congrégation des moines ermites camaldules (1951-1963)

Roberto Fornaciari

Texte intégral

1 La présente communication met en relief comment, durant la période qui précéda immédiatement la convocation du Concile Vatican II, la Congrégation des moines ermites camaldules fut traversée par un vif débat sur sa nature charismatique, et donc sur sa mission ecclésiale. Particulièrement durant les années du priorat de Don Anselmo Giabbani (1951-1963) mûrirent une série d’instances de renouvellement qui, depuis quelques années déjà, tourmentaient les Camaldules. Ces instances étaient désormais soutenues par le Saint-Siège qui, précédemment, avait contraint les religieux à s’exprimer selon la seule manière d’être qui compose le charisme singulier de l’ordre : celui de l’érémitisme.

La douloureuse fusion de 1935

  • 1 Roberto Fornaciari, « I Monaci cenobiti camaldolesi tra soppressioni civili ed ecclesiastiche », da (...)

2Il convient de préciser que la double identité érémitique et cénobitique du monachisme bénédictin camaldule existe de manière constante depuis le début de ce mouvement monastique au xie siècle et que, durant l’histoire, elle a toujours été à l’origine de problèmes et de divisions institutionnelles. Après plusieurs siècles durant lesquels les deux composantes avaient vécu séparément et parallèlement leurs vicissitudes, en 1935, par la volonté du Saint-Siège, avec la constitution apostolique Inter religiosos coetus, naît la Congrégation des moines ermites camaldules de l’ordre de Saint-Benoȋt, avec la fusion forcée de la Congrégation cénobitique camaldule et de la Congrégation des ermites camaldules de Toscane. Avec cette union prenait fin une longue période d’observation des trois congrégations qui composaient l’ordre camaldule et d’interventions romaines, par le biais de visites apostoliques tendant à les porter à une observance érémitique aussi unitaire que possible1. Cette opération, confiée au cardinal Raffaello Carlo Rossi, ocd, et conduite par l’abbé Emanuele Caronti, osb, introduisait dans la petite congrégation du Sacré Ermitage de Camaldoli (Arezzo) un élément de type cénobitique difficile à assimiler, notamment en raison de la contrainte subie.

3Dans la congrégation toscane, il y avait déjà eu, quelques années auparavant, une tentative d’ouverture avec une fondation brésilienne (1899), fermée ensuite pour éviter l’introduction de formes qui n’étaient plus strictement érémitiques (1923-1926), en raison des divergences que cette expérience avait provoquées dans l’ermitage du Casentino et de leur écho auprès de l’abbé Ildefonso Schuster, chargé par le Saint-Siège de suivre l’évolution des congrégations camaldules et de vérifier la faisabilité du projet d’unification. En effet, à cȏté des deux déjà citées, la Congrégation des ermites camaldules de Monte Corona poursuivait une vie calme. La fermeture forcée des maisons de la fondation brésilienne produisit une blessure à l’intérieur de la communauté qui ne fut pas facilement guérie, mais qui conduisit quelques-uns à la nécessité d’approfondir le charisme monastique camaldule par un retour à l’étude des sources.

  • 2 Voir le discours du cardinal Camillo Laurenti à Don Parisio Ciampelli, procurateur des Ermites de T (...)

4En dépit de ce désir, durant les années qui suivirent la fusion de 1935, l’abbé Caronti et le cardinal Rossi confirmèrent à plusieurs reprises le caractère strictement érémitique de la nouvelle congrégation. Cette lecture anhistorique du charisme est celle que l’on entrevoit dans les interventions des préfets de la Congrégation des religieux dans les premières décennies du xxe siècle2. Mais diverses procédures internes ont conduit à la progressive réappropriation de la dimension cénobitique, élément présent et majoritaire dans le monachisme camaldule depuis ses débuts. C’est l’époque où Mgr Giovanni Battista Montini et le Père Mariano Cordovani, op, ont commencé à fréquenter la maison d’hȏtes des Camaldules avec les diplômés catholiques et les étudiants de la FUCI et se sont liés d’amitié avec Anselmo Giabbani, le maȋtre des jeunes moines.

  • 3 Actes du chapitre général 1945, session VII, 12 septembre : « L’esprit de notre congrégation est co (...)
  • 4 Voir Camaldolesi. Le figure più espressive dell’Ordine viste da S. Pier Damiano, Dante, Petrarca, e (...)

5À partir de 1941 débuta une lente mais irrésistible évolution qui porta à abattre la construction Caronti-Rossi de 1935-1941. Durant le chapitre général de 1945, on pouvait déjà voir la sensibilité à une tradition bénédictine-camaldule plus étendue que celle à laquelle on faisait habituellement référence et l’étude en fut ordonnée3. La démarche était en fait déjà amorcée et désormais s’affirmaient l’importance et la nécessité de la poursuivre4. La Diète ordinaire de mai 1948 présente une série de résolutions qui allaient toucher les principes fixés en 1935 ou créer les prémices pour qu’ils puissent être modifiés plus tard. Vingt ans après la fermeture des maisons brésiliennes du Rio Grande do Sul, on évoque le projet d’une nouvelle fondation latino-américaine, qui aurait débuté avec une structure paroissiale et se serait transformée ensuite en monastère, tout en donnant naissance, en temps voulu, à un ermitage. Il est évident que parler du Brésil, alors que les derniers moines rapatriés de force étaient encore vivants, ne pouvait que relancer les aspirations qui allaient dans une direction bien opposée à celle de l’ermitage camaldule traditionnel.

6Les actes de la Diète de 1948 contiennent aussi les éléments d’une réponse envoyée à la Congrégation des religieux, texte réservé aux seuls pères du chapitre en raison du caractère délicat des thèmes traités. La distance de la constitution Inter religiosos coetos et de la circulaire interprétative de Caronti était plus que jamais soulignée. Le congrès tenu du 16 au 18 septembre 1948 sur la culture, l’histoire et la spiritualité camaldules tentait, sans y parvenir définitivement, de clarifier le véritable esprit du fondateur. L’enquête consécutive auprès des moines sur « l’esprit primitif camaldule », voulue par le Père général, n’offrit pas de réponse satisfaisante.

Nouvelles orientations

  • 5 Torello Giabbani est né à Pratovecchio (Arezzo) le 5 juillet 1908 et mort à Camaldoli le 18 août 20 (...)

7Cette direction s’est exprimée pleinement dans les propositions d’orientation pour la formulation d’un nouveau texte des constitutions, approuvé par le chapitre général de 1951. On parle de huit articles ou canons, préparés par une commission pré-capitulaire, qui avaient pour but de mettre à jour le texte des Déclarations et constitutions. Vu l’importance des thèmes à traiter, un plus grand nombre de représentants des communautés furent convoqués (24). Le chapitre fut présidé par le clarétain Siervo Goyeneche que le Saint-Siège avait chargé de suivre la congrégation avec le titre d’assistant du conseil général. De la quatrième à la neuvième session, on fit l’examen du « Projet pour une nouvelle constitution » formée par les huit canons. Dans ce même chapitre, le 23 septembre 1951, Don Anselmo Giabbani5 était élu prieur général.

  • 6 Luigi Calati est né le 12 mars 1914 à Pulsano de Taranto et mort le 21 novembre 2000. Professeur pe (...)
  • 7 Guido Innocenzo Gargano, Camaldolesi nella spiritualità italiana del Novecento, vol. I-III, Bologna (...)

8Malgré l’approbation de tous les articles à une large majorité, sinon à l’unanimité, malgré l’élection de Giabbani et l’élaboration d’une nouvelle théologie spirituelle confiée à Don Benedetto Calati6, le processus d’élaboration des nouveaux statuts fut encore long et parsemé de discussions et de controverses, parfois très âpres, de la part de ceux qui ne voulaient aucune concession dans le style de vie cénobitique. Le résultat obtenu au chapitre de 1951 était, en effet, le fruit d’un compromis auquel s’était joint, par un ensemble de circonstances favorables, le parti qui défendait la seule vie érémitique. Dans les années suivantes, Don Anselmo et les moines qui le soutenaient continuèrent à proposer leurs convictions sur la vie monastique camaldule dans des articles publiés par le bulletin trimestriel Camaldoli7. Les études sur les origines camaldules, en particulier des recherches monographiques sur les fondateurs de Camaldoli, portèrent Giabbani et Calati à mûrir une nouvelle synthèse de la spiritualité bénédictine et camaldule qui eut une incidence sur le plan institutionnel. De plus, Giabbani désirait améliorer la formation intellectuelle des postulants en les envoyant dans des centres d’études, et il estimait qu’il n’était plus possible de proposer la vie érémitique à des jeunes de seize ans, mais qu’elle devait résulter d’un choix de vie mûri durant des années.

9Au cours des années suivantes, les huit articles approuvés en 1951 subirent d’autres changements. En 1953 et 1954, avec une méthode déclarée « non complètement cristalline » par les « ermites », on atteint un remaniement beaucoup plus profond des constitutions qui, après un rapide examen par une petite commission, sont envoyées au Saint-Siège en vue de leur approbation par l’intermédiaire de l’assistant Goyeneche. Le Saint-Siège introduit quelques modifications ex officio sous l’influence de pressions contraires. Le parti érémitique, estimant que les modifications et les adjonctions en conflit avec la tradition étaient trop importantes, écrit à la Congrégation des religieux en demandant que le texte soit de nouveau soumis à tous les confrères. Sur les indications du Père Vincenzo Ceresi, msc, une lettre collective adressée à Mgr Larraona, cfm, secrétaire de la Congrégation des religieux, fut préparée pour exposer les raisons de la partie favorable à la conservation de la seule vie érémitique. Mais alors que l’on recueillait en secret les signatures, arriva de manière inattendue la nouvelle de l’approbation des nouvelles constitutions (7 février 1957).

10Parmi les articles modifiés après 1951, le n° 4 revêt une importance particulière. Alors qu’il répète que l’ermitage est un élément spécifique de l’ordre et que la vie érémitique est une dimension distinctive et obligatoire, il dispose que les ermitages doivent être unis à des monastères sui generis. Ainsi, les ermitages ne peuvent plus exister sui generis, ce qui apparaissait à quelques-uns comme un changement excessif. L’approbation du Saint-Siège ne put donc pas rendre la sérénité aux âmes ni apaiser les litiges. Le parti favorable à la vie érémitique, qui avait pour chef Agostino Modotti, s’opposait de toutes ses forces et avec tous les moyens disponibles au prieur général Giabbani, alors qu’il avait proposé et obtenu avec lui une valorisation encore timide de la vie cénobitique. Cette dispute idéologique restait toutefois généralement cachée en raison du climat hiérarchique raide en vigueur dans l’institut. Mais le style de gestion autoritaire du prieur Giabbini, qui empêchait tout débat sérieux, et le manque d’habileté de l’assistant Goyeneche, qui n’acceptait pas de se confronter à la partie tenue pour dissidente, ont servi à irriter les personnes pour l’avenir.

11Les statuts approuvés en 1957 apparaissaient aux partisans de la priorité érémitique en nette contradiction avec la constitution Inter religiosos coetus de 1935 et avec la tradition millénaire de Camaldoli, dans la mesure où ils déplaçaient l’axe de la congrégation de l’ermitage au couvent, auquel l’ermitage devait être associé. Ils estimaient que la structure spirituelle et juridique de l’ordre était renversée, alors que le texte de 1957 confirmait son caractère spécifique et sa raison d’être dans la dimension érémitique. Il leur semblait que les bases étaient posées pour faire revivre l’antique litige entre cénobites et ermites, avec le risque pour ces derniers de disparaître. Pour ce motif, ils écrivirent de nouveau à Rome, cette foisci sous forme de supplique à Pie XII, en formulant une double demande : l’envoi d’un nouveau visiteur apostolique qui ne serait pas prévenu contre eux et – fait plus retentissant – qui vienne restaurer la pleine autonomie des ermites. On ne parlait pas, bien sûr, d’une simple question institutionnelle, mais on mettait en avant la nature même de la vocation camaldule. Cette supplique, tout en suscitant les appréhensions de la Secrétairerie d’État, ne produisit pas de mesures immédiates, la Congrégation des religieux affirmant avoir déjà examiné et évalué les objections présentées avant l’approbation des nouveaux statuts.

  • 8 Ces rencontres ont impliqué le monde monastique dans les années pré-conciliaires. Aux congrès cités (...)
  • 9 Guido Innoncenzo Gargano, Camaldolesi nella spiritualità…

12La nouvelle organisation a rencontré les problématiques des travaux des congrès de Camaldoli (1958) et Rome (19598) et elle s’exprima dans les pages de la revue trimestrielle camaldule Vita Monastica avec les contributions de Giuseppe Lazzati, Giorgio La Pira, Innocenzo Colosio, Divo Barsotti, Enrico Bartoletti et de nombreux bénédictins italiens, parmi lesquels Cipriano Vagaggini. La polémique n’en continua pas moins avec alacrité, non sans liens avec les vicissitudes d’une nouvelle fondation américaine, l’Immaculate Heart Hermitage à Big Sur en Californie. En son sein, un groupe d’ermites dirigé par Don Agostino Modotti, tenta une sécession9. Le prieur Giabbani parvint à maintenir l’unité, mais les manifestations incessantes contre sa manière d’agir finirent par lui aliéner la protection dont il avait bénéficié à la Congrégation des religieux, sans qu’il s’en rende compte.

À l’heure du Concile

  • 10 De la participation de Giabbani au Concile, il reste une intervention écrite sur la liturgie, consi (...)

13Le Concile était désormais lancé et Don Anselmo prit part avec enthousiasme à la première session10. Il ne se préoccupait guère des attaques portées contre lui, convaincu d’avoir assez de soutiens. Sa confiance se renforça avec l’élection de Paul VI, compte-tenu de sa relation personnelle avec le futur pape depuis les années 1930. Il affronta donc le chapitre général d’août 1963 sereinement, sans mesures préventives. Mais la Congrégation des religieux, fatiguée par les attaques répétées contre sa ligne de gouvernement, qu’elle avait pourtant soutenue, s’était convaincue que le moment de changer de personne était venu. Elle délégua, pour présider le chapitre général, célébré à l’ermitage de Camaldoli (Arezzo), Mgr Dino Romoli, op, évêque de Pescia, chargé de préparer le terrain en vue d’une succession. Une fois les votes pour le renouvellement du conseil général effectués, celui-ci partit pour Rome avec l’urne. Le lendemain, à son retour à Camaldoli, il proclama, à l’improviste, comme nouveau prieur général l’homme le moins opposé au parti érémitique, Don Aliprando Catani, qui avait appartenu à la congrégation cénobitique. Il n’avait été choisi, en réalité, que par la minorité du chapitre. Le remplacement imposé de Don Giabbani, à l’heure du Concile, créa un vrai traumatisme dans la congrégation, surtout parmi les jeunes moines qui soutenaient avec enthousiasme sa réforme. La situation créée était paradoxale : alors que Giabbani avait réussi à faire approuver des statuts plus ouverts à la vie cénobitique, les défenseurs de la vie érémitique réussissaient à le remplacer en mettant à sa place un ex-cénobite.

  • 11 Emanuele Bargellini, « Monaci camaldolesi nella Chiesa postconciliare », dans Alessandro Barban, Jo (...)

14La douceur de Catani a facilité un lent parcours de pacification interne, porté par le processus de renouvellement voulu par le Concile. En effet, après la clôture de Vatican II, une commission constituée dans le but de mettre en œuvre les directives du décret Perfectae Caritatis a préparé de nouvelles Constitutions. Le travail d’étude et d’approfondissement, conduit trois années durant dans un climat de pleine participation et de sincère confrontation au sein de l’institut, mais aussi grâce à la médiation du secrétaire, Don Emanuele Bargellini, permit la rédaction d’un texte. Il sera approuvé ad experimentum durant le chapitre général extraordinaire de 1968-1969 et recevra une approbation du Saint-Siège en 1972. Les nouvelles constitutions reconnaissaient que l’institut était constitué d’ermitages et de monastères de même dignité. Il restait que l’ermitage devait être considéré comme l’élément caractéristique, mais non exclusif, par rapport au reste du monde bénédictin. Dès lors, le moine camaldule pouvait à nouveau se sentir appelé à réaliser sa vocation dans l’un comme dans l’autre environnement. Il était précisé que l’ermitage camaldule se situait entre la manière de vivre cénobitique et la manière anachorétique, en retenant les meilleurs éléments des deux et en créant un sage équilibre entre solitude et vie commune. À ce propos, les nouvelles constitutions citaient la Regula vitae eremiticae de l’ancien prieur de Camaldoli Paolo Giustiniani, qui avait apporté ensuite son appui à la Congrégation des ermites camaldules de Monte Corona. Les constitutions ont été vérifiées et ajustées au nouveau code de droit canonique de 1983 sous le priorat de Benedetto Calati. Au terme de la période d’expérimentation, le Saint-Siège les a approuvées définitivement le 31 mai 198511, alors que la congrégation avait déjà pris le visage essentiellement cénobitique qui la caractérise aujourd’hui.

Notes

1 Roberto Fornaciari, « I Monaci cenobiti camaldolesi tra soppressioni civili ed ecclesiastiche », dans Il monachesimo nelle Marche, Marcerata, 2008, p. 187-227.

2 Voir le discours du cardinal Camillo Laurenti à Don Parisio Ciampelli, procurateur des Ermites de Toscane, rapporté dans la lettre de Ciampelli à Grandolini du 16 décembre 1924, Archives historiques de Camaldoli [ASC], sez. B., cas. 7, ins. 5. Voir aussi la lettre du cardinal Vincenzo La Puma au cardinal Rossi du 29 janvier 1937 : « Dans ce but, l’Éminence et son délégué devront spécialement attendre que les Ermites camaldules comprennent bien l’esprit des mesures pontificales, qui ne sont pas d’établir dans l’ordre un régime plus libre qu’avant, mais de renforcer et accentuer le caractère érémitique », Archives de la Congrégation des religieux, C 85, car. 1, pl. 3, n. 4.

3 Actes du chapitre général 1945, session VII, 12 septembre : « L’esprit de notre congrégation est contenu dans la S. Règle et les constitutions interprétées en conformité aux règles des grands législateurs S. Pierdamiano, Rodolfo, Martino, Gerardo et selon les premières traditions de l’ordre. On exhorte donc les supérieurs et maȋtres à informer leurs enseignements à l’esprit de ces Pères. Dans ce but, seront organisées des études spéciales de l’histoire et des documents qui gardent le même esprit. Selon ces normes, on réaffirme le concept que la formation monastique-érémitique camaldule doit avoir comme but de conduire le religieux à développer son activité dans les limites de l’ermitage et du monastère. Le type du parfait Camaldule est constitué non seulement d’une complète formation ascétique, liturgique, etc, mais aussi selon la tradition de l’entraînement au travail conforme aux propres attitudes et exigences du monastère. Après avoir tenu compte que, pour le moment, le lieu le plus adapté à la maison d’études et pour l’installation d’ateliers est le monastère », ASC, Ms. 167, 82-83.

4 Voir Camaldolesi. Le figure più espressive dell’Ordine viste da S. Pier Damiano, Dante, Petrarca, ecc, Camaldoli, Ed. Camaldoli, 1944 ; Anselmo Giabbani, L’Eremo : vita e spiritualità eremitica nel monachesimo camaldolese primitivo, Brescia, Morcelliana, 1945.

5 Torello Giabbani est né à Pratovecchio (Arezzo) le 5 juillet 1908 et mort à Camaldoli le 18 août 2004 ; à l’âge de 10 ans, il demanda à être accueilli chez les Camaldules de Toscane.

6 Luigi Calati est né le 12 mars 1914 à Pulsano de Taranto et mort le 21 novembre 2000. Professeur pendant plus de trente ans à l’Académie Saint-Anselme à Rome, il noue de nombreux contacts dans le monde ecclésial, culturel et politique. Prieur général de la Congrégation camaldule de 1969 à 1987, il est l’une des figures du panorama culturel italien de l’après-guerre dans le domaine de la spiritualité monastique et ecclésiale. Ses principaux écrits ont été recueillis dans Sapienza monastica. Saggi di storia, spiritualità e problemi monastici, Roma, S. Anselmo, 1994. Voir Grazia Paris, Uomo di Dio, amico degli uomini. L’insegnamento spirituale di p. Benedetto Calati, Bologna, EDB, 2007.

7 Guido Innocenzo Gargano, Camaldolesi nella spiritualità italiana del Novecento, vol. I-III, Bologna, EDB, 2000-2003.

8 Ces rencontres ont impliqué le monde monastique dans les années pré-conciliaires. Aux congrès cités, on peut ajouter celui qui s’est tenu en octobre 1962 au monastère de S. Pietro di Sorres (Sassari). Il en découle deux livres : Cipriano Vagaggini et al., Problemi e orientamenti di spiritualità monastica, biblica e liturgica, Roma, Paoline, 1961 ; Cipriano Vagaggini (éd.), La preghiera nella Bibbia e nella tradizione patristica e monastica, Roma, Paoline, 1964.

9 Guido Innoncenzo Gargano, Camaldolesi nella spiritualità…

10 De la participation de Giabbani au Concile, il reste une intervention écrite sur la liturgie, consignée le 5 novembre 1962 au secrétariat général. Copie dans ASC, sez. B, cas. 16, ins. 2.

11 Emanuele Bargellini, « Monaci camaldolesi nella Chiesa postconciliare », dans Alessandro Barban, Joseph H. Wong (éd.), Il primato dell’amore, Assisi, Cittadella, 2011, p. 77-101.

Auteur

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search