Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

Les voies du changement. Tensions et réformes

Les Franciscaines missionnaires de Marie et l’aspiration à la réforme (1950-1965)

Christine de Fréminville

Texte intégral

  • 1 Suzanne Cita-Malard, Un million de religieuses, Paris, Fayard, 1960.
  • 2 John O’Malley, L’Événement Vatican II, Paris, Cerf, 2012, p. 58.

1 Lorsque l’on regarde une des nombreuses photographies de la séance d’ouverture du Concile Vatican II, le 11 octobre 1962, on est bien sûr frappé par le nombre impressionnant de participants appelés à répondre aux questions difficiles auxquelles l’Église est confrontée. Tous sont évêques, archevêques, patriarches et supérieurs généraux d’ordres religieux masculins. Aucune supérieure religieuse n’est présente. Pourtant, les sœurs sont partout dans le monde, contemplatives ou missionnaires, environ un million en 19601. Les sources des Franciscaines missionnaires de Marie témoignent de décisions et de prises de position qui permettent de s’interroger sur le regard qu’ont eu ces religieuses à propos des changements nécessaires de leur institut face à un monde en mutation et de leur place dans cette histoire conciliaire. Nous allons dans un premier temps présenter leur identité afin d’éclairer la manière dont elles ont tenté d’adapter leurs constitutions aux changements culturels et politiques contemporains avant le Concile, en 1957, puis pendant, en 1963. La démonstration porte sur leur volonté et leur réussite à entrer dans l’histoire, cherchant par tous les moyens à faire entendre leurs voix, refusant d’être ce que le théologien R. G. Collingwood décrivait, en parlant de l’Église « comme une entité hermétique qui flotte sur le temps2 ».

Identité et originalité des Franciscaines missionnaires de Marie

  • 3 Marie de la Passion est déclarée bienheureuse par Jean-Paul II le 20 octobre 2002.
  • 4 Catherine Bazin, « Histoire et charisme », bureau d’histoire, 2014.
  • 5 Marcel Launay, Hélène de Chappotin et les Franciscaines missionnaires de Marie, Paris, Cerf, 2004.

2La congrégation des Franciscaines missionnaires de Marie est l’institut missionnaire fondé par une femme le plus important aujourd’hui dans le monde. On compte, en décembre 2013, 6314 sœurs vivant leur mission dans 75 pays, sur tous les continents, représentant elles-mêmes 79 nationalités. Il a été fondé à Rome et en Inde, le 6 janvier 1877, par la bienheureuse Marie de la Passion, née Hélène de Chappotin3, dont la personnalité et le pragmatisme marquent l’institut et servent de référence aux supérieures générales jusqu’à aujourd’hui4. À l’origine, un groupe de religieuses de la Société réparatrice missionnaire en Inde refuse d’obtempérer aux injonctions des Jésuites et rompt avec sa congrégation. Ce sont les Jésuites pourtant qui ont appelé à l’aide la Société en Inde, à Ootacamund, où Marie de la Passion est nommée supérieure provinciale5 en 1866. Celle-ci refuse que des confesseurs jésuites leur soient imposés. Le vicaire apostolique, qui apprécie le travail accompli, soutient les dissidentes. Pie IX fait de même et approuve la fondation de la nouvelle congrégation missionnaire. Marie de la Passion trouve alors à Rome le soutien des Franciscains en la personne du Père Raphael Delarbre, définiteur général, qui la reçoit, l’encourage et la conseille dans ses démarches. Il devient par la suite son plus proche appui et conseiller avant de devenir son directeur de conscience. C’est lui qui la pousse à écrire les premières lignes des constitutions.

  • 6 Archives générales des Franciscaines missionnaires de Marie, Rome [AGFR], section Grotta-ferrata, 9 (...)
  • 7 AGFR, Constitutions 1928, p. 35.
  • 8 AGFR, Actes de la congrégation générale, Rome, 1903.
  • 9 AGFR (des évêques refusent que certaines oblates prononcent leurs vœux, au Congo par exemple).
  • 10 Lucie Nzenzili, Catherine Bazin, « Les oblates franciscaines missionnaires de Marie », Histoire et (...)

3Les Missionnaires de Marie entrent donc dans le tiers-ordre franciscain en 1885 et prennent le nom de Franciscaines missionnaires de Marie. L’institut est déclaré missionnaire et universel6. Le charisme de l’institut est bien franciscain : pauvreté, service des plus démunis, en particulier des femmes. Les sœurs prennent aussi du temps pour l’adoration du Saint-Sacrement qui est leur ressourcement quotidien7. Elles vivent en semi-clôture et ne ménagent pas leur peine. Envoyées sur tous les continents, à l’appel des évêques, des vicaires apostoliques ou bien de missionnaires d’ordres religieux masculins, elles contribuent à l’expansion du christianisme dans les colonies. Des jeunes femmes autochtones cherchent à devenir franciscaines missionnaires de Marie. Marie de la Passion déclare : « Exclure les indigènes de la vie religieuse serait injuste8. » Elles sont donc incluses dans les constitutions sous le nom d’agrégées, appartiennent au tiers-ordre régulier et peuvent seconder les supérieures dans les missions étrangères. En 1903, la congrégation fait le bilan. Les agrégées peuvent désormais porter l’habit et prononcer des vœux renouvelables. Ces femmes sont directrices ou maîtresses d’école. Elles sont des atouts précieux pour les Franciscaines missionnaires de Marie, car elles maîtrisent la culture et la langue de leur pays et peuvent circuler plus librement qu’elles. Cependant, ce groupe grossit et les provinciales prennent des décisions qui finissent par interpeller les autorités diocésaines9. C’est pourquoi, en 1914, la supérieure générale, Mère Marie de Saint-Michel, sur le conseil du ministre général des Frères mineurs, le Père Monza, obtient un décret de la Congrégation des religieux autorisant les agrégées indigènes qui en font la demande à être appelées oblates, selon certaines conditions10.

  • 11 Ibid., p. 119.
  • 12 AGFR, Série 19, n° 17.

4Cette expérience permet de constituer le noyau d’une véritable Église autochtone. Le règlement et le coutumier sont adaptés à leur mission locale. Lors du chapitre général de décembre 1920, les sœurs font valoir qu’un clergé indigène permettrait de continuer l’œuvre missionnaire, pressentant un départ des Européens11. La Congrégation De Propaganda Fide approuve définitivement, deux ans plus tard, les nouvelles formations d’oblates à qui l’institut accorde des constitutions particulières12. En effet, pour elles, l’universalité de l’Église doit se concrétiser dans la pratique. Elles sont des missionnaires de terrain. Leur pragmatisme ainsi que leur sens du dialogue avec Rome permettent l’évolution de l’Institut vers une plus grande unité et ouverture.

La volonté de réaliser plus d’égalité au sein de l’institut

5Cependant, après 1945, les oblates, distinctes par leurs habits et leur règlement, ne sont pas toujours considérées pleinement comme des franciscaines missionnaires de Marie par la population locale et les responsables politiques ou religieux. Des lettres venant de différentes provinces, compilées dans un dossier pour la congrégation générale de 1957, témoignent des difficultés rencontrées et des injustices vécues par elles. En effet, la période d’après-guerre accélère les changements politiques. Les mouvements d’indépendance se multiplient en Afrique et l’Église prend position. Au Congo belge et au Rwanda-Burundi, en juin 1956, les évêques publient une lettre dans laquelle ils se prononcent pour la légitimité de l’indépendance. En 1950, les sœurs ont été chassées de Chine et seules les oblates continuent l’œuvre missionnaire en dirigeant les écoles des enfants de diplomates.

  • 13 AGFR, AGFR 5-029, préparation de la congrégation générale de 1957, série IV, n° 305 bis.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

6Ainsi, face à la montée du communisme, à l’anticolonialisme, les mères réclament l’uniformisation des habits et une formation à la hauteur pour les oblates que les missionnaires ne considèrent pas comme des religieuses à part entière13. Au Congo belge, malgré l’obtention des diplômes d’État d’infirmières, elles n’ont pas l’autorisation d’être directrices d’école. En 1957, une lettre de la supérieure provinciale de Sichang (Thaïlande) soulève l’importance du costume, inadapté au climat et au terrain et surtout différent des sœurs européennes. Une synthèse dactylographiée datant de janvier 1957 soulève un paradoxe14. En effet, il est devenu obligatoire d’instruire et donner un diplôme aux oblates afin qu’elles puissent continuer d’exercer leur travail dans les dispensaires ou écoles des nouveaux pays indépendants d’Asie (Inde, Philippines). Elles sont aussi formées à la vie religieuse dans un noviciat et participent à la vie communautaire dans la plupart des cas. Il paraît alors naturel et juste de les intégrer à l’institut. Cette proposition est envisagée, car des expériences concluantes ont été menées en Inde et au Japon. En 1957, l’institut compte 715, voire 800, oblates, si l’on ajoute les 110 laissées en Chine, soit 8 % environ de son effectif global15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

7D’autre part, la distinction des deux degrés (mère et sœur) au sein de l’institut pose un problème également, en Afrique (Congo) en particulier. La supérieure provinciale explique qu’il existe un sentiment d’infériorité ressenti par les populations locales qui se méfient des Blancs, les soupçonnant de racisme. Elle fait part de ses difficultés à justifier l’existence des degrés et réclame donc leur suppression. En effet, dans les faits, les sœurs vivent en communauté et en fraternité. Les mères (dites de chœur ou vocales) ont le droit de vote aux congrégations et chapitres généraux (tous les douze ans) et sont chargées d’élire le gouvernement généralice. Elles récitent l’office de la Sainte Vierge en latin, alors que les sœurs récitent l’office des Pater et sont plutôt dévouées aux charges internes des maisons, lingerie, porterie, cuisine. Les mères participent plus directement aux œuvres comme enseignantes, infirmières, médecins, etc. Or, dans les faits, sœurs et mères reçoivent la même formation au noviciat16. Elles sont envoyées en mission les unes comme les autres et, sur le terrain, « l’enseignante balaie sa classe, aide aussi à la cuisine ». Cette différence finit par s’estomper d’année en année grâce à un meilleur accès à l’enseignement secondaire des filles. Il y a d’ailleurs plus de mères que de sœurs dans l’institut en 195717. Mais le voile les distingue.

  • 18 AGFR, Document n° 3/3 du 3 mai 1957.

8Du 15 mars au 4 avril 1957, sept ans après le chapitre général de 1950, l’institut se réunit en congrégation générale. Celle-ci a été retardée d’un an, car le canal de Suez, en 1956, était bloqué par les événements politiques. Or, une congrégation générale s’intercale entre deux chapitres, c’est-à-dire qu’elle a lieu tous les six ans. Celle-ci dure dix-neuf jours (trois de plus que celle de 1930) et se déroule à Rome. 49 capitulaires (sœurs ayant le pouvoir de voter) y participent. Elles sont de nationalité européenne et nord-américaine. En effet, en mai 1957, l’institut est présent dans 21 provinces qui recouvrent elles-mêmes plusieurs pays. Il représente plus de 6600 sœurs réparties en 64 nationalités. C’est dans ce contexte que se déroule l’entrevue de Mère Marguerite du Sacré-Cœur, supérieure générale, avec le Père Sépinski, ministre général des Frères mineurs. Les sources montrent les difficultés de faire approuver par la Congrégation De Propaganda Fide des résolutions concernant l’unification des degrés et l’intégration des oblates au sein de l’institut, votées à l’unanimité à mains levées par les capitulaires, ce qui est plutôt usuel, comme chez les Frères mineurs. Cela touche aux constitutions et concerne l’organisation même de l’institut. C’est « en raison de la vie si unie des mères et des sœurs » que l’institut peut opérer sans difficulté cette unification, écrit la supérieure générale à Pie XII18.

  • 19 Ibid.
  • 20 AGFR, 5-029, préparation de la congrégation générale de 1957, série IV, n° 305 bis.
  • 21 AGFR, série 192 n° 1/60, unification des degrés.

9La question des degrés préoccupe beaucoup le Père Sépinski, davantage que l’intégration des oblates. En effet, plusieurs branches sont encore rattachées à l’institut, ayant leurs propres constitutions, telles que les sœurs agrégées vivant souvent à part des franciscaines missionnaires de Marie, dans leurs propres quartiers, et les oblates qui peuvent être intégrées lorsque leur formation intellectuelle et spirituelle est suffisante. Les résolutions d’unification et d’intégration prises lors de cette congrégation générale répondent donc à une demande réelle et semblent avoir été mûrement réfléchies : « Ceci n’est pas une conviction d’un moment, mais une conviction mûrie19. » La question semble d’actualité, car « les événements marchent », dit le ministre général. Il fait ici allusion à la décolonisation. Dans d’autres documents, il parle aussi de démocratisation20. Son souci pour l’unification des degrés va dans l’ordre des choses, établissant plus d’égalité quand cela se peut. Cependant, on peut redouter la fin d’un certain ordre social voulu par Dieu, la fin d’une hiérarchie institutionnelle21. De même, la décolonisation et l’installation des régimes communistes dans de nouveaux pays obligent les religieux européens et missionnaires à partir ou à abandonner les écoles, les dispensaires et autres « bonnes œuvres » au nouvel État. L’Église et le clergé local souhaitent ardemment la mise en place rapide d’un clergé indigène prompt à poursuivre l’œuvre des missions. Or, d’après les textes et les lettres parvenues, nous l’avons vu, les mères insistent sur la moindre considération des oblates et les freins aux vocations liées à la différence des degrés. Certaines d’être approuvées par la Congrégation De Propaganda Fide, elles ont déjà commandé des voiles de laine afin d’uniformiser les vêtements et des livres d’office pour les sœurs.

10Or, Pie XII refuse que les constitutions puissent être modifiées sous l’injonction extérieure. Il rappelle aussi que la supérieure est très attachée à l’organisation et à la gouvernance des Franciscaines missionnaires de Marie selon les constitutions de la fondatrice. C’est pourquoi le pape est préoccupé et ne souhaite pas de changements : « Pourquoi veulent-elles changer ? » Ces propos sont rapportés par le Père Antonelli, procureur pour les congrégations religieuses féminines franciscaines auprès du ministre général. On note par ailleurs que le secrétaire général de la Congrégation De Propaganda Fide, Mgr Sigismondi, n’est plus que rarement reçu en audience par le pape, ce qui confirme les difficultés de gouvernement, liées notamment à la maladie du pontife à partir de 1954. Le ministre général avoue aussi à la supérieure générale que « tout n’est pas si simple et qu’il y a eu des recours », notamment de certaines religieuses et de leurs familles exprimant un sentiment de déclassement social. C’est ce bouleversement qui est inacceptable pour Pie XII.

  • 22 AGFR, Constitutions 1928, p. 92-120.
  • 23 AGFR, Documents sur l’unification des degrés, juin 1956-avril 1957. Deux courriers évoquent le reco (...)
  • 24 AGFR, Actes du chapitre général 1960, p. 50-66.

11C’est pourquoi le ministre général propose de réaliser une nouvelle consultation des capitulaires sur ce sujet en accord avec la Propaganda Fide. La forme de gouvernement des Franciscaines missionnaires de Marie étant très centralisée22, « l’organisation d’une telle manœuvre ne devrait pas poser de problèmes ». Au final, l’obéissance aux décisions du pape ou même à ses désirs est recommandée, ainsi que la non-divulgation de ces débats aux sœurs. La réforme est étouffée. Le Père Sépinski semble tout à fait conscient des difficultés. Cependant, pour lui, cela ne fait pas de doute, cette unification se fera. La lenteur du processus est largement évoquée. Ces revendications accompagnent le mouvement de démocratisation et d’indépendance qui bouleverse la plupart des pays de mission des Franciscaines missionnaires de Marie23. Aussi, le nouveau pape Jean XXIII, élu en 1958, va sans tarder approuver les résolutions de 1957. Elles sont entérinées au chapitre général de 1960, avant le grand changement de Vatican II24.

La grande colère des sœurs et l’espoir du Concile

  • 25 AGFR, Congrégation générale 1966, courriers des 3 mai 1957 et 10 avril 1957.

12Dans les archives, toute une série de courriers envoyés au ministre général par des sœurs et des supérieures de plusieurs pays, écrits en différentes langues, expriment des doléances25. Que réclament-elles ? Comment se manifestent-elles ? Quelles sont les conséquences de cette colère qui s’exprime de tous les continents ? Il leur faut au préalable contourner le circuit ordinaire de la correspondance et demander de l’aide aux franciscains qui traduisent en français parfois et envoient les suppliques au ministre général. Celui-ci va lire, souligner, annoter et répondre à certains courriers et finalement rencontrer la supérieure générale, Mère Sainte-Agnès.

  • 26 Ibid.

13Ainsi, du Brésil, c’est Sœur Iphigénie qui se plaint de l’accaparement des responsabilités par les religieuses européennes, des règles de vie inadaptées au monde moderne. Par exemple, l’habit de laine blanc est inconfortable et représente un signe extérieur de richesse. L’institut s’est enrichi selon elle et la clôture contribue à séparer encore plus du peuple. Les sœurs ne sont pas très fraternelles dans les communautés26. L’aumônier qui traduit atteste de la réalité de ces propos et confirme qu’au-delà de ce cas particulier, « les problèmes soulevés s’étendent à tous les ordres et toutes les congrégations du Brésil ». Le courrier date du 25 août 1963. De Singapour, des religieuses s’adressent au ministre général, car elles n’ont pas le droit d’écrire directement à la supérieure générale. Elles feraient « du mauvais esprit » et souhaiteraient se détourner de la voie montrée par leur fondatrice. En réalité, elles souhaitent être consultées en vue du futur chapitre général, comme l’a fait le Père Sépinski pour le chapitre général de l’ordre. La lettre date du 1er septembre 1965. Celle de la vicaire provinciale de Malaisie, Mère Marie-Xavier de Jésus (Marie-Thérèse de Maleyssie) datant du 29 août 1965, qui fait suite à un courrier de novembre 1964, est annotée par le ministre général. Elle explique comment toutes les réflexions et propositions prises au sein de leur communauté depuis avril 1965 ont été systématiquement rejetées et bloquées par les supérieures.

14Ainsi, du monde entier, les religieuses veulent être entendues, se réunir et parler librement. Elles se plaignent de l’organisation pyramidale de l’institut. En effet, les sœurs sont de plus en plus éduquées et refusent d’être traitées en « petites filles », soulignent-elles. Elles souhaitent débattre de tout, de leur vie religieuse comme de l’avenir de l’institut. Certes, les provinciales les y incitent et des rencontres ou carrefours sont organisés. Cependant, lorsqu’il faut mettre en pratique les propositions, les sœurs reçoivent une fin de non-recevoir. La frustration est grande. C’est donc le ministre général qui avertit la Mère générale, protégée des révoltes qui proviennent de toutes parts et qui expriment la même chose : plus de liberté et d’égalité au sein de l’institut, retour à la simplicité franciscaine, formation plus spirituelle et plus adaptée au monde extérieur, assouplissement du règlement, réforme de la gouvernance, vie plus fraternelle. Parmi les lettres venues d’Asie, celle d’une supérieure fait part de sa déconvenue amère lors d’une rencontre personnelle avec la supérieure générale à Rome, dix-huit mois auparavant lorsqu’elle avait abordé avec elle l’égalité des langues dans l’institut. On lui avait répondu que ce n’était pas envisageable.

  • 27 AGFR, Documents transmis après le décès du Père Sépinski.

15Il est clair que les attentes sont grandes. Les religieuses savent, à l’instar de Sœur Iphigénie, que de grandes décisions sont prises au Concile, et elles veulent que leurs voix soient entendues. C’est ce qu’elles demandent au ministre général, acteur de l’assemblée. Ce dernier conseille la patience. La prise de parole libère les frustrations et des expériences concrètes, dont les comptes rendus parviennent au Père Sépinski, sont réalisées. C’est donc le ministre général qui s’entretient avec la supérieure générale en octobre 1965. Celle-ci a toujours été attentive et obéissante aux décisions de l’Église. La menace est sérieuse puisque, le 6 octobre 1965, le ministre général transmet les conclusions à la supérieure générale. Le changement doit être rapide, radical et obtenu après une sérieuse consultation de tous les membres, « sous peine d’assister à des départs en masse27». Mère Sainte-Agnès décide alors de suivre ces conseils et engage des préparatifs (questionnaires) d’une ampleur inédite, dès novembre 1965, selon les recommandations du Concile, pour le futur chapitre spécial qui s’ouvre le 15 mars 1966. L’objectif est de réformer l’institut à la grande joie de presque toutes, mais là commence une autre histoire, celle de l’aggiornamento.

  • 28 Colette Humbert, Brigitte de la Bouillerie, Passionnément… Marie-Thérèse de Maleyssie 1916-2005, Pa (...)

16L’étude approfondie des sources fait clairement apparaître le désir des Franciscaines missionnaires de Marie de se réformer par des revendications venues de la base. Leur caractère missionnaire spécifique les a amenées à une réflexivité productrice de changements. Or, l’histoire officielle des Franciscaines missionnaires de Marie a retenu le rôle majeur des supérieures générales, soumise aux décisions de l’Église. Mais il faut redéfinir les rôles, sachant que l’on retrouve les mêmes personnalités franciscaines au cœur des décisions majeures qu’ont été l’unification des degrés et l’intégration des oblates, la préparation et la tenue du chapitre général de 1966. Aussi, compte tenu du caractère centralisé de ces deux congrégations, on doit éclairer de manière précise ces figures, ainsi que celles de la Curie, afin de comprendre les blocages et les ruptures. En effet, on ne rencontre nul mot de la correspondance des sœurs avec le ministre général ni de la menace d’une scission de la congrégation et les rencontres entre le ministre général franciscain et la supérieure générale ont été classées confidentielles. Un ouvrage écrit par deux sœurs a été publié sur l’œuvre importante de Marie-Thérèse de Maleyssie, mais rien n’est dit de sa révolte de 196528. Il reste dans les mémoires au plus le souvenir d’une sorte de désordre dans la province à cette époque. Les Franciscaines missionnaires de Marie ont su utiliser les canaux hiérarchiques masculins dont elles dépendaient pour faire valoir leurs propositions de réforme. Enfin, la rupture du Concile les amène à vivre avec et dans leur temps. Et c’est après une phase préparatoire que le chapitre de 1966 permet de réformer l’institut dans l’attente de nouvelles constitutions. Dans cette perspective, des études sont menées sur le sens de la mission, de la vie religieuse, du charisme de la fondatrice. Or, un certain nombre de sœurs sont par la suite sorties de la congrégation, par réprobation des changements ou après réflexion sur leur vocation : Mai-68 a aussi impacté les Franciscaines missionnaires de Marie.

Notes

1 Suzanne Cita-Malard, Un million de religieuses, Paris, Fayard, 1960.

2 John O’Malley, L’Événement Vatican II, Paris, Cerf, 2012, p. 58.

3 Marie de la Passion est déclarée bienheureuse par Jean-Paul II le 20 octobre 2002.

4 Catherine Bazin, « Histoire et charisme », bureau d’histoire, 2014.

5 Marcel Launay, Hélène de Chappotin et les Franciscaines missionnaires de Marie, Paris, Cerf, 2004.

6 Archives générales des Franciscaines missionnaires de Marie, Rome [AGFR], section Grotta-ferrata, 935-3, 1028.

7 AGFR, Constitutions 1928, p. 35.

8 AGFR, Actes de la congrégation générale, Rome, 1903.

9 AGFR (des évêques refusent que certaines oblates prononcent leurs vœux, au Congo par exemple).

10 Lucie Nzenzili, Catherine Bazin, « Les oblates franciscaines missionnaires de Marie », Histoire et missions chrétiennes, 19, 2011, p. 116.

11 Ibid., p. 119.

12 AGFR, Série 19, n° 17.

13 AGFR, AGFR 5-029, préparation de la congrégation générale de 1957, série IV, n° 305 bis.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 AGFR, Document n° 3/3 du 3 mai 1957.

19 Ibid.

20 AGFR, 5-029, préparation de la congrégation générale de 1957, série IV, n° 305 bis.

21 AGFR, série 192 n° 1/60, unification des degrés.

22 AGFR, Constitutions 1928, p. 92-120.

23 AGFR, Documents sur l’unification des degrés, juin 1956-avril 1957. Deux courriers évoquent le recours de certaines familles refusant une sorte de « déclassement social » pour leurs filles.

24 AGFR, Actes du chapitre général 1960, p. 50-66.

25 AGFR, Congrégation générale 1966, courriers des 3 mai 1957 et 10 avril 1957.

26 Ibid.

27 AGFR, Documents transmis après le décès du Père Sépinski.

28 Colette Humbert, Brigitte de la Bouillerie, Passionnément… Marie-Thérèse de Maleyssie 1916-2005, Paris, Cerf, 2008.

Auteur

LARHRA, UMR 5190

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search