Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

La participation de Dom Jean Prou et de la Congrégation bénédictine de France à Vatican II

Philippe Roy-Lysencourt

Texte intégral

  • 1 Voir, en dernier lieu, Claudine Blanchard, Dom Guéranger avant Solesmes. Un retour aux sources, Par (...)
  • 2 Archives de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes [AASPS], Elenchus Congregationis S. Petri de Solesmis(...)
  • 3 Jean Prou naquit à Nantes (France) le 17 novembre 1911. D’abord séminariste au grand séminaire de N (...)

1 À la fin du xviiie siècle, la Révolution française porta un coup rude au catholicisme en France. L’ordre de Saint-Benoît, comme bien d’autres, avait disparu du sol français. Il fut restauré par Prosper Guéranger. Au printemps 1831, alors qu’il était jeune prêtre, il acquit à Solesmes, petite commune du département de la Sarthe, un ancien prieuré mauriste. L’année suivante, en décembre 1832, il fit approuver les règles d’une « société régulière » par l’évêque du Mans. En juillet 1833, il s’installa avec trois compagnons dans les bâtiments qu’il avait acquis et restaura la vie bénédictine en France. Quelques années plus tard, le 1er septembre 1837, Grégoire XVI érigea le prieuré de Solesmes en abbaye et nomma Prosper Guéranger abbé et supérieur général de la Congrégation de France de l’ordre de Saint-Benoît1. La congrégation grandit rapidement et les fondations se multiplièrent. En 1961, à la veille du Concile Vatican II, elle comptait 18 abbayes masculines, 6 prieurés masculins et 6 abbayes féminines, en tout 30 établissements parmi lesquels se trouvaient 609 prêtres, 337 frères, 102 novices masculins, 269 mères, 106 sœurs, 26 novices féminines2. En 1868, dom Guéranger fut invité à participer au premier Concile du Vatican, mais il ne put s’y rendre en raison de son état de santé. Un peu moins de cent ans plus tard, Dom Germain Cozien, son troisième successeur, fut convoqué au second Concile du Vatican, auquel il appartenait de plein droit selon le canon 223 du Code de 1917. Ce ne fut cependant pas lui qui s’y rendit, car il avait démissionné de sa charge un peu avant d’avoir reçu la lettre d’invitation. Ce fut donc son successeur, Dom Jean Prou3, supérieur de 1959 à 1992, qui se joignit à l’événement. Dans ce texte, il sera rendu compte de la participation du cinquième abbé de Solesmes au Concile et, plus largement, d’une partie de sa congrégation, puisque certains moines de l’abbaye Saint-Pierre apportèrent leur concours à Dom Prou, tandis que les moniales de l’abbaye voisine de Sainte-Cécile s’associaient à l’événement à leur manière. Dans cette étude, basée essentiellement sur les archives des abbayes Saint-Pierre et Sainte-Cécile de Solesmes, du séminaire d’Écône, des Dominicaines du Saint-Esprit, sur le fonds « Concile Vatican II » de l’Archivio Segreto Vaticano, ainsi que sur les Acta Synodalia, les périodes préconciliaire, conciliaire et postconciliaire seront successivement abordées.

La préparation du Concile à Solesmes

  • 4 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 1, lettre du cardinal Domenico Tardini à Dom Germain Co (...)
  • 5 AASPS, Registre Capitulaire, 1959.
  • 6 Ibid. L’élection de Dom Prou fut confirmée par Rome le 14 juillet 1959.
  • 7 Archivio Segreto Vaticano [ASV], Fonds Concile Vatican II, carton 730, « Vota Pontificiae Commissio (...)
  • 8 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 3, lettre de Dom Jean Prou au cardinal Domenico Tardini (...)

2Durant l’été 1959, Dom Germain Cozien reçut une lettre de la commission antéprépatoire du Concile, datée du 18 juin 1959, lui demandant de faire parvenir à ladite commission ses vota pour le Concile4. Cependant, le 30 janvier précédent, il avait adressé à Rome sa lettre de démission, et celle-ci avait été acceptée le 13 avril suivant5. Ce fut donc son successeur, Dom Jean Prou, élu le 5 juillet 19596, qui envoya des vota7. Ils étaient accompagnés d’une lettre datée du 8 septembre 19598. Le fil directeur du texte de Dom Prou est l’unité de l’Église. Dans son introduction, il met l’accent sur le fait que cette unité est troublée par l’évolutionnisme rationaliste, avant de dénoncer l’ultime fin de celui-ci, à savoir la constitution d’une sorte d’Église universelle au sein de laquelle l’Église catholique aurait sa place, mais au milieu et au même titre que les autres. L’introduction est suivie de sept pages de texte dans lesquelles sont disposés, en deux colonnes, d’un côté les « erreurs principales qui constituent cet évolutionnisme naturaliste ou qui en découlent », et de l’autre les vota proposés à la commission « pour remédier à ces erreurs ». Le document est divisé en trois grandes parties intitulées : 1) Doctrine de Dieu, de la création et de l’ordre surnaturel ; 2) Vertus et moyens de sanctification ; 3) État de perfection et diversité des états de vie ou leurs obligations respectives.

3Dans la première partie, Dom Prou dénonce l’intuitionnisme, le fidéisme, une certaine tendance panthéiste, un évolutionnisme intégral, un évolutionnisme « encore plus universel », l’application de la dialectique hégélienne à la doctrine et à la pratique de l’Église, et le laïcisme politique. Pour chacune de ces erreurs, il propose un remède. Dans la deuxième partie, intitulée « Vertus et moyens de sanctification », Dom Prou dénonce le naturalisme et l’activisme et rappelle la nécessité de l’oraison et de la contemplation, ainsi que l’importance des sacrements et du sacrifice eucharistique. Il insiste sur la liturgie en demandant que le Concile rappelle l’obligation grave pour les religieux et les clercs de réciter les heures canoniques. Il propose également la réalisation d’une nouvelle traduction des Psaumes dans un style plus adapté aux expressions des Saintes Écritures, des Pères et de la liturgie. Dans un corollaire sur la discipline liturgique et sacramentelle, il préconise la concession de la concélébration sacramentelle dans les liturgies latines. Enfin, il demande que l’utilité de la confession fréquente soit affirmée, même pour les personnes n’ayant péché que véniellement. La troisième et dernière partie est intitulée « État de perfection et diversité des états de vie ou leurs obligations respectives ». Tout en dénonçant le personnalisme, Dom Prou rappelle la supériorité de la vie consacrée par rapport à la condition matrimoniale en raison du vœu de virginité propre à cet état. Il insiste également sur l’utilité des vœux religieux, notamment l’obéissance, et enjoint au Concile de réaffirmer l’obéissance due par tous les clercs aux lois et décrets du Siège apostolique concernant le culte liturgique et de rejeter la fausse notion d’obéissance qui se prétend « selon l’esprit ». Il se soucie également de ceux qui confondent les fonctions apostoliques des clercs et des laïcs. En réponse à ceux qui considèrent la contemplation comme inutile et réservée à certaines âmes, il demande que le Concile affirme l’aspect apostolique de la vie contemplative. Enfin, il se prononce en faveur de l’exemption du service militaire pour les clercs et les religieux en raison du danger que cela représente pour leur vocation.

4Dans les vota de Dom Prou, il n’est quasiment question que de condamnation des erreurs et de réaffirmation de certaines vérités, sans qu’il soit question d’adaptation, de simplification ou d’un quelconque aggiornamento. Certes, dans un votum, il demande l’extension de la concélébration, mais celle-ci n’est pas préconisée pour les mêmes raisons que celles qui guidaient certains zélateurs du mouvement liturgique. Pour Dom Prou, elle était souhaitable pour signifier plus fortement l’unité, pour extirper la concélébration cérémonielle, et pour restaurer un usage admis chez les Orientaux et pratiqué jadis par le pape lui-même.

  • 9 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 2.
  • 10 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus Internationalis Patrum, un groupe d’opposants au sein du Concile (...)
  • 11 Ibid., p. 229-237.
  • 12 Jean-Jacques Marziac, Des évêques français contre Mgr Lefebvre, II. Mystères douloureux, Eguelshard (...)
  • 13 Archives du séminaire d’Écône [ASE], Fonds Marcel Lefebvre, dossier E03-07, « Ensemble des réflexio (...)

5Par ailleurs, la participation de Dom Prou au Concile fut sérieusement préparée à Solesmes. Dès qu’ils furent reçus à l’abbaye Saint-Pierre, les premiers schémas furent minutieusement étudiés par plusieurs bénédictins mis à contribution par leur abbé9. De plus, au cours du mois de septembre 1962, Mgr Lefebvre se rendit à Solesmes pour y étudier les schémas conciliaires avec certains théologiens de l’abbaye. Les relations de celui qui était alors supérieur général de la Congrégation du Saint-Esprit avec Solesmes étaient anciennes et s’expliquent en partie par son séjour au Séminaire français de Rome dans les mêmes années que les futurs Dom Paul Nau et Dom Georges Frénaud10. Plus tard, Mgr Lefebvre se rendit à Solesmes de temps en temps et, lorsqu’il était archevêque de Dakar, il travailla à la fondation d’un monastère bénédictin au Sénégal. Par ailleurs, il y avait une grande proximité doctrinale entre Mgr Lefebvre et Solesmes. Celle-ci s’est manifestée, entre autres, par leur soutien commun à la Cité Catholique11, mouvement que Mgr Lefebvre a connu par l’intermédiaire de Dom Frénaud12. Ce dernier fut conseiller ecclésiastique de la revue Verbe, organe de ce mouvement, depuis sa naissance jusqu’en 195513. Aussi, il n’est guère étonnant que Mgr Lefebvre ait écrit le mot suivant à Dom Prou le 23 août 1962 :

  • 14 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 20, lettre de Mgr Marcel Lefebvre à Dom Jean Prou, 23 a (...)

Rentré à Paris le 10 septembre, je pensais me rendre à Solesmes le 11 dans la soirée ou le 12 dans la matinée et, afin de vous donner un dimanche pour l’ordination du sous-diacre, je resterai jusqu’au dimanche 16 inclus. Nous pourrions auparavant étudier particulièrement les schémas, que je n’ai pas encore reçus ! Mais je compte les demander à Rome, puisque je m’y rends demain. Je pense pouvoir ramener de Rome les schémas primitifs correspondants14.

  • 15 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 2, lettre de Dom Paul Nau à Dom Jean Prou, 21 novembre  (...)

6Les archives ne permettent pas de savoir quels furent les documents étudiés à Solesmes par Mgr Lefebvre et quelques bénédictins de l’abbaye, mais seulement d’affirmer qu’ils réfléchirent à la question de la « pastoralité » du Concile qui leur causait des appréhensions15.

  • 16 Archives de l’abbaye Sainte-Cécile de Solesmes [AASCS], Chroniques, Carton 2H19, février 1962.
  • 17 Ibid., octobre 1962.
  • 18 Ibid., 11 octobre 1962.

7Le Concile ne fut pas préparé seulement à l’abbaye Saint-Pierre ; il le fut également à Sainte-Cécile. Pour disposer conventuellement les sœurs à l’événement, Dom Prou leur fit six conférences sur l’Église16. De plus, du 3 au 11 octobre, elles firent une neuvaine préparatoire conventuelle17. Le 11 octobre, jour de l’ouverture du Concile, de 8 heures et demi à 13 heures, la communauté regarda la cérémonie d’ouverture à la télévision. Dans la chronique de la communauté, on peut lire : « C’est la première expérience directe de la télévision, et vraiment nous nous félicitons des progrès de la science moderne18. »

Solesmes au Concile

  • 19 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 5, « Pro Memoria. Questionnaire », 28 juillet 1962.
  • 20 Ibid. ; AASPS, « Chroniques de voyage », lettres de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Rom (...)
  • 21 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 9, lettre de Dom Jean Prou à Dom Georges Frenaud, Rome, (...)
  • 22 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 5, « Pro Memoria. Questionnaire », 28 juillet 1962.
  • 23 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 3, document de la Secrétairerie d’État signé par le car (...)
  • 24 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou au second Concile du Vatican », Lettre aux amis de Solesmes, 151, (...)
  • 25 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 15, « Commissio Conciliaris de Sacra Liturgia. Subcommi (...)

8Dom Prou se rendit au Concile avec Dom Dautremer, son secrétaire particulier19, ainsi qu’avec un peritus privatus. Pour les trois premières sessions, ce fut Dom Frénaud20 ; pour la dernière, ce fut Dom Meugniot21. Ils logeaient à l’Abbazia San Girolamo, via di Torre Rossa22. Le 29 octobre 1962, Dom Prou fut nommé membre de la commission liturgique par Jean XXIII23. Cette nomination est probablement liée au fait que le pape le connaissait pour avoir fait des séjours à Solesmes lorsqu’il était nonce en France24. Au sein de la commission liturgique, Dom Prou fut membre de la sous-commission de la musique sacrée25. Les archives consultées montrent qu’il fut assidu aux réunions et au travail de la commission. Voici, à ce propos, le témoignage du secrétaire particulier de Dom Prou dans une lettre à Dom Edmond Boissard, destinée à être lue à la communauté de Saint-Pierre :

  • 26 AASPS, « Chroniques de voyage », lettre de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Rome, 26 nov (...)

Ce soir, c’est de la Congrégation des rites que je vous écris, installé dans un parloir légèrement surchauffé dont je viens de refermer sur moi la porte capitonnée en prenant soin de mettre la clef à l’intérieur, de peur qu’on ne m’enferme au moment de la sortie des bureaux. En effet, la commission, qui siège courageusement plus de deux heures chaque soir, se sépare à une heure tardive, bien après que les employés de la Congrégation soient retournés chez eux. Les membres liturgiques sont plus de 50, et c’est dans une salle trop petite qu’ils se réunissent : aussi, on s’explique sans peine leur teint passablement cramoisi au sortir de la séance26.

  • 27 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus Internationalis Patrum…
  • 28 Philippe Roy-Lysencourt, Les Membres du Coetus Internationalis Patrum au Concile Vatican II. Invent (...)
  • 29 ASV, Fonds Concile Vatican II, carton 762, 272 et carton 765, 294, fasc. 3 ; ASE, E02-09A, 004 ; Ac (...)
  • 30 AS, III, I, p. 621-628 ; ASE, E02-09A, 002 ; ASV, carton 768, dossier 317, fasc. 3.
  • 31 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 17, lettre adressée au pape par cinq Pères conciliaires (...)
  • 32 ASE, Fonds Marcel Lefebvre, E02-10, supplique à Paul VI de Mgr Lefebvre, Mgr Xavier Morilleau et Do (...)
  • 33 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 20, lettre de Mgr Marcel Lefebvre à Dom Jean Prou, Pari (...)
  • 34 ADSE, Fonds Victor-Alain Berto, dossier « Le deuxième Concile du Vatican », lettre de Mgr Marcel Le (...)
  • 35 ASE, E02.08, 002, « De Libertate religiosa ».

9Il faut par ailleurs mentionner, à propos de la participation conciliaire de Dom Prou, son implication au sein du Coetus Internationalis Patrum (CIP), qui fut le principal groupe de la minorité conciliaire27. Présidé par Mgr Lefebvre, il comportait plus d’une soixantaine de membres et sympathisants28. Le rôle joué par Dom Prou en son sein est difficile à évaluer. Il fut l’un des fondateurs, cela semble certain, mais fut-il un élément moteur ? Bien qu’il ait été membre du comité directeur, la documentation ne permet pas de répondre à cette question avec une certitude absolue, mais il ne semble pas. En revanche, au-delà de l’implication personnelle de Dom Prou au sein de ce groupe, la congrégation de Solesmes joua un rôle fondamental dans l’histoire du CIP parce que des théologiens de l’abbaye Saint-Pierre, notamment Dom Paul Nau et Dom Georges Frénaud, prêtèrent main forte au groupe. Par ailleurs, plusieurs réunions du CIP se tinrent à l’abbaye Saint-Pierre pendant les intersessions du Concile. Ainsi, durant la première intersession, une première réunion de travail se tint à Solesmes. Les schémas De Divina Revelatione, De Ecclesia et De Episcopis ac de dioecesium regimine y furent étudiés et des remarques sur chacun d’eux envoyées au secrétariat général du Concile29. Durant la deuxième intersession, il y eut quatre rencontres du Coetus à l’abbaye Saint-Pierre. Deux d’entre elles se tinrent en janvier 1964, du 11 au 14 et du 24 au 28. Durant celles-ci, le groupe élabora un compendium d’ecclésiologie qui fut envoyé au secrétariat du Concile30. Le groupe se réunit à nouveau en juin. Cette rencontre donna lieu à la rédaction d’une supplique envoyée à Paul VI pour dénoncer l’utilisation de certaines expressions équivoques présentes dans les schémas31. Enfin, certains membres du groupe se réunirent à Solesmes du 7 au 11 juillet. Lors de cette réunion, ils rédigèrent un postulatum au pape pour lui demander que Marie soit déclarée Mère de l’Église, que Vatican II soit le strict prolongement de Vatican I, et qu’il soit déclaré que la primauté avait été confiée à Pierre de manière immédiate, sans la médiation du Collège des Apôtres32. Le Coetus se réunit à nouveau deux fois à Solesmes durant la troisième intersession : une première fois en juillet 1965, du 15 au 2133, et une seconde fois au mois d’août34. Les archives ne permettent pas de dire grand-chose à propos de ces réunions, mais il semble qu’ils travaillèrent, durant la seconde, sur la question de la liberté religieuse35.

  • 36 AASPS, « Chroniques de voyage », lettre de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Saint-Jérôme (...)
  • 37 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 28, « Région apostolique de l’Ouest, réunion épiscopale (...)
  • 38 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 22, lettre de l’abbé Vauchez à Dom Jean Prou, Angers, 2 (...)
  • 39 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 23.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Centre de Recherche Bretonne et Celtique (Brest), Fonds Bernard Besret-Abbaye de Boquen, ABB32 T 37 (...)

10Il faut par ailleurs souligner que Dom Prou ne fréquentait pas exclusivement le Coetus. Le 20 octobre 1962, Dom Dautremer écrivait : « Entre les jours de congrégations générales, il y a les réunions particulières, par pays ou par ordres religieux, et c’est ainsi que je fais souvent le chemin de Saint-Anselme où se réunissent les Pères appartenant aux familles monastiques36. » Les archives de Solesmes montrent par ailleurs que Dom Prou prit probablement part à la réunion des évêques de la région apostolique de l’Ouest à Angers en avril 1963 et qu’il participa à celle de janvier 1964 pour étudier différents schémas avec les évêques. D’autre part, des notes de Dom Frénaud prouvent que ce dernier participa à l’une de ces réunions en juin 196337. Dans ces assemblées se trouvaient des experts comme les Pères Congar, Laurentin et de Lubac, qui n’étaient pas de la même orientation théologique que Solesmes38. Dom Prou était par ailleurs membre de l’Union romaine des supérieurs généraux. Il en faisait partie, il recevait la documentation, mais les archives consultées ne permettent pas d’affirmer qu’il participa aux réunions39. Si un procès-verbal montre que Solesmes était représentée par Dom Des Mazis, procurateur général de la congrégation, lors de la réunion du 28 juin 196340, les autres procès-verbaux qui se trouvent dans les archives de Solesmes ne portent pas trace de la présence d’un bénédictin de Solesmes ; soit il n’y en avait aucun, soit il était silencieux41. Il faut cependant mentionner qu’au mois d’août 1964, Dom Frénaud fit une « Note sur le nouveau schéma De religiosis » et qu’il est indiqué, sur celle-ci, qu’elle fut « présentée à la demande de plusieurs supérieurs monastiques42 ». S’agissait-il des membres de l’Union romaine des supérieurs généraux ? On peut le supposer, mais les archives de l’abbaye Saint-Pierre ne permettent pas de répondre à cette question.

  • 43 Philippe Roy-Lysencourt, Les Membres…, p. 67-75.
  • 44 AS, I, I, p. 477-478.
  • 45 AS, I, II, p. 266.
  • 46 AS, I, II, p. 377.
  • 47 AS, I, II, p. 445-447.
  • 48 AS, I, II, p. 746-748.
  • 49 AS, II, I, p. 553-559.
  • 50 AS, II, II, p. 847-851.
  • 51 AS, II, IV, p. 62-64.
  • 52 AS, III, I, p. 749-751.
  • 53 AS, III, I, p. 488-489.
  • 54 AS, III, II, p. 152-153.
  • 55 AS, III, II, p. 734-737.
  • 56 AS, III, V, p. 519-520.
  • 57 AS, IV, I, p. 830-835.
  • 58 AS, IV, II, p. 245-247.
  • 59 AS, IV, II, p. 805-806.
  • 60 AS, IV, V, p. 452-454.

11Par ailleurs, Dom Prou intervint dix-sept fois au Concile, ce qui en fait un membre plutôt actif. Il intervint quatre fois oralement et treize fois par écrit. Il signa en outre sept interventions orales et onze animadversiones scriptae43. Pendant la première session, Dom Prou intervint uniquement sur le schéma De sacra liturgia : oralement sur le préambule et le chapitre I44, par écrit sur les chapitres II45 et III46, oralement sur le chapitre IV47, par écrit sur les chapitres V à VIII48. Pendant la première intersession, il envoya des animadversiones scriptae sur le De Ecclesia49. Durant la deuxième session, il déposa des remarques écrites sur les chapitres II50 et IV51 de ce schéma. Lors de la deuxième intersession, il envoya des animadversiones scriptae sur le De Ecclesia en général52. Durant la troisième session, il déposa des animadversiones scriptae sur les chapitres VII53 et VIII54 de ce même schéma. Il déposa également des remarques écrites sur le De libertate religiosa55, et il intervint sur le chapitre I du De Ecclesia in mundo huius temporis56. Durant la troisième intersession, il envoya des remarques écrites sur le De libertate religiosa57. Enfin, durant la quatrième session, il déposa des animadversiones scriptae sur ce texte58, de même que sur le De Ecclesia in mundo huius temporis59, ainsi que sur le De ministerio et vita presbyterorum60.

  • 61 AS, I, I, p. 477 ; I, II, p. 266 ; I, II, p. 377 ; I, II, p. 445 ; I, II, p. 746.
  • 62 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou… », p. 24.

12Les interventions les plus importantes de Dom Prou sont probablement celles sur la liturgie. À ce propos, il invitait à la prudence et travailla pour que les coutumes propres à certaines communautés soient sauvegardées. Il prit également la défense de la langue latine et du chant grégorien et proposa, en outre, l’édition de livres de chant avec des mélodies plus simples61. Dom Prou joua par ailleurs un rôle, qu’il faudrait mesurer, dans l’extension de la concélébration : il en avait fait la demande dans ses vota préconciliaires et il revint sur la question durant le Concile. D’autre part, Dom Prou fut à l’origine d’une pétition demandant que la messe de clôture de la première session du Concile soit chantée en grégorien avec les personnes présentes plutôt qu’en polyphonie par le seul chœur de la Chapelle Sixtine, ce qui fut accepté62.

  • 63 AASCS, Chroniques, carton 2H19.
  • 64 Ibid., 18 octobre 1963.
  • 65 Ibid., 26, 27, 28 septembre 1963.
  • 66 Ibid., 14 septembre 1965.
  • 67 Ibid., 17 octobre 1963.
  • 68 Ibid., 16 décembre 1962 ; 20 décembre 1963 ; 28 février 1965.

13Pendant que ces événements se passaient, à Sainte-Cécile, les sœurs participaient à leur façon : au réfectoire, les lectures étaient orientées vers Rome et la communauté attendait avec impatience les lettres du Père abbé63. Dans celles-ci, Dom Prou ne les informait pas seulement de ce qui se passait dans la Ville éternelle ; il les invitait également à la prière et au sacrifice. Par exemple, en octobre 1963, il leur demanda de prier pour le Concile en spécifiant que c’était le rôle le plus important qu’elles avaient à y jouer. À la prière, il ajouta la mortification, celle du silence surtout64. Les sœurs ne manquaient d’ailleurs pas de prier pour le Concile. Ainsi, par exemple, les 26, 27 et 28 septembre 1963, elles redirent les prières de la neuvaine préparatoire de 196265. De même, le 14 septembre 1965, pour l’ouverture de la dernière session, elles eurent une heure d’adoration dans l’après-midi avec le chant du Miserere au Salut du Saint-Sacrement66. Par ailleurs, certaines sœurs offrirent leurs souffrances et même leur agonie pour le Concile. Voici, par exemple, les mots écrits à sa famille avant sa mort par une sœur décédée le 17 octobre 1963 : « J’offre tout pour l’Église, pour le Saint-Père, pour le Concile67. » Enfin, pendant les intersessions, Dom Prou donnait une conférence aux sœurs pour leur raconter les événements du Concile68.

La réception du Concile à Solesmes

14Présenter avec précision la réception du Concile par la Congrégation bénédictine de France ne peut se faire en quelques lignes. Cela demanderait de longs développements. En effet, avant de faire une synthèse et de schématiser, il faudrait analyser cette réception pour chacune des abbayes, chaque monastère étant relativement autonome et traversé par des courants sensiblement différents selon son histoire propre et le milieu culturel dans lequel il est implanté. Peut-on assimiler la réception du Concile à Saint-Pierre de Solesmes à la manière dont elle s’est faite à Keur Moussa ? Peut-on amalgamer celle de Saint-Martin de Ligugé à celle de Notre-Dame de Fontgombault ? Ces deux questions suffisent à supposer la complexité du sujet. Il faudrait donc une longue et minutieuse enquête pour le présenter avec justesse, de même qu’un long développement pour l’exposer finement. On abordera donc ici seulement la réception du Concile par les deux abbayes dont il a été question dans les parties précédentes.

15À Saint-Pierre et à Sainte-Cécile de Solesmes, tous les textes conciliaires furent acceptés avec soumission. Il semble même que ce fut sans grande difficulté. Prenons deux exemples : celui de la liturgie, à laquelle la congrégation s’intéressait particulièrement, et celui de la liberté religieuse, qui fut le texte contre lequel le Coetus s’est battu avec le plus d’acharnement et sur lequel Dom Prou s’est aussi prononcé à trois reprises personnellement.

  • 69 Ibid., 10 et 28 février 1965.
  • 70 Ibid., 7 mars 1965.

16Au Concile, comme cela a été mentionné, Dom Prou fut membre de la commission liturgique. Si son rôle exact au sein de cette commission n’a pas encore été étudié, il est indéniable qu’il fut un acteur de la construction du schéma. Le texte final répondait-il exactement à ses vœux ? Sur la question de la concélébration, probablement. Pour le reste, il faudrait une étude précise pour le savoir. Une chose est certaine : Dom Prou a reçu et fait sien, à sa manière et dans son contexte particulier, le contenu doctrinal et ecclésiologique de la constitution Sacrosanctum Concilium qu’il s’est appliqué à transmettre à sa communauté en l’harmonisant avec la tradition solesmienne. Ainsi, malgré de légères tensions au sein de la communauté, la réforme liturgique et la concélébration furent immédiatement adoptées à Saint-Pierre. Par ailleurs, dès la troisième intersession, Dom Prou prépara les religieuses de Sainte-Cécile aux modifications liturgiques. Ainsi, en février 1965, il leur parla de la concélébration et leur fit une conférence pour leur indiquer l’esprit à apporter dans l’application de la réforme liturgique69. Le 7 mars suivant, à la messe conventuelle, les moniales inaugurèrent des modifications légères70.

  • 71 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Dom Jean Prou à Dom Sighard Kleiner, sl, (...)
  • 72 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Dom Jean Prou à Paul VI, Solesmes, 6 sep (...)
  • 73 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Mgr Giovanni Benelli, substitut de la Se (...)

17Concernant la réception de la réforme liturgique à Solesmes, il faut également mentionner qu’après le Concile, Dom Prou s’est inquiété de l’avenir du chant grégorien. En septembre 1967, il écrivit à Dom Sighard Kleiner, membre du synode des évêques, au sujet de « certains projets de réforme liturgique qui touchent de très près à la vie de nos monastères ». S’inquiétant du sort du grégorien, il voulait lui exprimer sa pensée pour que des modifications soient introduites : « Je me suis permis de vous exprimer ma façon de voir en pensant qu’elle rejoindrait probablement la vôtre, et que lors des débats, vous ne manqueriez pas de proposer de substantiels amendements à un texte vraiment ambigu71. » Quelques jours plus tôt, il avait écrit à Paul VI à ce sujet en lui demandant d’intervenir « de toute sa paternelle autorité pour que soit très clairement exprimé, dans les textes législatifs de la réforme liturgique, que tous ceux qui gardent la liturgie romaine en latin gardent aussi, selon la lettre et l’esprit de la constitution liturgique, le droit à l’usage du répertoire grégorien authentique72 ». Le substitut de la Secrétairerie d’État lui répondit que Paul VI l’avait chargé de le remercier en son nom et de l’assurer que ses observations seraient transmises au Consilium73.

  • 74 ASV, Sacrosanctum Oecumenicum Concilium Vaticanum II, Suffragationes N. 541-542-543- 544, Sessio Pu (...)
  • 75 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou… », p. 39.

18Concernant la liberté religieuse, il faut d’abord spécifier que ce fut le document conciliaire le plus critiqué par les traditionalistes après Vatican II. Pendant le Concile, la position de Dom Prou n’était pas différente de celle des autres dirigeants du CIP. Cependant, contrairement à eux, il a voté en faveur du document lors du vote de promulgation74. Après le Concile, il fit des conférences sur le sujet à sa communauté. Il affirmait que le texte conciliaire n’était pas en opposition avec la doctrine traditionnelle : « On doit dire que l’enseignement de la déclaration n’offre pas en lui-même d’ambiguïté et, loin d’être en contradiction avec l’enseignement antérieur de l’Église, il est, au contraire, en continuité avec lui et le développe75. »

  • 76 Ibid., p. 12 et 44-45.

19D’une façon générale, Dom Prou a soutenu qu’il fallait recevoir les documents conciliaires sans tenir compte des débats qui avaient eu lieu lors de l’événement. Selon Dom Philippe Dupont, qui a bien connu Dom Prou et dont le témoignage a valeur de source historique, « Dom Prou ne voulait pas que l’on s’arrête à toutes les discussions qui ont eu lieu dans l’aula conciliaire ». Ce qu’il fallait garder de Vatican II, affirmait-il, c’était « uniquement ses documents promulgués et non pas tout ce qui a pu être dit durant le Concile ». C’est pour cela, par exemple, que, « malgré des demandes pressantes et répétées dans sa communauté », Dom Prou n’a pas voulu rédiger ses mémoires sur l’événement. C’est pour cela aussi qu’il s’opposa à ceux qui se réclamaient de l’esprit du Concile. Il disait qu’on ne pouvait réduire le Concile à son esprit en laissant de côté la lettre. Selon lui, il fallait « apprendre à lire les textes ». En outre, il affirmait « qu’une constitution conciliaire n’était pas un manuel théologique » et qu’il « fallait la recevoir avec un grand esprit de foi et une vraie docilité de l’intelligence et de la volonté76 ».

  • 77 AASPS, dossier Mgr Lefebvre, « Au sujet de la lettre de Laurent B[…], du 27 octobre 1976 », 1er nov (...)

20Ce fut, d’une façon générale, l’attitude prise par les anciens du Coetus. Ce ne fut cependant pas celle de Mgr Lefebvre. Malgré l’amitié qui les unissait et tout ce qu’ils partageaient au niveau doctrinal et théologique, Dom Prou ne suivit pas Mgr Lefebvre dans sa contestation du Concile. Les archives de Solesmes conservent une note du 1er novembre 1976 au sujet d’un jeune homme qui était à Écône et qui, vraisemblablement, demandait conseil à Solesmes sur ce qu’il devait faire : « Sur le fond du problème, je ne pense pas qu’on puisse être pleinement d’accord avec Mgr L., tout en admettant que beaucoup de vérités qu’il enseigne sont vraies et qu’un grand nombre d’abus qu’il fustige sont condamnables. » La note indique également : « Mais, le fond du problème n’est pas là. Il consiste en ce que Mgr “accuse le Concile” et le récuse en bloc, qu’il fait comme si l’autorité du pape n’existait pas et lui désobéit en matière grave. » Pour Solesmes, la résolution de la crise se trouvait dans la soumission au pape, et c’est pour cela que la note concluait : « Je crois donc qu’au dilemme que se pose Laurent, il faut répondre que, si les choses ne peuvent s’arranger – et elles ne peuvent s’arranger sans soumission de Mgr L. –, il n’a pas le droit de rester à Écône, et que se faire ordonner illicitement constitue objectivement un péché grave77. » Cette note soulève une question importante : la réception du Concile par Dom Prou et par Solesmes, dont le conservatisme était connu en France, a-t-elle empêché certains catholiques de suivre Mgr Lefebvre ? Selon la documentation consultée, il est probable que ce soit le cas. Il faudrait cependant une enquête minutieuse pour répondre précisément à cette question.

Notes

1 Voir, en dernier lieu, Claudine Blanchard, Dom Guéranger avant Solesmes. Un retour aux sources, Paris, Cerf, 2018 (avec une bibliographie détaillée).

2 Archives de l’abbaye Saint-Pierre de Solesmes [AASPS], Elenchus Congregationis S. Petri de Solesmis, 1961.

3 Jean Prou naquit à Nantes (France) le 17 novembre 1911. D’abord séminariste au grand séminaire de Nantes pendant deux ans, il entra à l’abbaye bénédictine de Solesmes le 23 octobre 1931. Il fit sa profession solennelle en 1937 et fut ordonné prêtre l’année suivante, le 21 août 1938. En 1939, il devint Père zélateur, en remplacement d’un confrère mobilisé. Il fut nommé zélateur en titre en janvier 1941. En avril 1948, il reçut la responsabilité de maître des frères et celle de cérémoniaire, charge qu’il garda pendant plus de cinq ans. Le 1er novembre 1953, il fut nommé procureur général de la congrégation. Cette tâche le retint pendant presque six ans à Rome. Le 5 juillet 1959, il fut élu abbé de Solesmes. Il démissionna de sa charge en 1992 et mourut à Solesmes le 14 novembre 1999.

4 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 1, lettre du cardinal Domenico Tardini à Dom Germain Cozien, Cité du Vatican, 18 juin 1979.

5 AASPS, Registre Capitulaire, 1959.

6 Ibid. L’élection de Dom Prou fut confirmée par Rome le 14 juillet 1959.

7 Archivio Segreto Vaticano [ASV], Fonds Concile Vatican II, carton 730, « Vota Pontificiae Commissioni Antepraeparatoriae pro Concilio Oecumenico proponenda », Solesmes, septembre 1959.

8 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 3, lettre de Dom Jean Prou au cardinal Domenico Tardini, Solesmes, 8 septembre 1959.

9 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 2.

10 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus Internationalis Patrum, un groupe d’opposants au sein du Concile Vatican II, Université Lyon 3 – Université Laval, 2011, t. 1, p. 134-157.

11 Ibid., p. 229-237.

12 Jean-Jacques Marziac, Des évêques français contre Mgr Lefebvre, II. Mystères douloureux, Eguelshardt, Fideliter, 1989, p. 142-143.

13 Archives du séminaire d’Écône [ASE], Fonds Marcel Lefebvre, dossier E03-07, « Ensemble des réflexions qu’à la demande de Mgr Gouet la direction de la Cité Catholique croit pouvoir faire après lecture du “résumé” qui lui a été remis ».

14 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 20, lettre de Mgr Marcel Lefebvre à Dom Jean Prou, 23 août 1962.

15 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 2, lettre de Dom Paul Nau à Dom Jean Prou, 21 novembre 1962, document de Dom Paul Nau intitulé « Équivoque du terme “pastoral” », joint à la précédente lettre.

16 Archives de l’abbaye Sainte-Cécile de Solesmes [AASCS], Chroniques, Carton 2H19, février 1962.

17 Ibid., octobre 1962.

18 Ibid., 11 octobre 1962.

19 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 5, « Pro Memoria. Questionnaire », 28 juillet 1962.

20 Ibid. ; AASPS, « Chroniques de voyage », lettres de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Rome, 5 octobre 1962 ; 23 octobre 1963 ; 16 septembre 1964.

21 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 9, lettre de Dom Jean Prou à Dom Georges Frenaud, Rome, 28 septembre 1965 ; AASPS, « Chroniques de voyage », lettre de Dom Gérard Dautremer à Dom Georges Frenaud, Rome, 17 septembre 1965.

22 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 5, « Pro Memoria. Questionnaire », 28 juillet 1962.

23 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 3, document de la Secrétairerie d’État signé par le cardinal Cicognani, 29 octobre 1962.

24 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou au second Concile du Vatican », Lettre aux amis de Solesmes, 151, 2012-3, p. 18.

25 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 15, « Commissio Conciliaris de Sacra Liturgia. Subcommissio de Musica Sacra. Relatio Sessionis diei 22 febr. 1963 ».

26 AASPS, « Chroniques de voyage », lettre de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Rome, 26 novembre 1962.

27 Philippe Roy-Lysencourt, Le Coetus Internationalis Patrum…

28 Philippe Roy-Lysencourt, Les Membres du Coetus Internationalis Patrum au Concile Vatican II. Inventaire des interventions et souscriptions des adhérents et sympathisants. Liste des signataires d’occasion et des théologiens, Leuven, Peeters, 2014.

29 ASV, Fonds Concile Vatican II, carton 762, 272 et carton 765, 294, fasc. 3 ; ASE, E02-09A, 004 ; Acta Synodalia Sacrosancti Concilii Oecumenici Vaticani II [AS], II, I, p. 647-652 ; II, IV, p. 851 ; III, III, p. 888-891.

30 AS, III, I, p. 621-628 ; ASE, E02-09A, 002 ; ASV, carton 768, dossier 317, fasc. 3.

31 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 17, lettre adressée au pape par cinq Pères conciliaires, juin 1964 ; ASE, Fonds Mgr Marcel Lefebvre, E02-10 ; AS, VI, III, p. 243-245 ; III, I, p. 678-679 ; VI, III, p. 339-340.

32 ASE, Fonds Marcel Lefebvre, E02-10, supplique à Paul VI de Mgr Lefebvre, Mgr Xavier Morilleau et Dom Jean Prou, juillet 1964 ; AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 17 ; Archives des Dominicaines du Saint-Esprit [ADSE], Fonds Victor-Alain Berto, dossier « Le deuxième Concile du Vatican » ; ASV, Fonds Concile Vatican II, carton 102, 6 ; AS, III, I, p. 679-680 ; III, I, p. 775-776.

33 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 20, lettre de Mgr Marcel Lefebvre à Dom Jean Prou, Paris, 1er juillet 1965 ; AASPS, agenda de Dom Jean Prou, jeudi 15 juillet 1965 et mercredi 21 juillet 1965.

34 ADSE, Fonds Victor-Alain Berto, dossier « Le deuxième Concile du Vatican », lettre de Mgr Marcel Lefebvre à l’abbé Victor-Alain Berto, Paris, 18 août 1965.

35 ASE, E02.08, 002, « De Libertate religiosa ».

36 AASPS, « Chroniques de voyage », lettre de Dom Gérard Dautremer à Dom Edmond Boissard, Saint-Jérôme, 20 octobre 1962.

37 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 28, « Région apostolique de l’Ouest, réunion épiscopale (travaux conciliaires) des 25-27 juin 1963 », notes prises par Dom Georges Frenaud.

38 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 22, lettre de l’abbé Vauchez à Dom Jean Prou, Angers, 26 mars 1963 ; AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 22, « Région Apostolique de l’Ouest de la France, réunion des 21 à 23 janvier 1964 à Angers, compte rendu ».

39 AASPS, Fonds Concile Vatican II, dossier n° 23.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Centre de Recherche Bretonne et Celtique (Brest), Fonds Bernard Besret-Abbaye de Boquen, ABB32 T 379.

43 Philippe Roy-Lysencourt, Les Membres…, p. 67-75.

44 AS, I, I, p. 477-478.

45 AS, I, II, p. 266.

46 AS, I, II, p. 377.

47 AS, I, II, p. 445-447.

48 AS, I, II, p. 746-748.

49 AS, II, I, p. 553-559.

50 AS, II, II, p. 847-851.

51 AS, II, IV, p. 62-64.

52 AS, III, I, p. 749-751.

53 AS, III, I, p. 488-489.

54 AS, III, II, p. 152-153.

55 AS, III, II, p. 734-737.

56 AS, III, V, p. 519-520.

57 AS, IV, I, p. 830-835.

58 AS, IV, II, p. 245-247.

59 AS, IV, II, p. 805-806.

60 AS, IV, V, p. 452-454.

61 AS, I, I, p. 477 ; I, II, p. 266 ; I, II, p. 377 ; I, II, p. 445 ; I, II, p. 746.

62 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou… », p. 24.

63 AASCS, Chroniques, carton 2H19.

64 Ibid., 18 octobre 1963.

65 Ibid., 26, 27, 28 septembre 1963.

66 Ibid., 14 septembre 1965.

67 Ibid., 17 octobre 1963.

68 Ibid., 16 décembre 1962 ; 20 décembre 1963 ; 28 février 1965.

69 Ibid., 10 et 28 février 1965.

70 Ibid., 7 mars 1965.

71 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Dom Jean Prou à Dom Sighard Kleiner, sl, 9 septembre 1967.

72 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Dom Jean Prou à Paul VI, Solesmes, 6 septembre 1967.

73 AASPS, Solesmes Missa Narrativa 1967, 2e carton, lettre de Mgr Giovanni Benelli, substitut de la Secrétairerie d’État, à Dom Jean Prou, Cité du Vatican, 19 septembre 1967.

74 ASV, Sacrosanctum Oecumenicum Concilium Vaticanum II, Suffragationes N. 541-542-543- 544, Sessio Publica IX – 7/12/65, Vol. CVIII (ultimum), « Sessio Publica IXa – 7 Decembris 1965, 541a suffragatio, De libertate religiosa – Declaratio », 541 : « Sessio Publica IXa – 7 Decembris 1965, 541a suffragatio, De libertate religiosa – Declaratio ».

75 Philippe Dupont, « Dom Jean Prou… », p. 39.

76 Ibid., p. 12 et 44-45.

77 AASPS, dossier Mgr Lefebvre, « Au sujet de la lettre de Laurent B[…], du 27 octobre 1976 », 1er novembre 1976.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search