Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

De l’expertise conciliaire à l’expérimentation monastique : Bernard Besret, de Rome à Boquen (1962-1968)

Yvon Tranvouez

Texte intégral

  • 1 Voir Béatrice Lebel, Boquen, 1965-1976. Entre utopie et révolution dans le catholicisme français, R (...)
  • 2 Sur la distinction entre experts officiels et experts officieux, voir Étienne Fouilloux, « Les théo (...)

1Il ne faut pas chercher le nom de Bernard Besret dans les index des histoires du Concile : il n’y est pas. Le cistercien n’a été connu du grand public qu’à partir de 1969, lorsque sa destitution de sa fonction de prieur de l’abbaye de Boquen, en Bretagne, en a fait le symbole de la contestation catholique post-soixante-huitarde en France1. Pourtant, son influence sur le Concile Vatican II et sa mise en œuvre est loin d’être négligeable. En tant que conseiller théologique de Mgr Huyghe, évêque d’Arras, à partir de la fin de l’année 1963, il a joué l’année suivante un rôle déterminant dans la bataille pour la reconfiguration du schéma De Religiosis, contribuant ainsi à la remise à plat qui a débouché sur le texte final du décret Perfectae Caritatis adopté lors de la dernière session en 1965, mais surtout il s’est employé à en promouvoir un mode d’emploi. Trois questions viennent alors à l’esprit. Comment se fait-il que ce jeune moine breton de vingt-huit ans soit devenu expert officieux au Concile2, alors que rien ne l’y prédisposait, et pourquoi, précisément, s’est-il brutalement rallié, au printemps 1964, à la ligne réformatrice de la majorité ? Quel a été son rôle dans le lobbying visant à entraîner l’épiscopat francophone dans la voie d’une approche résolument ecclésiale de la vie religieuse, malgré l’opposition résolue de plusieurs supérieurs majeurs attachés au privilège de l’exemption ? Enfin comment, dès 1965, alors qu’il était devenu prieur de son abbaye, a-t-il fait de la « rénovation adaptée » des ordres religieux une véritable ouverture à la modernité, ayant valeur de modèle pour l’interprétation de l’ensemble des textes conciliaires ?

Conversion conciliaire

  • 3 Né en 1935 en Bretagne, dans une famille d’esprit laïque, Jean-Claude Besret, lycéen brillant, pass (...)
  • 4 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Paris, Albin Michel, 1991, p. 137- 138
  • 5 Yvon Tranvouez, « Boquen-Clairvaux et retour : un projet avorté de refondation monastique (1959-196 (...)

2Bernard Besret a dit comment, faisant ses études à Rome à Saint-Anselme3, il a été témoin du début de l’aventure de Vatican II, se trouvant avec ses camarades à Saint-Paul-hors-les-Murs, le 25 janvier 1959, lors de la célébration au cours de laquelle Jean XXIII annonça la convocation du Concile. « Je me souviens encore de notre excitation sur le chemin du retour, le long de la via Ostiense, raconte-t-il. […] Au cours des années qui suivirent […], je me suis lancé dans cette aventure du renouveau radical de l’Église avec la même fougue qui, déjà à dix-huit ans, m’avait conduit vers le cloître4. » Il faut cependant corriger ce raccourci. À l’automne 1959, âgé de vingt-quatre ans et à peine engagé dans la préparation d’un doctorat en théologie, Bernard Besret est amené à s’occuper d’un projet de refondation de la vie monastique à Clairvaux, où l’on escompte la prochaine fermeture de la centrale pénitentiaire5. L’affaire tourne court en 1961, et elle le brouille avec son abbé, Dom Alexis Presse, et malgré leur réconciliation à l’été 1962, deux mois après qu’il a soutenu sa thèse, il reste à Rome, où il se trouve donc au moment de l’ouverture du Concile. Mais le temps lui manque pour s’y intéresser vraiment, dans la mesure où il vient d’être nommé à la fois professeur de philosophie à Saint-Anselme et assistant de l’abbé général de son ordre, Dom Sighard Kleiner.

  • 6 A.F., chapeau introductif à Claude Haouizée, « L’Église condamnée à l’ambiguïté ? », Aspects de la (...)
  • 7 Claude Haouizée, « Paul VI et le catholicisme français », ibid., 26 décembre 1963.
  • 8 Xavier Vallat à Bernard Besret, 21 janvier 1963, Fonds Abbaye de Boquen-Bernard Besret (désormais A (...)

3Le printemps 1963 le laisse un peu plus disponible et, sous le pseudonyme de Claude Haouizée (qui associe son deuxième prénom à l’état-civil et le nom de jeune fille de sa mère), il publie un premier article dans l’hebdomadaire royaliste Aspects de la France, qui le présente comme « un serviteur de Dieu qui est aussi un ami de notre journal6 ». Avec la deuxième session, cette collaboration devient régulière et prend la forme d’une « chronique du Concile », dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est guère favorable à ceux qui poussent au changement. Fin décembre, il s’en prend vertement aux Informations catholiques internationales et à Henri Fesquet, représentants d’un « catholicisme dit d’avant-garde qui se nourrit de slogans et se réjouit du désordre qu’il crée partout où il passe7 ». Les vœux fournissent d’ailleurs à Xavier Vallat, le directeur d’Aspects de la France, l’occasion de le remercier pour les « beaux et substantiels articles que nos lecteurs goûtent infiniment » et qui contrastent avec toutes les « sottises » qui s’impriment en France sur le Concile8. La chronique s’espace puis s’interrompt fin février1964, faute d’actualité, mais surtout de disponibilité de son rédacteur.

  • 9 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 8 décembre 1963, ABB12-C550.
  • 10 Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 2, Paris, Cerf, 2002, p. 255.

4« Le Concile, peu à peu, m’a happé, et une fois le doigt dans l’engrenage, tout le bonhomme y a passé », écrit Bernard Besret en décembre 1963. Grâce au cardinal Ferretto, protecteur de l’ordre cistercien, il a été autorisé à assister à plusieurs congrégations générales : « Aucune surprise, certes, car tout avait déjà été si bien raconté et décrit dans les journaux. Et pourtant c’est tout autre chose d’y avoir pris part en personne et d’avoir circulé dans les bas-côtés de Saint-Pierre où les rencontres les plus extraordinaires étaient possibles. » Mais surtout, il a été approché par Mgr Huyghe, membre de la commission des religieux, « qui voulait avoir [s]on avis sur différents problèmes discutés9 ». Conversation fructueuse : il devient conseiller théologique de l’évêque d’Arras, l’un des rares évêques français, au jugement du Père Congar, vraiment actifs et désireux de réformer l’Église10, et cette fonction, qui s’ajoute aux autres, l’absorbe à partir du printemps suivant.

  • 11 Xavier Vallat à Bernard Besret, 16 septembre 1964, ABB12-C588.
  • 12 Bernard Besret, De commencement en commencement. Itinéraire d’une déviance, Paris, Seuil, 1976, p.  (...)

5Xavier Vallat le sollicite à nouveau en septembre 1964. « Voici la 3ème session du Concile ouverte, et avec quel éclat ! Tous les Fesquet et les Laurentin essayent de travestir l’intention profonde qu’il est facile de déceler sous les propos du souverain pontife, et il est plus que jamais urgent que nos lecteurs ne soient pas désorientés par tout ce qu’ils entendent dire à droite et à gauche, … à gauche surtout. Aussi nous comptons absolument sur vous pour les informer exactement et sagement11. » Il n’en sera rien : depuis plusieurs mois déjà, Bernard Besret a changé de camp. « Je dois avouer qu’avant le Concile, je n’étais pas spécialement d’avant-garde, a-t-il expliqué plus tard. De l’Église, j’avais accepté tout en bloc – ou presque. J’ai vécu en robe blanche, scapulaire noir et chapeau rond. Quand Pie XII apparaissait place Saint-Pierre, je sautais avec tout le monde en criant Viva il Papa !, et je lançais mon chapeau en l’air, pour le rattraper12. » Interrogé en 2014, il s’étonne d’être resté si longtemps à droite. Que s’est-il donc passé, tout d’un coup ?

  • 13 L’humilité est trop souvent, dans les milieux religieux, le paravent des médiocres. « Il ne faut pa (...)
  • 14 Dom Alexis Presse à Bernard Besret, Toussaint 1963, ABB12-C547.

6Même si le jeune cistercien n’a jamais fait mystère de ses ambitions13, il serait un peu court de voir dans ce virage à gauche un ralliement opportuniste à la majorité. Aspects de la France, ce n’était qu’une tribune commode offerte par le réseau aristocratique qui entourait Dom Alexis, et Bernard Besret avait pris soin d’y écrire sous pseudonyme. En fait, c’est une lettre que le vieil abbé lui adresse à la Toussaint 1963 qui change tout. « Les circonstances vous ont fixé à Rome et vous y maintiendront, écrit Dom Alexis, vous y ferez votre carrière : le pied est à l’étrier, il n’y a qu’à marcher. Et sans craindre de vous disperdre [sic], pourvu que vous vous souveniez des enseignements reçus à Boquen et de ceux que je vous donnai dans mes longues lettres de vos premières années à Rome. […] Sans retour sur un passé qui n’est plus en notre pouvoir, regardons en avant, quae retro sunt obliviscentes, dit saint Paul, ad anteriora progredientes. […] Quant à Boquen, je vous l’ai déjà dit, laissez faire la Providence. Aussi bien perd-on et son temps et sa peine quand on veut regimber ou se mettre en travers14. » L’affaire de Clairvaux, dans laquelle le jeune moine avait longtemps joué sa partie à l’insu de son abbé, avait mené les deux hommes à un point de rupture, et Bernard Besret, profondément affecté, n’avait eu de cesse que de retrouver sa place à Boquen. Cette fois, c’est Dom Alexis lui-même qui l’émancipe, en quelque sorte, le renvoyant, pour la première fois d’une longue série, de commencement en commencement.

  • 15 En 1961, au plus fort de la crise de Clairvaux, il avait envisagé d’entrer chez les Dominicains.
  • 16 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 8 décembre 1963, ABB12-C550.

7En tout cas, c’est bien ainsi que Bernard Besret l’a compris, si l’on en juge par la réponse qu’il lui fait un mois plus tard. « Je ne suis plus apte à vivre dans le Boquen tel que vous l’avez conçu et tel qu’il existe encore aujourd’hui. Cette parole est dure à écrire, mais je la crois réaliste. Mais il me semble qu’elle me donne les chances maximae de pouvoir opérer, au sein d’un ordre établi (que je ne pense pas quitter15), un renouveau monastique qui, tout en suivant l’idée de fond de Boquen, lui donne une nouvelle expression aujourd’hui absolument nécessaire pour la survie de cette idée16. » Dans l’immédiat, cela passe par son engagement dans le combat conciliaire, afin de modifier le schéma très conservateur du décret sur la vie religieuse.

Campagnes réformatrices

  • 17 La grogne est là dès octobre : voir Yves Congar, Mon journal…, t. 1, p. 453.

8Dans ce dossier, il y a plusieurs choses qui fâchent les quelques évêques réformateurs, minoritaires au sein de la commission des religieux, que Mgr Huyghe réunit en novembre 196317. L’opportunité du décret ne leur paraît pas évidente, dès lors que la constitution sur l’Église doit traiter aussi de ce sujet. Ils craignent qu’un texte particulier ne vise à rien d’autre qu’à protéger la vie religieuse derrière des barrières qui la mettent à part de la vie du reste de l’Église et du monde : même si la première mouture imbuvable, présentée en 1962, a été réduite d’une centaine de pages à moins de quarante, le contenu reste très juridique dans le schéma De statibus perfectionis adquirendae, dont le titre dit bien le désir de distinction qui le gouverne. Le maintien de la séparation traditionnelle entre actifs et contemplatifs renforce cette logique en privilégiant implicitement ceux qui, à l’abri de la clôture, s’adonnent aux choses célestes. Enfin, rien n’est fait pour prendre en compte les problèmes particuliers des religieuses, pourtant largement majoritaires.

  • 18 Léon-Joseph Suenens, Promotion apostolique de la religieuse, Paris, DDB, 1962.
  • 19 Bernard Besret au cardinal Suenens, 11 mars 1964, ABB32-C4026.

9C’est précisément pour l’aider à organiser une contre-offensive que Mgr Huyghe fait appel à Bernard Besret. Début 1964, tandis que la commission des religieux s’emploie, sur ordre et en renâclant, à réduire le texte du schéma à quatre pages et quelques propositions, le nouveau conseiller théologique de l’évêque d’Arras s’active. Il prend occasion de sa lecture du livre du cardinal Suenens, Promotion apostolique de la religieuse18, paru un an plus tôt, pour prendre contact avec l’auteur et faire observer à celui qui est aussi modérateur du Concile qu’il aurait dû inclure les moniales dans sa réflexion. L’archevêque de Malines s’y était refusé, parce que celles-ci poursuivaient « d’autres finalités ». « Je ne crois pas, Éminence, lui écrit Bernard Besret, que la vie contemplative “réponde à d’autres finalités”. Il n’y a qu’une fin possible de la vie religieuse dans l’Église, et c’est celle même de toute vie chrétienne, à savoir la croissance dans la charité qui est indivisiblement amour de Dieu et amour des hommes. Les façons de vivre cette charité sont multiples. La finalité unique. Je crains, Éminence, que bien des religieuses dites “contemplatives” (et surtout leurs supérieurs masculins) ne se retranchent derrière ce paravent pour s’abriter des exigences apostoliques de l’Évangile, exigences qui valent certainement pour toutes les religieuses si elles valent déjà pour tout chrétien19. » Tout l’art de Bernard Besret est là : une idée simple et forte – la vie religieuse ne se définit pas par exclusion – et une stratégie efficace – investir les réseaux d’influence.

  • 20 Les Religieux aujourd’hui et demain. Problèmes de vie religieuse, Paris, Cerf, 1964.

10Reste à développer dans l’urgence un armement différencié. D’abord l’artillerie lourde. Puisque le schéma doit venir en discussion lors de la troisième session du Concile, et que sa dernière version, en date du 27 avril 1964, n’est guère plus satisfaisante que la précédente, malgré l’enseigne plus neutre De religiosis, Bernard Besret imagine la publication d’un ouvrage collectif de circonstance. Les Religieux aujourd’hui et demain sort en octobre 1964, quelques semaines avant le débat sur la vie religieuse20. C’est à la fois un tour de force, puisqu’il est réalisé en moins de six mois, et un coup d’éclat, parce que, à part son initiateur, tous les collaborateurs sont des personnalités marquantes de la scène conciliaire : trois évêques, Huyghe, Urtasun et Charue, un supérieur général, Dom Kleiner, deux théologiens réputés, Karl Rahner et Jérôme Hamer, et, pour préfacer le tout, la figure de proue de la majorité, le cardinal Liénart. Mais l’essentiel est l’œuvre de Bernard Besret, à la plume ou à l’inspiration pour la première partie (définition de la vie religieuse), la troisième et dernière (rénovation des ordres religieux), et surtout la conclusion en forme de fiche de synthèse en trois pages et huit points pour Pères conciliaires paresseux ou pressés. Une idée force : la vie religieuse n’est pas une structure constitutive de l’Église mais une structure dans l’Église, ordonnée à l’Évangile, critère premier de sa rénovation.

  • 21 « À propos de la division des religieux en actifs et contemplatifs », ABB32-T374. 7 p.
  • 22 Bernard Besret au cardinal Suenens, 17 juin 1964, ABB32-C4430 ; réponse du cardinal le 20 juin, ABB (...)
  • 23 Mgr Gouet à Bernard Besret, 30 mai 1964, ABB32-C4427.
  • 24 R. P. Besret, s.o.cist., « De Religiosis. Le texte des propositions », Secrétariat conciliaire de l (...)

11Conçu pour faire du bruit, le livre vient en effet comme un obus de gros calibre appuyer les tirs plus précis de l’artillerie légère que constituent les deux notes brèves rédigées par Bernard Besret au printemps et à l’été. La première est une critique de la division des religieux en actifs et contemplatifs figurant dans le troisième schéma, division que le cistercien juge sans fondement théologique, historique ou juridique. Récusant d’emblée l’interprétation courante de la péricope de Marthe et Marie, l’argumentaire est renforcé par des formules percutantes soulignant habilement l’incarnation de ceux qui affectent de camper dans l’eschatologie : « Très peu de différence entre une cuisinière trappistine et une cuisinière chez les Filles de la Charité21. » Cette note est à diffusion privée, mais elle circule rapidement : Bernard Besret la communique à Suenens, qui la fait passer, pour voir les réactions, aux trappistes américains de Spencer, lesquels, « effarés », la retransmettent à des religieux et théologiens européens22. La deuxième note est une commande de Mgr Gouet, secrétaire de l’épiscopat français, sur le conseil de Mgr Huyghe, pour éclairer les évêques francophones sur « les nouveautés positives et, s’il y avait lieu, les lacunes » du schéma De Religiosis23. Au calme, à Boquen, pendant le mois de juin, Bernard Besret met au point ses huit pages, plus modérées dans le ton que celles de la note précédente, mais non moins explosives sur le fond, et se terminant par des propositions concrètes d’amendements au texte24.

  • 25 Mgr Gouet à Bernard Besret, 27 juin 1964, ABB32-C4432.
  • 26 Dom Frénaud, prieur de Solesmes, « Note sur le nouveau schéma De Religiosis », 24 août 1964, ABB-T3 (...)
  • 27 Mgr Gouet à Bernard Besret, 10 septembre 1964, ABB32-C4432.
  • 28 Lettre circulaire de Marie-Ignace Gillet, abbé général ocso, 31 août 1964, ABB32-C4436.
  • 29 « Pour le maintien de la division des instituts religieux en actifs et contemplatifs. Réponse à la (...)
  • 30 Bernard Besret à un prélat non identifié (copie), 5 octobre 1964, ABB12-C876.

12« Belle étude, qui plaira », le remercie Mgr Gouet25. Pas à tout le monde. Parue fin juillet, la note sur De Religiosis suscite un contre-feu déclenché un mois plus tard par l’abbé de Solesmes, Dom Prou, qui transmet au secrétaire de l’épiscopat une longue réfutation rédigée par son prieur26. « Il n’y a pas lieu de s’en émouvoir, explique Mgr Gouet à Bernard Besret : le texte de Dom Frénaud me semble être davantage un bon exercice scolastique qu’un plaidoyer déterminant27. » Le 31 août, c’est l’abbé général des Trappistes qui écrit aux évêques pour défendre « la vie contemplative pure28 ». Huit jours plus tard, le même Dom Gillet signe avec l’abbé de Solesmes, le prieur de la Chartreuse et l’abbé de Lérins un nouveau courrier à destination des Pères conciliaires, accompagné d’un mémoire, rédigé par « un groupe de théologiens », pour le maintien de la division entre actifs et contemplatifs. Dans un étonnant réflexe de classe, face à un adversaire qui ne cache pas son opposition à l’existence de la catégorie subalterne des convers dans la vie monastique, les auteurs de ce mémoire notent qu’il est « pénible de voir des théologiens prendre argument de la ressemblance des fonctions entre deux cuisinières, l’une trappistine et l’autre fille de la charité29 ». À un prélat français qui s’étonne de ce conflit ouvert entre deux tendances, Bernard Besret explique, début octobre, qu’il « ne faut pas plus s’attendre à ce que les religieux soient d’accord entre eux sur la vie religieuse que les évêques ne le sont entre eux sur l’épiscopat. […] Dom Frénaud a soixante et un ans, je n’en ai que vingt-neuf. Mais plus qu’une question d’âge, c’est une question d’école théologique et de mentalité30 ».

13Avec l’ouverture de la troisième session de Vatican II, l’heure est aux fusils d’assaut. Malgré la mauvaise humeur de Dom Kleiner, mécontent de la controverse monastique suscitée par son assistant, à Rome, Bernard Besret est sur tous les fronts. À Dom Alexis, malade, qui le presse de revenir à Boquen pour lui succéder, il oppose son agenda tout dédié au Concile. 3 octobre 1964 :

  • 31 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 3 octobre 1964, ABB12-C594.

Hier. À 11 heures, rendez-vous au Vatican avec le théologien des évêques allemands membres de la commission des religieux. Nous faisons le point. Une heure et demie d’entretiens serrés. Au début de l’après-midi, je dois contacter le cardinal Suenens par téléphone (sur sa demande) afin que nous mettions sur pieds les grandes lignes de son intervention sur les religieux (mercredi après-midi, séance de travail avec lui). Aussitôt après ce téléphone, je pars au Séminaire français où le cardinal Richaud m’attend pour tracer également le plan de son intervention sur les religieux (j’ai déjà tracé celle de Mgr Huyghe !!). Deux heures de travail avec le cardinal. […] Après cela, j’ai fait un saut à Saint-Louis pour rendre compte de ma journée à Mgr Huyghe, mais il n’était pas là. J’ai par contre rencontré Mgr Veuillot, de Paris, dans les escaliers. […] L’autre jour, notre abbé général m’a accordé un entretien d’une heure sur les frères convers. Pas un mot sur mon influence conciliaire. Je sais qu’elle le contrarie. Mais si l’on me demande mon avis (car je n’ai sollicité ni le cardinal Suenens, ni le cardinal Richaud), je ne puis tout de même pas donner le sien à la place31 !

1411 octobre :

  • 32 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 11 octobre 1964, ABB12-C596.

Je pensais quitter Rome jeudi 15, mais les circonstances m’obligent à retarder un peu mon départ. […] J’ai été très pris par le Concile, et Mgr Huyghe me demande de traîner encore un peu : il a besoin de moi. En ce moment, je rédige son intervention sur les religieux, je travaille à celle du cardinal Suenens, nous élaborons les modi que présenteront les évêques français au schéma…, etc. Cela n’en finit plus. Hier, j’ai été reçu par Mgr Paul Philippe, auquel j’avais offert un exemplaire de notre livre. Il m’a fort aimablement accueilli et nous avons discuté des problèmes soulevés par le schéma. […] Demain, j’assisterai à une conférence du P. Congar pour les évêques, puis j’animerai un “atelier de travail” sur les religieux. Vous le voyez, je n’ai pas le temps de chômer. […] Je vous raconterai tout cela de vive voix plus en détail (spécialement mes démêlés avec l’abbé de Solesmes et toute sa clique32.)

  • 33 Yves Congar, Mon journal…, t. 2, p. 255 et 258.
  • 34 Henri Fesquet, Le Journal du Concile, Forcalquier, R. Morel, 1966, p. 718.
  • 35 Bernard Besret, « La vie monastique », dans Jean-Marie R. Tillard, Yves Congar (dir.), L’Adaptation (...)

15Bernard Besret n’est plus à Rome lorsque le schéma, légèrement étoffé par la commission et rebaptisé en profil bas De accommodata renovatione vitae religiosae, est enfin débattu dans l’aula conciliaire du 10 au 12 novembre 1964. Si l’on se fie au journal du Père Congar, on voit que les prélats conseillés par le jeune cistercien se montrent inégaux : Richaud médiocre à l’oral, Suenens sûr de lui et conquérant, Huyghe excellent, donnant « un texte enfin du niveau des meilleurs que donnent Allemands, Hollandais et Belges33 ». Henri Fesquet note que l’évêque d’Arras est « particulièrement sévère » pour le schéma et remarque que le nombre de non placet (882, pour 1155 placet) est « si élevé que pratiquement le texte primitif devra être entièrement refondu34 ». Les opposants transforment les jours suivants leur non placet en placet iuxta modum, avec au bout du compte plus de 14 000 amendements ! L’offensive des réformateurs a porté ses fruits : « Le vote fut, comme l’on sait, un véritable tir d’artillerie », rappellera Bernard Besret trois ans plus tard35.

  • 36 Bernard Besret, Incarnation ou eschatologie ? Contribution à l’histoire du vocabulaire religieux co (...)
  • 37 Dom Jean Leclercq à Bernard Besret, 12 décembre 1964, ABB12-C642.
  • 38 L’ouvrage collectif sur les religieux, « fait en collaboration avec certains évêques sous la protec (...)
  • 39 Mgr Huyghe à Bernard Besret, 29 mars 1965, ABB12-C725.
  • 40 Télégramme de Mgr Huyghe à Bernard Besret, 14 avril 1965, ABB12-C732.

16Occupé par ses nouvelles fonctions et par l’achèvement de travaux de restauration de son église abbatiale, le désormais prieur de Boquen n’a guère le temps de suivre le travail de réécriture mené en 1965 par la commission des religieux. Il fait confiance à son collègue allemand, le jésuite Friedrich Wulf, théologien de Mgr Leiprecht, évêque de Rottenburg et vice-président de la commission, pour veiller aux intérêts de la majorité conciliaire. Il n’en reste pas moins attentif à l’évolution des choses, et on le consulte également, d’autant plus que sa notoriété s’est accrue à la faveur de la publication, fin 1964, de sa thèse sur la dialectique de l’incarnation et de l’eschatologie dans le vocabulaire religieux contemporain, avec une préface louangeuse du Père Chenu36. Il apparaît désormais clairement comme un ténor du courant réformateur. « Voici une nouvelle jeunesse qui paraît, dont vous serez l’un des chefs », lui écrit, enthousiaste, Dom Jean Leclercq37, et ce à un moment où les clivages sont exacerbés après les affrontements de la « semaine noire » du Concile et le raidissement apparent de Paul VI38. Fin mars 1965, Mgr Huyghe sollicite à nouveau les conseils de Bernard Besret – pour ne pas dire ses instructions – avant une réunion plénière de la commission des religieux : « Vous me feriez gagner du temps en me fournissant une nouvelle rédaction des passages dont vous souhaitez la correction et en indiquant les rationes des modifications demandées39. » Et comme il tarde à répondre, c’est par télégramme que l’évêque le relance quinze jours plus tard40. Il s’exécute et le prélat le remercie. Dans les mois qui suivent, il est tenu au courant des avancées du dossier, mais celui-ci n’est plus au premier plan de ses préoccupations.

Expériences et stratégie

  • 41 Mauro Velati, « L’achèvement de l’ordre du jour conciliaire », dans Giuseppe Alberigo (dir.), Histo (...)
  • 42 Bernard Besret à un prélat non identifié (copie), 5 octobre 1964, ABB12-C876.

17Quand le décret Perfectae Caritatis est enfin voté, à la quasi unanimité, le 28 octobre 1965, c’est dans la charrette des textes à liquider lors d’une ultime session marquée, selon Mauro Velati, par « un climat général de fatigue, où l’on était prêt à tout pour en finir41 ». Au reste, dans la galerie des documents conciliaires, le décret sur la vie religieuse est ce que l’on appelle un « texte mineur », qui n’intéressait au fond que ceux dont il traitait. On a vu que certains évêques en trouvaient même l’idée superflue, voire fâcheuse, en regard de la constitution sur l’Église qui abordait le même sujet dans un esprit moins corporatif. C’était bien le sentiment de Bernard Besret : « La théorie de la vie religieuse n’est pas un jardin fermé dans l’Église. Le renouveau de l’ecclésiologie actuelle a nécessairement des répercussions sur la conception que l’on se fait de la vie religieuse et de sa place dans l’Église42. » Devenu prieur, il voit l’opportunité d’introduire immédiatement à Boquen certains aspects de la réforme liturgique induite par la constitution Sacrosanctum Concilium, votée dès la deuxième session du Concile en décembre 1963. Pour éviter les impairs de l’affaire de Clairvaux, il prend soin cette fois d’informer Dom Alexis :

  • 43 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 26 avril 1965, ABB12-C750.

Si nous voulons survivre, et nous avons des raisons devant Dieu de vouloir survivre, c’est maintenant qu’il faut prendre certaines options. Personnellement, je suis convaincu que Boquen occupe une place privilégiée dans le monachisme postconciliaire. Vous avez été un magnifique précurseur. Vous avez déblayé le terrain, ouvert des voies. À nous de poursuivre désormais. À cela le Concile nous invite et nous sommes bien déterminés […] à entrer de façon résolue dans les perspectives tracées par le Concile. Quitte à décevoir les quelques amis qui espéraient trouver à Boquen comme à Solesmes un centre de résistance aux directives actuelles de l’Église43.

  • 44 Bernard Besret à Mgr Kervéadou, 23 avril 1965, ABB12-C744.
  • 45 Mgr Kervéadou à Bernard Besret, 25 avril 1963, ABB12-C746.

18Le français est donc introduit à titre expérimental dans la liturgie lors de la Semaine Sainte 1965, à la satisfaction de la plupart des participants. Il l’est à nouveau, et c’est un puissant symbole, le 20 août, à l’occasion de la consécration de l’abbatiale restaurée, en présence d’un Dom Alexis grabataire, mais aussi du cardinal Ferretto et de Dom Kleiner, venus exprès de Rome, et de plusieurs évêques et supérieurs religieux de la région. Dès avril, le prieur avait demandé à l’évêque de Saint-Brieuc l’autorisation de concélébrer à l’abbaye : « Dans le tumulte que provoquent certains chrétiens hostiles aux mesures du Concile, précisait-il, nous tenons à vous dire combien notre communauté au contraire les apprécie et s’en réjouit44. »« De tout cœur, je vous remercie pour l’empressement avec lequel vous tenez à appliquer la réforme liturgique dans la mesure où cela est compatible avec votre vie monastique », lui avait répondu Mgr Kervéadou45. Compatible en fait, ça allait de soi, mais il fallait encore batailler ferme pour que cela le devînt en droit.

19Interrogé sur ce sujet par Dom Kleiner, qui voulait éclairer le définitoire de l’ordre, Bernard Besret avait répondu par une lettre qu’il faut citer longuement parce qu’elle expose clairement comment le fait de tirer le fil liturgique affecte toute la pelote monastique, et même ecclésiale :

  • 46 Bernard Besret à Dom Sighard Kleiner, 23 avril 1965, ABB12-C743.

Vis-à-vis de la nouvelle liturgie, deux attitudes sont possibles : se cramponner à la liturgie anté-conciliaire (teintée d’anticonciliarisme) et devenir des organes témoins dans l’Église, des pièces de musée pour esthètes ou archéologues. Ou bien, au contraire, servir de maisons-pilotes pour le renouveau liturgique. Dans les paroisses, ils sont nécessairement débordés. C’est à nous de montrer la voie d’une célébration qualitative de la nouvelle liturgie, à nous de roder les chants et les cérémonies, comme le firent les moines du moyen-âge pour la liturgie latine.
En tous les cas, l’on ne peut pas faire de la fidélité au latin et au grégorien l’essentiel de la vie monastique. Une définition de plus. Que Solesmes y reste fidèle. C’est leur affaire et je comprends fort bien. J’irais même jusqu’à m’en féliciter pour le bien général de l’Église universelle. Mais que tous les moines doivent passer par là serait un totalitarisme à la Charlemagne. L’on ne répétera jamais assez et sur tous les tons le principe du pluralisme monastique dans l’Église. Il y a place pour toutes les formules, mais de grâce que l’on ne nous emprisonne dans aucune.
En ce qui concerne l’Office divin, je crois que la question traduction est étroitement liée aux autres questions de réforme de l’Office. Traduire tout simplement l’Office actuel serait certainement insupportable. Ce que nous supportons aisément, parce que le latin rend tout sans odeur, sans couleur et sans saveur, deviendrait totalement indigeste traduit tout simplement en français.
Il faut donc revoir toute la structure de l’Office. […] Je crois que nous devons résolument aller sur la voie d’un Office en français. Améliorer la qualité aux dépens de la quantité. Ceux qui ont eu le privilège de vivre à Taizé savent ce que cela veut dire. Un seul psaume chanté à Taizé nourrit autrement l’âme que douze psaumes récités à la queue leu leu.
Sans croire cependant que la traduction en français soit une panacée. Sans céder non plus à je ne sais quel extrémisme destructeur. Le caractère anonyme de notre psalmodie grégorienne a aussi sa valeur et crée un climat serein de contemplation que ne connaissent pas les offices haletants de Taizé. Certains hymnes ne sont pas traduisibles et sont une richesse qu’il serait dommage de sacrifier tout simplement. De même que l’on a conservé l’alleluia hébreu, le kyrie grec, l’on peut fort bien garder certains morceaux latins46.

  • 47 Note sur le groupe de Bellefontaine, 17 juin 1967, ABB24-T507. Les responsables en question sont l’ (...)
  • 48 Lettre circulaire de Clément de Bourmont, moine de Bellefontaine, 19 mars 1968, ABB13- C1249.

20L’instruction In edicendis normis du 30 décembre 1965 jette un froid dans les rangs réformateurs, puisque la Congrégation des rites y maintient le latin pour la messe conventuelle, sauf raisons pastorales. Immédiatement, Bernard Besret fait valoir à l’évêque de Saint-Brieuc et à l’abbé général que son abbaye sert de lieu de culte pour les habitants du voisinage, éloignés de sept kilomètres de leur église paroissiale, et que l’on voit aussi passer à Boquen de nombreux groupes de jeunes. L’instruction romaine prescrit également que l’Office monastique soit célébré en latin in choro. Le prieur passe outre là aussi, en vertu du droit canon qui dispense de l’obligation chorale une communauté qui ne compte que quatre moines profès. Ces questions divisant toutes les familles religieuses, Bernard Besret rejoint le groupe de Bellefontaine, qui rassemble de jeunes moines et moniales militant pour l’aggiornamento de la liturgie monastique, et qui organise des sessions de travail tournant d’un monastère à l’autre. Renfort précieux mais encombrant, car ce sont précisément les initiatives sauvages du prieur breton qui fâchent les autorités. Soucieux de leur crédit à Rome et désireux d’éviter « la pagaille », les responsables du Centre national de pastorale liturgique, qui ont pris langue avec le groupe de Bellefontaine, s’inquiètent en 1967 de ce que, faute de clôture, les expériences menées à Boquen sont livrées au public et exercent une dangereuse contagion sur les nombreuses religieuses qui fréquentent l’abbaye47. Finalement, en mars 1968, le cardinal Antoniutti, indigné par la mixité ambulante du groupe de Bellefontaine, siffle la fin de la récréation48. Moyennant quoi, le groupe change de nom, devenant « Chants et Monastères », histoire de ne pas compromettre l’abbé de Bellefontaine, mais poursuit ses travaux, au bonheur de l’esprit de Mai, en restant aussi mixte et gyrovague que le précédent, pour le plus grand plaisir de la jeune génération qui s’y retrouve.

21L’application du décret Perfectae Caritatis ne pose pas moins de problèmes. Interrogé par Mgr Huyghe au moment de la mise en place de la commission postconciliaire des religieux, Bernard Besret lui adresse un véritable plan de bataille, dont on peut dégager six points principaux : 1) mobiliser Suenens pour, comme Liénart au Concile, faire refuser la liste d’experts élaborée par la congrégation ; 2) exiger un nombre significatif de religieuses ; 3) exiger une proportion importante d’experts non romains ; 4) ne pas travailler en circuit fermé, mais en liaison avec la commission des évêques, celle des missions et le consilium liturgique ; 5) inciter les supérieurs à consulter la base et à autoriser les expérimentations ; 6) « insister sur la liaison entre la vocation religieuse et la vocation de tous les chrétiens à la sainteté […], sur le fait qu’elle est une forme d’épanouissement de la vie du fidèle, basée sur le baptême, la confirmation et l’eucharistie ». Mais surtout, il lui expose les grandes lignes d’une philosophie de l’après Vatican II :

  • 49 « Note pour la prochaine réunion de la commission postconciliaire des religieux », sd (1966), ABB32 (...)

Le Concile n’est ni la fin du monde, ni la fin de la vie dans l’Église. Il est une étape. À dépasser comme toutes les étapes. Il ne faut donc pas se figer dans les textes élaborés, sous peine de retomber dans une attitude identique à celle de l’avant-Concile, à savoir une attitude de repli, de sécurité, qui a justement nécessité la remise en question de tout par le Concile. L’Église est un corps vivant. Surtout qu’on ne la momifie pas dans les textes du Concile. C’est précisément pour éviter ce processus de momification que le Pape a créé vos commissions : afin que l’Église ait non seulement des textes, mais encore des organes vivants d’interprétation (et donc d’évolution49).

22Voilà une nouvelle fois le style Besret : une capacité impressionnante à penser clairement et à formuler fortement, à la fois les principes d’une réforme et la tactique de leur mise en œuvre.

  • 50 « Célébration de l’office et vie spirituelle », La Maison-Dieu, n° 88, 4e trimestre 1966, p. 83- 95 (...)
  • 51 Bernard Besret, « Pour un renouveau du monachisme », Études, avril 1967, p. 545-562.

23La scène vaticane est une chose, l’opinion publique en est une autre, dont le prieur de Boquen mesure l’importance : Vatican II a été un Concile médiatisé, et il a lui-même en tant que chroniqueur éphémère, on l’a vu, participé à cette médiatisation. Après le Concile, il se répand dans des revues qui font référence dans le petit monde des spécialistes : de 1966 à 1968, on trouve sa signature dans La Maison-Dieu, La Vie spirituelle, Signes du Temps, Paroisse et Liturgie, Parole et Mission50. Il y a surtout, indice incontestable de l’accession à la notoriété et à l’influence dans le milieu catholique, l’important article publié dans les Études en avril 1967, « Pour un renouveau du monachisme », synthèse de sa conception moderne de la vie monastique comme vocation laïcale et charismatique insérée dans la société51.

  • 52 Mgr Huyghe à Bernard Besret, 10 mai 1965, ABB12-C762.
  • 53 Bernard Besret, « La vie monastique… », p. 263-295.

24Dès le mois de mai 1965, le chanoine Moeller, plaque tournante de l’entourage de la squadra belga, avait suggéré à Mgr Huyghe l’idée d’un livre collectif de commentaires du futur décret conciliaire sur la vie religieuse. L’évêque en avait fait part à Bernard Besret, en soulignant que ce serait l’occasion de prolonger la réflexion entamée dans Les Religieux aujourd’hui et demain52. Le projet tourna court, mais à l’automne, les deux hommes se rallièrent à l’initiative des Éditions du Cerf en acceptant de collaborer au volume dédié de la prestigieuse collection Unam Sanctam : un gros livre de près de 600 pages sorti dès mars 1967, à peine plus d’un an après le vote du décret, avec un « avertissement » virulent d’Yves Congar rappelant l’« abordage évangélique » caractéristique de la dynamique conciliaire et critiquant explicitement les thèses conservatrices de Jean Daniélou. Bernard Besret traite, en 32 pages, du numéro 9 de Perfectae Caritatis – 18 lignes – sur la vie monastique53.

25Ce n’est pas le plus connu des textes du prieur de Boquen, mais c’est sans doute l’un des plus percutants. Il y souligne le renversement opéré par le Concile :

Pendant des siècles, l’attitude monastique à l’égard du monde avait été considérée quelque peu comme l’attitude idéale du chrétien. La liturgie proposait les saints moines comme modèles pour tout le monde. […] Aujourd’hui, l’enseignement de l’Église remet l’attitude monastique en question. Il faut le dire clairement, car il serait dangereux de lire les trois phrases sur la vie monastique en dehors de leur vaste contexte conciliaire.

26La rénovation s’impose donc, mais, précise Bernard Besret, c’est la diversité et la complexité de l’univers monastique qui justifient que celle-ci soit adaptée, c’est-à-dire résolument pluraliste, ce qui peut se lire aussi bien comme un gage donné aux conservateurs ou un sésame accordé aux réformateurs. Moyennant quoi, le prieur présente la logique conciliaire comme une triple inflexion.

27Il s’agit d’abord de faire passer le charisme avant l’institution, ce qui implique, pour les ordres les plus anciens, de se défaire à la fois des surcharges dévotionnelles ou réglementaires charriées par l’histoire et, pour certains, du côté romantique de leur renaissance postrévolutionnaire. Les traditions monastiques, si vénérables soient-elles, « dans la mesure où elle diffèrent sans raison des formes actuelles de vie, elles font obstacle à la réalisation effective du but poursuivi et écran au message qu’elles devraient transmettre. […] La différence est perçue avec plus d’acuité lorsqu’elle porte à plein sur la valeur à proclamer. Si elle s’entoure de tout un contexte sociologique anachronique, où la différence semble cultivée pour elle-même (pour le plaisir d’être différent des autres, selon la définition évangélique du pharisaïsme), sa pointe prophétique est totalement émoussée ». On retrouve ici, reprise par son successeur, l’obsession de Dom Alexis.

  • 54 Bernard Besret renvoie ici à un article important du trappiste Thomas Merton, « Is the World a Prob (...)

28Il faut ensuite passer de l’eschatologie à l’incarnation : « Même si certaines formes de vie monastique ont mis l’accent sur les ruptures avec la vie habituelle des hommes, il faut bien que les moines sachent que, ni le monde, ni l’Église ne sont des réalités dont on a le choix de s’échapper54. » Cette perspective intramondaine est aussi à usage ecclésial et à vocation apostolique : « Les monastères, d’après le texte conciliaire, ne doivent pas être des sortes d’excroissances, des verrues sur le corps de l’Église, mais, au contraire, des centres actifs de construction du peuple chrétien. L’expression latine est difficile à traduire : seminaria, bien plus que notre mot français “séminaire”, évoque le germe de vie, le semen, avec tout son dynamisme puissant. » Le prieur de Boquen assigne donc aux monastères le rôle de « maisons-pilotes » au sein de l’Église, notamment pour la rénovation liturgique.

  • 55 Roger Schutz, Dynamique du provisoire, Taizé, Presses de Taizé, 1965.

29Il importe enfin, et surtout, de donner la priorité à l’esprit sur la lettre. Puisque, sur la version finale de ce décret, les Pères conciliaires « n’ont eu ni l’occasion d’un vote par placet iuxta modum, ni celle de préciser ou de faire préciser par la commission le sens des mots employés », il faut accepter « le texte tel qu’il nous est livré, dans son imprécision ». Comme tous les textes conciliaires, bricolés par souci de consensus ou par lassitude, le décret conciliaire sur la vie religieuse est limité « par l’imprécision dans laquelle la hâte mise à le rédiger l’a laissé. Mais en ce temps de maturation, il se peut que cette imprécision se convertisse elle aussi en richesse : elle laisse une plus grande marge à l’action de l’Esprit ». En s’en remettant ainsi à « l’expérience déclenchée par le Concile, et qui porte en elle un dynamisme propre dépassant la littéralité des textes mêmes », Bernard Besret relativise la norme, et il donne, des documents conciliaires, un mode d’emploi qui dépasse le seul décret qu’il commente. « L’insistance du texte sur l’adaptation aux “nécessités d’aujourd’hui” (necessitatibus hodiernis) signifie que cette adaptation ne pourra pas être accomplie une fois pour toutes, mais qu’elle doit devenir une préoccupation constante de l’institution. L’adjectif choisi hodiernae implique ce dynamisme continuel puisque l’aujourd’hui de demain sera nécessairement différent de l’actuel d’aujourd’hui. » Éloge paradoxal de l’imprécision de Vatican II et valorisation de ce que, à Taizé, Roger Schutz appelle la « dynamique du provisoire55 », c’est tout simplement un appel à la révolution permanente dans l’Église. Ce petit texte est un parfait manuel du combattant de l’esprit conciliaire.

30En somme, Bernard Besret est un réformateur qui a fait le Concile dans les coulisses et en spécialiste, et l’après-Concile sur la place publique et en généraliste. Il faut pourtant nuancer ce diptyque, dans la mesure où, on l’a vu, il n’a rejoint le camp du changement que lorsqu’il s’y est senti autorisé, voire poussé, par Dom Alexis. Dès lors, il a fait preuve d’une redoutable efficacité dans le lobbying contre le schéma sur la vie religieuse préparé par une commission conservatrice désaccordée de la majorité conciliaire, contribuant ainsi à ce que le décret Perfectae Caritatis soit, au final, un texte de compromis entre tendances radicalement opposées. Sans illusion sur la performance normative de textes aussi bricolés, il a très vite compris et expliqué que l’esprit conciliaire n’était pas un abus, mais une nécessité, et que ce que l’on appelle aujourd’hui l’herméneutique de la rupture était tout simplement logique, à défaut d’être simple et consensuelle. Devenu prieur de Boquen, il est donc passé de l’expertise défensive à l’expérimentation offensive. À cet égard, il est clair qu’après un moment de relative prudence jusqu’en 1967, il a pratiqué ensuite sans scrupule la politique du fait accompli, jouant de la singularité canonique de son abbaye, directement rattachée à un abbé général paralysé par la fascination que son jeune et brillant protégé exerçait sur lui. Jusqu’au moment où, en 1969, Bernard Besret a fait un pas trop loin, en croyant pouvoir remettre en cause l’obligation du célibat pour le clergé. Entre-temps, il est vrai, Mai-68 avait eu lieu, manifestant que les jeunes moines qui, dans leurs différents ordres, contestaient l’ancien cours des choses, exprimaient aussi l’impatience d’une génération. J’ai vingt-neuf ans, mon vieux Frénaud…

Notes

1 Voir Béatrice Lebel, Boquen, 1965-1976. Entre utopie et révolution dans le catholicisme français, Rennes, PUR, 2015.

2 Sur la distinction entre experts officiels et experts officieux, voir Étienne Fouilloux, « Les théologiens catholiques de l’avant à l’après-Concile », dans Dominique Avon, Michel Fourcade (dir.), Un nouvel âge de la théologie ? 1965-1980, Paris, Karthala, 2009, p. 19-36.

3 Né en 1935 en Bretagne, dans une famille d’esprit laïque, Jean-Claude Besret, lycéen brillant, passionné par l’œuvre d’Aldous Huxley et les écrits de Gandhi, entre en 1953 à l’abbaye de Boquen (Côtes-du-Nord). Impressionné par l’intelligence et la personnalité atypique de cette jeune recrue à qui, en référence explicite à Clairvaux, il a assigné comme nom de religion Bernard, l’abbé, Dom Alexis Presse, l’envoie dès 1955 se former à Rome, à Saint-Anselme. Bernard Besret y est particulièrement séduit par les cours de Dom Cyprien Vagaggini. Il soutient en 1960 sa dissertation de licence en théologie : De humanismo eschatologico patris Ludovici Bouyer ut in libro « Le sens de la vie monastique » proponitur.

4 Bernard Besret, Confiteor. De la contestation à la sérénité, Paris, Albin Michel, 1991, p. 137- 138.

5 Yvon Tranvouez, « Boquen-Clairvaux et retour : un projet avorté de refondation monastique (1959-1962) », Revue d’histoire de l’Église de France, 228, 2006, p. 193-220.

6 A.F., chapeau introductif à Claude Haouizée, « L’Église condamnée à l’ambiguïté ? », Aspects de la France, 18 avril 1963.

7 Claude Haouizée, « Paul VI et le catholicisme français », ibid., 26 décembre 1963.

8 Xavier Vallat à Bernard Besret, 21 janvier 1963, Fonds Abbaye de Boquen-Bernard Besret (désormais ABB), Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Université de Bretagne Occidentale, ABB12-C556.

9 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 8 décembre 1963, ABB12-C550.

10 Yves Congar, Mon journal du Concile, t. 2, Paris, Cerf, 2002, p. 255.

11 Xavier Vallat à Bernard Besret, 16 septembre 1964, ABB12-C588.

12 Bernard Besret, De commencement en commencement. Itinéraire d’une déviance, Paris, Seuil, 1976, p. 95.

13 L’humilité est trop souvent, dans les milieux religieux, le paravent des médiocres. « Il ne faut pas être enfant de chœur pour devenir pape », écrit avec bon sens Fabrice Bouthillon, La Naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire : Pie XI (1922-1939), Strasbourg, PUS, 2002, p. 9.

14 Dom Alexis Presse à Bernard Besret, Toussaint 1963, ABB12-C547.

15 En 1961, au plus fort de la crise de Clairvaux, il avait envisagé d’entrer chez les Dominicains.

16 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 8 décembre 1963, ABB12-C550.

17 La grogne est là dès octobre : voir Yves Congar, Mon journal…, t. 1, p. 453.

18 Léon-Joseph Suenens, Promotion apostolique de la religieuse, Paris, DDB, 1962.

19 Bernard Besret au cardinal Suenens, 11 mars 1964, ABB32-C4026.

20 Les Religieux aujourd’hui et demain. Problèmes de vie religieuse, Paris, Cerf, 1964.

21 « À propos de la division des religieux en actifs et contemplatifs », ABB32-T374. 7 p.

22 Bernard Besret au cardinal Suenens, 17 juin 1964, ABB32-C4430 ; réponse du cardinal le 20 juin, ABB32-C4431.

23 Mgr Gouet à Bernard Besret, 30 mai 1964, ABB32-C4427.

24 R. P. Besret, s.o.cist., « De Religiosis. Le texte des propositions », Secrétariat conciliaire de l’épiscopat, Études et Documents, n° 16, 24 juillet 1964, 8 p.

25 Mgr Gouet à Bernard Besret, 27 juin 1964, ABB32-C4432.

26 Dom Frénaud, prieur de Solesmes, « Note sur le nouveau schéma De Religiosis », 24 août 1964, ABB-T379.

27 Mgr Gouet à Bernard Besret, 10 septembre 1964, ABB32-C4432.

28 Lettre circulaire de Marie-Ignace Gillet, abbé général ocso, 31 août 1964, ABB32-C4436.

29 « Pour le maintien de la division des instituts religieux en actifs et contemplatifs. Réponse à la note critique dactylographiée rédigée par le R. P. Besret (s.o.cis.) contre le texte actuel du schéma », 10 p., avec lettre introductive des quatre supérieurs, 8 septembre 1964, ABB32- C4437.

30 Bernard Besret à un prélat non identifié (copie), 5 octobre 1964, ABB12-C876.

31 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 3 octobre 1964, ABB12-C594.

32 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 11 octobre 1964, ABB12-C596.

33 Yves Congar, Mon journal…, t. 2, p. 255 et 258.

34 Henri Fesquet, Le Journal du Concile, Forcalquier, R. Morel, 1966, p. 718.

35 Bernard Besret, « La vie monastique », dans Jean-Marie R. Tillard, Yves Congar (dir.), L’Adaptation et la rénovation de la vie religieuse, Paris, Cerf, 1967, p. 266.

36 Bernard Besret, Incarnation ou eschatologie ? Contribution à l’histoire du vocabulaire religieux contemporain, 1935-1955, Paris, Cerf, 1964.

37 Dom Jean Leclercq à Bernard Besret, 12 décembre 1964, ABB12-C642.

38 L’ouvrage collectif sur les religieux, « fait en collaboration avec certains évêques sous la protection de la préface du cardinal Liénart, vous compromet », écrit à Bernard Besret son amie Mère Pia, abbesse cistercienne de Boulaur. « Vos articles vous attireront des ennuis », ajoute-t-elle, tout en le remerciant pour ce livre qui « remonte le moral » (Mère Pia à Bernard Besret, 3 décembre 1964, ABB12-C624).

39 Mgr Huyghe à Bernard Besret, 29 mars 1965, ABB12-C725.

40 Télégramme de Mgr Huyghe à Bernard Besret, 14 avril 1965, ABB12-C732.

41 Mauro Velati, « L’achèvement de l’ordre du jour conciliaire », dans Giuseppe Alberigo (dir.), Histoire du Concile Vatican II, Paris, Cerf, 2005, p. 241. L’archevêque de Rennes évoque « la lassitude qui commence à s’emparer de tous » et note que « les bars perdent leurs clients, puisque les votes incessants permettent difficilement de s’absenter », Frédéric Le Moigne (éd.), Billets de Rome. Monseigneur Paul Gouyon, archevêque de Rennes, au Concile Vatican II (1964-1965), Rennes, Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2014, p. 72.

42 Bernard Besret à un prélat non identifié (copie), 5 octobre 1964, ABB12-C876.

43 Bernard Besret à Dom Alexis Presse, 26 avril 1965, ABB12-C750.

44 Bernard Besret à Mgr Kervéadou, 23 avril 1965, ABB12-C744.

45 Mgr Kervéadou à Bernard Besret, 25 avril 1963, ABB12-C746.

46 Bernard Besret à Dom Sighard Kleiner, 23 avril 1965, ABB12-C743.

47 Note sur le groupe de Bellefontaine, 17 juin 1967, ABB24-T507. Les responsables en question sont l’abbé Cellier et le Père Gy, op.

48 Lettre circulaire de Clément de Bourmont, moine de Bellefontaine, 19 mars 1968, ABB13- C1249.

49 « Note pour la prochaine réunion de la commission postconciliaire des religieux », sd (1966), ABB32-T414.

50 « Célébration de l’office et vie spirituelle », La Maison-Dieu, n° 88, 4e trimestre 1966, p. 83- 95 ; « L’inconfort de la foi », La Vie spirituelle, n° 536, mars 1967, p. 253-260 ; « Vers une nouvelle conception de la liturgie », Signes du Temps, juin 1967 ; « Office monastique et louange unanime », Paroisse et Liturgie, 1967/4, p. 359-364 ; « Liturgie pour un monde sécularisé », Parole et Mission, n° 42, juillet 1968, p. 499-502 ; « Rythme de vie et office », La Maison-Dieu, n° 95, 3e trimestre 1968, p. 89-93 ; « Pourquoi prier ? », La Vie spirituelle, n° 552, août-septembre 1968, p. 8-10.

51 Bernard Besret, « Pour un renouveau du monachisme », Études, avril 1967, p. 545-562.

52 Mgr Huyghe à Bernard Besret, 10 mai 1965, ABB12-C762.

53 Bernard Besret, « La vie monastique… », p. 263-295.

54 Bernard Besret renvoie ici à un article important du trappiste Thomas Merton, « Is the World a Problem ? », Commonweal, 84, juin 1966.

55 Roger Schutz, Dynamique du provisoire, Taizé, Presses de Taizé, 1965.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search