Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

Evêques et experts religieux au début du Concile

Le cas français

Frédéric Le Moigne

Texte intégral

  • 1 Jean-Julien Weber, Au soir d’une vie, Paris, Centurion, 1970, p. 185.
  • 2 Cela se fait dans un premier temps sur le mode de la découverte. Yves Congar, critique à l’égard du (...)
  • 3 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les évêques français et le Concile Vatican II », Anuario de (...)
  • 4 Christian Sorrel, « Les journaux conciliaires des évêques français. Premier bilan d’une recherche » (...)

1Les jugements contenus dans les journaux conciliaires des Pères Congar et de Lubac sur les évêques français sont aussi connus que redoutables. Si leur virulence s’inscrit dans une longue généalogie française de tensions courant du modernisme aux condamnations pacelliennes, elle témoigne également d’une « proximité distante » inédite et complexe induite par le partage du temps et de l’espace conciliaires. À ce titre, force est de constater que les relations quotidiennes au sein de la majorité, « le vaste centre du Concile1 », contraste par leur aménité avec les écrits intimes des deux théologiens2. C’est donc bien un conflit de compétences et d’autorité plus que de relations, sinon de manière marginale, qui produit la dévalorisation de la majorité des pasteurs français aux yeux de leurs brillants théologiens. Il paraît donc intéressant de refonder ce constat sur des sources nouvelles, en confrontant, par équilibre et sans souci de hiérarchisation, les écrits personnels des experts à ceux, peu exploités, des évêques3. La première réalité est de constater que les Pères français ont été aussi assidus que les théologiens dans l’exercice du diaire conciliaire. Un tel matériau4 permet aux chercheurs de ne pas tomber dans la facilité du jugement d’ensemble. Les opinions, bien que tranchées et constantes, ont en effet leurs nuances qui s’inscrivent dans la chronologie complexe du Concile. À défaut d’une coupe à la fois fine et synthétique, deux cernes du développement de Vatican II seront ici privilégiées : la mise en route conciliaire et la mise en place des ateliers. L’ambition est de radiographier quelques fractures profondes et donc peu apparentes entre évêques et théologiens de la majorité durant le premier cycle conciliaire.

Ouverture française

  • 5 Réponses nombreuses (28 françaises sur 176). On a trace de cette collaboration chez Veuillot avec D (...)
  • 6 « Journal conciliaire de Mgr Émile Blanchet. Première session », Transversalités, 121, 2012, p. 19  (...)
  • 7 Archives des Petites Sœurs des maternités catholiques, Bourgoin-Jallieu, journal de Mgr Guerry, 14  (...)

2La première fêlure qui intéresse notre sujet se niche paradoxalement dans la préparation et la réception d’un document – le « message au monde » voté le 20 octobre 1962 – censé représenter l’aboutissement de la dynamique de rapprochement entre évêques et théologiens français au tout début du Concile. Depuis l’été en effet, la critique des schémas préparatoires doctrinaux a rapproché ces acteurs non seulement pour préparer les réponses à Rome5, mais également pour aboutir à l’élaboration d’un message alternatif et pastoral en ouverture de Concile. Cette idée, née de deux sources différentes (celle du Père Chenu relayée par le Père Congar d’une part, celle du Père Lebret relayée par Mgr Guerry), prospère lors de l’ouverture du Concile qui multiplie les contacts. Le message devient un objectif des Français, à l’exception du Père Daniélou qui préfère s’engager immédiatement dans la rédaction d’un nouveau schéma théologique6. Cela n’empêche pas son protecteur, Mgr Veuillot, de s’impliquer en sa faveur auprès de la secrétairerie d’État. Fortement soutenu par le cardinal Liénart qui fait travailler son secrétaire, Palémon Glorieux, le message est examiné par Ancel, Garrone, Guerry, Lefebvre7, le dimanche 14 octobre, au lendemain de la fameuse déclaration de l’évêque de Lille. Les leaders du Séminaire français s’offusquent de la ligne trop « humaine » de la déclaration Chenu-Congar et décident d’écrire un texte de remplacement. Mgr Guerry l’explique dans ses notes personnelles : « Il nous était impossible, comme évêques, de présenter au Concile un projet dont on aurait vite dit qu’il avait été rédigé, non par des évêques du Concile, mais par des théologiens, d’une réelle valeur certes ! mais très discutés à Rome, l’un d’entre eux surtout. »

  • 8 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 21 octobre 1962.
  • 9 « Le cardinal Liénart en confidence me dira […] qu’il ne trouve pas le texte assez direct ni assez (...)
  • 10 Le coadjuteur de Lyon déclare plus tard au sulpicien Marcel Breysse à propos du rapport Chenu : « B (...)

3En vue du vote conciliaire, le texte est de fait réorienté vers davantage de doctrine, ce qui plaît au Séminaire français, à l’exception de Mgr Ferrand8, mais nettement moins au cardinal Liénart9 ou à Mgr Béjot, auxiliaire de Mgr Marty. Sans le crier sur tous les toits, ces évêques attendaient une déclaration plus percutante et plus ouverte. L’affaire ne s’arrête d’ailleurs pas là. Pélissier dans La Croix du 21 cite Congar comme étant l’un des inspirateurs du texte ; Témoignage chrétien du 26 octobre publie les commentaires du Père Chenu. Ces indiscrétions provoquent la colère de Mgr Guerry, sensible également, comme le cardinal Lefebvre ou Mgr Villot10, à la préservation du secret conciliaire :

Demain la presse écrira et cela passera dans l’histoire : “Ce sont des religieux, le Père X et Y, qui ont rédigé le message des évêques.” Traduisons : les évêques ne sont pas en mesure de le rédiger eux-mêmes. Voilà comment on discrédite l’épiscopat. Témoignage chrétien a souvent répandu cette thèse […]. Un épiscopat qui suit... qui a besoin d’être entraîné par des théologiens d’avant-garde.

  • 11 En 1963, Guerry attribue publiquement aux évêques la paternité du document, André Duval, « Le Messa (...)
  • 12 Istituto per le scienze religiose, Bologne [ISR], copie du journal du Père Labourdette, 23 octobre  (...)
  • 13 Entre 50 et 70 évêques le 20 octobre ; 150 le 27 octobre. Mgr Gouet, secrétaire de l’épiscopat, tro (...)
  • 14 Il confie au dominicain Gagnebet qu’il ne comprend pas qu’un peritus critique les schémas de la com (...)
  • 15 Mgr Béjot qui n’assiste pas directement à la conférence s’interroge cependant sur la validité de l’ (...)
  • 16 Il assure les retraites de l’épiscopat français lors de la Toussaint 1963 et 1964.
  • 17 AD Bordeaux, lettre à Mgr Gouet du 22 novembre 1962.
  • 18 Le 12 novembre, il aborde le thème « Vatican I et Vatican II ». Mgr de la Brousse rapporte à de Lub (...)

4Cette défiance tenace dans l’intensité et la durée11 ne saurait cependant résumer entièrement la situation. Au même moment, Mgr Garrone accorde significativement, bien que discrètement, sa confiance au Père Congar, chargé par le groupe de stratégie conciliaire de rédiger un proemium pour le schéma sur les sources de la Révélation, en grande partie parce qu’il se méfie du projet Rahner12. Surtout les Pères conciliaires français marquent publiquement leur confiance aux théologiens de la majorité lors de conférences qui se mettent en place. Les anciens élèves du Père de Lubac (Charles de la Brousse, Maziers, Vial) l’invitent ainsi à Sainte-Marthe lors de deux rendez-vous qui constituent un succès13, ce qui ne manque pas d’énerver le Père Tromp14. Il en est de même de la conférence du Père Congar du 26 octobre au Séminaire français sur la Tradition15. L’épiscopat français se plaît donc à recevoir en grande pompe les glorieux suspects du Saint-Office. Le jésuite Stanislas Lyonnet, inquiété par le Latran, est lui aussi souvent invité à Saint-Louis des Français comme conférencier et confesseur16. Les réserves à son égard ne viennent guère que de Richaud, resté à Bordeaux17. De même, les Pères français se montrent conquis par ces théologiens de la majorité conciliaire qu’incarnent le jésuite Gustave Martelet18 ou le spiritain Joseph Lécuyer. L’adhésion est moins nette pour les dominicains Labourdette et surtout Gagnebet, liés au camp conservateur, même si le contact est volontairement entretenu avec les évêques du Séminaire français qui les côtoient dans la navette quotidienne vers le Vatican. Les dominicains Féret et Chenu, consultés, restent quant à eux tenus à l’écart des conférences.

  • 19 Plusieurs jeunes évêques (Mouisset par exemple) qui sont restés silencieux se sont montrés intéress (...)
  • 20 AD Bordeaux, lettre du 24 octobre 1962 au cardinal Richaud. Gouet diffuse par contre la conférence (...)
  • 21 « À 17 h., je fais devant […] les évêques au Séminaire français un exposé sur l’exégèse actuelle, p (...)

5Cela révèle la ligne prudente d’une grande partie de l’épiscopat français. Les deux conférences que donne l’exégète de Fourvière, le jésuite Xavier Léon-Dufour (22 et 26 octobre 1962), à Saint-Louis des Français sur l’historicité des Évangiles provoquent un certain malaise chez de nombreux Pères peu habitués à questionner ainsi la Bible. À l’issue du premier exposé, l’évêque de Namur, Mgr Charue, lui-même exégète et soucieux d’encourager la recherche, se distingue des remarques prudentes d’évêques du Séminaire français (Garrone, Ancel19). Le secrétaire de l’épiscopat, Mgr Gouet, ne diffuse pas la synthèse écrite du jésuite20 et la conférence suivante, confiée à Mgr Weber, spécialiste d’Écriture sainte dans l’épiscopat, est en partie vécue comme un acte de réparation21.

  • 22 Mgr Béjot parle d’un épiscopat français « strictement fermé dans ses conceptions scolastiques ». Si (...)
  • 23 Institut catholique de Paris, journal de Mgr Le Cordier, 30 octobre 1962.
  • 24 Yves Congar, Mon journal…, p. 195 (8 novembre 1962).

6Le recyclage théologique des évêques, conçu par Mgr Ancel comme un réveil et un adjuvant à la participation conciliaire, semble avoir l’effet contraire. En effet, les débats (on pense à celui sur le péché originel22) montrent une réelle passivité tant intellectuelle que stratégique des Pères français. Mgr Villot en est conscient, lui qui estime que les évêques français organisent des « conférences de théologie supérieures », mais « à 1000 lieues du travail pratique par lequel s’exprimera le Saint-Esprit23 ». Les experts aimablement sollicités eux-mêmes se rendent compte que les conférences ne débouchent sur aucune collaboration renforcée de stratégie conciliaire telle que pratiquée par les Allemands ou les Belges, ou au sein des instances de concertation transnationale. Les critiques deviennent vives chez les periti, à partir de la fin octobre 1962, sur les dysfonctionnements de la hiérarchie française, et principalement les lacunes des cardinaux. Il est révélateur qu’un théologien comme Daniélou, pourtant proche des évêques de Saint-Louis-des Français et souvent modéré dans ses jugements sur l’épiscopat, partage alors une partie des critiques des Pères Congar et de Lubac24.

Ateliers nationaux

  • 25 Mgr Ancel avait eu l’intuition de ces ateliers dès la mi-octobre. Voir le journal de M. Breysse, 16 (...)
  • 26 Archives historiques de l’archevêché de Paris, fonds conciliaire Veuillot, pièce 281, 14 novembre 1 (...)
  • 27 Gérard Raynal, Pierre-André Liégé (1921-1979). Un itinéraire théologique au milieu du XXe siècle, P (...)

7Ces critiques rejoignent les préoccupations d’une minorité épiscopale plus impliquée dans la stratégie conciliaire (hôtes de Saint-Thomas, amis de Mgr Marty, pensionnaires de la Retraite, électron libre tel que Mgr Pourchet logeant à Mater Dei). Cette pression périphérique est entendue par le groupe dirigeant de l’épiscopat qui accepte le 10 novembre la mise en place d’ateliers de travail avec les experts25, effective à partir de la mi-novembre. Il s’agit de nourrir la participation à l’étude des schémas doctrinaux (Révélation ; Église et épiscopat) en cours de discussion ou en préparation. De manière significative, le dominicain Liégé, appelé à Rome par les évêques de Saint-Thomas (Elchinger, Schmitt), n’est pas exclu de l’organigramme des ateliers rédigé par Mgr Veuillot26. Sa théologie christocentrée27 ne paraît pas dépasser le cercle de Saint-Thomas et de Mgr Schmitt, même si l’absence d’archives des évêques de l’Est rend difficile cette histoire.

  • 28 Mon journal…, p. 252-253 (22 novembre 1962).
  • 29 L’animation du jésuite ne satisfait pas pleinement Mgr Béjot. « Je reste sur ma faim, il reste un i (...)
  • 30 AD Saint-Flour, journal de Mgr Pourchet, 16 novembre 1962.

8La mise en place de ces ateliers, saluée par le Père Congar qui compare ce réveil français à l’atonie américaine28, n’est cependant pas euphorique. La participation hiérarchique reste initialement assez décevante. Le plus gros atelier, celui de Daniélou sur la Révélation, qui a une base parisienne, réunit une dizaine de Pères29. C’est l’activisme des théologiens qui donne l’impulsion aux ateliers, ce qui étend bien souvent le cercle des experts invités (Laurentin chez Daniélou ; Camelot ou Labourdette chez Congar). Mais une autre logique, celle de la segmentation, est également à l’œuvre. L’atelier « foi et tradition » du Père Congar devient un pôle actif de ralliement de la jeune génération hiérarchique (Maziers, Pourchet, Boillon, Schmitt, Elchinger), soucieuse de s’impliquer dans la majorité conciliaire. L’atelier, qui se déroule dans un climat de confiance30, devient le meilleur tremplin pour s’affirmer ensuite dans l’aula.

  • 31 Bernard Xibaut, Mgr Léon-Arthur Elchinger. Un évêque français au Concile, Paris, Cerf, 2009, p. 131 (...)
  • 32 « Il trouve le coadjuteur de Strasbourg un peu excité et énervé », journal Labourdette, 23 octobre  (...)

9Cette polarisation n’est pas sans conséquence. Durant l’hiver 1962-1963, la jeune génération et, au premier chef, les évêques de l’Est (Elchinger et Flusin), proches des dominicains de la province de France, souhaitent pousser la collaboration des évêques et des théologiens selon les modèles allemand et belge. Plusieurs lettres sont adressées en ce sens au cardinal Liénart, à Mgr Garrone et à Mgr Ancel et prennent le ton du reproche. Cette critique connue, sur fond de non-consultation des théologiens par les membres de la commission mixte (Lefebvre, Garrone31), peut être précisée. Les évêques de l’Est entendent ainsi voir revaloriser leur propre rôle au sein de l’épiscopat. Le nonce Bertoli comme Mgr Garrone ou Mgr Guerry32 appréciaient peu les initiatives et prises de parole du coadjuteur de Strasbourg. En réaction, Mgr Elchinger joue davantage la carte périphérique durant l’hiver, ce qui le rend alors plus proche du centre allemand que de l’axe Paris (Veuillot) – Toulouse (Garrone). En témoigne l’atelier du 23 janvier 1963, qu’il convoque au Mont-Saint-Odile avec la présence de Congar, Féret, Huyghe, Boillon, Flusin.

  • 33 Christian Sorrel, « Un acteur… », p. 152-156.
  • 34 Mon journal…, p. 329-341 (1er-6 mars 1963).
  • 35 Congar écrit dans son « bloc-notes » : « Il faut savoir que, dans le grand Concile unique et univer (...)

10Derrière Elchinger se pose également la question Congar. Celui-ci se sent dépassé par Daniélou, favorisé par sa position parisienne, le soutien de Veuillot, de Garrone et du secrétariat de l’épiscopat qui lui confient l’animation des Études et documents en janvier 1963. À Rome, l’archevêque de Toulouse, dont le rôle vient d’être précisément éclairé par Christian Sorrel, à la commission mixte et doctrinale33, n’appelle Congar qu’à la demande des Belges, ce que le dominicain lui rappelle en quittant le Séminaire français pour le Collège belge le surlendemain d’une excursion dominicale avec les Pères français34. Les relations complexes des uns et des autres n’ont cependant d’intérêt que si elles rejoignent des logiques plus nettes. Or, au tout début de décembre 1962, le bloc-notes de Congar des Informations catholiques internationales a été mal reçu par les évêques français. Mgr Villot, il est vrai concerné au premier chef par sa fonction au secrétariat du Concile, lui en tient encore rigueur en mars 1963, lors d’une session à la Tourette : « Les experts, confie-t-il à M. Breysse, n’ont pas toujours eu la discrétion désirable. Le “Journal du Concile” du Père Congar, publié par ICI, ne satisfait pas […], en particulier l’allusion au “Concile parallèle35” que tiennent les théologiens à côté des Pères. Les experts font un grand mal […] quand ils regardent et publient comme une victoire personnelle l’adoption ou le rejet d’une telle formule. »

  • 36 Raymond Dulac, La collégialité épiscopale au deuxième Concile du Vatican, Paris, Édition du Cèdre, (...)
  • 37 Ces expressions appartiennent au jésuite orientaliste de l’Institut pontifical missionnaire Paul Go (...)

11Si l’on se fie encore au journal du sulpicien, Mgr Villot donne alors crédit aux critiques écrites et publiques émises par Mgr Dubois contre les experts dans la Semaine religieuse de son ancien diocèse de Rodez. Féliciter l’ancien membre de la commission théologique préparatoire, c’est clairement signifier qu’une frontière doit de nouveau être tracée par l’épiscopat français avec les théologiens. Aux yeux d’un certain nombre d’évêques français, le balancier conciliaire était donc allé trop loin chez leurs jeunes confrères. C’est encore Mgr Villot qui est utile pour repérer cette opinion : « Un évêque français a raconté à ses diocésains la genèse d’une de ses interventions. Sollicité par ses collègues, il répondit : “Je veux bien, pourvu que je puisse voir le Père Congar”. Le lendemain matin, en entrant à Saint-Pierre, l’évêque reçoit du Père Congar le texte de son intervention, qu’il donna au plus tôt ; sans y changer une virgule. Ces confidences, estimait Mgr Villot, ne sont pas de nature à faire du bien, et elles donnent prise à la critique des adversaires du Concile. Et il y en a ! ». Cet évêque n’occupe pas un siège de la France de l’Est. Il s’agit de Stéphane Desmazières, jeune auxiliaire de Bordeaux, sans son cardinal d’ailleurs, et hôte assidu de l’atelier Congar. Le camp intégriste s’est en effet saisi de l’affaire36 pour attaquer l’épiscopat français à la « remorque des Allemands » et de la « pointe des théologiens37 ».

  • 38 Mgr Pourchet, qui s’apprête pourtant à s’investir dans la pétition contre le schéma, écrit : « Tout (...)
  • 39 Congar s’en félicite, Mon journal…, t. 2, p. 431 (3 octobre 1964).
  • 40 Féret et même de Lubac restent au seuil de ces ateliers.
  • 41 « Le pape nous a mis en garde contre les courants de pensée qui foisonnent en France et auxquels no (...)

12La deuxième session reproduit ce type de tensions en particulier lorsque Mgr Schmitt, relayant son théologien Liégé, critique violement lors de la réunion hebdomadaire de Saint-Louis le rapporteur du schéma des moyens de communication sociale, Mgr Stourm, ce qui le met en porte-à-faux avec le reste de l’épiscopat38, avant que l’affaire des tracts (25 novembre 1963) ne le légitime davantage. Plus globalement, la marche des ateliers, dont le fonctionnement est bonifié en septembre 1963 par les évêques du CREF (Comité des réunions de l’épiscopat français) et son représentant respecté Mgr Maziers, montre une collaboration accrue des évêques et des experts39. La France dispose alors d’un éventail renouvelé de théologiens compétents (Benoit, Camelot, Dupuy, Le Guillou40) pour accompagner le travail conciliaire des évêques, en particulier dans l’atelier de l’apostolat des laïcs, celui sur Marie ou encore celui très fourni sur le clergé. Sur l’impulsion de Mgr Renard bien vu par Paul VI, ce dernier groupe participe à l’élaboration du message aux prêtres soumis à tous les pères le 29 novembre 1963. L’épiscopat français, freiné par le Pape lors de l’audience générale du lundi 18 novembre 196341, trouve ainsi une forme de reconnaissance.

  • 42 Christian Sorrel, « La Conférence épiscopale française et l’enquête Ottaviani. Fonctionnement insti (...)
  • 43 Journal Breysse, 12 octobre 1965 ; Mon journal…, t. 2, p. 451 (26 octobre 1965).

13Le Concile rompt la distance entre évêques et théologiens, mais sans supprimer les frontières. Le fait qu’une minorité d’évêques issue de la jeune génération transgresse en partie cette loi de séparation les rend suspects aux yeux de la majorité épiscopale, et inversement populaire chez les experts. Cette logique périphérique paraît à terme dangereuse pour la hiérarchie, car elle rompt son principe d’unité et sa posture de légitimité dernière et supérieure par l’enseignement et le jugement. Le positionnement complexe des pasteurs français qui transparaît dans les pages de Congar n’est pas à comprendre comme une quelconque séduction vers la minorité, mais bien comme la reproduction d’un modèle hiérarchique français théorisé par Mgr Guerry. Ce positionnement hiérarchique aide à mieux comprendre les remarques acerbes des théologiens, d’autant qu’il a une longue postérité. Interrogé lors de l’enquête de 1966 qui, précisément, vise à la production d’un document doctrinal par les évêques français, Mgr Renard répond à Ottaviani dans la continuité de l’argumentaire de Cambrai : « Il est temps de marquer ouvertement, positivement, en France, notre souci de rectitude doctrinale, dans la prédication et l’enseignement ; de préciser que la recherche théologique est nécessaire, mais qu’elle ne doit point faire l’objet d’articles de vulgarisation ni de l’enseignement aux fidèles42. » L’épiscopat français n’est cependant pas figé sur cette ligne unique. C’est ce qui rend le portrait de la génération conciliaire si intéressant, par rapport à la période Pie XII. Pour en rester à la chronologie du Concile, les troisième et quatrième sessions nourrissent ainsi dans le groupe majoritaire de nouvelles oppositions. La ligne pastorale de Mgr Marty, qui s’appuie davantage sur des experts du clergé diocésain (Frisque, Denis, Colson, Salaün), défenseurs de la stratégie missionnaire, provoque les critiques du camp conservateur, mais aussi les incompréhensions des experts religieux de la majorité, en particulier sur le schéma des prêtres. Il est intéressant de remarquer qu’une partie des remarques se superposent alors contre les évêques. L’Auvergnat Joseph Géraud, ennemi intime de l’archevêque de Reims à la procure de Saint-Sulpice, pouvait ainsi décréter que les évêques français avaient « du cœur, mais pas de théologie », tandis que le Père Congar écrivait au même moment : « Nos évêques remplacent trop facilement la structure intellectuelle par la piété43. » Le dominicain ajoutait heureusement la spiritualité, ce qui le distinguait des conservateurs et des intégristes voyant en Mgr Marty un fossoyeur de la spiritualité française.

Notes

1 Jean-Julien Weber, Au soir d’une vie, Paris, Centurion, 1970, p. 185.

2 Cela se fait dans un premier temps sur le mode de la découverte. Yves Congar, critique à l’égard du rapport doctrinal de Mgr Lefebvre de 1957, rencontre celui qui est devenu cardinal en 1960 lors de la réception à l’ambassade de France près le Saint-Siège du 12 octobre 1962. Il écrit : « Je vois le cardinal Lefebvre, que je n’avais jamais rencontré. Il est très sympathique, semble franc et direct », Mon journal du Concile, t. 1, Paris, Cerf, 2002, p. 112.

3 Frédéric Le Moigne, Christian Sorrel, « Les évêques français et le Concile Vatican II », Anuario de Historia de la Iglesia, 21, 2012, p. 185-205.

4 Christian Sorrel, « Les journaux conciliaires des évêques français. Premier bilan d’une recherche », dans Philippe Chenaux, Kiril Plamen Kartaloff (dir.), Il Concilio Vaticano II e i suoi protagonisti alla luce degli archivi, Città del Vaticano, Libreria Editrice Vaticana, 2017, p. 91-107.

5 Réponses nombreuses (28 françaises sur 176). On a trace de cette collaboration chez Veuillot avec Daniélou ; Provenchères et Cottier ; Garrone et Martimort-Labourdette, Gerlier et Chenu ainsi que Léon-Dufour.

6 « Journal conciliaire de Mgr Émile Blanchet. Première session », Transversalités, 121, 2012, p. 19 (10 septembre).

7 Archives des Petites Sœurs des maternités catholiques, Bourgoin-Jallieu, journal de Mgr Guerry, 14 octobre 1962. Voir Christian Sorrel, « Vatican II : la première session de Mgr Guerry, archevêque de Cambrai », dans Philippe Chenaux, Christian Sorrel (dir.), Le Saint-Siège, les Églises et l’Europe. Études en l’honneur de Jean-Dominique Durand, Roma, Edizioni Studium, 2019, p. 143-153.

8 AD Tours, journal de Mgr Ferrand, 21 octobre 1962.

9 « Le cardinal Liénart en confidence me dira […] qu’il ne trouve pas le texte assez direct ni assez simple », AD Lille, journal Dupont, 20 octobre 1962.

10 Le coadjuteur de Lyon déclare plus tard au sulpicien Marcel Breysse à propos du rapport Chenu : « Bien nous en a pris d’en proposer et d’en adopter un autre, quand nous avons vu le sien apparaître, au moins en extraits, dans TC », AD Viviers, journal de M. Breysse, 5 mars 1963.

11 En 1963, Guerry attribue publiquement aux évêques la paternité du document, André Duval, « Le Message au monde », dans Étienne Fouilloux (éd.), Vatican II commence… Approches francophones, Leuven, 1993, p. 105-111. Quant au Père Congar, il rend publics les commentaires de son journal personnel sur un texte « un petit peu cléricalisé, un petit peu trop pommadé peut-être », émission « Sur la Terre comme au Ciel », 10 avril 1976, site Les Archives de la Radio Télévision suisse (consulté le 13 juin 2013).

12 Istituto per le scienze religiose, Bologne [ISR], copie du journal du Père Labourdette, 23 octobre 1962 ; Christian Sorrel, « Un acteur important du Concile Vatican II : Mgr Garrone, archevêque de Toulouse », dans Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Paris-Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères-Peter Lang, 2013, p. 150.

13 Entre 50 et 70 évêques le 20 octobre ; 150 le 27 octobre. Mgr Gouet, secrétaire de l’épiscopat, trouve que le jésuite a été « fort orthodoxe », AD Bordeaux, lettre au cardinal Richaud, 24 octobre 1962.

14 Il confie au dominicain Gagnebet qu’il ne comprend pas qu’un peritus critique les schémas de la commission dont il est membre, journal Labourdette, 25 octobre 1962.

15 Mgr Béjot qui n’assiste pas directement à la conférence s’interroge cependant sur la validité de l’argumentation œcuménique du dominicain par rapport à l’enseignement de Pie XII. Il demande des précisions au Père de Lubac, AD Arras, journal Parenty, 26 octobre 1962.

16 Il assure les retraites de l’épiscopat français lors de la Toussaint 1963 et 1964.

17 AD Bordeaux, lettre à Mgr Gouet du 22 novembre 1962.

18 Le 12 novembre, il aborde le thème « Vatican I et Vatican II ». Mgr de la Brousse rapporte à de Lubac les critiques d’évêques contre l’école de Fourvière (Carnets du Concile, t. 1, Paris, Cerf, 2007, p. 265, 13 novembre). On ne retrouve pas cette expression dans les journaux épiscopaux étudiés.

19 Plusieurs jeunes évêques (Mouisset par exemple) qui sont restés silencieux se sont montrés intéressés par cet exposé.

20 AD Bordeaux, lettre du 24 octobre 1962 au cardinal Richaud. Gouet diffuse par contre la conférence de Labourdette.

21 « À 17 h., je fais devant […] les évêques au Séminaire français un exposé sur l’exégèse actuelle, pour [rassurer] les évêques inquiétés par le Père Léon-Dufour. On a l’air content », AD Strasbourg, journal de Mgr Weber, 5 novembre 1962.

22 Mgr Béjot parle d’un épiscopat français « strictement fermé dans ses conceptions scolastiques ». Si certains évêques paraissent dépassés par ce débat sur monogénisme et polygénisme, d’autres (dont Mgr Blanchet) ne se satisfont pas de la présentation du Père Gagnebet. Deux évêques se distinguent. Outre Mgr Béjot qui dit avoir été libéré, comme le Père Haubtmann, de cette approche traditionnelle par les vues du sulpicien Antoine Verrièle, Mgr Gouyon attaque le Père Gagnebet dans le bus qui le ramène du Vatican en lui demandant de se taire sur les liens entre péché originel et science. Sur cette affaire, AD Reims, journal Béjot, 30 octobre 1962 ; ISR, journal Labourdette, 9 novembre 1962.

23 Institut catholique de Paris, journal de Mgr Le Cordier, 30 octobre 1962.

24 Yves Congar, Mon journal…, p. 195 (8 novembre 1962).

25 Mgr Ancel avait eu l’intuition de ces ateliers dès la mi-octobre. Voir le journal de M. Breysse, 16 octobre 1962.

26 Archives historiques de l’archevêché de Paris, fonds conciliaire Veuillot, pièce 281, 14 novembre 1962.

27 Gérard Raynal, Pierre-André Liégé (1921-1979). Un itinéraire théologique au milieu du XXe siècle, Paris, Cerf, 2010.

28 Mon journal…, p. 252-253 (22 novembre 1962).

29 L’animation du jésuite ne satisfait pas pleinement Mgr Béjot. « Je reste sur ma faim, il reste un intellectuel », écrit-il dans son journal du 16 novembre 1962.

30 AD Saint-Flour, journal de Mgr Pourchet, 16 novembre 1962.

31 Bernard Xibaut, Mgr Léon-Arthur Elchinger. Un évêque français au Concile, Paris, Cerf, 2009, p. 131-137.

32 « Il trouve le coadjuteur de Strasbourg un peu excité et énervé », journal Labourdette, 23 octobre 1962 ; « De même, je n’approuve pas ces déclarations grandiloquentes de jeunes évêques qui, en élevant la voix et en prenant un ton agressif, cherchent visiblement les applaudissements contre d’autres : ex. celle de Mgr E. [sic] d’hier (?). C’était déplaisant. Il avait été relancé par le groupe d’experts qui cherchait hier un évêque décidé à “attaquer”. J’ai mis mon auxiliaire en garde contre ces manœuvres de couloirs. Des experts, même spécialisés, ont un rôle à jouer. Mais ils ne sont pas évêques et ils risquent d’entraîner les évêques hors de cette mesure et de cette pondération qui s’imposent à des chefs responsables et à des docteurs et juges de la foi », journal de Mgr Guerry, 31 octobre 1962.

33 Christian Sorrel, « Un acteur… », p. 152-156.

34 Mon journal…, p. 329-341 (1er-6 mars 1963).

35 Congar écrit dans son « bloc-notes » : « Il faut savoir que, dans le grand Concile unique et universel, il se tient outre des réunions d’évêques, par pays et par grands espaces humains, un Concile des théologiens », Informations catholiques internationales, 1er décembre 1962. L’Osservatore Romano a critiqué la tribune dans son édition du 7 décembre.

36 Raymond Dulac, La collégialité épiscopale au deuxième Concile du Vatican, Paris, Édition du Cèdre, 1979, p. 158.

37 Ces expressions appartiennent au jésuite orientaliste de l’Institut pontifical missionnaire Paul Goubert : « Les théologiens de la Compagnie ne trouvent pas grâce à ses yeux, ni Daniélou, ni Martelet, ni Rahner […]. Le Père Lyonnet se donne des verges pour se faire battre. Le Père Congar, horreur, et nos évêques français qui sont à la remorque des Allemands. Où va l’Église ? », journal Breysse, 8 novembre 1963.

38 Mgr Pourchet, qui s’apprête pourtant à s’investir dans la pétition contre le schéma, écrit : « Tout le monde était surpris de cet éclat […]. Il se place surtout au point de vue des intellectuels », journal du 13 novembre 1963.

39 Congar s’en félicite, Mon journal…, t. 2, p. 431 (3 octobre 1964).

40 Féret et même de Lubac restent au seuil de ces ateliers.

41 « Le pape nous a mis en garde contre les courants de pensée qui foisonnent en France et auxquels nous devons être très attentifs si nous ne voulons pas qu’intervienne l’autorité supérieure […]. On dirait vraiment qu’il a peur de nous », journal de Mgr Pourchet, 19 novembre 1963.

42 Christian Sorrel, « La Conférence épiscopale française et l’enquête Ottaviani. Fonctionnement institutionnel et positions doctrinales », dans Christian Sorrel (dir.), Renouveau conciliaire et crise doctrinale. Rome et les Églises nationales (1966-1968), Lyon, LARHRA, 2017, p. 143-217.

43 Journal Breysse, 12 octobre 1965 ; Mon journal…, t. 2, p. 451 (26 octobre 1965).

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search