Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

Antoine Wenger, Le journaliste du Concile Vatican II ?

Jean-François Petit

Texte intégral

  • 1 Pour un portrait sommaire du Père Antoine Wenger (1919-2009), voir Michel Kubler, « Le Père Wenger, (...)
  • 2 Antoine Wenger, Vatican II, Paris, Centurion, 1963-1965 (4 vol.) et Les Trois Rome, Paris, DDB, 199 (...)
  • 3 Yves Congar, Mon journal du Concile, Paris, Cerf, 2002 (2 vol.).
  • 4 Antoine Wenger, Une passion russe et quelques jalons œcuméniques, Françoise Paoli éd., Rome, Maison (...)
  • 5 Henri Fesquet, Le Journal du Concile, Paris, Salvator, 2012 (rééd.) ; René Laurentin, L’Enjeu du Co (...)
  • 6 Antoine Wenger, L’Assomption de la Très Sainte Vierge dans la tradition byzantine du vie siècle au (...)

1 Rédacteur en chef du journal La Croix pendant le Concile Vatican II, le Père Antoine Wenger fut le seul journaliste autorisé à siéger à la tribune des experts dans l’aula conciliaire1. Ses chroniques, publiées à chaud, fournissaient déjà pour les historiens un témoignage de première importance2. Mais il manquait encore l’édition du texte-source, à savoir son journal, qui, à l’instar de celui du Père Congar, fournit des renseignements et des appréciations de première importance3. C’est chose faite désormais avec les notes rassemblées par Françoise Paoli, son exécutrice testamentaire, dont trois chapitres du premier tome couvrent la période 1962-19654. S’il y a lieu de s’intéresser à la réception du Concile, le travail des journalistes pendant cette période n’a pas encore été vraiment étudié systématiquement. Or ceux-ci – on pense à Henri Fesquet au Monde ou à l’abbé Laurentin au Figaro5 – contribuèrent grandement à favoriser l’acceptation ou, à l’inverse, une appréciation plus mesurée des principaux textes conciliaires. Byzantiniste reconnu, enseignant en théologie orientale à l’Université catholique de Lyon, aux commandes de La Croix depuis 1957, le Père Wenger n’était pas mal placé pour cerner certains enjeux théologiques des débats conciliaires6. Si son journal aide à comprendre la réception du Concile, il aide aussi à cerner les spécificités de la pratique journalistique en matière d’informations religieuses. C’est dans des conditions de travail assez difficiles que le religieux assomptionniste dut opérer.

Des conditions de travail assez difficiles

  • 7 Antoine Wenger, Une passion russe, p. 135.

2Personnalité reconnue dans sa stature de rédacteur en chef de La Croix, Antoine Wenger jouit d’une autorité d’autant plus légitime qu’il a d’abord un lien privilégié avec les deux papes du Concile : Jean XXIII connaît les Assomptionnistes bien avant 1959 et Paul VI le reçoit, en particulier le 15 novembre 1963, pour lui exprimer toute sa confiance, avant, par contre, d’inviter les évêques français le 19 novembre à agir de façon responsable dans la diffusion des débats du Concile, ce qui ne manquera pas de les étonner7. Paul VI s’informe des avancées du Concile en lisant La Croix tous les soirs, notamment dans les pages préparées par l’abbé Poupard, qu’il annote parfois, et il demande la reprise de certains articles dans L’Osservatore romano.

  • 8 Ibid., p. 122.
  • 9 Noël Copin, Vatican II retrouvé, Paris, DDB, 2003, p. 143.

3Pourquoi pareil privilège ? La Croix, avec ses 80 000 lecteurs en 1962, représente un vecteur de choix pour participer au travail d’information générale des travaux du Concile, alors même que les stratégies de communication se cherchent encore. Il existe bien un « bureau de presse » du Concile, sous la houlette de Mgr Stourm, président de la commission d’information, et un délégué pour la communication au sein du secrétariat de l’épiscopat français, l’abbé Haubtmann, mais la spécificité du travail de mise en forme journalistique échappe aux théologiens de métier. Au bureau de presse est présent un autre assomptionniste, le Père François Bernard, qui travaille en étroite collaboration avec Antoine Wenger. Mais de l’aveu de ce dernier, les comptes-rendus du bureau de presse sont « trop longs, trop analytiques8 ». Il faut donc trouver d’autres stratégies pour le duo, renforcé par l’apport d’un jeune journaliste, futur rédacteur en chef de La Croix, Noël Copin, auquel il faut ajouter les deux secrétaires assistantes du Père Wenger9.

  • 10 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 126.

4Cette petite équipe ne manque pas de mettre en œuvre une stratégie très diversifiée de recueil d’informations, de commentaires, d’analyses, de textes préparatoires auprès des principaux protagonistes du Concile (experts, Pères conciliaires, instances d’organisation). Le Père Wenger entretient de ce fait des liens privilégiés avec plusieurs personnalités. Il faut citer en tout premier lieu le sous-secrétaire du Concile, Mgr Villot, avec lequel il partage comme ligne de conduite qu’il ne faut pas « taire la vérité10 ». Entre les deux hommes, des informations de première main circulent et la confiance est certaine. Néanmoins, les conditions de travail sont assez rudes. Pour les journalistes soumis aux comptes-rendus du bureau de presse, il est difficile de faire des articles attrayants à partir de cette seule source. Ils s’enquièrent donc d’autres éléments, alors même que les Pères conciliaires sont soumis au secret sur le contenu de leurs discussions. Le risque est grand de faire droit à des rumeurs plus qu’à de véritables informations. Leur présentation même risque d’indisposer les personnes concernées et de gêner la bonne marche du Concile, en influençant de façon illégitime le contenu et l’ordre du jour des travaux à mener. Les Pères conciliaires n’entendent évidemment pas être soumis à des pressions extérieures. Mais comment l’éviter, sauf à fonctionner en un impossible huis-clos ?

  • 11 Ibid.

5De façon pratique, le Père Wenger n’a en fait qu’une heure et demie pour rédiger un article, envoyé par télex ou dicté au téléphone à la rédaction parisienne de La Croix pour qu’il puisse paraître dans l’édition du lendemain. Les interventions dans l’aula conciliaire, on le sait, sont prononcées en latin, que tout le monde ne comprend pas bien. Plusieurs évêques se plaignent de l’absence de traduction. Les conditions d’audition sont médiocres du fait de la disposition et de l’absence de sonorisation suffisante à certains moments. En conséquence, les articles de La Croix, journal jugé fiable, sont attendus. Plusieurs personnalités, à commencer par René Brouillet, ambassadeur de la France près le Saint-Siège, demandent d’en disposer le soir même de leur rédaction et font part de leurs réactions au Père Wenger. En outre, celui-ci est contraint à de nombreux allers et retours en prenant le dernier avion en partance d’Orly pour rester en contact avec la rédaction parisienne. Il faudra donc beaucoup de doigté et de pugnacité au Père Wenger pour tenir quatre sessions sous ce rythme de travail assez épuisant. Il regrette lui-même que ce labeur « absorbe la pensée aux dépens de la réflexion11 », autrement dit que la pression du rythme à tenir l’empêche parfois de se concentrer sur les enjeux théologiques de fond.

  • 12 Ibid., p. 115.

6De fait, La Croix est bien en position concurrentielle vis-à-vis du Monde, du Figaro et des Informations catholiques internationales. Moins liés aux structures institutionnelles de l’Église, ces médias pèsent sur les appréciations et les choix possibles. Il est clair par exemple qu’Henri Fesquet a tendance à militer pour l’ordination d’hommes mariés. Croisé à Montréal en août 1963 lors d’une rencontre du Conseil œcuménique des Églises, le Père Wenger ne cache pas dans son journal qu’ils ont l’un et l’autre des « jugements différents » sur les travaux du Concile12. Enfin, le Père Wenger doit s’enfermer après chaque session plusieurs jours dans une institution assomptionniste, à Miribel-les-Échelles, pour dicter ses chroniques à ses deux secrétaires pour qu’elles puissent paraître « à chaud ». Conscient de sa responsabilité, le journaliste veut éviter des présentations qui ne seraient pas conformes à l’esprit des travaux de Vatican II.

7On le voit, la « bataille de l’information » se mène sur plusieurs fronts sur lesquels le Père Wenger est obligé de réfléchir : ecclésial, diplomatique, journalistique. Son souci constant est de trouver « la meilleure façon de servir le Concile ». Bon serviteur de l’Église, le Père Wenger peut manifester des réserves privées, mais n’en fait pas part. Il cherche surtout, compte tenu de ses compétences variées, à éclairer le mieux possible les décisions conciliaires.

La meilleure façon de servir le Concile

  • 13 Ibid., p. 125.
  • 14 Ibid., p. 201.

8Sans considérer son journal comme un « diaire », où il aurait noté pas à pas ses impressions, Antoine Wenger note bien souvent, chemin faisant, ses réflexions personnelles13. Sa vision se veut évidemment plus « inspirée » que celle du Monde : il ne s’agit donc pas seulement d’être présent à l’événement du Concile, mais d’en dégager le sens spirituel et historique fondamental. Il déclare donc vouloir fuir toute forme de sensationnalisme, comme cherche à le mettre en œuvre Robert Serrou à Paris Match à propos de la possibilité d’ordination d’hommes mariés. Des articles aux propos jugés « outranciers » comme ceux de Laurentin ou de Fesquet ne conviennent pas à La Croix14. La recherche pratique d’une déontologie de l’information religieuse est bien en question.

  • 15 Ibid., p. 202.
  • 16 Ibid., p. 203.

9À cet effet, il faut donner un « ton » à l’information religieuse15, alors même que les informations inexactes et les interprétations erronées sont nombreuses. En effet, si le nombre de journalistes accrédités est important, ils n’ont pas tous de vraies connaissances du domaine. Le Père Wenger se trouve donc à mi-chemin entre les pratiques et les exigences du métier de journaliste et la spécificité du domaine à couvrir. Il cherche donc à faire son travail « en clarté », en « conformité avec les usages de la profession » certes, mais en étant conscient de la spécificité de son domaine16. Comme les autres journalistes, le Père Wenger se heurte aux contraintes liées à la particularité des circuits d’élaboration, de mise en circulation, d’autorisation de présentation des textes conciliaires et de leur discussion par les Pères conciliaires. Ceux-ci sont l’objet de rédactions et modes de communication complexes. Par ailleurs, surtout au début, les différents protagonistes adoptent des stratégies de communication souvent peu coordonnées.

  • 17 Ibid., p. 130.

10Pour ce qui le concerne, le Père Wenger est en proximité directe avec des rédacteurs de textes : son journal donne par exemple une description de la chambre où le Père Haubtmann a rédigé une mouture du schéma XIII. Anecdotes et grands événements se croisent. Mais ce journal parle pour l’histoire, au moins de son auteur. Le Père Wenger est surtout en contact avec des experts, à commencer par le cardinal de Lubac ou Hans Küng. Certains d’entre eux ne se privent pas de multiplier les prises de position, notamment par des conférences publiques dans Rome. Certains évêques, comme le coadjuteur de Strasbourg, Mgr Elchinger, l’informent directement sous le sceau du secret et celui-ci, de peur d’être écouté au téléphone, lui parle en alsacien, la langue d’origine des deux hommes, ce qui donne le ton d’une certaine suspicion encore régnante17.

  • 18 Ibid., p. 162.
  • 19 Ibid., p. 162.

11Le Père Wenger n’est pas dupe des résistances qui s’exercent : si Mgr Suenens cherche à mettre en place un relevé des questions essentielles pour déterminer un vrai ordre du jour des travaux conciliaires, des freins sont repérables, notamment venus des membres de la Curie, en particulier le cardinal Ottaviani, ou du Conseil de présidence du Concile. C’est pourtant bien le Père Wenger qui essaie de venir en aide au cardinal Tisserant, empêtré dans des déclarations sur le « silence de Pie XII » et une comparaison irrecevable entre l’hitlérisme et l’islam18. Le sens de l’Église et des responsabilités, « sans manquer à la vérité ni à la discrétion qui est notre règle19 », prévaut en toutes circonstances.

  • 20 Ibid., p. 166.
  • 21 Ibid., p. 162.

12Comment expliquer pareil comportement ? À maintes reprises, le Père Wenger est appelé à la prudence : « La prudence sera toujours la vertu essentielle du rédacteur en chef de La Croix », lui rappelle le nonce à Paris20. Ainsi, une telle confiance du pape semble se mériter au prix de contorsions censées prévenir du pire. Le Père Wenger en a bien conscience lorsqu’il déclare que, « à La Croix, on frôle les précipices sans même les apercevoir21 ». Peu de rectificatifs ou de démentis sont néanmoins produits. Parfois, le Père Wenger envoie en catastrophe ses secrétaires pour présenter des excuses à l’une ou l’autre personnalité, à cause d’une formulation insuffisante ou maladroite de leurs propos dans le titre. Une Église hiérarchique pèse encore de tout son poids. Ainsi, à la même époque, les Informations catholiques internationales se font rudement tancer par les autorités vaticanes pour avoir été plutôt complaisantes vis-à-vis de l’association religieuse polonaise « Pax », au moment où certains évêques, derrière le Rideau de fer, sont empêchés de participer au Concile.

  • 22 Ibid., p. 188.
  • 23 Ibid., p. 132.
  • 24 Ibid., p. 288.
  • 25 Ibid., p. 300.

13La responsabilité de La Croix est donc relativement importante. Lors de la troisième session, le patriarche Maximos estime par exemple que 60 % des évêques orthodoxes savent ce qui se passe au Concile par le biais du journal22. Or, sur ce point, les artisans du Concile sont très soucieux de faire que leurs travaux puissent avoir une large réception œcuménique. Le journal circule aussi très largement à Rome. Certains protagonistes remettent des textes ou se font interviewer par le Père Wenger, par exemple le cardinal Wyszynski sur la situation en Pologne23. Dès lors, le risque d’instrumentalisation par des protagonistes du Concile ou la Curie est évident. On demande par exemple au Père Wenger de bien mettre en valeur le voyage de Paul VI à l’ONU24. Mais, à l’époque, c’est moins sur des affaires religieuses que politiques que La Croix est suspectée de partialité. Ainsi, l’ambassadeur de France près le Saint-Siège, René Brouillet, a du mal à comprendre la tiédeur du journal vis-à-vis du général de Gaulle. Certains iront même jusqu’à rendre le journal responsable de son ballottage aux élections présidentielles de 1965. Si les évêques espagnols interviennent, c’est pour lui demander une information plus objective à leurs yeux, non sur leurs positions pendant le Concile mais sur l’Espagne franquiste25.

  • 26 Ibid., p. 136.
  • 27 Ibid.

14De fait, la position privilégiée du Père Wenger l’oblige à des « péréquations d’intérêt » avec les protagonistes principaux : il est indiscutablement l’obligé des experts et des évêques. Mais, en retour, il leur offre aussi des informations et une large tribune. Cette posture « aristocratique » tranche quelque peu avec le dédain avec lequel il juge les initiatives de son prédécesseur, le Père Gabel (1908-1968). Celui-ci poursuit pendant le Concile un tout autre objectif : il cherche à faire naître une réflexion sur l’opinion publique dans l’Église. Il note ainsi le 5 octobre 1963 : « Le Père Gabel arrive en fin de semaine pour organiser son fameux “symposium” qui ne fut pas un succès. Les conférenciers n’étaient pas tous de qualité. Le Père John Courtney Murray, que l’on porte aux nues, n’a rien dit d’extraordinaire. Le Père de Volder, franciscain de Louvain, ne fut pas à la hauteur. Seul le professeur autrichien Marcic a de main de maître traité le problème de l’opinion publique. Malheureusement, la plus grande partie de l’auditoire, français, italien, anglais, ne l’a pas suivi, car les traductions étaient fort mauvaises26. » Le développement de l’Union catholique internationale de la presse ne semble donc pas la priorité du moment du Père Wenger. Celui-ci note que toutes sortes de journalistes sont acceptés au sein l’association, ce qui la décrédibilise. De plus, ses statuts ne lui paraissent pas suffisamment clairs27. Bref, le rédacteur en chef s’en méfie, et il refuse des options trop partisanes à ses yeux. Certes, il a une sensibilité affirmée dans ses domaines de compétence – le byzantinisme, la théologie mariale, l’œcuménisme –, mais, pour le reste, il a conscience de représenter plus que lui-même, à savoir l’ancêtre de Bayard, la Bonne Presse, fondée par ses pairs assomptionnistes, qu’il ne tient pas à compromettre.

15À l’époque, celle-ci doit gérer dans le même temps une déconfessionnalisation progressive, perceptible dans une revue comme Rallye Jeunesse, sur laquelle Jean Gélamur, directeur général mais aussi président des maisons de presse catholique, devra s’expliquer devant les autorités romaines. Sans être sans convictions, le Père Wenger entend donc protéger ses bonnes relations. Cela commence au sein de sa propre congrégation. Il bénéficie du soutien du Père général, Wilfrid Dufault. Il peut converser librement avec un expert, le Père Tavard, ou avec les évêques, Mgr Beck d’Angleterre, Mgr Vuccino de Grèce ou Mgr Piérard du Congo. Il peut en retour les renseigner et les conseiller. Ce n’est que plus tard, au moment de son départ de La Croix après 1968, qu’il laissera, dans son journal et à ses proches, percer une amertume vis-à-vis de certains représentants de sa famille religieuse.

  • 28 Ibid., p. 148.
  • 29 Roger Etchegaray, « Presse, chemins de solidarité », La Documentation catholique, n° 2060, 1992, p. (...)
  • 30 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 152-157.
  • 31 Ibid., p. 150.

16En fait, le Père Wenger, muni de ses riches contacts, estime que sa mission, notamment lors du voyage en Terre Sainte de Paul VI en 1964, est de « deviner ce que les autres ne sauront pas, découvrir ce qu’ils ne verront pas28 ». Le journaliste religieux, formé théologiquement, est bien de ceux qui aident à « voir loin, voir juste, voir haut » selon la formule du cardinal Etchegaray, qui, à l’époque, était l’un des secrétaires pour l’épiscopat français pendant le Concile29. Pour ce faire, il s’agit moins de traquer des « scoops » que de s’appuyer sur de solides amitiés qui ouvriront des portes utiles. Ainsi, c’est notamment grâce au Père Scrima, un intime d’Athénagoras, que le Père Wenger peut avoir accès direct au patriarche de Constantinople. Comme d’autres, le rédacteur en chef a parfois de la chance, quand par exemple il tombe sur l’enregistrement de la RAI de l’entretien entre Athénagoras et Paul VI à Jérusalem30. Mais c’est aussi avec des confrères assomptionnistes qualifiés, en l’occurrence le Père Gallay, qui, pour le journal, suit les voyages du pape, qu’il s’interroge sur « la meilleure manière de servir La Croix31 ».

  • 32 Ibid., p. 157.
  • 33 Bruno Chenu, Au service de la vérité…
  • 34 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 193.

17Le Père Wenger est parfaitement conscient de sa propre fonction de médiation parmi ses pairs journalistes. Il est en quelque sorte un primus inter pares. Il note ainsi après la rencontre mémorable entre Athénagoras et Paul VI : « À la salle de presse, les journalistes m’entourèrent pour connaître tous les détails d’une journée historique et transhistorique, à laquelle Dieu, par grâce, m’a fait assister, non seulement en témoin, mais comme acteur, à mon poste. À lui seul gloire et reconnaissance32. » Cette citation reflète l’ethos particulier d’un journaliste croyant dont, à la limite, le « lecteur » par excellence est Dieu lui-même. Dès lors, l’appréciation des réactions des lecteurs doit être pondérée. Contrairement à son successeur à La Croix, le Père Bruno Chenu, le Père Wenger a moins le souci de cette « paroisse invisible » que constitue la communauté des lecteurs33. Ainsi, il déclare : « Au milieu de ce travail intense et épuisant, j’ai la satisfaction de voir que l’équipe de La Croix est bien unie ; fait du bon travail. Les critiques du cardinal Richaud, à propos du Bloc-notes, par exemple, ou de tel évêque à propos de mon compte-rendu, Mgr Rupp, par exemple, sont des faits très mineurs. Il ne faut pas attacher trop d’importance ni aux blâmes ni aux louanges, à cause des changements qui se produisent aussi bien dans notre travail que dans l’appréciation que portent les personnes34. »

  • 35 Ibid., p. 292.

18En fait, l’histoire montrera qu’il n’est pas si insensible que cela aux objections qui peuvent lui être faites, surtout quand elles viennent de sa propre rédaction ou des responsables de sa congrégation. Ce trait mérite d’être souligné : La Croix veut favoriser un travail de communion en Église. Si, au sein du journal, ne règne pas un projet commun partagé par tous, il ne sert à rien de vouloir la promouvoir en dehors. Le Père Wenger est encore le chef au sein de la rédaction, mais l’époque n’est plus à l’autoritarisme d’antan. Pour l’extérieur, il accepte les critiques, mais il tient aussi au respect des formes. Un seul exemple : Mgr Riobé se plaint à lui vivement de son interprétation du vote des Pères conciliaires sur la formation à la chasteté des séminaristes. Ce différend, en restant purement privé, permet de ne pas donner prise à l’idée d’une absence d’unité au sein de l’Église35. Au final, la frontière est ténue entre la posture de spectateur des événements, aussi importants soient-ils, et celle d’acteur engagé. C’est cette posture du « spectateur engagé », pour reprendre le titre du livre de Raymond Aron, qu’il faut donc analyser maintenant.

Un spectateur engagé ?

  • 36 Ibid., p. 161.
  • 37 Ibid., p. 205.

19À bien des moments de son journal, le Père Wenger insiste sur l’objectivité nécessaire dans la réalisation de son travail. Mais il estime aussi indispensable de dépasser la simple relation de l’actualité pour opérer un travail analytique. Comme Bruno Chenu, c’est à un véritable « journaliste-théologien » que nous avons affaire. Comment penser d’abord que le Père Wenger ne cherche pas à parler pour l’histoire ? Le journaliste a conscience des imperfections de sa Chronique : « Le livre est un récit où je marque ma tendance, mais sans parti-pris, sûrement plus à droite que le livre de Laurentin, mais plus objectif aussi et, en cela, plus vrai. J’ai l’impression qu’il apporte moins d’inédit que le premier, qu’il est meilleur en son milieu et en sa fin, que certains chapitres auraient gagné à être plus réfléchis, plus structurés, mais que faire en un temps si court36 ! » Il est sûr que Dieu agit dans l’histoire et que celle-ci est orientée vers le Royaume de Dieu. Il lui tient donc à cœur d’établir rapidement l’histoire de cet événement central de l’Église et d’aider à mettre en place une juste herméneutique du Concile. La masse des documents officiels et des prises de position peut conduire à des informations inexactes ou interprétations erronées. Les instances du Concile, comme le secrétariat pour l’unité des chrétiens, sont parfois elles-mêmes responsables « d’erreurs énoncées, d’hypothèses avancées tout à fait contraires à la réalité37 ». Il s’agit donc d’établir la vérité, ce qui est une façon de rendre gloire à Dieu.

  • 38 Ibid., p. 159.
  • 39 Ibid., p. 219.
  • 40 Ibid., p. 218.
  • 41 Ibid., p. 137.

20Le Père Wenger ne ménage pas ses efforts en ce sens, se multipliant dans des séries de conférences, durant même les interludes entre sessions. Sa propre interprétation de ce qui s’est passé durant le Concile se développe notamment dans des soirées avec les lecteurs en Champagne, Ardenne ou Lorraine38. Ces interventions renforcent par ricochet son statut personnel d’observateur privilégié et la notoriété du titre qu’il incarne. D’autres conférences ont évidemment lieu à Rome, notamment devant les étudiants assomptionnistes du Collège Tor di Nona, en présence du Père général39, ou les prêtres du Séminaire français, par exemple le 18 novembre 1964. Le Père Wenger insiste beaucoup sur la responsabilité du journaliste, en l’illustrant par trois exemples où, à ses yeux, son collègue du Monde, Henri Fesquet, a fait passer ses idées personnelles comme l’expression d’un courant d’opinion : le mariage des prêtres, le désarmement unilatéral, les contraceptifs40. Visiblement, le Père Wenger craint des mésinterprétations ou les distorsions de perspectives. Il veut rester fidèle à la consigne donnée par Paul VI à la messe des journalistes le 1er décembre 1963 : « “Levate capita vestra.” Ne vous laissez pas éloigner des sources spirituelles par votre activité qui vous tourne d’abord vers les choses de la terre41. »

  • 42 Ibid., p. 149.
  • 43 Ibid., p. 203.
  • 44 Ibid., p. 301.

21Mais entre « fidélité doctrinale » et « liberté éditoriale », pour reprendre des termes souvent utilisés à Bayard, les choix ne sont pas toujours aisés. C’est pourquoi, en définitive, même si l’on refuse une information « purement descendante », la tentation est d’en rester à une approche prudentielle de l’exercice de l’information religieuse et de s’en tenir à développer les vertus du journaliste. N’est-ce pas sous-estimer des pratiques de concurrence entre titres, de recherche d’audience, de « guerre des moyens », qui pourtant font aussi partie des données du problème ? Le Père Wenger se demande par exemple comment Henri Fesquet et Georges Suffert réussissent à envoyer leurs articles au Monde et à L’Express aussi vite de Jérusalem42, comme si le fond (religieux) ne devait pas être souillé par la forme (technique), comme si le message pouvait rester indépendant du medium. En réalité, lui-même se rend compte de la difficulté de l’exercice quand il déclare souvent qu’il n’est pas aisé de rendre compte des questions techniques du Concile pour le grand public. Il avoue ainsi qu’il n’est pas simple d’écrire « pour tout le monde43 ». En outre, il reconnaît que, le 15 novembre 1964, il s’est fait l’écho « d’une manière un peu audacieuse » d’un rapprochement possible entre Constantinople et Rome, signe que son propre zèle œcuménique l’a emporté sur la réalité44.

  • 45 Ibid., p. 191.
  • 46 Ibid., p. 193.

22En outre, le Père Wenger franchit le Rubicon du statut de témoin à celui d’expert. Ses notes sur le débat marial entre Orientaux et Latins montrent sa grande connaissance théologique de la question45. Par le biais du Père Scrima, son ami, il fait parvenir à la commission d’experts catholiques où siège le professeur Moeller, de l’université de Louvain, un texte sur la maternité spirituelle de Marie dans le but de clarifier la rédaction du chapitre VIII du futur document sur l’Église Lumen Gentium46. À ce propos, il écrit, de façon quelque peu humoristique :

  • 47 Ibid., p. 194.

Inutile de noter la chute de bicyclette, place Saint-Pierre. J’ai eu à ce propos une pensée d’orgueil : je n’aurais pas été fâché que le texte écrit sur la Vierge fût mon dernier. Il aurait assez bien résumé deux amours et deux préoccupations : la Sainte Vierge et les Églises orientales. Mais il faut accepter de mourir sans beauté aux yeux du monde, n’importe où et n’importe comment47.

  • 48 Ibid., p. 204.
  • 49 Ibid., p. 211.
  • 50 Voir aussi P. Perny, « Interview du Père Wenger », Société d’histoire et d’archéologie du Ried, ann (...)

23Comme fils du Père d’Alzon, l’œcuménisme et le destin des Églises orientales lui tiennent particulièrement à cœur. Comme le Père Congar qu’il côtoie, il a personnellement pris ses distances avec l’uniatisme. Mais il constate, en fin connaisseur, le manque d’enracinement théologique des interventions sur l’œcuménisme dans l’aula conciliaire48. En fait, il constate surtout qu’il est bien difficile de faire du journalisme concernant l’œcuménisme en raison des susceptibilités dans ce domaine des responsables religieux. Cependant, il est évident qu’il entend, en fidélité aussi à sa congrégation très présente dans cet apostolat, ayant à cette époque des religieux en Europe de l’Est sous le joug du communisme, apporter une contribution significative au rapprochement entre Églises49. Il sait apprécier à leur juste valeur les points de vue, par exemple ceux des différents interlocuteurs du Conseil œcuménique des Églises, les uns étant pendant le Concile plus favorables à un rapprochement avec l’Église catholique, les autres moins. Il note combien le désir d’unité du patriarche Athénagoras peut être entravé, notamment par les difficultés de communion entre Églises orthodoxes50.

  • 51 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 214.
  • 52 Ibid., p. 219.
  • 53 Ibid., p. 211.
  • 54 Ibid., p. 222.
  • 55 Ibid., p. 287 et Les Trois Rome…, p. 173.
  • 56 Ibid., p. 287.
  • 57 Ibid., p. 301.

24C’est pourquoi, en matière d’œcuménisme, il cherche toujours à promouvoir la méthode qui a sa préférence : celle des « petits pas51 ». Il affiche, sur ce point, comme pour les avancées de la théologie mariale – la proclamation que Marie est Mère de l’Église – une certaine sérénité : « Je m’efforcerai, quant à moi, de garder le calme surnaturel, avec la sagesse qui vient de l’histoire, laquelle nous apprend à prendre du recul, à juger les événements qui nous troublent aujourd’hui à la lumière des lendemains sans passion52. » Cette attitude est-elle réellement possible ? En fait, le Père Wenger semble refuser un vrai « journalisme d’opinion ». Est-ce envisageable, alors qu’il reconnaît qu’à la différence de la recherche qui conduit à un « ressourcement », le journalisme est une « activité totale53 » ? Acteur et témoin devant l’histoire, le Père Wenger n’est pas dénué d’intérêts : ce n’est pas de gaieté de cœur qu’il verrait, à l’Université catholique de Lyon où il enseigne, un spécialiste d’œcuménisme devenir son suppléant sur sa chaire dédiée spécifiquement à la théologie orientale54. Après avoir consulté son confrère byzantiniste assomptionniste Venance Grumel, c’est lui qui rédige, à la demande expresse du pape, après l’intervention d’un évêque melkite, Mgr Zoghby, la partie historique d’une réponse sur les pratiques des remariages dans les Églises orientales, alors que la partie dogmatique est confiée au futur cardinal Journet55. Sur ce sujet, le Père Wenger constate que le Père Congar défend la même position que lui56. Sa compétence est reconnue, comme celle de son collègue assomptionniste Daniel Stiernon, auquel un professeur du Latran demande une étude théologique et historique sur le schisme de Cérulaire, dans la perspective d’un rapprochement entre Constantinople et Rome57.

  • 58 Ibid., p. 310 et Les Trois Rome…, p. 184.

25Au final, on ne peut que constater l’importance du rôle du Père Wenger durant tout le Concile. Son journal gagne au passage au moins 20 000 abonnés supplémentaires. La consécration du rôle central dédié à La Croix s’opère lors de la troisième audience personnelle accordée par le pape le 26 novembre 1965. Paul VI déclare au Père Wenger : « Malgré les soucis et les charges du Concile, je ne voulais pas laisser passer la session sans vous dire, à vous et à La Croix, l’amitié, la confiance et l’estime que vous et le journal méritez. Oui, nous savons que La Croix est un grand journal, qu’elle a parfaitement informé sur le Concile, qu’elle a apporté une lumière neuve, des points de vue et des faits inédits58. »

  • 59 Émile Gabel, Journalistes catholiques (organe de l’UCIP), janvier-février 1963, cité dans Antoine W (...)
  • 60 Émile Gabel, L’Enjeu des médias, Paris, Mame, 1971.

26La vision de la pratique journalistique du Père Wenger est cohérente avec l’assez grande unanimité sur le rôle des communications sociales dans l’Église. Celle-ci débouchera, sans doute trop rapidement, sur le décret Inter mirifica, un des premiers textes votés durant le Concile. La presse catholique est pensée d’abord comme instrument d’évangélisation, en complément d’autres moyens comme ceux de l’Action catholique. Plus subtil, en position à cette époque moins institutionnelle, le Père Émile Gabel note à propos de la discussion sur le texte des moyens de communication sociale : « On peut clore rapidement une discussion soit parce que l’on est d’accord, soit parce que l’on a peu d’idées, soit parce que le schéma est proposé à un moment précis comme un “programme-entracte”59. » Le Père Gabel vit rapidement qu’il manquait au texte une théologie des réalités terrestres et une anthropologie religieuse, qu’on s’en tenait à une moralisation des pratiques, toutes choses que devra reprendre en 1971 l’instruction pastorale Communio et progressio, élaborée par la commission pontificale sur les moyens de communication sociale60.

  • 61 Yves Pittete, Biographie d’un journal : « La Croix », Paris, Perrin, 2011.
  • 62 Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Paris-Bruxelles, Min (...)

27S’il y a bien un « miracle du Concile » pour le journal La Croix, pour reprendre l’expression de l’historien Yves Pittete à propos de cette période, elle le doit en grande partie à l’action de son rédacteur en chef. Celui-ci, arrivé en 1957, « jeune religieux timide, sans expérience de presse, ne cachant à personne ses regrets d’avoir dû abandonner ses recherches scientifiques », avait assurément gagné en assurance et en autorité61. En définitive, sans avoir été « le » journaliste du Concile, comme Jean Guitton n’a pas été non plus « le » laïc du Concile, le Père Wenger donne des éléments précieux de compréhension non seulement de l’histoire de Vatican II, notamment dans ses aspects diplomatiques, mais aussi d’une théologie renouvelée des médias catholiques, qui restait encore largement embryonnaire62.

Notes

1 Pour un portrait sommaire du Père Antoine Wenger (1919-2009), voir Michel Kubler, « Le Père Wenger, témoin et artisan de la mission de l’Église », La Croix, 29 mai 2009 ; Noël Copin, « Avec son intelligence, son cœur, sa foi », ibid. ; Jean-Paul Perier-Muzet, « Jean Bosco (Antoine) Wenger », dans Notices biographiques des Religieux de l’Assomption, 2000- 2010, Rome, Maison généralice des Augustins de l’Assomption, 2010, p. 557-558.

2 Antoine Wenger, Vatican II, Paris, Centurion, 1963-1965 (4 vol.) et Les Trois Rome, Paris, DDB, 1991.

3 Yves Congar, Mon journal du Concile, Paris, Cerf, 2002 (2 vol.).

4 Antoine Wenger, Une passion russe et quelques jalons œcuméniques, Françoise Paoli éd., Rome, Maison généralice des Assomptionnistes, 2014.

5 Henri Fesquet, Le Journal du Concile, Paris, Salvator, 2012 (rééd.) ; René Laurentin, L’Enjeu du Concile. Bilan des autres sessions et bilan général, Paris, Seuil, 1963-1966 (5 vol.).

6 Antoine Wenger, L’Assomption de la Très Sainte Vierge dans la tradition byzantine du vie siècle au xe siècle, Paris, IFEB, 1955 et Huit catéchèses baptismales inédites de saint Jean Chrysostome, Paris, Cerf, 1957.

7 Antoine Wenger, Une passion russe, p. 135.

8 Ibid., p. 122.

9 Noël Copin, Vatican II retrouvé, Paris, DDB, 2003, p. 143.

10 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 126.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 115.

13 Ibid., p. 125.

14 Ibid., p. 201.

15 Ibid., p. 202.

16 Ibid., p. 203.

17 Ibid., p. 130.

18 Ibid., p. 162.

19 Ibid., p. 162.

20 Ibid., p. 166.

21 Ibid., p. 162.

22 Ibid., p. 188.

23 Ibid., p. 132.

24 Ibid., p. 288.

25 Ibid., p. 300.

26 Ibid., p. 136.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 148.

29 Roger Etchegaray, « Presse, chemins de solidarité », La Documentation catholique, n° 2060, 1992, p. 979-982. ; Jean-François Petit, « L’anniversaire du Concile dans La Croix vu par Bruno Chenu », dans Bruno Chenu, Au service de la vérité. Dialogue, conversion, communion, Paris, Bayard, 2013, p. 621-632.

30 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 152-157.

31 Ibid., p. 150.

32 Ibid., p. 157.

33 Bruno Chenu, Au service de la vérité…

34 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 193.

35 Ibid., p. 292.

36 Ibid., p. 161.

37 Ibid., p. 205.

38 Ibid., p. 159.

39 Ibid., p. 219.

40 Ibid., p. 218.

41 Ibid., p. 137.

42 Ibid., p. 149.

43 Ibid., p. 203.

44 Ibid., p. 301.

45 Ibid., p. 191.

46 Ibid., p. 193.

47 Ibid., p. 194.

48 Ibid., p. 204.

49 Ibid., p. 211.

50 Voir aussi P. Perny, « Interview du Père Wenger », Société d’histoire et d’archéologie du Ried, annuaire 2000, p. 44 : « J’ai compris alors que ma spécialité, qui était la théologie orientale, allait me servir grandement. À Constantinople, je rencontrai le patriarche œcuménique Athénagoras. Ce fut le début d’une grande amitié. »

51 Antoine Wenger, Une passion russe…, p. 214.

52 Ibid., p. 219.

53 Ibid., p. 211.

54 Ibid., p. 222.

55 Ibid., p. 287 et Les Trois Rome…, p. 173.

56 Ibid., p. 287.

57 Ibid., p. 301.

58 Ibid., p. 310 et Les Trois Rome…, p. 184.

59 Émile Gabel, Journalistes catholiques (organe de l’UCIP), janvier-février 1963, cité dans Antoine Wenger, Vatican II…, p. 126.

60 Émile Gabel, L’Enjeu des médias, Paris, Mame, 1971.

61 Yves Pittete, Biographie d’un journal : « La Croix », Paris, Perrin, 2011.

62 Bernard Barbiche, Christian Sorrel (dir.), La France et le Concile Vatican II, Paris-Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères – Peter Lang, 2013 (avec, en particulier, l’article de Yves Poncelet sur les journalistes français).

Auteur

Institut catholique de Paris

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search