Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

La mission œcuménique de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé à l’heure du Concile

Lucien-Jean Bord

Texte intégral

  • 1 Du 10 au 28 septembre 1959, à l’abbaye Saint-Anselme, sous la présidence de Dom Bernhard Kaelin (18 (...)
  • 2 Dom Thomas Becquet (1896-1985). Rappelons que l’abbaye de Chevetogne fut en fait fondée par les moi (...)
  • 3 Dans une lettre du 28 décembre 1959 à Dom Paul Grammont, abbé du Bec-Hellouin, il écrira : « Il ne (...)

1 À l’automne de 1959, le Congresso des abbés bénédictins, réunis à Rome1, émettait le vœu que, dans chaque pays, les abbés désignent un monastère qui serait plus spécialement chargé de prêter une attention particulière à l’œcuménisme. Le prieur de Chevetogne2 suggéra que ce soit l’abbaye de Ligugé qui exerce ce rôle, notamment en direction du protestantisme, car Chevetogne et Niederaltaich avaient déjà engagé le dialogue avec l’orthodoxie. Dans l’esprit des participants du Congresso, il s’agissait essentiellement, pour les abbayes désignées, de porter dans la prière la cause de l’œcuménisme, toute autre forme d’engagement, sans être exclue, n’était pas précisée. Nous sommes dans les années qui précèdent le Concile Vatican II et, dans la pensée de nombre de catholiques à cette époque, y compris parmi les abbés réunis à Saint-Anselme, une prière pour l’œcuménisme et la prière pour la « conversion des chrétiens séparés » (on ne parle pas encore, ou peu, de « frères séparés ») ne sont pas vraiment différenciées. Aussi est-ce sans hésitation que Dom Gabriel Le Maître, abbé de Ligugé, accepta, pensant que, à la limite, il s’agirait d’une intention de prière un peu étendue, accompagnée de quelques informations ou enseignements réservés à la communauté3. Il allait en fait engager celle-ci dans une longue « aventure », car le modeste souci exprimé par le Congresso allait, pris et porté vers l’avant par le Concile, se développer et revêtir une importance alors insoupçonnée. Avant de nous intéresser à cette histoire, au niveau de l’abbaye poitevine, il est nécessaire d’en présenter, même rapidement, les principaux acteurs.

Trois personnalités fort différentes

  • 4 Né le 29 avril 1916 à Brest, agrégé de philosophie en 1939, entré à Ligugé le 28 août 1942, profès (...)
  • 5 Sa thèse principale, soutenue en Sorbonne, s’intitulait De certains états acuminieux des mystiques (...)
  • 6 Vincent Desprez, « Le Très Révérend Père Dom Gabriel Le Maître », p. 35.

2En tout premier lieu, Dom Le Maître qui, non seulement accepta la demande du Congresso, mais fut, jusqu’en 1963, le responsable et la cheville ouvrière de cette « préoccupation œcuménique ». Le Père Gabriel Le Maître4, docteur en philosophie, s’était initialement destiné à une carrière d’enseignant et de chercheur, mais il mûrissait depuis son adolescence un fort attrait pour la vie religieuse, malgré une santé chancelante (il était atteint de tuberculose et dut faire plusieurs séjours en sanatorium) ; il rejoignit en 1942 la communauté de Ligugé dont il fut élu abbé en 1954. Disciple de Jean Nabert et de Vladimir Jankélévitch, qui fut son directeur de thèse5, on a pu le présenter comme un esprit contemplatif et spéculatif, plus soucieux de cohérence logique et d’expression belle et nuancée que d’érudition, doué d’un souci pédagogique aigu et soucieux de mettre en œuvre une théologie, une spiritualité et une pastorale actuelles qui ne se payaient pas de mots6.

  • 7 Né le 30 novembre 1908 à Tourcoing (Nord), entré à Ligugé le 9 novembre 1929, profès le 14 avril 19 (...)
  • 8 Joseph Charles Lefèbvre (1892-1973), vicaire général du diocèse de Poitiers (1936-1938), évêque de (...)
  • 9 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01. La famille du Père Lefèbvre s’était réfugiée (...)

3Après la démission de Dom Le Maître, en 1963, la charge de l’œcuménisme fut rapidement confiée à Dom Georges Lefèbvre7. Né en 1908 à Tourcoing, dans une famille d’industriels catholiques du Nord de la France, neveu du cardinal-archevêque de Bourges8 qui l’orienta vers Ligugé, le Père Lefèbvre, de santé fragile, s’intéressa rapidement à une recherche fortement influencée par une approche personnelle de la spiritualité carmélitaine et une dilection avouée pour la voie de l’enfance spirituelle. Auteur fécond, il publia un grand nombre de livres où il s’efforçait de livrer sa méditation personnelle sur la prière et la contemplation du mystère divin et donna de nombreuses retraites à des communautés religieuses féminines. Apparemment, rien ne le prédisposait à se lancer dans l’œcuménisme sinon, peut-être, ainsi qu’il l’écrira à la fin de sa vie : « Je gardais depuis toujours le souvenir de ma première communion à l’ombre du château de Windsor, dans un pays déchiré par les divisions entre chrétiens. Ce souvenir était pour moi une invitation, ou même une vocation à porter dans mon cœur ce souci9. »

  • 10 Né le 30 août 1920 à Paris, profès de l’abbaye Sainte-Marie de Paris (27 mai 1947), abbé de Ligugé (...)
  • 11 Pendant la période courant de la démission de Dom Le Maître à l’élection de Dom Miquel, l’administr (...)

4Enfin, Dom Pierre Miquel10, abbé de Ligugé de 1966 à 199011. Licencié ès-lettres, titulaire d’un diplôme d’études byzantines, docteur en droit, Dom Miquel suivit aussi les cours d’Oscar Cullmann à l’École pratique des hautes études. Esprit ouvert, curieux de tout, adepte de ce que l’on a pu nommer l’humanisme chrétien, il était particulièrement bien préparé pour répondre aux multiples défis posés à la vie monastique aux lendemains du Concile. Toujours préoccupé d’assurer une formation doctrinale puisée aux meilleures sources, le Père Miquel explora, pendant toutes ses années d’abbatiat et au-delà, les diverses voies permettant une présentation de la foi recevable par les hommes et les femmes d’aujourd’hui, et manifesta toujours un grand souci du dialogue interreligieux.

5Voici donc les principaux acteurs de ce que l’on peut bien nommer une « aventure » monastique, qui est loin d’être achevée, mais a connu une phase particulièrement active entre 1960 et 1975.

Premières rencontres, sessions et initiatives

  • 12 Au cours de cette conférence, il insista particulièrement sur les notions de distance et de respons (...)
  • 13 Rappelons que le dominicain Yves Congar (1904-1995), cardinal en 1994, était alors l’un des plus ém (...)

6Rentré à Ligugé et ayant informé la communauté de ce qu’il avait accepté à Rome, Dom Le Maître ne rencontra ni enthousiasme ni opposition, mais plutôt une certaine interrogation sur « le pourquoi et le comment » ; il donnera une conférence à la communauté le 14 décembre 1959 pour préciser ce qui lui a été demandé et la manière dont il entendait y répondre12. Si la communauté était, dans sa majorité, ouverte à la proposition du Congresso, la plupart des moines de Saint-Martin n’avaient qu’une connaissance limitée (et plutôt livresque) de ce qu’impliquait alors un souci œcuménique. Face à ce constat, le Père abbé réagit avec sa sensibilité d’universitaire, organisant en janvier 1960 une session de formation animée par le Père Yves Congar13 et réservée aux membres de la communauté.

  • 14 Lettre du 25 avril 1960 à Maurice Villain (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02 (...)
  • 15 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02 et VIII-D/06, 02, p. 228.
  • 16 Lettre du 7 août 1962 au Frère Roger Schutz (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, (...)
  • 17 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VIII-D/06, 02, p. 228.

7Si le résultat en fut appréciable, permettant à beaucoup une découverte des véritables enjeux qui allaient d’ailleurs apparaître encore plus clairement lors du Concile, Dom Le Maître comprit qu’il ne suffisait pas de former ses moines et d’avoir un souci de prière, même important : « L’œcuménisme – devait-il écrire – est avant tout une rencontre, un mouvement en avant14. » Sa première initiative fut de se rendre à la rencontre œcuménique de Cormatin, les 6 et 7 septembre 1960, et, immédiatement après, à la communauté de Taizé où il rencontra le prieur, Roger Schutz15, avec qui il resta en relations, lui exposant ses projets qui allaient, selon les termes même du Père abbé, jusqu’à envisager un « Taizé catholique16 », ce qui prouve l’évolution de sa pensée en matière d’œcuménisme. Ce fut à la suite de ces premières rencontres que Dom Le Maître invita le pasteur suédois Haerberger à venir donner une conférence à la communauté, le 15 septembre17.

  • 18 Louis-Édouard Pie (1815-1880), évêque de Poitiers (1849-1880), fut l’un des champions de l’unité ro (...)
  • 19 Il n’est guère besoin de présenter le Groupe des Dombes ; rappelons simplement qu’il s’agit d’un gr (...)

8Dès l’année suivante, après avoir assisté à la rencontre œcuménique de Limoges, en janvier 1961, il prenait l’initiative d’organiser en avril, à l’abbaye, une rencontre entre prêtres et pasteurs, ce qui à l’époque n’avait rien d’évident, surtout dans un diocèse divisé depuis le XVIe siècle entre une partie catholique (surtout le département de la Vienne) et une partie réformée (essentiellement dans les Deux-Sèvres), marqué de plus, au XIXe siècle, par la forte personnalité du cardinal Pie18et la « reconquête catholique ». Il participa également, toujours en 1961, à la réunion des Dombes19 et à celle de La Rochelle.

9Constatant par ailleurs la quasi-ignorance sur le sujet de la majorité des religieux et religieuses qu’il était amené à côtoyer, le Père abbé de Ligugé eut l’idée d’élargir à leur intention les sessions qu’il avait initialement envisagées pour ses propres moines. C’est ainsi que fut organisée, en juillet 1962 à l’abbaye, une « formation » pour prêtres et membres de diverses congrégations au cours de laquelle il prononça une conférence remarquée sur le thème de l’œcuménisme spirituel. Cette session était, dans son esprit, la première d’une longue série qu’il souhaitait voir se renouveler d’année en année, mais sa santé s’aggravant, il dut démissionner de sa charge en 1963, laissant le « chantier » en cours et, il faut bien le reconnaître, une communauté désorientée de perdre si subitement son abbé.

  • 20 Georges Farès (1899-1980), d’origine libanaise mais né en Égypte, avait occupé d’importantes foncti (...)

10Pendant trois années, jusqu’à l’élection de Dom Miquel, la charge de diriger la communauté ligugéenne allait être confiée à un prieur-administrateur qui, ne se reconnaissant ni les capacités ni le temps de poursuivre l’œuvre œcuménique commencée par Dom Le Maître, en confia l’obédience au Père Farès20. Celui-ci réalisa très vite qu’il ne pourrait assumer cette tâche et demanda à en être déchargé, proposant qu’elle soit confiée à Dom Lefèbvre, lequel n’accepta qu’à son corps défendant. Il héritait d’une session peu préparée et dut improviser son organisation, ce qui lui fit comprendre que, sauf à courir à un échec pour les années à venir, il lui faudrait donner une autre direction au « souci œcuménique » de Ligugé, et ce d’autant plus que l’orientation du Concile ne permettait plus de se contenter d’une prière et de quelques formations destinées aux seuls religieux.

Vers une formation doctrinale

  • 21 Né le 4 février 1921 à Bourges (Cher), entré à Ligugé le 28 septembre 1942, profès le 12 octobre 19 (...)
  • 22 Citons, parmi d’autres, le Père Paul Lebeau, sj, le pasteur de Robert, le pasteur Hébert Roux ou en (...)
  • 23 La communauté de Ligugé était la première à bénéficier de ces sessions, puisque les moines qui le s (...)
  • 24 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IV-A/12, 04.

11Les moines de Ligugé étaient particulièrement bien informés du déroulement et de l’évolution de Vatican II du fait même que l’un d’entre eux, le Père Jacques Lahache21, était alors à Rome et, de 1963 à 1965, collabora comme assignator locorum au Concile. Dom Lahache avait été sensibilisé aux problèmes des relations entre les différentes constituantes de la famille chrétienne par Dom Le Maître qui, en 1961, lui avait confié le secrétariat du groupe œcuménique de l’abbaye Saint-Martin. C’est certainement en constatant l’importance croissante de l’œcuménisme dans la réflexion chrétienne du début des années soixante que le Père Lefèbvre imagina et mit en œuvre des sessions axées chacune sur un thème doctrinal bien précis et données par des intervenants appartenant à diverses confessions chrétiennes22. C’est ainsi que, bénéficiant de l’hôtellerie et des salles de conférence de l’abbaye23, il put proposer des formations s’étendant sur une semaine et comportant aussi bien des exposés historiques que doctrinaux. À titre d’exemple, voici le programme proposé pour 196524 : « Introduction – L’œcuménisme dans la vie chrétienne : les données historiques, la situation actuelle ; Les options fondamentales : Orientations doctrinales – Le mystère de l’Alliance – Spiritualité de la foi ou spiritualité des œuvres ; Le mystère de l’Église : L’Église de la Parole – L’Église sacrement – L’Église et les Églises (théologie de l’unité) ; L’esprit œcuménique : Le dialogue – La prière pour l’unité – Eucharistie et unité. » L’auditoire cependant, malgré quelques rares laïcs « engagés » (selon la formule devenue habituelle depuis), restait majoritairement composé de religieux et, surtout, de religieuses. Dom Lefèbvre constata par ailleurs que certaines conférences, d’une haute tenue intellectuelle, l’étaient justement un peu trop pour une bonne partie des participants. Il imagina alors d’adjoindre une journée préalable au cours de laquelle les participants pourraient recevoir une initiation sur le thème développé.

  • 25 En fait, et pour des raisons pratiques évidentes, à l’abbaye bénédictine de Sainte-Croix, voisine d (...)
  • 26 La plupart de ces rencontres furent animées par le pasteur Georges Appia (†1977), alors responsable (...)
  • 27 Le Père Georges Lefèbvre fut en constante correspondance avec le Père René Girault (1916- 2006), re (...)
  • 28 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IV-A/12, 04.

12Mais, dans le même temps, il se posait la question de l’utilité de ces rencontres qui, parfois, tournaient carrément au colloque universitaire, ce qui n’était pas le but visé. Nous étions déjà bien loin de « l’attention spéciale » demandée par le Congresso de 1959 ; cependant, en même temps, le Père Lefèbvre avait l’impression de rester en deçà des avancées du Concile, non point sur le plan de la réflexion, mais sur celui d’une mise en œuvre de l’œcuménisme au sein du peuple de Dieu. Il envisagea donc, parallèlement aux sessions et rencontres, de proposer des sessions doctrinales en perspective œcuménique aux responsables de la formation des jeunes (principalement des catéchistes). Le programme s’étendait sur trois années. La première concernait uniquement le volet doctrinal, la seconde était constituée par une retraite d’une semaine dans un monastère de moniales25, plus spécialement consacrée à la spiritualité de l’œcuménisme et au cours de laquelle un pasteur de l’Église réformée venait entretenir les participants pendant une journée26. Enfin, la troisième année, une semaine de réflexion et de rencontres en milieu protestant (Diaconesses de Reuilly) où les enseignements étaient principalement donnés par un pasteur. Il reçut, pour ce ministère, non seulement l’aval, mais les encouragements du comité épiscopal pour l’unité des chrétiens27. Le programme d’une session type de première année, que nous donnons ci-après, montre bien par comparaison avec la session de 1965 évoquée précédemment, la volonté de privilégier la formation sur la recherche : « Les données historiques : La Réforme au XVIe siècle – Le « fait » œcuménique ; Les options fondamentales du catholicisme et du protestantisme ; Le mystère de Dieu ; Le mystère de la grâce ; Le mystère de l’Église ; L’Église et le monde28. »

  • 29 Michel Doiteau (1923-2014), entré à Ligugé le 1er décembre 1945, profès le 29 juin 1947, prêtre le  (...)
  • 30 Jacques Maury (°1920), pasteur de la paroisse de Lezay (Deux-Sèvres) jusqu’en 1957, date à laquelle (...)
  • 31 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01.
  • 32 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VIII-D/06, 02, p. 286.

13Dans le même temps (1963) où il lui était demandé d’assurer ce ministère, le Père Lefèbvre était sollicité par un de ses confrères, le Père Doiteau29, pour animer à Taizé, conjointement avec le Frère Pierre-Yves Émery, deux retraites destinées à des couples mixtes catholiques-réformés. Ce fut pour lui une découverte, et il réfléchit à la manière d’organiser de telles retraites à Ligugé, ce pour quoi il sollicita et obtint l’aide des pasteurs Maury et Lévrier30. L’un des principaux buts poursuivis, ainsi que l’écrivit Dom Lefèbvre, était de « rendre la paix à des ménages en situation irrégulière en leur expliquant l’évolution de la discipline de l’Église et en les aidant à faire les démarches nécessaires pour régulariser leur situation31 ». La première de ces retraites fut donnée du 28 au 31 mai 1964, au Centre de Mauroc, près de Poitiers32. C’est à cette occasion que, la nécessité d’une structure associative extérieure à l’abbaye mais spirituellement rattachée à elle se faisant sentir, le Père Lefèbvre déposa, en 1965, les statuts d’une association déclarée sous la loi du 1er juillet 1901 et nommée Centre œcuménique de Ligugé.

  • 33 Non seulement cette dénonciation ne fut pas le fait d’une quelconque mouvance de la famille monasti (...)
  • 34 Joseph-Marie Martin (1891-1976), évêque du Puy-en-Velay (1940-1948), archevêque de Rouen (1948-1968 (...)

14Il est évident que les initiatives du Père Lefèbvre, même si elles avaient l’aval absolu de ses supérieurs, n’étaient pas du goût de tous, particulièrement dans l’atmosphère tendue de la fin du Concile et immédiatement après. Il ne faut donc pas s’étonner si l’auteur des « rencontres de Ligugé » fut dénoncé au comité épiscopal pour l’unité au début de 1967, de manière anonyme, comme se livrant à des concélébrations eucharistiques avec un ou plusieurs pasteurs33. Il n’eut guère de peine à se disculper, montrant que si, au cours des retraites destinées aux couples mixtes, des célébrations étaient faites selon les deux rites, elles n’intervenaient ni au même moment, ni même à la suite l’une de l’autre, mais en des temps bien différenciés de manière à ne laisser place à aucune confusion. Le cardinal Martin34, comprenant que ce n’était pas tant Dom Lefèbvre, non plus que Ligugé, qui étaient visés par la dénonciation, mais bien le principe même de l’œcuménisme défini par le Concile, interrompit l’audition du moine en disant : « Continuez, Père, j’en fais mon affaire et j’en parlerai à Rome. »

  • 35 Dom Lefèbvre fut nommé expert auprès du comité le 4 juin 1967 (Archives de l’abbaye Saint-Martin de (...)
  • 36 Parmi celles-ci, il convient de noter une retraite donnée à Tarascon (1969) conjointement aux visit (...)
  • 37 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01, 05.

15Il en parla si bien que le Père Lefèbvre fut, dans les semaines qui suivirent, nommé expert auprès du comité épiscopal35, bientôt devenu commission épiscopale ; il devait y siéger pendant onze années, et cette reconnaissance officielle ne fut pas pour rien dans le succès des sessions et des retraites ligugéennes, ainsi que dans les nombreuses interventions auprès d’autres communautés pour lesquelles il fut sollicité36. Il n’en reste pas moins que Dom Lefèbvre, particulièrement sensible en ce qui concernait son ministère, fut profondément et durablement blessé par cette dénonciation ; il devait écrire : « Je me trouvais devant une situation absolument dramatique, qui me posait mille questions, une situation grave et douloureuse37. »

Divergences et fin des sessions

16On se souvient de l’intense bouillonnement culturel et cultuel des dix années qui suivirent la fin du Concile Vatican II. Les groupes mixtes que réunissait Dom Lefèbvre n’échappaient évidemment pas à ce phénomène et souhaitaient aller plus loin que ce que la discipline de l’Église permettait à leur animateur, particulièrement dans le sens de célébrations interconfessionnelles autres que de simples offices de prière. Au fil des ans, ces demandes se firent de plus en plus pressantes, particulièrement de la part des membres de l’Église réformée, y compris certains pasteurs qui, doctrinalement, n’éprouvaient aucune difficulté à proposer des célébrations eucharistiques communes.

  • 38 Henri Vion (1902-1977), originaire des Deux-Sèvres, prêtre le 18 juillet 1926 (diocèse de Luçon), s (...)

17On comprend l’embarras du Père Lefèbvre, étant d’une part engagé auprès des groupes de retraitants et, d’autre part, se sentant encore beaucoup plus tenu à respecter les prescriptions romaines en la matière. Il s’adressa à l’évêque de Poitiers, Mgr Vion38, afin de lui demander de préciser, de manière officielle, les limites à ne pas enfreindre lors des sessions, suggérant qu’il le fasse en personne pendant l’une d’elles. Mais nous étions au printemps de 1975, et Mgr Vion était à deux semaines de présenter sa démission du siège épiscopal ; il passa rapidement à Ligugé et se contenta de dire au Père Lefèbvre de « faire comme il l’entendait » ; l’ennui est que l’évêque tint à peu près le même langage au pasteur Maury qui, sur le point précis de la célébration eucharistique, se situait aux antipodes du Père Lefèbvre.

  • 39 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01.

18Ayant pris l’avis de ses supérieurs, particulièrement de son abbé, Dom Pierre Miquel, le Père Lefèbvre écrivit tant aux participants des retraites et rencontres qu’aux divers intervenants (pasteurs et prêtres) une lettre circulaire (juillet 1975) dans laquelle il expliquait : « Si vous avez l’impression que, en venant ici, vous allez mettre un élément de division dans votre ménage, ne venez plus. Moi, je ne puis rien faire sans ma communauté, sans la consulter, sans consulter mon Père abbé39. » Bien que de nombreux témoignages de sympathie et de compréhension aient été témoignés au Père Lefèbvre par les destinataires de sa lettre, celle-ci mettait de fait fin non pas à l’ensemble des sessions qu’il organisait régulièrement depuis près de dix ans, mais à celles concernant les couples mixtes, et en tout cas à leur tenue à Ligugé.

Conclusion : une empreinte durable

  • 40 Citons particulièrement André de Robert, Georges Lefèbvre, Antoine Bloom, La Prière, Paris, Mame, 1 (...)
  • 41 Né le 24 avril 1953 à Limoges (Haute-Vienne), entré à Ligugé le 31 janvier 1976, profès le 3 septem (...)
  • 42 Parmi les événements récents, on peut mentionner : une rencontre entre catholiques et protestants l (...)

19Il ne faudrait pas penser que la décision bien compréhensible de Dom Lefèbvre de mettre fin à son activité d’organisateur de sessions et de retraites pour les couples mixtes ait marqué un irréversible coup d’arrêt au « souci œcuménique » de Ligugé. D’une part, celui qui en avait été le principal acteur poursuivit son activité sous une autre forme, celle d’écrits en collaboration avec des figures marquantes du dialogue entre les confessions chrétiennes40 – ce qu’il avait d’ailleurs déjà commencé depuis plusieurs années – tout en continuant à animer des sessions de formation destinées essentiellement à des catéchistes catholiques. Par ailleurs, l’élan donné à la communauté de Saint-Martin et la sensibilisation des moines au(x) problème(s) de l’œcuménisme allait se traduire, dans le dernier quart du xxe siècle et aux débuts du xxie, sous les abbatiats de Dom Pierre Miquel et de Dom Jean-Pierre Longeat41, par de nombreuses rencontres tant informelles que formelles42.

20On est en droit de se demander ce qu’aurait été, sans la dynamique communiquée à l’œcuménisme par le Concile, « l’attention particulière » souhaitée par le Congresso bénédictin de 1959 ? Serait-elle restée une intention de prières parmi d’autres ? Aurait-elle connu un intérêt passager avant de retomber dans le mécanisme des habitudes qui mène si vite à l’oubli ? Le Père Georges Lefèbvre ne se serait-il pas rapidement découragé devant les difficultés et le manque d’intérêt qu’auraient pu manifester ses supérieurs et ses frères ? Il est bien difficile de répondre par l’affirmative ou la négative à ces questions, mais on connaît bien d’autres exemples d’initiatives nées en milieux monastiques – presque toujours louables et belles – qui, faute d’une dynamique extérieure, n’ont pas suscité l’intérêt souhaité ni trouvé les soutiens espérés et ont bien vite rejoint le purgatoire des « belles intentions ». Le succès durable de l’œcuménisme à Ligugé est sans doute dû à la volonté et au travail de quelques personnes, mais ils y ont été grandement aidés par ce fantastique vecteur que fut et qu’est encore le second Concile du Vatican.

Notes

1 Du 10 au 28 septembre 1959, à l’abbaye Saint-Anselme, sous la présidence de Dom Bernhard Kaelin (1887-1962), abbé de Muri-Gries (1945), abbé primat de l’ordre bénédictin de 1947 à 1959. Ce fut au cours de ce Congresso que fut élu son successeur, Dom Benno Gut (1897- 1970), abbé d’Einsiedeln (1947), créé cardinal en 1967.

2 Dom Thomas Becquet (1896-1985). Rappelons que l’abbaye de Chevetogne fut en fait fondée par les moines de Saint-Martin de Ligugé, en 1903, lors de leur exil en Belgique à la suite de l’expulsion des congrégations en 1901. En 1924, la communauté pouvant revenir à Ligugé, le monastère fut cédé à des sœurs dominicaines qui le transmirent elles-mêmes, en 1939, à la communauté des moines bénédictins d’Amay-sur-Meuse qui se vit ainsi transférée à Chevetogne. Voir Lucien-Jean Bord, Histoire de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, 361-2001, Paris, Geuthner, 2010 (2e éd.).

3 Dans une lettre du 28 décembre 1959 à Dom Paul Grammont, abbé du Bec-Hellouin, il écrira : « Il ne s’agit pas pour Ligugé de prendre en charge le problème de l’unité de l’Église » (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 03). Il ajoutait, le 8 janvier 1960, répondant à une correspondante qui le félicitait du choix de Ligugé comme « abbaye œcuménique pour la France » : « Notre rôle n’est pas de nous mettre en avant mais d’être présents par la prière et la patience » (ibid.).

4 Né le 29 avril 1916 à Brest, agrégé de philosophie en 1939, entré à Ligugé le 28 août 1942, profès le 3 mai 1944, prêtre le 5 août 1951, élu abbé de Ligugé le 9 juin 1954, il démissionna de sa charge en 1963, vu l’aggravation de sa maladie, et se retira à Lettenbach (Moselle) comme aumônier des Sœurs de la Charité de Strasbourg. Dom Le Maître rentra à Ligugé en 1991 où il passa les derniers mois de sa vie à l’infirmerie ; il est décédé le 2 août 1992. Vincent Desprez, « Le Très Révérend Père Dom Gabriel Le Maître (1916-1992) », Lettre de Ligugé, 263, 1992, p. 28-36.

5 Sa thèse principale, soutenue en Sorbonne, s’intitulait De certains états acuminieux des mystiques chrétiens, et sa thèse secondaire, dirigée par Henri Gouhier, L’Incarnation chez Bérulle.

6 Vincent Desprez, « Le Très Révérend Père Dom Gabriel Le Maître », p. 35.

7 Né le 30 novembre 1908 à Tourcoing (Nord), entré à Ligugé le 9 novembre 1929, profès le 14 avril 1931, prêtre le 21 décembre 1935, Dom Lefèbvre fut cellérier pour l’année 1939 et sous-prieur en 1939-1940. Il est décédé à Ligugé le 26 décembre 1999. Voir « Dom Georges Lefèbvre (1908-1999) », Lettre de Ligugé, 292, 2000, p. 24-25.

8 Joseph Charles Lefèbvre (1892-1973), vicaire général du diocèse de Poitiers (1936-1938), évêque de Troyes (1938-1943), archevêque de Bourges (1943-1969), créé cardinal du titre de S. Giovanni Battista dei Fiorentini par Jean XXIII lors du consistoire du 28 mars 1960.

9 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01. La famille du Père Lefèbvre s’était réfugiée en Angleterre pendant le premier conflit mondial.

10 Né le 30 août 1920 à Paris, profès de l’abbaye Sainte-Marie de Paris (27 mai 1947), abbé de Ligugé de 1966 à 1990, décédé à Paris le 21 mai 2003. Voir Vincent Desprez, « Dom Pierre Miquel (1920-2003) » Lettre de Ligugé, 305, 2003, p. 40-41.

11 Pendant la période courant de la démission de Dom Le Maître à l’élection de Dom Miquel, l’administration de l’abbaye de Ligugé fut assurée par un prieur-administrateur nommé par l’abbé président de la congrégation de Solesmes. La charge fut assurée par Dom Paul Pineau (1912-1989).

12 Au cours de cette conférence, il insista particulièrement sur les notions de distance et de responsabilité, entendant par là que, dans son esprit, il n’était nullement question de se lancer dans une « aventure », mais bien de prendre conscience des enjeux ; cependant, dans le même temps, il écrivait : « Cela doit se faire dans un esprit de Pentecôte, dans une perspective d’universalité » (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02 et VIII-D/06, 02, p. 215).

13 Rappelons que le dominicain Yves Congar (1904-1995), cardinal en 1994, était alors l’un des plus éminents spécialistes de l’œcuménisme (sa thèse de théologie portait sur l’unité de l’Église), surtout depuis la publication de Chrétiens désunis. À l’époque où Dom Le Maître lui demandait de venir à Ligugé, il venait d’être nommé, après une « traversée du désert » sous le pontificat précédent, consulteur de la commission préparatoire du Concile. Une seconde session de formation avec le Père Congar était prévue en janvier 1961, mais le conférencier dut se décommander, ce qui n’empêcha pas une correspondance suivie entre le dominicain et l’abbé de Ligugé (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02).

14 Lettre du 25 avril 1960 à Maurice Villain (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02).

15 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02 et VIII-D/06, 02, p. 228.

16 Lettre du 7 août 1962 au Frère Roger Schutz (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, II-F/11, 02).

17 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VIII-D/06, 02, p. 228.

18 Louis-Édouard Pie (1815-1880), évêque de Poitiers (1849-1880), fut l’un des champions de l’unité romaine et de ce qu’il définissait lui-même comme « l’image splendide de l’Église triomphante » ; il considérait, comme beaucoup de prélats de son temps, la « conversion » des réformés de son diocèse comme un devoir (Maurice Mathieu, Mgr Pie, évêque de Poitiers (1849-1880). Un prélat dans la tourmente de l’Église, Poitiers, SAO, 2013, p. 58-59).

19 Il n’est guère besoin de présenter le Groupe des Dombes ; rappelons simplement qu’il s’agit d’un groupe de dialogue œcuménique, fondé en 1937, réunissant une quarantaine de membres, catholiques et protestants francophones. Ce groupe est une référence internationale dans le dialogue œcuménique et ses travaux ont inspiré le Concile Vatican II et le Conseil œcuménique des Églises (Étienne Goutagny, « Historique du Groupe des Dombes », Liens cisterciens, 6- 7, 2004).

20 Georges Farès (1899-1980), d’origine libanaise mais né en Égypte, avait occupé d’importantes fonctions officielles auprès de la Couronne égyptienne ; il rejoignit Ligugé en 1951 et émit sa profession le 25 octobre 1953. Il était diacre au moment où lui fut proposée la charge de l’œcuménisme, son ordination sacerdotale n’intervenant que le 11 juin 1965.

21 Né le 4 février 1921 à Bourges (Cher), entré à Ligugé le 28 septembre 1942, profès le 12 octobre 1946, prêtre le 5 août 1951, décédé à Ligugé le 27 mars 1993 (Vincent Desprez, « Dom Jacques Lahache (1921-1993) », Lettre de Ligugé, 265, 1993, p. 40-45). Le Père Lahache ne manqua jamais de tenir sa communauté au courant du Concile dans ses nombreuses lettres et de rapporter des exemplaires des divers documents lors de ses retours à Ligugé.

22 Citons, parmi d’autres, le Père Paul Lebeau, sj, le pasteur de Robert, le pasteur Hébert Roux ou encore l’abbé René Laurentin et le pasteur Jean Bosc.

23 La communauté de Ligugé était la première à bénéficier de ces sessions, puisque les moines qui le souhaitaient pouvaient suivre les diverses conférences et participer aux ateliers.

24 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IV-A/12, 04.

25 En fait, et pour des raisons pratiques évidentes, à l’abbaye bénédictine de Sainte-Croix, voisine de Ligugé.

26 La plupart de ces rencontres furent animées par le pasteur Georges Appia (†1977), alors responsable des relations avec le catholicisme au sein de la Fédération protestante de France.

27 Le Père Georges Lefèbvre fut en constante correspondance avec le Père René Girault (1916- 2006), responsable du secrétariat national pour l’unité des chrétiens, qui lui faisait régulièrement parvenir les documents élaborés par le comité (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IV-A/12, 03).

28 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IV-A/12, 04.

29 Michel Doiteau (1923-2014), entré à Ligugé le 1er décembre 1945, profès le 29 juin 1947, prêtre le 8 octobre 1950, exclaustré à sa demande le 1er octobre 1963 pour la fondation du prieuré de Saint-Lambert-des-Bois (Yvelines).

30 Jacques Maury (°1920), pasteur de la paroisse de Lezay (Deux-Sèvres) jusqu’en 1957, date à laquelle il est nommé secrétaire général de la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants. De 1962 à 1968, il est pasteur à Poitiers, et c’est lors de cette période qu’il collabore aux sessions « couples mixtes » organisées à Ligugé. Le pasteur Maury sera élu président de l’Église réformée de France en 1968 puis président de la Fédération protestante en 1977 et président de la CIMADE de 1989 à 1995. De 1981 à 1990, il co-préside un Groupe mixte de travail entre le Conseil œcuménique des Églises et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Louis Lévrier, pasteur à Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres), fut membre du Groupe des Dombes.

31 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01.

32 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VIII-D/06, 02, p. 286.

33 Non seulement cette dénonciation ne fut pas le fait d’une quelconque mouvance de la famille monastique, mais l’action de Ligugé fut reconnue dans le sens voulu par le Concile lors de la visite canonique de 1967 et l’on rencontre à ce propos, dans la charte promulguée le 5 mai 1967 par Dom Ignace Dalle, visiteur et abbé de Saint-Wandrille, les expressions « approfondissement des valeurs » et « juste adaptation », accompagnées de l’appréciation : « celles qu’avec prudence vous recherchez » (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, IE/031967).

34 Joseph-Marie Martin (1891-1976), évêque du Puy-en-Velay (1940-1948), archevêque de Rouen (1948-1968), cardinal du titre de Santa Teresa al Corso d’Italia (25 février 1965), membre du secrétariat pour l’unité des chrétiens.

35 Dom Lefèbvre fut nommé expert auprès du comité le 4 juin 1967 (Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VIII-D/06, 02, p. 340). Pour la France, il était alors composé des évêques Brunon (auxiliaire de Toulouse), Delarue (Nanterre), Desmazières (Beauvais), Dupuis (Albi), Gouyon (Rennes), Elchinger (Strasbourg), Le Bourgeois (Autun), Michon (Chartres), et des Pères de Bacciochi, Beaupère, Congar, Desseaux, Girault, Lefèbvre, Le Guillou, Malandrin, Michalon, Villain et Zobel.

36 Parmi celles-ci, il convient de noter une retraite donnée à Tarascon (1969) conjointement aux visitandines de cette ville et aux sœurs protestantes de Pomeyrol, ainsi que la session donnée à Brillac (1970) aux novices des Diaconesses de Reuilly, au cours de laquelle trois ministres (catholique, orthodoxe et protestant) exposèrent séparément la doctrine enseignée par leurs confessions respectives sur le mystère de l’Église.

37 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01, 05.

38 Henri Vion (1902-1977), originaire des Deux-Sèvres, prêtre le 18 juillet 1926 (diocèse de Luçon), supérieur du grand séminaire de Luçon (1946-1948), évêque coadjuteur de Poitiers (1948-1956), évêque de Poitiers (1956-1975).

39 Archives de l’abbaye Saint-Martin de Ligugé, VI-B/01.

40 Citons particulièrement André de Robert, Georges Lefèbvre, Antoine Bloom, La Prière, Paris, Mame, 1972 (traduit en anglais sous le titre Courage to Pray, Londres, 1973).

41 Né le 24 avril 1953 à Limoges (Haute-Vienne), entré à Ligugé le 31 janvier 1976, profès le 3 septembre 1977, prêtre le 14 septembre 1986, abbé de Ligugé de 1990 à 2013.

42 Parmi les événements récents, on peut mentionner : une rencontre entre catholiques et protestants le 18 janvier 2001 ; une rencontre œcuménique catholiques-orthodoxes et protestants, à Ligugé, suivie d’un office commun des vêpres sous la présidence de l’archevêque de Poitiers, le 9 avril 2007 ; des vêpres communes à Ligugé avec la paroisse anglicane des Deux-Sèvres, le 29 août 2010 ; ou encore, le 14 octobre 2013, la visite de la communauté des moniales orthodoxes de Terrasson.

Auteur

Abbaye Saint-Martin de Ligugé

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search