Version classiqueVersion mobile

Le Concile Vatican II et le monde des religieux

 | 
Christian Sorrel

L’événement conciliaire. Préparations et réalisations

Regard d’un « général conciliaire », Le prémontré Norbert Calmels, sur la vie religieuse au Concile

Bernard Ardura

Texte intégral

Qui était Mgr Norbert Calmels ?

1Norbert Calmels naît le 27 décembre 1908 à Vezins-du-Lévézou, dans l’Aveyron, et reçoit le prénom de Jules. Aîné de dix enfants, il passe les premières années de sa vie au rythme de la vie rurale et au sein d’une famille profondément chrétienne. Son curé le convainc de rejoindre, en octobre 1921, l’école Sainte-Foy de Conques tenue par les Prémontrés. Là, pendant cinq ans, sa vocation mûrit lentement. Un matin de juin 1926, il quitte Conques. Sa décision est prise : le 25 juillet 1926, il entre comme postulant à l’abbaye Saint-Michel de Frigolet en Provence, commence son noviciat le 22 août suivant et reçoit le nom de Norbert. Après avoir prononcé ses premiers vœux, le 29 septembre 1928, le Frère Norbert étudie philosophie et théologie chez les Dominicains de Saint-Maximin dans le Var. Profès solennel le 30 octobre 1933, il reçoit l’ordination sacerdotale le 31 mars 1934. Directeur du juvénat de Frigolet entre 1934 et 1942, il cumule les charges de professeur de droit canonique et de grec, d’économe et de responsable des jeunes frères étudiants.

  • 1 Norbert Calmels, Chanoines prémontrés, Avignon, Aubanel, 1949.

2En août 1944, la 1re division française libre remonte la vallée du Rhône sous la conduite du général Brosset qui enrôle le Père Norbert. Celui-ci, une fois terminées les hostilités, rejoint son abbaye où, le 9 mai 1946, la communauté l’élit septième abbé de Frigolet. Mgr Charles de Provenchères, tout jeune archevêque d’Aix-en-Provence, lui donne la bénédiction abbatiale le 11 juillet. Le Révérendissime Père Norbert prend rapidement en main les destinées de sa communauté. Doté de talents d’écrivain, il publie son premier ouvrage, Chanoines prémontrés1, édité en 1949 puis encore en 1969. Il est élu abbé général de l’ordre de Prémontré le 19 septembre 1962 au cours du chapitre général tenu à Rome.

  • 2 Norbert Calmels, La Vie du Concile, Forcalquier, Robert Morel, 1966.
  • 3 Ibid., p. 12.
  • 4 Ibid., p. 339.

3Mgr Calmels quitte donc la Montagnette pour la colline du Petit-Aventin où se trouve depuis 1950 le siège de la curie généralice de l’ordre de Prémontré. S’ouvrent devant lui des perspectives extraordinaires, et la première d’entre elles est la participation au Concile œcuménique Vatican II. Il ne manque pas une séance et suit tous les débats avec attention. Comme il a la plume facile, il envoie à toutes les abbayes de l’ordre des lettres circulaires dans lesquelles il partage son expérience conciliaire. Au cours de l’année 1966, il édite La Vie du Concile2, un beau livre couronné par l’Académie française (prix Cardinal Grente) dans lequel il réunit les lettres régulièrement envoyées à toutes les communautés de l’ordre pour les aider à vivre dans l’intimité du Concile. L’abbé général raconte le Concile tel qu’il l’a vécu, sans toutefois entrer dans les détails : « Plusieurs ne m’intéressaient pas, et j’ai laissé de côté beaucoup d’épisodes qui m’étaient pourtant agréables3. » À propos de l’aggiornamento, il lance cette invitation à ses confrères : « Pour cette mise à jour, laissons le Saint-Esprit nous renouveler. Ne l’importunons pas avec nos idées, elles ne sont pas infailliblement les siennes. Surtout ne réduisons pas son action aux dimensions de nos pensées. C’est à nous tous réunis qu’il appartient de gagner l’après-Concile. Mettons donc tous ensemble nos activités au service de l’action du Saint-Esprit. Veni Sancte Spiritus4. »

  • 5 Jean Guitton, Un siècle, une vie, Paris, Robert Laffont, 1988.

4Durant le Concile, Mgr Calmels joue, dans les coulisses, un rôle significatif dont le philosophe Jean Guitton, ami du pape Paul VI, s’est fait le témoin. Jean Guitton fait allusion dans l’un de ses derniers livres à l’action de l’abbé général pour encourager le philosophe catholique, observateur au Concile, à prendre la parole devant l’assemblée des Pères. Sous le titre Le Concile dans ma vie, il se plaît à rappeler l’origine de cette intervention : « À la seconde session du Concile, un règlement inspiré par le cardinal Suenens permettait à un laïc de “prendre la parole”. Dom Norbert Calmels, abbé général des Prémontrés, et que je ne connaissais pas, m’aborda, en plein Concile, pour me dire que j’avais le devoir de poser ma candidature et de “parler au Concile”. Il ajouta que le sujet de ce discours s’imposait : je devais proposer d’intervenir sur le problème œcuménique, dont je m’étais occupé toute ma vie. Il se trouva que Paul VI avait eu la même intention5. »

  • 6 Norbert Calmels, Concile et vies consacrées, Forcalquier, Robert Morel, 1968.
  • 7 Ibid., p. 72.
  • 8 Norbert Calmels, Journal d’un Chapitre, Forcalquier, Robert Morel, 1970.

5Mgr Calmels édita en 1968 un Concile et vies consacrées6, dans lequel il fournit un certain nombre d’indications précieuses, concluant sa publication par un appel à tous les religieux : « Un devoir incombe tout de suite aux familles religieuses, c’est d’étudier, de méditer, d’approfondir le texte du schéma. Et pour être réceptifs et se laisser modeler par ses réformes, il ne faudra pas négliger d’entendre, derrière les propositions qui le composent, la voix de l’Église, écho de la volonté de Dieu. Chaque religieux mettra ces données en pratique dans les faits et gestes de sa vie quotidienne par la fidélité continuelle à se renouveler sans cesse avec l’Église et à s’adapter, de bon cœur, aux exigences du Peuple de Dieu7. » À la suite du Concile Vatican II, l’ordre de Prémontré entreprend de réviser ses Constitutions. Célébré en l’abbaye autrichienne de Wilten, le chapitre général des années 1968-1970 est un événement marquant pour la vie de l’ordre. Mgr Calmels publie, en 1970, Journal d’un Chapitre8.

6Lorsque je suis venu à Rome pour deux années d’études, en 1974-1976, Mgr Calmels, ami de Paul VI, ne cachait pas son admiration pour ce pape qui le lui rendait bien. Les relations entre les instituts religieux et les évêques diocésains ne sont pas toujours idylliques ; aussi le pape Paul VI envisagea-t-il la possibilité d’une assemblée plénière conjointe de la Congrégation des évêques et de la Congrégation des religieux. En amont de cette initiative, me racontait Mgr Calmels, Paul VI invita un jour les supérieurs généraux de cinq ou six ordres et leur demanda de lui exposer la situation concrète de ces relations. Il poursuivit ainsi le récit de cette mémorable rencontre avec Paul VI : « Alors, l’un après l’autre, dans le bureau du pape, nous avons parlé de ces relations avec les évêques, sans entrer, comme il l’aurait voulu, dans les difficultés bien réelles qu’engendrent ces relations. Le pape nous a tous laissé parler. Puis, en conclusion, il a pris la parole pour nous dire : “Maintenant, je vais vous dire ce que vous auriez voulu me dire et que vous n’avez pas dit !” Alors nos langues se sont déliées ; le pape nous avait rendus libres. » Mgr Calmels résumait en quelques mots l’impression que lui avait laissée cette séance de travail avec le pape : « On parle à tort et à travers de dialogue ; je puis vous dire que je n’ai jamais vécu un dialogue comme celui-là ! » Cette amitié avec Paul VI impliquait la complicité du secrétaire particulier du pape, Mgr Pasquale Macchi. Membre de la chapelle papale, Mgr Calmels se rendait fidèlement à Saint-Pierre pour les célébrations présidées par Paul VI. Or, un dimanche soir, Mgr Calmels me dit : « Ce matin, je ne suis pas allé à Saint-Pierre, car j’avais un travail à terminer. Eh bien ! à deux heures de l’après-midi, le Saint-Père a dit à Mgr Macchi : “Don Pasquale, vous avez noté que Mgr Calmels n’était pas dans la basilique ce matin ? Téléphonez, pour être sûr qu’il n’est pas malade !” » Que d’eau est passée sous le pont, depuis ce temps !

7Ami de longue date avec la famille royale du Maroc, c’est lui que choisit Paul VI en 1978 pour donner un caractère officiel aux relations entre le pape et le roi Hassan II. Il appelle Mgr Calmels à l’épiscopat, le 22 mars 1978, le nommant évêque titulaire de Dusa en Numidie. Paul VI lui demande de conserver la charge d’abbé général ; il devra d’ailleurs résider habituellement à Rome, car le Saint-Siège ne possède aucune résidence au Maroc. Dans ce pays musulman où les catholiques sont tous étrangers, l’Église n’a alors aucune personnalité juridique. Mgr Calmels est l’artisan de négociations qui aboutiront à un accord entre le pape et le roi : l’Église catholique du Maroc est reconnue comme personne juridique et ses biens sont protégés. Il œuvre encore pour que se réalisent la visite historique du pape Jean-Paul II à Rabat et sa rencontre avec les jeunes musulmans dans le stade de la capitale. Il conclut sa vie terrestre quelques semaines avant la visite du pape au Maroc, le 24 mars 1985.

  • 9 Les archives de la curie généralice de l’ordre de Prémontré conservent un Journal de Mgr Calmels, n (...)

8Mais revenons au Concile. Je laisserai Mgr Calmels parler pour nous décrire les événements dont il fut témoin et nous partager ses commentaires personnels, en puisant abondamment dans ses deux ouvrages déjà cités, que l’on peut certainement considérer comme son journal du Concile9. De ces ouvrages émergent trois sujets importants : le rapport entre la vocation universelle à la sainteté et les instituts religieux traditionnellement considérés comme « état de perfection » ; les relations des religieux avec les évêques et la question de « l’exemption » ; enfin l’élaboration du décret Perfectae Caritatis sur le renouveau adapté de la vie religieuse.

Les religieux, un état de perfection ?

  • 10 Norbert Calmels, La Vie…, p. 123.

9Le 23 novembre 1963, après trois journées de discussion sur le chapitre de Lumen Gentium consacré à la sainteté dans l’Église, Mgr Calmels fait le point : « Les Pères se sont mis d’accord pour réclamer le chapitre quatrième du schéma sur l’Église. Cependant, le titre du chapitre De la vocation à la sainteté dans l’Église laisse un certain malaise chez les religieux10. » Ils sont d’autant plus sujets à un malaise que le chapitre primitivement intitulé Des états de perfection, autrement dit des religieux, n’a pas été conservé en tête du schéma. La première discussion sur la sainteté a fait l’objet de trois jours de débats coupés court par le modérateur de service, le cardinal Döpfner. À la suite de cette interruption autoritaire, plus de quarante Pères demandèrent encore la parole. Mgr Calmels note :

  • 11 Ibid., p. 123-124.

L’expression “état de perfection” irrite les évêques modernes et même certains cardinaux de la même époque. Les anciens gardent plus facilement le calme. N’at-on pas entendu le cardinal Suenens déclarer dans une conférence : “Cette expression me met en boule”. Son Éminence préfèrerait sans doute mettre notre vocation dans les états généraux11.

10Même Mgr Charue, évêque de Namur, et bien connu des Prémontrés belges pour son animosité envers les religieux en général, insiste pour que soit accordée une place plus explicite aux religieux dans le titre du chapitre : De la vocation de tous à la sainteté et spécialement du religieux. Mgr Calmels propose de parler simplement de l’« état religieux », mais pour en souligner toute la substance. À ce point des débats, voici introduit le mot « charisme », qui est alors loin d’avoir la noble connotation et le poids qu’on lui attribue aujourd’hui, ainsi qu’en témoigne cette réflexion de l’abbé général :

  • 12 Ibid., p. 124-125.

Quand j’entendais tel ou tel évêque dire qu’il se méfiait des états de perfection et que la vie religieuse n’était qu’un charisme – un de ces aphorismes qu’une intervention conciliaire a semblé mettre en doute –, je me disais, en voilà un qui n’est jamais passé par un noviciat. […] Notre profession est de tendre à la sainteté. […] Même s’ils sont des saints d’une espèce inférieure, le chapitre VI ne montre pas assez l’importance des religieux qui, sans avoir le monopole de la sainteté, s’engagent par vocation spéciale à pratiquer les conseils évangéliques le plus parfaitement possible, et qui ne pensent pas seulement les yeux fermés à leur propre salut, mais qui accomplissent sans répit et sans refus un travail missionnaire12.

11Et l’abbé général d’énumérer les multiples contributions des religieux à la vie de l’Église et à sa mission. Si, sur l’ensemble des Pères conciliaires, les religieux représentent environ un tiers de l’assemblée, Mgr Calmels insiste sur les quelque 1 300 000 membres des instituts de vie consacrée à l’œuvre dans l’Église et ajoute :

  • 13 Ibid., p. 125.

Alors, pourquoi le Concile aurait-il quelque pudeur à parler ouvertement des religieux de façon claire et explicite, non seulement de leur vocation à la sainteté, mais aussi de leur féconde et inlassable activité au sein de l’Église ? […] L’Église appelle à la sainteté. […] N’est-ce pas pour cela que plusieurs Pères ont insisté sur l’urgente nécessité pour les évêques d’être des saints et de l’être d’une manière plus éminente que les religieux13 ?

  • 14 Ibid., p. 126.
  • 15 Ibid.

12Parmi les raisons qui militent en faveur d’une mise en valeur de la vie religieuse, Mgr Calmels évoque le contexte œcuménique : « Les protestants eux-mêmes redécouvrent la puissance de la vie religieuse14. » Et de citer l’exemple lumineux de la communauté de Taizé. La question des religieux s’inscrit dans un contexte complexe. Nombreux sont les fidèles à penser la sainteté comme un état exceptionnel. Les Pères du Concile, pour leur prouver que la sainteté n’est pas réservée à une élite, mais faite aussi pour eux, ont tendance à laisser quelque peu les religieux dans l’ombre. Et le prêtre diocésain n’est-il pas lui aussi placé dans l’état de perfection reconnu à l’évêque ? Mgr Calmels conclut : « On aura beau dire, on aura beau faire, le monde sera toujours une sorte de noviciat pour beaucoup, qui ne prononceront leurs vœux qu’en entrant au Paradis. Tandis que les religieux, eux, les auront déjà prononcés depuis longtemps15. »

13Beaucoup de Pères sont en faveur d’une nouvelle rédaction du chapitre IV. Le cardinal Henriquez, de Santiago du Chili, a insisté sur l’absence injustifiée de l’oraison, de la mortification, du rôle des malades et des pénitents, et surtout de l’Eucharistie, source de sainteté, car la sainteté n’est pas seulement une imitation de la vie du Christ, mais elle est la vie du Christ, œuvre de Dieu et coopération de l’homme.

Le pape, les évêques, les religieux et l’exemption

14Quelle lecture fait de l’exemption l’abbé général des Prémontrés ?

  • 16 Ibid., p. 127.

15“L’exemption”, cet avantage qui fait voir rouge à certains évêques, a été effleurée à une ou deux reprises. […] Pour comprendre ce que signifie “l’exemption”, point n’est besoin de tirer le signal d’alarme. L’exemption est au service de l’universalité et de l’unité pastorale. Elle est le privilège en vertu duquel les religieux sont soumis directement au pape. […] Donnera-t-on une nouvelle définition de l’exemption, l’interprétera-t-on avec plus de restriction ? L’hypothèse de la suppression de ce privilège doit être exclue. Grâce à lui, le pape tient toujours à sa disposition les ordres religieux. Il les a sous la main16.

  • 17 Ibid., p. 128.

16Et Mgr Calmels d’évoquer les devoirs qu’impose, selon lui, l’exemption aux religieux qui en bénéficient. Ils doivent être des modèles non seulement dans l’effort vers la sainteté, mais aussi dans la qualité du travail apostolique. L’exemption exige le renforcement des liens fraternels entre réguliers et séculiers au service de l’Église, elle implique la communion avec l’évêque : « L’esprit de méfiance et de rivalité doit céder devant l’unité étroite et sincère autour de l’évêque. Le moindre dévouement est pour tous, à condition qu’il reçoive l’approbation de l’évêque comme un écho de l’accord de Dieu17. »

  • 18 Ibid.

17L’abbé général fait état d’interventions, notamment celle du cardinal Cento, qui manifestent la reconnaissance des Pères du Concile envers les religieux, à tel point qu’un rapport rédigé par plusieurs évêques issus du clergé séculier et signé par plus de 800 Pères demande que les religieux soient insérés dans le schéma sur l’Église. Mgr Calmels conclut ainsi ce chapitre du rapport des religieux avec le pape et les évêques : « Quoiqu’il soit dit ou pensé, qu’un chapitre nous soit accordé ou que nous soyons perdus dans “les classes moyennes de la sainteté”, l’issue du Concile appartient peut-être aux sacrifices qu’offrira, dans cent ans, telle ou telle personne, choisie et mise à part par appel spécial de Dieu18. »

  • 19 Ibid., p. 164-165.

18Au début de la troisième session du Concile, le 26 septembre 1964, Mgr Calmels cite un certain nombre d’interventions des Pères sur les religieux et leurs rapports avec les évêques. Il faut éviter l’impression que les religieux aient deux supérieurs, que leur vie soit artificiellement divisée : d’un côté, la vie religieuse sous l’autorité des supérieurs réguliers ; de l’autre, l’apostolat sous la direction de l’évêque. Tout en réaffirmant que l’exemption préserve l’unité des instituts de caractère international et met ces religieux à la disposition des besoins généraux de l’Église, les Pères souhaitent promouvoir une collaboration plus étroite et plus harmonieuse entre les religieux exempts et la hiérarchie. Par delà les souhaits à caractère général, Mgr Calmels voit dans cette problématique un défi : concilier les fonctions apostoliques et les droits fondamentaux des évêques dans leur diocèse avec la nécessité de conserver à l’exemption religieuse toute sa vitalité, pour que chaque ordre ou chaque congrégation puisse continuer à s’adonner à l’apostolat, chacun selon son esprit propre et ses constitutions19. Et l’abbé général de conclure à l’adresse de ses religieux :

  • 20 Ibid., p. 167.

Nous avons, nous, une mission pastorale avec des exigences norbertines – qu’il ne faut jamais négliger – et toujours sous la dépendance du Saint-Père ; et de l’évêque, s’il y a lieu. L’esprit de l’ère œcuménique dans laquelle nous vivons doit nous aider à sortir des ornières de la routine et renouveler nos manières d’évangéliser par le témoignage et la parole. Les évêques ont l’œil sur nous. Nous ne tromperons pas leurs espoirs si nous restons tout à fait “réguliers20”.

  • 21 Ibid., p. 282.

19Le 31 octobre 1965, au cours de la quatrième session, Mgr Calmels reprenait le fil de ses réflexions sur les religieux au Concile, en résumant les principaux sujets de discussion : « Le jour où l’on parviendra à séparer la prière de l’apostolat et l’apostolat de la prière, il n’y aura plus dans l’Église ni apostolat ni prière. L’apostolat doit prolonger la prière. Sans la vie intérieure, les prêtres, les laïcs, les religieux ne produiront pas l’apostolat authentique. Leurs activités n’auront aucune consistance. Il y a trop d’associations d’apostolat et pas assez d’écoles de sainteté21. »

Les religieux parlent et font parler d’eux à Vatican II

  • 22 Ibid.

20Mgr Calmels le relève, « Vatican II est sans doute le Concile où les religieux ont le plus fait parler d’eux. N’est-ce pas eux qui ont collaboré pour une grande part au travail des schémas22 ? » Présence significative des religieux au cours de la dernière session du Concile : 200 supérieurs généraux représentent près d’un million et demi de religieux et religieuses ; 600 évêques appartiennent à des instituts religieux. Mgr Calmels cite cette intervention de l’abbé Reetz, alors président de la Congrégation bénédictine de Beuron, tragiquement décédé avant la dernière session. Il invitait les Pères du Concile à regarder les colonnes qui portent la basilique Saint-Pierre :

  • 23 Ibid.

Ces colonnes, c’est vous, les évêques, les successeurs des apôtres, les fondements de l’Église. Mais attention ! À l’intérieur de ces colonnes se cachent des sculptures représentant les fondateurs d’ordre : saint Benoît, saint François, saint Dominique, saint Ignace, et tant d’autres symboles de l’indissoluble unité de l’épiscopat et de l’état religieux au service de la même Église du Christ23.

  • 24 Ibid., p. 283.

21La grande nouveauté réside dans un programme de rénovation spirituelle des religieux, élaboré sur la base des 1400 amendements proposés par les Pères du Concile. De l’avis de Mgr Calmels, ce qui deviendra le décret Perfectae Caritatis est plus riche en contenu, plus profond dans les normes pour réaliser l’adaptation et le renouveau, davantage pénétré d’un vigoureux esprit pastoral. Et l’abbé de noter : « Ce schéma véhicule plus de sève apostolique. Un souffle de printemps passe dans ses termes. Il invite les religieux à se ressourcer à l’Évangile et à se laisser pénétrer par l’esprit du fondateur sous lequel ils militent. L’aggiornamento doit remonter au début et partir de là pour s’adapter aux exigences du monde actuel24. »

22Si les religieux font parler d’eux au Concile, certains orateurs, comme le cardinal John Carmel Heenan, archevêque de Westminster, à la manière quelque peu heurtée et tranchante, ne les épargnent pas, ainsi que le rapporte l’abbé général :

  • 25 Ibid., p. 284-285.

Le cardinal déclara avoir entendu dire – par qui ? dans quel pays ? il n’a pas indiqué la source, mais il a avancé tout simplement, d’après ce qui lui avait été rapporté – que des prêtres en parfaite santé, dans des monastères et des maisons religieuses, refusaient obstinément de venir en aide aux évêques diocésains qui ont envoyé plusieurs de leurs prêtres aux missions. Les religieux invoquent comme excuse leur “sainte règle” qui leur permet “d’enseigner les humanités aux enfants de bonnes familles… ou de prêcher des retraites aux sœurs”, mais “leur défend de sortir, d’instruire des ignorants dans la religion et de distribuer le pain de vie aux pauvres”. Nonobstant les vertus cardinalices de l’orateur, ce coup de langue a produit un frisson de froid parmi certains Pères. Les religieux anglais n’ont pas craint de protester, même dans la presse25.

  • 26 Ibid., p. 324.

23Le 10 décembre 1965, deux jours après la clôture du Concile, Mgr Calmels envoyait à ses religieux le compte-rendu des dernières journées de travail conciliaire. Évoquant le vote du décret sur le ministère et la vie des prêtres, ainsi que le rapport présenté sur ce sujet par Mgr François Marty, alors archevêque de Reims, l’abbé général observait : « Vous remarquerez, dans le schéma, ce passage où l’on encourage volontiers les prêtres à manifester une sollicitude spéciale à l’égard des religieux hommes et femmes, puisque ceux-ci sont des hôtes marquants dans la maison de Dieu. Cet entrefilet avait été le vœu de quelques Pères conciliaires26. »

Le décret Perfectae Caritatis

24D’emblée, Mgr Calmels affirme dans sa « Brève histoire d’un décret » :

  • 27 Norbert Calmels, Concile et vies…, p. 59.

Sans l’intervention du Saint-Esprit, les religieux auraient eu raison d’éprouver quelques craintes durant Vatican II. Bien entendu, une part de leurs inquiétudes surgissait directement d’un examen de conscience approfondi et s’enflait, d’autre part, des préjugés que dissimulaient mal, à l’endroit des religieux, certains Pères du Concile. Heureusement ! l’esprit de conciliation veillait sur l’Église et protégeait l’avenir de ses témoins27.

  • 28 Ibid.

25Devant la multitude des questions posées et des critiques avancées au sujet des religieux, Mgr Calmels nous partage son inquiétude et celle d’un bon nombre de Pères : « À suivre le déroulement de certaines critiques vraies ou moins exactes, nous avions le droit d’être soucieux. Plusieurs l’étaient à un point d’en être complexés jusqu’au malaise. La plupart pensaient que le décret ne verrait pas le jour28. » Certes, reconnaît l’abbé général, l’équipe de religieux chargée de travailler dans la phase ante-préparatoire du Concile ne représentait sans doute pas suffisamment l’éventail des tendances, et n’était pas assez pastorale, mais les matériaux récoltés furent reçus avec intérêt, ce qui permit à la commission préparatoire, entre février 1961 et avril 1962, de rédiger le premier texte d’un schéma intitulé Schema Constitutionis de statibus perfectionis acquirendae. Tout en appréciant le travail accompli, Mgr Calmels ne ménageait pas ses critiques :

  • 29 Ibid., p. 60.

L’essentiel est noyé dans l’abondance des matériaux. Le juridisme déborde de toutes parts. Le mot pastoral reste encore en marge. La prudence se méfie du neuf, parce qu’il a l’air neuf. Ce n’est pas pusillanimité, mais sagesse. Il faut attendre, on verra à l’usage. Quand soufflera le vent du choix, les formules trop rigides, préfabriquées depuis cent ans, s’écrouleront29.

  • 30 Ibid., p. 63
  • 31 Ibid., p. 64.

26La commission conciliaire des religieux, présidée par le cardinal Ildebrando Antoniutti, se réunit à partir du 26 novembre 1962 et constitua le 5 décembre suivant une sous-commission de sept personnes sous la présidence de Mgr Paul Philippe, dominicain, secrétaire de la Congrégation des religieux, qui se réunit du 8 au 11 février 1963 pour refaire, alléger et réduire les dimensions du premier schéma, dont Mgr Calmels estimait : « Il sentait trop le droit canon. Les rédacteurs, sans le vouloir, avaient pris les lois pour des êtres absolus30. » Toutes les observations sont classées sous quatre rubriques : 1° les états de perfection ; 2° la vocation religieuse ; 3° le renouveau adapté de la vie religieuse ; 4° la formation des religieux. Mgr Calmels observe que, le 22 avril 1963, une nouvelle version du texte est prête, envoyée aux Pères le 8 mai suivant : « Bons juges, les Pères ne lui sont pas favorables. À ce texte, il manque encore le toucher d’une réalité actuelle exigée, on le sent, par l’Esprit. Le droit empiète sur l’Évangile. Alors que l’Évangile devrait lui donner son vrai sens et son attrait31. »

27Peu à peu, le texte prend consistance, en intégrant le plus possible les amendements à la substance du texte. En somme, constate Mgr Calmels,

  • 32 Ibid., p. 65.

le Concile affirme ses droits et modifie plus ou moins la direction des courants d’hier. Ce que désire Vatican II, c’est que les questions nouvelles soient posées en termes actuels et pastoraux. Avouez qu’il fallait un certain courage et qu’une bonne dose de patience s’avérait nécessaire pour faire face aux recommencements fastidieux. Chaque expert, disons-le, avait son penchant secret qui l’orientait d’avance. L’organisation des idées des autres n’est pas simple et facile, surtout quand il faut les mettre à la place des nôtres32.

28En fait, la discussion sur la sainteté dans l’Église allait grandement contribuer à éclaircir le débat sur les religieux. La sainteté n’est ni un privilège, ni une prérogative, ni une priorité réservée à l’état religieux. Dans un climat de tensions, un nouveau schéma voit le jour en novembre 1963. Ce nouveau-né est appelé à disparaître. Par décisions du 28 décembre 1963 et du 15 janvier 1964, la commission centrale ordonne de combiner le schéma en quelques « propositions », avec un mot d’ordre pour toutes les discussions sur les documents à étudier : « Abréger ! » Il fallut onze mois – il faut du temps pour faire court ! – avant de pouvoir présenter un schéma renouvelé. Les Pères le reçurent le 10 novembre 1964. Il portait un nouveau titre : De accomodata renovatione vitae religiosae, la rénovation de la vie religieuse, que Mgr Calmels accueille en ces termes :

  • 33 Ibid., p. 66.

Le beau titre ! Le Saint-Esprit nous le réservait par préférence. Cette appellation survivra. À mon avis, et de l’avis aussi de plusieurs Pères, le titre idéal qui aurait rallié tous les suffrages et en particulier ceux des instituts séculiers, aurait été “Renouveau et adaptation de la vie consacrée”. Ne nous plaignons pas. De tous les schémas, celui des religieux est le seul qui affirme dans son titre même le mot “rénovation33”.

  • 34 Ibid., p. 67.

29Toutefois, la via crucis du schéma était encore loin de se conclure. Parmi les 26 interventions orales et les 19 rapports écrits, le cardinal Ruffini s’étonna de ce que le texte ne tint pas compte du discours tenu par Paul VI, le 23 mai 1964, devant les membres de sept chapitres d’ordres religieux, discours qui, selon le cardinal, était clair et surtout répondait à plusieurs critiques faites au schéma. Mgr Calmels estime que le discours de Paul VI aux religieux « possède une profondeur que n’atteint pas le schéma34 ».

30L’abbé général des Prémontrés prend la parole, une seule fois durant le Concile, le 12 novembre 1964. L’introduction et la conclusion de son intervention nous font comprendre comment, ancré dans la tradition de son ordre, il envisage les orientations et donc l’avenir de ce qui est encore un schéma conciliaire sur le renouveau de la vie religieuse :

  • 35 Ibid., p. 310-312.

J’appartiens à un ordre canonial dont les religieux, depuis le xiie siècle, s’adonnent totalement au service de Dieu par l’exercice du ministère, tout en essayant, dans la mesure du possible, de contenter les évêques. Par notre coopération aux charges pastorales, nous unissons, dans une heureuse synthèse, les pratiques de la vie monastique aux activités de la vie apostolique. En parlant de la “rénovation adaptée de la vie religieuse”, j’oserai donc suggérer, d’après le texte du schéma, par où devrait commencer cette rénovation. C’est le texte même qu’il faut adapter au développement de la doctrine sur la vie religieuse. […] Le texte du schéma traitant de la rénovation de la vie consacrée à Dieu devrait employer une terminologie nouvelle qui mette davantage en valeur les charismes propres à chaque ordre ou institut. Il devrait parler, avec plus de précision, des nouveaux ferments qui agissent dans l’Église ; il mettrait, dans son éclat premier, la vocation des moines ; il projetterait, sur le but des Instituts apostoliques, et sur leurs œuvres, une lumière plus vive ; il célébrerait cette forme d’apostolat qui s’insère dans le monde et vit au milieu de lui, il rejetterait ce qui est périmé, comme la distinction entre religieux “actifs” et “contemplatifs” ; enfin il ne mettrait pas sous l’étiquette unique de “religieux” toutes les variétés de cet état de vie réalisées dans l’Église35.

  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 69.

31Quant au cardinal Döpfner, il « démolit le libelle de fond en comble36 », tandis que le cardinal Suenens estime : « Ce texte ne répond pas à l’espérance déclarée ou secrète des religieux et des religieuses. Son contenu n’est pas apte à promouvoir le renouveau de la vie consacrée37. » De son côté, le cardinal Bea reprend ce thème et l’ensemble des Pères intervenus sur ce texte réclament que la réforme de la vie religieuse soit le reflet précis du renouveau de l’Église. Au cours de la discussion, du 14 au 16 novembre 1964, les modi dépassèrent le nombre record enregistré au Concile. Rien que pour le préambule du futur décret, on en compta plus de mille. L’ensemble du texte attira 14 000 amendements. Mgr Calmels notait : « Composer un schéma avec l’ensemble de ces propos ne serait pas facile. Les rédacteurs l’entreprirent, malgré tout, avec une majestueuse allégresse38. » L’abbé général poursuit :

  • 39 Ibid.

Travail considérable et ingrat. Si l’expression n’était pas trop usée, j’écrirais : travail de Romain. Encore que cette formule soit devenue de nos jours le symbole d’une opiniâtreté moins farouche. C’est pénible, croyez-moi, de composer, de recomposer, de commencer, de recommencer un décret même s’il est “mineur”. “Quasi morientes, et ecce vivimus !”, s’était écrié avec humour le cardinal Antoniutti en ouvrant la séance. La sève monte39.

32Entre février et mars 1965, un nouveau texte, substantiellement remanié, voit le jour. La commission en réunion plénière, du 27 avril au 1er mai, concilie adroitement les diverses tendances. Par exemple, voici ce que note Mgr Calmels au sujet de l’obéissance :

  • 40 Ibid., p. 70-71.

On avait constaté deux tendances à propos de l’obéissance. Chaque courant était représenté par plus de quatre cents Pères. Les uns voulaient conserver l’expression de l’obéissance traditionnelle, les autres préconisaient une obéissance plus adulte chez les sujets, et plus serviable chez les supérieurs. Les premiers ne comprennent pas l’obéissance “comme un dialogue où le supérieur s’efforce de convaincre le sujet”, les seconds exigent que les supérieurs exercent “l’autorité dans un esprit de service pour les frères, de manière à exprimer l’amour que le Seigneur a pour eux”. La commission a trouvé le moyen, une fois de plus, de résoudre les difficultés et de satisfaire les uns et les autres. À lire le texte, on s’aperçoit, même si la discrétion nous embarrasse, de quel côté les requêtes ont fait pencher la balance. C’est une preuve entre mille que le Saint-Esprit n’abandonne pas la direction de la barre. La commission s’est effacée, abandonnant les projets antérieurs, pour écouter les désirs exprimés par les Pères du Concile. L’éveil du renouveau et les exigences des temps futurs l’ont emporté sur le passé invivable, maintenant le passé qui soutient les premières énergies sorties pour nous de l’Évangile40.

33Le 11 octobre 1965, 2126 Pères sur 2142 présents dirent placet contre 13 qui votèrent non placet et 3 qui votèrent nul. Le 28 octobre 1965, à la septième séance solennelle, le décret fut approuvé en présence du pape par 2321 votes favorables contre 4 votes négatifs. Mgr Calmels conclut :

  • 41 Ibid., p. 71-72.

Maintenant, le décret Perfectae Caritatis – pouvait-on espérer appellation plus suggestive ? – est livré aux âmes consacrées. C’est le cadeau de Vatican II. Il n’est pas téméraire d’avancer que jamais, peut-être, un Concile n’avait été aussi généreux envers les religieux. Un devoir incombe tout de suite aux familles religieuses, c’est d’étudier, de méditer, d’approfondir le texte du schéma. Et pour être réceptifs et se laisser modeler par ses réformes, il ne faudra pas négliger d’entendre, derrière les propositions qui le composent, la voix de l’Église, écho de la volonté de Dieu41.

Suivre le Christ

  • 42 Ibid., p. 117.

34Pour l’abbé général, le décret Perfectae Caritatis n’est ni une Somme de la vie consacrée, ni un traité de spiritualité, encore moins un code de règles et de lois. Pour tenir compte des instituts séculiers, et pas seulement des ordres et congrégations, Mgr Calmels fut l’un des premiers à lancer l’expression « vie consacrée », plus englobante. Pour lui, « le nœud central du texte se compose de deux mots inséparables : “rénovation adaptée”. Tout tient dans ce mot et dans ce participe. Pour du condensé, c’est du condensé42 », commente-t-il. Tout se résume ou, mieux, se condense dans cette belle expression traditionnelle, à la senteur évangélique : « suivre le Christ ». Mgr Calmels résume :

  • 43 Ibid., p. 118.

Le décret prend soin d’accentuer qu’il y a un appel à une vocation particulière, et réponse de l’appelé. Le schéma n’a rien inventé. Détail par détail, on ne trouvera rien de nouveau dans son texte, mais les formules sont renouvelées au pas d’une tranquille sagesse. On le sent préoccupé d’un bout à l’autre de nous dresser les sentiers en ayant soin, comme disait saint François de Sales, de “rhabiller un peu notre âme”, selon le temps, avec de vieilles nouveautés43.

35Comme le Christ est, tout à la fois, le chemin et le pasteur, les religieux se doivent de marcher derrière lui pour mieux marcher avec lui. Or, suivre le Christ, c’est l’imiter, se faire son disciple. Pour le suivre, il importe de s’alléger ; nul ne peut suivre le Christ s’il n’abandonne tout. Le religieux entre pauvre dans le cortège des saints et, dans le compagnonnage avec le Christ et les frères, il répond à l’appel en se mettant en route vers le Père, source de toute sainteté. Je laisse le mot de conclusion à Mgr Calmels :

  • 44 Ibid., p. 124.

Nous sommes des serviteurs inutiles (Lc 17, 10), on le rabâche assez souvent ; mais nous sommes les coopérateurs de Dieu (I Co 3, 9), ne l’oublions pas. Nous avons consacré notre vie à suivre le Christ par une donation qui embrasse toute notre existence (PC). Prendre souci des affaires du Seigneur, se préoccuper que son Règne vienne et en mettre un coup pour qu’il arrive par amour et non par force, ce n’est pas petite besogne. On n’a pas besoin de s’attarder en chemin. Il faut avancer ou reculer, monter ou descendre, s’accrocher, se tenir à celui en qui nous avons le mouvement pour aller de plus en plus loin et aborder dans les bras du Père, présentant notre front “au grand baiser de l’indissoluble union44”.

Notes

1 Norbert Calmels, Chanoines prémontrés, Avignon, Aubanel, 1949.

2 Norbert Calmels, La Vie du Concile, Forcalquier, Robert Morel, 1966.

3 Ibid., p. 12.

4 Ibid., p. 339.

5 Jean Guitton, Un siècle, une vie, Paris, Robert Laffont, 1988.

6 Norbert Calmels, Concile et vies consacrées, Forcalquier, Robert Morel, 1968.

7 Ibid., p. 72.

8 Norbert Calmels, Journal d’un Chapitre, Forcalquier, Robert Morel, 1970.

9 Les archives de la curie généralice de l’ordre de Prémontré conservent un Journal de Mgr Calmels, non consultable, dont manquent les années du Concile. Selon toute vraisemblance, l’abbé général a utilisé ses notes pour la publication des deux volumes cités.

10 Norbert Calmels, La Vie…, p. 123.

11 Ibid., p. 123-124.

12 Ibid., p. 124-125.

13 Ibid., p. 125.

14 Ibid., p. 126.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 127.

17 Ibid., p. 128.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 164-165.

20 Ibid., p. 167.

21 Ibid., p. 282.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 283.

25 Ibid., p. 284-285.

26 Ibid., p. 324.

27 Norbert Calmels, Concile et vies…, p. 59.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 60.

30 Ibid., p. 63

31 Ibid., p. 64.

32 Ibid., p. 65.

33 Ibid., p. 66.

34 Ibid., p. 67.

35 Ibid., p. 310-312.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 69.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 70-71.

41 Ibid., p. 71-72.

42 Ibid., p. 117.

43 Ibid., p. 118.

44 Ibid., p. 124.

© LARHRA, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search