Version classiqueVersion mobile

Les sources du Sacré

 | 
Caroline Muller
, 
Nicolas Guyard

Le religieux et l’anthropologie historique

Oubliance et commémorations du siège de La Rochelle (1628-1789)

Maïté Recasens

Texte intégral

  • 1 Paul-Alexis Mellet et Jérémie Foa, « Une « politique de l’oubliance » ? Mémoire et oubli pendant le (...)
  • 2 À propos de la récente historiographie de la mémoire des Guerres de Religion, nous proposons quelqu (...)
  • 3 Olivier Christin, « Mémoire inscrite, oubli prescrit : la fin des guerres de religion en France », (...)
  • 4 Au sujet des édits de pacification nous renvoyons à la thèse de Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. (...)

1 Les conflits confessionnels français font émerger des enjeux politiques, religieux et identitaires autour de la question mémorielle1. Les productions textuelles, tant manuscrites qu’imprimées, et iconographiques à propos des conflits confessionnels construisent des mémoires antagonistes entre protestants et catholiques2. Les commémorations protestantes des Guerres de Religion concernent principalement la mise à l’écrit des malheurs de leurs temps – vexations, persécutions, massacres, etc. – grâce à la production de pamphlets, de calendrier des martyrs, d’iconographie, de chroniques locales et d’histoires plus générales3. Leur pendant catholique est l’institution de processions anniversaires rappelant le souvenir de victoires contre l’hérésie. Ces pratiques mémorielles participent à l’élaboration d’un sentiment d’appartenance à une communauté confessionnelle. La répétition systématique de l’injonction à l’oubli au début des édits de pacification de 1562 à 1598 atteste la volonté royale d’anéantir tout souvenir des conflits confessionnels4. Les souverains condamnent pourtant de grandes villes rebelles – ligueuses ou protestantes – remises en leur autorité à commémorer leur défaite. L’entrée victorieuse d’Henri IV à Paris le 22 mars 1594 ou la reddition marseillaise du 17 février 1596 sont ainsi célébrées annuellement sur ordre du nouveau roi. Lors des guerres de Rohan (1621-1629), Louis XIII punit de la même façon deux cités suite à d’importants sièges : Montpellier célèbre sa « délivrance » tous les 20 octobre à partir de 1622 et La Rochelle sa « réduction » dès le 1ᵉʳ novembre 1628.

  • 5 Mona Ozouf, « Peut-on commémorer la Révolution française ? », 1789. La Commémoration, Paris, Gallim (...)
  • 6 Pour approfondir le sujet, nous proposons : Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello (dir.), Façonner (...)

2À l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française, Mona Ozouf définissait la commémoration comme l’« affirmation obsessive du même5 ». Le phénomène renforce l’identité collective en fusionnant les individus dans un tout communautaire. Grâce à la mobilisation d’émotions partagées, le groupe se célèbre lui-même. Il exalte un passé glorieux, « mobilisateur pour forger l’avenir commun ». Commémorer, étymologiquement « se rappeler ensemble », revient ainsi à mettre en scène le passé et le partager dans le présent. La mémoire a besoin de repères précis pour subsister : l’écriture de l’histoire la fige sur le papier, le monument l’incarne et la fête l’intègre dans un temps cyclique. Que l’événement fondateur appartienne à un registre positif – le 14 juillet – ou négatif – l’esclavage – les chercheurs en sciences sociales définissent sa célébration comme une forme d’appropriation du passé par une communauté6. Établir un événement à commémorer permet de renforcer un groupe, voire de le construire. Les commémorations punitives imposées par les souverains lors des Guerres de Religion amènent à repenser ces affirmations. L’exaltation répétitive et festive d’un souvenir imposé participe-t-il à l’élaboration d’un nouveau corpus identitaire ? Le présent article propose d’aborder cette question à travers le cas particulier de la mémoire rochelaise.

  • 7 Pascal Rambeaud, La Rochelle fidèle et rebelle, Paris, Le Croît vif, 1999, p 30.

3Porte maritime du gouvernement d’Aunis dont elle est la capitale depuis 1373, La Rochelle est une place économique et politique stratégique. Ses échevins et pairs sont très attachés à ses privilèges, franchises et libertés acquis depuis le xiie siècle. De plus, les hautes fortifications et la situation géographique de la cité les persuadent de son invulnérabilité7. Les Rochelais, pour l’essentiel marchands et artisans, embrassent majoritairement la Réforme dès les années 1550. Ils restent pourtant fidèles au roi durant la première Guerre de Religion et coexistent avec la minorité catholique. Ils entrent en guerre en 1568 en réaction à la décision de Charles IX d’introduire une garnison dans la ville. La cité accueille Jeanne d’Albret et les princes protestants Condé, Coligny et Navarre. Elle devient, dès lors, la capitale du parti protestant et une des places les plus puissantes de France. Au début du xviie siècle, elle s’engage une nouvelle fois aux côtés des chefs protestants lors des guerres de Rohan durant lesquelles sa population subit deux sièges, en 1621 et 1627. Le dernier permet à Louis XIII de la soumettre définitivement. Pendant plus de quinze mois le camp royal a appliqué une stratégie de blocus, coupant toutes connexions avec l’extérieur par voie terrestre et maritime. Le cardinal de Richelieu, à la tête des opérations, fait édifier une digue permettant de fermer le port de La Rochelle. Privé de soutien militaire, particulièrement de celui des Anglais aux côtés desquels ils combattent, et de ravitaillement, les Rochelais capitulent le 28 octobre 1628.

  • 8 Déclaration du Roy, sur la réduction de la ville de la Rochelle en son obéissance (La Rochelle, nov (...)

4Parmi les différents articles de paix accordés à La Rochelle, Louis XIII instaure des commémorations punitives dont nous proposons d’analyser les effets jusqu’à la Révolution. L’étude de la Déclaration du roi sur la réduction de la ville de La Rochelle en son obéissance8 permettra de comprendre les enjeux mémoriels dans la pacification de la ville. L’évolution de la mémoire sur un temps long et l’adhésion des édiles aux commémorations sera ensuite abordée grâce à l’analyse des registres municipaux rochelais des xviie et xviiie siècles. Plus généralement, il s’agira de comprendre l’impact des Guerres de Religion dans la relation entre la ville de La Rochelle et le roi.

Le préambule ou l’histoire de la sédition

  • 9 Archives municipales de Toulouse, BB 270, chronique 300, p. 265-283.

5Les événements rochelais ont une portée nationale : les populations des cités protestantes admirent le combat de la ville rebelle ; les catholiques semblent s’en inquiéter. À titre d’exemple, les Annales manuscrites de la ville de Toulouse, véritable testament politique des édiles toulousains, révèlent l’attention que porte le bastion catholique aux événements rochelais : le texte à propos de l’année 1628 commence avec un récit retraçant longuement l’histoire du siège depuis les premiers temps de la révolte jusqu’à l’affaiblissement de la ville9. La description d’une procession générale faîte en l’honneur de la victoire royale sur l’hérésie clôt la chronique. Louis XIII et ses conseillers connaissent l’intérêt autour du siège lorsqu’ils rédigent la déclaration sur la réduction des Rochelais. Publiés le 18 novembre 1628, les articles de paix et la courte introduction historique à propos du siège participent à la propagande royale célébrant un souverain juste dans sa punition et miséricordieux grâce à son pardon.

6La rédaction du préambule de la déclaration de novembre 1628 est confiée à la chancellerie dans les jours qui succèdent à la prise de la ville. L’histoire de la reddition doit exposer la victoire du roi pour asseoir son autorité. La difficulté est d’aborder la question de la trahison rochelaise et de son alliance avec l’Angleterre, sans affaiblir cette image. À ce propos, Pierre Mervault, commerçant rochelais, raconte dans son Journal du siège de La Rochelle que le garde des sceaux enquête pour réaliser le récit le plus exact possible et demande à ce que lui soient apportés

  • 10 Pierre Mervault, Journal des choses plus mémorables qui ce sont passées au dernier siège de La Roch (...)

les registres des conseils, & [fait] une recherche exacte des mémoires & instructions donnez aux députez, que la ville avoit envoyez au roi d’Angleterre, & des traitez faits avec ledit Prince, & y trouva que lesdites instructions & traitez avoient toujours ésté avec la reserve de la fidélité qui estoit deuë à la couronne10 .

7Du fait de cette découverte, le Conseil et le roi décident par conséquent de ne pas mentionner clairement l’alliance, mais simplement la victoire des troupes royales sur « trois armées des Anglois appelés par lesdits habitans ». En dehors de cette phrase, ce document n’évoque pas davantage les opérations militaires. La victoire royale y est en revanche abordée dès les premières lignes :

Les grandes guerres qui depuis tant d’années ont affligé cet État, ayant eu leur principal fondement & appuy sur les fréquentes rébellions des habitans de nostre ville de La Rochelle. Nous avons estimé que nous ne pouvions donner à nos subjets aucun repos asseuré, ny les délivrer des grandes foules & oppressions qu’ils souffrent depuis si long temps, sinon en retranchant les sources du mal & rengeant ladite ville & ses habitans sous notre obeïssance : en telle sorte que les troubles qui procédoient d’eux n’eussent plus moyen de renaistre. À quoy nous estant résolus en l’espérance de la faveur divine, nécessaire à une si haute, si royale et si chrétienne entreprise, nous en avons esprouvé le secours si efficace.

8La divine délivrance de La Rochelle préfigure celle de la France : elle annonce la mort du parti protestant, la victoire de la religion catholique, apostolique et romaine et la fin des guerres civiles en France. Le roi et son principal ministre Richelieu, seuls hommes cités dans le texte, sont le bras armé de Dieu. Après avoir décrit la soumission de La Rochelle, le récit aborde la réaction de Louis XIII. Le souverain, accueilli par des habitants venant « à se jeter à [ses] pieds, implorer [sa] miséricorde & [lui] offrir à nous et ladite ville pour en disposer ainsi que bon [lui] sembleroit » décide de les recevoir « avec les tesmoignages de l’amour paternel que nous portons à tous nos subjets », c’est-à-dire de ne pas tous les condamner pour rébellion et d’accorder sa clémence. Le préambule s’arrête là et détaille ensuite les articles – plus ou moins généreux – accordés à la ville lors de sa capitulation.

Les articles de la « Déclaration du roi »

9Les vingt-six articles de paix abordent d’abord la question religieuse : les six premiers articles sont dédiés au rétablissement du culte romain, les deux suivants à l’érection d’édifices religieux et le neuvième à la religion prétendue réformée. Le roi exige que les biens des ecclésiastiques leur soient restitués, les églises réédifiées, les hôpitaux rendus aux catholiques et le Grand Temple transformé en cathédrale grâce à la fondation d’un évêché à La Rochelle. En contrepartie, il accorde le libre exercice du culte réformé et l’autorisation de bâtir un temple. L’immigration dans la cité est restreinte par les articles vingt-trois et vingt-quatre obligeant quiconque s’y installant à posséder une lettre du garde des sceaux et à être catholique. Pour les autres : « nulle personne faisant profession de la religion prétendue réformée & d’autre que de la religion catholique, apostolique et romaine, ne sera receu à venir de nouveau habiter en ladite ville, si ce n’est qu’il y ait demeuré ci-devant, & y fut auparavant ladite descente des Anglois », c’est-à-dire l’arrivée des troupes du duc de Buckingham le 22 juillet 1627 à l’île de Ré. En novembre 1628, la population rochelaise – très majoritairement protestante avant le siège – est décimée : sur les 20 000 habitants d’avant le siège il en reste moins de la moitié, tous presque morts. La stratégie royale de renouvellement de la population cherche à imposer une nouvelle organisation sociale en plaçant les réformés rochelais en situation de minorité. Le roi essaie ainsi d’étouffer toute future révolte organisée par la communauté protestante, jugée responsable des rébellions françaises des xvie et xviie siècles. La communauté urbaine de La Rochelle doit désormais être à l’image de la France, c’est-à-dire majoritairement catholique.

10Le contrôle de la cité s’étend à celui de ses institutions municipales : les maires, principaux meneurs de la rébellion, sont bannis et l’article treize abolit « à perpétuité la mairie, eschevinage, corps & communauté de ville, ordre des pairs et celui des bourgeois ». Les juridictions de l’hôtel de ville, ainsi que celles de la prévôté sont transférées au siège sénéchal et au présidial, c’est-à-dire à la justice royale. Un « intendant de la justice en laditte ville, pays & gouvernement & aux pays de Poictou et Xainctonge » est établi et enlève à La Rochelle son statut de capitale de l’Aunis.

11Les mesures royales visent ainsi, en outre, à détruire tous les attributs identitaires de la ville : elle redevient catholique, perd son autonomie, ses privilèges, le contrôle de son commerce mais aussi ses fortifications. L’article quinze stipule en effet que tous les murs, remparts, bastions et fortifications doivent être « razées rez pied, rez de terre & les fondemens arrachez, les fossez comblez, en sorte que de tous costez l’accès & l’entrée de ladite ville soit libre et facile, que la charrue y puisse passer comme sur les terres de labour & que jamais elles ne puissent être rétablies ». Le souverain ne s’assure pas simplement que la ville ne puisse jamais plus prendre les armes contre l’autorité royale, il la condamne à perdre son statut. Le Dictionnaire Furetière définit une « ville » comme l’« habitation d’un peuple assez nombreux, qui est ordinairement fermée de murailles » et la première édition du Dictionnaire de l’Académie française mentionne un « assemblage de plusieurs maisons disposées par ruës & fermées d’une closture commune qui est ordinairement de murs & de fossez ». La Rochelle qui a cru un instant être la ville la plus puissante du royaume français, ne possède plus après sa défaite les attributs nécessaires pour être une simple ville.

12Enfin, le roi impose deux autres dispositions : le pardon général avec l’amnistie complète des rebelles et la commémoration perpétuelle de la reddition de la ville. Il délimite ainsi la mémoire officielle du siège de La Rochelle en distinguant ce qu’il est nécessaire d’oublier de ce qui doit être rappelé.

Pardon et oubli

  • 11 Michel De Waele, « Pour mettre un terme à la crise du xviie siècle » dans Vivre ensemble, vivre ave (...)

13Quatre articles de la déclaration de novembre 1628 promettent le pardon et l’abolition du crime de rébellion à tous les Rochelais et défend « toute recherche qui pourroit estre faitte contre eux pour raison de ladite rébellion ». La clémence est une arme essentielle du pouvoir royal : à l’image de Dieu, le roi est le seul à pouvoir11. La justice et le pardon sont des devoirs fondamentaux, constitutionnels, quasiment sacramentaux, du roi. Par ailleurs, un pouvoir fort est nécessaire à la mise en œuvre d’une politique de clémence. Louis XIII en est en l’occurrence capable parce que la défaite de La Rochelle préfigure celle du parti huguenot et le place en position de force. Le pardon est ici à la fois une preuve de la charité et de l’affirmation du pouvoir royal. Il permet aussi au roi d’asseoir son autorité et d’imposer un devoir de repentir à ses sujets.

  • 12 Paul-Alexis Mellet et Jérémie Foa, « Une “politique de l’oubliance” ? », op. cit.

14La clémence royale s’accompagne du « silence perpétuel » à propos les crimes commis durant la sédition dont la liste exhaustive est établie pour la dernière fois dans l’article neuf de la déclaration de novembre 1628. Cette disposition s’inscrit dans une pensée politique de la mémoire développée durant les Guerres de Religion12. Les édits de pacification promulgués proclament chacun le devoir d’« oubliance » des faits des guerres civiles. L’oubli devient une condition sine qua non du retour à la paix. À partir du premier édit de Charles IX (mars 1563), la royauté adopte une double politique d’amnistie et d’amnésie pour pacifier le royaume. En ce sens, l’Édit de Nantes est sûrement le texte le plus abouti de cette pensée politique de l’oubli. Le premier article stipule que

la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre […] demourera estaincte et assoupie, comme de chose non advenue. Et ne sera loisible ny permis à noz procureurs généraulx ny autres personnes quelzconques […] en faire mention, procés ou poursuitte en aucunes courtz ou jurisdictions que ce soit.

  • 13 Édition en ligne de l’École des chartes, Édit de Nantes (1598), http://elec.enc.sorbonne.fr/editsde (...)
  • 14 Dictionnaire universel françois et latin, Paris, 1572, t. 1, p. 549, cité par Michel De Waele, « Po (...)

15Le suivant ajoute que « renouveler la mémoire » est passible « d’estre punis comme infracteurs de paix et perturbateurs du repos public13 ». Ainsi, la monarchie n’instaure pas simplement l’oubli, elle exhorte à se souvenir de ce dont on ne peut plus se souvenir. L’amnistie, définie par le Dictionnaire de Trévoux comme le « Pardon général accordé à des sujets par un Traité ou par un Édit, quand le Prince déclare qu’il oublie et qu’il abolit tout ce qui s’est passé et promet qu’on n’en fera point de recherche14 », semble indissociable de cette injonction d’« oubliance ». La déclaration de novembre 1628 ne pose pourtant pas de voile sur le siège de La Rochelle mais en impose la commémoration.

Inscrire la défaite dans l’espace urbain

16La mémoire imposée est incarnée dans l’espace grâce à l’érection de deux monuments sur lesquels des plaques commémoratives rappellent sa défaite. Ils sont établis dans deux lieux très différents, à l’intérieur et à l’extérieur de la ville.

17Selon l’article sept de la déclaration de novembre 1628, les Rochelais doivent ériger « une croix en la place dite du Chasteau, au pied d’estal de laquelle sera inscrit en sommaire, la réduction de ladite ville ». La place d’Armes, ancienne place du Château, est la plus grande place publique de La Rochelle. Son architecture religieuse a été bouleversée par les fluctuations politiques durant les Guerres de Religion. L’entrée principale de l’église Saint-Barthélemy s’y trouve jusqu’en 1568, année où elle est quasiment détruite dans la vague de pillages et de violences iconoclastes accompagnant le coup de force protestant. En 1573, lors du premier siège de La Rochelle, les habitants démolissent l’édifice pour récupérer les matériaux afin de renforcer leurs murailles ; seul le clocher Saint-Barthélemy est épargné. Au début du xviie siècle, le Grand Temple protestant de la ville est construit à quelques mètres de l’ancienne église. En vertu de l’article six de la déclaration de novembre 1628, ce vaste édifice est transformé en cathédrale. Le monument commémoratif doit être construit en face, sur une croix, et matérialiser ainsi la restitution de la place centrale de la ville au culte catholique.

18Le second monument commémoratif est destiné à être érigé à quelques kilomètres de la ville, au cap Coureilles, à l’emplacement du campement royal en 1627-1628. Ce choix résulte de la volonté de conserver la mémoire des soldats qui y ont été enterrés. Les hommes morts en quinze mois sont, en effet, nombreux : les uns lors des combats contre les Rochelais ou les Anglais, les autres durant la construction de la digue, mais la plupart en raison des conditions de vie difficiles. Un cimetière et une chapelle dédiée à saint François de Paule leur permettaient de les enterrer et de célébrer quotidiennement la messe et l’office en leur souvenir. L’article huit de la déclaration de novembre 1628 exhorte à la conservation et à l’intégration de ces deux édifices dans un couvent de religieux dédié à l’ordre des Minimes et placé sous la protection de Notre-Dame de la Victoire. Sur la porte principale de l’église, le roi ordonne que

soit gravé sur deux tables de cuivre aux deux costez de ladite porte, un sommaire récit de l’ouvrage de la digue construite au travers du port de ladite ville, & de nostre armée navalle, ausquels en nous servant la pluspart de nos serviteurs inhumez audit cimetière ont finy leurs jours.

19Les huit plaques transcrivant l’histoire du siège et de la réduction rochelaise dans l’espace public permettent au roi de se réapproprier symboliquement la ville vaincue tout en s’assurant que chacun se souvienne de l’échec de la rébellion de ses anciens habitants. Les inscriptions doivent, de ce fait, présenter l’histoire officielle des événements du Grand Siège et déposséder les Rochelais de leurs mémoires. Désormais, il ne peut plus exister qu’un seul récit, celui des vainqueurs, exposé à la vue de tous. Cela explique en partie la réticence des Rochelais à exécuter ces dispositions mémorielles et l’important décalage temporel entre la déclaration de novembre 1628 et leur exécution.

  • 15 Le texte de Masse est retranscrit dans Bernard Coutant, La Rochelle : les grands hôtels particulier (...)

20La place d’Armes reçoit les inscriptions en 1650, lors de l’édification de la fontaine royale, construite aux frais de la ville. La coupe du monument (Ill. 1) réalisé en 1709 par Claude Masse, ingénieur-géographe de Louis XIV, est une des rares représentations iconographiques du monument. Elle est accompagnée d’un descriptif de l’édifice, écrit postérieurement, après 171615.

  • 16 Les plaques sont exactement en « airain », alliage de cuivre.
  • 17 Des reproductions de trois plaques sont conservées à la Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle, Ms (...)

21L’édifice de plus de dix mètres de hauteur surplombe la place. Son socle hexagonal est surmonté d’une coupole, elle-même couronnée d’une pyramide servant de piédestal à un crucifix de bronze. Des plaques de cuivre16 d’environ deux mètres cinquante commémorent sur chacune de ses faces la reddition de la ville grâce à des inscriptions, quatre en latin et deux en français17. Elles associent des passages de la bible à l’histoire de la réduction de La Rochelle. Si l’intervention anglaise et la construction de la digue par le roi sont mentionnées, les inscriptions servent surtout à exalter la victoire royale. Le monument présente l’histoire officielle de la reddition, définie comme une renaissance de la ville, de son identité et de sa fidélité au roi. La fontaine royale, dédiée à Louis XIV, à Anne d’Autriche et au comte Daugnon, symbolise l’allégeance de la cité à la couronne. L’application de la politique mémorielle de Louis XIII renforce d’autant plus ce message de fidélité qu’il s’agit de l’apposition célébrant un souvenir déshonorant. Le rappel de la défaite de 1628 permet aussi de mettre en garde ceux qui seraient tentés de rejoindre les insurgés.

22Vingt-cinq ans plus tard, l’intendant Honoré Lucas Demuin exige l’édification du monument commémoratif de l’église des Minimes. Les deux plaques – en français et latin – sont très sévères envers les anciens rebelles ; l’une débute en ces termes :

  • 18 Jean-Baptiste-Ernest Jourdan, Éphémérides historiques de La Rochelle, avec un plan de cette ville e (...)

Arrestès-vous passans, et admirés le tromphé de piété et de gloire dont le digne autheur est Louis XIII, qui a soumis la Rochelle rebelle, insolente et hérétique à la loi de Dieu et de son église, comme à celle de son sceptre18.

Ill. 1. Coupe de la fontaine royalle sur le place du Chasteau (sic), réalisé en 1709 par Claude Masse Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle, 3 PL 352L.

Ill. 1. Coupe de la fontaine royalle sur le place du Chasteau (sic), réalisé en 1709 par Claude Masse Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle, 3 PL 352L.
  • 19 Ibid.

23L’application de l’article huit de la déclaration de novembre 1628 participe aux politiques anti-protestantes nationales et locales de plus ne plus virulentes depuis le milieu du xviie siècle. Les Rochelais semblent d’ailleurs conserver le souvenir de cette disposition comme une humiliation. À ce propos, les Éphémérides historiques de la Rochelle de 1861 reportent que cette disposition est prise « bien moins dans le but de célébrer le triomphe de Louis XIII que dans celui d’ajouter encore l’insulte à toutes les vexations qu’il avait fait subir aux protestans Rochelais19 ».

Une procession générale et solennelle

24L’article sept de la délibération instaure la célébration festive de la mémoire :

Tous les ans, au premier jour de novembre il sera fait en ladite ville, une procession générale et solemnelle en mémoire de la réduction d’icelle en nostre obeyssance & pour en rendre grâces à Dieu par l’ordre dudit sieur évesque.

  • 20 Liliane Crété, « 1572-1787 : La mémoire des vaincus, la mémoire protestante française », dans Berna (...)

25La date choisie pour être commémorée n’est pas celle de la capitulation rochelaise – le 28 octobre –, ni celle de l’arrivée des troupes royales dans la ville – le 29 octobre – mais celle du retour du roi dans la ville. L’entrée de Louis XIII dans La Rochelle définit sa réduction. La correspondance entre cette date et celle de la très catholique fête de la Toussaint n’est pas hasardeuse et impose le retour de la religion romaine dans la cité huguenote. Fixer la commémoration au 1er novembre est une humiliation pour les protestants rochelais. Cette attaque est d’autant plus forte qu’elle s’inscrit dans une conception de la mémoire opposée à celle de Calvin pour qui le seul événement historique digne d’être rappelé est le sacrifice du Christ, commémoré grâce au sacrement de la Cène20.

  • 21 Paul-François-Etienne Cholet, Notice historique sur la Cathédrale de La Rochelle, La Rochelle, J. D (...)

26Peu de sources renseignent sur la procession commémorative, quelques mentions dans les registres municipaux et une description datant du xixe siècle faite par l’abbé Paul-François-Etienne Cholet permettent néanmoins d’en retracer le déroulement général21. Les officiers de la mairie rochelaise transcrivent annuellement leur participation aux célébrations, voici un exemple daté de 1768 :

  • 22 Archives municipales de La Rochelle (désormais AMLR), BB 18, f° 25v.

Le corps de ville de La Rochelle assemblé dans son hôtel, sur les huit heures du matin, s’est transporté en robe de cérémonie, précédé de tous les archers de la ville en casaques armés de leurs pertuisannes à l’église cathédrale où étant après avoir assisté à la grand’messe dite par M Le Doyen il a aussi assisté à la procession générale qui est fait à la manière accoutumée, conformément à la déclaration du Roy Louis XIII du mois de novembre mil six cent vingt huit.22

  • 23 Paul-François-Etienne Cholet, Notice historique sur la Cathédrale de La Rochelle, op. cit., p. 41.
  • 24 Nous n’avons à l’heure actuelle pas encore réussi à retracer le trajet de la procession.

27Le cortège processionnel se rend, à vêpres, au pied de la fontaine royale pour entonner le Sub tuum prœsidium, chant catholique en l’honneur de la vierge23. Le rituel stigmatise les protestants qui voient leur défaite célébrée dans des rites catholiques et sont exclus, de fait, du cortège processionnel. La commémoration crée un événement fondateur pour l’autre groupe, la communauté catholique, gardienne de l’orthodoxie et l’inscrit durablement dans l’imaginaire urbain. Ce phénomène est renforcé par le langage tridentin dans lequel s’inscrit la célébration en associant le culte des saints et le faste des cérémonies romaines. Symboliquement, la marche du cortège matérialise la réappropriation de la ville par les catholiques. Le trajet semble cependant relativement court puisque seuls quelques mètres séparent l’entrée principale de la cathédrale de la fontaine royale24. Si l’association de la commémoration monumentale et de la célébration festive et religieuse de la mémoire justifie que la procession se rende au pied du monument, l’insignifiance du chemin emprunté questionne. Soit la procession traverse la ville sans que nous en ayons connaissance, soit elle est limitée à la place d’Armes en raison de réticences de la population ou de ses dirigeants. De plus, la municipalité rochelaise – rétablie à partir de 1667 – ne participe pas systématiquement aux rituels commémoratifs jusqu’au milieu du xviiie siècle en raison de conflits de préséance avec le Présidial.

Des accommodements municipaux ?

  • 25 AMLR, BB 5.
  • 26 AMLR, BB 6, f° 29.

28Les archives de la municipalité rochelaise révèlent de nombreuses références à la reddition de novembre 1628 à partir du rétablissement de la mairie (1667). Après trente-neuf ans de silence, le premier registre municipal débute avec la Déclaration du roi sur la réduction de la ville de La Rochelle en son obéissance25. Les officiers municipaux sont contraints de se référer à ce texte lorsqu’ils abordent différents domaines, notamment la fiscalité. Des missives et pétitions envoyées aux souverains pour implorer le rétablissement des privilèges de la ville sont transcrites dans les registres du xviiie siècle. Les délibérations conservent aussi une lettre, datée du 10 mai 1691, demandant le rétablissement de noblesse pour Pierre Gallon, dont le père a aidé le roi durant le siège de la cité26. De plus, elles mentionnent annuellement la déclaration royale en notifiant l’assistance du corps de ville à la procession de la Toussaint – ou en informant de son refus de se rendre à toutes les processions générales. Ces archives permettent ainsi d’apercevoir la politique municipale face aux dispositions commémoratives imposées par le roi.

29Le 28 décembre 1715, le conseil de ville de La Rochelle est convoqué en assemblée extraordinaire à la demande du maire :

  • 27 AMLR, BB 10, f°35 v

On avoit enlevé nuittement quatre plaques d’airain gravées qui estoient attachées au pied destal de la fontaine située place du Chasteau a présent la place d’Armes de cette ville [et] que même led[it] Biron en avoit observé une cinquième qui estoit détachée et pendante27.

  • 28 Fabrice Vigier, « Le recours aux monitoires ecclésiastiques dans le Centre-Ouest français au siècle (...)

30Cette dernière est enlevée et amenée aux officiers municipaux pour ne pas être volée à son tour. Leur inquiétude transparaît à travers la délibération municipale, prise en urgence. Premièrement, ils arrêtent unanimement de se rendre sur place pour dresser un procès-verbal dans les plus brefs délais. Celui-ci devra ensuite être envoyé par le procureur du roi au lieutenant criminel de la ville sous forme de remontrance. Ensuite, ils demandent qu’un monitoire soit publié pour traquer les coupables et les arrêter au plus vite. Selon l’ordonnance criminelle de 1670, la production d’un monitoire est réservée à des délits graves qu’aucun élément ne permet de résoudre28. Il s’agit d’un appel à témoin prononcé trois dimanches consécutifs après la messe par les desservants de la paroisse. Les autorités municipales décident ainsi de recourir à l’église catholique. Enfin, elles exigent que la plaque amenée au conseil soit immédiatement replacée sur la fontaine afin d’effacer au maximum les dégradations.

  • 29 AMLR, EE 16, non folioté, non paginé, un dossier est consacré à ce vol.

31Le procès-verbal dressé à la hâte ainsi que toutes les pièces du procès n’apprennent rien, ou presque, à propos du vol29. Les différentes perquisitions et les interrogatoires demandés par les officiers municipaux et du commandant de La Rochelle, le maréchal de Chamilly, s’avèrent inutiles. L’enquête tend à prouver que le délit aurait été commis par un jeune homme, étranger à la ville et dont l’illettrisme n’a pas permis de prendre conscience de la portée de ses actes. Rien ne permet d’infirmer ce récit officiel, mais il est nécessaire de se poser la question de sa sincérité. Ne s’agit-il pas d’une stratégie du maire et des échevins pour nier la possibilité d’une nouvelle rébellion ? Le 30 décembre, face à leur incapacité à trouver les coupables, ils décident d’envoyer une missive pour avertir le Régent de la situation. La lettre, écrite le 4 janvier 1716, indique l’inquiétude de ses rédacteurs :

  • 30 Ibid.

[…] les habitant de [La Rochelle] sont trop zellés et affectionnés au bien de l’estat et a sa conservation pour avoir pensé et osé entreprendre de detruire les marques de la réduction de cette ville à l’obéissance du roy qui bien loin d’estre infamentes aux habitants en relevent aujourd’hui le mérite par l’uniformité de la religion catholique qui y est seule pratiquée. Et nous croyons Monseigneur tirer une conséquence juste que si en 1628 les Rochellois avoient paru rebelles et opiniatres leur soumission aux ordres du roi depuis le temps, leur courage et leur fermeté dans touttes les occasions doivent détruire touttes sortes de soubçons contre eux ; il est certain et vous le scavez Monseigneur que depuis le temps que nous avons le bonheur d’estre sous les ordres de M[onseigneur] le mareschal de Chamilly et la vôstre nous avons remply nos devoirs avec une soumission parfaitte et nous ne nous deporterons jamais de ce devoir.30

  • 31 Philippe Joutard, La légende des Camisards : une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

32Les officiers municipaux insistent sur l’inexistence d’un groupe réformé dans la ville parce que l’imaginaire collectif français associe les protestants à la rébellion, particulièrement depuis la très récente révolte des Camisards (1702-1704)31. Une lettre écrite dix jours plus tard au duc d’Orléans explicite davantage cet argument et liste les preuves d’allégeance données par la ville depuis le Grand Siège :

  • 32 AMLR, BB 10, f° 41v-42.

[…] Les uns et les autres ont donné, dans les occasions, des marques de leur fidélité, ils ont été chargés seuls de la garde de la ville dans l’intervalle de sa reddition jusqu’au rétablissement de ses fortifications, ils s’y sont comportés avec une conduite et une discipline aussi exacte que celle des troupes réglées. MM. le maréchal de Navailles, le duc de Gadaignes, les mareschaux d’Estrées, de Tourville et de Chamilly qui leur ont succédé au commandement de cette province les ont honorés de leur confiance et ont autant compté sur les milices bourgeoises de la Rochelle que sur des troupes réglées.
Pendant les guerres de 1672, que la nombreuse armée navale des Hollandais parut sur ces côtes, ces milices furent employées à garder les endroits voisins de la ville, où les ennemis eussent pu tenter une descente, mais ayant été informés de leur contenance et de leurs dispositions par sept frégates qu’ils avaient détachées pour venir reconnaître, ils se contentèrent de faire une descente à la cote du Poitou.32

  • 33 AMLR, BB 10, f° 43.
  • 34 Les témoignages du xixe siècle ne mentionnent que deux plaques.

33Fidèles depuis leur défaite de 1628, les officiers estiment avoir prouvé ne plus être rebelles, ils assurent d’ailleurs dans chacune de leurs missives que les plaques commémorant la réduction ne sont pas déshonorantes. Au contraire, ils affirment qu’elles rappellent un événement glorieux de leur histoire, marquant le retour de la fidélité au roi et à sa confession. L’énonciation de l’attachement positif des Rochelais envers cette mémoire imposée, tout comme la description erronée d’une ville intégralement catholique, est motivée par la peur d’être assimilés à la rébellion protestante. Les officiers municipaux craignent sûrement de perdre les quelques prérogatives qu’ils ont reconquis depuis 1628, parmi lesquelles la restauration de la municipalité. La réponse du Régent, transcrite dans les registres municipaux, les assure que le vol n’aura pas de conséquences pour la ville33. Après plusieurs mois d’une enquête vaine, les craintes disparaissent et les quatre inscriptions manquantes ne semblent jamais être remplacées34.

34Durant la guerre de Sept Ans, en 1757, Louis XV décide de retirer les plaques des Minimes pour remercier les Rochelais d’avoir affronté les flottes anglaises. Cette mesure tend à démontrer que le monument commémoratif est considéré par le monarque comme une œuvre infamante pour les Rochelais :

  • 35 AMLR, BB 15, f° 2G-5Gv transcription de l’Ordonnance royale du 1er novembre 1757 et description de (...)

De par le Roi, sa Majesté ayant été informée des efforts que les habitans de la Ville de la Rochelle ont faits en dernier lieu, en n’épargnant ni leurs personnes ni leurs biens, pour faire échouer les entreprises des ennemis de l’État, & désirant reconnoitre d’une maniere qui leur soit à jamais sensible, le zèle & la fidélité qu’ils ont fait paroître à cette occasion ; sa Majesté a ordonné & ordonne que deux inscriptions, l’une françoise & l’autre latine, qui ont été posées aux deux côtés de la Porte de l’Église des Minimes de ladite Ville, en 1675, en seront ôtées & enlevées ;
Veut & entend Sa Majesté que la mémoire en demeure effacée, pour ne plus se ressouvenir que des Preuves suivies que lesdits habitans ont données, même avant cette époque, de leur attachement inviolable aux intérêts de l’État : mande Sa Majesté au Sieur Maréchal de Senectere, Chevalier de ses Ordres, Commandant en Chef dans les Provinces de Poitou, Aunix, & Saintonge, & au sieur Baillon, Intendant & Commissaire départi en la Généralité de la Rochelle, de tenir la main, chacun en droit foi, à l’exécution de la présente Ordonnance.35

35Cette ordonnance succède à une longue description des affrontements entre Rochelais et Anglais dans les registres municipaux de 1757. Le corps de ville décide d’accompagner l’enlèvement des plaques d’une grande cérémonie publique et catholique. Le dimanche 27 novembre 1757 vers dix heures du matin, le maître des régents et intendant syndic, suivi du maire, des échevins et de tous les chefs des compagnies de corps des différentes juridictions de la ville se rend à l’église des Minimes pour qu’y soit ôtées les inscriptions commémoratives. La messe ayant été chantée par le Doyen du Chapitre, les plaques sont enlevées, biffées et rompues. La damnatio memoriae suscitée par l’acte d’effacer et de rompre des inscriptions sur un monument apparaît, ici, comme la réparation de l’imposition de mémoire.

  • 36 Recueil de pièces en prose et en vers, lues dans les Assemblées Publiques de l’Académie royale des (...)
  • 37 Le nom du poète n’est pas précisé dans le recueil.

36Une « multitude de peuple assemblé » assiste à la cérémonie, témoignant de l’intérêt de nombreux Rochelais pour l’événement. L’académie royale des belles-lettres de La Rochelle acclame d’ailleurs, elle-aussi, la décision royale en proposant la lecture de vers « sur l’arrivée des Anglois dans la Rade de l’Isle d’Aix, le 20 septembre 1757, & sur l’enlèvement des plaques attachées à la porte des P. Minimes de La Rochelle, & ôtées de l’ordre du roi, au mois de novembre de la même année36 ». Le poème retrace la victoire des Rochelais sur la fière Albion puis souligne l’incapacité de la ville à se réjouir de sa victoire à cause de la douloureuse commémoration de la reddition de 1628 : « Et pourquoi la douleur / Vient déchirer son cœur ? / De ses malheurs passés l’affligeante mémoire / retrace encore à ses yeux / dans ce monument odieux / Dont l’airain trop durable instruira notre histoire ». Après quelques autres vers, l’auteur loue la bienveillance du souverain qui a exaucé les vœux de tous les Rochelais en faisant détruire les plaques commémoratives et effacer le souvenir de l’humiliation37.

  • 38 AMLR, BB 33, f° 75v.

37Enfin, le 25 octobre 1789, le comte Saint-Priest, ministre d’État, envoie une lettre aux officiers municipaux pour demander l’annulation de la procession commémorative du 1er novembre parce qu’elle « pouvoit donner lieu à des difficultés et que même il étoit à craindre qu’il n’en résultat quelques désordres38 ». L’année d’après, la fête n’est pas reconduite. Au commencement de la Révolution Française, il ne reste plus de la politique commémorative imposée par la déclaration de novembre 1628 que deux plaques commémoratives du siège sur la fontaine royale.

38Les commémorations punitives imposées par la monarchie à La Rochelle, à l’instar des différents articles de paix concédés aux Rochelais suite à leur reddition, cherchent à détruire le corpus identitaire de la ville. Louis XIII associe grâce et punition pour faire naître respect et peur dans l’ancienne capitale de la rébellion huguenote. Si le pardon royal et l’amnistie effacent juridiquement l’existence des crimes des Rochelais, les politiques commémoratives cherchent à éterniser ces sentiments. La mise en perspective sur un temps relativement long de ces dispositions, notamment grâce à l’étude des registres municipaux, montre une ambivalence dans la réponse rochelaise. Le discours mémoriel officiel des édiles, érigeant la Réduction de la ville en une renaissance et exaltant son souvenir, est l’expression de la peur d’être de nouveau assimilés à la rébellion. Arme dans la construction de l’absolutisme français, la politique mémorielle imposée par Louis XIII s’efforce d’imposer une nouvelle identité à la ville : celle d’une cité fidèle à l’autorité royale. Tout acte de fidélité sert aux édiles à prouver l’évolution politique, religieuse et identitaire de la ville au roi et à ses représentants. Histoire officielle et commémorations imposées se substituent aux mémoires rochelaises du siège. Pourtant, les Rochelais ne semblent pas se fédérer autour de ce souvenir officiel mais plutôt le rejeter : en 1757, un peuple en grand nombre assiste à la cérémonie d’enlèvement des plaques des Minimes et un poème est écrit pour célébrer cet effacement de la mémoire. Les révolutionnaires craignent que des désordres ne troublent la procession de 1789. Dès lors et durant les siècles qui suivent d’autres voix s’élèvent dans la ville et expriment de nouveaux récits mémoriels.

Notes

1 Paul-Alexis Mellet et Jérémie Foa, « Une « politique de l’oubliance » ? Mémoire et oubli pendant les guerres de Religion (1550-1600) », Astérion [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 08 novembre 2016, consulté le 27 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/2829 ; DOI : 10.4000/ asterion.2829.

2 À propos de la récente historiographie de la mémoire des Guerres de Religion, nous proposons quelques ouvrages de références : Philip Benedict, Hugues Daussy et Pierre-Olivier Léchot (dir.), L’identité huguenote : faire mémoire et écrire l’histoire, xvie-xxie siècle, Genève, Droz, 2014 ; Jacques Berchtold et Marie-Madeleine Fragonard (dir.), La mémoire des guerres de Religion : la concurrence des genres historiques, xvie-xviiie siècles, actes du colloque international de Paris, 15-16 novembre 2002, Genève, Droz, 2007, et La mémoire des guerres de Religion (II) : enjeux religieux, enjeux politiques (1760-1830), Genève, Droz, 2009 ; Antoinette Gimaret, « De l’usage de la mémoire en temps de troubles : les Guerres de Religion vues par les xviie et xviiie siècles, entre tensions politiques, clivages dogmatiques et Histoire nationale », Acta Fabula, vol. 11, n° 4, Essais critiques, Avril 2010. URL : http://www.fabula.org/revue/document5624.php ; Philippe Joutard, La légende des Camisards : une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; Valérie Sottocasa, Mémoires affrontées : protestants et catholiques face à la Révolution dans les montagnes du Languedoc, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

3 Olivier Christin, « Mémoire inscrite, oubli prescrit : la fin des guerres de religion en France », dans Rainer Marcowitz et Werner Paravicini (dir.), Vergeben und Vergessen/ Pardonner et oublier, Munich, Oldenburg, Pariser Historische Studien, 2009.

4 Au sujet des édits de pacification nous renvoyons à la thèse de Jérémie Foa, Le tombeau de la paix. Une histoire des édits de pacification (1560-1572), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2015.

5 Mona Ozouf, « Peut-on commémorer la Révolution française ? », 1789. La Commémoration, Paris, Gallimard, 1999, p. 9-33.

6 Pour approfondir le sujet, nous proposons : Jean-Luc Bonniol et Maryline Crivello (dir.), Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire (xvie-xxie siècle), Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2004, p. 263-284 ; Bernard Cottret et Lauric Henneton, Du bon usage des commémorations : histoire, mémoire et identité, xvie-xxie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Philippe Raynaud, « La commémoration : illusion ou artifice ? », Le Débat, janvier 1994, vol. n° 78, p. 99-110.

7 Pascal Rambeaud, La Rochelle fidèle et rebelle, Paris, Le Croît vif, 1999, p 30.

8 Déclaration du Roy, sur la réduction de la ville de la Rochelle en son obéissance (La Rochelle, nov. 1628), Paris, C. Prevost, 1629.

9 Archives municipales de Toulouse, BB 270, chronique 300, p. 265-283.

10 Pierre Mervault, Journal des choses plus mémorables qui ce sont passées au dernier siège de La Rochelle, [s.l.n.d.], avec permission, p. 322.

11 Michel De Waele, « Pour mettre un terme à la crise du xviie siècle » dans Vivre ensemble, vivre avec les autres : conflits et résolution de conflits à travers les âges, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, p. 79-93.

12 Paul-Alexis Mellet et Jérémie Foa, « Une “politique de l’oubliance” ? », op. cit.

13 Édition en ligne de l’École des chartes, Édit de Nantes (1598), http://elec.enc.sorbonne.fr/editsdepacification/edit̲12 [consulté le 5 mars 2018].

14 Dictionnaire universel françois et latin, Paris, 1572, t. 1, p. 549, cité par Michel De Waele, « Pour mettre un terme à la crise du xviie siècle », op. cit, p. 85.

15 Le texte de Masse est retranscrit dans Bernard Coutant, La Rochelle : les grands hôtels particuliers, le port, le secteur piétonnier, Les cahiers du Pere B. Coutant, Ed. Navarre, La Rochelle, 1979, p. 228-230, l’ingénieur y fait référence aux dégradations commises en décembre 1715 sur l’édifice.

16 Les plaques sont exactement en « airain », alliage de cuivre.

17 Des reproductions de trois plaques sont conservées à la Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle, Ms 2203, p. 137-139.

18 Jean-Baptiste-Ernest Jourdan, Éphémérides historiques de La Rochelle, avec un plan de cette ville en 1685 et une gravure sur bois représentant le sceau primitif de son ancienne commune, La Rochelle, 1861, p. 412-413.

19 Ibid.

20 Liliane Crété, « 1572-1787 : La mémoire des vaincus, la mémoire protestante française », dans Bernard Cottret et Lauric Henneton, Du bon usage des commémorations : histoire, mémoire et identité, xvie-xxie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 27.

21 Paul-François-Etienne Cholet, Notice historique sur la Cathédrale de La Rochelle, La Rochelle, J. Deslandes, 1862, p. 41.

22 Archives municipales de La Rochelle (désormais AMLR), BB 18, f° 25v.

23 Paul-François-Etienne Cholet, Notice historique sur la Cathédrale de La Rochelle, op. cit., p. 41.

24 Nous n’avons à l’heure actuelle pas encore réussi à retracer le trajet de la procession.

25 AMLR, BB 5.

26 AMLR, BB 6, f° 29.

27 AMLR, BB 10, f°35 v

28 Fabrice Vigier, « Le recours aux monitoires ecclésiastiques dans le Centre-Ouest français au siècle des Lumières », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], Hors-série 2001, mis en ligne le 31 mai 2007, consulté le 28 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/rhei/459 ; DOI : 10.4000/rhei.459.

29 AMLR, EE 16, non folioté, non paginé, un dossier est consacré à ce vol.

30 Ibid.

31 Philippe Joutard, La légende des Camisards : une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

32 AMLR, BB 10, f° 41v-42.

33 AMLR, BB 10, f° 43.

34 Les témoignages du xixe siècle ne mentionnent que deux plaques.

35 AMLR, BB 15, f° 2G-5Gv transcription de l’Ordonnance royale du 1er novembre 1757 et description de la cérémonie d’enlèvement des plaques.

36 Recueil de pièces en prose et en vers, lues dans les Assemblées Publiques de l’Académie royale des Belles-Lettres de La Rochelle ; dédié à son altesse sérénissime le prince de Conti, protecteur de Ladite Académie, La Rochelle, Chez Jérosme Legier, 1763, p. 207-210.

37 Le nom du poète n’est pas précisé dans le recueil.

38 AMLR, BB 33, f° 75v.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5524/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Ill. 1. Coupe de la fontaine royalle sur le place du Chasteau (sic), réalisé en 1709 par Claude Masse Médiathèque Michel-Crépeau, La Rochelle, 3 PL 352L.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5524/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Université Toulouse Jean Jaurès,
FRAMESPA UMR 5136
LabEx Structuration
Des Mondes Sociaux

© LARHRA, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search