Version classiqueVersion mobile

Les sources du Sacré

 | 
Caroline Muller
, 
Nicolas Guyard

Le religieux, nouveaux objets

Mesurer la diversité interne au groupe des catholiques

Une étude à partir des enquêtes quantitatives sur la sexualité en France

Marion Maudet

Texte intégral

Introduction

  • 1 Philippe Portier, « Pluralité et unité dans le catholicisme français », dans Céline Béraud, Frédéri (...)
  • 2 Michel Bozon, « Pratiques et rencontres sexuelles : un répertoire qui s’élargit », dans Nathalie Ba (...)
  • 3 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Cerf, 200 (...)

1Catholiques de gauche ou catholiques de droite, traditionnels ou progressistes, pratiquants ou non pratiquants, « d’identité » ou « d’ouverture »1, « affirmés » ou « indifférents »2, la variété des manières de décrire le groupe des « catholiques » atteste de sa pluralité interne, tout autant que des difficultés rencontrées pour le délimiter, ce d’autant plus que le catholicisme a très fortement évolué au cours des dernières décennies3.

  • 4 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999
  • 5 Béatrice de Gasquet, Genre, rituel et politiques de l’identité juive : dispositifs de socialisation (...)
  • 6 Guy Michelat, « L’identité catholique des Français. I. Les dimensions de la religiosité », Revue fr (...)
  • 7 Anne Gotman, Ce que la religion fait aux gens. Sociologie des croyances intimes, Paris, Maison des (...)
  • 8 Romain Carnac, « L’Église catholique contre “la théorie du genre” : construction d’un objet polémiq (...)

2Le contexte contemporain de « sécularisation », caractérisé par des formes de « recompositions » du croire4, plus que par la disparition pure et simple du religieux, rend particulièrement délicate la délimitation de ce qui est de l’ordre du religieux et de ce qui lui est étranger, et ce au sein même des religions instituées. Décompte d’une activité religieuse officielle et enregistrée (registres des baptêmes, nombre de mariages religieux célébrés, etc.) ou autodésignation ; pratique religieuse, croyance ou sentiment d’appartenance ; analyse des textes, dogmes et discours du Magistère : les manières de décrire et d’appréhender la religion catholique sont nombreuses. Les méthodes d’enquête en sociologie varient, elles-aussi, allant de la monographie religieuse, visant à saisir au plus près la manière dont s’exprime le religieux dans un groupe ou une communauté5, à l’étude quantitative du religieux à partir de grandes enquêtes de statistiques publiques6 en passant par les enquêtes par entretiens7 et les analyses de discours8.

  • 9 David Paternotte, « Habemus Gender ! Autopsie d’une obsession vaticane » dans David Paternotte, Sop (...)
  • 10 Céline Béraud, « Les catholiques contre le genre. L’épisode des manuels de SVT » dans Florence Roch (...)
  • 11 Romain Carnac, « L’Église catholique contre “la théorie du genre”… », art cit ; Céline Béraud et Ph (...)
  • 12 Clarisse Fabre et Éric Fassin, Liberté - Égalité - Sexualités : Actualité politique des questions s (...)

3Le présent travail a pour objectif de réfléchir à la manière dont on peut décrire statistiquement une religion instituée – ici les catholiques – à partir des enquêtes sur la sexualité et sur la conjugalité en France depuis 1970. S’appuyer sur ces enquêtes n’est pas anodin. Les questions sexuelles sont, en effet, un axe structurant de l’analyse du fait religieux contemporain, et de compréhension de la pluralité interne du catholicisme français, mais aussi en Europe9. Les mobilisations religieuses en opposition au Pacs en 1999, à l’introduction de la notion de genre dans les manuels de SVT10, au mariage entre personnes de même sexe en 2012-201311 et actuellement à la GPA, témoignent du caractère central de l’articulation entre questions religieuses, questions de genre et questions sexuelles12.

  • 13 Depuis 1872, aucune question sur la religion n’est posée dans le recensement, Claude Dargent, « L’É (...)
  • 14 Les fidèles bricolent avec leur propre système de croyances et ils les expriment souvent sur un mod (...)
  • 15 Alain Desrosières, Gouverner par les nombres, Paris, Presses de l’École des mines, 2008.

4Malgré les limites légales à la mesure du religieux dans les enquêtes statistiques13, les approches quantitatives du religieux ont pu mettre en évidence l’évolution des croyances, pratiques et appartenances, tout autant que des formes de « bricolages » au sein des religions institués14. Elles obligent à poser frontalement le problème des frontières et de la pluralité interne des religions, abordées par un nombre restreint (et très variable) de questions. Le raisonnement statistique appelle donc une réflexion particulière sur les processus de catégorisation des formes de religiosité dans les enquêtes et l’homogénéisation artificielle des catégories constituées15.

  • 16 Pour une présentation détaillée des trois enquêtes sur la sexualité en France, voir Marion Maudet, (...)
  • 17 Les deux enquêtes antérieures sur la formation des couples (l’enquête sur le Choix du conjoint de 1 (...)
  • 18 Yann Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, Paris, Des (...)
  • 19 Ce questionnement n’est pas sans lien avec le rapport à l’homosexualité et plus largement l’attache (...)

5Dans ce contexte, on propose de questionner ce que peuvent dire du catholicisme contemporain les grandes enquêtes sur la sexualité et la conjugalité réalisées en France depuis les années 1970. On a sélectionné quatre de ces enquêtes (Simon 1970, ACSF 1992, CSF 200616, EPIC 2013)17, qui sont ici analysées en tant qu’objet (car l’évolution des questions posées au fil des ans est significative) et comme source de compréhension des formes actuelles du catholicisme18. Le propos porte ainsi sur les processus de catégorisation des formes de religiosité dans les enquêtes, sur leur signification sociale et sur leur articulation avec des questions de sexualité, tout particulièrement autour de l’homosexualité19.

Le paysage religieux et ses mesures statistiques : de Girard (1959) à Epic (2013)

Les mesures de la religion : des indicateurs qui évoluent ?

  • 20 Émile Poulat, « Les cultes dans les statistiques officielles en France au xixe siècle », Archives d (...)
  • 21 Yves Lambert, « Enquêtes françaises » dans Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Dictionnai (...)
  • 22 Fernand Boulard, Premiers itinéraires de sociologie religieuse, Paris, Éditions Ouvrières, 1954.

6De 1851 à 1872, dans le recensement, la question introduite à propos de la religion concerne l’appartenance à un culte particulier. Comme le remarque Émile Poulat, c’est l’unique appartenance religieuse qui compte alors, et « le recensement fait apparaître avec une évidence combien, pendant longtemps, il sembla malséant de se déclarer sans culte »20. C’est avec le nouveau régime républicain de la Troisième République que les déclarations de « non culte », correspondant à l’absence d’appartenance religieuse, augmentent. Avec l’augmentation des déclarations de non-appartenance religieuse au cours du xxe siècle, et les bouleversements des formes de religiosité, la religion d’affiliation devient une information souvent insuffisante. À partir des années 1930 se développent les recensements des pratiques religieuses, retenant différents critères comme le fait d’assister à la messe et d’observer les rituels. La « vitalité religieuse »21 des paroisses et diocèses est notamment décrite dans la « carte religieuse de la France rurale » de l’abbé Boulard (1947) et dans son ouvrage Premiers itinéraires de sociologie religieuse22.

  • 23 Gabriel Le Bras, Études de sociologie religieuse. Tome I, Sociologie de la pratique religieuse dans (...)
  • 24 Arnaud Régnier-Loilier et France Prioux, « La pratique religieuse influence-t-elle les comportement (...)

7La mesure de la pratique varie selon les enquêtes et leurs objectifs, allant d’une catégorisation simple (pratiquant vs. non pratiquant) à une approche plus fine et précise des formes de pratiques. Dans les années 1950, souhaitant recenser les actes de la pratique religieuse, Gabriel Le Bras23 distingue par exemple trois catégories de pratiquants devenues classiques : les « dévots », les « conformistes saisonniers » et les « observants réguliers ». Plus récemment, l’enquête European Value Survey (2008) définit la pratique religieuse sous différents angles : une pratique « publique » (assister à un service religieux) et une pratique « privée » (prier, méditer). Dans une période plus récente, Arnaud Régnier-Loilier et France Prioux distingue les « pratiquants les plus assidus » (moitié la plus pratiquante) et les « pratiquants les moins assidus » (moitié la moins pratiquante)24.

  • 25 Grace Davie, « Believing without belonging… », art. cit.
  • 26 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme », art. cit.
  • 27 Pierre Bréchon, « La religiosité des européens… », art. cit. ; Richard O. De Visser et al., « Assoc (...)

8D’autres indicateurs sont utilisés pour analyser la religion : la connaissance des dogmes, les croyances religieuses, le sentiment d’appartenance ou encore l’importance accordée à la religion. Ces différents indicateurs ne se recoupent pas forcément les uns des autres : on peut « croire sans appartenir »25, appartenir sans croire, ou sans accorder d’importance à la religion dans sa vie. Les croyances religieuses peuvent de plus ne pas être cohérentes entre elles : Yves Lambert a notamment souligné l’existence d’une croyance en la réincarnation chez certains catholiques26. Les analyses récentes cherchent alors soit à prendre en compte la diversité des formes de religiosité en conservant la variété des indicateurs, soit à construire un indicateur unique – une échelle d’identité religieuse27 – afin de donner une information condensée sur la question.

  • 28 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne…, op. cit.
  • 29 Danièle Hervieu-Léger, La religion en miettes, Paris, Calmann-Lévy, 2001.
  • 30 Voir à ce titre l’appel à communications de la revue ¿ Interrogations ? qui a pris fin en mars 2017 (...)

9De la disparition de la « civilisation paroissiale »28, à la « religion en miettes »29, de la recherche de spiritualités alternatives aux interrogations quant à un « retour du religieux »30, selon les indicateurs choisis, les tendances mises en évidence varient en conséquence.

  • 31 À l’instar d’Hugues Lagrange dans son travail sur les musulmans issus de l’immigration en France. H (...)
  • 32 Michel Bozon, « Pratiques et rencontres sexuelles… », art. cit. ; Marion Maudet, art cit.

10Le choix des indicateurs dépend évidemment, en premier lieu, de la disponibilité de ceux-ci dans les enquêtes utilisées. Dans les enquêtes étudiées ici sur la sexualité et la conjugalité en France, les questions posées à l’égard de la religion sont en très faible nombre, puisque ce n’est pas le thème central de l’étude (annexe 1). Jusqu’en 1992, la pratique religieuse est interrogée, associée à une question sur l’appartenance confessionnelle (sauf pour l’enquête sur la formation des couples en 1983). À partir de 1992 et jusqu’en 2013, la question sur la pratique religieuse va être remplacée par une question sur l’importance accordée à la religion dans la vie, définie ici comme « religiosité »31. Les catholiques déclarant la religion comme importante ou très importante dans leur vie – ayant une religiosité forte – sont décrits comme « affirmés » tandis que les catholiques « indifférents » – à la religiosité faible – considèrent la religion comme peu importante ou pas du tout importante dans leur vie32.

11Ce sont donc, au cours de ces enquêtes, trois formes de religiosité qui sont étudiées : l’affiliation religieuse, la pratique religieuse et la religiosité. Il est alors possible de montrer ce qu’apportent les enquêtes sur la sexualité et sur la conjugalité à la connaissance des évolutions du catholicisme en France dans la deuxième partie du xxe siècle.

Évolutions du catholicisme ; diminution des appartenances, religiosité stable au cours de la vie

  • 33 Jean Stoetzel, Les valeurs du temps présent. Une enquête européenne, s. l., Presses Universitaires (...)

12Mise en évidence dans de nombreux travaux33, la baisse de la pratique religieuse catholique et des déclarations d’appartenance à la religion catholique s’observe dans les enquêtes sur la sexualité en France. La religion catholique diminue au fil des enquêtes entre 1959 et 2013, même si les catholiques restent le groupe d’affiliation majoritaire en 2013 (figure 1), une diminution qui concerne tout aussi bien les catholiques pratiquants/affirmés que les catholiques non pratiquants/indifférents.

  • 34 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans le cathol (...)

13Cette baisse, qui a lieu pour les femmes comme pour les hommes, ne conduit pas à la disparition des écarts de genre. Pour chaque enquête, les femmes sont en proportion plus nombreuses que les hommes à se déclarer catholiques, un « dimorphisme sexuel »34 qui s’étend tant à la pratique religieuse qu’à la religiosité (importance accordée à la religion) catholique. En parallèle, la non-appartenance religieuse augmente : alors que moins de 10 % des femmes et des hommes se disent « sans religion » à l’aune des années 1960, 30 % des hommes et 23 % des femmes ne déclarent pas de religion d’appartenance en 2013.

  • 35 Pour une approche quantitative de l’islam en France, qui n’est pas abordée plus en détail dans ce t (...)

14Diminution du catholicisme, augmentation de la non-religion : ces deux grandes tendances doivent cependant être nuancées. Entre 2006 et 2013, après une forte diminution des déclarations d’appartenance à la religion catholique depuis les années 1960, celles-ci se stabilisent pour les hommes autour de 55 % (elle diminue légèrement pour les femmes) tandis que les déclarations de non-appartenance sont en légère baisse. Alors qu’en 2006, 35,2 % des hommes et 25,7 % des femmes ne déclarent pas de religion d’appartenance, ils sont respectivement 30,1 % et 23,1 % à faire une telle déclaration sept ans plus tard35.

Figure 1 : Appartenance religieuse selon le sexe en France (1959-2013)

Figure 1 : Appartenance religieuse selon le sexe en France (1959-2013)

Source : Enquête sur le choix du conjoint, Ined, 1959 ; Enquête sur le comportement sexuel des Français, Ifop, 1970 ; Enquête sur la formation des couples, Ined, 1983 ; Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.

  • 36 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme », art. cit. ; Yves Lambert et Guy Michelat (dir (...)

15Les données attestent aussi de la stabilité de la religiosité au cours de la vie. Autrement dit, les évolutions de l’importance accordée à la religion pour les catholiques sont plus dues à un effet de génération qu’à un effet d’âge, ce qui concorde avec les résultats d’enquêtes précédentes sur le sujet36.

Tableau 1 : Présentation des cohortes fictives

1992 (ACSF)

2006 (CSF)

2013 (EPIC)

1963-1974

18-29 ans

32-43 ans

39-50 ans

1953-1962

30-39 ans

44-53 ans

51-60 ans

1944-1952

40-48 ans

55-62 ans

62-69 ans

Lecture : les individus de la cohorte 1963-1974 avaient entre 18 et 29 ans en 1992, entre 32 et 43 ans en 2006 et entre 39 et 50 ans en 2013.

16Il est possible de dissocier les effets d’âge, de génération et de période pouvant affecter l’appartenance religieuse et la religiosité des individus en construisant des cohortes fictives à partir des enquêtes ACSF 1992, CSF 2006 et EPIC 2013. Dans ces trois enquêtes, la question relative à la religion d’affiliation et la question mesurant la religiosité sont posées dans les mêmes termes, ce qui facilite la comparaison. Les trois générations comparées sont celles de 1944-1952, 1953-1962 et 1963-1974 (tableau 1).

Tableau 2 : Déclaration d’appartenance à la religion catholique et de non appartenance pour trois générations entre 1992 et 2013

Tableau 2 : Déclaration d’appartenance à la religion catholique et de non appartenance pour trois générations entre 1992 et 2013

Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.
Champ : Individus âgés de 18 à 69 ans.
Lecture : En 2006, 58,1 % des femmes nées entre 1963 et 1974 déclarent appartenir à la religion catholique.

17Par cette méthode, il apparaît bien que la proportion de personnes se déclarant catholique diminue au fil des générations, tandis que la proportion de personnes sans religion augmente (tableau 2), les tendances étant les mêmes pour les femmes et pour les hommes. Entre 2006 et 2013, cependant, les déclarations d’appartenance à la religion catholique augmentent légèrement, pour les personnes nées entre 1963 et 1974 et pour celles nées entre 1953 et 1962. De même, pour ces deux cohortes, la non-appartenance diminue au cours de la même période, un renversement de tendance correspondant à la stabilisation de la baisse des déclarations d’appartenance à la religion catholique observée entre 2006 et 2013 (figure 1).

  • 37 De plus, l’enquête de 2013 est une enquête menée en face à face, contrairement à celle de 2006 qui (...)

18L’augmentation des déclarations d’appartenance à la religion catholique pour les cohortes 1963-1974 et 1953-1962 doit être analysée avec précaution : il s’agit de cohortes « fictives », ce qui empêche de conclure sur un revirement religieux en 2013, pour des individus ne se déclarant pas catholiques en 200637. Cette augmentation entre 2006 et 2013 vient, de plus, contrebalancer une baisse des déclarations d’appartenance catholique entre 1992 et 2006, rétablissant en 2013 les niveaux de 1992.

  • 38 Julien Fretel, « Quand les catholiques vont au parti », Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

19Il est possible, cependant, que l’interruption de la tendance à la baisse de l’appartenance catholique en 2013 ne soit pas uniquement un artefact statistique. On peut penser que celle-ci est due au contexte particulier de passation de l’enquête en 2013. L’enquête s’inscrit en effet dans la période des intenses débats autour du mariage entre personnes de même sexe et de sa légalisation. La multiplicité des prises de positions religieuses dans l’espace public à propos du mariage entre personnes de même sexe a pu réactiver une appartenance religieuse catholique pour des individus plutôt réticents à l’ouverture du « mariage pour tous », et plus généralement attachés à la famille hétérosexuelle. La religion serait, pour ces individus, non pas (seulement ?) une croyance personnelle, mais le vecteur d’un positionnement politique, associé à des prises de positions dans l’espace public sur des questions de société38.

  • 39 David Voas, « Religious involvement over the life course : problems of measurement and classificati (...)

20Cette hypothèse est confortée par le fait que l’augmentation des déclarations d’appartenance à la religion catholique est le fait, pour la cohorte 1963-1974, des catholiques indifférents et non des catholiques affirmés. La réactivation d’une identité religieuse catholique serait alors une réactivation « à la marge » (augmentation des catholiques à faible et non à forte religiosité), comme un marqueur symbolique vis-à-vis des personnes sans religion. Ce constat validerait alors la proposition de David Voas39, affirmant que la simple dénomination religieuse pourrait constituer dans certains cas un engagement en soi. La stabilisation de l’appartenance catholique en 2013 serait donc en partie due à la réactivation d’une forme limitée d’engagement catholique.

  • 40 Pierre Bréchon, « La religiosité des européens… », art. cit. ; Jean-Paul Willaime, « Les attitudes (...)
  • 41 L’effet de tendance intergénérationnelle « exprime le prolongement d’une même tendance à travers le (...)

21Les évolutions des appartenances religieuses et de la religiosité observées à partir des enquêtes récentes sur la sexualité et la conjugalité rejoignent ainsi dans l’ensemble les conclusions d’enquêtes antérieures sur la religiosité en France et en Europe40 : une baisse tendancielle de l’appartenance à la religion catholique tout autant que de la pratique religieuse et de la religiosité (avec un sursaut en 2013) s’inscrivant dans ce qu’Yves Lambert décrit comme un « effet de tendance intergénérationnelle41 ». Il s’agit à présent de voir quelles sont les caractéristiques sociales du groupe des catholiques selon que l’on mesure la pratique religieuse ou l’importance accordée à la religion dans la vie.

Les caractéristiques sociales du groupe des catholiques

  • 42 Ces trois enquêtes comportent en effet la même question sur la religiosité des individus (annexe 1)

22Quelles sont les caractéristiques sociales des catholiques ? Pour répondre à cette question, on s’appuie sur les trois dernières enquêtes sur la sexualité et la conjugalité en France : ACSF 1992, CSF 2006 et EPIC 201342.

  • 43 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme… », art. cit.
  • 44 Certaines professions ont été mises de côté de l’analyse : les agriculteurs, la catégorie « artisan (...)

23En termes de sexe et d’âge, les caractéristiques des catholiques sont classiques et connues : les femmes déclarent plus souvent appartenir à la religion catholique que les hommes, elles sont plus souvent pratiquantes et elles sont surreprésentées parmi les personnes accordant de l’importance à la religion dans leur vie. Plus féminin, le groupe des catholiques est aussi un groupe globalement âgé, les personnes les plus âgées étant aussi les plus engagées religieusement43. On s’intéresse principalement ici à l’appartenance sociale des catholiques, à partir d’une division de la population en trois groupes sociaux : les cadres, les professions intermédiaires et les ouvriers/employés. Cette tripartition permet de distinguer grossièrement les personnes de milieux supérieurs des personnes de milieux populaires, autrement dit de différencier les personnes largement dotées en ressources économiques et/ou culturelles de celles qui en sont plus dépourvues44.

24De manière générale, la religion catholique, mesurée à partir de l’importance accordée à la religion, n’est associée qu’à la marge à un positionnement social (tableau 3). Quelques tendances légères peuvent toutefois être observées. Tout d’abord, les hommes catholiques affirmés sont surreprésentés parmi les cadres en 1992, 2006 et 2013. À partir de 2006, ils sont aussi surreprésentés au sein des milieux populaires, ce qui tend à indiquer une double-polarisation des hommes catholiques affirmés à partir de cette date entre milieux supérieurs et milieux populaires. Du côté des femmes, les catholiques affirmées sont légèrement surreprésentées dans les milieux populaires à partir de 1992 et non parmi les cadres. En 2013 cependant, les distinctions selon l’appartenance sociale des femmes catholiques affirmées sont extrêmement marginales.

  • 45 On distingue les catholiques pratiquants (déclarant assister aux offices religieux au moins une foi (...)

25La prise en compte de la pratique religieuse (possible uniquement en 1992) apporte un éclairage différent sur l’imbrication entre milieu social et catholicisme45. Les personnes catholiques pratiquantes affirmées représentent une minorité, à la fois dans la population générale (10 % des femmes et 8 % des hommes en 1992), mais aussi parmi les catholiques.

Tableau 3 : Appartenance professionnelle selon le sexe et la religiosité en 1992, 2006 et 2013

Tableau 3 : Appartenance professionnelle selon le sexe et la religiosité en 1992, 2006 et 2013

Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.
Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.
Lecture : En 1992, 31,1 % des femmes sont cadres, et 25 % des femmes cadres sont catholiques affirmées.

26La distinction en fonction de la pratique religieuse et non de la religiosité met en évidence une forte surreprésentation des cadres parmi les hommes catholiques pratiquants : 53 % des hommes catholiques pratiquants sont cadres en 1992, contre 29 % des catholiques non pratiquants et 32 % des hommes sans religion. En outre, les deux indicateurs de religiosité et de pratique religieuse ne se recoupent pas : si une partie des catholiques affirmés déclare avoir une pratique religieuse régulière (29 % des femmes et 24 % des hommes de 18-69 ans), la majeure partie accorde de l’importance à la religion dans sa vie sans pratiquer (la question, en 1992, portant sur une pratique « publique » de la religion et non sur la prière effectuée dans le cadre privé par exemple). À l’inverse, le croisement des deux indicateurs révèle que le groupe des catholiques pratiquants indifférents est très faible (moins de 1 % de l’ensemble de la population). Les personnes pratiquantes accordent donc quasiment systématiquement de l’importance à la religion dans leur vie, tandis que la situation inverse ne s’observe que dans un tiers des cas (tableau 4).

Tableau 4 : Catégorie socioprofessionnelle selon le genre et la religiosité en 1992

Tableau 4 : Catégorie socioprofessionnelle selon le genre et la religiosité en 1992

Les tirets indiquent des effectifs trop faibles.
Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992.
Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.
Lecture : En 1992, 5,1 % des hommes sont catholiques affirmés. Ils sont 8,5 % parmi les cadres.

27Les frontières sociales des catholiques varient en fonction des formes du catholicisme retenues (pratique ou religiosité) et du genre. Du côté des hommes, les catholiques pratiquants sont plus fréquemment cadres que les catholiques non pratiquants et que les hommes sans religion. Les femmes pratiquantes appartiennent quant à elles plus souvent au milieu populaire. Ces lignes de partage selon la pratique religieuse ne s’observent pas selon la religiosité. Les catholiques pratiquants constituent donc un groupe bien spécifique en 1992, surtout pour les hommes : près de la moitié d’entre eux sont cadres, et un cinquième appartiennent aux professions intermédiaires. Il s’agit donc d’un groupe à la fois extrêmement minoritaire et particulièrement élevé dans la hiérarchie sociale.

  • 46 Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit.

28La question à présent est de savoir en quoi l’étude de certains positionnements à l’égard de la sexualité permet de donner du sens aux formes du catholicisme telle qu’elles sont mesurées dans les enquêtes. Ainsi que cela a été démontré dans un travail antérieur46, ce sont surtout des discours sur la sexualité, tout particulièrement autour de l’attachement à la famille hétérosexuelle, qui marquent une spécificité catholique. C’est pourquoi l’on s’appuie à présent sur les représentations à l’égard de l’homosexualité.

Les catholiques : un groupe aux positionnements spécifiques à l’égard de l’homosexualité

  • 47 Wilfried Rault et Christelle Hamel, « Les inégalités de genre sous l’œil des démographes », Populat (...)
  • 48 Wilfried Rault, « Les attitudes “gayfriendly” en France : entre appartenances sociales, trajectoire (...)
  • 49 Les représentations à l’égard de l’homosexualité sont mesurées dans deux enquêtes : l’enquête ACSF (...)

29Les positionnements à l’égard de l’homosexualité ont fait l’objet de nombreux travaux : ceux-ci sont genrés47, ils dépendent de l’âge ainsi que du milieu social48. Il s’agit ici d’interroger ces variations au sein du groupe des catholiques49.

Les positionnements à l’égard de l’homosexualité : une analyse à partir d’ACSF (1992)

30Comme montré précédemment, les catholiques pratiquants se distinguent socialement du reste de la population, mais aussi du reste des catholiques. Ils représentent une minorité extrême de fidèles, socialement favorisée, plus âgée mais aussi plus féminisée. De plus, les hommes pratiquants, constituant une faible minorité, se distinguent par une appartenance forte aux milieux supérieurs. À partir des représentations à l’égard de l’homosexualité, on montre que la pratique religieuse n’apporte pas d’information très différente de la religiosité, malgré quelques spécificités que l’on détaille ci-après.

31Les positionnements à l’égard de l’homosexualité (féminine comme masculine) ne varient qu’à la marge selon qu’est pris en compte la religiosité ou la pratique religieuse (tableau 5). Les écarts sont faibles entre la proportion de personnes pratiquantes et celle des personnes catholiques affirmées déclarant ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes ou deux hommes puissent avoir des relations sexuelles entre elles/eux, même si une pratique religieuse régulière est légèrement plus souvent associée à un rejet de pratiques homosexuelles pour les femmes qu’une religiosité forte.

Tableau 5 : Avis à l’égard de l’homosexualité selon la religion en 1992

Tableau 5 : Avis à l’égard de l’homosexualité selon la religion en 1992

Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992
Note : les catholiques pratiquants déclarent aller aux offices au moins une fois par mois. Les catholiques affirmés considèrent la religion comme importante ou très importante dans leur vie. Les tirets indiquent des effectifs trop faibles.
Champ : Individus de 18-69 ans.
Lecture : 29,4 % des femmes catholiques pratiquantes (affirmées) considèrent que deux femmes ne peuvent pas avoir de relations sexuelles ensemble, contre 18 % des femmes catholiques indifférentes (non pratiquantes).

32Parmi les catholiques affirmées, ce sont les femmes pratiquantes qui ont les positions les plus strictes à l’égard de l’homosexualité, tandis que les femmes non pratiquantes se rapprochent, dans leur positionnement, des femmes catholiques indifférentes. Pour les hommes, la ligne de démarcation se situe plutôt du côté de l’importance accordée à la religion que de la pratique religieuse : qu’ils soient pratiquants ou non, autour de 20 % des hommes catholiques ne sont pas d’accord avec le fait que des hommes puissent avoir des rapports sexuels ensemble, contre 15 % des catholiques indifférents. Ainsi, les positionnements à l’égard de l’homosexualité dépendent de manière imbriquée de la religion et du genre.

  • 50 Une régression est un modèle statistique qui cherche à estimer les « effets purs » (toutes choses é (...)

33Ces résultats peuvent être approfondis et affinés à partir de régressions logistiques50 (annexe 2), afin de saisir les effets propres des formes du catholicisme. Les régressions présentées ont été menées séparément sur le groupe des femmes et sur celui des hommes. Ce choix se justifie par l’investissement genré de la religion catholique tant en termes de pratique religieuse que de religiosité, mais aussi par les positionnements genrés à l’égard de l’homosexualité, les femmes étant plus tolérantes que les hommes.

34Le fait de s’opposer à l’homosexualité est accentué par l’âge pour les hommes comme pour les femmes, plus particulièrement pour les plus de 50 ans, les individus les plus âgés étant moins tolérants que les plus jeunes. Les effets de la religion sont, quant à eux genrés et dépendent de l’indicateur retenu pour la mesurer.

35Pour les femmes comme pour les hommes, le fait d’être catholique est associé à des positions plus strictes à l’égard de l’homosexualité. Pour les femmes, une première régression (annexe 2) atteste d’un double effet de la pratique religieuse et de l’engagement religieux sur les positions à l’égard de l’homosexualité : les femmes pratiquantes sont plus souvent hostiles à l’égard de l’homosexualité que les femmes non pratiquantes, parmi les femmes considérant la religion catholique comme importante ou très importante dans leur vie. Toutes choses égales par ailleurs, la probabilité pour une femme catholique affirmée pratiquante de s’opposer à l’homosexualité est 1,8 fois plus forte que pour une femme catholique indifférente non pratiquante. Elle n’est qu’1,4 fois plus élevée pour les femmes catholiques affirmées non pratiquantes. On ne peut en revanche pas conclure sur un effet de la non-appartenance religieuse, par rapport au fait d’être catholique indifférente sur les avis à l’égard de l’homosexualité en 1992.

36Par ailleurs, la pratique religieuse n’est plus associée à un rejet de l’homosexualité pour les femmes quand le milieu socio-professionnel est intégré dans le modèle (annexe 2, modèle 2). Le fait d’appartenir à une catégorie socioprofessionnelle située en haut de la hiérarchie sociale (cadres et professions intellectuelles supérieures, ainsi que professions intermédiaires) est associée à une acceptation plus forte des rapports homosexuels. Ces résultats indiquent que l’effet de la pratique religieuse est « absorbé » par l’effet du milieu social (les femmes issues de milieu populaire étant plus pratiquantes que les autres).

37Chez les hommes, la pratique religieuse n’est pas en lien avec les avis à l’égard de l’homosexualité, que soit prise en compte ou non la profession, ce qui confirme les résultats mis en évidence ci-dessus (tableau 5). Que les hommes soient pratiquants ou non, les positionnements à l’égard de l’homosexualité suivent la même tendance à partir du moment où la religion est considérée comme importante ou très importante dans leur vie. Par ailleurs, et contrairement à ce qui a été observé pour les femmes, le fait de ne pas avoir de religion d’appartenance est significativement associé à une acceptation plus forte de l’homosexualité par rapport aux hommes catholiques indifférents et non pratiquants. Il y aurait pour les hommes, en plus d’un effet de la religiosité catholique, un effet pur de l’appartenance catholique par rapport à la non-appartenance religieuse.

38En conséquence, la démarcation dans les positionnements à l’égard de l’homosexualité dépend pour les hommes de la religiosité catholique et non spécifiquement de la pratique religieuse, ainsi que de la seule appartenance catholique. Pour les femmes, elle dépend plus de la pratique que de la religiosité, l’effet de la pratique religieuse étant fortement associé à une position sociale. Les représentations de l’homosexualité parmi les catholiques varient donc selon le genre et le milieu social en 1992.

Les positionnements à l’égard de l’homosexualité en 2006 selon la religion : effets d’âge, effets de classe

  • 51 « À propos des rapports homosexuels, diriez-vous plutôt que…? C’est une sexualité comme une autre/ (...)
  • 52 « Aux personnes n’ayant pas d’enfant : Imaginez que l’un de vos enfants vous apprenne qu’il/elle ét (...)

39Dans l’enquête de 2006, le fait d’être catholique est associé positivement au fait de s’opposer à l’homosexualité et la réticence des personnes catholiques à son égard est plus forte encore quand on prend en compte les catholiques à forte religiosité (tableau 6). À la différence de l’enquête de 1992, celle de 2006 n’intègre pas de question sur la pratique religieuse mais seulement celle sur l’appartenance confessionnelle et sur la religiosité. La question de l’homosexualité y est en outre abordée de deux manières différentes : par une question d’opinion (l’homosexualité est-elle « une sexualité comme une autre ? »)51 et une question plus concrète (quelle position si l’enquêté avait un enfant qui lui apprenait qu’il était homosexuel ?)52.

  • 53 Seuls les résultats concernant la question d’opinion (ne pas considérer les rapports homosexuels co (...)
  • 54 Pour les plus jeunes, âgés de 18 à 29 ans, seuls les femmes et les hommes catholiques affirmés se d (...)

40La mise en œuvre de régressions logistiques (annexe 353) sur ces deux questions atteste de l’effet propre de la religion, mesurée tant par l’appartenance – la probabilité d’être opposé à l’homosexualité est plus forte parmi les catholiques indifférents que parmi les personnes sans religion – que par la religiosité – cette probabilité est plus forte parmi les catholiques affirmés que parmi les catholiques indifférents54.

Tableau 6 : Avis à l’égard de l’homosexualité et de l’homoparentalité selon la religiosité et le sexe en 2006 parmi les 25-69 ans

Tableau 6 : Avis à l’égard de l’homosexualité et de l’homoparentalité selon la religiosité et le sexe en 2006 parmi les 25-69 ans

Source : Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006.
Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.
Lecture : 38,6 % des femmes catholiques affirmées de 25-69 ans considèrent que les rapports homosexuels ne sont pas une sexualité comme une autre.

  • 55 Pour une analyse plus fine des rapports à l’homosexualité selon l’appartenance sociale, voir Wilfri (...)

41L’appartenance sociale, mesurée par l’indicateur agrégé de catégorie socioprofessionnelle, est reliée de manière différente aux avis à l’égard de l’homosexualité selon la question posée. Dans le cas de la question concrète, la réaction au fait d’avoir un enfant homosexuel n’est pas significativement associée à un positionnement social particulier, tandis que pour la question d’opinion (considérer que les rapports homosexuels ne sont pas des rapports comme les autres), le fait d’être cadre ou d’appartenir aux professions intermédiaires augmente la tolérance à l’égard de l’homosexualité, soit la probabilité de considérer les rapports homosexuels comme des rapports comme les autres pour les femmes et pour les hommes55.

42Par ailleurs, la tendance à l’acceptation plus forte de l’homosexualité dans les milieux supérieurs s’inverse quand on prend en compte le degré de religiosité chez les cadres : parmi les hommes cadres et catholiques affirmés, l’intolérance à l’égard des rapports homosexuels est accentuée par rapport aux hommes issus de milieux populaires et catholiques indifférents, un résultat renforcé parmi les plus jeunes (résultats non présentés). Inversement, l’appartenance aux milieux supérieurs pour les hommes sans religion diminue la probabilité d’être opposé aux rapports homosexuels.

43Parmi les 25-69 ans, les différents indicateurs de positionnement à l’égard de l’homosexualité mettent en évidence un effet de la religion catholique, mesurée tant par l’appartenance religieuse que par la religiosité. De plus, la probabilité de s’opposer à l’homosexualité est plus forte parmi les hommes catholiques de milieux supérieurs, un résultat d’autant plus intéressant que, dans le cas de la question d’opinion à l’égard de l’homosexualité, les milieux supérieurs sont plus tolérants à l’égard de l’homosexualité. Cet effet du milieu social est encore plus fort parmi les plus jeunes (annexe 4) : toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d’être opposé à l’homosexualité parmi les 18-29 ans est 7,7 fois plus importante pour les jeunes femmes catholiques affirmées de professions intermédiaires (3,5 fois plus forte pour les hommes catholiques affirmés cadres), que pour les femmes (hommes) catholiques indifférent(e) s issues des milieux populaires.

Conclusion

44L’étude statistique du religieux suppose de s’interroger sur le nombre et le type d’indicateurs mobilisés pour étudier la religion (pratique, croyance, sentiment d’appartenance, importance accordée à la religion, etc.). Les enquêtes sur la sexualité ou la conjugalité disposent d’un nombre très limité de questions portant sur la religion, et dans ce contexte d’information particulièrement restreinte, il est à la fois délicat et particulièrement important de s’interroger sur les apports et limites des formes de la religion (ici, du catholicisme) interrogées. L’intérêt de l’utilisation des enquêtes sur la sexualité est de placer la réflexion sur la mesure statistique de la pluralité du catholicisme dans un questionnement plus large et très contemporain autour de l’articulation entre sexualité, genre et religion.

45L’analyse des caractéristiques sociales des catholiques, selon leur degré de pratique religieuse (1992) ou de religiosité (1992, 2006, 2013) a notamment mis en évidence l’intérêt de diversifier les indicateurs. Pour les femmes, la pratique religieuse apporte une information supplémentaire en regard de l’appartenance sociale et des positionnements à l’égard de l’homosexualité, information qui semble être contenue dans l’indicateur de religiosité pour les hommes. L’étude des positionnements à l’égard de l’homosexualité a montré l’existence de relations imbriqués entre l’appartenance à la religion catholique et certains rapports sociaux, tout particulièrement le genre, l’âge et le milieu social. Si la tolérance à l’égard de l’homosexualité est toujours plus forte chez les femmes que chez les hommes, parmi les catholiques comme les personnes sans religion d’appartenance, cette tolérance varie selon l’appartenance sociale des fidèles.

46La probabilité de s’opposer à l’homosexualité parmi les 25-69 ans est plus forte parmi les catholiques, qu’ils et elles accordent ou non de l’importance à la religion dans leur vie, mais les formes de cette non-acceptation de l’homosexualité sont plus ou moins soutenues selon le genre et l’appartenance sociale : les catholiques affirmés issus des milieux supérieurs s’opposent plus fréquemment que les catholiques indifférents des milieux populaires à l’homosexualité, un résultat prenant le contre-pied de l’effet positif de l’appartenance aux milieux supérieurs sur l’acceptation de l’homosexualité.

47Il s’agit en conséquence de prendre acte de la diversité interne au sein du groupe des catholiques. Cette diversité s’approche par des indicateurs mesurant différentes formes de la religion : ainsi, la pratique religieuse n’apporte pas, selon le genre, la même information que la religiosité. Plus encore, la religion ne peut être décrite et comprise uniquement par des indicateurs directement centrés sur elle-même : le catholicisme est pris dans des rapports de genre, mais aussi d’âge et de classe qui vont structurer des pratiques et des positionnements normatifs à l’égard de la sexualité comme on l’a montré à partir des représentations à l’égard de l’homosexualité. Ce travail plaide en conséquence pour la diversification des manières d’aborder la religion dans des enquêtes où elle est abordée à la marge et invite a minima à faire preuve de prudence quant à la manipulation des catégories statistiques religieuses disponibles, surtout quand les questions posées sur la religion sont peu nombreuses.

Annexes

Annexe 1 : Questions posées sur la religion dans les enquêtes sur la conjugalité et sur la sexualité en France

Annexe 2 : Rapport de chances (odds ratio) de ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes puissent avoir un rapport sexuel ensemble en 1992

Seuils de significativité statistiques : * < 10 %, ** < 5 %, *** < 1 % ; ns : non significatif.
Note : Un odds ratio supérieur (resp. inférieur) à 1 indique que les individus qui appartiennent à la modalité considérée ont plus (resp. moins) de chances de ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes puissent avoir un enfant ensemble que les individus appartenant à la modalité de référence. Un odds ratio égal à 1 signifie que ces chances sont égales.
Lecture : par rapport aux femmes catholiques indifférentes, les femmes catholiques pratiquantes affirmées ont une probabilité 1,8 fois plus élevée d’être opposées au fait que deux femmes puissent avoir des rapports ensemble, plutôt que de ne pas y être opposées (OR=1,8). Plus la valeur du odds ratio est éloignée de 1 (supérieur ou inférieur) et plus la différence est importante.
Champ : Individus de 25 à 69 ans.
Source : Analyse des comportements sexuels en France (1992)

Annexe 3 : Rapport de risque (odds ratio) de ne pas considérer l’homosexualité comme une sexualité comme une autre en 2006 parmi les 25-69 ans avec et sans effet d’interaction

Seuils de significativité statistiques : * < 10 %, ** < 5 %, *** < 1 % ; ns : non significatif.
Note : Un odds ratio supérieur (resp. inférieur) à 1 indique que les individus qui appartiennent à la modalité considérée ont plus (resp. moins) de chances de ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes puissent avoir un enfant ensemble que les individus appartenant à la modalité de référence. Un odds ratio égal à 1 signifie que ces chances sont égales.
Lecture : Par rapport aux hommes catholiques indifférents ouvriers ou employés, les hommes catholiques affirmés cadres ont une probabilité 1,7 fois plus élevée d’être opposés à l’homosexualité, plutôt que de ne pas y être opposés (OR=1,7).
Champ : Individus de 25 à 69 ans.
Source : Contexte de la sexualité en France (2006)

Notes

1 Philippe Portier, « Pluralité et unité dans le catholicisme français », dans Céline Béraud, Frédéric Gugelot et Isabelle Saint-Martin (dir.), Catholicisme en tensions, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 19-36.

2 Michel Bozon, « Pratiques et rencontres sexuelles : un répertoire qui s’élargit », dans Nathalie Bajos et Michel Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France, La Découverte, Paris, 2008, p. 273-295 ; Marion Maudet, « Religion et sexualité en France des années 1970 aux années 2000 : évolution des pratiques et attachement à la famille hétérosexuelle », Population, 2017, vol. 72, no 4, p. 701-728.

3 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, Cerf, 2007 ; Danièle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003.

4 Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.

5 Béatrice de Gasquet, Genre, rituel et politiques de l’identité juive : dispositifs de socialisation dans les synagogues non orthodoxes en France, Paris, EHESS, 2011 ; Vulca Fidolini, « Les constructions de l’hétéronormativité. Sexualité, masculinités et transition vers l’âge adulte chez de jeunes Marocains en France et en Italie », Thèse de l’université de Strasbourg, Strasbourg, 2015 ; Yves Lambert, Dieu change en Bretagne…, op. cit.

6 Guy Michelat, « L’identité catholique des Français. I. Les dimensions de la religiosité », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, no 3, p. 355-388 ; Pierre Bréchon, « La religiosité des européens : diversité et tendances communes », Politique européenne, 2008, n° 24, no 1, p. 21-41 ; Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme en France et en Europe », Revue française de sociologie, 1993, vol. 34, no 4, p. 525-555.

7 Anne Gotman, Ce que la religion fait aux gens. Sociologie des croyances intimes, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2013.

8 Romain Carnac, « L’Église catholique contre “la théorie du genre” : construction d’un objet polémique dans le débat public français contemporain », Synergies Italie, 2014, no 10, p. 125-143 ; Anne-Charlotte Husson, « Stratégies lexicales et argumentatives dans le discours anti-genre : le lexique de VigiGender » dans David Paternotte, Sophie van der Dussen et Valérie Piette (éd.), Habemus gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse, Paris, Sextant, 2015, p. 131-144.

9 David Paternotte, « Habemus Gender ! Autopsie d’une obsession vaticane » dans David Paternotte, Sophie van der Dussen et Valérie Piette (éd.), Habemus gender !..., op. cit., p. 159-173.

10 Céline Béraud, « Les catholiques contre le genre. L’épisode des manuels de SVT » dans Florence Rochefort et Maria Eleonora Sanna (éd.), Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration (xixe-xxie siècle), Paris, Armand Colin, 2013, p. 109-122.

11 Romain Carnac, « L’Église catholique contre “la théorie du genre”… », art cit ; Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques : Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2015.

12 Clarisse Fabre et Éric Fassin, Liberté - Égalité - Sexualités : Actualité politique des questions sexuelles, Paris, Belfond, 2003.

13 Depuis 1872, aucune question sur la religion n’est posée dans le recensement, Claude Dargent, « L’État et la difficile saisie statistique de la religion : l’exemple des protestants dans les recensements en France au xixe siècle », Population, 22 juillet 2009, Vol. 64, no 1, p. 215-232. De plus, la loi « Informatique et Libertés » (1978, amendée en 2004) régule de manière stricte la mesure de données sensibles dans les enquêtes statistiques. Selon les termes de la loi « Informatique et Libertés », « il est interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci » (Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés). Depuis lors, il n’est plus possible, sauf exception, d’interroger les Français sur leur appartenance religieuse. L’autorisation de récolter des données sur la religion est cependant parfois accordée par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

14 Les fidèles bricolent avec leur propre système de croyances et ils les expriment souvent sur un mode probabiliste (Danièle Hervieu-Léger, Le pèlerin et le converti…, op. cit). Appartenances et croyances religieuses ne sont pas homothétiques. (Grace Davie, « Believing without belonging. A Liverpool case study », Archives de sciences sociales des religions, n° 81, 1993, p. 79-89).

15 Alain Desrosières, Gouverner par les nombres, Paris, Presses de l’École des mines, 2008.

16 Pour une présentation détaillée des trois enquêtes sur la sexualité en France, voir Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit.

17 Les deux enquêtes antérieures sur la formation des couples (l’enquête sur le Choix du conjoint de 1959 et l’enquête Formation des couples de 1983) sont mobilisées pour des données de cadrage.

18 Yann Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, Paris, Desclée de Brouwer, 2014 ; Philippe Portier, « Pluralité et unité dans le catholicisme français », art. cit.

19 Ce questionnement n’est pas sans lien avec le rapport à l’homosexualité et plus largement l’attachement à la famille hétérosexuelle de certains catholiques (Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit.).

20 Émile Poulat, « Les cultes dans les statistiques officielles en France au xixe siècle », Archives de sociologie des religions, 1956, vol. 2, no 1, p. 24.

21 Yves Lambert, « Enquêtes françaises » dans Régine Azria et Danièle Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

22 Fernand Boulard, Premiers itinéraires de sociologie religieuse, Paris, Éditions Ouvrières, 1954.

23 Gabriel Le Bras, Études de sociologie religieuse. Tome I, Sociologie de la pratique religieuse dans les campagnes françaises. Tome II, De la morphologie à la typologie, Paris, Presses universitaires de France, 1955.

24 Arnaud Régnier-Loilier et France Prioux, « La pratique religieuse influence-t-elle les comportements familiaux ? », Population et sociétés, 2008, n° 447.

25 Grace Davie, « Believing without belonging… », art. cit.

26 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme », art. cit.

27 Pierre Bréchon, « La religiosité des européens… », art. cit. ; Richard O. De Visser et al., « Associations between religiosity and sexuality in a representative sample of Australian adults », Archives of Sexual Behavior, 2007, vol. 36, no 1, p. 33-46.

28 Yves Lambert, Dieu change en Bretagne…, op. cit.

29 Danièle Hervieu-Léger, La religion en miettes, Paris, Calmann-Lévy, 2001.

30 Voir à ce titre l’appel à communications de la revue ¿ Interrogations ? qui a pris fin en mars 2017. « AAC N° 25 - Retour du religieux ? », dans revue ¿ Interrogations ?, Appels à contributions en cours [en ligne], consulté le 23 avril 2018, http://www.revue-interrogations.org/AAC-No25-Retour-du-religieux,525. Gilles Kepel, La Revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Paris, Le Seuil, 1991.

31 À l’instar d’Hugues Lagrange dans son travail sur les musulmans issus de l’immigration en France. Hugues Lagrange, « Le renouveau religieux des immigrés et de leurs descendants en France », Revue française de sociologie, 2014, vol. 55, no 2, p. 201-244.

32 Michel Bozon, « Pratiques et rencontres sexuelles… », art. cit. ; Marion Maudet, art cit.

33 Jean Stoetzel, Les valeurs du temps présent. Une enquête européenne, s. l., Presses Universitaires de France, 1983 ; Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme », art. cit. ; Pierre Bréchon, « La religiosité des européens… », art. cit.

34 Claude Langlois, « “Toujours plus pratiquantes”. La permanence du dimorphisme sexuel dans le catholicisme français contemporain », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 1995, no 2, p. 229-260.

35 Pour une approche quantitative de l’islam en France, qui n’est pas abordée plus en détail dans ce travail, voir Patrick Simon et Vincent Tiberj, « Sécularisation ou regain du religieux ? » dans Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon (dir.), Trajectoires et origines : Enquête sur la diversité des populations en France, Paris, INED, 2016, p. 559-584.

36 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme », art. cit. ; Yves Lambert et Guy Michelat (dir.), Crépuscule des religions chez les jeunes ? Jeunes et religions en France, Paris, L’Harmattan, 1992.

37 De plus, l’enquête de 2013 est une enquête menée en face à face, contrairement à celle de 2006 qui a été passée par téléphone. Cette modification du mode de passation a pu entraîner des biais déclaratifs différents.

38 Julien Fretel, « Quand les catholiques vont au parti », Actes de la recherche en sciences sociales, 2004, vol. 155, n° 5, p. 76-89 ; Patrick Michel, « La “religion”, objet sociologique pertinent ? », Revue du MAUSS, 2003, vol. 22, n° 2, p. 159-170.

39 David Voas, « Religious involvement over the life course : problems of measurement and classification », Longitudinal and Life Course Studies, 2015, vol. 6, p. 212-227.

40 Pierre Bréchon, « La religiosité des européens… », art. cit. ; Jean-Paul Willaime, « Les attitudes des jeunes à l’égard de la religion en France », Les Cahiers Dynamiques, 7 novembre 2012, n° 54, n° 1, p. 6-14.

41 L’effet de tendance intergénérationnelle « exprime le prolongement d’une même tendance à travers le processus de renouvellement des générations », Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme… », art. cit., p. 528.

42 Ces trois enquêtes comportent en effet la même question sur la religiosité des individus (annexe 1).

43 Yves Lambert, « Âges, générations et christianisme… », art. cit.

44 Certaines professions ont été mises de côté de l’analyse : les agriculteurs, la catégorie « artisans, commerçants, chefs d’entreprise », ainsi que les étudiants, pour des raisons de clarté de l’analyse et de la faiblesse des effectifs pour certaines de ces catégories socioprofessionnelles. La tripartition ne permet pas de faire des distinctions fines, notamment de différencier la bourgeoisie économique de la bourgeoisie culturelle, ou d’approcher des différences entre secteur public et secteur privé. Ce choix s’appuie cependant sur la volonté de voir si des lignes de partage net apparaissent, et limite les difficultés dues à des effectifs trop réduits qu’impliquent des partitions plus fines de l’espace social. L’analyse porte ici sur les personnes âgées de plus de 25 ans, les professions n’étant pas assez stabilisées pour les personnes plus jeunes. Cécile Van de Velde, Devenir Adulte : Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

45 On distingue les catholiques pratiquants (déclarant assister aux offices religieux au moins une fois par mois) et les catholiques non pratiquants (ne déclarant pas de pratique, ou une pratique très occasionnelle, aux grandes fêtes).

46 Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit.

47 Wilfried Rault et Christelle Hamel, « Les inégalités de genre sous l’œil des démographes », Population et Sociétés, 2014, n° 517 ; Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit. ; Nathalie Beltzer et Nathalie Bajos, « Les sexualités homobisexuelles. D’une acceptation de principe aux vulnérabilités sociales et préventives » dans Nathalie Bajos et Michel Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France : pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, p. 243-271.

48 Wilfried Rault, « Les attitudes “gayfriendly” en France : entre appartenances sociales, trajectoires familiales et biographies sexuelles », Actes de la recherche en sciences sociales, 2016, n° 213, p. 38-65.

49 Les représentations à l’égard de l’homosexualité sont mesurées dans deux enquêtes : l’enquête ACSF de 1992 et l’enquête CSF de 2006. En 1992, deux questions sont posées à ce propos tandis qu’en 2006, les indicateurs sont plus nombreux et permettent d’approcher les avis à l’égard de l’homosexualité sous différents angles. Pour une réflexion sur les indicateurs à l’égard de l’homosexualité dans l’enquête CSF, voir le travail de Wilfried Rault, « Les attitudes “gayfriendly” en France… », art. cit.

50 Une régression est un modèle statistique qui cherche à estimer les « effets purs » (toutes choses égales par ailleurs) de variables sur la probabilité de réalisation d’un évènement.

51 « À propos des rapports homosexuels, diriez-vous plutôt que…? C’est une sexualité comme une autre/ c’est le signe d’une sexualité libérée / c’est le signe d’un problème psychologique / c’est une sexualité contre nature ».

52 « Aux personnes n’ayant pas d’enfant : Imaginez que l’un de vos enfants vous apprenne qu’il/elle était homosexuel-le (aux personnes ayant des enfants : si un de vos enfants vous apprenez qu’il/elle était homosexuel-le)… Vous l’accepteriez sans problème/ cela vous poserait des problèmes/ vous ne l’accepteriez pas ».

53 Seuls les résultats concernant la question d’opinion (ne pas considérer les rapports homosexuels comme une sexualité comme une autre) sont présentés en annexe.

54 Pour les plus jeunes, âgés de 18 à 29 ans, seuls les femmes et les hommes catholiques affirmés se distinguent des personnes sans religion par leurs positions négatives à l’égard de l’homosexualité. En prenant en compte cette question d’opinion à l’égard de l’homosexualité, la seule appartenance au catholicisme n’est pas associée à une intolérance plus forte à l’égard de l’homosexualité que la non-appartenance religieuse : il faut intégrer la religiosité. Ces résultats ne sont pas présentés ici, on renvoie notamment à Marion Maudet, « Religion et sexualité en France… », art. cit.

55 Pour une analyse plus fine des rapports à l’homosexualité selon l’appartenance sociale, voir Wilfried Rault, « Les attitudes “gayfriendly” en France… », art. cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Appartenance religieuse selon le sexe en France (1959-2013)
Crédits Source : Enquête sur le choix du conjoint, Ined, 1959 ; Enquête sur le comportement sexuel des Français, Ifop, 1970 ; Enquête sur la formation des couples, Ined, 1983 ; Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 2 : Déclaration d’appartenance à la religion catholique et de non appartenance pour trois générations entre 1992 et 2013
Légende Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.Champ : Individus âgés de 18 à 69 ans.Lecture : En 2006, 58,1 % des femmes nées entre 1963 et 1974 déclarent appartenir à la religion catholique.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 3 : Appartenance professionnelle selon le sexe et la religiosité en 1992, 2006 et 2013
Légende Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992 ; Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006 ; Enquête sur les parcours individuels et conjugaux, Ined, 2013.Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.Lecture : En 1992, 31,1 % des femmes sont cadres, et 25 % des femmes cadres sont catholiques affirmées.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Tableau 4 : Catégorie socioprofessionnelle selon le genre et la religiosité en 1992
Légende Les tirets indiquent des effectifs trop faibles.Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992.Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.Lecture : En 1992, 5,1 % des hommes sont catholiques affirmés. Ils sont 8,5 % parmi les cadres.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Tableau 5 : Avis à l’égard de l’homosexualité selon la religion en 1992
Légende Source : Analyse des comportements sexuels en France, Inserm, 1992Note : les catholiques pratiquants déclarent aller aux offices au moins une fois par mois. Les catholiques affirmés considèrent la religion comme importante ou très importante dans leur vie. Les tirets indiquent des effectifs trop faibles.Champ : Individus de 18-69 ans.Lecture : 29,4 % des femmes catholiques pratiquantes (affirmées) considèrent que deux femmes ne peuvent pas avoir de relations sexuelles ensemble, contre 18 % des femmes catholiques indifférentes (non pratiquantes).
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau 6 : Avis à l’égard de l’homosexualité et de l’homoparentalité selon la religiosité et le sexe en 2006 parmi les 25-69 ans
Légende Source : Contexte de la sexualité en France, Ined-Inserm, 2006.Champ : Individus âgés de 25 à 69 ans.Lecture : 38,6 % des femmes catholiques affirmées de 25-69 ans considèrent que les rapports homosexuels ne sont pas une sexualité comme une autre.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Seuils de significativité statistiques : * < 10 %, ** < 5 %, *** < 1 % ; ns : non significatif.Note : Un odds ratio supérieur (resp. inférieur) à 1 indique que les individus qui appartiennent à la modalité considérée ont plus (resp. moins) de chances de ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes puissent avoir un enfant ensemble que les individus appartenant à la modalité de référence. Un odds ratio égal à 1 signifie que ces chances sont égales.Lecture : par rapport aux femmes catholiques indifférentes, les femmes catholiques pratiquantes affirmées ont une probabilité 1,8 fois plus élevée d’être opposées au fait que deux femmes puissent avoir des rapports ensemble, plutôt que de ne pas y être opposées (OR=1,8). Plus la valeur du odds ratio est éloignée de 1 (supérieur ou inférieur) et plus la différence est importante.Champ : Individus de 25 à 69 ans.Source : Analyse des comportements sexuels en France (1992)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Seuils de significativité statistiques : * < 10 %, ** < 5 %, *** < 1 % ; ns : non significatif.Note : Un odds ratio supérieur (resp. inférieur) à 1 indique que les individus qui appartiennent à la modalité considérée ont plus (resp. moins) de chances de ne pas être d’accord avec le fait que deux femmes puissent avoir un enfant ensemble que les individus appartenant à la modalité de référence. Un odds ratio égal à 1 signifie que ces chances sont égales.Lecture : Par rapport aux hommes catholiques indifférents ouvriers ou employés, les hommes catholiques affirmés cadres ont une probabilité 1,7 fois plus élevée d’être opposés à l’homosexualité, plutôt que de ne pas y être opposés (OR=1,7).Champ : Individus de 25 à 69 ans.Source : Contexte de la sexualité en France (2006)
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5494/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Auteur

EHESS, IRIS – UMR 8156

© LARHRA, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search