Version classiqueVersion mobile

Les sources du Sacré

 | 
Caroline Muller
, 
Nicolas Guyard

Le religieux, nouvelles approches

Les réfugiés huguenots du Dauphiné.

Traitement et analyse d’une base de données

Julie Cosson

Texte intégral

1 Les humanités numériques ouvrent de nouveaux horizons dans le domaine de la recherche en sciences humaines et sociales et notamment en histoire. L’application de ces méthodes permet d’élargir le champ des possibilités en terme de traitement des informations pouvant être recueillies et d’analyse dans des projets de recherche historique. À ce titre, l’utilisation d’outils numériques prend tout son sens dans le cadre de l’étude de la base de données du Refuge huguenot.

Une base de données riche

  • 1 Site Internet de la base de données du Refuge huguenot : www.refuge-huguenot.fr.

2Initié à la fin des années 1970 par Michelle Magdelaine, chercheure au CNRS, le projet s’organise en 1981 sous la forme d’un groupe international de recherche dont l’objectif est de dépouiller et d’enregistrer dans un même fichier informatique les données manuscrites des archives concernant les protestants ayant fui dans les pays du Refuge1. En effet, plusieurs vagues d’exil plus ou moins importantes, en lien avec l’établissement de la Réforme et son existence, ont eu lieu dans le royaume de France, suivant généralement des phases de persécutions. On distingue ainsi le « premier Refuge », lié aux troubles des années 1560 et de la Saint-Barthélemy, du « Grand Refuge », qui intéresse notre étude. C’est en effet sous le règne personnel de Louis XIV que le nombre de départs atteint son apogée, provoqués par la réduction progressive des droits des protestants puis par la Révocation de l’Édit de Nantes de 1685 qui entend contraindre les membres de la « Religion Prétendue Réformée » à se convertir au catholicisme.

  • 2 Didier Boisson, Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 205.
  • 3 Déclaration du 20 Fevrier 1680, portant défenses à ceux de la R.P.R. de faire les fonctions de Sage (...)
  • 4 Déclaration du 15 Juin 1682, pour exclure ceux de la R.P.R. d’exercer les Offices de Notaires, Proc (...)
  • 5 Edit du mois de Juin 1680, portant défenses aux Catholiques de quitter leur Religion pour professer (...)
  • 6 Didier Boisson, Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, op. cit.
  • 7 Samuel Mours, Le protestantisme en France du xviiie siècle à nos jours, Paris, Librairie protestant (...)
  • 8 Philippe Joutard, « La diaspora des huguenots », Diasporas, N° 1 Terres promises, terres rêvées, 20 (...)
  • 9 Ibid, p. 116.

3Le protestantisme français a été particulièrement touché par les persécutions des autorités. Le pouvoir instaure, notamment à partir de 1679, avec l’appui de la majorité catholique, une législation antiprotestante intense afin de limiter l’exercice de la confession réformée et de forcer par tous les moyens les protestants à se convertir au catholicisme2. À partir de cette date, les édits, arrêts et déclarations contre les protestants augmentent considérablement. Les persécutions visent aussi bien le déroulement du culte que la vie quotidienne et professionnelle des réformés. On assiste à la restriction voire à l’interdiction de certains métiers. Par exemple, la Déclaration du 20 février 16803 interdit aux protestantes d’exercer en tant que sage-femme, celle du 15 juin 16824 leur interdit les offices de notaire, de procureur et d’huissier. Pour conserver son métier, il faut abjurer et se convertir. À l’inverse, un édit de juin 16805 interdit aux catholiques de devenir protestants. La pression législative s’appuie également, à partir de 1681, sur l’emploi des dragons. Logés dans les familles calvinistes pour en forcer la conversion, ceux-ci se livrent à des exactions particulièrement violentes. De nombreux protestants choisissent les chemins de l’exil, déterminés par l’espoir de conditions meilleures. Ceux-là bravent les interdits pour tenter de rejoindre principalement la Suisse, l’Allemagne, les Provinces-Unies ou encore la Grande Bretagne. Depuis 1669, il est proscrit pour tout réformé de quitter le royaume. Les peines encourues sont les galères, la mort ou l’enfermement pour les femmes. Il s’agit de rejoindre au plus vite et sans se faire prendre ces territoires dans lesquels les réformés espèrent pouvoir s’installer le temps que les choses reviennent à la normale. Car la grande majorité d’entre eux s’imagine pouvoir revenir ; il n’en sera pour la plupart jamais le cas. Le nombre de protestants ayant choisi l’exil est évalué entre 150 000 et 180 0006. L’estimation réalisée par le pasteur Samuel Mours de 200 000 personnes d’après l’étude des registres d’arrivée de réfugiés a été revue à la baisse7. Le phénomène touche particulièrement les provinces frontalières ou maritimes, qui par leur situation offrent les meilleures chances de fuir aux calvinistes. Ainsi, la Normandie et le Dauphiné perdirent presque 40 % de leurs effectifs protestants, alors que le Vivarais ou les Cévennes atteignent à peine les 10%8. Les protestants partent à pieds ou par bateaux selon leur province d’origine et tentent de rejoindre les pays réformés les plus facilement accessibles. Ainsi, les destinations favorisées sont la Hollande, la Suisse et l’Angleterre. Pierre Bayle qualifie les Provinces-Unies de « grande arche des fugitifs », soulignant l’importance des arrivées dans ce territoire. L’estimation retenue y fait état de 70 000 réfugiés, entraînant la création de 35 nouvelles églises venant s’ajouter aux 26 paroisses wallonnes déjà existantes9. Cependant, d’autres destinations vont accueillir des protestants français en quantité importante et le périple de certains fugitifs continuera jusqu’en Allemagne particulièrement, en Virginie, ou encore au Cap de Bonne-Espérance pour ne citer qu’eux. Le statut des individus qui décident de s’enfuir malgré les risques encourus évolue. Ils passent de protestants vivant sous la protection de plus en plus limitée de l’édit à un statut illégitime de fugitifs espérant atteindre les pays d’accueil en tant que réfugiés.

4À leur arrivée, les difficultés n’en restent pas moindres. Peu sont ceux qui ont réussi à emporter avec eux de quoi subvenir à leurs besoins ou s’installer. Dans la plupart des pays d’accueil, les autorités mettent en œuvre une administration des systèmes d’aide aux réfugiés. La réception et l’entretien des huguenots varie selon les lieux et les périodes. Ainsi, l’Électeur de Brandebourg, Frédéric-Guillaume Ier, favorable à leur établissement et conscient de l’avantage économique qu’ils vont pouvoir représenter, signe-t-il l’édit de Postdam le 29 octobre 1685 dans la préface duquel il dit

  • 10 Charles Ancillon, Histoire de l’etablissement des François refugiez dans les etats de Son Altesse E (...)

offrir aux dits Français une retraire sûre et libre dans toutes les terres et provinces de notre domination ; et leur déclarer en même temps de quels droits, franchises et avantages, nous prétendons les y faire jouir, pour les soulager, et pour subvenir en quelque manière aux calamités avec lesquelles la Providence divine a trouvé bon de frapper une partie si considérable de son Eglise10.

  • 11 Michelle Magdelaine, « Le refuge huguenot, exil et accueil », Annales de Bretagne et des Pays de l’ (...)
  • 12 Rémi Scheurer, « Passage, accueil et intégration des huguenots en Suisse », dans Michelle Magdelain (...)

5Ici, les réfugiés bénéficient d’avantages fiscaux pour s’installer mais certains lieux, comme la République de Genève ou les cantons helvétiques, voyant déferler sur eux un flot continu d’exilés, s’arrangent pour en accélérer le passage. Ces procédures d’aide ou d’établissement entraînent une gestion administrative de la part des autorités. Dès 1684, l’assemblée des cantons évangéliques organise la récolte d’un fond de 3 000 florins pour venir en aide aux nouveaux arrivants ; entre 1687 et 1709, ce sont 218 000 florins qui sont récoltés par la ville de Zurich11. Les réfugiés viennent littéralement doubler, si ce n’est tripler, le nombre d’habitants dans certaines cités suisses, entraînant très vite une saturation économique pour la plupart d’entre elles. Il apparaît rapidement urgent pour les cantons helvétiques de répartir la masse des réfugiés, en réguler le flot et les conduire peu à peu vers le nord, l’Allemagne et d’autres pays d’établissement12. Certains États s’arrangent pour repeupler des zones désertées de leur territoire, comme en Brandebourg. Cependant, l’installation des réfugiés n’est pas toujours du goût des populations locales, qui voient d’un mauvais œil et surtout comme une concurrence l’arrivée d’une main d’œuvre démunie, prête à travailler à n’importe quel prix. Les grandes tendances de ce phénomène sont plus ou moins connues, qu’il s’agisse des destinations favorisées par les réfugiés, de l’installation et l’assimilation de ces derniers dans les pays d’accueil, ou encore du climat politico-religieux français de la fin du xviie siècle. Néanmoins l’étude de la base de données du Refuge huguenot à travers la délimitation d’un espace tel que la province du Dauphiné entend affiner ces connaissances et les illustrer à travers de nouvelles perspectives d’analyses statistiques et cartographiques.

6La base de données du Refuge huguenot est aujourd’hui hébergée par les serveurs du LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), qui dispose des connaissances et technologies regroupées par le Pôle Histoire Numérique (PHN) en terme de stockage et d’outils numériques appliqués aux sciences historiques. Les chercheurs ont procédé à un enregistrement des informations des archives sous la forme de données semi-structurées. Celles-ci se présentent sous la forme de notices organisées selon un code correspondant à une expression.

Exemple de notice tirée de la base du Refuge huguenot, présentant les données semi-structurées.

Exemple de notice tirée de la base du Refuge huguenot, présentant les données semi-structurées.

7Cette notice regroupe les informations concernant un certain Jean Maron et peut être traduite de la manière suivante : le 23 février 1687, Jean Maron, de Metz, cordonnier, a reçu 1 florin 15 albus. Il revient de Cassel et Berlin et va à Bâle trouver ses père et mère. Il a un témoignage de M. Joly et est assisté pour la seconde fois. Ces renseignements sont extraits du registre n° 107, page 172, notice 02 des archives de l’Église Réformée de Francfort-sur-le-Main, Allemagne. Chaque aide, recensement, mariage est consigné ainsi que les caractéristiques du ou des individus les recevant. Il existe donc une notice pour chaque individu mentionné dans une source. Si celui-ci est cité dans plusieurs sources ou plusieurs fois dans une même source, il y aura plusieurs notices à son sujet. Toutes les sources n’ont pas été dépouillées, ou si elles l’ont été, n’ont pas automatiquement été intégrées à la base. L’ampleur de la tâche ne permettait pas en effet de réaliser un enregistrement exhaustif de toutes les informations relatives à un phénomène de cette importance. Certains territoires ayant reçu des réfugiés, tels que les Provinces-Unies, ne sont pas inclus dans les sources incorporées à la base. Cependant, l’analyse des parcours des fugitifs permet d’intégrer ce territoire à travers l’étude des destinations et des itinéraires annoncés par les huguenots. Les profils types des exilés définis par l’analyse de leurs caractéristiques socioéconomiques sont à mettre en parallèle avec l’implantation géographique de ces derniers.

8Les informations enregistrées varient pour chaque notice en fonction des éléments donnés par l’individu lors de son passage. L’âge, le métier, la situation personnelle, la localité d’origine sont des exemples des données que l’on peut trouver dans cette base. Elles permettent de connaître les réfugiés individuellement mais aussi de définir des tendances quant aux profils des personnes ayant pris la décision de partir grâce aux statistiques établies. Lorsqu’on interroge la base de données pour en extraire la liste des codes et leur récurrence, on s’aperçoit que les hommes seuls (célibataires, veufs ou se déplaçant sans leur femme) sont les plus représentés dans les sources, avec 52 776 notices sur un total d’environ 135 000. Viennent ensuite les femmes seules (célibataires, veuves ou se déplaçant sans leur mari) avec 27 882 notices. Cette différence s’explique par les conditions mêmes du voyage. Bien que l’entreprise s’avère difficile pour tous au vu des risques encourus, les hommes circulent plus aisément. Les déplacements en groupe sont également plus facilement repérables par les autorités, les familles choisissent souvent de se séparer pendant leur périple et de se rejoindre une fois arrivées à bon port. On retrouve souvent dans les commentaires des notices l’expression « s’en allant rejoindre » les membres de sa famille déjà établis ou en attente dans une ville définie à l’avance de rendez-vous. Les voyages sont extrêmement pénibles, les marches s’effectuent de nuit, dans des conditions climatiques parfois difficiles et les trajets effectués sont longs et fatigants. Les jeunes et les vieillards sont les premiers à souffrir de ces complications. L’ensemble de la base donne des éléments de compréhension sur le phénomène général d’exil, sans prêter attention aux différents lieux et catégories d’origines des réfugiés.

9Les sources les plus représentées sont celles de Suisse et d’Allemagne. On les retrouve dans des proportions diverses. Certes tous les registres de ces pays et villes n’ont pas été intégrés à la base, mais la différence est représentative des passages et de la fréquentation de ces lieux par les réfugiés. Ainsi, si l’on prend pour exemple uniquement la répartition des assistances enregistrées, la surreprésentation des aides distribuées en Suisse est évidente avec un peu plus de 70 000 notices sur les 106 000 au total. Suivent ensuite l’Allemagne avec environ 26 000 notices, puis l’Angleterre avec un peu plus de 10 000 notices. Cependant, lorsqu’on détaille la répartition sur tous ces espaces, la ville de Francfort-sur-le-Main se distingue par sa forte attractivité en regroupant la totalité des assistances pour l’espace germanique sur les périodes allant de 1685 à 1694 puis de 1701-1702, confirmant l’appellation qui lui a été donnée de « plaque tournante » du Refuge. Genève sort également du lot avec 19 662 notices d’assistances sur une période bien plus restreinte allant de 1684 à 1688, suivie par Schaffhouse avec 18 163 notices, puis Neuchâtel avec 16 181 notices. Le nombre de notices n’est certes pas représentatif du nombre réel de personnes ayant fait partie du Refuge, mais de l’affluence des réfugiés. Or ici la proximité géographique de Genève explique en partie que la ville ait subi les premières vagues d’arrivées de protestants en provenance du sud de la France, avec un pic en 1687 et 1688. Ces premières constatations semblent confirmer les tendances déjà connues du phénomène, mais les questionnements des données de la base offrent un éventail très large d’étude. Les catégories de sources doivent être différenciées dans leur interprétation. D’un côté, les assistances montrent l’intérêt des autorités ou des communautés pour la cause des exilés réformés mais aussi les besoins. Leur situation entraîne rapidement un élan de solidarité de la part des pays d’accueil et de leurs habitants.

  • 13 Michelle Magdelaine, « Le Refuge huguenot, exil et accueil, Heurs et malheurs des voyages (xvie-xvi (...)

10Mais l’étude de ces mouvements est notamment importante pour évaluer une caractéristique essentielle de cet évènement : le phénomène d’errance. L’épreuve que représente la fuite du royaume est en effet suivie par des périodes d’incertitude et de vulnérabilité pour de nombreux réfugiés. Une étude effectuée par Michelle Magdelaine sur le passage des réformés à Francfort-sur-le-Main pour la période allant de 1686 à 1694 indique que 7,95 % d’entre eux y retournent pour continuer vers une autre destination que celle prévue au départ13. L’analyse des codes de la base correspondant aux destinations prévues et à celles abandonnées en complément appuient ce constat. Ceux des itinéraires marquant les différents arrêts effectués par les réformés lors de leur périple permettent d’envisager une recherche de réseaux, qu’ils soient humains par la mise en place de pratiques de solidarité ou de clandestinité, ou territoriaux. Ces aides ne nous apportent que des éléments indicatifs quant aux déplacements des réformés, permettant d’établir des trajectoires dans une dimension spatio-temporelle définie, mais n’incluant pas l’installation des réfugiés. C’est à travers l’étude des notices basées sur les registres de recensements et paroissiaux qu’il est possible de mesurer l’implantation des protestants français à l’étranger.

11L’analyse des caractéristiques a pour but de définir les catégories socio-professionnelles des fugitifs et la dimension genrée de cette migration afin d’appréhender les conditions et les raisons de leur décision. Les possibilités de définition du statut socio-économique de ces populations sont bien plus larges lorsqu’on inclut les informations économiques dans le prisme d’analyse. Les saisies des biens des religionnaires, les impôts payés pour s’installer dans certaines villes, les biens en nature reçus, les sommes allouées par les assistances apportent des éléments de connaissance des besoins financiers et matériels de réfugiés. Certaines informations sont récurrentes et permettent d’illustrer la situation des réfugiés et leurs caractéristiques de manière fiable. D’autres sont bien plus anecdotiques mais peuvent se révéler importantes pour des individus notables. Les éléments les plus représentés permettent de définir les caractéristiques récurrentes des réfugiés. On l’a évoqué plus haut, les protestants qui prennent les chemins du Refuge partent avec peu de biens, la réception d’une aide financière, matérielle, n’est donc pas le reflet d’une pauvreté antérieure au départ.

12La dimension géographique du sujet est particulièrement intéressante avec un traitement cartographique utilisé à la fois comme outil d’illustration de résultats, de représentation du phénomène, mais également dans une optique d’analyse des données extraites de la base du Refuge huguenot. Les éléments à prendre en compte sont variés. Tout d’abord, la nature même des sources invite à se pencher sur l’angle territorial de ce processus migratoire. L’intérêt de cette étude par la base de données est réellement de faire le suivi des protestants réfugiés depuis leur localité d’origine jusqu’à leur installation dans les pays du Refuge. Ici, l’objectif est de mettre en avant les parcours des exilés et de replacer ces connaissances dans un contexte migratoire de grande ampleur, tout en se concentrant sur une province en particulier, celle du Dauphiné, pour en appréhender l’impact sur un territoire défini.

  • 14 Michelle Magdelaine, « Exil et voyage : le Refuge huguenot et l’errance », Revue suisse d’histoire, (...)
  • 15 Clément de Taillandier, Huguenots cévenols et refuge européen : une liberté retrouvée. Étude sur le (...)
  • 16 Milène Bozza, Une histoire sociale du déracinement : La communauté protestante de Marsillargues, du (...)

13Les informations pouvant être extraites de la base nous permettent d’envisager plusieurs niveaux d’analyse mais bien que très nombreuses et riches, celles-ci n’ont pas encore été suffisamment exploitées. Michelle Magdelaine, on l’a vu, a réalisé quelques études qui ont notamment permis de mettre en avant le phénomène d’errance à travers l’analyse des passages et des itinéraires empruntés par les réfugiés à Francfort-sur-le-Main14. En 2015, un mémoire de master utilise la base pour comprendre le phénomène du Refuge chez les réfugiés en provenance des Cévennes, en collaboration avec le Pôle Histoire Numérique15. L’étude ne représente qu’un petit échantillon des informations de la base car elle ne prend en compte que 3412 notices correspondant à 2487 personnes en provenance des Cévennes, mais l’échelle d’analyse de la province permet de dégager quelques tendances qui semblent s’aligner sur les contradictions propres au phénomène du Refuge. À une échelle encore plus localisée, on trouve également une étude réalisée dans le cadre d’un master sur la communauté réformée de Marsillargues en Languedoc qui s’appuie en partie sur la base pour suivre le parcours des protestants de cette communauté ayant choisi de la quitter, dans le but de définir le degré de recomposition communautaire qui a lieu au Refuge16.

Le cas du Dauphiné

14Dans l’avant-propos général du premier volume de son « Histoire des protestants du Dauphiné », le pasteur Eugène Arnaud évoque les pertes qui suivirent l’Édit de Fontainebleau dans cette province :

  • 17 Eugène Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Grass (...)

Le Viennois, le Grésivaudan et l’Embrunais perdirent beaucoup plus des deux tiers de leurs protestants, le Gapençais et les Baronnies bien au-delà de la moitié, les vallées de la haute Doire, de Pragela et de Valcluson la totalité, le Valentinois et le Diois environ le cinquième17.

  • 18 Eugène Arnaud précise : « Nous entendons par annexes autorisées celles où l’exercice de la religion (...)

15Bien que ces estimations soient imprécises, les propos du pasteur mettent en lumière l’impact de ces départs sur les communautés protestantes du Dauphiné. Cette province, par sa forte représentation réformée et la diversité de ses églises, constitue un espace intéressant à étudier pour essayer de comprendre ce phénomène migratoire exceptionnel de la fin du xviie siècle. Eugène Arnaud nous informe qu’à « l’époque la plus prospère du régime de l’Édit de Nantes, le Dauphiné comptait 95 églises principales avec pasteurs, 185 annexes autorisées et 89 non autorisées18, en tout 369 localités renfermant plus ou moins de protestants. Il y avait des temples dans toutes les églises chefs-lieux et dans un grand nombre des annexes autorisées ». De nombreux centres urbains, comme Gap ou Grenoble, sont rapidement touchés par les idées réformées et leur diffusion s’étend tôt aux bourgs de moindre importance. Dans une province au relief géographique oscillant d’un côté entre plaines et étendues vallonnées au nord-ouest et le long du Rhône, et les Alpes avec leurs vallées escarpées et pour certaines inaccessibles, l’implantation de la Réforme est importante. Eugène Arnaud dresse une liste des communautés protestantes établies et reconnues au xviie siècle.

16L’intérêt de cibler l’analyse de la base de données par la réduction à une province définie est d’établir une géographie plus complète du protestantisme dans la province du Dauphiné. D’où viennent les réfugiés ? Quelles localités ont été le plus touchées par l’exil et pourquoi ? La base de données permet de répondre à certaines de ces questions par l’analyse statistique des informations géographiques données par les protestants. Dans la grande majorité des passages enregistrés dans les pays d’accueil, la localité d’origine est indiquée. Cette information apparaît en effet dans 112 180 notices, ce qui en fait un des éléments les plus importants. Il est d’autant plus pertinent de se concentrer sur cet espace du fait de la surreprésentation des notices dont l’origine géographique correspond à cette région. On en dénombre près de 60 000.

Communautés protestantes de la province du Dauphiné regroupées par colloques

Communautés protestantes de la province du Dauphiné regroupées par colloques

17Là encore, la dimension cartographique est essentielle dans le traitement de la base de données. La sélection des localités d’origine du Dauphiné permet de définir un corpus de notices exhaustif correspondant aux populations réformées ayant quitté la province. On passe donc d’un questionnement général à une échelle inférieure et plus fine d’analyse du phénomène. La base de données vient ici compléter les connaissances vis-à-vis de l’implantation de la Réforme dans cet espace. Qui sont les protestants du Dauphiné participant au Refuge ? D’où viennent-t-ils précisément ? Pourquoi sont-ils partis ? Une fois cette cartographie précise du protestantisme en Dauphiné établie, il est nécessaire d’établir un échantillon des lieux représentatifs de la province : bourgs et centres urbains de différentes tailles, variété de l’implantation géographique (sur les routes commerciales, isolement montagnard, etc.), diversité sociale et professionnelle, climat religieux de coexistence, majorité/minorité des réformés dans les communautés. La définition du contexte de vie quotidienne, économique, administratif de certains lieux sélectionnés est essentielle pour comprendre les origines et l’impact du phénomène de migration qui se produit. Quelle est la proportion de ces localités touchées par l’exil ? Trouver des éléments de recensements cohérents datant d’avant la révocation qui permettraient de quantifier plus précisément l’impact de ces départs pour les communautés protestantes et leurs localités d’origine semble intéressant. La connaissance de l’environnement religieux de ces lieux représente donc un point essentiel à la compréhension du phénomène migratoire. Connaître et comprendre le climat de ces communautés permet d’appréhender les éventuelles tensions avec les communautés catholiques qui pourraient justifier un départ massif. Il s’agit d’apporter une meilleure connaissance de la vie des communautés protestantes du Dauphiné en étudiant l’aspect du départ et ses raisons.

  • 19 A.D. de l’Isère, 4E 26/ GG 9-12.

18Pourquoi certaines communautés se vident-elles ? Quelles sont les raisons qui décident certains protestants dauphinois à ne pas tenter la fuite ? L’exil est-il favorisé ou empêché pour des questions de géographie et de relief ? La représentation des flux de réfugiés vers les lieux d’accueil est source de renseignements. L’analyse du territoire met en lumière les difficultés rencontrées par les huguenots lors de leur périple. Quels itinéraires ont été choisis et pourquoi ? Les difficultés du voyage sont différentes selon qu’on voyage seul ou en groupe, accompagné d’enfants ou de vieillards. Le relief et l’étude des voies de communication entraînent une réflexion sur les chemins empruntés vers les pays du Refuge. L’aspect religieux est également important. Le trajet comporte des dangers autres que géographiques. Les autorités ainsi que certaines communautés catholiques surveillent les déplacements de population. La cartographie est un moyen de mettre en avant les réseaux de solidarités qui ont pu se mettre en place. Dans les archives communales de Clavans-en-Haut-Oisans, des sources manuscrites et imprimées19 rappellent à la communauté, avec une insistance régulière, qu’il faut arrêter les déserteurs, semblant sous-entendre que les consuls ne s’investissent pas suffisamment dans cette mission. Peut-on définir des schémas d’itinéraires répondant à des réseaux de clandestinité ? La compréhension des choix effectués par les réfugiés est à mettre en parallèle avec la définition des profils types des huguenots du Dauphiné. La connaissance de ces personnes est à replacer dans le contexte de la communauté d’origine par l’analyse de l’image sociale des individus avant le départ. La question de la saisie des biens de religionnaires, de l’état des biens des déserteurs que l’on retrouve dans les archives communales est une autre possibilité pour faire le portrait socio-économique de protestants que l’on retrouve dans le Refuge. On passe d’une réflexion sur un très grand nombre à la recherche d’expériences individuelles qui permettraient d’illustrer ou d’étayer les résultats obtenus.

  • 20 Carolyn C. Lougee, « Huguenot memoirs », dans Raymond A. Mentzer, Bertrand Van Ruymbeke (ed.), A co (...)
  • 21 Michel Richard (éd.), Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet sur les temps qui ont précédé et suivi l (...)
  • 22 Bernard Cottret (éd.), Mémoire d’une famille huguenote victime de la révocation de l’édit de Nantes(...)
  • 23 Yves Krumenacker (éd.), Journal de Jean Migault ou malheurs d’une famille protestante du Poitou vic (...)
  • 24 Durand de Dauphiné, Voyages d’un françois exilé pour la religion, avec une description de la Virgin (...)
  • 25 Blanche Gamond, « Récit des persécutions que Blanche Gamond, de Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Dauph (...)
  • 26 Jean Giraud, « Recueil des percecussions quy nous sont arrivées a la communauté de La Grave », Bull (...)

19Cette illustration passe par l’étude de journaux ou mémoires de réfugiés. Regrouper des témoignages relatant la vie avant la fuite, le périple du voyage, l’arrivée dans le Refuge permet de connaître le point de vue des réfugiés et d’essayer d’en percevoir le ressenti. Carolyn Chappell Lougee a établi une liste d’environ 70 livres de raison écrits par les huguenots depuis leurs lieux d’exil. Cette pratique n’est pas répandue chez les protestants et se développe réellement à partir de la Révocation de l’Édit de Nantes. En effet, d’après Carolyn C. Lougee : « The later emergence of Protestant memoirs in France may well have been rooted in both theology and strategy. […] The Huguenot exodus was indeed the first of Europe’s great migrations to produce first-hand memoirs20. » La rédaction de récits d’expériences devient en quelque sorte une nécessité chez certains réformés pour laisser une trace de leurs mésaventures causées par les malheurs de leur temps. Trois des journaux les plus connus et étudiés sont ceux de Isaac Dumont de Bostaquet21, Jacques Fontaine22 et Jean Migault23. Parmi les protestants en provenance du Dauphiné, on peut citer à titre d’exemple le récit de Durand de Dauphiné, originaire de Die, qui passera par Londres avant d’aller s’établir dans le Nouveau Monde24, de Blanche Gamond, originaire de Saint-Paul-Trois-Châteaux25 ou encore de Jean Giraud, originaire de La Grave et qui prend avec sa famille la direction de Genève26.

  • 27 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon (1659 – 1687), Centre de Recherches d’Histoire et de (...)
  • 28 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1865, p. 251.
  • 29 A.D. de l’Isère, 4E 25/S4 « État des religionnaires ou nouveaux convertis qui sont sortis de la com (...)

20L’extrait du journal de Jean Giraud intitulé « recueil des percecussions quy nous sont arivées a la communauté de La Grave » tiré du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français de 1865 nous permet d’illustrer l’intérêt du croisement des informations de la base de données avec des sources complémentaires afin de retracer des parcours individuels. Dans son étude sur les conversions à Lyon, Odile Martin évoque et analyse son témoignage pour illustrer les tentatives des catholiques pour encourager les protestants à abjurer27. La base fait état de 158 réfugiés en provenance de la communauté de La Grave, que l’on retrouve à Genève, Neuchâtel, La Neuveville, Saint-Gall, Schaffhouse, Zurich, Francfort-sur-le-Main, en Brandebourg et à Berlin. On peut y suivre plusieurs familles dont les plus récurrentes sont les Bouillet, Albert ou encore Gallot, qui semblent subir elles aussi le phénomène d’errance qu’ont connu un grand nombre de réfugiés. Il semblerait intéressant de connaître un peu mieux les conditions de départ et le climat de la communauté de La Grave, à travers l’étude des registres de consistoires pour comprendre le choix de ces familles et tenter d’évaluer la proportion de protestants ayant quitté les lieux. Le journal de Jean Giraud viendrait ici compléter les connaissances du contexte par son témoignage. Celui-ci est marchand à Lyon et notable, ce qui lui donne une position délicate en tant que protestant au sein de la communauté. Conscient de la dégradation croissante des droits de ses coreligionnaires, il décide de retourner chez lui et d’organiser son départ et celui de sa famille. Étant particulièrement surveillé, ses premières tentatives de fuite vont échouer : « il avait fait depuis longtemps des préparatifs de départ, sans cesse déjoués par la vigilance des prêtres et des dragons. Il fallait rester au logis pour voir les excès d’une soldatesque en délire, la maison pillée28 ». Il succombe même à la pression catholique lors de son emprisonnement à Grenoble et se convertit afin d’être libéré. De retour à La Grave, il assiste à la tentative de fuite en masse des protestants des communautés de Mizoën, Besse-en-Oisans et Clavans-en-Haut-Oisans, qui échoue en chemin lorsque la vente des biens et du bétail alerte les catholiques de ces localités. On sent dans le récit de Giraud la dangerosité de la fuite et la conscience des sentences encourues, puisqu’il les a déjà éprouvées. Il évoque en les citant des hommes des communautés qui, après avoir ouvert la voie dans les pays d’accueil, prennent le risque de revenir chercher leurs familles. Il s’agit notamment de Paul Coing et Daniel Bouillet de La Grave, d’Ogier, Pierre-Bernard Camus, Masson et Étienne Heustachy de Besse-en-Oisans. Ces derniers seront exécutés, mais on retrouve dans la base un nombre important d’occurrences pour des membres très probables de leurs familles, ainsi que dans les archives communales de Besses29 et dans les saisies des biens des religionnaires, permettant d’effectuer un suivi de l’origine et du devenir de ces protestants dauphinois.

  • 30 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1865, p. 258.

21Dans le témoignage de Giraud on retrouve également, en plus du récit des difficultés liées à la surveillance catholique de la population réformée, la dimension évoquée plus tôt du voyage, dont il détaille le trajet et qui peut être qualifié de périple ainsi que celle de la mise en place de réseaux clandestins de guides. Ainsi, on apprend que Jean Giraud et sa famille sont conduits par trois Savoyards sur les chemins de l’exil. Ils partent dans des conditions climatiques difficiles, sous la pluie, la neige et de nuit, et se lancent sur les routes de montagnes accompagnés de deux chevaux, empruntant des cols escarpés. Leur itinéraire passe par « Saint-Jean-de-Morienne, Montmeillan, Chambéry, Aix-les-Bains et Rumilly », voyageant séparément pour ne pas attirer l’attention sur eux, se logeant et mangeant à des emplacements différents tous les jours. On se rend bien compte de l’épreuve physique qu’a représenté ce périple car à leur arrivée à Genève, Jean Giraud évoque la maladie de sa fille « ma Suzon, dès son arrivée à la dite ville, prit la petite vérolle » et la fausse-couche de sa sœur « et lendemain de son arrivée s’est alitée d’un flux de sang quy l’a gardée douze jours. Après elle s’est blessée d’un enfant de près de trois mois, quy apparemment s’estoit détaché en passant le col, la première nuit par les grandes souffrances que nous eûmes de la pluie, neige et grande glace sur le matin. Elle a fait une maladie de neuf semaines à la Teste-d’Or à Genève »30. La confrontation des sources, entre livres de raison, régie des biens, registres paroissiaux, pour ne citer que ceux-là, et la base de données du Refuge huguenot est essentielle à l’étude des réfugiés huguenots du Dauphiné.

Exploitation de la base

22L’utilisation et l’analyse de la base de données nécessaires à cette étude requiert un travail en amont important. La forme originelle d’exploitation se présente comme un site Internet ouvert au public permettant de faire des recherches par mots-clés par champs d’encodage des données. Ce système s’avère efficace et intéressant pour une utilisation ponctuelle, notamment pour les généalogistes. De nombreux descendants de réfugiés y recherchent leur ascendance. Cependant, la matrice se révèle inadaptée pour une analyse à grande échelle des données. Dans le cadre du travail de thèse qui se propose de traiter le sujet abordé ici, il a fallu adapter les pratiques et faire appel aux outils informatiques adéquats. Ce travail commence par l’extraction des données. L’idée première a été de rechercher les notices des réfugiés en provenance du Dauphiné, c’est-à-dire dont le champ ORP (province) correspondait à la province en question. Une première recherche de l’expression « Dauphine » donnait un résultat d’un peu plus de 42 000 notices, impossible à extraire en une seule fois en un fichier .csv qui en permettrait l’analyse. De plus, il est apparu que la recherche se limitait au terme exact. Or, on l’a vu, les notices correspondant au Dauphiné sont en réalité près de 60 000. Il est apparu que des anomalies s’étaient glissées lors de l’enregistrement des notices et des informations dans la base : des erreurs orthographiques, des espaces avant ou après l’expression ou encore des numéros de mention indiquant plusieurs passages. Aussi, le champ correspondant à la province d’origine ORP peut comprendre plusieurs expressions quand celle-ci n’est pas certaine. La matrice du site Internet et de son moteur de recherche ne pouvant être modifiée, il a fallu opter pour un autre moyen d’extraction. Il est également apparu que certaines localités connues comme appartenant au Dauphiné n’étaient pas répertoriées sous la bonne ORP. L’extraction aurait là aussi manqué d’exhaustivité. Pour solutionner ces problèmes, il a été décidé d’extraire la totalité de la base sous deux formes : une plateforme de recherche permettant le nettoyage des informations et une table de données générée pour être utilisée dans un logiciel de gestion et d’administration de base de données en langage SQL.

23La plateforme de recherche mise en place par le Pôle Histoire Numérique a été lancée en août 2016. Son intérêt est de lister les informations contenues dans la base par champs et de les regrouper par expression. Il suffit par exemple d’y entrer le champ ORP pour qu’apparaissent toutes les entrées correspondantes avec leurs effectifs. Il est alors possible de voir le détail des notices pour chacune des expressions. Il en va de même avec les localités (ORL), les métiers (MET), la nature des sources (NAT), etc. ; et il est également possible d’enregistrer une valeur nettoyée qui est ajoutée à la table qui sera utilisée pour l’analyse des données.

Interface de la plateforme de recherche avec requête du code ORL

Interface de la plateforme de recherche avec requête du code ORL

24Afin de ne pas modifier la base source, mais d’obtenir des informations plus faciles à exploiter, des formulaires de nettoyage ont été créés. L’objectif est de nettoyer les données pour les notices concernant le Dauphiné. Comme il a été précisé précédemment, il est apparu difficile de se fier uniquement à l’entrée « Dauphine » compte tenu des manques ou erreurs de localisation de certaines localités. Il a donc fallu se baser sur le nettoyage des entrées correspondant aux localités d’origine (ORL). Pour cela, un répertoire des communes reconnues comme appartenant au Dauphiné a été établi en amont ainsi qu’une liste des communautés protestantes en se basant sur celle réalisée par Eugène Arnaud dans son Histoire des protestants du Dauphiné. Ce travail de recherche s’inscrit également dans un projet de plateforme collaborative portée par le PHN du laboratoire, nommé SYMOGIH (système modulaire de gestion de l’information Historique) permettant de stocker tout type d’information historique. L’objectif est de nettoyer ces entrées mais aussi de les encoder pour en faciliter plus tard l’analyse et pour pouvoir croiser les informations qui seront collectées dans des sources complémentaires.

25Là encore une difficulté est apparue. Les expressions sont en effet regroupées par valeur et il est possible de les encoder individuellement ou collectivement. Cependant, certaines localités homonymes dépendent de provinces ou de colloques différents mais sont regroupées sous le même effectif et il n’est pas possible de visualiser automatiquement cette différence. Pour certains lieux, il a donc fallu dissocier les notices correspondant à l’une ou l’autre localité. C’est un point qui n’avait pas été anticipé lors de la mise en place de la plateforme et pour lequel il a fallu trouver une solution. Cela entraîne un travail certes facilité et rapide dans la plupart des cas, mais qui peut s’avérer chronophage dans d’autres. À ce jour, 132 lieux (ORL) définis comme appartenant à la province du Dauphiné ont été encodés pour un total de 10 139 notices. Cet encodage/nettoyage sera étendu aux métiers notamment et aux natures des sources. L’interface du logiciel de gestion et d’administration de base de données utilise le langage SQL (Structured Query Language, en français langage de requête structurée), langage informatique normalisé servant à exploiter des bases de données et permettant d’interroger les données de la table sous la forme de requêtes élaborées. Il est donc possible de faire entrer plusieurs variables d’informations pour réduire le champ des données. On pose donc une question simple ou complexe afin de produire une table de résultats. Cet outil permet de réduire très précisément les données dans un but d’analyse. Dans le cadre de la base de données du Refuge huguenot, il sera alors possible de sélectionner et créer une nouvelle table contenant uniquement les informations corrigées des réfugiés dont la localité d’origine appartient au Dauphiné. À partir de cette table, une étude statistique pourra être réalisée pour répondre aux problématiques du sujet. La complexité du traitement des informations de la base résulte de leur quantité importante et des corrections à y apporter.

26Le Refuge, par son essence même, est un phénomène particulièrement difficile à étudier et à appréhender. Le prisme des migrations contemporaines entraîne le croisement de quantité d’informations et de contextualisation lors de leur analyse, auquel s’ajoute la disparité des sources dans le cadre de ce sujet. La dispersion à tous vents de ces huguenots, à travers l’Europe et le monde nous limite dans la coordination de toutes ces connaissances. Le projet de base de données du Refuge huguenot initié par Michelle Magdelaine constitue une référence dans le domaine de la coopération scientifique européenne et mériterait d’être poursuivi afin d’en augmenter encore les bienfaits pour la recherche en histoire du protestantisme. Aujourd’hui, les humanités numériques offrent de nouvelles perspectives d’approche du sujet, en permettant d’intégrer des éléments de connaissances variés et nombreux dans un enquête à grande échelle. La reconstitution des parcours et des vies des réfugiés huguenots du Dauphiné sous cet angle pourrait apporter de nouvelles réponses aux problématiques posées.

Notes

1 Site Internet de la base de données du Refuge huguenot : www.refuge-huguenot.fr.

2 Didier Boisson, Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, Paris, Belin, 2006, p. 205.

3 Déclaration du 20 Fevrier 1680, portant défenses à ceux de la R.P.R. de faire les fonctions de Sages-Femmes, dans Recueil des Édits, déclarations, et arrests du Conseil, Concernant les Gens de la Religion Prétenduë Réformée, lesquels ont été Registrez en la Cour de Parlement, depuis l’année 1664 jusqu’à présent, Rouen, Jacques Besongne, 1721, p. 30.

4 Déclaration du 15 Juin 1682, pour exclure ceux de la R.P.R. d’exercer les Offices de Notaires, Procureurs, Huissiers & Sergens. Ibid., p. 57.

5 Edit du mois de Juin 1680, portant défenses aux Catholiques de quitter leur Religion pour professer la R.P.R., p. 32.

6 Didier Boisson, Hugues Daussy, Les protestants dans la France moderne, op. cit.

7 Samuel Mours, Le protestantisme en France du xviiie siècle à nos jours, Paris, Librairie protestante, 1972, p. 178.

8 Philippe Joutard, « La diaspora des huguenots », Diasporas, N° 1 Terres promises, terres rêvées, 2001, p. 116.

9 Ibid, p. 116.

10 Charles Ancillon, Histoire de l’etablissement des François refugiez dans les etats de Son Altesse Electorale de Brandebourg, Berlin, 1690, p. 19.

11 Michelle Magdelaine, « Le refuge huguenot, exil et accueil », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2014, tome 121, n° 3, p. 133.

12 Rémi Scheurer, « Passage, accueil et intégration des huguenots en Suisse », dans Michelle Magdelaine et Rudolf Von Thadden, Le Refuge huguenot, Paris, Armand Colin, 1985, p. 45-62.

13 Michelle Magdelaine, « Le Refuge huguenot, exil et accueil, Heurs et malheurs des voyages (xvie-xviiie siècle) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2014, 121-3, p. 131-142.

14 Michelle Magdelaine, « Exil et voyage : le Refuge huguenot et l’errance », Revue suisse d’histoire, 1999, n° 49, p. 105-114.

15 Clément de Taillandier, Huguenots cévenols et refuge européen : une liberté retrouvée. Étude sur les mouvements migratoires des populations cévenoles réformées, 1678-1765, mémoire soutenu en 2015 à l’université Lyon 3.

16 Milène Bozza, Une histoire sociale du déracinement : La communauté protestante de Marsillargues, du village au Refuge (1633-1800), mémoire soutenu en 2016 à l’université Montpellier III.

17 Eugène Arnaud, Histoire des protestants du Dauphiné aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Grassart, 1875, vol. 1, p. 7.

18 Eugène Arnaud précise : « Nous entendons par annexes autorisées celles où l’exercice de la religion réformée était permis par l’art. 9 de l’édit de Nantes, c’est-à-dire toutes les villes et lieux où cet exercice était établi et fait publiquement « par plusieurs et diverses fois, en l’année 1596 et en l’année 1597 jusques à la fin du mois d’août, » et pareillement « toutes les villes et places où il avait été rétabli ou dû l’être « par l’édit de pacification fait en l’année 1577, articles particuliers et conférences de Nérac et Fleix ». Nous entendons le contraire par annexes non autorisées. »

19 A.D. de l’Isère, 4E 26/ GG 9-12.

20 Carolyn C. Lougee, « Huguenot memoirs », dans Raymond A. Mentzer, Bertrand Van Ruymbeke (ed.), A companion to the huguenots, Boston, Brill, 2016, p. 325 et 326.

21 Michel Richard (éd.), Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet sur les temps qui ont précédé et suivi la révocation de l’Edit de Nantes, Paris, Mercure de France, 1968.

22 Bernard Cottret (éd.), Mémoire d’une famille huguenote victime de la révocation de l’édit de Nantes, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 1992.

23 Yves Krumenacker (éd.), Journal de Jean Migault ou malheurs d’une famille protestante du Poitou victime de la révocation de l’édit de Nantes (1682 – 1689), Paris, Les Éditions de Paris, 1995.

24 Durand de Dauphiné, Voyages d’un françois exilé pour la religion, avec une description de la Virginie et Marilan dans l’Amérique, Paris, Gilbert Chinard, 1932.

25 Blanche Gamond, « Récit des persécutions que Blanche Gamond, de Saint-Paul-Trois-Châteaux, en Dauphiné, âgée d’environ vingt et un ans, a endurés pour la cause de l’Évangile », Papiers Court n° 17/D, Bibliothèque de Genève.

26 Jean Giraud, « Recueil des percecussions quy nous sont arrivées a la communauté de La Grave », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1865, p. 251-258.

27 Odile Martin, La Conversion protestante à Lyon (1659 – 1687), Centre de Recherches d’Histoire et de Philologie de la IVe Section de l’École Pratique des Hautes Études. Hautes Études Médiévales et Modernes, Paris, Librairie Honoré Champion, 1986.

28 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1865, p. 251.

29 A.D. de l’Isère, 4E 25/S4 « État des religionnaires ou nouveaux convertis qui sont sortis de la communauté de Besses ».

30 Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1865, p. 258.

Table des illustrations

Titre Exemple de notice tirée de la base du Refuge huguenot, présentant les données semi-structurées.
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Communautés protestantes de la province du Dauphiné regroupées par colloques
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Interface de la plateforme de recherche avec requête du code ORL
URL http://books.openedition.org/larhra/docannexe/image/5469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

Université de Lyon,
Jean Moulin - Lyon 3, LARHRA - UMR 5190

© LARHRA, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search