Version classiqueVersion mobile

Les sources du Sacré

 | 
Caroline Muller
, 
Nicolas Guyard

Le religieux, nouvelles approches

Des archives universitaires à l’histoire du luthéranisme dans l’Empire à l’époque de la confessionnalisation

Boris Klein

Texte intégral

  • 1 À propos de cette notion, voir : Heinz Schilling (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in De (...)
  • 2 Les remarques qui suivent sont tirées d’un mémoire de thèse : Boris Klein, La Transmission des savo (...)

1 Faire l’histoire religieuse d’une période aussi riche et complexe que la première modernité oblige, au moment où se pose initialement la problématique des sources, à interroger le sens même du terme « religieux ». Que signifie la recherche de ce qui peut attester d’une manifestation religieuse ? Quand il s’agit d’une période aussi éloignée et troublée, qu’est-ce qui constitue véritablement l’expression d’une conviction intérieure ? Et, bien sûr, quelles sont les voies éventuelles d’accès à ces faits subtils – presqu’aériens ? Dans le cas plus précis de l’histoire du luthéranisme et du processus de confessionnalisation dans l’Empire, entre le milieu du xvie et le milieu du xviie siècle, l’imbrication des enjeux politiques et sociaux avec ce que l’on qualifie de religieux, souvent soulignée, complique encore la réflexion1. Par ailleurs, l’éloignement temporel et l’importance des travaux effectués rendent presque illusoire l’espoir de voir apparaître de nouvelles sources ; ici, la question des sources s’attache à la nécessité de devoir construire de nouveaux objets, de repartir de traces insuffisamment considérées, ainsi qu’à l’obligation de s’appuyer sur de nouveaux dispositifs grâce aux nouvelles technologies. Pour illustrer ces dernières remarques, je propose de revenir sur certains résultats d’une enquête menée sur l’université d’Helmstedt, dans le nord de l’Allemagne actuelle, au xviie siècle ; à cette occasion, le traitement spécifique de sources manuscrites a permis de reconsidérer certains aspects de l’histoire du luthéranisme et du processus de confessionnalisation2. Après une brève présentation de l’objet d’étude et des moyens mis en œuvre pour traiter les sources, deux exemples de mise en application de la méthode seront évoqués.

Généalogie d’une source historique originale

Université et confessionnalisation

  • 3 Peter Baumgart, « Die Gründung der Universität Helmstedt », dans P. Baumgart et N. Hammerstein (dir (...)
  • 4 Hermann Hofmeister, « Die Gründung der Universität Helmstedt », Zeitschrift des historischen Verein (...)
  • 5 Sur l’émergence de ce que l’on traduit en français par « État administratif », voir notamment : Mic (...)

2Lorsqu’il décide de faire basculer l’ensemble de sa principauté dans le luthéranisme en 1569, le duc Julius de Brunswick-Wolfenbüttel ressent rapidement la nécessité de fonder une université, tant pour éviter la fuite des jeunes talents que pour répondre au besoin pressant de former les cadres de la nouvelle Église territoriale3. Dans l’incapacité d’obtenir une autorisation papale, il se tourne vers l’empereur qui, en 1575, cède à ses demandes et lui confère les privilèges nécessaires à la fondation d’un établissement supérieur reconnu4 – l’empereur catholique se substitue au pape et affiche ainsi son autorité au-dessus des fractures confessionnelles dans l’Empire. Pour le duc Julius, l’intérêt réside dans sa capacité désormais à contrôler directement la formation des pasteurs et des cadres dont sa nouvelle Église territoriale a besoin pour achever la conversion d’un territoire longtemps resté catholique. Mais plus encore, la nouvelle université reçoit également pour mission de former les juristes et les fonctionnaires que réclame une administration princière en plein essor. Baptisée du nom de son fondateur, l’Academia Julia est étroitement surveillée et arrimée au sommet de l’État, le prince héritier devenant automatiquement recteur, ce qui lui donne le droit de justice sur la corporation universitaire, celui de conférer les diplômes et celui de nommer aux différentes charges. Ainsi, la fondation et le premier essor de l’université de Helmstedt à la fin du xvie siècle témoignent de la façon dont les universités dans l’Empire se muent alors en instruments soumis aux objectifs de souverains locaux jaloux de leurs prérogatives nouvelles ; en d’autres termes, l’histoire universitaire illustre un aspect essentiel du processus de confessionnalisation : sa concomitance, ses liens profonds et complexes avec le développement des bureaucraties à visées absolutistes, associé en allemand au terme de Polizeistaaten – la confessionnalisation pouvant être vue comme un moyen pour les princes territoriaux de consolider leur pouvoir, de dépasser le cadre traditionnel des droits seigneuriaux pour s’approprier de nouvelles responsabilités, notamment en matière d’éducation et d’encadrement de la population5. Au fil de cette tendance, la corporation universitaire médiévale évolue vers un groupe de fonctionnaires individualisés et soumis, ce qui dessine un nouveau contexte expliquant l’émergence de sources inédites.

3En effet, la mainmise et la volonté de contrôle de l’institution universitaire par un prince et un État servi par des rouages de plus en plus précis ont entraîné à Helmstedt le développement de procédures de contrôle spécifiques. Si les archives aujourd’hui permettent de reconstituer les différents outils administratifs mis en œuvre par la bureaucratie étatique, il convient de garder à l’esprit que ces derniers ont souvent été utilisés simultanément, après des tâtonnements et des compromis dessinant les contours d’une histoire complexe.

Visiter l’université

  • 6 Boris Klein, La Transmission des savoirs au sein des universités luthériennes germaniques, op. cit.(...)
  • 7 Sur les origines de la procédure, voir la mise au point de Stefan Wallentin, Fürstliche Normen und (...)
  • 8 La supériorité des visiteurs sur tous les membres de la corporation durant le temps de la visite es (...)

4Le premier et le plus évident des moyens pour l’administration princière de contrôler l’institution universitaire a consisté à la visiter régulièrement6. Utilisée depuis des siècles par l’Église pour vérifier la gestion des diocèses, cette forme de contrôle a été précocement adoptée par les jeunes États protestants. Si elle permet d’affirmer concrètement un droit de regard et d’intervention, la visite officielle d’une université diffère cependant des visites médiévales en ce qu’elle prétend enquêter sur une corporation entière7. Dans les faits, elle consiste dans l’envoi de plusieurs visiteurs, dotés de pleins pouvoirs, pour enquêter dans tous les domaines8 ; choisis parmi les plus hauts fonctionnaires, les visiteurs suspendent durant le temps de leur séjour toutes les activités de l’institution, passant les différents aspects de sa vie et de sa gestion au crible, allant jusqu’à imposer de véritables interrogatoires aux différents professeurs. Les minutes de ces entretiens et les multiples notes prises par les visiteurs servent ensuite à établir un rapport, qui peut déboucher sur un décret officiel rappelant les règles et précisant les pratiques à suivre – une manière, parfois, de déguiser des innovations nécessaires tout en limitant la capacité de l’université à inventer ses propres règles. En manifestant à intervalles réguliers son droit d’intrusion, mais aussi son rôle de garant et de responsable du bon fonctionnement de « son » institution, la visite offre au souverain un moyen simple et radical de contrôle ; reste qu’une telle procédure s’avère lourde et coûteuse, qu’il s’agisse des frais occasionnés directement, de la mobilisation de plusieurs fonctionnaires de premier plan, ou encore de la suspension des cours durant la visite. Sans surprise, cet outil complet et efficace surtout pour régler des problèmes profonds a fait l’objet d’une remise en cause sur le long terme, d’autant plus lorsque le contexte s’est apaisé : dans le cas d’Helmstedt, les visites s’enchaînent tous les deux ans après la guerre de Trente ans entre 1650 et 1656, avant de s’espacer ensuite – en 1660, 1668, 1680, 1690.

Les catalogues de cours et les rapports manuscrits

  • 9 À propos de ces catalogues imprimés, voir : Ulrich Rasche, « Über Jenaer Vorlesungsverzeichnisse de (...)
  • 10 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 124-126. Les catalogues pour l’université d (...)

5D’autres moyens s’imposent donc progressivement à Helmstedt, entre les visites. En premier lieu, l’administration princière profite de l’habitude prise par les universités dans l’Empire d’éditer, avant chaque début de semestre, un catalogue présentant l’ensemble des professeurs et des cours à venir9. Diffusés dans un but publicitaire, ces catalogues imprimés permettent aussi aux bureaucraties princières de s’informer sur les activités à venir – liés par leurs propres annonces, les professeurs ne peuvent s’aventurer trop loin des attentes de leur souverain, et la diffusion assez large des catalogues ouvre la possibilité d’un contrôle a posteriori. Des indices dans les archives concernant Helmstedt laissent même supposer que, dans la première moitié du xviie siècle, l’administration princière se faisait envoyer par les professeurs des cahiers manuscrits constituant des projets de catalogues, pour vérification en amont – en tout cas, l’habitude semble avoir existé d’envoyer un exemplaire manuscrit à l’administration avant de procéder à l’impression, puis d’envoyer un exemplaire imprimé10.

  • 11 Voir notamment aux archives de Hanovre les deux lettres datées du 16 mars 1581 et du 5 juin 1582, o (...)
  • 12 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4149 f°17, 26-27, 31. Pour plus de détail, voir : Boris Klein, La Transmission (...)
  • 13 Sur l’impact de la guerre de Trente ans sur l’université, voir : Hermann Hofmeister, « Die Universi (...)
  • 14 Voir le livret manuscrit contenant un ensemble de comptes-rendus et imitant le format des catalogue (...)
  • 15 Le décret suivant la visite de 1650 détaille la procédure exigée dans son article 17 ; voir aux arc (...)
  • 16 L’université de Helmstedt se trouvait sur les terres du duc de Brunswick-Wolfenbüttel, mais l’établ (...)
  • 17 Le changement intervient à la suite de la visite officielle de 1680 ; voir le décret suivant la vis (...)

6Intéressante, la consultation de ces programmes des cours à venir comporte cependant une lacune importante : l’assiduité des professeurs ne peut en rien être évaluée par ce biais, alors même qu’elle constitue un point essentiel pour l’administration. À une époque où la notion de service public ne fait qu’émerger, et où les attaques violentes des premiers prédicateurs luthériens contre les abus du clergé catholique ont laissé des traces, la méfiance envers des enseignants susceptibles de cumuler d’autres activités et de s’absenter est de mise – sans même parler de la possibilité pour eux de prendre des libertés avec les contenus prévus dans leurs cours. Dès lors, se fier uniquement aux annonces que font les professeurs dans les catalogues imprimés ne peut satisfaire ; le plus simple alors consiste à s’adresser individuellement ou collectivement aux professeurs, pour les questionner sur les travaux effectués. À Helmstedt, le pointilleux Julius, fondateur de l’université, n’hésite pas dès les premières années de fonctionnement de l’établissement à réclamer par lettre des bilans d’activité et d’assiduité, le vice-recteur étant alors chargé de répondre au nom de tous ses collègues professeurs11 – et accessoirement, ces comptes-rendus peuvent être mis en parallèle avec les annonces faites dans les catalogues imprimés. Plusieurs années plus tard, les professeurs de droit sont les premiers à envoyer à l’administration des courriers faisant état individuellement de leurs activités au cours des trois derniers mois : ces premiers rapports individuels et rétrospectifs datés des années 1624-1625 témoignent d’une pression accrue de la bureaucratie ducale désireuse surtout de contrôler l’absentéisme12 ; il faut dire que les premiers effets de la guerre se font alors ressentir et perturbent le fonctionnement de l’université : c’est d’ailleurs l’aggravation du conflit dans la région l’année suivante et les ravages de la peste qui expliquent que l’initiative n’a cependant pas de suite immédiate13. Ce n’est effectivement qu’en 1638 que le nouveau maître du duché, le sévère Auguste, tente de restaurer le bon fonctionnement de l’État et de l’université, et réclame aux professeurs des comptes-rendus de leurs activités afin de les comparer avec les annonces des catalogues14. Après les visites officielles de 1650 et de 1652, la procédure est améliorée et précisée15 : les rapports deviennent trimestriels pour correspondre aux moments où les enseignants perçoivent leur salaire, et ces derniers prennent l’habitude d’envoyer des bordereaux relativement formatés, qui offrent la possibilité de contrôler au plus près leur assiduité et l’ensemble des cours effectués. Chaque prince exerçant une tutelle sur l’université reçoit un exemplaire, tandis qu’une copie est conservée dans les archives de l’établissement16. À partir de 1680, les professeurs sont même contraints de détailler leurs rapports en faisant mention de chaque journée, les bordereaux prenant alors la forme de véritables calendriers17.

7Si l’université d’Helmstedt a été dès sa naissance un objet de surveillance privilégié pour la jeune bureaucratie en plein essor de la principauté, un long processus fait d’expérimentations et de perfectionnements a conduit finalement, au milieu du xviie siècle, à l’instauration d’une routine fondée sur la rédaction par les professeurs de comptes-rendus trimestriels. Plus simple que les coûteuses visites et offrant un complément idéal aux catalogues imprimés, cette pratique des rapports rétrospectifs et individuels a permis le contrôle serré de l’assiduité, mais aussi des contenus et des rythmes de l’enseignement.

Des archives à inventer

8À partir de 1652, la vingtaine de professeurs ordinaires que compte l’université de Helmstedt se met donc à produire à la fin de chaque trimestre des rapports en plusieurs exemplaires. Pour l’historien, ces archives constituent un fonds original et potentiellement riche, à condition de surmonter certains obstacles concrets.

Des sources difficiles d’accès

  • 18 NSA, 37 Alt Nr. 204-208 et Nr. 2489-2520, pour la période allant de 1650 à 1690.
  • 19 Pour la période concernée, voir notamment HA, Cal. Br. 21 Nr. 4162, 4168, 4169.

9Tout d’abord, ces comptes-rendus forment une masse très imposante de papier ; selon les individus, plusieurs pages peuvent être consacrées à un trimestre, ou même à un mois. Cette abondance n’empêche pas les séries chronologiques de comporter des lacunes, sans parler du problème de la dispersion de ces fonds. Les archives de Wolfenbüttel comptent ainsi deux séries différentes, qui correspondent aux originaux conservés par l’université et aux exemplaires envoyés à l’administration du duc de Wolfenbüttel18 ; mais d’autres exemplaires se trouvent à Hanovre, dispersés et déclassés au sein de différents cartons – d’autres princes de la maison de Brunswick ayant aussi été destinataires de ces rapports19. Au final, le croisement de ces différentes sources permet souvent de reconstituer des séries, ce patient et méticuleux travail de mise en ordre étant bien sûr indispensable pour effectuer ensuite un suivi par personne. Reste que la quantité et la dispersion géographique de ces papiers, en même temps que la nécessité de confronter en permanence les différents fonds pour isoler les lacunes ou les doublons, constituent un frein évident.

  • 20 Pour un exemple de cas extrême, voir le rapport de février 1656 de Balthasar Cellarius : NSA, 37 Al (...)
  • 21 Pour une étude récente, qui s’appuie sur les comptes-rendus pour évoquer la faculté de philosophie (...)

10Par ailleurs, ces manuscrits rédigés en latin sont le plus souvent difficiles d’accès, pour des raisons qui tiennent autant à la paléographie qu’aux abréviations utilisées, ou bien aux sous-entendus et aux termes spécifiques inhérents à des rapports routiniers rédigés rapidement. Les silences, volontaires ou non, posent également question : que signifie par exemple l’obstination du professeur de théologie Balthasar Cellarius, dans les années 1650-1660, à ne donner quasiment que la liste des dates auxquelles il affirme avoir fait cours – des listes de chiffres constituant parfois l’essentiel du contenu de ses rapports20 ? Ainsi, ce sont probablement ces difficultés, ajoutées à l’impression de répétition et de sécheresse qui se dégage de la lecture de ces sources, qui expliquent que les historiens ne les ont utilisées que ponctuellement. De nombreuses études se sont en effet appuyées sur ces ressources, soit pour compléter les informations sur un individu ou l’enseignement d’une discipline, ou bien pour faire des liens avec d’autres sources comme des ouvrages imprimés rédigés par des professeurs célèbres. Jamais en tout cas une étude d’ensemble, sur une période longue, ne s’était appuyée sur ces archives recensées et reclassées systématiquement21.

Le traitement informatique des données

  • 22 Soit la série : NSA, 37 Alt Nr. 2489-2520.

11Pour parvenir à exploiter ces comptes-rendus de façon inédite, pour leur permettre de livrer notamment les preuves d’évolutions concrètes touchant à l’enseignement et aux carrières des professeurs, il fallait s’appuyer sur les possibilités offertes par la technologie. En premier lieu, la numérisation de toutes les archives de la série la plus complète22, pour la période 1652-1690, a permis ensuite de lire systématiquement les autres séries pour combler les lacunes et bâtir un ensemble aussi complet et ordonné que possible. Mais c’est l’utilisation d’un logiciel de traitement des données (FileMaker Pro) qui a permis de tirer vraiment partie des suites reconstituées de comptes-rendus. Pour chaque professeur ordinaire, une fiche a été dressée par semestre, comprenant plusieurs informations : le nom de la faculté et de la chaire, l’intitulé de la discipline enseignée, les références des archives concernées avec la mention de leur format et des lacunes éventuelles, le bilan des absences, les ouvrages et auteurs cités en cours, les références à d’autres activités (disputes, cours privés…) ou à tout autre type d’événement. Au total, pour la période évoquée, la saisie aboutit à la création de 1456 fiches. Grâce au langage stéréotypé employé lors de la saisie, il a ensuite été possible de générer de multiples tableaux récapitulatifs selon les interrogations ; par exemple, les théologiens rédigeaient-ils des rapports davantage détaillés que leurs autres collègues ? Quel étaient les motifs récurrents de justification des absences ? Qui évoquait le plus l’Éthique d’Aristote des juristes ou des philosophes – et une évolution se dessine-t-elle ? etc.

  • 23 Ce texte officiel a fait l’objet d’une édition critique : Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die S (...)
  • 24 Le site de la Herzog August Bibliothek contient une base de données concernant plusieurs milliers d (...)

12Mais l’autre atout de cette base de données modulable est qu’elle permet d’établir des liens ou comparaisons avec d’autres sources d’informations sur la vie universitaire, comme le texte officiel des statuts de l’université, qui prescrit aux professeurs de nombreuses obligations en matière de pédagogie, d’ouvrages utilisés ou d’objectifs23. En outre, les biographies des professeurs, souvent déjà établies grâce à de précédentes enquêtes d’historiens ou archivistes, ou bien accessibles par le biais des oraisons funèbres conservées, ont fourni aussi un contrepoint intéressant, permettant par exemple d’émettre des hypothèses sur les stratégies de carrière des enseignants24. De la même façon, les ouvrages publiés par les différents enseignants durant la seconde moitié du xviie siècle ont été consultés ponctuellement pour vérifier l’existence de liens entre ces imprimés et les thèmes ou méthodes mis en œuvre dans les cours. Surtout, les comptes-rendus ordonnés systématiquement ont permis d’effectuer des comparaisons fécondes avec les annonces figurant dans les catalogues imprimés à la veille de chaque semestre : entre les proclamations d’intention et les rapports rétrospectifs, les écarts ont ouvert de nombreuses pistes de réflexion. Au final, l’outil créé à partir des archives numérisées a ouvert la voie à de nouvelles enquêtes sur certaines évolutions souvent pressenties mais rarement observées de façon concrète et à l’échelle du quotidien. Deux exemples permettent de donner une idée des possibilités offertes.

Une vision renouvelée de l’histoire des chaires

La théologie, de l’exégèse à la controverse

  • 25 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 200-298.

13Plutôt qu’une histoire des disciplines, qui aurait fait peser sur l’étude le risque de projeter des catégories contemporaines sur des modes de pensée différents, les sources et la méthode évoquées ont été utilisées pour reconstituer l’histoire des chaires attribuées au sein de chacune des quatre facultés – théologie, droit, médecine, philosophie – à des professeurs ordinaires. Particulièrement importante, la faculté de théologie constitue un bon exemple de la façon dont l’approche à partir des comptes-rendus peut laisser voir des évolutions intéressantes, non pas tant dans l’expression des dogmes ou dans les contenus des cours, que dans la manière d’articuler les différents savoirs constitutifs du discours théologique et de les hiérarchiser. Autrement dit, l’analyse précise des comptes-rendus des professeurs de théologie sur la période 1652-1680 à Helmstedt montre que, derrière les apparences de continuité et de conservatisme, les théologiens de l’institution opèrent des changements importants, qui affectent le sens donné à l’enseignement de leur discipline, la figure même du théologien, et entraînent la constitution de nouvelles approches intellectuelles25.

  • 26 Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, op. cit. p. 31-34 et p. (...)
  • 27 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 201-230.

14Pour commencer, rappelons que, fidèles à l’esprit régnant dans le monde luthérien à la fin du xvie siècle et avec la sola scriptura, les statuts promulgués au moment de la fondation de l’université prévoient que l’accent soit mis sur l’enseignement de l’exégèse, confiée aux professeurs les plus réputés26. En 1576 puis à nouveau en 1650, les textes officiels exigent que les deux premières chaires dans l’ordre de préséance de la faculté reviennent aux professeurs d’exégèse de l’Ancien et du Nouveau Testament. Pourtant, l’examen du fonctionnement quotidien de la faculté montre que cet équilibre a fait long feu dès le milieu du xviie siècle : à cette date, l’enseignement de la philologie a été en grande partie confié aux enseignants de grec et d’hébreu qui officient au sein de la faculté de philosophie27. À la place, la controverse s’est affirmée, l’ensemble de l’enseignement de la théologie étant de plus en plus conçu comme une illustration et défense de la vérité luthérienne ; les principaux professeurs ordinaires qui dominent la faculté sont des spécialistes de la polémique religieuse pour qui les problèmes cruciaux sont constitués par la définition de l’orthodoxie et la prévention des conversions – et dont le souci primordial, au-delà de la formation des prédicateurs, semble être de formuler et défendre l’identité confessionnelle du territoire.

  • 28 Ibid., p. 248-260.
  • 29 NSA, 37 Alt Nr. 2492 f°107-109 et Nr. 2493 f°101-103.
  • 30 Id., Nr. 2493 f°112.

15Ainsi, un homme, Gerhard Titius, domine la faculté de théologie entre 1659 et 1681 et occupe la chaire de controverse. Si l’on considère ses activités de la manière décrite plus haut, il apparaît qu’il est soucieux de défendre à l’échelle de l’Empire et face aux étudiants les particularités du courant iréniste luthérien, qui domine dans le duché et au sein de l’institution ; si son collègue Frédéric-Ulrich Calixte s’occupe de répondre aux critiques des théologiens luthériens orthodoxes de Wittenberg, Titius se contente de polémiquer contre le catholicisme, mais aussi contre les autres courants du protestantisme, comme le calvinisme et l’anabaptisme28. Alors qu’il fait cours sur le concile de Trente à la fin de 1659, il n’hésite pas à s’absenter pour hâter l’impression d’un ouvrage contre le jésuite et professeur Vitus Ebermann – et à son retour, il propose à ses étudiants de s’entraîner à la dispute en s’opposant à des thèses de Cornaeus, un autre jésuite et controversiste célèbre à l’époque29. Fait remarquable et unique dans toutes les archives consultées : Titius n’hésite pas à justifier son retrait des salles de cours durant deux mois à la fin de l’année 1660 en affirmant qu’il se devait de prendre du recul pour réfléchir et préparer de nouveaux cours30. Entre les lignes, on devine que Titius tend à incarner une figure assez originale d’enseignant, tourné vers le débat avec les plus grands polémistes catholiques, mais aussi soucieux de publier et de réfléchir à la manière de rendre compte des différences de vision au sein du christianisme. Avec un tel homme comme figure de proue, la faculté de théologie s’est en tout cas éloignée dans les faits de l’idéal d’un enseignement d’inspiration humaniste et melanchthonienne, fondé d’abord sur la maîtrise des langues anciennes et de la philologie.

Le droit canon et féodal et l’intégration à l’Empire

  • 31 Michaël Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la pol (...)
  • 32 Christophe Duhamelle, « Confession, confessionnalisation », Histoire, monde et cultures religieuses(...)

16Un autre terrain, celui de l’enseignement du droit, fournit également un point d’observation intéressant, qui souligne certaines limites concrètes du processus de construction d’une identité confessionnelle. Rappelons d’abord que les années 1630-1680 sont le théâtre d’une profonde réflexion dans le domaine du droit dans l’Empire, avec des innovations majeures qui sont introduites par des penseurs luthériens31. Le principal d’entre eux, Hermann Conring, considéré comme le premier penseur de l’histoire du droit allemand, se trouve être justement professeur à Helmstedt – mais, fait notable, il n’a jamais possédé de chaire de droit, puisqu’il officiait en tant qu’enseignant de médecine et de politique. Au même moment, ses collègues de la faculté de droit étaient des hommes qui servaient de conseillers et de juges au prince ; souvent nobles, ils veillaient surtout à préparer l’insertion des juristes qu’ils formaient dans le cadre multiconfessionnel de l’Empire – ce qui n’a rien de surprenant bien sûr, la confession étant une construction juridique, et la confessionnalisation supposant l’existence d’une justice placée au-dessus des fractures confessionnelles32.

  • 33 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 333-354.
  • 34 Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, op. cit. p. 95-105 et s (...)
  • 35 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°340, 395 ; NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°178, 182-187 ; Nr. 2497 f°174-179. L’o (...)
  • 36 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 335-336, p. 353-355.
  • 37 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°19-20, Nr. 2518 f°14-15 ; voir : Boris Klein, La Transmission des savoirs…, (...)

17À l’échelle concrète de l’enseignement du droit dans la seconde partie du xviie siècle, cette situation débouche sur des évolutions fortes, comme le montre l’examen de la chaire consacrée au droit canon et féodal33. À l’origine en effet, les statuts de 1576 prévoyaient l’existence d’une chaire tournée vers l’enseignement de la VIème Décrétale : grâce à une approche philologique du texte original, les étudiants étaient ainsi sensés s’imprégner d’éléments de procédure relevant de fait du droit civil34. Bien loin de cet esprit, les enseignants qui se succèdent sur cette chaire après 1652 délaissent le texte original et son commentaire pour s’appuyer sur des manuels : entre 1661 et 1663, Georges Werner utilise ainsi les Institutiones Juris Canonici du professeur italien Lancellotti… Séduit sans doute par la maniabilité du manuel, rédigé dans un latin accessible, et qui ne traite pas de la curie et du droit relatif au pape, le luthérien Werner n’hésite donc pas à conseiller ouvertement l’ouvrage, commandé par le pape au professeur de Pérouse, à ses étudiants35. Notons également que, alors que les théologiens d’Helmstedt s’opposent durement à leurs collègues de Wittenberg et rejettent la plupart de leurs écrits, les juristes, eux, utilisent sans aucune retenue les manuels rédigés par leurs collègues de Wittenberg – et notamment celui du célèbre Wesenbeck36. Par la suite, l’enseignement du droit canon et féodal subit des changements encore plus rapides : après 1660, l’étude de sources disparaît totalement au profit de rapides références à des manuels. Dès lors, les professeurs se concentrent en effet sur des points précis qui forcent le plus souvent les étudiants à réfléchir à la position du droit princier par rapport à celui de l’empereur, afin de les préparer encore plus directement à s’insérer dans l’espace juridique complexe de l’Empire. Jean-Henri Bötticher, en 1687-1688, propose par exemple une série de cours sur le droit impérial et le partage des compétences entre princes et empereur, et il s’arrête notamment sur le fonctionnement du tribunal de Rottweil. Évoquant le droit de guerre, puis les débats juridiques liés à la mer et aux fleuves, il aborde la procédure pour souligner la plupart du temps les limites du droit d’intervention de l’empereur37. Au fil des années, les salles de cours sont devenues des lieux de réflexion sur ce que des juristes luthériens peuvent retenir du droit canon, ou bien sur la façon dont la justice princière doit se définir par rapport à la justice impériale – une manière pour le luthéranisme de continuer de s’inventer, en tout cas de rechercher les modalités concrètes de son existence au sein de l’Empire.

Conclusion

18Le cas de l’université de Helmstedt entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle illustre la façon dont le double processus de confessionnalisation et de territorialisation a fait d’une université une institution locale, soumise à un contrôle toujours plus strict de la part d’une bureaucratie en plein essor. La grande quantité des rapports manuscrits produits dans ce contexte par les professeurs peut être exploitée grâce aux nouveaux moyens offerts par la numérisation et le traitement automatisé des données. Dès lors, ces sources originales rendent possible une exploration précise des enseignements et des attitudes des enseignants sur plusieurs décennies, contredisant parfois l’idée de routine et de conservatisme qui s’attache bien souvent aux universités de la première modernité. À travers notamment l’examen des chaires attachées à la théologie ou au droit, certaines évolutions apparaissent, permettant de réinterroger l’impact sur le terrain de la construction des identités confessionnelles.

Notes

1 À propos de cette notion, voir : Heinz Schilling (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland. Das Problem der « Zweiten Reformation », Gütersloh, G. Mohn, 1986 ; Gérald Chaix, « La confessionnalisation. Note critique », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, n° 148 (2002), p. 851-865 ; Christophe Duhamelle, « Confession, confessionnalisation », Histoire, monde et cultures religieuses, n° 26, 2013/2, p. 59-74.

2 Les remarques qui suivent sont tirées d’un mémoire de thèse : Boris Klein, La Transmission des savoirs au sein des universités luthériennes germaniques à l’époque de la confessionnalisation : le cas de Helmstedt, xvie-xviie siècles, Université Lumière-Lyon 2, thèse de doctorat soutenue en novembre 2011 à l’université Lumière-Lyon 2. Une version remaniée de ce travail est parue récemment aux Presses Universitaires de Lyon sous le titre : Les Chaires et l’esprit, organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au xviie siècle, Lyon, PUL, 2017.

3 Peter Baumgart, « Die Gründung der Universität Helmstedt », dans P. Baumgart et N. Hammerstein (dir.), Beiträge zum Problem deutscher Universitätsgrüdungen der frühen Neuzeit, Nendeln, KTO Press, 1978, p. 217-242 ; Brage Bei der Wieden, « Was der Herzog erhoffte. Die Gründung der Universität Helmstedt », dans Jens Bruning et Ulrike Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen, die Reformuniversität Helmstedt, 1576-1810, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 2010, p. 38-40 et p. 44.

4 Hermann Hofmeister, « Die Gründung der Universität Helmstedt », Zeitschrift des historischen Vereins für Niedersachsen, 1904, p. 135-139.

5 Sur l’émergence de ce que l’on traduit en français par « État administratif », voir notamment : Michaël Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police, 1600-1800, Paris, PUF, 1998, p. 558 et sq. ; Pascale Laborier, « La « bonne police ». Sciences camérales et pouvoir absolutiste dans les États allemands », Politix, volume 12, n° 48, 1999, p. 7-35 ; Rudolf Stichweh, Der frühmoderne Staat und die europäische Universität – Zur Interaktion von Politik und Erziehungssystem im Prozeβ ihrer Ausdifferenzierung (16.-18. Jahrhundert), Francfort, Suhrkamp, 1991, p. 170-173, 224-231, 313 ; Pierre Bourdieu, Olivier Christin, Pierre-Etienne Will, « Sur la science de l’État », Actes de la Recherche en sciences sociales, vol. 133, 2000, p. 3-11 ; Wolfgang Reinhard (dir.), Les Élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, PUF, 1996, p. 1-24.

6 Boris Klein, La Transmission des savoirs au sein des universités luthériennes germaniques, op. cit., p. 111-121.

7 Sur les origines de la procédure, voir la mise au point de Stefan Wallentin, Fürstliche Normen und akademische « Observanzen »- Die Verfassung der Universität Jena, 1630- 1730, Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau, 2009, p. 32-33 ; Rudolf Stichweh, Der frühmoderne Staat und die europäische Universität, op. cit., p. 313 et 373.

8 La supériorité des visiteurs sur tous les membres de la corporation durant le temps de la visite est rappelée pour Helmstedt dans un décret de 1650. Hermann Hofmeister, « Die Universität Helmstedt zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges », Zeitschrift des historischen Vereins für Niedersachsen, 1907, p. 269.

9 À propos de ces catalogues imprimés, voir : Ulrich Rasche, « Über Jenaer Vorlesungsverzeichnisse des 16. bis 19. Jahrhunderts », dans Thomas Bach, Jonas Maatsch, Ulrich Rasche (dir.), "Gelehrte" Wissenschaft - Das Vorlesungsprogramm der Universität Jena um 1800, Stuttgart, Franz Steiner, 2008, p. 13-43 ; Id., « Seit wann und warum gibt es Vorlesungenverzeichnisse an den deutschen Universitäten ? », Zeitschrift für historische Forschung, 2009/3, n° 36, p. 445-478 ; William Clark, « Parades académiques, contribution à l’économie politique des livrets universitaires », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 135 (décembre 2000), p. 19-20.

10 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 124-126. Les catalogues pour l’université de Helmstedt ont été numérisés et sont accessibles en ligne via le portail : http://uni-helmstedt.hab.de/. Toujours sur Helmstedt en particulier, voir : Franziska Jüttner, Kristina Steyer : « Professoren in der Pflicht. Vorlesungsverzeichnisse und Rechenschaftsberichte » dans Jens Bruning, Ulrike Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen, die Reformuniversität Helmstedt, 1576-1810, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 2010, p. 98-105.

11 Voir notamment aux archives de Hanovre les deux lettres datées du 16 mars 1581 et du 5 juin 1582, où le vice-recteur au nom des professeurs rend compte des cours effectués et du respect des annonces des catalogues imprimés ; voir : Niedersächsisches Hauptstaatsarchiv Hannover (désormais : HA), Cal. Br. 21 Nr. 4135 f°23-24 et f°45-46.

12 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4149 f°17, 26-27, 31. Pour plus de détail, voir : Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 128-134.

13 Sur l’impact de la guerre de Trente ans sur l’université, voir : Hermann Hofmeister, « Die Universität Helmstedt zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges », Zeitschrift des historischen Vereins für Niedersachsen, 1907, p. 241-277.

14 Voir le livret manuscrit contenant un ensemble de comptes-rendus et imitant le format des catalogues imprimés, datant du printemps 1638 : HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°452-456.

15 Le décret suivant la visite de 1650 détaille la procédure exigée dans son article 17 ; voir aux archives de Basse-Saxe à Wolfenbüttel (Niedersächsisches Staatsarchiv : NSA) : 37 Alt Nr. 13 f°70-135, et Hermann Hofmeister, « Die Universität Helmstedt… », art. cit., p. 269-276. Pour le décret suivant la visite de 1652, voir : NSA, 37 Alt Nr. 13 f°181-206 et Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 135-144.

16 L’université de Helmstedt se trouvait sur les terres du duc de Brunswick-Wolfenbüttel, mais l’établissement était placé sous un condominium qui associait les autres princes de la famille welfe, notamment les ducs de Calenberg et de Celle – ce qui explique la présence de comptes-rendus aussi bien aux archives de Wolfenbüttel qu’à celles de Hanovre.

17 Le changement intervient à la suite de la visite officielle de 1680 ; voir le décret suivant la visite : NSA, 37 Alt Nr. 19 f°178-188.

18 NSA, 37 Alt Nr. 204-208 et Nr. 2489-2520, pour la période allant de 1650 à 1690.

19 Pour la période concernée, voir notamment HA, Cal. Br. 21 Nr. 4162, 4168, 4169.

20 Pour un exemple de cas extrême, voir le rapport de février 1656 de Balthasar Cellarius : NSA, 37 Alt Nr. 2489 f°12.

21 Pour une étude récente, qui s’appuie sur les comptes-rendus pour évoquer la faculté de philosophie après 1680, voir : Jens Bruning, Innovation in Forschung und Lehre, Die Philosophische Fakultät der Universität Helmstedt in der Frühaufklärung, 1680-1740, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012.

22 Soit la série : NSA, 37 Alt Nr. 2489-2520.

23 Ce texte officiel a fait l’objet d’une édition critique : Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1963.

24 Le site de la Herzog August Bibliothek contient une base de données concernant plusieurs milliers d’oraisons funèbres pour les xvie-xviiie siècles : http://dbs.hab.de/leichenpredigten/. Voir également pour les biographies des professeurs d’Helmstedt le répertoire : Sabine Ahrens, Die Lehrkräfte der Universität Helmstedt (1576-1810), Helmstedt, Kreismusee, 2004

25 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 200-298.

26 Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, op. cit. p. 31-34 et p. 86.

27 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 201-230.

28 Ibid., p. 248-260.

29 NSA, 37 Alt Nr. 2492 f°107-109 et Nr. 2493 f°101-103.

30 Id., Nr. 2493 f°112.

31 Michaël Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police, 1600-1800, Paris, PUF, 1998.

32 Christophe Duhamelle, « Confession, confessionnalisation », Histoire, monde et cultures religieuses, n° 26, 2013/2, p. 59-74.

33 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 333-354.

34 Peter Baumgart et Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, op. cit. p. 95-105 et surtout p. 99.

35 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°340, 395 ; NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°178, 182-187 ; Nr. 2497 f°174-179. L’ouvrage de Lancellotti n’est pas cité mais la comparaison entre les références données dans les comptes-rendus et le plan de l’ouvrage ne laisse pas de doute ; voir : Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 338-342. Sur Lancellotti et son ouvrage, voir : Laurent Kondratuk, Les Institutiones Iuris Canonici de G.P. Lancellotti : l’émergence du système moderne en droit canonique (xvie-xviiie siècles), Thèse pour le doctorat en droit canonique, Strasbourg, Université Marc Bloch, 2007, p. 8-15 et 133-146.

36 Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 335-336, p. 353-355.

37 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°19-20, Nr. 2518 f°14-15 ; voir : Boris Klein, La Transmission des savoirs…, op. cit., p. 353-355.

© LARHRA, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search