Version classiqueVersion mobile

Les sources du Sacré

 | 
Caroline Muller
, 
Nicolas Guyard

Avant-Propos

Caroline Muller et Nicolas Guyard

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Jean Delumeau, Un christianisme pour demain, Paris, Hachette Éditions, 2004.

1 Pourquoi faire une thèse en « histoire religieuse » aujourd’hui ? Cette revendication d’appartenance à un champ spécifique des sciences historiques a-t-elle encore une signification ? Ces débats ne sont pas tout à fait nouveaux, même si les postures réflexives se renouvellent. L’ouvrage de Guillaume Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, constitue un exemple de cette transition entre deux générations. Jean Delumeau avait déjà articulé sa pratique scientifique avec sa foi individuelle, interrogeant sans cesse son époque à l’aune de ses réflexions sur l’histoire du christianisme1. À présent, cette posture réflexive a une visée épistémologique, à l’instar de ce qui existe en sociologie ou en anthropologie.

  • 2 Voir notamment Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda (éd.), Genre et christianisme : p (...)

2Cette transition générationnelle s’explique largement par le contexte scientifique et institutionnel des années 1990 et 2000. L’irruption dans le débat public et dans la sphère médiatique du fait religieux, autour des questions de laïcité, d’identité et de pluralisme, a entraîné l’apparition de structures universitaires consacrées à cette thématique, proposant activités scientifiques et formations. Cette construction nouvelle du religieux comme science, regroupant histoire, sociologie, anthropologie ou encore droit transforme le fait religieux en fait social total, qui concerne l’ensemble des sociétés occidentales, dans lequel chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales ont un rôle à jouer, tant sur un plan scientifique que pédagogique. La multiplication récente des bilans témoigne d’une prise de conscience de ce rôle social, au-delà des préoccupations scientifiques, mais aussi de l’appropriation de l’héritage historiographique des générations précédentes2. Ainsi, notre question liminaire trouve ses réponses dans des parcours individuels mais aussi dans un dialogue renouvelé entre la société civile et la communauté scientifique. La signification d’une recherche en histoire religieuse se situe ainsi au croisement de ces différentes dynamiques.

3Nous avons souhaité interroger ce nouveau moment de l’histoire du fait religieux en nous intéressant aux sources. Cette question de la documentation permet en effet de penser ou de repenser la délimitation d’un supposé champ religieux qui serait caractérisé soit par des sources spécifiquement religieuses, que ce soit dans leur contenu ou dans leur modalité de production, soit par des objets dont la nature même serait religieuse. Ce champ des études sur le fait religieux relève à la fois d’une réalité institutionnelle, centrée autour des sciences sociales du religieux, mais aussi d’un intérêt pour des objets spécifiquement religieux par opposition à des objets profanes. Cette question des sources oblige chercheurs et chercheuses à expliciter leur conception de cette sphère, à formuler les grilles conceptuelles et les méthodologies qui sont mobilisées. Cette attention particulière aux documents révèle les inflexions épistémologiques qui touchent la recherche en histoire du christianisme moderne et contemporaine, que ce soit par l’invention de nouvelles sources ou par l’apparition de nouveaux objets.

4Les différentes contributions témoignent tout d’abord d’un souci de poser de nouvelles questions à des documents déjà bien balisés. Des thématiques anciennes font l’objet de relectures, à l’exemple de l’anticléricalisme étudié par Caroline Muller à l’aide du concept de genre. D’autres travaux ressaisissent des concepts et des méthodes qui aident à porter un regard neuf sur des sources connues. Nicolas Balzamo mobilise l’anthropologie pour relire les récits d’invention de statues miraculeuses dans le cadre du catholicisme moderne. Léo Botton propose quant à lui une analyse de l’œuvre d’Ignace de Loyola enrichie des apports de la sémiologie de Roland Barthes. Du côté de la sociologie, Marion Maudet interroge la pertinence de la séparation du religieux et du profane dans une enquête quantitative portant sur le lien entre religion et pratiques sexuelles. Le travail de Julie Cosson sur les protestants du Dauphiné, après la Révocation de l’Édit de Nantes en 1685 s’appuie sur une base de données collaborative née du développement des humanités numériques. Ces différentes démarches attestent de la vitalité du dialogue transdisciplinaire entre histoire et anthropologie, sociologie ou encore sémiologie dans l’analyse du fait religieux.

5De nouveaux sujets, jusqu’alors délaissés ou ignorés par la recherche, sont explorés, à l’exemple des reliques étudiées par Nicolas Guyard, entre histoire religieuse, histoire sociale et culture matérielle. Dans ces contributions, le fait religieux est appréhendé comme un objet historique total, présent dans des domaines qui n’ont a priori que peu de liens avec l’histoire institutionnelle du christianisme. Dans une démarche venue de l’histoire des sciences, Noémie Recous montre l’importance des débats internes au protestantisme dans la production scientifique de Nicolas Fatio. Maïté Recansens inscrit son étude sur les commémorations religieuses du siège de la Rochelle dans une histoire urbaine, sociale et politique, qui ne se limite pas à une histoire des pratiques religieuses. Cette volonté de se situer à l’intersection de plusieurs champs de recherche se retrouve enfin dans le travail de Boris Klein, qui intègre l’histoire des universités allemandes au sein du vaste processus de confessionnalisation qui touche les sociétés occidentales tout au long de l’époque moderne.

6Toutes ces pistes témoignent du dynamisme d’une nouvelle génération de chercheurs et de chercheuses qui aspirent à décloisonner l’histoire du fait religieux et qui mobilisent différents champs, méthodes et disciplines. Ce volume est né de cette floraison.

Notes

1 Voir par exemple Jean Delumeau, Un christianisme pour demain, Paris, Hachette Éditions, 2004.

2 Voir notamment Matthieu Brejon de Lavergnée et Magali Della Sudda (éd.), Genre et christianisme : plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, Beauchesne, 2015 ; Magali Della Sudda, François Dumasy et Pierre Antoine Fabre (éd.), Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales – Varia, Roma, Italie, École française de Rome, 2017.

© LARHRA, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search